''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un dernier verre [PV Meneldil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jack D'enfer



________________

avatar
________________


Race : démon commun
Classe : nécromancien
Messages : 70


MessageSujet: Un dernier verre [PV Meneldil]   Ven 14 Jan 2011 - 17:28

La nuit était tombée sur l’auberge des gobelins musiciens. La vie prenait fin, et la folie musicale et la boisson se réveillait. De nombreuses personnes, femmes au gros nez, ou sans cheveux, petit gobelin, ou grand homme à l’odeur déroutante prenaient place au table de l’auberge. Les belles serveuses pénétraient dans la salle, sous le regard affamé des voyageurs en quête de réconfort. C’est vrai, les jeunes demoiselles étaient très envoutantes. Leurs hanches se balançant d’un côté à l’autre, ou leur longue tresse virevoltant au rythme de leur mouvement séduisaient les guerriers les plus aguerris.

Jack était à la porte, impassible. Il pensait encore au vieux Karl, le cadavre qu’il avait détruit dans un moment de démence. Le nécromancien, en était attristé au plus profond de lui-même, et tout désir de s’amuser s’était envolé.
Il tenta de se faufiler à travers les danseurs, et bagarreurs qui lui barraient la route. De par son habilité, il parvint à esquiver deux, trois coups perdus venant dans sa direction. Il parvint à une table libre, et s’y affala.

Soupir.

Qui aurait cru voir un jour Jack aussi blasé ? Il fallait le comprendre. Etant donné qu’il tuait ceux qui devenaient ses marionnettes, il prenait la responsabilité, au près de l’âme du défunt, de prendre bien soin de corps. Le vieux Karl était l’une de ses premières victimes, du temps où ses parents, et toute la troupe de l’enfer étaient encore présents. C’était comme si un vestige de son passé venait de se détruire, venait de s’envoler dans les poussières du Vieux Karl.
Il commanda une boisson forte à l’une des serveuses, et regarda la scène. Les petits gobelins commencèrent à ce moment une musique triste et mélancolique. Ils jouaient bien. Cela donnait quelques idées à Jack à intégrer dans son spectacle. Sans le vieux Karl.

-OOOOOOOOOOOH, mais qu’ais-je fais? Qu’ais-je fais ? Se lamenta-t-il en se prenant la tête dans les mains, sans faire attentions aux personnes qui le regardaient bizarrement.

La serveuse posa le verre sur la table. Jack l’empoigna, et cria haut et fort, pour lui-même et pour le souvenir du Vieux Karl :

-Bonne mort Monsieur Karl HI HI HI !

Puis il but d’un coup sec le liquide qui, rapidement, lui monta à la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meneldil Tristelune



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   Ven 14 Jan 2011 - 23:21

D’habitude Meneldil évitait les endroits trop civilisées : villes, villages et même les auberges isoler en pleines campagne ... D’habitude oui mais le démon sentait qu’il avait besoin d’un verre et ayant voler l’or d’un homme qu’il venait de tuer et bien il se disait qu’aller s’envoyer quelques choppes de bières ne pourraient lui faire que du bien. C’est ainsi qu’il débarqua dans la première petite ville qui tomberait sur son chemin : Ce fut Venil ! Charmant lieu, du moins c’était l’impression qui s’en dégageait mais l’albinos lui se sentait un peut mal à l’aise tout en sachant qu’après quelques verres il oublierait largement sa gène. Repérant une auberge, le guerrier lame noire y entra sans se poser de question, laissant le cheval qu’il avait également voler, attacher dehors (l’animal à moitié sauvage, très farouche en tout cas, c’était vite habituer au démon). Les clients du lieu devait être habituer à voir toutes sortes de voyageurs car, personne ne broncha particulièrement lorsque le démon vêtu de sa terrible armure fit son entré. Lui par contre ne pu s’empêcher de jeter un coup d’oeil à la ronde, repérant de suite les serveuses, quelques guerriers et un gars qui semblait déjà bien soûl (a moins qu’il n’ai certains problèmes psychologique mais ce n’était pas le moment de se poser ce genre de questions). Allant au comptoir, Tristelune se commanda une pinte, au moins commençait il par une boisson pas trop forte afin de ne pas tomber bourré des le premier verre (fait étonnant, malgré sa carrure et sa race, le démon ne tenait pas du tout l’alcool).

On le servit puis prenant sa choppe, le guerrier alla tranquillement s’installer à une table peut loin de celle du curieux personnage. Ne sachant que faire d’autre, Menel l’observa distraitement de son regard sanguin. Sans trop savoir pourquoi cet être l’intriguait fortement, peut être parce que les dernières rencontres qu’il avait faite étaient sois des femmes ou des fous, à croire qu’il les attiraient tous. Néanmoins, son attention fut perturbée par une serveuse, aux formes plus que généreuses mais pas désagréable lui demandant s’il voulait commander un autre verre. Mais, il n’avait même pas fini sa bière, ce qui ne l’empêcha pas finalement de demander carrément une bouteille de gnôle. N’y connaissant rien aux valeurs liés à l’argent, le démon laissa tomber sur la table de bois une bonne poignée d’or, largement plus que ce qu’il fallait payer pour des boissons. Evidement, cela ne passa pas inaperçu auprès des autres clients, surtout ceux qui se disaient sûrement qu’ils allaient faire la fête au démon afin de le vandalisée. Meneldil de son coté de s’en doutait nullement, ne sachant pas qu’il ne fallait mieux pas étaler autant de richesses dans ce genres d’endroit. En tout cas, on lui apporta la bouteille et la serveuse un peut éberluer embarqua le tas d’ors, le patron allait être content. Sans se poser de question, le guerrier lame noire s’envoya une bonne gorgée d’eau de vie. Certes, un peut plus tôt avait il décider de ne pas boire d’alcool trop fort, seulement les petites voix avaient tellement insisté ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jack D'enfer



________________

avatar
________________


Race : démon commun
Classe : nécromancien
Messages : 70


MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   Sam 15 Jan 2011 - 20:41

Ces oreilles en prirent un choc. Il se redressa d’un coup. Le fracas des pièces sur le sol froid, sonna si fort, qu’il crut en perdre les tympans. Jack se frotta les oreilles avec force comme pour atténuer la douleur. Soyons d’accord, Jack n’avait pas mal, mais la sensation lui était, en cet instant, très désagréable. Car, en règle générale, chaque sensation, émotion intérieure ou extérieure qui le parcourait, était source d’inspiration.

La mort de Mr. Karl l’avait empli d’une tristesse affreuse. Oui, Jack pouvait ressentir la tristesse. Enfin, celle-ci, ainsi que la boisson qu’il venait d’ingurgiter, l’avait poussé vers une rêverie profonde. Il voyait danser devant lui les morts, aux couleurs diverses et variés. C’était comme un regain de vitalité pour ses yeux. L’art à l’état pure était à portée de main, juste là, Jack était près à se l’approprier.

Mais il avait fallu, que ce vieux démon, à la peau aussi blanche qu’un cadavre -bien que ses cadavres arboraient une mine beaucoup plus radieuse- le tire de rêverie.

Jack était en colère. Rares étaient ces moments, éphémères, où Jack montrait, sans le vouloir, le vrai visage d’un démon de l’enfer.

Il bouillait d’une haine terrifiante envers l’inconnu, situé juste derrière lui. Il voulait le tuer, oui le tuer, lui arracher les os, emprisonner son âme jusqu’au jugement dernier. Oui, Jack retrouvait peu à peu son esprit épris de folie. Il se laissait aller à ses pulsions meurtrières et d’amour qui conditionnaient chaque être humain. Alors, imaginer les deux en même temps. On pourrait croire qu’une tempête allait éclater dans la salle.

Il prit son verre à deux mains.
Il était vide.
AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH ! S’écria-t-il dans sa tête.

-J’ai soif, j’ai faim, j’ai envie de tuer, d’aimer, de créer, soif, faim, tuer, aimer, créer, soif, faim, tuer, aimer, créer...,répéta-t-il en murmurant.

D’un coup il se retourna vers le démon à la peau pâle, lui arracha la bouteille des mains, remplis son verre de sa liqueur, et but à flot. Jack s’essuya machinalement la bouche de sa manche, avant de dire.

-Merci, l’ami. Dit-il à l’égard de l’inconnu. Mademoiselle, pouvez-vous ramener une bouteille pour ce monsieur dont j’ai subitement engloutis la boisson, HI HI. Vous êtes bien aimable. Je suis désolé si je vous ai mis en colère..., commença-t-il afin de s’excuser de son attitude. Jack était quelqu'un de très poli... .Mais….j’avais soif! Dit-il avec un sourire bienveillant, et démoniaque avant de s’appuyer délicatement de ses deux coudes sur la table et de fixer l’albinos aux yeux rouges.

Visiblement, ses envies meurtrières étaient passées…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meneldil Tristelune



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   Dim 16 Jan 2011 - 2:48

Heu ... Ne venait on pas d’embarquer d’un coup sa bouteille de gnôle ? Celle là même qu’il venait de payer avec un tas d’or assez conséquent pour s’acheter l’auberge en entier ? Et bien oui en fait, voila que l’étrange personnage c’était retourner et vider son eau de vie, sans blague mais pourquoi par tous les démons de l’enfer ? Sur le coup Meneldil Tristelune se sentie énerver et si l’autre démon ne c’était excuser sûrement que le lame noire n’aurait pas attendue pour tiré son épée maléfique. Fort heureusement pour le curieux démon, le démon tout blanc se sentait désormais trop soûl pour se battre (comme il a déjà été dit, le guerrier ne tenait pas du tout l’alcool et les quelques gorgées qu’il avait bu, avaient suffit à le rendre léthargique). Voyant que le voleur ne se retournait pas afin de s’occuper de ses affaires, l’albinos leva les sourcils d’étonnement, que lui voulait il en fin de compte ? Roh, les gens étaient si compliquer, avec leurs réactions improbable et leurs geste si brusques qui n’avaient aucuns sens. Au fond, si l’on exceptait sa folie qui le rongeait petit à petit, le démon albinos était somme toute une personne assez simple et ce gars là le déstabilisait complètement. Penchant la tête sur le coté, il fini par demander d’une voix blanche :

« Cela vous arrive souvent d’arracher des mains les affaires gens ? Et puis de parler à des ... »

Le démon ne put finir sa phrase, interrompu soudainement par la serveuse qui revenait justement avec une nouvelle bouteille. Encore une fois, comme il à déjà été préciser, Meneldil est franchement ignorant en ce qui concerne la valeurs des choses, de ce fait fouillant sur sa propre personne en sorti-il de l’or mais également des pierres précieuses ainsi que des colliers de perles. L’homme qu’il avait tué et voler, parfois le démon avait bien récupéré les affaires de ses victimes, devaient être quelqu’un de très riche finalement. La jeune femme fit des yeux éberluer, en réponse à ce regard l’albinos se contenta de hausser les épaules, ben quoi ou était le problème ? La serveuse se contenta de prendre l’or, laissant le reste du trésor sur la table, brillant comme une étoile et attirant de plus en plus des regards fortement intéresser. Seulement l’attention du vieux démon en armure se reporta sur son étrange compagnon de table, il bue une gorgée de sa nouvelle boisson et ne lâcha pas du regard. Vue de l’extérieur l’on pourrait alors croire que les deux démons s’adonnaient à une sorte de combat, un combat de yeux en quelque sorte. Lequel des deux allait gagner ? Le vieux fou ou le curieux personnage ? En tout cas, cela fini par faire sourire Tristelune, de toutes ses dents noircies par les années. Ensuite, comme bien des fois, son sourire inquiétant se mua en rire hystérique noyer par un bon gros flot d’alcool qu’il s’envoya dans le gosier. Il commençait sérieusement à se sentir fin soûl, comment cela allait il se finir ?
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jack D'enfer



________________

avatar
________________


Race : démon commun
Classe : nécromancien
Messages : 70


MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   Mer 19 Jan 2011 - 21:16

L’albinos le regardait bizarrement. On aurait dit qu’il venait seulement de comprendre que Jack lui avait pris sa boisson ; sans lui demander sa permission de plus est. Il était là, comme bloqué, telle une marionnette dont on avait cassé les fils. Il était ridicule. Jack souriait en le voyant ainsi. Il était sur le point d’exploser de rire, mais il se retint de justesse. Pourquoi ? On l’ignorait, car je peux vous assurer, que Jack ne se souciait pas de ces futilités mineures, bien qu’il ne fasse jamais quelque chose pour vexer quelqu’un. C’était naturel chez lui, tout simplement.

Le guerrier continuait de réfléchir à ce qui venait de se passer. Jack se demandait à quoi il pouvait bien penser. Après plusieurs minutes de silence, Jack en eut assez. Cet être n’avait rien qui puisse le divertir, ou l’intéresser.

Soupir.

Tandis qu’il se préparait à partir, son voisin de table parla enfin :

« Cela vous arrive souvent d’arracher des mains les affaires gens ? Et puis de parler à des ... »

Jack le regardait de ses yeux ronds. L’inconnu était bizarre, ou du moins pas dans son état normal.

Jack voulut répondre à la question, mais une serveuse le coupa dans son action. L’albinos versa une nouvelle fois, un sac de pièce bien fournis en échange de la bouteille qu’on lui apportait. Les bouts de métal se fracassèrent une seconde fois sur la table.

RRRRRRR, souffla Jack.

Qu’il avait horreur de ce bruit atroce. Il attrapa une pièce qui continuait de tourner près de lui. Jack fit de nouveau face au démon.

-Chez monsieur, je vous pris de bien vouloir cesser ce grabuge démoniaque. Cela à la fâcheuse tendance de m’irriter, dit Jack d’une voix grinçante.

Il fut quelques peu surpris d’avoir comme une réponse deux yeux braqués sur lui.

OooooooooOOOOOOOOOO !!! Jouit-il en silence.

Il ancra également ses orbites dans ceux du démon et attendit. En faite, il trouvait le jeu marrant. Il ne remarqua pas que les autres gens de l’auberge les regardaient d’un air suspicieux. Qu’importe, Jack, jouait avec son nouvel ami. Ce derniers devait également bien s’amuser, puisqu’il sourit, et vida d’un trait la bouteille qu’on venait de lui apporter.

*Drôle de personnage* pensa Jack.

Connaissez-vous Jack ? Oui ? Non ? Eh bien sachez, qu’il ne se gênait pas de faire savoir haut et fort ce qu’il pensait.

-Excusez-moi, hi hi, mais vous êtes un être pas très intelligent, mais très marrant mon chère. Comme quoi, le monde n’est peuplé que de gens étranges, HI HI.Pouffa-t-il en cachant sa bouche derrière sa manche.

Ah, la soirée ne s’annonçait pas sous les meilleurs hospices, mais ce mystérieux ivrogne, avait tout de même réussis à faire oublier à Jack, la disparition de Mr. Karl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meneldil Tristelune



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   Dim 23 Jan 2011 - 23:03

Quel drôle de personnage ce curieux jeune homme qui jouait avec lui, Meneldil apprécia même son audace de dire ce qu’il pensait. Le démon blanc n’aurait été soul, alors aurait il tiré épée au clair afin de le hacher menu, mais le fait était que l’alcool lui bloquait les membres en quelque sorte. En effet, comment être sur de bien viser lorsque la vison se fait trouble et les mains peut sur ? Bref, ce n’était pas vraiment le moment de se servir de son épée maléfique et puis ce personnage devant lui était assez amusant, hilarant presque à se tordre de rire. Ce que fit Tristelune avant de se finir la bouteille puis il se leva afin de déclarer quelque chose, pas forcement d’intelligent mais peut importe, qui n’était pas bourré dans la taverne de toute façon ? En attendant les petits gobelins musiciens eux, qui ne semblaient pas vraiment troublé par l’ambiance alcoolique de la soirée, commencèrent un nouveau morceau de musique. C’était une musique plus enjoué qui s’annonçait festive et pleine de rythme, elle accompagna avec perfection le guerrier lorsqu’il se vautra lamentablement sur la table comme une masse, en fin de compte il n’avait pas pu déclarer quoi que se soit. Grognant tel un gros chat en colère, il se reposa doucement sur sa chaise et demanda d’une voix rauque :

« Nan mais, tes qui toi en fait ??? »

Façon peut élégante de demander son nom à un autre jeune démon, néanmoins, cela n’allait sûrement pas l’affecté, du moins pouvait on se l’imaginer. Autour de la table des deux démons, quelques barbares se mirent à danser d’une manière qui leur était toute personnelle, en embêtant fortement les pauvres serveuses. Un peut plus loin encore, une bande d’orque jouant aux cartes commencèrent sérieusement à se hurler dessus, l’un d’eux avait il tenter de tricher ? Ce serrait un sacré vilain alors n’est ce pas ? Tout ceci ne troubla pas plus l’albinos qui s’attelait désormais à l’observation d’une de ses pierres précieuses, il ne comprenait pas pourquoi certaine personne en faisait toute une obsession, ce n’était qu’une pierre ! Curieux, il croqua même dessus, se faisant plus mal aux dents qu’autre chose mais au moins avait il apprit que ce n’est pas fin de mordre un rubis car, ça fait très mal. Maintenant qu’il avait bu comme un porc, Meneldil avait faim et il n’allait pas pouvoir manger de la chaire humaine dans cette taverne. Cependant, il posa quand même la question à l’étrange personnage :

« Tu crois qu’on peut manger de l’humain ici ? »

On l’entendit à la table d’a coté et un chevalier, qui devait être justement humain, lui lança à regard de pur dégoût. Tristelune lui ne voyait vraiment pas où était le problème à ça, peut être qu’il existait des humains mangeur de chaire démoniaque, d’ailleurs le guerrier lame noire avait lui même essayé. Finalement, le groupe d’orques se lancèrent dans une grosse bagarre qui promettait de faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jack D'enfer



________________

avatar
________________


Race : démon commun
Classe : nécromancien
Messages : 70


MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   Sam 29 Jan 2011 - 23:29

C’était la première fois que Jack voyait un démon au teint terrifiant boire autant, et devenir en si peu de temps aussi ridicule. L’albinos semblait avoir perdus la totalité de ses forces, si bien que Jack ne se sentait pas le moindre du monde en danger en sa présence. Enfin, même si le mal en personne lui rendait visite, je ne pense pas que Jack montrerait une quelconque peur. Enfin si peut-être, mais cela l’exciterait encore plus.

Comme pour dire le contraire, le démon guerrier se leva d’un coup, comme pour déclarer quelque chose d’une voix haute et autoritaire. Jack le regardait avec insistance, attendant qu’il fasse enfin quelque chose. L’albinos observa la pièce quelques instants, avant de se rasseoir, en tombant serait plus adapté, sur sa chaise dans un bruit burlesque de trompette. Il but une longue gorgée, avant de s’étaler de tout son long sur la table. Il était dans un mauvais état. Jack se demandait comment il pouvait encore se tenir éveillé. Jack se dit aussi qu’il était bête d’avoir autant picolé en sachant qu’il ne tenait pas l’alcool. Enfin, ses futilités n’intéressait pas du tout Jack, qui s’’en contre-fichait complètement, et contentait de se divertir de se spectacle rare et déroutant de la part d’un démon.

« Nan mais, tes qui toi en fait ??? »

La simplicité de la question surprit Jack. Son langage « grossier » comme certains l’aurait qualifié, n’outrage en aucun cas le nécromancien qui sourit. Le démon blanc semblait reprendre un peu ses esprits.

-Je ne suis qu’un vagabond, un troubadour, un artiste dément, et autres…je suis Jack D’Enfer…et vous mon ami blanc ? Répondit simplement Jack.

La musique commençait à s’éprendre des personnes présentes dans la salle, et qui comme son voisin de table, avait un peu trop tirés la boisson. L’agitation montait dans l’air n’augurant point une soirée tranquille. Jack fixa de nouveau le démon en attente d’une réponse. Mais ce dernier, formula une nouvelle question tout à fait attendue...

« Tu crois qu’on peut manger de l’humain ici ? »

Tu crois qu’on peut manger de l’humain ici….HA HA HA HA ! Ria fortement Jack.

Cet énergumène ne finirait jamais plus de le surprendre. Certains barbares assis à une table voisine, prirent une expression étrange, mal à l’aise en entendant les paroles de l’albinos. Ils semblaient attendre une réponse de ma part, comme s’il leur vie en dépendait…ce qui n’était pas des plus absurdes comme raisonnement…

- Et bien mon ami, je n’en sais rien, mais s’il vous plait, si vous me permettez, essayez de ne pas trop les abîmer…les humains, peuvent être de bonnes compagnie parfois, vous pouvez me faire confiance. Je côtoie très souvent, et depuis longtemps, oh oui depuis longtemps, ces humains. Ils sont tout à fait passionnants, croyez-moi…

Une bataille d’orque venait de commencer non loin de leur table.

-Les humains sont une richesse inépuisable de découvertes exceptionnelles, et je tiens aussi à di…

Il ne put finir sa phrase. Un humain le percuta violement, et le fit tomber au sol. Jack reprit peu à peu ses esprits, un peu sonné par le choc, et poussa un cri des plus déments, en voyant, ses mains couverts d’alcool et trainant sur le sol sal.

-AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!

Il prit l’humain par les cheveux et l’envoya valser à plusieurs mètres. Tous le regardaient. Grossière erreur.

« RAMENEZ MOI VITE DE QUOI ME NETTOYER LES MAINS, SINON JE VOUS TUE TOUS, HI HI HI HI, rageat-il, ses yeux rouges comme un soleil de sang….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meneldil Tristelune



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   Lun 31 Jan 2011 - 21:36

Par tous les démons du Vein, ce gars là, qui était donc un artiste, était, encore plus dingue que Meneldil et ses voix désincarnées réunis. S’en était presque fascinant, tellement que l’albinos ne put s’empêcher de rire en le voyant hurler qu’il allait tuer tout le monde si on ne lui donnait pas quelque chose pour ses mains. Cependant, Tristelune même, n’aurait pas tué pour raison aussi banale. Ouai, son camarade démon était vraiment le plus fêlé qu’il n’ai jamais croiser, cela était réconfortant dans un sens, il existait donc malade mental plus atteint que sa petite personne. Un silence de mort planait en tout cas dans la salle depuis la déclaration de Jack D’enfer, personne ne semblait vouloir bouger le petit doigts, ils étaient tous pétrifier ou quoi ?

Le démon blanc décida alors de réagir, puisque les barbares et autres orcs réunis n’étaient visiblement que des mauviettes, des fillettes, des incapables. Il se leva donc et s’avança d’un pas décider mais peut sur vers une serveuse occuper certainement à nettoyer le comptoir, mais qui désormais était malheureusement figer par une stupide peur. Néanmoins cet état de fait ne dura que quelques secondes, temps de stupeur en fait, et bien vite les choses reprirent leur cour normal : les orcs se battirent comme de véritable fauve, les serveuse déambulaient avec leur choppe de bière et le démon albinos en armure porta un chiffon à l’artiste en question. Il ne put s’empêcher de sourire et demanda d’une voix claire, puant l’alcool fort :

« Alors, tu ne pourrais pas faire une démonstration de tes talents de troubadour ? »

Un joli spectacle pourrait plaire à Meneldil le guerrier lame noire, si seulement il savait avec certitude ce que c’était un troubadour, en fait il n’était pas sur du tout de le savoir. La connaissance du monde civiliser échappait complètement au sauvage qu’était l’albinos, parfois il pensait avec raison qu’il n’était qu’une bête. Voulant se rassoire, il rata la chaise et se trouva par terre, ce qui ne le fit pas rire du tout, or ses voix désincarnées si, qui elles rirent par sa bouche, de même que son épée maléfique. Nettement on se moquait de lui, d’ailleurs le barbare à coté de lui aussi, ce qui lui valu de se faire coincé par la poigne de fer du démon à la peau laiteuse.

Ensuite le barbare se fit proprement égorger, comme un gros porcs. Le sang se répandit par terre, faisant grimacer les serveuses, néanmoins cela ne déclancha pas plus d’émotions. Dans ce genre d’établissement l’on avait finalement l’habitude de voir des scene de ce genre et les orcs eux mettaient bien plus de chaos que Meneldil et Jack réunit n’est ce pas ? En plus n’était ce pas le moment rêver pour goûter à de la chaire humain ? Tout mort, aussi frais qu’un poisson que l’on viendrait tout juste de pêcher, et en plus cela semblait être de la viande de qualité. Tristelune ne s’empêcha pas donc de mordre la chaire molle de l’épaule, ressentant instantanément du plaisir à se geste si animal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Un dernier verre [PV Meneldil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un dernier verre [PV Meneldil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Auberge des gobelins musiciens-