''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Dim 5 Juin 2011 - 23:46

Une certaine masse populaire parlant des langues de tout un monde, unissant des senteurs d'épices et autres parfums de luxe que l'on aurait jamais crus réunis, faisant crier des marchands en tout genre, marcher des personnes qui ne se connaissaient aucunement dans un but bien précis s'était imposé au milieu de champs et de clairières organisées pour l'occasion. Des bandes d'annonces et autres pancartes indiquaient un évènement nommé ; "la flèche dorée".
Dans cette foule de gens inconnus, se faisait sentir une odeur de viande séchée au soleil, qui menait d'ailleurs des mouches, par dizaines, dans l'assemblée festive ; qui se permit d'ailleurs de grincer de la narine. En effet ; Lilith s'était incrustée, ayant croisé sur son chemin cette réunion d'archer.

Oui, c'était bien cela, du moins, c'était cela que criaient les cireurs et autres demandeurs ; car il manquait encore un(e) candidat pour débuter un certain concours, qui permettrait de décrocher un équipement de qualité en matière de tir. Une arbalète en bois de chêne, fabriqué par un maître dans cet art. Le genre de chose qu'il faudrait des années à Lilith pour en faire l'acquisition...

C'est pour cela que la barbare prit donc son paquetage (de lapins et sangliers dépecés) pour se mettre devant le bureau d'inscription, qui ressemblait plus à une table ou s'encombraient des tas des papiers.
L'homme qui était assit derrière, l'air totalement inintéressé, lui proposa un bout de papier recouvert de caractère prévenant que si l'on se blessait ou se tuait durant le concours, la comuneauté responsable de l'évènement n'en était aucunement tenue pour responsable et qu'il était donc à os risques et périls de participer. Lilith ne sachant lire que très lentement, elle décida de passer cette étape pour signer, avec la croix qui marquait son manque de qualités dans le domaine de la lettre.

Suite à ce coup de plume on enleva ses affaires à la barbare en lui faisant la promesse de les lui remettre après le jeu, lui laissant son arc pour seul encombrement. Des cris et des applaudissement se firent entendre, tandis qu'une dizaines de personnes s'avançèrent sur un champ vide pour s'aligner cote à cote, en face d'un lot d'oeils de boeufs positionnés à bonne distance.

Le concours avait commencé, et la barbare n'y comprenait rien. Elle regardait autour d'elle et ne vit que des hommes excepté une demoiselle, qui, loin d'être moche, n'avait pas l'air d'une guerrière... Du moins c'était l'avis de Lilith qui ravala sa pensée, sure que celle-ci était bien trop proche de celle que se ferait son père pour être digne d'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Jeu 9 Juin 2011 - 22:28

Aujourd'hui était une très belle journée. Le blé était très odorant et la foule commençait à s'amonceler. Le plus grand rassemblement d'archer était en place. Je marchais doucement, profitant des rayons de l'astre qui caressaient ma peau de leur tendre chaleur. Beaucoup de personnes était venus au rendez-vous. Des hommes. Tous sans exception. Les marchands vantaient leurs produits tandis que les concurrents se toisaient. Je me sentais bizarrement petite et insignifiante. Des tensions étaient déjà palpables mais cela ne m'empêcherais en rien de gagner ce tournoie. J'avais peut être un avantage sur mes adversaires: une excellente vue. Je me rendais aux inscriptions. Une personne complètement débordée m'accueillit, plus ou moins bien. Elle me tendit un formulaire. Je lisais en diagonale. Rien de bien spécial... Je signais le bas de la page d'un coup de plume et déposais ma dague. Je flânait vers les stands, regardant chaque objets bien que je savais que je ne pourrais jamais me l'offrir.

La pauvreté n'est pas une fatalité en sois. On s'y habitue. Ne pas avoir à manger certains soirs, dormir dehors faisait partit d'un rituel. Bien que depuis peu j'étais dans l'Alliance, ma situation précaire me laissait un étrange souvenir... Une sorte de peine, de regret. Pourtant il ne me semblait pas regrettais mon ancienne vie. D'un coup, l'image de mon rôdeur apparut dans mon esprit. Son sourire... Tout cela n'était plus qu'un vague souvenir. Il me restait ce goût amère de la vengeance dans la bouche. Je l'avais promis... Je tuerais ceux qui l'on tuer. Celui plutôt. Je verrais bientôt sa tête à mes pieds. Je n'avais plus envie de me battre. Je n'arrivais jamais à rien de concluant de toute manière. Et en amour, n'en parlons pas ! Qui voudrait d'une chasseuse de prime de 17 ans et sans aucune expérience de l'amour ? Personne.

La nostalgie emplit mon être. Je ne devais pas laisser aller mes sentiments. Me contrôler. Pour une fois, il fallait que je sois une fille réfléchit. Une fois dans ma vie ! Je me plaçais devant une cible. Un œil de bœuf... Il n'avait vraiment rien trouvé de plus petit ? Je fit le vide en moi. Plus rien. Plus une pensée venait effleurer mon esprit. Je me coupais du monde extérieur. Je me préparer à tirer quand quelques chose retint mon attention. Je tournais doucement la tête. Une jeune femme splendide. Nous serons deux dans l'adversité ! Elle était blonde, assez grande... Une beauté simple. Mais elle avait attiré mon regard. Pourquoi, aucune idée. Je décidais de m'approcher d'elle.

D'un pas non chaland je m'avançais vers la nouvelle arrivante qui avait l'air perdue. Les hommes la regardaient, peut être serait-elle leur second trophée. Plus je m'approchais, plus elle était belle. Elle semblait assez 'campagnarde' au vu de ses habits. Mais comme dit le proverbe, l'habit ne fait pas le moine. Espérons que celui-ci soit à la hauteur de son physique avantageux. Je lui fit un grand sourire, profitant pour plonger mes yeux dans les siens

"-Tu as besoin d'aide?, demandais-je gentiment"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Jeu 9 Juin 2011 - 23:18

La demoiselle s'approcha et plongea son regard dans celui de Lilith. Cette pupille sembla d'un coup étrangement attirante, intrigante ... Elle avait comme qui dirait tout avalé d'autre qui aurait pu être regardé ; elle captait l'attention de la barbare avec une facilité déconcertante. S'en aurait été pathétique si cela se voyait de l'extérieur. Mais ce n'était certainement pas le cas, la demoiselle ayant facheuse tendance à prendre un air austère lorsqu'elle se perdait dans ses pensées, qui à cet instant ne se résumaient qu'à un tas de question, dont la principale était ; Mais pourquoi est ce que je suis si fascinée par des yeux ..?

Quelques battements de cils plus tard, rendus nécessaires pour reprendre ses esprits, La grande blonde remarqua que la distance entre elle et l'autre unique femme de ce concours était réduite à sa plus simple expression, et que, du coup, il y allait sans doute y avoir contact.

-Tu as besoin d'aide?

Lui demanda la demoiselles aux yeux envoûtants.

Cette dernière n'eut donc pour réponse qu'un court silence suivit d'un simple ;

-Il faut tirer ... Là dedans ?!

Dit la guerrière en pointant l'oeil de boeuf du doigt. Ce truc était minuscule, et à bonne distance il put a peine être distingué. Cela rendrait la tâche moins aisée, et Lilith stressait d'avance. Cependant, la jeune femme se rappelait les lapins et autres animaux dont elle eut plus tôt fauché la vie. Qu'ils soient en mouvements, ou à l'arrêt, c'était pareil ; elle les tuait, sans réelles difficultés. Alors un simple oeil ...C'est d'ailleurs rendue à ce point de la discussion que Lilith se perdit à nouveau dans ce regard, pour revenir à elle comme la première fois, mais plus troublée par cet évènement.
Là revint l'action ambiante ; les cris, les applaudissements ; la fête, et la présentation du prix. Il faudrait gagner cette compétition.
Lilith décida de regarder à nouveau son interlocutrice droit dans les yeux à nouveau, comme si c'était un défi, et a chaque fois que l'objet de son attention tenterait de croiser son regard, elle changerait de sujet d'observation ... Comme font ces enfants timides lorsqu'ils aiment.

Sauf que c'était impossible, on ne raffole pas ainsi d'une inconnue, surtout pas lorsque l'on est soi même une femme, c'était contre nature. Une vision d'horreur vint donc à l'esprit de la demoiselle qui reprit donc ses esprits. De façon aussi violente qu'efficace. Cette dernière attendait donc encore réponse à sa question, alors qu'elle jaugeait encore la distance entre elle et la cible maladroitement posée sur un lointain piquet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Lun 13 Juin 2011 - 22:13

Un silence parmi le bruit. Je ne discernais plus rien. Juste cette parfaite inconnue. Mon coeur battait fort. Bien trop fort. Je rougissais. Mes joues en feu, je n'osais décrocher mon regard d'elle. Envoutée. Ce silence commençais à me plaire. C'est dans les silence de l'autre que l'on a des réponses. Était-elle aussi gênée que moi? Était-ce simplement une illusion. Elle rompit en première ce calme plat. Elle fut quelques peu surprise de la taille de la cible. Compréhensible. Je sourit gentiment. Elle m'hypnotisais, accaparait toute mes pensées. Qui était-elle... Je l'ignorais. Son regard ne croisait le mien que de temps à autre. Comme par pudeur, elle détournait les yeux aussi secs. Mais que m'arrivait-il ? Une incompréhension totale. J'avais complètement oublié mon rôdeur. Complètement oublié mon métier. Complètement oublié de... Respirer ! Je reprenais mon souffle. Elle m'avait pour ainsi dire, coupé la respiration.

Les rires, la musique. Une animation particulière. Je n'étais plus rien. Vidée. Je ne me concentrais plus que sur la mystérieuse femme. Je serais la prise sur mon arc. J'avais, semble-t-il identifié la cause de tout se flot de sentiments. Je ne pouvais pas. Contre nature. Impossible. On ne se connaissait pas ! Peut être que c'est ça, un coup de foudre. Je n'y croyais pas, il fallait que je me reprenne et vite fait. Je caressais doucement la plume sur le bout de ma flèche. Douce. Légère. Fluette. Non! Je ne pensais même pas à ma flèche parfaitement équilibrée là, mais à la demoiselle dont j'ignorais le nom. Mais qu'est-ce qu'il me prenais? J'avais honte. Une candeur que je n'osais pas enlever. Un tabou impossible à briser. J'étais déjà un déchet de la société, alors pourquoi me refuser le bonheur ? Le coeur l'emporte sur la raison. La raison frêne tout de même le coeur qui me criais de l'embrasser. Je soufflais doucement et d'une voix calme, la fixant droit dans les yeux:

-Je ne me suis même pas présentée... Je m'appelle Camelle Elwhang, chasseuse de prime de son état. Et à qui ai-je l'honneur ?

Je lui sourit, dévoilant mes dents blanches. Magnifique. Il n'y avait pas d'autres mots pour la caractériser. Une beauté naturelle, brute, sauvage. Autour de nous, les concurrents se préparaient à tirer la première flèche. Dix chacun. Tel était la règle de ce tournoi. Même si aujourd'hui je louper la cible, une autre flèche, plus rapide, plus douce et délicieuse avait touchée mon coeur. Tiraillée entre le passé et le présent, je ne savais plus quoi penser. Je me laissé désespérément guider par mon instinct un peu trop... Vif. Il me fallait faire bien. Ne pas bruler les étapes. A chaque histoire son rythme et à chaque rythme son histoire.

[court sorry :S]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Mar 14 Juin 2011 - 1:21

Lilith entendit sa voix, encore. Que faire face à ce qu'inspirait cette voix. Chaque syllabes résonnaient et formaient une mélodie qui vint masquer la bruit des festivités. Une mélodie qu'il fallait faire taire. Mais pourquoi la faire taire ? Une part de la chasseuse aurait supplier de l'entendre encore, prononcer d'autres mots, alors que le reste voulait gagner ce prix.
Elle ne l'avait pas regardée alors qu'elle s'était présentée, et pourtant, Lilith avait l'impression de ne voir que cette fameuse Camelle Elwhang. Ce nom lui semblait d'ailleurs être la plus douce expression qui fut portée à ces oreilles, une autre mélodie, bien plus pointue et précise que la flèche tirée par un maître archer.
La grande blonde tirait légèrement sur la corde de son équipement, avant de se retournée, avec un air pressé. Pas qu'elle voulut couper court à ces présentations, mais parce que contre son gré elle en désirait déjà d'avantage. Une fois qu'elle eut ainsi virevolté dans la direction de son interlocutrice, la jeune barbare ne put s'empêcher de défaillir.

" Je ... Moi c'est Lilith, Lilith Cleys ... "

Elle aurait bien ajouté quelques formalités, pour faire remarquer que le plaisir était pour elle tout comme l'honneur apporté par cette rencontre... Une rencontre qui, étrangement, sonnait comme des retrouvailles ; Il ne fut pas un secret serait-il le mieux garder que la chasseuse n'eut voulu révéler à celle qui chassait les primes. Elle aurait voulu lui raconter sa vie pour que sachant tout l'une de l'autres, elles puissant aller plus loin dans leur relation.

La blonde secoua alors sa tête. Non mais. Quelle folie ! S'imaginer une relation avec une parfaite inconnue ... Le ciel lui tombait donc sur la tête. Elle revint donc finalement à elle, les joues aussi rouges que celles qu'elle eut aimé admirer plus tôt. Un bruit se fit entendre, un signal, toutes les flèches partirent pour toucher, si possible, les cibles. Ce fut également le cas des deux femmes participante ...

La flèche de Lilith s'était égarée, peut-être trop loin, ou pas assez, il n'empêche qu'elle eut tiré en regardant ailleurs ; elle cherchait des ses yeux à deviner le regard de sa voisine. Elle rougit d'avantage rien qu'à l'idée qu'elle put être observée par cette personne ci. Ce serait bien la première fois, d'ailleurs, qu'elle eut tant désirer être ainsi observer. Rien que le fait de s'en rendre compte lui forçait à se mordre la lèvre inférieure..

[HRP ; c'est encore plus court chez moi ToT]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: nt l   Jeu 16 Juin 2011 - 23:38

Un simple regard. Une simple odeur. Un geste. Une parole. Un rien tinté d'un tout. Un être dans le vide. Une attention trop particulière. La respiration haletante. Tant de phénomène pour une seule cause. L'amour. Très peu peuvent avoir la prétention de se dire avoir connu l'amour car ce sentiment est de loin le plus dur qu'il soit. Pourtant semblant si accessible. L'amour n'avait pas de définition. La définition n'en avait pas elle même. Jalousie. Possession. Pleurs. Cris. Larmes. Néant. Souvent l'amour apporte quelque chose de fort, beau, majestueux et puissant. Parfois même trop puissant. L'amour vous ronge, vous détruis de l'intérieur. D"un un sourire béat, vous souffrez. Un mal doux et plaisant dans lequel plus d'une personne apprécie se délester. Le nirvana. L'apothéose d'une vie n'est atteinte que lorsque ce sentiment fugace est là. Pourtant, il faut une âme sœur. Chaque personne à une seule personne totalement faite pour elle. Le monde est bien vaste. Alors on désespère. Pourtant, un jour, au coin de la rue, un jeune homme, une femme d'âge mûr. C'est cette personne. Vous feignez l'indifférence. Pourquoi aimer une personne dont on ne connais rien ? Ainsi va la vie. Cette fille... Comment ? Pourquoi ? Une femme ! Ce n'est pas possible. Je ne peux pas, je n'ai pas le droit. Pourtant, tout les symptômes étaient là. Devant mes yeux... Je m'y refusais. Ou pas.

Un clairon retentit. Le signal. Tout les archers bandèrent leurs arcs. Tous étaient de pur merveille militaire. Le mien était en ébène. On pouvait voir dessus de fine gravures, arabesques et formes abstraites s'enchevêtraient dans une danse d'orfèvre. Il était léger et très maniable. Je ne pouvait me concentrer. J'inspirai. Le vide. Rien ne passait dans ma tête. Le néant le plus pure, le plus soft. J'expire. La flèche partit, une ligne droite parfaite. Mais, 10 centimètres au dessus de ma cible. Une image ravissante me parvint au moment de lâcher ma corde, celle de Lilith. La jeune femme blonde me souriait comme sourirait un enfant. Des yeux emplis d'un voile de naïveté qu'une envie irrépressible de le soulever n'en vint pas à bout. Dans cette candeur absurde, j'étais heureuse. Oui, je la regardais attendrit. Le futur ? Peut être bien. En attendant, ma cible n'avait pas était inquiété par ma flèche. Je me tournais vers mon obsession. Sa cible n'avait même pas sentit le souffle de la pointe. Elle était plantée, quelques mètres après l'œil.

-Dommage, dis-je un léger sourire aux lèvres.

Je ne savais pas pourquoi à chaque fois que mes yeux se posaient sur elle, un sourire niais naissait. Stupide. Pathétique même. Je faisait surement pitié à voir. Pourtant, je n'en avait rien à faire. Que les gens parle, ça me faisait une belle jambe. A ce moment là, j'étais bien. J'étais apaisée. Je me plaisais à chercher son regard, essayer de sentir son parfum si particulier. Tout le monde se préparait pour la deuxième volé. Je ne savais plus rien. Mon nom ? Oublié. Mon âge ? Aussi. L'envie de gagner ? Effacé. Je n'attendais plus rien. Ou du moins, je n'attendais plus rien des autres. Juste elle. Rien que le fait, d'être aussi proche de moi me comblait. J'étais heureuse parmi les heureux, pour une fois, j'avais peut être trouvé un remède à ma solitude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Ven 17 Juin 2011 - 17:39

"Dommage" avait elle dit ..? Pas vraiment. Lilith ne voyait plus réellement l'importance de tout ça. Elle ne se préoccupait plus de gagner ou non cet équipement bas de gamme. Et puis ; c'était pas comme si les autres participants avaient fait mieux. Ils faisaient juste preuve d'un peu moins de sang froid. Ces derniers avaient criés presque au même instant lorsqu'ils remarquèrent avoir échoué leur premier tir. Des cris lourds, à tel point que l'on voyait se tracer leurs veines et autres artères sur le cous souvent musculeux. Ils écartelaient leurs mâchoires dans des grimaces qui présentaient avec effroi la haine que ces personnages pouvaient contenir, les absurdités qu'ils auraient pu commettre en l'honneur de cet équipement.

Bref, ils avaient sans doute raté quelque chose, ou peut être qu'ils le trouveraient un peu plus tard. Car dans le fond, il y a quelque minutes encore ; Lilith se serait sentie apte à démolir celui qui aurait gagné le prix à sa place, si ce n'eut été elle qui gagnerait. Ce qui était mal parti pour être le cas, en fait...

Alors que là ... Il semblait qu'elle eut atrocement changée, la prochaine volée de flèche allait sonner, et elle n'y faisait pratiquement plus attention. Elle souriait toujours, en regardant droit dans les yeux sa voisine. Elle se demandait encore comment cela était possible, d'avoir tant envie de regarder ... Une femme. Il y avait pourtant tant d'hommes qui auraient semblé être des canons aux yeux de la barbare comme elle le fut auparavant, mais là ... Ils étaient floutés. Tout l'état, mis à part elle ... Elle était mise en évidence ; il ne manquait plus qu'un panneau en forme de flèche pointée vers elle avec son nom en indication... Camelle Elwhang. Si c'était pas beau ça ...

Enfin soit ; la jeune barbare vint rapidement lui demander, le plus simplement du monde.

"Et tu viens d'où en fait ..?"

Avec un air désignant une fille inintéressée, enfin ; en caricature. Lilith n'était pas une bonne actrice. Ses joues étaient d'un rouge éclatant, et son réflexe de se mordre les lèvres était incessant. On lisait dans l'esprit de la blonde sous capuche comme dans un livre ouvert. C'est qu'elle n'avait jusque là ressenti le besoin de masquer son ressenti. Bref ; une pancarte lui aurait bien été, une qui aurait indiqué ce qu'elle ressentait. Ce qui commence par un "a". Celui que l'on ne dit pas, pas comme ça. Et que la jeune fille aurait vachement de mal à dire d'ailleurs. Même si cela aurait été naturel, ça aurait été troublant pour les deux personnes.

La seconde volée sonna enfin. Tous les hommes levèrent leurs arcs, tandis que Lilith en fit autant. Et bien que son arme était des plus rudimentaires, elle savait sans doute mieux s'en servir que tout autre personnes. Mais elle regardait bien trop Camelle que pour tirer droit. Ce visage, cette chevelure... Contrairement à Lilith, Camelle était de taille moyenne, avait des cheveux foncés et des yeux d'un gris presque triste. Elle était habillée comme une "vraie femme" ... On aurait dit que la seule choses qu'elles avaient en commun fut leur habileté au tir à l'arc. Et encore, ce n'était pas le cas dans ce cas ci. La jeune femme se serait fait punir, si son père était là, pour de si piètre performances. Elle se serait également faire frappée si elle avouait pourquoi elle eut tant de mal à toucher cet oeil de boeuf.
La preuve en fut d'ailleurs faite lorsque sa flèche ne toucha pas l'oeil de boeuf, mais bien le bout de bois sur lequel il était posé.

A nouveau, les concurrents criaient un "Eh m*rde !" collectif et brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Ven 24 Juin 2011 - 18:05

Douce souffrance. Une complainte alléchante. Enivrante. Les yeux dans les yeux, plongée dans une hystérie simple, et apaisante. Calme. Elle, cette jeune femme avait réussit à me rendre docile. Je n'avais plus envie d'être fougueuse et irresponsable. Le temps passe. On apprend de nos erreurs. Il m'a fallut des mois pour assimiler certaines choses. Le respect pour les gens qui ne le méritent peut être pas. Une dévotion immense pour ses amis. Tout un tas de choses qui font grandir, nous mène vers l'âge adulte. Quand elle posa ses yeux sur moi, je m'étais instantanément assagit comme si, elle m'avait inculqué tout les principes en une secondes. L'animation commençait à me faire mal à la tête.

Elle me regardait. Elle était sérieuse, plongée dans des tas de pensées dont j'ignorais le thème. Moi ? Les autres ? Sa flèche ? Sa vie ? Personne ne savait et la mine indéchiffrable sur sa tête ne laissait rien paraitre de ses sentiments. Impassible et inébranlable. Un visage doux forçant le respect. Elle ne faisait pas peur mais ne faisait pas laxiste. D'un grand calme, elle m'impressionnait je crois. Cette bouille impérieuse. Une seconde volée. Les mêmes complaintes. Je ne pris même pas la peine de tirer. Obnubilée par la jeune fille, je divaguais, laissant mon être en proie à des souvenirs. D'où je venais ? Je ne sais plus... Je ne me souviens que de quelques paroles arrachés un soir dans l'ombre de ma chaumière. Les couleurs se mélangèrent, les voix se turent. Je retournais dans mon monde onirique, dans ma bulle impénétrable, ma seule arme face au monde.

"La nuit brillait. La lune inondée la petite prairie, entourant la chaumière fumante des paysans. Une brise légère faisait plier l'herbe rase à son gré, laissant ainsi l'astre nocturne faire briller ses rayons d'un argent presque pur. Camelle, alors, devait dormir. Mais au lieu de ça, la jeune fille alors âgée de 9 ans, faisait le mur. Elle contemplait le merveilleux paysage par la petite fenêtre de sa chambre. Il n'y avait aucun bruit. Un calme réconfortant, celui de la chambre d'une petite fille. Dans sa chemise de nuit, les pieds nus, elle veillait. Une faible lueur, celle du feu dans la cheminée du salon, lui parvenait. Elle s'approcha de la porte de la pièce, doucement, sans faire grincer le plancher. Elle entrouvrit cette porte, écoutant ce qui se tramait dans le salon. Des sons, des voix qu'elle connaissait bien. Les personnes qu'elle considérait comme ses parents ou plutôt grand parents. Il parlait de quelqu'un adoptés. De bâtard. Qu'ils ne pouvaient pas lui cacher plus longtemps. Alors la petite fille compris. C'était d'elle qu'on parlait. Elle partit dehors, en courant, les larmes roulant le long de ses joues. L'herbe douce sous ses pieds n'apaisait en rien sa colère, sa haine envers le mensonge. Mais d'où venait-elle ?"

-D'où je viens... Je viens de ça et là. Je suis de nulle part et de partout à la fois...

Mon air s'assombrit. Non pas qu'elle m'avait blessée mais parce que les souvenirs font bien plus mal. Il faut savoir se tourner vers l'avenir et passer outre de ce qu'il s'est déjà produit.

-Et toi, d'où viens tu ?

J'ajoutais à ma phrase un petit sourire pour ne pas paraitre froide car ce n'était vraiment pas mon but premier. Mais ces foutus souvenirs qui me hantaient me rendaient malade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Mar 28 Juin 2011 - 20:06

Et voilà. La jeune Camelle avait fait un abandon somptueux, et n'avais
pas tiré sa flèche. Du coup, Lilith se permit de papilloter des cils,
chercher à comprendre comment l'on peut abandonner un tel prix .. Tandis
que la grande barbare tentait tant bien que mal de garder son air
neutre, observant la point de la flèche qui était restée collée aux
doigts de cette femme, cette dernière changea d'air. La question
l'avait-elle donc tant froissée ..? À cet instant auraient pu tomber
tout espoir de la conquérir, car, dans le fond, tel était là le but
primordial de la barbare.
Elle sentait ; elle savait que c'était cela
qu'elle voulait. Et au fur et à mesure qu'elle en prit conscience, elle
s'inquiétait ; tout les principes qu'elle eut reçu tombèrent en
poussière, le monde tournait dans un tout autre sens rien n'était plus
vrai, tout était permis.
Mais comment appeler cela ..? Une révélation
..? Une malédiction ..? Non, c'était bien trop étrange pour porter un
nom. Certains auraient parlé de coup de foudre, mais c'était pus brutal
encore. Tout ces hommes qui criaient leur mécontentement étaient bien
moins brutaux aussi.
Ce sentiment arrivait avec une brutalité inégalée et inégalable.
Mais une douce brutalité.

C'était
ahurissant. Lilith elle-même n'en revenait pas. Alors que le jury
décidait déjà que Camelle fut éliminée, celle-ci donna réponse à la
question précédemment posée ...

-D'où je viens... Je viens de ça et là. Je suis de nulle part et de partout à la fois...

C'était
à la fois vague et précis. Un lot de contradiction que l'on aurait pu
comprendre qu'à cet instant là, un genre de message codé pour ce moment
donné. Car en effet, rien n'était plus pareil.

La barbare eut
l'impression de lire dans ce regard, une petite gêne, mais également une
volonté implacable de la cacher, de bien paraître ; une volonté de
paraître sous son plus beau jour.
La chasseuse prit d'ailleurs ceci
comme un compliment et vint à rougir. Et c'est là qu'elle répondit à la
question qui lui avait été retournée.

"Je viens de là où tout est gelé ..."

Elle
aurait bien aimé continuer et dire "... pour arriver ici et fondre."
Mais elle ravala sa salive pour éviter ce genre de niaiserie. Elle
regardait donc Camelle et tenta de se rattraper.

"... Des montagnes enneigées."

Tout
simplement. Elle n'aurait pas pu être moins claire, elle ne se serait
jamais permise de nier ses origines d'une quelconque manière, aussi
désagréables auraient pu en être certains points. Il n'empêche qu'elle
était fière et qu'elle désirait crier au monde qu'elle était une femme
qui avait réussi malgré le frein qu'est sa culture. Elle voulait crier
au monde qu'une femme pouvait être l'égal de l'homme et même davantage.
Du
moins, d'habitude. Car là, il n'était plus question de ça. Elle ne
voulait plus crier, elle voulait être seule, seule avec elle.

C'est d'ailleurs pour cela qu'un large sourire vint recouvrir son visage rouge comme jamais.

"J'ai pas l'impression qu'on gagnera tout ça, alors autant discuter ailleurs, tranquillement.."

Dit
elle donc en se grattant la tête. La soleil y frappait de toute ses
forces. Elle n'était pas habituée à être sans capuche, en dehors de
l'ombre fraîche que cette dernière lui procurait. Elle se sentait
d'autant plus mal à l'aise qu'elle désirait plus que tout être
présentable pour les beaux yeux de son interlocutrice. Cette dernière le
lui aurait demandé qu'elle serait déjà à l'autre bout du monde pour lui
faire la cour. Un lot de poésie et de romance absurde envahissait
l'esprit de la blonde.

"..Enfin ... si tu en as envie .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Mar 5 Juil 2011 - 22:20

Violent. Irritant. Incroyablement meurtrier. Fort et impétueux. Pourtant, tellement plaisant. Une douce flagellation et une tendre mutilation. Je donnais la clé de mon coeur, elle le faisait saigner à chaque regard. Tout les mots étaient des coups de poignard si appréciables. J'aimais sa présence. Mon bourreau était aussi la plus douce des sucreries. Ce sentiment me prenait tout mon être. Mon être, mon corps, mon âme. Elle infectait tout mes pores. Je ne le contrôlais pas, il dictait tout mes mouvements, tout mes actes. J'aimais ça. Ne pas savoir, ne pas comprendre. Mon instinct me guidait. Un sourire béat sur le visage.

Je n'étais pas pour les préjugés. Chaque personne avait le droit de choisir ce qu'il aimait. Hommes, femmes, animaux, objet, son propre reflet... J'en avais cure. Mais je ne pensais en rien que cela m'arriverait. Subir tout ces regards de travers, toutes ses insultes dégradantes. Bien que l'avis des autres avait toujours peu importé pour moi, je ne savais pas si je pourrais tenir sous toutes les critiques acerbes des manants. Les gens avaient bien souvent un esprit étriqué, complètement fermé à la différence. Pourtant, c'était des autres, de la différence de soi que l'on s'instruisait, que l'on s'enrichissait.

Elle venait des montagnes. Une femme du froid. Pourtant, elle faisait fondre mon coeur comme un vulgaire glaçon face au soleil d'août à midi. Peut être, surement, ses douces lignes étaient semblable à la démarcation entre la montagne et le ciel clair. D'ailleurs, elle était comme une nuit d'été. Douce et impérieuse. Pas trop fraiche, pas trop chaude, réservée et pourtant mise à nue. Je l'admirais au fond. Avoir une telle présence (à en faire oublier un concours) et une telle simplicité ! Elle m'épatait.

Elle proposa de nous écarter de l'agitation. Je ne refusais pas. Tout ce vacarme me tapait sur le système. Ma tête allait exploser. Nous écartions donc, vers les champs avoisinants. Nous marchions dans un silence monastique. Pourtant il était emplie de paroles. Des paroles inavoués, refoulés, des interrogations réfutés par l'esprit. M'aime-t-elle ? Qu'est-ce que je représente ? Chacune répondait plus ou moins à la demande de l'autre. Côtes à côtes, nous marchions vers l'avenir. Notre avenir. Celui, qui je l'espère, serais partagé. Je frôlais sa main. Ma réaction fut instantanée. Je m'écartais prestement, rougissant. Je m'arrêtais enfin, plongeant mes yeux dans les siens. Si beaux... Je ne la lâcherais pas du regard de si tôt.

-Que peut tu me dire sur toi ? J'aimerai en savoir plus de cette fille mystérieuse qui m'amène hors d'un concours où il y avait une belle récompense... Je te dirais ensuite tout ce que tu veux savoir.


Je lui sourit franchement. Je n'étais pas passée par quatre chemins, c'est sure. J'espère que ma bravoure n'allait pas l'effrayer. C'était bien la dernière chose que je voulais. Me faire briser le coeur, par un sentiment envers une étrangère au drôle d'accent pour moi, qui a grandit bien loin de chez elle. Je ne voulais pas. Je ne pouvais pas laisser passer ma chance. Je ne pouvais pas la laisser partir. Pas encore. Pas maintenant. Pas aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Lun 11 Juil 2011 - 23:58

Cette question. Tombant en toute logique à chaque rencontre faite jusque
là. Elle se poserait certainement encore et encore ... Et encore.
Cette question était la bête noire de la barbare. Que pouvait t elle
donc raconter ? Rien. Vraiment. C'était tellement compliqué. Après tout,
la grande blonde n'est devenue ce qu'elle est que lorsqu'elle quitta
son village, ce qui était fort récent, et elle ne put donc pas vraiment
se forger une histoire suffisamment intéressante que pour être racontée
avec passion et intérêt. Elle n'était encore rien, personne. Du moins,
pas plus qu'une fille de chef de village qu'elle avait quitté. Et vu
qu'elle s'en était allée, être la fille du chef de ce village ne pouvait
plus réellement avoir de réelle importance.

Elle n'existait donc pas, mais répondre cela n'aurait pas eu de charme,
du moins pas suffisamment pour décocher une flèche avec une force
suffisante que pour atteindre la cible visée. Car les dires qui seraient
bientôt prononcés auraient le même objectif que ceux entendus à la
criée des marchés.
Elle voulait se faire acheter, en quelque sorte, ou même se faire
offrir. Et bien que la plus part des cadeaux sont obligatoirement
acceptés, elle n'aurait pas aimé que le visage de Camelle s'assombrisse
en découvrant d'avantage sur sa personnalité.

Du coup, les seuls mots qui sortirent furent les suivants.

"Que dire, Je suis partie de chez moi et j'ai fini ici ... Presque par hasard."

Bien entendu, elle se rendit compte de la banalité de ses propos, et ce
serait bien donnée une baffe à elle même pour se redonner un peu de
vitalité, pour se remonter le moral sur ce qu'est sa vie. Et là, tout
cela se fit, mais d'une autre façon.
Ses yeux bleus vinrent croiser à nouveau ceux de l'autre demoiselle qui
semblait en attendre d'avantage, et là, un sourire se dessina sur les
lèvres de Lilith qui conclut ainsi.

"... Ou par la faute du destin ..?"

Bien qu'une certaine hésitation sonnait dans l'énonciation de cette
ligne, ce n'était pas à cause d'un manque de confiance en ce qu'elle
disait. Pour elle, le destin avait certainement joué son rôle dans sa
venue ici, dans cette belle rencontre ...
Elle hésitait plus par timidité que par logique et réflexion, car après
tout, de tels propos ne devaient pas s'entendre souvent d'une femme à
l'autre. Du moins pas d'après ce qu'en pense la barbare elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Mar 2 Aoû 2011 - 18:47

Elle sembla légèrement s'affoler. Elle voulait du temps ? Je lui en revendrai, même si ma nuit de sommeil devait y passer. J'aurais pu, c'est vrai, passer des heures et des journées à l'entendre me parler d'elle. En savoir toujours plus, découvrant au fil des secondes ses désirs, ses buts, ses amis... Tout. Je voulais décliner sa vie, voir chaque reflet de son existence. Pouvoir lui offrir, mieux, pouvoir lui offrir bien plus. Puéril. C'était le mot qui convenait le mieux à mon comportement. Vouloir faire plus. Le mieux est l'ennemi du bien, pourtant j'aurais aimé lui offrir le meilleur, le plus beau, le plus chic rien que pour l'avoir ne serait-ce que quelques instants avec moi, là, dans cette immensité verte.

"Que dire, Je suis partie de chez moi et j'ai fini ici ... Presque par hasard."

Elle était jeune certes mais cela ne l'empêchait pas d'avoir vécu. Surtout si elle avait quitté chez elle. Je n'avais jamais autant appris que lorsque j'avais quitté la petite chaumière au bout du chemin de terre boueux. Même si je n'oubliais pas d'où je venais, la vie n'était pas rien. Même en quelques jours seul, des centaines de choses si infime peuvent arriver. Notre vie est faite de choix. Il suffit de prendre la bonne décision. Pour l'instant, je n'avais pas pris que les bons mais au vu de l'instant présent, je n'avais pas tout perdu. Non. J'avais même gagné. Ressentir ce battement infernal dans ma cage thoracique, vouloir à tout prix prendre soin d'une personne...Aimer tout simplement. Je fixais la jolie dame blonde lorsqu'elle me sourit. Un sourire éclatant, sincère, sans défaut. Le sourire. Celui qui nous réconforte dans les moments de doutes, dans la peine et la douleur, celui qui nous fait rire, celui que l'on chéri.

"... Ou par la faute du destin ..?"

Le destin. Est-ce que ce principe existe vraiment ? J'en doute. Nous ne sommes que ce que nous désirons être. Alors l'intensité de certains actes nous forgent, nous apprennent et c'est alors qu'il nous faut nous décider. Non, le destin n'a pas sa place dans la vie. Le destin n'est rien, juste une affabulation de grand-mère pour mentir, manipuler à leur guise les enfants. Un mensonge si vieux qu'il est à présent inscrit dans notre génétique. Une rencontre et on met cela sur le dos du destin. Un faux pas et c'est la même chose. Alors, au final, le destin c'est nous-même. Je sourit imperceptiblement. Oui, j'étais têtue, et oui, je n'aurais pas laisser passer pareil parole en d'autre condition. Là, il m'était impossible de répliquer. C'était le destin qui portait mon coeur, mon âme et mon être à mille lieu, près des étoiles, au delà des anges.

- Je ne crois pas au destin. Tout est voulu au fond. Mais là n'est pas la question, je doute que tu n'est rien à dire, aucune anecdote de toi-même
, je lui pris la main délicatement espérant qu'elle ne s'offusquerait pas de ce geste affectueux et inconscient. Une jeune femme tel que toi doit bien avoir des choses, des souvenirs...

Je me laissais porter par la lumière dans ses yeux. Je me noyais dans sa crinière doré et je mourrais de plaisir face à ce contact chaud et délicat. Non. Je ne pouvais pas... Pas une femme. Pour la première fois depuis notre rencontre, la réalité m'accablait. J'avais peur face à cette falaise sans fin. Maintenant que j'étais au bord, je ne savais que faire. Sauter vers cette inconnue ou rebrousser chemin pendant qu'il en était encore temps ? Je ne bougeais plus, la peur au ventre, des désirs inavouables en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Ven 12 Aoû 2011 - 14:19

Lorsqu'elle saisit la main de l'archère, avec douceur, Camelle ne se doutait peut être pas qu'elle faisait ce qu'aucun autre n'aurait pu faire jusque là.
Cependant, la mentalité dévoilée la laissait perplexe... Elle ne croyait pas au destin ..? Cela changeait il seulement quelque chose ..? Cela ne changeait peut être rien. Parcequ'elle y croit ou non, s'il existe, l'influence qu'il aura sur sa vie sera la même..
Donc non, ça ne change rien, ce qui rassura la barbare. Elle n'aimait pas les différences importantes de points de vue, ça pouvait entraîner des discussions et des débats désagréables. Et pour le moment, elle était aux anges et ne désirait surtout pas que cela s'arrête ..

Du coup, elle lui répondit avec le sourire qu'elle avait bel et bien des choses à raconter. Et lui proposa d'écouter avec simplicité le résumé intense de son histoire.

Mon père m'aime pas, ma mère ne m'aime plus et mes frères m'ont sans doute déjà oubliée. Je m'amuse donc à vivre de la chasse... Et à trouver de quoi rendre ma vie digne d'intérêt.

Lilith n'était pas douée pour les sous entendus. Mais elle espérait vraiment que celui-ci passe et se fasse comprendre. Elle voulait faire comprendre à Camelle qu'elle était peut-être celle qui rendrait sa vie digne d'intérêt, ou du moins ; que c'est ce que la blonde pensait à cet instant précis.
Mais elle ne l'aurait jamais dit de façon explicite. Bien trop timide sur ce coup. Car bien que plutôt enjouée de nature, elle était bloquée par la forte impression que lui faisait cette femme qui, à ses yeux, était LA femme. La seule, l'unique, pour laquelle elle ressentirait ce que l'on ressent de coutume pour un homme...

Elle lui serra cette main qui tenait la sienne, pas trop fort, juste assez que pour que cela se sache. Elle souriait en coin, et bientôt à pleine dents ; elle venait de croiser à nouveau son regard profond, dont elle désirait s'enivrer.

Elle lui expliqua ensuite comment on traitait les femmes à Brakmar, ce qu'elle faisait d'inintéressant au travers des journées pendants que leurs hommes se battaient et s'amusaient. Une pointe de nostalgie à l'oeil parfois, se mêlant dans le ton de sa voix une petite envie de revoir la neige qu'abritait les montagnes. Car cela lui manquait, et elle commençait à comprendre qu'il lui faudrait bientôt changer d'équipement si elle voulait survivre. Sa tenue, bien que laissant voir clairement sa peau a bien des endroits, est faite de cuirs et de fourrures indignes de la chaleur de ces lieues.

Elle dut d'ailleurs en défaire partiellement le cordage de son corsage (qui n'en était pas vraiment un, à proprement parler) Pour pouvoir respirer de plus confortable façon.

Alors qu'elle défaisait le noeud de ce fameux cordage de sa main libre, elle demanda, avec le ton d'un enfant à l'innocence envoutante ;

Je suis également certaine que tu as des choses a me dire, peu m'importe d'ailleurs à quel sujet ... Ton passé, ton présent, ou même ton avenir ... Je veux tout savoir.

Elle lui souriait, elle désirait réellement tout savoir, s'imprégner au mieux possible de cette personne si belle à la vue, si douce à l'écoute, et tellement sensationnelle au toucher. Une prouesse de Camelle que de faire penser ainsi, la demoiselle ignare qu'était Lilith. Une foule de sentiments s'appropriaient son esprit, telle une drogue dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Dim 21 Aoû 2011 - 13:06

Un sourire illumina ses très doute de jeune femme. Elle avait semblé tiquer sur mes paroles. Les divergences d'opinion ne change en rien les désirs du coeur. Je la sentais si fragile et pourtant si forte et assurée... J'avais envie de la protéger du monde et à la fois, me sentir en sécurité auprès d'elle. La magie opérait. Une magie que personne maitrise, celle de la terre, celle du monde. Une magie si ancienne que personne ne peut vraiment dire d'où elle vient. Belle. Douce et impétueuse. Oh Amour pourquoi une femme ? Pourquoi cette femme? Alors que d'autre la trouverait seulement jolie, moi je lui trouvait bien plus. Elle incarnait la perfection, le juste équilibre pour mon esprit torturé et mon coeur en miette. C'est vrai, elle avait cette beauté simple, pur que je n'avais pas. Cette prestance indéfinissable qui faisait d'elle une personne intouchable. Et si je me trompais ? Et si ce n'était pas la bonne ? Pourquoi souffrir alors qu'il me fallait justement recoller les morceaux ? J'aimais souffrir et cette souffrance était de loin la meilleure qu'il m'ait été donner de subir. Oui, pour la seconde fois de ma vie je subissais. La responsabilité trop grande, le désir trop fort, je me faisais écraser par mes sentiments.

Comme pour me rassurer, sa voix si belle et réconfortante s'empara de mon attention, la détournant des idées noires que je pouvais alors avoir. Je buvais ses paroles, je m'impregnais d'elle à chaque seconde. Nos mains toujours lié se serrèrent dans une tendre étreinte. Alors elle aussi? La respiration accélérant, les yeux brillants. Un tourbillon m'envahit. Des couleurs chaudes, des petits coeurs de tout partout. Je volais sans ailes et je ne pouvais plus voler sans elle. Elle m'expliquait la vie chez elle. Le rejet de sa famille, les femmes dans son clan. Puis, elle porta sa deuxième main au corsage. J'allais faire une syncope si elle continuait. Pourtant, je n'en laissais rien transparaitre a part un sourire nauséeux que j'essayais vainement de camoufler. Elle enleva son cordage gracieusement. Elle.. Elle... J'en perdais le fil de ma pensée. Je perdais tout. Je ne savais plus qui j'étais, ce que j'étais, qu'est-ce que je faisais ici, où je me trouvais. Je savais juste que j'étais en compagnie d'un ange. Un ange tombé du ciel.

Je suis également certaine que tu as des choses a me dire, peu m'importe d'ailleurs à quel sujet ... Ton passé, ton présent, ou même ton avenir ... Je veux tout savoir.

Elle voulait vraiment tout savoir? Et bien, soit. Je lui raconterais tout de A jusqu'à Z. Je voulais qu'elle soit bien en ma compagnie, qu'elle ne parte pas. Ici pour toujours. Entre les fleurs et la petite brise qui soufflait toujours dans les champs de feleth. Seules. Seule et pourtant bien entourée. J'aurais voulu que cela dur des siècles.

-Ma vie n'est pas des plus palpitantes. Elle n'est pas des plus irréprochable. Mon passé? Et bien, j'ai vécu près de Venill avec mes parents adoptifs. Je n'ai jamais eu d'amis parce que... je... Et bien j'ai un drôle de tatouage dans le dos et je suis un peu différente. Les gens n'aiment pas la différence.

Je lui expliquais ma tendre enfance bercé par les contes de Mamo et les sourires de Papo qui pourtant, ne suffisaient pas à mon bonheur. Puis je lui expliquais comment j'étais partit de chez moi pour savoir qui étaient mes vrais parents. Je lui racontais mon apprentissage à Beolan et mes premiers pas dans la magie. Puis que j'étais aller en dessous toujours pour la même quête, ce qui m'avait valu un recrutement dans les rangs de l'Alliance et la vérité sur mes parents. Je lui dit donc ce que j'étais. Une erreur. Un faux pas. Elle ne parut pas troublé, toujours plus absorbé par mon récit.

-Mon présent... Et bien je sillonne ce monde pour savoir pourquoi et qui exactement. Je rend justice, j'ai les mains et les lames tachés de sang. Je sais que... ce n'est pas bien mais..., je me tût. Quant à mon futur...

Je m'approchais d'elle doucement, jusqu'à ce que nos corps se rencontre, toujours la main entrelacée. Dans un mouvement fluide et rapide, je l'embrassais. J'avais la tête qui tournait. Un moment magique, merveilleux. Mon coeur au bord des lèvres, mes lèvres sur les siennes. C'était si fort, si beau. Elle semblait loin et pourtant si près. Douteuse. Je... Avais-je fait quelque chose de mal encore une fois ? Je suis vraiment impardonnable. Qu'on me tue sur le champs si je venais de la froisser... Je ne voulais, ce n'était pas mon but. Je desserrais finalement l'étreinte, les yeux plus brillants encore.

-Voilà comment je conçoit mon futur...


Nos mains ne s'étaient pas lâchés. Je priais pour qu'elle ne me fuis pas. Je... Je l'aimais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Dim 21 Aoû 2011 - 16:27

Camelle Elwhang, ou le changement de direction que prit alors la vie de la chasseuse. Décidée jusque là à ne faire de rencontre qu'elle ne renouvellerai pas. Ici, et maintenant,elle désirait continuer sa route en la bonne compagnie qu'était celle de la magnifique demoiselle. Son coeur battait à tel point que ses poumons durent presque se reculer pour ne pas en subir les divers coups. Son corps fut si proche de celui qui représentait tout intérêt réel qu'elle en perçut le chaleur constamment dégagée, et ses lèvres caressées avec douceur lors d'un baiser deviendraient rapidement le plus beau souvenir que Lilith put concevoir.
Un moment magique, pour de vrai. Cet acte avait autant de puissance que la déclaration de milles personnes mêlées aux cadeaux qui en seraient fait. Ne pas avoir gagné le fameux prix résultat du concours était presque un cadeau, que la chasseuse mettrait en sécurité dans sa mémoire.

Lorsque Camelle se détacha de la barbare, cette dernière ne savait que dire, que faire. Elle était devenue impuissante. Ravagée par un flux de sentiment digne des plus grandes catastrophes naturelles. C'en était affreux tant c'était beau. Les palpitations ressemblaient fort à un tambour de guerre. Calme et régulier, mais prêt à exploser dans le cri malsain d'une bataille. Malsain ..? Dans ce cas-ci, non. Lilith était prête à faire la rencontre d'un destin qu'elle n'avait pas appelé, Prête à aimer envers et contre tout un femme.D'accord, c'était aussi étrange qu'agréable.

La jeune femme blonde et grande ne put s'empêcher d'en redemander d'un regard suppliant. Les sourcils légèrement en retrait, la bouche entre ouverte. Tout y était pour faire comprendre qu'elle était désormais en manque dès le premier essai. C'était plutôt fort, très dur. Un genre de piège. Auquel on prend pourtant plaisir. Comme une musique qui fait pleurer lorsque l'on témoigne de ses dernières notes. Lilith se promit de toute faire pour que celles ci n'arrivent jamais, il ne le fallait pas, la musique devait continuer, tant qu'elle n'avait pas atteint son crescendo. D'une voix timide,donc ; Elle se permit de dire.

Je ...

Elle tentait pour le moins, troublée. Les mots voulaient sortir mais n'y arrivaient pas. Et pourtant vous verrez à quel point ce qui sera dit était simple. On ne peut plus simple. Il fallait bien rappeler que Lilith était simple, sous tout rapports. Mais jusqu'ici ceci ne lui aura porté que de gros préjudices. Ce qui semblait être le contraire à cet instant. Elle serrait légèrement plus fort mais toujours avec douceur les doigts qui se tenaient entre les siens. Là, enfin, elle sourit, après avoir fait un geste de la tête pour remettre ces cheveux en place. Ce qui n'eut pas fonctionné..

Tu voudrais bien partir avec moi ..?

Voilà, c'était demandé. Tous les désirs d'une vie réunis en une simple question, les yeux de la fille qui implorait cette compagnie on ne peut plus charismatique voyait ses yeux briller d'une jouissance presque pathétique. Elle en voulait tant. Elle en voulait plus.

Lili souriait, attendant avec impatience la réponse de Camelle, dont elle entendait le souffle se ralentir, retrouvant peut-être son calme. Qui sait que la voix douce qui était tant désirée placerait des mots digne d'un simple oui ..? Qui sait que Camelle en demanderait même d'avantage ..? Qui sait que les dieux accompagnaient là la chasseuse ..? Qui sait.. tout simplement ..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Ven 26 Aoû 2011 - 10:24

♥♫

Au paradis. Parmi les anges dont le plus beau se trouvait devant moi. J'avais envie de rester là pendant des heures, la contempler, sans un mot. Les yeux parlaient d'eux même. Un moment si beau. Un moment infini. Le seul moment de bonheur depuis longtemps. Un silence emplit de chaleur. Je lui ouvrais mon coeur. Je lui offrais la clef. Mes yeux plongé dans les siens voulaient surement dire des milliers de je t'aime, des mots inavouables, tant de chose que seul aucune parole pouvait retransmettre. Je voulais l'aimer plus fort que le monde, nous rendre indestructible. J'avais tout oublié. Pourquoi j'étais là, ce que je cherchais, ce que je voulais faire de ma vie. Tout. Elle m'avait ensorcelé, fait de moi quelqu'un de...bien. Elle en redemandait, je ne pouvais offrir plus, toujours dans ma contemplation gênée. Je ne voulais pas précipiter les choses. Je...

Mon coeur était broyée. Si lourd, serré. Jamais pareil sentiment ne m'avait envahit. Jamais aussi fort, jamais aussi grand. Je la voulais auprès de moi jusqu'à la fin de ma vie. Je la voulais près de moi même après la mort. Rien ne pouvait nous séparer. Ce moment serais à jamais gravé dans ma mémoire. Celui où dans ma main s'entrelaçaient les doigts de la personne que j'avais le plus désirée. Elle m'apaisait. Elle était celle qui me calmerais, celle en qui je pouvais compter. Aime moi plus fort que le soleil embrase le ciel. Je ne voulais pas que ça finisse, pourtant, je voulais qu'elle rompe le silence. Je ne pouvais pas parler, la gorge trop serrée. Non pas parce que j'étais triste... Mais parce qu'en ce jour, je revivais. Mon coeur battait de nouveau pour quelque chose. Il battait pour elle. Je n'étais plus seule. Heureuse. Je ne pouvais que l'admirer comme si, quand je la toucherais, tout cela ne m'apparaitrait comme un rêve. Un rêve si doux.

Tu voudrais bien partir avec moi ..?

Un sourire franc apparut sur mon visage. Le premier depuis longtemps. Ce fut trop. Une larme roula sur ma joue. Une larme de bonheur. Je voulais dire oui... Mais qu'est-ce que cela entrainerai ? Je m'aventurais dans un terrain à l'aveuglette. Je ne connaissais rien. J'avais envie de lui faire confiance. Pourtant je savais que le bonheur n'a qu'un temps. Il me faudrait un jour la quitter, c'était inévitable. Si je le faisais maintenant, je briserais mon coeur et le sien. Je... J'étais perdue. J'avais des obligations mais je la voulais. Pourquoi la vie était-elle faite de choix? Je me refusais à choisir celui là. Les larmes roulèrent de nouveau. J'étais triste, je ne voulais pas que ça s'arrête. Un rêve éternel. Lui dire oui serais lui mentir, dire non serait me mentir. Impasse. La raison me dictait me non et le coeur oui. Mon coeur. Il était déjà corrompu, je venais de lui offrir. Je n'avais pas fait tout ça pour rien. Pourquoi avoir sauté si c'était pour demander de me sauver après?

-Laisse moi jusqu'à l'aube pour te répondre. Laisse moi faire de toi ma reine cette nuit. Je ne peux décider... C'est...trop dur.


A ces mots, je l'attrapais par la taille. Le vent soufflait doucement, caressant nos corps ivre d'amour. Mes lèvres se collèrent aux siennes une nouvelle fois. J'aurais voulu lui chuchoter un je t'aime. Je ne voulais rien regretter. Le soleil se déclinait dans une palette d'or, la lune commençait à être visible. Faites que cette nuit dure des heures, faites que je ne lui brise pas le coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Mar 6 Sep 2011 - 17:46

Personne ne put expliquer ce que la barbare ressentait à cet instant. Et elle-même encore moins. Elle se laissait embrasser par la magnifique demoiselle. Ses lèvres n'auront d'ailleurs jamais aussi bien servis, pensa-t-elle. Elle en oublia presque tout ce qui eut précédés, leur discussion y compris. Elle ne savait quand ce baiser terminait. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle s'en fichait. Elle criait dans sa tête qu'il fallait en profiter le temps que ça durait. Qu'il fallait prolonger tout plaisir. Finalement, tout cela n'était qu'une danse dont chaque mouvement comptait. Un danse qui contrairement aux autres, guidait la musique. Leurs coeurs ralentissaient dans leurs cris, tout comme ils accéléraient, aléatoirement et en symbiose. Des mouvements calculés, inconsciemment, à la seconde près. Elles n'étaient pas si loin de la foule criant à la victoire du gagnant, remportant le lot, ces deux demoiselles. Elles auraient d'ailleurs entendu les cris de joie poussés à en détruire les tympans du commun des mortels ... Si elles n'étaient pas si concentrées à leur activité qui sera sans nulle doutes leur favorite.
Alors qu'habituellement, ce bruit étrange que faisaient les embrassades passionnées, celui des lèvres qui se décollent pour aussitôt se réunir, lui, dérangeait presque la chasseuse. Elle pensait alors que les personnes en couple le faisaient exprès pour crier aux gens seuls qu'ils étaient sans doutes trop mauvais que pour trouver qui que ce soit pour leur porter attention..
Mais Lilith comprenait tout, à cet instant. Ce bruit, c'était un genre de mémotechnique. Ce bruit, il restera à vie dans ses pensées, comme étant celui résultant du doux contact entre ses lèvres et celles de Camelle Elwhang. La plus belle et intéressante femme de ce bas monde.

A cet instant où leurs lèvres se séparaient enfin pour de bon, elle pu d'ailleurs constater la chose. Le fameux son résonnait au plus profond de son âme. Elle y avait d'or et déjà prit goût.
Elle gardait l'une des mains de Camelle, en lui proposant, d'un voix douce et terminant par un baiser furtivement posé sur ses lèvres dont elle se permettrait de rêver, de la suivre. Le soleil couchant, illuminant le ciel d'un rose étrangement appréciable, laisser le décor jouir d'une ambiance particulièrement agréable. Noyant tous les démons dignes des esprits tristes dans un flot de bonheur. Celui-ci avait commencé à inonder le coeur de la chasseuse et ce avec brio. Résultat ? Elle rougissait sans vergogne et balançait le bras de sa belle en même temps que le sien, alors qu'elle la tirait dans des coins plus tranquilles, au beau milieu d'un champ dont les pousses de blés atteignaient leurs tours de tailles pour frôler leur hanches.
Là, Dans un grand fracas dont personne ne pouvait plus se plaindre, la voyageuse fit tomber tout son attirail ; sac, arme et carquois au sol, avant d'embrasser de façon bien plus prononcée la demoiselle qui se tenait face à elle.

Cela avant de dire, avec une voix désireuse d'aventures dont seul le coeur peut comprendre le sens.

Rien n'est réellement compliqué. C'est l'humain qui, rattaché à de stupides principes, se complique la vie.

Un temps de pause, alors qu'elle se permit de rire sans réelle raison, avant de reprendre.

Et je ne veux pas être ta reine. Mais ta courtisane, à plein temps et de bon coeur...

Elle n'avait jamais rencontrée de courtisane. Elle savait juste que ces femmes étaient réputées dans tout Feleth pour avoir charmé tout les êtres de Madorass. Qu'elles marchaient avec grâce, et qu'un seul de leurs clins d'oeil leurs rapportaient tout l'or du monde. Ses frères guerriers avaient droit de s'en aller dans la fameuse cité une fois leur majorité acquise pour faire leurs connaissance. Aucun n'était revenu déçu.
Cela avait suffit à Lilith pour avoir un jour désiré en être une.
Car ces femmes, en plus d'avoir un charme sans pareilles, étaient riches et expérimentées, réputées courageuses et dangereuses envers les hommes. Sans compter le fait qu'elles n'avaient pas d'attaches suffisantes que pour leur faire du mal.

Bref, Lilith désirait en être une. Mais elle désirait changer la donne en n'appartenant qu'à une personne, qu'elle aimait. Car l'amour était un luxe auquel on n'a pas réellement droit en tant que femme courtisane. Elle voulait donc aimer, pour être l'incarnation de la perfection qu'elle s'imaginait depuis longtemps. Une femme libre de tout pouvoir masculin, et qui aura choisie sa destinée. Tout en étant ensuite libre de la suivre jusqu'au bout du monde..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Camelle Elwhang

♘ | Elh

________________

avatar
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Archère.
Métier : Intendante de l'Alliance- Assassin perdue.
Croyances : Déesse de l'Equinoxe.
Groupe : Alliance- Alliance des Ombres.

Âge : 23 ans.

Messages : 542

Fiche de Personnage : Ne clique pas

Histoire de Personnage : "L'Ambition est née de rêves brisés":
- Diffusion
-Proposition



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Jeu 29 Sep 2011 - 16:36

Sa voix était bien plus belle que du cristal. Plus forte, plus douce. Intense. Si je devais décrire Lilith, ce serait bien ce mot que j'emploierais. Elle était si belle dans les rayons couchants... Ses cheveux d’or se paraient de rubis flamboyant, ses yeux s’illuminaient en deux éclats magnifique. Elle était la plus belle de ce paysage. Ses joues rougissaient, émue. Elle était bien plus touchante qu’un homme, plus gracieuse. Je l’aimais comme jamais je n’avais aimé… Était-ce un mal ? Était-ce répressible ? Surement non. D’ailleurs ce qui m’étonnais c’était sa solitude. Elle était pourtant charmante et son physique n’était pas pour déplaire si l’on faisait abstraction de la fourrure et du sang séché. Je la restais muette, l’observant avec admiration. Elle ressemblait à une déesse. Une beauté sauvage, un amour passionnée. J’étais jeune, au fond savais-je ce qu’était l’amour ? Oui je le savais… Je voulais lui offrir mon cœur à cette femme, je voulais lui donner la possibilité de me faire mal. J’avais déjà mal. Je ne savais pas quoi faire, je ne savais quoi lui répondre. Un oui et je serais comblée certes mais elle, j’en doute. Ma vie ressemblait à un énorme champs de bataille et j’étais souvent à des colères inexpliquée ou des sentiments contradictoires… Et puis mon métier était dangereux. Je ne voulais pas que, si jamais je tombais dans un combat, qu’elle pleurs, qu’elle s’effondre pour moi. Je n’en valais pas la peine.

Et la nuit déchantait
Et nos cœurs enchantés
Naissait ce sourire
Au doux son d’une lyre
Nous nous aimions,
Nous nous voulions.
Saoulé de cette vie
Délectation, douce envie
Et de deux corps emmêlés
Un seul fut formé
Oh Bel Astre !
Garde ce secret pour toi
Et les nuits rappelle toi
Que celle-ci fut la plus belle,
Que celle-ci fut celle de Lilith et Camelle.

Le jour se levait. La nature se réveillé doucement, dans un bruissement de brise, dans les pas d’un petit animal. Mes yeux s’ouvrirent. Lilith dormait encore, un sourire attendrit sur les lèvres. Prenant une inspiration, je me levais sans faire le moindre bruit. Nous nous étions légèrement enfoncées dans un bosquet, il me fallut quelques minutes pour l’en souvenir et sortir enfin de notre lit de fortune. Je revenais sur la plaine qui, le jour d’avant avait accueillit le concours. Mais les choses avaient pris une drôle de tournure… J’étais troublée, partagée entre l’envie et le devoir. Pour la première fois de ma vie, j’avais un choix à faire. Je fixait l’Est, regardant l’astre rouge s’élever peu à peu. Concentrée sur l’horizon, la respiration lente. Une larme roula sur ma joue, ma décision était prise. Je regardais le sol, attrapant une affiche. Je retournais à notre campement. Elle dormait encore… Tant mieux, les choses seront plus facile. Elle ne comprendrait certainement pas, je lui briserais le cœur mais au fond de moi, je garderais son visage, son amour. Et les larmes sortirent. Je ne pu les retenir. Je pleurais silencieusement, griffonnant sur le papier de ma main tremblante un message.

‘Ma tendre Lilith,
Je suis partie, ne me cherche pas. Oublies moi, fais ta vie, je me suis trompée…Je Si j’avais su, je n’aurais rien fait. Je ne t’aurais même pas parlé. Excuse moi si je brise ton cœur par ces quelques mots mais ce n’était pas maintenant, ça aurait été demain. Puis qu’aurions nous fait ensemble ? Bref, prend soin de toi… ‘

Je laissais près de la lettre tachée par mes pleurs mon collier, celui dont je ne me serais jamais séparée. Parce oui, je l’aimais, j’aurais voulu faire ma vie avec elle mais c’était impossible. Je déposais le tout à ma place, lançant un dernier regard à la Belle Barbare. Mes lèvres bougèrent dans un je t’aime muet. Il était temps pour moi de partir. Dans un jour naissant, je laissais derrière moi la seule chose à laquelle je tenais, qu’on ne pourrait jamais enlever. Et sa voix résonnait comme une mélodie dans ma tête.

Non, je ne l’oublierais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lilith Cleys



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Barbare
Métier : Chasseur
Croyances : Déesse de l'Equinoxe
Âge : 23 ans

Messages : 65


MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   Dim 9 Oct 2011 - 23:28

Celà devait faire quoi .. Cinq minutes ? Mais la perte de chaleur engendrée par l'absence de la magnifique rencontre faite la veille eut raison du confortable sommeil de la chasseuse. Celle ci s'empressa donc de se réveilla, le coeur battant la chamade, tandis qu'elle saisit une lettre dont elle ne comprit rien. Ces lettres, ces mots.. Etaient incompréhensibles. De simples larmes ponctuaient la lettre. Des larmes, un collier comme unique souvenirs et une absence des plus présente. C'était un au revoir... Ou peut être même un adieu. Mais cela ne se pouvait. Lilith ne pouvait s'y résoudre. Dans un semblant de vaillance, presque de colère, envers ce monde et ce destin qu'elle aurait préféré donner à d'autres, elle rangeait son paquetage, perdant de précieux instants. Tout cela fait et avec une respiration haletante, elle se mit à courir, en suivant ses traces. Très complexe d'ailleurs.Le terrain vallonné des alentours empêchaient la jeune femme d'apercevoir à grande distance, et les traces étaient soit gâchées par l'humidité nécessitée par les champs, soit cachées par ces derniers. Mais la jeune femme étant libre de tout horaires, elle se décida a ne pas baisser les bras. Elle avait tout le temps qu'il faudrait pour recroiser ce regard et voir si oui ou non, ce dernier serait réellement motivé à la laisser.

Lilith aurait crié au monde l'amour qu'elle lui inspirait si jamais il fut quelqu'un pour l'entendre, elle aurait rejoint sa cause pour se rapprocher d'elle, si elle en eut une, elle lui aurait tout offert, si cela l'aurait attachée.. Elle était réellement prête à tout sacrifices, quels qu'ils soient.

La barbare avait enfin trouvé la bonne trace. Le bon chemin. Apparemment, Camelle s'en était allée dans une démarche habile. Silencieuse et rapide. Sans doute ne veut elle pas être rattrapée. Mais Lilith n'était pas du genre à laisser fuir ce qui lui est important sans autre forme de procès. Elle suivit donc l'espacement entre les brins de semence provoqué par la fuite de sa belle, sentant sur sa joue percer des larmes ayant pour prétexte l'agression du vent dans ses yeux.

Elle était en manque de cette jeune femme, de son odeur, de sa douceur. Elle se sentait investie de la mission qui était de la rendre heureuse. Elle courait donc comme jamais elle n'eut courue, aussi vite et sauvagement que la noblesse viking. Jamais femme aussi athlétique n'aura existé. Sans doute fut ce la raison pour laquelle, devant elle, à plusieurs centaines de mètres, elle reconnu la silhouette de celle qu'elle désirait plus que toute autre.

Le collier serré en main, elle continuait de courir ; criant.

Attends !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Grandes étendues-