''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nargheil Eoss

☼ | Lame claire

________________

avatar
________________


Race : Élu
Classe : Chevalier Solaire
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : ---
Groupe : Anges

Âge : 115 Ans

Messages : 285

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]   Mer 21 Mai 2014 - 22:39

Nargheil chevauchait en plein jour. Devant lui se présentait une tapisserie qui eut fait pâlir les plus grand artistes de Feleth. Le chemin pavé de gris et de rose qui reliait Madorass d'où il venait à Venill s'étendait, interrompu seulement par le ciel au centre de sa vision. Sur les côtés de grands arbres dont les feuilles commençaient à roussir offraient un contraste vif avec l'herbe grasse de la région. Quelques nuages flottaient au dessus de sa tête, projetant parfois leur ombre sur les collines à l'horizon. C'était sans doute un des plus beau paysages que Nargheil ait pu voir en Feleth, mais cela ne restait qu'une affreuse caricature des merveilles d'Adiryl.
Une de ces merveilles, d'ailleurs, se plaisait à courir en riant autours de sa monture. Arléen, tourbillonnante et bondissante dans sa robe rouge et dont les cheveux reflétaient le jour mieux que l'armure de son frère, offrait à la nature sa grâce angélique. D'aucuns auraient pu dire que Feleth allait ternir sa beauté, et ils n'auraient pas eu tort s'il avait été question de tout autre être originaire du Monde d'en haut, mais Arléen, rayonnante, ne pouvait être atteinte par la crasse et la bêtise caractéristique des natifs de ce Monde là.
— Nargheil, regarde, nous sommes presque arrivés !
Effectivement, au loin se dessinaient peu à peu les contours des premières fermes. les alentours de Venill en pullulaient et la vision de quelques unes suffisait pour que Nargheil redoute le moment où il leur faudrait chercher celle qui les intéressait. Pourquoi une ferme, d'ailleurs ? Fallait-il toujours que les anges qui tombaient se complaisent à s'humilier encore dans les endroits les plus sales ? L'élu ne comprenait pas ce qui pouvait mener une Haute-Elfe à le rencontrer ici. Il ne comprenait pas non plus pourquoi elle s'entêtait à vivre parmi des êtres aussi brusques et confus que les humains.
Perdu dans ses pensées, Nargheil ne remarqua que par chance le foulard pourpre qui flottait sur un piquet en bordure du chemin. C'était sans doute le signe dont on lui avait parlé.
Il jeta un œil à la bâtisse en bois qui se dressait derrière le tissu. Les volets clos, le jardin en friche, si on avait voulu faire plus évident il eut fallu pendre au toit un fanion aux couleurs de la résistance. Quelles étaient-elles, d'ailleurs, ces couleurs ?
L'élu descendit de cheval et marcha vers la porte. Il n'avait vu aucune autre monture. Les rebelles avaient du cacher les leurs dans le bois adjacent. Il ôta le casque qui couvrait sa tête, laissant couler sur ses épaules ses cheveux platines avant de frapper deux grand coups sur la porte. il attendit et, comme seuls des bruissements étouffés venant de l'intérieur ne virent lui répondre, frappa le battant de nouveaux. Un humain en tenue de cuir armé d'une épée courte et au visage austère lui ouvrit.
Il le jaugea un instant mais le métal brillant qui composait l'armure de l'élu et sa chevelure éclatante semblèrent le convaincre rapidement et il lui fit signe d'entrer.
Nargheil s'exécuta et la porte fut refermée derrière lui.
L'intérieur de la maison était sombre, quelques rais de lumières filtraient entre les volets clos et venaient strier les murs en dévoilant la poussière qui flottait mollement dans l'air ambiant. L'ange et sa sœur se dirigèrent tous deux à travers un long couloir au plafond bas vers une pièce dont la porte entrebâillée laissait entendre une discussion banale.
— Après toi.
Nargheil sourit à sa sœur et poussa la porte.
La pièce était éclairée par des bougies disposées aléatoirement sur les meubles poussiéreux et abimés. En son centre étaient disposés des fauteuils aux couleurs délavées sur lesquels, assis, discutaient des humains et celle qu'il était venu voir.
— Bonjour.
Sa voix brisa le silence que son arrivée avait instauré et des murmures s'élevèrent lorsqu'il prit place sans attendre sur l'un des fauteuils laissés libres. Ces derniers se turent rapidement, cependant, quand Yria Mal'Zeth, Haute-Elfe aux yeux flamboyants, se leva pour prendre la parole. Et l'élu constata avec étonnement que, lui même, retenait sa respiration, comme si les mots qui allaient sortir de ces lèvres élégantes portaient un poids si lourd que chacun eut peur d'être brisé s'il venait à en interrompre le cours.
— Je ne l'aime pas...
Arléen, comme à son habitude, s'imposant comme exception à la règle.

[HRP]:
 

_________________
Non Arléen, pour la millième fois, non..

Spoiler:
 

Thème musical de Nargheil:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yria Mal'Zeth

Noble Rebelle

________________

avatar
________________


Race : Haute Elfe
Classe : Ensorceleuse
Métier : marchande/informatrice rebelle
Croyances : aucune
Groupe : rebelle

Âge : 234 ans

Messages : 14


MessageSujet: Re: Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]   Sam 24 Mai 2014 - 8:03

Yria était a Venil depuis plusieurs heures dans une petite ferme abandonné aujourd’hui utilisé pour
abriter une réunion d’information des rebelles. Elle était assise sur un siège décoloré par le temps et, bien que ses trait n’en disaient rien, l’énervement la prenait a la gorge depuis qu’elle était arrivé. Et pour cause, d’habitude c’était elle qui fixait les rendez-vous mais cette fois ses supérieurs lui ont imposé un lieu, un horaire, ce point là ne la dérangé pas mais ! Car il y avait un mais : lorsqu’elle arriva quelques heures en avance dans ledit lieu elle trouva une ferme aussi barricadé que si c’était une forteresse. Les hommes qui y étaient assignés n’étaient pas visible, mais si cette maisonnette ne se trouvait pas a Venil, des soldats ennemis auraient été là avant elle. Les rebelles étaient censé recevoir des informations importante par le biais d’un externe, quelle idée se ferait-il d’eux en voyant cette organisation…

Elle poussa un long soupir, résignée et descendit de son cheval. Elle portait une tenue de voyage toute simple, fait d’un tissu gris mais résistant et dans cet accoutrement seul son visage et sa chevelure trahissait une grande féminité. Elle frappa, fut accueillit par un homme au visage fermé qui la laissa passer une fois qu’elle se fut présenté. Il conduisit le cheval de la haute elfe derrière la ferme, à l’abri des regards. Yria pénétra à l’intérieur, il n’y avait que peu de lumière hors de la salle de réunion, elle s’installa dans un siège décoloré par le temps après un bref salut a ses hôtes. Elle patienta, restant hors des conversations, attendant que tout le monde soit là. Finalement ils furent au complet lorsqu’un ange finit par entrer. Yria vit de suite qu’il s’agissait d’un Adirylois, son physique était sans équivoque, son armure et ses cheveux argentés reflétaient la faible lumière des bougies. Les rebelles s’étaient tus, un silence s’installa dans la salle, entre méfiance et curiosité, la voix de Nargheil Eoss fini par relâcher l’atmosphère avec un simple « Bonjour ». Il s’assit et quelque seconde plus tard Yria se leva pour prendre la parole, comme elle avait l’habitude de le faire au début des réunions. Elle parcourut la petite assemblé de ses yeux carmins avant de parler avec le ton froid qu’elle utilisait en publique.

« Bonjour à tous, pour ceux qui ne me connaitraient pas je suis Yria Mal’Zeth et je dirigerai cette réunion. Nous somme aujourd’hui réunis pour faire le point sur les informations a transmettre à nos hommes à travers Feleth. »

Elle observait depuis quelques secondes l’ange assis parmi les hommes. C’était un élu, ses oreilles n’étant pas allongées comme celles des elfes. Il semblait jeune, même pour un être du dessus et son armure rutilante, bien que sobre, supportait le visage fermé de celui qui avait vécu le pire. Elle reprit une courte inspiration puis continua son discours.

« Comme vous le savez tous, la mort du roi Kaul Hendenmark nous a permis de nous installer durablement a Venil. En même temps Beolan a elle aussi pris son indépendance, son régime oligarchique et bien loin d’une royauté et ils peuvent être des alliés très importants, il est donc conseillé a tous ceux qui le peuvent de lier des relations fortes entre nos deux villes. Cependant tous ceci n’est pas de notre ressort et nous nous concentrerons plutôt sur les restes du royaume qui contrôle encore la plus grande partie de Feleth. Les capes blanches par exemple sont désorganisée mais continuent leurs raids sur de petit villages, il nous faut les débusquer et les arrêter. Elles restent le symbole du règne de Kaul. Bon, maintenant que cette mise au point inutile est finie, que ceux qui ont des choses à dire parlent et je me chargerai de transmettre toute information à travers Feleth. »

Elle se tut, se rassit et attendit que les membres de la petite assemblé se levèrent les uns après les autres pour prendre la parole, mais son regard était retombé sur le soldat Adyrilois. Elle était sur de l’avoir vu parler à voix basse quelques secondes auparavant et elle comme il était censé ne connaitre personne ici, le doute l’assaillit. Peut-être était-ce un espion et il y avait un traitre parmi eux. Yria chassa ces pensé de son esprit, elle était trop méfiante, cet ange était là pour donner des informations point. Elle gardera tout de même un œil sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nargheil Eoss

☼ | Lame claire

________________

avatar
________________


Race : Élu
Classe : Chevalier Solaire
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : ---
Groupe : Anges

Âge : 115 Ans

Messages : 285

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]   Mar 10 Juin 2014 - 20:07

Quand enfin vint son tour de parler, il fallu qu'Arléen le tire de ses pensées pour que Nargheil ne se souvienne de la raison derrière sa présence. Les humains l'avaient profondément ennuyé.
Il ne se leva pas, toutefois, comme l'avaient fait les rebelles.

— Afin de présenter les intérêts que je défends, je vais commencer par vous instruire sur un point. Votre soit-disante "victoire", nul doute que chacun avait perçu l'emphase, sur les forces du Royaume n'est aucunement imputable, ni à votre courage, ni à votre talent, ni à votre détermination, ni même à votre chance.

Quelques hommes se levèrent, le visage rougissant et les poings serrés, mais l'élu ne leur accorda aucune attention.

— Non, ce n'est pas le destin qui vous a fait cadeau de votre survie, mais bien nous. Et ce n'était même pas volontaire.

L'un des esprits échauffés de la salle, grand, barbu, bien bâti et dont la confiance abondante au début de la réunion s'était changée en confusion puis en haine s'approcha encore du siège de l'Ange.

— Et de quoi penses-tu nous avoir protégé, exactement ? Insulter la rébellion en présence de ses membres est une chose, prétendre l'avoir sauvé avec autant de prétention en est une autre !

Il était étonnant, remarqua Nargheil, qu'un homme si brusque puisse faire preuve de tant de contrôle qu'on puis le distinguer dans sa rage d'un animal, toutefois, le sot ne se doutait pas une seconde de ce qu'incarnait l'être devant lui. Comment aurait-il pu, par la seule force de son intellect et de son imagination limité, envisager la magnificence qu'incarnaient la terre d'Adiryl et ses habitants ? Ce fut donc de la voix calme de l'adulte qui explique à un enfant impatient que Nargheil lui répondit.

— Mais des hordes de démons qui vous auraient autrement piétinés, ravagés, dévorés et auraient déflorés vos femmes et vos filles dans leur folie sanguinaire, bien sur.

L'élu apprécia le silence qu'engendrait sa réponse mais fut rapidement déçu cependant quand, au lieu de se rasseoir moins sot, l'humain éclata d'un rire sonore qui fut bientôt suivi par la majorité des occupants de la pièce à l'exception de la haute-elfe et de quelques hommes qui devaient avoir été assez sages pour se renseigner un tantinet soit peu sur les hordes maléfiques qui ravageaient leur Monde quelques fois par centenaires. Fallait-il que cet humain stupide s'humilie encore plus en riant de son sauveur ? N'avait-il donc aucun respect pour lui-même ?
Nargheil en resta bouche bée.
Quand enfin les rires se furent moins bruyants et que les membres de la réunion arrêtèrent de se tenir les côtes, l'Ange résolu de reprendre la discussion.

— Qu'y-a-t-il de si drôle, humain, que tu ne puisse te retenir d'insulter tes nobles sauveurs ?

L'homme ne s'adressa pas à lui, toutefois, quand il répondit. Au lieu de quoi, il tourna sur lui même en parlant comme s'il voulait partager son hilarité.

— Entendez-vous camarades ? Notre invité pense-t-il être un Ange des légendes anciennes ? Venu nous défendre de monstres que plus personne ne craint depuis des siècles ?

Oh, pensa Nargheil, voilà qui expliquait tout. Des Athées. Le peuple stupide qu'une minorité d'âmes héroïques mourrait pour défendre dans l'ombre de l'anonymat. Aussi bêtes qu'ils puissent être, Nargheil ne pouvait pas nier à l'humanité une capacité étonnante à faire de grands sacrifices pour des causes stupides. Le résultat était pitoyable, mais l'effort admirable.

— Nargheil. N'oublie pas ton but. Le moyen importe peu, mais il te faut faire agir la rébellion dans le bon sens.

C'était vrai. Et l'élu chuchota un remerciement à sa sœur. Ils n'étaient pas venus pour faire les bouffons. Croyants ou non, ces hommes allaient devoir obéir à l'Empire. Et si ce n'était pas par gratitude, ce serait par peur.
Nargheil reprit son calme à l'aide de profonde inspiration et adopta à nouveau un air détaché. Il n'eut cependant que le temps d'entamer un mouvement qu'Yria Mal'Zeth, qui semblait en avoir assez entendu, se leva, faisant s'arrêter nettes les moqueries des Athées.

L'interrompre était-il devenu une mode ? Se demanda l'Ange.

_________________
Non Arléen, pour la millième fois, non..

Spoiler:
 

Thème musical de Nargheil:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yria Mal'Zeth

Noble Rebelle

________________

avatar
________________


Race : Haute Elfe
Classe : Ensorceleuse
Métier : marchande/informatrice rebelle
Croyances : aucune
Groupe : rebelle

Âge : 234 ans

Messages : 14


MessageSujet: Re: Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]   Jeu 19 Juin 2014 - 12:11

La haute-elfe avait écouté chacun de ses compatriotes avec attention tout en observant l’élu qui lui faisait face. Il ne semblait que très peu intéressé par ce qui se déroulait autour de lui et s’était presque assoupi. Cependant lorsqu’il prit la parole il n’y alla pas de main morte : rabaissant ouvertement la rébellion au profit d’Adyril que seulement peut d’être humain ici ne connaissaient. Bien entendu comme l’assemblé comportait des hommes au sang chaud, il ne tardèrent pas à réagir à l’insulte que l’ange avait proféré.

Et là, cerise sur le gâteau, il aborda le sujet des démons pour tenter de faire plier celui qui lui faisait face. Bien entendu ce n’eut pas l’effet escompté et pour cause : très peu de felethien était au courant de l’existence des deux autre monde. S’était-il simplement renseigné sur eux avant de venir attaquer ouvertement leurs valeurs ? Un grand rire parcourra la salle pendant plusieurs minutes et pendant ce temps il ne semblait pas en comprendre la cause.

— Entendez-vous camarades ? Notre invité pense-t-il être un Ange des légendes anciennes ? Venu nous défendre de monstres que plus personne ne craint depuis des siècles ?

Cette phrase sembla être le déclic qui permit à l’élu de comprendre la situation, un sourire suffisant apparu sur son visage. Que s’était-il imaginé encore ? Peu importe, Yria qui était restée impassible jusqu’ici décida d’intervenir, Elle irai droit au but et s’expliquerai avec les autres rebelle après coup.

« Il me semble que vous ne vous êtes pas assez renseigné sur les felthien, élu. Sachez que seul très peu d’érudit ont connaissance de Vein et d’Arydil et qu’il est donc normal que de telles déclarations restent sans effet. Cependant vous avez certainement choisi de venir à notre rencontre aujourd’hui justement parce que vous ou vos supérieurs saviez qu’au moins une personne entendrait la teneur de votre message. Malheureusement pour vous, je ne suis pas disposé à vous laissé insulter délibérément ce pourquoi nous avons tous agis ici et nous ne céderons pas devant des menaces invisibles. »

Sa voix était resté froide et sans compassion mais chacun pouvait lire dans ses mots que le comportement de cet invité n’était pas le bienvenu.

« De plus, il me semble que vous vous sentez bien trop supérieur au habitant de ce monde pour pouvoir faire de la diplomatie. Vous êtes certainement très jeune pour un élu et je pense que je n’ai que très peu de chance de me tromper. Votre discours suinte d’orgueil, vous semblez torturé, vous parlez seul, peut être cachez vous derrière votre titre d’élu quelque chose de sombre. Mais peu importe, ici vous êtes au même niveau que tout ces felethien et vous êtes censé apporter des informations utiles et non pas critiquer notre travail pour la beauté d’Adyril. »

Elle savait qu’elle devrait expliquer à ces hommes le pourquoi du comment plus tard, mais pour le moment seul lui importait de pouvoir avoir une discussion construite et à pied d’égalité avec cet élu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nargheil Eoss

☼ | Lame claire

________________

avatar
________________


Race : Élu
Classe : Chevalier Solaire
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : ---
Groupe : Anges

Âge : 115 Ans

Messages : 285

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]   Jeu 19 Juin 2014 - 23:07

Nargheil était étonné. Cette haute-elfe, Yria Mal'Zeth, il en avait entendu parler, mais il avait été bien loin de réaliser que les rumeurs à son sujet étaient vraies. Elle faisait partie des anges qui défendait les humains et les traitaient comme des égaux... Quelle idée étrange.
L'élu n'était pas là pour étudier les modes de vie de son interlocutrice cependant, et Nargheil se dut de la remercier intérieurement pour lui avoir rappeler ce fait. Insulter des hommes était un gaspillage du temps précieux qu'on lui avait octroyé pour remplir son devoir.
Inspirant et expirant plusieurs fois pour éclaircir son esprit, il se décida à briser le silence qu'avait engendré la déclaration de la haute-elfe.

— Veuillez m'excuser. Commença-t-il, Vous avez tout à fait raison, je ne suis pas un diplomate, ne l'ai jamais été, et n'ai jamais voulu l'être. Et peu importe ce qu'aimeraient prétendre les oracles, Adiryl n'est pas la main bienveillante qui protège les peuples du milieu. Assez d'enrobage, j'ai fait une erreur que je vais réparer. J'ai argumenté. L'élu laissa ses paroles être assimilées avant de continuer, voilà ce qu'il se passe réellement. La résistance ? Le royaume ? Tout ça n'est rien. Vous n'êtes que passagers, vos vies sont éphémères, vos idées périssables et vos gouvernement illusoires. Une guerre entre humain ? Un petit centenaire et vous oubliez pourquoi vous vous battez. Vous ne serez rien de plus dans le futur qu'un nom gribouillé au terme d'un grimoire historique perdu dans des archives poussiéreuses... Je ne viens pas ici pour influer ce genre de querelles impotentes. Je parle d'un conflit qui dirige vos existences depuis toujours, un conflit plus vieux que la terre même sur laquelle vous marchez. Les anges et les démons s'entretuent pour la domination de Feleth depuis qu'elle existe. Vos religions, vos politiques, ne sont que le reflet de ces conflits. Les démons apportent la corruption dans vos vies, les anges vous utilisent pour les affronter. Le royaume ? Certainement l'idée d'un démon qui s'ennuyait. La rébellion ? Sans doute inspirée par un bataillon de Séraphins de passage. Vous ne connaissez rien de la guerre. Nous la pratiquions déjà avant que vous n'inventiez la religion...

Encore une fois, il se laissait emporter. Qu'attendaient les oracles en envoyant un simple soldat s'occuper de diplomatie ? Espéraient-ils un résultat autre qu'un conflit ouvert avec la rébellion ?
L'élu prit de nouveaux une grande inspiration avant de continuer, indifférent aux regards haineux que lui lançait la haute-elfe. Il aurait le temps de lui parler quand les humains auront reçu son message.

— Voilà ce qu'il va se passer. Nous allons vous utiliser, et vous allez vous laisser faire. Et vous savez pourquoi ? Parce qu'un peuple qui se bat depuis toujours contre des horreurs hors de votre imagination vous l'ordonne et que vous n'êtes pas en position de refuser.

Nargheil se laissa retomber sur son siège où il s'était dressé pour appuyer son discours. Il n'était vraiment pas fait pour discuter avec des humains. Ni avec qui que ce soit. Ordonner des soldats ? Facile, il suffisait de savoir ce qu'il fallait faire et quand le faire. Ordonner des tacticiens et informateurs ? Un mystère, il fallait les manipuler, utiliser les bons mots aux bons endroits... La haute-elfe était sans doute très douée pour cela, après tout, l'élu n'était pas aveugle aux regards d'admirations que lui lançaient les rebelles, mais lui ? Il n'était qu'un militaire. Il n'avait d'autorité qu'auprès de ceux qui étaient prêt à obéir.
Et il venait de lâcher sa dernière carte. La menace de l'Empire des anges. C'était un argument creux, en vérité. Nargheil aurait probablement pu tuer chaque personne dans cette salle une par une, mais cela n'aurait servi à rien, et l'Empire n'allait certainement pas bouger ces précieuses troupes pour faire plier quelques humains. Avec un peu de chance, toutefois, cela suffirait à les impressionner, et Yria Mal'Zeth ne se serait pas tenu informée des récentes déboires d'Adiryl...
Avec un peu de chance... L'ange ne se trompait pas lui-même. La chance l'avait quitté lorsqu'elle avait prit la parole pour la première fois. Son seul espoir résidait maintenant dans le fait qu'elle soit prête ou non à obéir à l'Empire.

Personne ne lui répondit. Les humains devaient sentir que la bataille ne leur appartenait plus. Le conflit, désormais, n'évoluait qu'entre les deux anges. Elle avait l'avantage de pouvoir influencer chaque homme ici, lui pouvait produire n'importe quel argument sous couvert d'être un officiel de l'Empire. C'eut été une victoire facile s'il avait seulement su se servir de ses atouts.

_________________
Non Arléen, pour la millième fois, non..

Spoiler:
 

Thème musical de Nargheil:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des Anges et des Hommes [PV Yria Mal'Zeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Fermes-