''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lestat Ashcroft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lestat Ashcroft



________________

Lestat Ashcroft
________________


Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Ecrivain
Croyances : Dieu du Sang
Groupe : Solitaires

Âge : 21

Messages : 4


Lestat Ashcroft  _
MessageSujet: Lestat Ashcroft    Lestat Ashcroft  EmptyJeu 10 Fév 2011 - 22:03

* * *

Personnage


Nom : Ashcroft
Prénom : Lestat
Rang : Plume Vermeille

Âge : L'âge d'un vampire est dur à percevoir cependant, Lestat a l'apparence d'un jeune humain de 20 ans
Sexe : Masculin
Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Écrivain
Croyances : Dieu du Sang
Groupe : Solitaires si c'est encore possible?

Équipement : Lestat ne possède rien de particulier. Il aime voyager léger et cela lui est pratique pour bien des choses. Le Vampire possède juste un coupe papier qui lui sert aussi de dague pour charcuter son repas. La lame coupe toujours, même un peu de trop d'ailleurs..Il possède toujours son livre, lui servant de bible de chevet avant de dormir la plupart du temps.
Talents de combat : Ce dernier évite le plus possible les combats qu'il qualifie de "inutiles". A quoi bon ce salir les mains alors que d'autres peuvent le faire? c'est ce qu'il pense et laisse donc à son esclave du moment cette corvée. Lorsque Lestat ne peut faire autrement, il ce bats avec sa dague. Même s'il n'est guère expert dans ce genre de situation, faire virevolter son arme suffit en général pour repousser tout assaillant. De plus, sa faible expérience d'escrimeur mêlée à son pouvoir peuvent en faire un adversaire redoutable.
Talents de magie : Même si son existence en soit est souvent comparé à "magique", le jeune vampire ne possède cependant aucuns réels donc en matière de magie. Juste sa beauté naturelle et son regard profond peuvent envouter l'œil qui le perçoit.
Talents divers : Grâce à son passé, le bellâtre possède un certain talent en matière d'écriture. La symphonie des mots, le son de sa pointe de plume sur le papier fin...un vrai délice pour l'écrivain qu'il est. En plus de son emploi, la passion du damné reste bien de séduire l'agente féminine, lorsque ces dernières possèdent un minimum de savoir et une insolente beauté. Cette "passion" quelque part le rassure sur bien des points. Comme par exemple de ne pas perdre la main sur ses "dons innés". Les savoir encore en sa possession le rassure indéniablement, lui et son égo de dominant.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Pouvoirs particuliers : Lestat possède un fabuleux pouvoir qu'il utilise pour de nombreuses choses. Ce dernier s'appuie souvent dessus et ne ce lasse aucunement de l'utiliser sans limite. Voici son pouvoir en quelques mots:
Céléritas : Un pouvoir qui lui permet de ce déplacer avec une grande vitesse sur une certaine distance (oui car, une fois son corps épuisé, le vampire ne peut plus l'utiliser avant une petite période). Personne ne sait vraiment avec précision la vitesse que l'individu arrive à atteindre, pas même lui. On sait juste que l'œil ne le perçoit qu'une fois son être immobile. Cependant, les regards entrainés peuvent suivre ses mouvements et ainsi le percevoir "flou, ce qui peut être un atout vraiment nécessaire si quelqu'un ce lance en combat avec lui. Même si l'idée de combattre de lui même lui paraît bien lointaine, le jeune vampire préfère utiliser son pouvoir majoritairement pour son métier d'écrivain. Écrire plus vite, finir plusieurs ouvrages dans la même journée, sa plume peut suivre aisément ses pensées et les retranscrire sur papier. Rien de mieux pour un maître des mots et un impatient, vous l'aurez comprit. Lestat utilise son pouvoir pour d'autres choses bien entendu mais cela demeurent trop pervers pour nos douces oreilles...Restons dans le mystère donc..

Apparence physique :
Aux premiers abords, Lestat semble assez grand pour un jeune vampire. Une taille haute qui allonge indéniablement sa silhouette longue et fine, bénit d'une certaine grâce. Un artifice qui peut être dénué de tout intérêt mais qui peu cependant embellir son être. Il enveloppe avec une certaine élégance la peau porcelaine du bellâtre, qui domine désormais en maître son corps d'apollon. Muscles saillants et joliment dessinés apparaissant au gré des ombrages et éclairages qui valsent sur une scène nommée pâleur. Un teint immaculé qui lui donne presque la bénédiction d'un saint, le réconfortant dans une innocence mal placée. Un fait rapidement démentit par deux pupilles couleur indigo qui percent ainsi la lumière radieuse et dévoile la vraie nature du jeune adulte: nébuleuse et sombre. Un regard malicieux sur un visage candide emprunt à une douce sérénité juvénile qui contraste divinement bien avec une bouche fine et douce, laissant entrevoir des crocs acérés de couleur écru. Un visage lisse aux traits particulièrement fins tombent doucement dans l'oubli sous la vision voluptueuse d'une chevelure ébène. La coiffe d'un roi dominant qui parcourt librement ses épaules, puis sa nuque, avant de descendre en cascade le long de son dos. Fort. Des cheveux soyeux rayonnant de mille éclats lorsqu'ils sont délicatement poser sur la soie souple et douce de son habit de gentilhomme. Vêtue richement tel un bourgeois de l'époque, son costume demeure dans la même nuance que sa personnalité, comme ci son ensemble complétait le couple « esprit et corps ». Une osmose parfaite entre ces deux jumelés qui montre à quel point Lestat est maître de lui même sur tout les fronts, même jusqu'au bout des ongles pour être davantage précis. En résumé, si la perfection devait prendre corps en un jeune et beau vampire, elle aurait sa place en son sein, cela ne fait plus l'ombre d'un doute.

Caractère, personnalité :
Lestat est un personnage assez complexe, voir imprévisible de manière générale. Une ambiguïté qui l'aime entretenir au désespoir des roturiers, énervés par tant de subtilités. Un art que le jeune vampire exploite sans nul effort, comme ci cette élégance lui était innée, tel un don offert par les dieux. Une robe qui lui va et convient à ravir, cela ne fait aucun doute. Elle agit comme une seconde peau qui lui donne par moment un air supérieur et hautain, ce qui ce ressent indéniablement dans ses flagorneries aux effets espiègle et cassante lorsqu'il s'adresse aux êtres inférieurs. Un comportement réputé bourgeois que ce dernier doit en majeur partie à son père, indigne de son descendant. Un héritage qui camoufle de sa couette brumeuse et soyeuse le passé archaïque du bellâtre, l'accompagnant tout au long de son existence, aussi longue et ténébreuse qu'elle puisse être. Un passé désormais lointain ne laissant qu'un présent prometteur et cela, le déchu le comprit. Comme une araignée, son art tisse ses toiles albâtres sur un présent désormais sien, donnant naissance à l'un de ses attraits: la manipulation. En effet, de par son rang autrefois noble dans le milieu de la nuit, le maître des lettres eu tout le loisir d'apprendre les ficelles de ce talent lors des bals lumineux de la haute société. Manipuler les hôtes autour d'un vin rouge mêlé au doux nectar des mots, rien de tel pour ainsi s'attirer une nouvelle clientèle, avide de curiosité et de nouveauté. Jouer avec l'esprit d'une personne est une tâche ardue puis un exploit en soit, peu de gens y parviennent avec seulement cette capacité. Lestat n'échappe aucunement à la règle cependant, il la contourne intelligemment en y mélangeant un second attrait nommé: la séduction. Un atout utilisé par bien des êtres qui consiste à faire miroiter une chose que l'œil furibond perçoit mais que le cœur ne peut voir. Une illusion qui envoûte temporairement les décisions d'une personne et qui ainsi la positionne dans un moment de non-objectivité. Deux arts qui fusionnent et qui en donne une plus grande, une plus belle, qui fait et fera à jamais partie du jeune vampire afin d'assouvir ses noirs dessins. De sombres projets qui lui donneront tôt ou tard satisfaction et ce, peut importe le prix demandé. Qu'il soit allié à l'homme inférieur en passant par les démons fourbes, peut importe le moyen, le damné obtiendra toujours le fruit de sa convoitise. Des objectifs qui semblent hors de portée mais qui sait, peut être moins loin que l'on ne le pense..

Histoire :
La naissance du beau Lestat ne fut aucunement voulu. Comme tout vampire vivant dans le monde du milieu, son existence était de l'ordre de l'hérésie. Elle ce fit donc dans la plus grande discrétion et dans le secret le plus total. Seul quelques rares de son espèce étaient tenus informé de la nouvelle, surtout quand on savait que Lestat fut le premier descendant du dénommé Leonith Ashcroft dont la réputation d'écrivain et de conteur n'était plus à faire. Dans le monde nocturne des suceurs de sang, ce métier était assez volatile, rare sont ceux qui avaient réussi l'exploit d'être ne serait-ce connu ou bien reconnu dans cette profession. Un métier qui n'allait pas ce perdre si facilement. En effet, être écrivain dans la famille Ashcroft était une tâche à la fois honorable puis traditionnelle. C'était donc sans aucune surprises que Lestat fut baigné dedans lorsqu'il était en âge de comprendre les choses. Une passion pour les lettres naquit en son sein pour commencer, puis par moment l'abandonnait, croulant sous le poids de la droiture et la sévérité que lui instaurait son père, avide de perfection. Une éternelle insatisfaction que subissait toute la famille, y compris les deux petites sœurs du jeune garçon, dont l'affection qu'il leurs portait dépassait de bien loin la compréhension naïve qu'aucun mot ne pouvaient retranscrire. Même si ce sentiment n'était en rien réciproque avec les deux concernés, cela ne l'empêchait aucunement de les aimer, bien au contraire. Un amour aveugle que les deux jeunes filles ne méritaient aucunement, elles qui le connaissaient que par intérêt: son sang. Une proie facile et soumise, l'innocence d'un enfant bafoué de cette couleur écarlate et pourquoi? En partie grâce à leur divinité divine. En effet, en dehors de leurs activités adverses, la famille priait quotidiennement le Dieu du Sang, source de leur religion et de leur penchant pervers. Au départ, cette engouement prononcé pour ce « Dieu » n'était aucunement une addiction pour Lestat, enfin, pas aussi avancé que celui des petites dernières de la famille. En effet, le garçon ne ce nourrissait que par obligation et non par plaisir (ou bien très peu), son ultime plaisir résidait dans l'écriture, ultime évasion à sa vie pénible et lugubre. Pour couronner le tout, ça mère nommé Salith ne s'occupait aucunement de ses enfants, ce consacrant exclusivement qu'à sa petite personne. Pour ce monstre d'égoïsme, il était plus approprié de les laisser aux esclaves chargés de ce genre « de chose » pour reprendre ses dires plutôt que de ce salir de tant d'humanité.

Spoiler:
 

Une famille lié par le sang, du moins, autrefois. Le temps passait. Les jours, les années... la « relation » de la dite tribu ne s'était aucunement arrangé, au contraire. Pour commencer, sa mère trop exigeante avec sa petite personne, quitta la famille sans le moindre regret vers une destination que seul la bourgeoise connaissait. Son départ du manoir était le début (malgré elle) de la discorde entre les membres parentés. Telle une malédiction, le déluge frappait l'ensemble du groupe, en commençant par ses deux sœurs. En effet, son père voyant le jeune souvent distrait par l'amour qu'il ressentait auprès de ces dernières, les tua sans le moindre remord. Un geste cruel pour ainsi éviter à son fils les « distractions inutiles » et ce focaliser exclusivement à son futur métier. Un geste horrible qui acheva indéniablement le peu de bonté qui résidait encore dans l'adolescent. Petit à petit, au fur et à mesure que les années s'écoulaient, le sentiment d'amour s'oublia dans les bras de la tristesse pour commencer, puis ensuite venait la naissance de la haine. Une haine qui s'était installé confortablement dans son cœur, à jamais blessé. Une haine totalement redirigé vers son géniteur sadique, toujours fier et froid de ses méfaits. Une haine qui commençait à prendre le dessus sur Lestat, lentement mais surement. Un sentiment qui le rongeait à petit feu, n'attendant qu'une chose: sortir et ce répandre. Chose qui arriva le jour de ses vingts lunes. Une nuit comme toutes les autres, du moins en apparence. Cette fameuse nuit clôturait aussi les cinq années des meurtres de ses sœurs. Coïncidence? Non cela était planifié et décidé depuis le fameux drame. Un plan qui ce termina dans un bain de sang, en la mémoire de ses sœurs addict au dieu du Sang, puis à sa propre personne et ainsi prendre sa revanche sur les innombrables tortures psychologiques et physiques infligées par le patriarche. Le plan du bellâtre débuta dans le bureau du chef de famille, lors d'une énième rédaction d'un article pour être davantage précis. Les esclaves de ce dernier c'étaient retirés dans leur quartier et donc le père et le fils demeuraient seul. Un moment idéal pour tuer quelqu'un, surtout que cela devenait de plus en plus rare à cause des nombreux serviteurs que le vieux vampire prenaient entre ses griffes au fur et à mesure de sa longue vie. C'était au moment où son père lui donnait l'article en main que le fils prit le coupe-papier présent sur le bureau pour lui planter dans le cœur, à supposer que l'individu en possédait un. La joie pouvait ce lire sur le visage porcelaine du jeune vampire. Il savourait chaque secondes, chaque minutes de son agonie jusqu'à son heure. Une scène des plus cocasse et ironique, mort d'un coupe-papier d'écrivain, la Mort avait beaucoup d'humour..

Spoiler:
 

Quelques semaines s'étaient écoulées depuis l'histoire tragique de la famille Ashcroft. Une fois la mort de son père réalisé, Lestat brula le manoir avec les esclaves encore présent à l'intérieur. Il était inutile de les laisser vivre, ces derniers étaient voué qu'a un seul maître et donc d'aucune utilité. Une seule de ces âmes échappait à la destruction, non pas par pitié mais par nécessité. Le résidu portait le nom de Nathaniel, premier esclave du jeune et beau vampire. Sa première morsure, son premier breuvage de sang, son premier souffre douleur...c'était lui. En plus d'être loyal et dévoué, l'humain représentait avant tout une grande poche de sang sur pattes, toujours à portée de main dans les moments difficiles. C'était le cas pour le jeune maître, désormais sans foyer ni famille avec pour seule compagnie ses souvenirs et le livre intitulé « The Feather of Despair ». Ce dernier tenait plus d'un recueil sur la religion du Dieu du Sang et sur le monde qu'il accompagnait que d'un livre banal. Un bouquin qui servait également en partie à mettre des notes personnelles de Lestat par endroits. Quoiqu'il en soit, la dernière note que le vampire avait rédigé avant de commencer son voyage était la suivante: « Le sang pur est la voie vers une félicité éternelle..jouissances infinies à celui qui la trouvera.. ».



En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Le plus souvent possible.

Comment avez-vous découvert le forum ? Par une connaissance qui voulait également venir sur le forum.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Il est sombre, mystérieux et le thème est original, j'aime *_*.



Test-RP
L'individu lève sa main vers les cieux, en espérant que les anges immaculés la lui caresse, l'empoigne chaudement, avant de le hisser loin de la terre autrefois bénit des dieux et désormais souillé par les mortels. Il se laisse transporter sans nul effort, comme happer par l'esprit supérieur. Ses pieds et ses jambes s'effacent doucement et s'emmitouflent tendrement dans le faisceau lumineux des élus. D'un seul souffle divin, l'envoyé recouvre de bas en haut le corps saillant et meurtrie de son interlocuteur. Un manteau radieux le domine, le parcourt aisément avant de s'oublier définitivement au néant. Son être devient pur énergie quelques instants, un fait qui le rend immuable et prospère. Un éclat à la fois puissant mais surtout fragile qui émane de l'entité nouvelle qu'il incarne désormais, avant de ce briser en mille éclats bleutés sur le sol aride, bafoué d'humanisme et de perfidie. Cependant, le prix de l'immuabilité est fortement élevé. En effet, le fruit de son existence n'est en rien suffisant pour franchir la barrière divine. Les dieux laissent échapper des rires moqueurs qui résonnent aux oreilles de l'intéressé. Quelle déchéance. L'être tombe en disgrâce tout en reprenant doucement sa forme originelle, sous le regard malicieux du visiteur. Suite à un rictus impromptue sur un minois absent, l'immatérielle ce retire dans son royaume angélique avec pour seule image un être décadent dont la vie n'est guère mieux qu'un damné. Un damné, oui, c'est ce qu'il est et sera à jamais. Son existence n'est que pur blasphème dans ce monde, tout comme sa nature mystérieuse et sombre. Ses attraits obscures et ses noirs dessins lui sont traître aux yeux des bienveillants. Les mensonges et les palabres acerbes d'un fourbe ne peuvent tromper les chérubins ailés venant du paradis. Malgré sa laborieuse tentative pour rejoindre le monde du dessus, le maudit n'en reste aucunement dépité. Même si ce n'est en rien son premier échec, le bellâtre laisse son visage inexpressif, stoïque, honorant avec fierté une impassibilité qui laisse transparaitre aucune émotion. Une représentation typique de la froideur incarnée qui l'accompagne dignement dans la défaite ainsi que dans les moments de doute. Seul son souffle trahit honteusement son corps fatigué suite à l'événement récent. Une faiblesse qui s'estompe après quelques minutes de repos, le temps que son cœur ralentisse son rythme, que le volume d'air accumulé dans ses poumons s'extirpe de la prison de chair. C'est fait à présent, le voilà de nouveau calme et apaisé, chose qui peut nous inciter à croire qu'une sérénité juvénile ce glisse timidement dans l'atmosphère présente. Inciter seulement car il en est rien, juste une passade illusion qui piège le naïf et l'inculte, cela ne fait aucun doute. Ce doux et éphémère sentiment pousse le damné à s'exprimer à haute voix dans le lieu mort de bruit. Ses paroles douces mêlé à sa voix suave agrémente de leurs justesse sans faille le vide de l'endroit, chose qui redonne vie quelques instants au domaine avant de s'évanouir de nouveau dans l'oubli.

« Pourquoi tant de méchanceté, de cruauté? Suis-je indigne de vous rejoindre dans votre monde charmant et beau? Pourtant mes intentions sont sincères et pures, je vous l'assure... »

Chacun de ses mots, chacune de ses phrases retentissent dans l'air, vibrent avec rythme et se dispersent comme dans un cycle continuel. Cependant les questions que le bellâtre ce pose ne tombent aucunement dans l'oreille d'un sourd. En effet, au détriment d'un sourd, ces dernières s'abandonnent dans celles d'un humain, un esclave pour être davantage précis. Ses cheveux long et ébène le domine et plonge en cascade le long de son dos. Son visage porcelaine aux traits fins fait aisément pâlir un saint de peur sans la moindre difficulté. Sans oublier ses vêtements d'un jais nébuleux qui contrastent à merveille avec sa longue cape d'un rouge vermeille. Un tout qui attise l'œil qui le contemple, notamment celui de son maître, en perpétuelle fascination pour ces couleurs glauques et sombres. Cependant, ce qui rend fou de plaisir l'éternel damné reste le regard furibond de son vassal. A la fois intense puis modéré, révolté et soumis, des adjectifs en totale contradiction des uns des autres qui rendent l'humain particulièrement intéressant et unique. Une rareté qui le démarque indéniablement de ses comparses esclaves, ce qui lui donne, par moment, la possibilité de dialoguer avec son supérieur sans prendre le risque d'être terrassé par sa funeste fureur. Une liberté propice qui laisse donc le champ libre à l'inférieur, dont l'empressement et l'impatience voué à cette idée ne le laisse aucunement indifférent. De ses lèvres galbées et fines, les sons sortent et ce déposent tels un drap soyeux sur le léger zéphyr omniprésent dans le lieu, avant de titiller chaleureusement les sens auditifs de son maître. Sa voix mielleuse apparaît alors au monde, non timide, avant de s'abandonner au néant une énième fois.

« Vos intentions sont louable mon maître cependant, je doute qu'un ange daigne vous servir comme je m'emploie de le faire: avec loyauté et passion. La chimère sur laquelle votre regard ce pose n'est qu'illusion dépravée et.. »

Avant même que l'orateur ne termine ses dires, une silhouette sombre ce dessine à quelques mètres de son être. Étonné d'une telle rapidité de la part de son supérieur, l'homme reste figé devant tant de surprise, comme paralysé par l'événement tantôt. En quelques secondes et d'une grâce presque divine, l'individu surgit devant lui, désormais face à face, contemplant de son regard froid les pupilles encore dilatées de son vassal. C'est alors que son visage porcelaine ce rapproche doucement de celui de son subalterne pour ainsi atteindre son oreille droite. Un chuchotement la caresse quelques instants..

« Une chimère qui possède des ailes et une beauté enchanteresse ne peut que me faire rougir. Rien que d'imaginer ma main chaude sur sa peau fraîche et douce, de sentir l'odeur enivrante de son sang en ébullition lorsque je coupe accidentellement sa peau lisse...Un tels délice ne peut être compris d'un mortel de ton rang.. »

Suite au dialogue, le jeune humain constate aussitôt que le revers de sa paume est recouverte d'une couleur sombre, voir écarlate. Une larme rouge parcourt librement sa peau douce avant de finir son chemin sur les lèvres chaudes de son maître. D'un coup de langue rapide et sensuel, le monstre ce délecte de son goût parfumé, un arôme à la fois amère et fort.. Un goût particulièrement envoutant qui fait indéniablement palpiter ses papilles, toujours à l'affut de nouvelles sensations. Cette substance un peu gélatineuse lui redonne suffisamment d'énergie pour redevenir ce qu'il est depuis toujours : un vampire.


* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ShuiLong Zhang



________________

ShuiLong Zhang
________________


Race : Démon Commun
Classe : Combattant de l'Eau Noire
Métier :
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaires (Déserteuse)

Âge : 52 ans

Messages : 170


Lestat Ashcroft  _
MessageSujet: Re: Lestat Ashcroft    Lestat Ashcroft  EmptySam 19 Fév 2011 - 15:24

Bonjour Lestat,

Tout d'abord, merci de ton inscription. Je te souhaite une nouvelle fois la bienvenue sur notre forum !
Et j'en profite pour m'excuser pour le temps que j'ai pris à examiner ta fiche.
Alors que dire ? Rien, sinon que c'est parfait. Tu as un très bon style d'écriture qui s'accorde merveilleusement bien avec l'univers de ton personnage. Ceci dit, c'est dommage qu'on retrouve parfois quelques petites fautes d'accord dans tes écrits. Mais au vu de la qualité (et de la quantité) globale de ta fiche, elles ne sont pas du tout gênantes.
En somme, je t'adresse toutes mes félicitations pour cette excellente fiche travaillée avec beaucoup de minutie et de patience. Ça fait vraiment plaisir de lire un texte aussi soigné.
Ta classe est un peu étrange étant donné que ton personnage ne maîtrise pas de magie à proprement parler. Mais vu qu'aucune classe ne semble vraiment correspondre à Lestat et que ce dernier n'a pas l'air très axé sur les combats en eux-mêmes, je n'y vois pas d'inconvénient particulier. Tu pourrais créer ta propre classe avec sa description mais cela fait déjà un moment que tu attends d'être validé donc je vais passer outre ce détail.
Et bien entendu je te valide.
N'oublie pas de compléter ton profil.

Lestat Ashcroft  111

En espérant que tu trouves ton bonheur dans notre monde de fous \ô/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lestat Ashcroft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-