''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Masques, glaces et violon [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

Le Violoniste
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyLun 28 Juin 2010 - 10:13

Aujourd'hui, jour de marché, jour de marché dans tout Madorass. Autant vous dire que Le Violoniste avait préparé l'occasion, même si ça arrivait toutes les semaines, cette fois c'était différent, cette fois il avait décidé d'y vendre, et d'y vendre exclusivement des objets sculptés de ses mains. Ça avait pris plusieurs jours. Le temps de négocier l'achat du bois, dans la cabane délabrée un vieux bucheron alcoolique du nom de Burolm, le temps de réfléchir à chaque objet qu'il aurait pu vendre, et enfin le temps de les faire.
Mais, au final, le démon était plutôt content du résultat. Il n'avait pas que des instruments de musique cette fois, mais un peu de tout. Certes, les instrument représentaient toujours une grande partie de ce qu'il pouvait offrir, mais il disposait également de toutes sortes de choses. Aussi, dorénavant, sa phrase n'était plus "Pour ceux qui aiment les notes et le son, approchez, achetez chez Madaron", non, elle était bien plus élaborée : "De tout, de bonne qualité, tout c'est chez moi, Madaré". Oui, le nom fictif qu'il s'était donné n'avait pas beaucoup changé, il n'avait pas trouvé le courage d'en prendre un plus élaboré.

C'était donc le matin, une fraiche matinée de printemps, la brume venait de laisser place à un soleil plus ou moins discret, caché par quelques nuages. Le Violoniste, debout dans une charrette remplie de choses en tout genre, tourné vers une avenue remplie de gens et d'étalages en tout genre, souriait, les bras croisés. Comme d'habitude, en réalité, ce qu'il espérait, ce n'était pas de vendre quoi que ce soit. Il s'en fichait, il s'en moquait de tout son être, rien à faire de vendre des trucs, rien à faire de récolter des pièces. Ce qu'il voulait, c'est rencontrer quelqu'un qui pourrait l'intéresser, qui pourrait attirer son attention.
Le démon respira à plein poumons, il aimait l'air frais du matin, prometteur d'une journée remplie de bonnes choses. Surtout lorsque cet air était également parfumé de toutes sortes d'aliments, de volailles grillées, de porcs, de pain, cela ne manquait pas dans un marché, surtout dans le marché de la cité royale, le plus grand de Feleth. Mais le Violoniste n'avait pas que ça à faire non plus, de prendre des bouffées d'odeurs, il devait faire ce pourquoi il était là.

- DE TOUT, DE BONNE QUALITÉ, TOUT C'EST CHEZ MOI, MADARÉ !

Criait-il, mais personne ne semblait l'écouter, en même temps, tout les autres commerçant faisaient pareil. Il essaya donc d'interpeler les personnes directement, peut-être que cela marcherait un peu, mieux, pour ça, il fallait directement remarquer les gens pas trop banaux. Hélas, comme souvent, il n'y avait un peu que du banal dans les rues. Il parla donc à la première venue, la désignant du doigt :

- Vous madame, oui vous ! Vous désirez quelque chose ? Quoi que ce soit ? J'ai de tout !

Elle sembla un peu déboussolée, pourtant c'était naturel de procéder ainsi, le démon n'osait même pas imaginer si il avait prononcé son nom au lieu de l'appeler "madame" elle serait peut-être tombée dans les pommes ou elle se serait enfuie en courant.

- Moi ? Et bien... Je ne sais pas trop... Qu'avez vous à me proposer ?

- De tout ! Tout sur tout madame ! A bas prix et de bonne qualité !

Elle sembla hésiter quelques instants et fini par refuser. Quoi ? Il n'inspirait pas confiance ? Depuis quand ? La journée commençait mal. Le Violoniste continua de regarder la rue, en quête d'une âme étrange, d'un homme, d'un type qui sort du lot. Espérant que ça viendrait, bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nagate Zetsubō



________________

Nagate Zetsubō
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleur
Métier : Ecrivain fou
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 319 ans

Messages : 39

Fiche de Personnage : S'imprégner de la folie.


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyLun 28 Juin 2010 - 21:32

Madorass, cité royale. Mais que faisait-il là ? Nagate restait immobile au milieu de cette masse grouillante qu'était la foule. Il se demandait par quel maudit hasard il se trouvait à présent ici.
Tout se mélangeait. Des eflluves d'odeurs de nourritures variées, de bois, de peinture stagnaient dans l'air.
Maussade, il regarda quelques passants, contents de se trouver au milieu de ces ruelles où le commerce battait son plein, dépensant quelques pièces d'or pour différents produits : pain, poissons, tissus de belle qualité.
Mais cela le fit soupirer.

*Rien de bien intéréssant. Juste peut-être les gens, tout juste bons à satisfaire mon envie de tuer.*

Mais pour une fois, il avait envie de faire quelque chose de commun, comme les autres.
Fouillant dans ses poches, il trouva un peu de monnaie prête à être dépensée. Il s'avança vers l'étalage le plus proche. Une véritable dispersion de couleurs, d'objet en tout genres. Dieu que ça pouvait faire mal aux yeux ces choses là !
Il s'en éloigna et s'approcha d'un magasin ouvert à même le mur de la ruelle. Un bar avec un comptoir ouvert sur la rue. Drôle d'idée.
Mais bon, c'est ici que Nagate décida d'aller dépenser ses quelques pièces.

- Quelque chose de fort s'il vous plaît ! tonna t'il.

- Pas de problème ! lui répondit en souriant le barman, occupé à ranger des verres propres et luisants de propreté.

Il versa alors un liquide ambré dans un verre. Nagate observa. Qu'est-ce que la vie en société pouvait l'étonner !
Il porta le verre à ses lèvres et fit couler avec douceur ce qu'il contenait. Ca avait quelque chose de délicieux. Un arôme de cerise et de prune mêlé à quelque chose de plus fort, de plus vieilli. Cela piqua quand même à la gorge de l'Ensorceleur.

Mais un visage dans la foule lui donnait une impression de déjà vu. Quelqu'un qu'il semblait reconnaître mais sur qui il n'arrivait à mettre un nom.
Il vida son verre et déposa quelques pièces sur le comptoir dans un tintement.
Il s'avança alors vers l'étal, où le marchant criait, les mains en porte-voix : "TOUT, DE BONNE QUALITÉ, TOUT C'EST CHEZ MOI, MADARÉ !"
Mais il ne semblait pas être un marchand ordinaire. Il lui rapellait quelqu'un.

Nagate, passa près de lui, observant son étalage. Tout semblait étrange, mais bon, il n'avait pas les mêmes notions que les gens habitués aux jours de marché. Pour lui, tout semblait nouveau. Il tenta alors de trouver à qui appartenait le visage du vendeur.
Il regarda un peu les différents objets puis dit, hésitant :

- C'est... Ce... C'est vous qui faites tout ça ?

Il avait hésité. Sa langue avait fourché. Cela ne lui plaisait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

Le Violoniste
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyMer 30 Juin 2010 - 11:47

Des yeux, le Violoniste suivait une dernière fois la femme. Elle s'était arrêté à un étalage non loin de là. Pourquoi n'avait-elle pas eu confiance en lui ? Saisissant un petit miroir, le démon se retourna, dos à la rue et se pencha pour regarder son reflet. Il se recoiffa en agitant ses doigts dans ses cheveux. S'observa quelques instants et essaya un sourire enjôleur à lui même.

*Salut ! Beau gosse !*

C'est à ce moment là qu'il se rendit compte qu'il avait un morceau de salade coincé entre les dents. Il poussa un juron discret et essaya de se l'enlever à l'aide de l'ongle de son index. Soudain, alors qu'il était en train de finir ce travail, il entendit une voix derrière lui.

- C'est... Ce... C'est vous qui faites tout ça ?

Le Violoniste fit rapidement volte face alors qu'il avalait le morceau vert, et, ralentit par le fait qu'il doive déglutir, il répondit précipitamment :

- Ou... Hum... Oui, c'est bien moi, monsieur.

C'est à ce moment là que le démon se rendit compte de l'individu qu'il avait face à lui. Nagate Zetsubō, un être né du Vein, il y a quelques centaines d'années de ça, une âme écrivaine fort intéressante. Aussitôt, le Violoniste reprit son sourire malin, il demanda :

- Vous désirez quelque chose ? Une flûte ? Un bouclier ? Tout est de très bonne qualité.

Disait-il en présentant les objets. Puis, voulant faire une petite démonstration, il pris la flûte en question de ses deux mains et souffla dedans, enchaînant rapidement quelques notes étranges et aigües, en positionnant énergiquement ses doigts dans les trous. Un autre passant qui était là semblait aussi s'intéresser aux objets de bois du Violoniste, c'était un vieil homme, sans doute un collectionneur ou un antiquaire. Non, juste un curieux en réalité. Ce vieillard, sans doute inconscient du danger qui le guettait, vint se mettre juste à côté de Nagate, et posa une question à son tour, en levant des petits yeux vers le "marchand".

- Vous êtes musicien ? C'est rare les vendeurs qui ont des talents d'artistes.

Cela fit sourire l'intéressé. Retirant la flûte de ses lèvres et la replaçant à sa place, il regarda brièvement le démon écrivain et répondit au vieux monsieur :

- J'ai toutes sortes de qualités voyons, il ne faut pas me sous-estimer.

- Je n'en avais pas l'intention.

Fit le vieil homme en se grattant le menton sur lequel apparaissait une fine barbe blanche. La situation était assez intéressante. Le Violoniste s'en réjouissait, l'intervention de Nagate était inattendue, et celle de ce vieux imprudent également, reste à savoir comment la situation allait évoluer. Et cela faisait plaisir au premier être de monde du dessous, car il n'en avait pas la moindre idée, pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Setsuna Hendenmark

Fondatrice | Meneuse de la rébellion

________________

Setsuna Hendenmark
________________


Race : Humaine
Classe : Maître Lames
Métier : Chef de la rébellion
Croyances : Dieu du Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 20 ans

Messages : 392


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyMer 30 Juin 2010 - 14:15

- Je m'y rend et c'est tout!

-Mais, les gardes sont...

-JE SAIS! Arrête, tu sais aussi bien que moi que se sont des incapables, ils ne m'arrêteront pas!

La jeune femme aux long cheveux noir s'avança, regarda le jeune homme en face d'elle, il semblait inquiet... Setsuna lui adressa un sourire doux avant de tourner les talons et de mettre une capuche qui dissimuler sont visage. Devant la porte, la jeune femme se retourna

-Tout ira bien, ne t'inquiète pas... Fit-elle avec un beau sourire avant de quitter la salle.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le soleil était déjà haut dans le ciel, il devait seulement être dix heure du matin, mais il faisait déjà beau... La jeune femme marchait tranquillement dans les rues de Madorass, prenant garde aux soldats du roi... Il ne faut pas oublier qu'elle était accuser de meurtre et qu'elle s'était échapper de prison...

En se jour de marché, Setsuna prenait le temps de regarder tout ce qui était exposer, bien sur de la nourriture, des épices, mais aussi des babioles des armes et autres objet du genre... Un son attira la jeune femme... Un son... Non... un mélodie plutôt... Un mélodie jouer a la flûte... Elle s'arrêta... Regarda autour d'elle... Elle ne savait pas trop d'où il venait mais... Elle était comme attiré par ce son... Elle se laissa aller et se retrouva devant un stand... Ou il y avait déjà deux homme et le vendeur surement... Setsuna resta un peu en arrière, puis elle regarda les articles disposé ici et là... Elle s'approcha quand elle vit quelque chose de jolie... Elle le regarda, puis hésita avant de le prendre en main, elle examina l'objet sous toute les couture, sans même prêter attention aux trois hommes... Qui peut-être devait se demander qui était cette personne donc le visage n'était point visible... Au bout d'un moment, le chef des rebelle sentit des regards posé sur elle... Gêner, elle posa l'objet et regarda les autres sans dire un mot... Et faisant comme si de rien n'était...

_________________


[ Parce que je suis un monstre ?.. Ne regarde pas que les apparences et les actes, sache avant tout qui je suis seulement après juge-moi. ]

Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu110 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu210 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu310
Masques, glaces et violon [LIBRE] Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nagate Zetsubō



________________

Nagate Zetsubō
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleur
Métier : Ecrivain fou
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 319 ans

Messages : 39

Fiche de Personnage : S'imprégner de la folie.


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyMer 30 Juin 2010 - 21:14

L'inconnu, qui juste alors était de dos, vaquant à une quelconque occupation se retourna alors, dévoilant un visage fin. Un visage ne semblant pas inconnu. Nagate fit plusieurs efforts pour se concentrer sur sa mémoire, effacée.

- Ou... Hum... Oui, c'est bien moi, monsieur.

Lui aussi hésita quelque peu. Un signe ? Ou est-ce simplement qu'il avait été surpris par la visite si pressante de l'Ensorceleur devant son étalage regorgeant d'objets plus ou moins utiles et attirants. L'autre sembla alors lire dans ses pensées :

- Vous désirez quelque chose ? Une flûte ? Un bouclier ? Tout est de très bonne qualité.

Sans même attendre de réponse, il attrapa vivement une flûte, et la porta à sa bouche. Nagate n'avait jamais eu un goût particulier pour la musique mais celle-ci semblait différente. Plus intéréssante, on aurait presque l'envie d'écrire quelque chose dessus, de mettre des mots sur les rapides arpèges de ce musicien.
Il fût alors tiré de ses rêveries par l'arrivée d'un homme, pour être plus précis, un vieillard. Il se posta juste ici, aux côté de Nagate. Ce dernier eût un mouvement de recul. Il porta la main dans sa poche avec vigueur mais se ravisa et essaya de se calmer. Il avait quelque chose à élucider. Des question à poser à ce musicien.

- Vous êtes musicien ? C'est rare les vendeurs qui ont des talents d'artistes. dit le vieil homme, un soupçon d'étonnement et d'admiration dans la voix.

*Une phrase qui ne servait à rien. Chaque chose se distingue d'une autre. Pourquoi comparer ce vendeur à un autre ?*

En son fort intérieur, Nagate fulmina contre ce vieillard qui venait de faire un apparition fort inutile. L'envie bouillonnait en lui de lui faire comprendre, comprendre que chaque phrase pouvait se retourner contre lui. Sur lui.
Mais il se retint et se concentra sur la réponse du "marchand".

- J'ai toutes sortes de qualités voyons, il ne faut pas me sous-estimer.

Nagate sourit. Cet homme lui était semblable en un point mais il ne savait pas lequel. En tout cas, ce n'était pas au niveau de la sociabilité.

- Je n'en avais pas l'intention.

L'écrivain préféra ignorer la réponse du vieil homme et se concentra sur une autre personne qui portait une attention particulière à cet étal.
Un autre pertubateur. Il se corrigea. "Perturbatrice", la personne était une femme. Elle ne semblait pas à ses aises.
Nagate reporta son regard sur le musicien. Il avait repris une certaine assurance. Au moment où il voulut poser une question, le vieillard à la barbichette lui coupa la parole.

- Vous me...

- C'est du très beau travail que vous avez fait là ! Raffiné, de très bonne qualité en effet !

Nagate s'avança vers le vieillard, qui venait de lui couper la parole et lui sussura à l'oreille.

- Ne vous a-t'on pas appris la politesse ?

Il se retourna vers le marchand, détendu. Et il finit par dire :

- Je disais, vous me rapellez quelqu'un, vous ai-je déjà rencontré quelque part ?

L'autre le prendrait surement pour un fou, mais une envie de savoir l'avait poussé à dire ceci.
Il reporta son regard vers la jeune femme, qui observait la scène sans rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

Le Violoniste
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptySam 3 Juil 2010 - 8:55

Le Violoniste fixait ses clients, sa sombre pupille emplie d'une curiosité joyeuse. En ce jour, en cette matinée, ce moment, instant, peut être que le banal mourra enfin, laissant passer quelque chose, au delà de sa perpétuelle redondance. Il fallait le saisir, l'attraper pour qu'il reste à jamais dans les souvenirs. Pouvoir regarder derrière, rire en ré-éprouvant les sensations floues qui ne furent dévorées par l'oubli, alors que, le banal continuera à le ronger de l'intérieur et... Oh ? Tiens ? Quelqu'un d'autre venait, Setsuna Hendenmark, dans son habit habituel qui habituellement trompait les habitants. Elle s'approcha de l'étalage du démon, saisit quelques objets et les regarda, Le Violoniste hésitait à hurler : "AU SECOURS ! AU VOLEUR ! ATTRAPEZ CETTE PERSONNE ! GARDES !" en désignant la jeune femme du doigt. Juste pour mettre la chef des rebelles dans l'embarra, mais, après intense réflexion, il ne le fit pas, c'était pas assez drôle. Même si... Au fond, le fait que la rébellion succombe à cause d'un pauvre commerçant stupide, était une idée assez amusante. Le démon tourna à nouveau ses yeux vers Nagate, il s'apprêtait à dire quelque chose, mais se fit interrompre par le vieux.

- C'est du très beau travail que vous avez fait là ! Raffiné, de très bonne qualité en effet !

Sourire malicieux venant de la bouche du Violoniste. Ça y est, l'écrivain commençait à perdre patience, ça allait sans doute être drôle, ça lui rappelait la fois où Sill s'était fait abordé par un petit enfant. Quel plaisir de voir sa ridicule glotte réduite en bouillie ce jour là, son visage de gosse plein de sang, la terreur dans ses yeux. Quelle jouissance. Même si ça faisait des siècles que ce jour était passé, il s'en léchait encore les babines. Les tueurs étaient ses bouffons.

- Ne vous a-t'on pas appris la politesse ?

En réalité, c'est vrai qu'on ne lui avait pas appris. Mère morte en criant alors qu'elle accouchait de son septième frère, à l'age de 2 ans, il fut élevé par un père absent, toujours au champs, et par une pléiade de frères voraces, qui lui apprirent tout sauf comment se comporter correctement.

- Je disais, vous me rapellez quelqu'un, vous ai-je déjà rencontré quelque part ?

Le Violoniste fronça les sourcils, comme s'il se posait des questions. Se gratta le menton, fit tourner ses lèvres en un sourire inversé et plissa les yeux. Comme si sa réflexion était à son point culminant, au sommet de ses capacités, le faisant plutôt passer pour un attardé mental que pour un intellect. Le petit vieux, lui, s'effaçait peu à peu, le rappel à l'ordre de Nagate semblait avoir fonctionné, décevant.

- Hm... Moi, il ne me semble pas vous avoir déjà vu. Mais, vous savez, en tant que commerçant, je vois des milliers de visages tous les jours, ma mémoire me fait souvent défaut. Je joue dans un orchestre de musiciens amateurs qui font le tour du Royaume en été. Peut-être m'avez vous vu alors que j'étais muni de mon violon, vous ne pensez pas ?

Pendant ce temps, le vieillard regardait avec intérêt une sculpture de crapaud, en bois, évidemment. Il l'avait pris entre ses mains et l'examinait depuis un petit moment. Un peu trop intrigué, il fini par demander d'une petite voix :

- Euh... Combien coûte cet objet ?

- Deux pièces d'or.

Répondit le Violoniste du tac au tac, juste parce qu'il aimait bien le chiffre "deux". En réalité, il n'avait pas fixé de prix, et il s'en fichait. Cela sembla redonner suffisamment de courage à la vieille personne pour qu'il reprenne un peu plus fort.

- Oh ! C'est vrai que c'est vraiment pas cher ! Je vais le prendre.

- Bien. Et vous deux ? Vous désirez quelque chose ? Allez-y, piochez, il y a de tout.

Demanda le Violoniste en s'adressant à Nagate et à Setsuna, espérant encore et toujours que quelque chose se passerait. A peine le démon avait-il fini d'espérer qu'il vit une tâche blanche dans la foule. Une Cape Blanche, un sbire de Kaull Hendenmark était là, juste là. Il sourit, retourna son attention sur la chef des rebelles et lui tendit la flûte pour capter son attention.

- Allez-y, soufflez dedans, vous verrez, c'est bien.

Au même moment, il se retourna en direction de la Cape Blanche et la désigna du doigt.

- Et vous monsieur ? J'ai de tout à vendre à bas prix, ça vous intéresse ?

Intriguée, la Cape Blanche s'approcha du stand et vint se placer à quelques mètres de Setsuna, seul le vieux et Nagate les séparaient.
Le Violoniste sourit.


Dernière édition par Le Violoniste le Lun 5 Juil 2010 - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Setsuna Hendenmark

Fondatrice | Meneuse de la rébellion

________________

Setsuna Hendenmark
________________


Race : Humaine
Classe : Maître Lames
Métier : Chef de la rébellion
Croyances : Dieu du Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 20 ans

Messages : 392


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyLun 5 Juil 2010 - 0:59

- Bien. Et vous deux ? Vous désirez quelque chose ?
Allez-y, piochez, il y a de tout.


Setsuna ne faisait que regarde, cherche quelqu'un pour entrer dans sa rébellion... Le marché était de loin le meilleur endroit pour cela... Setsuna regardait toujours les différent objet sur l'étalage, puis le vendeur lui tendis une flûte... La jeune femme n'avait aucun talent musical et il voulait qu'elle souffle dedans... Et puis quoi encore?... Qu'elle chante tête découverte devant le château ?... Bon Setsuna pris la flûte mais elle n'allait pas souffler dedans, non merci, elle ne voulait pas se faire remarquer, mais pas du tout... Puis quelques secondes après... Une cape blanche...

¤ Suuuuper, il manquait plus que cela... ¤

Setsuna avait bien son visage cacher, personne ne pouvait le voir, personne ne pouvait savoir si c'était une fille ou un garçon... Rien ne pouvait être vu...La cape blanche était comme même a quelques mètres de la jeune rebelle... Et il valait mieux.. De toute façon, qui prêterait attention a quelqu'un recouvert d'une cape aussi sombre que les profondeur du Vein?... Personne surement... A moins que vêtue de cette manière Setsuna avait l'air louche?... Elle continua d'observer... Ou plutôt faire genre d'observer la flûte en attendant tranquillement que le chien de Kaull aille faire mumuse ailleurs... Puis elle regarda rapidement autour d'elle... La cape blanche semblait lui prêtait aucun attention... Un faible soupire de soulagement s'échappa d'entre les lèvres de la jeune femme...

_________________


[ Parce que je suis un monstre ?.. Ne regarde pas que les apparences et les actes, sache avant tout qui je suis seulement après juge-moi. ]

Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu110 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu210 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu310
Masques, glaces et violon [LIBRE] Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nagate Zetsubō



________________

Nagate Zetsubō
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleur
Métier : Ecrivain fou
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 319 ans

Messages : 39

Fiche de Personnage : S'imprégner de la folie.


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyMer 11 Aoû 2010 - 21:19

- Hm... Moi, il ne me semble pas vous avoir déjà vu. Mais, vous savez, en tant que commerçant, je vois des milliers de visages tous les jours, ma mémoire me fait souvent défaut. Je joue dans un orchestre de musiciens amateurs qui font le tour du Royaume en été. Peut-être m'avez vous vu alors que j'étais muni de mon violon, vous ne pensez pas ?

*Un musicien amateur faisant le tour du Royaume ? Non, il y a plus que cela. Quelque chose de plus fort, de plus intrigant émane de ce commerçant.*

Le "vieux malpoli" portait pendant ce temps une attention particulière à une des sculptures de bois. Un crapaud semblait-il. Rien de bien inspirant. Le bois était si finement sculpté qu'il était sûrement impossible de graver quelque chose dessus. Pour ce qui était du corps du vieillard une fois mort par contre, il se pourrait que...
Mais il fût tiré de ses rêveries et autres envies de meurtre par une question, énoncée timidement :

- Euh... Combien coûte cet objet ?

- Deux pièces d'or. répondit promptement l'artiste.

*Oui, un artiste. Une personne qui sait laisser libre cours à son imagination sachant aussi bien sculpter que jouer, ou bien même attirer quelques personnes pour vendre ses oeuvres au milieu d'une place bondée.*

- Oh ! C'est vrai que c'est vraiment pas cher ! Je vais le prendre.

Parfait, une occasion parfaite d'empêcher cet embetteur d'obtenir ce qu'il souhaite. Le sol était certes foulé par des milliers de personnes mais Nagate ressentait une profonde envie de répandre un liquide pourpre sur cette place. En même temps rien ne l'en empêchait. Mais cela finirait sans doute par lui retomber dessus. Des gardes étaient sans doute dans les environs, c'est pourquoi il hésita à commettre ce crime.

Le marchand adressa alors la parole à la jeune fille et à Nagate, en bon commerçant :

- Bien. Et vous deux ? Vous désirez quelque chose ? Allez-y, piochez, il y a de tout.

*Si je désire quelque chose ? Oui. Le massacre de cet impertinent au crapaud.*

Il y avait encore deux parties qui séparaient l'esprit trouble de l'Ensorceleur. Après tout, il y gagnerait la magnifique occasion de parsemer cette peau un peu ridée et usée d'écritures sanguinolantes à la manière d'un parchemin chaud. Mais il lui fallait un minimum de temps. Quelques secondes nécessaires à l'écriture d'une seule et unique phrase, car il ne disposait pas de beaucoup de temps. Une fois que le corps s'écroulerait sur le sol, beaucoup de personnes tourneraient les yeux en direction de Nagate. Et l'habituel brouhaha se changerait en panique. Et là, l'Ecrivain se délecterait des particules de peur, des sons provenant de toutes les direction. Mais il y avait aussi un problème. Comment s'échapper de cet endroit. Et puis il y avait aussi cet homme, ce musicien. Il souhaitait encore parler avec lui.
Nagate reporta son choix pour plus tard.

Le commerçant saisit alors un instrument. Une flûte, en bois évidemment, et la tendit en direction de la jeune femme qui se tenait, encapuchonnée devant l'étalage.

- Allez-y, soufflez dedans, vous verrez, c'est bien.

Puis il se retourna, sans s'apercevoir que la jeune femme faisait la moue à la vue de son instrument. Et il interpella un homme derrière Nagate. Mais les pensées de celui-ci étaient ailleurs.

*Une phrase, vite, quelque chose...*

Un son froid, grinçant et aigu. Deux orbites vides, d'un noir plus ténébreux que personne ne peut l'imaginer. Un corps nu et gelé dans lequel on n'aurait jamais pu imaginer la vie était maintenant allongé dans la poussière. La simplicité.
Nagate s'accroupit rapidement à ses côtés, sortit sa vieille plume à la pointe rougie. Et la planta violemment dans le nombril de l'homme, d'où un filet de sang s'écoula. L'impolitesse coûtait cher. Très cher.

"Le raffinement tient à peu de choses. Un crapaud tout de bois sculpté pour certains, une phrase au goût âpre de la vengeance d'une impolitesse sur un cadavre pour d'autres. Seuls les regards changent sur ces deux oeuvres. L'appréciation d'un objet dans sa finesse, l'appréciation d'un corps dénué de souffle dans toute sa splendeur. Saurez-vous un jour qui j'étais ?"

Cela avait été plus long que prévu. Six phrases, mais les secondes qui s'étaient écoulées semblait être les mêmes que s'il n'y avait eût qu'une seule phrase.
Satisfait, Nagate releva la tête. Il lisait à présent ce qu'il y avait sur les visages. De l'effroi, de la stupeur mêlée à de la terreur, de la panique, un sourire. Un sourire ? Il n'eût pas le temps de regarder à qui appartenait ce sourire que quelque chose de clair attira son regard. Un homme vêtu d'une cape blanche. Qui était assez fou pour porter des vêtements d'une telle clarté ?
Il s'en fichait, et brandit à nouveau sa branche, et disloqua les os. La tête regardait le sol, tandis que le torse admirait le ciel. Un bras retourné, l'articulation d'une jambe pliée à l'envers.
Satisfait des bris des os, il attendit, le sourire au lèvres.


[Hors RP : Toutes mes excuses pour le temps de réponse. Désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

Le Violoniste
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptySam 14 Aoû 2010 - 12:17

C'est drôle, tout ce qu'un cadavre peut provoquer. Aussi bien blême que sourire.
Celui de ce vieillard frêle, à même le sol, menait vers lui toutes les pupilles noires.
Celles du Violoniste, pétillantes, étaient soulignées par ses lèvres courbées vers les cieux, qui pourtant reflétaient une personnalité aussi sombre que les abysses. A la vue de tous ces visages pâles, il était à la limite de glousser. Yeux exorbités, proches des larmes, lèvres violacées, rapides, légers tremblements, discrets. Seul un son pouvait dépasser l'oppression du silence, un petit bruit, presque inaudible : Une plume qui gratte dans la chaire. Le Violoniste sourit de plus belles, dévoilant ses dents à la foule de terreur. La scène non-banale continuait, la Cape Blanche s'était rapprochée, et Nagate, ne s'en souciant guère, compléta le tableau en lançant un nouveau sort sur le cadavre.
Ça y est, surgissant de la profondeur des entrailles pourpres, le rire mugissait. Le rire d'un homme qui n'avait que trop vécu, trop vécu pour apprécier les plaisirs simples. Ce rire formait une bien laide symphonie, parcourant les rues muettes et raisonnant sur les pavés de roche.
La panique, elle était si grande qu'elle n'arrivait pas à sortir. Elle ne pouvait s'exprimer dans les petits corps de la pléiade de gens normaux qui s'étendaient dans les ruelles. Moqueur comme la hyène, le démon décida de les aider. Plaçant ses mains en porte voix, il hurla :

- AAAAAAAAAAAAH ! AU MEURTRE ! FUYEZ !

La réaction fut immédiate. Cris, bousculades, course effrénée. La foule avait toujours été l'animal le plus bête au monde, et cela lui donnait à chaque fois quelque chose de comique. Tous s'écartaient, du plus vite qu'ils pouvaient, des lieux. Le Violoniste, lui, riait encore. Mais son rire s'arrêta tout à coup, lorsqu'un individu fit irruption sur la scène. Un jeune homme, muni d'un arc, brandissait une flèche directement sur la tête de Nagate. Il affirma d'un air sérieux :

- Je suis Diog ! Le grand justicier ! Cesse prestement tes méfaits, Ô mage des ténèbres, ou mon trait t'emportera vers la mort !


Le musicien regarda l'homme en haussant les sourcils, puis, son gloussement reprit, encore plus fort, cette fois jusqu'aux larmes. Il répéta :

- Diog le grand justicier ? HAHAHAHAHAHA ! Oh la vache... HAHAHAHA !

Il tapait du poing sur son étalage, jamais, depuis plusieurs années, il n'avait été aussi heureux, aussi vivant. Cet archer inconscient n'allait pas tarder à mourir, c'était certain, et la Cape Blanche, elle regardait également la scène. Peut-être Setsuna en profitera-t-elle pour se débarrasser de lui ? Il se passait tant de choses, c'était si excitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Setsuna Hendenmark

Fondatrice | Meneuse de la rébellion

________________

Setsuna Hendenmark
________________


Race : Humaine
Classe : Maître Lames
Métier : Chef de la rébellion
Croyances : Dieu du Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 20 ans

Messages : 392


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptySam 14 Aoû 2010 - 13:07

L'homme s'écroula a terre, Setsuna tourna la tête vers lui, toujours dissimulé sous son capuchon... Elle recula de quelques pas, se tapant contre l'étalage du musicien... Cet homme venait d'en tuer un autre sous le regarde de centaines de personne et d'une cape blanche qui aurait du... Ou devrait intervenir... Mais elle ne fit rien... La chef de la rébellion fronça les sourcil... Ce sont vraiment des êtres pathétiques...

D'un coup, Le violoniste se mis a criez au meurtre... La foule s'agita... Setsuna passa sous l'étalage du Violoniste et se retrouva a ses coter... Simple précaution... Il manquerait plus que la foule l'emporte je ne sais ou dans la bousculade général... D'ailleurs, le vendeur riait au éclat... Étrange... Il était vraiment bizarre ce type... Sestuna le regarda, elle voulu prononçait des mots, quand un homme apparut


- Je suis Diog ! Le grand justicier ! Cesse prestement tes méfaits, Ô mage des ténèbres, ou mon trait t'emportera vers la mort !

Quoi?... Mais quel fou?... Setsuna monta sur l'étalage de l'homme avec une grande agilité puis elle se mis a crier vers l'inconscient

-Va t'en... Tu est fou?... Tire-toi !!

L'homme ne bougea plus, d'ailleurs, tout les personnes qui restaient sur la place regarder la jeune femme toujours encapuchonné... Elle se sentit un moment mal à l'aise, mais oublia vite... Voyant que l'inconnu aller tirer... Le violoniste se moqua du "justicier" ce qui semblait l'énerver un peu... Dans un élan... Sans savoir ce qu'il lui pris, elle sauta de la table... Un pan de sa cape se coinça dans la table... Quand elle sauta, la cape se déchira... Découvrant le visage de la jeune femme... Mais elle ne s'en rendit pas compte sur le coup de courant en direction de Diog... Puis elle se mis face a lui, les bras ouvert... Son corps était devant celui de l'assassin... L'inconnu prétendant être un justicier semblait troublé... Et là... Elle se rendit compte... Tout les yeux étaient sur elle... Elle qui avait a présent le visage découvert... Elle ne bougea pas.... Mais elle sentit quelqu'un s'approcha... une personne qui se mis a coter du dit justicier... C'était la cape blanche... Un sourire apparut sur ses lèvres, un sourire quelques peu malsain...

-Mais qui vois là?... Setsuna Hendenmark... Hahaha ! Qu'elle belle surprise... La Roi va être heureux... Je vais surement avoir une promotion... Quand je t'aurait ramener auprès de mon Bon Roi...

La chef de la rébellion fronça les sourcils... elle était un peu dans un trou... Elle ne savait pas quoi faire... La seule chose serait d'éliminer cette cape blanche... Mais en plein milieu de la place... Sans oublier qu'elle n'était pas seule...


_________________


[ Parce que je suis un monstre ?.. Ne regarde pas que les apparences et les actes, sache avant tout qui je suis seulement après juge-moi. ]

Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu110 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu210 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu310
Masques, glaces et violon [LIBRE] Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nagate Zetsubō



________________

Nagate Zetsubō
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleur
Métier : Ecrivain fou
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 319 ans

Messages : 39

Fiche de Personnage : S'imprégner de la folie.


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyMer 18 Aoû 2010 - 21:37

- AAAAAAAAAAAAH ! AU MEURTRE ! FUYEZ !

Ce cri lancé par le marchand sonnait faux. Mais il eût quand même l'effet voulu. En une petite poignée de secondes, le quotidien laissa place à la panique. Le marché d'habitude si calme et banal, d'après ce que pouvait supposer Nagate, était maintenant l'endroit le plus perturbé.

*Il n'y a aucune note de frayeur dans la voix de cet homme, mais qui est-il ?!*

Les gens qui prenaient leur temps chaque jour, en ce même endroit, cherchaient avec le plus grand mal une issue, de peur sans doute d'être tués à leur tour. Stupide raisonnement. L'adrénaline ne changerait rien. Si l'envie de tuer une de ces personnes passait à l'esprit torturé de Nagate, tous leurs efforts les plus démesurés ne serviraient à rien.
Soudain, un imbécile armé sortit, avec quelque chose qui ressemblait plus à de la stupidité que de la prestance, de la masse bruyante qu'était la foule.

- Je suis Diog ! Le grand justicier ! Cesse prestement tes méfaits, Ô mage des ténèbres, ou mon trait t'emportera vers la mort !

*Quel sombre idiot...*

La jeune femme qui se tenait immobile près de l'étalage était maintenant montée dessus et lança au nouveau venu :

- Va t'en... Tu es fou?... Tire-toi !!

Le vendeur s'esclaffa. Mais qu'essayait de faire ce type avec son arc ?

- Diog le grand justicier ? HAHAHAHAHAHA ! Oh la vache... HAHAHAHA !

Avant même que Nagate ne comprenne ce qui se passe, la jeune femme s'élança et sauta de l'étal où elle se tenait quelques secondes plus tôt. Sans doute n'avait-elle pas réfléchi, car elle qui était encapuchonnée, sans doute pour dissimuler son identité, venait de déchirer sa cape.
Elle se plaça entre le jeune homme qui bandait son arc et Nagate.

- Mais qui voilà ?... Setsuna Hendenmark... Hahaha ! Quelle belle surprise... La Roi va être heureux... Je vais sûrement avoir une promotion... Quand je t'aurais ramené auprès de mon Bon Roi...

L'inconnu à la cape blanche agit enfin et se plaça à côté de l'homme armé.
C'en était trop. Tant d'actions où Nagate n'avait fait qu'observer. Il ressera ses doigts sur la branche. Ce "Diog le Justicier" venait de le menacer.
Il s'avança vers Setsuna, posa sa main sur son épaule et la poussa énergiquement vers la droite.
La branche s'abaissa une deuxième fois, puis une troisième.
La plume se planta elle aussi une deuxième fois, puis une troisième.

"La justice n'est définie que par ceux qui décident de la faire naître. Pourquoi se dire justicier si la personne en face de vous ne se sent concernée par ce fait ? Puissent ces doigts vous être ôtés. J'ai tiré un trait sur votre existence."

Sans doute parce que le nom de "Diog" avait interpellé Nagate en lui rapellant le mot "Doigt", il sectionna chacun de ses doigts et les lança sur le corps encore chaud.

"Le dévouement ne mérite pas d'être. Pourquoi ce Roi dont vous parliez devrait-il être heureux ? Le bonheur tient à peu de choses. Le mien en cet instant est d'ôter celui des autres. Pourtant, je ne ressens pas ce qui devrait être ressenti. Mélancolie, ne cesseras-tu donc jamais ?"

Il entreprit alors d'obscurcir de sang par un nouveau sortilège la cape blanche que portait cet individu.

- Je ne supporte que très peu l'extravagance.

Le rire mauvais de L'Ensorceleur fendit l'air plus fort que le brouhaha qu'émettait l'émeute générale.
Un premier, puis un deuxième et un troisième. Trois corps au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

Le Violoniste
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptySam 21 Aoû 2010 - 17:04

Le Violoniste ne s'y attendait pas vraiment, mais une belle surprise apparut. La jeune Setsuna Hendenmark accouru au secours du dénommé "Diog". Se plaçant entre lui et Nagate, elle semblait croire pouvoir le sauver. Mais pour le musicien, la scène n'était que plus comique, plus excitante. D'autant que, dans la panique, la chef rebelle s'était découvert le visage. Tout cela était si palpitant. Le sourire du vieux démon lui fendait littéralement la tête. Et ses pupilles, ses pupilles ne se défaisaient pas de la démence, plongeant toujours plus profond dans les abysses de la noirceur. Devant ces yeux pétillants, la Cape Blanche, elle s'approchait de Setsuna, l'ayant reconnu. Paroles. C'est drôle comme un assemblage de mots, qui eux mêmes sont composés de lettres, peut agir sur les choses. Celui-ci, par exemple, extasiait un musicien, effrayait une guerrière et agaçait un mage. Ce dernier se mit alors à passer à l'acte, une nouvelle fois. Le bâton se levait. Diog, cadavre. Le bâton se levait. Encore un cadavre.
C'est drôle, à quel point les vivants la fuyaient. La vie avait toujours été sa proie, jamais les rôles ne changeraient. Et pourtant, elle est l'emblème hautain du mal. C'est en cela que le monde n'est qu'obscurité, c'est en cela que tout est sombre. Car la mort est la reine. Et cela, cela méritait bien un petit rire.
Curieusement, la banalité n'avait plus sa place en ces lieux alors que la plume grattait à nouveau et que, à nouveau, les lèvres gloussaient. Le banal ne naissait, en fait, pas de la répétition, mais de ce qu'un être interprétait d'une répétition. Il n'existait qu'à travers des yeux. Et cela, le Violoniste avait bien du mal à le comprendre.

- Je ne supporte que très peu l'extravagance.

Fini par affirmer Nagate avant d'accompagner le premier démon dans son rire funeste. Puis, tout devint soudainement calme. La rue s'était vidée de la foule. Il ne restait plus personne, à part les trois êtres du tableau, et quelques âmes curieuses qui le scrutaient. Trois ? Cela intrigua le musicien, qui s'empressa de poser la question aux deux autres, s'arrêtant de ricaner :

- Considérez-vous que nous sommes trois ? Ou bien six ?

Sans vraiment attendre la réponse, et étant d'assez bonne humeur grâce à toute cette agitation, il se remit en sa posture de marchand, s'appuyant à son étalage. Et demanda :

- Vous êtes sûr que vous ne voulez pas acheter quelque chose ? Un souvenir, un cadeau, un outil, j'ai de tout.

La scène était réellement excentrique dorénavant, et, alors que le démon le remarquait, il s'en amusa. Car il avait demandé cela en toute innocence, non pas dans le but de rendre plus de couleur à l'instant présent, mais juste comme ça. Pour faire ce pourquoi il était venu, à la base. Mais il est vrai qu'en principe, un acte comme un meurtre arrêtait tout a coup les activités normales pour accaparer les attentions : Il était rare de voir un criminel faire ses courses alors qu'il venait de tuer devant témoins. Et c'est pourtant bien ce qui allait peut-être se produire. Reste a savoir, également, comment la jeune femme réagirait. Car il est vrai qu'elle venait de se faire sauver la mise. Est-on encore d'humeur à bavarder et a acheter des bricoles inutiles juste après avoir vu la silhouette du trépas ? Bonne question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyDim 22 Aoû 2010 - 23:02

- Je crois que je serais intéressée par ceci!

Une voix faussement sérieuse, censée cacher un ricanement énervant et puérile. Pour un premier jour à Feleth, Eurybie avait bien eu sa dose de distraction. Elle avait suivit la scène depuis un banc, d'où elle admirait ses nouveaux achats, achetés avec l'argent d'une de ses victimes bien sûr, et n'avait pas pu s'empêcher d'éclater de rire lorsque tous les gens se mirent à courir dans tous les sens. Elle montra du doigt un masque un peu salit par le temps, dont les plumes étaient légèrement dégarnies. Néanmoins, Eurybie l'aimait bien parce-qu'il était noir. Chacun de ses doigts était horriblement orné d'une bague coûteuse, avec un énorme diamant. Rien de moins discret au monde. Elle goûtait au luxe, agissait comme une parfaite arriviste prétentieuse. Une robe de velours verte foncée faisait paraître sa peau un peu plus beige et mettait en valeur le peu de poitrine qu'elle avait. Elle était trop loin pour comprendre ce que ces gens pouvaient se dire, mais le groupe avait rapidement capté toute son attention. Et puis, elle avait remarqué le marchand... Eurybie cultive depuis un bon bout de temps un goût particulier pour les artistes, et cet homme là, aussi menteur soit-il, avait bien l'air d'un poète dépravé. Elle aimait les regarder exercer leur Art avant de les tuer, et éprouvait presque un léger regret, en se disant qu'ils ne pourraient plus exercer. Elle regarda à tour de rôle chacun des personnages et leur offrit un sourire qui dévoilait parfaitement ses longues canines. Elle posa enfin son regard sur le meurtrier et son sourire s'évanouit alors qu'elle sembla en pleine réflexion.

- C'est la première fois que je vois autant d'animation...

Et puis, après une fraction de seconde, elle se remit à sourire niaisement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orden Ropnel



________________

Orden Ropnel
________________


Race : Demi-Ogre
Classe : Guerrier
Métier : Officier de la Griffe du Dragon
Croyances : Dieu de la Guerre
Groupe : Royaume

Âge : 32 ans

Messages : 7


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptySam 28 Aoû 2010 - 4:57

Orden marchait tranquillement dans les rues de la ville. Devant lui les gens s’écartait pour ne pas passer trop proche de se monstre qui portait son armure de la griffe du Dragon. Aujourd’hui il était en permission, mais pour une fois, il ne savait pas pourquoi, il n’était pas allé à l’arène. Il n’en avait seulement pas le goût.

*je suis peut-être malade, ou bien …*

C’est pensé fur interrompu lorsqu’un homme le percuta de plein fouet et tomba sur le sol étourdit par le choque. Orden prit au même moment conscience que tout autour de lui les gens courait en criant de terreur. Il ramassa d’une main l’homme qui était tombé devant lui et le leva dans les aires pour pouvoir le regarder dans les yeux. Il n’eu même pas besoin de poser la question pour savoir se qui se passait. Dès que l’homme vit le symbole sur l’armure il se mit à parler à toute vitesse.

-«Un meurtre, Il y a eu un meurtre! et ...»

Orden n’avait pas besoin d’en savoir plus. Il laissa tomber l’homme qui partit a la coure suivant la foule avant même de mettre les deux pieds sur le sol. Orden continu à marcher a contre courant et plusieurs autres personnes le percutèrent, mais il n’y portait pas attention. Bientôt les rue fur libre et il arriva rapidement au marcher ou avait eu lieu l’accident. Son regard passa rapidement sur toutes les personnes présentes. Seul le violoniste et l’écrivait pouvait le voir, étant fasse a lui. Il était sur le point de parler lorsque son regard se porta sur la cape blanche qui gisait sur le sol en absorbant comme une éponge le sang de son porteur qui était coucher a ses coter. Ses mots se changèrent en un grognement bestial démontrant toute la fureur que son corps pouvait contenir. Blesser une cape blanche, même par accident, mais le meurtre donnait droit, plutôt obligeait, a tout homme du roi de tuer les criminel sans même tenter de l’arrêter.

Son grondement continua de plus en plus fort en même temps que son épée sortait du fourreau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Setsuna Hendenmark

Fondatrice | Meneuse de la rébellion

________________

Setsuna Hendenmark
________________


Race : Humaine
Classe : Maître Lames
Métier : Chef de la rébellion
Croyances : Dieu du Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 20 ans

Messages : 392


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyMar 31 Aoû 2010 - 12:42

Tout se passa rapidement... Le meurtre, le justicier, la cape blanche... L'assassin posa sa main sur l'épaule de la chef des rebelles, elle eut peur pendant quelques secondes jusqu'à ce qu'il la pousse sur le sol, elle tombe lourdement, pus le regarda... Tout se déroula sous ses yeux... La cape blanche, le justicier tombèrent... Ils n'étaient plus que trois... Setsuna était sur le sol... Aucun échappatoire possible... Qui allait tomber maintenant?... Elle où... Ce personnage vraiment étrange qu'est le vendeur de breloque.... Il riait comme si c'était une pièce de théâtre comique...

Setsuna avait vu beaucoup de personne tomber devant elle... Mais cela semblait différent... Elle en avait tué aussi des hommes, des femmes... Cape blanche, des personnes qui se mettaient en travers de son chemin... Là... C'était étrange, peut-être était-ce du au faite que l'inconnu avait sectionner les doigts du justicier... Mais cela ne changea rien... Peut-être que cet homme avait des pulsion meurtrière et qu'il finirait par s'en prendre a elle, au vendeur... Doucement elle se releva... Restant sur ses gardes, au moindre geste brusque, elle sortirait ses doubles lames, se défendrait, attaquerait... Espèrent ne pas tomber comme ces personnes là...

Elle était debout, sa robe légèrement sale de poussière, La place était vide... Enfin c'est ce que tout le monde croyait... La voix du vendeur retentit

- Vous êtes sûr que vous ne voulez pas acheter quelque chose ? Un souvenir, un cadeau, un outil, j'ai de tout.

Hein?... Mais?... Il n'est vraiment pas... Normal.. La jeune femme se retourna brusquement vers lui, tournant le dos à l'assassin... Ses yeux remplit d'incompréhension... Elle s'appétait a dire quelque chose... Peut-être qu'elle ferait mieux de se taire et de disparaitre rapidement... Mais un grondement se fit entendre... Puis une personne vient, arme en main... La jeune femme reconnu son armure... Oh! Non!... Encore... Un homme du roi... Cela devenait de plus en plus dangereux pour la rebelle...


_________________


[ Parce que je suis un monstre ?.. Ne regarde pas que les apparences et les actes, sache avant tout qui je suis seulement après juge-moi. ]

Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu110 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu210 * Masques, glaces et violon [LIBRE] Stesu310
Masques, glaces et violon [LIBRE] Admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nagate Zetsubō



________________

Nagate Zetsubō
________________


Race : Démon Commun
Classe : Ensorceleur
Métier : Ecrivain fou
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires

Âge : 319 ans

Messages : 39

Fiche de Personnage : S'imprégner de la folie.


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyDim 5 Sep 2010 - 21:08

Nagate cessa soudainement ses ricanements mauvais. Il se sentait enfin mieux. La cape blanche avait enfin absorbé le sang encore tiède de son possesseur. Satisfait, il poussa un long soupir, exprimant son contentement : les gêneurs éliminés et les ruelles vides l'apaisaient enfin. Le marchand, lui, ne cessait de glousser.

*Cet homme n'est sans doute pas normal, son esprit n'a même pas été altéré par les récents évènements...*

- Considérez-vous que nous sommes trois ? Ou bien six ?

Une vision bien particulière de la situation. Ce vendeur n'était décidemment pas normal, si la normalité ressemble à tous les êtres rencontrés sur ces Terres. Tous vivaient par amour de quelque chose, d'un quelconque Roi, de leur famille, pour ce à quoi battait leur coeur. Des "sentiments". De piètres ressentis.
Mais la personne qui tenait près de lui avait un ressenti totalement différent. Elle semblait vivre pour le moment présent, du moment qu'il puisse lui apporter quelque chose sortant de l'ordinaire, quelque chose qui lui apporterait une sensation particulière, de la joie. Il n'y avait strictement aucune mélodie dans sa voix qui puisse faire penser à de la crainte, de l'hypocrisie. Tout ne semblait qu'amusement, futilité.
Le vendeur possédait au moins un point commun avec Nagate : le fait de considérer les morts comme présents, bien que leur âme soit absente.

*Six, bien entendu.*

Le marchand, en bon commerçant, reprit sa position sa position initiale, près de son étal, observant avec attention Nagate et Setsuna, voyant s'il pouvait malgré tout faire affaire en ce moment peu commun.

- Vous êtes sûr que vous ne voulez pas acheter quelque chose ? Un souvenir, un cadeau, un outil, j'ai de tout.

Nagate se retint alors de poser une question, voyant une autre personne au visage souriant arriver. Elle prêta attention à l'étalage, largement fourni en pièces en bois de toute beauté. Ses yeux caressaient du regard un objet sombre, un masque, peut-être en ébène. L'Ensorceleur, sans même avoir interrogé cette jeune femme, sentait qu'elle côtoyait la mort. Elle semblait apprécier la panique qui s'était répandue en chaque personne sur le marché. Elle non plus ne vivait pas ici à vivre le pâle quotidien de la ville.

- Je crois que je serais intéressée par ceci!

En revanche, sa voix, contrairement au commerçant qui parlait en toute franchise, avait une parcelle indépendante qui cherchait à dissimuler une sensation, un fait, un acte. Elle regarda tour à tour les personnes présentes. Encore un manque de politesse. Nagate avait plus qu'horreur qu'on le fixe. Non seulement cette inconnue arrivait ainsi, sans même une quelconque marque de timidité mais elle ne se donnait pas non plus la peine d'énoncer un "Bonjour".

*L'impolitesse même est au rendez-vous. Le Vein t'entendra bientôt psalmodier tes plaintes envers moi.*

- C'est la première fois que je vois autant d'animation...

- Je trouve au contraire cette "animation" bien monotone... siffla Nagate avec hargne.

La nouvelle venue s'apprêta à lancer une réplique mais elle n'en eût pas le temps : le frottement métallique d'une lame sortant du fourreau attira toute l'attention. Une espèce de géant arrivait, sans doute un serviteur du Roi. C'était facile à deviner : tous fonçaient sans réfléchir aux conséquences de leur hostilité. Son regard brillait d'animosité envers L'Ecrivain. Mais ce dernier n'était nullement impressionné. Il souriait. Il savait ce que cela signifiait, il pourrait, dans peu de temps, continuer ce qu'il avait déjà entrepris : une journée à écrire sur des corps.

La branche sombre sortit une nouvelle fois. L'Ensorceleur était en transe. Quel goût avait son sang ?

- Ha... Ha ha ha ha ha ha ! Regardez-donc un peu... Ha ha ha ha !

Nagate, les yeux écarquillés par la folie se tourna vers la femme qui venait de se présenter près de l'étal et dit en riant avec cruauté :

- Ne vous inquiétez pas. Votre tour arrive très vite. Ha ha...

Il s'apprêta à lancer son sort. Rien ne pourrait l'empêcher. Il tourna l'oeil vers le marchand, qui semblait une fois de plus dans l'attente de quelque chose sortant de l'ordinaire.

*Je sais que sans doute vous percevez mes pensées, aussi sombres soit-elles. La profondeur des choses me fait penser ce que je ne devrais. Y a-t'il un lendemain qui naît dans votre regard ? Qui êtes-vous ? Un simple espoir ? Une attente de l'abandon ? Un simple passant ? La vérité réside dans le fait. Je ne souhaite pas de preuves de votre existence, seulement un signe. Le frisson et la crainte ne se lisent plus sur vos traits.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Violoniste

Fondateur | Simple passant

________________

Le Violoniste
________________


Race : Démon Commun
Classe : Sorcier
Métier : Musicien / Conteur / Sculpteur / Boutiquier
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : L'âge des mondes

Messages : 413

Fiche de Personnage : ♣️

Histoire de Personnage : ♠️

Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyLun 6 Sep 2010 - 21:06

Le théâtre des marionnettes de chaires. C'est ainsi que le Violoniste avait toujours voulu nommer ce qu'il se passait devant ses yeux. Il se trouve que cet exemple illustrait parfaitement cela. Une autre personne, Eurybie Pourrie, avait fait son entrée. Le "marchand" la regarda d'un air affectueux lorsqu'elle choisit un masque. Il lui tendit rapidement... Oui, cela était beau... Faire ses achats, les pieds sur des cadavres. Cela lui donna la brève envie d'ouvrir un stand dans un cimetière, mais elle lui passa. Dame Hendenmark, elle, en revanche, ne semblait pas très à l'aise. Que de différentes réactions, tout cela était si.. Peu banal. Le Violoniste s'en délectait, saisissant chaque instant. Le contexte était si étrange que le musicien pouvait agir sans retomber dans la logique pure. Et cela était encore mieux.
Lorsque les doigts d'Eurybie saisirent l'objet, le musicien fit pivoter sa main et montra : 4.

- C'est quatre pièces d'or !

Encore une fois, il n'avait dit ce chiffre que parce qu'il lui inspirait sur le moment. Et bientôt, tout se précipita a nouveau. Un demi-ogre était apparu dans un grondement sonore. Orden Ropnel, un homme de la Griffe du Dragon. L'artiste haussa les sourcils, ça n'était pas prévu. Malice. Une malice. Déformant son sourire, malin. Tout ceci n'était qu'un jeu, un théâtre. Et une idée venait de jaillir dans l'esprit vil du Violoniste. Mais déjà, Nagate brandissait son bâton, il fallait faire vite. En un instant, le démon se plaça, dos devant la branche du sorcier. Faisant obstacle. Sa tête, elle, et son sourire étrange, étaient dirigés vers le demi-ogre. Il s'adressa à lui en ces termes :

- Tu veux sans doute savoir qui a tuer notre ami ici présent ?

Dit le musicien en pointant d'un doigt méprisant la Cape Blanche. Puis, il pose un genoux a terre. Le doigt en question, il s'approcha de l'homme, et vint s'enfoncer lentement dans son orbite pleine. Le tout ressortit dans un petit bruit gargouillant. Et le Violoniste ne tarda pas a lécher la bouillie d'œil qui se trouvait maintenant sur son index, tout en affirmant :

- Et bien... C'est moi. Haha !

Il se releva alors et fit face au demi-ogre en ouvrant les bras. L'artiste marcha en titubant a moitié. Cela faisait longtemps qu'il n'avais pas agit. Il avait conscience qu'il risquait d'énerver Nagate en agissant ainsi, il savait qu'il s'attirait la haine d'Orden également. Mais tout cela était voulu. En revanche il n'était pas au courant que le danger d'une morsure de vampire pesait également sur lui... Mais il avait supposé que la chef des rebelles pourrait réagir face au demi-ogre. Ici s'annonçait une scène mémorable.

- C'est moi qui l'ai buté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pourrie Morteury



________________

Pourrie Morteury
________________


Race : Vampire
Classe : Rôdeur
Métier : Au service d'Arphoss
Messages : 149

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Masques, glaces et violon [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Masques, glaces et violon [LIBRE]   Masques, glaces et violon [LIBRE] EmptyDim 12 Sep 2010 - 1:32