''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] EmptyVen 31 Mai 2013 - 21:36

musique d'ambiance:
 

Un petit rayon de soleil traversait les feuillages et éclairait le chemin alors que Darion avançait tranquillement dans une petite clairière. S'arrêtant un moment pour s'étirer, il inspecta les alentours, avant de se diriger vers un petit ruisseau. Inspectant son reflet, son regard analysa les traits de son masque, avant de se plonger dans des pensées absurdes. Se relevant finalement, il continua sa route doucement observant la nature autour de lui.

Il ne savait même plus pourquoi il était venu ici, mais il était maintenant là, à marcher à travers les bois et les clairières, seul avec ses pensées, croisant de temps à autre un animal sauvage, qui fuyait en le voyant arriver. C'est alors qu'il vit un jeune homme traverser la clairière devant lui en ricanant, ce jeune homme, c'était lui. Son équivalent enfant se mit à le narguer, comme il narguait autrefois ses frères lorsqu'il courait à travers les champs. Se lançant à sa poursuite, Darion était plus curieux qu'autre chose. La course poursuite continua quelques minutes, à chaque fois, son double usait de petits stratagèmes, lançant des branches souples ou tournant soudainement. Commençant à se lasser, Darion passa dans les ombres pour le rattraper et se retrouva face... Au prêtre qui l'avait "éduqué" lorsqu'il était encore dans son village natale.
Serrant le poing Darion l'observa un moment.

- Cela faisait longtemps que tu n'avais pensé à moi Darion Lightblade...
- Cela faisait longtemps que vous n'étiez pas apparu devant moi. Et je ne suis plus un Lightblade.

Une tension s'était emparé de Darion, ses muscles se raidissaient étrangement. L'homme devant lui incarnait tout ce qu'il détestait, de l'Ordre stupide de la lumière à une éducation absurde et incroyablement traumatisante.

- Tu as bien changé depuis que tu as quitté le village, je pensais que tu deviendrais quelqu'un de bien, j'y croyais vraiment.
- Je vous ai tué, que faites-vous là? Je vous ai vu brûler dans l'église après avoir reçu la dague en plein coeur.
- La mort n'est qu'un passage mon enfant, et la réalité est quand à elle changeante, et illusoire. Peut-être parlons nous en ce moment, peut-être est tu seulement en train de rêver...
- Je peux vous tuer une deuxième fois, voila un moyen simple de savoir!
- Allons, nous savons tout deux que tu n'es pas quelqu'un qui aime la simplicité, tu n'aurais pas eu ce parcours sinon, et tu ne dirigerais pas cet Ordre, même si tu cherches par son moyen à répandre le chaos.
- Je ne suis pas là pour parler de mon avenir, ou de mon passé.
- Le passé ne peut être changé, et l'avenir est incertain, seul cet instant compte, c'est un cadeau dont tu dois prendre soin, c'est pour cela qu'on l'appelle le présent.
- Je n'ai que faire de vos conseils, et j'en ai assez de vous.

Il dégaina sa faux et fixa le prêtre, qui ne sourcilla même pas. Darion bouillait intérieurement, il n'avait qu'une envie, arracher le coeur de ce prêtre à nouveau. Mais alors qu'il se jetait sur lui, un violent flash le repoussa en arrière et la voix de son ancien mentor se fit entendre dans sa tête...

* Tes ombres ne seront pas éternelles mon fils, la lumière est la seule vérité... *

L'Ombre se releva alors, se retrouvant devant le ruisseau qu'il avait observé plus tôt. Observant ses mains, un sentiment étrange se trouvait en lui. Saisit d'effroi, il retira son gant droit et remonta sa manche, observant les marques de lumières qui se mouvaient sur son bras, il concentra son pouvoir pour stopper l’expansion de la magie de lumière dans son corps. Drael'Nar fît alors son apparition le prenant dans ses bras et usant de son anti-magie pour calmer également l'expansion. Quelques minutes passèrent et finalement, la magie sembla se calmer. Elle le fixa alors, et se mit à sourire en le regardant. Haletant, Darion déclara entre deux souffles:

- M...Merci.
- Je t'en prie, calme toi, contrôle toi.

Elle disparut alors, reprenant sa forme de faux alors qu'un violent éclair fracassait le sol derrière lui, Vindicare était venu, comme s'il avait répondu à un appel. Reprenant encore son souffle, Darion se releva et déclara à l’exécuteur sur un ton froid:

- Marchons un peu.


Dernière édition par Darion Sombrelame le Ven 13 Sep 2013 - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

Stilgar le Déchu
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: Re: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] EmptyLun 3 Juin 2013 - 22:18

Cette statue, toujours aussi immuable, vivante ou morte ? Comment pouvait-il le savoir ? Ne respirant jamais, n’ayant aucun besoin corporel, n’étant qu’un esprit contrôlant des muscles animés par l’ombre. C’est donc ainsi qu’il reposait, assis sur son trône de marbre. Perdu dans les méandres de son esprit. Des steppes noires, aux herbes et aux décors constitués de plusieurs nuances de noir, allant du gris-clair au noir-de-jais. Il marchait, sans son armure, la peau aussi noire que la cendre et les yeux blancs. Il avançait, les mains caressant le bout des épis d’herbe noirâtre. Il marchait ainsi, dans son esprit qui ressemblais a une paisible plaine bordée par la noirceur réconfortante de son maître. Dans les collines bercées par une chaleureuse lumière grisâtre, tout étais parfait, quand un éclair blanc vint rayer le ciel, l’inondant d’une brutale lumière qui força l’Exécuteur a se protéger la vue.

La foudre tourna au-dessus de lui pendant quelques instants avant de venir frapper le sol en face de lui, de la foudre, émergea une figure irradiant la lumière, portant une armure d’hoplite et une lance d’une grande facture, se toisant, les deux figures avaient a peu près la même taille et des gestuelles très semblables. Sans autres formes de procès, l’Exécuteur se mit en garde alors qu’un flux noir sortit des herbes sombres et vint former une armure autours de lui et qu’une lance vint se matérialiser de son poing droit.

Il ouvrit les yeux soudainement, dans sa salle, une terrible pression se faisant sentir dans son crâne. Se dressant brusquement il leva la main au ciel alors que son corps se décomposait dans une lumière aveuglante, prenant l’aspect de sa seconde nature, il se métamorphosa en foudre brusque, traversant toute son aile jusqu’au sommet de la tour et passa entre les interstices de la paroi rocheuse qui faisaient office de « Ciel » pour tout les assombris et les serviteurs du Rempart Nocturne.

A des kilomètres, voir des jours de marche de leurs demeure, la foudre qui servit de moyen de transport a l’Exécuteur vint frapper le sol a quelques mètres de son maître, détruisant une partie de la végétation et causant un bruit assourdissant.
Déjà armé, l’Exécuteur regarda les environs quand il remarqua la momentanée faiblesse physique de son maître. La vue de son Seigneur ainsi diminué adouci momentanément l’imperturbable combattant qui vint s’enquérir de l’état de son maître.

- Mon Seigneur ? Demanda l’Exécuteur.

- Marchons un peu. Répondit-il sèchement.

Obtempérant docilement, l’Exécuteur emboita le pas a son maître, n’étant guère habitué a ce genre de promenades, il y trouva un étrange réconfort dans la nature, une partie de son être sembla apprécier cette ballade… Bien que son esprit fût tourné vers Darion qui faisait naître quelques inquiétudes dans le cœur de l’armure.

- Que vous arrive-il, mon Seigneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: Re: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] EmptySam 8 Juin 2013 - 19:46

Darion enleva son masque et l'accrocha sur sa ceinture, laissant sa capuche tomber en arrière par la même occasion, affichant son visage encore crispé par la douleur.
Esquissant néanmoins un léger sourire, il déclara.

- Tu sais, je ressens les douleurs de tous ceux qui sont sous ma coupelle. Chacune de leur égratignures, chaque coups d'épée, chaque morsures de bêtes. Je ressens également chacun de leurs battements de coeur, même si je ne peux ressentir le mien. Chacune de leurs émotions passent en moi comme si j'étais la personne qui la ressentait. La peur, le bonheur, le désespoir, l'amour. Tout ces sentiments se mélangent dans un tumulte d'émotions qui me traversent constamment. Cette malédiction, m'a rendu cependant bien plus fort. Les blessures physiques ne m'affectent plus, tout comme les mentales. Cependant, il y a une blessure qui m'affecte. Un seul mal véritable qui me ronge de jour en jour.

Il enleva une partie de son haut, révélant son torse et son bras droit. Les traces de magie blanches qui formaient son tatouage se mouvaient lentement, comme un serpent, tournant autour de son bras comme l'animal qui entourait sa proie.

- Ce maléfice, je l'ai contracté lors de la libération de Vektor et de Drael'Nar. La magie de lumière, qui représente la Némésis de mon pouvoir originel dévore ma chaire, et mon âme... L'archimage Invar, y a placé ses forces et sa haine à mon égard. Une magie qui ne souhaite que me détruire, alors qu'elle représente la justice et l'espoir dans bien des coeurs. Pourtant, c'est le mien qu'elle essaie de réduire au silence. Plus mon pouvoir augmente, plus la "malédiction" se répand. Ironique n'est-ce pas ? A mesure que mes ombres deviennent plus puissante, la lumière augmente en intensité également prouvant encore qu'entre ombres et lumières il n'existe pas de réelle différence. Les deux peuvent causer une mort douloureuse.

Continuant de marcher, Darion alternait ses phrases avec des petits silence où il laissait le bruit de la nature l'apaiser.

- Au cours de ma courte vie, j'ai accumulé les souvenirs et le savoir de plusieurs siècles. Je vois le monde différemment par rapport à avant. La vie, la mort, et toutes ces choses futiles qui rythment mon quotidien. Dans ce flot continu de savoir, je me suis un peu perdu, ayant du mal à retrouver mes propres souvenirs, ma propre vie. Sais-tu ce qui attend un éclat-d'Ombre lors de sa mort ? Sais-tu le destin qui incombe à ceux qui recherchent le pouvoir noir ?

Il observa l'éxécuteur, qui ne pipait mot depuis le début de leur "balade". Après un court instant et un moment de tête léger indiquant une négation, il continua.

- L'oubli. L'oubli le plus total. Généralement, les morts des éclats sont semblables. Le pouvoir noir domine l'être, qui se retrouve prisonnier et se fait absorber entièrement dans le cristal qui remplace son coeur. Aucune trace de son corps n'ai laissé. Seul le cristal persiste, immuable et vibrant de son énergie. Quand on se fait piéger, on reste cependant vivant, prisonnier de son propre pouvoir et contraint de subir les décisions du prochain éclat. Je possède l'éclat originel, celui qui se trouvait dans le corps de Drael'Nar. C'est grâce à elle, que je peux modérer la propagation de ce maléfice. Grâce à sa maîtrise de l'anti-magie que je peux neutraliser une partie de cette magie du "bien" qui me fait du mal.

Il s'arrêta, observant son reflet alors qu'ils se trouvaient devant une rivière semblant ne pouvoir être franchie.

- Tu es la seule personne vivante à avoir vu ma vraie forme. Beaucoup pense que c'est ma forme d'Ombre mais toi, tu connais ma véritable apparence. Ce à quoi mon corps devrait ressembler, si je ne canalisais pas mon pouvoir. Tu sais donc que le pouvoir noir fait véritablement partie de moi. Drael'Nar m'a dit qu'elle n'avait jamais vu ça, que j'étais le premier qui réagissait en symbiose parfaite avec les ombres et cette magie du Vein, nom de ce monde de démons que j'ai connu grâce à tes souvenirs. Notre plus grande hypothèse est que cela est lié à la relique noire que j'ai absorbé lors de ma rencontre avec Carl pour la première fois. Cette relique a agi de sa propre volonté et c'est associé à mon être, au cristal, lui donnant une volonté propre, qui a choisit de ne faire qu'un avec moi. Aujourd’hui, je ne suis plus l'homme que j'étais avant, je ne suis même plus un Homme à proprement parler. Seulement, mon origine, ce que je suis maintenant, tout cela est lié, et aussi très ironique. Connais tu mon vrai nom? De quel lignée je fais parti ?

Un éclair parcourra rapidement les "yeux" de Vindicare, comme si la question de Darion avait suscité sa curiosité.

- Je suis un Lightblade. Ma famille lutte depuis pas mal de générations contre les démons et tout ceux qui emploient la magie à des fins néfastes ou bien la magie noire tout simplement, elle faisait partie des familles "nobles" des terres de l'Ouest. Mon père, était le Lightblade le plus puissant que ma famille ai compté. Il fût aidé de pas mal d'archimages, et reconnu officiellement comme un protecteur de Feleth. Sa bannière, et celle de ma famille, était un soleil dont les rayons formaient en partie la garde, le pommeau et la lame d'une épée. Mon géniteur donc, après une mission où il rencontra ma mère, décida de l'épouser et de renier la noblesse de ma famille, choisissant la vie tranquille de fermier au rythme incessant des batailles que lui imposait son rang. Ce fut sa plus grande fierté, mais aussi sa plus grande honte, car au fond de lui, l'envie de purger le monde des êtres infâmes le dévorait. Peu de personnes connaissent ma véritable histoire. La rumeur veut que je sois né d'un viol, qui aurait eu lieu lors de l'attaque de brigands, qui auraient tué mon père. La vérité, bien plus cruelle, veut que je sois bel et bien un Lightblade, et que mon père aurait disparu au cours de cette attaque, après avoir massacré tous les attaquants et suite à ça, il fut déclaré mort et ne revint plus jamais ou ne se montra. Il semblerait qu'une illusion soit à l'origine de la vue de sa mort. Je n'ai appris que récemment ces faits, lorsque je torturais Invar justement, qui était un ami de mon père. Mon passé est trouble, alors qu'il se perd dans une tornade de souvenirs. Je sais donc aussi pourquoi la secte des éclats à voulu de moi, alors que je volais et tuais pour une miche de pain. Ce qu'ils cherchaient en vérité, c'est quelqu'un possédant une lignée assez forte pour supporter le pouvoir de mon cristal. Quoi qu'il en soit, ils me permirent de renaître, et de choisir un nouveau nom, alors que ma vraie vie commençait. Sombrelame fut ce qu'il me semblait le mieux adapté, au vues de mes pouvoirs et de ma famille, que je jugeais lâche et faible.

Soufflant longuement, il reprit.

- J'en suis donc là aujourd'hui. Mélancolique face à un monde en perdition, face à mes actes passés. Je ne regrette rien, mais je désire plus. Le monde est immuable, j'ai vu tant de vies tenter de le changer... Seulement, tous n'avaient pas mon pouvoir, et mon entourage. La nuit éternelle est pour moi la meilleure chose qu'il puisse arriver à Feleth. Par le chaos qu'engendre nos actes, nous apporterons finalement un ordre et une justice certaine. Cette notion échappe à beaucoup de personnes. Quoi qu'il en soit, je n'essaie pas d'agir selon un schéma précis. Je tue, car j'aime ça, et qu'il y a autre chose... Constamment, mon cristal réclame des vies, réclame du sang. La seule faim que je subis est un acte forçant une personne à s'éteindre. J'aime les massacres, j'aime voir le sang couler, et les regards devenir affolés. La mort me fascine depuis mon enfance, je n'y peux rien. C'est une amante très respectueuse après tout, et qui jamais ne manque son ultime rendez-vous.

Un petit rire s'échappa de sa gorge, alors qu'il replaçait son masque et sa capuche. Reprenant sa marche, il vit plusieurs fois son "lui enfant" courir dans les bois. Avançant toujours en le suivant, l'Ombre s'arrêta alors soudainement. La magie s'affolait à nouveau, alors que des flammes de lumières déchiraient sa manche et sortaient de son bras. Des formes, semblables à des oiseaux de feu voletaient autour de son bras avant de replonger dans les flammes de lumière. Alors que Vindicare semblait sortir ses armes. Devant Darion, une forme était apparue. Un être humanoïde fait de lumière le fixait et pointait son doigt vers lui, alors qu'une voix résonnait dans sa tête.

* Mon fils... *

Faisant éclater son pouvoir, des flammes d'ombres balayèrent la zone autour de Darion et l'Exécuteur sur plusieurs dizaines de mètres, faisant disparaître l'apparition de lumière. La magie de lumière se calma alors soudainement, et reprenait sa forme de "tatouage" qui se mouvait lentement. Essoufflé et un peu perdu, Darion lâcha entre deux respirations.

- Mon père... Ikaryon Lightblade... Est... Quelque part dans la région...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

Stilgar le Déchu
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: Re: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] EmptyMer 26 Juin 2013 - 14:33

Alors que l’Ombre finissait son émouvant palabre, l’armure tendit la main et vint attraper l’épaule de son seigneur et maître dans un geste de réconfort. Pendant un instant, le Vindicare avait mis de côté le protecteur afin de redevenir ne serait-ce qu’un instant, un être vivant. Regardant son maître, un ersatz de sourire vint dérider le visage de l’Exécuteur avant que sa main posée sur l’épaule revienne le long de son corps. Continuant la marche alors que l’Ombre semblait voir quelque chose qu’il ne voyait pas, l’Exécuteur pris la parole, sa voix étrangement plus douce, toujours aussi éthérée et grave, mais le timbre menaçant et imposant qu’il employait ne semblait plus exister.

- Mon seigneur, en toute franchise, peut-être celui que j’étais avant de vous offrir mon allégeance aurais pu facilement être meilleur que moi dans le domaine de la conversation, donc je ne sais si je parviendrais a vous aider a affronter la mélancolie qui vous assaille. Je ressens ce que vous ressentez, je ne me l’explique pas moi-même, peut-être est-ce en rapport avec le cristal qui loge en ma nuque. Vous le savez surement mieux que moi.

La marche continuait, le seigneur et le vassal momentanément égaux. Les mouvements du Vindicare se faisaient de moins en moins rigides, moins mécaniques.

- Néanmoins, ce que je sais, monseigneur. C’est que je comprends le choix de la secte des éclats. Plus la lumière est puissante, plus l’ombre générée par celle-ci l’est. C’est l’équilibre naturel qui, je crois, s’applique aussi bien pour vous, que pour moi. J’ai oublié mon nom d’antan, mon passé a disparu de mon esprit afin de n’être plus qu’une ombre réconfortante. Et grâce a vous, je pense enfin avoir compris... Dit-il avant de marquer un court silence. Que l’existence du chaos, que l’ancien être que j’étais combattais envers et contre tout, venait de la disparité crée par la lumière. Je suis désormais persuadé, mon seigneur. Que nous sommes les réels justes, que notre cause est la bonne. Une fois que la nuit éternelle sera là, la disparité ne sera plus. Et tous se rassemblerons enfin. Réfléchissant un instant, il repris la parole. L'Ombre est la descendante de la lumière, si vous êtes parvenu a affronter la lumière qui jaillissait de la lignée qui vous a vue naître, surement vous êtes plus puissant qu'elle. Je ne doute pas un instant que vous parviendrez a maîtriser cette malédiction qui ronge votre bras. Je ressens vos émotions, mais je ressens aussi votre puissance toujours grandissante. Cet obstacle ne fera que vous rendre plus fort, mon Seigneur. Depuis que vous avez gagné mon allégeance, je n'ai pu que sentir votre détermination et votre force. Toujours vous êtes parvenus a affronter les obstacles, vous avez même réussi a vaincre l'être qui habitais mon corps et avez brisé son esprit, me libérant. Aucun doute n'est possible, cette épreuve vous parviendrez a la surmonter.

L’armure s’arrêta néanmoins, regardant son maître qui semblait toujours être absorbé par ses pensées, fixant le chemin en face de lui, suivant du regard une forme qui était invisible aux yeux du Vindicare qui a son tour leva les yeux vers le ciel. Voilà déjà quelques temps qu’il n’avait pas vu la lumière du jour, alors que son ancien être aimait profondément la lumière, celui qu’il était devenu la méprisait et la haïssait. Regardant toujours le ciel, il soupira et repris son palabre.

- Tout ce qui compte pour moi désormais, mon Seigneur. C’est vous et l’Ordre. L’imbécile qui habitais mon corps avant que vous ne me libériez ne se rendait pas compte de la source de cette disparité, c’est la lumière qu’il faut détruire et vous êtes le seul a en être capable. Quand a moi, je vous soutiendrais et viendrais vous aider a chaque fois que vous le désireriez. J’exécuterais aussi bien vos ordres que vos ennemis, mon maî-

Soudainement alarmé, des arcs électriques vinrent parcourir son armure alors que ces yeux se mirent a luire d’une lueur menaçante. Une hallebarde d’ombre apparaissant dans sa main droite. Quelque chose d’assez puissant pour l’intimider venait de se produire, il tourna alors la tête vers son maître et vit des flux lumineux lui déchirer les manches avant d’être ébloui par une vive lumière. Se protégeant les yeux avec son avant-bras, il vint se jeter devant Darion  et déploya ses ailes comme un écran, protégeant son maître de cette attaque indiscernable.

Puis le maître réagit et une déferlante d’ombres jaillit, anéantissant la source lumineuse, mais pour combien de temps.

- Mon père... Ikaryon Lightblade... Est... Quelque part dans la région...

Regardant son maître, il se redressa et posa le bout de la hampe d’ombre sur le sol, tendant la main vers son maître.

- Mon seigneur, que désirez vous qu'il soit fait au sujet de votre père ? Je suis votre serviteur, votre bras vengeur. Le porteur de la colère de votre Ordre et l'annonciateur de l'arrivée de votre gloire. Je suis votre fidèle serviteur, je n'attends qu'un mot.

Il resta ainsi, la main tendue vers son maître en attendant sa réponse. Les ailes déployées et les yeux illuminés par la foudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: Re: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] EmptyMer 26 Juin 2013 - 19:46

Attrapant avec difficulté la main de son serviteur, Darion se releva et observa sa tunique déchirée. Soufflant longuement, il utilisa les ombres pour créer une sorte de tissu, comme une araignée tissant sa toile. Sa disciple l'avait peut-être plus affecté qu'il ne le pensait.

Quoi qu'il en soit, il plongea son regard dans celui de Vindicare, déclarant furieusement.

- Si nous le rencontrons, je le tue. Quoi qu'il arrive, n'interviens pas contre lui. Mais il ne sera pas seul, j'en suis certain. Il n'y avait pas que sa présence. Il doit être accompagné d'autres mages. N'oublions pas que le culte du défunt Archimage Invar comptait pas mal de membres. peut-être même est-ce les serviteurs de la justice? Quoi qu'il en soit, quand nous les verrons. Tue les tous sans pitié, si possible fais les souffrir avant. Je m'occupe de mon paternel.

Sentant toute son énergie revenue, il pointa sa main droite sur la droite. C'est alors qu'il se produisit quelque chose d'étonnant, une flèche de lumière quitta sa main et partit sur plusieurs mètres avant de se planter dans un arbre et de l'enflammer. Stupéfait, Darion observa sa main droite puis l'Exécuteur. Celui-ci le fixait, et même si on ne pouvait clairement voir son regard, l'Ombre comprit que ce regard était accusateur.

- Quoi? Je ne sais pas plus que toi comment j'ai fais ça ! L'apparition de mon père a peut-être réveillé les pouvoirs de ma lignée, je n'en sais rien...

Toujours un peu choqué, Darion partit naturellement dans la direction de la flèche de lumière, fixant sa paume dès qu'il le pouvait. Continuant à marcher pendant une ou deux heures, ils arrivèrent finalement à ce qui semblait être un fortin. Quelques gardes étaient en train de jouer aux cartes, alors qu'une bannière flottait le long des murs : la bannière des Lightblade. Serrant ses poings, les ombres de Darion se massaient en lui tandis que le ciel s'assombrissait. Le tonnerre allait gronder, et les ombres se propager... Il n'y eut que quelques secondes avant que l'assaut ne soit donné. Darion tranchait tous les gardes inutiles assez facilement tandis que Vindicare s'occupait des autres. L'alarme avait été donné mais cela n'inquiétait ni l'Ombre, ni l’exécuteur. Quelques minutes passèrent avant que plusieurs gardes ne se jettent sur Darion en même temps. Par réflexe, celui-ci leva la main droite pour mettre sa faux en avant mais le résultat fut loin de ce qu'il avait espéré. Un flash, aussi lumineux qu'un soleil sortit de sa main et illumina la zone quelques instants avant de s'évanouir. Les gardes se tenaient les yeux alors que Darion, ne se posant pas de questions, lança ses liens d'ombres les découper. Le calme revenant peu à peu au fur et à mesure que les vies s'éteignaient, l'Ombre fut rejointe par Vindicare qui pointa du doigt son bras droit. Darion observa à son tour les marques qui couraient le long de son membre, celles-ci s'agitaient mais ne dégageaient pas la même impression qu'auparavant, elles semblaient... Soumises. Enfin aussi soumise que puisse être de la magie. Drael'Nar apparaissant devant lui, Darion souffla.

- Une idée?
- Je ne suis pas sûre.
- Parle, c'est toujours mieux que rien.
- Et bien, tu as dit posséder du sang de manieur de lumière. Or, depuis que tu es un éclat tu n'es jamais rentré en contact direct avec elle, jusqu'à ma libération et cette "malédiction". Si tu as eu toutes ces crises jusque là, c'est parce que le cristal rejetait cette magie qui n'était pas sous contrôle et tentait de s'emparer de toi, et de le purifier. Mais... Je ne ressens plus cette envie de conquête dans cette magie, elle semble canalisée dans ton bras mais ne semble pas s'étendre comme elle le faisait avant. Tu as sûrement fais quelque chose qui te permet inconsciemment de maîtriser cette magie, l'apparition de ton père est aussi une source potentielle d'évolution de cette magie.
- ... Et vous avez bien raison Drael'Nar.

Cette voix cloua sur place Darion qui se tourna presque instantanément alors qu'un flash le projetait sur plusieurs mètres, arrachant une de ses jambes. Tombant et glissant sur le sol, sa jambe se régénéra très vite alors qu'il observait ce qu'il se passait, Drael'Nar avait reprit sa forme de faux et s'était replacé à sa ceinture, et Vindicare... Avait été projeté sur plusieurs mètres lui aussi, mais semblait cerné par quatre ou cinq mages qui aux vues de leurs manteau, semblaient être des archimages ou des utilisateurs d'autres magies du style. Ce qui retenait l'attention de Darion néanmoins, c'était ce qui se tenait en face de lui...

Spoiler:
 

La silhouette semblait presque irréelle... Darion n'en revenait pas, c'était la première fois qu'il le voyait mais il le reconnaissait. Son père, Icaryon se tenait face à lui. Enfin, il ne s'agissait pas vraiment de lui, plutôt d'une forme lui ressemblant. Tout comme Darion possédait une forme d'ombre, son père semblait posséder l'exact opposé.

- Mon fils... Mon cher et tendre fils... J'aurais tant voulu te rencontrer en d'autres occasions. J'ai manqué à mon devoir de père, et d'époux. J'aurais dut rester à vos côtés...

Se relevant, Darion dégaina sa faux et la pointa en direction de son père.

- J'aurais préféré ne jamais vous rencontrer... Père.
- Pourtant nous en sommes là, le père tentant de sauver l'âme de son enfant et de réparer ses péchés.
- Que m'avez-vous fait? Comment ce fait-il que je puisse utiliser de la lumière? Pourquoi ne tenter de faire tout ça? Vous qui n'étiez jusqu'alors qu'un fantôme???

Icaryon le fixa en silence, puis après un court moment reprit.

- Je n'ai rien fait. Mon apparition a certes eu des conséquences, mais c'est ton sang qui te permet de manier cette magie. Ce dernier a beau être corrompu, il n'en demeure pas moins celui d'un Lightblade... J'avoue être déçu, j'espérais qu’apparaître sous ma forme de lumière permettrait à la lumière dans ton corps de complètement te changer toi et ton cristal, afin de vous faire revenir du bon côté.
- ... Vous avez eu tord. Depuis le début. Mes ombres ne sont pas limitées qu'à ma personne, et encore moins à une lumière faiblarde.
- Si tu utiliserais cette magie, tu saurais qu'elle ne l'est pas.
- Assez ! Je ne suis pas ici pour parler ou rattraper le temps perdu père. Vous avez choisi de croiser ma route, et ainsi de mettre fin à vos jours...
- Allons, pense-tu seulement pouvoir me battre? Tu te fourvoies en te croyant puissant. Tu te fais appeler l'Ombre dans ton Ordre? Tu te fais passer pour un dieu? Mais qui es-tu au juste mon garçon? JE TE LE DEMANDES ENCORE UNE FOIS, QUI ES-TU?
- Je ne suis pas votre fils ! Plus maintenant !

S'élançant sur son père, Darion incanta une multitude de liens qui s'élançèrent sur son père. Pendant ce temps, l'Ombre sentait que Vindicare aussi passait à l'action. La première attaque fut un cuisant échec néanmoins, son père leva simplement le bras pour faire disparaître tous les liens que Darion avait incanté. Et d'un revers de poignet, il fit voler Darion qui s'écrasa contre un arbre, le bas de son corps formant un étrange angle droit. Après un crac étrange, son corps se replaça normalement et il se releva, toussotant. La rage qu'il éprouvait contre son père était énorme. Tout ce qu'il avait vécu, c'était à cause de lui. Comme il l'avait dit à ce justicier, c'est grâce à cette lumière qu'il était devenu cette ombre. Son pouvoir bouillonnait en lui, changeant ses traits peu à peu. Les attaques contre son paternel s’enchaînaient à un rythme fou, alors que les contre attaques de celui-ci étaient de plus en plus violentes. A chaque fois, Darion ne parvenait pas à toucher la forme de son père avec Drael'Nar, qui lui aurait permit de neutraliser sa maudite magie...

- Tu possèdes un savoir-faire en matière de combat qui est hors-pair... Tes attaques sont réfléchies malgré la rage que tu dégages. Je sais que tu as accumulé un savoir énorme grâce à ta corruption, mais c'est également pour ça que je ne te permet pas de m'approcher. Tu n'es rien mon fils, face à la lumière. Tes ombres ont beau être nombreuses, elles sont fuyardes face à la lumière céleste.

Darion incanta alors le voile d'ombre, mais alors qu'il allait le déployer, un puissant rayon traversa son corps, et c'est avec effroi que l'Ombre observa son torse, et vit la main de son père entourer son cristal.

- Ta corruption est trop grande mon fils, je m'en rends compte à présent.

La main se resserra autour du cristal, faisant hurler l'Ombre de douleur.

- Sais-tu pourquoi je suis partie il y a tant d'années? Sais-tu pourquoi j'ai tout quitté?

Le cristal commençait à bouger, se dégageant de la poitrine de l'Ombre peu à peu. Darion hurlait, des larmes noires coulaient de ses yeux alors que ses traits étaient déformés par la douleur.

- Si je suis parti, c'était pour exterminer toute la secte des éclats ! Pourquoi crois-tu que vous n'êtes plus que quelques uns? Pourquoi crois-tu que la secte se terre ainsi dans son trou? Maintenant, je vais t'éliminer, et réparer les erreurs de mon passé. Ta mort me fera de la peine, toi le dernier survivant de ma famille... Mais je ne peux te laisser vivre, tu es un danger pour le monde.

Un sourire apparut sur le visage de Darion alors qu'il levait sa paume face au visage de son père.

- Désolé père... Mais... Je ne pense pas... Que vous puissiez éclairer ma lanterne...

Un violent flash s'échappa alors de sa paume, aveuglant Ikaryon qui lâcha le cristal de Darion tandis qu'un éclair le frappait de plein fouet, l'envoyant voler sur quelques mètres. Son père se releva néanmoins, bien que chancelant.

La vision de Darion était trouble, alors que des tentacules d'ombres replaçaient le cristal dans sa poitrine. Ce dernier était fissuré, et son contenu semblait s'imprégner dans les tissus de l'Ombre qui tomba à genoux sur le sol.

Boom boom.

Un battement de coeur résonnait dans ses tempes, ce battement de coeur, c'était le sien.

* Ainsi, c'est cela qu'un éclat entend lors de sa "mort"? *

Il entendit ensuite les pleures de Drael'Nar, un sentiment d'inquiétude provenant de Vindicare qui semblait n'être plus que foudre, et pleins d'autres émotions confuses. Le tonnerre résonnait en dehors, et frappait le sol, ou bien c'était son battement cardiaque qui le perturbait autant? Comment pouvait-il l'entendre? Ah oui, il avait cette faculté... Entendre le coeur d'un mourant... Le destin était donc vraiment cruel... Infliger ça à la seule personne qui désirait retrouver son propre organe vital.

- Une ombre... Qui aveugle une lumière? Quelle ironie...

Il tomba alors face contre terre, ses yeux se refermant petit à petit. Et alors que tout semblait s'estomper autour de lui, un bruit résonna.

Boom boom... boom boom... Boom.... Boom.

Les ténèbres l'entourèrent alors, et il se sentait léger, et incroyablement serein. Après tout, il ne pouvait pas vraiment mourir, il allait se rendre dans le cristal, et ainsi continuer la lignée des éclats-d'ombres pour un prochain hôte potentiel... Ou bien il servirait de relique à un mage noir... Peut-être Carl qui sait?
Cette pensée l'amusa, bien qu'il se savait en train de mourir... Il revit alors le visage d'Arwen.. sa fille adoptive. Elle allait lui manquer. Puis vint ensuite celui de Carl et Vektor. Bien qu'ils n'étaient pas des enfants de coeur, ils étaient ses amis, et potentiellement pourraient continuer à diriger l'Ordre s'il disparaissait. Ensuite, ce fut Vindicare. Darion n'était pas sûr de savoir ce qu'il allait lui arriver, mais il espérait qu'il puisse rester en vie, et peut-être même qu'il existerait encore à travers lui? Ensuite, ce fut tout pleins d'autres visages qui s’enchaînèrent. Vint celui de sa disciple, Nephila. Elle lui avait donné bien du mal, mais c'était aussi ça qui l'avait rendue attachante... Finalement, il vit Drael'Nar. Elle était l'une des meilleures choses qu'il avait vécu. Dans tous ce chaos, elle était la voix qu'il aimait entendre chanter, surtout lorsqu'il jouait du piano. Un voile noire se replaça finalement encore devant ses yeux, et cette fois, il n'y avait plus de boom...


* Peu importe l'Ombre ou la Lumière... Il y aura toujours l'obscurité. *

Cette voix... C'était la même voix que lorsque la relique avait fusionné avec le cristal. Ainsi... Le cristal fusionnait avec lui? Mais... Son humanité? Qu'allait-elle devenir?

* Plus de questions... Il suffit... L'humanité importe peu lorsque l'on ne respire plus. *

Il ne voulait pas. Il préférait mourir ici que de devenir plus un monstre. Il était ce qu'il était, mais il était humain.

* Et tes assombris? Tous ses gens à qui tu as pris familles et foyers? Toutes ces promesses que tu leur as fait concernant la nuit éternelle? Tu ne peux mourir ici, et laisser cette nuit t'étreindre comme cela. *

Il se moquait de ce que le cristal disait. Toute sa vie, il avait voulu devenir puissant sans savoir vraiment pourquoi. Toute sa vie, il avait tenté d'échapper à son destin. Maintenant, il était trop tard pour fuir.

* Tu es l'Ombre. Tu es absolu, et tu te dois de vaincre la lumière. *

Plus de puissance, il avait besoin de plus de puissance...

* Ce que nous faisons, nous le faisons pour toi. Nos êtres sont liés pour l'éternité à partir de ce jour... Deviens ce que nous rêvons d'être depuis longtemps. Montrons au monde notre vrai visage. Montrons à notre père ce que nous sommes vraiment. *

Une explosion de fumée noire entoura son corps, propulsant roches et autres objets aux alentours. La lumière qui entourait la silhouette de son père vacilla un temps avant de revenir. Deux ailes noires se dégagèrent de la fumée, puis enfin, toute la forme d'Ombre apparut, parfaite, en ce jour, Darion apparaissait sous sa vraie forme.

Darion:
 

Un cri grave et puissant s'échappa de l'Ombre avant que le silence ne revienne. Battant des ailes il s'élança sur Icaryon et le projeta sur plusieurs mètres, le plaquant contre l'un des remparts brisés du fortin. Esquivant habilement un trait de lumière, l'Ombre bondit en arrière et se mît à rugir à nouveau, avant de prendre la parole.

- Nous sommes enfin complet. Notre corps se réveille enfin, et surtout, nos pouvoirs s'éveillent...

Levant la main, une infinité de liens formèrent un flot continu de piques qui se plantèrent sur Icaryon qui n'en paraît que le quart.

- Tu nous as façonné, tu as fait de nous cette chose. Aujourd'hui, nous allons te remercier. L'Ombre... S'est éveillée.

Un craquement sinistre résonna alors que les bras du père de Darion cédaient sous la pression des liens. Alors que l'Ombre s'appretait à en finir, un flash résonna, Ikaryon se servant de la lumière pour s'enfuir. Se téléportant derrière lui, Darion planta ses griffes dans son dos. Du sang s'écoula des blessures de son père qui parvint néanmoins à disparaître. Poussant un rire sinistre, l'Ombre se retourna pour observer Vindicare. Ce dernier avait tué tous les mages et le fixait, au milieu d'une mare de sang. S'approchant de sa faux qui était sur le sol, Darion l'empoigna et reprit alors forme humaine, Drael'Nar canalisant son surplus d'énergie. Il savait qu'il lui suffirait de lui demander ou de ne pas l'avoir près de lui pour reprendre sa vraie forme. Il retrouva donc finalement l'Exécuteur et déclara.

- Mon père s'est échappé. Mais nous l'aurons. Ces hommes faisaient partie de sa garde, et je pense que nous en rencontrerons d'autres bientôt. Si tu te demandes ce qu'il s'est passé, sache que la mort m'a refusé alors que je lui tendais les bras, et sache aussi que le cristal ne se loge plus dans ma poitrine, à partir de ce jour, je suis le cristal, il s'écoule dans mon sang, mais imprègne également ma peau, ma tête, et tout ce qui me compose. Je suis devenu le cristal.

Il avait dit ça, mais n'était pas complètement certain de ce qu'il avançait. Il sentait toujours la présence du cristal mais comme il l'avait dit, celle-ci avait changé, et se trouvait plus forte, et plus... Répartie.

* Nous ne sommes  plus qu'un,  les  ombres  se sont unis.  *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stilgar le Déchu

Assombri | L’Exécuteur de l’Ombre

________________

Stilgar le Déchu
________________


Race : Démon Majeur
Classe : Déchu des tempêtes
Métier : [Aucun]
Croyances : [Aucunes]
Groupe : Solitaire

Âge : 754 Années

Messages : 76

Fiche de Personnage : La fureur du Déchu - Toujours en cours de ré-écriture, serait temps


[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: Re: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] EmptyLun 9 Sep 2013 - 2:14

Alors que l'Ombre avait son propre combat a mener, la Foudre, elle, avait décidé de prendre position entre son maître et les suivants de son ennemi. Personne n'allait avoir le droit d’interférer, pas même eux. Tendant les mains devant lui, une lame vicieuse se matérialisa entre ses mains alors que la visière de son casque s'illumina d'une puissante lueur électrique. Les mages, dans un mouvement d'une coordination sublime, se placèrent en arc de cercle en incantant et matérialisant de la lumière entre leurs paume. Ce n'étaient pas des adversaires stupides qui pensaient pouvoir blesser l'exécuteur avec de simples fourches et lames, il s'agissait ici de véritables guerriers qui savaient ce qu'ils affrontaient et étaient préparés en conséquence. Alors que des puissants rails jaillirent de leurs main. Le Vindicare plaça ses ailes devant son torse, en un bouclier improvisé, pour absorber l'impact qui le fit reculer de quelques pas. Déployant sa majestueuse envergure, il se pencha en avant en poussant un hurlement de défi éthérique.

Sans attendre d'autre tirs de sommations de la part de la cabale, il s'élança en avant, tenant l'arme d'ombre fermement entre ses mains. Son corps tout entier scintillait d'énergie électrique, évitant avec une surprenante agilité les divers projectiles qui lui étaient envoyés. Il entama un puissant moulinet de son épée qu'il abattit sur le premier des mages a portée, mais s'étonna de ne pas ressentir la morsure de l'acier sur la chair, mais une impressionnante résistance. Dans un mouvement bien plus rapide que ce qu'il n'avait prévu, le mage qu'il avait assailli avait réussi a dégainer sa propre lame dans un geste de défense.

Faisant un bon en arrière, repoussant le mage d'un puissant coup d'aile, il regarda autour de lui pour constater la force de ces guerriers qui avaient déjà adopté une nouvelle disposition offensive. L'encerclant, les mages entamèrent un pilonnage infernal de traits lumineux. Acculé, l'exécuteur s'abrita sous ses ailes en accusant chaque coup d'un cri d'une rage sans limite et après quelques secondes d'attaques sans interruption, le Vindicare déploya a nouveau ses ailes en se redressant. Poussant un hurlement alors que la foudre qui parcourait son corps s'intensifiait de plus en plus. Agacé face a ces adversaires qui semblaient de refuser toute idée de mort, il dématérialisa son épée alors que ses mains se recouvraient d'ombres solides et en cet instant, les rares liens qui s'étaient créés a nouveau en lui pour contrôler sa propre colère et puissance se brisèrent alors qu'il poussa un nouveau hurlement qui fendit l'air et résonna entre les branches et feuilles de la clairière. Sa propre armure commençant a rougeoyer sous l'intensité électrique qui zigzaguait sur l'ensemble de son être. Hurlant, il se rejeta a l'assaut avec une vitesse frénétique, cette fois, le mage qui avait eu l'audace de parer son attaque n’eut pas l'occasion de réitérer un coup d'une telle maestria et sentit un choc tendre tout son corps alors qu'une intense douleur a la poitrine se faisait sentir. Baissant les yeux, il contempla la fureur toute puissante de l'exécuteur qui le regardait avec une rage pure, son bras profondément planté dans sa cage thoracique. Mais au lieu de sombrer dans les abîmes, il attrapa l'Exécuteur par le bras et hurla :


« - Frappez ! »

A cet instant, l'attaque des mages fut d'une puissance époustouflante et frappèrent de plein fouet la fureur de l'ordre sans que celui ci n'ait eu le temps de se défendre. Son armure perdit presque instantanément sa lueur rouge qui trahissait l'intensité de sa foudre alors que son corps fut projeté au sol sans que ce dernier ne puisse se rattraper. L'Exécuteur de l'ordre gisait, presque inconscient. Les mages restants s'approchèrent de lui d'un pas lent. Ou étais-ce le temps qui passait au ralenti pour le guerrier vaincu ? A vrais dire, il ne le savait pas. C'est alors qu'une intense douleur frappa son torse. Il se tordait de douleur, son corps entier étais parcouru de spasmes, que ce passait-il ? Il parvint a pencher la tête un court instant pour voir les mages survivant autour de lui, une magie blanche suintait de leurs mains. Ils l'exploraient, l'analysaient. Il le sentait, cette intrusion en son âme.

C'est alors que l'un d'entre eux eut un mouvement de recul alors qu'ils percèrent a jour le linceul d'ombre qui obscurcissait son esprit. Le mage se tourna vers celui qui semblait être le maître de la cabale et ce dernier hocha la tête en faisant un mouvement de main vers l'avant, intensifiant sa magie pervertie, ils avaient cessés d'explorer son esprit et tentaient maintenant de déchirer et d'annihiler l'ombre en lui.

Puis, un cri déchira son esprit et son âme. Il ressenti une intense douleur dans son torse comme si on venait de le transpercer avec un tronc d'arbre. Puis des centaines de cris traversèrent son esprit, transformant le calme qui habitait sa tête en un tourbillon de douleur incessante. La destruction de milliers de vie, des milliers d'âmes qui criaient a la libération et suppliaient la fin de leurs douleur. Des images de membres de l'ordre, de la famille de son maître défilèrent devant ses yeux. Mais ce n'étaient pas les siennes. Il comprit pendant un instant et un sentiment de libération le parcouru. Non, l'Ombre voulait le libérer de sa servitude, mais le Vindicare ne voulait pas, il s'était lui même offert en tant que serviteur !

Ce fut a cet instant que l'Ombre et la Foudre se mirent a hurler de douleur a l'unisson, les ombres qui assuraient la survie même de l’exécuteur fuyaient son corps et se répandirent dans la nature pour la plupart alors qu'une partie resta caché dans ses membres, comme un animal acculé dans son terrier. Il sentit une intense douleur sur son visage alors qu'un des mages se mit a hurler sur un ton impérial.


« - Tenez bon, Général ! Nous allons vous libérer de l'esprit de cette créature ! »

A ce moment, le flux de pensées qui le reliait a l'ombre se brisa et il tomba sur le dos. Les membres détendus alors qu'une avalanche de souvenirs assaillirent son esprit. Il se tordit un peu plus de douleur alors que les informations arrivaient beaucoup trop brusquement dans cet esprit qui avait été habitué a un calme et a une sérénité unique. Combien de temps avait-il passé dans l'Ombre ? Il ne le savait plus, clignant des yeux. Le séraphin se redressa avec douleur et s'agenouilla en avant, ses ailes toujours noircies par la marque corruptrice des ombres. Abattu et vaincu, son casque glissa de son visage et s'écrasa devant ses genoux. Des longs cheveux blonds vinrent entourer son visage et se déposer sur les plaques de son plastron alors que son visage lui était encore baigné dans les ombres.

« - Général, vous m'entendez ? »

Un des mages s'était agenouillé a ces côtés et avait posé une main réconfortante sur son épaule. La cabale se félicita de cette réussite, ils avaient réussis a briser l'influence d'un éclat d'ombre sur un être, cela soulignait la possibilité d'une délivrance pour toutes les âmes qui avaient été souillées par l'influence de Darion.

« - Stilgar, m'entendez-vous ? »

La forme de l'Exécuteur redressa la tête vers son présumé « sauveur », il détailla un regard bienveillant et rempli d'une bonté qui avait été autrefois celle qui se dessinait sur le visage du Général par le passé. Celui qu'il nommait Stilgar resta silencieux face a ce visage, le flot de souvenirs ne cessant toujours pas d'abreuver son esprit asséché par des mois d'obscurité. Petit a petit, il reprenait conscience de son être et de ce qu'il avait été, de ce qu'il étais devenu et de ce qu'il était maintenant. Posant sa main sur l'épaule du mage qui sourit en sentant ce geste annonciateur d'un avenir radieux, il reprit la parole.

« - Je suis heureux que nous ayons pu vous sauver, mon ami. »

Soudainement, la poigne du Général se renforça alors qu'une zébrure électrique parcouru son bras. Il redressa le visage, dévoilant les traits qui avaient été les siens avant sa corruption, bien que la peau avait gardée une certaine marque de sa corruption passée, ses traits étaient bien plus sévères et son teint était lui plus grisâtre. Du bel homme qu'il avait été il ne restait plus grand chose. Ses traits bienveillants étaient devenus des traits austères et sévères. Son regard doux était celui d'un homme dur et qui promettait d'incroyables douleurs pour ses ennemis.

« - Ce n'est... Que folie... Souffla-il, sa voix ayant retrouvée son intonation normale. De considérer comme ami... Un ennemi. »

Sans laisser le temps au mage de s'éloigner pour tenter de se protéger de la colère de Stilgar, le général vint attraper son visage de ses deux mains et l'électrocuta avec une force qu'il n'avait jamais connue par le passé. Se redressant rapidement. Il planta ses jambes fermement dans le sol en poussant un cri de défi envers ses ennemis qui l'attaquèrent aussitôt. Mais cette fois les assauts n'eurent pour effets que d'augmenter la colère du général qui concentra toute sa puissance électrique dans ses poings et se rua a l'assaut. Frappant avec la force d'une centaine d'hommes et la rapidité d'un faucon, il enfonça la cage thoracique d'un des mages avec une facilité déconcertante alors que son confrère sentit sa mâchoire et son crâne se disloquer sous un imposant coup de poing, ne laissant qu'un cadavre dont le crâne se résumait a un amas de chair et d'os indéfinissable.

Le dernier des mages se recula en lançant sortilège sur sortilège sur le guerrier qui détournait la magie de son poing baigné de foudre. Il avançait comme un héraut de la fin des temps, d'un pas ferme, du pas d'un homme qui avait assez de volonté pour éradiquer des nations entières. Sa prestance naturelle revint l'habiter alors qu'il retrouvait la fière allure du général qu'il avait été. Attrapant le mage par le cou, il le souleva et contempla avant de briser sa nuque simplement en renforçant sa poigne, son cadavre heurta le sol comme un pantin désarticulé, un piètre résidu par rapport a la gloire qui avait été la sienne quelques instants auparavant.

Puis, Stilgar s'alarma d'une absence dans son esprit. Il porta ses mains a sa tête et tomba a genoux en hurlant. Il ne retrouvait plus cette présence avec laquelle il débattait tant pendant son emprisonnement, cette présence qui avait réussis a le convaincre de la nécessité d'éradiquer la lumière. Une larme coula sur sa joue en se rendant compte qu'il ne pourrait probablement plus jamais entendre cet être qui avait su faire preuve d'une rhétorique capable de faire pâlir de jalousie les plus grands oracles.

C'est alors qu'il entendit une voix dans son dos.


« - Vindicare ? Non... Stilgar. »

Le général se retourna et sentit son visage de déformer sous une moue de soulagement. Il s'approcha de son maître, d'un pas peu sur et tomba a genoux devant lui. Ses mains attrapant sa chemise et s'y agrippant avec force. Il demanda mille fois pardon pour son échec, il demanda encore mille fois pardon pour avoir laissé son père le blesser ainsi. C'est alors que la main réconfortante de Darion vint se poser sur son épaule.

« - Désire tu encore me servir, Stilgar, comme mon exécuteur ? »

Le général redressa la tête, retrouvant l'expression de marbre qui lui correspondait si bien.

« - Non, je ne vous servirais pas. Je vous aiderais et vous protégerais comme si vous étiez mon propre frère. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Darion Sombrelame

Régent du Crépuscule | L'Ombre

________________

Darion Sombrelame
________________


Race : Demi-démon : Ombre humaine
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Chef de l'Ordre du Crépuscule ( L'Ombre )
Croyances : Nuit étenelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 25 ans (physiquement)

Messages : 179

Fiche de Personnage : Juste derrière toi...


[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: Re: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] EmptyLun 9 Sep 2013 - 14:02

-Non, je ne vous servirais pas. Je vous aiderais et vous protégerais comme si vous étiez mon propre frère.

Darion observa un temps Stilgar, son réveille avait été douloureux, et l'Ombre ne sentait plus qu'une ombre latente dans le corps du séraphin. Mais ce dernier s'était éveillé, il était redevenu lui même et voulait restait aux côté de Darion, ce qui le réconfortait. Le lien qu'il avait tissé aux travers des ombres avec son exécuteur était en effet bien particulier, et dans cette mesure, on pouvait effectivement les considérer comme deux frères.

- Alors relève-toi... Mon frère. Nous avons encore bien des choses à accomplir.

Tendant sa main vers lui, il l'aida à se relever, puis claqua des doigts, faisant apparaitre un gigantesque portail d'ombres. De ce dernier, sortis plusieurs assombris encapuchonnés. L'un d'eaux tenait un objet recouvert d'un voile noir. Le tendant à Darion, ce dernier s'empara de l'objet et se tourna vers son frère, révélant une épée d'un noir de jais.

l'épée:
 
Tendant le pommeau de cette arme à Stilgar, l'Ombre déclara.

- Voici Ombrepeste, la mange-lumière... Une épée qui t'est destinée. Cette arme, forgée à partir de mon sang et d'un métal enchanté, a la propriété d'absorber la magie de lumière. Aussi, cette arme noire a la faculté de pouvoir supporter tout ton pouvoir. Tu pourras libérer toute ta rage en cette lame, qu'elle ne rougira même pas. Au contraire, elle sera un facteur canalisant pour ta foudre. Je comptais t'offrir cette arme une fois tous les morceaux de clé des hérauts rassemblés, mais je pense que tu es digne de la porter maintenant, mon frère. Oh et j'oubliais, il y a de l'ombre qui réside dans le pommeau de cette épée, en libérant cette ombre, tu seras capable de passer dans le royaume des ombres pour quelques instants, un peu comme je le fais. La lame répondra également à ta volonté, et pourra changer de forme pour quelques minutes si un adversaire te demande de varier ta technique de combat.

Laissant Stilgar s'emparer de la lame, Darion congédia les assombris qui repartirent par le portail. L'Ombre laissa ensuite ses ailes noires se déployer et fixa Stilgar.

- Maintenant allons-y, je sais où se cache les rats qui servent mon père.

S'envolant avec l’exécuteur, ils ne mirent qu'une heure de vol avant de se poser dans une clairière, et t'observer la forteresse qui leur faisait face. Les deux frères ailés de tenaient côte à côte, alors qu'une masse de soldats portant le sceau des Lightblade se positionnaient à l'entrée du bâtiment.

Spoiler:
 

Un chevalier s'avança, visiblement l'un des supérieurs du contingent. Après une courte observation de Darion et Stilgar, il déclara.

- Ce n'est que folie d'être venus à deux uniquement! Vous faites face à plus de deux-cents guerriers!

Ricanant doucement, l'Ombre laissa un peu de sa magie éclater, faisant tomber au sol le premier rang de soldat sous le choc, le chef quand à lui restait stoïque.

- Certes, ce n'est pas très équitable... Pour vous.

Se tournant vers Stilgar, il continua.

- Mon père ne se trouve pas ici, il n'est même plus dans la région et je crains avoir perdu sa trace. Il a dut retourner dans leur quartier général, mais... Il s'agit là d'un de leurs bastions dont je sens qu'un grand pouvoir y réside et je pense également qu'il faut leur délivrer un message: on ne réveille pas Stilgar Sombrelame impunément...

Observant son frère acquiescer, il commença à marcher doucement vers la troupe ennemie, tandis que Stilgar se jetait sur eux, et commençait le massacre. Darion n'y prêta pas trop attention, continuant d'avancer vers l'intérieur de la forteresse. Une vingtaine de gardes se mirent en position de barrage devant lui. Soufflant de lassitude, il claqua des doigts et les observa se tordre de douleur tandis que des liens d'ombres les démembraient ou leur arrachait les viscères. Passant à côté d'un survivant miraculé, l'Ombre lui jeta un regard noir avant de trancher sa tête à l'aide de sa faux.

- Vous ne m’intéressez pas.

Entrant finalement dans le bâtiment, il entendait le tumulte du combat qui régnait, Stilgar en ayant visiblement fini avec l'extérieur et ayant utilisé ses ailes pour pénétrer dans l'enceinte du bastion. Entrant dans ce qui semblait être la cathédrale après avoir fait littéralement éclater la lourde porte qui en bloquait l'accès, Darion restait à l'entrée, fixant l'intérieur du bâtiment.
Au fond de la cathédrale, se trouvait un homme, priant pour on ne sait quel dieu. Se relevant en entendant Darion, il se retourna et à son visage, Darion compris de qui il s'agissait.

- Pourquoi venir ici mon enfant? Pourquoi faire couler le sang d'hommes qui croient que la lumière peut apporter la justice sur ses terres?
- Pour les même raisons qui poussent vos hommes à tuer les miens. Les ombres sont la vraie justice. Oh et aussi, car j'aime tuer. Archimage Zalakyem... Je me souviens de vous, lorsque je vous avez vu dans le monastère de Zalaria. Aujourd'hui, vous allez mourir. Votre tête fera un beau trophée que je pourrais donner à mon très cher père.

Sur ces mots, il libéra sa vraie forme, et l'instant d'après, il s'élança sur lui, des centaines de liens d'ombres l'accompagnant.

*
* *

La forteresse éclata, comme détruite par un éclair d'une force inouïe. De l'extérieur, Darion observait la scène avec un petit sourir. Derrière lui, sur l'arbre, se trouvait un cadavre cloué dont le sang gouttait encore le long du tronc. Un collier représentant une épée solaire pendouillait encore sur la base du cou du cadavre, qui ne possédait plus sa tête. Stilgar apparut enfin, faisant face à Darion, du sang recouvrant son armure.

- Ce fut un beau massacre Stilgar. Le message que nous venons d'envoyer fera sûrement réfléchir mon père à deux fois avant de venir nous attaquer. Viens...

Il incanta un portail d'ombres.

- ... Rentrons chez-nous.

L'instant d'après, ils pénétraient dans le portail, qui disparut presque instantanément, laissant la forteresse et ses cadavres encore fumants. Aujourd'hui, les ombres s'étaient éveillées, et le mal allait grandir de manière exponentielle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] _
MessageSujet: Re: [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]   [Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] Une Ombre dans le tonnerre. [Vindicare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Forêt des amanites :: Clairières-