''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Zyl'hote Veophobia, liche végétale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Zyl'hote Veophobia

Buveur de sève

________________

Zyl'hote Veophobia
________________


Race : Syrinx
Classe : Liche végétale
Métier : Alchimiste, botaniste
Croyances : le Fils de la Forêt
Groupe : Les Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 227 ans

Messages : 49


Zyl'hote Veophobia, liche végétale _
MessageSujet: Zyl'hote Veophobia, liche végétale   Zyl'hote Veophobia, liche végétale EmptyDim 22 Juin 2014 - 3:33

* * *

Personnage

Nom :  Veophobia
Prénom : Zyl'hote
Rang : Buveur de sève
Âge : 227 ans.
Sexe : Masculin.

Race : Syrinx (figuier étrangleur).
Classe: Liche végétale.
La liche végétale est un être vivant qui s'est libéré de la mortalité en utilisant ses pouvoirs de Syrinx principalement. Suite à un complexe rituel, la liche végétale vide l'intérieur de son corps pour le remplacer par différents éléments végétaux de son choix. Pour se maintenir en vie pendant l'opération, il doit absorber la vie d'êtres intelligents (humains, elfes etc...). Une fois que le "remplissage" est achevé, la liche fait un "pacte" magique avec toutes les plantes qui l'habitent : il les protège, elles le protègent. Cela donne à sa peau la solidité du bois, et accorde une maîtrise parfaite, ou presque, de la magie végétale. Les plantes poussent grâce à la terre et à l'eau, c'est pour cette raison que la liche végétale obtient la possibilité d'user de ces deux magies. Le poids des années ne peut tuer une liche végétale. En revanche cette dernière sera très vulnérable au feu. Si Zyl'hote est totalement vidé, il meurt. A noter que la liche végétale se meut comme si son corps était encore fait de chair et de sang. Le corps de Zyl'hote est rempli de toute sorte de plantes : gui, rhododendron, massifs de ronces, gerbes de blés etc... Pour que le pacte continue de faire effet, la liche végétale a besoin de consommer de la sève régulièrement (un petit litre par jour).

Métier : Alchimiste, botaniste.
Croyances : Le Fils de la Forêt.
Il s'agit d'un démon que Zyl'hote vénère comme un dieu. Elle lui sauva la vie, après l'avoir presque prise. La créature était d'une telle puissance qu'elle faisait pousser des arbres sur son passage, même sur le tronc d'autres arbres ou sur la surface de l'eau. Elle était même capable de donner naissance à des animaux bizarres et inconnus... Mais d'une manière général, Zyl'hote considère tous les démons les plus vieux comme des dieux.
Groupes :  Les Adorateurs de l'Arcane XIII

* * *

Équipement : En plus de ses vêtements, il porte une besace de tissu à l'intérieur de laquelle il range ses graines, des flacons de sève et quelques autres potions et poisons qu'il a concocté. Il emporte également un petit livre à l'intérieur duquel il fait l'inventaire de toutes ses créations.

Talents de combat physique : Nope.

Talents de magie :

  • La magie qu'il préfère utilisé est sans nul doute celle des plantes. C'est une magie de vie, bien plus belle que l'horrible nécromancie qu'il exècre plus que tout. Cette magie végétale permet à Zyl'hote de faire apparaître toutes sortes de plantes, qu'elles existent déjà ou non. Des ronces peuvent s'enrouler autour de ses bras, des branches semblables à des mains pousser à même le sol, des racines ligoter un pauvre humain de la tête au pied etc... Toutefois, cette magie là ne dure pas, elle est éphémère. La vigne étrangleuse disparaîtra une fois son oeuvre terminée, les fleurs faneront au bout de quelques heures.
    Cependant, depuis qu'il est devenu une liche végétale, Zyl'hote a obtenu l'incroyable possibilité de créer la vie. Il s'agit là de sorts d'une extrême complexité, qui permettent de donner naissance à des graines, qui donneront par la suite des végétaux qui auront leur vie propre. Il pourra néanmoins les contrôler. Ces formes de vies peuvent être tout à fait bizarres et incompréhensible, allant de l'arbre carnivore aux ronces empoisonnées en passant par de l'herbe étrangleuse. Leur croissance sera similaire aux végétaux dont s'est inspiré Zyl'hote, même s'il peut l'accélérer en combinant sa magie de la terre et de l'eau.


  • Zyl'hote est désormais capable d'user, de manière assez efficace, de la magie de l'eau. Il s'en sert pour faire tomber une fine pluie dans un faible rayon autour de lui (deux ou trois mètres) pour l'aider à faire pousser ses plantes. Il l'utilisera également pour projeter des lances aqueuses sur chaque flamme qu'il voit, ou repousser ses adversaires en créant des torrents plutôt puissants


  • Sa magie de la terre se cantonnera plutôt à une sorte de magie de la boue : Zyl'hote se plait à transformer tout un terrain en un gigantesque bourbier en combinant eau et terre. Une vase gluante et collante, de laquelle on peine à se sortir seul. Il peut également créer un épais cocon de boue solidifiée à l'intérieur duquel il s'abritera. Cette terre humide est idéale pour la botanique, et ses plantes poussent vite lorsqu'elles sont plantées dedans.

Talents divers : Zyl'hote a toujours aimé l'alchimie. Il est plutôt doué lorsqu'il s'agit de créer divers poisons aux effets surprenants, mais également des drogues renforçant le corps ou encore des philtres aux vertus aléatoires. S'il adore les créer, il ne les utilise jamais et préfère les vendre ou les donner. Depuis sa transformation, Zyl'hote s'est découvert une véritable passion pour la botanique et il passe donc de longues heures à donner vie à de nouvelles plantes. Il utilisera leurs graines pour combattre.

Pouvoirs particuliers : Grâce à son sang de Syrinx, lorsqu'il se trouve entouré d'arbres, la végétation qui le compose se régénère plus rapidement, tout comme son enveloppe physique. Il est capable de "communiquer" avec la flore, de ressentir ses douleurs, besoin et ressentiments. De plus il a la possibilité de conclure des "pactes" avec celle-ci. Cela lui permet de jurer allégeance à une (ou plusieurs) plante donnée, et de lui accorder sa protection, en l'échange de quoi, elle le maintiendra en vie. C'est grâce à cela qu'il a pu devenir une liche végétale.
Tout comme le figuier étrangleur tue à petit feu les arbres sur lesquels il pousse, Zyl'hote a la possibilité de lentement absorber la vie d'autres être vivants. Le processus est extrêmement long (pour tuer une personne cela prendra des jours). C'est grâce à cela qu'il a pu survivre au rituel de transformation en liche végétale.

* * *
Apparence physique : Sa peau est aussi blanche que la neige, contrastant agréablement avec le vert sombre des nombreuses marques qui couvrent son corps. Des tatouages tout à fait normal, mais bon, même Zyl'hote est capable de faire attention à son apparence. Son visage est émacié. Son nez est crochu, ses joues creuses. Quant à ses lèvres, deux fins traits verdâtres qui sont souvent étirés en un sourire moqueur. Ses yeux luisent d'un bleu turquoise envoûtant et absolument pas naturel. Ses cheveux noirs sont tirés en arrière et dissimulé par une épaisse capuche blanche, qui sert principalement à cacher les hauts bois de daims qui ornent son crâne.
Son étrange tête de syrinx repose sur un cou fin et anormalement long, qui est barré d'une étrange cicatrice représentant des branches se refermant autour de sa gorge, comme pour l'étrangler.  Son corps, mesurant pas loin du mètre quatre-vingt est aussi fin qu'une brindille, tout en ayant l'air aussi noueux qu'un vieux chêne. Ses bras maigres se terminent par des mains griffues, dont les ongles mesurent une bonne dizaine de centimètres. S'il a les mêmes au pied, nul ne le sait, car Zyl'hote porte constamment une épaisse robe immaculée, qui traîne au sol. Ce même habit commençant seulement au niveau des hanches de Zyl'hote, dévoilant son torse d'une pâleur cadavérique couvert de marques sombres. Dévoilant l'ignoble plaie couturée qu'il a de la poitrine au bas-ventre. La capuche n'est donc pas relié à la robe : certes c'est étrange, mais c'est comme ça que la liche végétale souhaite être vue. Zyl'hote porte en bandoulière une besace dans les mêmes tons, regorgeant de dizaines de poches.

Caractère, personnalité : Zyl'hote est... différent. La folie n'est pas le terme qui le caractérise le mieux, le Syrinx faisant preuve d'une grande lucidité. C'est simplement que sa transformation en liche végétale a eu des effets sur sa façon de penser. Désormais il traite toute chose mortelle avec condescendance. Sans être purement méprisant, il a conscience de sa supériorité et est incapable de l'ignorer. Son visage semblerait presque figé sur un masque de vanité, tant Feleth est rempli de pitoyables mortels. Il a donc peu de considération pour leur vie, exception faite de tous les végétaux, qu'il considère comme des membres de sa famille. A l'inverse, il voue un véritable culte à l'égard des démons les plus puissants : ce sont des dieux pour lui. Si un mortel prouve sa valeur, il saura le traiter comme son égal.
Zyl'hote est un collectionneur. Notamment, il garde précieusement un échantillon de chaque végétal qu'il rencontre et qu'il crée. Mais il sera également du genre à collectionner les potions, les trophées macabres et, bien entendu, les connaissances et informations (qu'il consigne dans des livres).
S'il ne le montre pas, Zyl'hote est un être mélancolique, qui ne sait pas s'il doit se réjouir de son immortalité ou au contraire regretter son geste. Il est dévoré par la peur de s'ennuyer, et cherche désespérément à comprendre comment les plus anciennes créatures des trois mondes sont capables de continuer à avoir l'envie de vivre. Il est donc constamment en quête de nouveauté, cela fait donc de lui quelqu'un de curieux, mais surtout un éternel insatisfait. Ou plutôt un immortel tourmenté...

Histoire :

Citation :
"Zyl'hote Veophobia naquit dans les bras d'un cadavre. L'arbre qui l'avait engendré venait tout juste d'en tuer un autre, et c'est entre des branches à l'agonie que le Syrinx vit le jour. Pathétiquement faible, il fuit le Vein aussi vite que possible. Un monde aussi sombre et violent, il ne pouvait pas y survivre... Il grandit alors sur Feleth, entre les troncs de l'inextricable Forêt des Amanites. Seul il était, bien entendu. Qui aurait voulu de la compagnie d'une créature bizarre aux mains griffues, et aux bois de cerf ? La végétation était sa seule amie, et cela lui suffisait amplement. Il tissa un lien très fort avec la flore des lieux, allant jusqu'à ressentir sa peine et sa douleur, ses joies et ses besoins. Les années passèrent peu à peu, et le démon apprit à se défendre, à l'aide d'une magie qu'il comprenait encore que peu. S'il ne la comprenait pas mieux, il la maîtrisait de plus en plus, jusqu'à être capable de faire naître des vignes sous ses pieds, des ronces de ses doigts, et des épines sur sa peau. Les animaux eux-mêmes commencèrent à redouter ce nouvel arrivant qui régnait désormais en maître sur une petite clairière, où une bicoque taillée entre plusieurs troncs trônait.

Des décennies plus tard, Zyl'hote était devenu un dieu. Les plantes s'écartaient sur son passage, la faune tremblait devant son regard et les humains et elfes s'agenouillaient devant lui en lui faisant diverses offrandes. Fort heureusement, ces derniers ne venaient l'importuner que rarement, ils avaient bien trop peur de sa puissance... Mais le syrinx n'allait pas tarder à apprendre qu'il n'était rien de plus qu'une brindille, un fétus de paille. Le Fils de la Forêt apparut, s'extirpant des tréfonds les plus noirs de la jungle... Son interminable corps serpentin brisait des arbres millénaires comme s'il s'agissait de petit bois, ses immenses cornes éventraient tout ce qui passait à leur portée, ses bras démembraient tout être vivant. Mais dans son sillage, en lieu et place de la désolation, il laissait de nouvelles formes de vie. Un gigantesque saule avait surgi de terre, un massif de châtaignier aussi, et des dizaines d'autres arbres. Un palmier avait prit racine sur la surface d'un lac... Des daims au pelage iridescent se prélassaient sous cette canopée nouvelle, des oiseaux disposant de quatre paire d'ailes chantaient, des insectes gros comme des chats rampaient en cliquetant.
Et en traversant la clairière, le Fils de la Forêt avait presque déchiqueté le pauvre corps, si fragile, de Zyl'hote. Étendu sur le dos, son corps reposait dans l'herbe émeraude, si paisible... Et une tâche écarlate grandissait sous lui, alors que la vie le quittait. Finalement, il n'avait rien d'un dieu. Il était aussi mortel qu'un pauvre humain, pas moins éphémère qu'un papillon... Sa poitrine était agitée de soubresauts, comme s'il s'accrochait désespérément à la vie. Silencieusement, le Syrinx hurlait. Et là, comme s'il avait entendu son appel, le démon qui l'avait presque tué réapparut devant lui. Ses bras maigres étaient croisés sur un torse humain, lui même surmonté d'une tête caché par des algues et de la mousse. Ses immenses cornes semblaient animées de leur volonté propre. Ses doigts crochus se rapprochèrent de la plaie béante qui était ouverte sur le ventre de Zyl'hote, et une magie lumineuse s'en échappa, pour fermer la blessure. Et tout devint noir.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, Zyl'hote se sentait plus en forme que jamais. Et pourtant quelque chose était mort en lui. Le syrinx avait pris conscience de son horrible faiblesse et il était terrifié au plus haut point. Il n'était qu'un insecte finalement. Une créature dont la vie finirait par s'éteindre un jour ou l'autre. Et cela, il n'était pas prêt à l'accepter... Une lueur violente étincela dans le regard du démon. Par tous les moyens il se libérerait des chaînes de la mortalité. Sa clairière devint un temple de l'horreur où les expériences les plus traumatisantes se déroulaient, avec pour seul témoin le syrinx fou. Et un jour, il finit par trouver la solution. Il aurait à faire des choses horribles, mais de toute façon, il était déjà allé trop loin, il ne pouvait plus retourner en arrière. Si seulement il savait...

Si seulement il savait à quoi il s'engageait en entamant ce rituel, peut-être n'aurait-il jamais rêvé d'immortalité."

Avec précaution, je refermai le carnet puis me séchai l'ongle qui me servait de plume. Quelle sensation étrange de se dire que les mots que l'on consignait, n'était que le récit d'un lointain passé. Furtivement, je me surpris à rêver de cette époque où je vivais en paix. Mais que j'étais jeune et naïf ! Comment pouvait-on apprécier la vie en sachant qu'elle pouvait s'éteindre à tout moment ? Tout était bien mieux maintenant que j'avais trouvé le moyen de maintenir la mort à distance. Et pourtant... Pourquoi cette petite voix ne cessait-elle de me contredire ? Elle ne cessait de me murmurer que l'immortalité n'était qu'ennui, que l'éternité était une punition... Non c'était là des pensées de faible. Ce que je n'étais plus, assurément. Du moins, je m'efforçais de ne plus l'être... La migraine me transperçait le crâne. Mais, le rituel n'était pas censé de me délivrer de ces désagréments que l'on nomme "maladies" ? A croire que la souffrance me manquait tellement que je me mettais à l'imaginer... Dans un élan rageur, je déchirai le petit livre qui racontait ma vie. De toute façon, je ne cessais de l'écrire, de le détruire, puis de le réécrire. Une boucle sans fin. Tout comme ma vie désormais.
Avais-je réellement fait le bon choix ?
Je contemplai un court instant mon reflet dans le miroir. J'étais monstrueux, plus encore depuis que j'étais une liche végétale. Mieux, j'étais monstrueusement puissant. Mon regard se porta alors sur ma bibliothèque, dont les étagères étaient couvertes de livres oui, mais également de plantes en pot. Toutes mes créations... La mort m'aurait empêché d'avoir une aussi belle collection c'était certain. Alors que mes yeux voguaient à travers ma demeure, je ne pus m'empêcher de penser à ce démon qui avait changé ma vie. Le Fils de la Forêt. Un véritable modèle, un idéal inaccessible, un dieu véritable. Les anciens démons, des êtres immortels... Il me fallait en savoir plus sur eux ! Plus qu'une envie, c'était un besoin violent. Comment de telles créatures appréhendaient-elles leur immortalité ? J'avais besoin de comprendre, moi qui souffrait tant... Je secouais la tête et quitta mon manoir sylvestre, bâti dans les ténèbres de la canopée. J'avais récemment eu vent d'un groupuscule adorateurs de démons, ils pouvaient sans doute m'aider. Alors que mes pieds nus foulaient l'herbe, je sentais monter en moi ma magie créatrice. Les paupières closes, je m'agenouillai et donna naissance à une petite fleur rose, entourée de ronces venimeuses. Si j'avais été mortel, je n'aurais jamais eu une telle maîtrise de mes pouvoirs. Un sourire faible étira mes lèvres et je soupirai :
- J'ai fait le bon choix. Enfin je crois...


En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Souvent, Feleth étant une des terres que j'apprécie le plus dans les landes de l'Internet.

Comment avez-vous découvert le forum ? Double-compte d'Alen'di Zahard. Après le natif du désert banni des sables, le syrinx buveur de sève.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Top, j'aime toujours autant.



Test-RP

Tout était prêt pour le rituel.
J'étais allongé sur le dos sur un rochet plat, avec tout autour de moi des humains inconscients, ligotés. Tous me touchaient de leur mains, contre leur gré. Je levai alors mon bras droit, lentement, prenant un soin tout particulier à ne rompre le contact avec aucune de mes victimes. Puis le poignard que je tenais s'enfonça dans ma poitrine. La douleur explosa en moi, irradiant de toute sa force chaque parcelle de mon être. J'aurais du mourir d'une telle blessure, mais je me maintenait tant bien que mal en vie, en dérobant celle des dizaines d'humains que j'avais rassemblé là. Mais rien ne pouvait atténuer cette incommensurable souffrance, non rien ne pouvait rendre le calvaire supportable. Mais il me fallait continuer. Toujours lentement je força sur le manche du couteau, poussant la lame à travers peau, chair et os. Je ne m'arrêtais que lorsqu'elle atteint le bas de mon ventre, ouvrant une plaie béante sur mon torse. Alors que je continuais à respirer, la blessure s'ouvrait et se refermait comme la gueule du plus macabre des démons. Et le sang, tout ce sang qui giclait, repeignant la pierre en rouge vif. C'était maintenant que le plus difficile commençait : comme un vulgaire poisson, je devais me vider de toutes mes entrailles, de tous mes os. Des cris inhumains résonnaient dans la clairière alors que mes griffes creusaient à l'intérieur de ma propre poitrine. Des jours durant, je vacillai aux portes de l'oubli, alors que j'enlevai, un à un, chacun des organes qui m'avait fait vivre jusque là. Le plus dur fut sans aucun doute le crâne.... Psychologiquement, il fut terriblement difficile de me séparer de mon coeur. Mais physiquement, sentir mon visage s'écraser sur lui même, priver de tout support fut la sensation la plus horrible que je ressentis. Et je savais que plus jamais je n'aurais à subir pareil torture. Il était tout bonnement impossible d'égaler la douleur et le mal-être alors ressentis...
Bientôt il ne resta de moi qu'une enveloppe de peau vide. Et pourtant la magie continuait à me maintenir vivant, me permettant même de me mouvoir comme si j'étais encore plein et entier. Mes doigts crochus, leur oeuvre destructrice achevée, commencèrent alors à me redonner vie. Saisissant les différentes plantes que j'avais préparé, je me remplis peu à peu le corps. Toutes les plantes avaient un sens, mais sur le coup j'avais oublié tout cela. Tout ce qui comptait était de finir cette sinistre besogne. Et enfin, une sensation de bien-être incomparable s'empara de mon être, et je succombai à l'inconscience, épuisé. Mais vivant.

Lorsque je rouvris les yeux, je sus aussitôt que j'étais parvenu à mon but. Je pris un fil noir assez épais et renfermai l'énorme plaie qui barrait mon torse, empêchant ainsi les plantes de s'échapper. Seulement alors je m'autorisai à rompre le contact avec les êtres humains, qui étaient sur le point de mourir, vidé de leur énergie vitale. Le pacte fait avec la flore qui vivait en moi était conclu, je n'avais besoin plus que d'elles. La magie irradiait mon corps. La flore qui m'habitait faisait désormais autant partie de moi que je faisais partie d'elle. Je bénis mon sang de Syrinx qui avait grandement facilité le rituel puis me remit sur pied. La tâche fut ardu : c'était comme si je renaissais dans un corps totalement différent.
Étirant mon corps végétal, je compris aussitôt que si je devais être séparé des plantes qui m'habitaient, je ne pourrais survivre. Mais elles non plus. Terrifiées à l'idée de survivre, elle rendirent ma peau aussi solide que le bois, et augmentèrent drastiquement mes capacités magiques.
J'étais elles, elles étaient moi. J'étais toujours Zyl'hote Veophobia, mais désormais je ne craignais plus rien. Je renaissais alors que j'étais mort. J'étais devenu l'unique liche végétale de ce monde... Soudain une soif dévorante me broya les entrailles - du moins si je puis encore parler d'entrailles. Mais je n'avais plus besoin d'eau, non. D'un mouvement de bras je déchira l'écorce de l'arbre le plus proche, puis plaqua ma bouche contre le trou, buvant goulûment la sève qui s'en échappait.



* * *


Dernière édition par Zyl'hote Veophobia le Dim 22 Juin 2014 - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

Uridan Sangried
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Magesang
Métier : Marquis des Plateaux de Lune
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 524

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

Zyl'hote Veophobia, liche végétale _
MessageSujet: Re: Zyl'hote Veophobia, liche végétale   Zyl'hote Veophobia, liche végétale EmptyDim 22 Juin 2014 - 12:09

Un Syrinx/épouvantail en mode vampire des plantes !!! YAY !!!!

Un grand re-bienvenue Alen'di =)

Alors, pour moi il n'y a qu'un soucis, c'est pour tes pouvoirs magiques sur la terre et l'eau : deux points.

- tu ne les cites pas dans la description de ta classe, donc ces magies devraient normalement apparaître dans les pouvoirs particuliers, mais alors pour des pouvoirs particuliers :
-leur intensité est vraiment énorme, surtout pour une classe dont, selon ce que j'en lis, la maîtrise de la magie de la nature est déjà phénoménale.


Donc pour moi, mais ça peut se discuter si tu y tiens :
soit il faudrait passer ces magies en pouvoirs particuliers, et retirer les effets de surpuissance (le torrent qui peut noyer les gens/les tonnes de rochers qui broient les gens), ce qui te laisse une maîtrise très acceptable malgré tout.
soit tu modifies légèrement la description de ta classe pour y incorporer la maîtrise de ces deux éléments, et à ce moment-là tu peux les laisser tels-quels sur ta fiche =)

Voilà, j'ai dis ce que j'avais à dire o/

PS : j'adore ton test rp >.>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zyl'hote Veophobia

Buveur de sève

________________

Zyl'hote Veophobia
________________


Race : Syrinx
Classe : Liche végétale
Métier : Alchimiste, botaniste
Croyances : le Fils de la Forêt
Groupe : Les Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 227 ans

Messages : 49


Zyl'hote Veophobia, liche végétale _
MessageSujet: Re: Zyl'hote Veophobia, liche végétale   Zyl'hote Veophobia, liche végétale EmptyDim 22 Juin 2014 - 14:24

Merci pour ces compliments et pour la réponse aussi rapide ! *-*
D'accord je n'avais pas compris cette subtilité vis à vis des pouvoirs particulier et des talents de magie. Comme je trouve que les plantes, l'eau et la terre vont vraiment bien ensemble, j'ai légèrement modifié la description de la classe "liche végétale". Mais comme tu m'as aidé à me rendre compte que j'avais un peu abusé niveau puissance, j'ai aussi modéré la maîtrise des deux dernières magies, de sortes à ce qu'elle ne soient plus mortelles, seulement affreusement chiantes pour les adversaires de Zyl'hote. Razz

J'ai ajouté :
Classe :"Les plantes poussent grâce à la terre et à l'eau, c'est pour cette raison que la liche végétale obtient la possibilité d'user de ces deux magies."

J'ai modifié :

Magie de l'eau : "Zyl'hote est désormais capable d'user, de manière assez efficace, de la magie de l'eau. Il s'en sert pour faire tomber une fine pluie dans un faible rayon autour de lui (deux ou trois mètres) pour l'aider à faire pousser ses plantes. Il l'utilisera également pour projeter des lances aqueuses sur chaque flamme qu'il voit, ou repousser ses adversaires en créant des torrents plutôt puissants"

Magie de la terre : "Sa magie de la terre se cantonnera plutôt à une sorte de magie de la boue : Zyl'hote se plait à transformer tout un terrain en un gigantesque bourbier en combinant eau et terre. Une vase gluante et collante, de laquelle on peine à se sortir seul. Il peut également créer un épais cocon de boue solidifiée à l'intérieur duquel il s'abritera. Cette terre humide est idéale pour la botanique, et ses plantes poussent vite lorsqu'elles sont plantées dedans."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Uridan Sangried

Maître du sang

________________

Uridan Sangried
________________


Race : Vampire-Seirdan
Classe : Magesang
Métier : Marquis des Plateaux de Lune
Croyances : aucune
Groupe : Arcane XIII

Âge : 1327 ans

Messages : 524

Fiche de Personnage : Le Dieu du sang vous accueille

Histoire de Personnage : Avant l'arcane :
1-2
1-2-3-4

prélude à l'arcane :
1-2-3
1-2-3-4-4bis-4ter-5

Divinisation :
1-2-3-4-5

Dieu arcaneux :
1-2-3-4-5-6-7-8-9

Prélude à la chute :
1-2-3-4

Zyl'hote Veophobia, liche végétale _
MessageSujet: Re: Zyl'hote Veophobia, liche végétale   Zyl'hote Veophobia, liche végétale EmptyDim 22 Juin 2014 - 15:16

Et bien tout va bien !!!

Ce qui que du coup j'ai plus qu'à faire un truc, moi le démon (demi) âge de plus d'un millénaire !!! (si tu veux je te montrerai comment on fait pour pas s'ennuyer, j'ai commencer à me pencher sur la débauche à ton âge ;D )

Bref, par mes pouvoirs divins et le sang des innocents !!!

JE
TE
VALIDE !!!
(pour toute validation, un tampon usagé vous est offert : veuillez en prendre soin)

Zyl'hote Veophobia, liche végétale 111

u peux modifier ton profil si c'est pas déjà fait, et attendre un autre gens pour te donner un autre tampon et te verser de la peinture sur la gueule o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Zyl'hote Veophobia, liche végétale _
MessageSujet: Re: Zyl'hote Veophobia, liche végétale   Zyl'hote Veophobia, liche végétale EmptyDim 22 Juin 2014 - 17:56

N'oublie pas que toutes les plantes ont besoin de lumière.

Je te valide, passe ici pour ton rang :
Zyl'hote Veophobia, liche végétale 211

Néro, Elem est venu ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Zyl'hote Veophobia, liche végétale _
MessageSujet: Re: Zyl'hote Veophobia, liche végétale   Zyl'hote Veophobia, liche végétale Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Zyl'hote Veophobia, liche végétale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-