''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Eto Hachiro



________________

Eto Hachiro
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Solitaire

Âge : 11 ans

Messages : 22

Fiche de Personnage :


Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyMer 16 Fév 2011 - 19:50

- "Allez, vas-y nage !"

Criaient-ils en riant gorges déployées.

- "Merek ! Je vous en prie, laissez-nous..."

Criait-elle, du fond de son cœur, en se débattant, le visage démoli par l'angoisse et les larmes.
Oui, il allait se noyer...


_____


Eto marchait, sûrement depuis de longues heures, à travers les champs et les clairières, on ne savait pas trop ce qu'il faisait là, ni comment il était arrivé ici d'ailleurs... Comme toujours.
La lune se dessinait timidement derrière les nuages, happée par le soleil, encore vigoureux à cette heure d'une belle journée comme celle là. Ses pieds fendillés par ses vagabondages commençaient à faiblir, et le poids de son casque s'acharnait à se faire sentir au bout de son petit bras. Le garçon s'était promis de faire une halte une fois qu'il aurait atteint l'horizon, et cet horizon n'était plus si loin à présent. La côte dentelée se tenait à portée de main, dévoilant aux yeux gris du petit un large océan turquoise. Une fois la falaise atteinte, il s'assit sur le rebord pour profiter de la vue, ainsi que pour se satisfaire de n'avoir une fois de plus pas fléchi. L'astre du jour déclinait lentement, bravant les nuages, pour lui aussi aller s'éteindre pendant de précieux instants. A mesure qu'il s'affaissait, les couleurs fusaient et tournoyaient, dans des nuances improbables.

Jusqu'à ce que tout se fige dans des teintes ternes... Des flots de sang se répandaient maintenant à ses pieds, mordant les rochers de charbon, en vain.

Les pierres chaudes et l'herbe généreuse sur lesquelles il passait ses mains inlassablement emportaient son esprit vers d'autres contrées.

"Nous creuserons, jusqu'à ce que nos bras en tombent,
Nous tiendrons, même s'il fallait que l'on en succombe.
Pour la simple grandeur des gestes,
Et peu importe ce qu'il nous reste.
Gloire à toi seigneur, nous répèterons tes mots,
A travers la mort, par monts et par vaux.
Tout comme le faisait Eto...
"

- "Eto..."

Les yeux de l'enfant remontèrent la ligne des eaux pourpres vers le Nord, là où, à des milles, le seïrdan était tombé.
Des larmes perlèrent de ses yeux froids, et une lueur agitée attira son attention un peu plus loin au bas de la falaise. Des hurlements retentissaient.

Comme si cela allait de soi, le petit garçon porta son casque à ses épaules et emboita le pas, avec cette boule au cœur qui ronge, ronge et écrase. Non pas parce qu'il appréhendait ce qui se passait là bas, mais bien parce que la chute du samouraï avait laissé des marques qui ne disparaitraient probablement jamais. Et la pluie qui commençait à ruisseler ne faisait rien... Ou plutôt tout pour le forcer à y repenser...


_____


Là se dressait une dizaine d'hommes débraillés, armés. Ils tenaient une femme et la forçaient à regarder son enfant lutter pour flotter, gémissant à la mort, buvant et s'étouffant avec l'eau salée.

Que gagnaient-ils à cela ?

Eto avança d'un pas ferme, serrant ses petits poings à en faire craquer ses phalanges.

*Seigneur... Renvoie-les de la face de ce monde... Je t'en prie...*

Mais il n'en fut pas ainsi...

Seuls deux d'entre-eux se virent être touchés... Car c'était la mère qui, embrasée par de longues flammes noirâtres, s'écroula, calcinée. Les yeux du garçon restèrent écarquillés, ses pieds ancrés dans la roche humide. Abasourdi, il mordait ses doigts et ses lèvres... Quelques gouttes de plus pour cette mer lugubre.

Il tomba à genoux, écorchant ces derniers, le sifflement dans son crâne l'empêchait d'entendre les aboiements des vagabonds. La seule chose qu'il percevait amèrement, c'était le visage, vidé de toute volonté, du garçon, qui coula dans l'immensité... Cet océan de sang...

*Pourquoi... Seigneur, pourquoi...?*

Le coup de pied qu'il reçut dans le ventre le courba en deux, son casque roula à quelques mètres.

*Tu nous as... Abandonné...*

Il perdit connaissance.


_____


Quand il recouvra la vue, l'obscurité régnait, il ne restait ici que la dépouille consumée de la femme. Pas même son casque... Le petit garçon tenta de se lever mais une vive douleur au bras gauche l'écrasa de nouveau au sol, sûrement l'avaient-ils cassé. Sa deuxième tentative fut plus fructueuse, il tourna le dos, non sans peine, à cette scène cauchemardesque. Ses jambes tremblantes le menèrent d'elles mêmes sur les traces des bandits, pendant que ses pensées brûlaient et s'entre-choquaient. Il foula des sentiers pendant de longues minutes et finalement arriva devant une muraille de rocs. Les traces se dirigeaient vers une herse levée, mais ici toutes les pistes se brouillaient.

"Beolan, cité des magiciens", on pouvait lire sur un écriteau, grâce aux faibles lueurs lunaires. Eto s'y engouffra sans hésiter, déambulant dans les ruelles, à l'affut, jusqu'à tomber sur un mendiant, assis à côté du casque. Le garçon se précipita vers lui en demandant, serein :

- "Comment avez-vous eu ce casque ?"

Le brave homme lui répondit, en souriant :

- "Une bande de rats l'a jeté ici. Je savais que quelqu'un viendrait le chercher."

Et lui tendit l'objet.
Estomaqué par l'improbabilité de la situation, le petit garçon resta un instant immobile puis saisit une des grandes cornes, pour finalement poser cette grande coquille sur sa tête. Avant même qu'une quelconque question ait pu sortir de sa bouche, la réponse éclata.

- "Un peu plus haut dans la rue, l'auberge.
- ... Je saurai me montrer digne de votre bienveillance, monsieur... Que les cieux veillent sur vous..."


_____


Sa main poussa la porte de bois. La lumière, les bruits et l'odeur le répugnaient. Il fit quelques pas en avant.

- "Eh ducon, regarde c'est le mioche de toute à l'heure !"

*Seigneur, peut-être m'avez-vous oublié, mais moi je me dresserai toujours en votre illustre nom. Qu'importe la fin.*


Dernière édition par Eto Hachiro le Mar 22 Fév 2011 - 10:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danaroth

Invité

________________


________________



Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyMer 16 Fév 2011 - 21:49


Il y avait une forte odeur de viande dans la pièce. Une fumée provenant des cuisines, étouffant la pièce d'un manteau de chaleur. Depuis des heures, enfermée dans un étrange mutisme, Danaroth fixait sa table, les bras croisés contre sa poitrine. Elle ne cillait presque plus, perdue un peu trop loin dans sa réflexion. Ses pensées nourrissaient toujours la même haine envers le bonheur sale des gens qu'elle croisait. Une sorte de sourire idiot flanqué sur le visage, inlassablement banal. Ces rires, ces joies. Tout lui donnait une intense envie de vomir. Une intense envie de leur arracher les boyaux et de les pendre avec. Intérieurement, elle rit à cette vision. Un humain éviscéré, pendu à un arbre, avec des des liens gluants et à l'odeur putride. Son corps frissonna. Ce n'était pas une si mauvaise idée. Humilier les heureux jusque dans la mort.
L'humiliation. Quel curieux sentiment. Ce n'en était pas vraiment un en fait, plutôt un furtif ressenti. La honte, la peur du regard et du jugement des autres. Bien trop compliqué pour elle. La démone avait connu l'humiliation, certainement plusieurs fois, mais elle n'était pas vraiment une personne fière et orgueilleuse. Enfin, cela dépendait dans quels domaines. Cessant de se décrire elle-même dans sa tête,elle songea à de nouvelles malédictions pour que ces pantins déchirent les corps de ses victimes.
Les portes de l'auberge s'ouvrirent à nouveau. Normalement, elle n'y aurait pas prêté attention, mais elle eu l'impression de ne voir personne entrer. Et ce fut ce manque qui lui fit lever les yeux. Toujours penchée, immobile, bras croisés, elle fut étonnée de voir un gamin, avec un étrange casque rentrer. Le casque attira son regard plus intensément. Les cornes qui l'ornait était magnifique, et il ne faisait nulles doutes que l'objet avait été forgé avec précision et talent. Mais, il était curieux qu'il appartienne à ce petit corps. Son crâne était petit, trop pour la largeur du casque. L'enfant était intéressant. Un personnage étrange. Dégageant une curieuse impression. Réfléchissant à ce qui lui inspirait ce jeune humain, elle vit des champs déserts, sous une pluie diluvienne. Rien de bien palpitant à première vue, mais regardé avec des yeux artistiques, c'était un chef d'œuvre.

- Eh ducon, regarde c'est le mioche de toute à l'heure ! Lança une voix bourrue à travers l'auberge.

Instinctivement, Danaroth releva la tête pour chercher la provenance de cette voix grasse et trop désinvolte. Un de ces buveurs bagarreur, comme d'habitude. C'était toujours eux qui causaient des ennuis, où qu'ils aillent. Et elle avait découvert que dans ces auberges humaine, il finissait toujours par y avoir des bagarres. Plus ou moins violentes. Mais alors, l'enfant avait croisé cet homme et ses compagnons. Elle sentait le meurtre à cent mètres, ces troupes là tuaient souvent. Encore une sorte de coutume à l'humaine. Cette fois-ci, un sourire malsain déchira sa mâchoire. Ils étaient drôle ces humains. Tellement illogique parfois.
Pourtant, malgré sa moquerie personnelle, la démone tenait à savoir ce qu'il s'était passé. Mais, en restant discrète. Après tout, ça ne l'a concernait pas, même si l'homme avait parlé très haut et que tout le monde entendrait la conversation. Elle examina le bourru, large d'épaules, une épaisse barbe qui paraissait sale vu d'ici, sûrement sale de plus près (sûrement plus même). Il portait l'armure grossière que porterait n'importe quel bandit. Il était tellement pitoyable.. Il s'humiliait tout seul cet idiot ! Pourtant, Danaroth sentait qu'il faisait peur à tout le monde. Décidément elle ne comprenait rien à cette race.
Attendant avec impatience la réaction du petit, elle jubilait intérieurement. Si une seule goutte de sang venait à se mêler à cette discussion, elle n'hésiterait pas à s'en mêler, elle aussi. A sa manière. Pour patienter, elle saisit sa besace à ses pieds et sortit un parchemin à moitié couvert d'une écriture fine mais maladroite, et un fusain. Dessinant grossièrement ce fameux pendu, n'hésitant pas à détailler l'entaille dans son ventre, et ne gravant que l'ombre inquiétante des marionnettes squelettiques. Elle se languissait aussi de pouvoir mettre à profit cette fabuleuse idée.
Danaroth leva à nouveau les yeux vers le centre de l'auberge, comme un arrêt sur image. Ses mains ne bougèrent pas, sa cage thoracique s'élevait faiblement, une sorte d'envie s'empara d'elle. Mais laquelle ? Sûrement la seule qu'elle avait toujours ressenti depuis sa naissance. Celle de tuer. Son rictus s'encra encore plus sur son visage, et elle étouffa un rire creux.

- Je jugerai presque Feleth aussi intéressant que le Vein parfois, se murmura t-elle à elle-même.




Dernière édition par Danaroth Razekiell le Sam 26 Fév 2011 - 13:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Eto Hachiro



________________

Eto Hachiro
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Solitaire

Âge : 11 ans

Messages : 22

Fiche de Personnage :


Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyJeu 17 Fév 2011 - 15:05

Un silence d'un instant. Un instant qui parut une éternité, avant que ne se déchaîne la tempête...

Le petit garçon porta sa main à son épaule déboitée et serra du plus fort qu'il put. La vue brouillée par les larmes, il ne put reconnaitre tous les bandits parmi tous ces visages...

La soudaine bourrasque noire qui balaya la taverne disloqua son cri de haine en un hurlement dissonant, aussi perçant et arraché que l'aurait été celui poussé par les gorges du Vein elles-mêmes.

Les yeux fermés, en cet instant suspendu au bout des longs fils ensanglantés de la réalité, se mordant les lèvres jusqu'au sang, il murmura ces prières :

- "Que mes yeux soient arrachés, que mes doigts, un à un, soient coupés,
Si tes paroles, seigneur, un jour venaient à me quitter.
Que l'humanité sombre dans la mort, et nos noms dans l'oubli,
Si un instant, seigneur, nous doutions de tes mélodies.

Les douces litanies déversées là ou tu sèmes la pluie,
Là où nos pas résonneront ainsi que nos cœurs,

Détruiront à jamais nos peurs...
"

Le silence jeté avait duré jusque là. Quand il dévoila ses iris pâles à l'atmosphère pesante de la pièce, il vit des dizaines de regards, fixés sur les moindres soubresauts de son casque. Mais il vit aussi...

Il vit aussi que les grands pieux de charbon avaient vu pour lui...

Le pas qu'il fit en avant fut le déclencheur de la panique, le geste qui brisa ce cadenas de stupeur. Beaucoup se levèrent et se ruèrent vers la porte tels des chiens terrassés par l'effroi.
Eto balbutiait vainement, la tête baissée :

- "Je ne vous veux aucun mal... Vous pouvez rester si vous voulez..."

Happé par la débâcle, ça n'était d'aucune utilité.
Une fois la foule calmée, il ne restait plus grand monde. Cela faisait un endroit presque fréquentable se disait l'enfant... Exténué. Il se décida donc à s'avancer et s'asseoir seul à une table, relevant au préalable les chaises laissées pour compte dans la panique. Il retira son casque et fit un tour d'horizon avec ses yeux. Tout le monde semblait serein, malgré les cadavres. Puis, petit à petit son regard se perdit dans les lueurs haletantes de la bougie déposée sur sa table. Jusqu'à ce qu'un grand homme ne vienne l'extirper de ses pensées.

- "La maison vous remercie pour la disparition de ces gêneurs, qui trop souvent ont troublé la paix ici. Commandez ce que vous voulez, vous n'aurez pas à payer."

Son sourire se voulait plein de gentillesse mais on le sentait tout de même effrayé. Eto ne sut quoi dire...

- "Ah... Bon... Eh bien je veux bien une orange... S'y vous plait...
- Une orange, je vous apporte ça tout de suite !"

Lui répondit ensuite l'homme, qui était sûrement le tavernier, ne s'étonnant plus de rien.



[HRP : Comme t'as lu la fiche d'Eto, j'me suis permis de faire pas mal de sous-entendus ^^' si des détails t'échappent tout de même, n'hésite pas à me demander :p]


Dernière édition par Eto Hachiro le Mar 22 Fév 2011 - 10:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danaroth

Invité

________________


________________



Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyJeu 17 Fév 2011 - 16:54

Toujours complètement immobilisée, Danaroth fronça brusquement les sourcils. C'était presque allé trop vite pour qu'elle ne comprenne bien ce qu'il s'était passé. D'abord, une grande bourrasque, noire, avait hurlé dans la pièce. L'étrange gamin, planté à l'entrée semblait se murmurer quelque chose, ses paupières closes, sourcils braqués. Lorsqu'il les avait rouvert, nombre des bourrus étaient comme.. épinglés au sol. Une fine odeur de sang lui titilla les narines, faisant hérisser ses cheveux dans sa nuque. Un sorcier ! C'était évident, le vrombissement de la magie noire que connaissait si bien la démone flottait avec la fumée brûlante. L'enfant n'avait pas fais deux pas, que presque tous les clients se ruèrent sur la porte, pour fuir. Les yeux de Danaroth s'écarquillèrent presque. Elle avait eu l'impression de voir un troupeau de ces bestioles à fourrure laineuse blanche fuir devant les majestueux loups dont elle adorait relever les corps. De vrais animaux, il y avait tant de choses à remarquer chez les humains. Pourtant, le gamin ne semblait pas leur ressembler. Il était jeune certes, mais pour ainsi maîtriser des sorts aussi ravageur, il devait être profondément mâture. La démone était même curieuse de connaître son histoire, son passé.
Il parla, faiblement, gêné. Sa voix sonna clair, enfantine, et pourtant sérieuse. Même si il avait failli -vu l'incertitude de ses mots- bégayer, sa voix était assurée. C'était plaisant à entendre. Le suivant discrètement du regard, elle put le voir, s'asseyant seul à une table. Le tavernier se dirigea vers lui, hésitant au plus profond de ses os, mais arborant un sourire gentil. Danaroth ne sut comment réprimer la dégout que lui inspira ce sourire. Remerciant le petit sorcier, elle entendit ce dernier demandait une orange. D'après les quelques souvenirs qui lui restait des arbres à fruits de Feleth, c'était des sortes de boules oranges, dont la peau assez épaisse ne pouvait être manger.
La sorcière réfléchit un instant. Sa curiosité piquée vif, elle avait très envie d'aller s'attabler en face du garçon pour lui parler. Ce n'était pas du tout dans ses habitudes mais pourtant, elle avait très envie de savoir. De tout savoir. Pensant avec un cerveau humain, elle se dit que le petit s'en verrait peut-être rassuré d'être abordé, de ne pas avoir effrayé tout le monde. C'était plausible après tout. Même avec son cœur aux tendances pierreuses, doté d'une sensibilité démoniaque, il lui arrivait d'avoir des faiblesses humaines. Danaroth avait juste du mal à le comprendre. Ne songeant pas outre mesure, elle profita d'un instant où le petit humain ne sembla pas plongé dans une réflexion, se leva et s'assit face à lui.

Frêle, maigre, trop maigre, flanqué d'une paire de prunelles grises. Il émanait de cet être une sensation d'honneur, de rage sans une once de limites, de tristesse étouffante. Mais une volonté que rien ne pouvait briser. Tout ça, dégagé par deux iris acier. Elle lança un faible regard à ce casque qui la fascinait tant, lui rappelant quelque chose mais derrière cette impression de déjà vu, il n'y avait que du noir. Que pouvait-elle bien lui dire ? Non, dire n'était pas le bon mot. Elle aurait beau parler pendant des heures, il était possible qu'il s'enferme dans un silence de fer. Mieux valait poser une question. Il avait l'air si respectueux.. Il serait bien obligé de répondre.
L'idée qu'elle aurait pu l'effrayé elle ne l'effleura pas. Jamais cette idée ne l'effleurerait. Au fond, elle était peut-être un peu narcissique. Cependant, plausible était la théorie de la peur qu'elle pouvait inspirer. De part ses yeux, son sourire, sa peau étrange, ses cheveux. Mais cet enfant là semblait n'avoir peur de rien. Ou peut-être d'être abandonné. Il devait certainement croire à quelque chose...

- Qui es-tu ? Souffla simplement Danaroth.

Cette question paraissait désinvolte, idiote, sans intérêt. Mais en réalité, la démone voulait savoir la réponse. Qui était-il donc ? Ce petit morceau de courage et de désespoir. Danaroth plissa les yeux, inclina la tête et jeta un regard sur ses affaires encore sur la table. Elles ne risquaient rien, surveillé ainsi. Elle attendit une réponse. Si nulle ne venait, elle partirait. Pendant de longues heures, espérant assister à quelque chose d'intéressant, elle n'avait eu que cette idée de pendu. Maintenant, en face d'elle se tenait sûrement un des plus grands mystères de Feleth. Peut-être serait-elle la première à le percer.


Dernière édition par Danaroth Razekiell le Sam 26 Fév 2011 - 13:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Eto Hachiro



________________

Eto Hachiro
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Solitaire

Âge : 11 ans

Messages : 22

Fiche de Personnage :


Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyVen 18 Fév 2011 - 11:14

La taverne était à présent beaucoup plus calme que lorsqu'il était entré. On pouvait entendre de grosses gouttes de pluie commencer à marteler le toit de bois, chose qui ravivait la foi de l'enfant. Peu de gens bougeaient, même si beaucoup de bavardages avaient repris, malgré les épouvantails de chair, de sang et de marbre noir, parsemés dans la pièce. Une grande femme se leva cependant, au fond de la salle, et se dirigea d'un pas amusé vers la table où s'était assis Eto, pour finalement prendre place en face de lui. Le petit garçon regarda son visage, de son air neutre et enfantin habituel. Le sourire de cette dame était malsain, presque effrayant et sa peau livide rappelait ces histoires de vampire, qu'on avait parfois conté à Eto. Sans parler de ses yeux rouges et agressifs. Elle se serait certainement attiré la méfiance de son interlocuteur, si ce n'avait pas été celui-là. Fidèle à ses principes, il disait que l'apparence n'avait aucune importance, et même, que bien souvent elle était soignée pour compenser ou masquer des lacunes de vertu, et oubliée par ceux qui voguaient bien plus haut. Il attendait donc de savoir qui était au fond cette personne, avant de se faire une quelconque opinion.
La femme brisa le silence en demandant :

- "Qui es-tu ?"

Le petit garçon ouvrit les yeux plus grand et les tourna vers ce visage blême.

- "Moi...?"

Finit-il par articuler.
Comprenant que c'était évidement à lui qu'était posée la question, il reprit :

- "Ben... Je m'appelle Eto... Si ça peut répondre à votre question...
Et je ne suis pas grand chose...
"

Juste à ce moment là, le tavernier refit son apparition et déposa le fruit sur la table.

- "Eh voilà l'orange du petit monsieur !"

Déclara-t-il d'un ton enthousiaste, souriant.
A la vue de la main de l'aubergiste, le petit garçon remonta la tête vers lui et lâcha un :

- "Merci."

Avec son visage enfantin et paisible.
L'homme fit un quart de tour, se présentant face à l'inconnue :

- "Madame a-t-elle tout ce qu'il lui faut ?"

Eto, lui, en oubliant presque le monde autour, saisit son bras meurtri, le posa sur la table. Seule l'épaule était déboitée, ses doigts pouvaient encore bouger.

Il commença à éplucher son orange, des étoiles dans les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danaroth

Invité

________________


________________



Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptySam 19 Fév 2011 - 9:37

Spoiler:
 

- Ben... Je m'appelle Eto... Si ça peut répondre à votre question... Et je ne suis pas grand chose...

Évidemment.
Il fallait s'y attendre avec une question aussi vague. Mais enfin, elle connaissait déjà son prénom. Eto.. Eto.. Cela ne lui disait rien, trois petites lettres insignifiante. Un casque étrange. Un visage intriguant. Des prunelles fascinantes. Danaroth n'était pas d'accord avec sa dernière phrase. Ce Eto était bien plus que ce qu'il ne le pensait. Rien que part ces éclairs qu'il envoyait avec ses yeux. Le tavernier refit surface, avec la fameuse orange. Oui, petite boule de la même couleur que le nom. Elle n'écouta pas les quelques mots qu'il échangea avec Eto, mais à un moment, l'homme se tourna vers elle et lui posa une question. La démone se douta qu'il lui eut demandé si elle désirait quelque chose. Mmh.. La faim ne broyait pas son estomac et la soif ne brûlait pas sa gorge. Elle refusa d'un signe de la tête, qui disait non et merci à la foi. Restant concentrée sur le visage d'Eto.

- L'ombre est ton amie, si l'on en juge par la façon dont tu en fais usage.. déclara la démone en lançant un regard sur les cadavres.

C'était assez banal comme discours. Mais elle était vraiment intéressée par les talents du petit. Elle appelait la magie noire, ou ce dont on faisait usage en sorcellerie, l'Ombre. Appellation qui se voulait mystérieuse, à la fois effrayante et attirante. La magie noire l'était. Des capacités dévastatrice, des sorts ravageurs. Un art compliqué, mêlant horreur et poésie dans les dégâts qu'il causait. Encore une fois, un léger frisson parcourut le corps pâle de Danaroth. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas ressorti un bouquin d'alchimie pour maudire un cadavre décharné.
Son instinct lui cria de s'enfuir pour assouvir ses envies macabre mais Eto la retenait, inconsciemment. Il épluchait son orange, avec un regard innocent. Une orange pouvait-elle rendre si insouciant ? Ce n'était qu'un fruit insignifiant ! Après une seconde de réflexion, Danaroth attribua cette petite euphorie à son jeune âge. Il ne devait pas avoir plus de douze ans. S'il avait été un démon, il aurait pu conserver une apparence d'enfant malgré des centaines d'années, mais son aura était humaine.
En prêtant plus d'attention à ses gestes, elle vit qu'il était réellement blessé. Son épaule paraissait disloquée. Ne disposant d'aucun talents de guérisseurs, elle ne parla pas de ce.. détail. Et pourtant, elle savait qu'elle aurait pu lui donner un coup sur l'épaule pour la remettre en place. Cependant, le petit pouvait voir ça comme un geste agressif. Au lieu d'agir trop vite, elle fit à nouveau usage de sa voix creuse.

- Que t'ont-ils fais, eux ?

Elle sous-entendait les bandits morts, d'un ton plein de mépris.


Dernière édition par Danaroth Razekiell le Sam 26 Fév 2011 - 13:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Eto Hachiro



________________

Eto Hachiro
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Solitaire

Âge : 11 ans

Messages : 22

Fiche de Personnage :


Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptySam 19 Fév 2011 - 23:37

Le signe de tête de la femme, fit comprendre au tavernier qu'elle n'avait pas besoin de ses services, et il tourna les talons. Alors que le petit garçon commençait à entamer l'écorce avec ses ongles, l'inconnue reprit la conversation :

- "L'ombre est ton amie, si l'on en juge par la façon dont tu en fais usage.."

Trop occupé à retirer délicatement la rugueuse carapace, il ne prit pas la peine de formuler une quelconque réponse. Surtout que pour lui, l'ombre était un mot assez vague, qui ne signifiait rien... Si ce n'est le calme reposant, après des heures à marcher sous un soleil brûlant, dont le seul but semble être de faire trébucher... Comme toutes ces âmes perdues, répandant la misère pour la seule raison que cette dernière les infecte au plus profond de leur être.
Avant que ses pensées n'aient pu être assez claires et cohérentes pour donner une phrase digne de ce nom, la démone articula une nouvelle question :

- "Que t'ont-ils fais, eux ?"

Qu'avaient-ils fait pour mériter une telle mort en effet ? Pourquoi aurait-il été en droit de tuer ces gens ? Une question si difficile à résoudre pour la belle morale du petit garçon, qu'il aimait à croire que Dieu seul jugeait. Seul lui tuait, au travers de la volonté inébranlable d'Eto. C'est pourquoi cette réponse là, il la connaissait, nul besoin d'y réfléchir... Il cligna des yeux, ces yeux gris et tristes, rivés sur ce fruit orange et expliqua d'un ton désolé :

- "Ils se sont fourvoyés, ils méritaient de mourir... Notre seigneur en a décidé ainsi. Mais à moi ils n'ont rien fait, rien qui n'ait la moindre quelconque once d'importance en tout cas."

Cette insistance se voulait explicite, il ne se battait pas pour lui, et ne s'encombrait d'aucune estime pour lui-même. Il s'émerveillait du monde alentour. Mais passait aussi sa vie à en déplorer la laideur...
Il y avait quelque chose qui valait le coup, il le savait. Il savait aussi qu'une fois aveugle, on ne pouvait plus jamais voir de nouveau, et qu'on avait une fâcheuse tendance à vouloir arracher les yeux des autres. C'etait pour ceux dont les prunelles étaient menacées, qu'il luttrait jusqu'au bout.

Une fois l'orange épluchée, il décortiqua tous les quartiers un par un, et les laissa de côté. Il saisit un petit bout d'écorce entre ses doigts frèles et le pressa auprès de la flamme de la bougie. Les effluves bleues, flamboyantes, dessinèrent des rêves dans ses yeux brillants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danaroth

Invité

________________


________________



Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyLun 21 Fév 2011 - 9:54

Danaroth commençait à s'ennuyer.
Le gamin l'obligeait à réfléchir. Elle n'aimait pas ça. Du moins, réfléchir comme il le faisait lui. Au risque de déplaire à ce frêle visage, elle voulut s'amuser. L'appel d'un des cadavres commençait à être trop fort. Ignorant ce que ces bandits avaient pu commettre, elle voulut.. venger, les victimes inconnues. Ce n'était pas vraiment une habitude, mais c'était un peu trop tentant. Elle garda le silence un moment, observant la peau d'orange qu'il calcinait sur la bougie. Le feu, que la plupart des humains citaient dans la liste des quatre éléments. Mais c'était presque idiot. L'air, l'eau et la terre étaient logique. L'air était l'atmosphère, le vent. L'eau était dans l'air. La terre était le sol. C'était les trois choses qui s'étaient sûrement trouvé à la naissance de ce monde. Mais le feu.. C'était assez intéressant. La démone se mit en tête de faire des recherche sur les flammes. Il devait bien y avoir des grimoires sur cela dans une des nombreuses bibliothèque d'élémentaliste se reconvertissant en alchimiste.

Une faible odeur de décomposition commença à flotter. Le doux parfum que Danaroth humait presque chaque jour. Pourtant, elle vit certains visages blêmir. Eux, n'étaient pas habitués. Cela sèmerait encore plus la panique si elle s'amusait avec un des corps sans vie. Après s'être moqué d'eux, la démone leur en voulut d'être aussi stricte sur la vie et la mort. Pour eux, si une personne était morte, c'était pour toujours. Mais jouer avec les cadavres, leur voler leur paix, c'était drôle. Surtout sur ceux qui avaient été heureux. Ils méritaient bien un peu de douleur et de tourments non ? En hommage aux réels vivants qui souffrent, aussi bien physiquement que moralement. Les rares personnes qui avaient connu la façon de penser de Danaroth avaient voulu la tuer. Personne n'avait compris. Pourtant, elle continuait de suivre cette voix. Contrairement aux humains orgueilleux qui auraient dit : en massacrant ceux qui croisent ma route. Elle, préférait détruire les sourires sincères.

Ses songes étaient solides, et ses yeux rivés sur les corps. L'odeur de la cire et de cadavres commençaient à emplir toute la pièce. Quelques personnes avaient fui. Le gamin rêvait lui, observant les couleurs de la petite flamme vivace qui dansait sur la mèche de la bougie. Elle s'aperçut alors qu'il n'avait pas mangé son fruit. L'orange avait été divisé en sortes de quartiers, mis de côtés. Avait-il simplement demander cette orange pour brûler la chair ? Ce comportement l'interpela. Loin de trouver ça stupide, ça lui parut profond. Elle respectait les rêves, tant qu'ils provenaient de ceux qui n'arboraient pas un sourire. Une bribe de sourire s'incrusta sur ses lèvres, avec toujours cette pointe de folie. Danaroth ne dit mot, l'enfant n'en saisissait pas les sous-entendus, tant pis. L'odeur s'intensifia encore plus. L'envie de jouer commençait à lui provoquer des picotements sur la peau. Euphorie. Résister ou pas ? Au lieu de réfléchir en omettant Eto, elle lui demanda :

- Ils ont faits des victimes. Méritent-elles vengeance ?

Un seul mot suffirait. Un tout petit mot et elle pourrait s'amuser à en rire. Et tant pis si il prenait peur et partait. L'odeur était très forte. Une femme encore présente courra à l'extérieur et la démone entendit le bruit familier de quelqu'un qui vomit. Là ça devenait intéressant.


Dernière édition par Danaroth Razekiell le Sam 26 Fév 2011 - 13:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Eto Hachiro



________________

Eto Hachiro
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Solitaire

Âge : 11 ans

Messages : 22

Fiche de Personnage :


Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyMar 22 Fév 2011 - 10:40

Le petit garçon avait un souvenir des ces giclées de zeste d'orange enflammées, un souvenir d'une odeur plaisante, tout comme celle qui imbibait ses doigts après avoir épluché le fruit. Mais ici... La décomposition des corps et les senteurs de sang purulent, moisissant les chairs se faisaient plus insistants... Comme toujours, la simple et triste voix des rêveries devait s'incliner devant les aboiements de la laideur.
Pourtant les cadavres de ces hommes avaient été transpercés peu avant cet instant... L'odeur aurait du attendre.
La preuve que les narines de l'enfant ne lui jouaient pas de tours, nombreux furent ceux qui sortirent de la taverne, tant la pourriture les incommodait.

On disait que ces odeurs rendaient fou. Notamment un homme, que le petit garçon avait croisé, aussi perdu que lui, sur les chemins, un large sourire gravé sur les lèvres, le visage le plus triste qu'il n'ait jamais vu. Cet homme, un nécromancien, pour l'avoir vécu, le disait. A vrai dire il disait que tout cela détruisait un être de l'intérieur, à tel point que sans être spécialement dément, on oubliait tout de même le sens des choses.
Étonnant paradoxe cependant, ce grand homme vouté, fut l'une des plus belles surprises qui pavèrent la route d'Eto, même si bien des choses les opposaient.

Toujours était-il que son engouement pour cette orange fut jeté aux orties par toute cette puanteur. Regardant autour de lui, il ne voyait que des visages plissés de dégout, excepté un. Celui qui se tenait juste en face de lui, affichant un sourire inquiétant.
Cette femme serait-elle la raison d'une décomposition si rapide ? Eto commençait à s'interroger sur cette personne. Alors qu'il allait lui adresser une question, sa voix aigre résonna :

- "Ils ont faits des victimes. Méritent-elles vengeance ?"

Il ne comprit pas vraiment le sens de ces paroles, étant donné qu'elles étaient formulées au présent, et que ces hommes étaient déjà morts... Décidément cette inconnue était étrange... Enfin... Les gens étranges, ce n'était pas ce qui manquait en ce monde.

- "Qui saurait le dire ? Personne et tout le monde mérite vengeance... Je ne crois pas pouvoir vous répondre. Et de toute façon ils sont déjà mort... L'odeur nous le rappelle assez comme ça..."

Il marqua un petit silence et reprit :

- "Je n'arrive pas bien à vous comprendre, à mon tour de vous demander qui vous êtes."

Presque tout le monde avait quitté l'auberge, le bruit de la pluie sonnait maintenant comme un bourdonnement intense au dessus de leurs têtes. Cela donnait de la force au petit garçon. Mais il se disait quand même qu'il n'allait pas s'attarder ici trop longtemps.
Les quartiers d'orange étaient toujours là, formant un petit tas sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danaroth

Invité

________________


________________



Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyMar 22 Fév 2011 - 18:02

- Qui saurait le dire ? Personne et tout le monde mérite vengeance... Je ne crois pas pouvoir vous répondre. Et de toute façon ils sont déjà morts... L'odeur nous le rappelle assez comme ça...

Elle faillit éclater de rire.
Non pas que ce qu'il disait fut drôle. Mais une phrase avait déclenché cette envie irrésistible en elle, l'odeur nous le rappelle assez comme ça. Danaroth se mordit la lèvre à en saigner pour ne pas rire. Au fond, pourquoi se retenir ? Tout de même, se dit-elle. L'hilarité n'aidait pas à réfléchir. L'auberge était presque déserte. Elle pouvait peut-être essayer.. Durant ce court moment de réflexion, la voix d'Eto sonna encore à ses oreilles. Plus sérieuse, avec une pointe de fermeté étrange. C'était certainement une impression, pourtant..

- Je n'arrive pas bien à vous comprendre, à mon tour de vous demander qui vous êtes.

Que répondre ?
Il fallait pousser le jeu jusqu'au bout et conserver le mystère. Il n'était pas dans ses habitudes de donner son identité. Son sourire ne s'effaça pas. Sa tirade habituelle avec ses victimes étaient souvent la même. Sauf qu'Eto n'était pas une victime. Son euphorie commença à retomber, petit à petit. La démone laissa échapper un soupir de lassitude. Depuis des jours elle ne pouvait rien faire de ce qu'elle voulait. Depuis des jours, elle n'avait fait de mal à personne et on lui interdisait presque de s'amuser avec les cadavres de faux heureux qui n'étaient quand même que des fumiers.

- Qui je suis ? Elle sourit d'avantage.

Elle hésita.
Son nom ? Sa tirade ? Rien ? Le silence peut-être. Chaque réponses ouvraient à des tonnes de réactions. Au lieu de ça, elle se releva doucement, et replaça la chaise sous la table. Se dirigeant vers les cadavres, elle les observa longuement. Attentivement. Inspectant chaque visages, chaque expressions de peur, d'incompréhension ou de rage qui les habitaient. L'odeur était intense ici. N'importe quel humain aurait senti son cœur et son estomac se retourner. Danaroth, elle, se sentait bien mieux avec ce parfum dans l'air. L'odeur de viandes et pommes de terre ne lui était pas agréable. Elle choisit le cadavre le plus jeune. Une sorte d'adolescent idiot certainement en quête de filles de joie qui avait rejoint de groupe. Tendant la main, elle envoya une minuscule sphère entre le vert, le noir et le mauve qui alla s'enfoncer dans la poitrine du mort. Il bougea légèrement. La démone se retourna vers Eto...

- Je m'appelle Danaroth. Mais on me connait mieux sous le nom du Cauchemar...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Eto Hachiro



________________

Eto Hachiro
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Aucun
Croyances : Dieu de la Pluie
Groupe : Solitaire

Âge : 11 ans

Messages : 22

Fiche de Personnage :


Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] EmptyLun 11 Avr 2011 - 19:16

La grande femme se leva et fit plusieurs pas vers l'un des cadavres. Puis s'arrêta, leva le bras. Une boule turbulente sortit de sa paume, fila dans l'air lourd de la pièce et alla s'enficher dans le corps de ce qui fut le plus jeune des bandits. Ce dernier, animé soudain d'un soubresaut se mit à bouger et à vouloir se débarrasser de l'emprise perçante des grands pieux.

- "Je m'appelle Danaroth. Mais on me connait mieux sous le nom du Cauchemar... "

Déclara alors l'inconnue.

*Une nécromancienne...*

Les yeux gris du garçon paraissaient blasés, regardant la scène avec une telle incompréhension... Étrange coïncidence cependant, l'homme auquel il avait pensé quelques instants auparavant était aussi un nécromancien. Un nécromancien diamétralement opposé à celui là apparemment.
De ses yeux éteints il observait ce cadavre essayer de s'extirper... C'en aurait été pathétique et pitoyable si la peur ne baignait pas la pièce, le pauvre mort-vivant se déchirait lui même, se débattait mollement en grognant sans arriver à rien.

Ne trouvant pas le moindre sens là dedans, Eto arrêta d'essayer de comprendre et attendit une quelconque suite... Portant à sa bouche un des quartiers d'orange, dans l'espoir que l'acidité efface, même pour de courts instants, cette impression de décadence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] _
MessageSujet: Re: Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]   Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les regards se perdent vers le Nord... [PV : Danaroth Razekiell / LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Auberge des trois lieues-