''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Karou Satsujah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Karou Satsujah



________________

avatar
________________


Messages : 1


MessageSujet: Karou Satsujah   Sam 8 Mar 2014 - 0:20

Personnage

Nom : Satsujah
Prénom : Karou
Rang : La guêpe messagère

Âge : 31 ans, du moins, 31 ans de souvenirs.
Sexe : Féminin. Sans doute. Majoritairement.... Enfin, en général.

Race : Demi faux-parleur
Phrase de faux parleur :
"Des hirondelles hagardes s’envolent dans le ciel bleu"

Elle commence souvent ses crises en répétant "le ciel est bleu" d'un air paniqué, espérant prévenir les personnes qui l’entourent du massacre imminent. Malheureusement, peu nombreux sont ceux dont l'instinct de survie est suffisamment développé pour comprendre qu'il est alors grand temps de se mettre à courir.

Classe : Métamorphe
Métier : Messagère
Croyances : Pas de religion à proprement parler, mais elle aime à croire qu'il existe, quelque part, peut être partout, une conscience, un Cycle, une Magie, quelque chose qui permet au monde de tourner et aux êtres de se fixer.
Groupe : Rebelles

Équipement :

       • Une besace et un petit sac à dos, contenant, entre autres, un nécessaire de voyage : de quoi coudre, cuisiner, soigner, des affaires de rechange, quelques portions de nourriture séchée... Des carnets, aussi, où elle déverse ses pensées quand l'envie lui prend.
       • Une aiguille très fine, d'une vingtaine de centimètres de longueur, en métal cuivré accrochée sous ses vêtements, qui lui a valu son surnom de guêpe. Ce n'est pas exactement une arme conventionnelle, aussi parvient elle parfois à surprendre ses ennemis avec.
       • En matière de vêtements, elle porte le plus souvent une tunique courte d'un vert délavé, passée sur un pantalon ajusté d'un beige sali par la poussière des routes, le tout sous un pourpoint de cuir élimé. La plupart du temps, elle s'enveloppe également d'un long manteau noir à capuche, vêtement courant chez les voyageurs, qui lui évite d'attirer l'attention et lui permet de cacher ses maigres possessions.
       • Un chien, si on peut parler là d'équipement, au poil long roux comme celui d'un renard, assez court sur pattes et à la queue touffue. Son oreille gauche, cassée, lui donne un air perpétuellement interrogateur et malicieux. Il est plutôt intelligent, très fidèle et obéissant. Il ne parle bien entendu pas, et c'est sans doute cette qualité qui en fait la seule créature dont elle supporte la compagnie au long terme. Il porte le nom de Reinar, en référence à son apparence, même si la plupart du temps elle se contente de l'appeler Crétin. Avec la plus grande affection du monde, bien sûr.
Ce qu'elle ignore, c'est que ce chien n'est pas à proprement parler un chien. C'est un syrinx, un syrinx animal, comme cela arrive parfois. Il s'est échappé du Vein pour mener une vie plus adaptée sur Feleth il y a de cela une vingtaine d'années maintenant. Si d'aventure quelqu'un venait à le raser, il découvrirait, au creux de ses épaules, une marque en forme de champignon étrange, orné de pétales dentus. L'état d'éclosion de celui-ci pourrait indiquer à celui ou celle qui s'y connaît que l'animal a encore de belles années devant lui. Karou, elle, se demande simplement comment le chiot qu'elle a ramassé au bord de la route une vingtaine d'années plus tôt peut encore courir si vite et paraître si jeune.



Talents de combat physique :
Son plus grand talent dans le domaine des arts du combat serait sans doute... hm, oui, la fuite, indéniablement. Courir, vite, esquiver, agilement, et changer de visage, de silhouette, pour qu'on ne la reconnaisse plus. En général, ça fonctionne plutôt bien.
Quand le combat n'est pas aussi facilement évitable en revanche, ou qu'un besoin de diversion se fait sentir, elle dévoile sa vague maîtrise de l'aiguille, et de tous les petits trucs qui piquent (bâton, dard, moustique...). Toute en rapidité, en précision, son manque de force physique reste sa plus grande faiblesse. Elle est redoutable lors d'une attaque surprise, mais ses chances de survie en vrai combat sont... limitées. Pour le moins.
Sauf, peut être, quand elle récite sa phrase. Il lui suffit de modifier légèrement la forme de ces doigts, de faire couler la kératine jusqu'à ce que ses ongles deviennent griffes, de laisser pousser ses crocs... Mais sa puissance reste très réduite.

Talents de magie :
Karou est une métamorphe. Cela signifie qu'elle est capable, selon ses désirs, ses besoins, de changer son apparence en n'importe créature humanoïde, tant que sa taille reste raisonnablement proche de la sienne. Elle se base sur l'apparence de personnes qu'elle a déjà rencontré, cela étant plus facile pour elle. Plus amusant, aussi, quand elle peut mettre des personnes qu'elle n'apprécie guère dans des situations pour le moins embarrassantes. Une métamorphose complète s'avère souvent désagréable et légèrement douloureuse. Au contraire, la modification du visage, ou d'un membre, ressemble à une bouffée d'air frais. On pourrait le comparer au besoin de se faire craquer une articulation : on sait que ce n'est pas vraiment bon pour nous, mais on a besoin de le faire.
Ce don lui demande une grande dépense d'énergie, aussi ne peut elle se transformer entièrement au maximum que deux fois par jour. Et encore, elle ne pourra pas réitérer l'exploit tout de suite...
Elle évite d'utiliser ce don devant témoins, préférant garder cet atout dans sa manche. De fait, très rares sont ceux connaissant sa nature.


Talents divers :
Elle sait très bien cuisiner la tarte aux mûres. C'est là sans doute son talent principal.
Sinon, au delà de ses aptitudes culinaires, elle est douée d'une excellente mémoire et d'une très bonne imagination. Elle n'oublie jamais un visage, jamais un message.
Elle a également reçu une plutôt bonne éducation, et sait donc lire, écrire, compter. Elle a aussi de bonnes notions de politique, d'histoire et de géographie, à force de véhiculer des informations.
Enfin, elle possède un excellent sens de l'orientation, ce qui s'avère plutôt utile lors de ses voyages.

Pouvoirs particuliers :
Elle n'est pas, comme certains autres métamorphes, capable de faire oublier son propre visage. En revanche, elle peut, grâce à ses faibles talents d’illusionniste, camoufler la présence ou même l'existence d'un objet, d'une plante ou d'un animal aux yeux des curieux.  Les yeux glissent dessus mais l'esprit l'oublie aussitôt, et ce n'est plus qu'une flaque d'ombre, une maigre distorsion de la réalité, un rêve que l'on sent, mais qu'on ne peut attraper.
Elle utilise souvent ce don pour faire oublier son chien, qui pourrait trop facilement révéler son identité. Cela fonctionne très bien, tant que l'animal ne fait pas de bêtise et n'attire pas l'attention sur lui.


Apparence physique :
Femme, homme, vieillarde, elfe, orque... Elle peut être tout et rien à la fois.Pourtant, si ses talents de métamorphe lui permettent de fondre sa chair pour ressembler à n'importe quelle créature humanoïde, il y a bien une chose, une petite chose, qui permet peut être de la distinguer sous son déguisement. Cette petite chose, cette constance dans cette incertitude faite chair, c'est ses yeux, des yeux de fantôme, d'un vert-bleu presque trop clair cerclé de charbon.
C'est le seul lien qu'elle entretient avec son ancienne vie, celle qu'elle serait curieuse de connaître, parfois. Mais voilà, elle ne se souvient pas. Elle ne sait pas qui elle est. Elle ne sait même plus si elle est... Elle.

Il lui est cependant apparu rapidement que pour entretenir une vie sociale basique, et aussi pour exercer son métier de messagère, il était assez... disons, utile, de garder la même apparence. Elle a donc opté, en toute logique, pour la première qu'elle s'est connue : sans doute pas la première qu'elle ait porté, mais faute de mieux...
C'est donc les cheveux longs et la taille haute qu'elle arpente les routes de Feleth. Sous cette apparence, elle doit approcher du mètre soixante-quinze, et possède une certaine forme de grâce qui ne passe pas inaperçue. Elle n'est pas exactement mince, mais ses membres restent relativement fins, taillés pour la course, la vitesse. Sa chevelure châtain lui tombe jusqu'au milieu du dos, et s'avère très utile pour masquer ses traits lorsqu'elle désire rester discrète. Ceux-ci, finement ciselés, pommettes hautes, yeux étirés et lumineux, bouche pleine perpétuellement étirée d'un sourire un brin sarcastique, annoncent son caractère enjoué et inspirent la confiance. Elle n'a pas pour habitude de masquer ses émotions, et sous cette forme, son visage est très expressif.

Caractère, personnalité :
Karou aime la solitude. Cela ne veut pas dire qu'elle est asociale, ni qu'elle fuit les villes ou les villages, au contraire. Mais voilà, ces longues périodes de marche entre deux missions la ressourcent, lui apaisent l'esprit, nourrissent son imagination et entraînent ses pensées dans des recoins qu'elle serait incapable d'explorer plus proche de la civilisation.
Elle aime parler, plaisanter, manier les mots et les tons. D'un naturel altruiste, elle ira vers les gens lui semblant en détresse, ou tristes, ou malades, ou perdus.
Elle en arrive presque à être naïve, inconsciente, parfois. Elle a tendance à inviter un inconnu à partager son repas, bien avant de ses demander s'il n'est pas, par hasard, du genre à manger les gens vivants. Mais heureusement pour elle, elle est également dotée d'une chance impressionnante, voire totalement injuste. Plus que ses aptitudes de combat (non, ne riez pas, c'est vexant) ou de fuite, c'est cette chance qui lui a sauvé la vie quand elle se trouvait dans des situations délicates.

Mais malgré ses penchants amicaux, la jeune femme ne se lie que rarement. À part ses quelques clients réguliers, on ne lui décompte que peu d'amis. Un seul, à vrai dire. Et c'est aussi bien comme ça : ainsi, personne n'est là pour entendre sa phrase, personne n'est là pour être déchiqueté, pour la tuer un peu plus de l'intérieur. Car elle est là, vous savez. Elle est toujours là, une toute petite part d'elle, consciente, quand elle devient cette machine à tuer folle furieuse. Elle ne peut rien faire, bien sûr, mais elle le voit.
C'est pour cela que lorsqu'elle sent la phrase venir, tâter ses lèvres à la recherche d'une ouverture, son esprit à la recherche d'une porte, elle essaye de prévenir son entourage. Bon, la manière n'est peut être pas idéale, mais elle serait bien en mal de faire mieux. Ses « crises » peuvent frapper à n'importe quelle occasion, mais elle a remarqué, avec le temps, qu'elles arrivaient plus souvent lorsqu'elle apercevait une hirondelle. C'est pour cela qu'elle est désormais terrifiée par cet oiseau.

Histoire :

Prologue :
 



Elle se réveilla au moment ou le soleil enflammait l'horizon, transformant le ciel nuageux en une palette merveilleuse de nuances d'ocre, d'or, de rose et de bleu. Elle ne savait pas où elle était, juste qu'elle était sous ce ciel immense, et que le monde était terriblement beau.
Il lui fallu quelques instants pour se souvenir qu'elle était faite pour bouger.
Alors, elle se leva, et, tête toujours tournée vers le ciel, elle attendit que l'astre sombre, des larmes innocentes plein les yeux. Après, seulement, une fois les ténèbres revenues, elle s'autorisa à se poser les question essentielles.
Qui était elle ?
Qu'était elle ?
Elle commençait à retrouver ses savoirs, ses notions. Elle connaissait le monde, elle connaissait les choses. Mais elle ne se connaissait plus, elle.
Rapidement, elle regarda autours d'elle. Elle reconnu, sans trop savoir comment, une forêt qu'elle sentait familière, une route, qu'elle savait aller vers un grand village fleurit, dont les fumées s'élevaient au loin dans le ciel déjà piqueté d'étoiles.
De trop grosses fumées.
L'odeur de l'incendie parvint enfin à ses narines, et la jeune femme s’aperçut que le soleil n'avait pas été la seule chose à embraser le ciel, plus tôt.  

○O○

Karou. Karou Satsujah.
C'est ainsi qu'elle avait décidé de se nommer, quelques années plus tôt, peu après que son passé ait été réduit en cendres. Cela faisait bien cinq ans, maintenant. Cinq ans et elle n'avait pas changé d'un pouce. Enfin... Sauf quand elle le désirait, bien sûr. Elle n'avait pas tardé à découvrir ce don étrange. Il lui suffisait d'une pensée, d'une traction mentale.. Et son être entier changeait. Comment, alors, être sure que le corps qu'elle s'était habituée à porter était bien le sien? Comment pouvait elle se fier à cette identité ?
La réponse était venue rapidement : elle ne pouvait pas, et il fallait faire avec. Les cendres du passé devaient devenir le terreau de l'avenir, et étrangement, elle ne se sentait pas si désireuse de retrouver ses souvenirs. Elle sentait que la souffrance couvait, tout près, et elle n'avait aucune envie de la réveiller.
Elle avait beaucoup voyagé, depuis. Elle n'avait d'ailleurs pas tardé à se découvrir une grande curiosité, une envie d'apprendre dévorante, et avait écumé les bibliothèques pendant un long moment. Puis ça lui avait passé. Pas parce qu'elle n'aimait plus lire, loin de là.
Parce qu'elle avait envie de vivre. D'apprendre par elle même, au contact de ce monde merveilleux.
Alors elle était partie sur les routes.
Et, pour célébrer ses un an de survie en territoire sauvage, la vie lui avait offert Reinar.

○O○

La vie d'ermite plaisait beaucoup à Karou. Pas d'attache, pas de bruit... Personne pour se demander pourquoi, en quinze ans, cette petite humaine n'avait pas changé, pas pris une ride. Personne pour être jaloux. Personne pour la lyncher au coin d'une rue. Personne à tuer, quand elle entrait dans une de ses crises, non plus.
Oh, bien sur, elle aurait pu se transformer en elfe, ou en créature du style, au vieillissement plus lent. Mais elle était attachée à cette forme, et se refusait à l'abandonner. Alors elle allait de ville en ville, de village en hameau. C'est au cours de ses pérégrinations sans véritable but qu'elle rencontra un mage : Eiroh. Il était ancien, courbé par les ans, poilu plus que de raison. Il était jeune, fringant, à l’œil vif et malicieux. Il était tout, il était rien.
Il était illusionniste.
Et c'est de lui qu'elle dira son savoir.
Elle ne connu jamais son vrai non, jamais sa véritable apparence. Pas qu'il ne lui ai jamais proposé de le voir dans toute sa vérité : leur amitié était profonde, et il aurait vraiment aimé se dévoiler à elle. Mais elle refusa, refusa et refusa encore : elle ne méritait pas de voir sa véritable apparence si elle ne pouvait lui révéler la sienne en retour.
Elle passa cinq ans en sa compagnie, appris les bases de son art, puis reparti. Sur la promesse de revenir, un jour, peut être sous son vrai visage, les poches remplies de fragments d'aventures.
Ce fut très naturellement, au final, qu'elle devint messagère. Les villageois commençaient à la connaître, à lui faire confiance, parfois.
Sa première cliente fut une jeune femme qui voulait annoncer la naissance de sa fille à sa famille, de l'autre côté des plaines. Le deuxième, un vieillard, qui appelait à lui ses enfants, sentant sa fin venir. La troisième, une marchande voulant passer contrat avec un autre. Le quatrième...
Le quatrième fut un rebelle.

○O○

Karou ne s’était jamais sentie très concernée par ces luttes de pouvoir et de domination. À la limite, les capes blanches la dégoûtaient un peu, mais elle se contentait de les éviter et en général, tout se passait bien.
Mais après avoir transmis son premier message au groupe de rebelles du petit village, sa vision des choses changea. Elle aperçue enfin qu'il y avait quelque chose de malsain dans cet état des choses,  que tout n'était pas comme il devait être.
Alors, elle décida d'embrasser la cause de la rébellion, pas par vengeance, pas par haine, mais à cause d'une envie véritable de faire changer le monde. De faire ce qui est juste.


En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ?
Assez souvent, je dirais. Sans doute plusieurs fois par semaine.

Comment avez-vous découvert le forum ?
En regardant par dessus des épaules. Et avec une sacrée mémoire, aussi.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ?
Eh beh.. Il est sombre, il est glauque, il est impitoyable, il est donc parfait !


Test-RP

Il pleuvait en ce jour sur les terres de Feleth.
Enfin, du moins, il pleuvait en ce jour sur ce coin précis des terres de Feleth. Cela suffisait. Et c'était désagréable.
Tirant une longue langue rose et fumante, Reinar s'assit près de sa maîtresse, partageant avec elle la douce chaleur de sa fourrure. Ils s'étaient réfugiés sous un amas de troncs et de rochers dérangés lors d'une précédente tempête, non loin du sentier, lorsque la pluie était devenue trop insistante. Karou avait déjà retiré son manteau trempé et tentait désespérément de trouver de quoi boucher la fuite qui perçait de leur toit de fortune.
Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas la pluie. La pluie était une nécessité, une bénédiction pour les plantes et la terre sèche. Non, ce qu'elle n'aimait pas, c'était quand l'eau se faisait omniprésente, rampant sur le sol et noyant les racines, tuant aussi sûrement que du feu. Et puis, il faisait froid, maintenant. Et le froid humide, ce n'était pas franchement l'idéal du voyageur, surtout quand le soleil finissait de s'abîmer derrière la ligne de l'horizon.
Fort heureusement, les quelques brindilles que le vent avait laissé là étaient encore à peu près sèches, et n'attendaient qu'elle pour s'enflammer gaiement. Quelques frottements plus tard, une flammèche dansait joyeusement dans un cercle de petites pierres, ignorante des tentacules d'eau qui s'approchaient déjà, curieuse, de son refuge précaire.
Karou soupira. Elle aurait vraiment aimé arriver au village avant la nuit. Elle avait des messages urgents à délivrer, et elle commençait à venir à bout de ses réserves de fromage et de viande séchée. Oh, elle pouvait chasser, bien sûr, et récolter quelques baies sur son chemin, elle connaissait assez bien sa botanique pour ne pas s'empoisonner accidentellement. Mais ça prenait du temps. Et elle n'aimait pas vraiment fourrer ses mains dans les entrailles des animaux pour les vider. Les bouchers et les capes blanches étaient là pour ça.
Soudain, un craquement de branche la tira de ses ruminations. S'en suivirent un « plouf » très peu discret et un râle douloureux.
Karou échangea un regard avec Reinar. Il n'avait pas grogné, et semblait calme. D'ordinaire, elle se fiait entièrement à son instinct, car il avait le don, dans la forêt, de sentir mystérieusement tout danger approchant. S'il n'avait pas réagit, c'était que la créature qui avait émit ces sons n'était pas une menace. Mais elle semblait mal en point.
La jeune femme pris rapidement sa décision.
« Bouge pas. » Souffla-t-elle tout en tendant, par réflexe, un voile d'illusions autour de la silhouette de l'animal.
Cela fait, elle se leva et sorti, courbée, de leur abri de fortune. Elle n'eut pas de mal à localiser la source du bruit : là, à quelques pas devant elle à peine, avachi près d'une flaque profonde, se trouvait un homme. Il avait l'air salement amoché, avec ses vêtements crottés de boue et de sang à peine coagulé.
Karou se précipita vers lui, et, rapidement, passa un bras autour de sa taille pour le traîner au sec. L'homme s'appuyait lourdement sur elle, incapable de se déplacer seul ni de coordonner suffisamment ses mouvements pour l'aider. Alors, à la lumière des flammes, elle pu voir l'origine de la faiblesse de l'homme : une branche brisée épaisse comme son poignet dépassait de son flanc droit, couverte de sang. Vu la quantité de liquide qui imbibait le tissus et le teint blafard de l'inconnu, il n'en avait plus pour longtemps.
« Je... J'ai glissé ». Il eut un rire nerveux qui s'étouffa dans une toux sanglante. « J'ai glissé et je suis tombé. C'est.. c'est bête, hein ? De partir comme ça... »
Karou lui posa une main réconfortante sur l'épaule. Elle n'était pas guérisseuse, elle ne pouvait rien faire pour lui. Et elle savait depuis longtemps que la mort ne frappait pas toujours avec décence et dignité.
« T'as pas de chance, je suis messagère, pas médecin, j'ai rien qui puisse... Ah, si, je dois avoir des herbes dans mon sac, ça devrait réduire la douleur. Attend un instant, tiens bon. »
Elle allait se détourner pour fouiller dans son paquetage, mais l'homme la reteint, et sa poigne était surprenamment ferme pour un mourant.
« Messagère ? » Son visage était figé, sérieux. Le visage d'un homme qui puisait dans ses dernières réserves. « Messagère pour le compte de qui ? »
« De ceux qui me demandent mes services... Et qui tiennent à la discrétion ».
« Alors écoutes bien, parce que je vais te les demander, tes services... »
Et l'homme parla, encore et encore jusqu'à ce que son souffle s'étrangle et que l'écume rouge qui perlait à ses lèvres l'engloutisse. Quand il mourut enfin, Karou ne réagit pas, pensive.
Puis, bien plus tard, alors que le soleil pointait à l'horizon, elle se leva et parti.
Sans un mot, sans un regard.
Juste un nom, qui pulsait dans sa tête. Un message à délivrer.
Un client.
Un rebelle.


Dernière édition par Karou Satsujah le Sam 8 Mar 2014 - 1:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

avatar
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Lamesang
Métier : chasseur de primes / mercenaire
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 522

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

MessageSujet: Re: Karou Satsujah   Sam 8 Mar 2014 - 1:10

Salut petit messagère !

Je suis là pour t'embêter et te donner un message : je suis là pour te faire du mal dans ta fiche @.@
KUHAHAHAHHAHAHAHA !!!


Bref, alors sinon, j'aime bien ta fiche, et plus particulièrement ton test rp =). Ceci dit, ça ne suffit pas Sad

Voici donc les correctifs que j'aimerais que tu apportes =)

-modifier ta phrase si possible, car là c'est effectivement un poème. Les faux-parleurs répètent une phrase, une courte phrase. là c'est trop long, hélas :/

-pour tes compétences physiques, je veux juste te rappeler de n'utiliser que des armes très légères ou des bâtons, vu que tu as choisis une classe magique =)

-ensuite, tes talents magiques regroupent ce que tu peux faire avec la magie de ta classe, donc c'est ici que tu dois mettre tes capacités de polymorphie, pas dans pouvoirs particuliers

-tes illusions en revanche, c'est plus délicat. ça peut être une variante des pouvoirs de polymorphes, mais là tu les as appris d'un illusionniste. Du coup je reste dubitatif, mais pour moi ça va quand même. Si ça pose vraiment problème le deuxième valideur te le dira =)

Pour le reste, ça me va =) Met donc à sa place ce qui y va, et tu auras un cadeau o/


PS : modifications apportées, pour moi c'est bon =)



Je te laisse attendre le passage d'un second valideur, nécessaire pour que tu puisses rp =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nargheil Eoss

☼ | Lame claire

________________

avatar
________________


Race : Élu
Classe : Chevalier Solaire
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : ---
Groupe : Anges

Âge : 115 Ans

Messages : 285

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Karou Satsujah   Dim 23 Mar 2014 - 10:38

Cette fiche, est un plaisir à valider. J'ai vu pas mal de fiches, mais celle là est à la fois claire et agréable, ce qui est assez rare.
J'en perds mes mots.
Donc voilà, je me tais et te donne ma seconde validation.
Felethitation.

_________________
Non Arléen, pour la millième fois, non..

Spoiler:
 

Thème musical de Nargheil:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Karou Satsujah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Karou Satsujah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-