''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Syria Helion



________________

Syria Helion
________________


Race : Vampire-Elfe
Classe : Mage Guerrière
Métier : Chasseuse de primes
Croyances : Aucune
Groupe : L'Alliance

Âge : 28 ans

Messages : 14


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyVen 16 Sep 2011 - 19:48

Syria l’avait tout de suite repéré. Un mendiant comme beaucoup d’autres. Sauf que celui-là n’était pas un simple mendiant il était un informateur potentiel. Elle s’approcha lentement en dénudant une de ses épaules. Elle fit tomber « malencontreusement » une pièce à terre et s’accroupit devant lui avec un sourire enjôleur. Ce genre d’hommes elle les connaissait bien. Ils voyaient une jolie fille et ils devenaient comme des chiens. Manipulables et collants. Avec une mine déconfite, elle s’exclama :

« - Oh excusez-moi ! Je ne vous avez pas vu… J’ai fait tomber une pièce et…. Vous connaissez bien cette ville ? »

« - Ouaip ma belle! J’y vis et j’en connais tous les recoins… D’ailleurs j’en connais un pas loin d’ici si ça t’tente… »

Elle laissa échapper un rire forcé. Après tout pourquoi pas. Comme ça ils seraient à l’abri des regards et elle pourrait mener à bien son enquête. Elle accepta d’un signe de la tête et se releva en même temps que le mendiant. Il l’entraina dans une ruelle et commença à descendre ses mains sur ses hanches tout en la plaquant contre le mur. Syria sortit un couteau de sa botte et le mit à son tour contre les pierres sales. Elle lui enfonça presque l’arme dans la gorge. Avec un sourire carnassier et d’une voix mielleuse elle d’adressa à lui :

« - Bon mon chaton, je n’ai pas que ça à faire alors dépêche-toi de me dire tout ce que tu sais sur ce lord de passage… Je suis sure que tes oreilles de rats ont bien entendu quelque chose… »

« - Mais vous êtes qui ? Pitié dieu des songes viens moi en aide ! Cette catin va me tuer ! »

« - Tu pries un dieu stupide et en plus tu m’insultes larve ? Franchement que crois-tu ? Que ton dieu va apparaitre derrière moi et me tuer ? Franchement soit un peu sérieux une seconde…. Je te laisse en vie si tu me réponds. Alors je te conseille de ne pas trainer. »

« - Il… Il est riche ! Très riche et généreux aussi…. Il a donné pleins d’argent aux paysans… C’est tout ce que je sais ! »

« - C’est bien mince… »

Elle appuya plus fortement sur sa lame.

« - D’accord d’accord ! Il séjourne dans une auberge pas loin d’ici parce qu’il veut se fondre dans la populace ! Je vous jure c’est tout ce que je sais. »

« - Tu as de la chance, aujourd’hui tu as la vie sauve maintenant dégage ! »

Elle le projeta à terre et rangea son couteau. Cet homme qu’on lui avait demandé de tuer n’avait pas l’air bien méchant. Il avait même l’air de faire du bien. Pour le monde entier. Mais s’il croyait soulager les maux de ce triste monde il était mal parti. Personne ne pouvait changer Feleth…

« - Sa divinité des Songes entendra mes prières et vous allez mourir sale chienne ! »

Syria était exaspérée… Ces hommes qui ont une fois aveugle dans des choses aussi immatérielles que des croyances. Il devait vraiment être stupide. Elle s’approcha de l’homme à terre. Avec un visage impassible elle lui enfonça son couteau dans la poitrine et le rejeta au fond de la ruelle de manière à ce que le corps ne soit pas visible de la rue. « Pauvre idiot » furent les seuls mots qu’elle prononça avant de se relever.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyMer 21 Sep 2011 - 22:07

La ville était un lieu de passage, pour les humains comme pour les autres. Dans tout les cas, lorsqu'il ne s'agissait pas d'animaux de compagnie, on pouvait y voir uniquement des bêtes bipèdes. Mais l'extravagant n'était pas d'ordre en cette ville, ni en ce monde. Ainsi, Gigantus restait sous son étrange voile. Il attirait certes autant l'attention qu'un bourreau qui ferait les boutiques à la recherche du robe de mariage, mais cela lui importait peu. Il avait mieux à faire que de penser à ce que de viles être pouvait penser ou faire de lui. Il traînait son marteau lourd sur les pavés solides, n'ayant peur de rien ni personne. C'était à la fois une bonne et une mauvaise journée, et ca n'était pas la première à être aussi peu descriptibles par le rhinocéros.

Le guerrier n'avait rien à faire de ses journées, il était las d'attendre dans la forêt les chasseurs pour les démolir. Il avait pitié de ces hommes et femmes qui ne savaient pas se défendre lorsque leurs ennemis n'étaient pas des bêtes sans intelligence ni autre raison que l'instinct de survie. Les animaux, les bêtes... Elles étaient si prévisibles ! Gigantus réalisa à de nombreuses reprises que son apparence n'avait pas été la seule chose qui eut un jour changé, en mieux. Il avait gagné en intelligence, en logique et bien entendu en force. Il avait même gagné en charisme, si l'on pouvait l'exprimer ainsi... Cela pouvait être décrit par le fait que les clochards et autres errants de la vieille ville s'intéressaient un peu à lui, lui tenait compagnie et même s'il n'avaient que peu de bien et de richesses, n'hésitaient pas à lui offrir un verre de lait.

Le cornu marchait donc, voilé, caché de tout les yeux qui pourraient être effrayé ou réagir en mal. Car l'humain était apeuré, il était paralysé par la pensée qu'il y avait plus grand et plus monstrueux encore que lui-même. L'humain commun se croyait supérieur car il n'était pas au courant d'une puissance supérieur que Gigantus considérait pour sa part avec amour. Cette puissance, c'était et c'est encore la nature. Le guerrier de poids l'aimait et la défendait, la défendrait coûte que
coûte.

Il fut cela-dit interrompu par un des vieillards sans richesse qu'il connaissait bien, celui-là on le reconnaissait à sa barbe rousse brûlée ci et là par tout ce qu'il fumait d'étrange, il se servait de sa barbe pour éteindre ce qu'il consommait au moment opportun. Gigantus sourit sous son voile en l'apercevant, il est sympathique. Mais lui ne souriait pas, il était même horrifié. Il avait le visage tiré sur les coté et il semblait horriblement rajeunit par cette expression, les yeux écarquillé et les lèvres crispées.
"Ils l'ont tué ! Ils ont tué le vieux Seauri !" cria le vieillard à l'énorme bête avant de pointer son index vers une ruelle assez sombre, propice aux plus glauques des échanges. La masse cornue s'y engagea avec son ami et découvrit le corps inanimé. En effet, c'était bien le vieux Seauri.

"J'ai l'oeil fin mon ami ! J'ai vu l'assassin s'en aller par là il y a à peine un instant !" cria-t-il plein d'assurance, Gigantus entendait là qu'il disait la vérité et se pencha vers lui, le tenant par l'épaule en le laissant continuer. "Elle s'en est allée, je n'aurai jamais rien dit, je ne l'aurai jamais suivie si tu n'avais pas été là par la plus grande des chances ! Rattrape là, car si Seauri avait des problèmes, j'en ai peut-être aussi !" lui confessa-t-il enfin. Le guerrier cornu savait que ses amis ne vivaient pas seulement de ce que leurs donnaient les divers piétons de la ville, ils avaient en effet recours à bien des affaires lugubres et pouvaient ainsi s'attirer de nombreux ennuis. Gigantus les considéraient ainsi comme des alliés et comme des sacs à problèmes, aujourd'hui c'était l'un plutôt que l'autre. Peu importe, il s'engagea avec agilité dans la ruelle et arriva à l'autre bout, apercevant des formes féminines se balançant de manière assez louche.

Cette femme n'était pas là pour acheter ou regarder, voir rencontrer qui que ce soit. Il la prit en filature. C'est en quittant une grande rue bondée et en s'engageant à nouveau dans une nouvelle ruelle qu'elle s'arrêta nette. Elle n'était pas dupe, elle s'était rendue compte qu'elle était suivie et elle allait probablement se retourner. Mais Gigantus la coupa déjà dans son geste, l'interrompant d'une question,
tentant d'aller à l'essentiel sans pour autant lui montrer le fait qu'il ne lui voulait pas forcément du bien :
"Mademoiselle, quel est donc votre but pour que vous ayez à tuer un simple clochard ?".

Si seulement elle pouvait simplement répondra à la question, une bonne réponse mettrait déjà fin à tout ceci.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Syria Helion



________________

Syria Helion
________________


Race : Vampire-Elfe
Classe : Mage Guerrière
Métier : Chasseuse de primes
Croyances : Aucune
Groupe : L'Alliance

Âge : 28 ans

Messages : 14


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyJeu 29 Sep 2011 - 18:53

Ces ruelles avaient quelques choses de sympathiques : personne ne pouvait vous voir. Sauf le poivrot qu’elle avait oublié et qui s’était volatilisé dans la foule avant qu’elle n’ait pu l’éliminer. Les témoins étaient comme des échardes dans le pied : sans importance mais douloureux. C’était donc après avoir récupérer les maigres informations que lui avait données ce machiste qu’elle s’était aventurée dans d’autres ruelles encore plus étroites et plus sinueuses. Mais elle n’était pas sereine. Laisser un témoin était également, parfois, un arrêt de mort ; C’était la première fois qu’un assassinat ce passait si… Mal. Rien n’avait été planifié et le tuer avait été une grave erreur. Elle se maudissait intérieurement encore et encore lorsqu’elle trébucha légèrement sur une pierre. Si elle avait attentive jamais elle n’aurait trébuchée. Jamais elle ne trébuchait. Tout cela n’était décidément pas une bonne chose. Elle bifurqua à un carrefour.
Cependant, elle n’était pas dupe. Elle était suivie. Et cela ne présageait rien de bon. Habituellement, c’était ELLLE, Syria Helion, qui suivait les gens et jamais l’inverse. Jamais elle n’avait ressentis le fait d’être la proie et non le chasseur. Après tout n’est-ce pas cela la loi de la nature : « Manger ou être mangé. ». Elle n’avait pas mangé le poivrot et elle allait se faire manger à cause de cette stupide erreur.
La jeune femme regarda les rues pleines de mondes et les ruelles désertes qui ne l’étaient pas si que ça. La ville. Elle détestait ce genre d’endroits. Ce n’était pas un lieu approprié pour enquêter. Tuer cet idiot avait été une grave erreur. Elle ne s’était attiré que des ennuis. Encore une ruelle. Elle évita une flaque maronnasse dont la composition devait rester inconnue. Elle devait absolument faire face à son « suiveur ». Peut-être était-ce un assassin comme elle. Jamais Syria n’avait pensé pouvoir devenir une cible. Mais en y pensant, c’était plausible. Une femme éplorée voulant la tête de l’assassin de son mari ou un enfant celui de son père. Elle commençait à se retourner lorsqu’elle fut arrêtée par la voix de l’inconnu derrière elle.


«- Mademoiselle, quel est donc votre but pour que vous ayez à tuer un simple clochard ? »

Ses muscles s’étaient quelques peu tendu lorsqu’elle avait entendu cette phrase. Il l’avait vu… Quelle stratégie adopter maintenant ? Faire la jeune fille innocente qui ne comprend pas ou faire la dure et le menacer ? Lorsqu’elle se retourna la réponse vint d’elle-même. Elle se trouvait face à un rhinocéros et il n’avait pas l’air content. Heureusement qu’elle s’était « déguisée ». Une simple robe de paysanne était plus simple pour jouer la jeune fille fragile.

« - Mais… Qui êtes-vous ? Tuer ? Oh par tous les dieux ! Vous pensez que j’aurais tué quelqu’un ? Mais vous êtes fous…. Ne… Ne me faites pas de mal je vous en supplie. Ma mère ne s’en remettrait pas !»

Mouai, pas terrible comme réponse. Soit elle jouait vraiment son rôle ou alors c’était peine perdue. Elle commença alors à pleurer et se laissa tomber sur le sol. Entre deux sanglots, elle articula des « c’est pas possible » ou « j’veux pas mouriiiir ».
Cette « ruse » vieille comme le monde marchait de temps en temps. Et c’était assez drôle lorsque le chef d’une troupe de soldats, qui recherche un assassin, vous réconforte en vous promettant de vous protéger…Pathétique. Mais être une femme, dans ce métier, était un plus. Ou du moins Syria n’avait pas encore trouvé de désavantages. Les hommes étaient plus ou moins faciles à manipuler et les femmes devenaient très vite des commères lorsqu’on les lançait sur un sujet.
La chasseuse cria d’une voix quelque peu aiguë et stridente :


« Au secouuuuurs ! On veut m’agresser ! »


Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptySam 1 Oct 2011 - 12:48

Il ne s'agissait là pas d'une bonne réponse pour le rhinocéros. Il ne tenait pas ses armes à ses mains, son bouclier était dans son dos. Il était vêtu de ce voile qui servait à ne pas montrer ses origines méconnues à tout le monde. Il ressemblait à un sac à patate difforme. Mais l'inconnue semblait avoir compris ce qui se cachait là dessous et ce fut là quelque chose d'effrayant pour le guerrier. elle cria à l'aide, au secours. Elle était la victime, ça crevait les yeux. Du moins ça crèverait les yeux de l'énorme monstre si il n'avait pas vu le cadavre, ou si son ami ne lui avait pas dit qu'il l'avait vu faire. Car il avait une grande confiance en ses véritables amis qui ne couraient pas les rues.

Elle se laissa tomber sur le sol, habillée simplement. En même temps, un assassin au col blanc, même si c'eut aurait été très intelligent, Gigantus n'en connaissait aucun. Il se rapprocha, tentant de sembler bienveillant malgré le fait qu'il n'était pas bon acteur et que chacun de ses mouvements le trahissait surement. Il le savait et ses mouvement le trahissaient d'autant plus. Il la releva doucement, avec des gestes soignés. Il restait silencieux. Et une fois qu'elle fit debout, elle s'en rendit vite compte, le rhinocéros la tenait avec force par le bras. Elle ne partirait pas sans réelles explications.

"Je ne suis pas là pour vous agresser." Lui fit-il d'un ton assez dur, mais pas trop. C'est qu'il en connaissait des meurtriers ! Et nombreux étaient ceux qu'il comprenait. Il en était un, lui aussi, mais pour sa part... Il serait incompris, c'était sûr et certain.

Il faisait frais dans ces ruelles sans passage, aucun sauf le leur à cette heure. Peut-être que son ami sans le sou serait là à observer. Mais pour ce qui est de Gigantus, il savait qu'aucun bruit sur lui ne se répandrait de la bouche du vieux barbu. Peut-être que pour la femme, le fait d'être ainsi observée poserait problème. Peut-être que le fait d'être bloquée dans ce qui restait un lieux publique la forcerait à parler plus vite. Peut-être que... Tout ceci finirait bien. Elle avait désormais des comptes à rendre, elle aurait du disparaître plus vite. Cette femme... De là où elle se trouvait, elle ne pouvait voir que les yeux en forme de noisettes de l'animal, tout noirs.

"Je vous avoue que je n'ai pas grand chose à faire des mes journées.
J'ai donc tout mon temps. Parlez madame, le plus vite sera le mieux."
Lui fit-il cette fois avec un ton impatient. Il attendait d'elle qu'elle dise tout, elle l'arrangerait peut-être de sorte à sembler être une victime, mais le grand cornu saurait démêler vérité et mensonge. Enfin, s'il venait à se tromper, il resterait convaincu d'avoir raison.

"Pourquoi l'avez vous tué ? Où allez-vous ?" étaient désormais ses questions. L'animal voulait des réponses claires et qu'il pouvait comprendre aisément. Si elle commençait à tourner autour du pot, il était déjà en train de réfléchir à comment la bloquer là sans la tenir. Observant le décors en cherchant un quelconque piège qu'il pourrait construire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Syria Helion



________________

Syria Helion
________________


Race : Vampire-Elfe
Classe : Mage Guerrière
Métier : Chasseuse de primes
Croyances : Aucune
Groupe : L'Alliance

Âge : 28 ans

Messages : 14


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyDim 2 Oct 2011 - 20:03

"Je ne suis pas là pour vous agresser."

Son plan marchait. Cet idiot allait tomber dans son piège. Elle se réjouissait. Et pourtant… Et pourtant elle sentait un ton bizarre. Comme si ce ton sonnait faux… Et cette poigne était inhabituellement ferme.

« Je vous avoue que je n'ai pas grand-chose à faire de mes journées. J'ai donc tout mon temps. Parlez madame, le plus vite sera le mieux."

Ah bah non. En fait Syria s’était fait battre à son propre jeu. Elle le dévisagea quelques instants. Comment avait-il fait ? Lorsque quelqu’un voit une jeune femme sans défense, la première réaction n’est souvent pas de la menacer. Mais cet… homme avait l’air d’en avoir vu d’autres. Il n’était pas facile à berner. Pas du tout même. C’était assez déstabilisant de ne pouvoir rien faire pour se sortir de cette situation. Elle n’avait pas assez de force pour se défaire de son emprise ni assez de tact pour le faire avec les mots. Que lui restait-il comme option ? Lui dire sagement toute la vérité avec une grande chance de mourir à la clef ? Jamais de la vie. Elle n’en était pas arrivée aujourd’hui et n’avait pas traversé tous les obstacles qui formaient à présent son passé pour que tout disparaisse à cet instant. Elle devait gagner du temps. Peut-être que quelqu’un passerait ici et donnerait l’alerte sur le fait qu’un homme encapuchonné menaçait une pauvre fille. C’était possible.

"Pourquoi l'avez-vous tué ? Où allez-vous ?"

« Et qu’allez-vous me faire si je ne réponds pas ? Me tuer ? Haha ! Vous oseriez tuer une jeune fille dont vous n’êtes même pas sure qu’elle soit coupable ? Et si je l’avais tué… Je devais avoir mes raisons. Croyez-vous que le monde soit blanc ou noir ? Que vos « amis », je suppose qu’ils le sont puisque vous êtes là à me menacer, sont tous gentils et à plaindre ? Franchement, vous voulez savoir ce qu’il voulait me faire ? Il allait me violer si je ne faisais rien… Il m’a aussi menacé… Vous voulez que je continue ou c’est bon ? »

Elle avait dit tout cela sur un ton de mépris. Ce n’était pas très malin, mais cela lancerait la discussion. Car après tout, cet homme allait forcément parlementer pour redorer le blason de ces mendiants. Ces-derniers n’étaient bons qu’à crever sur les pavés. Ils représentaient des « faibles » dans cette société où le « chacun pour soi » prévalait plus que tout.
Syria regarda la longue cape de l’inconnu qui la menaçait. C’était très intriguant qu’un homme de cette carrure et de cette « race » soit en pleine ville à l’heure de pointe.
Soudain, une illumination lui vint. A vrai dire cette illumination venait de la flaque d’eau sale qu’elle avait croisée tout à l’heure. S’il y en avait une dans une ruelle, ici aussi une flaque devait exister. Mais non. Rien. Juste un seau… Plein d’eau ! Même si ses forces allaient en prendre un coup, sa vie était beaucoup plus importante. Elle continua de parler pour « faire diversion ».


« Puis-je savoir qui aura l’honneur de mettre un terme à ma vie ? »

Sa main se mit à trembler lorsque l’eau commença à s’agiter. Syria essaya de masquer le plus possible ces tremblements. Il ne devait surtout pas s’en apercevoir. Sinon c’était la fin, elle n’aurait plus de cartes en main. Elle jouait le tout pour le tout. Il était vrai que ce n’était pas l’action la plus chevaleresque et qu’elle n’agissait pas avec le plus grand honneur mais « La victoire est primordiale, qu’importe les moyens employés pour y parvenir ».
Le seau se rapprocha de quelques centimètres sur les pierres. Un léger bruit se fit entendre. Elle essaya de le masquer par un grand cri. Un appel à l’aide plus précisément. Son regard se détourna de l’eau pour fixer son agresseur. Elle lui lança un air de défi. « Essaye si tu peux ! ».

Revenir en haut Aller en bas

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyDim 2 Oct 2011 - 22:23

Gigantus Corne était de nature patiente. De plus, il était très endurent, il se le répétait à lui-même et était sûr qu'il avait impressionné plus d'un voyageur grâce à ses atouts physiques. Mais la femme qu'il tenait pourtant dans une sale situation n'avait pas l'air de vouloir capituler. Elle ne répondait même plus qu'elle était innocente ! C'est pour dire que le rhinocéros n'avait pas à argumenter d'avantage. Elle avait tué un de ses amis, il pouvait être violent. Même si, malgré sa race, il ne l'avait jamais été avec une femme. Chez les bipèdes, du moins à ses yeux, elles étaient les plus intelligentes et même souvent les plus habiles. Le guerrier cornu regrettait déjà ce qu'il allait faire.

Un petit bruit sur les pierres l'interrompit dans ses pensées, elle se mit alors à crier. Tout ceci fit un tintamarre d'attention et inattention dans la tête de Gigantus qui ne réfléchit plus un instant. Il secoua la tête, manquant de percuter le visage de la jeune et somptueuse damoiselle avec la forme peu commune de son visage et la tint violemment, avec force et rudesse par les épaules. Il la secoua, d'abord, sans même la fixer comme par énervement. Il était de plus en plus souvent énervé. Décidément, ce monde, cette ville n'était pas faite pour lui ! Il la secoua donc pour ensuite la soulever plus haut que terre. Il meugla, se trahit par énervement encore.

Elle avait, en effet, dit quelque chose qui l'avait heurté.


"Je devais avoir mes raisons." Non, elle ne pouvait pas avoir de raison de tuer de tels hommes. Même si sans le sous, fatigués par cette ville et par tout ce qu'ils étaient obligés d'y faire et d'y subir. Car ils étaient ses amis.

"Il n'y a pas de bonnes raisons pour tuer des hommes si bons ! Acceptant l'amitié d'un être de mon espèce !"
fit-il avant de découvrir son visage d'un geste violent du visage? Il bougeait tellement, désormais, qu'il semblait trembler. Il bougeait frénétiquement, et si il l'avait pu, il serait en larmes. Il la secouait en l'air, sans attendre de réponse de sa part avant de la porter jusqu'au mur le plus proche. Elle était là, défaite probablement de toute force et de tout moral face à une bête prête à venger son défunt collègue.

C'est vrai, ce vieillard sans rien avec eu le coeur grand comme la plus grande des pastèques de ce monde pour avoir sur l'accepter dans son entourage. Ce vieux fou avait apprit à le connaître et même avait été son confident lors de moments difficiles. Même si le rhinocéros avait souvent été pris pour un animal de compagnie, il avait souvent été sujet de témoignages d'affection par cet homme. Il était vieux, usé et fatigué mais par dessus tout vivant. Il souriait toujours et cherchait souvent le bon coté de toute choses. Son seul véritable défaut était celui des femmes, elles le charmaient toutes. Même les plus laides pouvaient tirer quelque chose de lui, ce qui faisait de cet ami un sac à problèmes, très souvent. Mais il amenait tellement de choses nouvelles et bien souvent bonnes qu'on le lui pardonnait aisément.

Gigantus avait souvent rencontré des gens sympathiques. Il s'était fait roulé, utilisé à des fins souvent peu catholiques, peu recommandées et peu enviables parfois. Il avait souvent manqué de se faire tué pour se faire des amis et pour une fois qu'il s'en trouvait des sincères, avec qui il pouvait entretenir une relation donnant-donnant, ils mouraient. Tués par une lâche, froidement, et sans mots d'explication.

"Que vas-tu faire maintenant ? Crier ? Hurler ? Ou enfin demander pardon et te reprendre tes péchés ?" Lui fit-il avec violence, il n'avait jamais été aussi énervé. Gigantus qui était pourtant doué de calme et de patience en avait tout simplement assez, assez de ce silence et de cette vanité. Il fit remonter une de ses lourdes pattes jusqu'à la gorge de la femme qui semblait sans défense. Alors que ce bruit sur les pierres, dans son dos, recommençait. Le guerrier cornu allait la tuer, il allait le faire. Mais il se retint, car elle était assez silencieuse pour une prétendue victime, et il ouvrit grand les yeux lorsqu'il comprit qu'elle était concentrée.

Elle lui rappelait là un syrinx qu'il déteste depuis un certain moment, quel tour allait-elle lui jeter ?
Revenir en haut Aller en bas

Syria Helion



________________

Syria Helion
________________


Race : Vampire-Elfe
Classe : Mage Guerrière
Métier : Chasseuse de primes
Croyances : Aucune
Groupe : L'Alliance

Âge : 28 ans

Messages : 14


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyLun 3 Oct 2011 - 20:40

Syria se laissa secouer dans tous les sens. Elle vit les nombreuses fois où sa vie aurait pu se finir. Il avait l’air choqué. Presque désespéré.

"Il n'y a pas de bonnes raisons pour tuer des hommes si bons ! Acceptant l'amitié d'un être de mon espèce !"

Et là, lorsqu’il enleva sa capuche, elle comprit. Elle comprit qu’il était vraiment un animal. Bipède mais c’était tout de même un animal. Mais elle se reconnue quelque peu en lui. Même si elle avait appris une chose dans cette vie, c’était bien que les personnes que vous aimez ne servent à rien si ce n’est à vous faire souffrir.
Cet animal lui faisait pitié. A cause de son désespoir peut-être ou bien à cause de son énervement. Mais malgré les quelques efforts qu’elle faisait, elle n’arrivait pas à le comprendre. De tenir à ces loques humaines, impensable. Avant, elle aurait peut-être pu. Avant de devenir chasseuse, avant d’avoir vu la mort et d’en avoir été l’instrument. Lorsqu’elle avait été une enfant – s’en souvenait-elle ? - peut-être. Mais plus maintenant.
Sa vie, elle devait la sauver. Et cette main qui tremblait de plus en plus.


« Je vous comprends. Enfin j’essaye de vous comprendre. Mais ces hommes n’étaient pas aussi bons qu’ils le laissaient paraitre… »

"Que vas-tu faire maintenant ? Crier ? Hurler ? Ou enfin demander pardon et te reprendre tes péchés ?"

Se quoi ? Se repentir de ses péchés ? Syria ne voyait pas de quoi il parlait. Mais c’était le moment de la jouer fine. Elle avait enfin réussit à soulever le seau du sol. Il suffisait maintenant de trouver quoi en faire. Le contenant s’éleva lentement et s’approcha des deux personnes présentes pendant que des gouttes de sueur perlaient sur les tempes de la jeune femme. Elle était quelque peu désespérée et ce qu’elle allait faire serait surement inutile.

« Je ne demanderais pas pardon… Vous devez comprendre que ceci n’est qu’un travail pour moi. Rien de plus. Je vous avoue que je n’étais pas obligée de le tuer. Mais dans ce monde, c’est la loi du plus fort. J’étais plus forte et vous… Serez plus fort. Je ne me mettrais pas à genoux en vous implorant de me laisser vivre. Après tout, je me fiche de mourir. Personne ne se rendrait compte de mon absence de toute façon. Je suis un peu comme vous en fait. Seule.
Enfin faites ce que vous avez à faire. Je ne pense pas être la première à vous faire du mal et je ne serais surement pas la dernière. Alors allez-y. Tuez-moi. Je peux même me mettre à chanter pour que cela soit un peu plus disons… Dramatique ? »


Sa dernière phrase avait un ton quelque peu cynique. C’était le moment. Tout se passa assez vite. Le sceau se projeta contre le dos du rhino. Cela n’avait pas dû lui faire grand-chose mais elle sentit que l’étreinte se desserra légèrement. Elle envoya un coup de pied magistral vers son agresseur et se saisit tant bien que mal du couteau qu’elle cachait dans sa botte.

« Bon écoutez, on va dire que rien de tout cela ne s’est passé et on va tout deux rentrer chez nous… Je ne veux pas vous faire de mal… »

Elle ne rajouta pas « et je ne veux pas que vous m’en fassiez non plus » mais cela était bien sûr sous entendu.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyLun 3 Oct 2011 - 21:53

Tout était allé trop vite, le rhinocéros n'avait pas su définir si ses mots étaient vrais, sincères ou alors si ils étaient toujours aussi faux et pré-faits. Il hésitait dans sa réflexion, quoi qu'elle était tout juste interrompue. Son énervement était tombé d'un coup, d'un coup de seau dans le dos. Il avait le regard fuyant, tandis qu'elle s'était emparée d'une arme. Que croyait-elle ? Personne ne pouvait se défendre au corps à corps contre la bête, personne sauf le Syrinx, jusqu'à présent. Ce démon tant redouté, il restait dans la tête du pachyderme sans que celui-ci sache pourquoi. Il secoua la tête et la fixa à nouveau. Il n'était plus énervé.

"Tu aurais pu ne pas le tuer... La loi du plus fort ?" lui fit-il alors, comme perdu. Un grand objet, plus lourd que la plupart des choses sur cette terre, tomba au sol. Une fissure se dessina sur la dalle qui l'eut ramassé. C'était là le marteau du rhinocéros. Si la loi du plus fort était effective dans toutes les situations, alors elle perdrait aujourd'hui. Le guerrier pouvait saisir cette étrange rencontre par le coup comme il l'eut fait il y a quelques secondes à peine. Mais il s'en passa. Il s'approcha, mains à plats vers elle, "pattes" était le mot juste. Gigantus tuait les chasseurs qu'il rencontrait, tous sans exception. Mais il considérait leur fin comme nécessaire à la vie de ses congénères. En effet, l'un des siens c'était fait tué alors qu'il se promenait entre villes et plaines qui lui étaient inconnues. Ce qu'il pensait être son troupeau savait se défendre, mais une flèche ne pouvait être repoussée, bloquée voire parée par le cuir épais qui recouvrait les rhinocéros.

Il savait donc que certains avaient à donner la mort. Mais même si ce vieillard traînait dans les quartiers louches et qu'il nageait dans des affaires qui l'étaient tout autant, il ne méritait pas la mort. Parmi les individus qui composaient la race humaine, Gigantus l'aurait décrit comme le plus grand. Sans exagération, il n'était pas troublé par un sentiment d'amitié trop fort ou par son deuil qu'il subissait à ce moment. Cet homme faisait beaucoup pour les autres et malgré sa propre situation, il était ambitieux. Il voulait bâtir, construire, aider. À ses heures perdues, il avait appris maintes choses à l'animal qu'il avait l'air de considérer comme un ami. Ainsi le guerrier cornu connaissait les bases de l'écriture et de la culture, l'histoire connue de ce monde. "Bref !" pensa-t-il.

C'est à ce moment précis qu'il prit la femme par les épaules, avec force comme pour la secouer encore. Il pénétra ses yeux avec les siens. Gigantus tentait alors de comprendre ce à quoi il avait affaire... Une femme dure, à la vie sombre, glauque. Elle semblait mépriser l'humain comme il le faisait lui-même mais pour différentes raisons. Il ne savait pas trop si il avait raison d'agir ainsi, mais il ne se retint pas, ça n'était pas très risqué, en fait. Ou du moins, il n'avait pas peur. En fait, il n'avait pas réfléchit, il ne s'était pas questionné sur ce seau qu'il avait reçu dans le dos sans raisons apparent
es. "Bien, je n'ai rien à y redire mademoiselle." il leva les bras, lui lâchant les épaules.

"Expliquez moi, et aidez moi à enterrer mon ami. Vous me le devez." fit-il pour finir en ramassant son marteau, le faisant grincer sur les pavés, sans quitter l'étrange demoiselle des yeux. Ca n'était pas fini, qu'elle accepte ou pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Syria Helion



________________

Syria Helion
________________


Race : Vampire-Elfe
Classe : Mage Guerrière
Métier : Chasseuse de primes
Croyances : Aucune
Groupe : L'Alliance

Âge : 28 ans

Messages : 14


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyLun 10 Oct 2011 - 20:01

"Tu aurais pu ne pas le tuer... La loi du plus fort ?"

Syria n’aimait pas la tournure que prenaient les évènements. Ce pachyderme était plus coriace qu’elle ne l’aurait cru. Au début, elle pensait qu’ils pourraient se comprendre, qu’ils n’étaient pas si différents que le laissaient penser leur apparence respective. Mais non. Il commençait sérieusement à lui tapait sur le système.
Elle se retint de sursauter lorsqu’il sortit un marteau qui n’avait pas l’air d’être un jouet. Si son ego n’avait pas été assez grand, elle serait partie en courant. Le plus vite et le plus loin possible. Mais elle ne fit rien. Ils n’avaient pas finis.
Elle n’eut pas le temps d’esquiver lorsqu’il l’attrapa par les épaules. Ses yeux se plantèrent dans ceux de son adversaire. Que devait-elle faire maintenant ? Sans cesse la même question. Il fallait qu’elle mette un terme à cette rencontre. Mais comment ?


"Bien, je n'ai rien à y redire mademoiselle."

Il la lâcha et elle se retrouva les fesses par terre, quelque peu surprise. Pourquoi l’avait-il lâchée ? Il ne voulait pas la tuer finalement? L’écraser avec ce marteau et mettre fin à sa misérable vie ? Bizarre.

"Expliquez-moi, et aidez-moi à enterrer mon ami. Vous me le devez."

« Vous expliquez quoi ? Que votre ami se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment ? Qu’il s’est comporté de la mauvaise manière avec la mauvaise personne ? Ou tout simplement qu’il savait les mauvaises choses sur le mauvais personnage ? Choisissez la réponse qui vous satisfait le mieux. Vous… Vous voulez que je vous aide à enterrer votre « ami » ? Vous plaisantez ? Désolée mais j’ai des trucs à faire. Navrée. »

La chasseuse se releva lentement. Ne pas faire de gestes brusques avec les animaux sauvages et vous survivrez plus longtemps. Cette pensée la fit sourire. C’était quelque peu stupide de le faire devant un « animal civilisé » mais qu’importe. S’il ne l’avait pas déjà tué, il ne le ferait surement pas sauf si s’énervait encore plus. Et elle devait tout faire pour le tenir tranquille.

« Vous n’en avez pas assez de vous battre ? Par le mot « battre », je veux dire que vous n’avez pas l’air de quelqu’un qui prend le thé avec du beau monde… »

Elle réprima un grand sourire en pensant à son interlocuteur prenant le thé en robe rose. Rien de tel pour se détendre que de se représenter ses «soucis » de la façon la plus ridicule qui soit. Et là, ce n’était pas mal. La lumière commençait à avancer lentement dans la ruelle tel un serpent vers sa proie. Elle lança un regard quelque peu terrifié avant de regagner son calme.
Une idée germa dans son esprit. Il n’allait pas s’en sortir impunément. Il avait quand même osé la toucher… Or, personne d’encore vivant n’était là pour témoigner de ce fait.
Mais était-ce vraiment nécessaire ? Une part de son esprit ne cessait de crier de grands « oui » et une autre, s’expliquait calmement que cela ne servirait à rien, que tout ceci devait se terminer maintenant et qu’elle devait partir sans se retourner. Plus facile à dire qu’à faire.
Que choisir ? Un combat à la loyal n’était pas envisageable (en supposant qu’elle décida de se battre). En pensant à cela, Syria se rendit compte que son couteau n’était plus dans sa main. Et aucune arme n’était sur elle. Finalement elle l’aperçut… Juste derrière le rhinocéros… Ce n’était vraiment pas une bonne journée. Et cette lumière qui s'approchait de plus en plus.


Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] EmptyLun 17 Oct 2011 - 9:40

Elle avait désormais une attitude des plus étrange. Elle ne s'excuserait pas et ça, Gigantus l'avait désormais compris. Elle ne l'aiderait pas non plus à enterrer, porter le deuil de son ami. Elle n'avait pas de coeur, probablement. Elle était aussi sombre que le serait son ami dans quelques mois. Elle semblait morte et elle paraissait même tenter de le sembler plus. Elle cacher quelque émotion, son visage était ainsi des plus pâles. Elle n'était pas laide mais sur le moment, elle n'avait rien d'une belle femme. De plus, pour le guerrier, elle avait tout d'une bipède des plus communes. En effet, elle ne ferait rien de productif, rien de bénéfique à quelqu'un d'autre sans y gagner quoi que ce soit. Là était le poison qui rongeait leur civilisation et toute les autres environnantes.

Elle commenta l'apparence des plus douteuse du cornu. Alors qu'il avait eu le courage de se montrer, elle a eu la prétention de se moquer de lui ! Alors qu'à ses yeux, c'étaient eux qui étaient étranges ! Ils n'avaient rien pour se défendre une fois désarmés... Leurs coups portaient moins loin que ceux de leurs propres jambes et, vous verriez un homme courir et se battre en même temps ! Ils étaient faibles, ridicules et pas forcément plus intelligent. Gigantus y réfléchit, ayant entendu la subtile critique de cette étrange damoiselle, horrible damoiselle. Le rhinocéros secoua la tête et la poussa contre le mur d'un coup violent. C'était finit, la comédie ! La masse musculeuse allait enfin sortir les griffes. Il aurait pu la tuer, il aurait pu lui faire plus peur que jamais dans toute sa vie et cette femme restait braquée sur sa décision. Elle se croyait posséder le droit de partir sans demander son reste après un meurtre, en prétendant que ce vieil homme était là où il ne le fallait pas. Juste comme ça.

Elle prouvait à chacun de ses mots qu'elle ne méritait pas de vivre plus longtemps. Des comme elles, il y en avait trop. Et dès le changement majeur dans sa vie, Gigantus s'était promis d'en finir avec eux. Et bien qu'il en soupirait déjà, en ayant assez de toute cette violence dans laquelle il s'emmêlait sans cesse, il lui teint l'épaule pour l'immobiliser et relever son marteau d'un mouvement las. Il le tenait fermement, avec force, pour pouvoir monter le poids jusqu'à la gorge de sa -bientôt- victime. Il pénétra ses yeux d'humaine avec les siens, ses yeux de bêtes, aussi noirs que la plus funestes des ombres. Il était désormais aussi silencieux qu'enragé.

Il avait perdu son meilleur ami. Tout ça à cause d'un assassin de bas étage. Il serra les dents alors qu'il appuyait sur sa gorge à l'aide de son arme massive. Il ne sentait pas d'elle une quelconque résistance. Peut-être qu'elle n'avait pas encore mal. Peut-être qu'elle avait quelqu'un, quelque part ici, qui l'aiderait. À cette pensée, le rhinocéros se remémora l'incident causé par le seau d'eau. Lui même lancé sans nulle raison et par, à priori, personne. Il fronça les sourcils, ne poussant plus son arme d'avantage. Elle avait le regard qui fuyait, elle semblait tendue même si elle gardait un air de confiance qui énervait Gigantus. Une confiance d'apparence maladive. Il fallait à ces viles êtres être confiants. Sans quoi ils perdraient toute crédibilité. Elle lui rappela ainsi le démon jardinier qui fut sa première rencontre.

La ruelle s'éclairait petit-à-petit. La jeune femme ne semblait pas pouvoir se dégager. Gigantus ne prononcera plus un mot. Il écoutait avec attention la respiration de la jeune femme, tout en recommençant à pousser doucement sur sa gorge. Elle mourrait. Alors que lui était en plein dans ses rêves et pensées.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] _
MessageSujet: Re: "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]   "Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

"Rencontre mouvementée" [PV : Gigantus Corne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Ruelles-