''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [CLOS] À la recherche de ses origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lupusänghren Dovah

Dragonnier

________________

Lupusänghren Dovah
________________


Race : Humain draconique
Classe : Porteur élémentaire
Métier : Mage
Croyances : Aucune
Groupe : Mages de Béolan

Messages : 35

Fiche de Personnage : Clique ici


[CLOS] À la recherche de ses origines  _
MessageSujet: [CLOS] À la recherche de ses origines    [CLOS] À la recherche de ses origines  EmptyMer 21 Jan 2015 - 19:17

« Parfois on se demande à quoi ressemble nos ancêtres. Et moi j'ai décidé d'aller en rencontrer un par moi-même. »

* * *

Beaucoup de personnes dans la tour des mages se demandaient ce que cherchait vraiment le jeune hybride qui passait ses journées la tête dans les manuscrits les plus anciens que l'on pouvais trouver dans les bibliothèques de la tour. Lupusänghren n'avais dis à personne ce qu'il cherchait car il se doutait que on lui interdirais de partir en voyage afin de rencontrer l'un de ses ancêtres, un dragon en chair et en os. Certaines pistes avaient l'air intéressantes. Le gros problème c'est qu'elles n'étaient pas fiables. Certaines archives dataient de centaines d'années et un dragon devait sûrement migrer au fil du temps non ? Il connaissait à présent quasiment tout sur les dragons. Mais il se demandait comme réagirait un véritable dragon en apercevant un hybride humain-dragon. Et si il était incapable de communiquer avec un véritable dragon? On ne sait jamais. Peut-être me prendrait-il pour un prédateur qui en veux à ses œufs et à son trésor? Lupusänghren n'en avais rien à faire de toutes les richesses que pouvait garder un dragon. La seule chose qui l'intéressait était de pouvoir rencontrer un être avec le même sang bestiale que lui et pouvoir discuter avec lui. Tandis qu'il refermais un énième parchemin entre ses doigts écailleux, son regard magique se braqua sur un énorme livre qu'il n'avais pas remarquer jusqu'à maintenant. L'hybride se précipita en enfermant le livre dans sa lourde poigne de guerrier. Tout en retournant à sa place, il feuilletait déjà les pages du parchemin qui semblait si précieux rien qu'à son apparence. Il tombais enfin sur une piste. Une île pas loin des montagnes où se cacherait un dragon. Le regard ensorcelant de l'hybride se relevait sur la silhouette à moitié cachée dans l'obscurité du bibliothécaire. Il ne semblait pas vraiment d'accord à l'idée de l'aider. Ce n'était pas si grave.

Tout en soulevant son lourd corps recouvert d'écailles assez lourdes, il s'adressa au tenant de la bibliothèque dans un lent bruit de salive.

« Je vous remercie pour votre aide. J'ai enfin trouvé ce que je cherchais depuis des semaines. Il est temps que j'y aille, au revoir. »

Le bibliothécaire acquiesça d'un mouvement de la tête avant de me répondre d'un ton désapprobateur.

« Faites attention à ne pas vous faire tuer dans le long périple que vous allez devoir accomplir. Vous allez affronter vent et marées et bon nombre de dangers. Je vous souhaite bonne chance. »

Puis le vieil oracle disparut à travers une pile de livres et son odeur devint indescriptible. Lupusänghren marqua une pause avant de récupère ses affaires, prenant un long appui sur son bâton magique et se hâtant de se rendre jusqu'à la chambre qui lui était attribuée. Les couloirs étaient pleins d'étudiants magiciens qui se rendaient à leur occupations respectives. Pas de quoi se reposer un moment. L'hybride passa un lent moment à regarder par une fenêtre fait de mosaïque en apercevant le doux coucher de soleil que nous offrait Feleth ce soir-là.

Après un bref moment d'inattention, Lupusänghren continuait son chemin jusqu'à le bureau qui lui servait de chambre. L'albinos posa alors sa main sur la poignée, la tourna et poussa. Un nuage de poussière s'éleva dans l'encolure de la porte tandis qu'il s'avançait jusqu'à son lit. C'est là qu'il compris que cela faisais plusieurs semaines qu'il n'avais pas fermer l’œil ni posé un pied dans sa chambre. Les deux épées noires étaient toujours aussi propres et pas un poil de poussière n'était visible sur celles-ci. Elles ressemblaient à un trésor par rapport à toute la pièce empoussiérée. La tenue de mage qu'il portait habituellement était totalement couverte de saleté. Elle était trop serrée pour qu'il puisse rester plusieurs jours à livre un livre sans qu'elle le gêne dans ses mouvements. Il avais donc préféré enfiler une simple tunique afin d'être mieux concentré dans ses recherches et ne pas à se changer toutes les heures. Il dût passer au moins une dizaine de minutes à faire flotter ses affaires de mage dans le vent afin que toute la poussière disparaisse. Utiliser ses pouvoirs magiques aurait été beaucoup plus facile mais il fallait mieux qu'il économise ses forces pour le début de son périple demain matin. Une fois toutes les affaires propres, il prépara son sac de voyage. Lupusänghren allait manquer de provisions et il prit la décision d'aller en chercher demain matin dans le garde-manger de la tour. Cela n'allait pas être une mince affaire de voler de la nourriture et surtout pour partir dans un voyage dont il n'avais parler à personne. Le bibliothécaire ne sortait jamais de ses locaux et il ne raconterait à personne sa petite escapade.

Une idée germa doucement dans son esprit tandis qu'il se préparait à plonger dans un profond sommeil. Il avait envie de se sentir détendu et sans stress pour son départ du lendemain. C'est ainsi qu'il décidait de se rendre aux sources thermales qui se trouvaient à quelques mètres de la tour des mages. Habillé d'une simple toque et les pieds nus, il se rendit sans encombre jusqu'au bâtiment qui s'occupait des sources. Il donna quelques pièces au dirigeant des sources avant d'aller tranquillement se déshabiller afin de se détendre quelques minutes. Il se rendait compte à quel point il était tendu. Son cou le faisait affreusement souffrir et ses muscles étaient tout endoloris. Au début il n'avais pas pensé à pouvoir éduquer un dragon et en faire son compagnon. Mais pour ça il lui fallait obtenir un œuf de dragon. Aucune dragonne accepterais de lui donner un œuf seulement parce que qu'il est du même sang que ces ancêtres. Alors comment faire? En subtiliser un sournoisement? Lupusänghren n'était pas un voleur. Le vol ne faisait pas partit de ses ambitions et il ne souhaitais pas provoquer de la colère chez un individu bien plus grand et plus puissant que lui.

Tellement plongé dans ses pensées qu'il en avait totalement oublié de ses rendre jusqu'aux sources thermales. Il promena sa carcasse écailleuse jusqu'aux bains thermaux avant de plonger lentement dans l'eau chaude et apaisante. Toutes ses tensions s'apaisèrent au contact de cette substance angélique. Ses membres endoloris s'étiraient et toute la douleur disparaissait en quelques minutes. Il prêta doucement attention à l'environnement qui l'entourais. Il ne remarquait personne d'autre que lui présent dans les sources thermales. Une barrière de bois séparait les sources hommes et femmes. Lupusänghren ne connaissait pas les sentiments humains tel que la timidité où la honte. Enfin plus maintenant. L'hybride avais même du mal à exprimer ses sentiments aux autres personnes de son âge. Fermant doucement les yeux, il soupira longuement en se prélassant tendrement dans les sources bouillantes. Il fut surpris de ressentir toutes les odeurs environnantes dans le bâtiment à une dizaine de mètres de celui-ci. Lupusänghren arrivait aussi à déterminer le nombre de femmes qui se prélassaient de l'autre côté de la barrière. Deux précisément. Ses pupilles reptiliennes s'ouvraient doucement en faisant briller ses pupilles violettes à travers l'obscurité tombante. Il s'extirpa de l'eau afin d'aller se rhabiller et de profiter d'une bonne nuit de sommeil bien reposante. En une dizaine de minutes il était déjà couché et profondément endormi.

Le soleil venait à peine de se lever que ses pupilles étaient ouvertes. Tout le monde dormais encore dans la tour de Béolan à part certains professeurs qui se levaient très tôt afin de préparer les cours de la journée. Il devais préparer son cheval et récupérer des provisions. Il avait profité d'être à la bibliothèque pour récupérer un livre avec une carte totale de Feleth. Les lieux importants sur son chemin étaient entourés d'une teinte rougeâtre pour ne pas qu'il se trompe de chemin. Les bandits qu'il pourrait rencontrer sur son chemin ne lui faisaient absolument pas peur. Son entraînement continuel au maniement de la magie ainsi qu'au maniement des armes s'était révélé efficace et il était devenu très puissant. Ce serait plutôt aux voleurs et aux brigands d'avoir peur de le rencontrer sur une route sombre de forêt. Après avoir ressemblé ses armes ainsi que ses différentes tenues et une bonne somme d'argent obtenue après quelques semaines de travail dans un moulin, il était fin prêt à commencer son périple. Il descendit discrètement les escaliers en ne faisant pas un seul bruit. Lupusänghren poussa doucement la porte du garde-manger en se propulsant à une vitesse animale en récupérant des miches de pain, des morceaux de viande séchée ainsi que des gourdes remplies d'eau fraîche. Une fois ceci fait, l'hybride s'avançait tout aussi discrètement en dehors de la tour des mages. Divers paysans étaient déjà debout dans la pénombre du début de cette journée qui allait s'avérer très longue. Le chemin jusqu'à l'écurie se fit sans encombres et personne ne le remarqua sur le chemin de terre. Le propriétaire de l'écurie était déjà levé à cette heure-là. Mince. Il m'interpella en apercevant ma silhouette.

« Qu'est-ce que tu fais ici à cette heure-là, les apprentis magiciens ne sont pas autorisés à emprunter un cheval. »

Il fallait qu'il trouve une excuse. Et vite. Sans même réfléchir, il répondit immédiatement en laissant des mots vagues sortir d'entre ses lèvres fraîches.

« J'ai été puni et je dois m'occuper de laver les chevaux. On m'a aussi demandé de m'occuper de leur séance de dressage. »

Le palefrenier semblait croire en sa réponse et il laissa passer l'homme-reptile. Il fallait à présent trouver une feinte avoir de pouvoir prendre un cheval et de s'enfuir sans que le dresseur de chevaux ne s'en aperçoive. Son regard se déposait sur le tas de paille assez loin de l'écurie pour ne rien enflammer d'important et ne pas causer de dégâts. Lupusänghren clignait doucement des yeux en direction du tas de paille tandis que ses yeux brillaient d'une teinte orangée. Une petite flamme apparût sur le haut de la paille tandis que le feu se propageait dans les alentours. Le palefrenier se dépêchait d'aller chercher des sceaux d'eau afin d'éteindre vivement les flammes. L'hybride se hissait sur le dos du cheval en se pressant de s'enfuir avec son bâton de licorne bien serré dans sa main gauche. Et en cinq minutes il disparaissait déjà à travers les arbres des alentours de Béolan. La mer s'étendait aux alentours de ce qui était un encerclement de montagnes. La ville des mages était protégée par une protection naturelle qui se trouvait être des montagnes. Une attaque marine serait totalement inutile face à Béolan. La coque des navires se briserait face aux bas pics des montagnes tout autour. Lupusänghren aimait voyager près de la mer. L'odeur de l'océan ainsi que le sentiment de ses pieds dans le sable l'apaisaient et l'aidaient à réfléchir. Cela faisais maintenant plusieurs heures qu'il s'était éloigné de la tour des mages. Béolan n'était plus qu'un lointain point dans l'horizon derrière lui. Personne ne semblait s'être mit à sa poursuite. Ils devaient sûrement encore le croire dans les grandes bibliothèques de la tour. Ils finiront bien par remarquer son absence.

La pénombre commençait à tomber près du petit village de fermiers dans lequel il venait de s'aventurer à l'aide de son étalon. Lupusänghren décida de s'arrêter ici afin de passer la nuit dans une chaumière pour être bien reposé le lendemain. Descendant doucement de son cheval au pelage noir et aux yeux brun noisettes, il l'emmena jusqu'à la première écurie qu'il vit. Le reptile déposa quelques pièce au palefrenier afin de stocker son cheval ici pendant une nuit complète. Une fois ceci fait, il s'empressa de trouver une auberge accueillante pour la nuit. Une chaumière semblait confortable. Elle se nommait "L'entre de la Chouette". Son nom était taillé dans le bois des rondins sûrement grâce à des outils spéciaux. L'albinos poussa doucement la porte de la taverne afin d'entrer dans un lent mouvement de son pied gauche puis en avançant le droit. La pièce centrale était composée de plusieurs tables de bois sur lesquels était déposés des bougies chacune allumées. Plusieurs bancs disposés autour des tables accueillaient des types louches mais aussi des guerriers et des soldats qui devaient avoir finis leur tour de garde. Lupusänghren se déplaça jusqu'à une table assez discrète et il cacha son visage à travers l'obscurité de la pièce. Seuls ses yeux violets brillaient grâce à la faible luminosité que dégageait la bougie. Une jolie serveuse brune avec des formes agréables vint m'accueillir en me proposant un dîner. Il commanda ainsi un dîner ainsi qu'une chambre pour la nuit.

La serveuse vint lui servir un repas doté d'une carcasse de sanglier ainsi qu'une chope de rhum. Des patates cuites servaient d'accompagnement à la viande de sanglier et la dégustation s'avérait très bonne. Une fois le repas finis et le ventre bien remplis, Lupusänghren déposait une petite bourse de pièces afin de payer ce qu'il avait commandé et servit. La salle était sombre. Plusieurs types louches venaient de sortir de la chaumière tandis que certains soldats s'apprêtaient à monter dans leur chambre. L'hybride en profita pour monter dans sa chambre. Il retira doucement ses affaires en prenant soin de les ranger dans l'armoire disposée pour ceci et il déposa ses deux épées prêtes à être dégainées si il le faut.

Les pics enneigés. De la neige à perte de vue. Lupusänghren troqua sa tenue légère de mage contre une tunique de cuir ainsi qu'une longue cape faite dans une peau de loup. De grosses bottes de cuir afin que ses pieds soient chauds et sécurisés. Il rattacha ses deux épées noires contre les deux côtés de ses côtes ainsi que son bâton dans le creux de sa main droite. Après avoir remercié la serveuse ainsi que le dirigeant de la chaumière, il se déplaça lentement en direction de son étalon au pelage noir. L'hybride monta vivement sur son moyen de déplacement en empoignant la bride de son cheval. Et c'était repartit pour son voyage. Il traversa divers bourgades et des bois féeriques, il croisa même des elfes. Les montagnes enneigées étaient visibles à l'horizon et son but se rapprochait peu à peu. Les yeux bien fixés sur la carte du livre pour bien suivre le chemin indiqué, tout cela se passait parfaitement. En trois heures de voyage il était déjà arrivé au pied de la montagne enneigée. Lupusänghren ne pouvais pas s'aventurer sur la montagne à l'aide de son cheval. L'étalon noir n'arriverait pas à s'avancer sur les roches suite à ses pattes fragiles et droites. Il laissa ainsi son cheval dans une écurie au pied de la montagne enneigée.

Un montagnard l'interpella tandis qu'il s'apprêtait à s'aventurer sur le long de la montagne.

« Tu souhaites t'aventurer sur le flanc de la montagne ? Bonne chance. Fais attention à toi, on raconte qu'un monstre des neiges dévore ceux qui essaient de traverser la montagne. »

L'homme-dragon lui répondit lentement de sa voix forte.

« Je vous remercie pour vos informations. Je souhaite tout de même m'aventurer sur la montagne malgré cette créature. Ce que je cherche est beaucoup plus périlleux qu'un simple Yéti. »

Le montagnard répliqua de sa voix lente et éteinte.

« Méfie-toi tout de même. On raconte que les assauts de magiciens sont inutiles face à lui et qu'il écrase ses adversaires avec ses mains. C'est un véritable géant des montagnes comme dans les légendes. Pas un stupide Yéti. Enfin, ce n'est qu'une rumeur. »

Lupusänghren voulut répliquer mais quand il s'est retourné vers le vieil homme, il avait totalement disparu. Plus aucune trace du montagnard. Était-ce son imagination ? Peut-être un nouveau pouvoir qu'il ne connaissait pas et qui appartient à ses ancêtres. De toute façon, l'homme-reptile ne connaît pas parfaitement et n'a pas encore découvert l'étendu de ses pouvoirs de dragon. Beaucoup de talents uniques sont encore à découvrir. Surtout comment contrôler sa transformation en dragon et si il est capable de se transformer en combat réel sans être sensible et sans défense. Lupusänghren plaça son premier pied sur le flanc principal de la montagne. Il se démena afin de se dépêcher de traverser la montagne pour ne pas avoir à la traverser de nuit. On ne sait jamais ce qui peut arriver dans une montagne et il ne s'y connaît absolument pas dans cette environnement. La neige permet aussi de se cacher efficacement mais pas quand on est de de la taille de celui-ci. Il venais d'arriver à la moitié de la montagne. Aucune trace d'un quelconque géant des neiges. Seulement des petits animaux normaux qui se baladaient en sautant de rocher en rocher sur le long de la montagne. Mais il remarqua quelque chose. Plus il grimpait sur la montagne et plus son oxygène se rabaissait. Lupusänghren n'avait pas penser à ce défaut-là. Mais ce n'était pas un problème majeur suite à son organisme digne d'un dragon.

L'obscurité trônait tout en haut de la montagne. Tandis qu'il essuyait la sueur qui coulait abondamment de son front en venant faire fondre la neige en dessous de ses pieds, un tremblement de terre semblait se former en ce moment même. Il cru à une avalanche. Mais il ne se doutait pas de ce qui allait se passait l'instant d'après. Une gigantesque massue faillit venir l'écraser en bouillie. Ses réflexes draconiens lui permirent d'éviter le coup de massue au dernier moment en glissant sur le long du flanc de la montagne. Un second coup de massue s'abattait sur celui-ci. Dans une danse meurtrière, Lupusänghren dégaina ses deux épées noires en venant tout à coup trancher la massue en deux morceaux distinct précisément au centre de celle-ci. Le reptile semblait impossible à arrêter dans sa danse meurtrière. Le géant et son intelligence limitée n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait tandis qu'il tranchait les tendons du géant de la montagne. Le poison magiquement injecté dans les lames noires se propageait dans l'organisme du géant. Ce sont ses énormes doigts qui furent premièrement paralysés. La massue s'écrasa contre le flanc de la montagne en dévalant toute la pente, écrasant arbre et rochers sur son chemin. Elle se stoppa contre un énorme rocher qui eut l'effet de l'arrêter soudainement. Le rocher se fissura suite au choc brutal mais il tenais tout de même bon.

Tout le reste de son corps finis par se crisper et il s'écrasa lourdement contre le sol glaciale de la montagne. Le reptile n'aimais pas voir les créatures souffrir même si elles étaient mauvaises. C'est ainsi qu'il eut une bonne idée. Il s'avança devant le géant en transperçant d'un coup sec et sans douleur la gorge du géant des glaces. Lupusänghren se mit à reculer doucement en rengainant ses deux lames. Il tapa dans les paumes de ses mains en direction du géant et un vent glaciale recouvra totalement le corps de la créature en commençant peu à peu à le congeler. Finalement, il réussit à faire ce qu'il voulais au départ. Un glacier gigantesque qui recouvrait le corps d'un véritable géant trônait à présent tout en haut de la montagne. Comme une statue éternelle. La nuit n'allait pas tarder à tomber et il se dépêcha de descendre le second flanc de la montagne en rejoignant un petit village totalement enneigé et éclairé. Il pris une heure à descendre le second côté de la montagne.

Bien qu'il soit assez fatigué après avoir affronté ce satané géant, il ne voulais pas s'attarder à payer une auberge et à dormir toute une nuit. C'était beaucoup trop long. Le village était installé dans une sorte de grotte et pleins de petits ponts permettaient de se déplacer partout dans le long de la montagne. Lupusänghren se déplaça à travers tout un tunnel de grottes en prenant soin de ne pas se perdre. Il se repérait grâce aux alentours et à l'odeur de la mer qu'il ressentait grâce à son odorat de dragon. Certaines grottes portaient des torches qui étaient allumées mais il ne savait pas par qui. Lupusänghren avait sûrement fouler plusieurs fois des grottes de brigands mais personne n'avait tenter de l'agresser. Heureusement pour eux d'ailleurs. Le soleil éclairait de sa lumière bienveillante la sortie de la grotte. Enfin. Après toute une nuit de déplacement, la mer se dressait enfin sous les yeux du reptile. L'île décrite dans le vieux parchemin qu'il avait lu se dressait à quelques kilomètres de sa présence. Il arrivait à la voir grâce à sa vue précise semblable à celle d'un reptile. Puis l'hybride sauta littéralement du haut de la grotte jusqu'à la mer en bas. Le "splash" fût légendaire. Le choc contre le plat de l'eau aurait sûrement gravement blesser quelqu'un qui était humain. Mais pas quelqu'un avec une peau digne de celle d'un dragon. Les écailles avaient facilement amorties le choc contre l'eau.

Lupusänghren nageait doucement le long de la mer afin de trouver un moyen de transport rapide. Une barque serait un moyen parfait pour naviguer jusqu'à l'île. Il s'était entraîné à former une petite vague d'eau afin de pouvoir vaguer facilement jusqu'à l'île indiquée sur le parchemin antique. Il lui suffisait de tendre la main en direction de la surface d'eau puis de se concentrer en fermant les yeux. Le reptile abattait la paume de sa main droite contre la surface de l'eau en repérant tout objets sur la surface de l'eau grâce aux vibrations formées par le choc. Une barque traînait à travers vent et flots sur le long de l'océan à quelques mètres du jeune homme. Il se dépêcha de nager jusqu'à celle-ci en se hissant à l'intérieure de la petite barque. Lupusänghren déposa lentement sa main au dessus de l'étendue d'eau du côté droit de la barque avant de fermer ses paupières et de se concentrer. Une mini-vague se formait peu à peu en dessous de la barque et il se laissait porter jusqu'à l'île en restant totalement concentré. Il n'ouvrit les yeux seulement quand il sentit que son moyen de transport touchant la terre ferme. L'île était totalement paradisiaque et comportait des palmiers ainsi qu'une multitude de rochers. Un râle retentissait sur tout le long de l'île depuis le fond d'une des grottes.

L'ouïe développée de l'homme-reptile lui permettrait de repérer avec aisance la grotte en question. Sur quoi allait-il tomber? Un dragon adulte et ancestrale où un bébé dragon? il n'y avait encore aucunes réponses à cette question. Contrairement aux monts enneigés qui se trouvaient déjà loin derrières, une température écrasante régnait en maître sur la petite île de sable. Lupusänghren troqua sa lourde tenue de cuir et de fourrure contre sa simple tenue de mage grise qui était légère et douce. La chaleur dans les grottes devais sûrement être insupportable pour un être normalement constitué. La solution germa rapidement dans la tête du jeune homme tandis qu'il s'approchait à pas de loup en direction de l'océan. Sa main se déposa au dessus de l'eau et ses yeux devinrent jaunes pendant que ses iris se fendaient verticalement un peu à la manière d'un chat. L'eau se mit à trembler sous l'effet de sa magie. Une petite étendue d'eau montait sur le long de la peau du garçon en formant comme une épaisse couche afin de l'empêcher d'être gêné par la chaleur étouffante. L'eau n'était plus salée suite à l'effet de sa magie et elle était totalement pure. Il en profita pour se déshydrater avant de plonger son propre visage dans l'eau. Lupusänghren n'avais jamais penser à ce qu'il ferais après la tour des mages. Peut-être qu'il deviendra un mercenaire où un puissant chevalier. Seul l'avenir nous le dira.

Laissant sa lourde tenue de montagne près de la plage ainsi que tout ce qui était vraiment lourd, il ne garda avec lui que son bâton de mage créer en corne de licorne ainsi que ses deux épées et son sac léger qui contenait seulement des provisions et de quoi s'abreuver. La nourriture qu'il avait emporté s'était considérablement amoindri et il ne lui restait que quelques plaques de viande séchée ainsi que deux outres à moitié pleines. L'hybride débuta son périple en direction de la grotte d'où provenait le bruit de tout à l'heure. L'idée de tout à l'heure se révélait bienfaisante, même avec la couche d'eau sur son corps il pouvait ressentir la chaleur étouffante dans l'intérieur de la grotte. Lupusänghren décida d'accélérer le chemin et de se rendre le plus vite possible au fond de la grotte en espérant que l'eau n'allait pas s'évaporer sous la température environnante. User de la magie inutilement afin de refroidir l'intérieur de la grotte serait une perte de temps et d'énergie. Le chemin dans la grotte était étrangement sculpté. Comme si une créature avait voulu s'y frayer un chemin à coup de griffes et de crocs. La marque de griffes était bien présente sur le long des murs et ce qui voulait y former un chemin devait être vraiment énorme. Le trou faisait au moins une bonne envergure de 5m. Il fallut plus d'une heure de marche afin de se rendre jusqu'au tréfonds de la grotte. Elle s'étendait beaucoup plus loin qu'il ne s'en était douté.

Il déboucha dans une sorte de tunnel gigantesque ouvert sur le ciel. Un vent frais entrait depuis le haut de ce qui ressemblait à une gorge naturelle. Il faisait étrangement frais et les murs semblaient être couverts d'eau et de verdure. Beaucoup de squelettes d'animaux couvraient le sol de roche et une sorte d'énorme nid s'étendait au milieu de cet endroit. La légende que les dragons garderaient un trésor était donc fausse. En tout cas, la seule chose qui semblait vivante ici était les faibles cris qui retentissaient depuis le centre du nid. Lupusänghren se précipita en direction de celui-ci en plongeant ses mains dans ses provisions afin de nourrir la bête sur laquelle il allait tomber. Ses yeux tombèrent sur un dragon totalement affamé et déshydraté. Le regard de la créature ne prirent aucune peur lorsqu'elle remarqua Lupusänghren. Elle devais sûrement sentir son appartenance aux dragons malgré son apparence. Le reptile se dépêcha de déposer de la viande séchée devant la gueule affamée du dragon. Celui-ci dévora en un instant la viande mais il ne semblait pas encore rassasié. Sans hésiter, il déposa de nouveau de la viande séchée devant le dragon et s'empressa de verser de l'eau dans un creux à travers la roche. La créature s'empressa de se nourrir de tout ce qu'elle avait sous le regard. La minuscule étendue d'eau ainsi que les provisions furent vivement englouties par celle-ci. Lupusänghren put ressentir la douleur que ressentait la bête suite à son appartenance aux dragons. Il repéra de son regard aiguisé la patte blessée du dragon. Il devais le soigner mais d'abord il fallait qu'il comprenne qu'il n'était pas un ennemi.

Le jeune homme se planta ainsi devant le dragon sous une position de tailleur en fermant doucement les paupières. Un long moment s'écoula tandis qu'aucuns des deux êtres ne firent de bruits ni de gestes. Lorsqu'il ouvrit tout à coup les yeux, le fond de ses yeux était d'un orange ensorcelant. Ses pupilles s'étaient fendues en deux et représentaient celle d'un dragon. Sa voix se mit à se déformer et il commença à parler dans une langue antique et incompréhensible. Cependant le dragon en face de lui semblait comprendre ce qu'il lui disait. Lupusänghren se rapprocha doucement de la patte droite du dragon afin d'apposer ses mains au dessus. Ses mains se mirent à briller d'une teinte bleutée tandis qu'une couche d'eau glissait sur le long de sa patte droite. Toute sa blessure brillait dans une lumière tandis qu'elle se guérissait au fil des secondes. Le reptile s'empara des bandages disposés dans son sac afin de les enrouler autour de la patte arrière droite du dragon. La blessure semblait déjà beaucoup moins grave. Pouvoir non pas dompter le dragon mais en faire un ami serait une aventure très longue et difficile.

La blessure du dragon était désinfectée et soignée. Il fallait qu'il devienne son ami. Lupusänghren chassait tout les jours afin de nourrir le dragon qui était encore trop faible pour s'envoler en dehors de la grotte naturelle. La viande était surtout du poisson car le gibier était vraiment très rare sur toute la surface de l'île. Il réussissait tout de même à chasser de petits lapins qui ne donnaient pas beaucoup de viande par rapport au poids et à la taille du dragon. Entre la chasse et trouver de l'eau potable, il méditait en face dy dragon en tentant de faire sortir son aura et son côté draconitique. L'homme-reptile était tombé sur un étrange artefact tandis qu'il nettoyait la grotte de tous les cadavres d'animaux ainsi que les déchets du dragon. L'objet en question était une sorte de masque en verre noir. Lupusänghren n'avais pas encore trouvé l'utilité de l'artefact.  Il eut le temps de perfectionner la maîtrise de ses magies et devint rapidement beaucoup plus fort qu'il y a quelques semaines.

Voilà maintenant trois mois qu'il est sur cette île. La relation avec le dragon s'est considérablement améliorée et il commençait seulement à accepter qu'il le touche. Il était est à présent assez fort pour s'envoler en dehors de la grotte naturelle et d'aller chasser par lui-même ses proies. C'est une créature vraiment puissante et impressionnante. Lupusänghren a pu montrer pour la première fois sur le dos du dragon ce matin-même et s'envoler aussi pour la première fois. Les écailles des deux êtres reptiliens frottaient les unes contre les autres et provoquaient un sentiment vraiment désagréable. Une selle était donc importante pour voler sur le dos de la créature. Lupusänghren en construit une à l'aide de liens de cuir avant de la tester après en l'accrochant sur le dos de la créature qui était devenue son ami. Après avoir rassemblé ses affaires et enfilé sa tenue grise de mage ainsi que le masque de verre noir qui laissait passer la teinte de ses yeux draconitiques, il s'envola sur le dos de son dragon afin de rentrer jusqu'à la tour de Béolan.

Une grande ombre survola les environs de Béolan. La rumeur d'un dragon s'était rapidement élevée dans toutes les discussions et personne ne s'attendait à revoir le jeune magicien tout à coup. Le garçon fit descendre son dragon dans un coin de la forêt en décidant de ne la montrer encore à personne pour ne pas que la ville de Béolan ne s'inquiète. Lupusänghren se déplaça jusqu'à la tour des mages à pied et il ne savait aucunement à quoi s'attendre lors de son arrivée. Il lui fallut une heure pour arriver jusqu'à la tour et se justifier de son absence pendant plusieurs mois. L'homme-dragon expliqua comment il devait partir à la recherche de ses origines et son lien avec un dragon qui était un peu devenu comme son frère. Il reprit ainsi sa place dans la tour en continuant ses activités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[CLOS] À la recherche de ses origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Montagnes :: Mer de l'Archipel des îles basses-