''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Cadeyrn P. Oltis

La Voix du maître

________________

avatar
________________


Race : Humaine.
Classe : Psychomancien des Songes.
Métier : Copiste au Sénat.
Croyances : Dieu des Songes.
Groupe : Le Pays.

Âge : 34 ans.

Messages : 4

Fiche de Personnage : Le début de la fureur..


MessageSujet: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Jeu 14 Avr 2016 - 18:28



PERSONNAGE
Nom : P. Oltis.
Prénom : Cadeyrn.
Rang : La Voix du maître.
Âge : Cadeyrn a 34 ans
Sexe : C'est un homme ♂.

Race : Il est humain.
Classe : Psychomancien des Songes*.
Métier : Petit copiste au Sénat du Pays.
Croyances : Créance en le Dieu des Songes.
Groupe : Habitant du Pays.






Classe: Psychomancien des Songes : la classe psychomancien des Songes n'est attribuable qu'à un être vouant un culte au dieu des Songes. La psychomancie donne au personnage une force maximale, sans limites de cruauté et sans raison, une transe mortifère, une folie ravageuse, afin d'arriver au terme de sa victime ou à son propre échec mortel. Une fois provoqué, le psychomancien ne lâche plus le morceau (sauf quelques exceptions à définir au fur et à mesure). Sauf que pour un psychomancien des Songes, cette folie et cette force surhumaine n’apparaissent que lorsque l'acte est dicté par la Voix du maître (dieu des Songes) dans la tête du personnage. Ainsi, à titre d'exemple, Cadeyrn peut-être agressé par un truand dans la rue, il n'aura pas plus de force qu'à l'initiale pour se défendre ou attaquer. Mais, si la Voix dans sa tête lui ordonne de tuer cette vieille femme accoudée à la fenêtre d'une maison, il le fera et ce avec la plus grande ténacité. Une dictature de l'être !


Équipement: Une grande toge blanche est sa tenue habituelle de scribe. Cadeyrn a deux robes : une pour le travail, une tavelée de sang. Il a aussi quelques vieilles fripes et une paire de chaussures solides. Beaucoup de breloques religieuses et bijoux rouillés constituent le fort de sa collection. Il ne possède pas d'arme particulière sinon toutes les armes blanches présentes dans un foyer : couteaux, clous, hache, tisonnier, fourchettes et broches, verre pilé, corde, etc. Il ne quitte jamais sa besace en cuir pour y fourrer tout et n'importe quoi et un morceau de miroir cassé et pointu.

Talents de combat physique : Cadeyrn n'a pas de talent particulier au combat sinon qu'il n'a pas peur de s'y engager lorsqu'il le vit comme inévitable - du à sa classe de psychomancien des Songes*. Le cas échéant il trouvera tous les moyens possibles et inimaginables pour arriver au bout de son délire.

Talents de magie : Cadeyrn n'a aucun talent magique.

Talents divers : Cadeyrn est doté de visions (délires paranoïaques – inventés donc) dictées par sa croyance irraisonnée en un Dieu des Songes. Il est aussi ambidextre et sait modifier son écriture (cf : métier de copiste).

Pouvoirs particuliers : Cadeyrn ne possède aucun pouvoir particulier.


Apparence physique : Grand (de très longues jambes !) et mince, Cadeyrn n'a pas encore l'apparence de « la loque » habituelle aux partisans du Dieu des Songes. Il commence a être cerné, osseux et voûté mais tant il est peu présent dans la vie citoyenne, personne n'a encore remarqué sa transformation physique. Anciennement musclé sec, il garde un reste suffisant dans lequel il puise pour tuer atrocement. Ses cheveux lui courent sur la nuque et devant les yeux, assombrissant son visage d'un noir ébène. Singulièrement, ses doigts sont longs et fins, habiles et osseux, marqués par la plume et le papier plus que la terre et les charrues. Au bout, ses ongles sont pointus, taillés et solides. Sur son poignet gauche, là où les veines se mêlent, la marque d'une morsure s'éternise.



Caractère, personnalité : Lunatique. Bon copiste silencieux, « collègue » discret, soumis aux règles et aux hiérarchies sans vraiment s'en soucier. Sa folie n'a jusqu'alors jamais eu d'impact sur son travail. Il sait garder son calme et son sang froid naturel tant que la Voix du maître ne le contrôle pas. L'incident de travail n'est pourtant pas à exclure. La vie comme le mental de Cadeyrn sont principalement basés sur sa folie et le culte qu'il voue au Dieu des Songes. Craintif lorsqu'il est lui, abusif quand il suit la voix de ses commandements divins. L'homme est dual et imprévisible. Un mouvement de trop, un mot de travers, un souffle plus fort et l'homme part, l'homme laisse place à la bête assoiffée de vindicte et de pardon. La rigueur reste un point qui caractérise Cadeyrn, tant dans son travail que dans son quotidien et son culte. Rien ne passe. Une faute des autres sera sanctionnée, parfois très – trop ? – rudement ; une faute de sa part et le coup part, la torture s'impose. Il est aussi très peu loquace et amical, quoiqu'il y ait des exceptions.



Histoire : D'antan beau garçon et agréable camarade, ce prénom était dans toutes les bouches : Cadeyrn ! Son nom avait été aussi rapidement connu qu'il fut oublié. Il était né sur une terre prospère et calme : le Venill. La démocratie s'était imposée il y a près de 400 ans d'un commun accord avec tout le peuple du Royaume. Les parents de Cadeyrn furent parmi les plus fervents héritiers de celle-ci, inculquant à leur fils le plaisir du vote, des choix collectifs et de la tolérance. Ces deux érudits l'initièrent à lettres et poésie. Cadeyrn, reçu donc l'éducation soignée que ses parents lui offrirent, témoignage du monde démocratique actuel. Il apprit rapidement la littérature et l'écriture et quelques bases de poésie. Mais dès ses dix-huit printemps révolus, le jeune homme, lassé d'apprendre et de se nourrir au savoir théorique, se lance dans une carrière « démocratique ». S'alliant à ses camarades, il eût été le premier fondateur d'une appelée « alliance non-gagnante » (association aidant les plus démunis sans tirer bénéfice) mais c'était sans compter sur la montée aussi surprenante que brutale du mouvement bien réel de Kaull Hendenmark. Bloqué dans toutes ses envies d'évolution positive, le Royaume était maintenant occupé à veiller sur cet étrange groupuscule qui n'avait qu'une volonté, se radicaliser. Cadeyrn se souviendra toujours des premières capes blanches qu'il croisa, tuant sur leur passage tous les opposants fidèles à la démocratie. C'est à l'âge de vingt-six ans qu'il s'engagea dans la Rébellion. Pendant quatre année il vit tomber ses amis, partir ses parents, fuir ses confrères, mourir ses espoirs. Dans les foyers résistants il était nommé secrètement « le justicier », depuis qu'il avait sauvé le cadet du boulanger d'entre les mains des radicaux. C'était un jour où tout semblait pourtant bien se dérouler. L'enfant se baladait le long d'une rue claire et pavée, normale en somme. Cadeyrn était assis avec un ami à lui sur deux barriques renversées. Il entendait le joyeux luron sautiller en chantant, quant tout à coup le silence les firent se retourner dans sa direction. Personne. Cadeyrn, ni une ni deux, s'élança dans la rue et, d'une porte mal fermée, s'engouffra. Le spectacle qu'il y découvrit, jamais il ne le raconta. Son camarade était parti ameuté le plus d'hommes que possible pour leur prêter main forte. Inutile. Car quand ils revinrent, Cadeyrn sortit l'enfant recouvert d'un drap duquel du sang coulait en filet. Il était vivant. Détruit mais vivant. La baraque ne fut nettoyée que bien plus tard. Depuis ce jour-ci, Cadeyrn était apprécié, surtout dans la banlieue du Venill. Dans les rangs des capes longues, il n'était qu'un scélérat, un traître, un salaud.
Le lendemain, le Royaume fut retourné par le coup d'état de Kaull Hendenmark et la démocratie étouffée. Cadeyrn tomba dans une défaite lourde, intégrant sagement les prisons du Royaume. Durant la bataille il fut touché à la nuque à deux reprises par des flèches ennemies. Vivant et capturé, sa plaie ne fut pas soignée, ce qui l’inquiétait énormément. Le jeune homme imagina son visage se déformer jours après jours entre les quatre murs crasseux de la cellule. Sur ces murs, des traces brunes comme des mains saignantes qui griffent, des mots gravés à la pierre, des lettres dessinées au sang ou aux excréments, tous ces actes de folie servaient de décoration. A force de lecture, Cadeyrn retint cinq saignantes bien dessinées : S O N G E ! Songe, qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Puis, de longues années de prisons passèrent, durant lesquelles il trouva le temps de réfléchir à sa chute et sa condition. Ladite infection n'aura jamais aucune illustration. Ce qu'il croyait comme le gonflement de sa gorge et de ses yeux, la gravelure de sa peau et les fuites exsangues de ses plaies le rendait fou. Fou, à juste titre. Le bel homme fier n'était devenu qu'une ombre qui s'auto-effrayait et fuyait à la moindre parcelle de lumière. Pourtant, pendant quatre ans il ne se sera jamais vu mais se sera torturé l'esprit, tant et tellement qu'à jamais l'horrible sensation de la maladie lui restera gravée.
Un jour, des pas se firent entendre dans les couloirs des souterrains. La libération ! Kaull était mort, le Royaume était tombé par la Rébellion dans le secteur du Venill. Cadeyrn fut libéré et personne ne le prit de dégoût en voyant son visage, autant que personne ne se souvenait de qui il fut, avant. Cadeyrn intégra logiquement le Pays. Pas de souvenir de résistance, pas de stèle mémorielle, pas de merci triomphant. Lors de la répartition, on lui demanda ses aptitudes : l'écriture, je sais écrire avoua-t-il. Il fut placé, sans test préalable, au plus petit échelon de la section copiste du Pays. C'est mieux que rien. Déambulant dans les rues du Pays, il se souvint des jours de paix, puis ceux de rébellion et ceux de gloire et celui de l'arrestation. Alors qu'il passait dans une rue, un vieux souvenir s'empara de son cerveau. Cette maison ! Il l'avait oublié et là, cette rue claire et pavée, normale en somme, l'avait fait renaître. Il entra dans la bâtisse sans même frapper. L'odeur forte de sang et de pourriture s'engouffra dans son nez, faisant se recroqueviller les quelques poils qui en sortaient. Tout avait été laissé tel quel. Seuls les corps des miliciens avaient été retirés. Cadeyrn établit domicile. Depuis sa sortie de prison, Cadeyrn n'avait jamais osé regarder les gens dans les yeux, il était fade et embrouillé. Quelques jours après sa libération, les lettres découvertes dans sa cellule lui revinrent en mémoire. Le nouveau scribe fouina dans la bibliothèque nuit et jour jusqu'à y trouver l'existence d'un culte étrange, minoritaire et oublié : le dieu des Songes ! Une note racontait au crayon que ce culte était bidon et qu'il n'était nourri que par la propre imagination ou la propre folie du protagoniste qui y croyait. Colère, Cadeyrn claqua le livre ; il ne prit pas en compte cette dernière note. Il restait bloqué sur ce qu'il avait aimé : l'histoire d'une Voix du maître, le récit d'une évidence, l'aventure d'une autre dimension. Cadeyrn, qui ne s'était alors jamais voué à aucun culte, plongea tête vidée dans cette religion mystérieuse. A force d'y croire, d'y croire encore et d'y croire à nouveau, l'impossible devint possible. Toujours renfermé sur lui-même, confronté à la honte qu'il s'imposait au regard des autres, la naissance tant recherchée eut lieu dans sa tête : la Voix. La Voix de la mort ! Il se terra pendant une semaine chez lui, écoutant ce que cette voix lui dictait. Il retenait et apprenait. Il avait bel et bien été contacté par ce qu'elle appelait le dieu des Songes. Ainsi, il devrait souffrir et faire souffrir pour muscler son âme. La seule clef pour guérir de sa maladie physique serait de nourrir l'âme de sang. Son corps devrait mourir pour mieux renaître, appuyé par le mental, source de la liberté. Il avait bien compris que sa mission sur Feleth était religieuse, il était l'envoyé d'un dieu qui s'était logé dans sa tête...
Avant hier, « une visite administrative » avait été organisée par les sénateurs du Pays au domicile de Cadeyrn. Les voisins avaient observé que depuis quelques temps la maison était à nouveau habitée et qu'il s'y tramait un mystérieux silence, ponctué de cris voire de rires très effrayants. On frappa chez Cadeyrn qui se refusait à ouvrir. On entra de force voir si ce dernier n'était pas mort et on découvrit l'homme, seul, blotti dans un coin. Le médecin qui avait été dépêché pour s'enquérir de la santé du scribe, qui, de surcroît, avait eu un absentéisme élevé ces dernières semaines, le raisonna et diagnostiqua chez lui une forme de folie qu'il caractérisait de « traumatique » (en effet le médecin engagé par le sénat était précurseur d'une dite médecine moderne laissant la magie aux sorciers) due à ses quatre années d’incarcération. Dans un flacon d'eau posé sur la table, Cadeyrn vit son reflet et se figea avant de se briser la voix dans un hurlement strident. Maintenant, il se touchait le visage et la gorge rapidement. Les larmes se mirent à couler sur ses joues alors qu'il envoya balader d'un coup de bras violent le médecin et ses disciples. Dans la demeure, tous restaient pantois. Que venait-il d'arriver au patient ? Qu'avait-il bien pu voir de si effrayant ? Et pourquoi se touchait-il ainsi son beau visage ? Les questions resteraient sans réponses valides car la petite troupe s'éclipsait concluant à un excès de folie traumatique à la vue de l'eau qui devait manquer au patient durant son enfermement – diagnostic légèrement bâclé. La petite troupe administrative avait rendu un faux rapport à la cours sénatoriale, concluant à la guérison rapide du patient, de façon à n'avoir plus à l’ausculter. La demeure lui fut officiellement attitrée et ses absences au Sénat furent régularisées. Cadeyrn avait carte blanche à présent pour se reconstruire.
Pourtant, aujourd'hui, il le savait, une seule solution s'imposait à lui : le Dieu des Songes !



* * *





En ce qui vous concerne ?

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Passage et présence réguliers mais écriture concrète plus éparse. Au environ d'un à deux posts concrets par semaine, environ (WE plutôt).

Comment avez-vous découvert le forum ? Ça fait déjà un bout de temps que je vous visite. Euh.. trouvé.. sur Internet, sûrement un classement TOP-RPG.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Congratulations. En tout bien tout honneur, c'est le plus beau et le plus complet forum que j'ai pu voir. Quelque peu abscons tantôt (non ?) mais passionnément livresque ! Plongeons-nous dedans et nous vivrons ! Les fonds et images sont magnifiques ! Le système de citation est génial ! Le « Carrioles des renseignements venues épier nos faits et gestes » est extra !




Test-RP

C'était une journée grise. Le soleil faisait la grasse matinée et la lune était rapidement allée au pieu. Cadeyrn s'était levé aux aurores ce matin, réveillé par la Voix de son maître dans sa tête. Il fit craquer deux fois son cou à gauche et une fois à droite. Il se redressa raidement et glissa ses pieds hors du lit. Ses yeux s'ouvrirent, il les frotta et retira les saletés qui s'y étaient déposées. Il bâilla et inspira longuement par le nez. L'odeur nauséabonde de la bâtisse emplit ses narines alors qu'un sourire béat s'affichait sur son visage osseux. Il se leva, fit quelques pas, enfila sa robe blanche de travail et sortit. *Va ! Ô va fils des Songes ! Libère-toi et accomplie ta guérison ! Découvre le plaisir de la chair et de la violence..* Il avait compris et écouté ce que la voix lui dictait, c'était déjà la seconde fois qu'il accomplissait ce rituel. Il marchait avec pétulance dans les rues du Pays. Ses pieds étaient nus, n'évitant dans leur marche ni les flaques boueuses, ni les excréments équins qui jonchaient les rues. C'était comme s'il était hypnotisé ; il était hypnotisé. Voilà que Cadeyrn tournait dans une rue sombre où il semblait avoir l'habitude d'aller. Dans le noir il ne perdait ni son assurance à la marche, ni son allure fantomatique. Quiconque eût été présent l'eût pris comme tel. Il avançait lorsqu'un cri léger se fit entendre, un lointain hurlement animal. Au fond de la ruelle, une porte s'escamotait dans le noir. Il toqua et entra. Les vociférations animales entrèrent dans sa tête lui soumettant un léger rictus des yeux qu'il plissa. Là, dans des cages partout, des greffiers étaient entassés, tous aussi laids les uns aux autres. Et au fond, un vieil homme barbu, style marin déchu, assis sur un chaise en bois, le zieutait. L'homme articula : « Ah fidèle ! Plaisir de t'voir étranger ! T'jours aussi matinal ? 'lors, quelle bête ? T'sais qu'on a une belle.. ». Le doigt de Cadeyrn jeta son dévolu sur un petit matou gris silencieux au fond de sa cage. Le vieux s'arrêta de parler, acquiesça, Cadeyrn régla et partit.
Une fois rentré, la Voix de son maître dans sa tête s'intensifia. *Fais-le ! Fais-le ! Fais-le ! Tu veux être libéré de ta maladie Cadeyrn ? Fais-le ! Tu connais le remède..* Il balança la cage sur la table et le chat gueula dans un éclat de douleur. Cadeyrn prit sa tête dans ses mains et pressa ses tempes. Ses yeux virèrent au rouge dans une larme qu'il essuya du revers de la main. *Fais-le* pensa-t-il. Il se raidit, sourit et fit un tour avec sa tête qui craqua bruyamment. Il ouvrit la cage d'une main et de l'autre saisit la bête par le cou, malgré les griffures profondes qu'elle lui infligeait. Il ne semblait pas ressentir la douleur qui s'imposait à lui, son avant-bras gribouillé de sang et de marques. Il approcha le visage du chat près du sien, le fixa avec violence et sans plus attendre, il arracha avec les dents l'oreille gauche de la bête. L'explosion de sang fut directe. Le cri intense. Les griffures pérennes. Il mastiqua, déglutit et sourit. Sur ses dents ruisselait abondamment le liquide qu'il croyait guérisseur. Il recommença avec l'autre oreille et le procédé fut le même. Puis, il leva son bras et fracassa en trois fois le corps du chat sur sa table. L'animal, bel et bien mort, sans oreilles, les os en vrac, pissait le sang. Cadeyrn saisit d'une main une bassine en fer dans laquelle il déposa la bête exsangue. Sa toge était rouge, totalement rouge. Aujourd'hui il avait été plus loin qu'hier, assouvissant la folie dictée par sa voix. Ses nerfs se détendirent et ses veines s’estompèrent doucement. Il rangea l'animal dans une armoire garde-manger pour éviter les mouches. Il retira sa cape, se lava les mains intensément dans une autre bassine et enfila sa seconde robe qu'il gardait blanche. Il passa son index sur ses dents, le lécha et claqua la porte derrière lui.



* * *





PS : Désolé, je me suis "amusé" (arraché les cheveux !) avec un codage qui n'est pas vraiment très beau.. Mais comme j'arrive jamais à faire de beau codage : je m'entraine. D'ailleurs merci beaucoup au petit tutoriel de Arwen Myrn qui m'a un peu beaucoup sauvé la vie (enfin j'ai appris beaucoup de choses). Alors, le premier qui se moque de mon codage.. je lui bouffe l'oreille !

PS2 : Ce personnage n'a pas vocation à vivre une éternité durant. C'est un peu "un personnage crash" (déjà savoir si avec ça je peux être validé..) qui mourra sûrement rapidement (malgré sa classe de psychomancien des Songes). Quoique tout peut changer (un évènement fort ou une récupération amicalo-politico-sociale) et peut-être m'attacherais-je à lui ?

PS3 : Pardonnez mon impardonnable absence de plus de 2 longs mois. Une inactivité de mort sans prévenir. Le travail m'est tombé dessus comme ça ! BIM ! Mais, j'ai tenté de finir ma fiche, quoique comme éloigné du contexte pendant longtemps, j'ai l'impression que des éléments ont changés ? Et que les passages rajoutés font un peu tâche face "au style" initial de mes écrits. Bref, dites-moi encore les tâches s'il vous plait. :)


PD : La "simplicité" du personnage, de sa fiche, de son histoire et de sa construction est souhaitée. Je vais déjà commencer la création d'un autre personnage (1 mois ou 2 mois) que je vous soumettrais au plus vite. Il sera beaucoup plus complet, complexe (sans être impossible!) et intégré au contexte. Une fois le second personnage validé, je ferais mourir Cadeyrn (qui de toute manière n'a pas la santé pour vivre bien longtemps) et utiliserais le second à plein temps !






Dernière édition par Cadeyrn P. Oltis le Jeu 16 Juin 2016 - 19:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Dim 17 Avr 2016 - 23:14

Bonjour, bienvenue. ^^
Désolé du retard, ma messagerie a bugué ne m'a pas prévenu de ton arrivée.

Wah ! En tous cas, ça fait énormément plaisir de voir ce genre de personne, totalement intégré à l'univers autant par son obscurité intérieure qu'au niveau du background. Je suis purement et simplement admiratif.
Ah, par contre, il y a un petit détail avant que je te valise. Ta classe est "Psychomancien des Songes", je n'ai pas trouvé de description pour celle-ci. Est-ce comme un psychomancien normal (mais avec des voix dans la tête bien sûr) ? Juste une chose donc avant ta validation. ^^

Revoyons-nous vite. sourire (un peu) for (jolies oreilles, hein...?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Dim 17 Avr 2016 - 23:33

Bonjour Cadeyrn !

Comme les administrateurs ne passent pas beaucoup ces derniers temps et afin de te permettre de ne pas perdre patience, je me permet une première correction. J'espère que ces derniers n'en prendront pas ombrage.

Alors déjà, c'est une fiche plaisante à lire. Le style est bien mené, assez rythmé et avec un vocable riche - ce qui, je t'avoue, est très plaisant à voir. Ma correction a donc été très agréable. L'idée du personnage est simple mais je la trouve plutôt aboutie avec une réelle volonté de bien faire et d'exploitation du contexte ancien et nouveau. Je te félicite pour cela.
Maintenant, tout n'est pas parfait (sinon, ça serait pas drôle, tu en conviendras !).
Il serait bien, dans un premier temps, que tu développes ta classe. Elle est plutôt abstraite au final et j'aimerai savoir de quoi il en retourne réellement. Est-ce que cela lui donne une quelconque puissance magique ou de combat ? Dans la même veine, je pense que sa bipolarité a certainement une incidence sur son travail qui demande calme et concentration. C'est un aspect qui ne ressort pas beaucoup dans tes caractéristiques mentales, à mon sens.
Rentrons maintenant dans l'histoire à proprement parlée ! Déjà, aussi bizarre que ça puisse paraître, Feleth n'est pas un terme connu des habitants du monde du milieu. Feleth, c'est l'ensemble de cet univers or le Royaume (le nom accordé même durant la période faste démocratique) n'en est qu'une partie connue et sur laquelle nous jouons. Je préfère prévenir. D'ailleurs, si j'ai bien compris, il venait de la banlieue de Venill, c'est exacte ? Si oui, ce serait judicieux de le préciser.
Ensuite, tu parles de "Justicier" lorsque tu rentres dans la rébéllion. Pourquoi ? Quel rôle a-t-il joué pour être aussi connu ? La Rebellion, née il y a huit ans, est assez discrète quoi que active, aussi ce serait pas mal de développer un peu cet aspect de sa vie qui a quand même mené à l'arrestation du personnage.
En parlant d'arrestation, je préfère encore précisé que les Capes Blanches sont aussi vieilles que la Rebellion, du coup.
Ensuite ! J'ai beaucoup aimé la partie des geôles. C'est bien pensé et ça pourrait fort bien expliqué son évolution mentale. C'est une bonne transition entre son ancienne vie de frondeur et sa nouvelle de schizophrène qui s'annonce. Vraiment assez original.
Par contre, c'est la suite qui pose pas mal de soucis. Pourquoi lui ont-ils proposé une bâtisse et un poste ? Il est scribe mais tu n'as pas parlé d'une quelconque éducation à l'écriture (nous nous plaçons dans un milieu med fan). Quelques mots là dessus pourrait être pas mal.
J'aimerai aussi connaitre la raison qui t'as poussé à choisir le Dieu des Songes. C'est un culte peu répendu et je ne pense pas qu'un bonhomme puisse entendre la voix d'un pseudo Dieu du jour au lendemain. Où est-ce qu'il aurait pu apprendre ne serait-ce que son existence ? Quelle croyance avait-il auparavant pour qu'il l'abandonne en seulement quelques années ?
J'ai un soucis avec le terme "visite médicale". Je doute que le Sénat envoie comme ça des médecins pour s'enquérir de la bonne santé de ses membres. Là encore cela s'explique par l'ère temporelle dans laquelle nous appartenons. Après qu'il ai laissé filtré quelques indices sur sa démence pourrait expliquer une part de ce pourquoi un médecin tape à ta porte... A développer donc.

Voilà, je pense avoir fait le tour.
Si tu as des questions n'hésite pas ! Je reste disponible par MP ou directement sur ta fiche.

Que le grand Gnuf te garde !
Camelle sourire (un peu) for
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Moa Sth



________________

avatar
________________


Race : Ogre
Classe : Mage
Métier : Elève à la Tour entretenu par sa mère
Croyances : Le Signe au dessus de tout
Groupe : Les Mages de Beolan

Âge : Neuf sont déjà assez pour être adolescent chez les ogres

Messages : 16

Fiche de Personnage : Présentation


MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Lun 25 Avr 2016 - 0:00

Toujours en vie ? Nyan Cat

N'hésite pas si tu as besoin d'aide, je (Nero) suis là pour toute question que tu pourrais seulement envisager de te poser.
^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cadeyrn P. Oltis

La Voix du maître

________________

avatar
________________


Race : Humaine.
Classe : Psychomancien des Songes.
Métier : Copiste au Sénat.
Croyances : Dieu des Songes.
Groupe : Le Pays.

Âge : 34 ans.

Messages : 4

Fiche de Personnage : Le début de la fureur..


MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Dim 12 Juin 2016 - 14:35

J'ai - enfin ! - modifié ma fiche (miracle que je n'ai pas été supprimé !). Désolé encore pour le retard. Lisez bien le PS3, tout y est dit (très brouillon). Merci gentils administrateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Jeu 16 Juin 2016 - 15:53

Hmm, après avoir pris longuement de relire complètement ta fiche. quelques points me chagrinent.

Le début de ton histoire donne l'impression que la Démocratie est née à peu près en même que toi ou, du moins du vivant de tes parents, alors qu'elle est vieille de 400 ans (cf la Chronologie). Remarque, tu dis aussi que la Poésie et les Lettres étaient nouvelles du vivant de tes parents donc je ne comprends pas trop.
Il n'y a qu'une seule langue sur Feleth et elle existe depuis toujours.

Pas grand problème donc, ce sera vite réglé. Bon courage. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cadeyrn P. Oltis

La Voix du maître

________________

avatar
________________


Race : Humaine.
Classe : Psychomancien des Songes.
Métier : Copiste au Sénat.
Croyances : Dieu des Songes.
Groupe : Le Pays.

Âge : 34 ans.

Messages : 4

Fiche de Personnage : Le début de la fureur..


MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Jeu 16 Juin 2016 - 19:39

Salut Nero !
Merci pour cette recorrection. Tu as raison la clarté manquait (c'est le cas général dans mon histoire un peu) ainsi j'ai remplacé les termes "garants" par "héritiers" et j'ai précisé que la démocratie avait plus de "400 ans". J'ai aussi retiré l'idée que les lettres et les langues soient "inaccessibles et rares". Est-ce mieux ainsi :-?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

avatar
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1322

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   Jeu 16 Juin 2016 - 20:04

Les modifications ayant été effectuée  
Je te valide (M. le "premier fondateur" Razz ) :
Néro, Elem est venu ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cadeyrn P. Oltis - La Voix du maître.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-