''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP Clos] « L'absurdité d'une chose…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: [RP Clos] « L'absurdité d'une chose…    Mer 15 Jan 2014 - 23:22

… n'est pas une raison contre son existence, ça en est plutôt une condition »

Précédemment

Petite musique d'ambiance pour ceux qui le souhaitent bien sûr

Awena était partie à l’aube et avait payé les services d’un chauffeur pour se rendre le plus rapidement à Venill. Elle devait mettre un terme aux agissements de l’autre et quitter la Rébellion. S’en était bientôt fini de la pauvre petite Awi, elle le sentait, petit à petit, elle devenait de plus en plus silencieuse, elle avait de plus en plus de mal à prendre le contrôle de son corps, elle semblait de moins en moins croire à une possibilité de voir la lumière régner sur ce monde et cela la déprimait, Awena en était quasi certaine. C’est donc confiante qu’elle allait à ce rendez-vous.

Elle fouilla dans ses poches afin de retrouver la missive mais ne la trouva point, elle avait dû l’oublier au manoir, enfin ce n’était pas bien important. Elle se souvenait du lieu de rendez-vous et la personne qui l’avait invité n’était autre que Dilwen, celui qui l’avait recueilli, celui qui était son parrain, qui était devenue son père adoptif aux yeux de beaucoup, notamment aux yeux des rebelles. Qui la croyait innocente … Une fois qu’elle l’aurait tué, elle était quasi certaine de ne plus jamais revoir madame sainte nitouche.

Ah c’est une belle journée qui s’annonce !

Awena regardait le paysage défiler, elle était bien installée et détendue, le sommeil la gagna lentement, cette fois-ci, elle ne lutta pas et se laissa bercer par les cahotements de la route. Elle se réveilla lorsque la calèche se stoppa, elle s’étira et attendit que le portier vienne lui ouvrir, elle posa un pied sur les graviers et demanda :


« - Est-ce bien l’église de Venill au bout de cette allée ? »
« - Oui ma dame. »
« - Parfait, tenez, prenez votre dû. »
« - Merci ma dame. »

Awena déposa une poignée de pièces d’or dans la main de l’homme puis se dirigea vers la porte de l’église. Lorsqu’elle poussa la porte, tout d’abord, elle eut du mal à s’habituer au manque de lumière puis ses yeux s’habituèrent petit à petit à l’obscurité, mais il y avait quelque chose d’étrange, il n’y avait personne.
Pas de Dilwen, pas d’habitants, pas de moines ou de prêtres…


« - Y’a quelqu’un ? Dilwen ? »

Personne… aucune âme qui vive, elle était seule. Peut-être était-elle en avance, après tout, l’heure du rendez-vous n’était pas précisée.
Elle avança dans l’église, laissant la porte claquer derrière elle, elle continua d’avancer et se stoppa devant l’autel. Elle le regarda longuement, il n’y avait pas grand-chose de valeur, il n’était pas vraiment beau, elle se demandait même quel type de dieu pouvait-on prier en ces lieux ?

Soudain, elle entendit le bruit de la porte d’entrée, elle se retourna et vit qu’une personne se tenait dans l’encadrement. Elle ne pouvait discerner les traits à cause de la lumière extérieure.


« - Dilwen ? C’est toi ? »

Pas de réponse. Awena avança lentement et se dirigea vers l’individu. Quelque chose clochait depuis qu’elle était rentrée dans cette église. Elle ressentait même une certaine tension, doucement, elle sortit sa dague de son fourreau. La fameuse dague familiale qui avait disséminé sa famille il y a maintenant 7 ans, jour pour jour. Le jour de son anniversaire… et elle avait choisi ce jour pour éliminer définitivement la dernière trace de son passé.

*Bon anniversaire Awi ! Va donc voir ton cadeau, c’est la dernière fois que tu le vois en vie petite sotte.*

Awena continuait d’avancer doucement vers la porte d’entrée.


« - Dilwen ? C’est moi, Awena, tu me reconnais hein ? »

L’homme hocha la tête.

« - Bien sûr que je te reconnais, les cheveux de cette couleur, ça ne court pas les rues. Viens par là. »

L’homme avança referma la porte de l’église et ouvrit grand les bras pour faire un câlin à sa petite protégée. Awena, bien qu’elle n’avait pas envie de jouer trop longuement la comédie, s’exécuta quand même et se blottit dans les bras de son parrain. Elle entendit un bruit de porte derrière elle, sûrement celle utilisée par les religieux pour les cérémonies. Elle voulut se retourner mais Dilwen la serra un peu plus fort et approcha ses lèvres de son oreille pour murmurer.

« - Joyeux anniversaire Awi. J’ai un cadeau pour toi. »

Sa voix était étrange, elle voulu le repousser mais il la maintenait fermement.

« - Dilwen ? »

« - Maintenant ! »

Soudain, elle comprit, elle reconnut un bruit qu’elle connaissait que trop bien. Le bruit d’une corde qui vibrait dans l’air, propulsant grâce à son mouvement, un projectile mortel. La douleur au niveau de l’épaule fit quasi instantanée, mais au lieu de se stopper à l’épaule, elle semblait propager une étrange chaleur. Elle repoussa Dilwen et essaya de le tuer avec sa dague.

« - Espèce de traître, elle avait confiance en toi ! »

« - Et elle avait raison, quitte le corps d’Awi sale démon »

« - Ah ah ah parce que tu crois vraiment que… »

Ses sens étaient troublés, elle avait l’impression d’avoir trop bu, et d’être en même temps sur un bateau en pleine tempête, ses muscles lui faisaient terriblement mal et ses yeux, elle voyait tout trouble, elle n’arrivait même plus à discerner ses propres mains.

« - Mais qu’est-ce-que tu m’as fait ? »

Puis elle sentit quatre mains lui attraper fermement les bras et la tirer en arrière. Dilwen saisit sa dague et la jeta par terre. Ses jambes ne  la portaient plus, ils l’amenaient vers l’autel mais combien étaient-ils ? Une autre personne lui retira la flèche de son épaule, la douleur raviva sa vue, ils étaient en train de l’attacher sur l’autel.

« - Mais lâchez moi, bande de tarés, à l’aideeeeeeeeeee ! À moi ! »

« - Je suis désolé ma Awi, je n’avais pas d’autre choix, j’ai bien reçu ta lettre, fais-moi confiance. Nous allons te sauver.»

Quelle lettre ? De quoi parlait-il ? Elle avait reçu l’invitation, elle ne lui avait jamais écrit. À moins que … non ce n’était pas possible quand ? Awena se débattait autant que possible, son épaule gauche la faisait terriblement souffrir. Elle sentait du métal froid contre sa peau au niveau des chevilles et des poignets, le bruit métallique résonnait dans toute l’église.

« - Je ne sais pas de quoi tu parles parrain, mais je te jure que toi et ta bande d’allumés vous allez tous le regretter ! Putain ! Mais doucement, vous me faites mal là, à l’aide, s’il vous plait, au secourrrrrrrrrsssss ! »

« - Awi, je t’en prie, réveille-toi, je sais que tu es là.»

Awena regarda Dilwen dans les yeux et le fixa à travers la brume qui avait envahi sa vision.

« - Pauvre fou, elle est morte, je l’ai tué, tu ne reverras jamais ta petite Awi et tu sais quoi ? Je…»

Awena ne vit pas le coup arriver, un des hommes présents venait de la frapper au visage, elle resta immobile quelques instants, puis se débattit à nouveau contre les chaînes et contre le poison qui envahissait son esprit, elle était sûre et certaine maintenant, c’était une flèche empoisonnée.

« - Tu m’as empoisonnée hein ? Le produit des lâches…

« - Ta gueule ! »

L’homme nerveux leva à nouveau la main et Awena ferma les yeux, prête à recevoir un nouveau coup mais Dilwen s’interposa.

« - Non s’il te plait pas ça.»

« - Alors fais la taire et vite ! Elle me tape sur le système »

Dilwen s’approcha du visage d’Awena, il lui caressa la joue, ou plutôt, il lui essuyait le sang qui s’échappait d’une blessure à la lèvre, Awena était tellement dans les vapes qu’elle n’avait même pas ressentit cette coupure. Une fois qu’il l’eut nettoyé superficiellement avec un bandage, il murmura :

« - Je suis désolé mais tu ne me laisse pas le choix»

Awena vit des mains s’approcher et lui maintenir la tête, elle hurla, se débattit mais rien n’à faire, entre les drogues et les chaînes, elle n’avait plus aucune force, quand une main s’approcha de sa bouche pour la bâillonner elle mordit dedans à pleine dent. Un des hommes la frappa à nouveau, elle lâcha prise et tout devant noir.

Lorsqu’elle reprit connaissance, plus aucune lumière ne filtrait des vitraux, des bougies étaient allumées tout autour d’elle, un homme habillé de noir se tenait debout. Il tenait un livre dans une main et de l’autre, il balançait au bout d’une chaîne une espèce de boule d’où s’échappait de la fumée. Elle ne voyait personne d’autre, elle cligna des yeux et essaya de tourner le visage, elle sentait des présences, les hommes qui l’avaient attachée était encore là. Awena essaya à nouveau d’hurler mais malheureusement elle était toujours bâillonnée, elle essaya de se relever mais malheureusement, elle était toujours attachée, que faisait-elle ici ? Que comptaient-ils lui faire ?
Elle avait du mal à comprendre ce que disait l’homme en noir, parlait-il réellement la même langue qu’elle ? Où était-ce les effets de la drogue qui embuaient son esprit ? Elle essaya de se mettre sur ses coudes pour mieux voir mais les chaînes l’entravaient et son épaule lui fit rappeler qu’une flèche l’avait traversé. D’ailleurs, elle ne sentait pas de marre visqueuse sous son dos, quelqu’un avait du la soigner.

Un autre s’approcha d’elle, il tenait un flacon dans les mains et lui aspergea le visage et le corps en formant un T, Awena avait beau essayé de tirer sur les chaînes, d’essayer de se libérer, de trouver une faille mais rien, elle était solidement attachée à ce stupide autel, comme un de ses moutons qu’on sacrifiait sur la table en offrande à un dieu quelconque.
Les deux hommes en noir continuaient à murmurer quand soudain, Dilwen réapparu dans son champ de vision, il tenait une espèce de bracelet dans les mains. Quand il s’approcha, Awena remarqua qu’il avait la forme d’un serpent.

Spoiler:
 

Awena devait halluciner, ce n’était pas possible autrement, le serpent se déroula et se laissa tomber des mains de Dilwen, maintenant, il glissait sur son corps, Awena se secoua aussi fort que possible, « la bête » se dirigeait vers son bras, elle se positionna au niveau de son biceps. Awena regarda Dilwen et voulu le supplier de récupérer l’animal mais il posa sa main sur la sienne, et sourit, il lui disait quelque chose mais elle n’arriva pas à comprendre. Son regard se posa à nouveau sur le serpent, celui se dressa et plongea ses dents dans sa chair, Awena hurla, la douleur était terrible, elle avait l’impression qu’on venait de lui enfoncer une fourchette dans le bas, elle ferma quelques secondes les yeux puis regarda à nouveau le serpent. Du sang coulait abondamment de sa bouche et il commençait à s’enrouler autour de son bras. Mais il était encore en vie, une fois en position, il transforma le bout de sa queue en véritable aiguille et s’enfonça dans sa peau.
Awena hurlait et regardait Dilwen, les hommes en noir continuaient leur cérémonial. Awena aurait préféré mourir que subir ses douleurs, puis soudain, elle eut l’impression de s’étouffer, elle n’arrivait plus à respirer, l’air ne pénétrait plus par son nez, ses poumons n’arrivaient plus à se soulever, ils étaient lourds… elle suffoquait. Elle serra la main de Dilwen aussi fort que possible, elle l’appelait à l’aide. Elle tapait des mains sur l’autel, elle avait besoin d’air, vite. Sa vision se troublait à nouveau, des points noirs apparaissaient à différents endroits, son champ de vision diminuait de plus en plus.

Elle vit les hommes bouger, s’activer mais c’était trop tard, elle se sentait partir, loin, elle avait l’impression de s’élever au dessus de son corps. De n’être plus que vapeur… C’est là qu’un souvenir de son enfance réapparu.


Un morceau du passé "souvenir n°2" :
Spoiler:
 

Awena se souvenait maintenant, ce médaillon, elle l’avait toujours gardé sur elle, pour se rappeler qu’un démon, au-delà des apparences et des différences, avait passé du temps avec elle, il l’avait fait rire, il avait même joué avec elle. Elle avait décidé de prendre une chaîne et de l’attacher à sa cheville, nuit et jour, ce médaillon restait avec elle depuis plus de 7 ans. Il lui avait offert en avance, quelques mois avant son anniversaire, mais après tout, il n’avait pas eu le choix. Astriol, son nom était Astriol. […]


Dernière édition par Awena Davallon le Sam 24 Jan 2015 - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: [RP Clos] « L'absurdité d'une chose…    Sam 18 Jan 2014 - 18:18

Awena se réveilla en sursaut, elle avait la gorge sèche et se sentait malade. Elle eut bien du mal à se rappeler où elle était. Elle sentait un truc froid dans son dos, elle avait mal au cou, au torse et une douleur lancinante provenait de son épaule. Par réflexe, elle secoua ses mains et ses pieds. Plus rien n’entravaient leurs mouvements. Elle essaya de se relever mais la tête lui tournait tellement fort qu’elle du s’appuyer sur ses coudes et ferma les yeux pour récupérer. Elle respira profondément et sentit une main la retenir dans son dos et une autre se poser sur son bras pour l’aider à se relever.

« - Awi, c’est moi Dilwen, n’aies pas peur, laisse moi t’aider à te redresser»

« - Dilwen ? Qui ? Où suis-je ?»

Awena se laisse redresser, ouvrit les yeux doucement et se rendit compte qu’elle était sur l’autel d’une église, comment avait-elle atterri ici ? Et qui était ce fameux Dilwen ? Cet homme qui se tenait à côté d’elle et qui la regardait les larmes aux yeux.

« - Awi ? Tu es en vie… tu respires, tu as retrouvé tes yeux et ta voix, oh Awi»

S’en rien comprendre l’homme fondit sur elle et la serra dans ses bras.

« - Excusez-moi mais qui êtes-vous ? »

Le dénommé Dilwen la regarda choqué puis se retourna vers deux hommes en noir.

«- C’est normal, elle est encore sous l’effet des tranquillisants et du rituel. Ses souvenirs vont lui revenir petit à petit, il faut lui laisser du temps. »

L’homme semblait paniqué à cette idée et abandonna Awena sur l’autel, elle eut du mal à tenir assise et appuya ses paumes sur celui-ci pour rester en position. L’homme s’était approché des deux autres et semblait partir dans un grand discours mais l’homme en noir le stoppa immédiatement en posant sa main sur son épaule.

« - Nous savons ce que nous faisons Dilwen, nous avons réquisitionné ce bâtiment pendant une semaine, elle a encore 6 jours pour s’en remettre. Respire calmement, voilà c’est bien et maintenant va te reposer. »

« - Il en est hors de question, j’ai promis sur la tombe de ses parents de la protéger, je prends le premier tour de garde avec l’un de vous et Damien. Les autres iront se reposer et prendrons le relai demain matin à la première heure.»

« - D’accord, je reste mais il faut que l’un d’entre eux nous apporte à manger, la petite risque d’avoir faim. »

Awena comprit qu’on parlait d’elle mais elle avait du mal à comprendre, elle avait sommeil, très sommeil, elle se sentait faible et ses muscles commençaient à trembler sous la tension.

« - Je ne sais pas qui vous êtes mais je crois … que … je suis fatiguée »

Awena retomba lourdement sur la pierre. Et c’est ainsi que le noir l’enveloppa de nouveau.

Un morceau du passé "souvenir n°3" :

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Awena Davallon

Œil Noir

________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Rodeur
Métier : Aucun // Oeil Noir
Croyances : Croyances aux légendes et aux mythes // Adoratrice du Vein et des démons
Groupe : Pays // Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 24

Messages : 426

Fiche de Personnage : C'est par ici

Histoire de Personnage : 1) [T] Marché interrompu
2) [T] La grande messe de la rébellion
3) [T] Le début d'une alliance
4) [T] Tout vient à point à qui sait attendre
5) [T] Discussion houleuse avec la sniffeuse
6) [A] Une proposition alléchante
7) [T] Quand les plantes s’emmêlent
8 ) [A?] Qui veut la guerre est en guerre avec soi
9 ) [T] Une affaire louche
10) [T] L'initiation d'Uridan Sangried
11) [T] Mystères et mystifications...
12) [T] L’audace cache de grandes craintes
13) [T] La dépendance du Messager : mission recruter Mairlunlen Chienteur
14) [T] Si l'habit ne fait pas le moine, le chapeau fait-il le mage ?
15) [A ?] C'est pas écrit dans les livres
16) [T] Un invité surprise
17) [T] Un grand tournant
18) [T] Dans le silence et la solitude...
19 ) [T] " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés "
20) [T] Le mal réunit les hommes
21) [A ?] Rien ne dure dans ce monde cruel, pas même nos souffrances
22) [A ?] Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes. Les personnages les plus éminents, portent en eux des cicatrices.
23) [T] Quand les cloches sonnent les fêtes !
24) [T]L'initiation d'Alekseï Rytchkine et sa mission impossible sur Adiryl
25) [T]Rencontre au cœur de la tempête
26) [A ?] Les secrets sont insondables. Les secrets sont noirs…
27) [T] Prélude à la chute : présentations
28) [T] La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort
29) [T] Je crois que l'humanité est née d'un conflit…
30) [En cours] L'illusion est nécessaire…


Lieux relatifs à l'Arcane XIII :

1) 1ère épreuve : Le Cabinet de la Réflexion
2) Une épreuve subsidiaire
3) 2ème épreuve : Le Rituel du Sang
4) 3ème épreuve : La mission impossible ?
5) Manoir des Davallon : Repaire de l’Arcane XIII

Souvenirs, souvenirs :

Éclats du passé


MessageSujet: Re: [RP Clos] « L'absurdité d'une chose…    Dim 19 Jan 2014 - 14:41

Awena avait dormi, peut-être même trop, au point qu’elle sentait les muscles de son corps réclamer de l’activité. Elle ouvrit les yeux, quelqu’un avait déposé une couverture sur son corps, vu la luminosité provenant de l’extérieur, le soleil semblait décroître. Avait-elle dormi toute la journée ? En tout cas, elle commençait à retrouver ses souvenirs. Elle se souvenait s’être senti prisonnière de son propre corps et avoir demandé l’aide de son parrain Dilwen dans une lettre.
Mais pourquoi se sentait-elle prisonnière ? Dilwen semblait s’être endormi sur un des bancs, tandis que l’homme en noir la regardait. Awi lui sourit. Elle se leva doucement de l’autel, et eu du mal à rester debout, elle avait la tête qui tournait et l’impression d’être là sans l’être. L’homme s’avança vers elle, et lui tendit le bras.


« - Cela fait plus de 48h que vous n’avez pas mangé, je pense que vous devriez boire un peu de cette boisson avant de manger quoi que ce soit. »

Awi se laissa trainer jusqu’à un banc et prit le gobelet dans ses mains. La boisson avait une couleur étrange et un drôle d’aspect, elle regarda d’un air suspicieux l’homme et hésita à boire.

« - C’est une potion pour nettoyer les impuretés que vous avez dans le sang. Croyez-moi, si j’avais voulu vous tuer, j’aurais pu le faire il y a un moment déjà. »

Awi se dit qu’il avait raison, elle dormait à poings fermés, son parrain aussi, il aurait très bien pu la tuer alors elle devait lui faire confiance. Elle but une gorgée et fit une grimace.

« - Argh mais c’est immonde ce truc !»

L’homme en noir sourit puis un grand « badaboum » se fit entendre, Dilwen avait entendu du bruit et s’était relevé en catastrophe l’arme au poing.

« - Du calme, mon ami, du calme, tout va bien.»

Dilwen rangea son arme et s’approcha d’eux, Awi se retint de rire.

« - Ça va mieux Awi ? »

Awi hocha la tête.

« - Des souvenirs lointains me reviennent mais je n’ai aucun souvenir du présent ou du passé proche. Je ne sais plus pourquoi je me sentais si … prisonnière.»

« - Et tu n’as rien vu concernant ton … euuuh changement de personnalité ? Rien qui puisse nous dire comment ça a commencé et qui permettrait aux frères Mézec de te soigner définitivement ? »

« - Non, je suis désolé… »

« - Ce n’est pas grave, peut-être dois-tu reprendre des forces d’abord ! Et tiens, si on mangeait ? »

Une table fut débarrassée de ses bougies, puis quatre chaises furent installées autour, Damien, Dilwen et un des frères Mézec installèrent les denrées. Alors qu’ils mangeaient tous ensemble, Awi leur posa de nombreuses questions, sur leur vie, leur métier, le pourquoi du comment ils étaient venus à l’aider elle… Awi sentait ses forces et son moral remonter la pente. Damien sortit un jeu de carte, et ils firent quelques parties avant qu’Awi se mit à bailler à plusieurs reprises et se dit qu’il était l’heure pour elle de dormir.

Elle prit la couverture et s’installa sur un banc, Dilwen vint s’installer à côté d’elle et lui dit :


« - Je ne serais pas là à ton réveil, un des frères Mézec et Alister auront pris la relève. Ils apporteront à manger, de quoi te laver et te changer. Maintenant dors-bien Awi. On se revoit dans un peu plus d’un jour. »

Awi attrapa le poignet de Dilwen avant qu’il s’en aille et murmura :

« - Merci. »

« - De rien petite. »

Et c’est ainsi qu’à la fin du 3ème jour, Awi repartit dans le « doux » monde des rêves. Son sommeil fut très agité, des images lui revenaient mais rien n’avait de sens, tout apparaissait et disparaissait avant qu’elle est le temps d’en saisir le sens. Un livre écrivant tout seul, d’étranges objets aux formes les plus intrigantes les unes que les autres, des démons, des rituels obscures et beaucoup de sang. Awi se réveilla en sursaut, l’autre frère se tenait assis à côté d’elle. Il avait déposé un linge humide sur son front bouillant, elle avait de la fièvre.

« - Ce n’est rien, ce ne sont que des cauchemars »

Mais Awi savait que ce n’en était pas, tout ça elle l’avait vécu, et il n’y a pas si longtemps. Mon dieu, qu’était-elle devenue pendant ses longues absences ? Awi se redressa lentement et regarda vers les vitraux.

« - Quelle heure est-il ? »

« - Il doit être bientôt midi. »

Awi regarda l’homme qui venait de parler et qui se tenait un peu à l’écart. Elle avait comme une violente envie de le gifler mais elle ne savait plus pourquoi. Le frère Mézec se releva et l’amena vers la porte de l’arrière salle.

« - Tu devrais aller te rafraîchir et te changer. Je pense que ça te fera du bien. Ah et tiens, bois-ça, je sais que le goût n’est pas fabuleux mais mon frère est certain que cette potion t’aidera si tu en bois tous les jours.»

Awi hocha la tête et le remercia. Elle se dirigea vers l’arrière salle et referma la porte. Il y avait un tonneau rempli d’eau, du savon et une énorme bassine. Il y avait des vêtements dans un sac, ses vêtements, ceux qu’elle avait du laisser chez son parrain.
Awi prit son temps même si l’eau était froide c’était agréable de pouvoir se laver, elle prit quand même son courage à deux mains pour tremper ses cheveux dans la bassine d’eau.
Une fois lavée et sèche, elle avait enfilé la première robe qui lui était tombée sous la main et avait rejoint les autres dans l’église. Le frère Mézec avait fait le ménage, il avait rangé tout ce qui avait servi au rituel dans un grand sac, tandis que l’autre, qui devait être le dénommé, Alister, portait des caisses contenant des bibelots.
C’était le 4ème jour qu’elle était enfermée ici, il lui restait 3 jours pour retrouver la mémoire. Et elle semblait encore très loin, Awi sirotait sa boisson en regardant les deux hommes s’affairer, c’est alors qu’elle repéra sa dague au pied d’une statue. Elle finit entièrement la potion, posa le gobelet puis s’approcha de son arme fétiche et qui avait été transmise de génération en génération.
Quelqu’un avait du la poser là, sûrement Dilwen, Awi n’était plus une menace pour eux. Elle regarda son bras et se demandait combien de temps ce bijou serpent allait-il empêcher son côté obscur de resurgir.
Elle posa sa main sur le manche sculptée de l’arme et eut soudain une vision. Elle sentit comme une pression au cou, quelqu’un essayait de l’étrangler, un homme qui se disait scientifique, Awi s’était servi de cette arme pour se défendre. La conversation avait mal tourné et y’avait ce tableau sur le mur qui…


« - Hey, reviens à nous ! Frère Mézec, faîtes quelque chose, elle est en plein délire »

Awi était maintenue fermement par l’homme qui la secouait comme pour la réveiller, elle le fixa et lui dit

« - C’est bon, c’est bon, j’ai juste eu une absence.»

« - Une absence qui vous a empêché de respirer.»

« - Ce n’est rien, ça va mieux. Merci de vous inquiétez, mais je vais bien.»

Awi les regarda et leur fit un sourire, ils repartirent tous les deux à leurs activités. Awi hésita à prendre la dague avec elle, puis se ravisa, elle la récupérerait seulement avant de partir. Il fallait peut-être mieux.

[…]

Les jours passèrent et se ressemblaient, petit à petit, elle reprenait des forces, elle mangeait à nouveau convenablement et à sa faim, elle jouait aux cartes ou aux échecs, elle réalisait des étirements pour ses blessures et jouait même au combat à l’épée avec Damien. Mais Awi savait que ce bonheur était éphémère si elle ne trouvait pas la cause de son problème.

La nuit du 6ème jour, Awi n’arrivait pas à trouver le sommeil. Elle n’avait qu’une vague idée de ce qui s’était passé mais elle en avait marre d’attendre que les potions et autres rituels fassent effet, elle voulait des réponses et le seul moment où elle avait vu des choses, c’était quand elle avait touché la dague. Elle se leva et sans un bruit, elle se dirigea vers la statue où était posée son arme. Elle inspira et expira l’air lentement et profondément.

Elle prit l’arme du bout des doigts et s’assit contre le pilier. Elle la posa sur le sol et murmura :


« - Je t’en prie, aide moi à retrouver mon passé, guide moi dans mes souvenirs, emmène moi là-bas.»

Awi posa ses deux mains sur la dague et ferma les yeux. Elle se remémora les images morcelées qu’elle avait vues dans ses rêves. C’est là que tout lui revint…

L’arcane, ce groupuscule légendaire qu’elle avait remis sur pied, leur symbole, les différentes personnes ou plutôt démons qu’elle avait recruté…
Chïra, la démone ailé au nez si fin ; Uridan, le terrible Vampire-Seïrdan qu’elle avait aidé à obtenir le titre de dieu du sang, il ressemblait tellement à Astriol, les mêmes yeux ; puis le fameux scientifique Alekseï Rytchkine qui l’avait humilié mais à qui elle avait fait du chantage pour le faire revenir parmi eux ; Knurgaod De Veinenuit le marionnettiste, toujours accompagné de Jade ; Cathubodua la Sombre : la sorcière aux corneilles, tant de personnes qu’elle avait ralliées à sa cause et corrompues.
Elle revoyait chaque personne, chaque initiation, chaque meurtre et chaque exécution qu’elle avait commandée pour le bien de son groupe…
Elle avait vécu aussi la transformation d’un pissenlit en oiseau par le prince Syrinx, qu’elle avait voulu acheter en libérant deux de son espèce et il y avait aussi eu ce pauvre homme, dont elle avait regardé avec plaisir sa torture et sa déchéance. Elle l’avait fait volontairement souffrir et manipulé pour qu’il devienne la pièce maîtresse de leur système de communication…
Elle avait tué tous ses gens, elle les avait fait tous souffrir, tout simplement pour son plaisir ou par arrogance. Elle était devenue quelqu’un qui n’aimait pas être contredite, elle était devenue froide et distante, plus ça allait et moins elle ressentait de sentiments pour les êtres de son espèce, elle était devenue l’Œil Noir.
Dilwen, lui avait demandé à quand cela remontait… maintenant elle le savait, cela remontait à son 16ème anniversaire et au massacre de ses parents et de son petit frère, tout était si noir, tout était si douloureux…

Awi ouvrit les yeux quand quelqu’un pénétra par la porte. Elle venait de comprendre qui elle était, ce qu’elle avait fait et pourquoi elle n’aurait jamais voulu sortir de cette église. Elle était dangereuse pour les autres, pour tous les habitants de Feleth et même plus encore.
Elle se leva, se frotta les yeux afin d’en retirer ses larmes, elle savait ce qui lui restait à faire, il n’y avait qu’une solution pour mettre un terme à tout ça. Elle se leva, garda l’arme dans sa main gauche et se dirigea en courant vers la porte. Elle bouscula Dilwen qui était dans l’entrée et courut aussi vite qu’elle le pouvait. Elle savait qu’il la poursuivrait mais là où elle allait, il ne pourrait la rejoindre.


« - Awi attends ! Allez les gars, il faut la rattraper. »

Awi courait alors que le soleil se levait à peine, elle devait juste les distancer avant de faire le grand saut.

Suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: [RP Clos] « L'absurdité d'une chose…    

Revenir en haut Aller en bas
 

[RP Clos] « L'absurdité d'une chose…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Église en ruines-