''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Grey Ludger, pour vous servir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Grey Ludger

Le Géomancien

________________

avatar
________________


Race : Oracle
Classe : Ensorceleur
Métier : Musicien
Groupe : Rebelles

Âge : 900 ans

Messages : 5


MessageSujet: Grey Ludger, pour vous servir...   Dim 2 Juin 2013 - 3:03

* * *

Personnage


Nom : Ludger
Prénom : Grey
Rang : Le Géomancien

Âge : 900 ans
Sexe : Homme

Race : Oracle
Classe : Ensorceleur
Métier : Musicien
Croyances : -
Groupe : Rebelles
Équipement : Il a pour habitude de se battre avec des dagues.
Talents de combat physique : Plutôt agile pour un ensorceleur, il a cependant quelques difficultés à infliger des coups puissants.
Talents de magie : Ses études en matière de magie lui permettent de se servir de tous les éléments, Grey est cependant spécialisé en magie de la terre.
Talents divers : Doué en musique.
Pouvoirs particuliers : Pouvoir de changement d'apparence seulement à des fins purement esthétiques (modification de la texture de la peau, vieillissement...), exception faite pour la liquéfaction et la transformation en brume. Cependant, sous ces deux formes, il ne peut pas bouger, ni utiliser ses pouvoirs.

Apparence physique : Vous savez, l'apparence chez Grey a toujours été un point qui l'a beaucoup préoccupé. Il donne de l'importance à son style vestimentaire. Il n'a donc eu aucun mal à trouver les tenues adéquates pour se rendre à un spectacle, assister à un conseil ou même afin de se balader simplement dans la rue. A ce titre, il a l'habitude d'arborer deux types de tenues, l'une de campagne, l'autre de ville. Les couleurs qu'il aime porter sont variées et, finalement, forment un ensemble assez homogène. Les mélanges de plusieurs teintes sont assez fréquents chez lui. Doté d'un visage aux traits fins qui le rajeunissent de quelques siècles, d'yeux bleu nuit et d'une bouche fine, il plaît aux femmes, et il ne s'est jamais gêné pour se servir de cet atout...

Caractère, personnalité : Enjôleur. Tel est le premier mot qui me vient à l'esprit pour décrire Grey. Il adore charmer les femmes, aussi bien par plaisir qu'à dessein. Un paradoxe s'installe alors. Car si le Géomancien est très à l'aise avec les femmes qu'il attire, il l'est beaucoup moins en compagnie de celles qui repoussent ses avances, les hommes et quelques démons. Là, il est un peu renfermé sur lui même et ne parle pas beaucoup. Tout cet individualisme est aussi dû au fait qu'il n'a eu aucun frère ou sœur et que dès son jeune âge, il a dû se débrouiller seul très vite. Il n'aime pas compter sur les autres et d'après lui "on ne peut compter que sur soi même". Grey est aussi un homme d'honneur qui n'attaque jamais par derrière, et honorera toujours ses promesses.

Histoire :

L'homme entra dans la taverne A la panse repue en pensant déjà aux bières qu'il comptait boire. Épuisé, il ne voulait pas rentrer chez lui. Pas tout de suite. Sa femme risquerait encore de l'incendier pour avoir oublié d'acheter du pain, et il ne voulait pour rien au monde avoir à supporter ça. De toute manière, il comptait la quitter pour une autre, une jeune de quatre-cent ans. Ils en avaient marre tous les deux, de cette vie harassante. Lui, faisait partie de la rébellion, et elle travaillait en tant que médecin. Encore aujourd'hui, ils avaient vu des atrocités, assisté à des scènes de tortures, à des viols, et bien sûr, à des meurtres. Il s'assit devant l'aubergiste. Les vapeurs d'alcools l'enivrèrent. Tant mieux. Il ne devait plus penser à rien, rien de ce à quoi il avait pu assister. * Pense à une plage. Avec un coucher de soleil. * se disait-il. Il se frotta le menton. Il se remettait en question, comme toujours. Devait-il continuer à se battre pour une démocratie? Pourquoi ne pas rejoindre les Anges, pour un peu moins de problèmes? Non. Ce serait contre son code de l'honneur. Il avait fait des choix, des engagements, il devait s'y tenir. Il ne voulait pas être un toutou obéissant aveuglément à des ordres non plus. L'homme finit par commander sa bière. Il avait soif, comme toujours. Soif de liberté, soif de démocratie, soif de connaissance, et, à l'instant, soif tout court. Sa bière arriva. Il la dégusta, aucunement pressé de voir sa femme. Ils vieillissaient tous les deux, cela se voyait. Leurs capacités magiques accusaient les années que leur volaient le temps. Il en va ainsi. La mort n'a pas su leur imposer le droit de mourir jeune à leur naissance. Mais elle devra le fera un jour où l'autre, et ce jour approchait.

Quelqu'un entra. Les pensées de l'homme furent coupées net. C'était une femme. Elle s'assit à côté de lui. Son visage était caché par un voile, mais l'homme connaissait déjà les caractéristiques du visage de cette humaine : teint matte, cheveux bruns et longs, nez droit, et surtout des yeux mauves. Sa tenue était d'un style très exotique, alliant le violet, le blanc, l'or et l'argent. Il la connaissait. C'était une invocatrice de Beolan. Ils avaient vécu des aventures formidables ensemble, combattu des Spriggans dans la Forêt des amanites, des Lamias dans les rues de Venill... Grande spécialiste de la botanique, elle lui a toujours été d'une grande aide. Lui, il se demande souvent à quoi il servait réellement. Peut-être était-il un peu jaloux de la polyvalence de son ancienne coéquipière. Selon ses dires, il n'est bon qu'à balancer des sorts sortis de son imagination presque inépuisable. Mais cela ne le dérangeait pas ! Il adorait combattre. Les combats sont, pour lui, jouissifs. Cela lui permet de se donner en spectacle. Boules de feu, fouets d'eau, mains de pierre, lames d'air... voilà ce qui animent les combats de cet homme. Et il en était fier. Soudain, la femme commença à parler. Il était resté là à la fixer pendant combien de temps? Quelques minutes? Une demie-heure? Il ne saurait le dire.

" Tu as bu combien de bières? T'es resté à regarder droit devant toi sans rien dire pendant cinq minutes ! Il serait temps de te réveiller, humain ! "

" Oui oui, je t'écoute Lya, je t'écoute. Je suis seulement un peu fatigué. On a encore perdu beaucoup de rebelles aujourd'hui. Ça n'en finit plus. Mais de toute manière, tu ne peux pas me comprendre, solitaire que tu es ! "

" Je suis solitaire par nécessité ! Mais tu sais déjà pourquoi. Bref. Je suis venue ici pour que tu me parles d'un certain Grey Ludger. Son histoire m'intéresse. Je voudrais également faire équipe avec lui. J'aurais besoin de ses talents. Toi, tu te fais trop vieux, humain ! On m'a dit que tu le connaissais bien. Alors... Je t'écoute. "

" Je le connais mieux que quiconque ! On peut dire qu'il a tous les talents. Musicien hors pair, Ensorceleur émérite, charmeur dans l'âme, et érudit par dessus tout. Il fait honneur à notre race. En plus, il est rentré dans la rébellion ! Il nous est d'une grande aide ! Si tu entends parler de lui, sache qu'il est surnommé le Géomancien, pour ses aptitudes en magie de la Terre.
La maîtrise des magies élémentaires ne fut pas innée cependant. Il est né sans dons, quelque chose d'assez rare chez nous, les Oracles. Mais ses parents lui ont fait rattrapé en lui donnant des leçons de magie... assez spéciales. Les cours n'étaient pas magistraux. En tant que grande illusionniste, Erika Ludger a enseigné les magies du feu et de l'air à son fils grâce à un stratagème plutôt astucieux : elle lui a prit les mains et, grâce à une illusion, lui a expliqué le pourquoi du comment de ces deux éléments et POUF, cela lui a permis d'apprivoiser son contrôle du vent et des flammes. Son père, lui, a utilisé des artéfacts magiques permettant de transmettre des souvenirs, et lui a ainsi appris les bases de la Géokinésie et de l'Hydrokinésie. Et maintenant, il est devenu un très grand mage !
Ensuite, il étudia à Beolan l'histoire de la magie, et peaufina sa maîtrise des éléments. Il y restera jusqu'à la fin de ses études. Grey n'était pas un élève modèle, jugeant qu'il aurait des millénaires pour apprendre, ce qui, à mon sens, est une manière de raisonner totalement idiote. Je peux t'assurer, Lya, que même un Oracle de sept-mille ans comme moi n'a pas eu le temps de tout faire. Il y a toujours quelque chose qui te pousse vers l'aventure. Tu ne peux décemment pas rester seul dans une chambre, à bûcher tous les sorts du monde, ou du moins, pas de ton plein gré. Mais passons. A l'école de magie, il rencontrera Dwellana Messna, qui est à présent sa femme.
Mais au fil des siècles, ses conquêtes amoureuses se sont enchaînées, et se comptent à présent par centaines, aussi bien des paysannes, des bourgeoises, des marquises et même des filles de joie, et je m'arrêterai là. En neuf cent ans, il a eu le temps de faire beaucoup de choses, comme tu peux le constater.
En ce moment, il réside ici, à Madorass. Enfin résider est un bien grand mot, puisqu'il aime vagabonder. Pour ce qui est de son physique, si tu es amené à le croiser, sache qu'il n'est pas vraiment inhabituel, contrairement au tien, avec tes yeux. Grey se démarque plutôt par ses tenues, aux couleurs très vives. Il a un style bien à lui, en somme et... "


" Très bien. J'en sais assez je pense ! Mais j'ai entendu des choses bien pires sur Ludger... Comment se fait-il que toi, tu te montres fier de lui ? "

" Je le connais mieux que quiconque, je te le répète encore une fois. Et puis ça ne sert à rien que je dise du mal de lui... Il faut bien que je me montre fier de Grey. Après tout, c'est mon petit-fils ! "





En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? : Je dirais au moins 4 jours sur 7 !

Comment avez-vous découvert le forum ? : Grâce à des tops ^^

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? : Design assez sombre... On est presque en été, peut-être qu'il faudrait faire quelque chose de plus... light? ^^



Test-RP


J'étais prêt à obtenir un rang de la part des Mages. On allait me proclamer Grand Ensorceleur. Cela faisait si longtemps ! J'avais accompli des quêtes dangereuses, amassé des connaissances, obtenu des pouvoirs que je continue d'apprivoiser, rencontré des personnes qui m'ont permis de m'amuser... Je me sentais prêt à vivre autrement. Prêt à affronter le monde d'une manière encore plus brutale qu'alors. Cela ne va pas s'arrêter à des monstres plus coriaces, car tout rapporter au combat serait un peu bête, mais plutôt de rentrer plus profondément dans l'histoire, les origines et la pratique de la magie. J'ai acquis un niveau assez conséquent pour pouvoir les comprendre. Me revoilà donc chez moi, en compagnie de mes parents, pour fêter ça. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vus. Nous nous tenions dans le jardin, entouré par les herbes hautes que mon père n'avait plus coupé depuis des lustres. Je suis rentré dans la maison où j'avais grandi. Elle n'avait pas changé. Je suis monté déposer mes affaires dans la chambre, et je fus accueilli par les meubles, les objets, la chambre que j'avais toujours connus. J'ai envoyé mon sac sur le lit, puis je suis redescendu en hâte pour aider ma mère à préparer à manger. Au menu, rôti et pommes de terre. Après avoir mis le couvert, ce fut enfin prêt. Mes parents me faisaient face. Ils ont vieilli ! Mon père avait les cernes creusés, et quelques rides sur son front ainsi que sur les joues commençaient à le marquer de vieillesse. Ayant passé l'étape de la chute des cheveux il y a dix ans, il arborait une chevelure grise. Ma mère, elle, ne tentait même pas de se maquiller pour ne pas que l'on voie les désastres de l'âge. Elle avait toujours soutenu l'idée qu'il fallait laisser le temps faire son oeuvre. J'approuvai cette idée, mais j'ai toujours voulu être immortel. Non pas pour rester jeune éternellement, mais plutôt pour le savoir, la connaissance. En un millénaire, j'étais sûr de devenir extrêmement cultivé, sachant répondre à n'importe quelle question grâce à tout ce que j'ai appris. En seulement quelques siècles, c'était un peu plus compliqué. J'espère croiser un jour un immortel pour lui poser des questions. J'ai lu quelque part que l'on perdait de l'appétit, étant donné l'affaiblissement du goût... Un cri m'extirpa de mes pensées. Ma mère s'était fait mordre par un serpent bizarre, laissant deux trous dans son bras. Le sang coulait à flot. Mon père pris peur et tua le serpent grâce à un sort de feu. Il me regarda, puis me dit en souriant qu'il ne préférait pas prendre de risque. Le dîner se passa plutôt bien, ma mère avait seulement hérité d'un bandage. Le reste de la journée se passa normalement, sans événement particuliers. Et heureusement, car les ennuis commencèrent deux jours plus tard. Ma mère était gravement malade. Le serpent l'avait empoisonnée de manière irréversible. J'avais décidé de rester quelques temps, aussi mon père profita de ma présence. En guise de "test" pour valider mon rang de Haut Mage, il m'envoya chercher la Mandragore, une plante légendaire permettant, soit disant, de guérir de n'importe quelle maladie. Quelques heures plus tard, j'étais parti.

La forêt dans laquelle je me trouvais n'était en rien paisible, avec ses arbres immenses dont les feuilles presque noires pouvaient se comparer à des charbons et ses plantes alliant plusieurs tons de vert sombre. Et en plus, la brume omniprésente faisait de cet endroit un labyrinthe végétal. Mes dagues en main, je m’avançai. La brume s’épaississait au fur et a mesure que l’on avançait dans ce labyrinthe. Je ne pensais pas pouvoir utiliser la magie de l’eau, ne sachant pas si la brume était naturelle ou magique. La nuit tomba sans que je m'en rende compte. Les arbres semblaient bouger. En sortant ma lampe à huile pour pouvoir m’éclairer, je m’avançai prudemment dans la forêt. Peu d’étoiles parcouraient le ciel, et la lune était complète. Je me demandais à quoi pouvait ressembler une naissance de Mandragore. En y repensant, pourquoi mon père n’était-il pas allé chercher la plante lui-même ? Il était bien plus compétent que moi. Mais il était sans doute trop vieux pour faire quoi que ce soit... Cette forêt me remplissait de nostalgie, j'étais déjà venu ici maintes fois. Soudain, un rayon de lune éclaira un point bien précis, dans une clairière. Des particules s’élevèrent dans les airs. Était-ce la Mandragore? Je courus vers la zone éclairée par la lumière lunaire, ne voulant rien rater du spectacle qui se préparait.
A pas de loup, je me cachai derrière les buissons et, en m’accroupissant, je vis la scène.... Le Gardien de la plante était imposant, mais était somme toute assez petit. De la sueur glacée parcouru mon échine et accentua ma sensation de froid, déjà forte à cause de la brise venant du sud. C'était un golem de pierre. Il avait des yeux de jais luisants ainsi qu’un corps fait de roches et de minéraux qui craquaient à chacun de ses mouvements. Le Gardien poussa un râle déchirant pouvant faire déguerpir le plus grand des guerriers.
La Mandragore naissait au centre du plateau, non loin du Golem. En voulant m’écarter, je fis craquer une branche. Grave erreur. Dans le silence de la nuit, le bruit était distinct, trop même. Mon ennemi se retourna, puis me toisa. Je décidai de m’approcher. Je ne faisais strictement pas le poids face à un engin pareil. Mon adversaire leva son poing de pierre et l’écrasa sur le sol. L’action commença. J’esquivai avec peine les coups portés avec adresse par mon adversaire. Je me concentrai pour lancer un sort. Qu'allais-je utiliser? Un sort de feu? Non. Il ne fallait utiliser que l'eau face à un golem. Il ne me restait plus qu'à savoir de quelle manière... En extrayant de l’eau dans un arbre près de moi, j’utilisai le même sort que j'avais vu chez un élémental : j'ai créé un fouet. Je fis claquer ce fouet, détruisant les pierres qui composaient le pied de mon adversaire. Il riposta en m'envoyant valser avec l’autre, me coupant le souffle. A mon grand étonnement, mon arme ne disparut pas. Comment allais-je battre cette chose ? La créature s'approcha de moi puis me parla :

" Encore un qui essaie de me tenir tête pour avoir la plante légendaire. Je suppose que tu veuille sauver un être qui t’est cher ? Saches une chose : cette plante n'est pas aussi miraculeuse que tu ne le crois. Elle guérit seulement une fois sur deux... Es-tu prêt à continuer en sachant cela? Je n'en suis pas sûr. "

Je ne répondis pas. Bien évidemment que j'allais tout faire pour sauver ma mère. Et c'est lorsqu'il ouvrit la bouche que je me souvins. Une marque d'ancrage était clairement visible sur sa langue. Il fallait que je la détruise. Comment? Grâce à des boules d'eau, bien sûr ! Je répondis au gardien que je ne m’enfuirai pas, puis il poussa encore un cri puissant, venant du fond des âges, et me déposa sur le sol. J'ai lâché mon fouet d'eau, il se liquéfia. Le combat devenait trop long, je combattais depuis une heure déjà. D’un mouvement de main, je repris l’eau dans la flaque. Je savais déjà quoi faire. J'ai concentré le liquide dans ma main, puis je l'ai décomposé en plusieurs boules. Je les ai lancées en rafales pour avoir le plus de chances de toucher le point faible du Golem étant donné que ma précision lors d'un combat laissait à désirer. Cela a marché, j'ai littéralement détruit la tête et le cou organiques de mon adversaire. Les impacts laissèrent une traînée d'une sorte de poussière noire derrière eux, ainsi que de la vapeur d'eau : les boules, avec la vitesse, avaient chauffé. C'en était fini. D'un seul coup, le corps du Gardien de la Mandragore explosa en cette même poussière noire. La magie cessa de saturer l'air, et mon aura avec. J'ai poussé un long soupir de soulagement, puis ai récupéré la plante tant convoitée, en espérant qu'elle marche. Ou peut-être que le Golem avait fait du bluff, c'était une hypothèse plausible aussi...
Je suis retourné chez moi, non sans hâte. Il était temps de guérir ma mère.

Grey Ludger, le jour de mes 678 ans.

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Grey Ludger, pour vous servir...   Dim 2 Juin 2013 - 22:11

Bien.
Je te valide, n'oublie pas de modifier ton profil et passe ici pour ton rang :
Néro, Elem est venu ici...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Grey Ludger, pour vous servir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-