''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De retour dans les couloirs. [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tyrias Marchemonde



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Marchemonde
Métier : Aucun
Âge : 550

Messages : 132

Fiche de Personnage : La Fin


MessageSujet: De retour dans les couloirs. [POST CLOS]   Sam 16 Juil 2011 - 2:20

Lorsque Tyrias apparut sur Vein deux choses le frappèrent : le première était qu’il n’avait pas atterrit à l’ endroit souhaité, Tyrias avait placé un cercle de passage au beau milieu d’une plaine abandonnée, battue par les vents, au lieu de cela il se retrouvait sous la voute d’une gigantesque grotte, des portes et des escaliers en perçait les parois. Des cris retentissaient dans les couloirs, leur écho étouffé par la distance.
La deuxième chose était qu’il se sentait faible. De toute sa vie il ne s’était jamais senti faible, fatigué, a bout de force, mais pas faible.
Il s’effondrât sur le sol, les jambes flageolantes un tintement métallique sur sa droite attirât son attention, il tournât la tête pour voir d’où il provenait.
Son épée était a coté de lui, si on pouvait encore appeler ce bout de métal rouillé et émoussé une épée. S’il était faible, son épée semblait sur le point de se briser.


Il tentât de s’assoir, et formula un mot de soin. En temps normal ce mot était capable de faire repousser les membres, on parlait même d’un mage qui aurait réussi a survivre a une décapitation en utilisant ce sort ! Si Tyrias ne croyait pas a cette fable, il connaissait l’efficacité de ce sort, et alors qu’il devrait maintenant pouvoir sauter sur ses jambes et être capable de creuser un tunnel jusqu'à la surface a mains nue, il put a peine se lever.

Titubant comme un homme ivre Tyrias regardât autour de lui, et vis qu’il n’était pas passé loin du trépas : il se trouvait sur un pont qui devait au maximum trois coude de large, s’il était apparut un mètre sur la gauche, il serait en ce moment même fracassé au fond du gouffre.


-Mais nous ne voulions pas que tu meurs trop tôt, mon ami.


Tyrias aurait sursauté s’il en avait les forces, la voix qu’il venait d’entendre provenait de derrière lui, mais sans bouger il sut a qui il avait affaire : Melchior.
Se retournant en exagérant la faiblesse de ses mouvements, Tyrias fit face a l’imposant démon qui avait été son serviteur : Il mesurait plus de deux mètres, il avait un torse puissant et n’était vêtu qu’un d’un pagne en cuir, pour mettre en valeur les nombreux tatouages qui ornaient sa poitrine. Il ne portait pas d’arme car il maniait le feu comme personne, et pouvait faire apparaitre une terrifiante épée a deux mains quand il le voulait. Pour l’instant il se tenait a quelques pas de Tyrias, avec un air faussement compatissant.


-Oh, fit il d’un ton sarcastique, tu n’as pas l’air en forme, ces deux petits siècle passés dans l’Entre Monde auraient-ils mis tes pouvoir a l’épreuve ? Le démon fit danser une flammèche dans sa paume gauche, quel dommage… Comme tu peux le voir, j’ai récupéré tout les miens…


L’homme en noir s’y attendait, toutes les pièces du puzzle s’emboitaient enfin, voila pourquoi on lui avait volé son livre…
Des flammèches menaçantes se formaient sur les poings du démon. Visiblement il exultait, enfin, après plusieurs siècles de servitude il était libre et pouvait se venger !
Tyrias le comprenait, mais en même temps, il n’avait pas très envie de le laisser faire, il passât en revue les avantages qu’il avait sur son adversaire : bien peu en somme, le seul qu’il puisse avoir était qu’il connaissait les technique de combat de Melchior pour les avoir si souvent vu a son service : Melchior commencerait par lancer un sort de feu de la mains gauche tandis que dans sa main droite il ferait apparaitre son épée. Si le démon arrivait a se munir de cette arme alors s’en serait fini de Tyrias, il n’aurait jamais la force d’esquiver, et s’il parvenait a parer le coup, la force de ce dernier le projetterai dans le vide. Mais Melchior ne savait pas à quoi s’attendre de la part de Tyrias.
Le visage de Melchior s’illuminât d’un sourire bestial :


-Tu sais Tyrias, je connais ta valeur, sers moi et tu garderas la vie.


Tyrias eut un instant de doute


*il est sérieux … ?*


puis il éclatât d’un rire puissant qui emplit la caverne de son écho, tout d’un coup il ne se sentait plus si faible.
Le fou rire durât plusieurs minutes puis Melchior, fortement exaspéré le coupât d’un ton impérieux :


-Suffit ! Humain, tu n’as plus aucun pouvoir maintenant, sers moi ou meurs.


Tyrias attrapât discrètement le pan le sa cape de la main droite, et posât négligemment sa gauche sur sa hanche.
Plusieurs secondes passèrent… Finalement le démon parlât en premier :


-Alors ? Ta réponse, humain, je n’ai pas que ça à faire !


Tyrias parut faussement surpris :


-Es tu crétin au point de penser que je vais te répondre ?


Alors Melchior réagit exactement comme Tyrias l’avait espéré : dans un hurlement de haine il brandit sa main gauche vers lui et un torrent de feu en jaillit, Tyrias se jetât vers le démon en pivotant sur lui-même tout en remontant sa cape de façon a ce que son corps soit protégé des flammes pendant qu’il se tournait vers la créature. Le feu frappât la cape de plein fouet, si le cuir n’avait pas été ignifugé Tyrias aurait fini en un petit tas de cendre avant que son épée n’ai touché le sol, mais le cuir arrêtât les flammes gardant Tyrias à l’ abri, ce dernier eu même le loisir, pendant quelques dixième de seconde, de savourer une douce chaleur.
Tout en tournant sur lui-même, Tyrias avais dégainé et s’étais rapproché de Melchior, ce dernier n’avait pas encore invoqué sa lame.
Le combat était donc fini.
Melchior vit l’humain au dernier moment, plus le temps pour l’épée, il fit la dernière chose possible : il lui lançat son immense poing en plein visage.

Tyrias savais qu’il avait gagné, Melchior aussi le savait, il tentât de l’assommer avec son poing droit qui, fermé, avait la taille d’une masse. Tyrias s’y attendait, il présentât son épée a la main du démon, bien que sur le point de se briser, la lame tint bon.

La pointe de l’épée pénétrât la chair tendre entre le majeur et l’annulaire et s’y enfonçât sans rencontrer de résistance, au poignet, la lame brisât les os puis se glissât entre le radius et le cubitus, déchirant les chairs chaudes et buvant le sang du démon, se fortifiant avec chaque gorgée absorbée. La lame finit par sortir par le coude, détruisant la précieuse articulation en une gerbe de sang de fragments d’os.
Tout cela se déroulât en moins d’une demi-seconde.

Melchior se mit à hurler, Tyrias levât violement la lame au dessus de sa tête, déchirant les dernières chairs tenant encore l’avant bras en un seul morceau, réduisant le membre a deux langue de matière dégoulinante de sang et sans utilité, puis il abattit aussi fort qu’il le pouvait son épée sur le crâne du traitre, elle tranchât le visage en deux jusqu'à la bouche.
Le hurlement se transformât en gargouillis inintelligible, alors que le démon tombait à genoux devant Tyrias. L’humain posât son pied sur la poitrine de son ancien serviteur, et le poussât en arrière. Il s’effondrât sur le pont sans un bruit… Mais les gargouillis continuaient encore, Tyrias s’approchât du visage du démon, et sourit d’un air sadique : Une plaie gigantesque barrait son visage du haut du crane jusque au milieu de la mâchoire supérieur, l’épée avait littéralement fendu son visage en deux, du liquide céphalo-rachidien s’écoulait par la plaie béante, dans un mélange d’un rouge transparent et visqueux.
Une partie de son visage était flasque, comme si la vie l’avait quittée, l’œil semblait regarder le sol et la langue pendait lamentablement en dehors de la bouche en sang. Mais sur l’autre partie du visage de grosse goutte de sueurs coulaient lentement, et un œil hagard le fixait désespérément, Tyrias approchât et lui murmurât du bon coté :


-je ne voudrais pas que tu meurs trop vite, mon ami…


Le mourant éructât, de la bave mêlée de sang coulait sur son menton,

-je suppose que tu veux me cracher au visage, c’est dommage… Mais tu as de la chance, mon épée a soif, ton agonie sera de courte durée.

Et se relevant il lui plantât la lame dans le ventre, Melchior tressautât. Et ce fut tout.
Moins de deux minutes après être arrivé sur Vein, Tyrias venait de perdre tout ses pouvoirs, de passer a coté de la mort et de tuer son (ex) meilleur serviteur.
Laissant quelques instant la lame dans le corps de Melchior afin qu’elle s’abreuve, Tyrias réfléchit : deux siècle avait dit le démon.
C’est long.
Cela lui faisait… Cinq cent quarante neuf ans.


*et bien… on dirait que je suis vieux…*

Pourtant, lorsqu'il regardât dans le reflet de la lame, il vit la même personne qui, deux siècle auparavant, lui faisait face dans son miroir : Les deux yeux bleu pale avaient garder leur vitalité, les mâchoires larges étaient ornées par une légère barbe, et mis a part les quelques pattes d'oies qui les couronnaient, il semblait toujours avoir la trentaine dépassée.
Il sourit. Puis se relevât et arrachât l’épée au cadavre qui commençait déjà à se dessécher… Qu’allait-il faire de lui… Il regardât son arme : la lame était de nouveau parfaite, tranchante comme un rasoir, brillante comme la lune, et on pouvait deviner qu’elle était bien plus solide qu’elle ni paraissait.
Tyrias dressât son arme au dessus du défunt et d’un élégant mouvement du bras lui ouvrit la cage thoracique, puis il s’emparât du cœur encore chaud.
Il le fit tourner dans ses mains, il restait dubitatif.
Puis avec un haussement d’épaules le fourrât dans son sac


*Un cœur de démon. Ça peut toujours servir. Maintenant, la sortie*.


S’il connaissait les souterrains de l’avilissement, il ne s’y était jamais trop enfoncé, non pas par peur de ce qu’ils renfermaient (il se sait bien pire que tout ce que l’on peut y trouver) mais par peur de se perdre.
Il espérait vite trouver quelqu’un qui pourrait le mener à la surface, car la fatigue commençait à le rattraper.


Dernière édition par Tyrias Marchemonde le Jeu 21 Juil 2011 - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ryu Shingen

Croc Blanc

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun-Élu,,, mi-élu (mère), mi-démon (père), présenté comme humain
Classe : Ninja
Métier : Espion,collecteur d'âmes démoniaques
Croyances : Aucun
Groupe : Rebelles

Âge : 40 ans

Messages : 120


MessageSujet: Re: De retour dans les couloirs. [POST CLOS]   Dim 17 Juil 2011 - 18:57

Alors que Tiria cherchait un potentiel guide pour le mener vers la sortie, il entendit au loin plusieurs énormes cris de créatures.Un gigantesque tourbillon noir se présenta dans le plafond , il apporta une pluie de météorites d'êtres de différentes tailles.Le souterrain allait subir de lourdes pertes en termes de pièces, couloirs et escaliers. Cet événement compliquait les choses pour notre humain au chapeau.Au milieu de cette avalanche se trouvait un homme aux cheveux blancs , il était un des éléments qui chutait dans cet endroit .Il combattait ces adversaires géants avec une certaine dextérité à ces côtés il y avait un samouraï vêtu d'une toge à capuche.L'être humain et un spectre démoniaque combattaient ensemble .Le démon lui flottait mais assurait les arrières du ninja avec un œil dont l'iris rouge portait un étrange signe.Plusieurs épées noires fonçaient comme des flèches sur les créatures qui pouvaient voler mais celles disparaissent au de quelques secondes au premier avec les armes volantes.Les victimes devenaient des êtres de couleur noir abyssale et éclataient sous forme de poussière.

L 'invocateur ninja exorciste sortit un jeu de carte et tira un bout de papier rectangulaire légèrement cartonné.Il lança le dos de la carte à l'opposé de lui même, une image apparut, c' était celle d'un tapis volant était dessiné.Quelques secondes plus l'objet apparut à quelques mètres au dessus du sol.L'humain se posa dessus et il put descendre avec douceur sur un escalier qui descendait, l'objet disparu quelques secondes après .Entretemps le démon spectrale s'en donnait à cœur mais le ninja trébucha et rabattu son bandeau.Le samouraï disparu sous forme de pluies d'étoiles filantes verticales en phase d'ascension.Il se releva péniblement et il regarda ou il se trouvait précisément . Quand il sentit une présence au loin il releva son bandeau pour avoir une vision plus précise.Il vit un homme vêtu d'un large chapeau en bas de l'escalier.



Me voici atterrit ici dans le monde de Vein à cause de l'autre.Mais cet endroit était nouveau une première pour moi , mon regard se porta par hasard sur un être humain à première vue, mon œil maudit me confirma sa nature.Je pris une petite respiration et je commençais à détailler cet individu physiquement et je me posai la première question mais que faisait-il ici?.Chaque utilisation du tourbillon noir de mon moi démoniaque nous emmenait dans le monde d'Adyril mais cette fois était trop semblait -il.De plus je sentis mon énergie qui avait décliné, une partie de ma vie avait été entamé.Je descendis lentement un par un les marches, le combat dans les airs et le voyage m'avaient fatigué.Je rabaissais mon bandeau, pour le moment mon œil maudit n'était plus nécessaire comme l'être n'était pas une créature démoniaque dans sa forme en tout cas.Je devais déterminer si elle se cachait dans son cœur ou son esprit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyrias Marchemonde



________________

avatar
________________


Race : Humain
Classe : Marchemonde
Métier : Aucun
Âge : 550

Messages : 132

Fiche de Personnage : La Fin


MessageSujet: Re: De retour dans les couloirs. [POST CLOS]   Dim 17 Juil 2011 - 20:38

Tyrias se relevât difficilement et s’appuyant sur son épée comme le ferait un vieillard avec sa canne, il allait emprunter le pont pour chercher une sortie lorsqu’une sorte de tornade noire perçât la voute de la grotte, amenant avec elles toutes sortes de créatures étranges et variées.
Le centre du tourbillon était occupé par deux personnages antithétiques : Un vieux type blanc et un grand démon noir.
Tyrias les regardât se battre contre les créatures qu’ils avaient amenées avec eux, ils fonctionnaient come un seul être, leurs mouvements étant en parfait harmonie, et lorsqu’une faille apparaissait dans la garde de l’un d’eux, l’autre était là pour la combler.
Au bout d’un moment, le vieux quittât le combat pour rejoindre le sol, laissant le démon s’occuper des dernières bestioles encore en vie. L’homme se posât dans une sorte de tapis volant, baissant le bandeau qu’il portait sur le visage, au même moment l’espèce de spectre disparut dans une gerbe scintillante.
Tyrias se contentait de regarder l’individu au sol, ce dernier finit par le remarquer, il releva alors son bandeau, mais a cause de l’obscurité Tyrias ne put distinguer ce qui se cachait dessous.
L’Homme au Chapeau détournât son attention du vieux, pour vérifier son équipement, apparemment seul son épée avait souffert des effets du temps, son arbalète était toujours entière, le carquois qui pendait a sa hanche était toujours plein de flèches barbelées et son sac continuait a exsuder son liquide malfaisant. Lui-même semblait toujours identique à ce qu’il était à ses trente-cinq ans, mis a part la fatigue qui avait envahi ses membres, il se sentait normal.
Maintenant qu’il savait où il en était de sa condition, Tyrias marchât vers le vieux ce dernier n’avait pas l’air antipathique. Tyrias eut une grimace lorsque le mouvement de ses jambes fît douloureusement craquer ses genoux.

*On dirait que je n’ai pas bougé depuis une éternité…*

Le vieux avait atterrit ici d’une manière assez peu commune et peut être qu’il saurait comment sortir de ces couloirs, il cachât son sac et son contenu malveillant aux yeux de la personne lui faisant face.

-« Et bien, il fait bon voir une personne humaine dans ces sombres couloirs.
Lui dit-il pour commencer la conversation, puis, lui tendant une main gantée en guise de salut il reprit :
-On me nomme Tyrias, et j’espère que vous savez comment sortir d’ici, car j’ai bien l’impression d’être perdu »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ryu Shingen

Croc Blanc

________________

avatar
________________


Race : Démon Commun-Élu,,, mi-élu (mère), mi-démon (père), présenté comme humain
Classe : Ninja
Métier : Espion,collecteur d'âmes démoniaques
Croyances : Aucun
Groupe : Rebelles

Âge : 40 ans

Messages : 120


MessageSujet: Re: De retour dans les couloirs. [POST CLOS]   Lun 18 Juil 2011 - 18:59

J'arrivais sur la dernière marche qui m'amenait sur le sol de la pièce et je tendis ma main droite.Je débattais avec l'autre dans mon esprit de la nécessité de ne pas divulguer notre appellation, tout ceci ne dura quelques secondes et je me présenta sous le nom de code de mon illustre supérieur à savoir noir.Je rétorquais à la question de l'homme au chapeau que je pouvais le guider à traverser les différents niveaux mais je fis sortir ma curiosité et je demandai comment celui-ci s'était retrouvé dans un endroit pareil?.

Pendant que l'autre attendait la réponse de l'humain, je fis appel à mes souvenirs et je commençais à dessiner le plan des souterrains enfin une partie mais j'ai dus tenir compte des dégâts que l'on avait occasionné dans notre chute.Une fois le plan fini ,j'établis un chemin à suivre cependant je me rappelai plus des dangers et créatures qui étaient là dernière fois que je m'étais aventuré par ici. De plus nous n'avions pas tué tous les montres qui avaient été entrainé dans cette partie là de ce monde.Je dessinais le route à prendre avec un bambou en forme de pointe, l'encre s'imprégna sur le papier dans une couleur rouge écarlate. Les endroits ou j'étais sûr d'un danger je les mis avec une tête de mort mais il n' y avait peu, notre arrivée avait chamboulé les souterrains.J’avais fini et mon autre eut sa réponse à sa question.Je lançais mon pouce en l'air en signe de victoire.

L'homme aux cheveux blancs fit un petit sourire quand il eut entendu la réponse de Tyria et il invita celui-ci à le suivre.Noir lui précisa actuellement ils se trouvaient dans la région des sols empoisonnes, cette partie était connue pour libérer une concoction qui une fois but par les sens amenait l'individu à se faire engloutir dans un nuage d'illusion et de réalité.Toute cette connaissance venait du démon spectrale qui soufflait dans l'esprit de celui-ci.Nos deux compères commençaient leur périple dans ces couloirs qui regorgeaient de mystères et de dangers.L'invocateur ninja exorciste s'arrêta alors qu'ils venaient à peine de commencer à progresser et il posa une autre question cette fois plus pragmatique quelle était la force frappe de Tyria .

Pendant l'autre attendait une réponse basée sur la survie, je visualisais la destination que l'on allait prendre.J’espérais une chose, un petit hors d’œuvre sur le chemin j'étais sûr qu'il ferai appel à moi .J'aiguisais mes deux sabres noirs en les frottant l'un sur l'autre mais ils n'en avaient pas vraiment besoin.Le temps dans la tête de celui-ci me paraissait si long je devais au moins m'occuper pendant l'autre jouait le rôle de messire sécurité avec sa question.Dans mon dernier souvenir cet endroit paraissait interminable on pouvait se perdre facilement . Mais il était idéal pour effectuer et piéger ces adversaires qui n'étaient pas des habitués des lieux.Je fis un petit sourire en coin repensant un tour que j'avais joué des manants démoniaques.


Une fois la réponse sur l'aspect défensif, la tâche était immense si on portait un regard volant qui s'éloignait pour mieux visionner le chemin que devaient prendre l'homme aux cheveux blancs et Tyria pourtant il menait vers une destination .,Notre vue volante avait pris le tracé à toute vitesse,flottait à quelques centimètres du sol et s'arrêtant à des lieux clefs, des images de merveilles qui étaient fausses et de dangers qui se montraient dangereux ou inversement notamment de nouvelles créatures prêts à vous envoyer vers le monde ou l'on revenait jamais.Nous arrivâmes enfin à la destination. Celle-ci montra le bout de son nez, elle avait un visage limpide mais elle cachait bien son jeu.Les deux êtres s'engouffraient dans ce labyrinthe avec détermination. Ils empruntaient l'escalier côté à côté, l'oeil du ninja portait au loin.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Roland Elvie



________________

avatar
________________


Race : Démon Commun
Classe : Chevalier Démon
Métier : Chevalier Perdu
Croyances : Aucune, pas même la mort.
Groupe : Solitaire

Âge : 41

Messages : 5


MessageSujet: Re: De retour dans les couloirs. [POST CLOS]   Ven 5 Aoû 2016 - 21:26

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: De retour dans les couloirs. [POST CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De retour dans les couloirs. [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Le Vein, le monde du dessous :: Sols empoisonnés :: Les couloirs souterrains de l'avilissement-