''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une flèche perdue (PV Kyren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lilith Cleys



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Une flèche perdue (PV Kyren)   Dim 3 Avr 2011 - 21:52

Le vent frôlait ce jour là avec douceur le bout des brins d'herbes qui se pliaient donc dans un ballet silencieux sous sa danse...
Un coeur battant tels les cents tambours de guerres des unions barbares se faisait entendre par les oreilles fines des âmes errantes de passage.
Mais toutes autres choses, même dotées d'une bonne ouïe, ne pouvaient entendre ce son spécial qui se perdait dans le silence insoutenable de cet évènement.

Le chasse avait sonné. Pour cette jeune femme.

Lilith.

Deux syllabes pour résumer une femme bien plus complexe qu'il n'y parait.

Cette femme là était donc une chasseuse. Muni d'un arc long comme elle même, elle attendait les yeux fermés, de sentir le moindre mouvement annonçant la venue d'un repas, d'une fourrure. Elle tentait de déceler au travers du calme imperturbable, le moindre bruit de feuilles morte craquant sous un pas aussi léger soit il, la moindre branche poussée, le moindre brin d'herbe piétiné ...
La jeune barbare était reposée, et semblant peut-être plus morte qu'un cadavre dont il ne reste plus que les os. Mais pourtant, personne n'aurait pu être aussi vivant qu'elle à ce moment précis.

Ses yeux s'ouvrirent soudain. Sa main droite, dans laquelle était serrée le manche de l'arc, se levait avec lenteur et précision. Son bras vint à se tendre, en angle droit par rapport avec son buste, tandis que la main gauche saisissait d'une caresse une flèche dans le carquois que Lilith avait dans son dos. Son anatomie toute entière commença à pivoter vers le nord. Avec une lenteur, une concentration effrayante ... Vers une cible ...

Mais laquelle. Qu'était-ce ? Personne d'autre n'aurait put entendre ou voir quoi que ce soit. Mais La demoiselle était une chasseuse hors-pair, et elle le prouvait là à merveille.
C'était une créature bipède ... Une autruche ? Non, c'était moins rapide, plus calculateur. Des mouvements faits dans l'objectifs de ne pas être vu ... ni entendus. Mais c'était trop lourd pour être un oiseau ... Un singe ..? Ce n'était pas la bonne région, déjà que pour une autruche ... Non. C'était peut-être un homme.

Si ça en était un, que faisait-il là ? De ça démarche, il ne semblait pas idiot, peut-être fuyait il ... Mais quoi ? Il était certainement préoccupé ... Enfin soit, il allait bientôt sortir du périmètre dans lequel il restait un cible de choix pour la jeune femme.

Là, à l'instant où Lilith comptait laisser cet être sans aller sans savoir ce que c'était, son ventre lui rappela sa faim et son besoin de s'alimenter dans ce lieu ou rien n'était encore venu la nourrir de sa vie. Elle tira donc, laissant cet objet pointu s'envoler vers sa cible ... Avec un visage qui disait ;

"Crotte."

Un bruit se fit entendre, un homme qui s'effondrait pitoyablement dans l'herbe et la terre légèrement humide.

Lilith alla voir et s'excusa, comme qui dirait stressée.

"Excusez moi monsieur ! Oh mon dieu je suis impardonnable !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyren Antus

♘ | L'Ombre de la Mort

________________


________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : La Lame d'Argent

Âge : 27 ans

Messages : 102

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Une flèche perdue (PV Kyren)   Jeu 7 Avr 2011 - 22:05

Flashback.

Une ombre se faufile parmi la foule, toute la journée, elle a préparé ce moment, depuis des jours même. Ca ne durera qu'une seconde, mais chaque détail a été minutieusement pensé et anticipé. Une silhouette blanche, l'Ombre de la Mort, avance sans se faire remarquer au beau milieu de la foule sur la place. Ce n'est pas la ville où il a l'habitude d'opérer, mais la récompense est bonne, et c'est tout ce qui compte. Il ne comprend pas que l'homme n'ait pas été livré à la vindicte populaire, au lynchage collectif. Abuser de jeunes filles est immoral, la foule aurait déjà du le pendre haut et court. Sans procès. Mais l'Ombre ne va pas s'en plaindre, le prix payé est correct, l'homme mourra.
Invisible parmi les centaines de personnes pressées entre elles, Kyren avance lentement, gardant sa cible en vue. Ce gros porc a donc survécu grâce à son argent et ses gardes du corps ? Quatre colosses, c'est un petit nombre, mais ce ne sont pas des novices. Il va falloir ruser. Et justement, un groupe d'ivrognes sort de la taverne. Ils ne seront pas difficiles à convaincre. L'assassin s'approche d'eux sans un bruit, et leur glisse à l'oreille que les colosses leur ont volé de l'alcool. Trop ivres, ils tombent dans le panneau... C'est presque trop facile.
Il reste à bonne distance de la cible, marchant au même rythme, se fondant dans une foule moins dense, et observant les soûlards invectiver les quatre gardes d'un homme bientôt mort. Raté. Les ivrognes se font jeter en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, une baffe et c'est fini. Il va falloir trouver mieux que de simples ivrognes. Ou alors utiliser autre chose qu'une lame de poignet. Mais un lancer de couteau au milieu de la plèbe est risqué. Il y a peu de chances qu'il rate sa cible, mais il y a toujours un risque. Tenter un lancer du haut des toits ? Pourquoi pas. Il va falloir agir vite. Mais il n'a pas le temps de chercher où se poster en hauteur, l'homme accélère, alors Kyren accélère aussi. Au diable les convenances, au diable les colosses, il allait compter sur sa rapidité et sa capacité à se fondre dans la masse. Et si besoin est, son agilité sur les toits pour semer d'éventuels poursuivants.

L'assassin presse le pas, serre le poing, et d'un mouvement sec, une lame apparaît entre son majeur et son auriculaire, là où aurait du se trouver son annulaire. Sans un mot, il fend la foule, bouscule deux colosses, en en tailladant un avec son arme, et saute rapidement sur sa cible, lame en avant vers la gorge. Tout se joue effectivement très vite. L'homme n'a pas le temps de comprendre, une terreur indescriptible se lit dans ses yeux, il a peur de mourir, comme tout le monde. Mais il a fait des choses qui ont précipités l'heure de sa mort. Ou peut-être l'heure avait elle sonnée... Du sang gicle de sa trachée, la lame y a fait une bonne entaille, rien ne pourra le sauver. Mais l'assassin se fiche de tout ça, il disparaît déjà dans une ruelle en dissimulant sa lame, laissant les mercenaires sur place, ils n'ont rien pu faire... Et comme ils n'ont plus de raisons, ou de paye, pour le sauver. Avec un sourire, l'Ombre monte sur les toits et regarde l'homme s'étouffer dans son propre sang. Puis, il court, saute, grimpe pour mettre le plus de distance entre lui et le lieu du "drame". Des cris se font entendre, de peur, de surprise, et de joie. C'est étrange de voir comment les gens réagissent à certaines choses comme la mort. Cet assassinat leur rappelle que demain n'est jamais acquis, mais les méfaits que l'homme a fait sont trop graves pour qu'ils le pleurent, certains fêteront comme il se doit la disparition d'un type comme lui...
Arrivé aux remparts, il saute dans le vide, pour atterrir dans un tas de feuilles. Ca amortit sa chute, mais pas assez. Il ressent la douleur, mais c'est une douleur supportable, ce n'était pas si haut en fin de compte... En route pour Madorass maintenant...


Maintenant.

Kyren avance tranquillement, il est à bonne distance de la ville, il y a donc peu de risques de représailles. Personne n'a eu le temps de le suivre... En même temps, ce serait peine perdue, suivre un assassin est toujours difficile, et risqué... Même s'il est à découvert dans les grandes plaines, il parient à se fondre assez aisément dans les hautes herbes. Le problème, c'est que la végétation se fait plus légère au gré de ses pas, et il ne pourrait bientôt plus se dissimuler du tout. Mais peu importe, peu de monde, quasiment personne ne passe par ici. C'est donc avec tranquillité qu'il avance, tout en restant sur le qui-vivre. On ne sait jamais ce qui pouvait arriver dans ces plaines, une bande de pillards est si vite arrivée, tout comme une meute de bêtes...

L'Ombre progresse sur son chemin sans faire le moindre bruit, mais l'humidité et la verdure ne sont pas de cet avis. Au fur et à mesure, ça devient plus difficile d'avancer sans se faire trahir par le rythme de ses pas dans les herbes mouillées. Si il avait su, il aurait pris une monture pour aller plus vite et ne pas prendre toutes ces précautions. Pas grave, il était assez discret pour la plupart des gens, seule une oreille fine pouvait l'entendre. Et pourtant...
Un sifflement se fait entendre, et il n'a même pas le temps d'éviter le projectile qui fend l'air à toute vitesse qu'il ressent une vive souffrance à la jambe droite. Une flèche vient de s'y planter sans crier gare, et ça fait très mal. Il laisse échapper un court râle suivit d'un juron en tombant. La terre et l'herbe humides tâchent sa tenue. Peu importe, en plus du sang, ça ne fait pas grande différence. Il se redresse légèrement, prenant appui sur ses bras et tentant de se relever. Des pas viennent dans sa direction, des pas légers, une femme. Elle s'approche de lui avec un air désolé.


Excusez moi monsieur ! Oh mon dieu je suis impardonnable !

L'assassin fait un effort incommensurable pour ne pas lui jeter un de ses couteaux à la gorge, il n'a que faire de ses excuses, qu'est-ce qui lui dit qu'elle ne l'a pas fait exprès ? Les gens sont capable même capables d'envoyer des enfants pour tuer quelqu'un de nos jours... A en juger par ses vêtements, l'imprudente ne vient pas d'ici, on dirait une barbare ou quelque chose du genre...
Dans son esprit, il pense à une paysanne, une sauvageonne, une chasseresse, en gros, une jeune fille qui n'avait jamais vu la ville. Elle risquait de ne jamais la voir à ce rythme là. Tirer sur les gens, sur la mauvaise personne, et c'était l'échafaud très vite. Sauf que là, elle n'est pas à portée de lame, et il ne peut pas se concentrer pour l'éliminer d'un beau lancer de couteau. Sortir son épée lui prendrait trop de temps. Elle a de la chance, elle restera en vie pour le moment...
Il faut donc que l'assassin ruse, qu'il trouve d'abord de quoi retirer la flèche, stopper l'hémorragie, et de quoi rentrer au plus vite à la guilde pour des soins complets. Il n'a que faire de la douleur, il ne la connaît que trop bien. Il jette un regard haineux à celle qui vient de s'excuser.


C'est comme ça qu'on chasse d'où tu viens ? Des gens sont morts pour moins que ça par ici.

C'est autant une remarque sarcastique qu'un conseil déguisé. Enfin bon, si elle a de quoi aider à sa guérison, Kyren la laissera vivre. Car même affaibli, l'Ombre de la Mort est toujours redoutable...

J'ai besoin que tu enlèves ta flèche, et que tu m'aide à stopper l'hémorragie...

Nul besoin de préciser qu'il faut se dépêcher, car perdus au milieu de nulle part, les chances de bien se soigner sont quasi-nulles. A moins de tomber sur un mage ayant les pouvoirs de soigner. Or, il n'y a qu'un assassin et une chasseresse pour le moment. Il n'utilise pas la magie, il n'en a pas besoin. Reste à savoir si elle, elle peut y faire quelque chose...

Fais ça vite, c'est tout ce que je demande.

Pas de chichis avec le vouvoiement ou autre protocole fastidieux. Elle n'es pas de la noblesse, et Kyren se soucie peu des règles d'usages,. Il ne le fait que pour les personnages réellement importants. Quoi que... en ce moment, elle est très importante pour lui, pour sa blessure. Mais après, ce serait tout. Merci, au revoir, et il retournerait à la Lame d'Argent chercher sa récompense avant de se reposer un peu...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: Une flèche perdue (PV Kyren)   Ven 8 Avr 2011 - 21:18

Le lapin fut donc plus gros que prévu.Il avait une drôle d'allure, de drôles de vêtements.Il ressemblait aux bandits des histoires, ceux qui parcouraient les citadelles par les toits, dont personne ne connaissait le nom, mais qui possédaient une réputation telle celle de la mort personnifiée. Un petit frisson parcourut donc la jeune femme, tout particulièrement son échine. Si cela se trouvait, le destin avait encore frappé ; peut-être fut-ce une mission imposée que d'arrêter ce renégat. Mais la réflexion ne dura pas longtemps ;elle fut en effet interrompue par cet homme, qui d'un ton énervant, lui donnait déjà des ordres. Des conseils.

Le genre d'homme qui ne connait certainement pas les femmes comme Lilith. Des femmes qui savaient mieux que quiconque guérir les blessures et survivre avec peu de choses. Ni une ni deux, elle s'avança avec lui avec un sourire jusqu'aux oreilles. Elle déposa lourdement son sac de voyage devant son "ami" et en sorti un tissu fortement imbibé de sang séché. Elle déroula le tout, dévoilant ainsi une suite d'aiguilles, de couteaux, de pinces.
Non, ce n'était pas du matériel médical ; c'était ce dont elle se servait pour dépecer les bêtes, séparer la chère qui la nourrirait de celle inutile, recoudre la peau pour en faire des vêtements, bref,plein de choses utiles, mais loin d'êtres hygiéniques.
Mais bon, ce gars et ses grands air ne risquait pas d'avoir peur d'un lot d'outils ayant longtemps servi ! Néanmoins, au cas où ... Lilith parla pour le rassurer, tandis quelle préparait un torchon et de l'alcool.

"Ne t'inquiète pas, je l'ai déjà fait. Tout se passe toujours très bien ..."

Elle déposa le torchon , referma la bouteille, et craqua ses doigts avant d'encercler la flèche avec ses phalanges, maniant le tout avec une douceur qui n'allait pas le moins du monde avec sa profession.

"... si tu te laisse faire."

Lilith tira d'un coup sec et bref, la flèche qui s'en était allée loin dans le mollet du voyageur. Il serra les dents mais ne cria pas ; mauvais réflexe car une telle douleur ainsi contenue peut déplacer toute la dentition, voir la mâchoire, du bas. Mais ça, monsieur ne le savais pas et n'en avait certainement rien à faire.

"Maintenant ça saigne vraiment, je vais donc devoir colmater la plaie, et recoudre le tout. Mais d'abord ; désinfecter."

Dit elle avec calme et prudence, devant l'abondance de sang. C'était barbare, biens des hommes, aussi cruels soient ils, préféraient la souffrance propre et rapide à une mort longue douloureuse et rude aux âmes sensibles. Elle prit donc la bouteille d'alcool et en vida un bon verre dans le torchon, qu'elle fit pénétrer dans le trou créé par le projectile précédemment envoyé. Elle poussait le bout de tissu le plus profondément possible, il ne fallait pas laisser la moindre zone s'infecter, car si les choses se passaient ainsi ; il faudrait tout couper.

Elle devait laisser l'alcool agir douloureusement pendant une bonne minute, et le torchon empêcher le sang de jaillir, le temps qu'une cicatrice commence à se former, histoire qu'une fois la peau cousue le muscle ne reste pas déchirer...Mais tout cela n'était que théorique...Une théorie de chez elle.Habituellement, le patient se retrouvait handicapé et devait réapprendre à user du membre ainsi perdu.
Cependant, Lilith se sentait charitable.

Une fois la plaie recousue, je vais poser une attelle et tu vas te reposer, si tu as du mal à marcher, on va devoir t'y forcer. Même si ça fait mal. Mais je ne partirai pas avant de t'avoir réparé.

Ces derniers mots furent presque sympathiques. Mais le tout avec légèreté.Jamais Lilith ne se permettrait d'être trop gentille avec quelqu'un à qui elle ne doit rien, quelqu'un qui ne lui offrait rien de plus que du temps de perdu et une tâche sur son tableau de chasse.
La jeune femme se rappela d'ailleurs qu'elle n'avait encore rien tué aujourd'hui.Il lui fallait au moins un lapin,il n'était pas bon de dormir le ventre vide ...Et la nuit tombait doucement.
Lilith laissa tout de même ses pensées derrière elle et dégagea le torchon déjà trempé de sang, sans douceur aucune.Elle était donc changeante dans ses gestes, sans doute la faute à la distraction que propose l'estomac dans ses talons. Mais cela ne changeait en rien le fait que l'homme souffrait sur cet instant, chose tout a fait normale d'ailleurs,mais la souffrance n'était certainement pas vaine, pour Lilith, dumoins ; qui fit passer une fil dans une aiguille.

"Voilà. Après ça on fera cicatriser la peau. Dis moi ton nom, histoire d'occuper mes pensées le temps de cette longue opération qu'est la couture ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyren Antus

♘ | L'Ombre de la Mort

________________


________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : La Lame d'Argent

Âge : 27 ans

Messages : 102

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Une flèche perdue (PV Kyren)   Sam 7 Mai 2011 - 12:06

La barbare sortit de quoi lui soigner la jambe. Mais ses outils étaient comment dire... très sales. Couverts de sang séché. Mais par défaut, l'assassin était bien obligé de subir. C'était mieux que rien, il pourrait toujours arranger ça une fois de retour à la guilde, ou en ville, il y avait de très bon médecins et mages à Madorass, en espérant que la blessure ne s'infecte pas d'ici là.
Tout se passa très vite. Il n'écoutait quasiment pas ce qu'elle disait, juste le minimum au cas où il aurait à lui répondre, mais sinon, il s'en fichait, du moment qu'elle le soignait convenablement avec les moyens à disposition. Et d'un coup sec, il sentit qu'on lui retirait la flèche de la jambe. Douleur vive, plus forte que celle causé par l'impact précédent. Il s'y était préparé, et serrait la mâchoire pour étouffer le cri qu'il aurait du laisser échapper. Mais une chose seulement sortit de ses lèvres.


- Oh putain de merde !

Hé oui, Kyren était tout sauf un poète, et face à la douleur, la plupart des gens laissaient échapper un juron, voire plus, mais il avait vu pire, il en avait vu des belles. Comme la fois, où encore jeune et inexpérimenté, il s'était fait prendre sur le fait, et avait reçu des coups de dague à divers endroits. Les soins avaient été moins douloureux, puisqu'il était inconscient à ce moment, mais en comparaison, se faire retirer une flèche était moins douloureux que de se faire poignarder à plusieurs reprises. Mais c'était quand même sacrément atroce comme souffrance.
Elle trempa la torchon dans ce qui semblait être de l'alcool. Faute de mieux, il se contenterai de ce tissu tâché de sang animal, il n'avait rien sur lui pour le remplacer. Il serait plus prudent à l'avenir, et penserait à emmener le minimum nécessaire pour les premiers soins, voire pour des situations similaires...

Le tissu s'infiltrant dans la plaie n'était pas douloureux, le plus difficile à supporter était l'alcool, ça lui donnait une horrible sensation de brûlure. Il laissa échapper un léger râle, le genre de "Raaah" que l'on pouvait avoir quand on se coupait avec quelque chose de tranchant. Mais là, c'était du à l'alcool sur un torchon ensanglanté désinfectant la plaire causée par une flèche dans la jambe. Quelques gouttes de sueurs apparurent sur le front de l'Ombre. Il était résistant, mais avait apparemment besoin de se faire rappeler qu'il n'était pas invincible. La chasseresse – du moins le supposait-il – annonça qu'elle devrait lui poser une attelle. Il haussa un sourcil. Un simple pansement suffirait, il n'avait pas d'os cassé ou quoi que ce soit du genre, il pourrait marcher sans attelle pour cette blessure. Il accepterait cependant volontiers le repos, dormir un peu lui ferait du bien, et puis, c'était bientôt l'heure, la nuit arrivait, le ciel perdait de sa clarté, c'était encore bon, mais d'ici à ce que sa blessure ait meilleure allure, il serait trop tard pour repartir. Un bon feu suffirait à les protéger, si toutefois elle décidait de se reposer elle aussi. Elle retira enfin le torchon, après une courte minute d'un silence pesant. Il laissa vaquer ses pensées sur diverses choses, tandis qu'elle faisait passer du fil dans une aiguille. Kyren fut tiré de ses pensées par la voix de la jeune femme. Elle lui demandait son nom, prétextant que cela suffirait pour occuper ses pensées pendant quelle ferait de la couture. Malgré la douleur – qui s'était légèrement calmée- l'assassin ne put s'empêcher de sourire. Qu'est-ce que cela lui apporterait ? Pas grand chose.

C'était son crédo, rester invisible, insaisissable. Personne ne savait rien sur lui, et c'était parfait ainsi. Mais combien de chances y avait-il pour qu'elle le retrouve après ça ? Pas beaucoup. Il ne lui dirait que le minimum. Il n'était certainement pas le seul "Kyren" dans ces contrées, le seul à être assassin peut-être, mais pas le seul sur Feleth. D'une voix étrange, légèrement teintée par la douleur, il répondit à la demande de la barbare.


- On m'appelle Kyren...

Ouais, ça suffisait. Il réfléchit un court instant, autant faire la conversation, faute de meilleure distraction. Regarder quelqu'un lui recoudre une blessure n'était pas quelque chose distrayant.


- ... et toi, quel est ton nom ? Histoire que je me souviennes de celle qui m'a blessé puis soigné...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: Une flèche perdue (PV Kyren)   Dim 5 Juin 2011 - 23:07

Le dit Kyren avait montrer des signes de douleurs, mais, en même temps, sa capacité à la cacher. N'importe quel autre personnage se serait perdu dans une certaine banalité tant il aurait laissé la souffrance s'égarer au travers du son calme et apaisant du vent qui parcourait ces plaines. Son ouïe avec donc faillit, comme tout ses autres sens, à tel point qu'elle eut touché un innocent. Pas que les animaux qu'elle mangeait ou vendait étaient coupable d'un crime quelconque, non ; mais ils étaient coupables d'être sous l'être humain dans la chaîne alimentaire.
Elle continuait donc de lui offrir les rustres soins qu'elle avait à sa disposition, et lorsque l'homme lui demanda son nom après avoir donné le sien, elle en fut toute retournée tant les grands airs de ce dernier n'auraient pas laissés paraître une quelconque sympathie.
Du coup, elle lui répondit, presque pleine de joie ; oubliant pour ainsi dire toutes excuses qu'elle aurait pu s'attarder à ajouter.

"Moi C'est Lilith Cleys !"

Elle eut alors ce sourire qui l'illuminait lorsqu'elle se laissait emporter par sa naïveté et ses bons sentiments ;

"J'suis la fille d'un chef barbare, des montagnes enneigées. Rha, qu'est ce que ça change d'ici d'ailleurs ; la montagne ! Je me demande encore comment j'ai fait pour vouloir m'en aller. Tu m'aurais vue à l'époque, tu aurais bien rit ! Oui, bon ; "à l'époque" c'est un grand mot, cela ne fait qu'un ou deux mois. Mais en attendant, j'ai fort changée ! Mes origines sont quasi impossible à deviner ! hein ? T'as vu ? Faut dire, ça se remarque quand on voit comme je chasse mal sous cette chaleur abusée..."

Telle était la jeune femme qui s'en allait dans un monologue, racontant milles et unes parts inintéressante de sa vie de jeune fille, à Brakmar, ou femmes et filles étaient considérées comme inférieures, où elle avait commencé à assumer l'aspect féministe de sa politique personnelle. Elle racontait comme elle avait volée l'épée de son père, comme elle s'en était allée d'un coup de tête, ses problèmes avec les gens des régions 'civilisée', et en veux tu en voilà. Des détails donc, qui passent pour un rien aux yeux de bien des gens, mais qui pour Lilith étaient le meilleur moyen de détendre cette atmosphère.


Elle avait terminé le bandage, et énoncé au moins milles points de son existence dont Kyren n'aurait sans doute jamais pensé vouloir savoir. La nuit tombait avec lenteur, et Lilith entama de faire un bivouac ; pour faire chic, devant son invité de marque.
Elle entama donc de monter une tente, ce qu'elle n'avait jamais fait, bien qu'elle en eut toujours possédé le matériel nécessaire. On remarquait donc son manque d'entrainement, de doigté ; la rapidité avec laquelle l'habitacle s'effondrait ferait peur à quiconque devrait s'y loger. Elle n'avait commencé que depuis peu de temps pourtant ... Mais ça sautait aux yeux ; la chasseuse n'était pas douée, et elle brûlerait toutes tentes sur la terre si cela ne s'arrangeait pas vite.

Bien évidemment, elle se tournait souvent vers Kyren qui était resté là, sans doute fatigué par sa plaie. Cet acte lui fit reprendre motivation, car sa réputation (naissante de surcroit) était alors de mise.
Elle recommença donc, pour une vingtaines d'autres échecs successifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kyren Antus

♘ | L'Ombre de la Mort

________________


________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Assassin
Croyances : Aucune
Groupe : La Lame d'Argent

Âge : 27 ans

Messages : 102

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Une flèche perdue (PV Kyren)   Jeu 30 Juin 2011 - 0:59

Lilith Cleys, la jeune femme venait de lui donner ce nom. Il aurait pu être faux, mais à voir sa candeur, elle n’avait pas l’air de mentir, ni d’essayer de tromper la méfiance naturelle de l’assassin. Au moins, il avait un nom à mettre sur ce visage. Joli visage d’ailleurs, illuminé par un sourire lorsqu’elle énonçait divers points de sa vie. Kyren s’en fichait pas mal, il lui avait juste demandé son nom, pas qu’elle lui fasse une biographie. Il ne put s’empêcher de sourire, elle avait l’air si innocente. Il failli lui dire que l’époque où il aurait rit d’elle était celle d’aujourd’hui, mais comme à son habitude, il resta calme. C’était parler pour rien dire, ça ne lui ressemblait pas. Pour passer le temps maintenant qu’lle avait fini de raconter sa vie et de s’occuper du bandage il passa un coup de propre sur sa dague, son épée, et ses couteaux de lancer. Sa lame cachée le resterait jusqu’à son retour chez les siens. Seules ses proies voyaient cette lame là, juste avant de mourir.
Sa capuche lui couvrait la moitié supérieure du visage, ne laissant voir que sa bouche. Celle-ci arborait un léger sourire. Il y avait une si grande différence entre une jeune barbare des montagnes et un assassin comme lui. Elle avait beau avoir changé, Kyren avait vu presque dès le départ qu’elle n’était pas du coin. Elle l’avait aidé. La plupart des gens l’auraient laissé comme ça, sans se soucier. Non pas qu’il soit fragile, mais c’était plutôt bien de avoir qu’il y avait encore des gens prêts à aider les autres. Ca changeait des gens comme lui, prêts à assassiner quelqu’un contre de l’argent.

L’assassin s’installa dans une meilleure position pour se reposer. Partir maintenant était inutile et dangereux. Et puis, même si la nuit, l’obscurité était une de ses meilleures alliées, il n’irait pas loin après s’être prit une flèche dans la jambe. Il resta là, sans bruit, à regarder Lilith tenter de monter un abri pour la nuit. Il n’était pas fatigué, et n’avait pas besoin de quoi s’abriter, il ne faisait pas froid, et il n’y aurait pas de pluie ce soir. Il se contenterait d’une nuit à la belle étoile. Même si il était à peine fatigué.
Kyren avait vu pire comme blessure, bien pire. Mais il était robuste. Une nuit de repos, un trajet aussi vite que possible, et on n’en parlerait plus. La magie avait décidément bien des avantages, une visite chez un guérisseur effacerait la plaie, l’infection probable –au vu des outils et du bandage-, et la cicatrice. Il aurait pu faire de même pour d’autres cicatrices, mais celles qu’il avait gardées lui rappelaient des succès, ou des échecs, dans ses assassinats. Un rappel constant de ne jamais se reposer sur ses lauriers…

Il s’étira, et s’adressa à la jeune femme.

- Pas la peine de monter une tente, on peut dormir à la belle étoile sans risques. Il faut juste faire un feu pour éloigner les bêtes.

Oui, se faire réveiller par un loup qui vous dévorait la jambe n’était pas le réveil le plus sympathique. Pauvre Ar’Hon, il avait préféré se passer de feu cette fameuse nuit, il ne peut plus faire grand-chose depuis. Heureusement que Kyren avait choisi de passer la nuit dans un hamac de fortune, dans les branches d’un arbre. Il avait juste eu le temps de se réveiller et de tuer le loup avant d’emmener le plus vite possible le pauvre jeune elfe se faire guérir. Il était trop inexpérimenté, et n’avait pas entendu la bête s’approcher, dommage pour lui.

Bref, l’assassin avait un petit kit pour allumer un feu, chose indispensable pour la survie. Comme la trousse de premiers soins qu’il avait oublié aujourd’hui. Cognant les deux silex, il vérifia qu’ils produisaient une étincelle. Succès. Il ne fallait plus que de quoi produire une flamme qui suffirait à allumer un feu…

- Aurais-tu quelque chose d’inflammable pour démarrer le feu ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________


________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: Une flèche perdue (PV Kyren)   Ven 12 Aoû 2011 - 14:40

Elle avait ce qu'il fallait. Elle trouvait d'ailleurs cela étrange? On aurait dit qu'elle avait tout. Une vraie ranger en somme. D'ailleurs, beaucoup l'ont confondue durant ses voyage comme étant de ce genre. Un ranger ... Et puis quoi encore ..? Ces gens sans boute amoureux de la nature ..? C'était pas top comme réputation. c'est d'ailleurs la seule et unique chose qui lui donne envie de tuer quelqu'un, pour prouver qu'elle n'en était pas.
De toute façon, l'instant n'était pas au meurtre, et elle avait déjà bien trop fait à Kyren que pour en vouloir d'avantage. Elle décida donc de lui passer une peau mise de coté, celle d'un lapin, un truc qui brûle vite, a ne pas garder en main durant l'allumage, mais cela permettrait de facilité l'embrasement d'un bout de bois, même humide.

Elle regarda donc Kyren faire, avant de discuter. Elle aimait ça, et dès qu'elle se sentait en confiance, on ne pouvait l'arrêter.

Elle discutait du fait que l'herbe était presque aussi haute ici que la neige ne l'est chez elle, mais qu'étrangement, cela ne rendait pas la tache difficile, contrairement au sol blanc. par contre, le soleil lui tape fort sur le crâne ce qui lui fait avoir des vertiges lorsqu'elle parcours de longues distances sur des terrains vallonnés. Elle n'aimait pas non plus porter ses bottes dans cette région, toujours à cause de la chaleur, chaleur qui ; en plus, lui faisait avoir des points de beautés -on appelle ça ainsi, mais bon ...- sur l'entièreté du visage.

Elle s'excusa néanmoins d'être inintéressante et laissa un instant de silence.
Cependant, elle n'attendait pas longtemps, avant de reprendre.

J'ai embrassé un lion, une fois. C'était étrange, mais c'était sympa. Ils sont paresseux les lions, loin d'être agressif quand on sait comment les aborder, mais ils puent de la bouche, alors mieux veut ne pas essayer de l'embrasser quand il a la gueule ouverte. Dans tous les cas cela sera gravé dans ma mémoire, peut être plus que la fois où j'ai vu un éléphant à quatre défenses. C'était impressionnant, et je crains que je n'aurais pas survécu si j'avais entrepris de le tuer pour son ivoire, cependant, j'étais fort tentée de le faire, sur l'instant. Vous avez déjà visité les montagnes ..? On ne trouve pas de telles bêtes, là bas, juste des ours. Mais malgré tout, il y a des tas de gens ...

Tant de monde auraient craqué en entendant tel discours et cela continuait, jusqu'à ce qu'elle s'endormit, sans vraiment s'en rendre compte, dans un position des plus inconvenantes..












[HRP : désolée, tant de temps pour ci peu .. Si on rendait la situation, plus ... piquante ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Une flèche perdue (PV Kyren)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une flèche perdue (PV Kyren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Grandes étendues-