''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Jeu 21 Jan 2016 - 22:42


Une longue nuit d'automne attendait la jeune brune qui ce soir là avait jurer de ne pas fermer l’œil tant qu'elle ne trouverait pas le remède contre une fièvre pullulante qui faisait maintenant rage dans l'ensemble du royaume et aux alentours. Assise au coin du feu dans sa petite chaume, la jeune guérisseuse feuilletait les centaines de grimoires éparpillés sur l'étroite table qui lui servait de petit bureau. Le soleil venait à présent de se coucher et on pouvait distinctement entendre les arbres hurler lorsque le vent froid venait les refroidir... Sirina dut alors allumer une bougie qu'elle posa délicatement non loin d'elle, et décida alors de se préparer un breuvage chaud.

Le feu crépitait timidement, cette sensation réconfortait la jeune femme, lorsqu'elle posa son regard sur la pleine lune, cet astre rond et lumineux pour lequel elle vouait sa vie et son temps. Replongeant son regard sur sa lecture, et après plusieurs heures sûrement, la jeune femme tomba alors sur un chapitre très complet et commença alors à noter les différents ingrédients dont elle avait besoin pour concocter le philtre. Fermant alors les autres ouvrages, la jeune brune alla ranger délicatement ses livres en prenant soin de ne pas les abîmer, car ils avaient une certaine valeur sentimentale à ses yeux.

La petite pièce circulaire dans laquelle vivait la jeune femme était certes pas très grande mais la jeune guérisseuse pouvait sentir le froid se glisser par les fenêtres et la porte d'entrée, ce qui par moment la faisait grelotter même si elle était emmitouflée dans une couverture. C'est alors qu'elle commença à préparer le breuvage qui, allait sûrement guérir plusieurs personnes dans le royaume déjà pour commencer. La brune prit alors un gros chaudron qu'elle plaça au dessus de son feu, et y fit couler un peu de miel afin qu'il bout. Après plusieurs minutes, elle rajouta des herbes coupés finement mélangés avec des écorces d'oranges, et commença à mélanger la mixture. L'odeur fraîche et agréable commença alors à parfumer légèrement la bâtisse de la jeune guérisseuse, lui permettant ainsi de laisser cours à son imagination et ses rêves de printemps.

Après plusieurs minutes à mélanger, Sirina huma de nouveau la décoction avant de le porter à sa bouche. L'arôme était tellement délicat, toutes ces explosions de parfums la firent sourire légèrement, elle savait qu'elle avait réussi à le préparer correctement, c'est alors qu'elle prit un torchon et porta le gros chaudron qu'elle fit couler dans plusieurs petites fioles qu'elle posa sur sa petite table. La chaudron fut alors posé non loin du feu, et la jeune femme décida alors d'aller se reposer quelques heures.

Sirina regagna aussitôt son lit et s'allongea sur le côté et s'enroula de sa grosse couverture et posa sa tête sur son oreiller de plume et commença à s'endormir, fatiguée par cette journée, cette longue journée qu'elle a passé à essayer de guérir les autres, trouver les remèdes, et demain c'était exactement la même chose qui l'attendait. A cet instant, elle entendit un bruit sourd, elle sursauta brutalement et se redressa sur son lit, le feu s 'était éteint , et l'air s'était encore plus frigorifié depuis tout à l'heure, la guérisseuse se releva et observa autour d'elle, la lune n'éclairait plus du tout sa petite pièce miteuse, et sans cette source naturelle, la jeune femme ne pouvait pas savoir ce qui venait de se passer.

-Que se passe-t-il ? Se parla-t-elle à elle même

Elle resta dans sa couverture mais debout, elle marcha vers la porte d'entrée en tâtonnant et vit alors qu'elle était ouverte, chose qu'elle trouva très étrange, car elle la fermait à chaque fois qu'elle rentrait chez elle... Elle haussa les épaules et retourna vers son lit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Ven 22 Jan 2016 - 19:09

- Saleté d'Humains ! Un vrai nid à crève ! Ils peuvent pas apprendre à se laver, nom d'un chien ?! Pesta Alekseï avec violence, allongé sur son lit au milieu de la nuit. Il avait très chaud et affreusement mal à la tête. Ses draps étaient humides à cause des litres de sueurs qu'il perdait et son lit ressemblait à un champs de bataille. La maladie s'était répandue dans tout Feleth, une fièvre puissante et tenace. Bien évidemment, les personnes les plus exposées étaient les personnes les plus démunies. Hors le scientifique avait élu domicile au coeur de l'un des quartiers les plus pauvres de la capitale, il était entouré de pouilleux toute la journée ! De par sa qualité d'élu, il avait résisté un temps à la maladie avant de finir par la contracter à son tour, il était bien peu probable qu'il y échappe dans ces conditions. Encore que, la fièvre était un peu moins forte pour lui. Il n'en doutait, il finirait par guérir mais cela pourrait bien lui prendre trois ou quatre jours, ce qui était beaucoup trop. Il manquait de temps, ce n'était pas pour en perdre en restant allongé sur un lit, comme une épave. Maintenant, cette maudite fièvre l'empêchait de travailler correctement. Il se fatiguait vite et les maux de tête devenaient bien plus forts lorsqu'il essayait de se concentrer. Il avait bien pensé à fabriquer un remède mais il n'avait pas le nécessaire pour cela. Il lui fallait des essences de certaines plantes, plantes dont il ne disposait plus depuis que ces maudits séraphins avait brûlé sa maison.

À moitié comateux et malade, couché sur son lit donc, il réfléchissait à où trouver le nécessaire "gratuitement", sale pauvre qu'il était maintenant devenu. Il pourrait très certainement trouver cela dans la boutique d'un botaniste ou d'un apothicaire mais, ce genre d'endroits se trouvait dans des quartiers bien surveillés la nuit, en général, surtout qu'il devrait visiter les "grands" parmi eux pour être certain de trouver ce qu'il cherche, pas la boutique d'un charlatan de quartier. Trop dangereux, surtout dans son état. En fait, ce qu'il lui fallait, c'était un endroit isolé, désert, facile à pénétrer, sans grand danger aux alentours et à l'intérieur et surtout, suffisamment riche pour contenir ce dont il avait besoin, à savoir de quoi fabriquer un remède ou le remède lui-même. Il fronça les sourcils, la réponse lui venant à la façon d'un éclair.

Une maison riche, petite et assez isolée, en effet. Une jeune noble qui y habitait seule et dont les vertus en matière de médecine douce étaient bien connues. Il en avait apprit l'existence par le bouche à oreille, certains ayant par le passé bénéficié de sa charité en période hivernale. Bizarre car de l'autre côté, il avait entendu dire que c'était une femme mauvaise et agressive. Une sorte de bipolaire ? Et après c'était lui le taré ? Il chassa bien vite ces réflexions de sa tête, ça ne servait à rien ! L'important, c'était d'aller prendre ce dont il avait besoin. Aussi dit, enfin pensé, aussitôt fait, pas de temps à perdre ! Surtout avec un plan aussi génial que celui là ! Il se releva, bien qu'avec difficulté, ramassa quelques outils, enfila son manteau et sortit discrètement de chez lui. Bien sûr, le premier pas dehors lui rappela qu'il était malade. Il s'arrêta un instant, soufflant. Il allait falloir y aller doucement. Il avait la nuit devant lui, tout le monde dormait, il ne risquait rien donc inutile de se précipiter non plus.

Il inspira grandement puis prit la direction de sa demeure. Là encore, il n'avait qu'une idée vague de sa localisation tant les informations étaient différentes. Par contre, il savait qu'elle était ronde et petite. Il lui fallut tout de même deux heures pour la rejoindre, exténué, et une heure de plus à tourner dans le coin pour la trouver. Ses yeux étaient injectés de sang, il avait envie de s'allonger sur le sol glacé et de dormir. Le bon côté, c'était qu'un peu d'activité lui ferait le plus grand bien, mais à quel prix ! Il fixait maintenant la porte, un sourire soulagé au visage. Il la contempla un moment, quand même. Il n'y avait plus que cette porte entre lui et le remède. C'était presque poétique. En plus il allait la forcer, autant le faire respectueusement.

- Désolé.

Souffla-t-il à cette magnifique et innocente porte avant d'attaquer la serrure. Pas question d'y aller comme un gros bourrin, il fallait être discret, silencieux. Le crochetage n'était pas sa tasse de thé mais ne lui était pas étranger non plus et cette serrure n'était pas très complexe. Il lui fallut une dizaine de minutes de plus avant de parvenir à l'ouvrir. Sans perdre une seconde de plus, il rentra à l'intérieur. Il faisait noir et froid mais, il y avait une odeur d'agrume dans l'air, une agréable odeur. Plus malade que charmé, il la suivit bêtement et ... se prit les pieds dans un chaudron, occasionnant un magnifique fracas. Il eut l'intelligence de ne pas jurer, surtout quand il entendit la maitresse des lieux bondir sur son lit. Il se figea sur le sol, dans le noir, priant pour qu'elle n'allume rien. Il la vit descendre pour aller inspecter la porte et le frôler avec ses pieds. Fort heureusement, elle préféra retourner dormir plutôt que d'éclaircir ce mystère ... après avoir fermé la porte.

Il attendit qu'elle soit remontée dans son lit, et visiblement qu'elle se soit rendormie, pour se relever doucement. Il fut sonné, ayant l'impression que tout son sang lui remontait à la tête. Saleté de fièvre ! Il tituba un peu, attendant que ça passe, tout en respirant avec sa bouche. Il fit le tour du lit à tâtons et s'approcha d'une table qu'il manqua de heurter là encore. Il y avait des fioles ici. Il en prit une et l'ouvrit délicatement. Son contenu avait la même odeur que le chaudron. Peut-être était-ce un remède ? Dans le doute, il en prit une et la rangea dans sa proche intérieure. Maintenant, fouiller la maison à la recherche des plantes dont il avait besoin.

- Attend, attend ! Il parait que la dame elle est très jolie et qu'elle a jamais connu d'homme ! On devrait la violer. Lui chuchota Johann, son ... alter égo maléfique à moitié existant ... dans sa tête. Alekseï se figea, voilà qui n'arrangeait rien. Il se chuchota à lui-même. On est pas là pour ça ! Et puis je ne suis pas en état. Mais il ne comptait pas abandonner aussi facilement. Il sentit quelque chose se raidir en lui. Pas graaaave, je vais arranger ça. Niark ! C'était gênant. Il se donna un coup de poing dans les parties, aussi fort qu'il le pouvait. Cela le coupa le souffle, tant mieux, et l'envoya au sol, figé par la douleur. Au moins, il n'était plus là pour l'importuner mais, conjugué à la fièvre et l'effort, c'était un peu beaucoup. Il allait lui falloir tellement de temps pour récupérer qu'il valait mieux se cacher. Aussi, il rampa difficilement jusque sous le lit de la jeune femme.

Il était furieux contre Johann et donc contre lui-même. Il ne manquait plus que ça, dans cette situation ! En fait, avec la température basse et ambiante, quelque part allongé sur le sol dans un endroit à l’abri, qu'il pensait, fiévreux, fatigué et endoloris, il avait envie de dormir. D'ailleurs il se laissa bien aller un moment, un long moment même, avant qu'il ne rouvre brutalement les yeux en sursautant ... sous le lit. Il se cogna la tête contre les lattes, non sans pester, puis, dans un déchainement bestial, à bout de nerf, se releva tout en faisant basculer ce même lit sur le côté, afin de se libérer. Il poussa ensuite un soupir nerveux, sans se soucier de la jeune noble qui devait bien se demander ce qu'il se passait, et s'en alla alors rabattre le lit, ramasser le matelas, la couverture et même la jeune femme qu'il réinstalla dessus nerveusement, tout en s'excusant pour le gêne occasionné, puis, comble du culot, s'installa à son tour dedans, en lui tournant le dos mais en partageant la même couverture.

- Bonne nuit ! On parlera demain ! Dit-il en lui volant l'oreiller avant de fermer les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Sam 23 Jan 2016 - 22:57

Sirina était repartie s'allonger sans en être rassurée pour autant, elle savait que quelque chose tournait pas rond ce soir là... Était ce le fait que la lune brillait étrangement ?? Les âmes des défunts avaient décidé de revenir hanter la cité royale ce soir là ?? Un long frisson parcourut l'échine de la jeune guérisseuse, cette idée la fit déglutir avec difficulté... Non pas qu'elle avait peur des morts ou quoi, non mais qu'avait elle bien fait pour subir les colères d'un esprit frappeur ? Elle qui avait toujours été au service du peuple, toujours à trouver des remèdes et autres potions pour éviter le pire... Peut être qu'une âme tourmentée en avait décidé autrement, restant immobile comme lorsqu'elle était petite, la jeune brune se dit que finalement si elle ne bougeait pas et faisait la morte cette chose la laisserait tranquille, car le domaine des morts n'était pas sa tasse de thé, elle était beaucoup trop jeune pour se soucier de ça...

Au moment de fermer les yeux, elle entendit comme quelqu'un avoir le souffle coupé, comment une âme pouvait elle avoir un souffle déjà ? Sirina pouvait sentir son cœur battre tellement vite, qu'il pouvait à tout moment décoller de sa poitrine, cependant elle devait garder le sang froid, elle n'allait pas hurler ou même pleurer, non elle attendait le moment opportun pour se protéger si nécessaire, et s'il s'agissait d'une personne qui s'était volontairement introduit chez elle, sans autorisation.. Bon, c'était vrai que Sirina n'était pas tout le temps aimable, surtout aux premiers abords, mais elle n'était pas non plus mauvaise, si une âme lui avait demandé hospitalité, elle n'aurait jamais pu refuser, elle qui se battait pour garder les gens en bonne santé.

Après plusieurs minutes à se poser mille et une et questions, la jeune guérisseuse finit par se blottir dans les bras de Morphée, et ce pour quelques heures, car elle sentit son lit bondir d'un coup, la jeune femme se réveilla en sursaut en criant entremêlant rêve et réalité, et sans même avoir le temps de réagir se vit tomber sur le côté avec son lit. Le seul réflexe qu'elle eut était de se protéger le corps avec ses bras fins en se demandant bien ce qu'il se passait dans cette pièce. C'est alors qu'elle vit une silhouette, lorsque celle ci passa devant la fenêtre. Il s'agissait d'un homme, étrange très étrange même, il ramassa le lit et le matelas sans dire mot, et la remis dans le lit sans qu'elle n'ait à bouger.. Sirina l'observait silencieusement, tout en l'écoutant s'excuser, c'était là un curieux personnage... Lorsqu'elle laissa alors sa tête retomber sur son unique oreiller, elle se tapa la nuque contre le bois de son lit et vit tout naturellement cet homme le prendre pour s'en faire un oreiller, en lui prétextant qu'ils en parleraient le lendemain..

Sirina reprit l'oreiller en tirant de toutes ses forces, elle n'allait pas le laisser faire, il était venu s'installer sans se présenter, sa main toucha malencontreusement la tête de cet homme et sentit une chaleur inhabituelle se dégager de lui, elle en était persuadé qu'il avait également contracté cette fièvre, certes elle n'aimait pas ses manières mais ne pouvait le laisser dans cet état qui devait être désagréable... Elle se releva sans dire mot et alla chercher une de ses fioles qu'elle avait préparer pour d'autres personnes et lui tendit

-Buvez

Tout en lui tournant le dos elle alluma une autre bougie, qu'elle laissa brûler sur le rebord de la fenêtre afin d'apporter à cet endroit un peu de lumière, et s'assit face à lui, froide mais à la fois observatrice, elle se demandait bien ce qui l'avait amené ici, voulait il la tuer ? Abuser d'elle ??

-Pourquoi moi ?

Silencieuse, la guérisseuse le défiait du regard, ce n'était pas son habitude d'être ouverte ou même amicale avec les premiers venus, non il fallait le mériter pour avoir sa confiance, et déjà cet homme avait très mal commencé en forçant sa porte par un pur hasard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Dim 24 Jan 2016 - 18:39

Il s'était presque endormi. Un lit si confortable, ça faisait longtemps qu'il n'en avait pas connu. Le sien n'était qu'un amas de bois dur recouvert d'un drap miteux fourré avec de la paille. Pas d'oreiller et un mince morceau de tissu en guise de couverture. Il ne s'en était jamais plains, c'était le nécessaire pour dormir en paix mais, il ne disait pas non à mieux et en l’occurrence, ce lit-là, il aurait bien aimé y passer la nuit. Malheureusement, sa propriétaire n'en avait pas décidé ainsi. Elle lui reprit l'oreiller, bien qu'il avait essayé de le retenir, et lui avait même mis une claque, sans le vouloir très certainement mais, une claque quand même. Il fronça subitement les sourcils, prêt à lui gueuler dessus mais voilà qu'elle lui tendait une fiole. C'était la même que celle qu'il lui avait dérobé. Apparemment, c'était un remède, ou tout du moins, ça ne pouvait être que ça car, logiquement, rien n'expliquerait mieux son geste. Ça pouvait être du poison aussi, pour le tuer mais il avait déjà examiné son contenu au préalable et ça n'en avait pas l'odeur. Et puis ça ne serait pas son genre … enfin il espérait.

Il la récupéra machinalement et l'avala d'un seul coup. C'était si bon qu'il avait subtilement la seconde, celle qu'il avait pris, quand elle lui tournait le dos pour allumer une bougie. Il déposa la seconde fiole avec la première sur la première table venue. Pouvait-il dormir maintenant ? Non. Elle n'en avait toujours pas décidé ainsi. Voilà qu'en plus de la lumière, elle s'était postée devant lui. Il était toujours couché mais la regardait du coin de l'oeil. Elle se tenait le dos droit, pas trop près non plus, le regard vide et le visage figé. En somme, elle n'exprimait absolument rien, si ce n'était de l'indifférence. Toute cette froideur ne lui était pas étrangère, on aurait dit lui. Elle le questionna d'une voix blanche. Décidément … Il soupira longuement, puis se rassit sur le lit. Il la regarda de la même façon, à la différence qu'il afficha, pour plus de contradiction, un léger sourire.

- Pourquoi vous … Ah …

Il donnait l'impression de réfléchir et c'était bien le cas. Dans sa tête, deux voix s'élevaient. La sienne et celle de son indésirable acolyte.

« Je propose qu'on lui dise la vérité et qu'on s'en aille comme on est venu. Elle n'a pas l'air méchante, en plus elle nous a filé le remède, elle nous laissera sûrement partir sans poser de problème. Affaire réglée. »
« On a effectivement récupéré le remède, maintenant, vu qu'elle n'a pas l'air méchante, je propose qu'on récupère l'argent du remède et les faveurs de la guérisseuse avec. »


Alekseï, le visage fatigué, fit alors la grimace. Voilà qu'un véritable bras de fer s'engageait dans sa tête entre lui et lui-même. Il soupira nerveusement, puis fixa de nouveau la jeune femme, l'air gêné.

- Deux secondes.

Dit-il en s'attrapant ensuite la tête, changeant complètement de comportement. Il se mit à trembler, serrant ses cheveux dans ses mains avec force, tout en respirant de façon frénétique. Il n'allait quand même pas abîmer ses murs maintenant, et puis il n'était pas en état encore une fois. Non cette fois-ci, il allait devoir régler le problème calmement.

- Parce que …

Finit-il par souffler. Sa volonté oscillait entre la première solution et la deuxième. Mais pourquoi les choses les plus simples devaient-elles êtres les plus compliquées ? Et sa fièvre n'arrangeait rien !

- J'avais besoin …
« besoin du remède parce que je suis malade et que j'avais pas les ingrédients nécessaires, maintenant je me tire, merci beaucoup ! »

« Non ! Parce que j'avais besoin du remède et tant qu'à faire d'argent, de beaucoup d'argent. Alors tu va me dire où tu caches ton trésor sinon je te fais l'amour toute la nuit ! »


Il souffla encore, frénétiquement. Décidément, il n'y arrivait pas. Il releva brusquement la tête, l'air détendu, presque soulagé.

- Faisons simple et propre.

Lui dit-il. Il posa sa main sur la table de chevet et frappa brutalement dessus avec son autre main. Il recommença l'opération autant de fois qu'il lui fut nécessaire le temps de cracher sa réponse.

- Parce que … J'avais besoin … D'un remède … Contre cette fièvre … Et que je n'avais pas … les ingrédients … nécess …. né … Finalement, il écrasa sa propre tête contre. Nécessaires !!! Il se redressa brutalement, le front en sang. Ahhh … Il lui adressa un sourire bienveillant. C'est joli chez vous. C'est petit mais c'est joli. Aussi je ne vais pas vous encombrer plus longtemps ! Merci de votre aide et ravis d'avoir fait votre connaissance !

Finalement, il se releva, essuyant le sang avec sa manche, et la sueur aussi tant qu'à faire. Il tituba un peu, ayant le tournis, puis la contourna pour se diriger vers la porte. Cela dit, en y arrivant, il fit un demi-tour souple et assez soudain, revenant dans son dos. Il posa ses mains sur ses épaules, les massant un peu tout en se penchant à son oreille.

- Dit moi où tu caches tes … tes … Sa prise se fit alors beaucoup plus dure. Ses mains tremblèrent et s'approchèrent de son cou qu'elles se mirent d'abord à enserrer doucement, avant de se détendre et de reprendre une activité plus relaxante, sur sa nuque. Sa voix était trouble et basse. J'ai besoin de capsules de pavots somnifère non mûres, je sais que tu en as. Donne les moi. Maintenant. Dit-il la voix serrée et menaçante, alors que ses mains se raidirent une fois de plus sur ses épaules. Il trembla encore un peu, avant que sa voix ne fasse plus basse et terriblement plus malicieuse. Dépêche toi, il ne te reste pas beaucoup de temps, petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Dim 24 Jan 2016 - 21:11

Sirina observait ce personnage assit sur son lit, apparemment cet homme avait prit tout son aise, tellement qu'il n'avait pas daigner laisser l'oreiller quelques minutes avant, au point même de lui retourner une claque, chose que la jeune brune n'avala pas... Il venait de lui donner un coup, mais elle préféra se taire en attendant qu'il lui dise le pourquoi de sa venue. En attendant qu'il lui parle, la jeune femme tapotait légèrement ses doigts contre la table...

La guérisseuse releva la tête lorsqu'il dit d'attendre encore quelques secondes, chose qu'elle accepta, car elle ne dit mot, la singularité de cet individu se confirmait de minutes en minutes, enfin après tout ce n'était pas de son genre de juger les autres, si cela lui convenait d'être comme c'était tant mieux pour lui, cela la regardait pas du tout, enfin sauf si on retirait le claque qu'il venait de lui coller quelques instants auparavant...

L'homme lui dit alors qu'il cherchait un remède, et qu'il avait les ingrédients car il était malade et que maintenant il devait partir, Sirina le regardait sans ciller.. En même temps qu'il formulait sa phrase, l'homme cognait la petite table sur laquelle la jeune femme était accoudée la faisant sursauter à plusieurs reprises. Cependant que voulait il dire par là ?? Il était venu lui voler son oreiller pour repartir, tout à fait charmant de sa part.

Et comme si il venait de réaliser où il se trouvait il lui sourit, cependant Sirina resta de marbre, et complimenta son intérieur, la guérisseuse balaya le pièce circulaire du regard, que trouvait il de beau ici ? Une petite table et une chaise ? Un lit et une cheminée miteuse lui permettant de se réchauffer et de faire les remèdes et repas. Lorsqu'elle reposa le regard sur l'inconnu, elle remarqua une tache de sang sur son front, elle cligna des yeux. Il l'a remerciée pour cette aide, un sourire assez léger se dessina sur les lèvres de la brunette. Cette dernière le suivit du regard, se dirigeant vers la porte, l'homme fit un volte face et rebroussa chemin en marchant vers elle, que voulait il encore ?

Elle n'eut pas le temps de réagir lorsqu'elle sentit ses mains glaciales se poser sur ses épaules en les massant, ceci aurait pu la détendre dans une autre circonstance, or là non, elle se sentait mal à l'aise et semblait tétanisée par cette approche soudaine..Sirina crut l'entendre murmurer quelque chose mais la peur l'empêcher d'analyser. L'emprise qu'il avait sur elle, commençait à se resserrer de plus en plus, au moment où la guérisseuse allait parler, il desserra de nouveau ses mains, cependant Sirina se sentait mal à l'aise, mais elle réussit tout de même à saisir sa question.

-Que me voulez vous ? Ce n'est pas comme ça que vous aurez ce que vous voulez

Sirina se débattit et profita d'un instant pour se relever et faire face à son agresseur, elle n'avait pas peur de lui, non de toute manière il pouvait la tuer, elle seule savait où trouver cet ingrédient... La brune repoussa violemment cet homme pour lui montrer qu'elle n'était pas ce style de femme à obéir à n'importe quel homme, depuis maintenant une dizaine d'années la jeune royaliste avait réussi à se faire respecter, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle avait se faire marcher dessus...

-Déjà je n'en ai pas à cet instant, et puis même si j'en avais je ne vous en donnerai pas, sachez le


Sirina le dévisageait , ainsi elle verrait comment cet homme allait réagir, allait il être surpris de son obstination et fermeté avec laquelle elle lui tenait tête... Il ne savait pas à qui il avait affaire, mais il n'allait pas tarder à le savoir... La brune plaça sa main sur sa petite dague qui était toujours accrochée à sa ceinture, au cas où...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Lun 25 Jan 2016 - 19:03

La jeune noble était nerveuse, il pouvait sentir sa crispation. Avait-elle peur ou le trouvait-elle simplement bizarre ? Pourquoi ce malaise ? S'il lui voulait du mal, il y a longtemps qu'il l'aurait fait. Rytchkine n'était pas du genre à être hostile avec n'importe qui. En fait, s'il s'agissait d'un démon, d'un ange, d'un magicien, d'une créature féérique quelconque ou même d'un simple être humain qui se prenait pour ce qu'il n'était pas, oui, il y avait de fortes chances qu'il se montre hostile et que cela finisse très mal. Mais, en l’occurrence, il ne s'agissait que d'une jeune noble tout à fait inoffensive, visiblement peu versée dans la magie, et qui plus est assez charitable et patiente, pour lui avoir fournit un remède et ne pas l'avoir tout simplement chassé depuis qu'il était entré par effraction dans sa propre demeure et qu'il s'était accaparé son oreiller.

Elle s'était débattue puis levée, échappant à son emprise, pour finalement lui faire face. Dans son regard, tout comme sur son visage, la froideur avait laissé place à une colère naissante agrémentée d'une pointe de dédain. Elle lui faisait face et cela le faisait sourire, elle n'avait décidément pas peur. D'un autre côté, il n'était guère bien impressionnant sans son attirail de mort mais, tout de même, il restait un parfait inconnu aux intentions obscures. Elle reformula sa précédente question d'une autre façon, lui redemandant ce qu'il lui voulait, pour finalement répondre à sa place en lui disant qu'elle n'avait pas ce qu'il cherchait et que même si elle l'avait, elle ne lui donnerait pas. Il en était presque attristé.

Il resta à sa place, derrière la chaise, s'appuyant sur le dossier. Il la fixa le regard vide, sans vraiment la regarder. Le silence s'installa pendant un moment, un moment pendant lequel il ne cessa de l'observer sans exprimer quoi que ce soit. Dans son esprit, c'était la même chose, un silence de mort. Le temps semblait comme suspendu à cet instant, qu'allait-il se passer maintenant ? Un sourire se dessina lentement sur son visage, un sourire profondément malin, qui n'inspirait rien de bon.

- J'étais simplement venu chercher un remède contre ma fièvre. Je suis venu de cette façon car je n'avais pas les moyens de l'acheter. Je me doutais bien que je n'aurai même pas besoin de payer en fait, que votre bonté d'âme suffirait à aider le démuni que je suis. Ma mauvaise nature a prit le dessus, c'était tellement plus excitant de venir chez vous en cachette, au milieu de la nuit, pour prendre ce que je cherchais plutôt que de venir sagement vous le demander. Je ne suis pas un honnête homme.

Il contourna la chaise, s'approchant doucement d'elle, calmement. Il n'avait pas envie de l'effrayer davantage, bien au contraire, il avait envie de gagner sa confiance d'où sa récente franchise. Il s'arrêta lorsqu'il fut face à face, prenant une voix basse sans cesser d'affronter son regard.

- Il n'y a rien que je vous veuille. Je ne suis pas venu pour vous. Maintenant, si vous y tenez tant, je peux m'intéresser à votre personne. Vous avez bien des choses à offrir après tout, à commencer par vous-même et ce que vous possédez. Mais ça ne me ressemblerait tellement pas et je doute que ça vous ressemblerait aussi. Non, je pense qu'il y a bien plus à gagner à s'intéresser à ce vous êtes plus qu'à ce que vous avez.

Aussi, il s'en alla s'asseoir à même le sol, calant son dos contre le mur le plus proche. Il leva le regard vers elle, l'air de lui demander ce qu'elle attendait.

- Eh bien asseyez vous et parlez moi de vous. Nous avons toute la nuit ! Et puis ça me tiendra calme jusqu'à ce qu'il fasse jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Lun 25 Jan 2016 - 20:16

Il n'avait pas l'air de lui vouloir du mal, car il aurait déjà fait ce qu'il avait à faire, même se sachant en sécurité avec sa dague, Sirina ne pouvait se demander des millions de fois ce qui avait bien poussé cet homme à venir comme ça chez elle. Ce qui était sûr c'est qu'il n'avait pas atterri au bon endroit, car la brune n'était pas le genre de femme à se laisser faire mais pas non plus à attaquer sans qu'elle ne soit en danger... Elle desserra lentement l'emprise qu'elle avait sur son arme, après tout pour le moment il n'avait rien tenté à son égard... La jeune femme se passa la main dans sa chevelure sans dire mot, elle l'ignorait tandis que celui ci la regardait, cherchant sûrement ses mots...

Le silence s'était installé depuis maintenant de longues minute et semblait interminable pour Sirina, et pour dire vrai cela commençait fortement à la rendre nerveuse, certes elle n'aimait pas parler mais là le fait d'avoir un inconnu chez elle, qui ne parle pas, et qui bien sûr était assez singulier ne lui permettait même pas de placer quelques mots, même par politesse. Une fois sa chevelure attachée, elle reposa son regard marron sur le parfait inconnu.. Puis il se mit à chercher des excuses sur le pourquoi de sa venue, il n'avait pas assez d'argent disait il ? La jeune brune arqua son sourcil tout en le toisant.. Pas d'argent mais bien sûr, à d'autres !!! Enfin Sirina ne disait mot et l’écoutait attentivement, la suite la fit légèrement sourire, car il n'avait pas tort sur une chose, elle aidait également les pauvres, même si ceux ci n'avaient pas les moyens elle n'avait jamais demandé d'argent en échange... Il avait eu au moins le mérite d'avoir été honnête, c'était un bon point après tout...

-Je suis au service de la population, seuls ceux qui peuvent me payent

Puis après avoir lui avoir avoué son intention, il contourna la chaise et s'approcha de la jeune femme, cette dernière resta de marbre et ne bougea pas, elle remarqua alors qu'il n'était pas agressif dans sa façon de parler ni de se comporter, c'est alors qu'elle se relâcha, et se sentit un peu plus à l'aise que tout à l'heure... La brunette crut comprendre qu'il n'était pas venue pour la tuer en quelque sorte, non il était venu pour sa réputation, elle fut alors flattée de savoir que son nom était chuchoté de bouche à oreille, dans tout le royaume et bien plus encore, même au delà des frontières.

Ils étaient alors pareil, lui non plus n'était pas intéressé par les discutions mondaines, et tout ce qui tournait autour... Puis il alla s'adosser contre un mur et s'assit à même le sol, et l'invita également à venir s’asseoir pour raconter sa vie si elle désirait, pour le tenir calme jusqu'au petit jour. La jeune femme reprit sa couverture qui jonchait à même le sol, et l'enroula autour de ses épaules et s'assit face à l'inconnu, maintenant qu'elle n'avait plus sommeil, elle pouvait aussi discuter..

-Comme vous savez je suis guérisseuse, je ne rencontre pas beaucoup de personnes, et pour vous dire ça ne m’intéresse pas du tout... J'ai une boutique dans les ruelles que j'ai pu me payer après de longues années de travail acharné, vous auriez pu trouver ce que vous cherchiez si vous étiez passé par la bas

Un léger sourire se dessina sur son visage, après tout elle n'avait pas beaucoup de choses à raconter, elle se demandait tout de même si le remède commençait à faire effet.

-Vous vous sentez mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Mar 26 Jan 2016 - 18:41

Vraiment, cette femme était étonnante. Récapitulons. Il était entré chez elle au milieu de la nuit pour la dépouiller, s'était incrusté dans son lit, l'avait menacé à plusieurs reprises, s'était même montré trop familier et finalement, lui avait demandé de lui raconter sa vie toujours sans sortir de chez elle, après avoir ingurgité gratuitement deux fois sa dose de remède, pour au final quoi ? Qu'elle soit s'assoit bien sagement devant lui et qu'elle se mette à lui parler d'elle, toute enroulée dans sa couverture. C'était pire qu'un non-sens, c'était une absurdité. Elle aurait normalement dû crier, s'énerver, devenir incontrôlable, appeler à l'aide et chercher à le mettre dehors à défaut de pouvoir le neutraliser elle-même. C'était pour cette raison qu'il la trouvait très étonnante sans pour autant se sentir mal à l'aise, elle n'était pas étrange ni bizarre, simplement surprenante.

- Je me sens un peu mieux mais ce n'est pas encore ça. Je présume que les effets du remède s'étaleront dans le temps et que ça ira bien mieux demain.

Il la regardait avec insistance, comme s'il cherchait à percer tous ces mystères avec son propre regard. C'était bien plus fort que lui, toute cette curiosité déplacée. En même temps, il n'était pas un chercheur pour rien. Il y avait des choses dignes d'intérêt et d'autres non. Elle appartenait à la première catégorie, il en avait l'intuition. Son comportement en disait déjà long et c'était un indice suffisant pour s'y attarder.

- Ce que vous me dîtes là ma belle dame, je le sais déjà, ou tout du moins j'en avais l'intuition. Quel est votre nom ? Quel âge avez-vous ? Qui sont vos parents ? Avez-vous eu une enfance heureuse ? Pourquoi avoir fait de la botanique votre métier ? Pourquoi aidez vous vos semblables ? Voilà quelques pistes qui vous permettront de satisfaire ma curiosité.


En fin de compte, si, il y avait bien quelque chose d'étrange en elle. Cette femme était avenante et visiblement très charitable, patiente aussi ... mais pourtant elle n'était pas chaleureuse. Elle était aussi émotive qu'une pierre, grise et froide de préférence. Ce n'était pas normal et il le voyait bien. Peut-être que quelque chose dans son passé expliquait ce comportement. À ce moment-là, il n'y avait rien à craindre. Maintenant, si cela était dû à une raison beaucoup plus obscure, il pouvait peut-être s'agir d'un signal d'alarme. Un éventuel signal qu'Alekseï ignorait sans vraiment l'ignorer. En fait, il en avait bien conscience mais cela ne le dissuadait pas, c'était tout le contraire, ça lui donner l'envie de s'approcher davantage.

Une appétence pour le risque ? Pas vraiment, plutôt un flair. Il y avait certainement quelque chose d'intéressant qui se cachait là-dessous, qu'il s'agisse de bien ou de mal d'ailleurs. Et puis c'était dans sa nature d'aller contre la nature des choses, de casser tous les codes et les dictats. En l’occurrence, l'un d'entre eux disait de toujours respecter le cercle d'intimité, chose qu'il n'avait pas l'intention de faire et cela dans le but de la mettre mal à l'aise. Dans cet état, ses repères seraient brouillés et son comportement n'en serait alors que plus naturel, dévoilant une masse d'informations précieuses au scientifique.

Tout en attendant ses réponses, il lui attrapa les chevilles et la tira alors vers lui, à moins d'un mètre de distance, en la faisant glisser sur le sol. Il s'invita ensuite dans sa couverture et profita de face à face très gênant pour en rajouter un couche. Il prit le ton de la confidence, un sourire enthousiaste sur les lèvres, comme s'il s'apprêtait à déballer un cadeau en spéculant sur son contenu.

- Pourquoi vivez vous seule ici ?

Dit-il en scrutant ses yeux et son visage à la recherche du moindre détail, du moindre mouvement qui pourrait lui en dire plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Mar 26 Jan 2016 - 21:28

La nuit n'était pas du tout finie, cependant la guérisseuse pouvait se venter le lendemain d'avoir pu veiller, ce n'était pas dans ses habitudes, elle qui dormait dès que la nuit était noire, après toutes ces histoires qu'elle avait pu entendre sur les âmes tourmentées qui revenaient ici bas, demander de l'aide où hanter les gens qui les avaient assassinés où mis de côté... Ces pauvres âmes, son père en faisait partie ?? Elle ignorait et surtout ne voulait pas trop y penser, depuis cette dernière fois qu'elle avait cru l’apercevoir dans les collines avoisinantes le royaume.. Était ce une illusion ? Lui même ? Sirina secoua rapidement la tête pour chasser définitivement cette pensée de son esprit et reposa son regard froid sur cet inconnu...


La jeune brune était tout de même surprise de son calme, comme quoi elle ne pouvait pas savoir comment elle réagirait devant telle ou telle situation..Dans ces cauchemars les plus fous, elle se serait imaginer se débattre, voir même attaquer son agresseur, à coup de poing ou même de dague. Elle lui aurait sûrement mis la correction du siècle, mais non, ce n'était pas parce qu'elle ne se sentait pas capable de le faire, mais tout bonnement elle n'en avait pas envie, enfin pas ce soir là.  Déjà pour commencer, elle était épuisée, après avoir passé plusieurs heures à chercher un antidote, puis le préparer dans sa grande marmite en fonte, elle n'avait plus trop l'envie de frapper encore sur quelqu'un, et puis à d'autres, la guérisseuse n'avait jamais attaqué quelqu'un comme ça sur un excès de colère. Puis il lui dit alors qu'il allait déjà beaucoup mieux,  de toute façon comme il venait de le préciser, le lendemain il sera de nouveau sur pieds pour faire ce que bon lui semblait, tout dépendait qu'elle était sa profession dans la société. La jeune femme acquiesça d'un signe de tête sans dire mot, enfin elle n'avait pas envie là tout de suite de parler...

Pour la boutique et toute sa réputation, apparemment il était déjà au courant, comme quoi les ragots allaient rapidement en ville, ce qui la faisait sourire, elle devait sûrement être vue comme une jeune femme aigrie et une pauvre ermite enfermée entre quatre murs, le nez penché dans ses vieux grimoires. Après tout ce n'était pas totalement faux, mettant les deux pieds dans le plat, cet homme posa les questions qu'il ne fallait pas, et Sirina resta de marbre, un sourire narquois se dessina sur son visage en repensant à son enfance... Ses parents.. Son ancienne vie, avant Feleth...

-Écoutez si vous êtes venus ici pour me demander d'où je viens vous pouvez repartir.

Les yeux de la jeune femme lançaient des éclairs, elle n'avait pas envie d'en parler, surtout de son père, cet assassin qui tuait froidement des innocents tandis qu'elle l'adulait étant petite... Son père elle voulait le voir pendu sur la place publique, et que tout le monde puisse voir son visage... Mais sa mère, cette sage femme, avait décidé également de refaire sa vie avec un homme qui éleva Sirina comme sa fille, mais à quinze printemps, la jeune femme était aussi rebelle, c'est pourquoi elle décida de partir et s'installer seule à Feleth, loin des siens et seule... Se reprenant elle savait qu'elle venait d'être agressive

-Pour vous dire , Je m'appelle Sirina Dubarson, j'ai vingt-six ans et mon enfance était heureuse, mes parents sont mes parents, et ils m'ont peut être aimé un jour, enfin je pense,  je suis devenue guérisseuse, j'ai toujours aimé la flore, j'ai voulu allier ces deux aspects, je n'utilise pas de magie ou voir très peu.

Elle soupira lentement, elle ne préférait pas trop en dire, elle ne le connaissait pas encore pour se dévoiler, et cela être dur... Elle sentit alors la main de cet homme lui agripper la cheville et la ramener vers lui en glissant sur le sol froid, elle se tenait à présent à moins d'un mètre de lui, et pouvait enfin voir les quelques détails de son visage, même si elle avait depuis longtemps fait une croix sur l'amour, il était assez bel homme, et devait en faire pâlir des dames, mais pas Sirina.. Cette dernière affrontait son regard sans baisser la tête, elle était plus à l'aise que tout à l'heure... Pour couronner le tout, il s'engouffra dans sa couverture, faisant légèrement rougir la jeune femme, pas du tout habituée à ce genre de chose. Puis il lui demanda pourquoi elle vivait seule, bonne question...

-Je n'aime pas la compagnie, j'aime être libre de mes mouvements

Cette phrase sortit sans même qu'elle réfléchisse à la question, pour dire tellement elle aimait rester seule, par moment cette solitude la pesait comme chaque humain, mais elle s’efforçait de penser à de nouvelles choses, de nouveaux remèdes... Il posait beaucoup de questions mais lui qu'elle était sa vie ? D'où venait-il ?

-Et vous ? Qui êtes vous ? Quel âge avez vous ? D'où venez vous ? Et pourquoi vous vous êtes invité sous ma couverture ?

Un sourire se dessina sur son visage, elle s’efforça d'être amicale, pendant cet échange, après tout ils allaient peut être amené à ne plus se revoir, au moins on parlera d'elle comme une personne aidante et non désabusée .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Mar 26 Jan 2016 - 22:38

Quelle agressivité soudaine. Même s'il n'avait rien dit et rien fait face à sa remarque aussi sèche que fermée, il l'avait bien enregistré quelque part dans sa tête. Il lui manquait des éléments car, ce n'était visiblement pas tout son passé qui posait problème, vu qu'il avait obtenu quelques réponses malgré tout, mais une partie. Une partie qui lui était revenue à l'esprit au moment de ses premières questions. Elle avait agit spontanément, comme si le souvenir éveillé avait été brutal. Un évènement marquant de sa vie, sans doute mais, lequel ? Cela n'avait aucun rapport avec son nom, son âge, sa profession et même son enfance. Peut-être un rapport avec ses parents, c'était le seul sujet qu'elle avait abordé avec hésitation, avec un doute sur le fait qu'ils l'aient déjà aimé. Par ailleurs, elle ne s'était pas du tout attardé sur eux. "Mes parents sont mes parents". Non, elle n'avait pas dit ça pour le rembarrer, sinon elle n'aurait rien dit tout court, elle avait dit parce que quelque chose n'allait pas avec ses parents et qu'elle n'avait certainement pas envie d'en parler au risque de ... faiblir devant lui ? C'était une femme après tout, aussi froide semblait-elle être, elle était malgré tout plus sensible que lui.

Quant à son approche, l'effet escompté ne fut pas exactement le bon. En effet, elle n'avait pas tremblé, elle n'avait pas prit peur, elle n'était pas troublée et ne s'était pas non plus éloigné de lui. Non bien au contraire, elle était restée là, à le dévisager comme il le faisait, comme pour lui tenir tête. Pas d'expression sur son visage malgré tout. Mais son comportement en disait déjà beaucoup. En fait, sous ses airs d'ange innocent devait se cacher une vraie petite diablesse. Elle semblait presque se prendre à son propre jeu, comme pour le défier. Voilà un comportement des plus intéressants, d'autant plus avec un parfait inconnu. Sa dernière réponse fut spontanée à en juger par le temps de réponse et le timbre de sa voix. Il arqua très légèrement un sourcil, c'était étonnant. Il s'attendait à ce qu'elle pèse ses mots. Sûrement que sa question n'avait absolument rien de compromettant.

Les siennes en revanche ... Alekseï était en train de l'écouter attentivement tout étant absorbé, plongé dans son regard à la recherche du moindre indice, de la moindre lueur. Un exercice qu'il adorait, mélange de concentration et de perspicacité, et dans son regard, il y avait tellement d'espace à explorer. De l'espace vide, irrémédiablement vide. Mais il s'obstinait, son comportement était une preuve en lui-même, il y avait quelque chose là-dedans, elle n'était pas qu'une coquille dépourvue de vie, elle était juste maitresse de ses émotions. Lorsque ses questions retentirent, donc, cela sonna le glas de son petit jeu. Soudainement, son regard se chargea d'appréhension et dévia du sien. Il écarta un peu son visage. Voilà que c'était elle qui souriait maintenant.

- Alekseï Rytchkine. Mon âge, vous le devinez. Après tout, l'usure du temps devenait visible. Je viens du ... du nord. Du grand nord. Un nord si lointain que vous ne pourrez jamais vous y rendre et encore moins l'imaginer. Quant à pourquoi je me suis invité dans vos draps, c'est longue histoire, et la vraie question serait plutôt de savoir pourquoi vous m'avez laissé faire. Un sourire un brin malicieux apparut sur son visage mais disparut aussi vite qu'il était venu.

Il resta silencieux un moment de plus, tout en la fixant. Non, il ne pouvait pas se permettre de dire la vérité, c'était beaucoup trop dangereux. Par contre, rien ne l'empêchait d'aller un peu plus loin encore, la nuit allait être encore longue et cette "Sirina" semblait repousser ses propres limites à mesure qu'il s'en approchait, peut-être était-ce elle qui jouait avec lui depuis le début ? Il n'avait pas dit son dernier mot. Provocateur, il décida donc de franchir une nouvelle étape, une étape assez osée ... Il posa ses mains sur ses épaules.

- Votre peau est aussi froide que votre coeur, malgré cette couverture. Pourtant, sous votre air de jeune femme rigide et fermée, totalement incapable d'exprimer quoi que ce soit et cela même en étant charitable, il y a ... une braise. Un tempérament de feu. Quelque chose de profondément chaotique. Vous n'êtes pas un ange. Il se mit à écarter le haut de sa chemise de nuit. Arrêtez moi si je me trompe.

Une dernière phrase raisonna dans sa tête. Elle ne pratiquait que peu voir pas du tout la magie. C'était un bon de plus pour elle, restait à savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Mar 26 Jan 2016 - 23:11

Le nom ne lui dit rien, elle en avait jamais entendu parler ni en mal ni en bien, c'était déjà ça, car certains noms résonnaient dans le royaume comme Filip Dubarson, son père, même si il n'était pas de Feleth, les gens savait qu'elle était sa fille, c'était la raison pour laquelle elle voulait changer de vie, changer de monde, changer de pays même, voir l'enterrer elle même... Sa froideur et son agressivité étaient sûrement dus à un manque d'amour de ses parents, les deux personnes qu'elle connut en premier, si même eux n'ont pas réussi à lui donner tout l'amour qu'elle méritait, qui pouvait encore le faire.

Tout en pensant à ce petit épisode de sa vie, des disputes incessantes entre ses géniteurs, elle fut coupée dans ses songes lorsqu'il lui dit qu'il venait du nord, elle n'était pas du tout bonne en géographie, et s'orientait toujours à l'aide d'une boussole, alors de là à savoir où se trouvait le nord, sans même observer la lune et les environs, c'était assez compliqué pour elle. Il était vrai qu'il n'était pas tout jeune non plus, mais il n'était pas non plus ridé au point de faire peur, il était correct et faisait encore son effet, c'était un bon point pour lui, malgré son age avancé.

Pourquoi l'avait elle laissé rentrer dans sa couverture ? Question pertinente à laquelle pour le moment aucune de ses réponses n'étaient satisfaisantes, qu'allait elle lui dire ?? Qu'elle s'en moquait royalement ?  C'était la pure vérité, ça aurait pu être même quelqu'un d'autre, elle n'allait pas en faire un drame, puisque son cœur avait fait taire ses émotions et sentiments à jamais, ou du moins elle s’efforçait d'y croire fortement. Le sourire malicieux qui se dessina aussi rapidement qu'il partit, ne rassura pas non plus la jeune brune qui elle resta de marbre encore une fois.

Lorsqu'Alekseï  posa ses mains sur les épaules de Sirina,cette dernière posa ses mains sur les siennes et les serra de toutes ces forces les empêchant ainsi de se balader , que voulait il ? Passer du bon temps avec elle ?? Ah non pas question, la jeune femme ne tenait pas encore à perdre son innocence, le regardant droit dans les yeux elle ne se priva pas pour lui dire clairement.

-Vous êtes bel homme c'est vrai, mais ôtez vous l'idée de faire quoi que ce soit avec moi...

Il avait tout de même eu le temps de percer sa froideur, aussi bien corporellement que mentalement, comme quoi il était assez fort, cependant il lui annonça que sous toute sa froideur et sa insensibilité se cachait une braise.. Une braise ?? Bah elle était bien cachée alors, car Sirina avait perdu goût de toute chose sauf sa vocation, elle ne voyait que très peu sa mère pour ne pas dire jamais, elle avait également mis une croix sur son père... Ce n'était pas un ange, oh que non, c'était un démon, et elle allait bien lui montrer.. Alekseï  entrouvrit légèrement le haut de sa chemise de nuit, elle se sentit gênée et se releva rapidement tout en le giflant de toutes ses forces..

-Vous vous trompez !!! Vous voulez abuser de moi ??

La jeune femme toujours debout tira sa couverture et l'enroula autour de son corps tout en regardant l'homme avec un certain dédain


-Vous m'avez pris pour une de vos bonnes femmes qui vous regarde la bouche ouverte, je suis Sirina moi, je ne suis pas une pimbêche, alors si vous êtes venu pour passer du bon temps allez vous en et tout de suite !!!


Furieuse, ses mots résonnaient dans la petite pièce, elle hurlait après lui, pour qui l'avait elle prise ? Une femme de petite vertu ? Il ne payait rien pour attendre, il l'avait mis dans tous ses états et maintenant pour la radoucir il allait en falloir du temps... La guérisseuse lui tourna les talons et alla regarder par la fenêtre histoire de se calmer, et laissa échapper entre ses dents

-Ne me touchez plus de la sorte je vous aurais prévenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Mer 27 Jan 2016 - 20:01

Tout bon chercheur devait savoir reconnaitre ses erreurs, cela faisait parti intégrante de son travail. L'ego n'avait donc pas sa place. Ici, et en l’occurrence, Alekseï s'était trompé. Non elle n'était peut-être pas aussi diabolique qu'il se l'était imaginé. Mais cela ne compromettait rien, bien au contraire, il savait maintenant que ce n'était pas ça. Comment le savait-il ? La baffe qu'il avait tout simplement reçu et qui lui faisait bien comprendre qu'il faisait fausse route. En plus il le lui avait demandé. Quant à elle, elle était maintenant en colère. Elle avait reprit ses distances, après l'avoir sermonné, puis lui avait tourné le dos tout en se murant dans le silence, près de la fenêtre. Cette colère, si parfaitement compréhensible au premier abord, ne l'était pas vraiment. Elle ne pouvait pas simplement lui reprocher son comportement alors qu'elle l'avait laissé faire depuis le début, et que quelque part, donc, elle l'y avait incité. Soit cette personne était stupide, ce qui n'était pas le cas, soit cette colère n'était pas le fruit d'une offense mais, d'une autre chose. Un excès d'émotion, peut-être ? Rytchkine soupira, tout en la fixant de dos. Il se massa la joue.

"Bien fait. Non mais tu t'imaginais quoi ?"
"Tu peux parler, c'est pas toi qui voulait la violer il y a dix minutes ?"
"Si si, d'ailleurs j'en ai toujours envie. Je disais bien fait parce qu'avec tes méthodes de mou du tuyau, on arrive à rien. Faut pas lui demander son avis, il y a que ça qui fonctionne."
"De toutes les façons, si elle n'avait pas arrêté, j'aurai arrêté le premier. Ce n'était pas mon objectif."
"Ha ha ha ! Parce que tu crois que je t'aurai laissé arrêter ?"
"Je suis encore le maître ici, que je sache."
"Profite en bien, ça ne durera pas."


Finalement, le chercheur se releva. Il était bien tenté de s'approcher d'elle de nouveau mais, il devait le reconnaitre, ce n'était pas la bonne méthode. Elle s'énervait, perdait patience et au final, se renfermait sur elle même alors que c'était tout le contraire qu'il recherchait. Le temps était venu de lui tendre la carotte, sans mauvais jeu de mots. Il vint ouvrir un de ses placards, fouillant dedans et récupérant ce qui lui semblait utile ... la volant donc devant ses yeux, l'air de rien.

- Il n'y a guère de bonne femme qui me regarde la bouche ouverte, Sirina. Tu sais, dans ma vie, je n'en ai connu qu'une.
C'est à ce moment-là que Johann se sentit obligé de corriger les choses. Deux, en fait. L'écoute pas, il a juste les boules de s'être fait quitter comme un moins que rien. Il fit la grimace, en secouant la tête, reprenant ses esprits. ... Deux donc. Mais on ne va parler que de la première. C'était une femme très intelligente, très charismatique et très froide aux premiers abords. Elle était comme toi, elle n'exprimait absolument rien. Pourtant je l'ai connu et je l'ai apprécié et avec le temps, elle s'est ouverte à moi. C'était la plus belle découverte de toute ma vie. Il se remplissait les poches. Ce qu'elle cachait au fond d'elle était immense, magnifique, d'une pureté si grande ... Il referma le placard, en le claquant brutalement. Il soupira, posant son front contre la porte. Quel gâchis ... Je ne me rendais pas compte à l'époque, je débutais et j'avais beaucoup de choses à apprendre. Cette femme ... elle n'était pas qu'un simple individu, elle n'était pas qu'un simple partenaire ni même qu'un simple amour, elle était une des plus grandes énigmes de la nature et elle s'était ouverte à moi. Je n'avais rien à faire si ce n'était de contempler les à réponses à toutes les questions que je pouvais me poser. Il se décala un peu, se retournant vers elle. Bref. Aujourd'hui, je l'ai perdu. Elle n'est pas morte non, pas encore mais, je l'ai anéantie. Je l'ai détruite de mes propres mains. Son amour pour moi a été un poison, un poison qui continue aujourd'hui de la tuer à petit feu. Ce n'est pas notre amour que je regrette, si j'avais su je l'aurai évité. Non ce que je regrette c'est d'avoir détruit la plus belle découverte qui m'ait été donné de faire, c'est de ne pas m'être contenté de passer à côté mais de m'être arrêté pour l'éliminer, comme si ... elle était trop ... trop belle pour être vraie, trop grande pour être à ma portée. Il rigola, bien que d'un air mélancolique. Elle s'appelait Adramante. Il fixa le vide. Il ne fait pas bon de s'approcher de moi. En bien comme en mal, toute tentative se solde par un échec cuisant pour celui ou celle qui la tente. Je détruis tout, absolument tout et à commencer par moi-même.

Il se mura ensuite dans le silence, faisant rapidement le tour de la pièce. Il s'arrêta pour boire une nouvelle fiole du remède. Il appréciait ça. Finalement, il revint vers elle tout en fouillant dans une de ses poches internes.

- Et du coup, par principe de précaution, je n'ai absolument pas envie de m'approcher de toi. te découvrir et t'étudier comme je le ferais avec n'importe quel découverte digne d'intérêt, oui mais, avec l'approche d'un chercheur, c'est-à-dire en toute neutralité, en toute objectivité. Je ne suis pas en train de chercher quoi que ce soit venant de toi et je n'en ai pas envie. Je suis en train de te comprendre, c'est différent. Il ressortit une sorte de lame de rasoir. Il remonta alors son manche gauche, découvrant son bras. Mais parfois la précaution n'est pas suffisante et, à ce moment-là, je suis dans l'obligation de guérir. Il n'existe qu'un seul remède qui pourrait soigner le mal dont je souffre mais, je ne peux pas le consommer maintenant, c'est beaucoup trop tôt. Alors en attendant, je prends de quoi patienter, de quoi supporter ma douleur. Je me drogue, je bois, je passe mes nuits et à mes jours à travailler, j'essaie de dormir, les rares fois où j'y arrive et ... je fais aussi couler mon sang. Il s'entailla le haut du bras, affichant une grimace de douleur. Son visage rougit, il se crispa et se mit à faire circuler la lame dans sa chair, bien que superficiellement. Le châtiment m'apaise ... tu... peux penser que je suis dingue ... mais ... c'est de la rationalité. Je suis un ... mauvais homme ... par profession, par par nature ... ce que je fais me répugne ... mais je ... je dois le faire ... c'est comme ça ... c'est tombé sur moi ... il faut que j'assume ... paradoxalement ... ce n'est pas pour moi ... que je fais ça mais pour ... pour tous. Pour toi ... pour eux, pour elle ... pour toutes et tous. Il rigola, malgré la douleur. C'est drôle car ... ça devrait faire de moi un héro mais ... c'est tout le contraire. C'est plutôt ... la moindre des choses ... quand on fait ce que je fais ...

Sur son bras, à l'aide des incisions, on pouvait maintenant lire quelque chose. Un message, une phrase très courte mais très parlante. Il était écrit "Je vais te tuer". Il sourit un peu plus, puis enfonça brutalement la lame dans sa chair, à la fin de la phrase. Cela lui arracha un sifflement sourd, entre ses dents, tant la douleur était grande.

- Voit ça comme un exemple, un résumé de mon quotidien. Dit-il avant de tracer une ligne droite avec la lame, comme pour barrer le message et en annuler sa signification. Il souffla un grand coup, puis laissa tomber la lame ensanglantée sur le sol. Il tourna ensuite son regard vers elle, vide. Ça soulage ... pour un temps. Et puis ça recommence. Encore. Et encore. Et encore. Tu crois sincèrement qu'il y a de la place pour une femme et que j'ai envie de faire de la place pour ça ? Si c'est ce que tu penses, tu me déçois beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Mer 27 Jan 2016 - 21:38

La jeune guérisseuse observait l'horizon sans dire mot, essayant de se calmer seule comme elle avait toujours fait lorsque la haine ou la mélancolie s'invitaient sans prévenir dans sa vie... Tendant sa main droite vers la poignée de la fenêtre, elle l'ouvrit ainsi pour respirer un bon bol d'air frais, faisant ainsi flotter les lambeaux de tissus qui lui servaient de rideaux dépareillés et complètement dépravés. L'air automnal lui faisait le plus grand bien et commençait à reprendre peu à peu ses esprits, soupirant lentement pour en faire sortir toute sa colère enfouie.

Sans se retourner, Sirina entendait Alekseï se parler à lui même, peut être s'en voulait il, ou peut être pas, après tout elle ne l'écoutait pas trop concentrée à canaliser ses émotions, pourtant cet homme semblait être plein de bonnes intentions, pourquoi était elle froide et distante ? Peur d'accorder sa confiance prématurément ? La jeune Dubarson fut rapidement arrachée à ses pensées, lorsqu'elle entendit la porte de son placard s'ouvrir, elle se tourna lentement en sa direction, et put apercevoir l'homme se servir tout naturellement dans ses affaires, sans même demander, la jeune femme ne disait rien, l'observant silencieusement, que cherchait-il encore ? Roulant des yeux, elle parut tout de même amusée même si son comportement disait le contraire, il était vraiment singulier cet Alekseï...


Alors il décida de lui parler, comme pour briser ce silence pesant qui régnait entre eux deux. L'atmosphère était palpable et pesant, ces paroles furent alors salvatrices, car la jeune brune se calmait au fur et à mesure... Il commença par avouer que les femmes ne restaient pas bouche bée lorsqu'elles le croisaient, bon Sirina reconnut rapidement qu'elle avait, peut être pas excès de colère, dit des choses incongrues et déplacées, puis il lui dit qu'il connut une, ou deux femmes, pour finalement se corriger, car une seule avait compté dans son esprit... Une femme qui selon sa description lui ressemblait beaucoup, devait elle en être flattée ? Sirina arqua légèrement un sourcil tout en l'écoutant narrer son histoire... Cette femme en avait de la chance, car elle avait tout de même réussi à ouvrir son cœur, à une personne, quand la guérisseuse n'arrivait même pas à aimer les siens... Se rappeler de sa femme ne lui faisait pas perdre le nord, oh non, il continuait à se remplir les poches, sous les yeux vides de la jeune brune, toujours murée dans un silence sans nom.

Lorsqu'Alekseï referma brutalement le placard, la jeune femme sursauta et poussa un petit cri étouffé, puis toussa rapidement pour ne pas lui laisser croire qu'elle venait d'avoir peur, c'est après qu'il posa son front sur la porte, et continua alors en disant qu'il avait tout gâché, c'était assez romantique, mais pas du goût de la jeune femme, mais ne doutait pas une seule seconde que cette femme devait être dotée d'une grande beauté aussi bien intérieure qu’extérieure, vu comment il en parlait... Se retournant vers elle, il lui avoua qu'il l'avait perdu, non pas qu'elle soit morte, mais tout simplement que l'amour qu'elle lui portait était empoisonné, elle se blessa elle même... La jeune brune écoutait sans oser l'interrompre, il venait de dévoiler une partie de sa vie, un rire mélancolique s'échappa alors de sa bouche, Sirina comprenait tout à fait ce sentiment... Son prénom était tellement beau et mélodieux, une histoire triste certes qui s'était soldée d'un échec.... Il s'autodétruisait, et tout comme elle, à ne plus se mêler à la population, elle tenta alors de le raisonner, comme si ces mots allaient également la convaincre, si elle y mettait assez de conviction.

-Ce n'est pas de ta faute, tu es une bonne personne, seulement comme moi il t'est arrivé des mauvaises choses

C'était bien la première fois que la voix de la jeune femme s'était radoucie depuis qu'ils parlaient, pendant ce temps lui muré dans le silence, faisait les cent pas devant les yeux de la jeune guérisseuse, cette dernière voulait aussi lui conter son histoire, crier sa tristesse, le pourquoi de sa froideur, mais la fierté en elle l'en empêchait pour le moment, attendant sûrement le bon moment pour lui dire... Il but à nouveau une gorgé d'une fiole contre la fièvre préparée cette nuit, puis revint vers elle, en fouillant frénétiquement dans l'une de ses poches.

Il lui fit comprendre qu'il ne voulait pas s'approcher d'elle, ni même la connaître, il ne voulait rien d'elle, sauf en toute neutralité, la jeune femme fronça les sourcils sans comprendre, que voulait il dire par là ?? Il venait de sortir une lame de rasoir, Sirina prit peur et on pouvait maintenant lire la peur sur son visage, voulait il la tuer ? Il remonta alors sa manche gauche, la guérisseuse vit alors que plusieurs cicatrices y étaient tracées, certaines plus marquées que d'autres, cette image horrifia la brune... Il était malade, et elle venait de comprendre que la seule issue était la mort, mais qu'en attendant se faire souffrir en s'entaillant était une solution envisageable, un long frisson parcourut l'échine de la jeune femme, il était lugubre de se faire infligée une torture pareille. Le regardant grimacer de douleur, elle porta ses mains à sa bouche choquée de sa façon d'agir, mais n'osa pas s'interposer pour le moment, de peur qu'il se retourne contre elle... Le châtiment l'apaisait, mais en même temps le blessait, il annonça alors qu'il faisait ça pour elle, pour les autres, mais elle n'avait rien demander de ça, et surtout moins que quelqu'un se torture de la sorte

-Arrête ça toute de suite

Elle pouvait lire à présent «  je vais te tuer », cette inscription lui fit froid dans le dos, pour guise de signature il s'enfonça la lame encore plus profondément dans sa chair, s'arrachant ainsi un sifflement, Sirina restait la pétrifiée, puis il barra la phrase avec sa lame avant de la laisser tomber à terre, son bras ensanglanté, puis la fixant dans les yeux, il lui dit que son quotidien se résumait à ça, se torturer encore et encore, comme quoi une femme n'avait plus sa place dans son cœur... La jeune femme tint alors son bras ensanglanté essayant et enroula sa couverture autour de sa blessure, le temps de chercher une herbe ou racine cicatrisante. C'était à son tour...

-Mes parents, sont Filip et Adriena, ma mère une femme de caractère mage guerrière, elle contrôlait l'élément que tu as pu voir au fond de mes entrailles... Le feu....

Pendant ce temps elle alla en trottinant dans son placard, chercher dans un bocal poussiéreux une herbe cicatrisante, qui certes dégageait une forte odeur mais était efficace, elle prit le bocal entier, et le déposa sur le rebord de la fenêtre en prenant les herbes, une par une tout en parlant

-Mon père c'est une autre histoire, cet homme, un assassin, je l'ai adulé, si tu savais je le voyais comme un héros, ma mère aussi l'aimait...

Serrant le plus fort possible, comme pour remettre toute sa colère sur ce pansement rudimentaire autour de sa cicatrice elle reprit de plus belle


-Il est partit suite à une énième dispute avec ma mère, il la gifla, il disparut, je pense qu'elle venait de découvrir que son incapable de mari était un tueur, elle a refait sa vie avec celui qui m'a tout montré, tout enseigné sur la botanique, plus le temps passait plus une haine envers mon père s'installait, au point de le tuer de mes propres mains... J'ai décidé de tout quitter, laisser ma mère tranquille, et venir me prendre en main seule, ici à Feleth, je n'ai jamais aimé d'homme, trop occupée à essayer de m'aimer moi même, je me suis détestée parfois de porter le même nom que mon père.. J'ai préféré sceller mon cœur et ne donner à personne la clef, par peur d'être déçue sûrement..


Sirina noua alors les deux herbes entre elle et posa un regard cette fois ci sincère et sans mépris sur l'homme

-Tu peux encore rester ici, tu ne me déranges pas Alekseï

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Jeu 28 Jan 2016 - 19:00

Rytchkine avait gardé l'oeil ouvert. Ce n'était pas parce qu'il dévoilait un fragment de son passé, et quelque part de son identité, à cette imparfaite inconnue qu'il ne faisait plus attention à elle. Mieux encore, une partie de ses dires et de son comportement avaient été influencés par ce désir de la malmener psychologiquement, de lui supprimer ses repères et donc de la mettre au pied du mur. Quant est-il du résultat ? Sirina avait été calme malgré sa colère, au début tout du moins. Elle l'avait observé la voler sans qu'elle ne dise rien, voir même elle avait été amusée. Une première réaction qui avait laissé le chercheur perplexe, tout en le confortant, quelque part, dans ce qu'il pensait d'elle. S'amuser du vole ... certes elle ne s'était pas ouvertement réjouis mais, ce brin de malice dans son regard à cet instant là était suffisant. Cela le laissait perplexe parce que ce n'était pas une réaction ordinaire et cela le confortait car un tel comportement correspondait malgré tout à l'idée qu'il se faisait d'elle, une femme d'apparence angélique mais de nature diabolique.

Quant à son discours, du moins la première partie, il eut pour effet de la détendre. La crispation qui l'avait saisi il y a peu disparaissait et cela se voyait bien. Par contre, sa froideur était de retour. D'ailleurs était-elle déjà partie ? Pour Alekseï, la colère ne pouvait pas toujours être associée à la notion d'émotion, tout dépendait de l'origine et de la nature de cette colère. On parlait bien de colère noire, rouge, froide, etc... Aussi, et partant de ce postulat, elle n'avait fait que se calmer sans pour autant perdre en expressivité, n'en ayant jamais gagné à la base. Elle avait aussi sursauté et crié, pas à la mort mais de surprise, avant de tousser pour maquiller cela. Ce détail ne lui avait pas non plus échappé. Il pouvait en déduire qu'elle était nerveuse mais qu'elle ne le montrait pas. Un rien suffisait à faire ressortir cette nervosité mais, même découverte, elle s'efforçait de la cacher. C'était presque à croire qu'elle faisait exprès, qu'elle voulait volontairement donner une image de femme rigide et insensible alors que, bien qu'il avait un doute, ce n'était pas le cas.

La grande question qu'on pouvait alors se poser était pourquoi ? Pourquoi un tel comportement ? Était-ce une façon de se protéger elle-même ? Si oui, de quoi ? Elle lui avait répondu en le tutoyant. Bien qu'il ne l'avait pas montré, cela l'avait à la fois grandement surpris et angoissé. Il avait volontairement employé le "tu" pour créer un sentiment de familiarité soudain et indésiré. De ce qu'il avait déduit, elle n'aimait pas que les gens s'approchent d'elle, pas physiquement mais sentimentalement, aussi il avait fait exactement ce qu'elle ne voulait pas qu'il se produise. Il avait espéré la faire réagir maladroitement mais, ce n'était pas ce qu'il s'était produit. À la place, et raison de sa surprise, elle l'avait tutoyé en retour d'une façon très sincère et spontanée. Elle acceptait donc cette familiarité et la lui retournait aussi, raison pour laquelle cela l'angoissait. Lui aussi détestait qu'on s'approche lui et c'était bien ce qu'elle était en train de faire. Quant au contenu de sa phrase en elle-même, en plus de la comparaison qui en disait déjà pas mal sur elle et sur son passé douloureux, donc, elle ne l'aidait pas. C'était un coup de couteau pour lui, pas autre chose. Non, il n'était pas une "bonne personne" et ce n'était pas la peine d'essayer de le faire changer d'avis. La vérité n'était pas toujours très belle mais il fallait l'accepter dans le meilleur comme dans le pire, et surtout la défendre. Quoi qu'il en soit, le ton employé était révélateur, elle s'était attendrie, angoisse supplémentaire pour lui.

Enfin, en ce qui concernait la démonstration, qui était plus une nécessité qu'une démonstration en fait, l'effet escompté fut le bon. Elle fut horrifiée, terrifiée et choquée. Il se réjouissait intérieurement, s'il lui manquait une preuve, il venait de la trouver. Cette jeune noble n'était donc pas une femme froide et impersonnelle, auquel cas elle n'aurait tout simplement pas réagit ou, dans le meilleur des cas, avec inexpressivité, ce qui n'était pas ce qu'il s'était passé. Ce n'était qu'une apparence, une carapace voulue et il en avait la certitude. Maintenant, pourquoi ? Seul son histoire pourrait le renseigner. Il l'avait observé faire, passer la couverture sur son bras pour stopper les saignements et s'atteler à sa guérison à l'aide d'une herbe assez odorante. Il n'avait rien dit, il n'avait rien fait de plus. Il était resté là à la laisser faire tout en l'écoutant attentivement, même si l'air perdu dans ses pensées.

Alors elle était l'enfant d'un assassin et d'une pyrmomancienne. Cela le fit sourire intérieurement, il ne s'était donc pas trompé. Elle avait tant admiré son géniteur que lorsqu'elle avait apprit la vérité, la chute a été terrible. Était-ce ce "traumatisme" qui était responsable de son attitude ? Elle avait donné tant d'amour à son père pour que finalement, ce même amour se retourne contre elle et la fasse souffrir pour le restant de ses jours, elle et sa mère il présumait. Cela était effectivement une explication. Inconsciemment, elle n'avait pas envie de souffrir de nouveau, d'être déçue de nouveau et donc, comme par principe de précaution, elle se repliait sur elle-même et refusait d'éprouver de nouveaux sentiments, et d'accorder sa confiance par extension. Cette froideur n'était qu'une façade construite sur la douleur, une sorte d'épouvantail destiné à lui faciliter la tâche. Ce se tenait mais ce n'était qu'une hypothèse.

Elle parla ensuite de son beau-père. Oh certes il ne doutait pas de son affection pour elle puisqu'il lui avait apprit son métier mais, il ne pouvait pas remplacer son père et la haine croissante dont elle parlait n'était qu'une projection. Un peu comme si elle se disait, intérieurement, que ça aurait dû être à son père de faire ça et pas à son "beau-père". Hypothèse rationnelle là-encore mais, la nature humaine était si compliquée que la rationalité n'était pas une explication suffisante dans la plupart des cas. Ce n'était pas qu'une simple rancœur, c'était une haine noire et profonde à en juger par ses dires. Peut-être se sentait-elle trahie par celui en qui elle avait le plus placé sa confiance ? À qui elle avait offert ce qu'elle avait de plus cher, son coeur ? Probable mais pas certain là-encore. Enfin ... Pas certain jusqu'à ce qu'elle dise tout haut ce qu'il pensait tout bas. Elle s'était effectivement endurcie à cause de ça. Ses analyses étaient-elles vraies, finalement ? Pas complétement. Une partie sans doute, en accord avec ce qu'elle venait de dire, mais le doute subsistait pour les extrapolations.

Elle en avait finit avec sa blessure. Elle le regarda d'une façon étrange, mélange de sincérité et de compassion. Visiblement, il avait accomplit en quelques heures ce que beaucoup d'autres personnes n'étaient arrivées à faire avant lui, briser la surface et s'enfoncer bien à l'intérieur. Il progressait vite et la résistance qu'elle lui opposait était de moins en moins forte. Il aurait pu s'en féliciter mais, tout ce qu'il ressentait à cet instant, c'était une culpabilité mortelle. Elle détestait son père parce qu'il était un assassin ... Qu'était-il lui, si ce n'était un assassin encore plus méprisable ? Sa double maléfique ne tarda d'ailleurs pas à le lui rappeler, soufflant dans ses pensées.

"Qu'elle est mignonne ! Elle est toute compatissante, toute pleine de bonne volonté au point de t'inviter à rester ici autant que tu le veux et alors même que tu étais venu pour la voler ! Et que tu l'as volé d'ailleurs ! Si elle savait à qui elle a réellement affaire ..."
"Je te rappelle encore une fois que je n'ai pas l'intention de nouer le moindre lien avec elle et que je n'ai pas non plus l'intention de la laisser le faire. Par conséquent, je ne lui dois rien et encore moins la vérité."
"Oui, bien sûr ... Et tu vas laisser cette pauvre femme te prendre pour ce que tu n'es pas ? C'est une forme de mensonge et conformément à tes théories, tu n'as pas le droit de la laisser faire."
"Si je le lui dis, elle va souffrir."
"Si tu ne le lui dis pas, elle va souffrir aussi. Quoi que tu fasses en fait, il y aura de la souffrance, pour toi comme pour elle. C'est pas pour rien qu'il faut pas que tu t'approches des gens, ni qu'ils t'approchent d'ailleurs."
"Elle souffrira moins si je ne dis rien."
"Elle cherchera à savoir, elle n'acceptera pas de s'endolorir sans savoir pourquoi. Au final, ça ne sera qu'un supplément car elle finira bien par découvrir la vérité et là ..."
"Tait toi."
"Je peux le lui dire pour toi si tu veux."


À ce moment très précis, le temps de quelques secondes, Alekseï était vulnérable. Tout le poids de conscience, qu'il cherchait à oublier, lui retombait brutalement dessus. Les dires de la jeune femme l'avaient quelque peu rappelé à l'ordre et cette culpabilité qu'il ressentait à cet instant l'anéantissait complétement. C'était dans ce genre de moment bien plus désespérés que les autres que Johann, de son vrai nom "Lazar", en profitait pour prendre de l'avance. Rytchkine fixait le vide, son visage s'étant assombri brutalement, et dans sa tête, un nouveau bras de fer s'était engagé mais ... il était perdu d'avance. Il ne fallut pas longtemps à son ennemi interne pour refaire surface.

Johann était au commencement un trouble mental, une création psychologique. Il n'existait pas, il n'était qu'une forme de réponse immunitaire à la tourmente dans laquelle s'enfonçait Alekseï un peu plus chaque jour. Ce n'était que lors de son passage dans le Vein que les énergies en présence lui avaient véritablement donné vie. Aussi, bien qu'il ne disposait pas de son propre corps, ce "Johann", renommé par lui-même "Lazar", était une conscience, une entité vivante qui partageait son esprit et qui n'avait rien trouvé de mieux à faire que de le torturer en permanence. Mauvais par origine et démoniaque par nature, cette chose cherchait à le vaincre en l'affaiblissant mentalement. Son but ultime était de le tuer, psychologiquement, afin de prendre sa place et pouvoir vivre sa vie comme il l'entendait. Une plaie dans l'existence du chercheur qui ne pouvait s'en séparer. En effet, il avait besoin de lui pour rester "lucide", si l'on pouvait dire ça. Cette chose, quand elle n'était qu'une invention de son esprit malade, l'aidait à porter le poids de ses crimes, à réfléchir raisonnablement en complétant ses pensées par les plus mauvaises options et survivre dans ce monde en incarnant ce qu'il y avait de pire en lui.

Mais maintenant qu'il était vivant, il estimait ne pas avoir besoin de lui et par conséquent, n'acceptait pas d'être enfermé quelque part dans sa tête, avec une capacité très limitée à évoluer dans ce monde-là. Lazar était donc tout ce qu'il y avait de plus mauvais. Il n'était pas simplement "méchant", il était le paroxysme des ténèbres. Sa haine, sa rancœur, sa perversité et son amour du mal ne connaissaient aucune limites ! Même le plus corrompue des Hommes s’horrifierait de ses actes, de ses dires et de ses pensées. Absolument rien n'était trop abominable pour lui. L'adjectif de "monstrueux" ne serait qu'un euphémisme. C'était pour cette raison qu'Alekseï le combattait sans relâche, veillant à ce qu'il ne puisse jamais échapper à son contrôle. Malheureusement, à cet instant-là, c'était bien ce qu'il venait de se produire.

Le chercheur releva alors la tête, fixant d'abord la fenêtre. Même si physiquement il n'y avait aucune différence, son aura n'était plus du tout la même. Sur son visage et dans ses yeux, il y avait une furie furieuse, un malice sans fin. Tout sourire, chose qui n'avait rien de rassurant, il fit face à Sirina. Il lui attrapa les poignets, subitement, puis chuchota d'un air diabolique.

- Je ne compte plus le nombre de personnes que j'ai torturé et tué. Innocents ou coupables ne m'importait que peu. Ce qui comptait pour moi, c'était leurs cris, leur souffrance, la terreur que je pouvais lire sur leur visage. Il n'y a rien de plus jouissif que ça. Il se mit à avancer tout en la faisant reculer contre le mur le plus proche, sans la lâcher du regard. Et toi petite fille, tu es la prochaine sur la liste. Tu m'as l'air si innocente, si fragile que je ne peux même pas imaginer le plaisir que je vais prendre à tailler des sillons dans ta chair, et à t'écouter hurler. Je vais te faire souffrir en prenant soin de ne pas te tuer, jusqu'à ce que ce soit toi qui me supplie de mettre fin à tes jours. Je vais t'humilier aussi, tu sais ? Je vais anéantir ta dignité ! S'exclama-t-il alors brutalement, en plaquant ses poignets contre le mur. Je vais t'écorcher vive, je vais te tuer et je porterai ton visage ! Je vais faire cuire tes yeux et tes organes dans ton sang ! Je vais te couper les bras et les jambes et te les recoudre ensuite en les échangeant. Je vais te briser tous les os un par un. Je vais te mettre en morceaux que je garderai soigneusement ensuite. En particulier ta jolie petite tête brune que je prendrais soin d'embrasser tous les soirs, avant d'aller me coucher ... et plus si affinités.

Sa tirade, d'une abomination sans équivalent, lui donnait tout simplement le sourire. Il s'y voyait déjà. Il approcha sa langue de son visage, haletant à la façon d'un canidé mais en plus rapide. Il rigola, rire fou et démoniaque, puis ... se mordit brutalement la langue, remuant les dents dans la plaie pour aggraver l'incision. Il hurla sous la douleur, relâchant brutalement Sirina. Sa main droite essaya de l'étouffer lui-même mais, il se servit de l'autre pour la bloquer.

- Laisse moi !!! Laisse moi !!!


Cria-t-il les dents serrées à on ne savait trop qui. Il se débattait contre lui-même. Il recula alors d'un pas et se fit un croche-pied, trébuchant. L'arrière de sa tête heurta le montant du lit, dans sa chute, provoquant un bruit et lui arraché un nouveau cri de douleur. Il y avait du sang sur le bois, le coup avait été très violent. Il était au sol, retourna sur le ventre, sonné. Il essaya de se relever, tout en tendant la main vers la porte de sortie mais, il tomba dans l'inconscience presque aussitôt. Du sang sortait de sa plaie, imbibant ses cheveux et, rapidement, ses propres vêtements puis le sol. Il était inerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Jeu 28 Jan 2016 - 20:26

Après avoir révéler les points principaux de son histoire et sur le pourquoi de son arrivée ici à Feleth,  Sirina en oublia même qu'elle l'avait giflé auparavant, la jeune femme s'était surprise à s'être radoucie, elle qui vivait recluse de ce monde, alors qu'elle pouvait tout à fait vivre normalement et avoir tout ce dont une jeune femme de son âge désirait, cependant  sans comprendre pourquoi, elle se refusait à l'idée de se voir heureuse... Non la peine et la rancœur étaient les deux seuls sentiments avec lesquelles Sirina était à l'aise, elle ne faisait pas semblant, ne se mentait pas à elle même..

Relâchant doucement le bras d'Alekseï, elle recula lentement tout en restant debout face à lui... Connaissait-il son père ? L'avait il déjà croisé auparavant ? Avant qu'elle ne devienne une bonne guérisseuse à Feleth, les gens murmuraient souvent sur son passage, la prénommant « fille d'assassin », « fille du mal », et à force elle en avait pris l'habitude de se sentir coupable de tout les actes commis par son géniteur... Comme les gens changent, ces même gens maintenant venaient la consulter, venaient lui demander de l'aide... Quelle hypocrisie.. Cette solitude était finalement tout à fait justifiée... Cependant derrière cette froideur et cette haine, se cachait une jeune femme fragile, qui paradoxalement aurait envie de tenter sa chance, envie de de se voir entourée d'enfants, or sa carapace l'en empêchait... Elle se méfiait de tout le monde, et même de son ombre parfois...

Sirina était dans une impasse, par moment elle se fatiguait elle même à ne pas savoir ce qu'elle voulait vraiment, vivre ou survivre ? Aimer ou haïr ? Rire ou pleurer ? Dix ans de solitude ne l'avaient pas vraiment aidée, voir même désavantagée... Mais bon elle était devenue une femme maintenant, et ces blessures devaient faire partie du passé, un passé qu'elle n'arrivait pas du tout à retirer de sa mémoire... La nuit arrivait pratiquement à la fin de son apogée, Sirina venait tout bêtement de le voir, car ces dernières heures avaient tellement été mouvementées que le temps avait filé aussi rapidement que brûle un encens... Lorsqu'elle reposa le regard sur l'homme devant elle, cette dernière cligna plusieurs fois des yeux, pensant qu'elle voyait mal, car dans le regard de son interlocuteur quelque chose venait de changer, comme si une lueur de ténèbres venait s'y refléter... Elle tenta dans un premier temps d'ignorer, et de regarder autre part, peut être commençait il à fatiguer lui aussi ? Il baissa la tête, et la releva après quelques temps, avec un air beaucoup plus malicieux, Sirina n'aimait pas trop ça, et se demandait à présent ce qu'elle avait encore fait à l'inviter sous son toit, comme quoi elle ne devait pas accorder sa confiance comme ça... La jeune femme attendait en faisant face à une éventuelle confrontation, sans même avoir le temps de prendre sa dague, Alekseï lui attrapa les poignets, ses chuchotements ne rassuraient pas du tout la guérisseuse, son cœur accélérait au fur et à mesure qu'il avançait vers sa direction.  

- Lâche moi !!!

La seule phrase qui réussit à sortir de sa bouche, sa voix ferme était tout de même tremblotante, on pouvait tout à fait percevoir la peur, mais Sirina n'allait pas se laisser faire comme ça... C'est alors que cet inconnu, lui déballa très naturellement qu'il ne comptait même plus le nombre de victimes qu'il avait torturé, tué juste pour le plaisir... La jeune brune détourna son regard de lui, tout en reculant ne voulant pas se retrouver collée à lui...Ce qu'il lui dit devait lui faire peur, mais non, elle était la prochaine sur la liste, après tout ce monde n'avait rien fait pour la garder, et si les divinités voulaient la reprendre parmi elles, elle n'y verrait aucun inconvénient... N'écoutant plus ce qu'il lui disait, à force de reculer elle se retrouver coincé contre un mur, et bien sûr Alekseï lui attrapa les poignets et la plaqua contre le mur, tout en continuant son récit si bien imaginé.  Elle essayait tout de même de se débattre, cependant sa corpulence ne l'aidait pas trop... Ce qu'il lui réservait était certes écœurant, voir même très grossier... Il rapprocha son visage du sien, tout en sortant sa langue, la jeune guérisseuse recula sa tête le plus loin possible, en faisant une grimace...

Il riait, apparemment tout ceci l'amusait, et son rire diabolique, fit frémir de peur la brune, à cet instant il se mordit la langue, accident ? Sirina essaya de le repousser pour s'enfuir, mais d'une main il tentait de s'étouffer  et de l'autre il la tenait toujours fermement... Il semblait se parler à lui même, il demandait qu'on le laisse, ils n'étaient seulement que deux dans cette pièce, à qui pouvait-il bien parler ?  L'homme recula d'un pas, et Sirina se vit alors libre pour un moment, elle voulait partir, appeler de l'aide, mais ses jambes étaient comme des morceaux de cotons, et la peur la paralysait l'empêchant même de sortir dehors... Plaquée contre le mur, elle observait la scène sans pouvoir intervenir, Alekseï trébucha et se cogna la tête contre le lit laissant couler du sang sur le haut de son crâne, le choc avait été très violent, si bien que le bruit résonnait encore dans la tête de la jeune femme, puis sur le sol il se retourna sur le ventre et resta inerte comme ça, tandis que le sang remplissait ses affaires, le sol, ses cheveux...

Bloquée par la surprise, elle devait agir, après plusieurs minutes, elle réussit à se décoller et marcha un peu tout en se massant les poignets, se demandant bien ce qu'il avait eu, était-il fou ? Avait-il fait une crise de démence ? Ou avait-il planifié tout ceci depuis le début.  Regardant l'homme gisant au sol, Sirina était incapable de réfléchir, avant toute chose, elle devait chercher dans ses affaires quelque chose pour le réveiller et coaguler son sang, mais quoi ? Elle n'avait plus beaucoup de temps, prenant ses dernières énergies, Sirina alla chercher partout dans son placard, sous sa table, quelque chose, un remède pour Alekseï... Même si depuis ses intentions étaient mauvaises, elle ne pouvait avoir sa mort sur la conscience, même si lui avait tué des milliers de personnes, comme son père... L'herbe odorante n'aurait eu aucun effet, car elle était efficace que pour les blessures superficielles...

Elle qui ne touchait jamais à la magie, se dit que c'était peut être le jour d’expérimenter, la guérisseuse alla alors chercher ses vieux grimoires de magie, poussiéreux, sur lesquels elle souffla d'un coup sec et les posa sur la table, elle ouvrit le premier livre assez gros, avec une reliure en cuir, et commença à lire le sommaire, et tomba sur un remède pour coaguler le sang en cas de perte de connaissance... Non très sûre d'elle, Sirina pria les divinités de ne pas l'abandonner cette fois ci, et lut le passage de l'incantation une première fois dans sa tête pour le mémoriser... La guérisseuse recula et se mit face à Alekseï, et leva les mains vers le ciel et commença l'incantation, en chuchotant, en gesticulant des mains dans un sens précis, et plus elle répétait le sortilège et plus sa voix s'intensifiait comme si elle voulait qu'on l'entende dans les cieux, c'est alors qu'une boule lumineuse se forma dans le creux de ses mains, c'était une douce sensation, une chaleur agréable …  Cette boule grandissait au point de faire la taille d'une pomme et quitta les mains de la jeune guérisseuse pour venir s'installer sur le haut du crâne de l'homme... La jeune brune ferma les yeux, ainsi pour visualiser ses faits et ses gestes, et continua ainsi jusqu'à ce que la boule pénètre complètement dans la tête d'Alekseï, et s'arrêta net... Lorsqu'elle alla vers le livre pour le refermer une goutte de sang tomba dessus, regardant d'abord dans le plafond, Sirina ne vit rien, mais sentit quelque chose dans son nez... Passant sa manche sur son nez, elle vit alors une trace de sang, c'était alors ça le prix à payer pour chaque sortilège...

Pour le sang au sol, elle n'eut l'idée que de déposer un vieux linge sale, et resta alors assise devant ce corps inerte qui quelques minutes auparavant avait voulu la tuer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Jeu 28 Jan 2016 - 21:11

L'inconscience. Un état à mi-chemin entre la mort et le sommeil. Il était difficile de le décrire. C'était comme si le temps était suspendu, que son existence s'arrêtait un instant. Si l'esprit pouvait se manifester au travers des rêves, dans cet état, il s'était évaporé tout simplement. À son réveil, sa notion du temps serait certainement faussée. Il n'aurait aucun souvenir de ce moment d'absence, surtout s'il n'avait pas bougé de sa place entre temps. Il s'écoula une heure, une longue heure, silencieuse. Dehors, le soleil commençait tout juste à se lever. La nuit était passée et le jour allait bientôt prendre sa place. Ce serait un soulagement, il était bien moins vulnérable le jour que la nuit.

Au bout de cette longue attente, le chercheur finit par revenir à lui. Il poussa un gémissement timide, dans un premier temps, puis rouvrit les yeux. Il resta un moment à fixer le vide, récupérant ses esprits puis fronça un peu les sourcils en se souvenant de ce qu'il s'était passé. Il entreprit alors de se relever et son regard tomba sur Sirina, qui était assise devant lui. Il se figea en la voyant, imaginant en quelques secondes une multitude de scenarii tout aussi funestes les uns que les autres. Elle avait très certainement envie de le tuer maintenant, surtout avec ce qu'il lui avait dit. Il la fixa un long moment, l'air interrogatif, et finalement, se releva complétement. Il se souvint aussi de sa blessure. Il regarda instinctivement le montant du lit, y voyant du sang, puis toucha l'arrière de sa tête. Il sentit ce même liquide sur ses cheveux et son col. Il ne sentit en revanche aucune douleur, pas plus qu'un quelconque traumatisme. Il fronça les sourcils encore une fois, se disant dans un premier temps qu'il avait perdu le sens du touché. Cependant il sentait bien ses cheveux, alors pourquoi pas sa blessure ? Il devait se rendre à l'évidence, il avait cicatrisé particulièrement vite.

Autrement dit, c'était la guérisseuse qui l'avait guéri. D'ailleurs, elle avait un peu de sang sur son manche et en dessous de son nez. Il n'était pas dupe. Cela faisait trois siècles qu'il étudiait la magie, ses causes, son fonctionnement et ses conséquences. Elle en avait usé. Pour le guérir mais, elle en avait usé. Ses mains se fermèrent puis se serrèrent, il sentait la colère monter en lui. Maintenant, elle l'avait soigné malgré ce qu'il venait de se passer. Il serait mort si elle n'avait rien fait. Cruel dilemme, que faire ? Elle venait de créer une masse de magie noire équivalente à la quantité d'énergie qu'elle avait utilisé, elle venait de participer au déséquilibre du monde, elle venait tout simplement de précipiter l'existence entière un peu plus dans l'abîme. C'était d'une extrême gravité. Il devait garder son sang froid cela dit, elle n'était peut-être pas au courant. Jusqu'à présent, tous ceux à qui il avait expliqué toute la gravité de leurs pratiques n'avaient pas voulu le croire, il avait été forcé de les éliminer et quitte à les éliminer, autant qu'ils servent à faire avancer ses recherches. C'était de ça que parlait Lazar, d'une façon quelque peu détournée.

Sirina ne savait donc peut-être rien. Maintenant, lui expliquer était dangereux. Si elle ne le croyait pas, il serait obligé de la tuer pour ne pas qu'elle divulgue quoi que ce soit. D'un autre côté, si il ne lui disait rien, il serait aussi obligé d'en faire de même, c'était une magicienne en fin de compte. Certes, l'éliminer ne changerait les choses que de façon infinitésimale ... mais c'était déjà ça de moins. Il n'avait pas envie de la tuer sans lui laisser sa chance, elle n'était pas comme tous les autres, elle était bien plus intelligente et intéressante. Il se détendit finalement. Il se rassit en face d'elle, prenant une voix monocorde.

- La magie est un ensemble d'énergies en fragile équilibre. En l'utilisant comme vous venez de le faire, et cela même si c'était pour me sauver, vous avez participé à détruire cet équilibre et vous avez donc accéléré notre perte à tous. Chaque utilisation, comme vous le faîtes, engendre l'apparition d'une certaine quantité de magie noire. Plus il y a de magie noire, plus les ténèbres s’obscurcissent, si je peux dire ça. Plus il y a de ténèbres et plus les démons sont forts. Il viendra un jour, et cela par votre faute, où la balance penchera en leur faveur. Alors le monde ne sera plus qu'un amas de matières et d'énergies instable où seule la loi du plus fort subsistera comme semblant d'organisation. Vous me voyez ? Vous avez vu qui je suis ? Ce que je suis ? Ce n'est qu'un aperçu de ce qui nous attend. Alors je vais vous demander de ne plus jamais faire appel à la magie, enfin de cette façon, et de garder ce que je viens de vous dire pour vous. Si jamais j'apprends que vous avez failli à l'un de ces deux engagements, je reviendrais mettre mes menaces à exécution.


Il ne lui demanda pas, volontairement, si elle le croyait pas. Il préférait lui accorder le bénéfice du doute, c'était un moyen pour lui de la protéger en quelques sortes. Certes ne lui plaisait pas, une vérité ne se refuse pas, elle s'accepte et se défend de bon coeur. Ceux qui la suivaient par contrainte n'étaient pas mieux que ceux qui la refusaient tout simplement, ils étaient même pires. Il ne voulait pas savoir à quel catégorie appartenait Sirina, encore une fois pour la préserver de lui-même. Il l'avait mise en garde, à elle de faire le nécessaire ensuite. Ceci fait, il pouvait passer à la seconde partie.

- Tout a faillit s'effondrer, vous êtes intervenue pour empêcher ça, je vous en suis reconnaissant. J'ai donc une dette envers vous. Elle ne vous mettra pas à l'abri de ma menace car ce n'est pas de mon ressort. En revanche, elle vous mettra à l'abri de ce qui dépend bien de moi-même. Je sais déjà que vous n'allez rien me réclamer et que, peut-être par dégoût, vous allez simplement me demander de m'en aller et de ne plus m'approcher de vous. Si tel est votre souhait, je l'exhausserait. Maintenant, le doute subsiste. Que voulez de moi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Jeu 28 Jan 2016 - 21:58

La magie qu'elle venait d'utiliser lui avait infligée quelques désagréments, cependant elle ne pouvait pas le laisser mourir devant elle sans intervenir, même si l'envie de le laisser inerte dans son sang lui avait parcourut l'esprit plus d'une fois, mais elle ne faisait pas parti de ce genre de personne... Elle posa un regard sur sa manche, attendant qu'Alekseï reprenne connaissance, surprise qu'a chaque fois qu'elle utiliserait cette magie, elle perdrait un peu plus de son énergie vitale. Un long silence, durant lequel Sirina s'occupait en essayant de retirer la tâche brunâtre qui tâchait maintenant les pages jaunâtres du vieux grimoire de magie. A cet instant, elle entendit un gémissement léger dans un premier temps, l'homme commençait à émerger doucement, la guérisseuse se demandait bien ce qu'on pouvait ressentir lorsque le corps ne répondait plus, lorsque les frontières des deux mondes étaient tellement minces que l'on pouvait perdre la vie rapidement...

La jeune femme assise sur sa chaise, observait ses moindres faits et gestes, ça avait fonctionné, l'air dubitatif, Alekseï la regardait, comme pour essayer de comprendre ce qu'il venait de se passer, cependant la brune ne répondit pas et attendait de voir s'il avait récupéré toutes ses facultés... Observant autour de lui, l'homme essayait sûrement de rassembler ses souvenirs, et trouver une suite logique à ses actions... Puis il se toucha le haut de son crâne, fronçant les sourcils et les relâchant pour enfin reposer son regard sur la jeune femme... Après plusieurs minutes, il reprit enfin ses esprits , et se rassit en face d'elle, lui expliquant ainsi qu'il ne fallait pas utiliser la magie car cela déséquilibrait les énergies, la guérisseuse fronça les sourcils sans comprendre, c'était bien la première fois qu'elle l'utilisait pour le sauver en plus pourquoi ne pouvait-il pas la remercier et passer à autre chose ?? Si elle comprenait bien à chaque fois qu'une personne utilisait la magie, les ténèbres et la magie noir se faisaient de plus en plus menaçant pour un jour engloutir le bien...

Ce qui c'était passé quelques instants avant qu'il ne perde connaissance, était une preuve évidente selon lui ce n'était qu'un aperçu, et si elle ne tenait pas sa langue pour ainsi dire, il serait obligé de revenir pour la tuer, fermant son livre sèchement, elle venait de lui sauver la vie et maintenant il la menaçait... Et puis cette façon de la tutoyer et maintenant la vouvoyer ne lui plaisait plus trop, alors elle resta de marbre et dit froidement

-Oui je pense que j'aurai du vous laisser vous vider de votre sang...

La jeune brune souriait mais il ne s'agissait pas d'un sourire amicale, mais d'un sourire narquois, les hommes étaient tous pareil, la guérisseuse prit alors ses grimoires dans ses bras et alla les ranger de la où elle venait de les trouver, tout en l'ignorant, après tout, il était étrange, et c'était mieux ainsi... Une fois sympathique, une fois complètement meurtrier et la seconde d'après lui parlant comme on parle à un enfant... Puis finalement il la remercia pour ce qu'elle venait de faire, enfin ce n'était pas trop tôt, Sirina lui tournait le dos, tandis qu'il lui disait qu'il lui devait une faveur, oh et puis elle s'en moquait à présent, elle voulait être seule... Le laissant parler, elle se tourna vers lui lorsqu'il eut fini de parler...

Qu'allait elle lui dire ?? De rester ?? Elle voulait plus rien de lui à présent, elle ne voulait plus lui parler... Sirina ferma la porte de son placard aussi violemment que lui tout à l'heure... Elle voulait dormir, elle voulait qu'on la laisse tranquille... Seulement elle avait une étrange sensation, elle voulait qu'il reste, du moins qu'il le devine... Sa fierté toujours cette fierté qui pendant toute ces années la rendait ermite et froide... Revenant face à lui, la guérisseuse se laissa tomber de tout son poids sur la chaise en soupirant, elle le regarda dans les yeux et dans un murmure elle dit

-Partez ne revenez pas

Elle même n'était pas sûre d'elle même, mais elle devait être convaincante, pour une fois qu'elle rencontrait une personne à peu près comme elle, froide et blessée au plus profond de son âme... Mais elle préférait pas s'attacher, pas encore, pas aujourd'hui, ni demain, ni encore même un jour... Elle tourna la tête pour ne plus le regarder, elle ne voulait plus le voir, plus avoir son visage dans sa mémoire...

-Le mieux c'est que vous m'oubliez, ne vous inquiétez pas, je n'userais plus de magie, je vous en fait le serment...


Sirina se releva et alla vers la porte et l'ouvrit, une légère brise s'engouffra dans la pièce, faisant flotter les longs cheveux de la jeune femme, mais elle restait là droite attendant que cet homme vienne à sa hauteur, qu'elle le regarde une dernière fois avant qu'il ne disparaisse à jamais. C'était la meilleure chose à faire, et elle en était sûre, il lui avait dit qu'il n'était pas préférable qu'elle ne s'attache à lui, et en faisant ça elle lui rendrait service... Pour elle, ce n'était aucun problème, elle finirait par un jour oublier ce léger désagrément...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Jeu 28 Jan 2016 - 22:47

C'était très clair au moins. Tout comme lui, elle se remettait à le vouvoyer. Sourire narquois sur le visage, toute l'amitié dont elle avait fait preuve il y a peu avait disparu. Était-ce à cause de ses révélations ? Probablement. Mais cela en disait long. Elle était déçue. Hors pour être déçue, il fallait déjà qu'elle se soit attendue à quelque chose de sa part, ce qui signifiait, en quelques mots, qu'elle s'était attachée. Décidément, il ne pouvait pas espérer pire. Quand il disait qu'il détruisait tout ce qui s'approchait de lui, c'était vrai, ce n'était pas une métaphore, c'était vrai. Elle faisait preuve de beaucoup de nervosité, en particuliers lorsqu'elle s'en était allée ranger son grimoire. Alekseï l'avait suivis du regard, en silence. Claquements de portes, gestes brusques, crispations et maintenant une invitation à sortir qui se voulait en bonne et due forme mais qui, dans le timbre de sa voix, laissait apparaitre un doute ... Non, elle n'était pas vraiment déçue, du moins pas totalement. En colère, c'était bien vrai mais ... il ne savait pas comment dire, on aurait dit qu'elle était en train de sous-entendre quelque chose, qu'elle allait contre elle à cet instant là.

Pour enfoncer le clou, ou être se donner l'air crédible, au choix, elle se leva et s'en alla ouvrir grand la porte. Il fallait qu'il parte. Elle voulait qu'il parte. C'était ce qu'il y avait de mieux à la fois pour elle et pour lui. Soudain, la réponse lui vint. En fait, sa "raison" lui disait que c'était mieux pour tout le monde mais ses "sentiments" n'étaient pas d'accord. C'était typique des humains et en qualité d'élu, et donc à moitié humain, il connaissait ça aussi bien qu'à un niveau plus faible. Il la fixa un moment, près de la porte, puis se releva. Elle l'attendait. Elle l'attendait mais ne le chassait pas. Pour Rytchkine, le dilemme était à ce moment-là le même. Il était en train de commettre une erreur qu'il répétait sans cesse. Dischwepser, nom compliqué et étrange signifiant "machine" dans son esprit malade, décida d'intervenir.

"Les inconvénients sont plus élevés que les avantages. C'est contreproductif. Il faut partir."
"J'ai pas envie. C'est trop tôt. Cette personne m'intéresse. Je veux en savoir plus."
"La destruction se fera pour elle et pour nous. Elle est inévitable. C'est irrationnel. Nous avons tous à y gagner de séparer nos routes."
"Si je m'en vais maintenant, je le regretterai."
"Le gain à rester ici ne vaut pas la souffrance que ça engendrera et le temps précieux que nous perdrons. Nous sommes dans une course contre la montre, je me dois de te le rappeler."
"Faire une pause, merde ! Ça fait trois siècles ! Trois siècles que je m'oublie ! N'ai-je pas le droit de m'arrêter cinq minutes ?!"
"Non. Je recommande de partir. La décision t'appartient."


Alekseï souffla longuement. Il regarda Sirina puis, sans dire un mot, s'approcha de la porte. Dischwepser avait raison, il ne fallait pas rester ici. Il se mit à son niveau, la regarda un instant de plus, puis emboita le pas, posant un pied dehors ... avant de s'arrêter.

"Au diable la rationalité."

Pensa-t-il en réponse à ses deux autres lui. Il se retourna alors vers elle, rentrant de nouveau à l'intérieur, puis referma la porte. Il se crispa légèrement.

- Non. Non je vais pas partir maintenant, pas en si bon chemin. Et non tu n'as pas réellement envie que je parte mais, tout comme moi, c'est un bras de fer entre ta raison et tes sentiments. Tu es en train de t'attacher à moi Sirina, tu vas souffrir je t'ai déjà mise en garde, et je vais souffrir aussi. Il posa ses mains sur ses épaules, tout en la fixant, puis passa finalement ses bras dans son dos, venant la serrer. Il tremblait, ce n'était pas quelque chose qu'il avait l'habitude de faire. Il chuchota à son oreille. Si je pouvais le faire, c'est comme ça que je prendrais mes "découvertes". Disons que tu en es une humaine. Peut-être m'aideras-tu à progresser même. Il serra un peu plus fort. Voilà le marché. Dévoile toi à moi et j'en ferais de même. Tu m'intéresses, je t'intéresses. Tu es seule, personne ne t'écoutera. Je suis fou, personne ne me croira. Alors nous pouvons parler en toute liberté, nous n'avons rien à craindre l'un de l'autre. D'ailleurs, et pour le moment, ça a plutôt fonctionner, alors pourquoi ne pas continuer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Ven 29 Jan 2016 - 14:51

Debout face à Alekseï, la jeune Dubarson attendait de pied ferme qu'il sorte de chez elle pour ne plus remettre les pieds, le fixant elle se demandait bien ce qu'il comptait faire, même si son être lui criait de ne pas le laisser partir, or elle le savait que tout ceci n'avait pas de sens, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait avoir de la sympathie pour une autre personne, même si elle en avait envie... Elle l'avait accueilli, l'avait soigné certes mais maintenant il devait rebrousser chemin et repartir de la d'où il venait... Sirina savait que par moment elle agissait sans réfléchir, et puis à cet instant, il était trop tard de revenir sur ses paroles, elle passerait pour une femme incertaine, c'est pourquoi le silence était sa meilleure arme...

L'homme se releva et commença à avancer dans sa direction, il semblait réfléchir pendant un court moment, avant de finir par marcher vers la porte, il décidait alors de partir, tant mieux, Sirina allait pouvoir passer à quelque chose d'autre, ou du moins passer à ses recherches, elle ne voulait pas le reconnaître mais elle voulait au fond d'elle pouvoir avoir quelqu'un avec qui parler, quelqu'un qui ne la jugerait pour ce qu'elle est, mais pour ce qu'elle fait... Lorsqu'Alekseï arriva à sa hauteur il la fixa, la jeune brune tourna sa tête vers lui et le regarda aussi, comme pour un regard d'adieu, ils allaient peut être amené à se revoir un jour... Peut être... Peut être pas... C'était la première fois qu'elle se sentait indécise, voulait elle vraiment qu'il parte ? De sa main libre, elle serra son poing sans rien dire, comme pour se punir de ne pas réagir...

Sirina alla calquer la porte lorsqu'il quitta le pas de la porte, cependant aucun bruit de pas ne se fit entendre, c'est alors qu'elle pivota pour finalement voir Alekseï revenir sur ses pas, comment devait elle le prendre ?? Était ce son côté démoniaque qui voulait à présent lui dire au revoir ? Or son regard n'avait pas changé, il semblait être vide comme lorsqu'il la fixa avant de la quitter... Il lui dit alors qu'il ne voulait pas partir, pas là, après tout ils avaient bien réussi à se comprendre, et qu'elle ne voulait pas vraiment qu'il parte... A ce moment le visage de Sirina se décomposa, comment avait il deviné ? Il n'avait pas vraiment tort, la jeune brune se battait entre sa raison et son cœur, vouloir le connaître pour peut être devenir amis, mais sa coquille et sa froideur l'en empêchait comme pour se protéger de souffrir de nouveau... Ce personnage singulier, elle s'était attachée à lui, et elle le savait que s'il partait maintenant elle en souffrirait mais moins que si elle s'attachait encore plus... Et apparemment lui aussi en souffrirait... Cette phrase résonna plusieurs fois dans son esprit, quelqu'un se souciait d'elle, était-ce un mensonge ? Elle ne répondit rien enfin pour le moment...

Alekseï posa alors ses mains sur les épaules de la jeune brune, se sentant mal à l'aise, Sirina ne se retira pas pour autant, puis il la fixa dans les yeux, avant de la prendre dans ses bras... La jeune guérisseuse n'était pas trop habituée à ce genre de tendresse, et resta droite, les bras le long du corps, ne sachant quoi faire... Elle sentait qu'il tremblait, après tout lui aussi n'avait pas du faire ça depuis bien longtemps, lorsqu'il lui chuchota à l'oreille qu'il aimerait que ce soit comme ça qu'il la découvrirait, et qu'en tant qu'humaine elle pouvait l'aider à progresser... Sirina décida alors d'entourer maladroitement le dos de l'homme, et tapota maladroitement, enfin elle n'était pas du tout à l'aise... Il lui demanda alors de s'ouvrir à lui, ainsi il en fera de même, il l’intéressait et elle l’intéressait... Que signifiait tout ceci ? La jeune Dubarson ne le coupas pas pour autant même si dans son esprit tout semblait confus... Elle était seule, c'était vrai et il était fou, c'était pas faux également, et maintenant qu'ils avaient à peu près bien fraterniser, pourquoi tout arrêter alors que c'était bien parti ?

-Tu as raison


Ne sachant quoi dire d'autre, elle se limita à ces quelques mots, Sirina se recula doucement de son étreinte, ne supportant pas trop ce rapprochement soudain, mais ne se refroidit pas pour autant, la guérisseuse était anormalement douce... Elle ferma alors délicatement la porte de son foyer, lorsqu'elle remarqua que le soleil commençait à se lever, permettant au ciel de prendre plusieurs teintes de couleurs.... La fatigue commençait à se faire sentir, et Sirina bailla en prenant soin de mettre sa main devant la bouche et sourit amicalement

-Je suis désolée, c'est le sommeil qui me manque

Posant son regard sur le sang qui venait de sécher sur le vieux tissu qui jonchait le sol, Sirina décida alors d'aller le ramasser et essuya rapidement le sol, après tout elle comptait laver le sol dans la journée pour retirer ces traces de plasma, pliant sommairement le tissu tâché du sang rouge brun, elle alla le poser le rebord de la fenêtre et alla s’asseoir sur son lit... Replaçant son oreiller elle posa sa tête dessus et regarda Alekse

-Si tu veux je dois avoir un autre oreiller dans le placard, cette fois ci me vole pas le mien...

La jeune femme étendue sur le dos, les bras croisés sur sa poitrine, ferma les yeux pour se reposer, elle n'allait pas dormir, on en sait jamais que son double diabolique décide de refaire surface et l'achever dans son sommeil... Sirina somnolait tout en gardant conscience de ce qui l'entourait... Très rapidement, elle sombra dans un sommeil profond sans s'en rendre compte, et sa main droite retomba lourdement sur le lit...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Ven 29 Jan 2016 - 16:57

Encore une fois, tout était une question de progrès. Où en étaient-ils exactement ? Alekseï avait connu cette dame par hasard et sur la base d'une mauvaise intention. Dès le départ, Sirina avait réagit d'une façon peu ordinaire, ce qui avait mis la puce à l'oreille de notre chercheur. Il avait alors troqué ses outils "physiques" pour des outils "psychologiques" afin de mieux comprendre à qui et à quoi il avait affaire. Au final, il n'avait pas été déçu, cette jeune guérisseuse était une personne qui lui ressemblait en beaucoup de points et qui se différenciait de lui en beaucoup de points aussi. Elle aurait presque pu une alternative. Mais la vrai question qu'on pouvait se poser, c'était de savoir pourquoi un personnage comme lui s'attardait, malgré tout, sur une telle rencontre ? Après tout, même si Sirina était un genre de femme qui ne courait pas les rues, il n'y avait pas non plus de quoi en faire une priorité absolue, pas de quoi la qualifier de "découverte scientifique" au sens propre du terme.

Ce serait oublier un point crucial. L'étude des énergies en action et de leurs rapports avec l'existant passait par l'étude du vivant. Un point qu'il avait longuement ignoré par le passé, se concentrant uniquement sur l'aspect "dynamique". C'était une grave erreur car cela revenait, en quelques sortes, à résoudre une équation à plusieurs variables en ne se concentrant que sur une seule. Une sorte de dérivée partielle qui était certes une source importante d'informations mais qui n'était pas l'objet réel de ses études, à savoir la résolution du système et non l'étude de sa dynamique uniquement. L'étude du vivant, donc, avait toute sa place dans ses recherches et cette étude passait par l'observation d'êtres intelligents comme les humains.

Pour lui, un être vivant était un trinôme qui se composait d'une masse, le corps, d'un esprit, la conscience, et d'une énergie, ce que les Hommes assimilaient parfois à l'âme mais qui n'était en réalité qu'une énergie pure et simple. Ces trois éléments formaient alors l'être vivant mais s'influençaient aussi mutuellement et tout l’enjeu était de comprendre de quelle façon. Aussi, il fallait étudier les trois composants un par un et de préférence sans les influencer. L'étude de l'esprit était le plus difficile car, pour le chercheur, il fallait rester parfaitement objectif, rationnel, neutre, etc... Il s'agissait d'étudier un esprit comme on étudierait un phénomène naturel ou un simple problème mathématiques. Les "sentiments" n'avaient pas leur place ici, ils pouvaient fausser l'étude, ils étaient donc très dangereux, d'autant plus qu'il était difficile pour le chercheur de se savoir influencé ou pas.

Pour en revenir à Sirina, c'était parce que son comportement n'était pas "logique", d'un certain point de vue, et qu'il ressemblait beaucoup au sien qu'il s'était attardé dessus. Au final, il s'était vite rendu compte qu'elle était une source précieuse d'informations, qu'elle n'avait rien à voir avec le commun de ses semblables même si au premier abord, absolument rien ne l'en distinguait. Il s'était étudié lui-même avant tout le monde et avait découvert en lui quelque chose qui ne tournait pas rond. Sans arriver à l'expliquer, il savait très bien qu'il n'était pas censé être ce qu'il était, c'était une sorte d'absurdité, une impossibilité mathématique. Il avait l'intuition qu'elle était exactement pareil. Certes il y avait bien des explications, comme son passé par exemple mais, c'était se concentrer, encore une fois, sur une partie et oublier le reste. Passé douloureux ou pas, son comportement indiquait une configuration du trinôme à la fois très semblable à la sienne et très différente en même temps. Parant de là, comment passer à côté ? Dischwepser avait tord de parler de perte de temps. Cela dit, on ne pouvait pas lui en vouloir, il ne comprenait pas vraiment la subtilité de l'esprit.

Le problème, maintenant, c'est qu'il y avait un risque d'attachement. Elle s'attachait à lui et il craignait qu'il ne finisse par en faire de même, plus à cause du fait qu'il soit malgré tout un être vivant doté de sentiments qu'à cause de ce qu'il découvrait. L'étreinte qu'il venait de réaliser était déjà une preuve de l'existence de ce problème. Certes, il s'agissait bien, quelque part, d'une autre façon de la comprendre, encore un moyen de l'étudier mais, dans le fond, elle n'était pas complétement dénuée de sympathie à son égard. Elle ne lui avait de toutes les façons pas rendu, du moins au début. Elle s'était contentée de lui tapoter le dos maladroitement, ne sachant visiblement pas comment réagir tout en voulant réagir quand même. Elle était d'accord avec lui, ce qui le soulagea grandement. Elle ne lui en voulait donc pas vraiment et il n'avait pas perdu toute chance d'en savoir plus.

Seulement voilà, elle était fatiguée maintenant. Il comprenait. C'était une jeune femme, une humaine et qui n'avait pas dormis de la nuit. Elle devait se reposer. Elle l'invita à en faire de même mais, le sommeil et lui faisaient deux. Dormir était très souvent une épreuve pour lui, source de fatigue plutôt que de repos. Il ne dormait que quand son corps n'en pouvait plus, généralement en perdant connaissance à sa table, pendant quelques heures. Il n'y avait que de cette façon qu'il pouvait se reposer un peu et, aujourd'hui, il n'avait pas atteint cette limite. Mieux encore il s'était un peu reposé, si l'on pouvait dire ça. Aussi, il se contenta de la suivre du regard sans accepter son invitation.

- Je repasserai ce soir. J'ai beaucoup de choses à faire. Repose toi bien.


Il la regarda s'endormir puis quitta discrètement les lieux. C'est vrai, il avait beaucoup de travail mais, c'était surtout qu'il ne voulait pas prendre le risque de rester là trop longtemps. Peut-être qu'il pourrait perdre ses moyens ou développer une forme d'affection dont il se passerait bien. Il avait besoin de faire une pause, il ne fallait absolument pas tomber dans ce piège. Il referma la porte derrière lui, inspirant un grand coup. L'air frais et matinal lui faisait du bien. Le temps de revenir jusqu'à chez lui lui permettrait aussi de marcher un bout de temps et de s'aérer l'esprit.

De retour chez lui, il consignerait certainement cette histoire et tout ce qu'il en avait tiré dans son journal et prévoirait aussi une ligne de conduite à observer. Il devrait y aller étape par étape, le plus "facile", s'il pouvait dire ça, étant déjà derrière lui. Maintenant qu'il avait ouvert une brèche et qu'il s'y était engouffré, il fallait qu'il développe sa relation avec la guérisseuse sans pour autant la laisser en faire de même, ce qui était déjà mal parti car elle avait retourné ses armes contre lui la plupart du temps et cela même sans s'en rendre compte. Il fallait gagner sa confiance et ensuite ... la mettre à l'épreuve. Il n'entendait pas par là la torturer mais plutôt la pousser à réagir dans une multitude de contextes et de situations différentes. De cette façon, il pourrait dresser un portrait. S'il parvenait aussi à observer l'évolution de son "corps" et de son "âme" en même temps, il aurait alors gagné son pari. En espérant qu'il parvienne bien sûr à se contrôler.

La prochaine étape donc était le rendez-vous de ce soir. Il ne comptait pas répéter la même expérience. Non, ça ne serait pas assez instructif. Il l'avait convaincu, du moins il l'espérait, de se confier. Cela revenait à dire qu'il comptait bien lui poser des questions plus que compromettantes et que pour s'assurer qu'elle dise bien la vérité, il n'avait d'autre choix que de lui faire ingurgiter quelque chose. Il se doutait bien qu'elle dirait la vérité d'elle-même mais, c'était une question de prévention, au cas où ... C'est ainsi qu'après une longue et interminable journée, il revint frapper à sa porte ... au milieu de la nuit ... ayant ramené avec lui une fiole contenant un étrange breuvage violet et de quoi écrire, de quoi beaucoup écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Sam 30 Jan 2016 - 17:12

La jeune femme allongée sur le dos, s'était endormie sans même sans rendre compte, par conséquent n'avait pas entendu ce qu'Alekseï lui avait dit avant de partir... Tournant dans tous les sens, Sirina gémissait tout en étant endormie, son sommeil était loin d'être réparateur... Après tout le repos se devait d'être un moment de plaisir, un instant où rêve et réalité s'entremêlaient pour procurer de la joie, enfin des émotions positives... Cependant à ce moment précis, la jeune femme ne semblait pas être heureuse de dormir, et semblait même être bloquée dans son songe...

Son rêve ou plutôt son cauchemar n'avait rien de plaisant, elle se revoyait beaucoup plus jeune, lorsqu'elle n'avait qu'une dizaine d'années, chez ses parents, comme si tout ceci semblait irréel... Sirina se voyait jouant seule dans un coin de la demeure, sa mère aux fourneaux, et bien évidemment son père manquant à l'appel... Il faisait nuit, une nuit noire et froide... La jeune femme était là debout mais comme invisible à sa mère et son double âgé de dix ans... Elle observait calmement la scène, et semblait s'en souvenir , comme un souvenir enfoui dans sa profonde mémoire... Sirina resta debout dans l'ombre, et vit alors sa mère qui observait plusieurs fois nerveusement vers l’extérieur, guettant sûrement le retour du père de famille... Après plusieurs minutes, la porte d'entré s'ouvrit dans un bruit sourd, et Filip le père Dubarson entra dans la pièce, le visage fermé, ne prêtant pas attention à la petite jouant tranquillement à la poupée...


D'un coup la jeune brune, se releva de son lit, en haletant, trempée de sueur , ce rêve l'avait un peu bousculée, bouleversée... Pour être un rêve étrange, c'en était bien un, et la jeune femme secoua vivement la tête de droite à gauche comme pour se retirer ces images de son esprit... Reprenant peu à peu conscience de l'endroit où elle se trouvait, et ce qu'elle avait fait, elle comprit alors qu'elle venait de s'endormir, mais ne vit aucune trace d'Alekseï, était il parti ? Sûrement... Allait il revenir ? Possible, bon ils ne s'étaient pas quitté en mauvais terme, il finirait par un jour revenir... Sirina se leva et alla se laver le visage pour se rafraîchir et changea de vêtement ou du moins s'habilla un peu plus chaudement... Elle ôta sa chemise de nuit, qu'elle troqua pour une robe beaucoup plus longue en velours marron foncé, la jeune femme tressa ses cheveux sur le côté et alla manger un peu, car son ventre criait famine...

La jeune femme sortit quelques temps autour de son foyer afin de cueillir quelques herbes pour préparer encore une fois un remède contre la fièvre qui touchait de plus en plus de gens dans la région... L'air frais de l'après midi, fouettait doucement le visage de la guérisseuse... Profitant encore de quelques instants de cet air pur, Sirina entra chez elle, laissant les fenêtres grandes ouvertes afin de profiter de la lumière naturelle, et commença encore sa préparation, mélangeant les mêmes composants, la maison sentait de nouveau ce parfum si enivrant d'agrumes... Minutieusement, elle remplit les autres fioles restantes, souriant tout en repensant aux fioles qu'Alekseï avait bu, cet homme n'avait pas fini de la surprendre...

Sirina posa alors ces mêmes fioles dans le placard qui la veille en avait payé les frais de tantôt leur colère, tantôt leur souffrance... Cette fois ci, la guérisseuse ferma délicatement la porte, et alla se mettre à la fenêtre afin de regarder les alentours, se demandant bien si un jour elle le reverrai, peut être pas, cependant il lui avait permis de faire un travail sur elle même, sur son passé, a cet instant, le rêve de ce matin lui revint à l'esprit , pourquoi avait elle revu son père en songe ?? Était il finalement mort ? Posant son regard vide vers le ciel, la jeune femme avaient des tonnes de questions qui se bousculaient dans son esprit, mais qui bien sûr n'auront toujours pas de réponses, enfin pas aujourd'hui... Après tout, si son père se présentait devant elle, le reconnaîtrait elle ? Et lui se rappellerait il de sa progéniture ? Ces questions restaient sans réponses, tout en soupirant, Sirina savait que cette haine qui émanait d'elle depuis toutes ces années, n'était qu'un appel au secours, une manière pour elle d'exister à travers son père...

Après avoir passé toute l'après midi près de la fenêtre à contempler l'horizon, rêvant d'un avenir meilleur, d'une vie beaucoup plus joyeuse, la guérisseuse alla s'installer sur sa chaise faisant face à la petite table, et sortit un livre qu'elle commença à lire, faisant ainsi passer le temps, un livre parlant de magie... A cet instant, elle se souvint des paroles d'Alekseï, concernant la magie, la jeune brune ne devait plus en faire usage, plus jamais, sinon dans la cas contraire, l'utilisation de cette force pourrait altérer l'équilibre entre le bien et le mal, enfin c'était ce qu'avait compris la guérisseuse...

-Balivernes

Se parlant à elle même, elle referma le livre et le posa sur le rebord de la table, le soleil n'allait pas tarder à se coucher, la jeune femme décida de se mettre à réfléchir à d'autres remèdes qui pourraient bien être curatifs... Ses livres non loin d'elle, parlaient la plupart du temps sur la botanique et les remèdes naturels... Sirina s'empressa d'aller les chercher, et les ouvrit tous en même temps, créant ainsi un désordre sans nom sur le peu de surface qu'elle avait pour écrire. Prenant sa plume fétiche, Sirina débuta ainsi ses recherches, voilà l'occupation qui la fascinait vraiment, chercher de nouvelles choses, des choses auxquelles personne n'aurait pensé... Plusieurs remèdes avaient été inventé par ses soins, après plusieurs mois de travail acharné... Cependant ces derniers temps, la conviction lui manquait, mais aujourd'hui c'était un nouveau jour... Après plusieurs minutes de réflexion, le remède contre la possession lui parut comme une évidence, certes le travail allait être long, mais après ce qu'elle avait vécu la veille, elle avait retrouvé l'envie de chercher de nouvelles choses, et peut être guérir des personnes atteintes de troubles bipolaires...

Plusieurs heures passèrent, si bien que la jeune femme dut allumer une bougie non loin de son plan de travail. Combien de temps s'était écoulé, depuis le début de ses recherches?SAns avoir le temps de répondre à sa question, la jeune femme entendit toquer à sa porte... Sirina se demandait bien qui pouvait la voir à cette heure ci ? Un mourant qui cherchait un remède contre un mal incurable ? Une femme venant se morfondre pour un amour sans retour, qui irait lui demander sûrement un philtre d'amour … Ni une ni deux, Sirina se leva bien prête à renvoyer la personne si ce n'était pas une personne qui se trouvait à l'article de la mort... Puis en ouvrant la porte, elle tomba nez à nez avec Alekseï, tout d'abord surprise de le revoir aussi rapidement, elle se recula pour le laisser entrer... Elle ne put s'empêcher de regarder ce qu'il avait apporté... Une fiole contenant un liquide violet, et sûrement de quoi écrire... Sirina resta tout de même sur ses gardes tout en pointant le breuvage de l'index, elle fixa l'homme et demanda directement

-Que contient cette fiole ??

La jeune brune était beaucoup moins sur la défensive, et attendant que l'homme pénètre chez elle, referma la porte doucement... Restant debout non loin de lui, elle fronça les sourcils tout en réfléchissant

-Tu devais revenir ?? Je me suis endormie tellement vite...

Puis allant refermer l'une des fenêtre elle continua de parler

- Tu as passé une bonne journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Sam 30 Jan 2016 - 17:47

Étrangement, c'était un moment encore plus angoissant que lorsqu'il s'apprêtait à forcer la porte, la nuit dernière. C'était bien moins dangereux mais il y avait tellement plus à gagner, et par conséquent tellement plus à perdre aussi. Il attendait que Sirina lui ouvre, se doutant bien qu'elle le ferait. Quoi que, peut-être qu'elle avait changé d'état d'esprit entre temps ? Ce n'était pas impossible, ça lui arrivait souvent. Si c'était le cas, que se passerait-il ? Il ne fallait jamais être trop sûr des choses et toujours prévoir une issue de secours. Il était pris au dépourvu, il n'en avait pas prévu ! Il commença à paniquer, intérieurement, qu'allait-il faire si c'était bien le cas ? Pire encore, si elle lui avait tendu un piège ? Tout ceci n'était peut-être qu'un traquenard des Séraphins ! Après tout, une situation pareille était trop invraisemblable pour être vraie ! Cette fièvre était peut-être un leurre ! Ils l'attendaient à l'intérieur, ils comptaient le coincer ! Il se crispa brutalement, qu'attendait-il pour s'enfuir ? La porte s'ouvrit alors. Il remonta brusquement son regard vers la jeune femme, à la fois accusateur et interrogatif. Il resta figé un instant, à la fixer comme ça, se demandant dans sa tête si elle était complice ou pas.

Non, il était tout simplement paranoïaque, si les Séraphins voulaient lui tendre un piège, ils l'auraient déjà fait depuis longtemps. Et puis elle lui avait bien donné un remède contre cette même fièvre, remède qui avait fonctionné. Il pouvait même sentir l'odeur de la préparation qu'elle venait de renouveler, chez elle, au moment où il avait ouvert la porte. Il se détendit peu à peu, retrouvant un air plus amical. Il avait le don de se faire peur à lui-même, quand il voulait. Ce n'était pas si grave, cela dit, Sirina semblait elle aussi surprise et inquiète. Surprise de le voir revenir, bien que cela ne l'étonna pas, elle dormait quand il lui avait dit qu'il reviendrait, et inquiète de ce qu'il avait apporté, ce qui, en revanche, le fit légèrement sourire. Il la salua sobrement puis rentra à l'intérieur. Il remarqua trois choses. D'abord le chaudron, ce qui ne manqua de lui donner soif, bien qu'il resta maitre de lui, puis la tenue de la jeune femme, qui était bien différente de la chemise de nuit qu'elle portait hier, et ... un tas de livres éparpillés sur la table avec quelques notes griffonnées. Elle faisait des recherches elle aussi ? Cela le fit sourire. Heureusement qu'il ne vit pas le grimoire de magie dissimulé en dessous, son sourire se serait très vite effacé. Il s'en alla même jeter un coup d'oeil à ce qu'elle avait écrit. Sans prononcer un mot, il trouvait ça intéressant. Il ne s'était jamais vraiment intéressé à la botanique, il n'avait que des connaissances très sommaires et principalement au sujet des drogues. Il réalisait que c'était bête car les plantes étaient aussi une forme de vie intelligente, quelque part. Peut-être devrait-il un jour y plancher ? Avec son aide, cela irait très vite. Il soupira, puis finit par s'en détourner.

Elle lui avait demandé ce qu'il avait ramené et s'il avait passé une bonne journée, questions auxquelles il n'avait pas répondu. Au lieu de ça, il s'en était allé poser la fiole et son matériel d'écriture sur le sol, au milieu de la pièce. Il s'en était ensuite allé fermer la fenêtre et tirer les rideaux. Fermer les portes, sans prêter plus d'attention à la guérisseuse, le tout avec minutie. Finalement, il avait récupéré la bougie qu'elle avait allumé et l'avait placé elle aussi sur le sol, au milieu. Il faisait noir maintenant, sauf au centre de la pièce, à même le plancher. Il fouilla méthodiquement son intérieur pour trouver deux verres, en prenant soin de ne rien déranger. Toujours silencieux, il remplit ces deux verres à moitié avec le liquide violet, puis revint vers elle. Il lui tendit l'un d'eux.

- Tu es très jolie ce soir. Dit-il à voix basse, le ton sobre mais impersonnel. Nous allons jouer. Un sourire tout juste malicieux apparut sur son visage. C'est un élixir de vérité. Son effet ne dure que deux heures, à peu près. Il n'y a pas d'effets secondaires. Pour lui prouver qu'il n'y avait rien à craindre, il but le sien d'un seule traite. C'était particulièrement amer et fort. Il fit la grimace. Hum ... Quand tu auras bu, nous irons nous asseoir autour de la bougie, face à face. Je te poserai une question, tu auras le choix d'y répondre, par l'unique vérité donc, ou de ne pas y répondre. Son sourire s'élargit. Et dans ce cas, je te soumettrai une requête que tu devras accepter et réaliser, sans négocier. Puis à ce sera à ton tour et ainsi de suite jusqu'à ce que l'effet de l'élixir prenne fin. C'est un jeu donc, comme je te l'ai dit. Il prit un air neutre. Tu es en droit de refuser. Il garda son air froid et distant, tout en la fixant avec une pointe d'amertume. Il attendait qu'elle prenne une décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Sam 30 Jan 2016 - 19:01

Le sourire affiché sur le visage de l'homme ne rassura pas pour autant Sirina, cette fiole devait contenir un breuvage assez puissant à priori, si bien qu'il ne voulait rien révéler pour le moment... Droite comme un piquet, la jeune brune resta silencieuse tout en le regardant rentrer dans un premier temps, avant de le voir déposer à même le sol en plein centre de la pièce, sa fiole, et quelques pages de parchemins vierges... Puis Alekseï prit la direction des fenêtre pour les fermer à leurs tours, avant de tirer rapidement sur les morceaux de tissus ternis qui lui servaient de rideaux... Bientôt, la bougie sur la table fut la seule source de lumière, mais ne resta pas longtemps à la même place, car elle aussi fut déplacée pour être ramenée au centre de la pièce, et contrairement à la veille, le nouvel ami, si elle pouvait dire ça, chercha deux verres sans pour autant défaire toutes ses affaires....

La suite ne fit que rendre la jeune femme de plus en plus nerveuse, car le fait de le voir verser ce liquide dans deux verres, dont l'un lui était destiné était peut être un piège... Peut être avait elle fait confiance trop rapidement... Peut être que lui aussi était comme son père, assassin et fourbe, ce breuvage était destiné sûrement à lui faire perdre ses moyens avant de la tuer, comme il lui avait si bien dit la veille... Il lui dit alors qu'elle était jolie, c'était bien la première fois que ce compliment lui était destiné, sans savoir comment y répondre, elle sourit uniquement, ne sachant quoi dire et surtout ne voulant être maladroite... Puis tout en le fixant but d'abord une gorgée pour essayer de percer le mystère de ce liquide... Le goût n'était pas désagréable, légèrement amer , elle décida alors de finir son verre, lorsqu'Alekseï but devant elle son verre d'une gorgée...

Il lui dit qu'ils allaient alors jouer, car il s'agissait d'un élixir de vérité... Laissant tomber le verre de ses mains, surprise, pourquoi avoir songer à cette façon de procéder ?? Il n'avait sûrement pas confiance en elle, et maintenant elle allait se retrouver à dévoiler ses plus sombres secrets, devant un étranger...Après tout lui aussi avait avalé ce breuvage... Et lui aussi allait être confronté à ses propres verités..

-Je ne vois pas pourquoi un élixir est nécessaire pour se parler de nos passés...

Puis il l'invita à aller s’asseoir, la guérisseuse s'assit en tailleur, face à Alekseï, et l'écouta alors expliquer son « jeu », si elle avait bien compris, il allait ainsi lui poser une multitude de questions, à elle de choisir si elle voulait y répondre ou non...Si Sirina répondrait, seule la vérité sortirait de sa bouche, mais dans le cas échéant une requête serait soumise et elle serait dans l'obligation de la faire... Ce n'était pas très clair comme histoire, mais la jeune brune ne rechigna pas pour autant... Puis reprenant son air froid et neutre, il lui rappela que tout ceci n’était qu'un jeu et qu'elle pouvait refuser...

Non très sûre d'elle, la guérisseuse resta assise au sol, acceptant ainsi de se soumettre à cette activité qui sortait de l'ordinaire... Cependant elle le savait que dès à présent, ses souvenirs, ses envies ainsi que ses peurs allaient être dévoilés, elle ne pourrait pas s'en cacher... Sirina ne se sentait pas à l'aise de procéder de cette façon, mais la froideur dans la voix de son partenaire de « jeu » l'avait quelque peu poussé à accepter... Puis après tout elle voulait aussi en savoir plus sur lui... Qui était il ? Pourquoi était il comme ça ? Avait il encore des soupçons de sentiments ou avait il également perdu goût à la vie ??

-Je suis prête

Changeant de position elle ramena ses genoux vers la poitrine, elle attendit qu'il commence toute en fixant la bougie qui se consumait au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient. Qu'allait il lui poser comme question ?? On pouvait facilement lire la consternation dans son visage, elle avait peur de trop en dire, de toute façon elle se promit que tout ce qu'elle allait dire ce soir là, resterait là, dans cette pièce, elle ne redirait pas deux fois la même chose...

Sirina posa alors un regard incertain sur Alekseï, c'était bien la première fois qu'elle allait se livrer de la sorte, allait il enfin comprendre ses changements d'humeur soudains ? Sa froideur ? Son agressivité ainsi que sa haine démesurée ? Peut être que ce jeu finalement allait être libérateur aussi bien pour elle que pour lui, peut être qu'après tout ceci, ils seraient de nouveaux eux même, enfin la guérisseuse osait le croire... Dans l'attente, Sirina se mit alors à jouer avec la petite flamme de la bougie, passant sa main par dessus, ou essayant d'attraper la flamme entre ses doigts...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alekseï Rytchkine



________________

avatar
________________


Race : Elu
Classe : Alchimiste
Métier : Spécialiste des forces en actions
Croyances : Inconnues
Groupe : Solitaires

Âge : 300 ans

Messages : 303

Fiche de Personnage : L'histoire d'un timbré.


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Sam 30 Jan 2016 - 19:21

S'il pouvait exprimer son soulagement à cet instant, il l'aurait fait. Malheureusement, ce n'était pas possible, cela lui mettrait certainement le doute et ce n'était pas l'effet voulu. Il était effectivement soulagé qu'elle ait accepté son offre. Effectivement, l'élixir de vérité n'était pas nécessaire mais, il y avait une marge d'erreur et aussi il valait mieux prévenir que guérir. Si elle était par exemple tentée d'arranger, volontairement ou non, un peu la vérité pour lui cacher des détails, elle ne le pourrait plus maintenant. Elle avait lâché le verre quand elle avait apprit ce dont il s'agissait, signe que cela ne lui plaisait pas. Pourtant il n'y avait rien de mal, ou presque. Elle s'imaginait peut-être qu'il ne lui faisait pas confiance ? C'était possible. Même si elle semblait honnête, il ne pouvait pas simplement faire confiance aveuglément. C'était beaucoup trop tôt. Plus tard. Il la regarda s'en aller s'asseoir sans dire un mot, puis la rejoint ensuite, se mettant en face. La bougie se trouvait entre eux. Elle était prête et anxieuse, tout comme lui. C'était à double tranchants, lui non plus ne pourrait pas cacher la vérité. Il ne lui restait qu'à espérer qu'elle ne poserait pas les bonnes questions.

Un long silence s'en suivit ensuite, pendant laquelle il la fixa tout en réfléchissant. Il ne cherchait pas une question pertinente mais l'ordre dans laquelle il devait les poser, cela avait toute son importance. Elle semblait s'impatienter, jouant avec la flamme en attendant qu'il commence. Cela lui offrirait l'avantage de la surprendre, il fallait bien faire. De ce qu'il savait, son père était un criminel. Elle et sa mère avaient toujours cru en lui. La déception avait été grande, vécue comme une trahison. Cela avait certainement provoqué un traumatisme qui faisait que Sirina était comme elle l'était, endurcie et méfiante vis-à-vis des Hommes. Elle avait peur de souffrir de nouveau, elle ne voulait pas revivre ça. Pourtant elle était bien en train de s'ouvrir à lui. Ça n'avait pas de sens. Il y avait quelque chose d'autre que la "trahison". Son lien avec son père ne devait pas se résumer à de la haine mais aussi à de l'espoir, un espoir qu'elle avait peut-être tiré de son beau-père et projeté sur son père. L'espoir qu'il revienne un jour et qu'il devienne un géniteur idéal ? Cela expliquerait sa haine montante dès lors que sa mère s'était remariée. Et puis pourquoi l'exil ? Il fallait donc partir de la base, c'est-à-dire du plus évident, pour remonter vers le sommet, c'est-à-dire le moins évident. Il finit par soupirer, puis, d'une voix sobre et basse, encore une fois, formula la première question.

- Pourquoi hais-tu ton père, Sirina ? Si tu ne veux pas répondre, il faudra te brûler la paume de la main sur la flamme de la bougie pendant cinq secondes. Choisit bien, il n'y a pas de retour en arrière possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sirina Dubarson

Chercheuse Botaniste

________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Guerisseuse
Métier : Botaniste
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Royaume

Âge : 26

Messages : 99

Fiche de Personnage : Il était une fois ..


MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   Sam 30 Jan 2016 - 19:57

La question qu'Alekseï surprit la jeune femme, si bien qu'elle s'arrêta net dans son petit passe temps avec la bougie, levant le regard vers lui, devait elle lui dire la vérité ?? De toute manière l'effet du breuvage n'allait pas l'aider à camoufler les petits détails qu'elle omettrait volontairement de dire... La haine envers son père, pour une question, elle était vraiment bien pertinente, et il n'avait pas préféré tourné autour du pot... Souriant, elle l’observait songeuse, il avait réussi à l'atteindre dans son point faible...

Tout d'abord, il fallait qu'elle fasse le tri dans ses souvenirs, bien sûr les vrais souvenirs, et non ceux qu'elles s'étaient façonnés au fils des ans, pourquoi le détestait-elle tant ? Qu'avait il fait envers elle au fond ?? Elle l'ignorait, car si on partait du principe ou Sirina n'avait jamais appris le sombre métier de son père, enfin si on pouvait parler de métier, l'aurait elle haït pour autant ?? Si malgré ses fréquentations douteuses, il l'aurait choyée comme un père aimant, l'aurait elle écarté de sa vie définitivement ? La guérisseuse fouillait de plus en plus dans son passé, creusant les moindres recoin de sa mémoire, de ce point de non retour, quand avait-elle décidé de le haïr ??  

Les simples souvenirs qu'elle revoyaient défiler dans son esprit, la remplissait d'amertume, de tristesse, mais elle trouva alors pourquoi elle le détestait tant...  Son rêve fut comme un électrochoc... Il ne s'était pratiquement jamais occupé d'elle, petite peut être mais elle ne se souvenait pas, mais dès qu'il se mit à tuer sans raison des innocents, son attitude changea, moins aimant, moins disponible pour une vie de famille... Et puis cette haine était aussi expliquée car ce fut son beau père qui l'éduqua et non son propre père, une honte pour lui... Son visage rougit légèrement, ses yeux se remplirent de larmes rapidement, mais ne voulant pas être vu aussi vulnérable elle détourna la tête et baissa la main, elle choisit alors de répondre...

-Je suis désolée, je ne sais pas pourquoi je suis comme ça

Se rappelant soudainement de l'élixir, ses sentiments aussi étaient dévoilés, elle qui n'était pas le genre de personne à pleurer en public, ce fut un choc, et c'est alors qu'elle commença le récit parmi tous ces souvenirs...

-Je ne sais pas vraiment pourquoi je le haïs, il est possible qu'au début il se soit bien occupé de moi, je ne doute pas, mais lorsque ses fréquentations ont changé, il a aussi changé....

Faisant une pause, tout en s'essuyant les yeux avec la manche de sa robe, la jeune brune continua son récit, mais avant ça elle se racla la gorge, car sa voix devenait de plus en plus incertaine, tremblante....

-Tout d'abord, il ne rentrait plus pour manger avec nous, puis je me souviens oui de cette nuit où il frappa ma mère parce qu'elle l'avait suivi, je pense qu'elle commençait à se douter de quelque chose... Il est parti, il n'est jamais revenu, mais en grandissant ma mère m'a appris qu'il était un meurtrier... Il tue des gens innocents... DES INNOCENTS

Elle hurla tout en fixant Alkseï, les larmes coulant sur son visage, elle ne pouvait pas se retenir de déballer toute la vérité, elle était mal à l'aise mais ne pouvait s'arrêter de parler tant qu'elle n'avait pas répondu à la question...

-Et puis ma mère s'est remarié, elle a connu un autre homme, je ne l'ai pas aimé, je gardais tout au fond de moi cette jalousie, cette haine envers lui... J'ai aussi secrètement haïs le nouvel amant de ma mère,  je l'en remercie de m'avoir tout montré, mais ce n'était pas lui qui devait me montré tout ça, mais mon père vois tu ???

Sirina venait de se prendre à son propre piège, elle venait également d'avouer qu'elle ne pouvait apprécier le nouveau mari de sa mère, qu'elle en était même jalouse... Cette vérité était tellement enfouie au fond d'elle même, qu'elle en avait fini par être persuadée du contraire.... Se taisant pour prendre le temps d'avaler ce qu'elle venait de balancer sans prendre de pincettes, la guérisseuse se sentait tout de même beaucoup mieux... Mais ne put se taire encore

-Un jour aussi, dit elle en riant ironiquement, j'ai décidé de partir, j'avais cette impression de gêner, de ne pas être à ma place, alors je suis venue ici, et j'ai revu mon père dans les collines avoisinantes les frontières Felethiennes... Toujours le même, j'ai tout de même un doute, il était beaucoup plus amaigri que lorsqu'il vivait avec nous...

Voila son récit était fini, c'était à son tour de poser une question à Alekseï, reniflant et s'essuyant de nouveau ses yeux embués, elle réfléchit et voulait savoir l'âge qu'il avait... Car pour son âge il était tout de même bien conservé...

-Quel âge as tu ?? Tu m'as dit hier que tu étais d'un certain âge, mais je trouves que tu ne le fais pas... Si tu ne veux pas le dire, tu devra t'entailler le bras comme hier

Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Toujours bien verifier sa porte ^^ [ PV Alekseï Rytchkine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Ruelles-