''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'aventure continue [ANNULÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: L'aventure continue [ANNULÉ]   Dim 1 Déc 2013 - 23:13


" Comme le temps peut changer un Homme. Je ne sais pas si je devrais inclure également l'argent mais, ce qui est certain, c'est que ce paramètre a eu son rôle à jouer. Je ne saurais pas dire comment précisément, tout est allé si vite mais, nous en sommes là, au commencement d'un nouveau chapitre. Je ne sais pas non plus ce qu'il me réservera, le précédent m'a déjà surpris au plus haut point. Cette séraphine, mon voyage dans le Vein, mon laboratoire, ce général étrange ... J'ai eu du mal à retrouver mes repères. Je me suis servi de ma part du trésor pour faire reconstruire mon habitat dans un endroit plus tranquille et moins accessible. Les artisans étaient réticents vis à vis du projet, ils pensaient que ce n'était pas faisable mais, l'or que je leur ai proposé en échange les a rapidement fait changé d'avis. Il fallait dire l'idée était ambitieuse, jamais une telle construction n'avait été réalisée auparavant. J'y ai moi-même participé, surtout au niveau du coeur de la structure. Un ingénieux système, qui repose presque exclusivement sur les fluides, et qui me permet de mettre à profit leurs propriétés d'une façon bien plus élargie qu'auparavant. Désormais, plus besoin de feu pour s'éclairer ou se chauffer, plus besoin de creuser profondément la terre pour créer une chambre froide, plus besoin de truffer mon chez moi de milles et un pièges pour en interdire l'accès, les portes s'ouvrent et se ferment au gré de ma simple volonté, et d'un peu d'huile de coude. Mes recherches sur la magie noire m'ont amenés à découvrir que si cette dernière était en mesure de se multiplier à partir du néant, elle était également capable de multiplier les autres énergie à partir du néant, tant que le tout était correctement lié à cette même énergie neutre et instable. Le problème étant encore d'arriver à obtenir du néant et pour cela, la seule solution pour cela était encore d'isoler une implosion, entre magie blanche et magie noire. Ce mécanisme est si puissant et tellement fragile, pourtant il est en mesure de me fournir autant de fluide que nécessaire. Le second problème, et que je n'ai pas encore résolu, c'est qu'il n'est pas en mesure de régénérer du fluide blanc. En même temps, j'en reviens à ce même problème d'incompatibilité. Mais, même si cette trouvaille est fabuleuse, ce n'est pas la meilleure. Le laboratoire en lui-même est devenu un véritable paradis. J'ai tout ici, tout ce dont j'aurai rêvé y comprit une sorte de parcelle de nature recrée, tout un écosystème qui me permet de mener mes études à bien sans avoir besoin de sortir de chez moi. Le dôme de verre au sommet de la construction assure de bonnes températures et une protection idéale. Mon armure aussi, que serait ce nouveau chapitre si je ne parlais pas de mon armure. Je l'ai amélioré et j'ai corrigé bon nombre de ses défauts. Le crache feu est opérationnel, le gant électrifié fonctionne aussi correctement, le masque est terminé et j'ai rajouté un système d'éclairage. C'est magnifique lorsque je l'allume la nuit, mon armure brille comme les étoiles. J'étais très satisfait du résultat mais ce n'était pas encore assez pour moi. J'ai longuement cherché à donner vie à Dischwepser, il m'aurait été d'une formidable aide. Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'y suis arrivé à moitié. En effet, en intégrant des fluides de magie noire à l'intérieur même de l'armure, un peu comme un réseau sanguin, je suis parvenu à offrir un support vivable pour cette semi-conscience. L'armure est animée maintenant, elle parle et pense mais, toujours par mon intermédiaire. J'ai mal au crâne quand il essaie de danser mais, c'est pour la bonne cause. Je n'ai pas encore résolu le problème de l'invisibilité ou du bouclier contre la magie noire mais, j'ai réussi à lui intégrer une sorte d'aérofrein qui devrait me prévenir des trop grandes chutes ainsi qu'un système de saturation en énergie grise. Il reste cependant à les tester, je n'en ai pas encore eu l'occasion. Mon armement a subit quelques améliorations aussi mais rien de bien remarquable, cependant. Il en va de même pour le reste, en fin de compte. Je dis que j'ai beaucoup changé car, autant cette femme aura réussi à m'apporter un peu de stabilité, autant à force de côtoyer la magie noire, j'ai l'impression de m'assombrir. Je me surprend parfois avec des idées si noires qu'elles m'en donnent la chair de poule, je deviens encore plus haineux qu'avant, même envers ces Humains qui sont pourtant ceux que je déteste le moins.

J'entame un nouveau paragraphe car tout ce qui me semblait de moins importance vient d'être dit. J'en viens maintenant à elle, cette séraphine que j'ai connu par le plus grand des hasards et avec qui j'ai partagé tant de choses. J'ai souvent eu l'impression de me faire mal plus qu'autre chose, de faire fausse route et de la détruire tout comme je me suis détruit. Elle se veut rassurante et bienveillante à mon égard mais, ma peur reste entière. Pas peur d'elle car, je sais qu'elle ne me trahira pas mais, peur de moi et de ce que je pourrais lui faire. Je ne sais pas là non plus, je ne pense pas l'avoir mérité. Peut-être qu'il ne s'agit que de pitié, peut-être qu'elle ne se rend pas compte, ou peut-être qu'elle sait ce qu'elle fait. Je devrais apprendre à lui faire plus confiance que ça mais, c'est difficile car cela revient à dire que je devrais d'abord apprendre à me faire confiance, ce qui est loin d'être le cas, s'il y a bien un être que j'ai hait plus que tout au monde ici, c'est moi-même. Bon, il faut reconnaître que la compagnie de moi-même n'est pas déplaisante mais, maintenant que je ne suis plus tout seul, c'est autre chose. Est-ce vraiment nécessaire ? Je ne le sais pas encore, le temps me le dira. Quoi qu'il en soit ... Je l'aime cette séraphine, et ça, j'en suis certain.

Quant à l'avenir ... Ma quête reste ma quête. Je ne suis pressé même si je n'avance pas à l'allure que je voudrais. Les énergies regorgent de mystères et de possibilités toutes plus fabuleuses les unes que les autres, et je sais pourtant qu'il ne s'agit que d'un mal incurable, enfin presque, un mal dont je trouverai l'antidote, tôt ou tard. Toutes ces personnes, toutes ces âmes qui se leurrent et se plaisent à se leurrer ... Je ne peux rien faire pour elles et je n'ai pas l'intention de faire quelque chose pour elle. Pour les autres, victimes ou aveuglés, si j'ai trouvé mon chemin, alors ils trouverons le leur. La science, pour sa part, ne m'a pas trahi et elle ne me trahira jamais. D'ailleurs, si la magie noire se multiplie d'elle même et qu'elle est en mesure de multiplier les autres magie, alors en supprimant la barrière de l'incompatibilité, je devrais être en mesure de recréer une énergie neutre. Celle ci, injecté dans le néant, c'est à dire la source de l'univers, devrait corriger la magie noire ... Du moins je l'espère.

Alekseï Rytchkine, le ... Jour où j'ai écris cette page. "

Le scientifique referma alors son livre et reposa la plume dans l'encrier. C'était toujours une grande étape pour lui que d'écrire ses mémoires à l'intérieur. Une façon pour lui de se souvenir de qui il était la veille, car il le savait, il était en perpétuel changement. Il inspira un grand coup, repoussant quelque le livre sur la table, puis, joignant ses mains entre ses cuisses, il agita légèrement la tête, faisant une comme exaspéré. Il se leva d'un bond, renversant brutalement la table et ce qu'il y avait dessus, tout en criant bien fort qu'il n'était pas fou. Il s'en alla, énervé sans trop savoir pourquoi, et ne manqua pas de bousculer son armure, désormais vivante.

- Dégage de là !
- Position non problématique, incompréhension.
- De quoi ?


Dit-il en tournant la tête vers son armure, qui se trouvait bien à l'opposé de la pièce, en train de faire ce que lui avait demandé de faire Rytchkine. Il se retourna alors et constata que ce n'était pas Dischwepser qu'il avait poussé mais bien la séraphine.

- Ah ... Bien fait.

Lui dit-il en continuant son chemin, rejoignant l'autre extrémité de la pièce. Une large baie vitrée pour éclairer les lieux, devant laquelle se situait un plan de travail tout aussi grand garni de nombreux outils. Des fioles entre autre, montés comme dans un laboratoire. Il était en train de travailler sur du fluide feu, qu'il cherchait à neutraliser en vue d'en extraire de la matière rouge. En fait, il était en train d'étudier Narydia depuis peu et plus précisément, son lien avec le feu. Il cherchait à faire réagir ce dernier et sa dernière trouvaille était d'essayer de la mettre directement en contact avec cette matière, pour voir comment elle allait réagir face à un élément inerte mais pourtant à la base de cette même énergie. Normalement, la solution avait finit de reposer, et si tout fonctionnait bien, il devrait obtenir cette fameuse matière. Manque de bol, lorsqu'il chercha à l'extraire en y ajoutant un catalyseur, en l'occurence de la matière blanche, la solution lui explosa à la figure. Il eut le réflexe de mettre son bras devant lui, celui qui était marqué par les runes et cela lui épargna bien des problèmes lorsque l'énergie fut absorbée par ces derniers.

- Dischwepser, note : Conclusion, la matière et l'énergie n'ont pas été dissociées correctement.
- Raison ?
- ... Des cacahuètes.

- Terminé.

Il se retourna ensuite vers Narydia.

- Il nous en reste d'ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Mar 3 Déc 2013 - 22:05


Les jours avaient passé, puis les semaines, les mois… Les évènements s’étaient tassés et la course du temps avait reprit un semblant de normalité. La reconstruction du laboratoire devint l’objectif principal d’Alekseï et l’ange l’accompagna le temps que dura les travaux. Au fond d’elle, elle était préoccupée. Voilà qu’il avait de nouveau un endroit où aller, son habitat à lui… et elle n’avait plus rien. Ou du moins, aucun endroit où elle puisse aller sans risquer de se faire piéger par ceux qui avaient autrefois été les siens. Sa maison lui manquait. Adyril lui manquait. Mais que pouvait-elle y faire à présent ? Klein lui avait garanti sa liberté en Adyril en l’échange du démon. Mais la séraphine n’avait jamais cru en sa parole. Et elle n’avait jamais vu non plus de séraphin venu des cieux lui annoncer la nouvelle. Alors, elle n’y avait pas cru.

Mais à présent, les temps changeaient. Alekseï s’était installé dans son laboratoire, une oeuvre exceptionnelle parfaite pour le scientifique mais où elle ne se sentait pas chez elle. Ce n’était simplement pas elle et même en la présence d’Alekseï, ce ne le serait jamais. Tous les jours, elle repensait à cette forêt, où elle avait vécu tant d’années et qui l’avait accueillie lorsqu’elle avait eu besoin de se ressourcer, de s’éloigner de l’agitation du monde.

Et toujours, ses pensées la renvoyaient vers une personne. Klein. Celui qui tenait entre ses mains la clé de sa réhabilitation même si cela la répugnait au plus haut point. Lui, et l’Empereur. Car s’il y avait bien une personne qui s’était faite berner dans toute cette histoire, c’était bien lui. Pendant un moment, la séraphine commença à établir dans sa tête de multiples scénarios pour le retrouver et lui faire cracher le morceau, à savoir : avait-il ou non communiqué cette affaire à l’Empereur ? Mais il n’y avait qu’un seul moyen et même s’ils s’étaient promis de s’éliminer à leur prochaine rencontre, il n’y avait que cette seule solution. Même si Klein abritait désormais un démon en lui, décuplant sa puissance…


Narydia marchait en silence dans la serre vivante qu’avait aménagé Alekseï. Son lieu préféré dans l’habitation, sans aucun doute. Elle n’avait jamais été familière de tout l’attirail du scientifique et se plaisait peu dans le laboratoire. C’était son antre à lui, sa raison de vivre en quelque sorte. Cela se voyait indéniablement et elle se sentait encore plus gênée dans ces moments. Souvent, il restait à bricoler toutes sortes d’appareils et même si la séraphine était admirative de son travail, elle n’y touchait jamais. Plus le temps passait, et plus elle s’y sentait oppressée. L’aventure lui manquait, les grands espaces et l’air pur du crépuscule, tout ce qui avait rendu ces derniers mois palpitants. Pensive, elle marcha un bon moment, contemplant l’environnement naturel le regard vide. Elle n’avait pas envie de le quitter. Mais il en allait de son propre bien. Alekseï avait retrouvé son univers, mais elle se sentait toujours telle une étrangère.

Au bout d’un long moment, elle se dirigea vers la pièce où Alekseï travaillait. Perdu dans ses pensées, il ne semblait pas l’avoir remarquée. Il écrivait rapidement sur son journal, comme chaque jour. La jeune femme arriva au moment où il le refermait avant de se lever avec brusquerie et la bousculer. Il ne s’excusa pas et en rit même, mais l’ange ne releva pas. Encore l’une de ses personnalités. Après tout ce temps passé avec lui, elle s’y était habituée.

Elle l’observa faire quelques pas puis tester une nouvelle solution, qui se releva être un échec total. Vint ensuite une nouvelle éffusion de paroles sans queue ni tête, toute droites émises de ses autres consciences. Là encore, l’ange ne fut pas surprise et elle ne releva pas lorsqu’il lui parla de cacahuètes. Au lieu de cela, elle se rapprocha de lui et s’appuya doucement dos contre la table pour le fixer en face. Le regard vert de la séraphine était parfaitement sérieux et assuré.

– J’aimerais te parler de quelque chose. Ecoute…

Elle s’arrêta quelques instants puis soupira. Elle ne pouvait pas lui dire qu’elle comptait partir à la rencontre de Klein. Il était trop dangereux à présent, habité par ce démon, et Narydia était quasi sûre de ne pas en sortir indemne… ou même vivante. Jamais il ne la laisserait partir, et encore moins seule. Seulement, elle n’avait pas envie de lui faire courir ce risque, pas à lui. Elle reprit donc, en toute confiance :

– Il va falloir que je parte. Pour un moment…

C’était dit.

– Je ne sais pas quand je reviendrai.


Dernière édition par Narydia Ventari le Mer 4 Déc 2013 - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Mar 3 Déc 2013 - 22:33

Lorsque Rytchkine vit la séraphine s'asseoir au lieu de se lancer dans quelques sarcasmes, il comprit qu'elle n'avait pas une bonne nouvelle à lui annoncer. D'ailleurs, il en avait eu le doute au moment même où elle avait pénétré son laboratoire. D'ordinaire, elle ne s'en approchait pas d'elle-même, pour des raisons qui lui étaient encore assez vagues. Il soupira, puis s'assit en face d'elle, posant ses coudes sur la table et reposant sa tête sur ses deux mains.

- Je t'écoute.

Marmonna-t-il les yeux à moitié fermés et un sourire élargi sur les lèvres, bien que sans montrer ses dents, signe de lassitude. Ce n'est pas qu'il n'aimait pas la conversation avec Narydia, bien au contraire mais, qu'à ses heures de travail, il n'aimait vraiment pas être dérangé. Le moins que l'on puisse dire, cependant, c'est qu'il ne s'attendait vraiment pas ça. Elle voulait partir, sans lui donner la moindre raison et ne savait même pas quand elle allait revenir.

" Naaaaan, elle me charrie là ..."

Pensa-t-il en la fixant dans les yeux. Mais hélas, son attitude stoïque et presque froide lui montra bien le contraire. Mais partir où et pourquoi ? Et puis comment ça pour un moment et sans qu'elle sache quand est-ce qu'elle reviendrait ? C'était bien la première fois qu'il entendait ça et il le savait, elle allait faire une grosse bêtise. Certainement ne voulait-elle pas l'alarmer mais, c'était déjà trop tard. Il voyait déjà venir la suite, elle ne voudrait certainement pas qu'il vienne. Il soupira et se redressa, gardant les mains sur la table sans la quitter du regard.

" Allons Narydia, qu'est-ce que t'as encore foutu ? "

Pensa-t-il en fixant ses yeux. Peut-être qu'en analysant bien leur lueur, leur expression et leurs mouvements, il parviendrait à comprendre ce qu'elle ne voulait pas lui expliquer. Il ne disait rien de plus, se contentant de rester là, en face d'elle, léger sourire aux lèvres. Il avait beau retourner le problème dans tous les sens, il ne parvenait pas à une conclusion satisfaisante. Il procéda par élimination mais, le résultat ne fut pas meilleur. Qu'est-ce qui pourrait justifier tout cela ? Quelque chose de dangereux pour lui, déjà, sinon elle n'aurait pas prit la peine de venir lui en parler, du moins, de cette façon. Il était prêt à mettre sa main au feu, elle ne voudrait pas qu'il vienne. Qu'est-ce qui pourrait être à la fois dangereux pour lui et pour elle mais, qui représenterait une nécessité absolue au point de prendre le risque de le fâcher lui et de ne peut-être pas revenir ? Il retourna la question dans sa tête encore un moment, se servant de ses souvenirs pour s'orienter. Il y avait bien l'éventualité du Vein mais, elle n'avait vraiment rien à faire là-bas, à moins qu'une mouche l'ait piqué. Il restait Adyril mais, la conclusion était la même. Cela dit, les deux possibilités restaient quand même les plus plausibles.

- Mais tu n'es pas en prison ici ma chérie, tu peux aller où bon te sembles quand bon te sembles. Il marqua un court silence, la regardant bien dans les yeux, avant de se mettre à rire légèrement. Non vraiment, ça ne me ressemble pas, c'est pas du tout crédible. Il se releva, venant dans son dos et posant ses mains sur ses épaules. Et tu ne sais pas quand tu vas revenir ? Dans ce cas, il vaut mieux ne jamais partir, tu n'es pas d'accord avec moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Mer 4 Déc 2013 - 10:52

Alekseï la fixait et elle se contentait de soutenir son regard, sans se démanteler. Il ne fallait surtout pas ciller et lui laisser entrevoir le danger du projet qu’elle s’était confiée, c’était hors de question. Il ne répondit pas tout de suite, comme elle s’y attendait. La tâche allait être dure. Il ne la laisserait sans doute pas partir sans une explication. Même s’ils s’étaient toujours accordés une forme de liberté, elle ne pouvait pas juste partir comme ça, sans rien. Il soupira sans la quitter des yeux. peut-être comprenait-il… finalement. Mais il ne disait toujours rien, la laissant dans le doute. Narydia ne bougea pas d’un pouce et attendit enfin sa réaction, qui tardait à venir.

Au bout d’un moment, un sourire se dessina sur ses lèvres. Sourire que l’ange ne comprit pas.Enfin, il prit la parole, lui annonçant ce qu’elle savait déjà, bien qu’avec humour. La séraphine en revanche ne riait pas. Et même si l’angoisse commençait à la gagner, elle se détendit presque instantanément lorsque Alekseï vint poser ses mains sur ses épaules. Il lui retourna la question d’une façon subtile. Ainsi, tout ce qui le gênait était la durée de son voyage ? Peut-être… ou peut-être ne montrait-il pas ce qu’il pensait vraiment de tout cela. Quoiqu’il en soit, la séraphine était déterminée et même si elle avait qu’elle devrait se séparer de lui un moment, elle savait qu’elle reviendrait, tôt ou tard. Elle soupira doucement et posa ses mains sur celles d’Alekseï. D’une voix basse, elle répondit :

– C’est quelque chose que je dois faire. Toi, tu as ta vie ici maintenant. Ton univers, ce pourquoi tu vis, tes objectifs aussi…Cet endroit, c’est ton identité. Pas la mienne.

Elle se retourna doucement pour lui faire face et lui adressa un faible sourire.

– J’ai toujours apprécié d’être avec toi, de partager ta nouvelle vie ici. Mais il manque quelque chose… Je ne sais pas où j’en suis et ma situation est instable. En réalité, je ne voudrai jamais m’imposer. Je dois y retourner pour savoir… Mais je reviendrai. Rapidement. Je ne veux seulement pas te mêler à toutes ces histoires, et encore moins aux Adyriliens.

L’ange s’approcha un peu plus du scientifique, jusqu’à le frôler. Elle caressa du bout des doigts son visage et poursuivit, la gorge serrée :

– Tu comprends ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Mer 4 Déc 2013 - 12:39

Alekseï n'avait rien répondu. Il s'était contenté de l'écouter avec le sourire, au début, puis, avec une mine bien moins enthousiasmée, vers la fin. Identité ? Savoir ? Adyril ? Il en était venu à se demander, le temps d'un instant, si elle n'était pas en train de ruser avec lui pour une quelconque et sordide affaire dans laquelle elle aurait trempé et dans son dos. Mais, à la réflexion, ça ne pouvait pas être ça, sinon elle se serait comportée comme une accusée et il l'aurait remarqué depuis très longtemps. Non, elle ne pouvait que dire la vérité mais tout ceci le laissait perplexe, très perplexe. Il n'avait pas réagit lorsqu'elle s'était rapproché de lui, se contentant de regarder en face de lui, ou plutôt, de fixer le vide en face de lui. Qu'elle trouve sa situation instable, il pouvait le comprendre, de toutes les façons, ce n'est pas comme si la stabilité était son pain quotidien mais, qu'elle ne se sente visiblement pas à sa place ici, c'était une autre histoire. Bien qu'il ne pouvait pas lui en vouloir de ne pas être très à l'aise chez lui, et donc dans cette nouvelle vie qui lui correspondait sur à lui et pas forcément à elle, partir sur Adyril à la recherche "du savoir", c'était encore pire que du suicide, c'était de l'inconscience !

- Ou de la stupidité.

Dit-il aussi soudainement que normalement. Il regarda alors la séraphine, comme s'il venait de se réveiller. Il lui attrapa les mains et les baissa, tout en fronçant les sourcils, légèrement.

- Non je ne comprends pas, non ! Retourner sur Adyril pour une raison tout aussi vague que obscure et sans la certitude que tu pourras revenir ? C'est de la folie !
" T'es gonflé quand même. "
- Et puis encore moins seule. S'il t'arrive un problème, non seulement je ne pourrais pas être au courant mais, en plus je ne pourrais pas venir t'aider. Je refuse !


Il s'en retourna ensuite à ses travaux, laissant Narydia en plant. Il était nerveux, pas parce que c'était insensé, non, mais parce qu'il savait qu'elle ne changerait probablement pas d'avis et que la seule solution qu'il aurait serait encore de l’enchaîner dans une cave. Mais ça, c'était une autre histoire aussi.

" Ou alors la chambre froide ? "
- ... C'est pas bête.

Il continuait de se parler à lui-même. Rassemblant le dispositif qui venait d'exploser, il reprit néanmoins la parole, non sans avoir laissé un blanc, pour réfléchir, déjà, mais aussi, pour la laisser réfléchir un peu.

- Tu ne peux pas simplement retourner sur Adyril seule. Puis il se retourna, s'approchant d'elle. Et puis qu'espères-tu y découvrir ? Que les séraphins veulent se faire un manteau de fourrure en peau de Narydia ? Essai au moins d'être raisonnable quand je ne le suis pas !

C'est vrai, que pouvait-elle bien espérer découvrir là-bas ? Rytchkine avait beau se poser la question, il avait du mal à y répondre. Ses parents étaient morts et son "meilleur ami" était décédé aussi. Elle était considérée comme une traîtresse, au même titre que lui, et pire encore, les Séraphins n'attendraient peut-être même pas qu'elle vienne sur Adyril pour venir la chercher. Non de toute évidence, elle lui cachait quelque chose et certainement pas depuis peu.

- T'es sûre que tu n'as rien à me dire, à tout hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Mer 4 Déc 2013 - 18:55


L’expression d’Alekseï se teintait désormais d’une toute autre émotion. Narydia y lisait des sentiments très désagréables, proches de l’incompréhension voire même de la colère… Finalement, il ne comprenait pas. Il laissa juste échapper quelques mots qui la firent hausser les sourcils de surprise. De la stupidité ? Comment pouvait-il assimiler sa déclaration de la stupidité ? Un mal-être et un besoin d’en finir avec ces histoires, tout simplement. En quoi cela pouvait-il relever de la stupidité ? Le scientifique rabaissa ses mains, lui exprimant clairement son désaccord. Et il lui confirma son doute. Mais quelque chose lui laissait à penser que la situation n’était peut-être pas aussi incompréhensible pour lui qu’il le laissait croire. Il avait même plutôt l’air de ne juste pas l’approuver.

L’ange soupira de nouveau. Elle aurait préféré éviter le conflit avec lui, éviter les difficultés en général. La séparation serait assez douloureuse sans y ajouter le poids d’une dispute et d’une incompréhension mutuelle. De toute évidence et il l’avait sans doute compris vu sa réaction, elle était déterminée et ne changerait pas d’avis, quoiqu’il en pense et qu’il le comprenne ou pas. Elle l’observa retourna à ses travaux, nerveux et visiblement agacé. La séraphine resta immobile, tentant de trouver un moyen de désamorcer la situation. Seulement, il ne lui en laissa pas le temps et reprit la parole.

Cette fois, l’ange fut persuadée qu’il comprenait parfaitement ce qu’elle voulait lui dire. Il s’était approché de nouveau, et Narydia attendit la suite de ses réprimandes, qui ne tardèrent pas à venir. Elle non plus à présent ne comprenait pas son point de vue extrême sur la question. Elle lui avait pourtant parlé de son arrangement avec Klein, du fait que l’Empereur reçevrait des explications quant à sa disparition. Elle n’était pas une traîtresse, et elle avait les arguments pour le justifier. Alors pourquoi donc Aydril voudrait sa peau ? Elle n’avait été que l’instrument d’un complot monté par un officier de l’armée de l’Empereur.

Un mot l’avait pourtant fait sursauter : « seule ». Mais elle n’eu pas le temps d’y penser qu’Alekseï lui posa une question parfaitement vide de sens. Le visage de l’ange s’obscurcit alors qu’elle répondait d’une voix basse :

– Je pensais qu’après tout ce temps, il était évident que nous n’avions plus de secret l’un pour l’autre.

Elle soupira doucement puis le fixa délibérément.

– Tu sais très bien quelle est la situation. J’ai négocié ma réhabilitation contre le démon. Et même si je n’ai jamais placé aucune confiance envers l’officier qui m’a piégé, j’ai tous les arguments. Rien ne m’a jamais identifié comme étant une traîtresse au yeux de l’Empereur. J’ai peut-être manqué à mes devoirs, mais pas à ma loyauté. Tu es un ennemi d’Adyril, mais je n’ai pour autant jamais comploté avec toi contre l’empire des anges. Alors pourquoi voudrais-tu qu’Adyril veuille ma peau ? Que Klein se mette en travers de mon chemin s’il le souhaite. Je n’ai jamais été déclarée comme étant une exilée ou une ennemie de l’Empereur et si c’est le cas, j’attends depuis des mois qu’il m’envoie ses sujets pour me l’annoncer.

Son regard se fit plus intense, miroir de sa détermination inébranlable.

– Il est temps que cet exil que je me suis infligée de moi-même cesse. Pendant plus de quatre siècle j’ai demeuré en Adyril et j’ai honoré mes serments. Klein ne peut pas en dire autant, et surtout pas après avoir pactisé avec des démons. Il ne peut pas gagner. Adyril est ma maison, Alekseï. Comprends au moins cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Mer 4 Déc 2013 - 21:32

Plus de secrets ... Dans la mesure où il avait déjà des choses à lui cacher, et notamment ses accords avec l'Arcane et le général, la tâche n'était pas simple. Il paraissait donc évident que, au vu de ces circonstances, il en arrive à douter de la sincérité de la séraphine. Mais voilà, c'était une erreur ! D'ailleurs il la regretta bien vite lorsqu'elle le lui fit remarquer. Il se détendit un peu lorsqu'elle aborda sa situation, sans s'attarder davantage sur ce détail. En fait, il avait complètement oublié cette histoire de démon. Il l'écouta alors d'une oreille distraite, c'est vrai qu'elle avait échangé cette chose contre sa liberté sur Adyril mais, en se basant sur la parole d'un traître. Difficile à croire qu'elle puisse encore lui faire confiance et ne penser ne serait-ce qu'un instant que l'accord serait respecté. C'était une conclusion à laquelle Narydia était arrivée avant lui, en fait. Elle parlait d'exil et de son ancienne vie sur Adyril, la nostalgie ? Lui aussi regrettait Adyril, et bien plus qu'elle pour avoir laissé ce qu'il avait de plus cher là-bas. Mais, cela n'était pas une raison valable pour y retourner, il ne faisait plus parti de ce monde, un monde qu'il reniait d'ailleurs. Pourquoi cette séraphine s'y accrochait encore ? Oui, elle n'était certainement pas aussi salie et impliquée que lui mais, tout de même, il s'agissait du fruit le plus dangereux de la magie noire ! Le symbole même de son hypocrisie ! Il ne comprenait qu'à moitié cet attachement, toujours privilégié les sentiments sur la raison, quelle étrange façon de réfléchir. Cela lui faisait peur aussi, car si Narydia s'y attachait encore au point de prendre le risque d'y retourner dans l'espoir de pouvoir y retrouver son ancienne vie, c'est qu'au fond, elle ne se détachait pas beaucoup de ses semblables et qu'elle ne comprenait pas du tout le combat qu'il menait ainsi que son fondement.

Alekseï inspira un long et grand coup, et il n'avait même pas encore envisagé la question du danger. Si jamais elle se faisait prendre, ce qui arriverait certainement, elle n'aurait aucune chance d'en réchapper. Mais que croyait-elle sincèrement ? Que l'Empereur allait se soucier d'une petite patrouilleuse comme elle ? Que ce séraphin avec qui elle avait marchandé tiendrait ses engagements ne serait-ce que par égard à elle ? Que les natifs d'Adyril étaient bons et justes et qu'ils ne la jugeraient pas à tord ? C'était vraiment insensé ! Bien sûr que l'Empereur préférerait écouter un séraphin bien plus gradé qu'elle, si jamais il prêtait attention à cette affaire ! Bien sûr que sa parole n'aurait aucune valeur là-bas et que le simple fait qu'elle se soit attachée au criminel qu'il était suffirait pour la faire condamner ! Elle n'avait absolument aucune preuve pour elle, et ils avaient tout contre elle. La liberté ... Un obscur traquenard parmi tant d'autres, c'est tout ce qu'elle était cette liberté !

- ... Adyril, ouais ...

Se contenta-t-il de répondre. Il ne rajouta rien de plus et retourna près de son armure, s’enquérir de l'avancée de ses travaux. Alekseï se servait de cette personnalité rendue vivante par l'intermédiaire de son armure comme d'un assistant de recherche, même si ses facultés d'analyse et de résolution des problèmes étaient plus élevées que les siennes. Une machine à algorithme, en quelque sorte. Le seul problème, c'est que sa logique était froide et qu'il était totalement incapable de comprendre les "sentiments" et de les interpréter or dans ses recherches, il y avait une bonne part d'audace et subjectivité, c'est pour cette raison qu'il lui était d'une aide précieuse mais, qu'il ne pouvait pas non plus le remplacer sur la totalité de ses travaux. Cette fois-ci donc, il lui avait tout simplement demandé de lier deux types de fluides en total opposition, en servant de l'énergie noir comme d'un pont entre les deux. Le problème, c'est qu'à chaque fois, cette même énergie finissait par absorber les deux fluides et donc, à se compléter elle-même, les faisant ainsi disparaître. Il fallait éviter ce phénomène pour mettre en commun leurs propriétés respectives, la question était de savoir comment limiter l'action de la magie noire.

Rytchkine l'observait faire sans rien dire. En fait, comme il était toujours relié à lui, il n'avait même pas besoin de parler ni de penser, il savait où il en était, et puis c'est tout. Voir les fluides, physiquement, c'était plus compliqué en revanche car bien que Dischwepser n'avait pas besoin d'oeil pour voir, en tant qu'énergie organisée, Rytchkine lui, n'était pas capable d'emprunter sa vision. Il le regardait donc les trois fluides, enfermés dans leur réceptacle, qu'allait-il se passer maintenant ? Son armure avait essayé de saturer les deux essences en énergie pure afin de combler le taux d'absorption des particules, à défaut d'avoir de l'énergie blanche pure sous la main, dans l'espoir que la magie noire trouve de quoi s'accrocher sans pour autant arriver à se répandre. Mais, le problème restait entier, l'essence noire absorbait l'énergie et convertissait finalement les deux fluides en énergie négative. On obtenait une magie noire semi-complète, de cette façon, mais, ce n'était pas le résultat voulu. Alekseï, après un long moment d'observation donc, il regarda son armure, lui marmonnant quelque chose puis, il s'en retourna à Narydia.

- Si tu veux absolument retourner sur Adyril, parce que bercée de douces illusions et quitte à revenir dans ce monde dégoulinant d'hypocrisie et de mensonges, c'est ton choix. Mais il me semblait t'avoir déjà expliqué ce que j'en pensais et je pensais que tu comprenais bien la raison de tout cela, justement. Ca ne semble pas être le cas et comme je ne peux te forcer à rien, je n'ai qu'à te souhaiter bonne chance. J'espère vivement que tu reviendras indemne et rapidement même si je ne me fais pas d'illusions.

Il n'était pas fâché, au contraire même, en s'expliquant il finissait par la comprendre un peu. Après tout, tant qu'elle n'avait pas vécu l'expérience par elle-même, elle n'en serait jamais vraiment convaincue. Il espérait cependant qu'elle parviendrait à en tirer définitivement les leçons et sans se faire trop mal, de préférence. Il finit par lui sourire puis la serrant contre lui.

- De toutes les façons, si t'es pas revenue dans une semaine ...

Il s'arrêta là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Jeu 5 Déc 2013 - 14:42


Alekseï ne formula qu’une réponse vague. Il donnait l’impression d’être totalement désintéressé. La séraphine avait le sentiment que quoiqu’elle dise, il n’en avait que faire et rien ne changerait sa vision des choses. Ce comportement lui déplaisait. Ne voyait-il pas quelle était la situation ? Ne comprenait-il pas qu’entre eux, il existait bel et bien une différence ? Il savait pertinemment qu’un séraphin relevait du monstre aux yeux des felethiens. Narydia ne pouvait tout simplement pas vivre dans ce monde, à moins de rester enfermée ici, privée de tout ce qu’elle aimait. Et cela, il aurait du le comprendre. Ce n’était plus une question de volonté mais de besoin. Et elle n’allait pas abandonner aussi facilement, alors qu’elle avait toutes les cartes en main.

Alekseï était retourné à ses occupations et un moment, l’ange pensa à le laisser là, à ruminer contre lui-même. Elle en avait assez fait et n’avait pas réussi à lui faire comprendre qu’elle avait besoin de mener cette quête. Que pouvait-elle dire d’autre ? L’ange tourna les talons et se dirigea vers la porte, mais la voix du scientifique s’éleva, la faisant s’arrêter. Il se fit encore provocant, et Narydia fronça les sourcils, profondément agacée par cette manie d’être vue comme une femme aveugle et appartenant à un monde corrompu et malsain. C’était son point de vue à lui, qui avait été banni. Il ne pouvait pas en être de même pour elle. En même temps qu’il jugeait Adyril, elle se sentit elle-même blessée par ses propos. Sans doute n’en avait-il pas conscience… S’il semblait se calmer, Narydia commençait quant à elle à en avoir assez de ses jugements. Elle resta de marbre lorsqu’il vint l’enlacer, et elle répondit d’une voix froide, se détachant de lui :

– C’est ton point de vue. Le mien est que je ne souhaite pas rester enfermée ici des siècles parce qu’on me considérera comme une abbération maléfique dès que je mettrai un pied dehors. Tu ne comprends vraiment pas.

Elle secoua doucement la tête, fatiguée de cette discussion qui ne menait nulle part.

– Il n’est pas question de ne pas revenir indemne. Je reviendrai (elle appuya bien sur ce mot), ce sera comme ça et pas autrement. De plus, il me semble avoir assez côtoyé l’Empereur pour qu’il daigne s’intéresser à ma cause. Je travaille pour son compte, pas pour les Adyriliens. Une preuve des mensonges de Klein ? Le démon qu’il a dans le corps. Et il ne sera pas difficile à faire ressurgir, crois moi.

L’ange s’écarta et observa le laboratoire, songeuse.

– Il n’y a pas d’autre alternative. Je connais mon peuple et il ne s’est jamais dressé contre moi. En revanche, il se dressera contre un démon.

Et elle poursuivit aussitôt, l’empêchant de rétorquer.

– S’ils ne m’écoutent pas ? Ils m’écouteront. La justice sera toujours respectée en Adyril. Qu’il soit officier ou paysan, peu m’importe, je lui passerai la lame sous la gorge et l’Empereur ne l’écoutera pas plus que moi. Tu ne crois pas en ma capacité à réussir, tant pis. C’aurait été le seul soutien que j’aurais espéré. Mais qu’importe, je n’en ai pas besoin.

Elle lui adressa un petit sourire, qui voulait en dire long. Elle avait l’impression qu’il ne lui faisait pas confiance, ou même qu’il la pensait incapable de se débrouiller. Il la croyait si facilement corruptible, et si naïve… mais que croyait-il, au bout de tous ces siècles ? Pensait-il réellement qu’elle fermait les yeux sur ce qu’elle voyait ? La croyait-il seulement incapable de livrer un combat, quel qu’il soit ? Quoiqu’il en soit, la discussion s’arrêtait là. Enervée mais ne laissant rien paraître d’autre que de l’indifférence, elle tourna les talons et lui adressa un dernier signe de la tête depuis l’embrasure de la porte. Un sourire ironique était peint sur ses lèvres et ses yeux étaient aussi noirs que du charbon.

– Pardonne-moi d’avance si je reviens « dégoulinante d’hypocrisie et de mensonges ». Après tout, tu devais t’y attendre. Je suis une séraphine qui a abandonné sa vie pour te suivre et te soutenir dans tout ce que tu as entrepris, quel que soit ton choix. Je vois que ce soutien ne sera pas réciproque. Je ne peux juste pas me contenter d’une vie de dissimulations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Jeu 5 Déc 2013 - 16:56

Voilà maintenant qu'elle l'accusait de ne rien comprendre. C'était bien beau de le dire, mais la réalité était toute autre, elle était en train de lui répéter ce qu'il savait déjà. C'est vrai que la vie de la séraphine ici n'avait rien d'un paradis et que, comparé à comment elle vivait sur Adyril, il n'y avait pas à hésiter mais, elle oubliait seulement qu'il était dans la même situation qu'elle ... Avec plusieurs dizaines d'années d'avance. Que croyait-elle franchement ? Qu'il se plaisait dans sa vie sur Feleth et qu'il ne comprenait pas pourquoi ce n'était pas le cas pour elle ? Quelle grossière erreur ! Tout était pareil, cela valait aussi bien pour l'un que pour l'autre. Non, la différence, c'est qu'il n'avait pas d'autre choix et que Narydia semblait croire qu'elle en avait encore un. Il ne lui avait rien imposé, il l'avait même plusieurs fois mit en garde, lui expliquant maintes et maintes fois que, si elle l'aimait vraiment et qu'elle le suivait, elle aurait à endurer son "monde". Visiblement, elle avait prit les choses à la légère et il avait bien eu raison de craindre que ce changement de vie ne lui plaise guère. Quant à Adyril, elle l'accusait de ne pas comprendre alors que même n'était pas en mesure de comprendre ce qu'il était en train de lui dire. Il ne lui avait rien interdit, il lui avait simplement fait part de sa déception à son égard quant à cette décision plus que soudaine, ce qui était plus que normal au vue de la situation, elle ne pouvait tout simplement pas prétendre l'aimer et le soutenir alors était ouvertement contre lui, qu'elle refusait de comprendre ce qu'il lui avait pourtant expliqué à maintes et maintes reprises et, enfin, qu'elle se plaignait de la vie qu'elle menait avec lui, bien que ce dernier point était encore compréhensible. Alekseï était plus que confus, il ne savait même plus quoi lui répondre, devait-il vraiment céder à la colère en l'entendant tenir de pareils propos, signe incontestable de sa parfaite appartenance à ce monde qu'il pointait du doigt, ou devait-il plus précisément faire preuve de plus de patience que ça et la laisser se faire mordre elle-même pour qu'elle comprenne enfin ? En fait, elle le prenait vraiment pour un fou, ce qu'il était quelque part mais, pas dans le bon sens du terme, plus comme un dégénéré qui ne savait visiblement pas de quoi il parlait. Voilà maintenant qu'elle parlait de soutien, de justice et de réciprocité. Non seulement il avait l'impression de revenir à la case départ, c'est-à-dire d'être confronté au stéréotype du séraphin faux et imbu de sa personne, brandissant la lumière comme justificatif de sa noirceur, mais en plus, il se demandait vraiment comment elle avait un seul instant pu s'engager à ses côtés tout en sachant pertinemment qu'elle était loin de lui correspondre. De l'hypocrisie ?

" Elle jouait peut-être la comédie depuis le début et là, elle veut aller rendre son rapport. "

C'était une éventualité, certes mais, il n'en était pas vraiment convaincu. Non, c'était plus subtil que ça, peut-être croyait-elle être en mesure d'arriver à le changer ? Non, insensé. Non, elle devait forcément être sincère mais, ça n'allait pas. De la pitié peut-être ? En fin de compte, c'était le plus logique. Il ne comprenait plus comment est-ce qu'elle pouvait prétendre l'aimer et le soutenir alors qu'elle était en train de lui faire volte-face. N'avait-elle vraiment rien compris depuis le tout début alors qu'elle avait prétendu le contraire ? Cela lui faisait peur, il espérait se tromper, ne pas s'être leurré sur sa personne mais, c'était bien l'une de ses pires craintes qui était en train de défiler devant ses yeux. Sa dernière phrase résonna fort dans sa tête, une séraphine qui avait tout abandonné pour lui ... Et qui voulait maintenant tout retrouver ? Il y avait une certaine contradiction là-dedans, ce qui ne faisait que renforcer le doute. Surement s'ennuyait-elle, ne pouvait-elle plus supporter cette vie et avait la nostalgie de son monde natal, tout en l'ignorant complètement. Ça ressemblait à de la lassitude, ce qui signifiait bien que son amour pour lui n'était pas aussi sincère qu'elle le prétendait. Encore une histoire de sentiments, cela n'avait absolument rien de raisonné, elle était peut-être même en train de se demander ce qu'elle faisait encore avec lui. On en revenait au même, une histoire parmi tant d'autres. Le scientifique sentit la colère monter en lui, il avait envie de réduire à néant tout ce qui se trouvait à proximité. Comment avait-elle osé lui faire un coup pareil ?! Encore que, qu'elle ne soit pas d'accord, il comprenait, c'était légitime, il ne pouvait pas lui imposer cela mais, qu'elle refuse même de comprendre son point de vue et pire même, de l'entendre, c'était une autre affaire. Pourquoi se devrait-il de lui apporter ce qu'elle ne voulait pas lui apporter ? Et elle osait lui dire qu'il ne la soutenait pas et qu'il ne la comprenait pas, après tout ce temps passé avec elle ? A mettre sa vie et ses convictions de côté uniquement pour la découvrir avec sincérité ? Il lui adressa un regard dur, froid.

- Dans ce cas je te souhaite de retrouver ta vie d'avant et de bien t'y plaire. J'aurai dû anticiper.

Il soupira longuement, avant de se retourner vers la table où se trouvait quelques éprouvettes vides. Il en prit une et la brisa, la réduisant en fragments aiguisés, fragments qu'il prit dans sa main et qu'il compressa. Du sang se mit alors à couler, en abondance et la douleur se lisait clairement sur son visage. Sans se retourner, cependant, il reprit tout en gémissant.

- Je t'ai toujours compris. J'ai toujours été sincère avec toi. C'est encore le cas aujourd'hui ... et ce qui n'a jamais été le tiens ... Finalement.

Il essayait d'intérioriser sa colère mais, il avait du mal et la douleur ne l'aidait pas plus que ça à se changer les idées. Il resserra un peu plus forme sa poigne, affichant comme un sourire d'exaltation puis, il la rouvrit, regardant ses nombreuses blessures et les morceaux de verres plantés à l'intérieur.

- Mais par considération pour les faux espoirs que tu m'as donné et pour le vain bonheur que tu m'auras apporté ... Je vais t'aider. Certainement que ton Klein ne se montrera pas aussi coopératif que ça et il te faudra bien prouver qu'il porte un démon en lui. Si tu veux lui passer la lame sous la gorge pour le traîner devant l'Empereur, maudit soit-il, il te faudra affronter ce même démon qui a bien faillit te tuer par le passé. Il secoua alors sa main avant de la racler, enlevant les morceaux de verre. Et je ne te demande pas ton avis, pas plus que ton accord. Laisse moi le temps de réunir ce qu'il y a à réunir et nous pourrons y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Jeu 5 Déc 2013 - 19:02

Sa vie d’avant… Pensait-il réellement qu’elle souhaitait retrouver sa vie d’avant ? Oui, elle souhaitait retrouver sa maison, mais cela l’empêcherait-elle d’être avec lui ? Et son travail allait-il en faire autant ? Il oubliait un élément indispensable dans cette « vie d’antan » dont il parlait et qui ne serait plus jamais la même. Lui. Croyait-il que retrouver sa vie d’avant allait l’exclure lui ? Etait-ce ce qu’il avait compris ? Car si c’était le cas, il se trompait lourdement. Son travail d’éclaireuse équivalait à sa passion de la science. Où allait sa loyauté ? A l’Empereur, certes, mais à lui avant tout. Mais tout cela, il ne le voyait pas. L’ange avait d’ailleurs l’impression qu’il balayait tout de la main en quelques secondes. Il ne croyait tout simplement plus en elle et ses sentiments, et cela l’attristait autant qu’elle le haïssait de penser de pareilles choses.

Il se retourna une nouvelle fois vers sa table alors qu’elle le contemplait immobile. Tout cela ressemblait à une tragédie ridicule. Ils n’avaient pas l’habitude d’entrer en conflit et habituellement, la jeune femme ne s’opposait guère aux idées du scientifique. Cette fois elle venait de le faire, elle venait d’exprimer son besoin, et il l’avait rejetée pour cela. Était-ce l’emportement ? La pensait-il juste inconsciente du danger ou la voyait-il à présent comme tous les autres adyriliens ? La situation lui laissait penser qu’il s’agissait plutôt la seconde option. Celle qu’elle aurait préféré éviter.

Les pensées de l’ange furent interrompues par le bruit d’éclat que fit l’éprouvette en explosant dans la main du scientifique. Bientôt, sa peau vira à l’écarlate et le sang tomba par gouttes sur la table. Mais Narydia ne bougea pas. Cela, elle l’avait anticipé. C’était bien lui… tout refouler en lui et n’exprimer ses émotions que par des gestes brutaux. Il ne lui avait pas tout dit. Et vint encore un autre coup de marteau. Il l’accusait encore une fois de ne pas être sincère, mais Narydia n’y comprenait rien. Quand lui avait-elle menti ? Sur ses sentiments ? C’était faux et il le savait. Sur sa vision d’Adyril ? Elle ne s’était jamais dressée contre l’empire des anges, et bien qu’elle fut liée à Alekseï, elle ne l’avait jamais trahi. Ni l’un, ni l’autre. Elle l’avait seulement suivie afin de rester à ses côtés. Etait-ce en cela qu’elle avait menti ? D’une voix blanche, elle dit simplement :

– Je suis avec toi parce que je t’aime. Que j’aille en Adyril ou non, que j’y reprenne ma place ou non, ça ne changera pas. Je veux faire des choses avec toi, repartir comme avant, te découvrir davantage et découvrir le monde.

Elle baissa un instant les yeux et se mit à réfléchir. La tension était retombée, laissant place au silence. Toujours aussi calme, elle poursuivit, sa voix dépourvue de toute animosité :

– Et pour cela j’ai besoin d’une garantie. De la garantie que ma tête n’est pas mise à prix et que je suis libre d’aller où je veux et quand je veux sans avoir besoin d’épier chaque recoin autour de moi Je ne veux pas me contenter de « survivre » sans savoir ce qui m’attend dehors. Je veux juste vivre, avec toi, sans avoir à me préoccuper de soldats qui pourraient nous tomber sur la tête du jour au lendemain.

L’ange respira longuement puis reprit, en le fixant :

– C’est tout ce que je peux te dire. Je n’y vais pas que pour moi. Je dois le faire pour tous les deux. Laisse-moi au moins connaître le bien-être que cela peut procurer de se retrouver chez soit après tant d’épreuves… et tu me rejoindras, ou bien je te rejoindrai, pour un moment. Et quant au fait que tu parles au passé de ce bonheur de ces derniers mois… Je ne peux pas envisager tout cela sans toi. Ni l’avenir, ni rien d’autre.

Elle resta silencieuse un moment, avant que ses yeux ne glissent vers la main ensanglantée d’Alekseï. Elle se rapprocha de lui et saisit une trousse de soin au passage, qu’il gardait toujours non loin. Elle prit sa main et enleva précautionneusement les bout de verres pour les déposer sur la table, tout en évitant soigneusement de croiser son regard. Elle ne voulait pas d’un nouveau conflit. Cela avait assez duré. Peu importe ce qu’il pourrait dire à présent, elle devait d’abord s’occuper de sa blessure. Une fois les bouts de verre retirés, elle humidifia une compresse et l’appliqua doucement sur les multiples plaies, grimaçant au passage. Une fois cela fait, elle n’oublia pas de passer un baume afin de les aider à cicatriser. Après quoi, elle banda sa main avec précaution, en prenant garde à ne pas trop la serrer. Finalement et une fois le travail terminé, elle reprit la parole :

– Il est hors de question que tu m’accompagnes… Je ne risque rien, toi en revanche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Ven 6 Déc 2013 - 20:48

Mais, encore une fois, la séraphine n'avait pas dit son dernier mot. Elle n'avait pas apprécié ses derniers dires qui, il fallait le reconnaître, étaient quand même exagérés, à la différence près que, cette fois-ci, elle essaya plutôt de le rassurer, au lieu de l'accuser. En même temps, c'était ce que Alekseï attendait, qu'elle lui dise le contraire. Il l'écoutait d'une oreille attentive même s'il ne le regardait pas. Les garanties dont elle parlait étaient on ne peut plus compréhensives mais, là encore, pas aussi simples que ça à obtenir, et encore moins de la part des séraphins. Elle parlait d'une voix basse et peut-être même mélancolique, vis-à-vis de son monde et de son ancienne vie. Elle n'avait pas envie que les choses s'arrêtent ainsi mais, elle voulait arriver à les concilier avec ses désirs, difficile. Et puis jamais Rytchkine ne retournerait vivre sur Adyril, qu'il soit recherché ou non, il ne faisait tout simplement plus parti de ce monde. Il ne lui répondit pas, soupirant longuement. Il s'était emporté, avait tiré de trop rapides conclusions et au final, il l'avait blessé pour rien. Encore une de ses nombreuses craintes à son égard. Elle s'était rapprochée de lui pour s'occuper de sa main, chose à laquelle il s'attendait à vrai dire, elle avait toujours été comme ça avec lui. Il ne lui répondait rien, se contentant de la laisser faire tout en ruminant avec lui-même. N'aurait-elle pas pu simplement lui expliquer de cette façon dès le début ? Cela aurait évité bien des problèmes. Quoi que, elle était toujours dans l'erreur et refusait, visiblement, de s'en sortir. Mais ça, c'était une autre histoire, il y avait fort à parier que la déception serait au rendez vous auprès des Séraphins. Sa dernière phrase le fit sortir de son mutisme, elle ne voulait pas qu'il l'accompagne ?

- Jamais ... Je ne te laisserai y aller seule ! Tu m'entends ? Il s'était exclamé haut et fort, le ton ferme, cette idée ne lui plaisait vraiment pas. Il se retourna vers elle, la saisissant par les épaules, sans être brusque cependant. S'il doit t'arriver quelque chose, il me l'arrivera aussi, c'est aussi simple que ça. L'inverse n'est pas valable et tu le sais tout aussi bien que moi. Alors tu n'as pas à m'en empêcher, cette décision ne concerne que moi et seul et j'ai décidé de t'accompagner.

Il la lâcha finalement, s'en allant près de son armure. Il toqua trois fois sur son dos, avant que ce dernière ne s’effondre, tombant en vrac sur le sol dans un vacarme pour le moins assourdissant. Il les ramassa une par une, aussi simplement que ça, avant de les enfiler, calmement.

- Ça sera l'occasion de tester ce tas de ferraille rafistolé. Il tourna le regard vers elle. Je ne veux pas que tu penses ne serait-ce qu'un seul instant que je ne veux pas te comprendre ni te soutenir, parce que c'est faux. Disons que ... Que je m'inquiète parfois trop pour toi, c'est tout.

Il termina en mettant son masque en place, avant de rabattre la capuche. L'armure se verrouilla de l'intérieur par l'intermédiaire de la semi-conscience qui y était greffée, afin de ne plus former qu'un seul et unique bloc. Le temps de ramasser ses armes puis, il était prêt à partir.

- Bon et bien ... Où allons-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Narydia Ventari

La lame flamboyante

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ensorceleuse
Métier : Eclaireuse
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 426

Messages : 141

Fiche de Personnage : Come here.



MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   Sam 7 Déc 2013 - 15:56

Comme elle s’y attendait, Alekseï refusa qu’elle entreprenne cette quête seule. Seulement, le danger serait double s’il s’impliquait à ses côtés. Et bien plus pour lui que pour elle. Voilà qui la dissuadait plus que le reste. Mais il avait l’air bien plus que déterminé et l’ange devina qu’elle ne parviendrait pas à le faire changer d’avis. Quant à cet « inverse » dont il parlait, elle ne l’approuvait pas. Mais que pouvait-elle rétorquer lorsqu’il lui disait que cette décision le regardait, lui seul ? Absolument rien. Et de toute évidence, elle savait que rien n’y ferait : même si elle refusait, il la suivrait.

Aussi elle ne répondit rien et le scientifique se dirigea vers son armure et l’enfila lentement. Elle-même n’était pas en tenue et devait se préparer. Elle ignorait s’il était mieux de partir tout de suite. Après tout, plus vite la situation serait réglée, mieux ce serait et visiblement, Alekseï devait penser la même chose.

Narydia repensait à leur discussion et le scientifique lui fit remarquer qu’il n’avait parlé ainsi que parce qu’il s’inquiétait pour elle. L’ange comprenait bien que la situation allait s’avérer très dangereuse, et le fait d’impliquer Alekseï était encore plus inquiétant. Que ferait-il une fois en Adyril ? Ne risquait-il pas de se faire piéger ou emmener par la garde adyrilenne ? C’était même sûr… Il se livrait tout simplement dans la gueule du loup. Elle ne pouvait pas simplement faire cela. Il fallait qu’elle le sème. Pour sa propre survie.

Ce fut avec cette idée en tête et l’air rêveur que l’ange s’éclipsa pour aller à son tour se préparer, ignorant sa question. Elle ne savait pas où se rendre. Retrouver Klein ne servait à rien : il ne lui dirait que ce qu’il souhaitait entendre. Le plus simple était d’aller questionner l’Empereur. Et cela, elle le ferait sans Alekseï. Il était hors de question qu’il se fasse surprendre par la cour. Il n’y avait pas pire endroit pour lui dans le monde à l’heure actuelle : même le Vein devait se montrer plus accueillant.

La jeune femme resta plantée devant sa propre armure, dans une pièce isolée, et se mit à réfléchir à toute vitesse. Elle devait s’en aller, ce soir. Le plus vite possible et surtout dans la plus grande discrétion. Il lui suffirait de lui faire prendre un somnifère dans le laboratoire pendant son sommeil. Sa décision prise, elle revint vers Alekseï et déclara :

– Il ne sert à rien de partir maintenant. Nous partirons à l’aube, je veux les affronter reposée et en pleine possession de mes moyens. Et tu devrais en faire de même.

Elle adressa un signe de tête en direction de sa main blessée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: L'aventure continue [ANNULÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'aventure continue [ANNULÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Pics neigeux-