''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Karin Ysomel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Karin Yzomel



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Forgeron
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 21

Messages : 6


MessageSujet: Karin Ysomel   Mar 7 Juin 2011 - 22:20

* * *

Personnage




Nom : Yzomel
Prénom : Karin
Rang : Rose E mpoisonnée



Âge : 21 ans
Sexe : Femme

Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Forgeron
Croyances : Aucune

Groupe : Seule et solitaire, tel une louve égarée dans un monde dont elle ne connait pas le sens ~ (j'ai vu que c'était déconseillé, mais malheureusement, les autres groupes ne conviennent pas à son caractère, déjà bien construit dans mon esprit... s: Mais s'il y en a vraiment trop, je changerai, sans problème).

Équipement :
- Karin possède deux épées longues, forgées par ses soins, qu'elle porte à chaque main. Elle possède aussi une arme, qu'elle porte moins souvent, qui se trouve être une immense chaînes faîte d'un métal dont elle seule à le secret. Toutes ses armes, sont '' maléficiées '' et dotées d'un pouvoir qu'elle transmet à celles-ci. Mais, une fois la rune inscrit dans l'arme, elle n'en a plus ( ou presque plus ) le contrôle. La lame devient donc maudite.

Talents de combat :

- Karin est dotée une grande agilité, ce qui lui permet d'esquiver et de contre-attaquer avec une vitesse foudroyante. Cependant, l'esquive n'est toujours pas au rendez-vous, et peut lui faire défaut à n'importe quel moment. Elle reste une guerrière redoutable.


Talents de magie :
- Elle ne possède pas de magie au sens propre du terme, mais donner des caractéristiques magiques à des objet, elle le peut. Par cela j'entends enchanter ou '' maléficier '' n'importe quel objet. Cependant, cet art magique, demande beaucoup de temps, d'énergie, et pour les aspects les plus puissants, de composants. Enchanter une arme, se fait après sa création. L'enchantement est commun, et peut être enlevé de l'arme, ou changé. Ce n'est pas le cas des maléfices, qui eux sont insufflés à la lame, ou tout autre chose, pendant la création. L'objet possède donc à présent une volonté propre, bien qu'on ne parle pas de ''vie''. L'objet crée est dit '' maudit '', de plus, la malediction reste ancrée dans l'objet, elle ne peut être retirée, à moins de casser l'objet en question. Dotée d'une volonté, le dit objet, vous le comprenez bien, ne se laissera pas détruire aussi facilement. C'est pour cela qu'il est très dangereux de pratiquer ce genre de magie. Elle est à double tranchant, et peut très bien se retourner contre son utilisateur.


Talents divers :
- Le...Charme? xD Elle danse et dessine magnifiquement bien. Cependant, ces talents '' cachés '' tiennent à le rester.

Pouvoirs particuliers : Hum. Des pouvoirs... Non, à part l'art du combat, la non-sympathie, et la manipulation, je ne vois pas grand chose 8D

Apparence physique :

Karin a 21 ans. Pour son âge, sa taille est respectable, puisqu'elle s'approche du mètre soixante-douze. Son corps svelte doté de formes admirables lui valent le regard de plus d'un, et ceci l'exalte considérablement. Ses cheveux roux retombent allègrement au niveau de ses hanches, mis à part le dégradé, qui encadre son visage encore enfantin. Ses yeux vifs, d'une couleur vert claire, sont attentifs et scrutent chaque coins et recoins des détails avoisinants. La vampirette s'habille généralement de cuir, qui souvent reste une tenue provocante, un temps soit peu dénudée. Autant dire que le combat dans cet habit là n'est pas vraiment raisonnable, mais celui-ci se présente sans que l'on ait le temps de décider quoi que que ce soit... De plus, les combats sont vite engagés avec cette demoiselle. Pour le sang, la plupart du temps. C'est tout un art, de dérober ce liquide si vital, vous savez? S'approcher d'une proie est particulièrement difficile, pour commencer, la nuit se doit d'être au rendez-vous. Un simple sourire? Vous êtes démasqué(e). Le plus simple serait de se désaltérer dans le sommeil paisible des personnes. Cependant, la jeune femme n'utilise pas ce procédé. Trop lâche, certainement. Lorsque vous êtes arrivé(e)s à ce stade qu'est le cou, la propreté est aussi de mise. Il se doit de bloquer la jugulaire entre ses crocs, pour ne pas laisser à la moindre goutte de sang s'en échapper. Le rouge fait partie de ses couleurs préférées. Logique, me direz-vous, d'ailleurs, tout autant que le noir. L'obscurité est une de ses plus fidèles amies, celle en qui elle peut toujours avoir confiance. C'est d'ailleurs en passant toute sa vie dans les endroits les plus sombre, que l'on devient comme Karin, une vraie poupée de porcelaine. Sa peau lisse ne fait qu'accentuer ce sentiment. Son teint de neige, contraste nettement avec l'éclat de ses cheveux, ce qui crée une certaine impression de luminosité, même recouverte du manteau noir de l'obscurité.


Caractère, personnalité :


Karin est une jeune femme impulsive. Elle peut prendre des décisions importantes en prenant en compte seulement de ce qui lui fait envie sur le moment. Une envie de sang impulsive? Il n'y a qu'à se servir. Ce ne sont pas les humains qui manquent, dans les parages. Souvent on lui disait de ne pas s'amuser avec la nourriture. Jeune, elle riait avec ce genre de propos, toutefois tout à fait sérieux de ses tuteurs. Maintenant, elle n'est plus trop d'accord avec ce principe. Elle n'est bien sûr pas rendue à se lier d'amitié avec cette dite nourriture, mais, tout de même. Elle a plus de relations avec les humains que eux-même avec leur bétail ! Ils sont plus que de la simple nourriture. Oui. Ils sont toute une partie de chasse à eux tous seuls. Un amusement certain, pour un plaisir assuré...
Étant vampire, elle n'est pas une personne à provoquer, vous en conviendrez... De plus, elle possède un égo sur dimensionné, l'attaquer par paroles sur n'importe quel sujet que ce soit reviendrait à lui déclarer un défi. Même les paroles les plus simples sur le physique, l'apparence, risquerait de l'enflammer, tel un éclair s'abattant sur une meule de foin. Au quel cas, avancer son déjeuner est une chose qu'elle peut faire aisément. Cela dit, elle aimerait garder sa véritable identité secrète, elle décide donc de remédier à l'affront qui lui a été fait d'une manière à ce que personne ne puisse la remarquer, et faire passer cette disparition comme … accidentelle? Karin ne vit pas avec ses semblables, dans les plateaux de Lune. Pas que le soleil l'attire plus qu'un autre vampire, mais la solitude lui plait davantage. De plus , jouer avec des petits humains à avoir une vie comme eux est très divertissant. Enfin. Presque, comme eux. Il est vrai que suivre pas à pas leur vie devint lassant, toujours les mêmes choses, toujours les mêmes actions, la même routine tous les jours, quoi. Ils sont à la fois intéressants et ennuyants. L'aspect lunatique de la jeune vampire décidera de lui même comment elle vous jugera. C'est certes injuste, mais c'est comme cela, et, têtue comme jamais, elle ne changera pas de si tôt. Il est vrai que Karin a un esprit assez libertaire, elle fait ce qui lui plaît quand ça lui chante, et à n'importe quel prix. D'ailleurs, ceci lui apportera pas mal de problèmes plus tard, certainement. Elle le sait, mais n'en a cure pour le moment... elle regrettera le temps venu.
Des sentiments? Cette jeune vampire, fait primer sa soif de sang, et le plaisir que lui procure la chasse qu'elle mène pour goûter au liquide vital d'un être vivant. Plus de plaisir encore quand elle sait que la victime est morte en sursis, qu'elle a gagné. Plus encore quand elle enfonce ses crocs dans la gorge du pauvre être. En parlant de ce dernier. Uniquement des hommes. Mordre des femmes lui inspire un certain dégoût. Elle ne le fera que si elle n'as vraiment pas le choix. Et celui-ci, elle l'obtient plutôt aisément. Dans sa courte vie, elle n'a jamais été déçue ni n'est allée contre sa propre volonté. Elle a toujours obtenu ce qu'elle désirait. Toutefois... N'oublions pas que cette '' frêle gamine '' se trouvant encore dans l'enfance la plus totale, n'est autre qu'une lame noire. Une guerrière farouche qui jamais n'abandonnera, jamais ne se montrera lâche en aucune circonstance que ce soit. L'honneur, l'honneur, et encore l'honneur, toujours l'honneur, et une haute estime de soi. Beaucoup trop développée d'ailleurs, chez Karin.
En résumé, si vous la croisez, peu de chance qu'elle vous apprécie,et ne venez en aucun cas à l'heure du goûter.


Histoire :
Ses parents? Un vague souvenir. Son enfance? Indésirable. Son passé? Oublié depuis longtemps.

Alan avançait d'une allure lente, le pas traînant, la tête baissée, fatigué de ce que sa pauvre existence pouvait lui apporter. Il porta sa main, noire à force de travail acharné à manier des outils à longueur de journée, jusqu'à son cou, trempé de sueur. Le soleil s'estompait dans le lointain horizon, comme s'atténue la force d'un homme à la fin de sa vie. Le pauvre homme se comparait à ce soleil couchant, faiblissant au fil des minutes, des heures. Puis disparaissant entièrement...


« Tout finit afin que tout recommence, tout meurt afin que tout vive »

Le soleil, après une nuit d'absence, reviendra, plus chatoyant encore. Tel est la vie.
Il s'arrêta, mit sa main en guise de visière, scrutant le magnifique coucher de soleil avec attention. Est-ce cela la mort? Magnifique? Celle qui nous attends tous au bout de chemin, serait-elle comme se coucher de soleil? Reposant, coloré, laissant sans voix? Un petit cris retentit, un tantinet plus loin, vers le bas. Il baissa ses yeux, et eut un cri de stupeur, suivit d'un immédiat mouvement de recul. Une femme était étendue sur le sol, baignant dans une large mare de sang. Il s'était comme figé, ne ressentait plus aucun de ses membres. Il était paralysé de frayeur. Ne pouvant plus faire aucun geste que ce soit, ses yeux, figés eux aussi sur la terrible scène. Non, c'est cela, la mort... Triste, ignoble, horrible,... L'habit couleur prune que portait la victime remuait doucement. Alan retrouva le contrôle de ses vieux membres, à qui l'ont avait comme, ré insufflés la force de se mouvoir. Il s'agenouilla près de la femme, et découvre entre ses bras, recouvert d'une cape rouge sang, un enfant, aux étranges yeux verts. Il ne pouvait pas le laisser là. ''La'' laisser là, pour être exact. Il prit la petite fille dans ses bras. Alan n'avait jamais eu d'enfant, sa femme était dans l'impossibilité de procréer, et cela chagrinait terriblement le couple. Mais cette petite était comme tombée du ciel, pour ce couple plus que malheureux. Peut-être est-est-ce la mère allongée, corps sans vie, sur la route? Très certainement. Alan lui jeta un dernier regard, ses cheveux rougeoyants, l'expression figée sur la terreur, les vêtements, imbibés de son sang, ses mains fines, jusqu'à lors protégeant son enfant. Son autre main était étendue, sur le côté, appuyée sur un énorme livre. Sourcils froncés, l'homme le ramassa, perplexe. L'enfant commençait à pleurer, d'un pleur cristallin et léger. Alan prit le livre sous le bras, prit la cape, entourant aussi bien que mal l'enfant, afin qu'il n'eut pas froid, puis reprit la route pour chez lui.

À son retour, sa femme lui posa mille et une questions, auxquelles il s'empressait de répondre. Étant paysans, la difficulté à nourrir l'enfant est amoindrie si les parents adoptifs consentaient à donner un peu de leur part. Ce qu'ils firent, évidemment. Les jours qui suivirent furent orageux, sans qu'aucun rayon de soleil ne perce les sombres nuages. Alan et Solène n'arrivait pas à nourrir la petite fille. Elle refusait le lait que lui donnait sa mère adoptive. La petite devenait de plus en plus faible. Son teint plus que blanc, ses yeux d'un vert brillant, Alan et sa femme pensaient qu'elle était atteinte d'une maladie inconnue jusqu'à lors. Un matin, alors que la petite était dans son berceau de bois, qui était lui-même juxtaposé à la fenêtre, les faibles rayons du soleil allèrent se cogner contre la peau de l'enfant, qui hurla, de toutes ses forces. Ses parents accoururent, alertés par ce cris, sa mère la prit dans ses bras, inquiète pour la petite. Son petit visage était crispé par la douleur, dévoilant ses deux petits crocs. Des larmes perlèrent le long de ses joues, pâles comme la neige. Solène, horrifiée, la reposa dans le berceau, à la lumière du soleil, l'enfant hurlait à plein poumon.
« Alan ! Le savais-tu? Cet enfant, est l'enfant des démons ! C'est un démon ! Il faut la supprimer, ou c'est elle qui nous supprimera, une fois devenue un monstre ! »
Alan poussa sa femme sur le côté, et tira le berceau, revenu à l'ombre. Lui, était resté calme, face à la terrible situation qui se présentait à lui.
« ALAN ! LE SAVAIS-TU?
- Non. Je ne savais pas.
- Il faut s'en débarrasser ALAN !
- Tuerais-tu cet être sans défense, que tu considérais être ta fille il y a peu, si je ne t'en empêchais pas ?
- Oui. Sans nul doute, car il en va de notre vie à tous les deux ! Tu entends ?! Notre vie à TOUS LES DEUX !
- Alors pars.
-Qu... Allan...
Solène, pleurait elle aussi, à présent. La réaction de son mari, l'homme qu'elle aimait, et ce, depuis toujours, lui était plus qu'insupportable. Ses larmes coulaient à flot, tellement la tristesse s'était emparée d'elle. Elle courut jusqu'à sa chambre. LEUR chambre. Les larmes coulèrent de plus belle.
Sa fille, car il la considérait comme telle, était un vampire. Solène désirait plus que tout un enfant, quel qu'en soit les prix. Elle vient de le refuser, et désire même le supprimer. Alan ne pouvait se résigner à tuer un enfant qu'il avait décidé d'adopter. Tuer était contre sa nature même.
Solène était resté une lune, puis était partie, ayant toute la tristesse du monde sur les épaules. Elle avait bien entendu pris de quoi survivre convenablement en ville.

Karin avait à présent dix ans. Sa mère biologique l'avait nommée ainsi. Il l'a su grâce au livre, qui raconte l'histoire de la famille depuis des générations, jusqu'à la naissance et les premiers mois de la petite Karin.
Il était à présent tard dans la nuit, et la jeune fille se réveillait en sursaut, son ventre grognant de faim. Elle se leva, puis se dirigea vers la chambre de son père, endormi à cette heure tardive. Elle s'allongea près de lui, posant sa tête sur son épaule large.

« Papaaaaaa, j'ai faim.
- … Puce, il se fait tard...
- Mais papa, j'suis pas fatiguée moi...
- Et bien, essaye de te rendormir. »

Elle resta allongée quelques temps auprès de son père, quand un léger bruit, cyclique, attira son attention. Une odeur prononcée, l'attirait tout autant. Le cou de son père se trouvait à quelques pouces plus loin. Elle déposa sa tête près de celui-ci, puis écouta. Quelque chose faisait qu'elle avait envie de planter ses crocs là, dans cette chair, qui battait faiblement au rythme du cœur... Une envie... irrésistible se présenta à elle, une envie, une pulsion qu'elle ne pouvait stopper.

Elle se réveilla ce matin là, et, étrangement, se sentait bien. Très bien, même. Elle s'étira, tel un félin, puis posa sa main sur le côté. Elle l'enleva aussitôt. Elle tourna la tête, puis découvrit avec horreur, à côté d'elle, le cadavre de son père, ainsi que son sang coagulé près de son cou.

Pendant cinq jours durant, Morphée l'avait rejetée, l'abandonnant dans les méandres de l'incompréhension. Elle pleurait, pleurait, et déversait ses larmes encore et encore, jusqu'à ce qu'elle tombe de sommeil. Pourquoi avait-elle fait cela? Elle connaissait sa nature de vampire. Mais étant très jeune, se contrôler restait une chose trop difficile, pour elle, mais cela, elle ne le savait pas encore.

Ne pouvant rester chez elle, elle prit le gros livre de sa mère biologique, et l'argent de son père, afin de pouvoir vivre. Elle ne peut rester ici. L' ''accident'' devrait être oublié. Oui. Oublié. Plus jamais y repenser, jamais. Elle fuit. Le plus loin possible de ce cauchemar, courut, des heures et des heures, fuyant autant ce qu'elle a fait que ce qu'elle est. Elle veut enterrer ce besoin de sang. L'enterrer, au plus profond d'elle-même. Elle conviendra très vite que c'est impossible, elle tua chaque humain qui se trouvait sur sa route, le vidant de son sang..Elle errait sur les routes, tel un fantôme sans vie, sans but, sans rêve.

Parcourant autant de lieues, la nuit, elle fit des rencontres pour le moins curieuses, comme par exemple d'un forgeron ''itinérant'' qui décida de devenir son maître forgeron. En le rencontrant, elle avait essayé de le mordre, mais en vain, il était beaucoup trop fort, même face à une vampire. Il était spécial. Il avait recours à des technique de forge que seul lui connaissait. Il avait des matériaux uniques qu'il avait trouvé le long de ses périples. Il fit don de toutes ses découvertes à Karin. De plus, remarquant que Karin avait des capacités magiques de bases, il allait les développer. Il lui apprit à enchanter, tout d'abord, puis ''maléficier''. Cet art dangereux, lui expliquait-il, n'est pas donné à tout le monde, mais toi, tu en possèdes toutes les capacités, et même plus encore, toi, tu vas donner vie au objets disait-il, en riant. Cet humble forgeron n'était plus vraiment que cela, il était aussi devenu un parent. Le père qu'elle a perdu. Elle avait remarqué qu'il se déplaçait comme elle, la nuit, son teint pâle , et qu'il ne semblait pas manger avec appétit les différents aliments des humains. Vint un jour où il lui révélait sa vraie nature. La même que Karin. Un vampire. Un vampire, qui se contrôlait, qui réussit à s'introduire dans une société tout en réalisant son rêve de forgeron. Les autres vampires ne l'intéressait pas. Il apprit à Karin comment se comporter, comment agir face aux humains. Quelles codes d'éthique suivre. Elle s'améliora grandement en ce sens.

Il l'accompagnait tout le temps sur les routes, et retournait à sa forge de temps à autre, dans son village, pour créer ses armes et armures d'exception. Il l'accompagna comme cela encore dix longues années, avant de mourir, à cause de la magie qu'il magnait, qui s'est retourné contre lui. Le maléfice qu'il avait introduit dans la lame qu'il forgeait était trop puissant, et dès qu'il magnât l' arme, il s'effondra, mort, sur le sol.

Karin replongea encore une fois dans le désespoir, dans la solitude. C'est la rage, à présent, qui prenait le contrôle d'elle-même. Elle devenait agressive, tuait les humains, pour leur sang, ou parfois, juste pour le plaisir de les voir souffrir avant de crever, tels des moins que rien, dans des situations les plus horribles qui soit. Elle portait à son côté droit la lame du forgeron. S'il lui avait appris à en forger, il lui avait aussi appris à s'en servir. Elle magnait les armes avec une technique bien à elle. Étant très souple, l'adresse était sa principale force. Elle usait de toutes lames avec perfection. Elle sait manipuler toutes autres armes ( étant forgeron, elle s'entraîne avec les armes qu'elle crée, et juge de ses prochaines performances... ), certes, mais avec bien moins d'adresse. Elle préfère les dagues, ou les épées légères, que l'on peut porter à une main sans trop de fatigue.

Son maître. Son maître lui manquait. Il n'aurait jamais voulu qu'elle devienne comme cela, jamais.
Elle a à présent vingt-et-un ans, et a repris la forge de son maître. On la trouve encore beaucoup sur les routes, ou en voyage, pour chercher les composants dont elle a besoin, ou se nourrir, d'une autre chair que celui de son village, qui a bien trop souffert, et risquait de l'accuser, vu ses manières étranges, comme celles de son maître, dormir le jour, ne rien manger, ect...

Elle vivait comme cela, esseulée, triste, repensant à son maître à chaque lame forgée, commandée. Elle ne dit à personne que les lames et armures qu'elle vend ne sont que basiques, et qu'elle pourrait en fabriquer des plus puissantes, rien que par un enchantement lancé. Cependant, elle préfère garder ce genre de technique pour elle seule. Rien ne dit que la personne qui récupère une lame maudite ne meurt quelques instants plus tard rien qu'en serrant le fourreau. Elle ne vend donc que des armes et armures '' sans âme ''. Sauf si un client se montre assez courageux et fort pour porter un objet de si grand esprit, voir manipulateur, et le forcer à rentrer à son service, plutôt que le tuer, à la recherche d'un maître plus puissant.

Tel est sa vie, tel est son travail. Mais peut-être qu'un jour, y aura-t-il un événement qui fera tout chambouler, une fois de plus?


Autre : La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.


En ce qui vous concerne





A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ?
Dès que me le permettra mon emploi du temps, je serais parmi vous.

Comment avez-vous découvert le forum ?

Annuaire des forums ? Very Happy

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ?

Design très très très sympa, ça m'a tapé dans l'œil Very Happy

TEST RP


C'était une journée qui promettait d'être magnifique. Le ciel était surplombé de nuages noirs; l'orage n'allait pas se faire attendre bien longtemps, c'était une certitude. Karin était allongée, dans l'herbe, profitant de cette journée non ensoleillée, pour sortir un peu plus qu'à la normale. Il est vrai qu'il est difficile pour elle de s'adapter, car, étant créature de la nuit, sortir ET le jour ET la nuit n'était pas vraiment très pratique pour son quota de sommeil. Malgré cela, elle était de parfaite humeur, en cette matinée, et regardait autour d'elle avec des yeux pétillants comme si aucun événement ne pouvait contrarier cette humeur si exaltante. Au loin, les premiers éclairs apparurent. Karin faisait partie des personnes qui trouvait ces longs traits vifs, déchirant l'air et le noir du ciel avec un visuel et un son dévastateur, splendide. D'autres catégories de personnes en ont peur. D'autres, attendent que cela passe, et d'autres, se mettait au premières loges pour observer le spectacle, tout comme Karin. Les premières gouttelettes d'eau commencèrent à tomber. Sentant celle-ci dévaler son visage, celui-ci esquissa un sourire, heureux.

Soudainement, au lieu des fines gouttes de pluie, une gigantesque vague d'eau arriva sur la jeune fille, qui fut à présent, totalement trempée. Cette quantité d'eau n'était pas due à la pluie....Ô que non.

« Quittes à être debout à cette heure-ci, ne flemmarde pas ! »


Son maître. La jeune vampire riait jaune. Combien de fois lui avait-il fait le coup? Une dizaine? Non, elle commençait à avoir l'habitude, et son maître avait l'air d'avoir de plus en plus de plaisir à la tirer de ses rêveries avec un saut d'eau bien glacé.

Un sourire enfantin s'étira sur les lèvres de son tuteur. Non. C'était une MAGNIFIQUE journée, elle n'allait pas être gâchée par un peu plus d'eau avant l'heure, tout de même? Et bien si. Une fois encore, son maître l'avait retrouvé. Comment faisait-il pour la retrouver à chaque fois? C'était un mystère.

« Allez, au travail petite !
-Maître... Je n'ai pas envie, pas maintenant, j'ai déjà travaillé la majeure partie de la nuit, et je ne succombe pas d'envie de refaire la même chose pour le jour, quelques heures après.
- Alors viens te battre. Si tu gagnes, tu ne travailleras pas aujourd'hui.
- Mais c'est du pur chantage! De un: j'ai travaillé toute la nuit. De deux, je ne dois pas gagner quoi que ce soit pour avoir le droit à du repos; et de trois ! Tu sais pertinemment que tu me bats à plate couture !!! »

Le maître ria de l'excès de colère de son apprentie, qu'il ne faisait que taquiner. Cependant, il lui donna une arme, et pris la sienne. Il se mit en position de combat, et attendit le premier coup de son élève. Qui ne vint décidément pas. Celle-ci avait posé la lame sur le côté, et s'était allongée sur l'herbe, comme il l'avait trouvée.

« Ah... les jeunes.
- Ah... les vieux, chuchota l'apprentie, qui décidait de se venger.
- Chère, très chère Karin, n'ai-je pas entendu ce que j'ai bien entendu, là, maintenant, n'est-ce-pas ?
- Hm ? Non, tu dois avoir des élans de folie, très cher maître !
De un, dire que son maître est vieux, de deux qu'il est fou, c'est une combo qu'il ne faut pas vraiment faire, semblerait-il.

-Et bien ! Viens te battre contre le vieux fou! Viens prendre ta leçon ! »

Cette fois-ci, elle saisit l'arme, l'empoigna avec force, puis donna son premier coup, un estoc, détourné avec grâce par le maître. Il attaqua lui par un coup de retrait, savant que Karin était dotée d'une agilité particulière, et d'une rapidité à qui l'on ne devait laisser la moindre seconde. Ils étaient tous deux en garde, les yeux dans les yeux. Le mental jouait énormément pendant cette partie du combat. Ne pas fléchir du regard, sinon on risquerait d'indiquer à son adversaire quelle sera notre prochaine action. Savoir garder un regard neutre, parfois provoquant. Le mental d'une cible est manipulable, et l'on peut donc anticiper ces coups avant même qu'elle en est esquissé le mouvement. Perdant son impatience, le maître donna un coup en basse taille, paré immédiatement par la jeune fille, qui ré attaqua aussitôt avec un fendant, bloqué encore une fois par son adversaire.

« Non, ce n'est pas ça. Un combat ne doit comporter deux phases, mais une. Sois à la fois le végétarien, ainsi que le prédateur, aie la souplesse d'une biche, et la force d'un tigre. Prends de court ton adversaire en montrant que tu maîtrises à la perfection la symphonie de l' '' attaque / défense '' Évite les moments de blancs, entre les coups, cela profite à l'adversaire. Sois plus rapide, tout en étant plus efficace.
- Maître, je me vois illuminée d'intelligence par vos dires, répond-elle, avec un léger sourire.
- Et bien, alors, j'attends, montre moi, répliqua-t-il, tout sourire. »

Elle attaqua d'une manière peu orthodoxe qu'est le jambet, fit une feinte, puis plaça d'une manière fulgurante sa lame sur la gorge du vaincu, et l'obligea à se démarcher de son arme.

« AHAHA !
- Ne crie pas si vite victoire, chère apprentie. Regarde donc ton flanc droit. »
La dague de son maître la menaçait sur le flanc droit.
- Je t'aurais décapité.
- Et moi blessé cruellement, donnant la moindre parcelle de ma vie pour porter atteinte à la tienne.
- … D'accord, mais personne n'a perdu et personne n'a gagné. Dooonc. Je ne vais pas travailler.
- Ayant profité d'une belle leçon, je t'accorde le repos. »

Ils s'éloignaient l'un de l'autre quand un éclair transcenda le ciel, à peine à quelques lieux. La pluie, était de plus en plus forte. La jeune femme avait froid, à présent. Elle suivit donc son maître, et eut plaisir à rejoindre son lit.


Dernière édition par Karin Yzomel le Ven 17 Juin 2011 - 13:18, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Karin Ysomel   Mar 7 Juin 2011 - 22:59

Bonjour Karin^^,

Je me présente tout d'abord, je suis Meryle Nightlander administratrice forum, vampire de mon état et chef de clan. Mais là n'est pas la question, parlons plutôt de toi.

En espérant que tu ais bien lu le règlement bien sur, je te souhaite la bienvenue sur Les Terres de Feleth !
Je vois que ta fiche est en cours je me permet donc de te dire par avance que je serais celle qui s' occupera de ta future validation.
Pour l'instant, quand tu le pourras, je pense qu'il serait intéressant de développer un peu plus ton talent de magie, car ce que tu y décris m'intrigue j'aimerais en savoir plus. Pour le reste tout me semble correct pour le moment.
Ta fiche est bien prise en compte, pas d'inquiétude, je te souhaite bon courage pour la suite ^^.

Merci de ta compréhension.

Ce sera tout pour aujourd'hui, je te laisse à la méditation et merci encore pour ton inscription. !

KAAAMBAAANWAAAA A LA REVOYANCE !!! lol

Meryle Nightlander.


*Edit d'Akira le fourbe : D'abord, désolée Meryle de m'incruster ><. Bienvenue Karin ! Je tenais juste à te dire que ton rang est déjà prit par le membre Kyren Antus. Il faudra donc en changer ! (encore désolée Maman u_u)*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karin Yzomel



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Forgeron
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 21

Messages : 6


MessageSujet: Re: Karin Ysomel   Mer 8 Juin 2011 - 13:05

Merci de ton accueil, Ô grande Admin :3

La fiche présentée ici est loin d'être terminée, et je comprends tout à fait que des éclaircissements s'imposent, je vais évidemment y remédier, et cela le plus tôt possible.

Merci pour ton édit Akira x) il faut que je change cela Very Happy

Je retourne donc à mon écriture.. (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Karin Ysomel   Mer 8 Juin 2011 - 21:45

Mais de rien Karin ^^ . Je te souhaite donc une bonne continuation et je surveille l'avancement de ta fiche =) .




**Dit donc Fils !!! ça devient une habitude de grater mes Postes !!! Au panier !!!! >< rrooooh !!! ou maman te colle des braises au fesses !!**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Karin Yzomel



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Forgeron
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 21

Messages : 6


MessageSujet: Re: Karin Ysomel   Ven 17 Juin 2011 - 13:19

J'ai enfin terminé ma fiche de présentation, désolée du temps mis >< !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Karin Ysomel   Ven 17 Juin 2011 - 17:46

Belle fiche, bien complète, agréable à lire. Un peu étrange qu'un vampire possède de l'honneur par rapporte à la description de leur race sur Feleth et leur histoire générale, mais bon soit.

Je ta valide donc et bon jeu sur le forum ^^ !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Karin Ysomel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Karin Ysomel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-