''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arya Ombrelune



________________


________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Druide
Métier : Éclaireur
Croyances : Déesse Equinox
Groupe : Rebelle

Âge : 157 ans

Messages : 26


MessageSujet: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Jeu 16 Juin 2011 - 2:45

    Alors qu'elle marchait à travers les plaines sous la lueur blafarde de la pleine lune, Arya se demandait encore si elle avait raison de se rendre là-bas, dans ce petit village dont elle avait beaucoup entendu parler dans les rangs des rebelles. Ce village portait le nom d'Adyril du Milieu et était, parait-il, dirigé et protégé par un Vampire, un gentil vampire tout comme la demi-elfe. C'est cette information qui l'avait décidée à rejoindre ce village et à rencontrer cette personne. De ce qu'elle savait, c'était une femme qui s'appelait Meryle Nightlander. Arya trouvait ce prénom très joli et ne doutait pas une seule seconde que la personne qui le portait le soit tout autant. Une beauté vampirique. Une peau blanche et lisse, parfaite, comme une statue de marbre blanc. Dans ces plaines et surtout à cette heure de la nuit, il n'y avait pas âme qui vive. La demi-elfe aurait préféré se nourrir avant d'arriver à destination, mais il n'y avait aucun animal en vue pour lui donner généreusement le précieux liquide dont elle avait besoin pour vivre, elle ferait donc avec. Ce n'était pas la première fois qu'elle faisait abstraction du besoin de se nourrir, son corps pourrait bien patienter une journée de plus, ça n'allait pas la tuer, juste la rendre quelque peu irritable. Temps que personne ne venait l'importuner, tout irait parfaitement bien dans le meilleur des mondes.

    La demi-elfe cessa brusquement d'avancer. Elle était encore très loin de sa destination. Son regard se posa sur l'astre de la nuit. C'était une nuit calme et fraiche et Arya n'avait pas peur du froid ou de la fatigue, mais était quelque peu impatiente d'arriver. Elle décida donc de se métamorphoser et prit l'apparence d'une louve au pelage noire et aux yeux d'or liquide. Une louve plus grande que la moyenne qui se fondait dans la nuit. La métamorphose n'avait prit que quelques secondes, de plus Arya ne ressentait plus qu'une vague douleur vite reléguée au second plan lorsqu'elle se transformait. Elle en avait tellement l'habitude maintenant que c'était devenu naturel de se changer en loup dès que l'envie lui prenait. Pour lui avoir donné se pouvoir, elle remerciée le Vampire qui l'avait mordu jadis. La magnifique louve détourna son regard de la lune puis commença doucement à marcher pour finir par courir aussi vite que ses quatre puissantes pattes pouvaient la porter. Elle sentait le vent fouetter son long museau tandis qu'elle traversait la plaine en direction des Plateaux de lune. Elle se déplaçait vite, ses pattes touchant la terre qu'une seconde à peine, lui procurant une vitesse folle. Si elle avait pu, elle serait probablement en train de rire à gorge déployer.

    Au petit matin, alors que l'aube pointait à l'horizon, la louve noire reprit sa forme originelle. Une demi-elfe au teint de craie et aux yeux d'or liquide avançait lentement vers ce village, cette petite ville même, fortifiée avec des pierres calcaires. Une fois à l'intérieur des murs, son regard se posa un peu partout, découvrant d'un seul regard une multitude de choses.

    * Bien, maintenant comment trouver Meryle Nightlander ? *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Jeu 16 Juin 2011 - 3:36

L'aurore faisait feu sur la vallée. Colorant de ses teintes chaudes et éclatantes le paysage de connifères à perte de vue des Plateaux de Lune. Changeant la brume de givre et les lueures nuitées et inquiétante en un paysage presque iréel, dont la lumière orangée du matin s'étendait au loin... Dans le creux d'une vallée entre plaine et foret, baignée d'éclat du soleil nouveau, se dressait Le village. Une muraille blanche de craie s'élevait tel des remparts éblouissant la vue sous les rayons vifs qui s'y reflettaient. Et déja de loin on pouvait deviner l'activitée matinale qui y régnait dès les premières lueurs du jour. En son centre s'élevait comme un roc une église de la même pierre laiteuse et lisse qui composait les fortifications. Les toitures des chaumes tout autour visibles depuis les collines étaient d'ardoise noire ou brune contrastant avec le blanc pur des maisons, et le bois des fondations tenu par la chaux qui donnait ce hale pure à la petite cité. Quelques champs entouraient le village, enrichissant le paysage d'étendues plus ou moins vaste pour donner un espace vivifiant. Si les bois n'étaient pas surs en ces temps reculés, cet endroit pouvait donner confiance, comme une bouffée d'espoire au milieu de l'obscurité.

A l'entrée du village, les grandes portes de bois férrées étaient ouvertes pour laisser passer charettes et carioles venant des villages environnant faisant commerce avec Adiryl. L'animation marchande battait donc son plein malgrès l'heure peu avancée. L'afflux semblait ne pas s'arrêter comme si tous avaient rendez vous en même temps et se précipitaient à l'interieur de l'enceinte. Deux garde semblaient regarder cet afflux d'un air sérieux et attentif. Homme en armur ils n'avaient même pas l'air de villageois. Bien équipé, leur allure trapue ne leur enlevait en rien leur objectivité et la droiture dont ils semblaient faire preuve.
Passé les portes c'était un village baigné de lumière et d'animation que l'on pouvait trouver. Des odeurs de pains chauds, de fruits frais et d'épices flottaient dans l'air. Les femmes s'appellaient à leurs fenêtres garnies de fleurs, les enfant jouaient et couraient comme des fous en riant. Partout on entendait les marchants crier leur produits et plébiciter leur commerce. Des gardes habillés de blanc se baladaient parmis la foule comme pour effectuer une surveillance des plus passive et agréable veillant juste à l'équilibre avec dextérité. Les ruelles de sables ou de terre avaient été pavées dans les grandes rues ou avenues. La plus grande des allées étaient celle qu'empruntaient actuellement la jeune Elfe à peau de lune... La grande avenue qui montait jusqu'à la grande chapelle blanche, que l'on voyait déja d'ici.

***

"Une journée de plus sous un soleil brulant... Un journée de moins sous l'angoisse et la peur. Il fait jour et la peur est bien loin. La vie reprend son cours comme chaque matin. Et comme chaque matin me voici en train d'écrire les même mots et les mêmes phrases... Mon regard ne change toujours pas. La joie m'habite et me comble sous les sourires quotidien de ce peuple qui danse dans tout le village... Mais pour combien de Lunes encore ...? Je préssent l'arrivée d'une chose nouvelle aujourd'hui .. J'ignore encore ce que l'avenir me réserve, et je pris encore et toujours pour la paix."


Je refermais lentement le carnet de cuir et nouais le cordon qui servait de lien. J'en caressais la surface doucement .. Puis me résolu enfin à poser la plume dans son encrier... Je regardais par les vitraux de ma chapelle de calcaire ... Ce soleil merveilleux qui m'aurait brulé la peau... Je fermais les yeux une seconde méditant à des pensées absentes. Puis finis par ranger le carnet et me redressais jusqu'aux persiennes arrières qui donnaient sur la forêt. Je me posait là. Une main sur le granit foid. Silencieuse. Coeur au repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arya Ombrelune



________________


________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Druide
Métier : Éclaireur
Croyances : Déesse Equinox
Groupe : Rebelle

Âge : 157 ans

Messages : 26


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Jeu 16 Juin 2011 - 21:35

    Son regard ne pouvait pas rester plus de trois secondes sur quelque chose, il y avait tant à voir. Cette petite ville avait beaucoup de charme, elle ne pouvait le nier. C'était à première vue un lieu plutôt calme, les gardes patrouillaient dans la foule sans manquer de respect à qui que ce soit, pas comme dans les grandes villes telles que la capitale Madorass où il ne fallait en aucun cas regarder un garde de travers. Et l'odeur qui régnait dans ces rues était délicieusement irrésistible. Cette odeur de pain chaud et moelleux sortant tout juste du four ... Arya salivait à cette seule pensée. D'accord, les liquides n'avaient pas particulièrement bon gout lorsqu'elle y goûtait, mais la nourriture solides était différente sans qu'elle sache pourquoi.

    La demi-elfe se dirigea donc vers une échoppe en plein air et posa son regard sur ce pain qui sentait si bon. Ce n'était certes que du pain, mais il avait l'air tellement bon ... c'était la première fois qu'elle désirait avaler autre chose que le fluide vital de ses proie. Elle sortie donc de sa bourse de quoi payer et s'en alla visiter le reste de cette petite ville, mordant avec plaisir dans sa nourriture tandis que son regard errait un peu partout. Elle chercherait Meryle Nightlander plus tard, car après tout rien ne pressait, elle n'avait aucune mission à remplir et personne ne viendrait lui chercher des problèmes ici.

    L'elfe fit le tour de la ville en quelques heures, prenant son temps de regarder un peu partout, par pur plaisir. Lorsqu'elle leva le nez vers le ciel, elle déduisit grâce à la position du soleil que la matinée était déjà bien avancée. Il était temps de commencer ses recherches. Le plus agilement du monde et surtout avec une grande discrétion, elle grimpa sur un toit en faisant très attention de ne pas l'abimer puis scruta la ville. Où pouvait se trouver un Vampire ? Un Château ? Non il n'y en avait pas... Son regard se posa sur un bâtiment fait en pierre blanche, une chapelle à première vue. C'était le genre d'endroit où on pouvait trouver un Vampire, probablement.

    Arya n'aimait pas se trouver en plein soleil, elle descendit donc de son perchoir et marcha dans l'ombre que les bâtiments projetaient sur la rue principale tandis qu'elle avançait assez vite vers la chapelle qu'elle ne quittait pas des yeux.

    Lorsqu'elle fut enfin à l'intérieur, son regard parcouru les alentours tandis qu'elle inspirait profondément. Ses sens étaient beaucoup plus développés que ceux des humains et un peu plus que ceux des elfes. Grâce à son odorat, elle découvrit la présence d'une autre personne ayant une odeur semblable à la sienne. Serait-ce sa vampire ? Calmement, Arya rejoignit cette personne sans faire trop de bruit, car après tout elle était dans une chapelle.

    Devant elle, debout près d'une persienne, la main appuyée sur la pierre blanche et froide, une pierre qui lui rappelait toujours sa propre peau. Afin de signaler sa présence, elle se racla doucement la gorge, avant de demander de sa voix douce.

    « Hum... Excusez-moi. Savez-vous où je peux trouver le chef de ce village, Meryle Nightlander ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Ven 17 Juin 2011 - 0:30

La chapelle, qui était en réalité ni plus ni moins que le "palais" du petit village et dans lequel je résidais, était à l'intérieur beaucoup plus sombre qu'un habitat normal. De lourds rideaux tombaient devant des vitraux de couleurs ce qui empêchaient la lumière de trop filter. Seule quelques bougies étaient là, dont la cire coulait en masse sur les bougeoirs de fer forgé posés sur les épais murs de pierre. L'intérieur du hall était relativement vide et un grand escalier montait sur la droite. Pas un gardes à l'horizon et pourtant des veilleurs étaient là toujours à surveiller les alentours du chateau, pour éviter les intrus non désirables. Pourtant personne ne l'arrêta. Etait elle attendue ? Elle allait vite le savoir.

En haut des escaliers se trouvait donc une large salle pourvue ci et là de colonnes soutenant un plafond immensément haut par rapport au sol. Peu de fenêtres, qui n'étaient autres que des vitraux encore, et meublé de commodes en vieux bois sculptées. Quelques objets d'argents positionnés au hasard... Des tapis sur un sol de grosses dales noires et lisses. Près du plus grand vitrail représentant un ange au dessus d'un vampire aux ailes translucides rougeâtres implorant un pardon ... Ou une faveur qui sait, un petit secrétair en bois était avancé, avec son fauteuil à pied unique haut et torsadé, au velour rouge de l'assise. Un encrier et un carnet simplement y était posés, sur le bois lisse et sombre du petit bureau. Au fond de la pièce un lit à baldaquin entouré de voiles pales et un peu transparents, laissant entrevoir des draps rouges et crèmes. Pas de tableaux sur les murs... La cité était jeune.. Le temps n'y avait pas encore écrit d'histoires ou d'épopées.. Du moins pas pour l'instant, peut être un jour tout cela serait assez ancien pour y compter ses fables et ses légendes... Si Adyril survivait bien sur...

« Hum... Excusez-moi. Savez-vous où je peux trouver le chef de ce village, Meryle Nightlander ? »

Doucement je me tournais vers la voix nouvelle qui m'avait tirée de ma contemplation silencieuse. Une jeune femme se tenait là. Ni trop grande ni trop petite, d'une taille fine et élancée... Son teint clair de peau et la couleur de ses yeux ne m'y trompa pas. Une vampire. Comme ce que j'étais. Habillée d'une tunique elfique bleuté, sa longue cape noire laissait entrevoir une silhouette mince taillée pour l'agilité... De longs cheveux d'ében ondulant jusque derrière ses épaules, elle avait des iris d'un or profond étincellant et éclatant. Beauté pure à la vérité. Elle avait la jeunesse que je n'avais plus... Bien que mon état vampirique m'empèche de vieillir depuis bien des lunes et des lunes... Je la dévisageait un instant.

J'avais une longue robe dont la traine allait jusqu'au sol. D'une couleurs blanches et crème les détails étaient d'argent et tissés manuellement par les mains fort talentueuses des couturières de la petite ville. Un corset blanc aux lacets de lin et aux perles de nacre comme celles que l'on trouvait sur les plages de feleth. De longs cheveux platines presque et surement blancs, glissaient, lisses, dans une épaisse rivière, de ma tête jusqu'aux reins , et dans lesquels avaient été glissés des minuscules fleurs rouges... Rouge comme les deux opales qui la fixaient , d'un air sage et doux, presque éffacé, ce rouge tendre qui ne laissait aucunement visible la moindre parcelle de blanc comme dans des yeux normaux... Et pourtant aucuns mal , aucune haine en ces yeux n'était visible. Elle même pourrait s'en apercevoir. Je la regardais ainsi de mon visage de craie, main fine délicatement posée sur le rebord de la pierre.

Puis d'une voix douce presque tendre je fit alors :

- Je suis Celle que vous demandez .....Que vous amène jeune fille ...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arya Ombrelune



________________


________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Druide
Métier : Éclaireur
Croyances : Déesse Equinox
Groupe : Rebelle

Âge : 157 ans

Messages : 26


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Sam 18 Juin 2011 - 20:58

    Celle qui jusque là lui tournait le dos, se tourna lentement vers Arya. Si l'elfe fut surprise, elle n'en montra rien et se contenta de détailler la silhouette de celle qui lui faisait face tout comme elle le faisait présentement. Elle était vêtue d'une longue robe blanche et crème. Il fut un temps, lorsqu'elle était jeune, où Arya portait également de magnifiques robes elfiques, mais lorsque sa famille avait décidée de vivre à Madorass, la jeune elfe qu'elle était alors décida décidé de ne plus en porter. Les détails de la robe que cette femme d'apparence plutôt jeune portait merveilleusement bien, étaient étaient d'argent et tissés manuellement, probablement par les couturières très talentueuses de la petite ville. Ses longs cheveux platines étaient lisses et lui tombaient jusqu'aux reins et dans lesquels avaient été glissés de petites fleures rouges. La demi-elfe croisa alors le regard de cette femme et comprit alors qu'elle avait face à elle un vampire et également la personne qu'elle cherchait, ce qui fut rapidement confirmée par celle-ci. Ces yeux étaient deux rubis qui la regardait sagement et au fond desquels brillait une lueur de douceur, comme dans les iris doré de la demi-elfe. Sauf que dans ces yeux la il n'y avait pas la moindre parcelle de blanc.

    Quelques secondes s'écoulèrent dans un silence quasi parfait, avant que la demi-elfe sorte de sa contemplation et se décide enfin à parler d'une voix agréable aux oreilles, très douce.

    « J'ai entendu dire que ce village soutenait les rebelles et que celle qui dirigeait cet endroit était un vampire. Nombre de vampires voudraient être à votre place pour pouvoir dominer un véritable garde manger ... mais vous et moi sommes semblables, jamais vous ne les attaqueriez. Du moins à ce qu'il parait... »

    La demi-elfe fit quelques par vers sa semblable et s'inclina respectueusement devant elle, les mains bien à plat sur ses genoux. Une fois revenue en position verticale, elle se présenta.

    « Je m'appelle Arya Ombrelune, j'ai été mordue par un vampire il y a de nombreuse années. Lorsque j'ai entendu parler de vous, je me suis dit qu'il fallait absolument que je vous rencontre. Vous êtes comme moi, vous ne vous attaquez pas aux humains et autres races qui peuple cette petite ville, vous êtes le premier vampire que je rencontre qui fasse preuve d'autant de retenue et je trouve ça ... merveilleux. »


[U.u désolé, c'est couuurt ! Promis, je fais mieux au prochain.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Sam 18 Juin 2011 - 21:58

La jeune vampire qui me faisait face sembla tout d'abord un peu surprise . Puis très vite elle se repris et parla d'un voix claire et posée :

« J'ai entendu dire que ce village soutenait les rebelles et que celle qui dirigeait cet endroit était un vampire. Nombre de vampires voudraient être à votre place pour pouvoir dominer un véritable garde manger ... mais vous et moi sommes semblables, jamais vous ne les attaqueriez. Du moins à ce qu'il parait... »

Je regardais la jeune femme. Je n'avais pas bouger et me contentait de la regarder avec un calme olympien. Il etait évident comme elle le disait que nombreux étaient les vampires qui voudraient être à ma place pour pouvoir avoir apporter a leurs infectes lèvres, autant de cous et de nuques emplies de sangs que leurs envies le leurs dictaient.... J'avais été comme ceux ci. Et je ne lui cacherais pas. J'était un vampire de sang pure. Qui plus est d'une branche vampirique particulièrement corriace et virulente. Je n'avais certe jamais apprécié quelqconque haine ou forme de soumissions mais j'avais été bel et bien , l'un de ces monstre en proie au désir d'émoglobines insatiable. Aujourd'hui et depuis bien longtemps ce n'etait pkus le cas. Cette vie de péchers je l'avais quitter il y a bien longtemps et j'avais pour envie de laisserce passé d'horreur dans le passé.

La jeune femme marqua un temps. Puis elle s'avança quelque peu et s'inclina assez bas devant moi avant de finnallement après cette marque prononcée de respect, se relever :

« Je m'appelle Arya Ombrelune, j'ai été mordue par un vampire il y a de nombreuse années. Lorsque j'ai entendu parler de vous, je me suis dit qu'il fallait absolument que je vous rencontre. Vous êtes comme moi, vous ne vous attaquez pas aux humains et autres races qui peuple cette petite ville, vous êtes le premier vampire que je rencontre qui fasse preuve d'autant de retenue et je trouve ça ... merveilleux. »

Je jaugeais la jeune fille alors pendant un moment. Pensive comme toujours je me décrivais pour moi même son apparence. Elle etait d'une beauté sans conteste.. Je la soupçonnais d'être de sang elfique. Si elle avait été mordue cela pourrais être aussi une des causes : le sang elfique est souvent apprécier par les sang-froids.... Il etait étonnant qu'un de ceux ci lui ai laisser la vie sauve après l'avoir mordue... D'habitude un vampire ne laisse pas ses victimes vivantes ... Question d'ettique machiavélique sans doute ... Ou de parfait bourreaux. Mais quoi qu'il en soit, elle se tenait en ce jour face à moi. Je l'avais écoutée jusqu'au bout. J'avait environs un bon siècle de plus qu'elle qui se lisait quelque peu sur mes trait plus net, moins voluptueux et moins pulpeux que les siens si doux.

- Les rumeurs que tu as entendues jeune fille ... Disent vrai ... Adyril du milieu sers et servira toujours la cause des rebeles.... J'en ai jadis fais le serment inviolable...

Je m'avançais vers elle d'un pas lent et sage. Une fois près d'elle je relevais son visage d'une main douce pour la regarder . Puis dit doucement :

- Tes parôles sonnent justes entres tes lèvres... Oui c'est certainement vrai... Toi et moi nous ressemblons ...

Je retirait doucement ma main : ... Il est vrai que je n'ai touché à aucun humains depuis bien longtemps ... Pourtant il y a près d'un siècle et demi .. J'ai été comme celui qui t'a mordut sans remors ... C'est un temps que je regrette... Et qu'aujourd'hui encore je tente de me faire pardonner auprès des gens de ce village qui m'est devenus plus cher que ma vie ....

Je la guidais jusque vers le vitrail sui donnait sur l'étendu du village .

-Ce monde est aussi le notre Arya.... Ce n'est pas par retenue que je laisse ces êtres en paix ... Mais par amour ... Tu as la chance d'être dotée d'un coeur pure et sans taches... C'est ton trésor, ta flamme... Tu n'est pas un vampire .. Tu es mieux que cela. C'est cela qui est merveilleux . Ne l'oublis jamais.

Je lui sourit doucement.



[Hrp : pas grave ne t'inquiète pas , je me fiche que ce soit court, tu fais bien avancerle RP ça c'est le principale =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arya Ombrelune



________________


________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Druide
Métier : Éclaireur
Croyances : Déesse Equinox
Groupe : Rebelle

Âge : 157 ans

Messages : 26


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Dim 19 Juin 2011 - 4:58

    Jusqu'ici, elle ne c'était aucunement sentit menacée, mais entendre de la bouche du chef de ce village, que cet endroit servirait toujours la cause des rebelles, lui retira un poids. Elle semblait mieux respirer tout à coup. Meryle s'avança lentement vers elle. Cette femme semblait si douce, mais au fond de son regard brillait une lueur de mélancolie, mais Arya trouvait en cette femme une personne qui avait vécu des épreuves et qui en avait rechapée en devenant une personne merveilleuse, emplit de sagesse et de délicatesse. C'était ainsi que la demi-elfe la voyait, mais son don de télépathe lui facilitait les choses lorsqu'il s'agissait de décrypter les gens, mais dans le cas de Meryle, elle survola seulement son esprit avant de se rétracter. Elle respectait trop cette personne - qu'elle connaissait à peine - pour oser pénétrer ses pensées et violer son esprit.

    Elle écouta les paroles de cette femme à l'apparence si jeune, mais en réalité ancienne. Elle n'avait pas toujours été celle qu'elle était aujourd'hui. Il y a près de cent cinquante ans elle était semblable aux créatures de la nuit que la majorité des êtres vivants craignaient. Arya aussi avait eu cette phase. Elle aussi avait succombé au côté obscur avant de se remémorer tout ce qu'elle avait apprit de la vie, de se souvenir de son père et de sa soeur. S'ils l'avaient vu ainsi, que qu'auraient-ils dit ? Elle s'était remise en question puis était retournée auprès de l'homme qui l'avait sauvé et c'était excusé pour ce qu'elle avait causée, mais fort heureusement elle n'avait fait aucune victime, juste d'intenses frayeurs chez une femme. Suite à cela, elle avait juré sur son propre sang de ne jamais tuer qui que ce soit pour se nourrir et avait tenue sa promesse ...

    Revenant à l'instant présent, la demi-elfe suivit sa semblable jusqu'au vitrail et à partir duquel les deux femmes pouvaient admirer l'étendue du village. Cet endroit avait quelque chose de chaleureux, très différent des autres villes. Peut être était-ce la présence de Meryle à sa tête qui lui faisait ressentir ce sentiment de bien être et de sécurité, car au fond d'elle-même, Arya sentait la présence d'autre vampires lorsqu'il y en avait dans les environs et son don de télépathe la rendait plus réceptive aux sentiments éprouvés par les personnes qui l'entouraient. La demi-elfe avait ressentit la présence de Meryle sans vraiment réussir à la localiser et plus elle s'était rapprochée d'elle, plus elle s'était sentit apaisée, car elle savait qu'elle ne risquait rien. Mais tout ceci restait dans son subconscient et arrivait sans qu'elle s'en rende vraiment compte...

    La voix de Meryle retentit de nouveau à ses oreilles et Arya posa son regard d'or liquide sur la silhouette de sa semblable, se tenant à ses côtés. Ces paroles n'étaient que sagesse et la demi-elfe ne demeura pas insensible à cette sagesse. Meryle lui sourit doucement et elle le lui rendit, avant de répondre d'une voix douce.

    « Je suis née dans une forêt, mon père était un elfe et ma appris à respecter toutes les formes de vie, de la plus petite feuille d'arbre au plus merveilleux des humains en passant par toutes les autres créatures qui peuples ces terres. C'est par amour pour la nature et donc pour eux, que je ne leurs fait aucun mal. » - elle lui sourit - « Nous avons là un point commun, ma chère. »

    Le silence s'installa entre les deux femmes. Ce silence fut brisé lorsqu'Arya se délesta de son arc et de son carquois, gardant seulement son épée elfique à la lame noire. La demi-elfe laissa son regard se perdre au loin.

    « Je suis télépathe. Quand je dois me nourrir j'use de ce pouvoir pour communiquer avec les animaux. Sans que je sache comment, la morsure d'un vampire ne leur fait rien ou rien qui ne puisse mettre leur vie en danger. Grâce à ce pouvoir, je leur demande s'ils veulent bien me donner un peu de leur sang pour que je puisse vivre. Cela me force à me nourrir plus fréquemment ,car je prends de plus petite dose que si je tuais un humain, par exemple, mais au moins je ne prends la vie de personne. » - Elle posa son regard sur Meryle - « Et vous, comment faite-vous ? » Demanda telle, une lueur de curiosité s'allumant dans son regard doré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Dim 19 Juin 2011 - 22:09

A ces mots un nouveau silence viont alors prendre place. Je détournais les yeux pour regarder le village. Je comptait bien répondre a se question. Simplement parce qu'elle m'en avait dit sur sa vie, la politesse ou l'honneur voulais que je lui rende la pareille. Du moins je voyais le respect comme ceci. J'était bien plus agée qu'elle en effet. Et pourtant, même avec cette ainesse et le statut que j'occupais j'avais un profond respect pour les autres êtres vivants qui ne cherchaient que bonté. Les seuls que je méprisais était les autres, adeptes du culte du sang et de la lacheté.... Je condamnais leurs âmes et détestais leur présence . Mais rien en ce coeur jeune et pur à mes cotés ne trahissais de telles choses, de telles immondices.

Je cherchais mes mots. calme et sereine. Puis enfin je pris parole regardant toujours l'etendue du village par les carreaux colorés du vitrail face à nous.

" Ce village existe depuis bientôt cents lunes Arya.... Quand j'en ai pris la tête, ce n'etait q'un taudis de chaumières aux conditions de vie misérable... Qui a su voir et avoir un espoir assez puissant pour élever les murailles qui entoure cette petite ville dont tu foule la terre aujourd'hui... Tout ici semble à présent de lumière et de gaité... Mais les hommes de gardes qui patrouille ici ne sont pas ici uniquement pour un quelconque prestige..... "

Je semblais me taire un instant. Puis repris alors doucement :

" ....Je n'ai pas eu la chance de naitre au sein d'une famille aussi saine d'esprit et honorable que la tienne... Les vampires à sang purs sont parfois nobles et riches.... Ils obtiennent une éducation vampirique sévère et basée sur la soif irrémédiable d'émoglobine... Si ils n'ont pas cette exisence, si richesses ne fait pas partie de leur vocabulairs ils sont voué à la mort dès la naissance... Le cannibalisme n'est pas rare parmis la race putride et décharnée que nous sommes... Je n'ai pas connus ce que tu appelle "parents"... En revanche il y a près de deux siècles déja, j'ai eu un frêre... Un frêre qui à pris mon sang maintes fois pour se repaitre de ce qui lui manquais... Mon frêre etait la folie. Ayant perdue toute raison il aimait à me considéré comme ... son jouet. Les vampires ne possèdent ni pitié ni compassion quand bouillonne cette soif eternelle primitive dans leurs artères... J'ai été sa proie. Comme un animal favorie que l'on aime meurtrirent pour une vengeance sans but. J'ai grandis avec cette haine en moi même. J'aurais pu à mon tour m'abreuvé du sang de ma propre lignée.... Mais cette vengeance n'est pas mienne... Ainsi je vais répondre à ta question. Ce ne sont que les vies condamnées dont je daigne m'abreuvé. Je ne suis pas aussi douce et bonne que tu peux l'être, je touche encore aux vies humaines, seulement, à ceux qui méritent plus la mort que la vie... "

Je me tut tristement puis :

"Vois tu... il a deux lune un homme m'a été apporté.. Cet homme se nommait Laris.... il avait deux fillettes et une femme dévouée.... on ne sais quelle est la vraie nature de son ame mais cet homme Arya, cet humain... à violer ses deux fillettes, les à égorgée toutes deux et c'est sa femme en pleurant qui m'est venue en pleurant de tout son corps pour me dévoilé cette horreur ... J en sais comment toi au coeur pur tu aurais réagis... Mais le bonheur de ce peuple m'importe plus que n'importe quel sacrifice....J'ai tué cet homme.. Je l'ai condamné à sa souffrance. Je n'ai point de fierté Arya. Je me fais plus vieille qu'il n'y parait et mon coeur s'amoindris peu à peu.Cependant j'ai garder justice et fiertée. Le crime m'est insupportable. Voila donc de quel sang je me nourris... "

Je vint la regarder tristement et doucement acheva par dire :

" Je m'excuse de tant de rudesse dans ce qui fais de moi ce que je suis. Peut être ne suis je pas l'image que tu te faisais de celle que tu pensais te ressembler. Mais tu as l'ame honnete et sans ombre, je ne pourrais te mentir, ce serait là déshonorer ta merveilleuse existence qui donne un espoir de plus à ce monde de sortir un jour du chao... Car la graine de la liberté sommeil en des ames comme la tienne."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arya Ombrelune



________________


________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Druide
Métier : Éclaireur
Croyances : Déesse Equinox
Groupe : Rebelle

Âge : 157 ans

Messages : 26


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Mar 12 Juil 2011 - 5:22

    Son regard était déjà loin, observant les hommes et les femmes marchant dans les rues de cette petite ville, semblable à d'innombrable fourmis travaillant les une avec les autres. Une boulangère discutée tranquillement avec quelque passant, essuyant ses mains pleines de farines de blé sur son tablier blanc. Des enfants courraient dans la rue, slalomant entre les passants, insouciants, n'imaginant même pas qu'ils pouvaient être l'objet d'une observation minutieuse de la part d'un vampire aux yeux d'or, bien que celle-ci n'ait aucunement l'envie de leur faire du mal. Au contraire, cette femme en apparence si jeune ne pouvait empêcher un léger sourire flotter sur ses lèvres, se rappelant les longues journées d'été qu'elle avait passé en compagnie de sa jeune soeur à courir à travers les arbres, rouler dans l'herbe et rire à gorge déployer sans se douter un seul instant que quelques années plus tard leur vie allait radicalement changer. Tout cela était si loin à présent ...

    L'elfe revint à elle et posa son regard sur Meryle, observant son profil tandis que cette dernière poursuivait ses explications d'une voix douce, si semblable à celle que prenait Arya lorsqu'elle même s'exprimait. Ainsi, Arya apprit quelques petites choses sur le passé de son hôte, comment elle même avait été la proie de son frère, comment elle avait sentit son sang quitter ses veines à chaque fois que cet autre vampire, guidé seulement par la soif, venait lui prendre ce précieux liquide essentiel à sa survie. Sans vraiment s'en rendre compte tellement le geste était naturel, la main pale et glacée de la demi-elfe se posa sur l'épaule de la vampire au sang pur, se voulant rassurante et désolée pour l'avoir forcée, en quelque sorte, à se rappeler ces souvenirs si horribles.

    Comment Arya aurait telle réagit si on lui avait rapporté les crimes de cet homme prénommé Laris... La vampire était une femme douce et qui pour rien au monde n'aurait prit une vie humaine pour s'en abreuver, mais en se mettant à la place de Meryle, Arya comprenait parfaitement ce qui poussait cette dernière à agir ainsi. Son coeur et son âme avait soif de justice et justice avait été rendue.

    Arya croisa le regard rubis de sa semblable alors que celle-ci concluait, une pointe de tristesse au fond de son regard. Elle ne c'était pas attendu a trouver une copie conforme de sa personne, mais au contraire un vampire différent sans pour autant être de ceux qui n'aspirent qu'à boire le sang des innocents. En la personne de Meryle Nightlander, Arya avait trouvée ce qu'elle était venue chercher.

    « Je vous remercie pour votre franchise. Je ne m'attendais pas à trouver une copie conforme de moi-même et pour tout vous dire vous êtes comme je l'imaginais. Cependant, je suis désolé d'avoir réveillé en vous les souvenirs douloureux de votre jeunesse. » - elle patienta quelques secondes puis demanda calmement - « J'aurais un conseil à vous demander. J'ai une soeur plus jeune que moi de quelques années seulement. Je vais bientôt la revoir, mais elle n'est pas au courant de ma condition de vampire. Devrais-je lui dire avant qu'elle le découvre elle-même ou tout lui cacher ... ? J'avoue que j'hésite beaucoup, je ne voudrais pas l'effrayer et risquer de la perdre. »

    Le regard d'or liquide de la vampire se posa sur la ville qui s'étendait au pied de la chapelle et quelques minutes s'écoulèrent. D'un geste de la main, la demi-elfe désigna l'ensemble d'Adyril du Milieu.

    « Pouvez-vous m'en dire davantage sur cet endroit charmant ? Il me semble que vous êtes le premier vampire que je rencontre qui soit du côté des rebelles. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Meryle Nightlander



________________


________________


Race : Vampire
Classe : ex-sacrimor
Métier : anciennement reine du clan des grandes plaines de feleth
Croyances : Plus aucune
Groupe : Clans

Âge : 207 ans

Messages : 363


MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   Lun 1 Aoû 2011 - 14:34

« Je vous remercie pour votre franchise. Je ne m'attendais pas à trouver une copie conforme de moi-même et pour tout vous dire vous êtes comme je l'imaginais. Cependant, je suis désolé d'avoir réveillé en vous les souvenirs douloureux de votre jeunesse. » - elle patienta quelques secondes puis demanda calmement - « J'aurais un conseil à vous demander. J'ai une soeur plus jeune que moi de quelques années seulement. Je vais bientôt la revoir, mais elle n'est pas au courant de ma condition de vampire. Devrais-je lui dire avant qu'elle le découvre elle-même ou tout lui cacher ... ? J'avoue que j'hésite beaucoup, je ne voudrais pas l'effrayer et risquer de la perdre. »

Le regard d'or liquide de la vampire se posa sur la ville qui s'étendait au pied de la chapelle et quelques minutes s'écoulèrent. D'un geste de la main, la demi-elfe désigna l'ensemble d'Adyril du Milieu.

« Pouvez-vous m'en dire davantage sur cet endroit charmant ? Il me semble que vous êtes le premier vampire que je rencontre qui soit du côté des rebelles. »


Mes yeux calmes et profonds la regardèrent alors longuement. Ne semblant penser à rien ils étaient pourtant emplis d'une réflexion posée et sage dont je découdais chaque pensées pour faire de celle ci la plus résonnable et la meilleurs que je puisse offrir à cette hote peu commune et qui, je devait l'avouer à moi même, m'avais ravis et apaisé en ce jour. Rencontrer un semblable qui partage vos opinions en cemonde est de plus en plus rare il faut bien l'admettre. Mais en rencontrer un est souvent un présent inestimable qu'il ne vaut mieux pas gacher à des fins inutiles. Je prenais donc mon temps pour lui faire par de mes avis au mieux et au plus claire qui soit.

Je détournais ensuite le regard vers le village par le vitrail. Il y eu une sorte de temps de silence. Puis doucement je répondis en ces mots :

- Arya.... en cette terre, pauvre est celui qui se contente d'or et de faveursau prix coutants.... Qu'importe les trésors... qu'importe les récompenses et qu'importe les connaissances si elles ne nous permettent pas de sauver ce qui à réellement de la valeur en chaque êtres : ... L'amour. L'amour d'une soeur à une autre ne devrais pas être baffouée du mensonge Arya... Vouloir préserver cet amour est gage de félicitée mais seule la vérité nourrira cet amour que tu lui portera tout au long de votre existence commune... Comprends tu ? Si cet amour est partagé .. Alors quoi que tu dise ou fasse.. Il perdurera toujours malgrès les ages et les épreuves, malgrès le chagrin que lui apportera l'aveux et la colère qui explosera en elle... Si elle t'aime Arya... Elle partagera ton sort.

Puis il y eu cette question. Adyril du milieu ? tout cela remontait à tellement longtemps...Tellement et pourtant ...

Un voile de mélancolie et de tristesse profonde traversa mon regard alors . Je semblait alors avoir mille ans soudain. Le poid d'un souvenir à la fois doux et brulant revenait poser ses ailes sur mes épaules. Il s'en suivit un très long silence puis l'histoire commença:

-Ce fut il y a maintenant 67 lunes.... A cette époque reclue ce que tu vois ici aujourd'hui se nommais "le Trénou". Frèle village acculé par les douleurs et les maux de la foret lugubre des plateaux de lune... Vampires et infectes créatures en avait fait leur garde manger... Les gens d'ici n'avaient qu'un espoire. Et celui ci se nommais ... Luyak.

Ce nom sembla dure à sortir de mes lèvres. Comme hésité, douloureux et emprunt de tristesse. Simence. Puis :

-C'etait .. un ange. Je ne sais d'ou il venait. Adyril le vrai sans doute comme elles toutes créatures du ciel... Il m'a recueuillit, dieu seul sait pourquoi et m'a accordé toute la confiance dont il etait digne de donner. Et il me les à confié.... -Je fis un geste ample de la main en montrant l'étendue du village en contre bas- .. Eux tous. .... J'ai juré sur ma foi et mon coeur que je n'aurais de cesse de garantir leur sécurité... La paix... L'égalité... ces valeurs qui étaient cheres aux yeux de celui qui m'a tout offert. Il est repartit... J'ignore ou.. J'ignore s'il est en vie... mais je tient toujours ma promesse. Et continuerais à la tenir .. Par amour ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Toi et moi avons quelques points communs. [PV : Meryle Nightlander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Grandes plaines de Feleth :: Plateaux de lune-