''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Lun 17 Jan 2011 - 14:21

"Combien de Lunes, combien de temps, depuis que tu as disparut sans laisser de traces... Depuis que ton ombre lumineuse s'est enfuie dans les profondeur de cette faille qui s'est ouverte dans le creux de la terre, pour te mener, dieu seul sait où... Combien de Lunes se sont écoulées...? Pendant combien de temps encore vais je devoir t'attendre Luyak, Cher Ange...

Dehors tout est si différent... Et la différence prend sa place un peu plus chaque jour que fait le ciel. Adyril du Milieu, ce village que tu as nommé ainsi, n'en est plus un Luyak. Il n'est plus un cocon fermé et clos, un crysalide sombre et trsite comme tu l'as connus. Comme la chenille apeurée devient un papillon, C'est un tout autre endroit que tu pourrais y voir à présent. Les hommes y sont fiers et forts. Pas une seule âme, pas un seul être manque de quelque chose. Mais l'avarice y est bannie. Partout je ne vois qu'amour et partage. Existe t'il un aussi bel endroit là où tu te terre en ce moment ? As tu trouvé un autre havre de paix ? Je pris chaque jour un peu plus pour que tu nous revienne. Et que tu me revienne à moi aussi..."


J'ai fermé le carnet de cuir et tissu tréssé aux pages de papier jauni, dont la reliure de bois finement sculpté le décors comme un livre sacré. J'ai posé la plume grise mouchetée de bleu sombre dont le biseau taillé est noirci par l'encre qui me sert chaque fois à écrire mes pensées. Je caresse la couverture du carnet doucement, comme un geste tant de fois répété. Le bureau de bois d'ében taillé par un menuisier de la petite ville qui s'étend tranquille aux abords de la chapelle où je réside toujours, est éclairé par le vitraille qui lui fait face et dont la fresque est illuminée par le soleil matinal. Les morceaux de verre teintés des vitraux de la chapelle m'empechent de craindre la brulure du soleil dehors.

Je me suis levée doucement de ma chaise d'ében ornée d'un petit cousssin de soie sauvage. Laissant là le carnet et la plume dans son encrier. La traine de ma robe couleur de nuit et de violette, ornée de mille pierreries, se laisse glisser sur le sol sur les quelque pas que je fais vers le vitraille. Je regarde dehors le village, par l'un des morceau de verre du vitraille transparant.

La douceur du ciel. La tendresse des rues fleuries et la douce lumière qui caresse la devanture des maisons. Les villageois, se promenant et vaquant à leurs occupations. Les échoppes étaient toutes ouvertes en ce jour. je devinais sans la sentire, l'odeur enivrante du bon pain chez les boulangers et les pétrisseur. Celle des fleuristes et des vendeuses de fleures qui ornes leurs paniers remplis de couleurs chatoyantes. Leur joie apaise ma tristesse.

A l'aube encore ce matin, j'ai reçut mille présents, et offrandes de leurs part. Je regarde la grande pièce autourde moi. Un grand lit à baldaquin de bois de noyer dont les draps et les couverture de plumes d'oies sauvage et de fils d'argent en font de véritable bijoux de couturier. Chaque meubles taillé par les mains les plus talentueuses que je connaisse au village, les objets, les grigris en argent et en bronze teinté, les bijoux, les tapis de tisserants... La chapelle ne porte ce nom de "chapelle" que parce que j'ai prié les habitants de la laisser être nommée ainsi. Sans quoi c'est un veritable palais dont la pierre grise est parfois teintée de blanc en fonction du temps et de la saison.

Dehors j'observe au loin les carrières où s'entrainent encores les combattants de la ville et la petite armée valeureuse qui s'y est construite au fur et à mesure. Devant les portes ouvertes du village les gardes y surveille toujours fièrement l'entrée. Je ne me lasse pas de regarder par le vitraille la vie s'activée toute la journée sous mes pieds. Je m'en suis retournée doucement à l'opposé de la pièce observé la plaine et les collines aux alentours derrière le village, baignées de soleil, guêter comme toujours peut être, le retour tant attendus du protecteur de cette cité nouvelle depuis qu'il en est partit. Ma tristesse est toujours là.


Dernière édition par Meryle Nightlander le Mer 19 Jan 2011 - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Lun 17 Jan 2011 - 23:13

Des collines, encore des collines. Il y avait de cela quelque jours, Eimerek avait entendu parler d’un village qu serait un lieu de rassemblement pour les rebelles… Enfin, ce la n’était qu’une rumeur, tout comme cela qui disait que la meneuse de ce village était un vampire, qui selon les villageois était une arme dévastatrice contre les autres vampires. Peut-être pourrait-elle l’aider avec son vampire, l’invocateur pouffa. Il lui faudrait bien plus que l’aider… Ainsi, le jeune homme s’était mit en quête de ce village, il espérait pouvoir quérir de l’aide au près de cette buveuse de sang… enfin si elle en était bien une, de toute façon, si elle pouvait l’aider avec son problème, Eimerek ne s’en souciait guère. Puis, au loin, un point. Mais qu’est ce que cela pouvait bien être? Eimerek apercevait une légère fumée, probablement dut à quelconque foyer. Un village? Enfin, Eimerek y était parvenu et quelques instants plus tard, il apercevait des gardes et l’entrée du village. Comment devait-il procéder? Eimerek réfléchit un instant en fredonnant doucement avant de ce décider à approcher calmement des gardes. Peut-être le laisseraient ils passer? Ainsi, il se retrouva, toujours fredonnant devant les gardes, il tenta de continuer son chemin quand la lance d’un des gardes vint se placer devant son ventre alors que son propriétaire prenait la parole.

- Où crois tu aller comme sa gamin? Personne n’entre dans Adiryl du milieu comme ça, je t’en fais ma parole petit.

L’invocateur arrêta de fredonner et regarda ce garde dans les yeux, il semblait tout a fait déterminer. Eimerek se souvint alors que la rumeur disait que les prisonniers, condamné a mort servaient a nourrir la buveuse de sang qui dirigeait sur ce village. Cela serait probablement la façon la plus simple de rencontrer la meneuse. Et si cela tournait mal, Eimerek n’avait qu’à invoquer une grosse créature et l’envoyer décimer ceux qui le ferait prisonnier. Ainsi Eimerek sourit au garde, gloussa avant de prendre la parole.

- Hé bien, en voila des manières, je viens rencontrer la chef de ce village.
- Et tu croyait passer comme sa? Tu dois d’abord répondre a quelques questions…

Un autre garde pris la parole interrompant son collègue.

- Premièrement quelles sont tes allégeances?

Eimerek se tourna vers son nouvel interlocuteur en lui répondant.

- Je suis un partisan du royaume, monsieur le garde…

Eimerek partit d’un rire dément en voyant le regard des gardes et les armes se rapprocher alors qu’il dégaina sa dague et l’envoya sur le sol.

- Allons, allons je me rend, je me rend pas la peine de faire vos méchants. Et moi qui croyait que Luyak avait fondé ce village...

Les gardes, semblèrent surpris, puis poussèrent Eimerek en direction du village.

- Allez avance gamin…
Le garde se tourna vers son camarade.

- Vas avertir Meryle… Ce prisonnier devrait l’intriguer…

Eimerek gloussa alors qu’il se faisait amener vers ce qui ressemblait a une prison. Alors, elle se nommait Meryle… le jeune humain espéra qu’elle serait en effet intriguée par sa présence et ses agissements.
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mar 18 Jan 2011 - 11:54

Les ruelles étaient fleuries autour du garçon. Partout de bonnes odeurs et de belles couleurs. Il y avait des drapeaux de couleurs unies accrochés partout à chaque toiture et chaque balcon. le sol de terre avait été pavé de belles dalles blanches. c'était comme un minuscule paradis perdu au milieu de nul part que l'on imaginait même pas. Un paradis bien trop incroyable pour être vrai quelque part.

Les maisons de cheau et de bois aux toits de tuiles d'ardoises bleuïes par la lumière d'un soleil radieux, créaient des rues illumiées et baignées d'une douce chaleur agréable, le tout ponctué de bruit d'une vie sans cesse en activité. Les cloches des boeufs d'un paysant allant aux champs avec son fils, les cris d'appels d'un marchant de poisson à son étal. Les rires des enfants courant après des rubans qu'ils tenaient aux mains les laissant tournoyer au vent dans leur course éffrenée. Les conversations enjouées des femmes faisant le marché.
Partout plein de petites banderoles blanches accrochées flotant au vent.

On aurait dit un joyeux jour de fête. C'en était un. Ici aujourd'hui était fêté la 45 ème Lune depuis la reconstruction qu'ils appellaient tous," le Miracle". Dans chaque panier des fleurs, dans chaque bouche des rires. Le jeune homme avait attérit dans le seul coin de Paradis de Feleth qui puisse à ce jour perdurer. Le seul sur lequel le roi du Royaume n'avait pas mis la main. Il y avait de quoi se remettre en question à voir cette vie paisible intouchée...

Les gardes le menaient dans la grande rue principale, ou du moins elle en avait l'air, en le tenant fermement. Des regards étonnés se fixaient sur le mini convois sur leurs passage et bien entendu sur le jeune homme. Les énnemis n'était pas visiblement une habitude au village. Bien que les gardes y semblaient préparés vu leur attitude défensive. Au bout de l'avenue se dressait comme un roc, une chapelle de pierres grises pales rayonnante par le temps ensoleillé. Ponctuée de vitraux et de statues, celle ci semblait être une drôle d'église pas vraiment comme les autres. Les villageois chuchotaient sur leur passage.

Qui était cet étranger ? D'ou venait il ? Quelqu'un l'avait il déja vu ici ? Surement pas ! Etait il un traitre envoyé du Roi ? Un voleur ? Non le roi ne pouvais pas connaitre le village ! impossible ! Un vampire ? Bien sur que non il n'y ressemblait pas... ! Un fou ? C'est vrai qu'à le voir dans cet état on aurait pu le penser... En ce jour de fête ?! Quelle insulte ! ...Ou allaient t'ils ? Voir L'élue ? Il ne mériterais pas sa bonté ni même de la voir ! ne dites pas ça on ne sait pas qui c'est ! Répondaient certains ..... les chuchotements des habitants ne cessaient pas de s'interroger... Qui pouvait il être ?

Les gardes le menèrent jusqu'à la chapelle....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mar 18 Jan 2011 - 14:11

Eimerek ne put s’empêcher de glousser alors que les villageois murmuraient entre eux sur son passage. Bien qu’il n’entende pas clairement leurs discussions, il put n comprendre quelques mots. Qui était-il? D’où venait-il? Un traître envoyé du roi? Le jeune humain s’esclaffa en entendant cette question, pourquoi diable un envoyé du roi irait-il se rendre? De plus, le roi ne connaissait probablement pas encore ce village, mais les rumeurs se propageaient vite… Et lorsqu’il en connaîtrait l’existence, les capes blanches n’allaient pas tarder… Ah ces braves capes blanches, toujours prêtes à tout pour satisfaire le roi. Puis, il entendit des villageois se questionner, allait- il voir l’élue? Mais quelle élue? Ils faisaient probablement allusion à la dirigeante du village. Puis au bout de quelques minutes, Eimerek fut conduit devant une chapelle, quel merveilleux bâtiment… Puis alors qu’ils arrivaient devant les portes de celle-ci, les gardes tambourinèrent un peu sur la porte, l’ouvrirent et poussèrent le jeune humain à l’intérieur, entrèrent à sa suite et refermèrent la porte. Il faisait bien noir dans cette église… Endroit idéal pour un vampire, Eimerek se mit à rire de nouveau et les gardes inquiets s’échangèrent un bref regard, pourquoi riait-il ainsi? Il devait être complètement fou… et si fatigué, avoir de telles cernes sous les yeux, ce n’était pas normal et ses yeux injectés de sang… Pauvre gamin, perdre la raison a un tel âge… Puis les gardes prirent la parole.

- Oh chère élue, nous sommes arrivés et nous t’apportons le… prisonnier.

Le jeune humain ne put s’empêcher de rire follement, enfin, il allait rencontrer cette élue. Il se demanda a quoi elle pouvait bien ressembler. Il pensa à celle qui lui avait dérobé ses rêves en se mettant à fredonner le doux petit air, interrompant les gardes qui n’eurent pas la bonté de l’arrêter. Enfin, pour un moment, car après quelques moments, Eimerek reçu un coup derrière la tête, il tibuta, mais les gardes le remirent sur ses pieds pendant qu’Eimerek leur adressait la parole.

- Non, mais sa va pas? Pourquoi faire preuve de violence alors que vous auriez pus tout simplement me dire de la fermer?

Il s’arrêta en gloussant avant de reprendre en murmurant

- Et dire que Luyak m’avait dit que je serais bien reçu…
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mar 18 Jan 2011 - 16:30

Dans la pièce immense dont les murs de pierre semblaient solides et batis pour durer une éternitée, l'obscurité était de mise. Mais peu à peu les yeux du jeune humain purent surement s'adapter à cette ombre qui reignait. En effet la pièce n'était pas si sombre. Mais le contraste avec la lumière éxterieur était rude. Peu à peu de grands rideaux de soie aux couleurs fauves et rouges près de vitraux majestueux purent être distingués.
Ainsi que le mobiler de bois laqué et sombre de la pièce. Les objets d'argent sur les commodes sculptées, et le grand lit à baldaquin dans le fond de la pièce, entouré de grandx voiles de lin blanc qui faisaient de la couche un cocon de drapés voluptueux.
Un petit secrétair de bois sculpté avec sa chaise haute était posé dvant la fenêtre. Ce petit bureau était proprement rangé et paraissait presque être un endroit privilégié de la pièce.

Ce fut à cet instant qu'il put alors remarquer certainement, une silhouette dans l'arrière de la pièce. Près d'un vitraille une longue silhouette fine était là debout à regarder par la fenetre teintée. Une femme de fine taille, plutot grande, dont la robe bleu nuit, noire et violette tombait jusqu'au sol dans de lourd drapés. Elle portait un bustier en forme de coeur sur le devant à la gorge sur la poitrine et derrier de même, échancré jusqu'à la collone laissant entrevoir une large partit de son dos.

De larges manches, si longues que l'on n'en voyait pas ses mains, retombaient elles aussi au sol. On devinait sans mal une cheveulure claire coiffée dans une complexe coiffure garnie de perles simple transparantes. Mais on les devinait très long. Sa peau paraissait d'ci très blanche. Son apparence était aussi simple qu'énigmatique. Elle était de dos.

- Oh chère élue, nous sommes arrivés et nous t’apportons le… prisonnier.

Doucement je me retournais. Lentement même. Sans bouger de place toujours près de mon vitraille. Je fis face aux gardes qui se trouvaient près de la porte pour les regarders.
Je vis un jeune homme entre leurs mains. Mes yeux gris pale le discernaient très bien dans la demie obscurité. Son apparence était celle d'un jeune garçon. Epuisé il semblait pris d'un folie qui ne lui était pas du.

Doucement alors qu'il fut pris d'un rire et que l'un de mes gardes le corrigea je m'avançais. D'un pas lent et légé vers eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mar 18 Jan 2011 - 22:45

La surprise d’Eimerek n’aurait pas pu être plus grande. Elle ici, comment avait-elle pu accéder au poste de dirigeante de ce village? Peut lui importait, elle était la, devant lui. Elle, celle qui lui avait volé ses rêves. Bien qu’elle ne soit pas vêtu de la même façon Eimerek l’avait reconnue, même s’il ne voyait pas aussi bien qu’en plein jour et malgré le fait qu’elle soit de dos… Par la suite, quand le garde pris la parole, elle s’était retournée et Eimerek frissonna tout en éclatant de rire. C’était bien elle, elle était devant lui et elle se rapprochait. Les gardes corrigèrent le jeune humain bien plus d’une fois, tentent de la faire taire, mais rien n’y fut. Il ne pouvait s’arrêter. Déstabiliser les gardes le poussèrent au sol, où l’invocateur s’écrasa et resta ainsi couché, se taisant enfin. De mois jusqu’au moment où le jeune humain put apercevoir les pieds de la vampire. Il releva alors la tête, se demandant si elle l’avait reconnu. Il gloussa un peu avant de prendre la parole d’un ton quelque peu rauque.

- Vous, vous ici, mais quelle surprise. Vous m’avez peut-être oublié mais moi non…

Alors qu’il voulu continuer de parler, il senti la botte d’un des gardes s’écraser sur sa tête l’obligeant à la redescendre. Eimerek rigola quelque peu avant de se remettre a fredonner la douce mélodie de la vampire.

-Au plus loin, de tes.. rêves..
Au plus près, le jour s’a..chève..
L’ange noir, ose y croire…
Laisse toi envouter…

C’est l’ivresse, la promesse..
Doux vampire … au sourire
Désirant t’apaiser…

Laisse toi désirer….


Puis l’invocateur continua sans parole, regardant en levant les yeux les pieds toujours visibles de la buveuse de sang.
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mer 19 Jan 2011 - 11:53

- Vous, vous ici, mais quelle surprise. Vous m’avez peut-être oublié mais moi non…


J'observais avec une curiosité voilée ce jeunepersonnage au sol.Le jeune homme riait. Aux éclats. Un rire qui ne m'était pas inconnu. Un rire de fou. Un rire qui n'avait plus de raison plus de mémoir ni conscience. Ce jeune homme avait perdu la raison... Et la seule chose possible qui puisse faire perdre conscience à un humain aussi jeune que lui était le vol de ses rêves... Mais qui d'autre que moi en était capable ? Personne.

Ce ne fut qu'en l'entendant murmurer ses douces parôles d'une mlélodie qui n'appartenait qu'à moi seule... Ce ne fut qu'en entendant ces mots de ses lèvres, qu'un sourire à peine prononcé se dessina sur les miennes. Toujours aussi mélancolique cependant.

-Au plus loin, de tes.. rêves..
Au plus près, le jour s’a..chève..
L’ange noir, ose y croire…
Laisse toi envouter…

C’est l’ivresse, la promesse..
Doux vampire … au sourire
Désirant t’apaiser…

Laisse toi désirer….



Oui. Je me souvenait d'une nuit de pleine lune, de cette rencontre opportune avec un cavalier égaré alors que je n'était qu'un jeune Vampire ésseulé et vagabondant encore en cette periode... J'avais vidé de son sang sa monture et retrouvé la trace de son chevaucheur caché dans une grotte blessé à de multiples endroit... Son sang et son odeur m'avait guidé et je me souvenait alors chaque détail de son visage transit par la crainte.

Mais diable, il avait tant changé. Ses cernes sous ses yeux reflétaient sa folie, et le sommeil qu'il n'avait plus. Il devait souffrir le martir depuis notre rencontre... Peu à peu les souvenirs remontaient à la surface.

Comment diable avait t'il put venir jusqu'à moi ? Par quels renseignements et par quels miracles ? Avait il fait tout ce chemin pour me retrouver ? Retrouvé ses rêves ? Quel drole de situation... C'était la première fois qu'un humain comprenait que la seule raison de son manque ne pouvait venir que de moi alors que je m'était emparé de sa conscience...

Doucement je regardais le Garde : ... Hector... enlève ta botte de son visage... Ce jeune homme est perturbé... Il n'est pas un danger ne t'inquiète plus.... dis je d'une vois douce comme toujours lorsque je m'adressais à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mer 19 Jan 2011 - 13:16

Un sourire se dessina sur les lèvres d’Eimerek lorsqu’elle prit la parole, il frissonna et rigola un instant alors que Hector, comme l’avait nommé l’élue, retirait sa botte de sur sa tête. Un petit instant d’hésitation, puis le jeune humain perturbé senti des puissants bras le relever. Eimerek pu enfin contempler autre chose que les pieds de la dame. Son si doux visage, si charmant. Eimerek se surprit à se demander pourquoi il ne s’était pas laissé faire dans la grotte. Il pouffa à cette idée avant de reporter son attention sur la buveuse de sang. Bien qu’elle ait dit au garde qu’il ne représentait pas un danger, ils ne le lâchaient pas. Comment ne pouvaient-ils pas être rassurés par sa douce voix? Peut-être qu’un fou les inquiétait trop… Lui inquiéter quelqu'un? Eimerek gloussa. La seule personne qui avait déjà été inquiète d’Eimerek avait été sa propre personne… Mais bon, il acheva ses pensées en reportant son attention sur la buveuse de sang, attendant que ses douces paroles sortent de ses lèvres et qu’elle apaise son esprit torturé. Mais, il lui faudrait faire vite… Ils… Ils allaient revenir… Eux, eux qui parlaient dans sa tête, eux qui le suivaient partout… Eux qui s’était échappés, qui avait profité de l’absence d’esprit d’Eimerek pour l’envahir. Envahir sa tête, ses pensées, ses nuits. Toujours, ils étaient partout, ils n’allaient pas tarder à arriver… Il entendait déjà les rires moqueurs dans sa tête…

- Alors, humain… Où est ta barrière? Où sont tes songes? Nous sommes libres de faire ce que nous souhaitons maintenant….

Non, pas maintenant, il devait rester concentré, n’entendre que la voix de la voleuse de rêves… Pas leur voix… Pas la sienne…. Il eut quelques frissons alors qu’il essayait de se contrôler… il devait réussir, ne pas céder, pas maintenant….


Dernière édition par Eimerek Norrep le Sam 22 Jan 2011 - 8:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mer 19 Jan 2011 - 13:53

Je plongeait mes yeux dans les siens. Doucement. Mon attention focalisée sur lui et sur son visage je le laissais me contempler. Doucement je vint lever une main vers lui. Le tissu de la large et longue manche qui recouvrait mon bras, glissa lentement dans un froissement doux de tissu qui se plissa révélant de multiple couleur de brume et légerement ombrées de nuit et de violette en fleur dont la couleur rappelait le fané d'un dalia mauve avec un mélange de lys brun moucheté de gris pale... la soie glissa le long de mon bras d'opaline blanc et lisse comme de la porcelaine. ma main découverte et fine porta attention au visage du jeune garçon... doucement sa chaleur vint éffleuré la peau de sa joue en une caresse à peine frolée. Un sourire mélancolique toujours gravé sur mes lèvres.

-Pauvre ame.... soufflais je... Tu as tant changé... Ta raison t'as donc bel et bien perdu n'es ce pas... Quel destin cruel que le tient...

Murmurais je en continuant de suivre la ligne de son visage du bout des doigts. Bien des lunes sont passées depuis que je ne l'avais revu. Je retirais doucement ma main de son visage épuisé et tiré par les traits de fatigue et d'insomnie qui lui faisait un air de fou ou bien d'enfant perdu ayant bien trop pleuré. je remontait ma main à son front et retirais les meches de celui ci qui lui barraient le visage, transit de sueur comme s'il était malade tout en fredonnant dans un murmur, une voix à demie chantée si ce n'est à peine soufflée -

-Au plus loin, de tes.. rêves..
Au plus près, le jour s’a..chève..
L’ange noir, ose y croire…
Laisse toi envouter…

C’est l’ivresse, la promesse..
Doux vampire … au sourire
Désirant t’apaiser…

Laisse toi désirer…

...

Laisse moi t'apaiser...
.

je regardais les gardes et murmurais ensuite doucement :

- Merci Hector... Tu peux le lacher... Il ne me veux aucun mal... Vous pouvez vous retirer mes braves... Je garde notre inconnus auprès de moi ... Seule... Merci pour votre zele .... Vous êtes la fiertée D'adyril du milieu... Puisse la force de Luyak nous habiter aussi longtemps que le temps lui même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mer 19 Jan 2011 - 14:18

L’invocateur à l’esprit troublé fixait également la buveuse de sang dans ses yeux, ses yeux si mélancoliques. Soudain, Eimerek senti une main frôler son visage, il n’avait pas vu le mouvement qu’elle était déjà repartie alors que sa propriétaire prenait la parole de sa voix toujours en murmure.

-Pauvre ame.... soufflais je... Tu as tant changé... Ta raison t'as donc bel et bien perdu n'es ce pas... Quel destin cruel que le tient...

Puis, elle remonta sa main a son front, retira les mèches égarées qui barraient son visage, puis elle s’adressa au gardes en ayant finit de murmurer sa mélodie si particulière, si envoûtante.

- Merci Hector... Tu peux le lacher... Il ne me veux aucun mal... Vous pouvez vous retirer mes braves... Je garde notre inconnus auprès de moi ... Seule... Merci pour votre zele .... Vous êtes la fiertée D'adyril du milieu... Puisse la force de Luyak nous habiter aussi longtemps que le temps lui même...

Le garder auprès d’elle, seule? Cette idée sembla surprendre les gardes un instant, mais ils obéirent aux ordres de cette si douce buveuse de sang et quittèrent la chapelle. Une fois la porte close, Eimerek recommença à rire. Enfin, enfin oui aujourd’hui, son esprit pourrait être apaisé. Oh oui, aujourd’hui, aujourd’hui était le jour, le grand jour. Est-ce que sa torture psychologique tirait à sa fin? L’humain gloussa encore une autre fois. Et peut-être pourrait il enfin cesser de rire comme un dément? Un mince sourire se dessina à nouveaux sur les lèvres du garçon avant qu’il ne prenne la parole.

- Un cruel destin? Mais quel destin? Il s’interrompant en gloussant un peu avant de reprendre un peu plus calme. Oh non, depuis ce jour, le seul destin que j’ai eu, fut de perdre la raison… Mais vous, vous… vous pouvez me rendre ce que j’ai perdu… Je le sais… Encore un autre gloussement. Vous, vous m’avez laisser vivre dans cette grotte, mais la vie vaut elle la raison?

Cette fois ci, Eimerek s’esclaffa comme un dément et ne put continuer à parler, du moins pendant un long moment et lorsqu’il parvient enfin a se calmer, il préféra se taire et entendre la douce voix si rassurante du vampire…
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mer 19 Jan 2011 - 15:03

Quand les gardes furent partit je me détournais doucement du jeune homme alors et fis quelque pas en direction de la petite tablette qui me servait de secrétair en bois. Je m'y assis doucement. Je ne portait pas attention au jeune homme s'était de nouveau retrouver à terre quand les gardes l'eurent laché.

Doucement j'ouvrit le carnet devant moi , sortit la plume duveuteuse de l'encrier et tournais quelque page jaunies du carnet. Doucement je me mis à écrire. Sans porter d'attention au jeune homme dant la raison vacillait, seul un peu plus loin , au abois d'apaisement.
Le laisser ainsi sur place devait être certainement une torture mais en rien je ne lui était vouée et comme j'avais l'habitude de faire les choses à ma manière depuis la prise du village, je n'avais qu'une seule loi et qu'une seule règle : Chaque chose à sa place, chaque actes prend son temps...

Doucement je mis donc à poser l'encre sur le papier avec le biseau d'argent de la plume de lyre:

"En cette lune, en ce jour de fête me voici reprendre la plume alors que je l'ai posé il n'y à de cela encore que quelques heures... Comme les choses en ce mondes sont curieuses... Et comme le monde est si peu vaste en réalité. Et comme l'esprit humain à des facettes insondée et étonnante. Aujourd'hui me revient comme un songe passé, l'être torturé d'un ancien supplice de mon ame vicieuse d'autrefois. J'ai tant volé de rêves qu'on m'en réclame le dû revenu aujourd'hui, quel drôle de comble est le mien."

Je prenais mon temps pour tracer chaque lettres et chaque mots comme si mon esprit c'était détourné de la présence du jeune homme.

- Un cruel destin? Mais quel destin? Il s’interrompant en gloussant un peu avant de reprendre un peu plus calme. Oh non, depuis ce jour, le seul destin que j’ai eu, fut de perdre la raison… Mais vous, vous… vous pouvez me rendre ce que j’ai perdu… Je le sais… Encore un autre gloussement. Vous, vous m’avez laisser vivre dans cette grotte, mais la vie vaut elle la raison?

Doucement, sans cesser de tracer les lignes de mon écriture je pris parole de ma voix calme et posée teintée de morale :

- Aucune vie ne possède de raison mon ami... Aucunes raisons n'a besoin de vie pour éclore ou bien mourire... Même pour exister. Si tenter que les hommes ai une raison... Nous adorons tous la folie comme nous la rejettons... Tu as vécu sans conscience un moment de ta vie, tu as gouté au supplice de la torture que les tients aiment faire subirent à ceux qui recherchent la paix... N'as tu point de honte à venir en ces lieux me réclamer une chose que tu n'avais déja plus ? ... je ne te dois rien toi qui réclame... Ton Royaume torture les miens sans justice ni raison.. Et voila que tu viens réclamer la tienne... As tu l'audace de dire que vous possédez une raison et des rêves ? ... La tuerie, le pillage, l'injustice que les tient profèrent dehors au coeur de Feleth tout entier, est ce cela votre "raison"... Même le pire des démons à plus de pitié et de rêves que vous...

Je reposais lentement ma plume. Pas une seconde je n'avais posé les yeux sur lui lors de mes paroles. Je contemplais mes écrits un instant et doucement refermais le carnet et me levais après un instant de silence et d'immobilisme doucement. Je retournait mes yeux vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Mer 19 Jan 2011 - 23:10

Eimerek allait finir par perdre complètement la raison si elle continuait de l’ignorer, elle semblait prendre tout son temps pour écrire chaque lettres dans ce qui semblait être un journal et tout en continuant d’écrire, sans tourner les yeux vers lui ne serrais ce qu’une seconde, la vampire pris la parole d’une voix qui lui semblait faire la morale, mais pourquoi faire la morale a un fou?

- Aucune vie ne possède de raison mon ami... Aucunes raisons n'a besoin de vie pour éclore ou bien mourire... Même pour exister. Si tenter que les hommes ai une raison... Nous adorons tous la folie comme nous la rejettons... Tu as vécu sans conscience un moment de ta vie, tu as gouté au supplice de la torture que les tients aiment faire subirent à ceux qui recherchent la paix... N'as tu point de honte à venir en ces lieux me réclamer une chose que tu n'avais déja plus ? ... je ne te dois rien toi qui réclame... Ton Royaume torture les miens sans justice ni raison.. Et voila que tu viens réclamer la tienne... As tu l'audace de dire que vous possédez une raison et des rêves ? ... La tuerie, le pillage, l'injustice que les tient profèrent dehors au coeur de Feleth tout entier, est ce cela votre "raison"... Même le pire des démons à plus de pitié et de rêves que vous...

Eimerek pouffa encore une fois en entendant les propos du vampire, lui avait goûté au supplice de la torture que les siens aimaient faire subir a ceux qui recherchaient la paix. Quelle coïncidence, lui qui souhaitait la paix, se retrouvai affligé du même mal que les autres? Bien qu’il soit un partisan du royaume, il ne souhaitait aucun mal a ceux qui ne le méritaient pas. Il devait allégeance au roi et c’est ce qu’il faisait. S’il avait honte de venir chercher ce qu’elle lui avait volé? Nullement. Pourquoi le devrait il? Son royaume torturait effectivement les gens de la dame sans justice ni raison, mais pourquoi lui devrait il en souffrir? Il gloussa, peut-être qu’en fait elle avait raison… Eimerek, avec le peu de conscience qui lui restait commençait à mieux comprendre. Oui tout le mal qui était fait dehors… Mais, jamais le jeune humain pourrait empêcher un tel mal de se faire. S’il avait l’audace de dire qu’il possédait une raison et des rêves? Peut-être plus maintenant, mais avant… Avant oui, lorsqu’il était encore chez ses parents, lorsqu’il croyait que le roi était un homme bon et juste. Mais il avait vieillit depuis, il avait bien compris que le roi était un être cruel et tyrannique. Mais il lui devait allégeance… Les tueries et les pillages, Eimerek avait toujours tenté de se persuader qu’il ne s’agissait que de malentendus… Tant qu’à l’injustice, elle avait toujours été présente. Même si une armée tout entière tentait d’y mettre fin, jamais cela ne serrait possible, il y aurait toujours des fourbes et d’autres individus sombres. Les humains étaient faits de cette façon, ils étaient voués à s’entretuer et à se créer des conflits. Et était ce tout cela la raison des hommes? Eimerek s’esclaffa à nouveau alors qu’il y pensait, oui probablement que même le pire des démons avait plus de pitié ou de rêves. Mais, pourtant… Si Eimerek aurait été élevé différemment, il se comporterait sûrement de cette façon, mais de ses divers enseignements, il avait retenu quelques leçons, des vertus et des valeurs qui lui étaient propres et il lui fallait les récupérer… Alors, il redressa la tête remarquant que le vampire avait désormais ces yeux posés sur lui ainsi il répondit calmement et un peu comme un élève en faute.

- Oui, telle est la raison des hommes du royaume, les meurtres et les pillages ne sont qu’une façon qu’ils ont trouvés pour conserver le peu de conscience qui leur reste. Non je ne me sens nullement honteux ni audacieux de venir vous demander mon bien, ma raison n’était pas affectée par ces pensées tout bonnement humaines. L’homme aura toujours besoin de nouveaux conflits, même s’il espère un jour que la paix tombera sur Feleth, rien n’y sera jamais…

Puis il s’interrompit, entendant des coups frappés a la porte accompagnés de grognements rauques. Non, non pas eux, pas eux ici. Pas alors qu’il avait l’occasion de regagner sa conscience. Eimerek commença à trembler, la peur pouvait se lire sur son visage fatigué alors que la porte volait en éclat, Eimerek se terrait dans un des coins de la chapelle, espérant que comme à chaque fois, ils repartiraient sans laisser de trace, le laissant seul. Car bien qu’il ne le sache pas, le pauvre garçon était victime depuis peu de fortes crises d’hallucinations. Il se croyait toujours traqué, poursuivit en tout moment, bien qu’évidemment, rien n’y fut, la porte était toujours bien en place, mais Eimerek était tout simplement horrifié. Ses cauchemars le poursuivaient même le jour… Dans sa tête, Eimerek apercevait des hordes de créatures démoniaques qui venaient le chercher pour l’emmener dans les abysses, mais tout ce qu’une personne saine d’esprit pouvait voir était un garçon recovelié* dans un coin, le front sur les genoux et les mains sur les oreilles et si cette personne saine d’esprit se rapprochait, elle pourrait entendre le garçon murmurer sans jamais s’arrêter :

- Non, non. Ils m'ont retrouvé,ils m'ont retrouvés, laissez moi, laissez moi, partez, partez, partez…



(HRP : * Désolé pour la faute je sais pas comment sa s’écrit ^^’)
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Jeu 20 Jan 2011 - 14:26

[recroquevillé t'inquiète ce n'est pas grave ]

A mes mots il sembla réfléchir. Partit dans un profonde réflexion qui était surement compréhensible. Ouvrire les yeux d'un aveuglé n'était pas chose facile et faire comprendre un espoir à celui qui ne vis que de malheur l'est tout autant. Puis il fut pris d'un rire et enfin put répondre :

- Oui, telle est la raison des hommes du royaume, les meurtres et les pillages ne sont qu’une façon qu’ils ont trouvés pour conserver le peu de conscience qui leur reste. Non je ne me sens nullement honteux ni audacieux de venir vous demander mon bien, ma raison n’était pas affectée par ces pensées tout bonnement humaines. L’homme aura toujours besoin de nouveaux conflits, même s’il espère un jour que la paix tombera sur Feleth, rien n’y sera jamais…

Je devais avouer que j'était en totale contradiction avec ses partoles.
Je n'étais pas en proie cependant à l'abandon. J'étais l'exemple même de ce qui pouvait être fait sur cette terre plongée dans un lugubre destin sans nom. Moi un démon, une créature pire encore que le plus cruel des hommes, un vampire, qui se repaît du sang des humains, d'êtres innocents et purs, moi qui n'avait pas de vie, pas d'éducation, pas de rêves, pas d'espoir, pas de cause pour laquelle plaider. Ni père ni mère ni famille. Moi qui n'était rien d'autre qu'un cauchemar vivant. Ou bien à demi mort car telle est ma nature.

Moi qui était tout ceci à la fois, j'avais rencontré un espoir. Un ange qui en quelque mots m'avait tout appris, tout donné. Alors entendre que rien en ce monde n'était réalisable et que les conflits perdureraient eternellement, non je ne pouvais le croire car tout simplement c'était impossible. Chaque chose possède sa fin.

Certe la paix sans défaut n'existe peut être pas totalement car il faut pour chaque être un libre choix, une liberté d'action qui tot ou tard empiète sur la libertée des autres... Mais le respect existe bel et bien. Sinon l'essence même du mot n'existerait pas lui même. Que l'on en soit à plusieurs années plusieurs siècles même, peu m'importait, à ma propre échelle j'avais dans l'esprit de changer les choses.
Et corps et ame je m'y engagerais toujours .. telle etait maintenant ma vie, mon destin celui que Luyak m'avait transmit... Et auquel j'avais prêté allégeance et promesses.

Je n'avais pas laché des yeux le jeune homme. Pas une seconde. Pas un seul batemment de cil n'avait perturbé mon regard fixé sur lui.
Ce fut alors que je me levais doucement et avec un calme olympien de ma chaise de bois finement sculptée. Le drapé de mon vetement se relissa sous son poid retombant avec volupté. Je le vis pris d'une folie surement de graves halucinations provoquées par sa perte de conscience. Mais je ne me précipitais pas. Doucement je me dirigeai vers lui. Sans me dépêcher. Je fut bientot à quelques centimêtre de lui.

- Tu es comme un aveugle... dis je d'une vois douce et murmurée. Un aveugle qui crois que le ciel et la terre sont noir comme ce qu'il y voit yeux clos... Regarde au dehors... Regarde ces coeurs en fête... Ne crois tu pas que la paix et le bonheur règne en ces lieux ... ? Ne crois tu pas que le joie animent leur ame ? .. Regarde les rire et sourir... Ils sont heureux... Tu me parles d'obligeance mais as tu pensé as changer ton esprit ? .... je me tut quelques instants. Puis

-... Tu es ici dans une parcelle du Feleth qui ne pourra jamais accueuillir les hommes et les âmes du Royaume... Je devrais te tuer d'y avoir pénétré....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Ven 21 Jan 2011 - 2:45

Toujours pris dans son délire, le pauvre fou ne voyait pas la buveuse de sang se rapprocher. Ce qu’il voyait, était une bête monstrueuse, une bête qui ne pourrait jamais exister quelque part d’autre que dans ses cauchemars. Il releva un peu les yeux, eux, ils étaient tous la derrière la bête. Pourquoi venait ils le hanter maintenant? Pourquoi ici? Puis soudain une voix, mais a qui était donc cette voix? Au vampire, bien sur, elle, c’était elle qui les avait libéré. Elle qui lui avait volé ses songes. Elle qui avait retiré la mince barrière qui empêchait Eimerek de sombrer dans la folie. Elle…

- Tu es comme un aveugle... dit elle d'une vois douce et murmurée. Un aveugle qui crois que le ciel et la terre sont noir comme ce qu'il y voit yeux clos... Regarde au dehors... Regarde ces coeurs en fête... Ne crois tu pas que la paix et le bonheur règne en ces lieux ... ? Ne crois tu pas que le joie animent leur ame ? .. Regarde les rire et sourir... Ils sont heureux... Tu me parles d'obligeance mais as tu pensé as changer ton esprit ? .... elle se tut quelques instants. Puis

-... Tu es ici dans une parcelle du Feleth qui ne pourra jamais accueuillir les hommes et les âmes du Royaume... Je devrais te tuer d'y avoir pénétré....


Un aveugle? Non, il voyait bien tout ces gens heureux à l’extérieur. Changer son esprit? Oui, mais comment? Bien que tout ces gens soient heureux et inondés de bonheur, à l’extérieur du village, trop de gens leur voulaient du mal… Tant que le bon roi Kaull serait assis sur le trône, la paix ne pourrait être possible, à part si tout le monde l’écoutait sans discuter le moindres de ses ordres… Une parcelle de Feleth qui ne pourrait jamais accueillir les gens du royaume? Très bien, mais pendant combien de temps encore? Une semaine? Un mois? Une année? Tout au plus, avant que le roi ne décide que ce village mérite une correction. Alors a ce moment, l’armée viendrait, ils seraient trop nombreux, ils brûleraient tout, massacraient tout les villageois, hommes, femmes, enfants, vieillards. Tous, tous périraient. À moins qu’elle ne puisse lever une armée suffisante pour défendre ce village. Mais où trouver une telle armée? Chez les rebelles? Peut-être… Mais seraient-ils suffisants? Elle devrait le tuer pour avoir pénétré en ces lieux? Le jeune humain gloussa, relevant finalement la tête réalisant enfin que les monstres étaient partis avant de prendre la parole en se relevant.

- Libre à vous de m’exécuter, mais cela changerait il vraiment quelque chose? Il pouffa encore un petit coup avant de reprendre. Ma mort changerait-il le fait que lorsque le roi Kaull apprendra l’existence de ce havre de paix, il enverra ses soldats le détruire? Enfin, comme je l’ait dit, libre a vous de décider, je suis, si vous l’auriez oublié, votre prisionier.

Eimerek eut un léger sourire en coin, puis il se tut, attendant que la vampire fasse ce qu’elle avait a faire.
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Ven 21 Jan 2011 - 9:42

Je poussais un soupir. De ma démarche légère et lente je tournais autour du jeune homme. Pour moi même et à haute voix à la fois, je me mis à dire en murmure, levant la tête vers le sommet de la chapelle :

-Luyak cher Ange... N'aurais-tu pas réussi à lui faire entendre le chemin de la vérité... ? ...

Je soupirais de nouveau, puis brusquement, d'un geste vif et soudain, d'une poigne de fer j'attrapais sa nuque et la serrait fermement, l'immobilisant sur place, lui coupant toutes possibilités de mouvements... et me penchant à son oreille je soufflais d'un voix furieuse et sifflante alors :

-Ecoute moi bien, jeune enfant naif et inconscient... La mort que je pourrais t'infliger serait bien pire encore que la folie qui te ronge depuis peu.. Bien pire que le plus sinistre de tes pires cauchemars... Ta douleur serait telle que tu regreterais ta propre existence, soit bien sur de cela... Je peux être aussi généreuse que la bonté même ...et aussi bien le pire des monstres, bien pire encore que le roi putride et maudit que tu sers.... integres - bien - ces - mots.... -articulais je enfin.

Je lachais sa nuque alors. J'étais furieuse. Voila bien des Lunes que je ne l'avais plus été. La colère m'avait quittée à force de vivre auprès des hommes, à servir la cause à laquelle j'était vouée depuis tant de temps, vouée à Luyak lui même. J'avais du oublier la colère et la haine. Mais au comble des évenements, il venait de réanimé contre mon grès la flamme démoniaque qui someillait en moi... Pour quelques secondes...

Il me fallait me calmer... Controler mes sens, mes pulsions colériques, mes envies meurtrières quand arrivait cette colère... Non, je ne devais pas m'énerever, ça n'était pas digne et ne menerait qu'à la tristesse...

Je marchais à son opposé sur quelques pas avant de m'arrêter dos à lui.
La tristesse... Mon dieu, au fur et à mesure elle me rendait emprunt à une suceptibilité extrème... J'étais à fleur de peau... Cette tristesse de l'avoir perdu lui et jamais revu... Cette tristesse là me devenait insupportable... Elle me fatiguais, me rendais malade au fur et à mesure des jours qui passaient. Je devenait l'ombre d'une bienfaitrice épuisée et à bout de patience. Si la folie le rongeait lui, moi c'était la peine qui me rongeait de l'interieur depuis bien trop longtemps...

Je portais la main à mon front. Je fus prise d'un vertige, mais ne tombais pas pour autant. Silencieuse mais à bout de force, je tentais de prendre une inspiration et de parler sans trembler de la voix :

-... Je ne te rendrais pas la raison ..... - il y eu une silence.. puis - ... Sauf sous une seule condition.... Sans laquelle.... Au contraire....... je..devrais t'oter la vie si tu refuses.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Ven 21 Jan 2011 - 13:13

Étrangement, elle sembla complètement découragée par la réponse d’Eimerek. Et tout en tournant autour de lui, elle murmura sans doute pour elle même :

-Luyak cher Ange... N'aurais-tu pas réussi à lui faire entendre le chemin de la vérité... ? ...

Puis brusquement, elle se retourna vers lui, l’empoigna par la nuque et souffla d’une voix furieuse :

-Ecoute moi bien, jeune enfant naif et inconscient... La mort que je pourrais t'infliger serait bien pire encore que la folie qui te ronge depuis peu.. Bien pire que le plus sinistre de tes pires cauchemars... Ta douleur serait telle que tu regreterais ta propre existence, soit bien sur de cela... Je peux être aussi généreuse que la bonté même ...et aussi bien le pire des monstres, bien pire encore que le roi putride et maudit que tu sers.... integres - bien - ces - mots.... –articula elle enfin.


Il l’avait énervée? Pourquoi donc? Elle avait bel et bien dit qu’elle devrait le tuer, alors pourquoi s’offusquer de sa réponse? Peut-être ne voulait-elle pas vraiment le tuer? Il gloussa, étrange… Un jeune enfant naïf et inconscient? C’était sûrement une bonne description d’Eimerek. Elle pouvait être aussi généreuse que la bonté même? Certainement. Et bien pire que le roi Kaull? Aucun doute te il pouffa de nouveau en pensant à cela. Puis la voleuse de rêves fit quelques pas, de dos à Eimerek avant de continuer d’une voix qui se voulait un peu plus calme…

-... Je ne te rendrais pas la raison ..... - il y eu une silence.. puis - ... Sauf sous une seule condition.... Sans laquelle.... Au contraire....... je..devrais t'oter la vie si tu refuses.....

Elle ne lui rendrait pas sa raison? Non, impossible, si elle ne lui rendait pas, Eimerek la forcerait, bien qu’il meure probablement en essayant… Une condition? Alors, elle devait bien être exaspérée. Ce n’était pas exactement comme cela qu’il voulait procéder mais si elle lui rendait sa conscience, le résultat revenait au même. Puis intrigué par cette condition, Eimerek lui répondit calmement, comme si rien ne s’était passé.

- Très bien, quel est donc cette condition, chère élue?

Chère élue, il rigola un peu, l’élue de qui, de quoi? De l’ange blanc probablement. Était-ce le même qui l’avait sauvé dans les bois? Peut-etre…
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Ven 21 Jan 2011 - 22:44

Son ton de voix m'horripilait. La colère me regagna en un instant et quelques secondes je disparut en un flash et la seconde qui suivit j'était a quelques centimètres de lui en une gifle de ma main partie toute seule. Violente. Seche. Je ne controlais tellement pas ma force sous cette gifle qu'il décolla sur plusieur mètres et vint glisser sur le sol d'asphalte lisse jusqu'à une collone de la chapelle interieur ou il s'écrasa.

-Tait toi !!!!

Je n'avais pas remarqué que sur mes joues coulaient des larmes... Des larme amères.. Des larmes de sang coulant sur ma peau de porcelaine blanche. Le visage contracté de douleur et de colère je fini par me rendre compte de mon geste et regardais ma main qui l'avait giflé. je repris mon souffle et ma respiration. Prise d'un vertige je me laissait tombée sur mon siege devant le petit burreau de bois avec mon carnet... je portais la main à mon front, souffle court et irrégulier. Non je n'en pouvait plus.

-...tu devras changer ta vision.... ta vision des choses sur ce qui t'entoure... Tu devras.... ëtre du coté de Luyak... ëtre du coté de ... ce village qu'il à crééer... Qu'il m'as confié comme le plus précieux... des trésors... Tu devras changer.... être à ton tour voué à moi ... à chaque mot que je te confierais .... Oui... tu devras changer ta vie... renoncer a ton encienne vie et réapprendre.... à penser... à être... à concevoir ce qui t'entour.... réapprendre à te battre... à ressentir.. ton coeur ... ton ame....

j'essuyais mes larmes d'un mouchoir blanc de soie que je tirais de ma manche que je rougis du sang de celles ci.

Je te rendrais tes rêves.. ta conscience... Mais tu devras me prêter allegeance et promesse... Pour le reste de ton existence.... réapprendre... à vivre... Je fermais les yeux et me tut. Puis doucement je me mis a fredonner ma mélodie douce et mélancolique... emprunt de tristesse autant que d'amertume.

-Au plus loin, de tes.. rêves..
Au plus près, le jour s’a..chève..
L’ange noir, ose y croire…
Laisse toi envouter…

C’est l’ivresse, la promesse..
Doux vampire … au sourire
Désirant t’apaiser…

Laisse toi désirer….

Revient moi .. soufflais je en toute fin de mélodie dans un murmur pour moi même... gémi presque gorge sérrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Sam 22 Jan 2011 - 4:12

Apparemment, le ton de voix qu’avait pris Eimerek sembla offusquer le vampire, qui en un instant était à quelques centimètres. Puis un claquement sec sur sa joue avant qu’il ne se retrouve à planer. Alors que le pauvre fou réalisait que c’était le choc de cette gifle qui l’avait envoyé au loin, il percuta une des colonnes de la chapelle. Un léger craquement, son dos probablement? Puis l’invocateur retomba au pied de la colonne. Il grimaça de douleur, mais se retint de crier ou d’emmètre un bruit quelconque. Quelques instants, puis il releva la tête, remarquant que la buveuse de sang pleurait? Elle semblait être au bout du rouleau… Les réponses d’Eimerek l’avaient-elle perturbée à ce point? Puis elle pris la parole, a son ton de voix, elle ne semblait pas pouvoir tenir bien plus longtemps…Il lui fallait arrêter de la provoquer, si non, elle finirait par le tuer...

-...tu devras changer ta vision.... ta vision des choses sur ce qui t'entoure... Tu devras.... ëtre du coté de Luyak... ëtre du coté de ... ce village qu'il à crééer... Qu'il m'as confié comme le plus précieux... des trésors... Tu devras changer.... être à ton tour voué à moi ... à chaque mot que je te confierais .... Oui... tu devras changer ta vie... renoncer a ton encienne vie et réapprendre.... à penser... à être... à concevoir ce qui t'entour.... réapprendre à te battre... à ressentir.. ton coeur ... ton ame....


Changer sa vision? Insensé, cela serrait de la pure folie, de la pure folie, Eimerek ne put s’empêcher d’en rire un tantinet. Ne voyait-elle pas que même si dans son village, le bien et la paix régnait, au dehors, au dehors le mal et la guerre était maîtres… Tant que Kaull serait sur le trône, il en serait ainsi… Espérait-elle véritablement changer quelque chose? Eimerek l’espérait bien, car s’il devait rejoindre sa cause, cela serait le principal problème… Être du coté de Luyak. Il l’avait déjà été quelques instants dans la foret, ce Luyak était un formidable combattant, mais pourrait-il venir a bout du roi? Même s’il pouvait lever des tempêtes, le jeune humain doutait de ses chances de réussite. Si seulement il pourrait y croire… Elle semblait si confiante… Malgré le mal qu’il y avait a l’extérieur, elle semblait ne pas s’en soucier… Ce qu’Eimerek avait longtemps fait, ignorant souvent les problèmes des autres. Bien qu’il rende souvent service, il ne souhaitait pas se mêler aux affaires des autres… Le jeune humain souhaitait croire en cette cause juste, mais pourtant… Était-ce possible? Cela pouvait il encore être du au charme du vampire? Non pas cette fois… Elle semblait réellement sincère…

-Je te rendrais tes rêves.. ta conscience... Mais tu devras me prêter allegeance et promesse... Pour le reste de ton existence.... réapprendre... à vivre...


Réapprendre à vivre? Peut-être cela était possible dans ce village… Du moins, pour un moment, le temps que le roi en apprenne l’existence… Non, il ne pouvait pas penser ainsi… Plus maintenant, maintenant, oui, oui, il savait quoi faire maintenant… Malgré le peu de raison qui lui restait, il savait maintenant… Faire partit de cette cause, oui c’était cela qu’il devait faire… Soudainement, il réalisa qu’elle chantait a nouveau…l’humain crut entendre des paroles qu’il n’avait jamais entendues auparavant… En se répétant mainte fois ces mots dans sa tête le fou finit par comprendre… Revient moi… Alors il compris. Oui, voila pourquoi elle était tant dévouée… L’ange… Bien sur, qui aurait put résister aux paroles d’un ange? En était-elle tombée amoureuse? Un petit sourire se dessina sur les lèvres d’Eimerek alors qu’il tenta de se lever. Son dos le faisait souffrir, mais il s’en sortirait. En s’appuyant sur la colonne, il parvint a se mettre debout, il fit craquer les os de son dos en grimaçant. Décidément, elle n’y était pas allée de main morte d’ailleurs, il sentait toujours la marque brûlante de sa gifle sur sa joue. Il gloussa un petit coup, ses méthodes d’enseignements étaient brusques, mais devaient bien procurer des résultats. Il s’approcha donc lentement et avec quelques difficultés, ses pas ne faisaient presque aucun bruit sur le sol de la chapelle. Puis a quelques pas du vampire, il s’inclina poliment, lui fit le baise main* et prit la parole toujours incliné et d’une voix des plus respectueuse…

- Je suis à votre service, chère dame. Puisse votre cause être la bonne… Puis il redressa légèrement les yeux en parlant d’un ton plus doux… Et je vous en prie, ne pleurez plus, votre ange aura tôt fait de vous revenir…

À la fin de sa phrase, le jeune humain redescendit les yeux attendant patiemment la réponse de dame aux larmes de sangs…

( HRP: Et oui encore une autre faute stupide, enfin probablement, je sais pas si c'est comme sa que sa s'écrit ^^'')
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Sam 22 Jan 2011 - 23:18

Il sembla se relever avec douleur. Son attérisage forcé contre la collone de marbre et d'asphalte avait résonné dans toute la chapelle à la façon d'un véritable bang contre un gong de fer. L'écho lezarda les paroies des mur de pierre épais jusqu'au domne du batiment.
Après mes parôles ensuite, il sembla me dévisager. Une expression de crainte se profila quelques secondes sur son visage . Il porta la main à sa joue . Elle devait lui bruler méchammlent. Il sembla réfléchir. Perdu dans ses pensées il se releva doucement se tenant à la collone. Il devait être emprunt à de violentes contradiction en son fort interieur.

Changer de vie etait angoissant et difficile pour n'importe quelle ame... Changer de façon d'entrevoir les choses l'était donc encore plus. Le corps s'adapte mais l'esprit lui suit avec plus de mal... même avec impossibilité... Mais la volonté peut être une clefs qui change tout être vivant.. La volonté qu'elle soit par dépit ou bien par grè , découle du choix et permet de grandes choses... Pour moi elle etait la plus grande et la plus puissante des armes...

Après un moment de silence je le vis s'approcher. Il avait cessé de rire, il semblait se retenir et se forcer à gardé l'éveil. Les cernes sous ses yeux transcivaient sa détresse... Il n'avait plus le choix... Son abscence de rêves avait du finir de le convaincre.. Seul à érer eternellement il n'avait plus de vie et plus de but.. Sa seule chance de survie était de tout recommencer à zéro. J'avais de grands projets à mon tour pour lui... Comme pour Luyak avec moi à l'époque...

Ce n'était pas tant que je voyais une quelqu'onque force en lui , je ne l'avais pas choisit personnellement mais prendre un poussin dès l'oeuf pour lui réapprendre une existence etait ... opportun. Et de ma nature opportuniste cette chance ne se représenterait pas une seconde fois en ces temps ci. J'en ferait un guerrier dévoué à ma cause....A la cause de Luyak, la seule qui m'ai été donnée d'apprendre et comprendre de l'interieur.

- Je suis à votre service, chère dame. Puisse votre cause être la bonne… Puis il redressa légèrement les yeux en parlant d’un ton plus doux… Et je vous en prie, ne pleurez plus, votre ange aura tôt fait de vous revenir…

Je le regardais. Ses derniers mots me surprirent et si j'avais la peau aussi humaine que la sienne je me serais vue rougir de honte. Mais il n'en fut rien et ma peau blanche de lait resta tout aussi porcelaine que d'habitude. cependant mon regard trahit mes pensées les plus recluses, et un bref instant se détournèrent. Je revint vite à lui, le dévisageait un moment puis doucement j'avançais la main sur laquelle il avait posé les lèvres, jusqu'à sa joue encore brulante sous la gifle tantot donnée. Une douce fraicheur de givre vint calmé la chaleur ardente de celle ci en caresse.

Puis doucement je lui murmurait alors :

-Penche toi.....

Je mis mes paroles traduitent en un geste doux sur son épaule, ma main posée lui intima le mouvement demandé vers moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Dim 23 Jan 2011 - 6:11

La réponse d’Eimerek sembla prendre au dépourvu le vampire, qui détourna l’espace d’une seconde les yeux. Ainsi, il avait vu juste? Son léger sourire s’élargit un tantinet. Elle le dévisageait, l’avait-il offusquée de nouveaux? Une autre gifle allait elle l’expédier plus loin? Le jeune humain, vit la main s’approcher de son visage, il ferma les yeux, attendant le choc, mais sa douce main vint plutôt caresser sa joue ardente d’une douceur si fraîche… Puis, elle déplaça sa main sur son épaule, lui intimant de se pencher. Ce qu’il fit sans hésiter. Bien évidemment. Le jeune humain, soulagé de ne pas avoir reçu une autre gifle, finit par rouvrir les yeux. Il attendait patiemment lorsqu’une voix se fit entendre dans sa tête.

- Non. Tu ne peux pas. Tu ne peux pas nous enfermer à nouveau. Nous sommes libres. Nous sommes libres. Libres de te hanter, tu ne peux pas remettre en place la barrière. Nous sommes sortis. Nous…

- Non, plus maintenant…Afisu…etep nemâd

Le jeune humain, bien entendu, parlait tout haut… Ce qui pourrait sembler étrange pour certains individus… Mais, dans sa tête, Eimerek les entendait rire, se moquer de lui.

- Pauvre fou, crois tu vraiment que quelques mots nous feront retourner là bas? La liberté à trop bon goût, nous n’y retournerons pas. Plus jamais…

- Laissez moi… Retournez de où vous venez, laissez moi en paix!

Au fur et a mesure qu’il parlait, le fou se prenait le tête a deux mains. Pourquoi fallait il qu’ils décident de lui parler maintenant? Elle allait lui rendre ses songes, mais eux voulaient l’empêcher. Pourquoi ne le laissaient il pas? L’humain se cogna quelques coups la tête sur le plancher de la chapelle avant de se mettre à se tirer les cheveux en produisant quelques fons dignes d’un fou… Il resta un léger moment la tête sur le plancher, puis les voix commencèrent à se dissiper. Enfin…Eimerek se remit dans la même position qu’elle lui avait dictée, des larmes coulant doucement sur ses joues. Enfin, elle allait lui redonner sa barrière… Sa protection… Et il allait pouvoir les repousser eux dans les ténèbres…
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Dim 23 Jan 2011 - 12:11

La folie le submergea de nouveau. A peine fut il penché que ses pensées boullonnantes reprirent de plus belle leur fracas dans sa tête. Il pris l'aptitude d'un fou se roulant par terre. Sa conscience à demie tranchée le faisait souffrir un martyre sans nom. C'est en se trainant qu'il revint péniblement reprendre sa place...

Redonner des rêve est à la fois un soulagement et une épreuve... C'est comme réimplanter ce qui à été arraché de terre. Je le regardais doucement . Entendant son souffle éreinté par tant d'effort pour se tenir encore à peu près lucide.
Doucement après quelques instant je le refis se pencher vers moi, lui qui était à genoux et moi assise sur le fauteuille de bois sculpté au milieu de la pièce vers le vitrail. Le doux soleil extérieur était arrêté par les carreaux colorés de celui ci, mais touchait de sa lumière ainsi tamisée, la place que nous occupions.

Je me penchais a mon tour et mes lèvres brulantes vinrent sa posé sur son front humide par la sueur de la fièvre folle qui l'habitait. C'est alors qu'il put ressentire le courant à la fois gelé et doux se diluer à une folle vitesse au travers des synapses de son crane. De moi se déversait par ce contacte les faveur que je lui avait volé précédemment à la manière d'une eau glacée qui s'insinue partout dans chaque interstice vide de sa memoire.

Pour moi l'éxpérience était douloureuse. Ce qui s'était implanté en moi se détachait avec force et violence de ma mémoire et de ma conscience.
Le contacte ne dura qu'une seconde. Pourtant il sembla surement pour lui durer une éternité.
Après quoi il tomberait dans un lourd sommeil long et forcé.


[DSL post court ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Dim 23 Jan 2011 - 15:03

Eimerek senti les mains du vampire le remettre en place alors qu’elle se penchait à son tour, venant poser ses lèvres chaudes sur son front. Puis, il senti un courant froid circuler dans son crâne. Ce contact soulageait Eimerek mais pourtant, il avait affreusement mal à la tête. Il sentait ses songes lui revenir, s’implanter à nouveau dans sa tête. Le jeune humain sentait les vides de sa mémoire se combler, le visage de ses parents, leur maison, ses voyages un peu partout dans Feleth. Oui il se souvenait. Certes, toute cette information qui affluait dans son cerveau le faisait souffrir, mais il se sentait libéré. Oui, enfin… La folie le quittait alors qu’il sombrait dans le sommeil, au pied de la buveuse de sang.

Puis, l’humain entendit des rires, qui le réveillèrent. Il releva la tête, il se trouvait toujours dans la chapelle, mais elle était complètement détruite… Les vitraux étaient en morceaux et les murs également… Le ciel brillait d’un rouge sang et aucun soleil, lune ou étoiles ne venait percer ce ciel sanglant. Comment une telle chose était elle possible, quelques instants auparavant, il était dans cette même chapelle avec la voleuse de rêves… Alors, pourquoi se retrouvait il ici? Soudain, il entendit une voix derrière lui.

- Je t’avais prévenu, tu ne peux pas nous forcer à y retourner. Nous sommes les maîtres maintenant…

Eimerek se retourna et les aperçu eux devant lui. Ils étaient tous la, se moquant de lui et ils s’approchaient. Eimerek les regarda tous, il aurait voulu s’enfuir, mais étrangement, il n’avait pas peur. Même lorsque leur chef, maintenant assez près pour le frapper, s’exécuta. Envoyant valser l’humain endormit sur les murs de la chapelle. Il n’avait pas mal… Il se releva, fixa le chef du regard, puisque les autres étaient restés à l’arrière, il ne s’en souciait pas vraiment. Soudain, il entendit une mélodie. Sa mélodie… Il entendait sa douce voix murmurée… Elle résonnait dans les ruines de la chapelle et les démons l’entendirent aussi, ils se regardaient inquiets alors que le chef regardait dans toute les directions, cherchant la provenance de cette voix. L’humain souriait, il comprenait enfin. Oui, et maintenant, il devait mettre un terme à tout cela. Alors, il s’approcha calmement du chef alors qu’il prenait la parole avec un ton légèrement paniqué?...

- Non, non. Tu ne peux pas. Tu ne peux pas. Nous sommes libres…

- Oui…Oui, maintenant je peux le faire…Vas t’en

Alors qu’il finissait sa phrase, il posa sa main sur le meneur. Une vive lumière brilla quelques instant dans sa main et quand elle fut partie, ils étaient partis. Eux… Ils étaient retournés d’où ils venaient, Eimerek était enfin redevenu le maître…Puis tout devint noir...
Revenir en haut Aller en bas

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Dim 23 Jan 2011 - 21:17





***




Le jour avait décliné, le soleil s'en etait allé, la lumière avait cédé sa place à la sombre nuit, qui s'était étendue de tout son long telle une cape de soie noire et bleu foncée sur le ciel. des étoiles s'était allumée comme des point de lumière, comme des gouttes de lunes qui se serraient déversées dans l'étendue astrale...

Les habitants comme chaque nuit à l'heure du couché et de mon éveil, avaient allumé dans les ruelles et à toute fenêtres, des lampions et des lanternes de papiers, des bougies à leur fenêtres, faisant de mon monde nocturne un paysage enchanteresque...

La nuit avait règné durant bien des heures... et j'étais aller caresser l'air doux de l'exterieur depuis le toit de ma chapelle. Assise sur la gargouille de la poutrelle principale du domne d'ardoise, je regardais avec tendresse et mélancolie le village illuminé. La seconde partie de la nuit je contemplais l'horizon en quète d'un signe... de quelque chose.. d'un espoire qui trahisse le retour de l'Ange ... Comme chaque nuit.

Pensive je ne quittais pas des yeux l'horizon.

Le jeune garçon s'était endormis. D'un seul coup après lui avoir rendu son du présent. La transfusion avait épuisé son esprit. Il devait à présent se reposé et dormir jusqu'a total retablissement. Son corps se réveillerai de lui même au moment voulu. J'avais suciter l'accueil de gens du village leur demandant de bien vouloir heberger et s'occuper d'orénavant du jeune homme.

Ils avaient accépté avec honneur, enthousiastes à l'idée de servir ma volonté. Je leur avait confié qu'il était un élément pour la sécirité du village et qu'une fois rétabli je le mettrait sous la tutelle de notre meilleur guérier..

Pour lui réapprendre à vivre et penser à la manière de Adyril du Milieu... Et de l'espoir..



[Voila voila merci pour ce rp !!! =D ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eimerek

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   Lun 24 Jan 2011 - 2:08

Où était il, il faisait si noir… Eimerek ouvrit les yeux, apercevant un plafond en bois. Il tourna la tête. Apparemment, il se trouvait dans une petite chaumière en bois. Étrange... il avait l’impression de se réveiller d’un long cauchemar… Il se sentait étrangement bien, serein…Le jeune humain était couché dans un lit… Combien de temps avait-il dormis? Il tenta de se lever, à sa première tentative, il retomba en position assise sur le lit et après quelques essais, il parvint à se lever en s’aidant du mur. Un peu plus loin, Eimerek vit une porte et entendait des bruits derrière… Curieux il entrouvrit délicatement la porte. Celle-ci débouchait dans une salle un peu plus grande, probablement une cuisine et une salle à manger… Il regarda par une fenêtre au dehors, il faisait nuit… les occupants de cette maison devaient dormir. Alors, il tacha d’avancer sans bruit, ne voulant pas réveiller les dormeurs. Mais, au grand désarroi du jeune humain, il n’avait pas vu qu’un chien montait la garde et celui-ci en l’apercevant se mit à japper, malgré les protestations murmurées d’Eimerek. Celui-ci entendit alors une grosse voix grave, probablement celle du propriétaire de la maison, suivie d’une voix un peu plus douce, sa femme peut-être?

- Oh mais, que fait il encore ce chien de malheur?! Toujours en train de japper après n’importe quoi ce fichu cabot!

- Allons, allons, ce n’est pas grave, je vais descendre voir…

Puis, il y eut des bruits de pas, un grincement de porte qui s’ouvre et finalement des protestations d’escaliers qui devaient être plutôt usés. Et enfin, Eimerek aperçu une silhouette qui effectivement descendait des escaliers, ayant à la main, un petit chandelier.
Elle s’approcha du chien lui caressa la tête avant de regarder dans la direction d’Eimerek. Elle ne le vit pas, bien entendu, alors Eimerek s’approcha timidement et prit la parole.

- Bonsoir…je…euuum..

La dame l’interrompit subitement sans qu’Eimerek ne puisse dire un mot.

- Et bien sa alors, tu est réveillé toi? Tu vas bien? Tu a l’air un peu palot mon petit, viens là je vais te préparer de quoi retrouver des forces!

Sur ce, elle le traîna sur une chaise de bois devant une petite table. Elle déposa le chandelier sur celle-ci puis reprit la parole.

- Alors maintenant, bouge pas de la mon petit. Je reviens tout de suite.

Puis elle disparu dans les ténèbres, laissait le garçon seul devant le chandelier. Il entendit des bruits de pas, et encore le gémissement des escaliers, puis un murmure. La femme qui réveillait son mari sans doute. Il cru entendre l’homme grogner un peu, mais il sembla se lever, car il y avait plus de bruit de pas dans la maison. Enfin, après quelques instants, la femme revint à la cuisine avec un bol de soupe et une assiette contenant quelques victuailles. Puis elle reprit la parole en déposant tout cela sur la table.

- Allez mange mon petit, tu doit avoir terriblement faim, pauvre garçon. Tu a dormit longtemps.

Sur ce, le mari arriva regarda un instant Eimerek puis prit la parole à son tour.

- Alors gamin, de retour chez les vivants? Loué soit Salmaya. Allez mange donc.

Alors, Eimerek ne se fit pas prier et entama son repas, sous les regards du couple. Eimerek croyait déjà les avoir vu, peut-être dans les rues alors qu’il se faisait emmener par les gardes? Probable, de toute façon, cela n’était pas vraiment important. Il découvrait qu’il avait effectivement une faim de loup tandis qu’il engloutissait le met. La femme sembla trouver cela drôle de voir quelqu'un manger aussi rapidement, car elle pouffa un coup avant de prendre la parole.

-Alors, c’est bon? Ne mange pas trop vite, tu risques de t’étouffer mon petit. C’est une soupe à l'orgea et du pain de seigle accompagnées d’oeuf de perdrix et des pommes.

Eimerek, après avoir finit son repas, prit la parole à son tour.

- Merci à vous pour ce succulent repas. Pourrais-je savoir où sommes nous?

- Tu te trouves chez nous, gamin. On est à Adiryl du milieu et cela fait trois jours que tu dors… Heureusement tu es réveillé maintenant… Bon, c’est pas tout sa, mais moi je vais retourner au lit, tu devrait en faire autant petit.

- Oui allez viens, je vais te reconduire a ton lit.

Eimerek se laissa ainsi transporter, trois jours. Trois jours qu’il dormait. C’était plutôt surprenant, mais bon. Une fois de nouveau dans son lit, le jeune humain ferma les yeux et se rendormit sans problèmes alors que le couple en faisait autant pour se réveiller en pleine forme au petit matin.

( Et voila ^^ Merci a toi pour ce sublime RP Very Happy)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Collines-