''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Amaël Van Keüllian



________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Guérisseur
Métier : Soigneur
Croyances : Athée
Groupe : Ange

Âge : 32 ans

Messages : 38


MessageSujet: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Mar 16 Nov 2010 - 18:43

Je me promenais, encore, au beau millieu de ce qui semblait être Feleth. Depuis un moment, je me suis pris d'une agréable envie de revenir de plus en souvent sur Feleth. Je revenais le soir, après le travail. Faut dire que le métier de soigneur était assez prenant. J'étais dans ce qui semblait être une espèce de petit village de fermiers. Un village assez agréable comme on en voyait à Adiryl. Finalement, peut-être que nos deux mondes n'étaient pas aussi différents. Puis, alors j'entendis le cri d'une bête me glacé le sang. Bon, je retire ce que je viens de penser. Finalement. Adiryl et Feleth n'ont rien en commum. Ici, il y a des bêtes dangereuses, du monde un peu fous qui veulent arracher les plumes aux séraphins et d'autre, ma foi, qui ne pense qu'à tuer tous ce qu'ils voient. Du monde... bizarre. J'espèrais ne pas croiser de nouveau des vampires ou quoi que ce soit de ce genre. Alors, au coin d'une rue, je croisai un grand chien blanc et aux yeux bleu. Il était... tout simplement magnifique.

-Salut le chien? Comment il va le chien?

Je le carressai et il se laissa faire avec un grondement joyeux. Sa langue ma lappa la main et je réprimai un sourrire joyeux. Bon, les chiens n'étaient peut-être pas mes animaux préférés, mais celui-là, je l'aimais bien. C'est alors que je levai les yeux sur une femme, de l'autre coté de la rue. Je lui souris timidement et pointai le chien.

-Il est à vous? Si oui, il est magnifique! Vous connaissez un... auberge où il ne servent pas juste de ce détestable steak... où il y a de l'eau fraiche et des légumes... voir du jus de baie?

*Bon, peut-être que j'en demande un peu trop pour une auberge de Feleth!*

Je lui souris gentiment, sachant que mes ailes étaient cachées par ma magie. Je ne regretterais pas d'avoir appris cela sur Feleth avant de revenir. C'était bien pratique.


Dernière édition par Amaël Van Keüllian le Mer 18 Mai 2011 - 21:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rosaly Von Gregorius



________________

avatar
________________


Race : Humain.
Classe : Mage Guerrière
Messages : 6

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Lun 22 Nov 2010 - 20:28

- C'est l'heure de fermer !

Il était désormais dix heures, l'heur de la fermeture le dimanche. Bien sûr, ceux qui avaient payés pour dormir pouvaient rester. Je détestais l’heure de la fermeture, c'était le moment le plus humiliant de la journée selon moi. Peu importe ce que je disais, les gens ne sortaient pas... Disons qu'avec ma voix et ma grosseur, je ne faisais pas peur à grand monde... Alors j'avais tendance à prendre la méthode forte. Ce qui ce résumais à Azul.

-Azul, m'écriait.
-Tu sais ce qu'il te reste à faire!

Azul se leva de son grand et gros panier, c’est ce qui lui servait de lit. Il se dirigeait en direction du bar, et y sauta. Il prenait une position très droite qui définissait l'autorité. Le visage tous gentil et tout mignon d'Azul se changea aussitôt en un visage démoniaque. Il montra ses crocs, plissa son front pour montrer sa férocité. Dire que quelques heures avant, les clients n'ont pas arrêtés une seule seconde de le complimenter. Les mots qui sortaient le plus souvent à son sujet désignaient sa beauté et sa tranquillité, mais maintenant il s'apprêtait tous à connaitre une autre facette d'Azul. Une facette, disons plus agressive. Azul prit une grande respiration et la fit ressortir en plusieurs aboiements toujours de plus en plus féroces. Les clients sont partis tellement vite que l'on aurait dit qu'ils aurait vu la mort...voyons...

-Merci, mon Azul à moi!

Toute enjouée, je fermai la porte et la verrouilla aussitôt. Azul repris son air de gros nounours en peluche et vint me rejoindre. Déjà tout près de moi, il me regarda. Je lui fais un gros câlin et je le remerciai de son merveilleux travail. Azul se mit à gratter la porte avec sa grosse pate poilue. Je savais ce que sa signifiait, il voulait aller au petit coin. Je lui ouvris la porte, il sorti aussitôt.

- Ne va pas trop loin, nous allons prendre une marche.
-Waff!

Azul était tout enjoué à l'idée de prendre une marche, je savais qu'il adorait cela. Je fermai l'auberge et rejoignis Azul qui était un peu plus loin vers là-bas. Plus loin dans notre marche, Azul jappa après un jeune homme vêtu de blanc. J'avais eu à peine le temps de le voir et il était déjà en train de caresser mon chien. Le jeune homme me regarda et me dit:

-Il est à vous? Si oui, il est magnifique! Vous connaissez un... auberge où ils ne servent pas juste de ce détestable steak... où il y a de l'eau fraiche et des légumes... voir du jus de baie?

Je m’approchai de lui, le regarda attentivement. Suite, je regardai Azul qui avait l'air à bien l'aimer, alors j’en ai conclu que cet homme était correct.

-Oui, je suis justement propriétaire d'un auberge. Je viens de fermer, il n'y a pas très longtemps, mais vue que vous avez l'air affamé je peux faire une exception.

-Qu’en pensé vous ?

Azul tourna autour de l'étranger, il ne cessait de le reniflé, comme si il dégageait une odeur étrangère. Je me mis automatiquement sur mes gardes subtilement. Un mouvement brusque pourrait lui couté cher! Je discutais avec ce jeune étranger toute en blanc. Quelques instants plus tard, j’entendis un rire provenant des alentours. C'était des étrangers vêtus de toge qui nous entoura, moi, Azul et l'étranger. Azul se plaça en position d'attaque, ce que je fis aussi.

-Attention l'étranger! J'espère que tu peux t'avérer utile!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Amaël Van Keüllian



________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Guérisseur
Métier : Soigneur
Croyances : Athée
Groupe : Ange

Âge : 32 ans

Messages : 38


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Mar 23 Nov 2010 - 0:04

Elle me répondit qu'elle tenait une auberge et j'en fus soulager. J'étais heureux de savoir qu'il y avait parfois des endroits où l'on savait surement faire quelque chose de mangeable. Je lui souris et m'apprêtai à la suivre quand le chien me renifla. Il sentait probablement mon odeur. Il m'aurait étonné que je sentes comme un humain, puisque je n'en étais pas un, justement. Des yeux, je lui demandai de ne pas révèler mon identité, de quelque manières que ce soit. Ce chien m'avait l'air très intelligent. Je l'aimais bien.

-Je vous suivrai jusqu'à votre auberge, si vous voulez, mais ça ne presse pas... Je ne veux pas vous déranger...

Je lui souris gentiment et c'est alors que j'entendis un rire et je sentis l'énergie malfaisante de ces guerriers en toge. Des hommes du royaume? Je levai mes yeux d'un vert brillant sur eux. Je les dévisageai du regard et m'avançai devant eux. Mes dernières expériences sur Feleth m'avait appris à être un peu moins trouillard. À la fin, je m'en étais toujours bien sorti, non?

*Est-ce à moi qu'ils en veulent? Savent-ils pour la dernière fois, au bord de la plage?*

J'attendis qu'ils nous parlent, qu'ils fassent quelque chose. Cette femme m'avait gentiment demandé d'être utile, mais en réalité, je ne savais pas me battre. Elle par contre, le savait surement. Elle avait une épée et tout, sauf qu'elle ne viendrait pas à bout de tous ces hommes. Moi... cette fois, j'avais mon arc, mais je ne pourrais pas les tirer, comme ça, en face d'eux. Je pourrais les avoir de loin, mais ... Et puis, tuer me répugnait toujours autant.

-Nous avons des raisons de penser que vous êtes des traîtres au Roi, vous et la ptite Dame.

Je le regardai avec un air brusquement fâché et décidai de bluffer. Je ne voulais pas tuer, je ne voulais pas me battre, ils étaient trop nombreux.

-Moi?! Vous osez me prendre pour un traître? Connaissez-vous seulement mon nom, jeune idiot?!
-Tais-toi!

Il me poussa brutalement, mais ne heurta que ma protection qui le fit chanceler. Il avait eut l'impression de heurter un mur. Ma protection magique avait cette fois, oh miracle, fonctionnée parfaitement. Ce qui m'impressionna un peu moi-même. Peut-être qu'à force de la faire, j'avais fini par m'améliorer.

-Tous sur lui!!

Je demandai silencieusement, en un regard, à cette aubergiste de partir d'ici en vitesse. Après tout, peut-être que je venais de l'aider. Moi dans tous les coups, je pourrais m'en sortir... en me renvoyant à Adiryl, mais elle, elle aurait sans doute un peu plus de difficulté. Il n'y avait qu'un seul problème, je devrais à tout prix éviter qu'on deviner qui j'étais, enfin, plus, ce que j'étais. Un ange. J'avais bien cacher mes ailes, mais si je partais à voler, comme j'en avais justement envie pour m'enfuir, je risquerais de dévoiler certaines choses qu'il fallait justement éviter de dévoiler. Déja que j'avais fais de la magie... maintenant, ils pouvaient être certains que nous étions au minimum des rebelles. Je les comptai rapidement. Ils étaient quatre. Nous étions trois en comptant le chien et ... je ne savais pas me battre.


*La prochaine fois que je vois papa, je lui demande des leçons! Si j'en sors...*

Je reculai dans la rue et courant derrière un immeuble, j'arquai mon arc et bandai ma flèche. Elle siffla l'air jusqu'à l'homme. Je ne regardai pas si elle les toucha. Je m'enfuis, mais pas très loin. Je voulais juste être hors de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rosaly Von Gregorius



________________

avatar
________________


Race : Humain.
Classe : Mage Guerrière
Messages : 6

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Mer 24 Nov 2010 - 0:24

Un des vilains s’approcha de l'étranger et le heurta de plein fouet. J'avais l'impression que mes yeux avait vue double, l'étranger était muni d'une sorte de protection. Il n'était pas humain! Il me fait signe des yeux de déguerpir au plus vite pendant qu'il en était encore temps. Je le regardais moi aussi avec un regard qui montra une certaine facette de ma personnalité. En conclusion, cela voulait dire qu'il pouvait toujours rêver en couleur, même si je ne savais pas s’il en était capable. Il était tout blanc! Je regardais curieusement cet étranger qui se débrouilla d'une façon très agile. Il sut prendre de la distance très facilement et réussissait a ce cacher. Il y avait simplement qu'un simple petit détail.

-Pourquoi tu me laisse toute seul espèce de trouillard? C'est moi la femme ici!

Je le regardai d'un grand dégout, un des premiers gestes qui me venait à l'esprit était de lui présenter mes deux grands amis, main droite et main gauche! Malheureusement, il fallait que je reste tout près, il n'était pas question, qu'un seul de ses briguant touche a un seul poile d'Azul. Ou sinon, vous imaginer la suite! Les quatre individus se dirigèrent vers moi. J'étais dans ma position de combat et Azul de même. Je lâchai un cri de guerre et fonça sur les briguant avec Azul qui était très en colère. Azul sauta sur le plus près, le mettant par terre. Suite, je sautai d'un grand élan par-dessus Azul, mon épée inclinée vers le bas, tua le premier d'un coup au cœur. Tout juste après la mort du premier, je dégainais mes deux dagues et les projetait directement dans le coup de deux autres des individus. Il n'en restait plus qu'un. Je lui réservais une des pires morts selon moi. Je criai a Azul de ce mettre en position de saut. Il avançait rapidement devant moi, je prenais mon élan et je sautai sur son dos. A peine rendu sur son dos j'enclenchai mon pouvoir de vent qui me permettait de faire un double saut. Le vent en dessous de mes pieds me propulsa très haut et très rapidement vers l'avant. Je pris mon épée a deux mains et la mettait en direction du ciel. Je fis un 360 degré vers l’avant, ce qui trancha le dernier vilain en deux morceaux égaux.

Tout c'était passer en quelques secondes, le jeune blanc bec avait l'air surpris de ma performance. Je savais bien que mes parole de tout à leur était inutile, mais il fallait bien que je joue mon rôle de fille, non? Je m'approchai tranquillement, mais d'un air sur de moi. Sur le passage je ramassai mes deux dagues qui m’avaient servi à faire un massacre. Rendu près de lui, je le regardai attentivement et Azul montrai ces crocs.

-Qui est tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Amaël Van Keüllian



________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Guérisseur
Métier : Soigneur
Croyances : Athée
Groupe : Ange

Âge : 32 ans

Messages : 38


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Mer 24 Nov 2010 - 23:36

Je la regardai de mon petit coin, me sachant en sécurité. Même si j'avais un peu de mal de la laisser se débrouiller... J'avais remarqué qu'elle y était restée. Non, mais c'était quoi l'idée? Hein? Elle ne devait pas avoir tant que ça l'habitude des bagarres... car quatre hommes contre une femme et bien à la fin ça fait souvent 4 homme + un cadavre de femme morte. Dans la deuxième option elle deviendait pute, mais, ça je ne le permetterais pas. Faut dire que les mecs ici, ces des barbares.

-Pourquoi tu me laisse toute seul espèce de trouillard? C'est moi la femme ici!


*Trouillard? Il y a une différence entre être trouillard et être intelligent, ma jolie! Moi, je sais que je n'avais pas l'ombre d'une chance... Je suis réaliste, pas trouillard!*

Je ne répondis pas, même si j'avais vraiment envie d'aller la rejoindre et de l'aider. J'hésitais à le faire. J'hésitai une seconde et ce fut assez pour qu'elle commençe son carnage. Et carnage était le vrai mot. À la fin, lorsque je vis tous ces cadavres, gisants dans leur sang, mon coeur ratta un battement. Elle avait été capable de s'en sortir seule. J'étais blanc comme un linge à la vue de tous ces morts et elle les avait tuer sans trop difficulté, sans même une pensée pour leur âme, pour leur vie. Elle s'approcha de moi, l'air trop sûre d'elle. C'était... abherrant. Comment pouvait-elle encore afficher cette air, ce visage, alors qu'elle avait tué quatre hommes? N'avait-elle aucun coeur? Mes yeux gris foncé témoignaient de mes pensées et je rivai sur elle un regard de glace.


-Qui est tu ?
-Je suis un trouillard, peut-être, mais au moins, je ne suis pas un meurtrier, moi. N'as-tu aucun coeur? T'afficher ainsi fièrement après avoir répandu le sang de quatre hommes? Quatre hommes qui avaient proabablement une femme et des enfants? Des frères, des soeurs?

Je la dévisageais toujours du même regard froid, glacé, dégoûté, même.

*Ces Felethiens, ils sont tous les même! Ils n'ont aucun respect pour la vie!*

-Je suis un guérisseurs, un magiçien guérisseurs et je soigne les gens chez moi. Je respecte la vie animal, végétal et humaine. Bien que les humains ne méritent pas d'être respectés. Même les animaux ne sont pas aussi barbares que vous... Au moins, eux, ils se tuent pour survivre. Vous, vous le faites par interêt, parce qu'il vous a importuner... Il a marcher sur votre pied. Nous n'étions pas vraiment en danger de mort, nous aurions pu nous enfuir, comme ça, personne n'aurait été tué et tu n'aurais pas du sang sur les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rosaly Von Gregorius



________________

avatar
________________


Race : Humain.
Classe : Mage Guerrière
Messages : 6

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Ven 26 Nov 2010 - 19:12

Je le regardai d'un air vexé, mais pour qui il se prenait celui-là, le Pape ou quoi? Je venais de lui sauver la vie et c’est comme ça qu’il me remercie. Je l'admettais que j'y étais peut-être allé un peu fort. Il fallait bien être réaliste! Si moi et Azul n'aurions pas réussi à nous enfuir, ils nous auraient probablement tué et même avec de la mal chance, il m'aurait s'en doute violer avant d'accomplir l'acte finale. Disons que je ne voulais pas prendre cette chance. De plus, c'était eux qui avait engagé le combat pas moi ! Par compte, j'étais bien contente de savoir ces informations à son sujet. Il n'était qu'un guérisseur, très utile en combat, mais son courage laisse à désirer. Bref, ce qui était fait était fait! Il était mort et ça finissais la, tout simplement.

-Tu a tort ! La fuite aurais belle et bien été une solution, mais il était armé et il s'en était pris à toi alors le combat était déjà enclenché. J'ai simplement terminée ce qu'il avait pitoyablement commencé. Imagine quelques secondes. Dit toi que s’ils font cela a des inconnues imaginent ce qu'ils doivent faire au gens qu’ils aiment. Qu’ils aiment... faut déjà qu’ils commencent par les aimé. Console toi avec leur comportement ça me surprendrai qu'il aille des enfants.

Je me détournais de lui près a retourné cher moi avec Azul à mes coté. Après quelque pas je me retournai à nouveau. Je regardais son visage et je partais a ricaner. Il faisait une de ses têtes, c’était crampant.

- Alors, tu viens.

Selon son regard, il n'était pas très confiant a l'idée de me suivre, mais fallait être réaliste. Il devait trouver un endroit pour dormir et manger. De plus, je l'avais déjà invité, alors impossible de refuser. Azul était enjouer, il a développé une confiance directe avec ce jeune étranger, c'était très étrange venant d'Azul. Il fallait avouer que ce jeune guérisseur n'avais pas l'air menacent, il ne ressemblais pas a nos visiteur habituelle. Azul courait vers lui et jappai sa joie.

-Waf ! Waf!

Il avait repris ces airs de gros nounours en peluche, il était difficile de lui résister! A l’aide de sa mâchoire, il attrapa la manche de ce jeune homme et la tirai doucement. Moi je les regardais avec un grand sourire, une joie, à l'idée que Azul c'était fait un nouvel ami. D'Après moi, il l’aimait bien à cause qu'il était comme lui, tout blanc !

- Tu ne peux pas vraiment refuser, t’inquiète je ne te ferai aucun mal !

Je le regardai avec un grand sourire et attendait qu'il se joindre à nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Amaël Van Keüllian



________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Guérisseur
Métier : Soigneur
Croyances : Athée
Groupe : Ange

Âge : 32 ans

Messages : 38


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Ven 26 Nov 2010 - 20:23

Je la regardai. Elle pensait peut-être que je n'avais pas le choix de la suivre ou pas, mais c'était faux. On avait toujours le choix et je prenais des chemins très différents d'elle. Je n'aimais pas du tout cette femme, elle me dégoûtait, mais d'un sens, il était de mon devoir de lui montrer que la vie n'était pas ainsi diviser entre le bien et le mal comme elle le croyait. Peut-être que je réussirais à la faire chabnger d'avis, mais si je n'y parvenais pas, je m'acharnerais pas. Je venais à croire que les humains n'en valait pas toujours la peine.

-Tu n'as rien compris et tu me dégoutes toujours autant, fis-je, alors. Mais toi et moi n'avons pas eu la même éducation, je ne m'attendais donc pas à ce que tu comprennes...


J'entrepris néanmoins de la suivre, tout souriant, flattant le chien qui s'approchait de moi, sa queue qui battait l'air montrait son contentement. Les animaux ici étaient plus sociables que les humains. ils méritaient peut-être plus notre considération. D'une façon ou d'une autre, j'avais du mal à comprendre ce qui se passait ici. Des hommes cherchaient des rebelles et ils semblaient que le dicton mondiale était : Tuer pour ne pas être tuer. Je ne comprenais pas leur vie.

-Qui sont ces hommes qui cherchaient les rebelles? Es-tu vraiment une rebelle? Aussi, contre quoi on était sensé se rebeller?

Bon, peut-être que ces questions étaient un peu étrange, mais il me fallait le savoir. C'était la deuxième fois maintenant que je passais pour un rebelle et j'aimerais bien savoir pourquoi. Cela m'intriguait. Moi, personnellement, je me rebellais pas. Personne n'aurait eut l'idée de se rebeller contre l'empereur. Pourquoi l'aurait-on fait? Il n'y avait aucune bonne raison à citer. Il n'y avait pas une. L'idée même de me rebeller me faisait vomir.

En marchant dans les rues jusqu'à son auberge, j'attendis sa réponse patiemment. J'avais le temps. Nous avions la journée devant nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rosaly Von Gregorius



________________

avatar
________________


Race : Humain.
Classe : Mage Guerrière
Messages : 6

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Mar 30 Nov 2010 - 23:39

Je me demandais de plus en plus pourquoi Azul l'appréciait, moi il commençais a me taper sur les nerf. Il en posait des questions cet homme, sens était irritant. J'augmentai le pas de marche...histoire d'arriver le plus vite possible à la maison. J'avais hâte d'arriver. Il fessait si froid, le temps était glacial ce soir. Sur le chemin du retour, je me mis à réfléchir... Je pensais a tout ce qui nous était arriver aujourd'hui et je me rendais compte que je n'avais pas trop été gentille avec ce jeune homme. Il avait simplement essayé de m'aider. Malheureusement, de ce côté-là, j'ai toujours eux de la difficulté a fuir. J'étais peut-être une fille, mais je savais me défendre et ses sen doute pas se jeune homme qui allais m'empêcher de me défendre. Je n'étais pas impuissante après tout. Je pris des grandes respirations et ralentissais le pas. Je prenais place de l'autre côté d'Azul.

-Je m'excuse... Je sais que je n'ai pas été amicale avec toi ce soir. C'est juste que je déteste ça que le monde me dise quoi faire, ça me donne encore plus envie de prouver ce que je vau. En passent... oui je suis une rebelle, je crois que ça paraissant, non?

Je le regardai avec un grand sourire, histoire de recommencer à zéro. Je lui donnai une petite poussé amical qui le fit presque tomber par terre, c'était rigolo! Une chance que je l'ai agrippé. Il était peut-être mignon, mais il manquait de tenus côté jambe ou c'était peut-être tout simplement une mal chance. Nous arrivâmes à l'auberge, nous étions à quelques mètres de le porte quand nous apercevions diverse formes humaines dans l'ombres. Qui cela pouvais t'ils bien être?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Clause Vaneslander



________________

avatar
________________


Race : Syrinx-Seirdan
Classe : ex-Invocateur
Métier : Chasseur de vampire
Croyances : Lui même
Groupe : L'ordre du Sang Clair

Âge : 126 ans

Messages : 186


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Sam 18 Déc 2010 - 17:43

Tic
Tac
Tic
Tac
...
Le temps. Il s'écoule lentement, rapidement, inexorablement. Silencieux et invisible il demeure le plus grand ennemi de l'être vivant. Omniprésent, personne ne peut le prédire, et tous ignore quand il s'arrêtera, apportant ainsi mort et désespoir. Dans ce bas monde, où règne la loi du plus fort et de l'argent, il existe des choses qui nous dépassent; tout comme "le temps" connu de tous et pourtant si mystérieux. Mais qui aurait pu croire que des êtres puissent, non pas rivaliser avec lui, mais le copier ? Ces êtres que l'ont pourrait décrire comme banals et tout à fait ordinaires à première vue. Mais dans l'ombre, ils dévoilent leurs véritables faces. Agissant tels des fantômes, rien ni personne ne sait vraiment ce à quoi ils ressemblent. Ces êtres sont recrutés pour leurs capacités surhumaines, ils sont autonomes, organisés et peuvent aussi bien agir en solitaire, qu'en groupe. Personne ne sait combien ils sont et ceux qui l'on sut ne sont plus de ce monde pour le prouver. Ces êtres que l'on compare au temps ne sont autres que les membres de l'Ordre du Sang Clair. Les éternels chasseurs de vampires.

******************************************
Âme coincée, sans époque, sans domaine, mais en attente désormais, en attente..
Un noir infini, depuis tellement longtemps...
Enfin ! Enfin !!! Une brèche de lumière apparue. Peut importe d'où elle provenait, c'était du changement. Cependant, celui-ci fut radical. Une douleur envahi ce qui restait à envahir de Clause. Il ne cria pas. Il s'était juré de ne plus le faire. La douleur augmentait, mais la sensation de mal être diminuait. Mais quel mal de chien ! La douleur était peut être même plus forte que la mort elle même. Soudain, la douleur se retira. La nuit infinie demeurait, mais sous ses pieds se trouvait une immense marque brillante, aveuglante. Il se trouvait debout sur elle, son épée à la main. Il était là, sans vraiment l'être. En fait, il ne savait pas où il était.. Clause eu l'impression de tomber dans le vide, longtemps, pendant des heures, des jours peut être. Et quelle sensation désagréable que celle de cette chute libre dans l'inconnu. Enfin terminée ?? Il était arrivé, toujours debout, et toujours dans la nuit. Mais une nuit si différente, pas cette nuit éternelle qui faisait sa mort, non, pas cette nuit qu'on ne veut pas forcément quitter, pas cette nuit à laquelle il était habitué. La lumière fit son apparition soudainement. Il ouvrit les yeux. Mais où était-il ?

Les couleurs chaudes du crépuscule l'aveuglaient. Il s'était habitué à cette obscurité qui l'avait enrobé. Ses pupilles finirent par se rétracter laissant place à une vision de l'endroit qui l'entourait. Clause regarda de part et d'autre de son corps engourdi et constata l'étendu des dégâts qu'il lui avait fait subir. Ses bras étaient maculés de sang noir; le sien ? Peut-être. Qu'en savait il. Le syrinx ignorait tout du lieu où il se trouvait et sa mémoire avait brouillé les souvenirs de ces quinze derniers jours, ne laissant sur son passage que de vagues images d'un passé mouvementé. Il tenta de se relever mais en vain. Son corps était étendu là, adossé à une majestueuse colonne de bois, et dans l'incapacité de bouger quoi que ce soit, autre que sa nuque. Clause laissa échapper un soupir de contentement. Les yeux clos, il se concentra pour faire face à la situation. Sa capacité à garder son calme et sa logique de fin stratège lui permettaient de se tirer de plusieurs mauvaises postures, mais vu son état présent il n'allait pas en tirer grand chose. Il tenta néanmoins, au point où il en était, que risquait-il ?

Son majeur droit cilla, prouvant un début de réussite et une renaissance partielle. Peu à peu ses muscles se contractèrent. Et Clause les remua légèrement de peur d'aggraver des quelconques fractures. Il se réjouit que ses nerfs aient pu se reconnecter si aisément, mais le bonheur était de courte durée. Un mouvement de trop et une géhenne atroce le foudroya sur place, transperçant son torse d'une douloureuse diagonale. L'impact sur ses organes lui fit vomir une rasade de sang noir, le même sang aperçu sur ses deux avants-bras. Comment c'était-il arrivé ? Certes ses deux membres étaient fortement égratignés mais pas au point d'étaler autant d'hémoglobine. Du moins c'est ce qu'il pensait, sa connaissance en médecine était limitée à celle fournie par les plantes. Clause souleva son maillot de corps pour tenter de voir d'où pouvait provenir ce mal si terrible qui le clouait à terre. La blessure était certainement d'origine osseuse car celle-ci provoquait un renfoncement sur son flanc droit. Clause remarqua aussi que sa respiration était saccadée et parsemée de toussotements irréguliers mais qui menaient tous au même résultat; un filet de sang qui coulait au coin de ses lèvres.

Une chose était sure, il ne pouvait rester ici. Les quelques images qui hantaient ses souvenirs étaient souillées de sang et de chair. Mélange d'horreur et de cauchemars. C'était l''enfer d'une bataille. Clause en déduisit qu'une équipe de secours devait être à la recherche des éventuels blessés mais encore fallait il que ce soit ses compagnons d'armes. Et si ce n'était pas le cas, il se doutait bien qu'il n'aurait aucune chance de survie. Le risque subsistait trop dangereux pour être prit, le syrinx se résigna donc à quitter cet endroit morbide sentant la putréfaction avant que sa présence ne soit repérée. Tout était question de temps. Clause leva les yeux vers la voûte céleste, non pas pour prier, juste pour scruter la lune qui était déjà haute dans le ciel obscurci. Cette faucille d'argent aux reflets cendrés semblait faucher le champ d'étoiles qui grandissait à vu d'œil. La lueur opaline apaisait les esprits et donnait une sensation de pureté dans ces ténèbres profonds, comme un rayon de lumière divine qui venait à son aide. Et tandis que ses pensées s'entremêlaient dans un océan de confusion, l'une d'entre elles restait immobile, comme figée par le temps. Clause focalisa son esprit sur celle-ci et trouva la solution tant attendue. L'arbre.

Ce mastodonte de bois sur lequel il se reposait depuis son réveil, et même avant. La nature, sa fidèle amie, ne l'avait pas abandonné et lui avait gracieusement offert les soins et le réconfort. L'énergie que dégageait l'arbre pénétrait les moindres pores du syrinx, régénérant ses blessures et sa quantité magique. Malheureusement il lui faudrait rester plusieurs jours ici pour que les blessures les plus profondes viennent à cicatriser totalement, seules les hémorragies étaient stoppées laissant à Clause la possibilité de survivre. Le processus pouvait être long suivant l'état du corps mais s'avérait essentiel pour la survie de cette race. Le syrinx détourna finalement son regard perdu de l'immensité céleste pour faire face à la réalité terrestre. Résolu à ne pas céder son âme à la mort, il se laissa glisser sur le côté droit en prenant soin de ne pas appuyer sur son flanc meurtri, pour ainsi modérer la blessure. Clause prit appuie sur son bras droit pour soutenir son corps, le visage crispé sous le mal que provoquait la pression de son membre contre le sol. Il trempa deux de ses doigts de la main gauche dans le sang qu'il avait rejeté un peu plus tôt et traça un cercle d'un mètre de diamètre puis un octogone placé à l'intérieur. D'autres cercles, plus petits, s'ajoutaient sur chaque coins de cette nouvelle forme dessinée. Clause inscrivit par la suite des caractères issues d'une ancienne langue.

"- על ידי דם הגוף הנפש והמוח באים אלי יצור של הלילה"

Le syrinx déposa sa main tremblante au centre du cercle d'invocation et concentra sa puissance magique vers celui-ci. Habituellement il se passe d'un tel outillage mais vu son état il se devait de puiser dans ses réserves et ce procédé était un excellent amplificateur pour faciliter l'ouverture de la "porte". Les tracés se mirent subitement à devenir écarlate et une copie du cercle dessiné apparu mais dans un rayon beaucoup plus imposant. Une immense porte brune ornée de cerclages métalliques noires apparue à son tour. Elle ne possédait pas de poignées, seuls deux squelettes tout aussi démesurés étaient incrustés de chaque côté avec un effet de relief. Sortant des profondeurs de la terre et avec son aura menaçante, on pourrait croire à l'entrée des enfers. Cette symétrie glaçante prit fin lorsque la porte s'ouvrit vers l'extérieur, laissant s'échapper une puissante lumière blanche. Une étrange silhouette perça cette intense lueur, avançant pas à pas vers celui qui l'avait invoqué. L'entité s'arrêta devant le visage ensanglanté de Clause et la lourde porte se referma dans un grondement résonnant à travers la plaine boisée. Après un fracas pareil, il était impossible pour le syrinx de ne pas attirer des curieux.

Clause fronça les sourcils pour analyser l'étrange créature qu'il venait d'appeler et malgré l'épaisse obscurité qui errait en ces lieux, il arriva à discerner les contours de la créature grâce aux rayons du croissant d'argent. L'être était petit. très petit. Guère plus haut que trois pommes il fixait le syrinx, allongé à ses pieds, d'un air méprisant et moqueur. Ses yeux ambrés reflétaient un esprit vif et ses pupilles axés à la vertical, tel un reptile, lui donnaient un air arrogant. Son crâne formé en triangle semblait disproportionné par rapport au reste du corps. La créature possédait quatre membres, extrêmement fins, en guise de bras et de jambes et se tenait parfaitement bien sur celles-ci. Ses pieds étaient palmés, en revanche il n'y avait aucune trace de branchies sur le reste du corps. Sinon, la créature était nue comme un ver et sa peau, de couleur grise, paraissait lisse, bien que dépourvue d'écailles. En temps normal, Clause aurait répondu : quel être intéressant. Mais vu la situation, une seule chose lui était venu à l'esprit.

*Qu'est-ce que c'est que ce crapaud ?!*


le Syrinx se redressa tant de bien que de mal pour se mettre à hauteur du petit être. Le visage contracté sous la douleur, il leva les yeux vers lui et plongea son regard vide d'émotion dans le sien. A première vue, la créature ne possédait aucun moyen offensif et encore moins défensif; ou alors il fallait qu'il soit rudement efficace pour pouvoir contrer cette taille insignifiante. Clause savait que dans ce monde il ne valait mieux pas se référer à l'apparence de l'adversaire, mais il n'avait plus la force de réfléchir à ça. Une étincelle orangée déchira subitement la noirceur nocturne, libérant Clause de sa transe. La couleur et la vivacité du mouvement trahissaient son origine: une flamme. Probablement provenant d'une torche. Le syrinx regardait cette animation, à la fois apeuré par cette danse enflammée et enragé par la venue d'un sentiment douloureux. Il laissa sa main à plat sur le sol et sonda la terre. Cette capacité innée chez cette race permettait de connaître le nombre de pieds qui foulait cette terre dans un périmètre donné. Le même principe était utilisé par les serpents pour ressentir les vibrations du sol.

Cinq hommes. Clause n'avait pas plus d'information, et il savait qu'il ne pourrait en avoir d'autre à moins de faire leur rencontre. Il prit les devants et soupira, résigné à demander de l'aide à la créature invoquée.

"- Hé toi. Le temps presse. Dis moi ton nom et emmènes moi loin d'ici, qu'importe le moyen.
- Mais bien entendu, mon maître." dit-il d'une voix sifflante et sarcastique.

Clause hésitait à lui faire confiance, surtout en voyant le petit être affiché un sourire mesquin en tirant sa révérence. Normalement signe de respect, il se doutait bien que sa courbure n'était qu'ironie et moquerie. La créature déposa une main sur le col de son invocateur, faisant craquer ses phalanges à chaque abaissement de doigt. Elle fit son plus grand sourire, dévoilant une dentition pour le moins acérée et ajouta :

"On m'appelle, le voyageur."

Aussitôt ces mots prononcés, le duo disparu dans un écran de fumée grisâtre qui s'évapora quelques secondes après. Clause se retrouva dans ce monde étrange, qui semblait être parallèle au sien. De nouveau englouti par un vide infini. Il avait déjà vécu ça juste avant son réveil. Cette sensation de tomber dans un tunnel sans fond, et ne voyant pas plus loin qu'à une dizaine de centimètre devant sois. Et même dans ce qu'il apercevait, il n'y avait qu'ombre et ténèbres. La seconde suivante arriva brutalement. Clause n'eut pas le temps de se rendre compte de quoi que soit, qu'il entra en collision avec une table en bois. La chute se fit de deux mètres de haut, ne laissant au syrinx qu'un bref instant entre son départ de la plaine et la rencontre de son visage avec le meuble. A plat ventre sur la table en bois, Clause se ressaisit, encore un peu sonné par le choc. C'était bien sa veine, le bâtiment était certainement vide vu que personne n'avait rappliqué en entendant ce fracas assourdissant. Il tenta de se redresser sur le côté mais en vain, son corps était trop engourdit et un mal effroyable le prenait au niveau de la poitrine. Il déchira la partie du haut de son maillot noir, du col jusqu'à la manche droite, et regarda la marque qui était tatouée sur le côté gauche de son torse. Celle-ci représentait une splendide fleur exotique, au nom inconnue, et dont seuls les syrinx en connaissaient l'existence. Symbole de vie chez cette race, elle naissait avec eux et fanaient à leur mort. Et à cet instant, la marque de Clause n'avait plus qu'une pétale.

Il jonglait entre la vie et la mort, étendu sur cette table froide, baignant dans son propre sang dont quelques gouttes coulaient sur le sol avec irrégularités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rinha Betrüger



________________

avatar
________________


Race : Demi-Vampire
Classe : Roublard
Métier : Chasseuse de primes
Croyances : Aucune
Groupe : La lame d'argent -ex rebelle-

Âge : 21 ans d'apparence, 63 en réalité

Messages : 16


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Dim 19 Déc 2010 - 20:56

La nuit venait juste de tomber alors qu’une jeune femme, a la silhouette fine mais couverte de noir, déambulait dans les rues de Venill, sans aucun but défini. Rinha ne savait pas le moment qu’elle préférait dans ses journées monotones qui, depuis un certain temps, ne présentaient plus un grand intérêt. Il faut dire qu’elle n’était pas vraiment à la recherche de la grande aventure. Pas qu’elle soit contre, mais elle n’avait aucune envie de provoquer des évènements dont au final elle ne serait plus la maîtresse. Elle préférait de loin les laisser venir d’eux-mêmes et quel que soit la situation, les faire tourner à son avantage. Il y avait cependant certains moments qu’elle aurait aimé pouvoir contrôler, ou simplement pouvoir prolonger, parce qu’elle les aimait plus que les autres. Lorsque le soleil, cette boule de feu, s’inclinait face à la froideur de la lune, tout en laissant derrière lui un miroitement de couleurs magnifiques par exemple. Et chaque jour, ces quelques minutes avaient le même effet sur elle. Ce puissant sentiment de liberté, cette force qui l’envahissait soudainement… Cette partie de la journée agissait comme une drogue et en son cœur, elle restait persuadée que ceux qui n’avaient jamais pris le temps de l’observer ne pouvait pas se vanter d’avoir vu quelque chose de magnifique en ce monde.

Cette nuit parmi tant d’autres, elle avait décidé de changer d’endroit, de partir se promener pour découvrir autre chose. Et qui sait, peut-être trouverait-elle des choses étonnantes en déambulant dans les ruelles de la ville que l’on disait principalement constituée de rebelles, ce que pour l‘instant, elle n’avait pas pris le temps de vérifier. Après tout, elle adorait les surprises, elle-même excellent dans cet art, mais d’une tout autre façon…

Certaines fois, elle était surprise de voir l’engouement qu’elle mettait pour tuer de simples humains, l’amusement voir même le plaisir qu’elle y prenait, à tel point qu’une fois qu’elle commençait son show meurtrier, il lui était très difficile de s’arrêter à une seule personne, presque aussi difficile que lorsqu’elle faisait face à une flaque de sang et qu'elle devait réprimer ses ardeurs.

Elle avait donc décidé de partir explorer la périphérie de Venill ouest, n’ayant pas spécialement envie de passer de l’autre côté du pont. Que pourrait-elle y voir de plus de toute façon ? Rien, si ce n’est d’autres visages, ce qui n’avait donc que très peu d’intérêt pour elle. Elle s‘était cependant promis d’aller y faire un tour, une après midi pluvieuse, en portant accidentellement sur elle des bijoux de grandes valeurs, pour espérer voir apparaître ses bandits qui effrayaient tous ceux qui aspiraient à passer le pont. Qui sait ? Elle pourrait peut-être enfin s’amuser, sans avec un peu de chance, n’avoir à recouvrir ses dagues du liquide rouge qu’elle connaissait particulièrement bien et qui leur retirait une partie de leur beauté. De plus, elles étaient si finement sculptées qu’il lui fallait y retourner à plusieurs fois pour les retrouver comme neuve. Elle avait donc bien d’autres chats à fouetter, ou d’autres humains à aller goûter selon le point de vue…

Elle aurait presque eu froid si son fidèle manteau de cuir n’était pas là pour la protéger. Presque, elle pouvait tout de même supporter des températures plus rudes qu’un simple humain. Elle attacha ses cheveux longs en une queue de cheval haute lorsqu’elle se rendit compte qu’ils obstruaient son champ de vision toute les trentes secondes. Une fois cette tâche faite, elle put donc observer pleinement les rues pavées de Venill, ainsi que les habitations plus ou moins en bon état, devant lesquels elle passait, lentement, ses talons frappant la surface dure du sol dans un son qu‘elle trouvait mélodieux. Elle leva les yeux sur le croissant de lune apparut récemment dans le ciel et se concentra sur tous les bruits qu’elle put attendre aux alentours, s’apercevant bien vite que ce coin de la ville était bien plus animé à de telles heures que son port. Du verre cassé, deux hommes se disputant, une sorte de grondement sourd, quelques personnes semblant courir et une multitude d’autres sons encore qu’elle prit plaisir à essayer de reconnaître.

Elle continua son ascension des rues, passant devant ce qui devait être un quartier marchand, avant de tomber sur une grande place, devant laquelle elle soupira, se rendant compte de la rareté voir de l’inexistence des bijouteries dans le coin. Elle n’aurait donc pas de nouvelles parures ce soir…

Elle déambula encore, les ruelles se rétrécissant au fur et à mesure de son avancé, jusqu’à tomber sur un chemin étroit qui pouvait à peine faire passer deux personnes de sa corpulence l’une à côté de l’autre. Elle continua jusqu’au bout, curieuse de voir ce qu’il pouvait y avoir après un chemin si étroit. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle tomba sur une assemblée d’hommes qui pour la plupart étaient loin d’être sobres. Elle remarqua leurs airs bougons, consternés voir dépressifs, ce qui eu pour conséquence de la faire sourire un instant. Sourire qui s’effaça vite, leur état pitoyable ne méritaient même pas une moquerie de sa part. Elle vit qu’ils arrivaient tous de la même rue, beaucoup plus large que tout ce qu’elle avait pu parcourir jusqu’à présent et qu’ils se séparaient ensuite, empruntant chacun un chemin différent, la démarche titubante, le visage rouge, une grimace le rendant encore plus hilarant, non sans avoir salué leurs amis d’un soir par une embrassade des plus surprenantes..

Elle alla donc emprunter la ruelle qui finirait d’une façon ou d’une autre par l’amener devant un bar, le regard fixé sur un point droit devant elle, la démarche assurée.

*Je sens que je vais bien m’amuser*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Amaël Van Keüllian



________________

avatar
________________


Race : Séraphin
Classe : Guérisseur
Métier : Soigneur
Croyances : Athée
Groupe : Ange

Âge : 32 ans

Messages : 38


MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   Lun 31 Jan 2011 - 1:59

-Tu m'expliqueras un jour que signifie être rebelle, exactement, lui dis-je, en lui faisant mon plus beau sourire.

Je rentrai dans l'auberge. On aurait pu croire qu'elle serait vide, mais elle ne l'était pas. Déja, de dehors, on appercevait diverses formes plus ou moisn floues. Si le batiment n'était pas vide, il n'était pas bondé. Même qu'il n'y avait une seule personne à l'intérieur, enfin... si on pouvait qualifié ce qui restait de lui comme étant une personne. Mon instinct de guérisseur fit que je me précipitai à l'intérieur, peu importe si, à présent, mon statut d'ange séraphin était plus visible que durant toute la journée. Mes yeux n'étaient plus ceux d'un simple humain, mais bien ceux du séraphin que j'étais. Je captais son essence noire, mais je n'en pris pas compte et j'entrepris de le guérir.

*Qui est cet homme? Est-il déjà mort...? *

Il était entre la vie et la mort, je ne savais pas si je réussirais à le remettre sur pieds. Dans le cas contraire, j'aurais au moins essayé. Je donnai donc tout mon possible sous les yeux de Rosaly. Je ne savais trop ce qu'elle pensait de moi, mais je ne m'en inquiètais pas. Alors, le sang arrêta peu à peu de couler, les blessures se refermèrent, ne laissant que des cicatrices boursoufflées. Des cicatrices entre vives et fraiches. Cet homme, quoiqu'il était, devrait être au repos pendant encore longtemps avant de refaire ce qu'il avait fait pour avoir de telles blessures.

Je m'effondrai sur une chaise, satisfait de mon travail, malgré le fait que maintenant, j'étais éreinté et que je ne l'avais pas parfaitement guérit. C'était seulement qu'il était vraiment dans un état critique et que mes pouvoirs n'allaient pas à l'infini. Je plongeai la main dans le sac que je portais et croquai faiblement dans un légume. Celui-ci avait un curieux pouvoir de regénération, puisque je les avais trouvé près de l'étang en Adiryl, là oèu l'eau avait elle aussi des propriétées magiques de guérisson.

C'est alors qu'une autre femme entrait dans l'auberge. Je me tournai vers Rosaly, qui était la Maitresse de cette auberge.

-Tu ferais mieux de donner une chambre à cet homme, lui dis-je, déjà mieux. Il est encore très faible.

Cet homme, je le remarquai à présent, était encore réveillé et me regardait d'un regard que je ne pus vraiment définir. Je lui souris faiblement et me retournai vers mon hôtesse, attendant qu'elle prenne les choses en main, de toute façon, j'étais bien trop faible pour monter moi-même l'homme à une chambre, je me demandais comment elle y parviendrait, elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre d'une aubergiste et d'un chien plutot sympa ^^ [ Post Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Fermes-