''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Abrahel Loth-Däemon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Abrahel Loth-Däemon



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Nécomancien
Métier : Chercheur
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Démons

Âge : 36 ans

Messages : 12


MessageSujet: Abrahel Loth-Däemon   Mer 1 Déc 2010 - 20:59

* * *
Personnage


Nom : Loth-Däemon
Prénom : Abrahel


Âge : 36 ans
Sexe : Masculin
Race : Démon, anciennement humain
Classe : Nécromancien
Métier : « Chercheur » --> met au point de nouvelles maladies
Croyances : Dieu des songes
Groupe : Démons

Équipement :
- Longue toge sombre
- Sacoche contentant toutes sortes d'objets démoniaques, de matériaux alchimiques, de flacons, de fioles, de grimoire. La sacoche est ensorcelée : les objets qui y entrent sont miniaturisés, ce qui permet d'en transporter une grande quantité.
- Quelques écus
- Aucune arme

Talents de combat : Abrahel est un piètre combattant au corps-à-corps. Il est maigre, peu musclé, de faible constitution et son agilité est déplorable à souhait. Il possède cependant une certaine endurance et se fatigue très lentement, dosant avec précision ses efforts. Mais il ne faut pas croire que ce maigre avantage lui permette de tenir bien longtemps dans un duel rapproché.

Talents de magie : Compensant son manque d'habilité et de force physique, Abrahel est un maître nécromancien dont les talents sont peu égalables. Ses réserves d'énergie sont colossales et il peut maintenir sous son contrôle une véritable petite armée de morts-vivants. Sa maitrise des arts occultes fait souvent froid dans le dos et le démon ne cesse de s'améliorer.

Talents divers : D'une persévérance à toute épreuve, Abrahel ne laisse jamais, ô grand jamais, tomber. Même dans l'échec le plus total, il relève la tête et recommence. Même au comble du désespoir, il continue de se battre, de progresser qu'importe les conséquences.

Pouvoirs particuliers : A force de travailler aux côtés de la Mort et de la côtoyer au plus près, le démons est parvenu à développer une faculté rare : communiquer avec les âmes défuntes. Il ne peut ni les contrôler, ni les toucher, ni les ressusciter, mais seulement leurs parler. Mais ce pouvoir est a double tranchant, car la communication peut se faire dans les deux sens et bien souvent, l'esprit d'Abrahel est envahi par les voix des âmes défuntes. Elles le hantent et sa folie n'en est que plus grande.

Apparence physique : Le démon, d'apparence à priori humaine, semble frôler la trentaine. Grand, fin, élancé d'un bon mètre quatre-vingt-dix, Abrahel est un être sec, noueux et froid. Son corps, peu musclé, n'est pas attirant, loin de là, mais pas non plus repoussant. Étant adepte du Seigneur des Songes, le démon se soucie peu de son apparence, considérant l'enveloppe corporelle comme une prison pour un esprit d'une dimension infinie.

Ses bras longs et maigres sont terminés par cinq doigts tordus et griffus. Un poison paralysant à effet immédiat est inséré sous ses ongles noirs. Il s'agit là de son ultime moyen de défense au corps-à-corps. Lâche direz-vous ? Abrahel est lâche et il s'en complait. Son buste est enfoncé et pittoresque, ses tétons d'une noirceur ténébreuse. Sa peau est couverte de signes étranges et démoniaques, que seuls les plus instruits reconnaitront.

Chaque os surgit distinctement à travers son épiderme pâle. En effet, le démon est d'une maigreur cadavérique qui laisse voir son squelette avec précision. Son visage est sans doute ce qu'il y a de moins repoussant chez lui. Un nez fin et rectiligne, un bouche sèche qui ne s'ouvre que pour proférer des incantations, des pommettes prononcées, un crâne chauve et parfaitement lisse. Ses yeux, le plus troublant, sont des ténèbres les plus pures, les plus profondes. Nul iris, nulle pupille. Juste deux trous béants, gouffres de haine et de souffrance...

Caractère, personnalité : Abrahel est, disons, un démon quelque peu instable psychologiquement (comme la plupart des démons en somme). Il se parle souvent à lui-même, disant tout haut ce qu'il pense tout bas sans s'en rendre compte. A la limite de la schizophrénie, il garde tout de même une grande part de lucidité.

Le démon est néanmoins un être d'une intelligence et d'une sagesse prodigieuses, malgré les apparences. Il cultive son savoir et sa mémoire en permanence, ne supportant pas d'oublier un événement. Sa mémoire est d'ailleurs quasiment devenue absolue et rien ne lui échappe. Il peut résoudre les énigmes les plus complexes, répondre aux interrogations les plus tordues. Son intellect est certainement son plus grand atout, ne pouvant pas compter sur son physique désavantageux. Abrahel est un personnage émotif qui ne sait vraiment pas gérer ses affects. Il se laisse sans cesse emporter par la colère, la haine ou le désespoir et le fait bien ressentir. Gare à ceux qui se trouveraient dans son entourage lors de tels moments de folie. Sa persévérance est néanmoins inattaquable et inépuisable. Il ne lâche jamais le morceau, ne baisse jamais les bras dut-il en mourir.

Abrahel est un passionné de nécomancie. Il passe des journées entières sans voir la lumière du jour dans son laboratoire à expérimenter de nouveaux sortilèges sur des cadavres ou des cobayes vivants. Il excelle dans cet art et ses pouvoirs nécromans sont stupéfiants. Sa seconde passion est l'alchimie. Il ne met pas au point des remèdes, mais au contraire, des maladies, les pires qui soient. Il mêle à ses essais alchimiques un peu de magie noire pour les améliorer encore plus.

Le démon haït, au sens le plus sombre qui soit, l'humanité. Les hommes le dégoutent, plus encore que les anges. Ils le répugnent, sont sources de ses accès de folie et de colère. Il les trouve pitoyables, incapables et faibles. Abrahel tente de mettre au point une maladie si agressive qu'elle éradiquerait l'homme et ses pairs. Abrahel vit seul, très seul. Il n'entretient aucune relation. Ses seuls compagnons sont ses serviteurs morts-vivants qui l'assistent dans ses expériences (bien sûr, ils n'ont aucune volonté, ce ne sont que des pantins). Il ne vit plus qu'avec sa haine, sa solitude, sa tristesse et sa folie.


Histoire : Abrahel Loth-Däemon n'a pas toujours porté ce nom. Il n'a pas non plus toujours été un démon, ni eu cette sombre apparence. Abrahel portait le nom d'Eroy Brandbois et était heureux. Oui il était heureux, sans doute l'homme le plus heureux de Feleth. Mais commençons par le début. Eroy est né sur Feleth, dans les grandes plaines. Ses parents étaient d'humbles fermiers, cultivant la terre et élevant nombre de bêtes. L'enfance du petit Brandbois fut belle, tout simplement belle. Il aidait son père le jour et suivait les études avec sa mère le soir. Sa vitesse d'apprentissage et sa maturité étaient impressionnantes. Peu de jeunes avaient une telle intelligence. Le garçon devint jeune homme et le jeune homme devint bel homme. Bien bâti, costaud, intelligent, cultivé, persévérant, il se prit une belle femme, une femme parfaite pour lui. Il l'aimait plus que tout au monde, prêt à sacrifier sa propre vie pour elle. Ils priaient la Déesse de l'Equinoxe et lui demandaient de bonnes récoltes pour l'année. Mais le bonheur ne dure jamais éternellement et tout ce que le destin lui avait donné de fructueux, il le lui reprit au centuple.

Une peste monstrueuse ravagea tout le continent de Feleth. La pauvre jeune femme la contracta et des nombreux jours de calvaires furent vécus par le couple amoureux. La vie la quittait peu à peu, sa peau se décomposant en lambeaux et en pustules. Le jour fatidique arriva finalement, trop tôt... Eroy l'enterra, affligé par la perte de sa moitié. Il pleura, pleura tant. La ferme ne tournait plus et il ne dut sa survie qu'à l'aide de son père. En temps normal, les gens font leur deuil, même s'il doit être long. La blessure se referme, jamais totalement, mais la douleur disparait et on refait sa vie. Il n'en fut pas de même pour le pauvre Eroy. Sa plaie semblait ne pas vouloir s'arrêter de croitre et de s'agrandir. Plus les jours et les mois défilaient et plus l'homme souffrait de la perte de son épouse. Il ne put bientôt plus le supporter et partit loin, très loin de chez lui.

Il ne revint que deux ans plus tard, encore plus misérable qu'à son départ. Ses parents furent heureux de le retrouver, mais une ombre avait passé devant ses yeux, autrefois si brillants. Il avait ramené avec lui, dans une grande charrette, quantité d'ouvrages et de grimoires, volés pour la plupart. Il avait commis là son premier crime : le vol. Eroy nettoya la grange et en fit sa salle de travail. Ses parents étaient inquiets, mais le laissèrent tranquille de peur de perdre une nouvelle fois leur fils bien aimé. Le jeune homme, alors âgé de vingt-cinq ans, se mis à l'ouvrage : l'étude de la nécromancie !

Il avait en effet fomenté la folle idée de ramener sa bien-aimée à la vie. Il avait vu durant son errance, un nécromancien réanimer un cadavre et le faire bouger telle une marionnette. Eroy visait plus loin. Il étudia, étudia sans cesse, ne sortant de sa torpeur de fou que pour se nourrir ou dormir quelques heures par-ci, par-là. Il ne faisait plus attention à lui et maigri affreusement. Il ne priait plus la Déesse de l'Equinoxe, lui en voulant de l'avoir abandonné. Le jeune homme se rendit un soir dans le village voisin et en pilla les tombes. Ce fut là sont deuxième crime : le blasphème, le non respect des morts. Il ramena à la grange nombre de restes humains qu'il trilla avec soin. Sa première tentative de réanimation fut un franc succès et il se sentit envahir par un tel sentiment de pouvoir et d'allégresse qu'il oublia un instant, un instant seulement, le pourquoi de tout ce travail : sa femme. Mais ce bout de chairs et d'os raccommodés était imparfait. Il lui manquait la peau, certains muscles, les yeux, etc. Eroy travailla toujours plus, sans se décourager et s'exerçant de plus en plus sur de nouveaux cadavres.

Enfin, après dix ans, dix longues années d'étude et de calvaire, il y parvint. Il avait acquis suffisamment de connaissance et de pouvoir pour tenter de ramener sa moitié à la vie. Il se dirigea vers la tombe qu'il avait creusée de ses propres mains et déterra le corps pâle de son épouse. Elle était rongée et décomposée par le temps, mais cette vue ravit Eroy. L'incantation pouvait commencer. Des cris étouffés s'échappaient de la grange. Le jeune homme y pénétra avec le corps et jeta un regard dédaigneux sur les femmes qui se trouvaient allongées et attachées au sol, complétement nues et apeurées. Il les avait capturées, les unes après les autres, méthodiquement et discrètement. Le kidnapping et le viol furent son troisième crime. Il avait bien sûr profité de chacune d'elle avant la cérémonie. Elles étaient nécessaire au rituel. Enfin ce dernier pouvait commencer. Eroy déposa délicatement le corps décomposé sur une table et attacha à cette même table les six femmes prisonnières. Elles ne pouvaient bouger, étant immobilisées par un puissant sortilège. Rien n'est pire que cela : être conscient de ce qui vous arrive sans pouvoir agir. Les pauvres sanglotaient pitoyablement. L'heure était venue...

Eroy prit un gros et sombre grimoire, l'ouvrit à une page et commença le rituel en prononçant l'incantation exacte. Le cieux se déchirèrent, la terre trembla, les femmes glapirent.

« Par ce corps, ton corps, je te redonne une enveloppe charnelle. » dit-il en désignant le cadavre. Puis il s'empara d'une longue et lourde hache et trancha, l'une après l'autre, la tête de chacune des prisonnières. Le sang gicla tel un geyser des six cous ne possédant plus de tête. Il gicla longtemps et avec abondance. Le meurtre fut son quatrième et ultime crime.
« Par ce sang, je te redonne la vie ! »
Le corps inanimé sur la table bougea. Un geste, un muscle se tendant. Eroy exultait !
« Et par cette âme ! Mon âme ! Je te redonne la tienne !!! » Un éclair fendit le ciel et le calme revint.

Il avait réussi. Elle était là, comme autrefois, comme avant. Quelle émotion, quelle allégresse ! Eroy fut transporté de bonheur à la vue de celle qu'il aimait s'animer sous ses yeux ébahis. Il n'en revenait pas. Tant d'efforts, tant d'années sacrifiées pour elle. Il s'approcha d'elle chancelant. Il allait la toucher quand elle se dégagea. Il s'approcha à nouveau mais elle le repoussa.
« Qui êtes-vous ? » demanda-t-elle apeurée
« Qui ?! Mais... mais je suis ton mari, Eroy. Tu te souviens n'est-ce pas ?! »
Il avait dit cela avec une telle violence qu'elle en fut bouleversée.
« Mon mari est beau et bon. Vous n'êtes ni l'un, ni l'autre.»
En effet, Eroy avait considérablement changé. Il n'était plus que l'ombre de lui-même, un être froid, égoïste, imbu de lui-même. Même son apparence en avait été altérée par les relents de la magie noire. Elle osait le repousser ? Lui qui avait même jusqu'à sacrifier son âme ?! Il l'a pris par les poignets et la jeta au sol dans le sang encore chaud des pauvres femmes. La jeune fille poussa un cri. Eroy la déshabilla d'un geste et la viola avec une colère sans limite.
« Aime-moi ! Aime-moi ! Aime-moi !!! »
Il disait cela tout en l'étranglant et alors qu'il jouissait, la pauvre poussa son dernier soupir. Dix ans de gaspillé, dix ans de perdu. une âme de volée...

Suite à cet événement, Eroy bascula dans une semi-folie. Sans âme pour le guider, il devint profondément mauvais et erra telle une ombre. Il ne pouvait plus rééditer son exploit de ramener une âme dans le monde des vivants, n'en ayant plus à sacrifier. Il se mis à haïr l'humanité toute entière, la considérant comme ingrate. Il se rendit dans le Vein, lieu où il pourrait vivre avec sa haine en toute tranquillité. A force d'être en contact permanent avec les énergies sombres, l'homme n'avait plus rien d'humain. Il était devenu démon, sort qu'il préférait à son identité antérieure. Il se renomma Abrahel Loth-Däemon, nom qu'il vola à un démon qu'il avait tué. Eroy Brandbois était mort quand il avait sacrifié son âme. L'humain disparut dans les limbes à cet instant précis pour ne laisser place plus qu'au démon. Abrahel rallia la cause d'Arphoss Dassyldroth, car souhaitant faire le plus de mal possible à l'humanité. Il ne jure que par la haine, une profonde haine qu'il aime et qu'il accueille comme sa nouvelle compagne, sa nouvelle moitié.


En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? 3-5 fois par semaine je pense

Comment avez-vous découvert le forum ? Grâce à un top-site

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Bon back-ground, peu commun ^^ Joli design, sombre, tout comme j'aime



Test-RP




La nuit tombait sur Feleth. Les ténèbres étendaient leur voile maléfique sur les terres du milieu et les ombres s'allongeaient pour aller toucher l'infini. Les poules rentraient au poulailler, les habitants rentraient dans les habitations. Tout était réglé, minuté, ordonné. Travailler le jour, dormir la nuit. Le repos. Abrahel, lui, ne connaissait pas le repos. Enfin...ne le connaissait plus. Son esprit d'ombre et de haine était tourmenté par la tristesse, par la colère, par la passion. Il vivait, il mourait...à petit feu... Les âmes des morts le hantaient, tournaient, dansaient autour de lui. Elles le traversaient de part en part, se fondant en son être, intégrant son corps. Abrahel n'était plus qu'une plaie ouverte qui déversait des torrents de sang noir.

Enfin, le démon atteignit sa destination : les Ruines d'Ascelnoth ! Sombre lieu, ancien, très ancien. Des énergies mystérieuse planent dans cet endroit, dans ces murs effondrés. Les âmes en peine y sont nombreuses. Abrahel y déambula quelques instants, tel une coquille vide, ne sachant où aller, ne sachant où se rendre. Mais le démon connaissait déjà parfaitement ces ruines pour y être venus plusieurs fois pour ses anciennes expériences. Une nouvelle allait être entreprise ce soir-là. Abrahel se rendit à ce qui semblait être le centre de l'antique cité. Un nombre impressionnant de croix s'y dressait. Un cimetière... Froid, lugubre, triste. Mille hommes devaient reposer dans les catacombes de la cité détruite il y a des siècles. Une guerre violente et sans précédent y avait eu lieu. Les cadavres des anciens défenseurs en étaient les dernières traces.

Abrahel commença le rituel. Il concentra en lui tout son pouvoir et s'assit dans un cercle d'une forme complexe, garni de symboles mystérieux et ténébreux, le tout tracé avec du sang humain. Les morts sont gourmands... A croupi au centre du cercle de pouvoir, Abrahel ferma les yeux et commença la cérémonie de réincarnation. Des mots oubliés sortirent de sa gorge, des mots d'une puissance extraordinaire, des mots amplifiés par les millier d'âmes présentes. En temps normal, le démon ne mettait que quelques secondes pour animer un cadavre simple. Il avait dans l'idée une toute nouvelle expérience, qui lui coûterait beaucoup plus de temps et d'énergie. Le rituel continua. Certaines de ses marques corporelles s'illuminèrent d'une sombre et froide lueur...

Au même instant, un paladin, appartenant au clan des Rebelles et opposé à la dictature du tyran, se promenait également dans les ruines. Il était là en pèlerinage, pour rendre hommage aux nombreux morts et se recueillir. Alors que le noble priait au pied d'une tombe, il entendit des mots. Ces mêmes mots de magie noir. Il ne connaissait pas la signification des cette incantation, mais sa nature en était certaine : démoniaque. Une fureur divine inspira le guerrier de lumière. Un être ténébreux osait corrompre ce lieu de pénitence et de respect. Son devoir était d'y mettre fin !

Abrahel y était presque ! Voilà trente bonnes minutes que le rituel avait commencer. Ses forces déclinaient, mais sa réserve de magie était colossale ! Il y arriverait, coûte que coûte ! Mais un petit imprévu s'interposa... Le paladin arriva en trombe. Quelle ne fut pas sa stupeur devant l'ampleur de la cérémonie. Son regard se posa sur Abrahel et un moue de dégoût se dessina sur son visage. Voilà l'homme à abattre. Le guerrier à l'esprit noble se trouvait à cent bons mètre du nécromancien. Il se jeta à l'assaut ! Le démon n'allait pas tout laisser tombé pour un si petit contre temps. Il fallait répliquer sans briser le sortilège. Abrahel tendit le bras sans se déconcentrer et fit une rapide série de signes. Une vague de magie noire pénétra le sol mort des ruines. Le paladin était toujours dans sa course, mais trébucha lourdement sur quelque chose. Il tenta de se relever, mais sa cheville était bloquée. Une main squelettique, sans tissu, sans muscle et sans tendon sortait du sol putréfié et l'agrippait fermement...

Le paladin hurlait de colère. Il fit tournoyer sa large épée et sa cheville fut à nouveau libre. Abrahel ne l'entendait pas de cette oreille. L'homme ne put faire un pas de plus qu'une dizaine de nouvelles mains sortirent de la terre tels des diables en boîte et bloquèrent ses mouvements. Sa main portant l'épée était également immobilisée et à peine le guerrier tentait de se dégager que l'éteinte mortelle se resserrait. Le rituel pouvait continuer. Mais le paladin, ivre de haine et semblant être inspiré par la Lumière elle-même, fit appel à ses pouvoirs. Son corps sembla flamboyer littéralement. Les os des mains semblaient ployer sous la chaleur et les jointures se disloquèrent les unes après les autres. Les derniers liens furent anéantis par une puissante explosion de lumière émanant du paladin. Il était à nouveau libre...

L'homme n'était plus très loin. Il fallait se dépêcher ! Terminer le rituel. Abrahel ne laissait jamais tombé, c'était son credo. Le noble n'était plus qu'à vingt mètres. Impossible de le ressaisir, son énergie pure empêchait les mains de l'agripper. Plus que dix mètres. Des morts se levèrent à l'ordre du démon. Faible rempart devant le fanatique enragé. Cinq mètres, presque à bout d'épée. Rien ne semblait pouvoir l'arrêter. Abrahel était mort si l'homme l'atteignait. Mais...ce dernier avait été trop lent... Il leva sa lourde épée prêt à l'abattre sur le crâne nu du démon. La lame rencontra autre chose, bien autre chose...

Il y était arrivé. Le rituel avait pu être terminé et était un franc succès. Abrahel avait comblé sa faiblesse, le corps-à-corps. Il était devenu armure et arme. En effet, le démon avait invoqué de nombreux cadavres, les avait disloqué, disséqué et rassembler, le tout sous terre. Mais il ne les avait pas rassembler de n'importe quelle façon. Il avait confectionné un chef-d'oeuvre. Un être d'une perfection sans précédent : un mort-vivant gigantesque, composé d'une dizaine de cadavres. Et comble du comble : ce super-guerrier venait directement se greffer sur le corps d'Abrahel pour le protéger. La lame du paladin venait de s'abattre sur une montagne d'os et de chaires putréfiées. Un géant de trois mètre cinquante de haut le dominait, une lame osseuse acérée dans la main.

Le guerrier ne fit pas long face à ce monstre. Il avait déjà vidé toute son énergie avec sa « fureur divine » et n'était plus en état de combattre sérieusement. Deux minutes furent nécessaire pour le transpercer d'un trou béant dans le ventre. Une gerbe de sang vermeil tacha la terre. Abrahel exultait. Mais le paladin n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Il avait perturbé le démon durant une cérémonie importante. Il allait le payer. Le monstre mort-vivant se désagrégea et le vrai corps d'Abrahel apparu à la vue, déjà trouble, de l'homme fanatique. La vie s'échappait de sa plaie et son âme n'allait pas tarder à disparaître. Le démon se pencha sur le pauvre corps meurtri et murmura à son oreille.


« Quand tu seras mort...ne crois pas que tu pourras te reposer pour l'éternité. Je ramènerai ton corps dans ce monde et ta pauvre âme n'aura le choix que de contempler les massacres que je te ferais faire aux tiens... Et alors tu me hanteras, comme toutes ces âmes qui tournent, et qui tournent autour de moi, dans mon esprit. Elles me parlent, me supplient, me torturent... Ah quelle douceur, quelle douleur ! d'entendre ces pleures, d'entendre ces plaintes. Et bientôt les tiennent se joindront à elles : la symphonie des esprits, l'éternel concert des morts ! »

Le yeux du paladin exprimèrent une peur, une peur profonde, une peur sans nom, mais très vite, ces yeux s'éteignirent. La Mort l'avait emporté...

* * *


Dernière édition par Abrahel Loth-Däemon le Dim 5 Déc 2010 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ShuiLong Zhang



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Combattant de l'Eau Noire
Métier :
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires (Déserteuse)

Âge : 52 ans

Messages : 170


MessageSujet: Re: Abrahel Loth-Däemon   Sam 4 Déc 2010 - 21:34

Bienvenue Abrahel !

Tout d'abord permets-moi de t'adresser mes félicitations. Ta fiche est un réel plaisir à lire. J'ai a-do-ré.
Grammaire parfaite, personnage complexe et original, histoire prenante et bien écrite, style fluide et accrochant : tout y est !

Normalement je ne pense pas qu'un humain puisse devenir démon, même à la suite d'un rituel. Ceci dit, vu ton histoire en béton je suis prête à faire une exception.
Par contre, je vais devoir te demander de faire le test RP. Je peux pas outrepasser trop de règles non plus ^^'
Ne te sens pas nécessairement obligé d'écrire quelque chose d'aussi développé que ton histoire, vu le reste de ta fiche. Mais tu peux prendre ton temps pour le faire aussi, cela ne me pose pas de problèmes.

Bon courage, en espérant pouvoir lire ton test bien vite \o/
Réservé à Oncle Shu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abrahel Loth-Däemon



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Nécomancien
Métier : Chercheur
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Démons

Âge : 36 ans

Messages : 12


MessageSujet: Re: Abrahel Loth-Däemon   Sam 4 Déc 2010 - 22:02

Merci infiniment pour ces compliments ^^ ils font chaud au coeur.

En ce qui concerne le test rp, il n'y a aucun problème Wink
Pour dire la vérité, j'ai passé tellement de temps sur ma fiche que je n'avais plus la motivation d'écrire le test ^^

Mais maintenant, l'envie est largement revenue et je le ferai sous peu.

Bonne soirée Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abrahel Loth-Däemon



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Nécomancien
Métier : Chercheur
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Démons

Âge : 36 ans

Messages : 12


MessageSujet: Re: Abrahel Loth-Däemon   Dim 5 Déc 2010 - 16:13

Désolé pour le double post ^^

Je viens de terminer mon test rp. Merci d'avance pour votre lecture Wink

Bonne soirée Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ShuiLong Zhang



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Combattant de l'Eau Noire
Métier :
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires (Déserteuse)

Âge : 52 ans

Messages : 170


MessageSujet: Re: Abrahel Loth-Däemon   Dim 5 Déc 2010 - 17:00

Magnifique test RP *_*
Bravoooooo ! Réservé à Oncle Shu

Comme tu as déjà posté ta fiche depuis un moment et que personne d'autre n'est venu te lire, je te permets de commencer le RP.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Abrahel Loth-Däemon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Abrahel Loth-Däemon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-