''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quelques menus services (Reeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

Chïra Ovenstey
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyLun 5 Mai 2014 - 16:51

Toute la petite troupe s'affairait montant les gigantesques arceaux d'acier en un squelette métallique hors norme. Peu à peu les tentes se dressèrent à l'extérieur de la ville, alors que le grand chapiteau trônait fièrement au centre de ces dernières.
La venue d'un cirque dans une bourgade si éloignée de la capitale était toujours un événement que peu de monde osait rater. Et cela, même si les affiches placardées sur la place centrale annonçaient un programme des plus banal mêlant jongleries et artistes de haut voltige. Cependant, les rumeurs parlaient d'un tout autre spectacle...

A l'abri des regards, était entreposée une petite cage à peine assez grande pour accueillir un être humain. Et pourtant, recroquevillée sur elle même se tenait là une frêle créature. Les chaînes qui l'entravaient étaient au nombre de cinq lui rongeant la peau comme le ferait la lèpre. Ses geôliers avaient jugés ce système indispensable. Effectivement, des les premières heures de captivité l'animal avait montré des signes d'agressivité. Craignant qu'un incident puisse survenir, ils redoublèrent d'effort et de force brisant en elle toute velléité.

Ses grands yeux jadis espiègles avaient perdu tout leur éclat derrière les barreaux de cette geôle. Murée dans un inquiétant silence, elle se balançait d'avant en arrière toute la journée, laissant place peu à peu à la folie sans qu'elle ne la combatte réellement. L'odeur aux alentours de la prison était insoutenable. Qui aurait pu imaginer que cette bête avait connu la douceur d'un foyer ?
Mais hélas, personne ne devait se soucier de son absence, pas même l'humaine qui était habituée à ses nombreuses escapades. Privée de sa liberté, la créature se laissait mourir à petit feu. Un simple piège à loup avait suffit à mettre un terme à sa vie d'errance. Blessée à la jambe, personne n'avait osé l'approcher laissant alors la plaie s'infectée.

De l'autre coté des coulisses, la lumière chaudes du dizaine de lanternes s’éleva doucement, éclairant ainsi l'intégralité de la piste sablée. La foule était nombreuse et compacte ce soir attendant patiemment le maître de cérémonie qui rentra sous les clameurs. Les bruits de liesse parvenaient tout juste aux oreilles de la créature qui jamais ne verrait la piste aux étoiles. Non, ses maîtres lui réservaient un tout autre sort, pour un public plus averti comme ils aimaient dire. Un petit spectacle qui leur rapportait sans cesse plus d'argent. Les curieux faisaient la queue pour espérer entrevoir l'horreur que leur décrivait les saltimbanques. La description peu flatteuse de la jeune femme faisait miroiter aux indiscrets la vue d'un monstre terrifiant. Mais leur déception était à la hauteur de sa souffrance, quand ils s'apercevaient de la supercherie. Certains lui jetaient alors à la figure le reste de leurs gourmandises achetées quelques heures plus tôt dans les allées du grand cirque. Aucun humain n'avait éprouvé jusque là de la compassion pour cet être vivant, la confortant dans sa haine viscérale pour cette espèce. Homme, femme, enfant et même vieillard, tous se délectaient dans leur perversité. Humiliée, on lui accorder encore moins d'attention que Cadichon, l'âne de la troupe.

Le bruit des tambours rugissant lui donnait mal au crâne. Le visage enfouit dans les genoux elle se martelait les tempes redoutant pour autant le silence. Ce silence éloquent avec lequel commençait sa mise en scène.

-----------------------------------------

Parmi les strapontins deux amis se parlaient à voix basse à côté d'un jeune homme à la chevelure étrange. Vérifiant d'un rapide coup d’œil que leur voisin était bel et bien concentré sur le spectacle ridicule d'un caniche vêtu tout de rose, ils entamèrent une conversation surprenante.

-As tu l'argent ?!
-Oui j'ai tout juste l'acompte !
-Parfait ! Rappelle toi il nous a dit que le spectacle continuait dans la troisième tente.

Le garçonnet rigola bêtement avant d'essuyer le liseré de sueur qui perlait sur son front à l'aide d'un mouchoir jaunâtre.

-J'espère qu'il tiendra sa promesse, je ne voudrais pas que ma mère sache que nous ayons fait ça !
-Bien sûr !

D'un coup de coude dans les cotes, le plus vieux lui ordonna de se taire désignant du menton leur voisin quelque peu atypique. Il faut dire que cet homme différait grandement du public présent de par son allure et sa jeunesse.
Le chien au centre de la scène laissa place à une cohorte d'oies qu'un simple d'esprit tentait de coordonner devant les rires de la foule. Suite à la perte d'un volatil qu'un des passants tua soit disant pour se protéger, le rideau de fin tomba prématurément. Les deux comparses sentant que leur heure était venue se levèrent d'un commun accord.
Dans l'obscurité, ils se dirigèrent à tâtons vers une tente à l'écart du reste. Hésitants, ils soulevèrent tout de même l'épaisse toile, avant de se faufiler à l'intérieur. Rien ne laissait présager que derrière cet amas de caisses se trouvait la tieffeline hautement surveillée.

-Avez vous l'argent ? Leur demanda une voix grave.

Les deux jeunes gens se retournèrent pour découvrir un colosse en armure, tremblant comme des feuilles ils alignèrent soigneusement les pièces dans la main droite du géant.

-Cinq minutes, rien de plus, sinon il me faudra le double.

Sortant de la tente, l'homme alla se placer à l'entrée laissant ainsi les deux garçons en tête à tête avec la chose. D'une main potelet, le grassouillet tira le tissu qui recouvrait la cage, laissant place à la créature qui cligna des yeux sous la lumière aveuglante de la lampe à huile. Craintive, la jeune fille se terra au fond de sa prison décevant les deux curieux qui venaient d'y laisser leurs économies.

-Elle est tellement dégueu qu'on voit rien !
-Mais elle pue !!!!!!
-Attends j'ai une idée !

Mêlant le geste à la parole, il attrapa une fourche entreposée là et glissa le manche à travers les barreaux. Un sourire complice suffit à le convaincre de loger le bout de bois entre les cotes de la jeune femme, s'acharnant à la frapper afin qu'elle réagisse. Affolée, la bête se jeta contre les barreaux agitant follement les bras. Cette réaction eu le mérite de surprendre les deux jeunes hommes qui tombèrent sur leurs postérieurs avant de rigoler.

-Eh beh la sauvage on peut pas sortir hein… ?
-Fais gaffe quand même...t'as vu ses griffes..
-Pfff elle est attachée......et regarde !!!! LA ! LA !!!

Désignant du bout des doigts l'appendice de la jeune fille, ils se massèrent devant la cage afin d'observer cette étrange apparition. Alors qu'ils empoignaient une nouvelle fois l'instrument agricole le colosse refit son apparition leur demandant de sortir.

-Le temps est écoulé...

Poussés vers la sortie, les deux gamins affichèrent une mine satisfaite. Laissant place à un nouveau venu ils rentrèrent tranquillement chez eux sans se préoccuper du sort de l'animal qui avait réussit à les distraire le temps d'un instant.
Une ombre imposante vint se positionner devant l'accès de la tente grondant inlassablement le même ordre.

-Avez vous l'argent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptySam 10 Mai 2014 - 15:27

La soirée avait été longue pour Rëeth. Bien sûr le spectacle qui s’offrait à lui était divertissant, bien que guère intéressant, mais il n’était pas venu pour ça, et encore moins pour assister aux conspirations de ses voisins qui tentaient désespérément d’être discrets et de mentionner le bibliothécaire sans que celui-ci s’en rende compte. Peine perdue, il était plutôt lucide et avait l’oreille attentive. En parlant de ses voisins, ceux-ci venaient de s’éclipser vers le fond du chapiteau, dans une zone sombre, intentionnellement discrète. Surement allaient-ils voir la chose pour laquelle Rëeth était venu subir le spectacle désolant d’un chien ou d’oies dressés à faire des pitreries.

Car les nouvelles allaient vite en Beolan, pour peu que l’on sache auprès de qui les recueillir. Et la rumeur courrait qu’au sein de ce cirque itinérant, pour quelques pièces d’or, on pouvait voir une créature étrange, aux oreilles pointues et aux doigts griffues. Une singularité, une erreur de la nature ? Rëeth devait en avoir le cœur net, et c’est pour cette raison qu’il décida de se lever et de partir à la suite des deux hommes qui étaient assis à côté de lui quelques instants plus tôt, alors que le spectacle avait dramatiquement prit fin. Il arriva finalement vers une sortie du chapiteau dans la zone sombre qu’il avait remarqué, et se dirigea vers une tente, à l’écart. Seule. D'apparence inintéressante. En y arrivant, il vit les deux personnages à côté desquels il était assis durant le spectacle sortir de la tente, un air hilare sur leurs visages. Ils ne virent même pas le jeune homme. Celui-ci était maintenant devant l’entrée de la construction de toile et de métal, et en examinait l’entrée, quand une voix métallique et résonnante s’éleva de derrière lui.

« Avez-vous l’argent ? »

Se retournant, il découvrit son interlocuteur. Un géant d’au moins un mètre quatre-vingt-dix, à l’imposante armure de métal, ainsi qu’une arme aiguisée pendant à sa ceinture. Evidemment, un spectacle si étrange se devait d’être gardé et offert aux spectateurs seulement contre de la monnaie. Mais Rëeth n’avait aucune envie de payer, le précieux fruit de ses ventes n’irait certainement pas dans des endroits aussi bas et inutiles. Il regarda vers le visage, casqué, du soldat, qui devait surement le dévisager à l’heure actuelle. Et il s’introduit dans son esprit. Des bribes d’instruction militaires y régnaient, mais venir à Beolan sans aucune défense contre la magie était purement stupide, et le jeune illusionniste se fit un plaisir de simuler un paiement un peu plus gras que nécessaire, suivi d’un clin d’œil. Il ne pouvait rien contre lui, et il le laisserait ainsi tranquille.

« Voilà Monsieur. Vous pouvez garder la différence pour vous, je suis sûr que votre travail le mérite. »

Un peu de compassion et de flatteries bien placées, et Rëeth poussa l’épaisse toile de tissu le séparant de l’intérieur de la tente. Il y entra, se retenant de tout retourner pour voir ce pour quoi il était venu, et marqua un temps d’arrêt. Un immonde relent venait de pénétrer ses narines, mêlant des effluves d’urine, de selles, et autres fluides corporels aux noms, odeurs, et consistances dégoûtantes. Se frayant un chemin à travers l’amas de caisses et de cages entreposés dans la tente, il arriva devant une cage aux dimensions suffisantes pour qu’un humain de taille moyenne y soit entreposé, ou était gardée une créature. Celle-ci était entravée de cinq chaines, respectivement à ses poignets, tibias, et une à son cou. Elle devait être vraiment agressive, pensa le jeune homme aux cheveux bleus, alors qu’il s’accroupissait devant la cage. Il l’examina. Elle répondait parfaitement aux descriptions que ceux ayant pu assister à la visite secrète avait pu lui faire : un air hagard, fou, des oreilles pointues, très peu vêtue, toute crasseuse, et griffue. Mais tout en l’examinant, quelque chose frappa le bibliothécaire. Son regard. Il le connaissait. Il avait été embarqué dans une aventure malheureuse quelques mois auparavant, et celle qui était devant lui y était étroitement mêlée. Bordel, c’était la démone.

« Chïra ? »

Celle-ci ne leva même pas les yeux vers lui. Elle était en très mauvais état. Au bord de la folie, apparemment, elle se balançait d’avant en arrière comme une démente. Rëeth fut touché par ce spectacle, il ne pensait pas la revoir, et surtout pas dans cette position. Il fallait qu’elle le reconnaisse, c’était crucial. Remettant ses lunettes, car il savait que cet objet avait marqué la démone, il colla sa tête à quelques centimètres des barreaux de la cage, et parla assez intelligiblement et fort, au cas où elle soit un peu endormie.

« Chïra. C’est l’humain, le bibliothécaire. Vous vous souvenez ou pas ? Regardez-moi. »

Il alluma rapidement un feu magique à côté de lui, histoire de faciliter la vision de la démone, et fouilla dans ses poches pour en tirer un petit objet. Rien de spécial, une simple chaînette dorée, même pas en or, mais elle était bruyante et faisait du bruit. Il la secoua un peu, espérant que son cliquètement attirerait l’attention de Chïra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

Chïra Ovenstey
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptySam 17 Mai 2014 - 21:18

Quelques bruits de pas suivis d'un doux cliquetis intriguèrent la créature qui, anxieuse, jeta un rapide coup d’œil par dessus son épaule. Confinée au fond de sa prison elle vit un homme, encore un, en train de l'observer. Résignée, la jeune fille ne lui prêta aucune attention, attendant que le rideau tombe enfin pour elle aussi.

*clic clic clic ...Chïra....clic clic clic*

Rêvait elle, ou bien cet homme venait de prononcer son prénom ? Sur ses gardes, la créature se retourna lentement pour apercevoir un visage masculin un peu trop téméraire pour s'être aventuré si près des barreaux. Un visage trop humain pour la jeune fille qui ne supportait plus son enfermement. Un visage qu'il fallait à tout pris balayer pour se venger.
Sans crier garde, la tieffeline se jeta à sa rencontre attrapant le jeune homme par le cou.Tant pis, il allait payer pour tous les autres. Resserrant son emprise, elle allait l'étrangler là, sous cette tente, sans aucun scrupule quand un éclair vert la frappa. Son esprit s'éveilla soudainement, sortant des limbes dans lesquels il avait trop longtemps cheminé.
Rapprochant son visage de celui de l'inconnu, elle sentit la présence de ses chaînes qui l’arrêtèrent à quelques centimètres seulement de l'humain. D'un coup sec voire brutal elle attira le minois de l'humain au plus près de la cage avant de coller son nez au sien. Inspirant longuement elle reconnu chaque flagrance, recréant peu à peu le puzzle de ses souvenirs.
De sa main libre, elle attrapa la chaînette sans pour autant le lâcher.

-Le rat de bibliothèque.... ?

Des cheveux bleus, des prunelles vertes, et cet objet qui fascinait tant la sauvageonne. Libérant le jeune homme, ses doigts coururent le long de ses traits fins pour parvenir à ses lunettes. Elle se rappelait maintenant où elle avait bien pu le voir. Ainsi, il avait réussit à survivre au Vein et en un seul morceau, une prouesse !

-Aide moi...je te rendrai le livre...ou...ou...dis moi celui que tu te désires et je te l'apporterai...

Le suppliant de ses grands yeux sombres, elle redoutait que l'humain ne lui tourne le dos après l'accueil qui lui avait réservé quelques mois plus tôt. Agrippée aux barreaux, la créature espérait sincèrement qu'il puisse la tirer de ce pétrin, monnayant déjà le coût de sa liberté.

-Ou....je ...je peux faire ce que tu veux il te suffit de me demander !!! J'irai tuer la boulangère si tu le désires, voler le maire si tu le souhaites, ne me laisse pas là...

Elle parlait à une vitesse ahurissante craignant qu'aucun de ses arguments ne puissent le convaincre.

-Je...je sais cuisiner!!!La viande humaine n'est pas difficile à accompagner...il me suffira seulement de trouver un nouveau né..et quelques topinambours.

S'agitant comme un diable, elle arrivait au bout de sa plaidoirie le ventre noué. Dépendre d'un être comme le bibliothécaire la désolait, mais pour l'instant sa fierté demeurait au second plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyJeu 29 Mai 2014 - 19:05

Piètre état. Rëeth avait fait l’expérience du caractère entêté et fier de la démone, et voir qu’elle en était au point de le supplier, de promettre des choses en échange de cette libération, ne lui laissait plus aucun doute sur l’état de détresse dans lequel Chïra se trouvait. Apparemment elle avait aussi fait l’objet de mauvais traitements, peut-être plus, et le bibliothécaire ne tint donc pas rigueur du comportement quelques peu violent de la détenue. Puis il laissa filer la chaînette entre ses doigts, apparemment elle plaisait à la démone, avant de se défaire de son entrave et de se lever.

« Oui, bien entendu. Je vais vous tirer de là, même si je ne sais pas trop pourquoi. Très certainement parce que lors de notre dernière rencontre, je suis parti un peu trop vite et brusquement à mon goût. Vous m’expliquerez ça, mais d’abord il faudrait vous sortir d’ici, et aussi que vous arrêtiez de m’affubler de sobriquets aussi ridicules, si vous n’aimez pas mon prénom vous n’avez qu’à je me dire " tu " ou je ne sais pas. Restez ici. »

Sifflant un coup, le garde vint à la rencontre de Rëeth, sans même se demander pourquoi celui-ci avait de la crasse sur le visage, ni pourquoi un feu était allumé au sol. Le jeune homme lui intima quelque chose, et en moins de temps qu’il ne fallait pour dire " Appelez le patron ", le propriétaire du cirque entrait dans la petite tente. L’homme était le cliché même du forain, du dirigeant de cirque : petit, une bedaine large comme deux Rëeth, un nez tout rouge, une couronne de cheveux blancs et dégarnis, et une tête de clown. Mais le bibliothécaire savait que derrière les apparences se cachait quelqu’un capable d’emprisonner un être vivant et de le laisser moisir dans ses propres sécrétions corporelles pendant des jours, voir des semaines…et d’en plus faire payer des gens pour assister à un spectacle aussi désolant. Bien que Rëeth ait d’ailleurs été, pour des raisons obscures, l’un de ces payeurs, il éprouvait un peu de haine envers le patron du cirque. Celui-ci congédia le garde, qui retourna à l’entrée de la tante, puis il tendit sa main vers Rëeth.

« Bonsoir jeune homme ! Qu’est-ce qu’il vous fallait ? »

Le jeune homme en question répondit à la poignée de main en fixant le patron aux allures de pilier de taverne. Il était quasiment tout le temps jovial, mais pour traiter affaires avec un personnage tel que celui-ci, il fallait afficher un air sérieux, et c’est ce que Rëeth fit. Désignant la cage du menton, il vrilla son regard dans celui de l’homme lui faisant. C’était toujours déstabilisant, car il avait beau être très jeune, il donnait l’impression d’en savoir beaucoup, presque trop.

« Bon. Je vais être clair et concis, je n’aime pas m’attarder sur des futilités. Combien je dois vous donner pour vous prendre la d… la prisonnière. Enfin le curieux personnage se trouvant dans la cage. Fixez un prix, et je vous préviens, ne me prenez pas pour un lapin de trois semaines. »

La réponse ne se fit pas attendre, apparemment le propriétaire avait réfléchi à cette éventualité.

« C’est 200 pièces. Pas plus, pas moins, et je ne suis pas du genre à marchander. »

Rëeth acquiesça. Il savait qu’il fallait débourser une telle somme, ou quelque chose comme ça, et il s’y était donc préparé, même si c’était beaucoup d’or. Mais les sous ne faisaient pas défaut au bibliothécaire, et c’est donc sans hésitation qu’il sortit quatre bourses d’un pan de sa cape.

« Ce sont des bourses de cinquante pièces d’or, je vous dispense du calcul. Et j’imagine que vous me faites confiance, alors compter n’est pas nécessaire. »

L’homme hocha la tête, soupesa les bourses, puis sortit une clé de sa poche arrière, qu’il glissa dans les doigts de Rëeth, avant de sortir de la tente sans un mot. Le jeune homme le regarda partir en silence, puis il revint au niveau de la cage, qu’il ouvrit. Maintenant Chïra, qui semblait terriblement agitée, il défit ses liens un à un, avant de terminer par celui qui maintenant son cou. Elle était libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

Chïra Ovenstey
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptySam 31 Mai 2014 - 18:19


Deux cent pièces d'or, voilà le prix de sa vie. Une somme plutôt conséquente pour n'importe quel mortel, mais insuffisante pour le petit être. Ne valait-elle pas tout l'or du monde ? Néanmoins, elle ne manqua pas de noter que l'humain tira quatre bourses de ses poches. On lui avait toujours dit que les livres étaient source de richesse...mais à ce point ? Cela lui en boucha un coin. Soudainement l'homme apparu sous un nouvel angle..plus...intéressant.
Ayant acquis tous les droits sur sa personne, le bibliothécaire décida de la libérer. Muni de la clef, il vint la rejoindre à l'intérieur de sa prison sans même se soucier de la crasse environnante. S'approchant d'elle avec maintes précautions, il défit les chaînes qui entravaient ses membres. Arrivé à la hauteur de son cou, il du la maintenir tant elle s'agitait sous l'excitation de sa libération. Sans même songer à lui sauter à la carotide, la jeune fille tenta de suivre l'humain hors de sa cellule. N'y croyant plus, elle mit quelques secondes avant de faire le premier pas encouragée par le regard compatissant de son sauveur.
Telle une piqûre, la douleur se répandit le long de sa jambe la paralysant sur le champ. Toujours terrée au fond de sa cage, la jeune fille comprit qu'elle ne pourrait pas fuir l'humain comme elle l'avait envisagé. Contrariée alors que le sort semblait enfin lui sourire, la créature plongea son regard attristé dans celui du jeune homme afin qu'il lui porte secours une seconde fois. Était ce dans sa nature ou bien dans ses prunelles qu'il trouva l'envie de l'aider ?
Soutenue par l'humain, ils sortirent tous deux de la tente clopin clopant. Leur petite virée nocturne fut entrecoupée de multiples haltes permettant à la tieffeline de reposer sa jambe douloureuse et de tâter, par la même occasion, le malheureux afin de voir s'il cachait dans son manteau d'autres trésors insoupçonnés.
Arrivés devant l'établissement qu'elle n'eut aucun mal à reconnaître, ils s'engouffrèrent dans l'arrière boutique, lieu de vie du bibliothécaire. Lui demandant poliment de s’asseoir, la jeune fille attendait patiemment que son hôte revienne. Rien n'avait changé dans la petite pièce, pas même le tas de livres au pied du lit dans lequel d'ailleurs elle avait envie de s'affaler tant elle était épuisée.
Les yeux rivés sur sa tenue, elle prit conscience de l'état pitoyable dans lequel elle se trouvait pour faire face à l'humain. Elle avait l'air d'une souillon, d'une moins que rien retrouvée dans un caniveau. Son état ne lui permettait pas de prendre la route du manoir. Coincée ici, elle devrait faire avec la présence du jeune homme et mettre de côté sa fierté le temps de se rétablir.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyLun 9 Juin 2014 - 1:30

Malgré la longueur du trajet reliant le cirque à la bibliothèque de Rëeth, la démone n’avait pas ouvert la bouche une seule fois. Fait exceptionnel. De ce fait, le bibliothécaire décida de ne pas engager la conversation pour rien. Arrivés chez lui, il savait qu’il avait encore du pain sur la planche. Tout d’abord il ne pouvait pas laisser la jambe de la démone dans un tel état, par conséquent il s’en occuperait en premier lieu, même si son bon sens lui communiquait de d’abord la laver. Elle avait passé trop de temps à être persécutée pour accepter le contact d’un humain sur sa peau, et dans les endroits interdit.

Rëeth débarrassa trois tabourets rudimentaires de la pile de livre les encombrant, et les tira vers lui. Saisissant la démone, il la fit s’asseoir sur un des tabourets, sa jambe blessée tendue vers l’autre, puis partit mouiller un torchon à l’eau, chauffée de manière magique. Revenant vers sa blessée, il s’assit sur le troisième tabouret et put enfin examiner de plus près la blessure. Le jeune homme n’était pas un demeuré, loin de là même, alors la blessure avait exactement l’air de ce à quoi il s’attendait. Mais ça n’en restait pas moins immonde : une plaie de plusieurs centimètres, assez large, aux chairs rendues boursoufflées et suintantes par l’infection. Saisissant un second torchon, il le fourra sans rien dire entre les dents de la démone et entama le nettoyage de la plaie avec celui qui était mouillé. Cela prit du temps, en premier lieu parce que elle était bien sale, ensuite parce qu’il ne fallait pas lui faire trop mal, et surtout parce qu’elle était impressionnante cette balafre. La démone n’était pas en sucre, ah ça non.

Au bout de plusieurs dizaines de minutes, le nettoyage prit fin. La situation se compliquait ici : Rëeth n’était pas médecin, il n’avait par conséquent en sa possession aucun sérum ou lotion prévenant les infections. Mais il fallait agir, où bien le fémur de Chïra serait rongé. Il sortit donc la seule bouteille qui pouvait l’aider : de l’alcool, non dilué. Un alcoolique, pilier de taverne, la lui avait donnée en échange de quelques menus services. Défaisant le bouchon, il fronça les sourcils, surpris par le subit effluve qui sortit de la bouteille. Il entama alors un long processus de trempage d’un bandage spécial dans l’alcool, qui en ressortit tout imbibé sans pour autant couler. Puis, de manière réfléchie, il prit une paire de lunettes de rechanges qui trainait par terre, et les mit sur le nez de la tieffeline pour l’occuper. Le torchon était toujours dans sa bouche, quand il appliqua avec une infinie concentration le bandage imbibé d’alcool sur la plaie, avant de le nouer solidement. Il s’était pris quelques coups pendant le bandage, mais rien de bien méchant. Les lunettes avaient un peu occupé la tieffeline, mais pas tant que ça. Tant pis pour le lavage, il prit celle-ci dans les bras et l’allongea sur sa couche, avant de dire :

« On se repose un peu. C’est nécessaire. Personne ne vous réveillera, personne ne vous touchera : je vous surveille. »

Il sourit a la démone, et remonta ses draps sur elle avant de sortir de la pièce et de se camper au comptoir de la bibliothèque. Rien n’arriverait à Chïra, normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

Chïra Ovenstey
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyJeu 12 Juin 2014 - 8:39

Louchant sur son nez qui avait doublé de volume grâce à la correction apportée par les lunettes, la tieffeline ne vit pas venir le chiffon imbibé d'alcool qui lui arracha un cri de stupeur. Cela piquait horriblement, une sensation comparable à une brûlure. Les doigts crispés sur les rebords du tabouret, la créature se tordait de douleur soufflant naïvement sur sa jambe. Néanmoins, l'humain mit rapidement un terme à ce spectacle ridicule en nouant fermement le bandage autour de son mollet. Solidement attaché, ce dernier lui collait à la peau malgré son agitation entravant ses mouvements.
Jouant les chevaliers servant, l'humain n'hésita pas une seule seconde à venir à sa rencontre après l'avoir pourtant brûlée. Agilement, il évita une rangée de griffes avant de la soulever. Prise au dépourvu, la jeune femme ne trouva aucune parade à ce geste plein d'empathie. Dans ses bras, elle ne remarqua pas grand chose. Très vite la gène gagna ses joues pales. Toujours bloquée, sur le fait qu'un homme puisse lui venir en aide, elle ne vit même pas ses traits graciles ni son air sérieux sur son visage pourtant si jeune. Le regard perdu dans le vide, elle haïssait ce qu'elle était devenu...une poupée de chiffon à peine capable de se défendre.
Confortablement installée dans les draps blancs de son sauveur, la jeune fille n'avait toujours pas retrouvé la voix. En pleine tempête, elle assistait impuissante à ce spectacle dégoulinant de tendresse. Cela lui donnait la nausée, elle allait vomir s'il persistait sur cette voie. Heureusement pour elle, le bibliothécaire regagna l'avant de sa boutique.
Se tournant sans cesse, la créature avait du mal à trouver le sommeil malgré le confort offert par son hôte. Un confort dont elle avait tant rêvé quelques heures plus tôt. La tête reposé sur l'oreiller en plume du jeune homme, elle prit quelques secondes pour analyser la situation avant d'en mordre sauvagement le centre. Quand le marchant de sable décida enfin à pointer le bout de son nez, la jeune fille avait adopté une drôle de posture où l'un de ses bras pendait misérablement dans le vide, alors qu'un filet de bave s'échappait de sa bouche grande ouverte.


« Chuchotements »


Les cheveux en bataille, la jeune fille s'étira de tout son long baillant aux corneilles. Sa nuit avait été courte, la douleur à sa jambe l’empêchant de profiter pleinement d'un repos bien mérité. Et puis surtout il y avait ces chuchotements qui l'avaient réveillée. Posant un pied au sol, elle frotta ses grands yeux encore endormis, puis se traîna jusqu'à la porte laissant derrière elle un lit dévasté par la crasse.
Avec qui pouvait il parler alors que le soleil venait à peine de commencer sa folle excursion ? Tendant l'oreille, la créature identifia une voix féminine ce qui l'étonna grandement. Intriguée, elle glissa un œil à travers la serrure et aperçu un décolleté des plus généreux. Ainsi, la petite boulangère à peine plus vieille que l'humain était venue lui rendre visite. Visiblement elle devait apprécier le jeune homme, sinon pourquoi avoir mis autant de fard ? Se tortillant devant celui qui lui faisait face, l'inconnue semblait vouloir attaquer une discussion plus intrusive.

-Reeth...voudrais tu m'accompagner au cirque demain soir... ??

Connaissant les penchants du bibliothécaire pour les choses mystérieuses, elle versa un nouvel élément à sa tentative de séduction.

-Gontran m'a même dit ...que ….Prenant maintes précautions, elle se rapprocha de son interlocuteur et lui chuchota : qu'un monstre y ait entreposé et qu'on peut le voir...j'ai réunit la somme nécessaire pour nous deux...

Les yeux plein d'espoirs, elle battait des cils aussi vite que battait son cœur pour cet humain. Grimaçant derrière sa porte, la créature n'avait rien perdu de ce spectacle affligeant. Ecoeurée par tant de niaiseries, elle se demanda tout de même si le jeune homme était intéressé par une telle proposition. Secouant la tête de gauche à droite, elle se persuada du contraire avant qu'une idée plutôt effrayante ne vienne germer. L'avait-il ramené ici pour monter sa propre affaire ? Allait-il accepter l'offre de cette fille moyennant argent … ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyMar 1 Juil 2014 - 18:01

La situation était un peu gênante. Rëeth se trouvait derrière son comptoir, alors que la boulangère du coin avait apparemment l’intention de séduire le jeune homme. Celui-ci la connaissait bien, il allait souvent acheter du pain car ça se mariait bien avec n’importe quoi, et que ça faisait plus à manger, pour pas trop cher. Sachant qu’il avait droit à des ristournes à chaque fois, et que la boulangère ( dont le nom était Fiona, ce qu’elle n’avait pas manqué de répéter maintes et maintes fois au bibliothécaire avant que celui-ci décide de la tutoyer et de l’appeler par ledit prénom pour que ces niaiseries cessent ) bégayait dès qu’il était dans les environs, il en avait conclu qu’elle avait un béguin conséquent pour lui. Mais apparemment des comportements équivoques à chaque visite de Rëeth ne suffisaient plus, et par conséquent Fiona avait décidé de passer à l’attaque. La voici donc dans l’établissement du jeune homme, quelle horreur se répétait-il, sa poitrine largement mise en valeur par un décolleté conséquent, et le visage tellement maquillé qu’il aurait pu y tracer de sillons avec ses ongles.

Apparemment, elle voulait de lui qu’il l’accompagne au cirque pour y voir UN MONSTRE. Rëeth tilta à cette annonce. Il décida de répondre, mais ça n’était pas aisé. Il ne fallait pas la blesser, car les promotions sur le pain étaient bien pratiques, et puis blesser les femmes n’étaient pas dans ses habitudes. Pas qu’il soit un coureur, mais la politesse et la galanterie l’exigeait :

« Ah Fiona… C’est drôle que tu dises ça, j’y suis allé hier justement au cirque, alors tu vois, y retourner… Ça ne présente pas trop d’intérêt ! Et puis je peux pas me permettre de quitter la boutique la nuit tu le sais bien, j’ai rouvert après mon congé il y a peu, j’ai du retard à rattraper. Une prochaine fois peut-être ? Par exemple… »

Un bruit qui n’était pas le bienvenu interrompit Rëeth. D’accord, Chïra était réveillée et apparemment elle avait brisé quelque-chose dans sa chambre. Tout en espérant que ça n’était pas trop précieux, il mit un petit coup dans la porte pour signaler à la démone qu’elle devait se calmer, avant de se retourner vers Fiona, dont le visage affichait une expression horrifiée. Le bibliothécaire soupira : elle devait se dire qu’une femme était dans sa chambre, vu le regard gêné de celui-ci. Un rattrapage immédiat était de mise :

« Euh c’est rien, c’est…mon chien. Je l’ai recueilli il y a peu et il n’aime pas trop les étrangers, tu vois, il est un peu sauvage. Et il est énorme, je peux pas vraiment le laisser sortir s’il n’est pas apprivoisé, il risquerait d’effrayer des gens…Il faut que tu partes ! Je reviens te voir bientôt, en rediscutera, d’accord ? »

L’air faussement affolé du jeune homme n’étant pas commun, la boulangère se pressa et ficha le camp du magasin, sans pour autant oublier des au-revoir d’une toute petite voix timide, et un déhanché beaucoup trop forcé. Vérifiant qu’elle était bien parti, et que personne d’autre ne pointais le bout de son nez, Rëeth poussa la porte pour trouver Chïra, assise au sol, entourée de débris, vestiges d’un objet auquel le jeune homme tenait sûrement. Il fronça les sourcils :

« Non, non, non ! On ne casse pas les objets ici, déjà que je vous recueille, on se comporte comme il faut ! Et puis vous puez c’est atroce, alors vous allez prendre un bain ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

Chïra Ovenstey
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyLun 14 Juil 2014 - 18:19

L’œil droit toujours collé à la serrure de la lourde porte en chêne, la tieffeline espionnait les deux humains. Dur en affaire, l'homme restait de marbre face à une boulangère bien avenante, ses atouts gentiment déployés devant les yeux du bibliothécaire. La créature étudiait ces deux personnages avec toute la curiosité qu'un être vivant pouvait déployer face à un phénomène inconnu tel que l'amour. Car c'était bel et bien de l'amour qu'elle voyait crépiter dans les prunelles de l'humaine.
Remuant doucement la queue, la créature heurta une figurine en porcelaine qui se brise en mille morceaux. Surprise, elle se figea sur le champ et coupa sa respiration. Quand ses joues prirent une teinte alarmante, elle craqua et prit une bouffée d'air frais en se tenant la gorge.
 
-« Mon chien »

Prise d'une quinte de toux, elle n'en croyait pas ses oreilles. Le saligaud se permettait de faire de l'humour à son insu ? Rouge de colère, elle planta ses griffes dans le matelas à sa gauche et étouffa un cri de rage dans l'oreiller.
Enfin calmée, la jeune fille entendit le cliquetis de la serrure et découvrit la tignasse bleue. Un joli camaïeu rosé se dessina sur ses joues encrassées. Lui suggérant de prendre un bain, il désigna vaguement un immense seau en fonte au fin fond de la pièce. Pensive, elle se rapprocha de son interlocuteur et le mis en garde.

-Si c'est une quelconque tentative de...je ne sais quoi de proprement humain...Je vous pendrai avec vos propres tripes !

Une mèche bleue s’immisça entre les deux êtres, retombant sur des iris vertes. Hypnotisée, le démon retrouva sa candeur. Une folle envie lui tiraillait l'estomac. Ces cheveux lui couvraient la vue. Hésitante, elle pencha la tête sur le côté puis vint replacer la sauvageonne à l’arrière du crane du jeune homme, mais cette dernière semblait n'en faire qu'à sa tête et revient immédiatement sur le devant de la scène. Les lèvres pincées, elle humecta ses doigts et écrasa la récalcitrante qui cette fois ci, resta bien à sa place. Sa maniaquerie ayant été satisfaite, elle pu se résoudre à prendre un bain, mais avant cela elle devait réorganiser la pièce.
Sans un mot, la créature déplaça quelques meubles en traînant la patte. Ainsi, un petit bureau, une chaise couverte d'étoffes et un paravent firent office de muraille entre elle et l'humain. Vérifiant tout de même l'intérêt de sa construction, la jeune fille passa un œil à travers l'amas de meuble et jugea que cela ferait l'affaire.

-Si je sens votre odeur pestilentiel se rapprocher je ne répondrai plus de mes actes, sauvetage ou non...vous voilà prévenu !

Sur ses gardes, la tieffeline ôta sa tunique mais garda tout de même l'étrange pantalon de lin qui la suivait depuis quelques mois déjà. A l'aide d'une casserole en train de frémir sur le feu, elle transvasa l'eau chaude dans le grand récipient avant de s'y engouffrer. La morsure de la chaleur lui fit lâcher un râle de plaisir alors que son pantalon bouffant remontait à la surface sous ses yeux intrigués. On eu dit deux montagnes sur un lac. Les bandelettes entourant l'intégralité de son torse retrouvèrent peu à peu une couleur beigeasse tandis que l'eau devenait terne. Cette divine sensation de douceur sembla soulager sa cheville. Oubliant peu à peu la présence du bibliothécaire, elle laissa basculer sa tête en arrière qui reposait maintenant contre le rebord du seau.
Son visage à moitié immergé, elle s'amusa à créer un bain à remous soufflant allègrement dans le liquide devenue noirâtre. Quelques rires percèrent ce moment de quiétude. Chassant son calvaire à coup de franches rigolades, elle plongea sa tête sous l'eau durant quelques secondes. Plus aucun clapotis, juste le silence à l'intérieur de cette bulle en dehors du temps. Son corps mis à rude épreuve ces derniers temps trouvait enfin le repos dont il avait tant besoin.

PLOC PLOC
Des bruits de pas réveillèrent ses instincts du Vein. Deux pupilles noires comme du charbon apparurent à la surface de l'eau inspectant les lieux scrupuleusement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rëeth DeReicht

Faiseur de Mirages

________________

Rëeth DeReicht
________________


Race : Humain
Classe : Illusionniste
Métier : Bibliothécaire
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelles

Âge : Dix-sept ans

Messages : 35

Histoire de Personnage : Les roleplays sont classés par ordre chronologique IRP.

I. J'ai besoin de...De vêtements. [✗]
II. Prime illusoire [✗]
III. Il fait un peu froid ici... [✓]
IV. A B C D E [✓]
V. Quelques menus services [EC]

Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyLun 21 Juil 2014 - 23:28

Après s’être fait recoiffer par une Chïra étonnement concentrée, Rëeth put enfin apprécier un bruit, et son préféré : celui du silence. Barricadée derrière sa muraille de fortune, la tieffeline se baignait sans bruit, laissant au bibliothécaire le temps de souffler, au comptoir de sa boutique. Entre le sauvetage de la petite prisonnière, le repoussement de la boulangère, et convaincre la démone de se laver, le jeune homme n’avait eu que très peu de temps pour lui. Enfin le silence rassurant l’entourait, lui permit de relâcher ses épaules, et il se surprit même à tortiller ses doigts dans la mèche de cheveux que son invitée lui avait remise en place. Et quelle invitée. Elle se comportait tantôt comme une enfant, tantôt comme une adulte, un mélange de candeur et d’agressivité. Un peu mignonne, malgré toutes ses frasques, et c’est bien ça qui attisait la curiosité de Rëeth.

Ça, et le fait que plus aucun bruit ne retentissait depuis plusieurs longues minutes. Tentant de se convaincre qu’il n’était pas inquiet, il se dirigea vers la salle de bain. Poussant sa porte, il se mit sur la pointe de ses pieds pour pouvoir étendre son champ de vision au-delà de la barrière de meubles, et ne vit rien à la surface de l’eau. Pressant le pas, il contourna celle-ci pour arriver devant sa pseudo ‘’baignoire‘’. Rien ne dépassait, excepté une paire d’yeux scrutant Rëeth. Celui-ci ne put en vouloir à Chïra, tout le monde appréciait le calme régnant sous l’eau chaude d’un bon bain.

« Hm. J’étais venu m’assurer que tout se passe bien, on ne sait jamais. Je ne veux pas m’encombrer d’un autre fardeau. »

L’orgueil avait pris le dessus sur la franchise, et le garçon ne pouvait se résoudre à admettre qu’il avait imaginé plusieurs scénarios, pas tous roses. Grommelant mentalement, il réussit à discerner quelque chose sous l’eau, à travers l’eau teintée et rendue trouble par la saleté : Chïra n’était pas entièrement déshabillée. Le garçon n’était pas un tel pervers, mais pour des raisons sanitaires il se devait de le signaler à la démone. Ou de le faire lui-même. Des tissus moisissant sur la peau d’un être n’apportaient rien de bon, encore plus si celui-ci avait vécu dans une insalubrité conséquente durant les derniers jours, voire semaines, voire plus.

« J’imagine que vous n’allez pas vouloir, mais je vous signale que les bandages entourant votre torse se doivent d’être retirés. »

Sans même attendre une quelconque réponse venant de la tieffeline, il attrapa celle-ci par les épaules et la redressa dans le bain, les yeux mi-clos pour qu’elle puisse conserver son intimité, et entrepris de défaire lesdits bandages. Une paire de canines acérées s’opposèrent à cette entreprise, mais Rëeth tint bon, et finit par trouver le début du bandage. Chïra, elle, se débattait comme une démone ( logique ), et insultait de tous les noms le jeune homme, alors que celui-ci tentait de la résonner à coups de « Vous allez avoir des champignons » et de tirades faisant l’apologie d’un corps sain. Usant même de sa force titanesque, il parvint à immobiliser la démone d’un bras, et à défaire, yeux fermés pour ne rien voir qu’il ne devait pas voir, et tira les bandages, qu’il sentit venir entièrement. Silence. Curieux, il ouvrit les yeux, et ce qu’il découvrit le laissa sans voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

Chïra Ovenstey
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) EmptyDim 26 Oct 2014 - 21:28


Quelques bulles suivies d' un râle s'échappèrent silencieusement de son gosier. Hors de l'eau, la tieffeline se débattait comme un poisson fraîchement pêché, mais le fond de la bassine devenu crasseux ne lui offrait plus les appuis nécessaires. Perdant l'équilibre, elle se rattrapa in extremis au bras de l'humain. Finalement sauvée de la noyade, la créature sembla déposer les armes à ses pieds. Le regard dans le vide, le démon venait de plonger dans les méandres de son passé. Chaque centimètre de peau nue la rapprochait un peu plus de l'humiliation. Le silence de l'humain en disait long sur sa stupeur.
Nul recoin où se cacher, cette fois ci il n'y avait aucune échappatoire. Rien ne viendrait la sauver, pas même l'humour. Une larme sembla perler au coin de ses yeux sombres. Était ce de la rage ou bien du désarroi ? Alors qu'un mince filet d'air vint la faire frissonner, elle trouva le courage de réagir. Bandant ses muscles, elle fit basculer le jeune homme par l'avant lui faisant boire la tasse par la même occasion. Profitant de cette diversion, la créature sauta agilement hors de la bassine se déplaçant tel un cabris avant de regagner la discrétion offerte par le paravent. Rouge de honte, elle masqua sa nudité avec de vieilles frusques laissées par le bibliothécaire. Ainsi vêtue, elle ressemblait à un guignol. Les manches trop grandes pendaient lamentablement le long de son corps filiforme. La traditionnelle chemise en lin lacée par le devant était portée à l'envers dévoilant par la même occasion l'ignoble fresque que constituait son dos.

Ploc Ploc

Une multitude de gouttelettes s'écoulaient lentement le long de son épaisse chevelure. Nez à nez avec l'humain, elle eu subitement un coup de chaud, quand elle aperçu que ses vêtements, autrefois bien amples, étaient venus souligner un peu trop fortement sa musculature. Une main en guise de barrage elle l'interpella sèchement.

-Vous autres, humains, ressemblaient bien à des rats mouillés...aucune tenue...aucune force...


Écartant discrètement les doigts elle continua sur sa lancée.

-Que cherches tu... ? Me domestiquer à force de bons soins... ? Je te remer...reeuuh..remair....remercie...pour m'avoir...sau..sov...çauv..sauvé...mais quand comptes tu me relâcher... ? Je t'ai promis de réaliser ce que tu souhaitais en échange de ce geste que tu as accomplis envers un être du vein...mais ne t'avises pas à vouloir me traiter comme un éclopé que l'on soigne pour se donner bonne conscience.


Prononcer de tels mots lui donnaient des sueurs froides qui s'accentuaient à la vue de la chevelure bleutée plaquée contre le visage de porcelaine du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Quelques menus services (Reeth) _
MessageSujet: Re: Quelques menus services (Reeth)   Quelques menus services (Reeth) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Quelques menus services (Reeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Foire et marché-