''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Djerin Rashkae

Guide des Protecteurs guerriers, Martyr

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Méta-guerrier
Métier : Protecteur
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 524

Messages : 64

Fiche de Personnage : Djerin, le premier martyr


MessageSujet: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Mar 30 Déc 2014 - 1:24

Les cris des soldats résonnaient autour de lui dans un capharnaüm sonore. Le fracas des armes d’entraînement et les claquement d'ailes des séraphins accompagnaient ce brouhaha. Le camp d’entraînement du Palais était immense. Plusieurs hectares de tentes et de sable humide, prévus pour accueillir des milliers de soldats toute l'année durant. Djerin, en armure intégrale, avançait vers le secteur accordé aux Gardiens, escorté de son second et du secrétaire de ce dernier. Il devait accueillir un groupe de nouveaux venus de multiples horizons. Parmi eux se trouvaient une poignée de recrues très prometteuses.

Il passa devant les hommes et femmes alignés. Une cinquantaine de soldats, d'Adiryl comme de Feleth, certains des vétérans de l'Empire intéressés par une vie sur le terrain ou un travail plus concret et d'autres des jeunes gens avides de gloire ou de justice. Chacun avait passé de nombreux test d'aptitudes martiales et d'endurance. Son regard passa sur les six qui avaient étés sélectionnés comme étant les meilleurs dans leurs catégories. Deux tireurs, trois combattants relativement classiques et une jeune femme qui se battait avec des méthodes qu'il n'avait jamais éprouvé.

Le premier, un jeune archer séraphin que Djerin connaissait bien et qui le fit presque sourire, Wolfgang, dans son plastron de cuir presque neuf tenant un arc long contre sa hanche le fils de l'ange semblait mal à l'aise. En second venait une orc arrivée de Feleth, une jeune prodige de la vouge du nom de Rägmira. Engoncée dans une armure de maille très souple, elle tenait près d'elle son outil de mort, une hampe de près de trois mètres surmonté d'une lame courbe admirablement effilée. Le suivant était un haut-elfe du nom de Lothir, le second tireur. Celui-ci portait une arbalète incroyablement complexe, dotée d'une paire d'arcs métalliques et d'une petite réserve de traits. L'engin devait avoir une cadence aussi impressionnante que sa puissance, l'elfe faisait presque maigrichon a coté de son arme.

Le quatrième, un humain répondant au nom de Reginald, croulant sous le poids d'une lourde armure de plates et tenant contre lui une énorme flamberge. Ensuite venait le second plus original, un autre humain, du moins le semblait-il. Le jeune Aguaberet était étrange, légèrement distant et dissipé depuis qu'il était sur Adiryl, il se battait avec une épée longue face à laquelle même Djerin, bretteur renommé parmi les Gardiens, ne se serait pas frotté de plein gré. Pour finir, la sixième et la plus surprenante se trouvait être une petite séraphine. Elle semblait fine, presque chétive dans son uniforme, et bien qu'elle ait sa place parmi l'élite des volontaires, elle ne portait que de courtes armes. Une petite lame et une sarbacane. Sans doute possédait-elle des atouts cachés. L’entraîneur qui s'était chargé d'elle avait parlé d'une collection d'armes de jet. Djerin la scruta quelques instants, cherchant à éprouver sa détermination, et se détourna pour commencer le discours au nouveaux arrivants.

Jeunes gens ! Je vous souhaite la bienvenue parmi les Gardiens. Je sais que vous savez pour la plupart qui nous sommes, grâce à ceux qui vous ont conseillés de venir ici. Je suis sur que vous savez beaucoup de choses sur nous, et je suis tout aussi sur qu'il y a des choses que vous ignorez ou sur lesquelles vous vous trompez. Pour éviter des erreurs stupides de ce genre je vais ici tout vous expliquer. Nous sommes les Gardiens, quel que soit notre race ou notre religion nous avons prêté un serment. Protéger les mondes du chaos, des démons malveillants, et de leur propres déliquescences. Il se résume en quelques mots ''Toujours je défendrais les faibles et les opprimé, Toujours je me tiendrais entre le mal et le bien, Jamais je ne fuirais face à l'ennemi, Je ferais toujours ce qui est en mon pouvoir pour rendre le monde dans lequel j'officie meilleur.''

Dans les termes, c'est très beau, mais dans la forme c'est un peu plus compliqué. Nous sommes bien plus que des chevaliers blancs qui parcourent la route à la recherche de démons à pourfendre. Si c'est ce dont vous rêvez... Vous pouvez repartir. Nous sommes le dernier rempart de l'ordre, mais nous sommes aussi la première ligne face au chaos du Vein. Pensez y, chaque jour, chaque heure que vous combattrez. Notre fonction première et de faire régner la paix et la justice, mais nous devons aussi répondre présent pour prévenir nos armées du danger qui rôde et être prêt à mourir pour leurs laisser le temps d'arriver.

Vous passerez plus de temps à marcher sous la pluie en maudissant le sort qu'à vous battre pour la justice et la plupart d'entre vous mourrez seuls, dans la boue, et en échouant à défendre ce que vous protégerez plutôt que sur un glorieux champ de bataille. Depuis la création des Protecteurs, devenus depuis les Gardiens, nous avons compté plus de dix milles nouveaux gardiens. Nous sommes aujourd'hui moins de quatre milles. C'est une tache difficile, et qui ne tolère aucun échec. Depuis peu de temps, nous avons décidé que les gardiens voyageraient en petits groupes et non plus en solitaires, et chaque jour de nouveaux relais sont créés. Cela augmentera certes vos chances de survie, mais n'oubliez jamais que vous la devrez avant tout à la force de votre bras. Vous vous engagez sur une voie qui n'a que deux fins possibles. Votre mort, ou la paix sur les deux mondes. S'il y en a parmi vous qui désirent renoncer, ils le peuvent, nous ne leur en voudront pas.

Cependant, je serais heureux de vous voir rester. Notre tache est dure, et réservée aux guerriers les plus endurcis et le plus braves, mais c'est la plus noble qui soit. Chaque lame de plus dans nos rang, est une famille de paysan qui peut dormir sur ses deux oreilles. Chaque arc qui se bande en notre nom, est un village de moins qui brûle. Je ne vous demande pas de donner le meilleur de vous même pour des inconnus qui ne pourront jamais mieux vous remercier qu'avec leurs larmes et leurs sourires, je vous demander de donner plus que ça. Et je pense que vous en êtes capables.

Pour ceux qui ont déjà reçus leurs ordres, vous pouvez disposer. Vous six, vous me suivez.


Il laissa les soldats se disperser et partit vers sa tente personnelle. En chemin, il salua Ulrich qui venait d'accueillir de la même manière les nouveaux membres du génie. L'air sombre de l'orc géant laissait à présager un petit nombre de volontaires. Arrivé à sa tente, il leur ordonna de s'aligner devant le rabat et entra, suivit de son second et du secrétaire. Il s'installa et se servit une coupe d'eau.

Fait entrer la première... Cette Sanna Rán.


Dernière édition par Djerin Rashkae le Sam 15 Aoû 2015 - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sanna Rán

Qui choisit les abattus

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ninja
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : Aucunes
Groupe : Ange

Âge : 85

Messages : 15

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Mar 30 Déc 2014 - 20:44


Cela faisait maintenant 34 années que Sanna avait rejoint les rangs de l’armée d’Adiryl, elle n’avait jamais baissé les bras. Les premiers mois avaient été une véritable épreuve, les premières années une véritable torture, mais jamais elle n’avait pensé abandonner, elle n’avait même pas osé imaginer cette hypothèse. Peu importe sa petite taille, son poids plume, la fatigue, et les remarques des autres soldats, elle n’avait jamais perdu de vue son objectif, qui avait été celui de son défunt père, rendre la justice et rendre les mondes meilleurs. Sanna savait que pour contrer les êtres du Vein, il n’y avait malheureusement aucune autre solution que celle de prendre les armes et d’infliger la sentence irrévocable : la mort. Sanna avait cru comprendre que les Felethiens étaient eux aussi parfois corrompus mais peut-être que dans un monde meilleur, alors l’ordre pourrait être établi ?

Sanna s’était entraînée, nuit et jour, tout au long de ses 29 années, elle avait trouvé son art de prédilection et ses armes fétiches, à force de courage et de motivation, elle avait fini par se faire accepter et s’était même faite remarquée et pour une fois dans le bon sens du terme. On lui avait évoqué le rôle des Gardiens, mais le chemin était long pour en acquérir le titre et rejoindre cette élite. Il fallait passer de nombreux tests, être le ou la meilleure dans son art. Sanna avait encore besoin d’entraînement avant d’oser postuler à un tel titre.

[5 ans se sont écoulés…]

Sanna avait eu son sésame, elle avait été convoquée et devait se rendre dans le quartier d’entraînement des gardiens, elle avait du mal à retenir sa joie. Elle avait bien entendu annoncé cette nouvelle à toute sa famille, pour une fois, ils pouvaient être fiers d’elle, elle n’avait pas abandonné et si elle convenait au recruteur alors elle pourrait enfin se rendre sur Feleth. Qui aurait cru qu’un jour Sanna s’investirait ainsi dans l’armée ?

Ce jour là, elle se réveilla très tôt, elle était trop excitée pour pouvoir dormir. Elle se leva et se dirigea vers le camp d’entraînement. Elle prit le chemin de ronde et observa en contrebas les tentes s’étaler à perte de vue. Elle resta assise sur le muret des heures et des heures à regarder le camp s’éveiller. Le jour venait de poindre, bientôt elle serait en bas avec tous les autres. Sanna se demandait combien de nouvelles recrues avaient été retenues et quel type de personne était-ce ?

Quand elle comprit que c’était l’heure, elle se faufila jusqu’à l’endroit du rendez-vous sans se laisser distraire par l’entraînement des soldats. On les mit en rang et on leur demanda d’attendre. Sanna en profita pour observer du coin de l’œil les personnes se trouvant à ses côtés. Comme ils avaient l’air tous si différents… est-ce qu’ils allaient vraiment réussir à combattre le mal ensemble ?

Oulalala regardez moi cette tête, non mais c’est quoi ce truc enfin cette chose… saperlipopette mais c’est une orc ! Maman si tu voyais ça, tu te retournerais dans ta tombe.

En se penchant légèrement, Sanna croisa le regard d’un séraphin aux ailes noires, elle lui fit un bref sourire et détourna aussitôt le regard de peur de paraître mal polie. Une personne arriva d’un pas bien décidé en armure intégrale, il semblait être le responsable des opérations. Le silence se fit dans les rangs. Sanna ne quitta pas des yeux l’individu, si c’était un des supérieurs, alors il allait sûrement parler. Mais non, il ne parlait pas et regardait un à un les soldats présents à ses côtés, comme s’il les jugeait rien que d’un seul regard. Sanna croisa discrètement les doigts derrière son dos, il fallait qu’elle fasse bonne impression, il le fallait, elle ne pouvait être recalé sur un simple regard tout de même ! Elle ne baissa pas le regard quand celui-ci la fixa, bien qu’elle avait la sensation désagréable qu’il lisait en elle comme dans un livre, une chose était sûre dans sa tête, elle était déterminée à rejoindre les rangs des Gardiens et ne cessait de répéter cette phrase dans sa tête.

Le chef se détourna et commença son discours. Sanna se demandait si elle devait retenir tout le discours ou simplement écouter d’une oreille attentive. Néanmoins, ne sachant pas trop ce qu’il allait se passer par la suite, elle se répéta certaines phrases afin de les retenir.

Toujours je défendrais les faibles et les opprimés, Toujours je me tiendrais entre le mal et le bien, Jamais je ne fuirais face à l'ennemi, Je ferais toujours ce qui est en mon pouvoir pour rendre le monde dans lequel j'officie meilleur.

C’est sûr, elle était bien au bon endroit, c’était ça ce qu’elle voulait être, c’était ça, sa raison de vivre, c’était cette flamme qui lui avait permis de continuer l’entraînement. Sanna comprenait le discours, tout ceci lui paraissait même logique. La pluie, la boue, les maladies ne lui faisaient pas peur, elle était prête à tout pour réaliser son rêve même à mourir de faim, enfin non, elle aimait trop manger, mourir de soif alors, oui mourir de soif c’était mieux.

Ah oui aussi, bien évidemment mourir au combat, être un rempart pour garder Adiryl tel qu’il est un monde parfait.

La patience ne faisait pas vraiment partie des qualités de Sanna mais elle devrait s’y faire, elle devait respecter à la lettre les ordres de ses supérieurs, elle le savait.

Cela fait donc 6 000 tombés pour la justice...Quoi ? Il a bien dit en groupe ?

Mais qui serait capable de la supporter ? Sa famille lui avait toujours dit qu’elle avait un sale caractère et qu’elle était la plus difficile à vivre de toute la lignée. Et si elle finissait seule ? Et si personne ne voulait d’elle dans leur groupe ? Alors elle pourrait jamais faire partie des gardiens ?

Renoncer ? Non mais il est malade ce type ?

Jamais Sanna ne renoncerait et elle se doutait bien que personne ne quitterait les rangs, c’était impensable, inimaginable, inconcevable !

Alors mes armes, s’ajouteront aux vôtres chef !

Les soldats se dispersèrent et Sanna se rendit compte qu’elle avait mal aux doigts, le discours avait été tellement passionnant qu’elle en avait oublié de les desserrer.
Elle s’étira les doigts puis suivit la petite troupe et continua à détailler du regard les six autres recrues, sa curiosité était loin d’être sustentée. Ils reçurent à nouveau l’ordre de s’aligner. Sanna aperçut deux personnes suivre celui qui avait parlé. Elle se demandait bien ce qu’y allait se passer maintenant. Y avait-il un démon enfermé dans la tente afin de tester leurs réflexes ? Elle devait peut-être se méfier. Quel ne fut pas sa surprise quand elle fut appelée en premier. Elle jeta un dernier regard aux six autres recrues avant de pénétrer dans la tente.

Elle avança et se stoppa au milieu à une distance respectable des trois individus. Elle se tint droite et regarda directement celui qu’elle considérait comme le supérieur. Elle les salua et se présenta comme le ferait toute personne bien élevée.

" - Sanna Rán, ma vie et mes armes seront vôtres."


[HRP : les paroles écrites en italique sont les pensées de mon perso]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Djerin Rashkae

Guide des Protecteurs guerriers, Martyr

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Méta-guerrier
Métier : Protecteur
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 524

Messages : 64

Fiche de Personnage : Djerin, le premier martyr


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Mar 6 Jan 2015 - 21:18

Sanna Rán, ma vie et mes armes seront vôtres.

Djerin la considéra à nouveau, plus longuement cette fois ci. La petite séraphine avait comme son fils Wolfgang des ailes noires mais la ressemblance s’arrêtait là. Fine, presque chétive, il était difficile de discerner ce qui chez elle lui avait valu d'être parmi les meilleurs. C'est en regardant un peu plus précisément que l'on pouvait se douter de quelque chose, sous sa tenue de combat on pouvait percevoir une musculature sèche, presque vibrante. Il se décida à sonder son âme.

Regarde moi dans les yeux, et surtout, ne lâche pas.

Il plongea son propre regard dans celui de la jeune femme, ne cillant pas, ne clignant pas, il cherchait à savoir ce qui se cachait en elle, si sa ferveur était réelle ou simulée, si son bras faillirait face à son premier démon et si son cœur avait de lourds secrets à cacher. La seule chose qu'il vit fut une détermination sans faille. Il sourit.

C'est bon, tu peux t’asseoir.

Il fit signe à son second et à son homme d'en faire autant. Il servit quatre coupes d'eau et les distribua.

Maintenant Sanna, j'aimerais que tu fasse deux choses. J'ai appris beaucoup de chose grâce à un document. Maintenant, j'aimerais que tu me parle de toi, de tes convictions profondes et que tu me montre cette étrange méthode de combat dont parlent les entraîneurs...


[Quelques minutes plus tard]


Je te remercie.

Il baissa la tête pour la saluer légèrement.

Je vais t'explique comment va se dérouler la suite des événements. Tu vas sortir de cette tente et tu va attendre dehors que je fasse subir un test à chacun des volontaires. Lorsque vous serez tous passé, vous rejoindrez un mentor par groupe de trois. Trois d'entre vous passerons du temps sur le terrain avec moi, et les trois autres avec un autre des guerriers. Celui sous la responsabilité duquel tu sera devra t’entraîner, te former jusqu'à ce que tu soit déclarée apte à prendre un poste personnel. As-tu des questions ? Si oui, pose les, sinon, demande à Aguaberet de me rejoindre.

[HRP]Sorry for the late, le nouvel an et la reprise des cours m'ont pris de court... Sans jeu de mot [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sanna Rán

Qui choisit les abattus

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ninja
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : Aucunes
Groupe : Ange

Âge : 85

Messages : 15

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Mer 7 Jan 2015 - 16:54


Sanna n’avait pas bougé d’un millimètre, elle attendait les ordres, seul son regard parcourait la tente et détaillait les occupants. Il ne semblait pas y avoir de démons, ni d’ennemi, ou alors il était drôlement bien caché. Peut-être sous la table ? Mais Sanna ne pouvait pas se baisser pour voir, cela ne se faisait pas. Lorsqu’elle se sentit observée avec insistance, elle repositionna son regard sur celui qui semblait diriger les opérations. Et celui-ci se mit immédiatement à parler.

Regarde-moi dans les yeux, et surtout, ne lâche pas.

Sanna ne broncha pas et fixa le regard du séraphin. S’il comptait jouer à « je te tiens, tu me tiens par la barbichette », elle ne louperait pas cette épreuve, elle avait toujours été douée à ce petit jeu-là. Mais ceci n’était pas un jeu, il semblait posséder un don. Elle avait vraiment l’impression qu’il lisait en elle. Mais elle ne lutta pas, elle n’avait rien à cacher, ses motivations pour intégrer cet élite étaient sincères. Elle était déterminée et ne se laisserait pas influencer dans son choix. Elle ne baissa pas les yeux et attendit patiemment le verdict. Lorsqu’elle le vit sourire, elle ne put se retenir d’y répondre.

C'est bon, tu peux t’asseoir.

Sanna hocha la tête afin de le remercier, elle ne pouvait quand même pas sauter au cou de son recruteur, cela ne se faisait pas dans l’armée, et s’assit sur la chaise qui lui était attribuée. Elle regarda le séraphin servir les verres d’eau mais ne toucha pas au sien. Elle attendait la suite des évènements avant d’avaler quoi que ce soit. Cela aurait été fort dommage et aurait fait fort mauvaise impression, si dans un excès d’émotion, elle s’était étouffée avec son verre d’eau et que par la suite elle recrache le contenu sur l’un de ses supérieurs. Elle attendait donc les instructions afin de connaître la suite des épreuves.

Lorsque le séraphin se mit à parler, elle fut très surprise. À quel document faisait-il référence ? Elle n’en avait aucune aidé. Parler d’elle ? Ses convictions ? Oui ça, parler, elle savait faire, Sanna n’avait jamais eu la langue dans sa poche et elle était capable de combler une maison à elle toute seule. Pour ce qui était de sa méthode de combat, le lieu était exigu mais elle voulait bien se prêter au jeu de la démonstration, après tout, il était l’homme de la situation, c’était sûrement lui qui prendrait l’ultime décision, c’est-à-dire celle de savoir si elle était apte ou non à rejoindre leur rang.

Bon et bien, je commence par la présentation j’imagine. Je m’appelle Sanna, je suis la plus jeune de la fratrie des Rán, enfin la dernière-née d’Aegir et Nanna. J’ai 85 ans, j’ai rejoint l’armée à l’âge de 51 ans, ce qui peut vous paraître peut-être un peu tardif. Avant de m’engager, j’avais envie de tout faire de tout voir, je me suis essayée à de nombreux métiers : cuisinière, sculpteur, danseuse, peintre, apprenti apothicaire… Je vous fais grâce du reste, je ne pense pas que cela vous intéresse.

Sanna marqua une pause puis regarda un à un chacune des personnes présentes sous la tente puis elle reprit.

C’est la mort de mes parents bien aimés qui a été l’élément déclencheur. Mon père avait un rêve celui de rendre la justice sur Adiryl comme sur Feleth, malheureusement, il n’a jamais pu le réaliser. J’ai donc décidé de reprendre le flambeau et de réaliser son rêve à sa place. Mes motivations ne sont peut-être pas celles que vous espériez mais c’est pourtant grâce à elle que je me présente devant vous aujourd’hui aussi déterminée. Je veux juste donner un sens à ma vie.

Sanna se leva de sa chaise et demanda la permission de prendre les quatre verres afin de réaliser sa démonstration. Elle les déposa ensuite dans différents endroits de la tente. Elle poussa sa chaise sur un bord de la tente et posa le dernier verre dessus. Elle mémorisa la pièce puis ferma les yeux et tourna cinq fois sur elle-même, elle sortit ensuite de sa ceinture quatre shurikens. En quelques secondes, elle avait visé les quatre verres. Sanna sourit et parla d’une voix plutôt satisfaite.

Ceci est l’une des facettes de ma méthode de combat, mais difficile de vous montrer plus en ce lieu.

Sanna se remit au centre de la pièce et attendit le verdict.

Je te remercie.

Sanna répondit à son salut puis attendit la suite des instructions, elle se demandait ce qu’ils pensaient d’elle, ils n’étaient pas beaucoup démonstratifs. Le séraphin lui expliqua qu’elle pouvait ressortir et qu’elle devait attendre dehors le temps qu’ils rencontrent toutes les nouvelles recrues. Il souhaitait voir ensuite Aguabert. Il lui expliqua qu’il allait former des groupes de trois, Sanna se demandait bien avec qui elle allait tomber et qui serait son mentor.
Avant de partir, il l’autorisa à poser des questions, Sanna se mordit les lèvres puis posa la question qui la taraudait tant depuis le début de cette journée.

Pourrais-je juste connaître vos noms et fonctions avant de vous quitter ?

Sanna eut sa réponse et sortit de la tente. Elle avait envie d’hurler mais se contenta de sauter sur place sous le regard des autres recrues. Elle se mit à sourire puis se rappela de ce qu’on lui avait demandé de faire.

Aguabert, c’est à ton tour.

Sanna ne savait pas qui s’était, elle avait donc parlé en regardant tout le monde. Puis elle se remit en rang et attendit patiemment de voir à un à un les têtes rentrer dans la tente. Elle avait vraiment hâte de commencer l’entraînement, enfin si elle avait réussi à convaincre les recruteurs.

[HRP : Pas de problème, j’ai tout mon temps. Meilleurs vœux pour l’année 2015 au passage]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Djerin Rashkae

Guide des Protecteurs guerriers, Martyr

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Méta-guerrier
Métier : Protecteur
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 524

Messages : 64

Fiche de Personnage : Djerin, le premier martyr


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Mer 28 Jan 2015 - 22:51

Je suis Djerin Rashkae. Je suis le Guide des guerriers parmi les Gardiens. Littéralement, cela signifie que je suis le supérieur de tout les Gardiens qui se battent autrement que par la magie.

La jeune séraphine sortit de la tente.

A partir de maintenant, j'aimerais que vous soyez particulièrement attentifs. Cet Aguabert ne m'inspire pas confiance. Ses yeux sont...

Il se tut en voyant l'humain entrer. Celui-ci chancelait légèrement, comme sous l'effet d'une drogue ou d'un alcool, son regard dissipé errant sur les trois militaires devant lui.

Bonjour Aguabert. Je pense qu'il est inutile que nous fassions connaissances, je suis celui qui t'a recruté sur Feleth... Cependant, depuis que tu es ici, tu semble avoir un problème constant. J'aimerais que tu me prouve que ta ferveur et ta force sont les même.

Le garçon sembla se réveiller quand Djerin lui parla directement, son regard se fixant sur le séraphin.

Ces voix... Ces voix dans ma tête... Pourquoi ?

Son regard se fit vitreux et il chancela soudain.

Non... Je vous ai déjà dis... Non...

Djerin regarda son second.

Il est arrivé ce matin ?

L'homme acquiesça surpris par la question.

Et je suppose qu'il n'a pas été testé....

Le regard écarquillé de peur du second lui suffit comme réponse. Djerin se leva brutalement de son tabouret, renversant la table et dégainant son épée.

Aquabert, si c'est bien ton nom ! Au nom des pouvoirs qui m'ont étés conférés par le Fondateur, je t'ordonne de me révéler ta nature et tes intentions sou peine de mourir séance tenante !

L'homme qui n'en était pas un leva brutalement son regard nouvellement fendu sur l'ange. Sa peau blêmissait à vue d’œil et semblait se tendre sous la pression d'écailles poussant en dessous.

Soit... Aujourd'hui vous avez gagnés... Mais nous l'aurons... Nous trouverons le Fondateur... Nous le tuerons et nous tuerons chacun des gardiens.

Les écailles crevaient la peau une par une, révélant un être reptilien au regard enragé. Il fit siffler une langue bifide entre des crocs aiguisés.

L’Ordre vainc toujours.

À ces mots, l'ange se fendit, sa lame voltigeant pour trancher la tête de l'être immonde devant lui. La créature réagit aussitôt et sa propre épée vint arrêter celle de l'ange à mis chemin. Le regard planté dans celui de son adversaire, Djerin fit un pas en arrière pour repousser de son dos les deux homme derrière lui et leva son épée pour se mettre en garde. Le démon, car s'en était inévitablement un, fit glisser la pointe de son arme contre le sol à la manière d'un serpent, comptant sans doute sur cela pour attirer le regard du guerrier en face de lui. Imperturbable, l'ange effectua un pas de deux sur le coté, visant l'épaule du lézarroïde. Une fois encore, le monstre para le coup.

Grognant, le séraphin saisit d'une main la hache qui se trouvait pendu à sa ceinture, bénissant les vieux réflexes qui lui avaient fait prendre ses armes en plus de son armure. Il tournait autour de son adversaire sifflant, cherchant une faiblesse dans sa garde. Il avait déjà vu l'être se battre sous forme humaine, il le savait rapide et précis. Sa seule chance était de profiter de la désorientation causée par les fameuses ''voix'' que le démon disait entendre. Seul le frémissement du regard de la bête et le tremblement de ses mains prévinrent l'ange de l'attaque une fraction de seconde avant qu'elle ait lieu. L'épée du démon chanta et partit comme un aspic en direction du cœur du Gardien. Il se baissa et frappa la lame du plat de son épée pour l'écarter vers le haut, ouvrant ainsi la garde du démon. Il profita de cette ouverture pour frapper de la hache, directement entre les basses cotes. Les yeux écarquillés, le démon se figea, sans doute peu habitué à ressentir la douleur. Ne lui laissant pas un instant de répit, Djerin remonta la hache d'un coup sec jusqu'à buter contre la cage thoracique de la bête.

Le regard de la créature blanchit encore plus et se figea. Certains de ses organes vitaux devaient avoir étés touchés par le coup, ou alors... Il regarda derrière le lézard et sourit à son second, blafard, une longue dague ensanglantée dans les mains. Il avait du profiter de la désorientation due à la blessure au ventre infligée par son supérieur pour percer le cœur du démon. Laissant le cadavre sur le sol, Djerin tapota l'épaule de l'homme dans un signe de remerciement. Il saisit un chiffon dans une de ses poches et essuya le fer de sa hache avant de la remettre à sa place et de tendre le chiffon à l'homme blanc toujours immobile. Il saisit le chiffon et essuya son poignard.

Bravo, tu a frappé exactement au bon moment.

Il saisit le corps par les épaules et le mit sur le dos. La blessure au ventre avait presque vidé la bête de son sang. Il haussa les épaules et saisit une cheville du cadavre pour le traîner dehors, au vu et au su des cinq autres recrues. Il le laissa à quelques mètres de l'entrée de la tente, l'épée posé sur le corps le rendant parfaitement identifiable pour quiconque l'ayant vu de son vivant. Il fit signe à deux gardes.

Dégagez moi ce cadavre, je veux qu'il brûle. Et ramenez moi un seau de sable dans ma tente. Il a laissé du sang partout.

Il se tourna vers les nouveaux, le sang commençant à sécher sur son visage à cause de la chaleur ambiante.

Maintenant, vous voyez ce à quoi nous sommes confrontés... Certains démons veulent nous infiltrer pour nous détruire de l’intérieur. Attendez vous toujours au pire, de cette manière, vous ne serez jamais déçus. Reginald. Viens.

Il passa le pas de la tente, la lourde armure de l'humain résonant derrière lui. Celui-ci au moins avait été testé le jour de son contact par les Gardiens. Il ne passait ici que pour éviter de sembler favorisé. Djerin le connaissait et avait pu le voir en action lors d'une dizaine d'escarmouches.

Reginald, je vais te le dire ici, tu n'as pas besoin d'être formé au combat, c'est pourquoi je vais sûrement t'affecter à une escouade du génie un peu rodée. Ils te formeront à ce qu'est notre travail, et toi tu aura une dizaine de combattant sous tes ordres. J'aimerais que tu leur apprenne ce que je t'ai vu faire dans ce village en feu. Une telle coordination est le rêve de tout commandant lors d'une bataille rangée. Si tu y arrive tu risque de te retrouver ici en poste continu à former des escouades voire des régiments entiers.

Le combattant hocha la tête, conscient de la hauteur de la charge.

Bien... Je vais...

Un étrange brouhaha hors de la tente attira son attention, des cris, des encouragements... Sans aucun doute une bagarre. Djerin se leva, le regard dur. Il ne tolérait pas les bagarres dans les rangs de ses hommes et trouvait particulièrement improductif de se battre contre son propre camp. Il jaillit de sa tente comme un diable enragé en hurlant d'une voix tonante.

QU'EST CE QU'IL SE PASSE ICI !?!


[hrp] Wolfy, on compte sur toi. [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wolfgang Oxford



________________

avatar
________________


Race : Seraphin-oracle
Classe : Archer
Métier : Musicien
Âge : 23 ans

Messages : 37


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Jeu 5 Fév 2015 - 0:08

Le camp était en émoi. Les nouvelles recrues venaient d’arriver et leur formation était sur le point de commencer. Dans cette foule de guerrier, Wolfgang ne savait pas trop où se mettre. Quoique son armure fut faite spécialement pour lui, il se sentait à l’étroit à l’intérieure. Le simple fait de ne pas se sentir à sa place l’étouffait. Le séraphin avait accepté la proposition de son père de rejoindre les Gardiens. Il n’avait pas encore déterminé pourquoi. Était-ce une raison pour se rapprocher de Djerin, retrouver cette figure paternelle qu’il avait perdu il y a de cela plusieurs années, oublier cette vie d’humain qui avait été la tienne ou était-ce un mélange des trois. Ainsi, l’archer avait passé les tests comme tous les autres. On l’avait mis à l’épreuve dans physiquement que mentalement. On l’avait poussé à sa limite et il avait tenu bon. Il n’avait pas eu de traitement de faveur ou d’encouragement particulier. Son père était trop juste et droit pour le favoriser. Le musicien avait même l’impression qu’il avait dû travailler encore plus fort pour prouver sa valeur aux autres Gardiens. Pourtant, il se demandait encore comment il avait pu surpasser les autres. Djerin lui avait annoncé qu’il ferait parti d’un groupe d’«élites». Son fils lui avait presque rit au nez.

Pourtant, le voilà parmi la cinquantaine de recrues à écouter le discourt de son père. «Toujours je défendrais les faibles et les opprimés, Toujours je me tiendrais entre le mal et le bien, Jamais je ne fuirais face à l'ennemi, Je ferais toujours ce qui est en mon pouvoir pour rendre le monde dans lequel j'officie meilleur.» Le séraphin se retint de faire une moue. Certains dans la foule répétèrent ses paroles, comme le haut-elfe non loin de lui, mais pas lui. L’ange se demandait combien d’hommes et de femmes étaient réellement prêts à mettre leur vie en jeu pour protéger son voisin. Puis, on dispersa les troupes et il suivit le petit groupe composé d’une séraphine, de deux humains, d’une orc, du haut-elfe qui murmurait durant le discourt. Il s’aligna avec les autres lorsque l’ordre leur en fut donné et regarda cette Sanna Rán entrer dans la tente. Son père ajoutait de la théâtralité dans les circonstances avec son protocole, sa voix ferme, son regard scrutateur. Wolfgang l’avait connu sous un autre jour. Le guerrier avant la prestance de Guide des Gardiens.

À son côté, un des humains vacilla sur place et l’ange dû le repousser à de nombreuses reprises. Il ne semblait pas être au mieux de sa forme. Djerin lui avait expliqué que chaque monde avait un effet sur le corps et que chaque personne réagissait différemment à l’influence de ceux-ci. Le musicien avait eu du mal les premiers jours, mais son corps s’était rapidement fortifié. Ceci était dû à sa nature première. Il appartenait à Adyril, mais pas l’humain à côté de lui.

-Ces voix


Avant, que l’ange puisse demander de quelles voix il parlait, Sanna Ran sortit de la tente et appela Aguabert. L’homme s’avança d’un pas chancelant et Wolfgang eut l’impression de voir un ivrogne à la sortie d’une taverne. À peine deux minutes après que ce dernier eut entré dans la tente, un fracas en provint. L’archer n’attendit pas et se lança vers l’avant, mais on l’empêcha d’aller plus loin. Le chemin des cinq recrues leur était barré par un Gardien qui leur ordonna de reculer et de se remettre en ligne. L’ange chercha de passer sous le bras, mais rien à faire : on ne le laisserait pas passer.

-Je dois aller aider mon père!
-Le Guide est en mesure de se défendre. Recule! Reculez tous!

On les poussa vers l’arrière. Les bruits de combat ne furent bientôt qu’un souvenir et Djerin sortait en tirant un démon derrière lui.

-Par tous les dieux

Le mort était un monstre. À l’épée, le musicien l’identifia comme étant Aguabert. Son père les mis en garde contre le danger imminent. On ne savait pas où se cachait les démons et ils étaient prêts à tout pour les infiltrer. Les deux gardes qui les surveillaient s’occupèrent du corps, laissant ainsi le petit groupe seul. Djerin reprit où il en était et invita Reginald, le deuxième humain, à le suivre. Malgré le va et vient constant dans le camp, il ne restait que l’orc, le haut-elfe et les deux séraphins à attendre devant la tente.

-Comme ça, le Guide est ton père. Tout s’explique. Je me demandais comment un séraphin aussi jeune pouvait avoir été choisi pour être Gardien. Surtout que tu n’as pas réalisé qu’il y avait un démon juste à côté de toi.
-Ça n’a rien à voir. Le Guide n’est pas homme à faire du favoritisme.
-J’ai un doute. Il n’est peut-être pas si honorable que ça.
-Ne t’avise pas d’insulter mon père.
-Retourne dans les jupes de ta catin de mère. C’est là qu’est ta place.

C’en était trop. Tout le long de l’échange, Wolfgang avait tenté de se contrôler, mais il s’avança pour se porter contre l’elfe. Il repoussa la main qui voulait le faire reculer. Personne n’insulterait ses parents. Cette colère qu’il avait retenue depuis trop longtemps explosa. Il se lança sur son opposant. Ils roulèrent au sol et l’archer réussit à se trouver sur le dessus. Il frappa deux fois, avant que l’autre ne le fasse basculer en poussant contre son genou. Perdant l’équilibre, l’ange ne put rien faire. Un groupe se forma autour d’eux, les encourageant l’un l’autre. Hors de contrôle, le musicien utilisa son pouvoir et une bourrasque de vent repoussa tant son opposant que ceux qui tentaient de s’approcher d’eux. C’était son combat. De nouveau sur pied, l’elfe tira une épée courte et le jeune homme s’empressa de tirer son couteau de chasse.

- QU'EST CE QU'IL SE PASSE ICI !?!

«Rien» aurait voulu crier le garçon, mais il était trop concentré sur son opposant pour prendre la peine de s’intéresser au nouveau venu. La foule fit place pour laisser au Guide l’espace nécessaire pour voir les deux combattants. Durant ce temps, l’archer se lançait à nouveau vers l’avant. Son unique chance de battre l’elfe était par sa rapidité. Il dévia la lame et vint pour lui attraper le poignet qu’il se sentit basculer. Son ennemi avait anticipé son mouvement et profitait de son élan pour le faire tomber au sol. Il sentit une pression contre son coup et chercha à repousser l’elfe. Il déclencha son pouvoir et diminua le niveau d’oxygène autour d’eux (dans un rayon de un mètre). Bientôt, l’autre tomba sur le côté tout près de l’asphyxie. Wolfgang attrapa un couteau à sa hanche et le plaça sur la gorge de son opposant. Avant qu’il ne puisse égorger cet idiot, il fut repoussé vers l’arrière.

-Laisse-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sanna Rán

Qui choisit les abattus

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ninja
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : Aucunes
Groupe : Ange

Âge : 85

Messages : 15

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Sam 7 Fév 2015 - 14:33


Sanna s’était à peine remis dans le rang que le dénommé Aguabert s’avançait vers la tente. Il avait une drôle de démarche, peut-être avait-il trop fêté sa nomination ? Sanna n’y fit pas plus attention que ça et se remémora ce qui s’était passé dans la tente. Elle trouvait que l’entretien s’était plutôt bien déroulé puis elle se souvint du regard du Guide… Djerin Rashkae. Il était plutôt beau malgré ses cicatrices mais quel âge pouvait-il donc bien avoir, son regard trahissait une grande expérience et une certaine sagesse.

Faîtes que je sois dans son groupe !

Sanna ne put y songer bien longtemps, un bruit venait de retentir. Et la source de ce raffut provenait de la tente qu’elle avait quitté quelques minutes plutôt. Soit la recrue avait raté sa démonstration, soit l’entretien s’était déroulé bien différemment du sien. Certaines des recrues avaient bougé et s’étaient précipitées vers la tente dont le séraphin aux ailes noires. Un Gardien barrait l’entrée.

Sanna n’avait pas bougé d’un pouce. Elle aurait aimé savoir ce qu’il se passait dans la tente et observer le combat qui y faisait rage, mais une chose était certaine les trois examinateurs n’avaient pas besoin de leur aide. Ils avaient assez d’expérience, de force et de nombre d’années pour faire face à un ennemi même dans un endroit aussi exigu.
C’est alors que le séraphin protesta, aider son père ? le Guide ? Djerin Rashkae était son père ? Sanna le regarda d’un nouvel œil, cette recrue était le fils du Guide des gardiens… Elle n’eut guère le temps d’y réfléchir plus, puisque le fameux Djerin Rashkae venait de sortir de la tente en trainant par le pied un être démoniaque tout en donnant des ordres.

Le brûler ? Ils ne vont donc pas l’étudier avant ?

Sanna avait toujours pensé qu’étudier son ennemi, son univers, sa façon d’être, était l’un des meilleurs moyens de le battre. Certes ce démon avait eu l’audace de pénétrer dans leur monde mais il avait eu le châtiment maximal : la mort. Alors ils auraient peut être pu tirer ça à leur avantage. Mais elle n’allait pas commencer par se faire remarquer en contestant les ordres, elle n’avait pas envie de perdre sa place pour une erreur aussi stupide. Le Guide avait encore du sang sur le visage, heureusement, cela ne semblait pas être le sien.

Maintenant, vous voyez ce à quoi nous sommes confrontés... Certains démons veulent nous infiltrer pour nous détruire de l’intérieur. Attendez-vous toujours au pire, de cette manière, vous ne serez jamais déçus. Reginald. Viens.

Sanna hocha la tête et regarda le dénommé Reginald rejoindre la tente. Elle n’avait toujours pas bougé. Elle observait maintenant les deux recrues dont l’échange semblait sur le point de s’enflammer. L’elfe eu un mot un peu au dessus des autres et c’est là que tout parti en vrille. Ils ne pouvaient les laisser se battre comme des chiffonniers, certes l’elfe n’aurait jamais du dire ça et le séraphin avait raison d’être fier de sa famille, après tout, elle aussi était fière de faire partie de la lignée des Rán.

Elle jeta un regard vers l’orc mais celle-ci ne semblait guère vouloir les interrompre et Sanna avait même l’impression qu’elle prenait un malin plaisir à les voir se battre, cela éliminerait un postulant si l’un d’entre eux venait à être gravement blessé ou pire à mourir. Sanna se faufila parmi les curieux qui s’étaient agglutinés pour essayer de voir les combattants. Elle s’avança pour les séparer mais un vent souffla et repoussa quiconque souhaitait pénétrer à l’intérieur du cercle. Il fallait qu’elle trouve un moyen, elle serra ses shurikens entre ses doigts quand le Guide finit par arriver en hurlant. Il ne semblait pas du tout content. Il interrompit le combat et attrapa par la peau du cou le jeune séraphin.

Sanna rangea ses armes et se précipita vers l’elfe. Elle s’agenouilla à ses côtés et vérifia qu’il n’avait aucune blessure sérieuse. Il semblait seulement avoir été victime d’asphyxie. Sanna leva les yeux vers le Guide puis son fils.

Mon père me disait toujours : agir de façon impulsive, c'est courir de grands risques de se tromper. Puisque nous sommes capables de réfléchir, attendons d'être calme et détendu avant de commettre l'irréparable.

Sanna reposa son regard sur l’elfe et glissa à l’intérieur de sa bouche une feuille. Puis elle se redressa et quittait le lieu du combat afin de rejoindre son rang. Sa première journée auprès des gardiens ne commençait guère comme elle l’aurait imaginé. Elle était déçue, comment de tels personnages pouvaient faire de la terre du milieu un monde meilleur et juste alors qu’ils se battaient dès le premier échange comme de vulgaires chiffonniers. Ils déshonoraient leur rang. Peut-être que ce n’est pas les démons qu’elle devait craindre en ces lieux mais ses propres camarades et la petitesse de chaque être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Djerin Rashkae

Guide des Protecteurs guerriers, Martyr

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Méta-guerrier
Métier : Protecteur
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 524

Messages : 64

Fiche de Personnage : Djerin, le premier martyr


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Dim 22 Fév 2015 - 19:30

Djerin saisit son fils par la peau du cou et le secoua comme un chiot trop téméraire. Il le lâcha ensuite au sol, le laissant se relever par ses propres moyens tandis qu'il écoutait la jeune Sanna. Il hocha lentement la tête en signe d'assentiment, jetant un bref regard sur l'elfe pas trop mal en point. Il interrogea rapidement Rägmira sur ce qui était arrivé, regardant les autres soldats qui confirmèrent en majorité. Il tourna autour des deux adversaire, toujours silencieux avant de lâcher un grognement sec qui en fit sursauter plus d'un.

Je constate avec un certain déplaisir que je ne peux pas compter sur la capacité à la discipline de ceux qu'on m'avais présentés comme les meilleurs... Je peux vous assurer que je suis très déçu !

Il fusilla du regard l'elfe qui s’apprêtait à dire quelque chose, laissant à ses mots quelques secondes pour faire leur effet. L'attroupement de soldats qui s'étaient arrêtés pour observer le combat semblait avoir doublé.

Que vous ayez des inimités m'importe guère. Vous pourriez aussi bien avoir étés des ennemis avant de venir ici, vous êtes désormais des soldats. J'attends de chacun d'entre vous que vous vous comportiez comme tel !

Il fusilla Wolfgang comme il l'avait fait avec pour l'elfe, lui signifiant ainsi que cette remarque lui était particulièrement destinée.

S'il y a le moindre conflit entre deux d'entre vous, il convient de se poser une question. Rägmira, tu as été soldat ! Quelle est cette question ?

L'orque leva la tête, prise au dépourvu. Elle bafouilla un instant tandis que Reginald sur le seuil de la tente du Gardien déclamait fort et clair.

Ce conflit relève-t-il de l'autorité militaire ?

Djerin hocha la tête sans quitter les deux combattants du regard, ne voyant pas l'orque jeter un regard noir au guerrier en armure.

Exactement. Ici qu'elle est la réponse ?

L'orque rattrapa son manquement en prononçant distinctement le ''Non''.

Dans le cas donc d'un conflit personnel, il n'y a qu'un endroit pour le régler. Sur le sable de la lice!

L'elfe recula surpris et Djerin manqua la réaction de son fils. Il murmura une remarque pour lui-même et fit signe à des gardes qui étaient arrivés de les escorter jusqu'à l'endroit idoine. Il fit ensuite signe à Rägmira de les suivre tandis qu'il ordonnait à Reginald de disperser la foule avec quelques hommes avant de rejoindre son affectation auprès d'Ulrich. Il s’intéressa ensuite à Sanna, la seule personne encore désœuvrée. Il lui indiqua de l'accompagner vers la lice.

J'aimerais savoir pourquoi tu as commencé par aller voir Lothir... Après tout, il était vraisemblablement à l'origine du conflit malgré sa qualité d'agressé. Je ne te le reproche pas, du moins pas encore, mais j'aimerais savoir ce qui a motivé ton geste.

Il marchait lentement, il avait beaucoup appris sur ses recrues pendant ces quelques minutes, et souhaitait éclaircir quelques points encore flous. Il écouta la réponse de la jeune séraphine sans prononcer un mot et sans modifier son expression neutre. Il ne voulait pas voir sa réponse influencée. Lorsqu'elle eut finit, il continua, sans même faire de remarque.

Tu semble avoir des capacités réelles et pas mal de petits talents intéressants. Et je dois prendre en charge trois d'entre vous. Si tu devais argumenter pour que je te prenne plutôt que... Rägmira par exemple. Que dirais-tu ?

Il écouta à nouveau sans trahir la moindre emotion.

Dans ce cas, j'aurais une proposition à te faire.

Il laissa un léger temps de silence, ils arrivaient en vue de la lice et la conversation allait prendre fin.

J'ai découvert récemment que j'avais besoin d'un bras droit. Un personne sur laquelle je peux compter pour assurer mes arrières sans que son style de combat ne soit incompatible avec le mien. Un ami qui puisse abattre les adversaires trop dangereux et en lequel je puisse avoir confiance pour monter la garde la nuit. Il se trouve que je n'ai jamais rencontré personne qui ne réunisse toutes ces facultés. Toi-même tu ne les possèdes pas toutes. Mais tu as quelque chose en plus que tout les autres qui aient pus briguer ce poste. Toutes les facultés qui te manquent sont celles qui peuvent s'obtenir...

Il s’arrêta hors de portée d'oreilles de la lice et posa sa mains sur l'épaule de la jeune femme.

Je fais partie des Gardiens les plus exposés, et je ne te cache pas que je ne suis pas toujours très agréable. Cependant, si tu acceptais cette proposition, j'en serais honoré.

Il posa sa main sur la bouche de la jeune femme avant qu'elle dise quoi que ce soit.

Ne répond surtout pas tout de suite. Suis l'adage de ton père, un homme sage si tu veux mon avis, mais ne prend pas toujours ses mots au pied de la lettre. Dans le feu de l'action tu sera parfois obligée d'agir en suivant ton instinct, cependant, on ne pourra jamais te reprocher d'avoir pris une mauvaise décision si tu en assume l'intégralité des conséquences. Maintenant, observe, apprend et réfléchis.

Il la planta sur place et entra sur la lice, un carré de cinq mètres sur cinq, entouré de cordes tendues à auteur de hanches au sol couvert d'une couche épaisse de sable sec et tassé pour offrir un appuis ferme. De chaque coté du carré de sable, Wolfgang et Lothir, équipés d'armures rembourrées et d'épées mouchetées pour éviter les blessures grave.

Les règles sont simples... Le vainqueur et celui qui aligne dix touches. Une touche à la tête compte double et l'engagement se rompt à chaque touche. Tout le reste est permis tant que cela ne blesse pas de façon handicapante votre adversaire, vous devez rester apte à vous battre sur un véritable champ de bataille. Vous vous opposerez sur un duel d'archerie lorsque vous serez calmés.

Il quitta la lice et fit signe à Rägmira qui faisait office de juge de touche de lancer le combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sanna Rán

Qui choisit les abattus

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Ninja
Métier : Soldat d'Adiryl
Croyances : Aucunes
Groupe : Ange

Âge : 85

Messages : 15

Fiche de Personnage :


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Sam 8 Aoû 2015 - 16:37


Sanna attendait là où était sa place, là où on lui avait dit d’attendre, elle regardait juste ce qui se passait autour d’elle tout en bougeant frénétiquement son pied, elle était nerveuse, elle n’avait peut être pas fait le bon choix en agissant ainsi. Mais elle ne pouvait laisser un blessé à terre, surtout que les deux étaient en tort au final, du moins, à ses yeux. La voix du Guide l’interrompit dans ses rêveries.

S'il y a le moindre conflit entre deux d'entre vous, il convient de se poser une question. Rägmira, tu as été soldat ! Quelle est cette question ?

Sanna tourna le regard vers Rägmira, elle ne semblait pas connaître la réponse.

Un point en moins pour toi, dommage !

Sanna lui adressa un grand sourire, signifiant un truc du style « c’est bête hein ». Djerin Rashkae décida de les envoyer au combat afin de régler leur différent. Alors que Sanna hésitait entre y aller et ne pas y aller, le guide vint à sa rencontre.

J'aimerais savoir pourquoi tu as commencé par aller voir Lothir... Après tout, il était vraisemblablement à l'origine du conflit malgré sa qualité d'agressé. Je ne te le reproche pas, du moins pas encore, mais j'aimerais savoir ce qui a motivé ton geste.

Sanna haussa les épaules et fixa Djerin Rashkae quelques secondes avant de lui répondre en toute honnêté.

J’ai agi ainsi parce qu’il était blessé ce qui n’était pas le cas de… du séraphin. Je pense que ce genre de petit désaccord et acte puéril ne doit pas finir par la mort d’un futur gardien potentiel. Voilà pourquoi j’ai apporté mon aide à Lothir.

Sanna savait très bien que le Guide ne dirait pas ce qu’il avait pensé de sa réponse, il se mit à marcher lentement et elle décida de le suivre. Il allait vers la zone de combat mais il semblait vouloir lui parler à elle. Qu’avait-il bien pu déceler en elle quand il l’avait regardé droit dans les yeux ?

Tu semble avoir des capacités réelles et pas mal de petits talents intéressants. Et je dois prendre en charge trois d'entre vous. Si tu devais argumenter pour que je te prenne plutôt que... Rägmira par exemple. Que dirais-tu ?

Sanna ouvrit la bouche aussitôt sans réfléchir réellement.

Peut-être parce qu’elle, elle a donné la mauvaise réponse !

Sanna ferma aussitôt sa bouche, elle était trop impulsive, elle n’était pas sûre que sa remarque légèrement enfantine amuse son supérieur. Elle réfléchit quelques instants et répondit avec cette sincérité qui la caractérisait bien.

Peut-être tout simplement parce que je suis plus surprenante qu’elle et puis pour assurer des arrières, c’est bien plus intéressant d’avoir une personne discrète qu’une espèce de mastodonte dans son genre non ?
Je sais que j’ai encore énormément de chemin à parcourir, et je suis prête à apprendre, prête à modeler mes techniques pour réaliser cet objectif ou plutôt atteindre mon objectif. Je ne vais pas vous dire que je suis la recrue idéale mais je suis plus que motivée et je pense que j’apprendrais vite à vos côtés.


Sanna pouvait à nouveau respirer elle avait dit tout ce qu’elle pensait d’un coup et peut être même dans le désordre mais peu importe, il avait du ressentir à quel point c’était important pour elle de rejoindre cette équipe.

Dans ce cas, j'aurais une proposition à te faire.

Une proposition ? Sanna ne comprenait pas de quoi voulait-il parler ? Bientôt ils seraient dans le tumulte du combat, est-ce qu’il allait quand même lui révéler en quoi consistait cette proposition ?

J'ai découvert récemment que j'avais besoin d'un bras droit. Une personne sur laquelle je peux compter pour assurer mes arrières sans que son style de combat ne soit incompatible avec le mien. Un ami qui puisse abattre les adversaires trop dangereux et en lequel je puisse avoir confiance pour monter la garde la nuit. Il se trouve que je n'ai jamais rencontré personne qui ne réunisse toutes ces facultés. Toi-même tu ne les possèdes pas toutes. Mais tu as quelque chose en plus que tout les autres qui aient pus briguer ce poste. Toutes les facultés qui te manquent sont celles qui peuvent s'obtenir...

Sanna le regarda du coin de l’œil, est-ce qu’il était réellement en train de lui proposer ce qu’elle pensait ? Ou était-ce une illusion ? Sanna ne remarqua pas directement qu’il s’était arrêté de marcher et du faire quelques pas en arrière pour se mettre à sa hauteur. Elle sentit sa main sur son épaule et frissonna.

Je fais partie des Gardiens les plus exposés, et je ne te cache pas que je ne suis pas toujours très agréable. Cependant, si tu acceptais cette proposition, j'en serais honoré.

Sanna n’y croyait pas. Elle avait du louper son réveil, ce n’était pas possible, elle devait encore rêver, oui c’est ça. Sanna se pinça fortement l’avant-bras et allait hurler à cause de la douleur quand le Guide  posa sa main sur ses lèvres. Sanna le regarda surprise.

Ne répond surtout pas tout de suite. Suis l'adage de ton père, un homme sage si tu veux mon avis, mais ne prend pas toujours ses mots au pied de la lettre. Dans le feu de l'action tu sera parfois obligée d'agir en suivant ton instinct, cependant, on ne pourra jamais te reprocher d'avoir pris une mauvaise décision si tu en assume l'intégralité des conséquences. Maintenant, observe, apprend et réfléchis.

Sanna hocha juste la tête pour montrer qu’elle avait compris et resta en retrait, pour une fois silencieuse, en voyant le Guide Djerin Rashkae se diriger vers le lieu du combat. Pourquoi elle ? Elle avait bien du mal à comprendre, bien que l’issue du combat ne l’intéressait guère, elle suivit les ordres et observa la lutte acharnée entre les deux combattants. Une fois le combat terminé, elle se mit à l’écart et espérait que ce soit la dernière altercation entre gardien qu’elle verrait même si elle avait bien du mal à y croire.

Qu’allait-il se passer maintenant ? Allaient-ils continuer les entretiens ? Devaient-ils s’entraîner ? Sanna comme tout bon soldat attendait les ordres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Djerin Rashkae

Guide des Protecteurs guerriers, Martyr

________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Méta-guerrier
Métier : Protecteur
Croyances : Aucune
Groupe : Anges

Âge : 524

Messages : 64

Fiche de Personnage : Djerin, le premier martyr


MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   Sam 15 Aoû 2015 - 19:58

Djerin observa son fils se relever. Il avait été battu. Rien de vraiment surprenant, car Lothir focalisait son style de combat sur la moyenne et la courte portée, rendant nécessaire des talents de corps à corps. Cependant, cette capacité à l'épée le pénaliserait sur le duel d'archerie, l'elfe étant peu précis, comptant sur la puissance de son arbalète pour abattre ses adversaire à moyenne distance. Le duel d'archerie était réglé d'avance. La victoire haut la main de Wolfgang était assurée. Connaissant cela et à cause de son rôle d'officier, Djerin se détourna de la suite des événements, laissant Rägmira présider le reste. Malgré certaines de ses tares, l'orque avait une capacités innée à être impartiale. Il partit donc rejoindre ses quartiers pour faire officialiser les formations des nouveaux. Lothir partirait sûrement sous les ordres directs d'Ulrich Sombregard l'orc géant à la tête du génie. Reginald aussi rejoindrait le génie, lui ce ne serait pas pour apprendre d'humilité, mais pour se retrouver un peu plus en sécurité car le séraphin désirait le placer parmi les instructeurs du campement. Le sort de Sanna était déjà tracé, il la prendrait sous son aile et l'avenir lui dirait s'il finirait à l'ombre des siennes. Rägmira l'accompagnerait aussi, elle devrait encore être formée au commandement avant de pouvoir mener une escouade sur le terrain. Seul le sort de Wolfgang l'inquiétait, il aurait aimé le former personnellement et passer plus de temps avec son fils, mais il craignait que cela ait des retombées négative. Nombre d'homme pouvaient prendre cela pour du favoritisme. Il décida de remettre ce choix à plus tard et sonna son ordonnance.

Vas me trouver la séraphine Sanna Rán. Et dis lui de me rejoindre.

Étant la seule n'ayant rien à faire, il en profiterait pour lui donner sa première leçon et pour l'observer. Il devrait la placer en situation de commandement et évaluer ses facultés et ses connaissances. Après tout, il était lisible dans ses yeux qu'elle allait accepter, alors autant commencer à la préparer immédiatement. Car ce serait un long apprentissage.

- - -[RP Terminé]- - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les nouveaux... Bienvenus sur le pire poste que vous n'aurez jamais. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Adiryl, le monde du dessus :: Grand palais d'Adiryl :: Chemin de ronde-