''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alen'Di Zahard

le Mirage

________________

Alen'Di Zahard
________________


Race : Humain
Classe : Danse-Lame
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 27 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Banni des Sables...


L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptyVen 28 Mar 2014 - 23:09

Alen'Di Zahard et Alban Chaos se tenaient devant les vestiges de la grandeur de l'humanité qu'étaient les ruines d'Ascelnoth. En voyait ces bâtiments écroulés, ces murs à demi-effondrés et ce sol craquelé, le Mirage ne pouvait s'empêcher de penser au désert où il était né, à ce peuple qui l'avait élevé. Même s'il ne s'était jamais senti chez lui, leur culture était la seule qu'il avait... Il repensa aux gigantesques pyramides et ziggourats engloutis par les sables, aux légendes que "son peuple" vénéraient, aux djinns craints de tous, aux reliques oubliées. Il lui fallait absolument lever cette malédiction qui lui écrasait les épaules. Il y avait tant à découvrir sous les dunes... Le jeune homme secoua la tête. Il ne devait pas se laisser aller à rêvasser, il était en mission après tout. Mais quelle mission ? Alban, chef de l'Alliance, était resté muet à ce sujet.
Oui, Alen'Di avait rejoint l'Alliance tout récemment. Le Mirage en était bien conscient, l'argent menait au pouvoir. Qui plus est, en intégrant telle guilde, elle rejoignait un tentaculaire réseau d'informations, de part les liens qui unissaient désormais l'Alliance et la Confrérie des Ombres. Son choix était mûrement réfléchi, il savait que c'était le meilleur. Par exemple, sans ça il n'aurait jamais eu vents de ces rumeurs liées au mythique Oeil du Golem. Un artéfact supposé permettre d'invoquer et de contrôler de violentes créatures d'argile, dont la force n'a d'égal que la lenteur et la brutalité dont ces monstres savent faire preuve. Le chasseur de reliques s'imagina un court instant entouré d'une arme de géants de boue, marchant sur les villes et villages, asservissant tout ce qui se trouvait sur leurs passage quand... Quand Alban Chaos le tira de ses pensées avec une remarque des plus désobligeantes. Son sourire carnassier étirait ses lèvres, et un éclat sauvage animait son regard. Comme d'habitude. Sans un mot je le suivis alors qu'il avançait entre les décombres. Notre objectif, quoique ce fut, semblait se situer au coeur des ruines d'Ascelnoth. Tout comme l'Oeil du Golem si cette source encapuchonnée s'avérait fiable.


Le Mirage se sentait tout petit dans ce lieu ancien, pétri de gloire éteinte. Des statues aux membres arrachés se dressaient de toutes parts, des tours éventrées étaient couchées à terre, d'immenses crevasses s'étaient ouvertes à travers les briques. L'endroit semblait tout simplement mort, les deux hommes étaient bien la seule étincelle de vie dans les alentours. Mais un étrange sentiment envahit Alen'Di. Il ne se sentait absolument pas en sécurité dans pareil endroit... Un léger frisson parcourut son échine et il tira Lenaa hors de son fourreau. Aussitôt, le sable et la poussière qui maculaient les décombres vinrent tourbillonner lentement autour de lui, formant comme un cocon protecteur. Ah son épée l'aimait vraiment : c'était comme si elle avait senti le besoin de sécurité de son maître. Alors qu'il suivait son supérieur, le chasseur de trésor aperçut du coin de l'oeil une statue qui était totalement différente du style artistiques qui caractérisait l'ancienne Ascelnoth. Ici point de détails minutieux, mais une forme grossièrement humanoïde, une sorte d'amas rocheux dont la tête était percée de deux grand trous circulaires d'un noir d'encre, et d'une sorte de gueule béante qui n'attendait qu'à recevoir la formule capable de lui donner vie... Un golem pétrifié.
Un sourire éclaira le visage du Mirage, et il dissipa le voile de sable. Alban fit à nouveau une remarque acide mais Alen'Di l'ignora. Sa soif de pouvoir s'était réveillée... Toutefois, il ne lui laisserait le contrôle qu'une fois sa mission terminée.


Dernière édition par Alen'Di Zahard le Sam 29 Mar 2014 - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptySam 29 Mar 2014 - 16:49

C’était la fête au Centurio, le retour tant attendu du chef de l’Alliance fut rapidement annoncée. Ils avaient alors organisé une fête pour l’accueillir après tout ce temps loin de chez soi, partit en mission en compagnie de Goudwin le mage de feu. Dès mon arrivée, de jeunes serveuses étaient venues m’accueillir avec tous les honneurs, m’offrant boissons et repas. Une table, avec mes plus proches amis, avaient été apprêtés spécialement pour l’occasion. On croirait que j’avais disparu depuis plusieurs années alors que ça ne devait même pas faire deux semaines. Enfin, ce n’était pas vraiment moi qu’ils saluaient avec chaleur et entrain, non, l’orc-sans-cervelle n’était plus. Son esprit fut détruit par moi, Melchior évidemment, lors de son dernier séjour dans une faille. Pourtant, j’arrivais facilement à duper tout le monde, ce n’était pas très dur de jouer un stupide orc. Suffisait de montrer ses dents monstrueuses et toucher quelques femelles de manière totalement grossière lorsqu’elles étaient à portée. D’une certaine manière, j’étais amusé par cette vie qui ne m’appartenait pas, je m’étais battus pour l’avoir après tout, autant en profiter.

Quelques heures plus tard, j’étais bien éméché, mais moins que la plus part des fêtards. Certains tenaient encore debout, mais c’était uniquement parce qu’ils devaient partir en mission dans quelques minutes. Sérieusement, les membres de cette organisation manquaient cruellement de sérieux, c’était vraiment à l’image de leur ancien chef. Je me levais en titubant, m’étirant au passage en bâillant. J’avançais très lentement pour éviter de trébucher sur un corps, quand un homme entra dans l’établissement les bras chargés. Il tenait un enfant d’à peu près cinq ans dont la chaire lui manquait à plusieurs endroits. On aurait dit qu’un mort- vivant l’avait attaqué sans prévenir.

« Au secours! Un mort- vivant a attaqué mon fils sans prévenir! »

Mes yeux se plissèrent légèrement en me demandant s’il faisait exprès de rester sur le pas de la porte alors que les lanternes encadrant la porte envoyaient ses douloureux rayons vers moi. Toutefois, j’allais le voir en soupirant d’exaspération. Pourquoi ne prenait- il pas un rendez- vous pour les heures de doléances? Personne ne dérangeait les gens tôt le matin sans être un véritable sans-gêne.

« Je peux vous aider? Je suis Alban Chaos.
- Oh c’est vous, le patron?
- On peut dire ça, je peux vous aider?
- M… Mon fils! Regardez-le! »

Je le regardais volontiers, même si je le voyais depuis le début, impossible de le rater alors qu’il le brandissait d’une manière aussi pathétiquement dramatique. S’en était tellement ridicule que j’aurais donné un grand coup dans le corps pour le faire tomber au sol et ainsi, m’enlever cet agacement qui me prenait rapidement. Il était mort, pourquoi en prendre soin avec autant d’insistance?

« Plus près ! »

Lorsque je penchai la tête en soupirant, l’homme essaya de me mordre à la nuque. Je le sentis venir et lui bloqua le cou.

« Connard! Qui t’envoie fumier? »

Je serrais de plus en plus fort, mais on aurait dit qu’il ne ressentait absolument rien. Son bras m’envoya voler vers une table où je m’écrasais en la brisant.

« KHKHKHKH… Qui m’envoie? HAHAHAHA mon maître, le chaos!»

Je me relevais doucement d’un air totalement blasé. Encore ce nom ridicule qui revenait? Qu’est ce qu’ils avaient tous à l’utiliser ?

« Bon, je crois qu’il faut qu’on mette les choses au clair. »

D’un bond long mais rapide, je me retrouvais en face du mort- vivant. Il cessa immédiatement de rire parce qu’il n’avait pas eu le temps d’analyser la réduction rapide de la distance. Il devait sans doute me voir à deux endroits en même temps, étant plus lent qu’un homme moyen. D’un coup de poing uppercut, je l’envoyais voler dans les airs toujours aussi blasé, l’alcool avait donc le pouvoir d’atténuer mes émotions? Intéressant.

« Je n’en ai rien à foutre de qui t’envoie, j’ai demandé par politesse. »

Quand il retomba, ce fut sa tête qui heurta le sol en premier, faisant craquer son cou qui se brisa. Cependant, il se relava et commença à marcher vers moi. Je courus vers lui puis glissai pour le déstabiliser avant de mettre mes mains de chaque côté de sa tête.

« Alors ta réplique tout droit sortit d’un roman d’horreur … »

Je lui brisai le crâne en joignant brutalement mes mains après avoir puisé une grande force dans mon épée qui était totalement sous mon contrôle, c’était après tout, une partie de moi.

« … Tu te la gardes, saleté! »

Le corps retomba brutalement d’un coup. Une main saisit ma cheville, j’écrasai le poignet par pur réflexe. C’était l’enfant qui reprenait conscience. Il était encore vivant et me parla de ceux qui avaient causé la transformation de son père. Il mourut sur ces derniers mots, et moi… Je ne savais pas trop quoi faire.

« Hey patron, vous allez faire quelque chose? »

Je tournai mon regard vers un type assis dans un coin sombre, se balançant sur sa chaise, les bottes croisées sur la table, un chapeau haut de forme lui tombant à moitié sur le visage.

« Bah… On dirait que j’ai pas le choix…
- Alors vous devriez monter à l’étage, l’un des seuls membres ayant encore les idées clairs et n’étant pas déjà en mission s’y trouve, il devrait vous être très utile.
- Cimer Albert ! »

Et me voilà embarqué dans une sale histoire, quelque chose me disait que c’était une aventure Albanesque qui m’attendait, ou chaotique pour les poètes. Ce membre si spécial qui devait m’accompagner n’était autre que Alen’Di Zahard, un gars que je ne connaissais pas –donc Alban non plus- et n’en avais rien à foutre. Puisqu’il était disponible, il n’y avait aucune raison de ne pas l’emmener. Montés sur deux beaux destriers, nous entrions dans le domaine oublié, les ruines d’Ascelnoth, suivant les cavaliers que m’avait décrits l’enfant. Je les avais traqué depuis la capitale après les avoir rapidement repéré. Les talents de traqueur de l’orc-qui-pu m’avaient bien servit, qui aurait cru que son cerveau recelait autant de connaissance en quoi que ce soit!

« Écoute- moi bien Dame de la poussière, cette mission semble me toucher assez personnellement, alors garde ça pour toi ok?»

Je lui souriais de toutes mes dents, ravis de pouvoir jouer le chef après avoir été asservis plus de mille ans.

« Lors de la fête de bienvenue, un mort- vivant est venu m’attaquer sous ordre de ce qu’il appelle « le chaos ». Ce qui ne veut rien dire en soi, mais c’est peut- être un indice, alors garde ça à l’esprit. Bien! Son fils, avant de mourir, un fils qu’il a pas hésité à bouffer pour remplir ses entrailles, m’a décrit les véritables coupables et j’aimerais que tu m’aides à les capturer. Ils ne sont que deux, donc ça ne devrait pas nous poser trop de problème. Ma source m’a certifié que tu étais digne d’une telle mission. »

Une source sortie de l’ombre pour un court instant, sûrement une incohérence du scénario pour faire intégrer ce pauvre maudit des sables dans la partie. Normalement, nous devrions les rattraper dans ces ruines, ils n’avaient pas l’air d’avoir remarqué que nous les suivions vue qu’ils se déplaçaient toujours de la même façon, sans prendre la moindre précaution. Ou alors, on nous attirait dans un piège, et cette dernière possibilité serait vraiment digne d’une aventure albanesque/chaotique! Ce serait si douloureux…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

Carl Sorince
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptyVen 4 Avr 2014 - 11:52

"-Tu sais mon vieux, c'est fatiguant de voir tout le temps le même tableau s'afficher : Incompréhension, doute, terreur et finalement : Douleur."
La désagréable voix du nécromancien raisonna dans la petite salle au plancher rongé par la vermine. Un coup de vent plus fort que les autres vint maltraiter les volets de la fenêtre qui en retour vinrent maltraiter les oreilles de tout les êtres humains présent dans ces lieux, puis Morgar posa sa patte griffus sur le dos du propriétaire rampant. Ce dernier s'empressa de gémir, prouvant ainsi qu'il n'appréciait guère le fait de se faire lacérer les vertèbres par un reptile mort-vivant quadrupède d'une centaine de kilos simplement parce que le maître de ladite bestiole n'aimait pas le tableau que sa pauvre personne avait soi-disant affichée, serrant les dents en réprimant l'envie de jeter un coup d'œil en direction du placard où son jeune fils s'était caché, le campagnard chauve cracha :
"-J'm'excuse sir, d'vous avoir traité d'scorcier j'veux dire. "
Le visage de l'intéressé, assis sur la table en bois a deux mètres de la scène, ricana en s'étirant :
"-Ah, je vois, dans ta petite tête de plouc, "sorcier" est une insulte." Sautant de la table pour venir s'accroupir a coté du visage du pauvre bougre tandis que Morgar continuait a faire ses griffes sur le dos de ce dernier, Carl continua : "Ce n'est pas : "Sorcier" qui m'a vexé vois-tu, c'est le mot qui l'a précédé, tu te souviens de ce que c'est?"
L'interrogé retint un haut-le-cœur alors que l'odeur de cadavre imprégné dans les vêtements de son bourreau parvenait à ses narines, puis s'enquit de répondre :
"-Oui, j'me souviens, "sale", j'ai dis "Sale sorcier"...J'm'excuse !
-Ah, parfait alors." Le nécromant claqua des doigts, puis Morgar cassa la nuque du paysan.
Un gémissement venant du placard derrière le sadique et souriant personnage filtra, mais cela n'interpella ni le reptile ni son maître qui s'empressèrent de se diriger vers la sortie de la petite baraque. Enjambant les restes de la porte en bois qu'ils avaient enfoncés en entrant, les deux êtres maléfiques furent satisfait de constater que le vent était toujours aussi froid et le ciel toujours aussi couvert dans ce canyon particulièrement peu avenant. S'asseyant quelques secondes sur un tas de pierre devant la bicoque de bois qu'il venait de visiter, Carl contempla les sombres environs, le sourire aux lèvres, en déclarant d'un ton blasé :
"-D'anciennes ruines inexplorées dans les environs, des maléfices aussi nombreux que ces fichus caillasses coupants et un temps assurément pourri toute l'année, non mais franchement, quelle idée d'habiter ici avec comme seule arme de défense une fourche?!"
Le souffle du vent lui répondit, puis un personnage tout aussi louche, si ce n'est plus, que sa (pas si propre) personne, sorti de l'ombre, littéralement, en réajustant son chapeau à larges-bords.
"-Y'avait un gosse dans le placard.
-Ah, c'était ça l'espèce de "gni" que j'ai entendu lorsque Morgar a mâchouillé le gros chauve.
-Ouai.
-A mon humble avis, ce pauvre petit être doit pleurer, avachis sur le cadavre de son père, en cet instant précis, non? Ce serait tout de même dommage que le cadavre du paternel se mette soudainement à bouger pour lui tordre le cou."
Carl pivota sur lui-même pour fixer la maison en croisant les bras, quelques secondes plus tard, l'unique fenêtre de la baraque se teintait de rouge tandis que des cris désespéré venant de l'intérieur se perdaient dans le vent. Le type au chapeau ricana, imité par le nécromant, puis ils reprirent leurs routes...Plus tard, le cadavre d'un père prenait dans ses bras le corps de son fils avant de sortir de sa propriété ensanglantée pour errer, sans destination précise, a la recherche d'une nouvelle victime.


                                                                                      ********


Plus tard, bien plus tard, dans un couloir poussiéreux, les membres du duo, ou plutôt trio si on comptait Morgar, et même quatuor si l'on prenait aussi en compte l'étrange gobelin aux yeux rouges assis sur le dos du reptile, avançaient sans trop savoir où il allaient. Pour être exact, c'était surtout le cas du nécromancien, seul être de la bande ne disposant pas d'une très pratique nyctalopie...Mais ce dernier comblait ce manque comme il pouvait en brandissant une torche de fortune devant lui tout en prenant soin de ne pas se brûler trop souvent avec. Des statues représentants d'étranges créatures bipèdes a l'allure particulièrement pathétique n'avaient de cesse de se présenter devant leurs yeux fatigués, a chaque tournant, chaque nouvelle salles, leurs grossières formes se présentaient à eux. Lorsque finalement, le bras d'une de ces statues vint heurter le front du nécromant, ce dernier jura en stoppant sa marche pour farfouiller dans la sacoche frappant son flanc.
"-C'est moche, c'est pénible, c'est gros, et ça sert à rien. Si jamais on a fait tout ce chemin pour récupérer un gros cailloux, je te jure que je vais faire écarteler l'abruti qui a sculpté ces saletés de bestioles !"
Vektor ricana une nouvelle fois en inspectant les poussiéreuses environs.
"-Si il est dans le même état que ces ruines, je pense pas que ça va le déranger."
Trouvant finalement le fruit de ses recherches a l'intérieur du champ de bataille qu'était son sac, Carl soupira en amenant le globe de pierre rouge au niveau de son visage. Ce "truc" devait peser environ deux kilos, tenait dans la paume de la main et, malgré le fait que son nouveau possesseur sentait bel et bien sa magie en son sein, refusait tout bonnement de ne faire ne serait-ce qu'une étincelle.
"-Quelle plaie..."
Long silence. Morgar s'étira.
"-Enfin, j'étudierais le cas de ce truc une fois au manoir, je voudrais éviter de finir en cendre à cause d'un maléfice de sécurité...Enfin si on imagine que l'ancien propriétaire a, en plus des dalles piégées, des haches, des portes dérobées et des fosses d'acides, pensé a insérer une quelconque rune dans ce truc...Je suis bien content de t'avoir avec moi, au passage, faire ce parcours m'aurait épuisé...Ou tué.
-Ils pensent jamais à illuminer les lieux dans les ruines antiques." Cracha Vektor d'un ton sarcastique.
Carl avait oublié de mentionner les lézards géants s'étant jeter sur eux une fois la relique retirée de son autel, mais cela était sûrement dû au fait que ces derniers étaient morts la seconde après leur apparition.
"-En parlant de plaie, ils nous suivent toujours.
-Hé ben, ils s'accrochent les p'tits gars...De toute façon, on fera une pause dans la prochaine salle...Ça leur donnera l'occasion de nous rattraper..."
Pour ponctuer la phrase de son maître, Morgar émit un grognement particulièrement puissant. Puis Carl ramassa sa torche et s'enfonça d'avantage dans l'obscurité, précédé par Vektor.

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vektor Noirsang

L'ombre du Squelette

________________

Vektor Noirsang
________________


Race : Démon commun
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Traqueur de L'Ordre
Croyances : Nuit éternelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 500 ans

Messages : 24

Fiche de Personnage : Ombre à jamais.


L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptyMar 8 Avr 2014 - 11:05

Non loin de l'entrer d'un canyon, assis au bord d'une charrette de foin le squelette attendait patiemment que les shades que Vektor avait envoyer trouve le chemin des ruines. Le canyon était connecter à un réseau de tunnel et de grottes, le démon avait donc envoyer des éclaireurs qui devrait vite trouver le bon chemin à suivre.

-Alors ? Tu vois quoi ?
-Pas de ruines en vue pour l'instant, l'éclat rouvrit les yeux, mais ne t'en fais pas, çela ne devrait plus tarder.

Le fidèle dragon mort vivant du nécromant, décida alors de prendre place dans la charrette afin d'attendre confortablement. C'était sans compté son poids qui la fit s'effondrer dans un fracas assourdissant. Carl, assis maintenant par terre, regarda en direction  de Morgar et commença à applaudir. Tout à coup, un paysan débarqua de nul part, un bâton à la main. Il se mit à hurler son mécontentement, agitant son arme de fortune vers Sorince qui était en train de se relever. Le fermier le dévisagea et prit le temps de regarder à qui il avait à faire.

-Sale sorcier ! Vous allez voler mon bétail et le sacrifié c'est ça ?! Sortez de mes terres immédiatement.

Le regard du nécromancien changea brusquement, passant d'amusé à vexé. C'est à ce moment précis que le paysan remarqua Morgar dans le tas de foin, il recula d 'un pas, déglutissant. Carl se tourna ensuite vers Vektor qui semblait n'en avoir rien à cirer.

-J'ai le temps ?
-Je viendrai te chercher quand ce sera bon.
-Bien.

Le squelette claqua des doigts,ordonnant à son animal de compagnie de se jeter sur l'individu qui venait de lui manquer de respect. Ce dernier se retrouva à terre, le bras cassé par un coup de patte, le nécromancien s'approcha de lui remarquant la maison à quelques mètres de leur position. Il se dirigea donc d'un pas nonchalant vers la ferme du bougre qui se faisait trainer par le dragon zombie et la porte de la maison claqua brutalement.
Quelques minutes plus tard, les shades de Vektor trouvèrent l'entrée des ruines. Il se dirigea donc vers la maison, il entendit des voix, un craquement puis un gémissement. L'éclat sentit la peur du jeune garçon qui s'était caché dans le placard de la maison, il rejoignit le squelette, lui faisant par de la présence de l'enfant. Les deux membres de l'ordre ricanèrent puis empruntèrent le canyon.


-C'est jolie ici ! s'écria Greyback

La petite créature, assise sur le dos de Morgar s’émerveillait devant l'immensité ténébreuse de la salle qu'ils venaient de trouver. Le nécromant pesta l'espace d'une seconde, bataillant avec sa torche qui ne lui permettait que de voir ses pieds. Vektor observa la pièce qui était radicalement différente des autres, cette dernière gigantesque, semblait s'étendre sur plusieurs étages, il n'arrivait pas distinguer une quelconque limite.

-Y'a de l'espace ici, effectivement
-Bordel, je vois que dalle moi !

L'éclat distingua deux silhouettes juste devant eux, cacher derrière des piliers. Ces lézards géant essayaient ils de paraître discret ? Vektor soupira, regarda en direction de Grey et fît un signe de tête. Le shade gloussa, se mit à califourchon sur Morgar et hurla «  Chaaaaaargeeer » avant de foncer vers les reptiles. Du points de vue du nécromant, il ne pouvait entendre que les rires hystériques de Greyback, ainsi que les grognements de Morgar qui réduisaient en pièces leurs ennemies. Une fois le carnage terminé, le familier de Carl se rapprocha de son maître, quand a Greyback, il sortit de l'ombre du dragon avant de se cacher derrière Vektor, fuyant la lumière de la torche.

-Hey ! La lumière c'est dans mon dos, pas dans mes yeux !

Le nécromant éloigna la torche puis s'adossa contre une sorte de pierre sculpté. Quand au spectre, il envoya quelques shades explorer les différents accès de la pièce.

-Ils arrivent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alen'Di Zahard

le Mirage

________________

Alen'Di Zahard
________________


Race : Humain
Classe : Danse-Lame
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 27 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Banni des Sables...


L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptySam 26 Avr 2014 - 2:17

Alen'Di et Alban avaient presque rattrapés leur poursuivants. Le jeune chercheur de reliques avaient acceptés de s'embarquer dans toute cette affaire l'esprit uniquement habité de pensées égoïstes. Mais voilà que son objectif devenait le même que celui de son patron. Leurs proies avaient eu tant d'avances sur eux qu'elles étaient parvenues à localiser la position de l'Oeil du Golem avant lui, et cela mettait l'épéiste dans une rage folle. Une violente envie de meurtre l'habitait alors qu'il marchait, une torche brandie devant lui, le long d'un obscur corridor dans lequel s'étaient engouffrés les deux hommes. Les ténèbres étaient épaisses et opaques, terrifiantes. Alban menait la marche, d'un bon pas. Ils avaient conjointement décidé qu'ils valaient mieux ne pas se précipiter, un piège était si vite arrivé... Ils ne craignaient pas les mécanismes magiques construits absolument partout dans ce dédale de ruine, mais bien une embuscade. La flamme faiblard qui le guidait lui permit de s'accoutumer un minimum à l'obscurité et alors qu'il avançait, Alen'Di eut le loisir d'admirer de gigantesques fresques gravées sur les murs. Il était fasciné par la personne qui avait bâti l'endroit, utilisant une armada de golem esclaves. Mais voilà que le noir devant lui s'agrandissait : il arrivait dans une salle plus grande.

Ils étaient là. Alen'Di distinguait deux silhouettes de taille humaine à travers la pénombre, avec derrière eux ce qui ressemblait à un énorme tas de roches au vu de la forme. C'est alors que le tas en question se mit à bouger, agiter une longue queue et pointant ce qui ressemblait à une énorme tête vers le plafond. Un rugissement assourdissant fit trembler tout le temple et des morceaux de pierre se détachèrent et résonnèrent en heurtant les dalles. Mieux, un mélange de poussière de roche et de sable s'écoula pendant de longues secondes entre les deux groupes ennemis. Alban semblait se préparer à attaquer mais Alen'Di fut le plus rapide. Ignorant la peur abyssale qui l'avait envahi à la vue du dragon, il dégaina son sabre enchanté et l'abattit brutalement dans le vide devant lui.
Aussitôt, toutes les plus fines particules libres de la pièce répondirent à l'appel de Lenaa et fusèrent vers les pieds de son manière. Des grains tombaient drus du tranchant de l'épée et, soudain, un véritable torrent de poussière et de sable fusa en direction  des deux hommes et de leurs monstrueuses bêtes ) une vitesse folle. Un sourire que nul ne pouvait voir étirait les lèvres d'Alen'Di : avec une telle quantité, son attaque avec la puissance d'une vague déferlante, capable de tout emporter sur son passage et de briser les os les plus solides. L'Oeil du Golem était à lui.
C'est alors que les ombres se liguèrent contre lui, prirent forme, vinrent à la vie. Les créatures nées des ténèbres ne pouvaient pas être de ce monde non... Un dragon, pourquoi pas, certaines légendes racontaient que ces montres écailleux avaient peuplé le monde il y a de ça bien longtemps. Mais les monstruosités qu'il distinguait déborder tant d'énergie malsaine qu'elles ne pouvaient pas être originaires de Feleth.

- Non... Ce n'est pas possible...

Alen'Di recula d'un pas et leva faiblement son épée alors que l'armée de choses de l'ombre l'attaquait. Des griffes aiguisées, des crocs acérés lacéraient sa peau, s'enfonçait dans sa chair. Non il ne pouvait se laisser tuer là... Le jeune homme commença alors à danser, tournoyer sur lui même, déchiquetant les bestioles qui bondissaient vers lui. Une fois qu'il eut une seconde de répit, il sauta plusieurs fois en arrière et scruta la pénombre, près à réagir à toute nouvelle attaque. S'il était parvenu à enfouir la peur au fond de son coeur, il ne faisait aucun doute qu'elle finirait par resurgir.


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptyMer 7 Mai 2014 - 17:50

Cette mission semblait très prometteuse, elle commençait à ressembler à une exploration. Mon compagnon de route semblait être très fasciné par cet endroit, on pouvait entendre ses murmures d'admirations pendant qu'il observait les parois et les murs. Moi, en bonne épée faite pour trancher et tuer, je m'en fichais royalement de cet endroit sombre et sale. La seule raison pour laquelle j'avais bien voulu y mettre le pied était ces deux hommes que nous poursuivions depuis la capitale. Il n'était pas question pour moi de les laisser fuir après ce qu'ils avaient tenté de faire à mon encontre, enfin, en visant Alban Chaos plus précisément. De plus, j'avais une très grosse envie de faire un massacre, de trancher des membres tout en faisant couler le sang de mes ennemis. Par contre, cet espace si réduit réveillait en moi une frayeur que je ne comprenais pas vraiment. J'imaginais bien qu'elle était liée au fait que je fus si longtemps enfermé dans une arme, que régulièrement l'orc-elfe m'enfermait dans le noir total de son subconscient pour m'empêcher de trop influencer son esprit. J'avais beaucoup de mal à me rapprocher des murs ou à poser un pied sans avoir d'abord vérifié avec ma torche qu'il y avait bien un sol. S'il devait m'arriver le même malheur qu'auparavant -me retrouver prisonnier dans une cellule sombre j'entends- je ne pensais pas que mon esprit pourrait à nouveau le supporter. Mais bon, ce n'était pas prêt d'arriver, ni dans ce monde, ni dans aucun autre!

Mes yeux elfiques n'avaient en fait nulle besoin de lumière pour voir dans les ténèbres de la crypte, je ne l'avais allumée que pour celui qui me suivait. De plus, je pouvais entendre tout bruit sur une grande distance, ce qui me permit de repérer nos ennemis avant même qu'ils ne sachent que nous nous rapprochions. Quand nous pénétrâmes dans l'immense salle, j'avais l'intuition que nous n'en ressortirions pas indemne. Bien que j'avais confiance en mes capacités, le seul fait d'entrer dans un lieu fermé, sombre, me rendait vraiment très nerveux. Quel genre de Melchior je faisais? Au moins, nos proies nous avaient gentiment attendus, j'aimais bien les êtres stupides car ils avaient la très bonne qualité d'être faibles en général. Je les voyais très bien: Un homme de taille moyenne bien maigre pour un combattant valable, et un autre vêtu d'un chapeau et d'un long manteau. Quel fabuleux duo que voilà, était- ce une nouvelle mode dans le monde des assassins? En tout cas une chose pouvait se déduire: le premier devait regarder l'autre combattre. Alors, j'irais me jeter sur le squelettique quand mon ami Alen'Di aura entamé les hostilités. Soudain, j'entendis un fort rugissement qui faillit me percer les tympans, ce qui me fit remarquer la créature lézardeuse qui accompagnait le duo de vilains.

"Bon, Alen'Di, tu te charges de... Au temps pour moi."

Le bougre avait déjà foncé tête baissée dans la mêlée sans avoir le moindre plan! Je savais une chose de ce crétin d'Alban: quand on était dans la merde jusqu'au cou, la moindre des choses était de préparer un plan de bataille, même le plus minimaliste qui soit. Et bien non mes amis, notre cher ramasseur de sable se croyait plus fin que les autres, et plus chanceux qu'un type qui avait une idée de là où il mettait les pieds, ayant décidé de combattre un ennemi surpuissant avec des grains de sables et de la caillasse! Merci Alen'Di, merci! Alen'Di hasard j'avais envie de dire, vue le contexte. Bref, je le laissais faire ses petites attaques pour me concentrer sur nos véritables adversaires. Ils semblaient trop calmes, comme si les ténèbres étaient leur élément, ou encore, comme si toute cette histoire leur réservait une fin heureuse. S'ils le croyaient vraiment, ils se trompaient: ils avaient intérêt à me prendre au sérieux, moi, Melchior le sanguinaire esprit démoniaque. Je lâchais ma torche inutile pour moi pour brandir une épée à lame rouge et noire. La première chose à faire était de me débarrasser du faible, au moins pour mon moral. Je me dirigeais donc vers lui à vive allure, puis essayai de le décapiter net, ignorant totalement son compagnon. Par contre, si ce dernier venait à réagir, j'avais une main sur ma dague que je dégainerais à la vitesse de l'éclair pour bloquer son arme, s'il en avait une.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

Carl Sorince
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptyJeu 15 Mai 2014 - 12:21

Tant de bruit pour si peu de résultats convaincants...Alors que Morgar manquait de couper en deux le porteur de poussière et que Vektor se jetait sur le type ayant un sourire semblable au sien, Carl se pinçait l'arête du nez. Pourquoi tant de haine? Pourquoi tant d'entêtement? Qui voudrait attaquer une ombre, un nécromancien, un dragon et des...Trucs contrôlés par l'ombre, dans les ténèbres d'une ruine? Personne de censé en tout cas...
Ce qui était intéressant, puisque le nécromant n'avait jamais porter en son cœur les gens censés. Il observa un court instant le dirigeant des Shade faire quelque passes d'armes avec les nouveaux arrivants, puis ordonna a Morgar de le rejoindre. Ce que ce dernier fit, en gratifiant par la même occasion son adversaire d'un coup de queue particulièrement violent qui, même si il ne toucha pas sa cible d'origine, eut le mérite de la faire reculer, donnant ainsi plus de terrain aux sbires de Vektor qui se jetèrent sur le pauvre porteur de poussière à peine remit.
"-Messieurs, calmons-nous." Lâcha-t-il, d'un ton aussi neutre que possible, en affichant, tout de même, un sourire narquois.
Personne ne l'écouta, Carl ricana en observant le faciès affligé du type aux dents de scie alors qu'il traversait le corps de Vektor d'un coup de lame sans pour autant faire broncher ce dernier. Un Shade fut coupé en deux par l'autre type hyper-actif...Quelques secondes plus tard, les deux parties sectionnées se mélangeaient aux ombres, et créaient deux nouvelles créatures, qui s'empressaient de se jeter sur celui qui avait sectionné leur ancien corps.
"-Messieurs, calmons-nous !" Répéta le seul homme ne disposant pas d'adversaire à occire.
Pas de réponse, encore. L'Eclat d'Ombre écrasa son poing noir sur le nez de son ennemi, qui ne broncha pas et exécuta une nouvelle passe d'arme se terminant dans la poitrine de Vektor, ce qui eut pour effet de faire ricaner ce dernier.
Un ricanement bientôt imité par sa dizaine de sbires toujours en pleins duels avec le pauvre type, ils avaient l'air de bien s'amuser, à tenter de trancher les jambes de leurs proies. Morgar bailla, se lécha la patte avant droite, puis s'allongea sur le sol froid de la salle, tandis que son maître soupirait.
"-Messieurs..."
Oh, et puis à quoi bon? Après tout, ils semblaient décider à frapper sans réfléchir...Et aussi... sans le moindre sort de lumière, sans le moindre moyen de blesser Vektor et les siens. Lorsqu'on tentait d'ouvrir en deux les ténèbres, la meilleure chose à faire était d'emmener avec soi autre chose qu'une torche...D'autant que le type aux dents de scie avait lâché la sienne, le fou.
Enfin...Ils résistaient admirablement bien quand même, ce serait dommage de perdre des adversaires de cette trempe simplement parce que ces derniers étaient mal-informés...Et puis...Ce type, ce n'était pas lui, le dirigeant de...
Le sourire du nécromant s'agrandit.
"-Bon, les gars, vous voyez bien que ça sert à rien... vous voulez pas vous calmer? Nous avons l'avantage du nombre, et, qui plus est, de l'ombre. La seule chose que vous allez réussir, c'est vous faire tuer, on ne peux pas en discuter tranquillement?"

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vektor Noirsang

L'ombre du Squelette

________________

Vektor Noirsang
________________


Race : Démon commun
Classe : Éclat-d'ombre
Métier : Traqueur de L'Ordre
Croyances : Nuit éternelle
Groupe : L'Ordre du crépuscule

Âge : 500 ans

Messages : 24

Fiche de Personnage : Ombre à jamais.


L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptySam 7 Juin 2014 - 16:21

Les « rois de la filature » avait enfin rattrapé les deux membres de l'ordre du crépuscule et sans un ''bonjour'' entamèrent les hostilités à leur égards. Bien entendu, les shades de Vektor se ruèrent vers le premier d'entre eux qui avait eux le malheur de brandir son épée. Ce type avait l'air de contrôler le sable mais n'eut pas le temps de lancer son attaque. Le deuxième se dirigea vers Carl, espérant l'empaler au bout de sa lame. Le bougre fût arrêté dans sa course par l'éclat qui entama un duel avec lui. Le moins que l'on pouvait dire, c'est que monsieur dent de scie était persévérant, après plusieurs attaques inefficace et quelques direct dans le visage, il continuait tout de même à attaquer.

Pendant ce temps, l'homme des sables tentait, tant bien que mal, de repousser les sbires de Vektor tout en évitant de se faire réduire en bouillie par Morgar. Tranchant les ombres en deux, il ne faisait que les amuser, l'une d'entre elle, accroché sur le mur, juste au dessus de lui, se laissa tomber vers sa cible en hurlant comme un fou. C'est alors qu'elle fût transpercé par l'épée de sa proie, en pleine poitrine. Le shade se débattit un instant, hurlant, puis tomba à terre. La créature semblait morte, les yeux fermés, plus aucun mouvement. Le jeune homme semblait avoir touché une sorte de point faible, du moins ce fût son résonnement. Il eu un rictus et se tourna vers les autres créatures, à nouveau confiant.

-Je l'ai fais exprès de dire que j'étais mort !!

La vision de l'homme du désert fût soudainement obstruée par les mains du petit démon qui venait de lui sauté sur la tête. Ce dernier était en plein fou rire et ses semblable l'imitèrent, se contentant de regarder la scène sans intervenir, hilare.
Entre temps, le duel de Vektor avait pris une autre tournure, l'éclat avait céder sa place à son ami, Greyback, qui se révélait bien plus puissant et rapide qu'il n'y paraissait. Le spectre avait ensuite disparu dans les ombres, laissant son ancien adversaire au prise avec son sbire. Le démon était parti pour une bonne raison, il l'avait sentit depuis un moment, il était temps...

-Dis coucou ! S'écria le shade, retirant ses mains griffues du visage d'Alen.

Le jeune homme n'eut pas vraiment le temps de comprendre, il sentit une main entourer sa nuque, fût soulevé et plaqué contre le mur. Suffoquant, désarmé, il essayait vainement de se défaire de la prise de son ennemie, matraquant le bras de Vektor avec ses poings, c'est à ce moment là qu'il remarqua que l'avant bras de cet homme avait changé de taille et de couleur. Une couleur similaire à celle des petites créatures.

-Je la sens... ta peur.

-Bon, les gars, vous voyez bien que ça sert à rien... vous voulez pas vous calmer? Nous avons l'avantage du nombre, et, qui plus est, de l'ombre. La seule chose que vous allez réussir, c'est vous faire tuer, on ne peux pas en discuter tranquillement?"

En parallèle, « Dent de scie » avait récupérer sa torche et s'en servait pour tenir à distances ses assaillants qui était bien plus nombreux que ce qu'il pensait. La lumière produite par la torche n'était pas assez puissante pour les détruire d'un coup, mais il remarqua que cela brûler leur peau si il restait trop longtemps en contact avec elle. Greyback regardait son adversaire agiter son faible bouclier de lumière dans tout les sens puis se mit a claquer des dents. Au début juste lui, ensuite tout ses semblables firent de même, une symphonie macabres résonnait desormais en ces lieux oublié.

Les claquements se stoppèrent brusquement, Greyback leva son doigt dans une direction, intimant à l'hybride de regarder. Ce qu'il fît.

-Vous êtes sur de ne pas vouloir discuter ? S'écria Vektor, dont le bras était redevenue ''normal'' et qui tenait sa gigantesque lame de poignet juste en dessous de la gorge du comparse de « face de requin » dont tout les membres était fermement maintenu par des shades.

Le concerné n'eut pas le temps de répondre, Greyback avait profiter de ce moment d'inattention pour bondir et frapper dans la torche, envoyant cette dernière s'écraser sur le sol, à quelques mètre de son propriétaire.

-Tic Tac, blondinet. s'exclama Vektor en collant le métal froid de sa lame contre la gorge de son otage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alen'Di Zahard

le Mirage

________________

Alen'Di Zahard
________________


Race : Humain
Classe : Danse-Lame
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 27 ans

Messages : 25

Fiche de Personnage : Banni des Sables...


L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] EmptySam 1 Nov 2014 - 20:40

C'était fini. Il ne pouvait pas lutter contre ces choses, ces choses qui ne devraient pas exister. Cloué au mur par d'immondes créatures noires, Alen'Di avait la sensation de n'être rien de plus qu'un misérable insecte. Le metal qui lui chatouillait la gorge était d'un froid glacial, et après une légère pression de la part de son possesseur, un fin filet écarlate se mit à couler. Le mot "terreur" était bien trop faible pour représenter l'état dans lequel se trouvait le pauvre épéiste. Sa chère Lenaa était tombée à terre... Sans elle il n'était rien. Déjà que, visiblement, il n'était pas grand chose avec elle... Bizarrement, alors qu'il se croyait sur le point de mourir égorgé, il se mit à repenser à son village natal, et à la façon dont il l'avait trahi. Tout ça pour le pouvoir... Oui le pouvoir était tout ce dont il avait besoin, et pour ce faire il ne devait pas mourir, pas maintenant. Son cerveau fonctionnait désormais à plein régime, dont les capacités étaient brusquement décuplées par l'adrénaline. Tant pis pour l'Oeil du Golem, il trouverait bien une autre relique. Un très léger sourire, presque imperceptible, fit frémir les lèvres du Mirage. Il était prêt à tout, mêmes aux bassesses les plus infâmes. Feignant la sérénité, il lâcha :

- Nul besoin de discuter, je reconnais ma défaite. L'avidité m'a aveuglé et j'ai surestimé mes forces, je vois bien que je suis incapable de vous atteindre.

Non il n'avait aucun honneur, et n'en avait cure. Il plongea son regard dans l'ombre qui dissimulait le visage de son ennemi, dans laquelle il ne put rien lire du tout. Il regretta aussitôt d'y avoir jeté un oeil... Cette chose était beaucoup trop puissante pour lui. Et il la haïssait. Des ténèbres aussi noires ne devraient pas exister. Bien malgré lui, un léger frisson parcourut son échine, lui faisant perdre contenance. L'autre ennemi laissa échapper ce qui sembla être un petit rire. L'emprise des choses qui le retenaient plaquées contre le mur sembla se relâcher quelque peu.

- Je me contrefiche de ce qui arrivera à cet orc-elfe... Tout ce qui compte pour moi est ma survie, et je doute grandement de pouvoir vous être utile de quelque façon que ce soit. Laissez moi partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] _
MessageSujet: Re: L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]   L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Oeil du Golem [PV Alban Chaos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Ruines d'Ascelnoth :: Ruines et crypte-