''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   Mer 9 Juil 2014 - 18:08

Des rumeurs, quelques bruits de couloir et pourtant l'éclaireuse était sur le qui-vive. L'influence de l'Arcane dépassait trop souvent les murs du manoir. Retroussant ses manches, la créature fit de même avec son pantalon et réalisa deux ourlets de taille différente. Qu'importe ! Le voyage jusqu'à Venill allait être long et elle préférait prendre toutes les précautions nécessaires, au risque de voir l'humaine s’énervait une énième fois sur l'état de ses frusques. Soignée et pomponné comme une sauvageonne, elle laissa à l'attention de l'Oeil noir le cadavre, déjà bien sec, d'une souris qu'elle déposa avec amour sur son pallier. Ayant signalé par cette offrande qu'elle s'absentait quelques jours, la jeune femme pu se mettre en route.

Venill était une ville boueuse, mais son installation tenait le coup et jusqu'ici elle s'était débrouillée pour ne pas tacher ses habits. Confortablement installée au sommet d'une meule de foin, le démon attendait patiemment que la lune se lève pour en savoir un peu plus cette histoire. Quand ce fut le cas, elle s'élança à la conquête de la bourgade, prenant soin de masquer ses attributs démoniaques derrière de lourdes étoffes. Ainsi voilée, elle préféra tout de même raser les murs pour arriver jusqu'à l'auberge qu'elle ne connaissait que trop bien pour y avoir commis divers méfaits dans sa jeunesse.

Le lieu n'était pas spécialement bien fréquenté, mais elle était sûrement celle dont il fallait le plus se méfier. Entièrement éclairée à la bougie, la grande salle regorgeait de clients. Une clientèle éclectique à laquelle elle se mêla sans aucune difficulté. Se faufilant telle une anguille entre les diverses tables, elle accéda à une alcôve abritée des regards indiscrets. Sans se soucier de son voisin de table ivre mort, elle alla s’asseoir près de la fenêtre. Son reflet lui renvoyait l'image d'une femme aux traits enfantins et à la fois si mélancoliques, un drôle de mélange pour un démon de sa trempe.
Sans tarder, une femme d'âge mûr et vêtue d'un tablier à l'aspect douteux vint prendre sa commande, une commande des plus particulières, puisque la créature lui réclama un bol de lait. Les lèvres blanchit par le liquide, elle releva le nez quand elle vit celui qu'elle attendait.

-Que me veux tu ? J'ai reçu ton pigeon...

L'éclaireuse hocha la tête positivement, même si le volatil venait du messager puisqu'elle était incapable d'écrire la moindre patte de mouche.

-Tu sais très bien que je paye pour n'importe quelles informations !

Oui, elle se devait de payer pour un lot d'informations. Sélectionner uniquement celles concernant l'Arcane serait bien trop risqué, et c'est comme cela qu'elle l'écouta déblatérer de choses inintéressantes durant une demi heure. Accoudée à l'imposante table, la tieffeline s'ennuyait cruellement. Un doigt dans son écuelle, elle contemplait le remoud provoqué par ce dernier.

-Et enfin, il y a cet homme étrange aussi pâle que ton breuvage, qui pose quelques questions au sujet de cette secte...zut...comment s'appellent-ils déjà...treize....treize quelque chose ! Bref ! Un type louche ! Sa tête revient pas aux gars du village et on aimerait le voir partir le plus tôt possible.

Alignant devant elle quelques pièces d'or, la créature dut se faire souffrance pour les voir s'en aller loin de sa bourse. Son informateur ayant eu sa pitance, s'en alla la dépenser entièrement au bar. D'un revers de manche, la jeune fille essuya son minois quand son acolyte lui fit un signe du menton désignant la venue d'un homme encapuchonné. Comprenant ce qu'il en était, elle se leva silencieusement, une grimace défigurant son visage de porcelaine. Se frayant un chemin à travers l'orchestre de cuivres, elle arriva à quelques mètres de cet inconnu qui devenait son entière préoccupation. Trop curieux, trop bavard, à ce rythme il allait alerter tout le coin de leur existence. Le nez mais aussi les bras de l'Arcane, le démon préféra passer à l'action. Tapotant doucement l'épaule de cet homme, elle attendit qu'il se retourne pour apercevoir un visage effectivement blême. Nul doute c'était bien l'homme qu'elle recherchait. Sans crier garde son poing parti droit dans sa direction, un sourire angélique fiché sur ses lèvres charnues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zyl'hote Veophobia

Buveur de sève

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Liche végétale
Métier : Alchimiste, botaniste
Croyances : le Fils de la Forêt
Groupe : Les Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 227 ans

Messages : 49


MessageSujet: Re: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   Jeu 10 Juil 2014 - 1:55

Zyl'hote aimait Venill. De toutes les grandes villes de Feleth, c'était la seule qu'il appréciait... Car la capitale du pays avait épousé la nature au lieu de la soumettre. Un grand fleuve coupait la ville en deux, de nombreux champs avoisinaient fermes et maisons et à certains endroit on aurait dit que la forêt elle-même avait envahi la cité. Alors qu'il marchait à travers un verger, les pieds nus du syrinx s'enfonçaient dans la boue et il ne put s'empêcher de faire naître quelques touffes d'herbe folle derrière lui. Des brins émeraude qui s'enrouleraient autour des jambes des passants, mais qui disparaîtraient au bout de quelques heures. La vie pouvait être si éphémère... Secouant la tête d'un air triste, Zyl'hote Veophobia poussa lentement la porte de l'auberge. Une musique assourdissante explosa à ses oreilles, la lumière chaude de multiples torches l'enveloppa tout entier. Des humains dansaient une gigue endiablée, encouragée par un petit orchestre de cuivres et de violons. Quelques musiciens chantaient à tue-tête des paroles évoquant une boisson miraculeuse qui faisait oublier tous ses problèmes à celui qui la boirait. Un léger sourire étira les lèvres de la liche végétale alors qu'elle se fondait dans la foule. Enfin, pas vraiment, ses cornes encapuchonnées surpassaient tout le monde de quelques dizaines de centimètres, le rendait aisément repérable. Mais dans ce lieu de débauche, les mortels ne faisaient que peu attention à lui, trop occupés à s'amuser et à vivre leurs courtes vies. Mais, sans s'en soucier, ils dansaient, trépignaient et sautaient sur les cadavres des siens. Un léger sentiment de colère s'empara de l'immortel démon, mais il le fit rapidement disparaître. S'il massacrait ces insectes, il ne pourrait pas obtenir les informations qu'il souhaitait. Encore faudrait-il que l'informateur dont il avait eu vent se trouve réellement dans ce trou à rat. Alors qu'il hésitait à quitter les lieux, Zyl'hote sentit une petite main lui tapoter l'épaule. Tout en se retournant, il commença :

- Je n'ai pas de temps à accorder aux enf...

Le poing qui fusait dans sa direction l'empêcha de finir sa phrase. Non ce n'était pas un enfant, mais un petit bout de femme accoutrée d'une drôle de façon. Un grand sourire illuminait son visage. Mais ses yeux quand à eux semblaient humide, comme si elle s'apprêtait à pleurer. Zyl'hote n'eut pas le temps de détailler plus son agresseur : il fit un pas en arrière. Mais il n'était pas assez rapide, l'attaque s'échoua tout de même sur son cou. Et le buveur de sève comprit aussitôt qu'il n'avait pas affaire à un être humain normal, le coup était d'une trop grande puissance pour ces misérables insectes. Si sa peau, aussi solide que l'écorce d'un vieux chêne encaissa une bonne partie de l'attaque, il fut obligé de faire quelques pas en arrière pour ne pas tomber à la renverse et, de ce fait, son coude s'enfonça dans la poitrine d'un danseur un peu éméché. Ce dernier hurla quelques paroles incompréhensibles et tenta d'abattre ses bras sur le syrinx. Mais pour le coup, l'humain était pathétiquement lent, aussi même Zyl'hote parvint à l'éviter. Dans sa chute l'ivrogne tomba sur une jeune femme... Ce qui provoqua aussitôt la colère de son cavalier qui se mit à marteler le saoulard de coup de pied avant de quitter l'établissement, sa femme au bras. Mais le mal était fait, et les plus belliqueux avaient déjà remonté leur manches, profitant de cette occasion inespérée de frapper et de détruire. Au début cet étalage de la stupidité humaine amusa la liche végétale. Mais de la même façon qu'un homme peut-être importuné par les piqûres d'un moustiques, l'être immortel ne tarda pas à être agacé par les bagarreurs. Un jeune homme au visage hilare balança son coude dans le plexus de Zyl'hote mais ce fut l'agresseur qui poussa un cri de douleur. C'était comme si il avait frappé un arbre de toutes ses forces. Quelques secondes plus tard, d'épaisses lianes avaient brisé le bras du pauvre être humain, désormais gisant à terre et sanglotant. Un éclat de rire résonna dans l'auberge et la liche végétale ouvrit les bras. De ses paumes sortirent deux longues tiges noirâtre couvertes d'épines. Puis, sans crier gare, il tapa violemment le sol de son pied droit et les planches du parquet se brisèrent avec grand bruit pour laisser place à un buisson d'herbe folle dont les brins tortueux rampaient le long du corps du petit bout de femme.

Autour d'eux, l'auberge se vidait à une vitesse folle. Ceux qui ne prenaient pas part à la bagarre disparurent les premiers. Les différents belligérants de tardèrent pas les suivre, exception faite de quelques blessés graves qui agonisaient sur le parquet, pris aux pièges par les redoutables plantes de la liche végétale. Le tenancier et les musiciens semblèrent rechigner à laisser leurs affaires. Mais ils prirent rapidement la poudre d'escampette lorsque les ronces du syrinx se mirent à fouetter l'air, frappant au hasard. Zyl'hote avait été surpris, et il devait avouer qu'il aimait ça. Lui qui croyait qu'il allait s'ennuyer ce soir s'était lourdement trompé... Sa voix s'échappa violemment de ses lèvres :

- Tant de violence et d'agressivité dans un si petit corps... Que me veux-tu petite créature ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Re: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   Mer 29 Oct 2014 - 23:20

Les esprits s'échauffèrent à une vitesse folle, bousculée de toute part la créature perdit rapidement l'homme de vue. Alors que le mobilier volait en éclat sous la barbarie humaine, la jeune fille trouva, in extremis, refuge derrière le bar. Recroquevillée sur elle même, la tieffeline se boucha les oreilles, non pas par peur mais plutôt pour la gène occasionnée par les râles masculins. Il ne fallut que quelques minutes pour que la taverne se vide. Il faut dire que la démonstration de puissance du démon était spectaculaire et les morts s’amoncelaient de plus en plus parmi les débris de verre. Les lieux n'avaient plus rien à voir avec une paisible auberge, elle croulait maintenant sous la végétation. Une végétation des plus étonnante puisqu'elle semblait prendre vie grâce au corps de cet homme mystérieux. Se risquant à jeter un œil par dessus le bar, la jeune fille ne vit que désordre et souffrance. Derrière ce tableau particulièrement meurtrier, elle venait de mettre la main sur un petit bijou. Mais était il encore en vie ? A travers le feuillage, il était difficile de distinguer quoique ce soit. La créature hésitait à avancer sur ce terrain largement acquit par son adversaire. Prudente, elle tenta une traversée mais se trouva nez à nez avec une liane. Cette dernière ondulait tel un serpent hypnotisant la tieffeline qui louchait dangereusement sur cette arme atypique. Un syrinx à ne pas en douter. Cela expliquait pourquoi elle n'avait pas réussit à le détecter. Son odorat avait été trompé par les flagrances végétales émises par le démon. Sectionnant la liane qui lui barrait la route, la jeune fille décida d'avancer ventre contre terre pour ne pas se faire débusquer.

- Tant de violence et d'agressivité dans un si petit corps... Que me veux-tu petite créature ?

Rampant droit dans sa direction, la créature prenait garde à rester hors de son champ de vision craignant certainement la force qui émanait de cet être. Arrivée à quelques mètres seulement de l'inconnu, elle marqua une pause.

-De la figue voilà qui est peu commun...

Une petite voix nasillarde venait de rompre le silence.

-Pourquoi t’intéresses tu à l'arcane... ?

S'avançant à visage découverte, la jeune fille scrutait les réactions de son interlocuteur. L'odeur du Vein qui lui parvenait maintenant distinctement affolait tous ses sens. Il n'était pas bon pour un premier contact de se laisser aller de la sorte, mais l'excitation était telle qu'elle ne pu s’empêcher de remuer la queue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zyl'hote Veophobia

Buveur de sève

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Liche végétale
Métier : Alchimiste, botaniste
Croyances : le Fils de la Forêt
Groupe : Les Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 227 ans

Messages : 49


MessageSujet: Re: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   Lun 3 Nov 2014 - 0:34

Voyant le petit être s'approcher à visage découvert, Zyl'hote ordonna à toutes ses plantes de se calmer, les renvoyant ainsi à un état... végétatif. La nature avait accompli son oeuvre et c'est dans un silence paisible que le Syrinx détailla l'apparence de son interlocutrice. De petites cornes saillaient de son crâne et une queue pointue fouettait l'air dans son dos. Un sourire carnassier déforma le visage de la liche végétale, ses lèvres se retroussant brutalement pour dévoiler des crocs acérés. Il jubilait... Lorsqu'il avait eu vent de ce groupuscule adorateur de démons par un ami résident dans les putrides marais du Vein, il n'avait eu de cesse d'arpenter Feleth à leur recherche. Il interrogea les chênes et les ormes, il demanda aux roses et au gui, allant même jusqu'à torturer de pauvre petits humains, pour leur délier la langue. Mais, quand bien même cette tâche se révéla divertissante, elle était tout aussi futile que le reste de ses recherches. Tout ce qui concernait les Adorateurs de l'Arcane XIII était enveloppé dans une brume de mysticisme que rien ne semblait pouvoir éclairer. Mais voilà qu'il rencontrait, enfin, l'une des leurs... Une autre démone. La lueur d'intérêt qui avait animé son regard s'était muée en une flamme d'excitation. Pour la première fois depuis bien longtemps, la liche végétale ressentait le plaisir d'être en vie, et surtout l'indicible bonheur de se savoir vivant pour encore des siècles.

-Pourquoi t’intéresses tu à l'arcane... ?

- Ma soif de connaissance ne connait pas de limite, et rien ne me passionne plus que les dieux maudits du Vein... Le temps n'a plus aucune emprise sur moi, et c'est avec grand plaisir que je vous dévoilerais mes secrets, en échange des vôtres.

A peine avait-il fini sa phrase qu'un frémissement parcourut les ruines de l'auberge et de jolies fleurs sombres se mirent à éclore ici et là, le long des lianes. Tant et si bien qu'un champ de lotus noirs s'était élevé en quelques instants à peine, recouvrant littéralement le sol. Les pétales chatouillaient jusqu'aux hanches de la petite démone, qui retroussait le nez d'un air dégoûté. Un parfum entêtant avait envahi l'air... Une fragrance sucrée, forte au point de causer de violentes migraines à qui la respirerait trop. Un poison mortel. Le visage terriblement fermé, Zyl'hote cueillit l'une fleur, avant de la porter à son visage. Il inspira lentement, savourant ce délice olfactif, les paupières mi-closes. C'était sans nul doute la plus belle façon de tuer qu'il eut jamais créer jusque là.

- J'ai cru mourir la première fois que mis le nez dans l'une de ses fleurs. Et toi ?

Avant que la tieffeline ne puisse répondre, le champ se fana brusquement, et la liche végétale donna naissance à un bouquet de lys. Un remède au mal qu'engendrait les terribles lotus. Un sourire satisfait aux lèvres, Zyl'hote le tendit à la petite démone, tout en s'inclinant cérémonieusement.

- Désolé. Je ne résiste pas à l'idée de montrer mes toxines à l'un de mes semblables... J'espère que tu ne m'en voudras pas trop, petite créature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Re: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   Mar 2 Déc 2014 - 18:15

La créature avait fait mouche. A ne pas en douter, elle avait réussit à capter l'attention de son interlocuteur à la seule énonciation de l'Arcane. La même essence vibrait le long de leurs corps à l'évocation du Vein. Ils étaient sur la même longueur d'onde. Peu à peu les doutes, quant à ses intentions, s'envolèrent. L'inconnu n'était pas venu là pour compter fleurette avec la populace, il avait sciemment provoqué cette rencontre. Cette perspective fit sourire la tieffeline, mais la suite des événements lui arracha une grimace de mécontentement. Empêtrée dans un champ de lotus noirs, la jeune fille ressenti comme un malaise. Ces fleurs étaient un vrai piège à qui mettrait le nez dedans. La couleur était pourtant révélatrice de leurs méfaits. Son odorat sensible était assiégé. Impossible de se protéger de cet air nauséabond qui l'assaillait à une vitesse folle.
Une main en guise de barrage contre cette sournoise attaque, la jeune femme prit des couleurs et vira au rouge pourpre quand elle n'eut plus d'oxygène. Certes, elle devenait une habituée de ce genre de situation, mais c'était la première fois qu'on s'attaquait à son outil de travail. Son précieux nez à qui il faudrait des semaines pour s'en remettre.

-Ghhhheu

Aussi si soudainement qu'ils avaient éclos, les lotus se fanèrent en un rien de temps. La magie de cet être était parfaitement maniée. Une totale adéquation entre son corps et cet espace végétal. Un redoutable combattant qui viendrait forcir les rangs de l'arcane.
Reprenant son souffle, l'éclaireuse le fusilla du regard pour avoir osé lui nuire. Elle était après tout le bras droit de l’œil noir et pourtant on ne cessait de vouloir la tuer.

-Sais tu ...kof kof à qui tu t'adresses.... ?

Redorant son blason, la créature se redressa et gonfla sa poitrine tel un guerrier prêt à fendre sur son ennemi.

-La petite créature...peut t'ouvrir les secrets de notre groupuscule ..si je te juge, par avant, digne d'intérêt... je ne sais pas si le fait de vouloir me tuer et paralyser mon odorat soit une bonne chose ...m'enfin...

Prenant appuie sur ce qui semblait être le vestige d'une chaise, la jeune fille sorti une liasse de papier ainsi qu'une plume. Cet équipement ne lui était pas destiné. A quoi bon donner une plume à l'éclaireuse ? Elle était incapable d'écrire la moindre patte de mouche.

-Pour l'instant je ne peux rien te dévoiler, comme tu as pu le constater nous savons rester dans l'ombre. J'ai vu ce qu'il y avait à voir, il me faudrait néanmoins quelques traces de notre rencontre..
Je veux ton identité, ce qui te lie au Vein, tes convictions, ...mets tout ce qui te semble utile pour retenir l'attention de l'oeil noir... lui seul jugera si tu mérites l'attention de l'Arcane.


La créature se gargarisait de ce nouveau statut qu'elle venait d'acquérir. Elle n'était plus la proie, mais celle qui menait la danse et elle comptait bien le lui faire savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zyl'hote Veophobia

Buveur de sève

________________

avatar
________________


Race : Syrinx
Classe : Liche végétale
Métier : Alchimiste, botaniste
Croyances : le Fils de la Forêt
Groupe : Les Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 227 ans

Messages : 49


MessageSujet: Re: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   Ven 5 Déc 2014 - 11:42

L'espace de quelques secondes le temps sembla se figer pour moi, alors que je toisais la petite démone. Je n'aurais pas du la prendre de haut ainsi mais... Elle me paraissait si jeune. Je tentai de refouler mes préjugés, et mon visage reprit vie alors que j'esquissais un léger sourire. Finalement j'avais réussi le premier test, j'avais été capable de l'impressionner sinon de l'intriguer suffisamment pour qu'elle m'offre une chance. Une chance de m'ouvrir les portes de l'Arcane ! Je n'osais imaginer à quel point mes recherches allaient faire un bond en avant si je parvenais à rejoindre ce groupuscule d'adorateurs du démon. Je posai ma main droite sur mon coeur, enfin l'endroit où il aurait du se trouver, et me pencha en avant, solennellement.

- Je te prie de m'excuser... Petite créature. - Je ponctuais mon pardon d'un léger sourire moqueur avant de reprendre - Pour me faire pardonner, je préparerais une potion qui te permettras de récupérer tes capacités olfactives dès que quiconque les attaquera, et ce au plus vite. Peut-être même serais-je capable de renforcer ce délicat nez.

N'attendant aucune réponse de sa part, je m'emparais doucement du parchemin, en refusant la plume. Les griffes de bois qui terminaient mes doigts m'empêchant de prendre en main un tel objet, aussi je m'étais vu obligé de trouver un autre moyen d'écrire... Il manquait l'encre. Lorsque je demandai à la tieffeline si elle en avait, elle secoua la tête en signe de négation.

- Il y a bien longtemps de cela, je me suis débarrassé de tout mon sang... Pourrais-tu me prêter un peu... d'encre ?

Sa frimousse prit un air de plus en plus coléreux aussi j'éclatai d'un rire froid - je n'avais jamais connu ce que le commun des mortels appelait la chaleur humaine. Ce n'était qu'une plaisanterie après tout. Oui, un trait d'humour, quelque peu acide. Je fit apparaître une solide liane qui traîna jusqu'à moi le cadavre d'une des personnes que j'avais tué aujourd'hui et planta l'un de mes ongles dans sa chair. Le sang ne faisait pas la meilleure des encres, mais faute de mieux... Je commençai alors écrire, couvrant les pages fines de petits caractères rouge sombre.

"Zyl'hote Veophobia.
Liche végétale, je suis l'incarnation de la vie, j'engendre fleurs, arbres et toutes les autres plantes de ce monde. Mon oeuvre n'est que création, et création de la plus belle sorte... Mes enfants peuplent ce monde. Si vous vous perdez dans les collines verdoyantes, peut-être découvririez vous un village désert. Un village dépeuplé, envahi de lotus noirs... Les humains ne sont que des sujets d'expérience à mes yeux. Mes plantes grandissent dans leurs cadavres ! A partir de la mort je donne naissance... Si la sève qui coule dans mon corps vient originellement du Vein, c'est bien ce monde qui est le mien. Et je tente, avec toute la dévotion possible, de le modeler. Mes plantes démoniaques puisent leur puissance dans le monde du dessous. Je ne fais qu'embellir et colorer Feleth, qui me parait parfois si pâle et ennuyeux...
La mort, et son amant le temps, me craignent, jamais ils ne viendront me prendre. Et mon voeu le plus cher est de dédier ma longue existence à mes recherches sur la flore et sur... les démons. Les plus vieux. Je parle ici de ces Anciens Dieux, qui pourraient faire disparaître toute chose d'un battement d'aile, et recréer dix milles mondes d'un geste de la main. Je veux entrer dans leur tête ! Explorer les tréfonds de leurs âmes, comprendre les ressorts de leurs esprits viciés ! Je n'ai plus de coeur, mais les plantes qui vivent en moi se languissent d'un tel plaisir.
Mais j'ai besoin d'informations... Et j'ai ouï dire que parmi les trois mondes, il n'est de moyen plus parfait pour les obtenir que rejoindre les Adorateurs de l'Arcane XIII. Je fais le voeu de servir la cause des démons, et d'apporter le Vein avec moi. Mais ne voyez pas en moi un pion que l'on manipule aisément. La nature est mon alliée, et je ne supporterais pas tout manque de respect à son égard... Je ne vous rejoins pas en tant qu'esclave, mais en tant qu'allié puissant. Je suis sur que mes créations sauront trouver leur utilité... Vous-même, Oeil Noir, conviendrez que la Vie incarnée constitue un formidable atout.

Avec l'espoir d'un jour invoquer les Anciens Démons sur ces terres mornes."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chïra Ovenstey

L'éclaireuse

________________

avatar
________________


Race : Demi-Démon commun : tieffeline
Classe : Roublard
Métier : Voleuse // Eclaireur
Groupe : Adorateurs de l'Arcane XIII

Âge : 25

Messages : 287

Fiche de Personnage : Clique sur les cornes!


MessageSujet: Re: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   Dim 21 Déc 2014 - 22:23


Fronçant le nez la créature fit un pas de côté quand son interlocuteur sembla s’intéresser de trop près à son sang, comprenant un peu trop tard que c'était une boutade la tieffeline feignit de ricaner avant de le laisser avec son parchemin. Regarder par dessus son épaule ne lui serait d'aucune utilité c'est pourquoi elle décida de perdre son temps parmi les cadavres dont elle arrachait avec minutie le moindre morceau d'or. Au bout de quelques minutes, elle se retrouva entièrement remboursée et pu réaliser quelques bénéfices non négligeables. Arborant fièrement son nouveau collier de dents dorées, elle se rapprocha du démon en cliquetant. Le doigt fourré au fin fond de son oreille, elle attendit que l'arbre pose le point final pour s'emparer du parchemin avant de le survoler. Pas question que cet étranger puisse se douter une seule seconde qu'il avait à faire à une illettrée. Ayant terminée sa mascarade elle opina du chef et rangea le précieux rouleau dans sa besace.

-Si à la lecture de ton histoire mon chef semble intrigué, je te retrouverai. Vu l'odeur que tu dégages cela ne devrait pas être bien compliqué, évite tout de même les jardins...


L'arcane et tous ses mystères qui l'entouraient, la faisaient se sentir unique. Un messager irremplaçable qui parcourait Feleth dans le seul but de servir son sang. Elle aimait paraître importante, même si cela ne durait qu'un temps, la créature y prenait goût corrompue par les vices des humains. Elle était devenue avide de pouvoir dans ce monde emplit de promesses pour les démons de son espèce.

Tout en se frayant un chemin vers la sortie, l'éclaireuse remit en place sa tenue afin de dissimuler toute trace démoniaque puis disparue sans laisser d'autres explications. Les joues rosies par l'excitation, elle se complaisait dans cette sortie qu'elle jugeait à la fois théâtrale et mystérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quelques brindilles pour un ouvrage gigantesque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Auberge des gobelins musiciens-