''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arawn Ogham



________________


________________


Race : Faux-Parleur
Classe : Lame Noire
Métier : Chef de Clan
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Clan des Ulfheonars

Âge : 500 ans

Messages : 9

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Lun 7 Fév 2011 - 3:00

Adyril du milieu voyait une belle journée se dérouler devant elle, l'après-midi commençant à peine à se dérouler après le zénith du soleil. Mais le village allait connaitre une journée bien plus animée qu'elle aurait pu le penser, en la personne d'une certaine visite impromptue du clan des Ulfheonars. Ces derniers connaissaient en effet depuis un certain moment les gens qui vivaient dans ce soin là des grandes plaines. En fait, il était plus exact de dire que le moindre habitant de ces plaines connaissait à un moment ou un autre ce clan nomade, sauvage et fier qui évoluait depuis des siècles dans cette région et bien d'autres encore. Que cela soit de profonds liens d'amitié ou bien de simples visites périodiques, on finissait à un moment donné par leur être confronté si on trainait dans le coin, et les gens qui avaient formés Adryl du millieu n'y avaient pas fait exception. Seulement à l'époque, ils n'avaient pas encore formés ce village sous la houlette de cette vampire dénommée Meryle Nightlander. Ainsi, quand le clan Ulfheonar revint dans les parages, il ne s'attendait vraiment pas à une telle chose quand ils arrivèrent au sommet d'une des nombreuses collines qui permettaient de voir de loin le village. Et évidement Arawn Ogham faisait parti des surpris, ce n'était pas le fait d'avoir vécu plusieurs siècles qui lui permettait de prévoir les actions de tout un chacun après tout, les hommes le surprenaient encore souvent malgré le temps passé parmi eux. Et là, de voir une telle agglomération là ou ne se tenait il y a quelques années que quelques cabanes, cela faisait toujours son petit effet. Pas forcement des plus enthousiasmant pour des nomades comme eux mais après tout à chacun sa façon de vivre, ils n'étaient pas trop regardant sur cela, après tout c'était les sédentaires qui fabriquaient le plus bon houblon! Ils avaient ainsi parfois tendance à les regarder à la façon de grands frères, avec sympathie et paternalisme. C'est donc en souriant largement que les guerriers descendirent dans le creux des collines pour atteindre les habitations. Ne cherchant pas forcement à être discrets pour le coup, ils furent rapidement aperçus par les guetteurs aux portes quand ils surgirent sur l'axé principal. Et comme ils n'étaient guère difficiles à reconnaitre, on put s'empresser de faire circuler la joyeuse nouvelle de leur venue. Les hommes et femmes ulfheonars purent donc entrer tranquillement au milieu des habitants dans un mélange de bonne humeur proche d'une fête, certains se retrouvant après des années d'autres se découvrant au fur et à mesure des aller et venus. Le clan eut ainsi tôt fait de se disséminer parmi la population, chacun se divertissant avec les autres dans un joyeux chaos.

Arawn, pour sa part, avait été convié sans même qu'on le lui demande jusqu'à l'endroit ou résidait la maitresse des lieux. Après tout, étant le propre dirigeant de son clan, c'était assez logique de faire se rencontrer et accueillir les deux grandes personnes. Avec sa traversée des lieux, l'homme avait pu en tout cas pour sa part entendre quelques bribes de conversation à propos de cette meneuse et cela ne ft que l'intriguer d'autant plus, la rencontre s'avèrerait surement intéressante. Et puis il avait déjà certaines choses à dire à cette chef, choses qu'il avait remarqué dés son premier coup d'œil depuis le haut des collines et qu'il n'avait fait que confirmer au fur et à mesure de leur avance. Et puis il fallait bien avouer que voir le coté sombre de chaque chose était une fâcheuse habitude de l'apparent jeune homme par moments, quand sa véritable nature se rappelait un peu trop à son bon souvenir par exemple. Et là, pour l'instant, tout ce village et ces gens lui laissaient la désagréable impression de moutons prêts à être égorgés...



Dernière édition par Arawn Ogham le Dim 13 Fév 2011 - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Lun 7 Fév 2011 - 13:12

Bien des Lunes s'étaient écoulées depuis ma nomination d'impératrice à la tête d'Adyril du Milieu. Ey depuis tout ce temps, bien des choses avaient changé. Au fur et à mesur de ce temps là, j'avais érigé bien des choses et fais quelques apprentissage auprès des gens du villages, des hommes et même jusqu'aux enfants et femmes. Mais bien sur et surtout, j'avais appris d'eux aussi. Y compris l'existence de ces clans Nomades, souvent nombreux et puissant, ceux ci étaient pour la plus part pacifiste avec les villages des Plaines de feleth. Les attaches entre ces clans et les villages pouvaient parfois être fortes quand on sait que beaucoup trouvaient repos au sein des hameaux au court de leurs périples.

On m'avait beaucoup parlé des Ulfheonars. Sans que je ne puisse les connaitres d'avantage avant ce jour, j'avais tout de même donné l'ordre de les recevoir à la hauteur de ce qui leur était dû si jamais un jour il revenais prendre congé ici, et de plus, j'avais mis pour rêgle que l'on en accueil le dirigeant avec le respect qu'il se doit et qu'il me sois convié ici même à la chapelle.

L'apparence du frêle village avait tant changé. J'avais hissé ses habitants peureux et craintifs jusqu'au niveau de la confiance en eux et toute l'ésthetique de la petite ville retranscrivait fidèllement cet attrait. De la modeste et futile chaumière j'avais fais ériger plus solide et plus grand, et certainement plus beau. Les routes avaient été pavées de pierres du fleuve en contre bas des plaines, les maisons n'étaient plus en bois rustre mais en pierres apparentes, soutenues par de lourdes poutres taillées dans le bois des chènes de la forêt au nord. Les ruelles sentaient bon le pain chaud sortit des loges à fournaise, ou bien tantot le doux parfum des lilas de la saison nouvelle que les petites paysannes vendaient dans leur paniers garnis de bouquets colorés. Milles couleurs en chaque recoin, chaque jour était presque comme un jour de fête.

La chaude journée avait donc commencé par un joyeux bazzar de retrouvailles, rires, sourires, joie et liesse au rendez vous. Ce fut pour ma part du haut de la petite ville, depuis la chapelle que je pus voir les nouveaux venus. Un sentiment de satisfaction et de profond respect m'envahit sans que je sache réellement pourquoi ; sauf peut etre la raison de leur venue qui m'intrigait autant qu'elle me rendais presque heureuse. Bien entendus aucuns sentiments que j'éprouvais ne ressortait réellment sur mon visage impassible, pourtant un sourire bienveillant était né sur mes lèvres. Jer pus sans mal suivre leur évolution depuis leurs arrivée, dans tout le village. Je devinais sans mal déja toute les tavernes et les hotes remplis de leur présence pour y venir se régaler des faveurs de la ville. Puis je pus suivre aussi l'escorte que j'avais prévue pour le dirigeant du clan.

Mon acuitée visuelle me permit aisément de détailler de mon vitrail, tout la personne qu'était présentement le chef du clan. Je fut tout d'abord surprise de constater à quel point il paraissait jeune. 25 ans selon mon avis, bien que je ne sois pas asssez naive pour ne pas savoir qu'on peu aisément dans ce monde en avoir 20 fois plus, et avoir l'apparence d'un enfant. J'étais plutot bien placée pour le savoir, du fait que moi même je ne paraissais pas plus de la vingtaine et pourtant possédais 5 fois cet age. Un siècle et bientot 5 années.

Le visage de ce jeune inconnu me pris tout de suite toute mon attention. Son air était très singulier, sa carrure fine mais que l'on devinait taillée pour la resistance et l'attaque en tout lieux et toute situation. Les tatooages qu'il portait, lui ainsi que tout ses compagnons renforçait cette description. Ce rustre monde avait laissé ses marques sur son expression et l'impression qu'il donnait. Renfermé et sombre il n'en paraissait que plus intriguant et plus mystérieux...
Pour moi, créature démoniaque de l'ombre, vivant recluse loin de la lumière du soleil c'était quelque chose que je parvenait presque à comprendre. Je me reconnaissais quelque part en lui. Cette expression neutre et lointaine quelque peu inquiétante sur un visage si gorgé de jeunesse me ressemblait trait pour trait, lueur pour lueur du regard. Mais je devinait que pour sa part, dieu seul sait comment je le sentais, il devait avoir vécu bien des cycles et des années pour avoir développé cette apparente aptitude. Et la gravité de son port de buste me faisait aussi penser qu'il n'était pas humain.

Mon sens accrus de la perspicacité et de l'éxtralucidité était toujours en éveil, d'autant plus quand j'allais avoir affaire à un individu aussi charsmatique que lu, ou du moins ce qu'il semblait être. Ce n'est pas tant que je voyais la vérité déja toute construite comme un médium ou un voyant, cependant j'avais une capacité assez étonnante de déduction. Et en quelques minutes ou bien même en quelques secondes j'étais capable de décomposé tous les détails d'un être même complex.

Je restais à mon vitrail regardant le petit convoi avancé d'un pas régulier jusqu'à moi.

En contre bas une escorte de 4 hommes, que l'on devinait combattant , tout les 4 habillés simplement mais dont la parure paraissait solide et taillée au combat, s'avancèrent près de Arawn. L'un d'eux s'inclina devant lui dans une profonde marque de respect souligné avant de se redresser. Il était au contraire de ses compagnon vêtu d'une toge et d'un pantalon ample noué à la taille, le tout blanc de lin, avec un plastron de cuir sur le haut du torse et une ceinture tréssée de cuir brun aux hanches, rattachant deux sabres fins dans leur foureau. Il portait un air sage et gigne sur un visage agé mais emprunt d'experience, des yeux bridés et une barbiche blanche au menton :

-Je me nomme Yorza Yolrik. Général de la Petite Armée. Dit il respectueusement. L'élue à tout prévu pour votre venue. Elle me demande de vous conduir à la chapelle ou elle peut vous recevoir... Il s'inclina de nouveau et les quatres soldat firent convois derrière le jeune chef de clan, précédé de Yorza. Il firant donc chemin jusqu'à la chapelle qui servait de demeur à la dirigeante du village...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Ogham



________________


________________


Race : Faux-Parleur
Classe : Lame Noire
Métier : Chef de Clan
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Clan des Ulfheonars

Âge : 500 ans

Messages : 9

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Dim 13 Fév 2011 - 21:27

Décidément, tout changeait.Prenez Yorza Yolrik par exemple. Avant ce jour ci, la dernière fois qu'Arawn l'avait vu, il ne l'aurait jamais imaginé drapé de la sorte dans du lin blanc et mener une sorte de garde d'élite pour le compte de l'élue d'un village. Et le fait que ce soit une personne aussi âgée que lui qui ait autant changée ne faisait que renforcer l'effet que cela formait sur le spectateur. A se demander qui pouvait bien être cette "élue" pour avoir autant transformée les environs. Bon, déjà, Arawn n'aimait pas ce terme, "élue". Il savait que ce n'était si il faut même pas de la volonté de cette personne si les villageois l'appelaient comme cela, mais quand même. Son clan était passé par ce moment là à ses débuts de dirigeants lorsqu'ils avaient tous découverts sa véritable nature. A vouloir le considérer comme une sorte d'élu ou de dieu supérieur à tous qui devait naturellement les diriger. Quelques baffes plus tard et ils avaient compris le message et étaient naturellement revenus à leurs désignation plus naturelles de "chef". Parfois, il était en effet bon d'imposer certaines choses quand elles prenaient un mauvais tour, même si c'était faire un usage personnel de son autorité. A trop surestimer leur meneur, les gens peuvent alors trop attendre de ce dernier voir effacer leurs propres personnalités devant lui pour ne plus lui offrir qu'un ersatz de compagnons. De toute façon, le terme d'élue ne correspondait à rien, les dieux ne choisissaient pas les hommes supérieurs, seuls les mérites et les efforts en distinguaient certains des autres. Les dieux ne choisissaient que les déchéances, pas les élévations, du moins telle était la chose qu'avait constaté Arawn depuis les siècles qu'il avait vécu. Et son propre cas ne faisait que le confirmer dans cette voie, sa malédiction ne semblant venir de personne d'autre que des entités suffisamment transcendantales pour poursuivre constamment de leurs attentions leurs cibles. Lui avait simplement mit un nom sur ce tourmenteur, le Dieu des Songes. Du coup, pensait qu'un dieu pouvait choir quelqu'un pour être supérieur aux autres lui était complètement étranger. Il avait a cours de sa vie abattu plus que son comptant d'hommes sois-disant choisis par leur dieu pour telle ou telle autre tache divine. Chacun avait vu l'erreur de leurs pensées lors de leur mort des mains du guerrier clanique. Le jour où il en croiserait un capable de survivre à ses armes, peut être alors qu'Arawn accorderait quelque crédit à ces idées d'elus.

En attendant, les lieux vers lesquels il était dirigé n'étaient pas vraiment faits pour améliorer ses aprioris. En effet, quand on voyait la taille et le raffinement du bâtiment ou se trouvait la dirigeante de ce village, on avait guère de mal à la faire cadrer avec l'image habituelle d'un de ces élus parvenus. Qui d'autre pouvait bien s'embarrasser d'autant de faste inutile après tout? L'apparent jeune homme était nomade, qui plus est, autant dire donc tout l'intérêt qu'il portait à la chose. Après tout, à quoi servait une maison? A se protéger du climat? C'est ce genre d'épreuves qui endurcit un homme! A conserver les effets personnels? Un homme n'a pas besoin de plus que ce qu'il peut porter! A stocker des denrées nécessaires? Devoir vivre quasiment au jour le jour évitait la paresse. Bref, un point de vue bien nomade et sauvage, comme tout guerrier nomade de clan qui se respecte, donc lui demander d'apprécier une maison encore plus grande et détaillée que les autres, ce n'était pas la peine. Enfin, heureusement avec les années Arawn avait appris accepter les choix des autres, quand bien même ils étaient parfois fort différents des siens, et s'il ne s'opposaient pas à ses propres principes, il pouvait même s'y adapter. De là provient une forte consommation d'hydromel du clan à chaque escale par exemple. En tout cas ce n'était pas pour autant que le chef de clan irait s'indigner à haute voix de tout ce qu'il voyait. Si tous ces hommes étaient heureux comme ça, et bien tant mieux pour eux, il n'irait pas leur dicter leur conduite comme à des enfants. D'autant que la plupart devaient déjà largement savoir ce qu'il en pensait. Non, s'il aurait quelque chose à dire,c e serait sur un tout autre sujet, car après tout ces gens restaient des hommes des clans, et Arawn se sentait en devoir de les aider au mieux à se préserver des autres personnes extérieures souvent bien moins conciliantes. Enfin, si on voudrait bien écouter ce qu'il avait à dire déjà!

En attendant, il avait fini par arriver devant la grande battisse en question où devait se trouvait l'autre chef, et après un instant, il fut invité par son escorte à y pénétrer, ce qu'il fit d'un pas large et assuré, comme s'il battait simplement la campagne alentour, simplement naturel et même plus amical qu'a l'accoutumée vu qu'il souriait. Quand il avait affaire à des inconnus bienveillants, Arawn essayait souvent de faire un effort de comportement pour moins laisser son sombre caractère habituel. Ses hommes lui en voudraient après tout s'ils devaient vider les lieux parce qu'il aurait déplu au chef local. Ils avaient bien besoin d'un peu de distraction de ce genre de temps en temps après tout. Et lui entreprit donc de découvrir enfin son fameux homologue.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Mar 22 Fév 2011 - 13:49

Je n'avais jamais aprécié que l'on me nomme l'élue. Car pour moi, je n'était pas plus l'élue que n'importe qui. Mais j'avais la parole de Luyak contre moi. Lui qui m'avait mis à la tête de ce petit village du jour au lendemain m'avait faite passé pour une demie déesse en quelque sorte, chose que j'était très loin d'être en réalité. Mais afin de faire passer une démone en tant que chef de village, mensonge obligeai car les reticences étaient logiquement nombreuses. Les villageois s'étaient cependant accrochés à la belle histoire qu'il leur avait racontée , avides d'éspoir tout simplement ils aurait placé leur sors dans les bras de n'importe qui pour peu que celui ci leur promette un avenir bien meilleurs que le leur à l'époque. Mais en revanche, malgrès ma nature très peu humaine, j'avais tenue parole. Je n'était pas une "élue". Mais j'était celle qui avait tenue promesse. J'avais longtemps fait la guerre à cette appellation qui ne me plaisait guère, les gens avaient finis par accepter de m'appeller par mon prénom ou me vouvoyer comme seule preuve de respect. Mais certain de la petite armée m'appellaient encore de la sorte. Yorza le premier. Pour un certain prestige d'après lui. Prestige que je ne voulais pas et n'avais jamais voulu. Je n'avais jamais rien exiger de ces gens dont je voulais le bien et uniquement le bien. C'était eux qui m'avaient tout apporté. Et surtout prier d'accepter leurs présents en guise de remerciements. J'avais suivit ce que Luyak voulait de moi bien qu'il n'ai jamais refais surface depuis des dizaines de lunes.

La deumeur vers laquelle ils s'avançaient n'était ni un palais ni un temple. J'insistait qu'on l'appelle encore comme elle se devait d'être appelée : La chapelle. Autrefois un lieu de receuillement les habitants m'avait prier d'y loger et l'avaient embellit pour leur plaisir de voir le village changer. Car c'était bien là la vieille chapelle de pierre noircies à l'époque qui se dressait devant lui. Aujourd'hui ses pierres étaient blanches et aux gargouilles pendaient des drapés à l'effigie de l'espoire. Un vision richissime pour quelque chose qui était en fait très modeste sous son habit de lumière. Un simple chapelle remodelée que les habitant avait habillé de leur plus beaux talents. Je n'avais jamais demander à ce que cela soit fait, cependant ils ne m'avaient pas demander mon avis et avaient voulu redonner plus de charisme au lieu. Non je n'avais jamais rien exiger, rien demander. Le nouveau visage du village en réaliter ce n'était tant à moi qu'ils le devaient mais à eux même et à leur courage et à la sueur de leur front. Ils s'étaient tous pris d'un espoir grandissant en voyant les choses changer qu'ils avaient tout fait pour continuer cet essors d'eux même. Aujourd'hui je ne faisait que contempler leur propre évolution avec fierté, une fierté que j'éprouvais à leur égard.

J'entendis les portes du premier etage s'ouvrirent, de lourdes portes en bois renforcées par des lignes de métale ciselées, qui grincèrent sous l'ouverture. Yorza parla avec un des gardes de l'entrée qui pris le relais du convois dans l'escalier montant. Grand escalier de pierres grossières recouvertes parfois de tapis un peu usée mais dont les couleurs devaient être belles il y a fort longtemps. le tout donnnait une ambiance de vieux chateau fort. Quelques vitraux trahissait la Chapelle et le lieux de prière qui aujourd'hui ne servait en réalité qu'à m'abriter du soleil qui me brulait la peau, moi vampire à la peau blanche. Bien entendus rien de cela n'était assez evident pour etre deviné par qui que ce soit à premiere vue.

J'entendis à la porte de la pièce ou je vivais, toquer. Je ne répondis pas tout de suite, regardant , pensive, par un vitraille de la pièce meublées de commodes ou d'armoire en bois sombre garnis de divers objets dont on m'avait fait cadeaux, ainsi que dans le coin gauche de la pièce un lit dont les draps avaient été cousus par les femmes du villages elles même. Des draps de lin blanc, mais aussi des voiles accrochés au baladaque au dessus de ceux ci. Des tapis au sol, duements payés aux artisants du village afin de faire fleurir leur échoppes et les remercier pour leur fabuleux travails. J'étais fascinée par le talent humain.
Je finis par répondre à l'appelle derriere ma porte d'une voix douce.
Celle ci finit par s'ouvrir et entra donc l'homme que j'attendais.

Debout près du vitrail je n'avais pas bouger, mains liées devant moi bras lachés dans une position neutre de patience. Vêtue d'une robe simple finement tissée, de couleur bleue nuit aux reflets mauves sombre, parfois décorés de perles blanches et argentée, celle ci m'avait été offerte elle aussi par les femmes couturière de la ville. Mes cheveux étaient laches et tombant sur mon dos simplement, mais les enfants du village, venant souvent me voir à l'aube pour entendre quelques histoires ou simplement m'offrire quelques fruits ou autres présents aussi simple qu'agréable, y avait ce matin glissé des fleures fraichement cueillies en guise de coiffure. L'ensemble de la tenue était donc loin d'être richissime mais seyait avec grace à ma personne et à mon statut avec un naturel exemplair. Cependant ma couleur de peau, et celle de mes yeux trahissais le vampire, même si je faisait partie des impérials, Vampire au physique ravageur qui leur permettait normalement tout les méfaits. Mais sur mon visage ne se lisait pas une quelqu'onque fierté de ceci. Mais une simple et véritable mélancolie toujours présente.



[HRP : Désolée pour les fautes si il y en as, car ce doit absolument en être gavé sur tout le texte. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Ogham



________________


________________


Race : Faux-Parleur
Classe : Lame Noire
Métier : Chef de Clan
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Clan des Ulfheonars

Âge : 500 ans

Messages : 9

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Jeu 3 Mar 2011 - 22:46

Pour Arawn qui pensait rencontrer son hôte toute de suite derrière la porte d'entrée, il en fut pour ses frais! En effet, il se retrouva à la place devant d'autres gardes qui prirent la relève de sa visite et l'emmenèrent plus en avant dans le bâtiment. Pourquoi un tel besoin de soldats pour une seule personne, franchement? Ils craignaient que quelqu'un vienne l'assassiner dans la journée ou quoi? Et puis pourquoi diable mettre autant de pièces dans un bâtiment? Un unique espace ne suffirait-il pas à remplir tout aussi bien son rôle d'abri? Décidément, ces citadins lui semblaient toujours aussi étrange, même depuis le temps qu'il les connaissait. On aurait dit qu'ils voulaient systématiquement se compliquer la vie et ainsi parer du plus compliqué les choses les plus simples.Un abri était un abri quoi, quel importance qu'il ait ces verres colorés ou une simple planche en bois sur le mur? Et puis en cas d'attaque, il n'osait imaginer ce que deviendrait toutes ces richesses si fragiles. En plus, ces vitres gâchaient la solidité des murs de pierre qui les entouraient, à quoi bon bâtir des murs aussi épais si c'était pour laisser une faiblesse telle que ces fragile issues? Etant nomade, l'apparent jeune homme avait plus que l'habitude des sièges, il pouvait donc imaginer sans mal le destin d'une telle construction lors d'une telle attaque...Cela ne faisait que confirmer ce qu'il pensait depuis le début, de toute façon, les occupants des lieux n'avaient pas pensés à une chose toute simple et qui pourtant leur pendait au nez telle une menace quasi-certaine. Il comptait donc les alerter au moins sur cela avant de continuer son chemin avec son peuple, il ne serait pas dit après tout que son clan aurait laissé un de ses peuples proches en grave danger sans rien faire.

C'est donc d'un pas toujours aussi déterminé qu'il franchit enfin la dernière pièce des lieux. Et se retrouva enfin devant son homologue du village. Comme il l'avait entendu, il s'agissait en effet d'une femme, et à l'apparence des plus soignée, ce qui semblait cadrer avec ce qu'il avait vu jusqu'à là. Par contre, un élément se trouvait être bien plus inhabituel sur elle, à savoir des yeux d'un rouge sanglant associée à une pale peau qui ne laissaient guère de doutes sur sa nature de vampire! Pourtant, le chef de clan ne porta nullement les mains à ses armes, se contentant de se figer sur place en fixant d'étonnement l'apparente jeune femme. Mais même cette surprise ne dura pas, vite remplacée par la froideur rigide habituelle d'Arawn. Après tout, un être tel que lui était bien chef de clan, alors pourquoi pas une vampire? Il avait bien affronté des êtres de sa sorte, ayant ainsi vu leur plus sombre aspect, mais il en avait fait autant avec les humains et il ne trouvait pas finalement que l'un fut forcement plus horrible que l'autre. Qu'importait parés tout la nature que même l'aspect d'une personne, seul comptait ce qu'il était en lui et la façon dont il en ferait usage. Et puis cela expliquait au moins une partie des bizarreries qu'il avait rencontré ici. Mais une partie seulement, une autre ne devait qu'a la pensée des locaux, autant de leur dirigeante que du plus simple d'entre eux, et c'était cette conviction qui motivait à présent Arawn, et même trop pour le faire hésiter devant quoi que ce soit à présent.

Il n'en connaissait pas moins pour autant ses manières et se comporta alors comme il l'aurait fait avec un autre chef de clan, à savoir qu'il inclina respectueusement son visage un bref instant, ses yeux se fixant ainsi un instant sur le sol avant de revenir fixer ceux de sa vis-à-vis. Il enchaina alors sans attendre sur ses paroles de présentation, sans pour autant avoir quitté sa pose rigide et droite ordinaire. Sa voix était forte et pourtant comportait une réelle chaleur, comme s'il considérait chacun de ses interlocuteur comme un proche parant. Mais uen voix chaleureuse pour quelqu'un d'aussi dur qu'Arawn voulait plutôt dire qu'a la place de se sentir face un roc, on se sentait face un caillou. A savoir toujours aussi rude et solide, mais de façon plus réduite et discrète, comme par politesse.



Bonjour chef de ce clan. Je suis Arawn Ogham, chef du clan des Ulfheonars et je me présente devant votre pouvoir afin de demander l'hospitalité de mes hommes et femmes pour la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Ven 4 Mar 2011 - 12:20

A présent il pouvait comprendre, ses interrogations prenaient un sens et trouvaient réponses. Pourquoi toutes ces pièces plongées dans l'obscurité ? Tout simplement Parce que tout les gardes et tout ceux qui n'avaient point de refuge, ainsi qu'en cas de guerre ou d'attaque, logeaient ici même. Pourquoi une telle épaisseur de mur ? Pourquoi des vitres teintée ? Certainement pas pour l'esthetique. Je n'étais qu'un vampire, pas une princesse ou une reine pleine d'égocentrisme et raffolant de dentelle et petit plat. Très loin de cette idée. J'étais un démon, pas des plus reluisant de plus, et j'étais née dans les pire conditions qui soient. A même le sol perdue en foret dans le sang et la souffrance, vampire de bas étages, durant des années simple errante sans but ni pitié, je n'était pas destinée à un règne quelqu'onque ni prédestinée à être gouvernante d'une cité telle que celle ci. Alors les supreflus décorative ce n'était pas franchement ma tasse de thé et j'insistais beaucoup sur le fait que jamaus je n'avais réclamer de telles proportions au niveau architecture ou même présentation du village. Les hommes ont besoin d'ordre et de "beau", ils vivent ainsi, j'avais appris à cerner cet aspect de leur personnalité et les avais laissé faire à leur entendemenent sur ce point là. Un dicton disait qu'on se sent mieux dans des habits neufs même venant d'origine modeste, et c'était un peu le même rapport qui s'était opéré avec les villageois et le village. Ce n'était en rien condamnable après tout. Pour en revenir à l'aspect de la chapelle, et aux vitraux, cela empechait simplement au soleil d'entrer, qui je le rappelle était malheureusement très nocif pour ma personne en raison de ma nature vampirique. Rien de plus. De toute façon les vitraux étaient déja présent avant mon arrivée. Evidemment puisque c'était un lieu de prière à la base. Nous n'avions fais que les réparer à peu près. Certains avaient été faits ensuite, c'est vrai, mais ils n'étaient en rien fais pour faire simplement décoratif, ils avaient aussi une fonction. Tout avait une utilité, contrairement à ce que certaine personnes pouvaient penser à premiere vue.

Bonjour chef de ce clan. Je suis Arawn Ogham, chef du clan des Ulfheonars et je me présente devant votre pouvoir afin de demander l'hospitalité de mes hommes et femmes pour la nuit.

Sa voix était sobre et calme. Sur un ton très posé et emplis d'une politesse de rigueur, elle sonnait tout de même durement entre ses lèvres si jeunes pourtant de ce qu'il paraissait être. Mes yeux vinrent finalement se poser sur lui. La rougeur de ceux ci n'était en rien menaçante et mon regard restait d'une sagesse exemplaire et d'une convenance parfaite. La mélancolie s'y lisait toujours cependant, mais ceci métait de raison privé.

Mes yeux parcoururent son visage assez rapidemment mais sans impolitesse. Ils lisaient générallement asez bien les personnalités qu'ils visaient. Après de telles paroles j'eus un sourire. simple sans ambiguité mais doux et calme. Ma voix finit par lui répondre tout en me tournant un peu plus face à mon interlocuteur :

-Soyez les Bienvenus Vous et Votre clan... Notre hospitalité vous est due, Vous êtes ici chez vous, il y à de la place pour chacuns d'entre vous , et la durée de votre séjour est libre, restez autant que vous le souhaitez.... répondis je alors .

Puis je rajoutais:

-Mais laissons là les convenances je vous en pris, je n'ai pas plus de pouvoir que quiquonque en ce village ... Si nos hommes armés vous ont guidés vers "l'élue", sachez que je rejette cette appelation, je ne fais que vouloir le bien de ce village ne croyez en rien que je sois puissante en influence... Je préfere poser les choses au claire... dis je sur la même voix calme et douce, presque contraire à la dureter de la sienne bien que tout aussi polie.

[dsl pour les fautes]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Ogham



________________


________________


Race : Faux-Parleur
Classe : Lame Noire
Métier : Chef de Clan
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Clan des Ulfheonars

Âge : 500 ans

Messages : 9

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: u   Ven 11 Mar 2011 - 14:16

Vous avez une puissance et une influence, celle que ces gens vous ont donné. Il vous incombe juste d'en faire bon usage sans pour autant la dénigrer.

Arawn avait répondu comme du tac au tac aux propos de la vampire, ses propos semblant lui venir tout naturellement aux lèvres. Après tout, il s'était lui même débattu avec ce genre de questions pendant tant d'années qu'il en connaissait le cheminement pratiquement par cœur. Ne pas chercher à se reconnaitre supérieur était honorable, mais au bout d'un moment, on se devait de faire face aux responsabilités et espoirs que les autres avaient placés sur vos épaules. La question du nom et autres soucis de formes était un autre problème, mais celui de devoir se comporter en chef pour le bien des autres était aussi important que celui de ne pas se conduire en tyran. Dans ses actes comme dans ses propos, si l'on réfutait ne serait-ce qu'en partie la volonté de son peuple, on courait le risque de le voir à terme brisé. Après, certaines populations offraient par leur culture plus de facilités que d'autre à l'acceptation de telles hautes charges. Ainsi chez les Ulfeonars, le titre de chef de clan était vu comme un honneur mais surtout comme un honneur que son porteur devait sans cesse mériter et soutenir dans sa dignité. La personne en elle-même s'effaçait pour ne plus être pratiquement que l'incarnation de son titre, et en tant que tel n'avait ainsi plus de prétention ou supériorité propre, mais plus celle de tout le clan. Comme tous les chefs de clan par le passé, Arawn avait donc du se faire à cette idée et se rendre compte que refuser les honneurs était alors comme refuser ces honneurs aux siens. Une fois chef, on est pas une personne au dessus des autres mais simplement la personnification du clan. Ainsi son attitude se reportait fatalement à un moment sur les autres, d'où la nécessite de ne pas se dénigrer soi-même, pour le bien de la fierté des siens.

Pendant le cours de ces pensées, et vu que la dirigeante des lieux l'avait officiellement invité, Arawn s'installa plus confortablement sur place. A savoir qu'il s'assit donc tranquillement par terre dans un léger soupir d'aise, se détendant visiblement avec relâchement, ses bras s'appuyant lentement sur le sol par coté de ses jambes croisées en tailleur. Ses épées se retrouvèrent au passage décrochées de son dos pour reposer négligemment par terre dans leurs fourreaux, signe que le chef de clan s'estimait en sécurité chez cet hôte et acceptait donc pleinement son hospitalité. Il tendit néanmoins à nouveau son visage vers sa vis-à-vis vampirique et reprit comme si de rien n'était ses propos, avec peut être un peu plus de douceur et d'ironie qu'auparavant.


Mais si vous ne voulez pas porter ce titre d'élue, alors faite le leur bien comprendre, c'est tout. Même s'il vous faut user de votre autorité pour ça d'ailleurs. Votre peuple peut vous imposer votre charge de meneur ainsi que ses responsabilités, mais sur des questions non-vitales comme votre titre, c'est tout simplement à vous d'imposer votre choix. Si vous vous laissez faire même là, vous finirez étouffés par les vôtres aussi surement que par le marais. Ils ont aussi voulu faire cela par chez moi à un moment, je leur ait du coup bien expliqué en large et en travers mon point de vue sur la question. Ils s'en souviennent encore d'ailleurs!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Ven 11 Mar 2011 - 16:50

Je suis désolée de devoir vous dire cela mais nos point de vu diverges et vous m'avez mal comprise.

Tranchais je alors. Ma voix pouvait être certe très douce, autant que dure comme le roc. J'étais vampire, j'étais femme, j'étais peut etre en âge plus jeune, mais pas moins sûre de moi et de mes propos. J'avais d'ailleurs pour réputation de ne pas être à énerver ou à mettre en colère au quel cas je pouvais être pire encore que le venin d'un serpent.
J'avais horreur qu'on me fasse la leçon. Je savais bien qu'il n'avait sans doute pas voulu le faire, du moins pas en tant que moralisateur, mais étant dirigeante d'un clan sédentair et n'étant donc absolument pas du même monde, je n'apprécierais en aucuns cas qu'il m'impose sa vision des choses. D'autant plus qu'en dehors de toute altercations, mon discours avait été mal interprété.

Je ne me dénigre en rien, et si ce village est aujourd'hui ce qu'il est c'est parce que je n'ai justement jamais faillie à ma tache et je ne compte pas faillir un jour très loin de moi cette pensée. Cependant, avant d'être une "dirigeante" je suis avant toute choses Un être vivant et je compte le rester. Si on perd cette conception des choses alors gouverner n'a plus de sens. Pardonnez ma réaction vive à vos propos mais il me semble que si nous ne sommes pas en désaccord total nous avons tout de même un opinions différent de ce qui fait être "chef" surement dû à notre expérience personnelle. Quand à mon appellation ce n'est pas par crainte que ou gène que je la réfute. Mais par par pure modestie. Si Feleth est dans les abysses c'est bien à cause de la mégalomanie extrème d'un seul homme au pouvoir, je ne compte pas faire la même erreur, tel est ma raison.

En tant que sédentaire pour moi l'aspect gouvernemental, car il faut appeller les choses comme elles sont, avait un visage bien différent d'un clan comme le sien. Pas moins bien ou bien mieux, non ce n'est pas en termes de qualité que je considérais les choses mais d'un point de vu ressentit. Si tous les monarques avaient été les même et avaient tous gouverné de la même façon nous n'en serions pas là pour en parler aujourd'hui ça c'était une chose de sure.

Je le regardais prendre ses aises et s'assoir. Son expression s'était apaisée depuis son entrée. Je lui offrit un sourire, à la hauteur de ce que je pouvais offrire bien entendu. Je marchais jusqu'à un bureau à l'aspect rudimentair mais dont le seul pied était planté dans le sol à la manière d'une grosse visse de bois taillé. Je tirais un tiroir et en sortit un carnet que j'ouvris, attrapais ma plume et y notait quelque chose doucement et calmement. Je regardais d'un oeil perdu vers le vitrail de l'arriere salle. J'aurais pu soupirer, plongée dans mes pensées ponctuellement mais je n'en fis rien et refermais le petit livre de cuir et posais la plume. Puis je recncentrais mon regard rouge sans sur l'invité . Nous n'étions pas ici pour philosopher sur nos différences et la tolérance devait être de rigueur et réciproque bien sur. Je souris de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Ogham



________________


________________


Race : Faux-Parleur
Classe : Lame Noire
Métier : Chef de Clan
Croyances : Dieu des Songes
Groupe : Clan des Ulfheonars

Âge : 500 ans

Messages : 9

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Dim 20 Mar 2011 - 16:55

Alors pourquoi dire que vous n'avez pas plus de pouvoir que quiconque dans ce village? Vraiment, vous autres citadins êtes d'un compliqué parfois...

Ces propos furent prononcés par un Araw toujours avachi par terre avec l'air de ne parler que d'un détail sommaire de la conversation. Après tout les mots n'étaient que des mots, de simples sons qui s'envolaient à la moindre brise et n'avaient guère de poids pour les hommes habitués à vivre directement au fil du temps de leurs actes. C'est pour cela que se lancer dans un débat de sémantique avec la vampire ne le tentait pas plus que cela. Il avait de plus autre chose à lui dire et cela serait déjà pas mal, alors autant ne pas aller plus loin sur cette conversation là. Il s'accorda donc un moment de silence avant d'aborder cet autre sujet, profitant du calme des lieux. Au moins l'avantage d'une grande battisse comme celle là était qu'il y avait la place pour le silence. Par contre, même si le calme était là, Arawn n'y retrouvait pas la sérénité habituelle qu'il avait au dehors. Cette absence de vie dans ce paysage de pierre taillées, ce confinement et ce soleil absent, tout cela faisait qu'il ne se retrouvait pas dans un tel endroit. Création artificielle, il avait l'impression d'être dans une parodie de vie avec ces vitraux et décorations, un bien faible substitut à la vie au dehors. Le calme des hommes ne suffisait pas, rendait le silence étouffant s'il n'était pas accompagné de l'habituelle cacophonie de la nature en marche, de ce monde en pleine vie. Heureusement, pour le coup, il y avait les bruits des mouvements de la vampire pour troubler ce silence, et c'est donc en suivant ces bruits que le chef de clan laissa l'instant filer comme pour mieux en profiter. Quand on vivait en toute liberté à travers le monde, on apprenait à ne pas se presser dés qu'il ne s'agissait pas de survivre.

Il finit d'ailleurs par se mettre à sourire durant ce laps de temps. C'était en fait un détail tout simple et tout bête auquel il venait d'assister qui avait causé cela mais cela suffit. En effet, même quand il souriait, on avait l'impression que ce sourire ne gagnait jamais ses yeux, déridant le reste de son visage mais laissant son regard froid et imperturbable, toujours empli de la même passion fataliste. On disait par chez les siens que le regard est le siège de l'âme, et chez Arawn cela était particulièrement vrai. Pour le moment, c'était le simple fait de voir Meryle noter une quelconque chose sur un bout de papier qui avait suffi à l'amuser. Il faut dire que chez les nomades, on voit très peu de ce genre de chose, les écrits. A moins qu'ils ne soient gravés dans la roche, sinon leur support se révélait trop fragile pour pouvoir durer bien longtemps. D'où la tradition orale que son clan avait développé depuis ses origines comme les autres nomades. On retenait ainsi tout de tête, sans se servir du moindre support, confiant à al seule mémoire personnelle tout le savoir d'une vie. Voir plus encore qu'une vie quand on se transmettait de générations en générations un savoir ancestral. Le clan avait même des gardiens des sagas, des hommes et femmes par qui transitait toute l'histoire du clan depuis des siècles. Ainsi si d'autres familles venaient à voir leurs souvenirs perdus, il y avait toujours ces estimées personnes pour transmettre à ses contemporains les faits du passé. De part son incroyable longévité, Arawn était du coup devenu lui-aussi un gardien de sagas, chose assez inhabituelle pour un chef de clan mais que sa nature peu ordinaire avait permis dans son cas. Cela avait développé chez lui un mémoire de tous les instants, retenant ainsi tout ce qu'il avait vécu durant ses cinq cents ans et au delà même. Alors pour lui noter sur un papier quelque chose était encore plus incongru et amusant. Il se mit même à penser que cela ferait une bonne blague à faire devant ses hommes à l'occasion...

Enfin, trêve de pensées personnelles, il était à l'origine venu ici pour une raison plus sérieuse et importante. C'est donc sans prendre le moindre gant ni retenue qu'il exposa franchement son propos à son hôte, de sa voix stricte et sombre.


Sinon, je voulais vous dire que vous devrez faire quelque chose pour la défense de cet endroit. Ou bien votre village ne survivra pas à la première venue du Royaume...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]   Aujourd'hui à 12:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Echange d'impressions [pv Meryle Nightlander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Plateaux de lune-