''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le vieillard et ses maux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Sergeï Surkovsky



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Rôdeur
Métier : Paysan
Croyances : Dieux de la pluie
Groupe : Royaume.

Âge : Vieux. Mais pas trop.

Messages : 5


MessageSujet: Le vieillard et ses maux.   Jeu 16 Jan 2014 - 16:16

Nom : Surkovsky
Prénom : Sergeï
Âge : 53 ans.
Sexe : Homme.
Race : Humain.
Classe : Rôdeur.
Métier :Paysan.
Croyances : Dieux de la pluie.
Groupe : Royaume
Equipement : Une ferme
Talent de combat:Tenir une ferme ce n'est pas seulement traire des vaches et s'occuper des champs, non. Tenir une ferme c'est aussi la tenir contre les brigands. Alors le père de Sergeï lui a appris à se servir d'un bâton pour se défendre. A tenir une arme pour frapper. Et c'est art là s'est perfectionné au fur et à mesure des quelques guerres qu'a fait le vieillard. On raconte même une drôle d'histoire à ce sujet. C'était lors d'une bataille où les hommes du royaume étaient à un contre dix. La mort semait ses larmes de sang dans toutes les troupes. La défaite était faite. Le vieillard, pas encore vieillard se trouvait au prise avec plus d'une dizaine d'adversaires. Sa lance s'était faite brisée par une lame et il ne tenait plus qu'un vulgaire bâton contre les armures adversaires. Ce jour là, le bois de son arme a fait tant coulé de sang que lorsqu'il est revenu, à moitié mort, à moitié enseveli de son sang et de celui de ses adversaires, on l'a nommé « le bâton rouge ». Et cette légende continue à faire rire les chevaliers bien au chaud dans leurs châteaux.

Talent divers : A force de remuer la terre et de vivre avec elle, le vieillard s'est rendu compte d'un talent inné. Celui de lui parler. Celui de l'écouter.

Pouvoir particulier: Il peut même en faisant un grand effort aller jusqu'à la faire bouger.

Equipements : Quelques pièces, quelques fourches et bâtons, un chariot souvent rempli de beaucoup de légumes. Trois vaches. Un casque de guerre qu'il a ramené d'une bataille. Très joli, en forme de bœuf. Ça fait magnifique au dessus de la cheminée.

Apparence physique : Il est vieux, presque laid. Il a sa vieille barbe blanche qui lui mange le visage pour faire ressortir des yeux bleus. Et ces yeux là, oh ces yeux là... Ils ne voient pas, non monsieur, ils ne voient pas ; Ils fusillent. C'est comme si chaque regard qu'il lançait servait de menace. Comme si c'était une mise en garde. Et son corps joue avec. Parce qu'il a beau être vieux, ce n'est qu'un sac d'os et de muscles taillés par la ferme avec le teint buriné par le soleil et les poils longs pour se protéger des froids d'hivers.

Caractère, personnalité : Non, non, n'y allons pas si fort. Oui il a un sale regard qui pourrait faire croire à une envie de violence. Mais c'est faux. A 53 printemps on ne court plus après les coups. On ne veut plus pleurer les blessures de son corps. Et Sergeï, lui qui a tant de fois combattu, il ne veut qu'une seule chose. Bêcher ses terres avec tranquillité. Et cette tranquillité là, c'est son bien, celui qu'il s'est construire toute sa vie. Celui auquel il ne faut pas toucher !

Histoire : 


Les pies. Ces saletés de pies. Elles piaillaient, râlent, jactent, gueulent. Et ce, qu'importe l'heure, qu'importe le temps, elles feront toujours la même chose. A croire que la seule chose qui les fait rêver, qui leur donne un goût à cette vie, c'est de détruire le calme de la campagne. Elles attaquent le silence pour le transformer en horreur. Elles salissent les toits de chaume de leurs fientes immondes. Elles raclent le sol de terre de leurs pieds rachitiques. Elles picorent aux vitres pour réveiller toute la maison. Et c'est comme ça que j'ai ouvert les yeux, pour la première fois. J'ai ouvert les yeux sur une femme aux temps dégoulinantes et aux yeux fermés. Elle avait payé ma vie de la sienne. A côté, en pleure, il y avait mon père. Il avait passé tant et tant de temps à prier les Dieux de la pluie qu'il ne pouvait y croire. Et cette fois, la pluie tombait au creux de ses joues. A côté, la mère grand claquait des quelques dents qu'il lui restait en se demandant comment elle ferait pour traire les 3 vaches, toute seule.

Et les champs, et les moutons, et les plants, et les légumes, tout ça n'attendait pas la mort et la vie finir de se taire pour recommencer à naître. Alors C'est ce qu'ils ont fait. Mon père et sa mère. Ils ont recommencé à vivre et à faire vivre la ferme pour élever ce qui serait le dernier Surkovsky. Ils m'ont rebu de lait de vache. Mon père m'a laissé sa première fourche alors que je n'avais pas dix printemps. Il m'a tout appris sur le métier de fermier. Il m'a appris à écouter la terre pour y faire germer. Il m'a appris à prier les Dieux pour faire venir la pluie et apparaître le soleil. On a connu des temps durs. Où les hivers étaient si rudes qu'ils ne laissaient à leur fin que des champs détrempés, boursouflés d'eau. On a connu les guerres et mon père, emmené combattre un roi qu'il ne connaissait pas pour une terre qu'il ne voulait pas, n'en est jamais revenu. Ma grand mère est morte peu après.

Je me suis trouvé sur ce bout de terre, seul, à devoir m'occuper des animaux et des champs. J'ai détesté cette solitude. Il m'a fallu des années, des printemps, pour comprendre qu'en fait, ce n'était que l'harmonie avec la terre qui rendait ces champs si beaux. Et cette solitude là ne s'est faite briser que par quelques guerres. C'étaient les hommes en armures d'un château que je ne connaissais pas qui venaient me prendre à ma ferme. Ils m'emmenaient tuer des hommes et des femmes. Ils m'emmenaient piller la futur pierre de leurs enfants. J'y ai appris à faire couler le sang. Et après une bataille, jamais, oh non jamais, je ne voulais refaire ça. Mais la vie est un long cercle où tuer un ennemi revient à en créer deux. Et les guerres ont continué. J'ai écouté toute ma vie ce que les hommes et femmes de passage disaient ; J'ai entendu toutes les histoires de ce monde. Les fables et les vérités. Les secrets des rois et des Mondes. Les secrets des terres et des cieux. Et chacune d'elles étaient une horreur de plus, une envie plus importante encore à rester dans mon bonheur simple de retourner la terre pour en voir jaillir les plantes. Sauf que ce bonheur là, ce bonheur simple, il avait le prix du sang qui gagnait mes nuits, il avait le pris d'un impôt qui me revenait trop cher. Alors j'ai dit non. Juste non. Lorsque deux hommes en casque sont venu prendre ma maison et mes biens, j'ai lancé un canif dans chacune de leur gueule et j'ai dit non.




Test rp :





Il entendait le son des fers résonner contre le sol. C'étaient 8 chevaux, lourdement chargés qui galopaient vers sa ferme. C'était la terre qui faisait résonner au creux  de ses oreilles ce son là. Occupé à récolter ses pommes de terres, il ne pu s'empêcher de s’arrêter. Il resta là, à écouter les animaux se rapprocher de plus en plus. Les minuscules points se transformèrent peu à peu en formes flous puis de plus en plus précises. Et vint enfin le moment où les huit chevaliers montés étaient à porté de pas. Ils ne ralentirent l'allure forcée qu'à porté de lances pour les pointer directement vers lui.

-Bienvenue Krito.
c-Bonjour Sergeï.

Il reconnaissait le chef de l'escouade. Il avait les cheveux un peu plus gris, les traits un peu plus durcis, mais il ressemblait encore beaucoup au sergent qui l'avait commandé durant la dernière guerre. Les autres, eux... Ce n'étaient que de pauvres gamins, laids ou beaux, gras ou frêles. C'étaient de pauvres gamins qui s'étaient engagé sans connaître les risques et qu'avaient la côte de maille qui leur allait mal.

-On dit que deux hommes du royaume sont venu chez toi et ne sont pas revenus, Sergeï.

Les lances étaient toujours pointées.

-Oui, et si vous baissez vos armes, je pourrai vous les montrer.
cadavres
Le sergent acquiesça. Les gamins baissèrent leurs armes et le Sergeï invita le chef à entrer dans sa grange. Elle était petite, faîte de pierre et de taule avec des ouvertures sans vitres. A  l’intérieur, entre deux vaches, les mouches commençaient à broyer deux cadavres. Tandis que le vieillard restait sur le pas de la porte avec au creux des lèvres un épis de maïs qui manquait à chaque geste de tomber, Krito s'avança vers les deux.

Il resta un long moment devant les corps. Agenouillé pour mieux sentir la puanteur de mort et de chaire pourrie. Ses doigts vinrent se perdre sur le visage de l'un d'eux. La peau était presque toute défaite mais les doigts, la partie la plus sensible du corps, pouvait encore sentir ce que les yeux ne voyaient plus. Lorsque Krot se releva, c'était pour afficher une mine défaite.

-Il n'y a pas de dragon, par ici, Sergeï.
-C'est ce que je me suis dit aussi. Je n'ai pas compris.
-Moi non plus. Les marques sont pourtant claires. Ce sont des marques de griffes de dragon. Un animal d'une cinquantaine d'années. Tu les as retrouvé où ?
-A 200 mètres d'ici. Plus au nord, vers le verger. Pas mal d'arbres ont été bien abîmés et l'un d'eux ne reviendra pas, je pense.

Dans ce monde là, la vie ne se jouait qu'à un fil. Et  la vie du vieillard au moment précis où il finissait sa phrase ne tenait plus sur grand chose. Ce n'était plus une corde, ni même un fil, ce n'était qu'un minuscule filament qui ne tenait que bon gré mal gré au creux de la paume de Krot.

-Dis pour voir, Sergeï, tu as une forge ?
-Une forge ? Moi ?!
-Oui, une forge.
-Et je la mettrais où ?
-Bon... Et une tenaille, alors ? Une tenaille du genre que t'aurais pû coller à quelques lamelles pour faire croire à une machoire de dragon. Non ?
-Jamais de la vie.

-Gardes ! Fouillez moi cette maison !!

Sergeï avait menti. La tenaille était cachée dans un trou creusé derrière la maison. Il fallait soulever une pierre, creuser la terre et quelques centimètres dessous se cachait cette tenaille. Alors les gamins se mirent à fouiller. Ils soulevèrent les lits, firent voler les quelques armoires. Retournèrent les fétus de pailles et à chaque geste un objet se déchirait, se cassait. Sous les yeux ébahis du vieillard ses bien partaient en lambeau. C'était toute sa richesse qui disparaissait. Et surtout... C'était un des gamins qu'avait découvert la pierre cachée dans le trou derrière la maison. Il la balança pour voir apparaître de la terre humide, comme soulevée il y a peu. Alors le gamin se mit à creuser la terre avec aux lèvres un grand sourire de celui qui a trouvé. Ses doigts creusaient et creusaient tant et si bien que bientôt il arriva sur... Rien. Des cailloux et de la terre dure.. Juste ça. Il avait rêvé. Il n'y avait rien.

Enfin c'est ce qu'il cru. La vérité était ailleurs. La vérité était dans les songes de Sergeï qui faisait tourner la terre autour de l'objet pour l'en changer de position. La tenaille était maintenant à plus de cinq mètres du gamin, enfoncé dans plus d'un mètre de profondeur.

Au bout d'un temps, lorsque la maison du vieillard n'était plus qu'un tas de ruine. Lorsque les gamins eurent soulevé et re-soulevé tous les meubles et toutes les pierres, Krito dû s'avouer vaincu.

-Tu prendras deux vaches, un cheval. Tu ramèneras les cadavres au château pour qu'ils soient éxumés. Les vaches seront pour te faire pardonner de ces deux morts sur les champs où tu travailles.

-J'avais trois chevaux. L'un est mort à la guerre. Le second à labourer, et le troisième à l'impôt.

-Alors tu viendras juste avec deux cadavres et deux vaches.




A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Ca dépendra, malheureusement.
Comment avez-vous découvert le forum ? Je recherchais un fowrp fantaisy, je crois avoir trouvé...

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Le blanc sur noir fait mal aux yeux quand je passe sur ma messagerie... Mais très joli sinon.


Dernière édition par Sergeï Surkovsky le Sam 18 Jan 2014 - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nargheil Eoss

☼ | Lame claire

________________

avatar
________________


Race : Élu
Classe : Chevalier Solaire
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : ---
Groupe : Anges

Âge : 115 Ans

Messages : 285

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Le vieillard et ses maux.   Sam 18 Jan 2014 - 16:11

Serguei a écrit:
Equipement : Une ferme
ça n'est pas un équipement.

Ceci mis à part, c'est conforme... Donc Bienvenue. Je te pré-valide.

Fais attention à ce que ton personnage ne tombe pas malade, la terre sur Feleth a trop absorbé de corps.

_________________
Non Arléen, pour la millième fois, non..

Spoiler:
 

Thème musical de Nargheil:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Juin Belair

Pirate sans navire

________________

avatar
________________


Race : Faux-parleur
Classe : Corsaire
Métier : Pirate bonimenteur
Croyances : Le Saint-Charles
Groupe : L'amicale de Roger l'Heureux

Âge : 32

Messages : 124

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage : Journal de bord

MessageSujet: Re: Le vieillard et ses maux.   Sam 18 Jan 2014 - 18:40

Bonsoir Sergeï et encore bienvenue parmi nous !

Je passe te voir en premier car tu es visiblement le plus proche de la validation définitive. Cependant je vais quand même me présenter : je suis donc Juin et c'est moi qui vais m'occuper de finir ta validation ! Je suis aussi pirate mais je crois que l'homme de la terre qu'est Sergeï s'en fiche un peu ahahaha !

Pour ta fiche, il n'y a pas de problèmes majeurs, le contexte est respecté, tu fais en quelque sortes déjà partie de Feleth. J'ai vu que nous partagions tous les deux une aversion certaine pour les oiseaux... c'est un très bon point ! Mais avant tout, en voici quelques uns qu'il me semble utile d'éclaircir :

- Tout d'abord, il semblerait que les mentions "talents de combat" et "talents magiques" ne figurent pas dans ta fiche. Même si je crois qu'ils ne sont pas obligatoires, je pense néanmoins qu'ils devraient être présents, même si vides ou très peu expliqués, compte tenu de ton histoire et de ta classe. En effet, il me semble avoir vu que tu parlais de ton départ pour la guerre et ainsi de suite... je crois que c'est donc utile de mentionner tes capacités Wink

- De même pour ton équipement ! Même si la réponse "une ferme" m'a fait sourire, je ne pense pas que Sergeï, s'il devait quitter un jour son terrain, puisse emporter sa bâtisse avec lui. Tu parles de dagues dans ton histoire. Dis-nous en plus du contenu de tes poches !

- Pour ton talents divers : il n'y a pas de soucis, Sergeï peut avoir des "liens" avec la terre. Je te laisse en décider toi-même et les préciser.

Voilà, il me semble que c'est tout. Pas grand chose en sommes, juste quelques points à éclaircir afin que tes futurs camarades puissent mieux s'imaginer ton personnage Wink


Bon courage ! pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sergeï Surkovsky



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Rôdeur
Métier : Paysan
Croyances : Dieux de la pluie
Groupe : Royaume.

Âge : Vieux. Mais pas trop.

Messages : 5


MessageSujet: Re: Le vieillard et ses maux.   Sam 18 Jan 2014 - 19:37

Merci beaucoup. Dans ces cas là, si je rajoute ce qui suit, c'est bon ?

Talent de combat:Tenir une ferme ce n'est pas seulement traire des vaches et s'occuper des champs, non. Tenir une ferme c'est aussi la tenir contre les brigands. Alors le père de Sergeï lui a appris à se servir d'un bâton pour se défendre. A tenir une arme pour frapper. Et c'est art là s'est perfectionné au fur et à mesure des quelques guerres qu'a fait le vieillard. On raconte même une drôle d'histoire à ce sujet. C'était lors d'une bataille où les hommes du royaume étaient à un contre dix. La mort semait ses larmes de sang dans toutes les troupes. La défaite était faite. Le vieillard, pas encore vieillard se trouvait au prise avec plus d'une dizaine d'adversaires. Sa lance s'était faite brisée par une lame et il ne tenait plus qu'un vulgaire bâton contre les armures adversaires. Ce jour là, le bois de son arme a fait tant coulé de sang que lorsqu'il est revenu, à moitié mort, à moitié enseveli de son sang et de celui de ses adversaires, on l'a nommé « le bâton rouge ». Et cette légende continue à faire rire les chevaliers bien au chaud dans leurs châteaux.

Talent magiques : A force de remuer la terre et de vivre avec elle, le vieillard s'est rendu compte d'un talent inné. Celui de lui parler. Celui de l'écouter. Il peut même en faisant un grand effort aller jusqu'à la faire bouger.

Equipements : Quelques pièces, quelques fourches et bâtons, un chariot souvent rempli de beaucoup de légumes. Trois vaches. Un casque de guerre qu'il a ramené d'une bataille. Très joli, en forme de bœuf. Ça fait magnifique au dessus de la cheminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Juin Belair

Pirate sans navire

________________

avatar
________________


Race : Faux-parleur
Classe : Corsaire
Métier : Pirate bonimenteur
Croyances : Le Saint-Charles
Groupe : L'amicale de Roger l'Heureux

Âge : 32

Messages : 124

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage : Journal de bord

MessageSujet: Re: Le vieillard et ses maux.   Sam 18 Jan 2014 - 20:03

Eh bien ! C'est parfait très cher !

Je vais te donner le pin's de la validation. Tu pourras l'accrocher au-dessus de ta cheminée, ça fera bien à côté de ton casque Wink



Je te laisse remplir ton profil si ce n'est pas déjà fait et te rendre ici pour recenser ton rang afin de l'obtenir.
Donc comme tu as choisi d'appartenir au groupe Royaume, tu verras un nouveau forum apparaître : c'est la section privée des membres du groupe. Tu pourras réagir à tous les sujets alors n'hésite pas à y faire un tour !

Je te souhaite un très bon jeu !! pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Le vieillard et ses maux.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le vieillard et ses maux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-