''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dans l'ombre du sang.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Luyak Salamya



________________

avatar
________________


Race : Haut Elfe-Démon Commun
Classe : Guerrier Mage
Métier : Alchimiste
Messages : 125


MessageSujet: Re: Dans l'ombre du sang.   Ven 14 Jan 2011 - 20:03

Luyak sourit à travers son masque.
-Parfait, tu n'as pas à t'en faire. Lança-t-il en effleurant le visage de la sacrimore de son pousse doté d'un gant en tissus. Je serai là pour t'épauler.

Luyak contourna Meryle et cria.
-Meryle, et vous devez le savoir est une vampire!

Toute la foule se recula, quelques guerriers mirent la main sur leurs armes. Des hurlement de terreur retentirent.
-Si elle vous voulait du mal, vous seriez déjà morts pour certains. Elle est envoyé par Salamya. Elle est envoyé pour combattre notre ennemi. Respectez là ou choisissez le camp de ces vampires! L'ange montra l'horizon de son index. Vous préférez peut être cela?

Un homme s'avança dans la pénombre et approcha son visage ^près de celui de l'ange en prenant un ton agressif.
-Comment va-t-elle se nourrir? Comment va-t-elle nous aider alors qu'elle suce le sang des nôtres? Vous mentez!
-Elle se nourrit des autres vampires! Il mentait. Elle a été créé par Salamya lui même. Oseriez vous défier la confiance qu'il vous porte et porte à son élue?

Un autre habitant prit l'agresseur par le bras et l'invita à rejoindre la foule.
-Suivez nous et adorez la, ou nous irons appeler les autres villages sans vous, vous laissant en proie aux sang froids. N'oubliez pas ce que je suis: Un ange!

Une femme fit un pas et se posta aux côté de Luyak en se retournant vers la populace.
-Il a raison, peu importe qui Salamya nous envoi, c'est un dieu et il l'a élu pour nous aider!
-Vous n'avez rien à craindre d'elle, au contraire! Ajouta l'ange.

La foule s'inclina alors sous le sourire de Luyak. La femme s'agenouilla aux pieds de Luyak. Même le contradicteur suivit ses amis.
-Merci bel ange, nous vous suivrons.

Luyak leva la tête tel un dieu qui observait ses adorateurs un instant puis se retourna vers Meryle et lui chuchota.
-A toi de jouer, adresses toi à eux.

Certains vampires cachés dans l'ombres, sous les toits, derrière les murs, où même parmi les villageois écoutaient, vivaient ce spectacle qui ne leur plut guère, l'ange leur causait bien du tort, mais là il allait trop loin, il fallait agir, c'est avec patience qu'on réalise les plus grands plans, et il leur en fallait un. Il ne croyait pas en ce dieu, il ne croyait pas en cet ange, il ne croyait pas en ce vampire, de la foutaise, ils le prouveraient bien assez tôt. Quand aux hommes du villages, ils se demandaient tous qui cesseraient leurs labeurs pour rejoindre cet ordre sacré, en tout cas protéger leur famille était leur priorité et là ils avaient l'occasion de pouvoir le faire, aucun d'entre eux ne mettaient en doute la soi-disante parole sacrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Dans l'ombre du sang.   Ven 14 Jan 2011 - 21:44

Je le fixais encore et toujours. Doucement il effleura ma joue d'un geste tendrement rassurant comme une gratification à ma réponse. Je baissais les yeux, savourant tout de même ce contact, même a travers le gant blanc de tissu qui ornait sa main. Il repris paroles face aux villageois après m'avoir murmuré une promesse de soutient ou ern tout cas ce qui y ressemblait. Ma peur fut quelque peu apaisée bien que toujours présente.

Il finit par prononcer mon prénom ainsi que ma race aux oreilles de tous. Immédiatemment je vis leur fourches dressées, les mains se raidirent sur leurs armes tranchantes et menaçantes, la crainte et l'horreur tordrent leurs visage, les femmes affichèrent des regards terrifiés, les hommes une attitude offensive par pur réflexe, et tous leur regards haineux dirigés sur ma personne. Ces regards accusateurs, portant une envie meurtrière soudaine comme si un flot d'angoisse venait de se transformer en véritable pulsion assassine.

Un frisson me parcouru. Mon souffle s'accéléra le temps de quelque minute. Angoissé. Stressé. La crainte des hommes, des humains pour ainsi dire, me faisait de nouveau penser que leur confiance serait bien trop dure à conquérire.. C'était un pari dangeureux pour ma vie... J'avais l'impression que Luyak mettait ma vie en jeu pour ses idéaux sans même se soucier de l'echec qui entrainerait ma mort. Non je le savais. Un homme, un ange aussi puissant ne pouvait pas craindre cela. Il portait une telle confiance en lui...
L'espace d'une seconde je me pris à penser que j'aurais aimer porter ses rêves... L'instant suivant je me haissais d'avoir pu songer à violer la mémoire de la première ame qui se montrait noble avec moi... Et aussi la première a qui j'avais mis ma vie entre les mains ... Non .. Jamais je ne devais, ni ne pouvais d'ailleurs m'en prendre à lui, à cet homme, à cet ange...

Un homme à la carrure impressionnante dont l'arme était une dague de métale rouillée par les pluies diluviennes des plaines en automne et l'humiditée qui ressortait constemment de la terre, me tira de mes pensée et je captais sa présence quand il s'avança. Son ton de voix fut menaçant. Sa musculature était plutôt puissante et son corps entier reflétait la force, bien qu'il ne soit pas moins apeuré par ma présence. De sa voix grave il contesta les parôles de l'ange avec protestation. J'eu une envie soudaine de la faire taire tant son manque de confiance semblait insultant. Malgrès cela je restais immobile me contentant d'écouter la retorque de Luyak à mes cotés.

L'ange y répondit avec entraint et assurance. A observer les villageois qui buvaient ses parôles comme de l'ambroisie pure, tous se détendirent et semblères comblés. Une femme s'avança même pour appuyer sa confiance en cet oracle venu du ciel, et comme si sa parôle fut la dernière clef qui permit d'ouvrirent leurs coeurs leur crainte fut envolée et tous s'inclinèrent comme devant un roi. Je ne pu m'empécher de ressentir une admiration certaine.
Il savait mentir comme un roi pour le bien d'un peuple qui souffrais depuis bien trop longtemps pret a croire n'importe quelle rumeur qui puisse leur apporter l'espoire.

Luyak se repencha vers mon oreille et m'intima de prendre parole. Ma gorge se ressera comme un étau. Mon coeur cessa de battre un instant. Mais comme portée par une fiertée sortie de nulle part et nouvelle je fis un pas légé en avant, le depassant de quelques centimètres.

Dans l'ombre je sentis une présence alors soudain. Mes sens jusque là endormis s'éveillèrent brusquement pour tirer l'alarme de ma conscience. Nous n'étions pas seul au village... Et ils n'étaient pas humains ... Des vampires. Là dans le noir dans l'ombre guettant , surement attiré par la rumeur d'un changement brusque des mentalités pillaient de leurs regards la scène ici présente... Je sentais leur haine et leurs colère. Certain avaient une aura bien plus médisante et je sentais sans mal leur indifférence...
C'est alors cela qui me donna la force nécéssaire pour donner suite au pas que je venais de faire en avant. Pour montrer aux villageois ce qu'ils attendaient et effrayer mes compères dans le silences de l'ombre tout autour je portais mes mains à ma capuche et retirais celle ci.

Les vampires sont doté d'un charme naturel et enigmatique. Qui parfois fais peur, tellement il peut faire perdre la raison, ou parfois donne naissance aux passions... J'ouvrit lentement les yeux, offrant leur couleur de lune aux villageois , la puretée de la peau, et la platine de ma cheveulure longue et blanche de neige... J'avais les traits doux et mon éternelle mélancolie, mais cette fois ci mélangée à une assurance nouvelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Luyak Salamya



________________

avatar
________________


Race : Haut Elfe-Démon Commun
Classe : Guerrier Mage
Métier : Alchimiste
Messages : 125


MessageSujet: Re: Dans l'ombre du sang.   Ven 14 Jan 2011 - 23:31

Luyak vit son beau visage se découvrir, les villageoises n'osaient la regarder par respect, les hommes eux par contre ne purent s'empêcher d'admirer cette beauté, une beauté comme venue du ciel. Ils savaient que les vampires charmaient, étaient doté d'un physique magnifique pour attirer leur proie, mais ils ne purent retenir leur regard se poser sur cette créature. Il prit la main de la vampire et l'attira calmement contre lui, il ne la connaissait que depuis peu, si elle le pouvait, elle ressentirait son sourire. Il attendait toujours son discours et les gens présents aussi. Il la sentait émue puis soudainement attiré par quelques chose, attentive, il tourna la tête, mais il ne vit rien. Il retira un peu du tissus sur sa tête pour libérer ses yeux et profiter de sa vue à cent pour cent aux aguets. Il se doutait que cette nouvelle était déjà en connaissance de ses ennemis, l'ange ne voulait pas que les villageois se prosterne devant lui mais devant elle. Meryle devait unir le village à elle pour prouver que sa fausse prophétie tenait la route. Il approcha sa bouche de l'oreille froide de la vampire.
-Allez! Aies confiance en toi! C'est ton village, tu vas avoir l'occasion de faire quelques chose de grand. D'être élevé à un niveau supérieur auquel tu appartenais caché dans la forêt. Montrer à ses vampires que l'on peut vivre en harmonie avec les hommes, tu peux en être la preuve. Tu vas monter l'armée que je t'ai demandé, tu vas combattre ceux qui te résistent et rallier à ta cause ceux qui te choisissent, peu importe qui c'est.

Luyak s'aperçut que les gens tentaient d'écouter ce qui se disait, toujours en souriant il ne finit que par un mot.
-Courage!

Il lui lâcha la main comme s'il voulait qu'elle prenne son envol seule. Il n'avait pas choisis un vampire au hasard. Ils étaient beaux, forts et intelligents quand ils avaient la chance d'être éduqués. Il avait le sentiment d'avoir choisis la bonne personne pour le seconder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Dans l'ombre du sang.   Sam 15 Jan 2011 - 0:06

Ayant découvert mon visage je regardais et passait en revus les yeux levé vers moi. La plus part étaient ceux des hommes du village. Chose que je me pris à penser normale car ma nature etait aussi faite pour plaire malgrès que sur cet instant ce n'était pas ce qui était recherché. Un peu génée tout d'abord je pu ressentir une frayeur grandire dans l'aura que j'avais capté cachée dans l'ombre, celle des vampires et ennemis qui prenait part à la scène.
Ainsi donc je leur prouvais d'ors et déja que l'ange avait dit vrai. Et qu'un vampire c'était bien mise à son service. Si il ne croyaient pas aux mensonge de Luyak comme le croyaient cependant les villageois ; si ils n'étaient pas si crédules qu'eux pouvaient l'être, en revanche ils ne pouvaient nier ma présence et je leur fis ressentir de tout mon coeur et de toute l'onde dont je pouvait émaner, que j'était bel et bien contre leurs volonté a partir de ce jour et qu'ils auraient à se méfié d'un ennemis naturel maintenant lié à leur garde mangé.

Etre le gardien, le berger qui veille sur ses brebis c'était métaphoriquement un peu ce que Luyak me demandais d'être et je trouvais la ressemblance frappante avec cette comparaison. Cependant je ne pouvais que penser en son sens. Etrangement il avait réussi à me persuader de ses propre conviction.. Il était plus que beau parleur... C'était un orateur de talent.. Et un Bourreau des coeurs malgrès lui aussi... Il ne laissait pas indifférent... Ni même moi comme nous l'aurions compris à mesure de mes pensées.

Il me pris la main et m'attira contre lui. Je me sentit fondre en dévotion. Me soufflant ses encouragement à l'oreille il me dit sur ces mots :

-Allez! Aies confiance en toi! C'est ton village, tu vas avoir l'occasion de faire quelques chose de grand. D'être élevé à un niveau supérieur auquel tu appartenais caché dans la forêt. Montrer à ses vampires que l'on peut vivre en harmonie avec les hommes, tu peux en être la preuve. Tu vas monter l'armée que je t'ai demandé, tu vas combattre ceux qui te résistent et rallier à ta cause ceux qui te choisissent, peu importe qui c'est.

Il avait telle confiance en ces mots que sa voix ne tremblait nullement d'incertitude et au contraire elle sonnais juste et touchais mes convistion comme si sa voix portait quelque chose à laquelle on ne peux dire non même sous la meilleure des défense d'esprit. Je me sentit vouée à lui et lui seul. Une impression que me laissait quelque peu sans repères. De son aura malgrès que je le connaisse depuis bien peu de temps, se ce n'est à peine quelques heures, je sentis une profonde chaleur. La chaleur d'un sourire. Je fermais les yeux face à cette chaleur tendre et m'en délectais quelque seconde et je me pris moi même a sourire à mon tour yeux clos. Comme si on venait de m'offrir le plus cher des cadeau au monde.

Doucement je rouvrit les yeux. Je regardais les villageois. Luyak recula un peu me laissant devant eux seule. Je devais à présent faire valoir ma présence auprès d'eux. Chacun leur tour ms yeux se posèrent sur eux. Puis enfin s'arrêtèrent sur le combattant qui précédemment avais pris durement la parôle. Je m'approchais doucement de lui. Il courba la tête baissant le regard devant moi. Je vint poser une main rassurante sur son épaule. Et du même mouvement je le fis se relevé et d'une voix douce je me mis à parler enfin :

-...Toi... Raconte moi ton rêve... N'est il pas de vanger ceux que tu as perdus... Ceux que tu perdras... ? ... Et si je devais t'offrir un rêve plus beau encore..... Celui de ne plus jamais perdre qui que ce soit.... Famille.. êtres proches... Amour... Donnerais tu ta vie pour aller au bout de ce rêve ....? ....Moi.... J'aimerais faire de toi, celui qui fera palir le cauchemard et donnera confiance aux générations qui accueuillerons avec fiertée ton nom et la grandeur de ton ame....

Je fis un geste doux montrant l'assemblée : Regarde ces visages.... Vous tous... Vous avez un coeur... Des rêves.... Aujourd'hui ressentez le .... Il ne crit qu'un chose...: la Vie....
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Luyak Salamya



________________

avatar
________________


Race : Haut Elfe-Démon Commun
Classe : Guerrier Mage
Métier : Alchimiste
Messages : 125


MessageSujet: Re: Dans l'ombre du sang.   Sam 15 Jan 2011 - 2:35

Luyak écouta les mots attentivement, les villageois de même, les quelques vampires tout autant. Cette fois ci c'était officiel, l'élu, l'imposteur du bien, le messager de la révolte contre les vampires, il était bien là, la réincarnation d'un démon en un ange d'adoption, un être sois disant élu d'un dieu, un sang froid se retournant contre ses propres origines, tout le mondé présent était témoin. Luyak créa une faille dans son dos vers sa grotte en Adyril en plein discours. La proximité du portail lui apporta un bien immense, sentir la porte si proche, il pouvait déjà sentir les sensations bienfaisantes de sa destination. Avant de partir il proclama son discours final.
-Vous êtes aujourd'hui les fondateurs de cette nouvelle ville, Adyril du milieu. Un village choisis par Salamya lui même, soyez tous exemplaires. Je reviendrai souvent vous porter les messages de notre protecteur. N'oubliez jamais que Meryle est la garante de votre sécurité, traitez la comme telle!

L'ange s'approcha de la belle vampire s'écartant de la faille d'un mètre, chuchotant à son oreille.
-N'oublies jamais le choix que tu viens de faire, n'oublies jamais pourquoi tu l'as fait. Je vais partir quelques jours, une importante mission va m'envoyer dans le Vein pour rapporter un objet qui préservera notre cité. Tu n'es plus seule, regardes les tous!

Il posa sa main sur les lèvres de la sacrimore pour qu'elle ne réponde rien.
-J'ai confiance en toi.

Sans retirer sa main il recula, d'un pas, puis deux, aspiré dans son portail, sous les yeux ébahis des villageois, renforçant encore plus sa crédibilité auprès d'eux et du même coup celui de Meryle. Les vampires quand à eux préférèrent rester sage, attendre le coucher de tous pour partir apporter la nouvelle. L'heure semblait grave.

[Fin du RP pour moi. Qui en amènera un autre Very Happy Merci Meryle.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Dans l'ombre du sang.   Sam 15 Jan 2011 - 23:36

J’eus à peine terminé ce discours sorti de mes lèvres comme par enchantement, qu’en me retournant je fus surprise de le voir près d’une faille. Comment diable c’était elle ouverte en ce lieu, me surpris-je à penser. Mais je fut bien idiote et me rappela sans mal à moi-même que s’il était capable de changer le cours des choses, et des siècles de croyances et de préjugés d’un peuple entier par de simple paroles, créer une faille au beau milieu de nulle part devait être pour lui à présent, une routine des plus simples. Je ne pus cependant pas cacher ma stupéfaction et bouche légèrement entrouverte par ma surprise et le léger stress de mon incompréhension soudaine, je regardais tantôt lui tantôt la faille à quelques mètres, le regardant un peu paniquée mais sans excès dans mes réactions. Je n’avais en effet pas imaginé qu’il s’en irait si tôt.

Tout fut trop rapide. Je ressentis encore la chaleur d’un sourire que je devinais derrière son masque de tissu.

--Vous êtes aujourd'hui les fondateurs de cette nouvelle ville, Adyril du milieu. Un village choisis par Salamya lui même, soyez tous exemplaires. Je reviendrai souvent vous porter les messages de notre protecteur. N'oubliez jamais que Meryle est la garante de votre sécurité, traitez la comme telle!

A ces mots je crus bien frissonner d’une nouvelle peur, une peur de solitude retrouvée, mêlée à la peur d’avoir sous ma vigilance et responsabilité tant de vies humaines qu’il me confiait réellement en cet instant et pour de bon. Je le vit s’approcher de moi alors toujours avec cette chaleur de cœur si particulière et singulière , unique à lui seul. Avec un murmure il glissa ces derniers mots à mon oreille :

-N'oublies jamais le choix que tu viens de faire, n'oublies jamais pourquoi tu l'as fait. Je vais partir quelques jours, une importante mission va m'envoyer dans le Vein pour rapporter un objet qui préservera notre cité. Tu n'es plus seule, regardes les tous!


Il posa sa main sur mes lèvres de sacrimore, alors que j’allais m’exclamer et lui supplier surement de rester, bien que j’en sois incapable, et surement de le remercier pour ce miracle, ceci pour m’empêcher de parler à mon tour donc et souffla :
-J'ai confiance en toi.

Je le vit s’éloigner alors de moi pour s’effacer comme un mirage au fur et à mesure que son être rentrait en contacte avec la faille qui aspirait sa présence, comme si tout cela n’avait pas vraiment existé, comme si tout cela n’avais pas vraiment eu lieu. Comme s’il avait été un rêve, et surement le premier qui me soit propre et mien.

--------------

Les jours qui suivirent furent pour moi comme les premiers d’une nouvelle existence. On dit souvent qu’on ne peut changer les gens. Mais j’avais la présomption de croire et de penser avec ferveur que je serais le premier exemple de contradiction a ce dicton.

Les villageois furent accueillant même vis-à-vis de ma nature Vampirique, aucunes contestations ne fut faites, et la crainte qui était née entre eux et moi la première fois, était morte en peu de temps avant d’avoir vécue et grandit. C’était un village modeste et fort petit, entouré de collines et de boisements peu sûrs, et en ces temps le commerce y était surtout interne. Pas le moindre village à proximité pour y faire échange de produit. Au fil des années cela y avait créer des tensions au sein même du village et des commerçants. A vivre toujours reclus de tout sans autre activités qu’un échange commercial peu florissant, on en devient vite jaloux des uns des autres. J’avais beaucoup à apprendre. Je me réservais du temps d’observation avant d’entreprendre ce que j’avais promis à l’ange…

Je voulais tellement honorée mes paroles, tant le surprendre lui, et lui faire plaisir, dieu seul sait pourquoi d'ailleurs, que je passait des jours entiers à tenter de comprendre dans les moindres détails la vie que ces gens menaient au quotidien… Plusieurs choses méconnues m’interpellaient dans cette organisation, dans ce système à la fois complexe et simple… Des choses sombres et des sentiments forts qui avaient soif de changements… Jalousies, injustices, colères, orgueils… Un monde imparfait, mais triste de l’être aussi. Pourtant à coté, d’autres choses donnaient espoir…: Cette femme consolant son enfant… Cet homme, qui apprend à son fils comment manier les bœufs et le gratifie à chaques prouesses… Celui-ci qui arrose sa glycine devant sa maison comme un véritable trésor… L’apprentissage, l’amour, et l’attention. Voilà quelles valeurs me paraissaient de plus en plus incroyables et essentielles. Les hommes étaient capables de prouesses d’âme, alors que jusqu’à présent on ne voyait en eux que le mal et l’avarice… Il existait un autre visage à ces humains. Et n’importe quelles créatures pour peu qu’elles y prêtent attention auraient vu comme moi, ce que j’y découvrais.

On m’avait donné pour logement l’ancienne chapelle. Elle tombait en ruine et était depuis des lustres déjà désaffectée, mais n’ayant pas de lieu plus sacré et donc « digne » de ma présence, ils ne purent que me prier d’accepter. Ayant dormit tant de fois à même le sol, sur la roche, les gravas, la neige ou la terre humide et froide de la foret, ce lieu ressemblait pour moi à un véritable palais. Il n’y avait plus rien à l’intérieur... Il n’y avait plus de toit non plus. Pourtant je les en remerciais et y passais mes premiers jours.

Plusieurs semaines étaient finalement passées. Luyak n’était pas revenus. Je m’étais inquiétée. Et chaque jour au matin, je me hissais sur la gargouille de la poutre principaletout en haut, pour regarder l’horizon, espérant y apercevoir une faille aussi blanche que son habit et sa chevelure…

-----------

Plusieurs semaines s’étaient écoulées. J’avais depuis quelques temps déjà pris mes marques et le village avait peu à peu pris un autre visage... Un tout autre visage. Au bout de quelques jours après avoir tant observé leurs vies, j’avais pris les choses en main…

-------------------------


11ème Lune : J’ai nommé des hommes, les plus valeureux à être capitaines et entrainer chaque homme à protéger son foyer, sa famille et le village : Je donne à chaque chose que j’entreprend une leçon en parole, une phrase comme une prière à retenir. Les humains ont l’air d’être sensibles aux discours quand ceux ci peuvent les enrichir et les apaiser…C’est une leçon pour moi-même qu’il me faudra retenir…

-------------

12ème lune :Tous les hommes du village et même des femmes ont entrepris de réparer la chapelle et à l’embellir. Je suis touchée par ce geste. Ils y mettent tout leur savoir. J’apprend à vivre parmis eux. Chaque métier et chaque talent me semble immensément grand et interressant… Je me suis mise à tout. J’ai aidé de mon mieux. Me servant parfois de mes ailes pour hisser des poutrelles et d’autres matériaux…

-------------

14ème lune : La chapelle est devenue splendide… Tout le monde peut y contempler son œuvre. Les gens du village y viennent chaque jour m’apporter des présents.. J’ai la sensation d’être une enfant que l’ont gate et que l’ont idolâtre. Ma gène m’empèche parfois d’accepter. Bien souvent même. Pourtant leur envie de mettre aussi leur participation à un confort qu’ils pense indispensable pour « celle qui les guide » est plus forte. J’ai chaque jour un peu plus l’impression de vivre dans un véritable palais.

-------------

16ème Lune : Le commerce à reprit doucement… J’ai su montrer où cultiver les plants et les arbres fruitiers, comment les trouver dans la foret, et comment chasser sans excès en totale symbiose avec la nature.. Des échoppes ont même ouverts et chaque maison s’est refleuris aux balcons et aux terrasses.. Comme pour donner un sourire au village qui chaque jour semble s’agrandir.

-------------

17ème Lune : Je m’étonne au fur et à mesure du temps de n’avoir plus aucuns signes de vie de mes compères vampires, de la profonde vallée en contre bas. Jusqu’à ce jour il n’y a plus aucun disparus, ni enfants ni femmes et aucunes attaques… J’espère et je prie la grâce et ta mémoire Luyak, que rien ne rompt cette harmonie recréée.

------------

20ème Lune : Les Femmes du village m’ont conçut des habits. J’ai presque peur de les porter tant ils sont précieux. Ils sont d’une couleur bleu pale, et nuit, comme mes yeux… Elle ont insisté que je les portes pour leur faire honneur. Ils sont splendides… Ornés de pierres des ruisseaux, de roches de cristal et d’autres ornements de Tisserant. J’ai parfois l’impression qu’ils m’offrent plus que moi je peux leur offrir.

...

30ème Lune : les hommes sont valeureux et sont devenus de véritables combattants. Je ne ressent en eux plus la crainte d'autrefois. Je leurs apprend à guetter et être attentifs à leurs instinct et leurs sens. Ils sont armés prets à déffendre leurs vies et toute celles des autres. Les enfants inventent des jeux divers dans les rues; Ils nomment tous cela " le bonheur"... J'imagine qu'ils sont heureux de pouvoir se voir changés petit à petit. Les troupeaux sont moins maigres qu'autrefois, personne ne meurt de faim. Pour cause la foret est tranquille ces temps ci, les bêtes peuvent s'y repaître en confiance. Et les bergers aussi. Ou êtes vous Cher ange....?
...

41ème Lune : Tant de temps s’est écoulé. Adyril du Milieu n’est plus un village cher Luyak.. Aujourd’hui d’autres familles venus de villages appauvrit de l’est sont venus demander asile. Et à cette heure ils ont déjà un toit et un travail.. Les champs se portent bien … Le temps nous est clément. Les brigants les voleurs et autres criminels se font rares, et les prison sont presque vidées aussitôt qu’elles sont remplies, je sais hélas, ma nature me trahis, je me nourris toujours de sang je ne change pas… Mais dehors, tous changent. Les mentalités et même l’air même se respire mieux. Le soir des millions de lampions sont allumés dans les ruelles. Ils descendent comme des étoiles pour éclairer un peu mon quotidien nocturne. Je me suis mise à tant les aimer… Je pense à vous cher Ange…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Dans l'ombre du sang.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'ombre du sang.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Plateaux de lune-