''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lilium Merylwoods

Assombrie | L’enflammée.

________________

Lilium Merylwoods
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleuse
Métier : Chasseur de prime
Croyances : Athée
Groupe : Ordre du Crépuscule

Âge : 21 ans

Messages : 41

Fiche de Personnage : Le journal intime


Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] _
MessageSujet: Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]   Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] EmptyDim 9 Mar 2014 - 22:09

Peu à peu, le jour donnait place à la nuit et la jeune demoiselle en était plus que ravie. Elle avait passé la journée à nettoyer son sabre en attendant ce moment. Ce soir, allait être le dernier de sa ‘’mission’’ comme elle appelait si bien les gens qu’elle devait abattre. Le travail que lui avait donné son supérieur lui semblait plutôt ennuyant et facile cette fois. Il s’agissait d’un simple bibliothécaire fessant partie des rebelles, Rëeth DeReicht. Il n’avait rien d’impressionnant selon la dame. Un simple gamin âgé de dix-sept ans ayant des connaissances sur la magie et tenant une bibliothèque.  

Depuis qu'elle était arrivée à Beolan, Lilium l'observait et prenait des notes sur le comportement de l'humain. C'était là, une des parties les plus plaisantes de son travail avec bien sûr la mort de l'individu. La dame c'était levé puis étiré avant de prendre la grande cape noire qu'elle mit pour camoufler sa tête et son corps. Par la suite, elle était sortie de l'auberge où elle avait pris place trois jours plus tôt. Dehors, la pluie fendait le ciel comme des lames ce qui pressa la dame. Sur la route, elle vit les marchands fermer leur stand et partir vers leur domaine. Bientôt il ne restait que quelques passants. Le silence avait empli la place ce qui avait dons de détendre la femme.

Arrivé devant la grande bibliothèque, l'ensorceleuse avait pris le temps de s'assurer qu'elle était en possession de tout ce dont elle avait besoin, c'est-à-dire son sabre, son sac ainsi qu'une petite dague parce qu'on ne sait jamais ce qu'il peut arriver, avant d'entrer. Une petite clochette avait sonné lorsqu'elle avait mis pied à l'intérieur. Du coin de l'œil elle avait observé sa cible qui était postée derrière le comptoir. Lilium apercevait l'aura de cet homme, mais elle n'arrivait pas à la comprendre, celle-ci était différente des autres qu'elle avait pu voir jusqu'à présent. La dame n'avait pas enlevé sa capuche et errait dans les allées attendant un bon moment pour agir.

Par la suite, elle s'était décidée d'agir et était allé s'accouder sur le comptoir juste en face du jeune bibliothécaire. À cette distance elle put contempler le visage de l'homme. Il était magnifique. Ce gamin possédait des yeux d'un vert envoûtant ce qui faisait regretter la dame de devoir en finir avec lui. Lilium avait enlevé sa capuche pour laisser son visage à la vue de l'homme.

<< J’espère que tu as apprécié ta journée, Rëeth. >>  Lança-t-elle tout bonnement.  

Le sourire aux lèvres elle continuait de le regarder, pour ensuite attraper une mèche des cheveux noirs du garçon pour rapprocher le visage du sien. L’ensorceleuse appréciait la lueur d’incompréhension qui ressortait des yeux du bibliothécaire.

<< Tu possèdes beaucoup de livres ici, les connais-tu tous mon chers? >> L’avait-elle questionnés.

Malgré qu’elle l’ait demandé la demoiselle n’en n’avait rien à faire de ces livres, tout ce qu’elle voulait, c’était finir sa mission et retourner dormir à l’auberge. Elle bayait en attendant la réaction du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] _
MessageSujet: Re: Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]   Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] EmptySam 22 Mar 2014 - 11:59

Quelque chose clochait. Quelque chose d’autre que le carillon de la porte bien entendu. Depuis quelques jours, Rëeth s’était à plusieurs reprises senti épié, à différentes heures du jour et de la nuit. Et la nuit pluvieuse qui régnait à présent n’arrangeait en rien la sensation qui s’était emparé de lui au fil des jours. Au comptoir, comme toujours, il avait guetté un client toute la journée, détournant les yeux de la porte uniquement pour vérifier que personne n’était déjà dans les rayons. Et ce soir, il semblait distinguer une silhouette derrière la porte. Si elle voulait rentrer, c’était par l’entrée principale et ça ne manqua pas : quelques minutes plus tard, la porte aux carreaux de verre fut poussée, et la clochette marqua l’entrée du visiteur nocturne. Il n’arrivait pas à bien distinguer l’apparence de la personne puisque celle-ci portait une capuche, qui masquait son visage. Mais sa démarche quand elle se dirigea vers le comptoir lui indiqua que c’était bel et bien une femme. Plissant les yeux, il remarqua qu’elle savait parfaitement ou elle allait, ce qui était inquiétant. En général, les gens essayaient de chercher d’eux-mêmes avant de demander de l’aide au bibliothécaire, même les plus humbles. C’était une question d’amour propre, et tout le monde en avait un tant soit peu.

La femme venait d’arriver au comptoir, et avait retiré sa capuche. Rëeth ne s’était pas trompé sur son sexe : il avait en face de lui une jeune femme rousse, d’une vingtaine d’années, aux yeux étranges ( l’un rouge, l’autre bleu clair, une étrange combinaison ), et de petite taille. Elle était plutôt charmante, bien que son habit composé d’un corset et d’une jupe en cuir laissaient apparaître un peu trop de son corps au goût du jeune homme. Certes elle était bien formée, mais il ne fallait pas trop se dévoiler. Elle était maintenant accoudée face à lui, et elle semblait examiner le visage de Rëeth. Et elle venait de lui poser deux questions intrigantes, qui le mirent immédiatement sur ses gardes.

D’abord c’était très simple, personne ne connaissait son prénom. Personne. C’était lui qui le déclinait, il n’était écrit ni sur la devanture, ni sur le comptoir de la bibliothèque. Alors comment une femme de cet âge, qui n’était visiblement jamais venue ici, pouvait savoir comment il s’appelait ? Rëeth, toujours prudent, ouvrit un peu plus ses yeux et les plongea dans ceux de la femme. Voilà qui lui garantirait une facilité à utiliser ses illusions. D’autre part…c’était quoi cette question ? S’il connaissait tous ses livres ? Bien entendu, sinon ça aurait été une honte à son métier, et à sa passion. Et en plus elle le tutoyait…Il était de plus en plus méfiant. Rien de son comportement n’était normal, et Rëeth décida de lui répondre sur un ton chaleureux et doux, histoire de la tromper si elle avait de mauvaises intentions. Jouons la carte de la naïveté.

« Oh oui bien entendu. Vous savez y’en a beaucoup mais je les ai tous lus, au moins une fois, et pour la plupart, deux fois. A vrai dire, ça a pris un peu de temps mais ça fais pas mal de temps que je suis ici. Mais sinon, nous sommes nous déjà croisés ? Vous m’appelez par mon prénom, et " mon cher ", ce qui est plutôt rare parce qu’à vrai dire, les gens ne m’approchent pas trop. Héhé. Enfin bref, quoi qu’il en soit, en quoi puis-je vous aider, mademoiselle ? »

Il souriait, comme à son habitude, et son regard était vrillé dans celui de la femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilium Merylwoods

Assombrie | L’enflammée.

________________

Lilium Merylwoods
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleuse
Métier : Chasseur de prime
Croyances : Athée
Groupe : Ordre du Crépuscule

Âge : 21 ans

Messages : 41

Fiche de Personnage : Le journal intime


Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] _
MessageSujet: Re: Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]   Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] EmptySam 29 Mar 2014 - 3:01

Décidément cette soirée allait être plutôt amusante. La jeune dame n'avait pas l'intention de s'ennuyer, car, elle devait avouer que c'est dernier temps, elle ne faisait que consacrer sa vie à son travail plutôt particulier ainsi qu'à l'Ordre du crépuscule. Jamais elle n'avait vraiment de repos avec sa vie mouvementé et elle comptait bien en prendre après cette soirée. Et puis, pourquoi ne pas avancer ses vacances de quelques heures et les commencer sur le champ ? Du moins, c'est ce qu'elle tentait de faire, en créant une atmosphère de détente entre elle ainsi que l'individu qui était présentement sa mission et celui avec qui elle conversait en ce moment même. Elle savait que le jeune homme l'observait pour essayer de comprendre sa venue et qu'il était méfiant, mais malgré tout cela, la femme gardait sont sourire éclatant tout comme lui. Elle ne voulait tout de même pas que Rëeth ce doute de quelques choses...Tout en replaçant une mèche de ses cheveux flamboyant dernière son oreille droite, elle avait déplacé de son regard pour inspecter les alentours afin de mieux connaître le terrain qu'elle disposait pour accomplir sa tâche. Durant les quelques minutes qui avaient suivit elle avait reposé son regard dans celui du jeune homme pour apercevoir de nouveau l'aura mystérieuse qui l'entourait. Lilium cherchait à comprendre celle-ci, mais elle n'y arrivait toujours pas. C'était étrange, car, en temps normal elle les comprenait, les auras. Mais, celle-là était composé de couleur indescriptible aux yeux de la démone ce qui l'avait mise sur ses gardes au moment ou elle avait franchi la porte d'entrer principale.


« Oh oui bien entendu. Vous savez y’en a beaucoup mais je les ai tous lus, au moins une fois, et pour la plupart, deux fois. A vrai dire, ça a pris un peu de temps mais ça fais pas mal de temps que je suis ici. Mais sinon, nous sommes nous déjà croisés ? Vous m’appelez par mon prénom, et " mon cher ", ce qui est plutôt rare parce qu’à vrai dire, les gens ne m’approchent pas trop. Héhé. Enfin bref, quoi qu’il en soit, en quoi puis-je vous aider, mademoiselle ? »


Elle était plutôt vexée du fait que le jeune homme la vouvoie, ça la faisait se sentir beaucoup plus âgée qu'elle ne l'était réellement. L'ensorceleuse n'était pas vieille, elle ne possédait que vingt-et-une année de vie et ce considérait encore comme une jeune fille, mais malgré ce fait, elle était heureuse que l'individu en face d'elle prennent au jeu malgré qu'il avait l'air de ce poser d'innombrable questions sur l'identité de la démone. Malheureusement pour lui, il n'aurait jamais la chance de poser ses questions vu sa mort imminente. La dame ne sentait pour l'instant aucun regret dans ses geste futurs et elle continuait donc sa lancé en ajoutant de nouveau mot sur les anciens qu'elle avait prononcée quelques minutes plus tôt.


<< Oh voyons, je ne suis pas tellement plus âgée que toi, tu peux me tutoyé, Rëeth. Je suis heureuse d'entendre que tu prends plaisir à lire des bouquins, j'ai cette passion aussi. Tu sais chez moi, je possède un très grand répertoire de livres. Un jour je te les montrerais peut-être, si l'occasion de présente... Oui, nous, nous sommes déjà croisés une fois, c'était il y a quelques semaines, mais je ne crois pas que tu tant rappel, ce qui est dommage. Je viens seulement te visiter, ça ne sera pas très long ne t'inquiète pas.>>

Mentir n'était pas un de ses points forts, mais il fallait avouer que la jeune dame savait comment si prendre. Ce n'était pas comme si elle ne mentait jamais, car dans son travail il fallait bien mettre en confiance sa victime pour mieux la surprendre. Pour Lilium tout ça n'était qu'un simple jeu. Un passe-temps qui ne l'était pas tellement vu qu'elle était payée pour le faire. Tout en reposant ses yeux verrons dans ceux de Rëeth la jeune dame avait fait un mouvement brusque qui avait déplacé sa longue cape noir. Cette action avait dévoilé le sceau que l'ensorceleuse portait sur sa jambe, mais elle ne s'en souciait pas. Qu'il apprenne sa nature ou pas, ce n'était pas l'important. La seule choses qui l'étaient c'était d'accomplir sa dernière mission avant de prendre de longues vacances ou du moins, un temps de repos bien mérité. C'est pourquoi la dame posa une main sur son sabre qui était caché dernière sont dos et attendis la réaction du bibliothécaire en face d'elle, tout en souriant comme depuis le début de cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] _
MessageSujet: Re: Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]   Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] EmptyMer 23 Avr 2014 - 0:11

Gnnn. Rëeth détestait qu’on le prenne pour un ignare, et encore moins que ce soit à peine camouflé. Visiblement, la jeune femme en face de lui avait l’intention d’exercer un quelconque charme sur le bibliothécaire dans le but de nuire à sa santé. Ou même à sa vie. Parce que, déjà que déplacer sa main sans aucune raison dans son dos, et en plus qu’il en résulte le cliquettement reconnaissable entre mille d’une arme dans son fourreau, ça n’était pas extrêmement discret. Rëeth lui-même n’était pas un modèle de furtivité, mais ça semblait tomber sous le sens. De ce fait, aussi efficace en combat rapproché qu’elle puisse être, son jeune âge (enfin elle semblait jeune, physiquement du moins) trahissait un manque d’expérience dans la manière de…se rapprocher de sa cible justement. Le bibliothécaire, un peu plus méfiant, se garda bien d’afficher ses soupçons et se contenta d’arborer un sourire de marchand, un peu benêt mais tellement large que l’on ne pouvait douter de sa sincérité. Et pourtant…

« Ah oui ? Pourtant je suis prêt à parier que je ne vous ai jamais vu… Enfin que je ne t’ai jamais vu, si tu tiens vraiment au tutoiement. Quoi qu’il en soit, tu n’as pas vraiment…pardon si c’est un cliché…un physique de bibliophile, alors j’imagine que la plupart des livres de ta collection…sont soit ici, dans mon établissement, soit là-dedans - dit-il en tapotant son crâne de son index droit. Bref, quel est l’objet de ta visite ? Tu veux acheter un livre peut-être ? Certainement ! Viens, suis-moi ! »

Et c’est ainsi qu’un Rëeth plus jovial que jamais, du moins en apparence, sortit de derrière son comptoir, tamponnant « par inadvertance » l’épaule de la jeune femme rousse, histoire de voir son matériel. Enfin pas ce genre de matériel, bande de pervers. Plutôt le genre d’un…sabre, exactement celui qui était attaché dans le dos de sa visiteuse impromptue. Lui jetant un sourire enchanté, il lui fit signe de le suivre, et s’engouffra dans le dédale des rayons à une vitesse convenable : ni trop rapide, histoire que la femme puisse le suivre, ni trop lente, de façon à ce qu’au fur et à mesure qu’il emprunte une bifurcation. Au bout de quelques minutes il accéléra définitivement le pas, de façon à ce que la cliente (même s’il savait maintenant que ça n’en était pas réellement une) ne puisse être guidée que par la voix, à coups de « par ici », et de « venez, venez, j’ai encore des rayons à vous montrer ».

Et finalement, après une promenade de quelques cinq minutes, il sentit que c’était le moment. Il avait à peu près dix à quinze secondes avant que la rousse ne fasse irruption dans le rayon. Se plaçant au milieu de celui-ci, il se pencha et traça expressément un cercle de craie sur le sol, dans lequel il se plaça. Et, à part être parfaitement circulaire, cette forme n’avait aucune utilité, si ce n’est celle de distraire de manière fugace l’opposante. Et peut-être de l’intimider. D’ailleurs, en parlant du loup, la voilà qui faisait son entrée dans le rayon. Ah, ça pour avoir un air surpris…Rëeth avait plutôt réussi son coup. Du moins il lui semblait. Ne perdant aucune de ses précieuses minutes, il perdit son quasi-éternel sourire, pour afficher une moue morne, et sérieuse, tranchant avec son air juvénile. Il s’exprima d’une voix calme et fluide, ses deux yeux plantés dans ceux de la tueuse :

« Que me voulez-vous ? Qui vous envoie ? Dites le moi. »

Il se tenait, bien-sûr, prêt à faire usage de ses illusions d’un moment à un autre, et ce de manière instantanée. Et, dans l’éventualité que la personne lui faisant face ait des capacités de déplacement ou de résistance psychique hors norme…Il avait glissé sa main droite à l’intérieur de sa cape. Sur le manche de son propre poignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilium Merylwoods

Assombrie | L’enflammée.

________________

Lilium Merylwoods
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleuse
Métier : Chasseur de prime
Croyances : Athée
Groupe : Ordre du Crépuscule

Âge : 21 ans

Messages : 41

Fiche de Personnage : Le journal intime


Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] _
MessageSujet: Re: Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]   Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] EmptyMer 23 Avr 2014 - 2:46

Le doute était semé dans l'esprit du jeune homme, c'était maintenant un fait qu'il n'était pas en sentiment de sécurité face à la dame. Bien qu'elle aurait aimé que son petit jeu dure un peu plus longtemps, c'était devenu plutôt impossible. Pourtant, Rëeth avait semblé être un garçon plutôt naïf et selon le point de vue de l'ensorceleuse, il aurait été difficile pour lui de démasquer son jeu. Bien que l'idée de lui faire croire qu'ils se connaissaient n'était pas la meilleure qu'elle puisses avoir eu, ce n'était pas non plus l'une des mauvaises qui avaient entraîné à quelques petits désastre lors de ses débuts en tant que chasseur de prime. Toutefois, lui dire qu'elle n'avait pas l'apparence d'une dame aimant la lecture était plutôt déplacée, car bien qu'elle avait utilisé ce prétexte pour mettre en confiance sa cible, elle possédait belle et bien une bibliothèque, du moins ce n'était pas la sienne vue qu'elle appartenait à l'Ordre, mais tout de même. C'était l'endroit ou la dame allait ce ressourcer et se détendre durant ses journées de congé. Lilium avait donc assez de connaissance en matière de livre et cela l'irritait qu'il pense qu'elle n'en connaisse rien à ce sujet. Malgré tout, elle restait souriante face au jeune bibliothécaire.


<< Tu sais, ce n'est pas en voyant le physique d'une personne que l'on peut déterminer s'il est bibliophile comme tu le dis, car il est vrai que je possède un grand répertoire de bouquin chez moi, je ne mentirais pas sur une choses comme celle-là. Certes, vous avez raison je suis ici pour acheter un livre ainsi que pour te rendre visite. >>

Parler d'un ton irrité n'était pas son intention toutefois, c'était bien ce qui avait sortit de ses cordes vocale. Il était évident que l'homme doutait des raisons plutôt pitoyables que lui avait fourni l'ensorceleuse, toutefois, elle se devait de continuer son petit manège jusqu'à ce qu'il est enfin compris. C'était plus amusant ainsi, une chasse à l'homme c'était fait pour que la proie essaie de s'enfuir et de se sauver et non pas qu'elle ne meurt sans en avoir pris conscience. Malgré tout, Rëeth gardait sont sourire plutôt hypocrite selon la dame et venait de lui prendre l'épaule pour lui indiquer de le suivre. Certes, peut être c'était-il cru discret, mais durant une fraction de seconde elle avait remarqué l'endroit ou il avait posé son regard, c'est-à-dire sur le sabre de son père. Décidément il était plus rusé qu'il ne voudrait le montrer. Peut être n'était-elle pas prête pour cette mission? Non, elle ne pouvait plus reculer maintenant et puis, si elle ne le faisait pas d'ici une semaine la valeur qu'avait été mise sur la tête du jeune homme diminuerait grandement et ce serait regrettable. Lorsqu'il la fit visiter les ranger de bouquins, l'homme semblait étrange et prenait de la vitesse dans ça marche à chaque fois qu'il tournait un coin, ce qui était plutôt suspect. C'est pourquoi lorsqu'elle le perdit de vu pour quelques secondes elle mitla main sur la garde de son sabre afin d'être préparé à une éventuelle attaque du jeune homme. Lorsqu'elle mit pied dans l'allée ou il s'était positionné, la dame le surpris entouré d'un cercle. Était-il un sorcier? Ou peut être un mage? Si sa avait été le cas, elle l'aurait su dès le moments ou elle avait commencé ses investigations sur celui-ci. C'était tout de même étrange qu'il est dessiné un cercle au sol, peut être était-ce dangereux? Elle ne le savait pas du tout. C'est pourquoi l'ensorceleuse trouvait juste le fait qu'elle ne s'en approche pas trop et répondit à ses questions qui étaient attendu depuis un moment déjà.

<< Et bien mon choux, je pourrais te dire que je ne suis qu'une femme cherchant un nouveau livre pour sa collection, toutefois, cela serait te mentir. Tu l'aura deviné depuis un moment je ne suis pas ici pour discuter également. Ne te reste-t-il pas une idée de ma venu? C'est pourtant évident maintenant. >>

Lorsqu'elle eux dit cela, elle extirpa son sabre de sa garde afin de le brandir en direction de Rëeth. Toutefois, ce qu'il ne savait pas était qu'elle ne se servait pas seulement de son sabre pour tuer, mais bien de ses éléments aussi.

<< Comprend-tu un peu mieux maintenant? Disons que tu n'est pas appréciée de tous. Je pourrais te dire que tu ne mérite pas la fin que tu auras, mais ce serait te mentir car je ne m'en préoccupe nullement. La personne qui m'envoie? C'est personnelle mon garçon, je peux pas révélé l'identité de mes clients. >>

Le provoqué faisait partie de ses buts, après tout elle ne désirait pas que cette soirée ce finisse trop facilement. Pourquoi ne pas profitez d'un bon combat avant c'est vacance tant attendu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] _
MessageSujet: Re: Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]   Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] EmptySam 17 Mai 2014 - 11:24

Et bien. On avait envoyé des gens à ses trousses plusieurs fois, mais jamais une femme, encore moins une femme de cet acabit. Elle semblait plutôt orgueilleuse, et assez sûre d’elle pour brandir une arme blanche face au bibliothécaire, qui plus est dans SON environnement. Malgré ces traits de caractère qui ne jouaient pas en sa faveur, elle semblait se méfier du cercle que Rëeth avait tracé au sol. Prenant garde à bien rester dans le cercle, et faisant en sorte que la tueuse qui lui faisait face le remarque bien, il croisa ses mains dans son dos avant de lui adresser la parole.

« Il va falloir pourtant que je sache qui a commandité cet assassinat. Vous voyez, personne ne vient chez moi pour m’agresser. Ce ne sont pas des choses qui se font. Alors déléguer la tâche, et en plus envoyer une FEMELLE –le jeune homme choisissait bien ses mots, il espérait que ça mette l’inconnue sur les nerfs– c’est vraiment bas. Par conséquent je vais me défendre, et ensuite je vais remonter jusqu’à votre client. Voilà. »

Il décroisa ses mains, et les positionna le long de son corps. Il fallait d’abord guider la rouquine vers l’extérieur de sa bibliothèque, parce qu’un meurtre sauvage et sanglant serait commis si par malheur un de ses précieux livres se trouvait abimé par une personne envoyé pour le tuer. Et Rëeth n’en serait pas la victime. Progressivement, il établit un contact d’œil à œil avec la tueuse, et put s’insinuer dans son esprit. Les cercles tracés au sol étaient l’apanage des magiciens élémentaires ou des arcanistes, jamais elle n’aurait pu se douter que la forme tracée n’était qu’un subterfuge visant à la déstabiliser. Et par conséquent, elle n’était pas prête à une attaque mentale, et si elle l’était, sa défense laissait à désirer. Installé confortablement dans le cerveau, Rëeth y fit surgir des illusions : le spectacle pouvait commencer. Ce qui était bien avec la capacité du jeune homme aux cheveux bleu, c’était que la victime n’avait aucun moyen de percer l’illusion. Ainsi, quand le bibliothécaire fit apparaître un véritable régiment de mercenaires d’entre ses rayons, entourant la femme rousse, il était impossible qu’elle en doute. Pour elle, la cohorte d’hommes de taille et stature différente venait bel et bien d’apparaître de nulle part, toutes armes sorties. Et ils devaient être au moins une cinquantaine, l’entourant, remplissant chaque rayon de la bibliothèque.

« Vois-tu… le commanditaire de mon assassinat n’est pas le seul à pouvoir s’offrir les services d’une quelconque mercenaire, ou je ne sais quoi. J’espère bien qu’à l’avenir, tu sauras te montrer plus polie, et que tu éviteras de t’introduire chez quelqu’un pour mettre fin à ses jours. »

Les mercenaires imaginaires était maintenant massés autour de l’ennemie de Rëeth. Le seul échappatoire possible pour elle, à moins qu’elle soit assez idiote pour affronter une horde d’hommes décidés à la tuer, était l’étrange passage sans homme qui se dessinait jusqu’à la sortie. Rëeth avait délibérément libéré cette voie pour qu’elle soit la seule à s’offrir à la jeune femme. Lentement, il fit dégainer les armes de chacun de ses mercenaires imaginaires, bander les arcs de ceux placés à l’étage, et souris à la jeune fille. Elle ne devrait pas tarder à s’enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] _
MessageSujet: Re: Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]   Prime illusoire [ Rëeth DeReicht] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Prime illusoire [ Rëeth DeReicht]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Foire et marché-