''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Fol Oneïr



________________

Fol Oneïr
________________


Messages : 8


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptyLun 29 Aoû 2016 - 19:46

* * *

Fol Oneïr


Nom : Oneïr
Prénom : Fol
Rang : Déité Nébuleuse.

Âge : Un peu plus de 7 500 ans
Sexe : Masculin

Race : Démon
Classe : Aucune
Métier : Vagabond
Croyances : Embrouillées
Groupe : Solitaire

Équipement :
Talents de combat physique : Très doué pour l'esquive mais absolument incapable de donner ne serait-ce qu'un coup de poing correct. Incapable d'utiliser une arme, même une arbalète déjà chargée.
Talents de magie : Fol n'a apprit aucune magie.

Talents divers :
-Ouïe plus fine, pouvant saisir une plus large palette de vibrations sonores sur une distance plus grande.
-Odorat aiguisé, à même de déceler des senteurs vieilles de plusieurs jours et de les pister, sensible à plus que des humains ne le sont.
-Toucher quelque peu accru, pratique pour déceler la pierre branlante sur laquelle ne pas s'appuyer mais une plaie à la moindre petite coupure.
-Vue humaine pour ce qui est des couleurs, toutefois une bien meilleure vue dans le noir, couplée à sa capacité magique, elle permet au renard de voir même dans le noir complet.

Pouvoirs particuliers :
Fol n'est plus qu'à moitié démon, son autre moitié est purement imaginaire, aussi est-il un être appartenant autant au monde réel qu'à l'imaginaire. Il se trouve donc comme un pont, une passerelle entre les deux mondes, et peu voyager de l'un à l'autre en enjambant la ligne qui les sépare. C'est une capacité qu'il ne comprend pas, car il ne cherche pas vraiment à la comprendre, pour lui elle est aussi naturelle que respirer. Il voit aussi bien le réel que l'irréel, les deux mondes sont presque constamment superposés dans sa vue, c'est cela qui lui permet de basculer si facilement d'un côté ou de l'autre de la barrière. Dans le monde de l'imaginaire, qui comprend bien entendu celui des rêves, Fol peut influer comme il le souhaite, il s'y déplace en habitué, après y avoir vécu si longtemps que son être profond s'en est trouvé changé il n'est plus rien qui lui échappe sur la manipulation de cet univers, même s'il ne saisit pas bien par quels moyens il influ dessus, c'est naturel, voila tout.

Apparence physique :
Fol est un démon à l'apparence atypique. Il n'a rien d'humain, si ce n'est sa morphologie de base qui est bien constituée de deux bras, deux jambes, un tronc et une tête. Mais il possède en plus de cela des attributs qui n'appartiennent pas au genre humain. Son voyage dans l'imaginaire l'a modifié, il s'est changé en autre chose qui convenait plus à l'idée d'animal traqué qu'il se fait de lui même. Fol ressemble donc à un croisement entre le renard et l'homme. Il est de petite taille, tout juste le mètre soixante-quinze, et sans musculature visible. Cela ne signifie pas qu'il en soit dépourvu mais ses membres sont fins, son corps élancé et sa carrure étique. Il ne possède pas de chevelure, à la place une crinière noire qui constitue l'ensemble de sa toison, par endroits teintée d'une couleur bleue nuit. Des oreilles purement animales lui décorent le haut du crâne, pivotant comme des miradors, aux aguets du moindre danger qui pourrait le menacer. Son petit museau court est orné d'une truffe noire palpitante, les senteurs ne lui échappent pas, celle du bois, de la terre, mais aussi du sang et de la mort, il s'en tient souvent éloigné comme de la peste, préférant ne pas s'approcher de ce qui traduit souvent l'exercice de la violence. La seule chose qui illumine réellement son être sont ses yeux. De grands yeux colorés, jamais de la même couleur. Ils sont comme lui, perdus entre plusieurs idéaux, et ne parviennent que rarement à se fixer sur une couleur précise. Sa morphologie ressemble de beaucoup à celle d'un humain pour ce qui est des épaules, légèrement tombantes, de son tronc et de ses bras fins. Cependant, au bout de ses longs doigts de pianiste, des griffes remplacent les ongles, de même que pour ses pattes, digitigrades au lieu des habituelles plantigrades des humains. Enfin, au bas de son dos, là où l'oeil perd normalement la trace des dernières lombaires sous la chair, une queue touffue jaillit.

Caractère, personnalité :
Fol est quelqu'un de très perturbé. Il vit depuis extrêmement longtemps mais n'a connu que quelques années paisibles. Son esprit s'est rapidement détraqué au contact d'individus mauvais souhaitant l'utiliser, sans qu'il sache ni comment ni pourquoi. Ses premières années sans subir leur joug ont été oubliées, littéralement effacées de son esprit. Il ne se rappelle que sa captivité et le malheur qui la caractérisait.

Depuis son mental est totalement détraqué, Fol est incapable de penser comme les gens du commun, son esprit ne connait aucune paix et ses pensées divaguent toujours. Lorsqu'il se fixe un objectif il ne lui faut jamais longtemps pour s'en éloigner et se perdre en digressions, ce qui amène fatalement à l'oublis de la tâche première et à son abandon. C'est du moins le cas pour toutes ses quêtes annexes, tous les petits buts de sa vie qui ne sont pas vitaux en eux même. Le seul qu'il poursuive depuis toujours est inatteignable, mais il n'en démord pas, lui croit totalement en sa faisabilité.
Même si les trois mondes sont mauvais, même si les gens se mettent en travers de sa route ou tente de le stopper, de l'utiliser à des fins obscures, le renard reste un éternel bienveillant. Il ne supporte pas la violence, surtout pas lorsqu'elle vient de lui. Il lui est totalement impossible de blesser volontairement quelqu'un lorsqu'il est conscient, en revanche, une fois entré en démence il ne répond plus de ses actes, et se trouvera toujours affligé du résultat.
Pour cela, il évite le plus possible tout ce qui pourrait le faire sombrer, le ramener à un état si primal qu'il soit incapable de comprendre lui même ce qu'il fait. Il évite donc de penser à son passé, chaque fois qu'il jette un regard en arrière il ressent à nouveau la détresse et la souffrance de cette époque. Elle revient, aussi présente qu'alors, que ce soit pour le physique ou le mental, il se retrouve déchiré dans son âme et perd pieds. D'autres choses peuvent aussi occulter sa conscience pour l'amener à la violence, notamment le contact physique. Chez Fol cela est assimilé à son passé. Lorsqu'il est touché, même pour une simple caresse, il ressent une souffrance équivalente à celle qui lui était infligée durant ses jours les plus sombres. Une étreinte suffit à le faire hurler et pleurer. En dernier lieu, même s'il peut paraître lâche pour fuir le danger chaque fois qu'il le rencontre, le renard possède si peu de véritables amis qu'il est prêt à tout pour les protéger. Il ne faut donc pas s'étonner qu'il se déchaîne, car les rêves sont son domaine mais avec eux vient la facette des cauchemars.

Histoire :
Fol vient de loin, plus de 7 500 ans le sépare des jours actuels, pourtant lui même n'en a pas conscience. Il ne sait pas réellement si il est vieux, si des années sont passées ou seulement quelques mois. Sa perception du temps n'a rien de commune à celle de tout un chacun, et pour cause, l'histoire du renard ne connait aucune similitude avec celle du commun des mortels. Il faut remonter loin par delà les siècles et les millénaires, pour rencontrer Fol lorsqu'il n'était encore qu'un être du Vein comme les autres, une simple âme cherchant dans les ondulations maussades de son monde le lopin de réalité qui lui permettrait de vivre sans plus de soucis que les autres.
Fol lui même ne se souvient pas de ce temps, peut être n'a-t'il jamais existé, peut être que sa vie commence bel et bien dans cette prison.

C'est une pièce d'un mètre sur deux, peut être moins. De grosses pierres méthodiquement empilées forment la paroi entourant une porte de bois épais, ferrée en plusieurs endroit. Tout en haut, un petit guichet à clapet permet à ses geôlier de s'assurer qu'il vit toujours lorsqu'ils viennent à en douter. Le sol est dur, l'air froid, et les murs creusés à même la roche rugueux par endroits, spongieux de mousse et d'algues à d'autres. C'est un lieu affreux, la misère et la faim sont des compagnes de trop dans une cellule où tenir debout relève du miracle, la peur et l'ignorance viennent s'ajouter, alors les murs semblent se rapprocher, et la claustrophobie rentre à son tour. Rapidement les lichens se trouvent marqués d'ongles, ou de griffes. L'air empeste, le corps sale, les déjections et la nourriture insuffisante dont le peu qu'il reste pourris rapidement avec l'humidité constante. Ici le ciel est invisible, mais il pleut toujours. De grosses gouttes roulent sur les murs et forment de petites flaques qui empêchent de dormir sans avoir le corps ponctué de zones froides. Les habits n'ont de toute façon même pas besoin de cette aide malvenue pour coller au corps, l'humidité ambiante les garde toujours imbibés, poisseux. Quelque part il y a bien une couchette de paille, ou plutôt un peu de paille moisie jetée sans soin au sol pour camoufler sans prétendre y parvenir les arrêtes du sol.
C'est un mauvais souvenir que cet endroit et celui des sensations que l'on y retrouve. C'est encore pire lorsqu'on y a vécu, car tout se teinte de réalité. Mais ce n'est pas le pire, le pire c'est ce qu'ils font.

Il est impossible de savoir qui «Ils» sont. Ils viennent sporadiquement, ouvrent le clapet, laissant voir une clarté diffuse qui suffit à blesser les yeux inhabitués. Leurs mains font tinter le métal, raclent contre le bois de la porte et le fer de sa serrure lorsqu'il y insèrent une clef, puis le verrou coulisse, le pêne se retire, et la porte s'ouvre en laissant crisser les gonds perclus de houille. Alors c'est la pagaïe. Entre la lumière aveuglante, les ombres gigantesques comparées à ce petit rien où l'on vit, les sons multiples aux origines incertaines, et les mains qui agrippent, secouent, giflent, mordent de leur étreinte et tirent dans le sillage de leur possesseur. Tout n'est plus qu'un énorme imbroglio sans dessus dessous, et l'esprit perdu passe trop de temps à se démêler de lui même pour chercher à résister, de toute façon le corps n'en possède pas la force. Suivent alors les inimaginables, ces heures, ces jours ou années peut être, durant lesquelles toutes sortes d'exactions sont commises. Cela va de l'éveil forcé à la torture physique, les aiguilles plantées sous la peau des doigts, les yeux couvert de substances corrosives, le corps griffé, laissé saignant, puis les plaies rouvertes jusqu'à ce qu'elles s'infectent, et abandonné aux portes de la mort avant que quelqu'un ne rafistole le corps. Le temps est incertain, dans de telles conditions impossible de le sentir passer, il n'existe peut être déjà plus, la seconde est une unité désuète, on compte en souffrance, et une souffrance est éternelle du moment qu'elle perdure. Et dans une éternité de souffrance, il est des choses qui disparaissent, des souvenirs, des idées, des espoirs. Tout change pour ne plus s'intéresser qu'à l'instant présent, qu'à l'envie que tout cela cesse. L'être est réduit, ramené à sa plus simple expression, la survie, et lors qu'après trop de temps à subir la survie elle même tend à se faire oublier, il faut quelque chose pour sauver l'individu d'une mort certaine.

Fol n'a pas trouvé son échappatoire consciemment. Elle ne lui est pas venue petit à petit, comme un plan que l'on échafaude en prenant en compte ce qui est connu de l'ennemi. Il était bien trop désespéré pour cela. Son âme n'était plus qu'une sphère de douleur proche de la disparition, une simple bille irradiant dans tout son corps, dans chacune de ses pensées. Ses tourments étaient tels que la réflexion elle même désertait son crâne. Il était trop faible pour penser, trop abattu pour trouver l'envie de s'y forcer, il ne lui restait guère dans l'esprit qu'une porte de sortie. La mort. Il se serait laisser mourir, sans autre moyen que de cesser de respirer et de posséder un coeur qui bat, mais la conscience est ainsi faite que là où elle pêche sa consoeur tente de la redresser. C'est donc de ce pan de l'esprit méconnu de chacun mais existant en tous que vint la rédemption, sous la forme d'un autre individu. Il apparut dans les rêves du démon, simple présence soucieuse de son état, un ami à qui parler, quelqu'un qui ne lui voudrait pas de mal sans raison particulière. L'idée même qu'il puisse exister en ce monde d'afflictions un être pour qui la parole ne serait pas synonyme de torture suffit à faire de nouveau pencher la balance en faveur de la survie. Une étincelle d'espoir s'alluma dans l'obscurité sans fond de l'esprit vaincu du renard, un peut être, un si, une promesse hasardeuse qu'il se fit à lui même qu'il devait exister, ailleurs, des lieux où vivre est un mot avec un sens. Cela le maintint en vie, et chaque fois que ses paupières se fermaient et que sa conscience se délitait pour laisser place aux songes, l'être revenait, créé de toutes pièces par son inconscient pour lui offrir la planche qui lui maintiendrait encore un peu la tête hors de l'eau au milieu de la tempête.
Mais dans un lieu tel que celui où le démon se trouvait reclus, il est impossible d'imaginer qu'un changement, aussi infime soit-il, ne soit pas remarqué et exploité par les bourreaux. Il ne leur fallut guère que quelques semaines pour en trouver la cause, pas plus de deux jours pour que l'un d'entre eux parvienne à s'introduire dans ses songes pour assassiner ce pan de son être qui tâchait de le sauver. De cette aide imaginaire ils ne laissèrent que des poussières, pas même une image, seulement des sensations diffuses, des envies, des idées sans bases ni réflexion. Fol se souviendrait que quelque chose avait existé sans savoir quoi, sans pouvoir le définir, mais le fait que ce soit terriblement important et que sa perte le peine apparaîtrait comme une évidence dans son esprit. Et c'est ce qui arriva.
Poussé dans ses derniers retranchements, le renard avait trouvé une barricade branlante à élever, mais maintenant il ne possédait plus rien, et pire encore que de ne rien posséder sans s'en rendre compte, il le savait. Cela le tourmentait, il n'y avait donc nul moyen de fuir, l'espoir n'était permit que pour se trouver détruit.

Cette fois il sombra totalement, le monde entier autour de lui s'occulta et la matière disparut. Il ne lui restait plus que le choix, celui de mourir de lui même, par la seule volonté qui puisse encore agir en lui, celle de désirer se délivrer. Peut être était-ce cela, le but de ses bourreaux, peut être pas, la question ne se présenta même pas, quel intérêt que de deviner la réponse, dans tous les cas, s'il ne mourrait pas, il souffrirait encore. Mais même pour quelqu'un qui a tout perdu au point de ne plus savoir ce que «tout» désigne, la mort est un choix ardu, elle représente l'oublis absolu, un abîme au bord duquel le petit renard s'assoit, les pattes dans le vide, et regarde en cherchant une lumière, un signe, quel qu'il soit. Là, suspendu entre mort et survie, Fol hésitait. C'était si tentant, qui ne rêverait pas de cet instant lorsqu'il a subit comme lui, que la souffrance est si connue de chaque partie de son être, de son âme à son corps, qu'elle perdure même lorsque ses blessures sont fermées ? Les mains appuyées dans son dos il regarde l'abîme, c'est un simple trou dans l'existence, celui dans lequel on jette toutes les choses qui ne doivent plus être, un renard de plus, un renard de moins, qui s'en soucie ? Il ne lui reste qu'à donner une poussée de ses mains, et il oubliera jusqu'à sa propre existence, il ne sera plus, plus jamais, personne ne l'atteindra de nouveau. La paix éternelle.
Mais, même pour celui qui n'a rien à perdre, et pour qui même rien est un mot si grand qu'il s'appréhende mal, il reste un regard, un remord, une envie inassouvie, un espoir ravivé, un pourquoi. Alors le renard regarde autour de lui. Il n'y a rien, cela ne l'étonne pas, les choses se présentent rarement d'elles même devant la mort après tout, même sans réfléchir cela lui semble une évidence. La grande question étant de savoir ce qui les retient d'attendre au bord du précipice pour y sombrer de plein grès. Toutes ces choses ont certainement une bonne raison, et lui ? n'en a-t'il aucune qui lui vaille de survivre ? Est-il à ce point dépourvu de toute mission que sa vie ne mérite plus d'être, même pour le simple fait d'être sans influer en rien sur les mondes ? C'est une question difficile pour celui qui n'a pas trouvé la force de penser depuis longtemps, mais devant la mort il n'est ni bourreaux pour pousser dans le dos ni sirènes pour attirer dans l'oublis. Seulement soi même, et les doutes.

Le doute de se tromper étant le plus immense. Un tel choix ne permet pas de se retourner une fois engagé sur l'une de ses voies, il faut s'assurer de ne pas se tromper. Alors Fol attendit, il ne savait pas vraiment quoi, mais ici, hors de son corps, loin de toute autre réalité que celle de la limite entre vie et mort, il avait tout son temps. Il ne sait pas lui même combien de temps passa, peut être une poignée de secondes, peut être des années, plus encore qui sait, mais il obtint sa réponse. Il lui restait bien quelque chose à sauver dans ce monde, quelque chose qu'il avait perdu mais qu'il pourrait peut être retrouver. Cette sensation en lui, ce souvenir qui n'en était pas réellement un, les réminiscences d'un être venu le tirer du désespoir lorsque celui ci était le plus profond. Cet être détruit, dont il ne restait qu'un vague souvenir, trop ténu pour se rappeler plus que son existence et le bien que procurait sa présence. Dès lors, il restait bien quelque chose à sauver. Celui ci l'avait aidé, il se devait de rendre la pareille, et puis, de toute façon, maintenant qu'il y repensait, cet être était aussi probablement la seule chose qu'il ait jamais réellement aimé. Il ne lui restait donc qu'à retrouver sa trace pour le ramener parmi les vivants. Ne sachant pas que c'était sa propre imagination qui se trouvait à l'origine de l'individu en question le renard ne vit aucune raison de désavouer un tel but. A partir de l'instant présent, et jusqu'à ce que le temps se lasse de passer et le Soleil de briller, il chercherait.

Fol refusa donc la mort, se releva avec un dernier un regard dans le fond insondable de l'abîme à ses pattes. Il était toujours aussi noir, mais moins attirant désormais, car l'oublis qu'il caractérisait lui refuserait la possibilité de chérir le peu de souvenirs heureux qu'il possédait. Pour cet être, pour celui ou celle qui était venu à son secours dans les afflictions les plus affreuses, il se devait de vivre, encore un peu.
Il partit donc, marchant dans un paysage austère où rien ne paraissait. Il marcha longtemps, cherchant la porte qui le mènerait depuis le palier de la mort jusqu'aux rêves, le lieu d'apparition de ce compagnon disparut. Lors qu'enfin il trouva, il s'enfonça dans les songes, sans préciser lesquels en particulier. Il s'agissait du monde onirique dans son ensemble, de ce que constituent les rêves dans leur masse absolue. Il s'y aventura sans un regard derrière lui, sans s'étonner des couleurs, des senteurs des bruits des cris des joies. Tout ce qu'il vit le réchauffa, raviva la braise endormie dans son corps et enflamma ses sens. Tout ici paraissait si naturel en comparaison de la vie infernale qu'il avait subit, il jaillit de ses cendres pour ressentir à nouveau la vie et non sa pâle soeur de survie. Il ne sait combien de temps il resta dans le royaume onirique, mais comme il ne trouvait pas, il se tourna vers l'imaginaire. Plus grand, moins de limites, plus de possibilités. Oui, cela semblait un lieu où la rencontre avec un fantôme de rêve était tout à fait probable. A nouveau il changea de royaume, le rêve et l'imaginaire étant lié la différence ne lui fit pas l'effet d'être grande. A vrai dire, la différence il ne la vit même pas, après tant de temps à vivre dans les songes un tel monde lui paraissait totalement normal, bien que ce soit un désordre sans nom qui l'anime. Il y passa un temps indéfinissable, après tout, rien dans l'imaginaire n'oblige le temps à s'écouler de la même façon que dans le réel, cela va de même pour les rêves. Aussi, après une infinité à remuer chaque pan de l'imaginaire, à soulever chaque pierre, ouvrir chaque porte, croquer chaque fruit, le démon s'avoua sa fausse route. Il ne pouvait s'agir que de l'imaginaire ou du rêve, la réalité devait être prise en compte. Après tout, un rêve l'avait visité, un rêve lié avec l'imaginaire, mais il restait persuadé que cette personne existait réellement, quelque part dans les trois mondes. Si sa trace se perdait dans les royaumes intangibles il la retrouverait ailleurs, parmi les hommes, les démons et les anges, mais il n'abandonnerait pas.

Alors Fol ouvrit les yeux. Il ne comprit pas que quelque chose avait changé chez lui, cela faisait peut être cent ans, peut être mille, peut être plus. Il revenait seulement maintenant, durant tout ce temps son corps n'avait pas vécu, mais comme son esprit n'avait pas disparut il n'était pas mort non plus, et dans ses yeux dansaient les songes et l'imaginaire, volutes colorées ondoyant dans ses iris. Passer la porte de son cachot ne fut qu'une formalité, s'imaginer à l'air libre, à la surface d'un monde inconnu, une simple pensée pour s'y retrouver. Il lui suffit de marcher, pour passer de réel à imaginaire, ce chemin liant le boyau souterrain à la surface étant bien plus rapide, puis il revint dans le réel, sans jamais trouver cela étrange. Pour lui qui a vécu si longtemps loin de toute réalité, la chose la plus anormale qui puisse exister est la pure réalité. Mais, même s'il devait être surprit, il ne changea pas ses désirs. Il voulait retrouver son ami, il le veut toujours, par le réel, par les songes et l'imaginaire, il fouillera chaque monde jusqu'à avoir regardé dans le dernier trou de fourmis. Maintenant que son essence à changé, que rester entre vie et mort si longtemps et dans des royaumes si abstrait n'a laissé d'autre choix à son essence première que celle de s'adapter, il est autant démon qu'être imaginaire, et grâce à cela comme à cause de cela, la différence entre les différents mondes lui semble si ténue qu'il ne la voit guère. C'est donc sans se rendre compte de ses capacités, bien qu'il les connaisse et soit à même de les utiliser sciemment, que le démon marche parmi les mortels, les songes, et les chimères.

[APARTEE] : Je ne donne aucune unité de temps car le personnage lui même n'a aucune idée du temps, en fait, il s'écoule différemment du fait qu'il soit dans le réel ou ailleurs, ce qui empêche de le compter de façon classique. Cependant Fol a passé la majeure partie de sa vie dans sa recherche hors du réel, ce qui fait que son essence première, son âme même si je trouve le terme mal choisit, est autant celle d'un démon que celle d'un être imaginaire. C'est cela qui lui donne la capacité de se promener dans les songes comme dans l'imaginaire aussi simplement que d'autres ouvrent une porte pour passer de la cuisine au salon. C'est totalement inné chez lui, un peu comme respirer, on ne pense pas à le faire, mais on peut y penser et retenir sa respiration ou l'accélérer, etc...
Au passage, si je demande le titre de Divinité Nébuleuse, c'est parce que je me dis qu'après quelques millénaires à fouiller les rêves, les gens ont dût s'imaginer des choses à force d'entendre par ci par là des histoires comme quoi un renard humanoïde bleu et noir est venu leur parler en rêves. Mais Fol lui même n'a aucune notion de divinité, il ne comprend même pas ce que c'est.



En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ?
Autant que faire se peut, et que j'en ai envie aussi.

Comment avez-vous découvert le forum ?
Je cherchais des forums rpg fantasy sur internet, j'ai trouvé Feleth sur un Top Site.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ?
C'est noir, rouge, et y a des arbres, malheureusement pas de pommes dessus.



Test-RP
Quelque part, quelqu'un s'endort. C'est d'un commun, cela arrive tout le temps, qu'il fasse jour ou nuit, les gens dorment. Il faut dire que c'est aussi simple que douillet, lorsque l'on dort l'on est difficilement rattrapé par le réel, et même ainsi il n'apparaît qu'à travers un verre grossier qui le déforme. C'est la porte de sortie que choisissent bien des individus, l'une des trois de l'esprit. En effet, l'individu s'évade d'une situation déplaisante de trois façon, l'oublis, le sommeil, la mort, la dernière étant la plus terrible mais aussi la plus efficace de toutes.
Le renard les a toutes tentées, d'abord l'oublis, comme toujours, car il est plus simple d'oublier que de s'endormir à jamais. Puis les songes, sans vraiment s'en apercevoir, dormir est un mot qui ne connait pas de sens là où il a expérimenté la chose, se coucher sur une oreille en tenant l'autre dressée est déjà plus convenable comme description mais bref. Enfin la mort, cela non, il a faillit mais tout de même, c'est trop définitif, il reste toujours quelque chose à faire. C'est pour cela d'ailleurs qu'il se trouve ici en ce moment, dans un rêve. Le dormeur en question ne semble pas avoir la vie la plus difficile qui soit. Elle n'est pas toute faite de joies et de bonnes nouvelles, loin de là, mais ses rêves ne se teintent pas de ce besoin d'échapper à quelque chose de trop lourd, il n'y a pas de mort, pas de tragédie, pas de souvenir si douloureux qu'ils amènent les larmes sans même être pleinement évoqués. Non, c'est en fait un songe paisible, un ciel bleu, un parquet bien ciré, et une grosse bougie à côté d'une feuille de papier. L'homme lit dans son fauteuil, totalement indifférent un renard qui l'épie depuis le balcon de sa maison. Celui ci est curieux, comme toujours, c'est probablement son plus grand défaut avec celui d'être facilement impressionnable, mais il ne peut s'en empêcher, lorsqu'il trouve quelque chose il a besoin de le toucher, de le tourner dans tous les sens pour qu'aucune arrête n'échappe à sa connaissance. Tout de suite il ne le peut pas, le dormeur le verrait, il n'a pas envie de parler, parler avec les gens qui dorment et ne s'attendent pas à le voir est souvent compliqué, et il veut un peu de simplicité. Non, il va rester ici, mettre un plante verte avec de grande feuilles devant lui pour se camoufler, et attendre qu'il s'éveille, alors seulement il restera dans le rêve pour fouiner un peu, comme toujours.


* * *


Dernière édition par Fol Oneïr le Sam 3 Sep 2016 - 18:58, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptyLun 29 Aoû 2016 - 23:36

Bonjour, bienvenue. Hi !
Ah une fiche pas finie...


Bref, j'avais commencé à corriger donc voilà déjà une première volée :
-Pour l'âge, ce serait bien si tu pouvais au moins mettre une indication vague (trois siècles, deux millénaires etc), histoire qu'on puisse te situer à peu près.
-Pour la classe, il se trouve qu'un membre avait créé une classe, un jour, une classe qui correspond parfaitement à la tienne : oniromancien. Je te conseille de la prendre. Dans tous les cas, tu peux difficilement rester mage, ils sont censés avec des talents de magie peu utiles au combat.
-Sache que "sens animaux", ça ne veut rien dire. Car entre la vue du Lynx et la vue de la Taupe, il y a un monde, pourtant tous deux sont des animaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fol Oneïr



________________

Fol Oneïr
________________


Messages : 8


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptyLun 29 Aoû 2016 - 23:53

Pardon pour la fiche non finie, je m'y attelle en ce moment même et je promets qu'elle le sera sous peu. ^^"

Pour ce qui est de la classe, je vais regarder, même si, et ce n'est pas de la mauvaise fois de ma part, je ne vois pas en quoi un mage ne peut pas être utile en combat. Je pose réellement la question, cela a à voir avec la distinction entre les bons et le mauvais magiciens ? Du style, il existe des magiciennes nommées fées et des magiciennes nommées sorcières ?

Je vais relire le contexte afin de me placer sur la ligne temporelle de la meilleure façon qui soit, ne pas faire n'importe quoi me semble être une bonne idée de ma part et pour ma propre validation ^^"

Enfin, désolé pour les sens animaux, je dois être un peu débile sur les bords, j'ai dit que j'étais un renard, de fait en marquant sens animaux il me semblait logique que ce soient ceux du renard et non ceux du pélican ou de la taupe :c
Je corrige tout cela rapidement et je finis ma fiche en même temps. =^.^=

[EDIT] : J'ai déplacé mon pouvoir, non pas pour troller comme un sournois, mais parce qu'après réflexion ce serait plus une capacité propre à mon essence qu'un pouvoir apprit. J'expliquerait dans mon histoire, mais pour faire simple, je suis à moitié démon et à moitié être imaginaire. Là ça fait bizarre, débile, ou autres, mais dans le récit c'est normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carl Sorince

Grand lâche - Le Squelette

________________

Carl Sorince
________________


Race : Humain
Classe : Maître Nécromancien.
Métier : Chef de l'ordre du crépuscule (Squelette)
Croyances : Lui-même
Groupe : Ordre du crépuscule

Âge : Une centaine d'année au minimum

Messages : 245

Histoire de Personnage : Je ne me souviens plus de mon histoire...A vrai dire je ne sais même plus quel âge j'ai...Ma mémoire me fait défaut de plus en plus souvent en ce moment...Quel dommage.

[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptyMar 30 Aoû 2016 - 15:27

Une bestiole torturée au potentiel destructeur à jamais gâché par un pacifisme exaspérant. J'aime bien le perso, j'aime bien l'histoire et je m'aime bien moi.
Rien d'autre à dire que ce que je t'ai dis sur la cb.
V'la ton premier tampon, bienvenue renardo.
[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. 111

_________________
Vivre en côtoyant la mort, dormir avec elle, rêver d'elle, manipuler ses enfants...C'est plus qu'un simple don, c'est de l'art. -Carl Sorince au sujet de lui-même.

Un être aux longs cheveux, au rire sardonique et aux dents de scie. Un véritable démon, le maître des morts. Celui dont j'aurais la tête. -Slade Lion-Noir au sujet de Carl Sorince.

Je peux vous parler de l'ombre si vous voulez, de sa puissance infernale, de son pouvoir colossal, de l'admiration que j'ai ressentie lorsqu'il a sectionné le torse de mon capitaine comme si c'était un simple morceau de papier ! Mais par pitié, par pitié...Ne me demandez pas de décrire Le Squelette et ses expériences... -Un soldat traumatisé au sujet de Carl Sorince.

Ahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahah !!! -Carl Sorince au sujet d'approximativement tout.

Musique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fol Oneïr



________________

Fol Oneïr
________________


Messages : 8


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptyMar 30 Aoû 2016 - 15:36

Merci gentil monsieur mignon :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 15:24

Pour répondre à ta question sur la classe : un mage ne peut pas être bon en combat parce que c'est ce qui est écrit dans la description de la classe. ^^''

Bon... tu comprendras que déplacer tes talents de magie dans les talents divers n'est pas approprié. S'il s'était agi des Pouvoirs particuliers j'aurais éventuellement pu être d'accord mais il aurait fallu la réécrire de toute façon car bon, quand ça commence par "Fol maîtrise une magie qui s'apparente à la magie des rêves" on voit difficilement ce que ça fait en dehors des talents de magie.

Par l'évocation des sens du renard, je suppose que ce que tu entends c'est une vue plus sensible aux mouvements qui a du mal à voir les choses immobiles, une incapacité à percevoir la couleur orange, nyctalopie, bonne perception des choses proches, une ouïe capable d'entendre une plus large palette que les humains et un odorat très performant ? (merci Wikipedia) Cela-dit les coussinets ont une fonction de semelle donc ils n'augmente pas la fonction du toucher.

Aussi, je voudrais m'assurer que tu en a conscience : Avec une apparence aussi monstrueuse, tu seras chassé à vue en Feleth. Cela te convient ?

L'histoire est intéressante mais malheureusement il y a un point, un point en particulier qui pose problème : le Renard est dans un cachot au début ? Or il n'y a pas de construction humaine dans le Vein. Si tu veux un parallèle, le Vein est celui d'entre les monde qui ressemble le plus à ton univers imaginaire, on peut soudainement changer de paysage rien qu'en s'y retournant. Il n'y a pas vraiment de logique. Peut-être devrais-tu déplacer le début de ton histoire en Feleth et non dans le Vein alors.

Bon courage pour les modifications (et désolée du retard d'intervention).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fol Oneïr



________________

Fol Oneïr
________________


Messages : 8


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 15:47

Voila voila, je viens prendre des questions et donner des réponses. :3

Déjà le plus important. Une importance aussi monstrueuse est ce que je désire, je trouve cela plus amusant ^w^
Ensuite pour le Vein, je vais changer cela, mais en même temps, Fol lui même ne sait pas où il est détenu, cela pourrait suffire à expliquer le flou du lieu précis, je vais toutefois préciser, nul besoin de laisser de quoi ennuyer à la validation. '3'

Pour ce qui est de la magie je suis désolé. En fait, j'ai déplacé avec un copié collé tout ce qu'il y a de plus basique. Ce n'est pas que je veuille troller, la vérité c'est que je n'ai pas l'habitude de présenter ce genre de capacités comme autre chose que de la magie, c'est pour cela que j'en parle comme d'une magie, seulement c'est un peu différent.
Je suppose qu'ici la magie fait référence à un homologue de l'art. J'explique comment je vois la chose. On peut avoir un don pour l'art qui fasse que c'est plus simple, il faut tout de même s'entraîner, apprendre des règles, que ce soit pour la musique, la peinture ou l'écriture. C'est quelque chose qui se peaufine et qui demande de s'appliquer.
En regard de quoi, une action aussi simple que respirer n'est pas de l'art, même si l'on peut influer dessus. Nous sommes normalement tous d'accord sur le fait que sans même y penser nous respirons, mais que lorsqu'il le faut, que ce soit pour de la plongée ou d'autres exercices, nous influons sur cette capacité.

Pour Fol c'est pareil, je parle de la capacité comme d'une magie, mais en réalité c'est une «simple» capacité (désolé si ce terme est une bévue) chez vous. Son âme, ou plutôt son essence comme je préfère nommer la chose, a été modifiée par son passage prolongé dans le monde imaginaire et celui des rêves. Comparé à un démon, il a autant de légitimité qu'un sang mêlé, car son essence, sa prima matiera, ce qui fait que Fol est Fol, est à moitié imaginaire. En clair, Fol est 50% démon/50% être imaginaire. Donc cette «magie» n'en est pas une pour lui, c'est quelque chose d'innée, qui vient simplement de son essence. Manipuler l'imaginaire, se faufiler dans les rêves ou autres, cela ne lui a jamais été apprit, c'est venu... comme ça, comme de respirer, lui même ne se rend pas compte qu'il utilise cette capacité la plupart du temps, c'est aussi en raison du désordre dans sa tête, et cette capacité ne l'aide pas.

En quelques mots. Je vais modifier un peu la description, mais puisque cette «magie» est l'expression d'une part de l'«âme» de Fol, il semblerait qu'elle ne soit pas une magie mais une capacité personnelle. C'est donc dans cette catégorie que je vais la ranger. ^^

Enfin, pour ce qui est des sens du renard, c'est un mix. Fol a un très bon odorat. Permet moi de te corriger pour les coussinets, ils sont extrêmement sensibles, c'est ce qui fait que la moindre coupure à la patte d'un chien, d'un chat, ou de toute autre créature à coussinets est une vraie torture pour celle ci. Bien entendu que c'est une fonction semelle, la corne de nos talons l'est aussi, mais cela ne nous rend pas insensibles, là c'est pareil, en plus chatouilleux ^^
Pour ce qui est de la vision, Fol voit le réel et l'irréel à la fois, donc même dans le noir complet, il est difficile de lui cacher des choses. Après, encore faut-il qu'il se rende compte d'où se trouve la chose. Est-elle réelle ? Irréelle ? Est-elle humaine ? Animale ? Végétale ? C'est un peu le boxon derrière ses yeux ^^ Et les couleurs il les voit comme tout le monde. Enfin, c'est un bien grand mot, comme tout le monde qui aurait en permanence un peu de drogue dans le sang plutôt. Ah, et bien sûr, son ouïe est nettement plus affinée que celle d'un banal humain ^^

[EDIT] J'ai apporté les modifications nécessaires en réecrivant la capacité de Fol et en changeant un terme dans son histoire. Le moment où il revient dans le réel, le monde abordé n'est plus nommé le Vein mais «un monde inconnu», car il se trouve donc sur Feleth, ce qui sous entend que, puisqu'il revient dans sa geôle, il y a toujours été depuis sa capture ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 16:02

Non non, la magie n'est absolument pas forcément quelque chose d'appris par quelqu'un. Il n'y a aucun problème, tu peux mettre ça en magie.

"Pour ce qui est de la vision, Fol voit le réel et l'irréel à la fois, donc même dans le noir complet, il est difficile de lui cacher des choses. " Ce ne serait pas justement au contraire plus facile de lui cacher des choses ?
Quoi qu'il en soit explique tout ça. C'est ce que je voulais dire en te sortant des extraits de wikipedia. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fol Oneïr



________________

Fol Oneïr
________________


Messages : 8


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 16:15

Ah bon trop tard, j'ai réécrit en capacité XD

J'ai détaillé un peu plus les traits vulpins. Je n'ai pas touché à ma capacité cette fois ci, sinon à force je vais changer des trucs qui passent en truc qui passent pas, je me connais. Donc logiquement, ce devrait être bon ? :3

[EDIT] Pour la vue c'est particulier, Fol voit bien plus que les autres, mais c'est comme pour tout, trop de quelque chose ça n'aide pas. Si il voit tout le temps pleins de choses, même dans le noir complet, ça ne veut pas dire qu'il arrive à comprendre tout ce qu'il voit. C'est un peu comme si on te mettait sur un bureau avec un livre d'exercices de maths pour deux classes au dessus de la tienne, et que toutes les cinq minutes on en rajoutait un nouveau en te demandant de tout faire. Comme pour tout, il y a l'information sur laquelle on se focalise, celles qui sont remarquées, et celles qui sont totalement occultées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 18:37

Petit détail avant la validation finale : donc ta capacité est à mettre en "Pouvoir Particulier", un titre que tu as préalablement supprimé de ta fiche apparemment


Je m'assure juste : Donc tu n'as aucun pouvoir dans le monde réel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fol Oneïr



________________

Fol Oneïr
________________


Messages : 8


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 18:38

Heu si. Pour moi le réel et l'imaginaire sont liés, je suis une passerelle entre les deux en fait.

Fol peut voyager à travers l'imaginaire et les rêves, y apporter du réel et en rapporter de l'irréel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 19:55

Ramener de l'irréel, c'est-à-dire ?

Du coup, ça m'inquiète car tu peux potentiellement tout faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fol Oneïr



________________

Fol Oneïr
________________


Messages : 8


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptySam 3 Sep 2016 - 19:56

Exemple simple : Je me promène dans la réalité, je vois un pommier qui appartient à l'irréel, je cueille une pomme et elle se retrouve dans ma main dans la réalité.

Mais je ne suis pas tout puissant, de plus mon mental fait que j'aurai du mal à être dangereux, il me faudra de très bonnes raisons pour cela. ^^

[EDIT] Pour donner quelques précisions sur le fait que je ne soit pas tout puissant. Déjà il y a la puissance magique, même si je suis vieux et que j'en ait pas mal, il faut encore que je puisse l'exprimer, que j'en ait suffisamment pour mes actions. Ensuite il ne faut pas oublier que mon personnage est complètement fou, il peut très bien comprendre ce qu'on lui dit mais la plupart du temps il interprète mal, ou alors tout se mélange dans sa tête. Demande lui de te ramener une bague bien précise, il risque d'oublier en chemin, ou alors de te ramener tout sauf ce que tu as demandé, ou peut être de te ramener une bague différente, peut être, avec de la chance, celle que tu avais demandé. Fol peut aussi réaliser des choses très compliquées sans les comprendre, juste parce que ça lui est venu comme cela, ce qui signifie qu'il ne comprend même pas ce qu'il fait. Il est donc puissant mais moins que quelqu'un qui aurait son pouvoir et saurait exactement comment s'en servir, pour lui c'est comme des coups de chance, il n'est pas dit qu'il puisse réussir deux fois. Il y a plein de petites raisons qui vont faire qu'il peut réaliser certaines actions et pas d'autres, ses peurs, ses envies, sa notion du bien et du mal, etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. EmptyDim 11 Sep 2016 - 17:57

Bon. Après une très très longue hésitation sur le sujet, alors que j'avais prévu de te refuser ton pouvoir et de te proposer des alternatives (ce que tu ramènes est une illusion/est éphémère/autre), j'ai finalement décidé d'accepter ton pouvoir en tant que tu sauras le maîtriser.
De toute façon, tu ne connaîs ni la magie, ni les l'utilisation d'armes simples donc tu serais bien incapable de ramener quoi que ce soit de véritablement dangereux en fin de compte.
Et puis, ce n'est pas de l'invocation, il te faudra aller chercher ce que tu veux toi-même avant de revenir avec.

Bref, Je valide, tu peux RP désormais  Nyan Cat
[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. 211

Néro, Elem est venu ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. _
MessageSujet: Re: [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.   [TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINEE] Fol Oneïr, songe vivant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-