''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lodrek et Géraldine, un conte spirituel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lodrek

Invité

________________


________________



Lodrek et Géraldine, un conte spirituel _
MessageSujet: Lodrek et Géraldine, un conte spirituel   Lodrek et Géraldine, un conte spirituel EmptyDim 27 Mar 2011 - 16:32

* * *

Personnage


Nom de la Bête : Percechair
Prénom de la Bête : Lodrek

Prénom de la Belle : Géraldine

Rang : La Belle & La Bête

Âge de la Bête : 153 ans
Âge de la Belle : Entre 20 et 30 ans, en apparence seulement ; son esprit a traversé les âges, nul ne sait depuis quand.

Sexe de la Bête : Masculin
Sexe de la Belle : Féminin

Race de la Bête : Ogre
Race de la Belle : Humaine

Classe de la Bête: Psychomancien. Ces guerriers sont souvent, à tort, assimiler à des berserkers qui se plongent dans une frénésie guerrière et développent une rage sanguinaire difficile à soutenir ; pourtant les psychomanciens sont d'authentiques terreurs, capables d'endurer les pires souffrances à seule fin d'exterminer leurs ennemis. C'est au plus près de la mort qu'ils sont les plus dévastateurs.
Classe de la Belle: Thaumaturge. Ces mages, très souvent considérés comme des sorciers proches des nécromanciens, sont en réalité des maîtres de l'esprit et n'usent pas de la magie noire. S'ils déstabilisent aisément les guerriers, ils préfèrent affronter magiciens et sorciers afin de contrer ou de dissiper leurs sorts, ou encore d'annihiler leurs liens avec les arcanes.

Métier de la Bête : Anciennement un général de sa tribu. Aujourd'hui le garde du corps de Géraldine.
Métier de la Belle : Aucun

Croyances de la Bête : Warzuk, le Dieu des Ogres de Guerre. Il représente le Courage, l'Honneur et la loyauté... Mais aussi la violence, la mort et la terreur insufflé à l'ennemi. Les ogres théologiens, aussi rares soient-ils, ont propagé la rumeur selon laquelle Warzuk fut jadis un mortel qui s'éleva au rang de divinité suite à la gloire qu'il rencontra sur le champ de bataille. C'est un exemple pour tous les Ogres de Guerre.
Croyances de la Belle : Aucune. Seule Dame Nature mérite de l'intérêt, sans Déesse pour intermédiaire. La sélection naturelle et la loi du plus fort sont le crédo de la magicienne qui, bien sûr, s'estime en haut de la pyramide. Ses sorts, sa puissance et sa longévité... ne contrarient pas cette argumentation.

Groupe : Solitaire. A deux.

Équipement de la Bête : Lodrek est quelqu'un qui sait s'équiper légèrement. Rien de futile, rien d'agréable ; que de l'utile, que du brutal. Il portent des brassards de cuir et de métal, sur lesquels s'érigent des piques annonciateurs de mort. Si son épaule droite est protégé par une épaulière large cloutée, son torse reste découvert, le laissant libre de tout mouvement. Ses fessiers et les objets de sa virilité sont dissimulés derrière un vêtement de cuir épais, sans toutefois masquer ses jambes. Des chaussures partielles viennent cerner ses chevilles et soutenir ses voutes plantaires. Au delà de ça, Lodrek ne possède rien. Ce dont il a besoin, il le prend. Tronc, roc, hache ou marteau démesurés feront office d'armes... pour le plaisir. Ah ! Si ! A la ceinture de l'ogre repose un crâne humain. Oserez-vous en demander l'origine ?
Équipement de la Belle : L'équipement de de Géraldine n'a rien d'inhabituel pour une magicienne. Pour seule arme... et moyen de défense, Géraldine possède un bâton. Il est unique, de sa conception, et n'a pas de nom. "Le bâton de Géraldine" serait certainement le nom le plus approprié, mais le moins vendeur... quoi que ! "Pour la lutte au corps à corps pour pour lancer des sorts, ce bâton fait fuir même les plus forts !" Un ménestrel osa chantonner ces rimes avant de mourir subitement, nul ne sait comment ; sauf qu'il était devenu liquide et éparpillé. La magicienne porte une jupe noire et un haut pourpre dont le rôle est essentiellement esthétique, comme vous pourrez le découvrir vous même. Elle possède également de nombreux bijoux, tous magiques ; l'un peut absorber des sorts ennemis, les autres sont liés aux arcanes : aide à la canalisation d'énergie, réserve d'énergie, entre autres. En revanche, Géraldine n'a en sa possession aucun grimoire. Cette absence de recueil s'explique par la volonté de la magicienne à ne souffrir aucun adepte indigne de son savoir, mais aussi parce qu'elle est l'auteur de chacun des sorts qu'elle utilise. Les incantations n'ont donc aucun secret pour elle. Chercherez-vous à vous les approprier ?

Talents de combat de la Bête : Lodrek est un ancien général ; de fait, sa formation le pousse vers une stratégie guerrière, exclusivement axée sur l'attaque, et l'extermination rapide et sanglante. "La charge est le premier vers la victoire !" L'ogre s'appuie également sur d'autres dogmes tout aussi pratique, tel que "dans la mêlée, rien ne sert de frapper juste, il faut frapper fort." Les ogres préfèrent semer la mort plutôt que la déroute, c'est pourquoi ils utiliseront tout objet pouvant servir d'arme de jet afin de tuer les fuyards. Pour les autres, tout peut faire office d'armes : poings, pieds, troncs, charrettes...
Talents de combat de la Belle : Géraldine manipule avec aisance le bâton, mais elle préfèrera tout de même éviter le corps à corps. Le sang pourrait tâcher ses vêtements.

Talents de magie de la Bête : Comme la plupart de ses pairs, Lodrek n'a aucun talent magique. Plus de sang à la clé !
Talents de magie de la Belle : Comme annoncé plus haut, Géraldine est une thaumaturge. Ses talents magiques sont orientés vers l'esprit. A titre d'exemple, on peut citer "onde mentale" qui étourdit les ennemis autour de la magicienne, "bombe violente virulente" qui propage un poison qui se nourrit de l'esprit de la cible faisant exploser ce dernier lors de sa mort, et pouvant contaminer les individus à l'entoure. Dernier exemple que sera celui du "carcan compresseur" qui consiste à placer l'esprit de la cible dans un étau, la paralysant et faisant diminuer son essence vitale jusqu'à la mort. D'autres sorts sont plus axés sur les arcanes et les sorts de l'adversaire ; ce sont des techniques défensives sans grand intérêt.

Talents divers de la Bête : Lodrek sait tuer en broyant, en déchirant, en lacérant, en empalant, en mordant, en... Comment ? ce ne sont pas des talents ? Bon... passons !
Talents divers de la Belle : Géraldine a des connaissances accrues en matière d'objets magiques. Elle peut en concevoir, en créer, en identifier qui seraient inconnus, en maudire, en purifier... Je continue ?

Pouvoirs particuliers de la Bête : Lodrek n'a pas de pouvoirs de régénération accru, ce que l'on peut penser pourtant ; en réalité, son derme est tellement épée qu'il ne saigne que très rarement lors de blessures, et très peu, le cas échéant.
Pouvoirs particuliers de la Belle : Géraldine est méthamorphe, à ses heures perdues. Pas de belle louve blanche ni de papillon aux milles couleurs, seulement quelques araignées géantes et autres serpents venimeux. Rien de très sympathique, dis comme cela...

Apparence physique de la Bête: Imaginons que vous ayez les yeux bandés, si on vous dit que Lodrek est un ogre, quelle image se dessinera dans votre esprit ? Ou si on vous dit simplement qu'il est surnommé "la Bête", quelle genre de personnage s'imprimera dans votre esprit ? Et si on vous dit qu'il est un ogre surnommé "la Bête"... Que verrez vous ? Il est l'heure... Ouvrez vos yeux ! Découvrez Lodrek ! Observez cette montagne de muscles de plus de trois mètres de haut, ces mains larges qui semblent pouvoir briser n'importe quel tronc d'une simple pression et ces pieds qui peuvent écraser une chèvre comme une vulgaire brindille. Ne le craignez-vous pas ? Relevez votre regard, et posez vos yeux son visage. Non, ne vous arrêtez pas sur la cicatrice sur sa poitrine. Oui, voyez ses yeux et ses dents, craignez son sourire et son odorat. Craignez les cornes qui s'érigent au sommet de son crâne, démoniaques. Fuyez ses yeux qui brillent d'une lueur haineuse. Fuyez ses hurlements de fureur qui vous pourchassent. Fuyez ses pas. Il est lourd mais vif, il vous rattrape. Il vous sent. Il vous tient. Il découvre ses dents jaunes, retrousse ses lèvres en un rictus victorieux. Vous êtes à lui. Vous le savez, bientôt, vous serez en lui...
Apparence physique de la Belle: Lorsque la nature se montre généreuse, il faut savoir l'accepter. Sans humilité. Géraldine a fait de cette maxime sa devise personnelle, et c'est pourquoi elle ose afficher sa perfection. Sa robe de mage légère n'a d'ailleurs pas vocation à la rendre belle, ni à cacher de minuscules défauts, ni même à la protéger. Elle n'est pas non plus enchantée. Sa seule fonction est de donner envie aux mâles en rut de l'arracher pour assouvir leurs désirs. Soyons honnête, ne pensez vous pas que cette robe cache le plus intéressant ? Évidemment que si, et Géraldine ne le sait que trop bien. De ses cheveux noirs corbeaux à ses fines chevilles, tout chez cette magicienne perturbe l'esprit, est créateur d'envies. Tout particulièrement ses seins ronds et fermes et ses petites fesses musclées qui remuent avec grâce à chacun de ses pas. C'est à ce moment là que le piège se referme. Trop tard ! Vous êtes perdus... Votre esprit s'égare. Vous imaginez vos mains caresser la peau douce de ses bras, puis glisser sur son ventre plat. Un doigt s'arrête au creux de son nombril, vous souriez. Elle aussi. L'image est saccadée, les impressions aussi. Vous êtes nus. Vous contemplez sa peau blanche. Vous trouvez chacune des courbes de son corps parfaites. Vous lui dîtes. Elle n'écoute pas, le sait déjà. Vous l'embrassez. Ses lèvres sont sucrées, sa langue fine et douce. Ses yeux noirs sont plongés dans les siens. Ses doigts caressent votre dos ; la sensation de ses ongles vous émerveille. A cet instant, vous l'aimez. Puis ses ongles se plantent dans votre chair ; des plaies s'échappent des filets de sang. Vous criez mais aucun son ne sort. A cet instant, vous souffrez. La cène vacille, à moins que ce ne soit vous. Les ténèbres vous avalent. Le néant s'installe. Il ne reste que votre corps sans vie, encore vêtu, allongé sur le sol. Seul et abandonné. Humaine ou chimère, nul ne saurait le dire ; pourtant, elle avait l'air si réelle...

Caractère, personnalité de la Bête : Ce n'est peut être pas un point qui mérite à être détaillé, non pas que le tempérament de Lodrek soit inintéressant à étudier, mais le plus souvent, il ne vous donnera pas le temps de le découvrir. Mais en disant cela, on amorce l'étude, alors, autant poursuivre, n'est-il pas ? Vous connaissez désormais l'impatience, et la brutalité excessive me direz-vous, de cet ogre. Toutefois, pour peindre un tableau plus exact de Lodrek, il faudrait également citer de nombreux adjectifs tels que pugnace, agressif, sauvage, dangereux, sanguinaire... Sans oublier ses compétences qui font partie intégrante de sa personnalité : assassin, égorgeur, briseur, dévoreur. Entre autres. Dévoreur, il l'est à plusieurs titres. Comme tous les ogres, il aime manger, la viande, saignante, crue, et en quantité ; mais il aime également dévorer ses ennemis, surtout s'ils sont grassouillets. Que dire d'autre ? Lodrek est un ogre qui s'exprime rarement avec des mots ; et lorsqu'il le fait, les phrases sont mal construites, et les mots écorchés par sa voix gutturale qui renforce cette animosité qu'il inspire à ses interlocuteurs... Même si l'impression ne dure jamais, faute de temps. Pour conclure, je me contenterai de vous avertir ; prenez cela comme un conseil d'ami... Ne l'interrogez jamais sur son passé, vous pourriez le regretter...
Caractère, personnalité de la Belle : Lorsque j'aurai terminé cette brève présentation, vous me direz que ces deux là se sont bien trouvés. J'en conviens ! Plus causante que Lodrek, Géraldine fera jouer sa voix cristalline pour vous séduire et vous piéger, donnant l'impression d'être une femme charmeuse, animée par des arrières pensées inavouables. Méfiez vous des apparences, cette magicienne est trop belle pour être honnête ! Dans une conversation banale ou musclée, sa voix cristalline sera sèche et froide, conférant à Géraldine cet aura autoritaire et dominatrice qu'elle s'aime tant. De manière générale, apparaît dans ses regards, ses gestes et ses mots, une femme mûre, malgré son apparence. Ce sera ma transition pour plonger dans les ténèbres... Ne cherchez pas à connaître son secret, il pourrait se révéler mortel. Oui, Géraldine est une femme aux airs sensuels mais n'en demeure pas moins quelqu'un de pervers et de dangereux. Elle prendra du plaisir à vous dominer avant de vous tuer. Si le sang colore moins la terre dans son sillage que dans celui de Lodrek, les morts n'en sont pas moins nombreux. A sa façon, elle est brutale et meurtrière. Et si vous insistez pour avoir un conseil d'ami, la concernant, je dirai simplement... Résistez à la tentation...
Histoire :

Prologue

Par nature, certaines personnes sont bavardes, d'autres non. Par nature, certaines personnes aiment parler d'elles, d'autres non. Malheureusement pour vous, individus curieux, Lodrek et Géraldine font tous deux partie de ceux qui ne racontent pas leur vie ; et qui ne sont en règle générale pas très loquaces. Comment connaître leurs origines et leurs aventures s'ils ne les content pas ? La réponse pourrait paraître bien simple : "nous nous en passerons" me dira-t-on. J'ose espérer que vous ne vous avouiez pas tous aussi rapidement vaincus, car en vérité, nous ne sommes pas encore au pied du mur. Je vous vois dubitatifs pour les uns, impatients pour les autres. Alors, écoutez-vous, soyez attentif, car ce que je vais vous narrer, ce que je vais vous faire découvrir... est un grand secret, que vous ne devrez révéler...

Voyez-vous, Lodrek, mais surtout Géraldine, joue avec leurs proies, avant de les faire passer de vie à trépas. Et souvent, pour les mettre en confiance, et les piéger, ils vont conter leurs récits, pensant que les morts emporteraient leurs secrets avec eux. Et ils ont raison ! Alors, c'est ainsi, que je me suis aventuré sur des sentiers ténébreux, froids, et inconnus. Dans un monde où il n'y a ni route, ni faune, ni flore. Un monde qui ne se trouve sur aucun des trois monde que vous connaissez, mais sur chacun d'eux en même temps. Un monde où flottent les esprits, mauvais ou bons, forts ou faibles, héros ou anonymes. Ils errent, ignorant leur état, revivant leurs derniers instants, indéfiniment. C'est en ces lieux invisibles, imperceptibles, que je me suis rendu, que j'ai appris. Approchez, n'ayez crainte ; allons ensemble, dans le monde des esprits...

Chapitre Premier

Une silhouette approche, telle un épais brouillard, traverse mon corps, sans même nous remarquer. Elle a les traits d'un homme, cheveux longs, barbe rasés en un fin bouc. L'homme sourit, se voulant charmeur. Mais la mort lui donne cet air distant et vide. Il semble avoir perdu la flamme qui l'animait ; ni son sourire, ni son regard ne réchaufferait un cœur brisé. Il marche d'un pas flottant en direction d'une demoiselle, adossée à un arbre. Elle aussi n'est plus que l'ombre de ce qu'elle fut, autrefois. Ou jadis. Qui pourrait dire quand ont eu lieu ces événements ? L'arbre n'est que création de l'esprit, il stagne dans l'air, tel un nuage de fumée épais. Les deux esprits sont face à face, mais la silhouette féminine semble ignorer celle qui se tint devant elle.
- Bien le bonjour, belle demoiselle. Que fais-tu si loin des grands chemins, si près de tous les dangers ?
Sa voix est creuse, résonne dans l'air froid qui nous entoure. Elle ne lui répond pas. Elle ne le regarde pas. Elle ne se détourne pas. Le voit-elle ? L'entend-elle ? Quel drame s'est-il produit ce jour là pour qu'ils soient en ces lieux, ici, tous les deux ?
- Je m'appelle Grégoire. Dis moi, belle inconnue, que je puisse t'écrire mille poèmes, quel est ton nom ?
Pas de réponse. L'homme qui se fait appeler Grégoire semble être autant peiné qu'excité. La proie lui semble difficile, et le jeu est d'autant plus amusant. Mais quel intérêt à jouer seul ? Il s'accoude à l'arbre et fait glisser ses yeux sur les formes de sa conquête. Oreille, cou, bras, hanches, fesses. Son regard s'arrête. Sa bouche s'ouvre. La forme brumeuse semble se raidir. C'est alors que la femme se laisse glisser sur son dos, puis son bras, le long de l'arbre, pour se retrouver accoudée face à son interlocuteur. Elle sourit. Malgré sa forme spirituel, quelque chose émane d'elle. Une présence sensuelle, sexuelle... Une force spirituelle, magique.
- Appelle moi Géraldine, beau mâle.
Sa voix résonne différemment, plus cristalline, plus féerique, plus charmeuse. Géraldine pose sa main gauche sur la joue de Grégoire. Il répond à son geste en plaçant sa main droite sur le corps de sa proie. Il la caresse, lentement. Bientôt, il la dominera. Déjà, elle est à lui. Bientôt, il sera en elle. L'air est chargé d'électricité. Elle lui câline le torse tendrement, du bout des doigt.
- Je vais te dire un secret, Grégoire... Je suis si vieille que je pourrais être ton arrière-arrière-arrière-arrière...arrière-grand-mère...
L'homme apeuré semble vouloir se dégager mais est figé, pétrifié de peur ou d'effroi. Le nuage brumeux formant la silhouette semble s'évaporer, furtivement, avant que la forme ne s'effondre à terre.
- Et je t'ai tué.
A peine achève-t-elle de prononcer ces mots que sa silhouette disparaît. Puis l'arbre. Seul Grégoire demeure gisant, inanimé. Après quelques secondes, la forme réapparaît debout, à l'endroit même où elle s'était effondrée. Grégoire ne semble pas être conscient de ce qui lui est arrivé. Il flotte à nouveau dans le monde des esprits. Inéluctablement, il trouvera à nouveau celle qui l'a tué, celle que ses souvenirs placent sur sa route, lui faisant vivre indéfiniment ses derniers instants de vie. Ainsi va la mort...

Chapitre Deuxième

Après des jours d'errance en ces terres impalpables, après avoir assisté à d'innombrables fin de vie, parfois héroïques, souvent tragiques, le brouillard qui nous entoure s'agite, se déforme, s'assombrit. Des murs se dressent autour de nous. Puis des silhouettes, immenses. Titanesques. Inquiétantes. Elles sont massées, dessinant un cercle autour d'un de leur semblable.
- Général Lodrek Percechair ! Sommes présents ce jour pour ton procès !
La voix est gutturale, et autoritaire. Impérieuse. D'autres voix s'entremêlent, hurlantes. Incompréhensibles. Un bourdonnement grave s'élève de l'assemblée. Un bras se lève, imposant, ordonnant le silence. Le bourdonnement soudainement cesse.
- T'est reproché d'avoir démembré un frère d'armes sur un champ de bataille. Qu'as-tu à déclarer pour ta défense ?
Les centaines de paires d'yeux convergent vers la silhouette isolée, pesantes. L'ogre cornu nommé Lodrek ne répond pas.
- Es donc coupable ! Retirez ses galons !
Trois ogres approchent, portant des linges et une bassine d'eau. Un silence funèbre règne sur l'assemblée. Le condamné reste droit et fier tandis que ses semblables effacent de sa peau ses tatouages de guerrier, symboles de son rang et de sa force. Le rituel touchant à sa fin, les trois ogres s'éloignent de Lodrek, emportant leur matériel. Le général déchu semble nu sans ses tatouages. Nul ne semble se satisfaire de cette sentence, aucun cri de joie, aucune clameur, aucun rictus triomphal n'apparaît.
- Lodrek Percechair ! Es également condamné au défi ultime ! Survis, et sois bannis. Ou meurs... Que ton bourreau se désigne !
La foule frémit tel un seul homme. Nul ne souhaite affronter celui qui s'est fait un nom sur le champ de bataille, celui qui a démembré l'un de ses pairs. Sa force titanesque a fait sa renommée, nul ne peut oser à lui se mesurer. Pourtant, en silence, une silhouette s'avance, arrogant et fier.
- Commandant Greol Tranchejaret, t'es choisi. Que le duel commence !
Les deux adversaires se font face. L'un semble attendre la mort, l'autre se voit déjà nommé Général. Lodrek connaît son destin et l'a accepté, la victoire ne peut en être que plus aisé. Greol le sait. Il a déjà gagné. Le bourreau tourne autour de sa proie immobile, l'observe. Puis, malgré sa corpulence, il saute sur elle, vif comme l'éclair. Lodrek esquive. Surpris, Greol perd l'équilibre. Dans la suite de son mouvement, Lodrek referme ses mains sur son assaillant, une sous l'aisselle gauche, l'autre à l'entrejambe. Comme une vulgaire brindille, il le soulève au-dessus de sa tête et l'abat sur ses cornes. Greol gît quelques instants, empalé, au dessus de Lodrek, jusqu'à ce que celui-ci jette son corps au sol, dans un nuage de poussière. Ainsi tirerait-il son nom de cette capacité à percer les chairs les plus épaisses avec ses cornes. Sa nouvelle victime rampe, vacillante, alors qu'elle se vide de son sang. Enfin, de toute sa masse, Greol s'effondre dans un bruit sourd. Après un dernier soupir, les silhouettes de brumes se dissipent, emportant avec elle la dernière image d'un ogre banni par ses pairs. Ancien Général condamné à l'errance, il est connu sous le nom de Lodrek Percechair.

Chapitre Troisième

En ces lieux, nous perdons la notion du temps. Il est impossible de dire le nombre d'heures, de jours ou d'années que nous avons passé en ces lieux, alors même que quelques minutes se sont écoulées dans la réalité, où nos corps attendent nos esprits. Combien de temps s'est-il réellement écouler entre les scènes auxquelles nous avons assisté. Combien de siècles ? Combien de décennies encore entre nos précédentes rencontres et celle à laquelle nous assistons maintenant ? Lodrek Percechair et Géraldine sont ensemble, dans ce qui semble être un bois, ou une grande forêt. Le brouillard dessine imparfaitement le décor. Seule chose certaine : leurs vies se sont croisées ce jour.
- Tu m'as l'air d'être un guerrier sanguinaire Lodrek... J'aime les guerriers sanguinaires...
Le visage de l'ogre se déforme sous un large sourire grimaçant. Ses dents sales et acérées apparaissent, terrifiantes. Il s'approche. Quiconque serait face à lui fuirait sans plus de cérémonie, mais pas Géraldine. Non. Elle sourit, et le regarde avancer vers elle, sereine.
- Auriez besoin de compagnie, par 'sard, belle humaine ?
La magicienne laisse échapper un rire cristallin. Les yeux pétillants, elle pose une main sur le bras de son interlocuteur insolite. L'ogre s'agenouille pour se mettre à la hauteur de l'humaine, affichant son sourire en permanence.
- De compagnie ? Je ne crois pas Lodrek... Pas pour l'instant du moins. En revanche, un guerrier, ogre qui plus est, peut avoir son utilité... Si toutefois être mon garde du corps te plaît.
Le sourire sur le visage de Lodrek s'élargit davantage. La vie lui propose enfin un rôle à la mesure de ses talents. Banni, il s'est détourné de fait de la guerre et des champ de bataille. La profession de garde du corps le conduirait inévitablement à utiliser son art pour détruire ses ennemis. Il en a par avance le goût du sang dans la bouche. De sa voix gutturale, il accepte.
- D'accord !
Géraldine opine du chef, concluant l'accord qui les lie. Et, tandis que Lodrek se relève, la silhouette d'une troisième personne glisse entre les arbres et se fige devant les deux protagonistes. Si Lodrek pose sur le nouvel arrivant un regard interloqué, Géraldine lui jette un regard noir, inquisiteur. De sa voix sèche et autoritaire, elle lui lance :
- Un enfant ? Tu nous espionnais Morveux ?
L'enfant, recroquevillé sur lui-même, timide et tétanisé, reste silencieux. Sa bouche s'ouvre, mais aucun son n'en sort, jusqu'à ce qu'il lève ses yeux sur Lodrek et, de sa petite voix, lui demande :
- Est-ce que... Est-ce vous êtes un troll ?
Sans mugir ni prévenir, Lodrek lève sa jambe gauche et abat son pied sur le petit garçon qui, sous le poids de l'ogre, est écrasé comme un vulgaire insecte. La brume dessine une gerbe de sang avant d'emporter les arbres, Géraldine et Lodrek vers un avenir un peu moins solitaire.

Epilogue

Le voyage touche à sa fin. Le monde vacille, et un noir intense se substitue au gris lumineux qui nous entourait jusqu'alors. Nos esprits quitte ce monde inhabituel et dérangeant pour regagner nos corps. Ce retour à la réalité est brutal. Une convulsion, une paralysie soudaine, puis... plus rien. Juste la réalité que nous connaissons parfaitement. La vieille douleur d'un combat qui se fait à nouveau sentir, quelques pensées anciennes nous submergent ; mais à ces dernières s'ajoutent les scènes auxquelles nous avons assisté. Dans un autre lieu, dans un autre temps.

Oui, par chance, le voyage a été instructif. D'autres avant nous y sont restés prisonniers, pour l'éternité. Alors, sachez mettre à profit cette aventure. N'oubliez jamais que Géraldine vous manipulera si l'occasion de se présente à elle ; que vous ne pourrez lutter, l'expérience jouant pour elle. Peut-être, pourtant, devriez vous craindre davantage Lodrek Percechair ; son passé pourrait l'avoir rendu plus impatient, et violent. Au mieux, il serait plus sage de les éviter, tous les deux. Il n'est pas lâche de vouloir tenir à la vie, et de contourner les dangers, préférant une vie plus sûre. Si toutefois cela est possible, dans les mondes que nous connaissons. Car après tout, si le destin est la mort... pourquoi ne pas choisir son bourreau ? En pareille situation, qui de Lodrek ou de Géraldine choisirez vous, mes amis ?

Je vous laisse à votre méditation, à votre réflexion. Prenez le temps qu'il vous faut, ce doit être parfait. Il n'y aura pas de deuxième chance. Nous n'avons qu'une seule mort...



En ce qui vous concerne

A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ? Régulièrement, aussi souvent que me le permettront mes activités.

Comment avez-vous découvert le forum ? Je suis la motivation nécessaire à Nagate pour revenir ici... ALORS VALIDEZ MOI !!!

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ? Les images OLD et NEW pourrait être écrites en français... et je lis "020"... A part ça, ben... ça se supporte ! * sort *



Test-RP

Quelque part dans le monde du milieu, à l'approche d'un petit village isolé, Lodrek Percechair, ogre banni par ses semblables, avance d'un pas lourd, une fine silhouette perchée sur ses épaules. Géraldine. Magicienne, austère et charmeuse, observe le paysage méticuleusement, pensive, les poings légèrement resserrés sur les cornes de son compagnon de route. Son garde du corps. Alors que son regard reste figé sur les habitations qui se dessinent au loin, sa voix cristalline accompagne le champ des oiseaux.
- N'oublie pas Lodrek, nous ne faisons que passer. N'attirons pas davantage l'attention.
L'ogre poursuit sa marche, lourde et déterminée, infatigable, en laissant échapper un grognement. Sans doute est-ce difficile pour un ogre de passer inaperçu, lorsque l'on a la taille d'un arbre, l'apparence d'un démon, une odeur qui porte loin... et l'amour de la baston.
- Hmmm... Toute façon, pas ici que trouverai mort héroïque pour retrouver honneur...
Meurtrier d'un de ses frères d'armes, et libéré suite à un duel dont il est sorti victorieux, Lodrek Percechair a perdu tout l'honneur qui faisait de lui un Général respecté. Un seul espoir, aujourd'hui, lui reste pour rejoindre les cieux et son Dieu : mourir en héros. Protéger une femme peut l'aider à y parvenir, mais le destin pourrait mettre sur sa route d'autres dangers, bien plus grands encore, auxquels il ferait face, jusqu'à la mort. Tel un héros, plein de courage et d'honneur. Voilà maintenant des années qu'il erre, dans l'attente de ce jour.
- Parfait ! lâcha Géraldine du voix mélodieuse, tout sourire aux lèvres. On achète des vivres et on s'en va.
L'ogre répondit à nouveau par un grognement avant d'approfondir sa pensée :
- Suis pas un troll...
- Je sais, Lodrek. Mais fais moi plaisir, retiens toi si un moucheron te compare à l'une de ces créatures écervelées. Je ne veux pas les troupes du roi, ni celles des rebelles, dans le sillage.
Il opine du chef, le visage sombre, et les yeux tristes, visiblement déçu. Dans un murmure guttural il souffle :
- Pourtant, m'amuserait bien...
Le reste du trajet les menant à l'entrée du village se fait dans le silence. Lorsque, enfin, les deux compagnons arrivent à hauteur de la première bâtisse, ils constatent qu'il s'agit d'une ville fantôme. Rues désertes et volets fermés. Où sont ses habitants ? Se terrent-ils, sa cachant d'un ogre terrifiant ? Ou bien ont-ils été enlevés, exterminés ? Une enquête s'ouvre, une nouvelle aventure commence... pour Lodrek et Géraline.

La belle et la bête dans le village fantôme... à suivre...

* * *


Dernière édition par Lodrek Percechair le Dim 17 Avr 2011 - 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Akira Satetsu



________________

Akira Satetsu
________________


Race : Démon Commun
Classe : Larme des Cendres.
Métier : Artiste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaires.

Âge : 18 ans.

Messages : 150

Fiche de Personnage : Cendres.


Lodrek et Géraldine, un conte spirituel _
MessageSujet: Re: Lodrek et Géraldine, un conte spirituel   Lodrek et Géraldine, un conte spirituel EmptySam 16 Avr 2011 - 14:43

Bonjour Lodrek (ou Géraldine ?).
Bienvenue sur les terres de Feleth ! \ô/
Merci pour ton inscription.

Au vu de l'avancement de ta fiche, je tenais à donner mon avis, avant une validation certaine. Parce que, oui, ta fiche est un réel plaisir à lire. Tout est fluide, sans la moindre faute, et puis, c'est atrocement original. L'idée de faire deux personnages en un est inédite et absolument génial. Et franchement, je n'ai rien à redire du tout. Maîtrise parfaite du contexte, des pouvoirs bien placés, mais, histoire de faire genre, fais attention de pas abuser des pouvoirs de tes deux perles. Bref, j'attends ton test-RP avec grande impatience, et je me ferais un immense plaisir de te valider, parce que, en plus, tu le mérite amplement. Félicitations ! \ô/

Réservé à Oncle Shu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lodrek

Invité

________________


________________



Lodrek et Géraldine, un conte spirituel _
MessageSujet: Re: Lodrek et Géraldine, un conte spirituel   Lodrek et Géraldine, un conte spirituel EmptyDim 17 Avr 2011 - 10:14

Bien le bonjour Akira !

Merci pour ce message de bienvenue, qui fait écho aux (agréables) moments passés sur la ChatBox de Feleth !
Ne me remercie pas pour mon inscription, elle s'est faite tout naturellement, et très égoïstement (ou presque) avant tout.

En revanche, merci à toutes ces belles paroles qui m'encouragent à persévérer dans la voie de la déraison et de l'imaginaire !
Pour te rassurer, je ne fais pas dans le "supermanisme", sauf avec les PNJ ignorants et inutiles... :)

Voilà, j'ai donc terminé ma fiche, et laissé une ouverture pour les rp à venir...
TU PEUX FAIRE TON ŒUVRE MAINTENANT !!!
VALIDE MOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!! (ou pas)

A très bientôt) (ou pas, toujours) que les terres félethienne...

POUTOUS !
Revenir en haut Aller en bas

Akira Satetsu



________________

Akira Satetsu
________________


Race : Démon Commun
Classe : Larme des Cendres.
Métier : Artiste.
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaires.

Âge : 18 ans.

Messages : 150

Fiche de Personnage : Cendres.


Lodrek et Géraldine, un conte spirituel _
MessageSujet: Re: Lodrek et Géraldine, un conte spirituel   Lodrek et Géraldine, un conte spirituel EmptyDim 17 Avr 2011 - 10:29

Re-Bonjour Lodrek (et Géraldine)

Bon, et bien, je n'ai plus rien à dire à part que le test-RP ajoute à la magnificence (il est bien mon vocabulaire hein ?) de cette fiche !
Je te valide avec un grand plaisir ! Fais nous rêver avec des jolis petits RP *__*
(et pas de bêtises)

Lodrek et Géraldine, un conte spirituel 111


Réservé à Oncle Shu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



Lodrek et Géraldine, un conte spirituel _
MessageSujet: Re: Lodrek et Géraldine, un conte spirituel   Lodrek et Géraldine, un conte spirituel Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Lodrek et Géraldine, un conte spirituel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-