''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hitori Yamâme



________________

avatar
________________


Race : humain
Classe : élémentaliste
Métier : étudiant à Beolan
Croyances : aucune
Groupe : sorciers de Beolan

Âge : 21 ans

Messages : 52

Fiche de Personnage : BOOM


MessageSujet: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Lun 23 Sep 2013 - 13:56

" ... et donc nous avons décidé de t'assigner un tuteur pour t'aider à ... canaliser ton enthousiasme."

J'étais sidéré. Tellement pris de cours que je ne pouvais même pas parler. Un tuteur ? à mon âge ? J'étudiais tellement de matière que je mettais déjà du temps à assimiler les bases de chaque magie élémentaire, contrairement aux petits crétins qui se contentaient d'apprendre à manipuler le feu et se croyaient géniale parce qu'ils savaient faire une boule de feu au bout d'un mois. Ma classe était constituée de gamins de 5 à 10 ans plus jeunes que moi, et aucun de ces mioches n'avait de tuteur. J'étais déjà la risée de beaucoup d'entre eux, qui auraient été incapables de faire la moitié de ce que je faisais moi. Mais je le supportais, parce que je pouvais continuer de suivre mes propres recherches, sans avoir à rendre de compte à ce genre de personnes incompétentes.

Et on voulait m'assigner un tuteur ? Ils voulaient quoi au final ? M'enchaîner sur ma chaise et me faire réviser mes cours, alors que je les avais déjà assimilés depuis longtemps ? Le professeur référent de ma classe de magie du vent me regarda, un air désolé sur le visage. Il était celui de mes professeurs qui avaient le mieux sut cerner mes motivations et mon véritable talent, le seul auquel j'osai me confier quand j'avais besoin de soutient après avoir provoqué un accident. C'était sûrement la raison pour laquelle c'est lui qu'on avait envoyé me prévenir ...

Mr Weynd - Je suis désolé Hitori, je n'ai pas pu les en empêcher. Ils tiennent trop au mobilier de la tour, et ils ne voient que tes échecs et pas tes réussites. J'ai réussis à faire en sorte que ton tuteur soit plus âgé que toi, mais je n'ai rien pu faire d'autre.

Hitori - Et ... C'est qui ?

Mr Weynd - Un jeune archimage. Il a eu son diplôme depuis quelques années déjà, mais il atteint à peine ses trente ans. La plupart des professeurs l'adulent ou le jalousent, c'est selon. Il est brillant et sérieux, c'est pour ça qu'ils l'ont choisit. Mais il est jeune et son esprit est ouvert à la nouveauté, c'est pour ça que j'ai glissé son nom. Je pense que malgré les circonstance, vous pourriez apprendre beaucoup l'un de l'autre. Bon, je te laisse réfléchir.

Et réfléchir à quoi ? On allait me coller un fayot sous le pif. Et j'allais devoir l'écouter en plus ! Ah, cette fois ils avaient fait fort ! En même temps ... Après l'histoire de la fontaine de vision (ici), et l'épisode de la liche (), je ne pouvais pas vraiment leur en vouloir de vouloir me tenir sous surveillance, fut-elle légère. J'avalais ma salive. Ce petit génie allait venir ici dès la fin des cours, pour me faire "travailler sérieusement", sans doute; J'imaginais déjà un gosse qui avait vieillit trop vite, aigrit par la vie et qui s'était coupé du monde pour ne plus vivre qu'à travers les bouquins. Juste avant de refermer ma porte, Mr Weynd se retourna vers moi.

Mr Weynd - Ah oui, il s'appelle Tayer Ward. Il devrait arriver d'ici une heure ou deux, alors essaie de faire bonne impression. En camouflant les résultats de ton dernier essai par exemple.

Alors que la porte se fermait, je jetais un regard circulaire sur ma chambre. Les poils de l'épais tapis étaient roussis et brossé vers l'extérieur, témoins de la petite explosion qui avait secoué la pièce quelques minutes plus tôt. Les restes d'un colifichet en argent gisaient au sol, au milieu des débris de quelques boules de verre qui étaient tombées des étagères. Heureusement, elles ne contenaient rien de dangereux ou de magique, et avaient été purement décoratives.

Soupirant, je levais un léger souffle qui alla recueillir tous les éclats, avant de les déposer dans la poubelle. le même souffle rendis au tapis une tête potable, même si le centre restait roussis. Je ramassais ensuite les débris d'argent, avant de les envoyer rejoindre les éclats de verre. Avachis dans mon fauteuil, je tournai le dos à mon bureau pour plonger mon regard par la fenêtre. La situation paraissait vraiment terrible ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tayer Ward

Le jeune maître

________________

avatar
________________


Race : Humain/Demi-oracle
Classe : Archimage
Métier : Historien/scribe/recherchiste
Groupe : Mage de la tour de Beolan (royaume pour l'instant)

Âge : 29 ans

Messages : 57

Fiche de Personnage : Le grimoire de Tayer Ward


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Lun 23 Sep 2013 - 22:12

Du tutorat? Certes, Tayer y avait pensé mais jamais il n’aurait imaginé être à la charge d’un adulte d’environ son âge. Il regarda l’état déplorable de son bureau et soupira. Tout ce qu’il manquait dans son bureau était de l’ordre et une femme de ménage dévouée qui serait vite considérée comme une martyre. Tayer, prenant soin de ne pas écraser quoi que ce soit, avança d’un pas calculé jusqu’à la bibliothèque où certains de ses avaient su échappé au fouillis général. Il sortit deux trois manuels sans porter attention à la couverture et la reliure. Puis, une fois les livres en main, il s’arrêta au milieu de ce grand dépotoir qui lui servait de bureau. Le regard vague, il fixa le vide et se remémora son dernier entretient avec Bastien.

* * *

Tayer sourit en s’asseyant à la table. L’air innocent il regarda le grand homme à la chevelure grisonnante écrasée contre la table. Ce dernier le fixa froidement sans émettre un moindre son. Vivant la froide réalité, Tayer, lentement, prit une expression neutre. Pourquoi diable était-il dans cet état lamentable? Le vieux professeur semblait délaissé de toutes joies de vivre. Le blondinet toussota puis, au moment où il allait prendre parole, il fût devancé par Bastien.

- « Es-tu prêt à savoir qui tu devras superviser? En as-tu une idée? »
- « Hummmmm… J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’un jeune garçon quelque peu turbulent mais pourrez de talent! Il deviendra certainement meilleur que moi! Hahahahaha! »

Tayer rit seul. Bastien avait la même expression faciale. Le même visage neutre. Il arqua les sourcils en regardant Tayer qui, lentement, cessa de rire pour prendre un air perplexe. Ne supportant pas le regard froid de son supérieur, il tourna quelque peu les yeux. Le grand homme aigri par le temps soupira et accota son menton velu contre ces mains croisées.

- « Permet moi de clarifier les choses… Il se somme Hitori Yamâme. Il a 21 ans et est particulièrement doué en… Comment dire… Pyrotechnie récréative. »
- « Heu? Monsieur Yamâme… 21 ans… Pyrotechnie récréative… Heum… Vous entendez quoi par-là? » Demanda-il l’air niais.
- « Tu verras bien assez tôt… »

* * *

Qui était-il vraiment? Il n’en savait rien mais il n’allait pas tarder à le découvrir. Tayer sortit de son bureau se laissant envahir l’esprit par une multitude d’idées. Ils avaient presque le même âge non? Comment allait-il pouvoir faire figure d’autorité? Il marcha pendant tout juste une vingtaine de minutes avant d’aboutir devant la chambre de monsieur Yamâme. Tayer prit une grande respiration, bomba le torse avant d’expirer et reprendre son air décontracté habituel.  Il saisit la poignée de porte, la tourna et entra dans la pièce.

- « Bien le bonjour! Je suis le maître Ward et je suis ravi de faire votre connaissance monsieur Yamâme! Je… Heum… J’espère que nous serons capables de… De bien travailler ensemble! »  Le voyant méditatif devant la fenêtre, Tayer fit de grands yeux. « Misère… Auriez-vous préféré que je frappe avant d’entrée? »

Oui, ces deux-là allaient forcément faire une bonne équipe. Sans même que Tayer s’en rende compte, cette nouvelle rencontre allait surement stimuler l’avènement d’un nouvel acte important de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hitori Yamâme



________________

avatar
________________


Race : humain
Classe : élémentaliste
Métier : étudiant à Beolan
Croyances : aucune
Groupe : sorciers de Beolan

Âge : 21 ans

Messages : 52

Fiche de Personnage : BOOM


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Mar 24 Sep 2013 - 8:59

Tayer - Bien le bonjour! Je suis le maître Ward et je suis ravi de faire votre connaissance monsieur Yamâme! Je… Heum… J’espère que nous serons capables de… De bien travailler ensemble! Le voyant méditatif devant la fenêtre, Tayer fit de grands yeux. Misère… Auriez-vous préféré que je frappe avant d’entrée?

Le maître Ward ? Bien travailler ensemble ? Frapper avant d’entrer ? Ce devait être ledit tuteur. Il paraissait qu’il était doué et sérieux dans son travail. Il devait être à mourir d’ennui de conformation aux cours et de confiance aveugle envers les anciens et leurs écrits. Je me retournai donc vers lui, en profitant pour me forger une opinion sur lui en lui jetant un coup d’œil. Frêle, clair. Un archimage dans tout son cliché, petit corps et grosse magie. Enfin bon, de ce côté-là je n’étais pas le mieux placé pour critiquer.

Hitori – Vous voudrez bien m’excuser de ne pas sauter de joie ? Vous a-t-on expliqué pourquoi vous êtes là ? Car ce n’est pas pour m’aider à réviser mes cours, bien qu’il s’agisse normalement du rôle d’un tuteur : ils vous ont donné la lourde tâche de me canaliser.

J’avais presque craché ce dernier mot. J’avais presque de la peine pour ce Ward, qui ne semblait pas savoir dans quoi il était tombé. Je me levais pour lui serrer la main malgré tout, en continuant de lui parler : qu’au moins il sache dans quoi il avait mis les pieds.

Hitori – Selon mes professeurs et quelques autres, vous avez devant vous le pire élève qui puisse être : indiscipline, provocation d’accident en tout genre, source de la moitié du mobilier actuel de la tour par destruction de l’ancien. Mon nom, Hitori Yamâme. Je fais en fait quelques recherches de mon côté, malheureusement mes expérimentations finissent souvent de la même façon : une explosion.

Prenant une pause, je tournai sur moi-même pour désigner mon étagère surchargée de livres et manuels divers, pourtant tous sur le même sujet : la magie élémentaire de [insérer l’élément], premier cycle.

Hitori – ça fait 14 ans que j’étudie les bases de chaque forme de la magie élémentaire. L’eau, le feu, la terre, le vent, la glace, la foudre, et tout le toutim. Je suis en deuxième ou troisième année seulement dans chacune de ces matières, bêtement parce que j’ai de fait une somme de connaissances monstrueuses à ingurgiter. Mes bases, je les connais. La moitié de chaque cours, je le maîtrise. Alors pour pallier à mon ennui …

Je me dirige cette fois vers mon bureau. J’ouvre le pupitre, exhibant une douzaine de gros carnets de notes alignés comme des petits soldats à la veille d’une grande bataille. La plupart sont roussis sur leur couverture à certains endroits. Aucun ne porte de titre, mais tous sont pleins de notes et de gribouillis. J’en fais peut-être beaucoup en ce qui concerne la mise en scène, mais qu’importe.

Hitori – Je test. Chaque sort qu’on m’a enseigné. Je le tourne, je le détourne, je le décharge, je le surcharge, je le lie et le délie avec les autres. Plusieurs fois, sous différentes conditions. J’observe et je retiens, je note et j’extrapole. Dans 99% des cas, il n’y a rien de plus qu’une explosion. Ce qui a fait de moi le fléau du mobilier de la tour. Mais pour le reste …

Une étincelle d’excitation se mit à briller dans mon œil. Pour le reste, c’était toujours fascinant ! Je provoquais un débordement de flammes et de fortes rafales de vent dans cette petite pièce. Comme si le chaos avait pris possession de ma chambre, la plupart des bibelots s’étaient mis à virevolter à travers la pièce. Puis tout fut finit presque aussi vite que c’était arrivé. Un oisillon aux couleurs rouges violacées se tenait entre nous deux. Avec emphase je le désignai à son tour.

Hitori – Que venez-nous de voir, Mr Ward ? Pour moi, vous venez d’assister à la création d’un phœnix sous sa forme juvénile, ou à une nouvelle technique d’invocation des animaux mythiques. Pour ceux qui vous ont menés ici, vous venez de voir un dangereux trublion mettre à mal la tour pour sa propre satisfaction malsaine. Ce que certains qualifient avec plus ou moins de dédain de pyrotechnie récréative.

Dans un soupir, je m’étalai dans mon fauteuil. Le petit phœnix disparut dans une gerbe de flammes. J’adressai un pauvre sourire à mon « tuteur », réellement compatissant.

Hitori – Mes expériences portent sur les harmoniques magiques de chaque sort existant. Vous pouvez essayer de m’aider, ou de m’empêcher de faire ces recherches. Si vous avez été amené ici, c’est bien pour m’en empêcher ceci dit. A partir de maintenant, chaque « bêtise » que je ferais retombera aussi sur vous. Et bien que j’en sois désolé, je ne compte pas interrompre ce que je fais depuis mes 10 ans.

Je soufflais un peu, scrutant mon tuteur pour essayer de deviner son camp. J’avais fait preuve de beaucoup d’emphase et d’un peu de mauvaise foi. J’avais été simpliste, et réducteur, tant en parlant de mon travail que de mes professeurs. Je me demandais vraiment ce qu’il en pensait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tayer Ward

Le jeune maître

________________

avatar
________________


Race : Humain/Demi-oracle
Classe : Archimage
Métier : Historien/scribe/recherchiste
Groupe : Mage de la tour de Beolan (royaume pour l'instant)

Âge : 29 ans

Messages : 57

Fiche de Personnage : Le grimoire de Tayer Ward


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Mar 24 Sep 2013 - 17:05

Le canaliser. Oui. Tayer le savait mais ne pouvais se résoudra à utiliser un tel mot. Lui-même auparavant avait fait son lot de bêtises avant de croître son expertise en matière de contrôle magique. Pour lui, ce jeune monsieur était tout simplement au stade de « l’expérimentation ». Un stade normal du développement de chacun. Tous doivent, un jour ou l’autre, tenter d’atteindre leur limite. De découvrir qu’elle peut-être l’étendue de leur pouvoir. Puis en écoutant le discours du jeune homme il fit un visage perplexe. Explosion… Est-ce cela que Bastien appelait « pyrotechnie récréative »? Pour Tayer, une explosion était tout simplement le signe concret d’une maîtrise menue sur un flux magique important. Mais Hitori continua de parler. Il présenta la bibliothèque à Tayer en présentant tous les ouvrages élémentaires. Le blondinet s’approcha de l’étagère emplit de bouquins les yeux gros de surprise. Ce jeune homme est-il réellement en mesure d’exploiter tous ces flux élémentaires différents? Je ne peux pas le croire! Si tel est le cas alors il ne fait nul doute que…

La voix d’Hitori le sortit de ses pensées. Tayer tourna la tête afin d’observer le jeune homme aux cheveux blancs qui était rendu derrière son bureau. Modifier l’énergie? N’est-ce pas un peu dangereux? Tayer en gardait de mauvais souvenir. Lui ne maîtrisait que la lumière et cette énergie n’agissait, selon lui, que sur un seul champ. Modifier la forme de la lumière, accroître sa teneur en énergie et modifier son essence n’étaient pas chose aisée. Le jeune archimage comprit en un rien de temps que Hitori fixait la barre très haute. Si un élément était compliqué à « contrôler » à la perfection alors allez imaginer contrôler tous les éléments et être en mesure de les modifier et les fusionner! Il fallait être un surhomme! Puis, Tayer regarda, au début complétement neutre, puis complètement émerveiller, le tourbillon de flamme qui engendra le petit oiseau rougeoyant dans le milieu de la pièce. Il n’était pas plus gros qu’un poulet mais affichait toutes les caractéristiques d’un phénix. Sans un mot, Tayer regarda la petite créature avec un air amusé. Hitori continua de parler et fit lui aussi mention de « pytotechnie récréative ». Cependant, Tayer le savait, la magie loin avant d’être une science est un art. La magie ne cherche pas nécessairement à se faire comprendre. Elle cherche d’avantage à s’exprimer. Ce jeune avait un talent formidable c’était clair. Ce qui lui manquait, un rien pas grand-chose, c’était le support d’un maître d’expérience et d’assez fous pour le supporter dans ces « recherches ».

- « Mes expériences portent sur les harmoniques magiques de chaque sort existant. Vous pouvez essayer de m’aider, ou de m’empêcher de faire ces recherches. Si vous avez été amené ici, c’est bien pour m’en empêcher ceci dit. A partir de maintenant, chaque « bêtise » que je ferais retombera aussi sur vous. Et bien que j’en sois désolé, je ne compte pas interrompre ce que je fais depuis mes 10 ans. »

- « Dix années? Vous travaillez là-dessus depuis vos dix ans? Combien de temps vous coûtera vos recherches monsieur Yâmame? Le savez-vous? Tous ce que vous faites ne se résume qu’à des échecs cuisants. Ce phénix avait au plus la taille de la volaille qui se trouvait dans mon assiette la nuit dernière! De plus, la magie élémentaire n’est pas à la portée de tous! Il faut un grand talent et beaucoup de sérieux pour faire ce que vous voulez! Vos lacunes vous suivront toute votre existence et jamais vous ne parviendrez à être un Grand maître en empilant échec par-dessus échec! Votre science, vos études et votre volonté ne sont que pure folie! »

Le ton de Tayer était sec et son visage impassible. Il ne laissait entrevoir aucune émotion et était de marbre. Il s’avança et s’arrête à quelques pieds du jeune homme étalé sur son fauteuil. Puis, en une fraction de seconde, l’expression de Tayer changea. Il venait de passer de la glace au feu, des ténèbres à la lumière. Il adressait un sourire niais au jeune homme.

- « Voilà ce que Bastien de Volestieux t’aurait dit! Pour ma part, je préfère enchaîner mes idées comme suis. Tu as la volonté mais ce qui te manque c’est l’expertise. Ne cherche pas à comprendre la magie mais contente toi que de l’inspirer. Tu as le talent et tu viens de me le démontrer juste là, sous mes yeux! Tu n’es pas un novice qui ne maîtrise pas ses bases. Tu es un chercheur qui ne parvient pas à trouver la vérité. Tu n’es pas fou. Tu es... heum… comment dire… incompris. Oui! C’est parfaitement le mot que je cherchais! Aussi, loin de moi l’idée de t’arracher ton savoir acquis depuis les dix dernières années. Tu as un grand potentiel et j’ose espérer que tu prouveras à l’ensemble du consortium que parfois les « fous » ont raison. En m’impliquant dans ces interventions d’appoint, je pensais tomber sur un môme incapable d’apprendre ces leçons. Bizarrement, le destin en a voulu autrement. » Tayer fit une pause et regarda Hitori les yeux étincelants. Le blondinet avait une certaine éloquence en plus de la manie d’agir et de toujours prendre position. Il tendit la main au jeune homme qui se tenait devant lui. « Je ne crois pas que nous devrions parler de tutorat. Nous devrions plutôt parler de… partenariat. Qu’en pensez-vous… Maître Yâmane? »

Était-ce une mauvaise idée? Qu’allait-il se passer désormais? Tayer l’ignorait mais était prêt à faire confiance à ce jeune homme et l’aider à réussir. Ses recherches étaient intrigantes et ce que Tayer venait de voir plutôt ne relevait pas de la chance ou de la folie mais bien d’un grand talent. Il en avait la certitude!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hitori Yamâme



________________

avatar
________________


Race : humain
Classe : élémentaliste
Métier : étudiant à Beolan
Croyances : aucune
Groupe : sorciers de Beolan

Âge : 21 ans

Messages : 52

Fiche de Personnage : BOOM


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Mar 24 Sep 2013 - 23:34

La première partie du discours de Tayer me refroidit rapidement ... Alors au final, c'était bien le frigide petit toutou des professeurs ? Pourtant Mr Weynd avait dis du bien de lui ... La suite me rassura rapidement. Il avait alors l'apparence de quelqu'un de sympathique, et il était autrement plus encourageant.

Tayer - Tu as un grand potentiel et j’ose espérer que tu prouveras à l’ensemble du consortium que parfois les « fous » ont raison. En m’impliquant dans ces interventions d’appoint, je pensais tomber sur un môme incapable d’apprendre ces leçons. Bizarrement, le destin en a voulu autrement.  Je ne crois pas que nous devrions parler de tutorat. Nous devrions plutôt parler de… partenariat. Qu’en pensez-vous… Maître Yâmane?

Je devais avoir une drôle de tronche. Vraiment. Je ne pouvais même pas imaginer que j'avais entendu ce que je venais d'entendre. C'était vraiment sérieux ? J'avais, je le sentais, les yeux exorbités et la mâchoire pendante. Il venait de me proposer non pas de fermer les yeux sur mes agissements, mais bien plus de m'aider ? Je secouai la tête, me remettant de mes émotions. Je pivotai sur mon siège, refaisant face à mon bureau, et aux carnets qu'il contenait. J'en retirai ceux qui avaient des marques pages, pour les ouvrir aux pages concernées.

Hitori - Si vous êtes sérieux, alors autant que vous ayez devant vous les résultats déjà obtenus. Çà fait peu j'avoue, mais ... chaque page de ces carnets est une expérience, seules sont marquées les pages où elle a été concluante. Chaque carnet contient les tests effectués sur un sort de chaque élément. Il y a quinze pages marquées. Six créatures dont le phœnix. Et neuf autres sorts qui ont muté de façon différente, dans des circonstances précises.

Parmi ces neufs autre sorts, il y avait une boule de feu qui s'était changée en rayon ardent d'une puissance folle, une bulle d'eau qui avait soudain pris la forme d'un serpent, un sort de pas de braise qui s'était mue en tour de feu mineure (j'avais eu chaud ce jour-là), un sort de foudre qui s'était dispersé en milles flammèches scintillantes, et d'autres mutations surprenantes. Étaient également consignées les circonstances particulières dans lesquelles ces prodiges avaient eu lieu : surcharge énergétique du sort, modifications des formules para-psychics d'impulsion, et autres modifications que j'avais faites consciemment (ou non, avant de les notifier puis les consigner). Mon ton se fit plus excité alors que je donnais les explications préliminaires.

Hitori - Et aussi souvent que ces circonstances se reproduisent à l'identique, les effets se reproduisent encore. Mais 15 sorts en 10 ans ... c'est ... peu. J'ai réussis à trouver quelques conditions redondantes, et sur les 15, 5 ont été découverts cette année uniquement. Pourtant, je suis sûr qu'il y a quelque chose qui m'échappe encore ... un déclencheur. Ou même plusieurs, qui sait ?

Oui, modifier les sorts, c'était ma raison de continuer dans la voie du mage. On pouvait faire tout à partir de n'importe quoi. Le propre de la magie est de faire des choses impossibles ... Alors était-il possible qu'elle brise ses propres barrières ? C'était évident que oui ! Et moi, je voulais comprendre comment un mage pouvait l'obliger à le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tayer Ward

Le jeune maître

________________

avatar
________________


Race : Humain/Demi-oracle
Classe : Archimage
Métier : Historien/scribe/recherchiste
Groupe : Mage de la tour de Beolan (royaume pour l'instant)

Âge : 29 ans

Messages : 57

Fiche de Personnage : Le grimoire de Tayer Ward


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Mer 25 Sep 2013 - 3:17

[justify]Tayer n’en croyait pas ces yeux. Toutes les pages de tous ces carnets contenaient les traces de l’une de ses expérimentations. Sur ces centaines, pour ne pas dire milliers, d’essais-erreurs seulement quinze sorts avaient été concluent. Cependant, en écoutant son associé, Tayer fit rapidement un petit calcul mental. Depuis dix ans, quinze de ses expériences ont été concluantes. Cependant, seulement cette année, cinq l’ont été. Donc, un tiers de ses expérimentations réussies sont très récentes.  Cette idée lui traversa l’esprit alors qu’il feuilletait les quelques premières pages de l’un des relevés de note de Hitori. Il devait y avoir une raison pour cela. Pourquoi soudainement ses expérimentations se révélaient plus concluantes? Tayer s’assis sur le divan et se gratta le menton.

Il écouta attentivement le jeune homme et décida de se creuser les méninges. Oui. Tayer avait toujours eut une vision chaotique de la magie. L’on donne à une source d’énergie une forme, une valeur et une essence afin de la manipuler et concrétiser son existence. Était-il possible de muter l’existence même de cette énergie avec une autre? S’il partait du fait que rien n’est impossible, le blondinet entrevoyait bien la possibilité de muter deux afflux magiques avant de leur fournir une essence définie mais cela relevait d’une science des plus avancé. Comment diable pouvait-on muter l’énergie à sa source. Si l’on était en mesure de modifier la nature chaotique de l’énergie avant de la concrétisé il semblait normal que deux flux complètement différent soient en mesure de se joindre.

Cependant, c’est cette année, selon ses dires, qu’il fût le plus productif. Tayer continuait de réfléchir en survolant les pages du carnet des yeux. Puis, voyant qu’il s’embourbait dans un dédale intellectuel sans issu, il releva la tête pour regarder Hitori.

- « Qu’as-tu changé pour obtenir des résultats aussi significatifs au courant de cette dernière année? Heumm… Je veux dire… As-tu changer ta façon de procéder à tes expérimentations? Je crois que tu es sur la bonne voie pour avoir réussi à cheminer aussi rapidement contrairement aux années. Si tu mets le doigt sur ce qui t’a permis d’aussi bien performé alors je crois être en mesure de réfléchir à partir de ce fait.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hitori Yamâme



________________

avatar
________________


Race : humain
Classe : élémentaliste
Métier : étudiant à Beolan
Croyances : aucune
Groupe : sorciers de Beolan

Âge : 21 ans

Messages : 52

Fiche de Personnage : BOOM


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Mer 25 Sep 2013 - 16:01

Tayer - Qu’as-tu changé pour obtenir des résultats aussi significatifs au courant de cette dernière année? Heumm… Je veux dire… As-tu changer ta façon de procéder à tes expérimentations? Je crois que tu es sur la bonne voie pour avoir réussi à cheminer aussi rapidement contrairement aux années. Si tu mets le doigt sur ce qui t’a permis d’aussi bien performé alors je crois être en mesure de réfléchir à partir de ce fait.

Je fis la moue. J'avais bien sûr remarqué une très nette amélioration dans mes recherches : il aurait fallut être stupide pour ne pas le noter. seulement, il n'y avait guère de choses qui avaient changées.

Hitori - C'est là que le bas blesse. Ce que je fais, c'est de l'empirisme. Je fonctionne toujours sur les même mécanismes, j'ai juste une plus grande maîtrise de mes capacités qu'à mes dix ans. De fait, mes actions sont plus fines, plus précises. A terme, je pense être capable de faire appel aux harmoniques des sorts sans soucis. Mais même aujourd'hui, j'en suis encore loin.

Je saisi un des carnets qui n'était pas marqué, l'ouvrant à un page particulière. Je positionnai la page référençant le sort de foudre qui était devenu pluie de braises.

Hitori - Pour autant que je sache, ce sont les mêmes conditions d'expérimentation. L'échec s'est produit il y a 7 ans, la "réussite" il y a deux ans. La seule chose qui a changé entre les deux, c'est mon niveau de maîtrise de la magie.

C'était assez frustrant en fait. Il y a peu, j'avais commencé à reprendre d'anciennes expériences au hasard de mes envies, par soucis d'exhaustivité. Qui sait si je n'avais pas raté d'autres harmoniques de ce genre ? C'était terrible de devoir avouer que ce que j'avais fait il y a dix ans était peut-être complètement à refaire. Je me mordis la lèvre inférieure, saisissant un autre petit carnet. Plus récent, il était à peine entamé.

Hitori - Celui-là est à part. J'y consigne seulement les réussites, et je rajoute le nombre d'essais similaires et leur date. C'est sûrement là-dedans que se trouve une clé, si elle ne m'a pas échappée bien sûr.

Le domaine était complètement éludé par les mages de la tour, en fait. Du coup, il n'y avait aucun ouvrage qui puisse me guider. Je ne savais donc pas ce qui pouvais altérer un sort, la seule chose pouvant me donner une idée étant les mises en garde des professeurs en travaux pratiques et mes propres ressentis. Je jetai un œil à ce Ward, puis me redressais.

Hitori - Mais je doute qu'il suffise de claquer des doigts pour percer de tels mystères. Ça fait déjà beaucoup à avaler pour vous en une seule fois. Je suis heureux que quelqu'un s'intéresse à mes travaux autrement que pour les dénigrer, mais nous n'avons fait que survoler le sujet. Je vous laisse emporter tous les carnets que vous voudrez.

Moi, je n'en avais pas besoin. J'avais une mémoire à toute épreuve. J'aurai pus réciter chaque mot de chaque carnet. Je ne les avais écrits qu'au cas où, et pour me donner une base si jamais, un jour, j'en venait à avoir assez de matière pour rédiger un gros ouvrage.

Et puis, c'était l'heure de la laitière : j'avais la chance de donner côté rue. Tous les soirs, à la même heure, la petite laitière (une fille à croquer) traversait la rue, en portant ses bouteilles. J'avais depuis ma fenêtre, une vue imprenable sur sa généreuse poitrine. Je n'avais, de fait, que deux passions dans la vie : la magie, et le filles. Or, si j'étais heureux de partager la première, la seconde me faisait l'effet de devoir rester personnelle. Et comme la laitière ne passait qu'une fois par jour, elle prenait la priorité sur le reste. Pendant que mon ... tuteur ? partenaire ? ... faisait son choix, je jetais de fréquents regards vers ma fenêtre : j'espérais ne pas raté le spectacle aujourd'hui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tayer Ward

Le jeune maître

________________

avatar
________________


Race : Humain/Demi-oracle
Classe : Archimage
Métier : Historien/scribe/recherchiste
Groupe : Mage de la tour de Beolan (royaume pour l'instant)

Âge : 29 ans

Messages : 57

Fiche de Personnage : Le grimoire de Tayer Ward


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Mer 25 Sep 2013 - 18:41

Tayer réfléchit encore un peu. Si la base de ses réussites était en lien directe avec son unique maîtrise de la magie alors ce jeune homme avait réellement un don remarquable. Tayer ne savait pas ce qui clochait. Peut-être était-ce juste l’expertise? Qui pouvaient bien savoir? Le jeune archimage n’était pas spécialisé en magie élémentaire mais bien en la magie dite « de source ». Il écarquilla les yeux. Et si c’était cela? Si sans le même le savoir il était en mesure de modifier la source d’un sort? Faisait-il cela inconsciemment? Le blondinet l’ignorait mais une chose était certaine, son acolyte l’ignorait aussi. Il lâcha le nouveau carnet des yeux et jeta un coup d’œil en coulisse à Hitori qui semblait fort préoccupé par la fenêtre. Voyant son intérêt pour ce qui semblait se passer à l’extérieur, Tayer soupira.

- « Je devrai y réfléchir plus longuement. Il ne t’ennuie pas que je t’emprunte deux ou trois de ces carnets n’est-ce pas? Je tâcherai de découvrir quelque chose de mon côté. Aussi, il serait préférable que tu limites un peu tes expérimentations. Essais de ne pas trop attirer l’attention de ceux qui sont facilement irritable. Je passerai chaque jour pour te filer un coup de main s’il le faut et je préfèrerais que tu m’attendes avant de te livrer aux travaux pratiques. »

Tayer se releva et se dirigea vers la sortie de la chambre. Il s’arrêta avant d’ouvrir la porte pour se retourner une dernière fois en direction de Hiratori. Il semblait très intéressé par l’extérieur et Tayer hésita un instant avant d’élever le ton afin de sortir son associé de sa transe.

- « Est-ce que cela vous convient? … Que diable regardez-vous comme cela? » demanda-il avec un air perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hitori Yamâme



________________

avatar
________________


Race : humain
Classe : élémentaliste
Métier : étudiant à Beolan
Croyances : aucune
Groupe : sorciers de Beolan

Âge : 21 ans

Messages : 52

Fiche de Personnage : BOOM


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Ven 4 Oct 2013 - 11:11

[désolé du retard, j'ai des rps à rattraper ailleurs, alors je peux pas toujours répondre du tac au tac ^^]

Tayer - Que diable regardez-vous comme cela ?

Je sursautai, je n'avais pas fait attention à ses dernières paroles. Je m'empourprai un peu, mais les courbes voluptueuses de la laitières s'évanouissaient au coin de la rue. Je me retournai vivement, tâchant au mieux de cacher mon malaise.

Hitori - Ho, rien de particulier vraiment. Prenez ce dont vous avez besoin, je vous en prie. Nous nous reverrons demain soir, c'est cela ?

Je poussai presque mon "tuteur/associé" hors de ma chambre, j'avais en fait besoin d'un peu de calme pour réfléchir, fait rare s'il en est. Ce Mr Ward était quelqu'un de sympathique, mais aussi tout ce qui s'était passé dans les dernières heures m'avait un peu chamboulé. Je devais faire le point.

Je m'allongeai sur mon lit, les mains croisées derrière la tête, et me mis à fixer le plafond. Les derniers évènements tournaient en boucle dans ma tête, de la stupéfaction d'être mis sous tutelle à celle de me trouver devant quelqu'un qui apportait du crédit à mes recherches. Je repassais les dix dernières années de tests dans mon esprit : un enchaînement d'échecs qui n'en étaient pas tous, des découvertes exaltantes non reconnues ...

La seule chose qui avait réellement surpris les professeurs et les avait amenés à me considérer autrement que comme un fauteur de troubles, c'était la mise au point de ces sorts de création ou d'invocation (eux-même ne savaient le dire) de créatures mythiques. Cela, selon eux, témoignait d'une grande puissance magique, et le jour où j'avais mis au point le procédé, j'avais été promis à un grand avenir ... comme quoi les temps et les opinions changent.

Le lendemain, je n'écoutai les cours d'utilisation des artéfacts que d'une oreille distraite. J'avais déjà entendu les modalités d'activation des pendentifs à trans-subduction spacio-élémentaires une ou deux fois au moins, j'aurais presque pu répéter ce que le professeur était en train de dire mot pour mot. Le soir se rapprochait, et je me demandais si Tayer avait compris quelque chose en fouillant dans mes carnets. Je retournai également cette histoire de "tisseur" dont m'avait parlé Mme Tyg, qui me donnait actuellement des cours en magie du feu.

Avec l'aide de ces deux personnes, peut-être réussirais-je vraiment à saisir les tenants et les aboutissants, les mécaniques qui menaient les sorts à muter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tayer Ward

Le jeune maître

________________

avatar
________________


Race : Humain/Demi-oracle
Classe : Archimage
Métier : Historien/scribe/recherchiste
Groupe : Mage de la tour de Beolan (royaume pour l'instant)

Âge : 29 ans

Messages : 57

Fiche de Personnage : Le grimoire de Tayer Ward


MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   Ven 4 Oct 2013 - 17:50

Spoiler:
 

Tayer sortit de la chambre un peu précipitamment avec l’aide plus que cordiale de son associé. Puis, au moment où il s’apprêtait à lui dire au revoir, la porte se ferma sous son nez. Il sourit devant cette porte fermé en se remémorant ce qu’il venait tout juste de se passer. Il soupira puis se dirigea lentement vers son bureau. Avec quelques carnets dont celui ou était noté toutes les réussites. Il mit quelques vingt minutes pour atteindre son bureau. Puis, une fois seul, il s’enferma dans la salle quelque peu bordélique en déposant les carnets sur son bureau. Il réfléchit. Dans ses dernières recherches, il avait découvert que tous les éléments étaient composés d’un type énergétique prédéfini. En un premier lieu, l’essence élémentaire donnait une forme au sort choisit puis, en un second temps, le type énergétique fournissait et traduisait l’intensité atteinte par un sort. Il agrippa les carnets et commença à survoler chaque tentative empirique de Hitori des yeux. Bien sûr, il ne prêtait guère attention à ces flux et cela était normal. Selon la théorie que Tayer avait développée, seules deux sources de magie n’étaient pas « neutre ». La première était la lumière et la seconde était son opposé, les ombres. Le reste de sa théorie était basé sur l’absolu que les éléments étaient neutres qu’il réagissait par forme mais jamais par échange énergétique.

Tayer continua de penser. Et s’il avait lui-même tort? Peut-être que les éléments naturels n’étaient pas neutre dans l’absolu. Il ouvrit le carnet des expériences réussies de Hitori stimulé par une idée nouvelle. Tel un enfant stimulé par l’idée de faire un dessin, Tayer agrippa une pierre fine et se releva pour faire face à l’ardoise qui était accroché au mur. Il commença à retranscrire chacune des expérimentations réussies de Hitori.

- « La boule de feu… Un rayon ardent. Un sort de pas enflammé… Une colonne de flamme. Un sort d’eau… Un serpent. La foudre… Une nuée d’étincelles. »

Tayer répéta ces quelques mots et se gratta le menton. Le blondinet commençait à mettre en doute sa propre théorie. S’il y existait un flux énergétique dans les éléments qu’il disait neutre alors il était tout à fait probable que certains réagissent à une impulsion arcannique accrue ou à un mixage avec un élément d’une autre essence. Oui. L’archimage avait le cerveau en ébullition. Il s’attaque à l’ardoise à coups de calculs, de probabilités et autres notions purement arcannique. Il voyageait entre son tableau de travail et sa bibliothèque à de multiple reprise. S’il parvenait à reproduire l’une des expérimentations d’Hitori d’une manière concluante alors il aura trouvé l’une des clés de son problème. Tayer se décida d’essayer. Il alla derrière son bureau pour ressortir délicatement deux pierres tonnerres de son tiroir. Lui n’était pas Hitori. Il ne maîtrisait pas les éléments neutres mais avait une forte affinité avec la lumière qui était hautement énergétique. En usant d’un sort de lévitation de base, il projeta d’un revers de poignet tous se qui couvrait le sol dans les quatre coins de la pièce et fit léviter les deux petites pierres dans le milieu. Aussitôt, les deux petits cailloux, une fois en harmonie émirent un arc électrique qui les relia. Le courant électrique était visible à l’œil nu et était d’origine magique. Tayer se retourna pour faire face au tableau. S’il voulait une réaction, il devait d’abord s’assurer que cet élément électrique était bel et bien énergique et non pas neutre. Comment faire? Il arrivait devant le même problème que Hitori. Il n’avait aucune façon d’avoir la certitude de cela. Était-ce prudent de chargé un élément qui était possiblement neutre? Mais du coup qu’il ne le soit pas? Le blondinet pesa les pours et les contres puis haussa les épaules.

- « Si j’essaie, je le saurai. 1, 2… 3! » Suite à ce décompte, il projeta de minces rayons de lumière vers l’arc électrique en concentrant son champ arcannique afin de chargé la foudre d’énergie.

Le choc fut violent! L’arc électrique prit une couleur blanchâtre et… explosa! Le choc propulsa Tayer contre son bureau et ce dernier contre le mur. Les bibliothèques vomirent le contenu de leurs étagères sous l’impact du choc et les feuilles et autres parchemins qui traînaient par-ci par-là s’envolèrent dans les airs. Tayer se releva le visage couvert de poussière et assourdi par le vacarme horrible. Il regarda la salle perplexe. C’était un vrai champ de bataille. Le champ électrique des pierres reprit. Tayer soupira. Cet élément était bel et bien neutre bien que cela ne soit peut-être pas absolu. Il y existait une probabilité, aussi mince soit-elle, que parfois les éléments ne soient pas neutres. Le blondinet entendit des jurons venir de l’extérieure. Le son de l’explosion avait dû en déranger plus d’un. L’archimage se gratta la tête.

- « Je comprends ce que ressent Hitori maintenant… » dit-il tout bas offusqué par l’échec et par le fait qu’il se savait près de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]   

Revenir en haut Aller en bas
 

lumière sur le fléau du mobilier [pv Hitori/Tayer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Tour des mages-