''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]   Lun 2 Mai 2011 - 22:48

“Rester calme...”

Les arbres cachent la plupart des rayons du soleil du haut de leur cime imposante. La couleur verdoyante très fournie du lieu fait penser à un climat tropical extrêmement humide, mais il n'en est rien. Cette forêt n'a pas eu tellement besoin de trombe d'eau pour inonder ses racines et faire apparaître ces plantes massives, c'est là toute la magie et la majesté de Feleth dans sa plus criante sauvagerie. Au sens naturel bien sûr.
Une vie grouillante y a pris place et se meut de telle façon qu'on pourrait la croire changeante, qu'elle se déplace, si bien que personne ne doit s'y aventurer sans connaître son chemin. Cette vie vous révélera bien des surprise et prendra tout aussi bien la forme de grands volatiles à l'envergure impressionnante qu'un félin rachitique prêt à n'importe quoi pour vous dévorer.

Ou alors tout simplement une biche dans ses coins les moins garnis.

“Rester calme, lentement...”

En effet, toutes cette vie pouvait aussi être vue moins prosaïquement comme un garde manger, nécessaire à la survie de certains vagabonds. Comme moi. Ayant appris les rudiments de la chasse avec plus ou moins d'efficacité, je m’efforçai de mettre en joue un représentant de ces cervidés à la chair assez savoureuse. Mais faire la fine bouche n'était pas la priorité. Je n'étais que trop loin d'un quelconque lieu civilisé pour espérer m'y ravitailler et la faim commençait à se faire sentir.
Un genou au sol, l'autre jambe pliée, légèrement penché derrière des fougères, mon monde s'était limité à la vision de cet animal. L'arc levé avec la discrétion d'un fantôme, j’affichai un regard figé et passablement anormal. Tendu de toute part, chaque muscle était en exergue et la corde commençait à me scier les doigts. Les yeux écarquillé j'ai laissé aller tout ce beau monde en même temps.
Imaginer l'ensemble d'un château se vider en l'espace d'une seconde de tous ses occupants.
Le sifflement fini par s'arrêter dans le flanc de la biche, derrière la patte avant. Celle-ci brama de terreur puis de douleur avant de trébucher. L'adrénaline me pris et je bondi de mon bosquet comme un fou, sortant ma dague pour m'écraser littéralement dans le cou de l'animal qui souffrait le martyr.

La respiration haletante, je laissa la lame planté dans la chair plusieurs minutes avant de me calmer. Fermant les yeux, je retira mon arme dans un bruit de succion répugnant. Le sang coulait de la plaie et j'entrepris de nettoyer ma dague si prestement sortie. Je n'aurais pas du la sortir. Elle était très bien dans son fourreau, c'est un objet de collection, c'est un souvenir, c'est...

Retirant la flèche le plus proprement possible, je découpa la viande comme je le pu avec un long canif. C'est qu'il ne fallait pas traîner maintenant, l'odeur du sang va rameuter les plus gros prédateurs et là j'aurais du mal à me dépatouiller.... Grossièrement arraché, je mis le tout dans une sacoche en cuir. La viande n'allait pas rester là bien longtemps, le temps de trouver un abri et de la cuire. Je jette des regard nerveux avant de me relever et de courir vers la lointaine clairière où j'ai laisser brouter ma monture...


Tel est mon quotidien. La fuite. Mon corps est à chaque fois éprouvé par cette overdose de pression sanguine qui me fait éclater mes tempes. J'ai du sang sur mes mains chaque jour qui me rappelle le meurtrier que je suis. Qui suis-je ? Est ce que je souhaite vraiment le savoir ? Non, je dois fuir, survivre. Pourquoi ? Pour quoi ? Parce que tu es trop faible pour faire autrement.
En courant la tête virevoltant de droite à gauche je ne manqua pas de me prendre les pieds dans une racine et de m'effondrer violemment sur la terre compacte. Il devait sûrement y avoir des roches peu en dessous.
Je voulu me relever mais je me laissa plutôt retomber sur le dos, écouter les sons, les cris qui se faisaient entendre. Essayant de contrôler ma respiration je mis la mains sur mon abdomen, attendant que ma folie me passe.
Les rares rayons qui perçaient les feuilles me caressaient la joue et les rares endroit de mon corps où me peau était nue, une manche déchirée, une estafilade à la jambe. C'était bon et reposant. Mes doigts se refermèrent dans le lichen qui recouvrait une pierre à portée. L'enleva et le laissa tomber en morceau plus loin.

“Rester calme”
Revenir en haut Aller en bas

Knurgaod De Veinenuit

Accompagné de Jade

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Marionnettiste
Métier : Artisan
Messages : 21


MessageSujet: Re: Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]   Mer 11 Mai 2011 - 20:24

- " Et moi je te dis qu’on l’a perdue, et qu’on ne la retrouvera pas de sitôt. "

Knurgaod haussa les épaules. Cela faisait près de deux heures qu’ils marchaient au milieu de ce fatras végétal. Deux heures que sa marionnette l’engueulait ouvertement, et qu’il se faisait rabrouer à chaque fois qu’il tentait de s’expliquer. Cela ne l’incommodait pas plus que ça, et c’était une bonne chose pour Jade d’affirmer sa personnalité malgré son changement de statut corporel, mais c’était lui le patron quand même, normalement...

- " On aurais dû prendre à gauche après le grand tronc sans branches, c’est ce que je les avais entendu dire, mais toi, bien sur, tu n’as pas voulu m’écouter, et tu as pris l’autre direction... "

Le pantin se retourna vivement et pointa un index accusateur vers le démon, mais celui-ci n’ eu aucune réaction visible. Jade laissa son bras retomber mollement et reprit sa marche, exaspérée. Elle l’aimait bien, son démon machiavélique et louvoyant – elle l’aimait même beaucoup – mais son manque d’énergie en dehors des combats la mettait souvent hors d’elle. Heureusement, elle savait appuyer là où ça faisait mal.

- " Résultat des courses on est paumés, et l’elfe mijaurée conclura bel et bien son histoire d’amour avec son bellâtre humain. Sans la moindre effusion d’hémoglobine. C'est inacceptable. "

Knurgaod lâcha un soupir.

- " Oui, quel dommage. Ils semblaient prometteurs, surtout l’humain. Je le soupçonne d’être un peu névrosé, ou quelque chose dans le genre... Peut-être un souvenir très désagréable à faire resurgir, ça tenait du traumatisme. En tout cas il aurait été aisé de les faire s’entre-tuer. Mais heureusement la journée n’est pas finie..."

La poupée vivante fronça les sourcils.

- " Donc tu abandonne ces deux là ? "

Elle croisa les bras, ce qui releva avantageusement une poitrine déjà bien mise en valeur par un décolleté plongeant, et se lança dans une tirade inspirée au sujet du dilettantisme de son compagnon. Le démon l’écouta distraitement et ne put s’empêcher de pencher la tête pour poser les yeux sur les atouts de son pantin : il s’agissait ni plus ni moins de sa plus grande réussite d’imitation morphologique, et de l’arme la plus dangereuse qu’il lui ai octroyé. Même lui y était sensible... Elle jeta un coup d’œil à son compagnon et se rendit compte que celui-ci avait les yeux rivés sur son corsage.

- " Vas-tu m‘écouter, au lieu de me reluquer ? "

Le marionnettiste l’entendit à peine. Il réfléchissait à beaucoup de choses en même temps, et son esprit batifolait déjà bien loin des pensées perverses qui l’occupaient quelques secondes auparavant. Ainsi, le démon concevait-il un moyen de rendre la séduction encore plus dévastatrice chez sa marionnette que déjà il concentrait son attention sur le fait de la rendre plus dévastatrice tout court, puis il se promit d’apprendre à celle-ci toutes les facettes de la psychologie humaine afin qu’elle en tire avantage, avant de se laisser emporter par son enthousiasme en imaginant des situations où ils pourraient agir de concert pour déstabiliser un couple afin de mener leur histoire d'amour à une conclusion tragique, un arrachage de cœur et un suicide, pourquoi pas, et de fil en aiguille il se retrouva mentalement sur un champ de bataille. Il stoppa net sa divagation, car l’idée restait à creuser. Quelle idée ? Il ne s’en souvenait plus, mais c’était à creuser quand ça lui reviendrait, il en était presque certain. Jade quand à elle remuait la tête d’un air abattu. Si elle n’avait pas convaincu le démon de poursuivre sa chasse, au moins le ferrait-elle culpabiliser. Elle aurait aimé pouvoir pleurer, pour bien lui faire comprendre qu’elle tenait vraiment à cette proie, mais elle ne possédait pas de glandes lacrymales. Ni d’équivalent mécanique, d’ailleurs. Elle se rendit compte qu’il s’agissait d’un oubli grave dans sa conception : sans les larmes, c’était tout un pan du registre des émotions qui partait en fumée. Elle se promit d’en parler à Knurgaod sous peu, puis elle se rappela qu’elle était prompt à oublier tout ce qui lui passait par la tête. Elle préféra donc l’aviser de son problème sur-le-champ.

- " Dis, j’aimerais pleurer. "
- " Très poétique, comme phrase. Voilà qui ferait chavirer le cœur de beaucoup de mâles. Retiens-là, il faudra l’essayer."

Jade se retourna pour regarder le démon dans les yeux - ou plutôt dans les feux brillants qui lui servaient d’yeux - et mit les poings sur les hanches .

- " Ce que je veux te faire comprendre, c’est qu’il m’est physiologiquement impossible de pleurer. En ça me pose problème. "

Le marionnettiste resta silencieux quelques secondes. Il cogitait. Et finalement...

- " Tu as raison. Malencontreux oubli de ma part. Il faudra corriger ça dans les plus bref délais. "

Jade repris sa marche, heureuse. Elle savait que le démon était en train d’échafauder mentalement des dizaines de plans et de bâtir des centaines de mécanismes, juste pour satisfaire ses désirs. Et elle adorait qu’il satisfasse ses désirs. Il lui faudrait par contre se tenir coïte pendant plusieurs heures : on ne dérange pas un cerveau génial en pleine effervescence.
Cependant, après quelques minutes d’une marche pénible et silencieuse, un bruit sur la gauche les sortit de leur mutisme. Un bruit mat. Le genre de son qu’émet généralement la chute d’un corps sur un sol moussu. Jade interrogea son compagnon du regard, et d’un commun accord ils se dirigèrent vers la source de l’imprévu acoustique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

________________


________________



MessageSujet: Re: Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]   Ven 13 Mai 2011 - 21:36

Ce qui est bien lorsqu'on est seul allongé au milieu des bois, c'est qu'avec un peu de discrétion, on a la possibilité de voir des choses auparavant invisibles. Dans les mousses, des insectes minuscules dont on aurait jamais soupçonné l'existence se promènent, grignotent ci et là. Un peu plus haut sur une souche un volatile au couleurs ternes attrape quelques un de ces insectes avant de redescendre et de collecter des feuilles et autres morceaux de végétaux pour un nid quelconque...
Le repas du plumé me rappela que je me promenais avec un petit kilo de viande sur moi. Que je pouvais tout aussi y ajouter les miens si je restais encore statique.
Je me redressa en me retenant du mieux que je pus de faire des mouvements brusques, mais le coua qui faisait sa récolte se retourna soudainement et pris son envol. Quelques mètres plus loin je remarqua des éléments incongrus dans tout ce vert.

"Rester c..."

Saisi par cette présence impondérable, je me releva avec maladresse contre un roc moussu pour m'appuyer. Une paire de jambe et une ombre drapée avaient fait leur apparition. Les jambes se révélèrent appartenir à une jeune femme blonde, habillée d'une robe noire échancrée de blanc. Une charmante jeune femme.
Jeune... Peut être aussi jeune que moi... Cela ne veux rien dire l'apparence...
L'habit ne fait, certes, pas le moine. Mais on ne peut réprouver un sentiment de peur lorsque vous voyez une cape noire vide où seules deux rubis flamboyant vous fixent. Derrière la demoiselle inquisitrice se tenait une entité digne des cauchemars les plus sombres, déchirée et silencieuse, comment une telle chose pouvait exister ? Comment une telle personne pouvait se... promener... avec une telle... Chose ?

- Oh m...

La surprise laissa échapper un brouillon de début de phrase. Je me crispa et un tendon se creusa dans mon cou. Mon visage raidit par la stupeur affichait des yeux ronds et une bouche devenue cette fois plus close qu'un asile. Je fixa les deux nouveaux venus pour y déceler tout ce qui pouvait l'être... Étaient-ils là pour me tuer ? Chassaient ils ? Non, ils n'avaient pas l'attirail... A moins que ce ne soit pas des animaux qu'ils chassent.
Mon bras réagit au quart de tour et empoigna le manche de ma dague avant de m'arrêter brusquement

"Non !"

Elle relâcha son étreinte pour aller empoigner une lame plus longue sans la dégainer. J'étais tellement nerveux. Ils étaient deux contre moi. Seulement deux ?
Je jeta des regards rapidement à droite à gauche, tout en essayant de conserver ma focalisation sur les deux inconnus.

- ... Qu'est ce que... Vous... Qui êtes-vous ?!

Ma voix bégayante et tremblotante me faisait toujours aussi honte, impossible. La communication, pourquoi fallait-il que cela soit nécessaire ? Le seul outil que l'homme à développé et avili à un tel point qu'une phrase peut être comprise de tellement de façons qu'on ne sait plus ce qu'il faut dire vraiment. Ce que l'on dit vraiment. La corruption de la pensée est tellement facile, dériver sans prévenir, sans que l'en s'en rende compte.
Avant qu'il ne soit trop tard.
Il faut réagir vite. Ils étaient encore à une certaine distance, je lâcha mon épée et empoigna mon arc. Au vu de la distance, j'ai peut être un avantage. La corde fit son bruit caractéristique de tension. J'ai quand même changé trois fois d'armes avant de me décider. Je suis instable, avec un peu de chance je leur aurait fait peur... Ou amusés...
Revenir en haut Aller en bas

Knurgaod De Veinenuit

Accompagné de Jade

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Marionnettiste
Métier : Artisan
Messages : 21


MessageSujet: Re: Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]   Lun 16 Mai 2011 - 19:07

Cet humain semblait particulièrement indécis. Son hésitation quant à l’arme la plus indiquée dans sa situation et son babillage incohérent trahissaient son manque de confiance en lui-même, mais aussi un certain manque d’expérience. Les deux étant très certainement dû à son jeune âge. Jade leva les mains au niveau de sa tête, espérant par ce geste prouver au jeune homme qu’elle n’était pas armée et qu’une discussion pacifique serait mieux reçue qu’une flèche.

- « Houla, du calme... Je ne te veux pas de mal. »

L’autre ne semblait pourtant pas décidé à lâcher son arc. Il fixait le marionnettiste comme si sa vie en dépendait, et le pantin eu un sourire : elle était habituée à ce genre d’attitude à la vue de son compagnon. Après tout, avec une consistance noire sur fond de cape noire parfois doublée de jeux d’ombres, il ne fallait pas être surpris si on le catégorisait comme "cape vide qui flotte" dans la section "événements paranormaux de la journée". Le jeune homme visait la tête du démon et était apparemment convaincu qu’il constituait la plus grande menace. Ils faisaient tous cette erreur, et ils regrettaient amèrement leur manque d’observation, lorsqu’ils attaquaient. Ce n’était pas pour rien qu’elle était toujours devant son compagnon... Jade se plaça de manière à empêcher le tir d’atteindre le démon. Le jeune homme, n’ayant plus comme cible que la séduisante marionnette, baissa légèrement son arc, mais gardait la flèche encochée et la corde tendue.

- « Je te jure qu’on est pas méchants. »

Elle tenta son sourire innocent numéro deux, et son interlocuteur cessa de bégayer. Il s’était plus ou moins calmé, du moins en apparence. Elle désigna son compagnon au jeune homme.

- « Lui, c’est Knurgaod, un marionnettiste presque célèbre »
- « Presque ?! »
- « Il est inoffensif, ne t’en fait pas. »

Un grommellement réprobateur lui répondit, mais elle ignora une seconde fois le démon.

- « Moi, je suis Jade. Son... assistante, si l’on veut. Enchantée. »

Elle tendit la main vers le jeune homme, mais celui-ci fit trois pas en arrière. Elle attendait un baise-main et récoltait de la méfiance. Jade eu une moue déconfite : finalement, il lui restait encore beaucoup de choses à apprendre. Knurgaod se chargerait avec plaisir de son éducation à ce sujet, elle en était sûre. Il lui faudrait juste demander. Mais en attendant, elle avait subi un échec. Le démon se rapprocha de son pantin et lui murmura rapidement à l’oreille.

- « Trop rapide. Temporise un peu. Utilise tes charmes, va doucement, surtout pas de précipitation. Il est hyper-réactif.»

Puis il recula de quelques pas, laissant le champ libre au pantin. Jade reporta de nouveau son attention vers le jeune homme et passa au sourire angélique numéro un bis.

- « Et toi, qui est-tu ? »

L’autre sembla se décontracter. Au point qu’il lâcha la flèche toujours encochée sur l’arc bandé. Le projectile vint se planter tout droit dans la jambe de son interlocutrice.

- « Hé ! Nan mais fais un peu attention ! »

Le pantin se pencha et constata avec désespoir l’étendu des dégâts : sa nouvelle robe était désormais affublée d’un trou au niveau du genou droit, ce qui constituait un problème majeur, et le mécanisme de l’articulation du-dit genou avait grandement souffert, mais ce n’était qu’un léger désagrément en comparaison du préjudice subit par son vêtement. Elle arracha la flèche plantée dans sa jambe et s’assit sur le sol moussu tandis que le démon la rejoignait pour lui prodiguer une réparation temporaire et que le jeune inconnu rougissait d’embarras. Ou peut-être rougissait-il parce que Jade avait retroussé sa robe bien plus que nécessaire. Le marionnettiste ausculta rapidement l’avarie occasionnée.

- « Je pense que ce n’est pas très grave. Mais ça va me prendre un peu de temps pour tout réparer, certains rouages se sont brisés et extraire les morceaux de cuivre de tes faux muscles sera long. Sans compter qu’il faudra ouvrir sur une trentaine de centimètres pour réajuster le tout. La flèche à dû déplacer pas mal de choses. Et si elle s’est plantée dans le squelette, ce sera pénible de ré-incruster de la matière... Passe-moi les outils.»

Le pantin sortit une petite boîte rectangulaire de sous sa jupe et le démon se mit à la tâche sans plus tarder. Mais après quelques secondes, il abandonna l’ouvrage.

- « Le coup à brisé un des anneaux de maintient. »
- « Et alors ? C’est facile, pour toi, de réparer un anneau.. »
- « Réparer m’est aisé, mais restaurer les runes endommagées est une autre paire de manche. »

Knurgaod secoua la tête.

- « Il faut re-graver une bonne partie des runes de cet anneau, elles ont pour la plupart été déformées par le froissement du métal. Le problème, c’est que je suis marionnettiste, pas orfèvre... »

La marionnette croisa les bras et prit un air refrogné.

- « Bin t’as tort. Tu aurais dû prévoir ce genre d’accident.»
- « Fais-moi penser à t’expliquer un jour le fonctionnement complexe de tes mécanismes. Tu me vénèrera, ne serais-ce que pour la difficulté de mon travail. »

Le démon se releva pour se tourner vers l’inconnu stressé et bégayant . Il considéra les vêtements légèrement défraîchis et l’armement globalement de second rang du jeune homme : à première vue, ce n’était pas l’opulence. A seconde vue non-plus, d’ailleurs. Le démon rangea immédiatement le garçon dans la catégorie des chasseurs solitaires. Bref, dans les inutiles-quel-que-soit-le-cas-de-figure.

- « Et toi, bien entendu, tu n’es d’aucune aide... Tu es un humain pur et dur, en somme. Vous faites des âneries et vous ne l’avez jamais fait exprès. Il serait intelligent de penser à faire exprès d’éviter de ne pas faire exprès... Remarque se serait mauvais pour mes moments d’agrément, si vous vous mettiez à réfléchir intensément aux conséquences de vos actes. »

Il se pencha de nouveau sur la jambe du pantin et entreprit d’en extraire les morceaux de mécanismes brisés. Jade adressa un sourire d’excuse au jeune humain.

- « Il est toujours comme ça quand il est énervé, laisse l’orage passer et ça ira... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Forêt des amanites :: Jungle-