''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une soirée mouvementée [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

________________


________________



Une soirée mouvementée [LIBRE] _
MessageSujet: Une soirée mouvementée [LIBRE]   Une soirée mouvementée [LIBRE] EmptyLun 17 Oct 2011 - 23:19

Valaina Isilrá

«You bury me alive, and everybody's gotta breathe »

« You're too consumed by all your emptiness and lies »



- Graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! Sale TRICHEUR !!!!!

Une droite dans la figure du malheureux.. Cassé.. Complétement cassé... Il saignait abondement, face à lui, la jeune fille debout sur la table de bois, tous les regard tournés vers eux.. Elle se frottait le point... Mais.. Que c'était-il passé ?


... ... ... Retour en arrière ... ... ...


Elle s'arrêta de courir à peine un pied dans la ville, où était-elle ?.. Beolan, lui avait soufflé le vieux près de l'entrée de la ville paisiblement assis sur sa vieille chaise branlante. Valaina le remercia, il lui répondit d'un sourire édentée... Elle le salua une dernière fois de la main s'aventurant dans la rue principale de la ville... Elle rencontra quelques soldats sur son chemin.. C'est vrai que cette ville fait partie du royaume, normal qu'on y voit des soldats, des capes blanches.. Voilà des gens assez impressionnant pour la jeune femme. L'élite de l'élite du Roi Kaull devant ses yeux.. Elle n'avait jamais eu l'occasion. Elle s'était toujours demandé si ces hommes portaient une cape blanche et si c'était de là que venait cette dénomination. Mais en fait.. Ce n'était pas totalement ça.. Enfin, il y avait deux hommes portant une cape blanche marquée du sceau du roi et ils étaient avec trois autres personnes, ils discutaient... Alors, soit c'était des guerriers quelconque.. Soit c'était des soldats.. Se pouvait-il que ce soit des 'Capes blanches' aussi ?... Enfin, peut-être pourrait-elle avoir une réponse en allant poser cette question aux principaux intéressés.. Mais, elle n'osait pas, il était pas réputé pour être des enfants de coeur, donc.. Elle pensa bon d'éviter d'aller leur poser une question aussi futile que celle-ci.

Elle soupira avant de se retourner. Son sentait l'air ioder de la mer d'ici, pourtant quand elle avait quitté l'endroit d'où elle l'observait ce matin... D'ici elle était loin... Elle se retourna, traversant la rue, se retrouvant dans une ruelle ou au loin, on pouvait apercevoir ce drap bleu azure bordé de fils argenté en mouvement... Elle écarquilla les yeux puis, se précipita vers la sorte de balcon que formait l'endroit... Quand Valaina tourna le dos à la mer elle se rendit compte que cette ville était forgée dans la falaise... Elle était encore plus étonnée, émerveillée.. Oui, elle avait décidé de partir à l'aventure ne connaissant rien au monde qui l'entour... Tous les jours, elle découvrait des choses, tous les jours de nouveaux souvenirs ce grave dans son esprit. Tous les jours, elle aime un peu plus le monde qui l'a vu naître.

La jeune fille sourit, tournant les talons pour profiter de la vue, si belle, si harmonieuse qui s'offrait à elle. Le soleil était déjà haut dans le ciel, elle avait marché assez longtemps... Des heures, il fallait qu'elle se repose, les mains sous le menton accoudé à une sorte de barrière de pierre elle rêvassait.. Rêveuse.. Elle l'était beaucoup... Mais qu'est la vie sans le rêve ?.. Si nos sommeils n'était pas bercé de rêve, que nous resterait-il pour nous échapper de ce monde ?.. Elle se laissa aller plusieurs minutes, l'esprit vagabond dans un océan infini de pensée, de rêve et de douceur. Un bruit sourd la fit revenir à la réalité.. Elle se retourna, suivant les cris et les protestations d'un homme, se retrouvant dans une petite rue.. Une auberge.. Devant un homme surement ivre qui hurlait derrière celui qui venait de le jeter de l'endroit un coup de pied aux fesses. 'Et rentre chez toi. Tu as trop bu, t'a femme ne va pas être contente'. Valaina sourit.. Pourquoi ?.. Peut-être parce que toute femme n'apprécierait pas que sont bien-aimé rentre en pleine journée ivre.. Une auberge.. elle avait besoin de repos. C'est ici qu'elle allait s'arrêter pour le reste de la journée et la nuit...

Elle entra dans les lieux, tranquille.. Enfin non, bruyant, il y avait un de ces mondes.. Enfin, c'était bien non ? Au moins, il y aurait de l'ambiance ! La jeune femme avança, se frayant un chemin jusqu'au comptoir, elle sourit quand l'aubergiste viens à sa rencontre.

- B'jour ma p'tit dame. Je vous sers quoi ?

- Je voudrais une chambre pour la nuit s'il vous plait. Lui dit-elle souriant.

- Bien ma p'tit dame. Il saisit une clé accrochée sur un panneau de bois derrière lui et la tendit à la jeune fille. Qu'ça fait du bien de voir une jolie fille sourire dans les parages, haha. Vous voulez manger qul'quechose ?

.. Hum.. Elle n'avait pas très faim dans l'immédiat, mais un petit verre de .. Quelque chose lui ferait le plus grand bien.

- Non merci, mais je boirais bien un petit quelque chose

L'homme chauve lui sourit en lui indiquant qu'elle pouvait aller s'asseoir dans la salle, il lui apporterait ce qu'elle avait demandé. Alors que ce dirigeait vers une table vide dans un coin de la salle, un homme l'interpella.

- Hey, jeune fille ! Tu sais jouer aux cartes ?

Elle se dirigea vers lui, le regardant, ainsi que les personnes l'accompagnant.. L'homme était grand et chétif, il n'avait presque plus de cheveux sur le caillou. Il y avait un autre homme, plutôt séduisant, très bien habillé, le genre d'homme que généralement on ne croise que dans les grandes villes riches et non pas dans une auberge... Il y avait une femme au nez assez long, aux yeux fin foncée... La demoiselle haussa les épaules, ce n'est pas très difficile de jouer aux cartes, alors pourquoi pas. On lui tira une chaise pour qu'elle se joigne à la table, elle s'installa alors que l'aubergiste lui apportait son verre, elle le remercia... La partie commença.

- On parie de l'argent, mais bien sûr, seulement des pièces de bronze où d'argent, selon la première mise.

Elle hausse les épaules.

- C'est d'accord

Ils jouèrent.. Une heure.. Deux heures.. Trois heures.. Ils s'amusaient, rigolait.. Parié de l'argent, en gagnait, en perdait sans ronchonné.. Toujours avec la bonne humeur et le sourire... Jusqu'à ce qu'une trop grosse d'ose d'alcool ingéré viennent détruite cette ambiance d'amusement à la table... Bon.. Au début, ils faisaient avec l'homme qui avait invité Valaina a joué, avait visiblement bu un coup de trop, il semblait ne plus bien voir ses cartes... Enfin, c'est ce qu'il laissait penser.. Mais d'un coup, il remporta un bon gros paquet.. Puis une autre somme assez importante.. Et encore une autre.. S'en était trop.. C'était trop bizarre.. A ce rythme-là, ils allaient tous se retrouver déplumé de leurs argents en quelques parties... Et puis vient le moment ou.. L'homme fit tombé en essayant de récupérer son argent, quelques cartes.. A bien les regardaient... Valaina avait l'une des cartes les plus forte dans son jeu... Euh ?... Il avait triché... C'était possible... L'homme semblant venir d'un monde plus riche se leva brusquement faisant tomber sa chaise.

Il essaya de lui mettre une bonne correction, mais.. Il se loupa et se prit une bonne droite dans la joue... L'homme ivre se mit a crié qu'il était pas un tricheur.. Mais Valaina ne pouvait le laisser filer, surtout pas avec ses pièces, elle en avait besoin !! Elle se leva de sa chaise, posa un pied sur la table, puis un deuxième.. Ses yeux avaient viré aux rouges... Elle saisit l'homme ivre par le col...

- Graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! Sale TRICHEUR !!!!!

Elle lui lança son poing dans la figure en plein dans le nez ! Avec sa force incroyable, elle lui avait bien cassé.. Il saignait, se tenait le nez en lançant des jurons.. Pleurnichant presque.. Bien fait pour lui, il ne fallait pas tricher !! Enfin.. Il partis finalement en courant ne réclamant pas son gain... Valaina sauta de la table pour atterrir sur le sol de bois, elle se retourna vers l'aubergiste, lui lançant quelques excuses pour le trouble causé.. Elle s'assit alors que l'homme assez aisé releva sa chaise.

- Quel fourbe.. Sale voleur ! Tricheur !

Valaina lui sourit

- Etant donné qu'il n'a pas pris l'argent... Je propose que nous nous le partagions.. Où.. Nous pouvons toujours jouer pour l'avoir..

Il regarda la jeune fille.

- Petite malicieuse. Dit-il sur un ton amusé.

Que la partie continue.... Finalement au bout de plusieurs minutes.. C'est l'homme qui gagna la mise.. Mais, il était bon.. Il offrit une partie de l'argent a Valaina, ce qui l'a ravis, au moins, elle n'avait pas perdue beaucoup trop d'argent dans ce jeu stupide... L'homme prit congé et partie, alors que Valaina resta assise... Elle s'affala dans sa chaise.. Tranquillement.

Revenir en haut Aller en bas

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


Une soirée mouvementée [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Une soirée mouvementée [LIBRE]   Une soirée mouvementée [LIBRE] EmptyMer 19 Oct 2011 - 8:41

[HRP: Afin de facilité la lecture de ce message et des suivants, je ne met que le masculin pour décrire Mio. Cependant, cela ne veut pas dire qu'il est un garçon plutôt qu'une fille; son sexe reste incertain, dû à son physique androgyne.]

Mio était assit sur le toit de la bâtisse, ses jambes repliées devant lui, les mains sur ses genoux. Ses vêtements de lin roses pâles et sa chevelure flottaient, emportés selon les caprices de la brise. Sa peau blême luisait presque sous le soleil qui offrait encore un peu de chaleur à qui la saisissait.

D'ici, la vue était superbe, bien sûr, mais un détail lui avait échappé lorsqu'il avait entreprit son escalade:

Le peuple.

Bien que la plupart d'entres eux étaient sans doutes des gens insipides, il lui répugnait d'échapper à toute cette agitation qui grouillait en bas. D'aucuns seraient probablement aptes à lui tenir lieu de Maître, mais il ne pouvait résister à l'envie de voir ces visages inconnus, et tout ces mots!...

Il avait comprit depuis le temps. D'un être peut émaner une banalité déconcertante, mais ce qu'il peut révéler, ces bribes d'un premier abord insignifiantes qu'une bouche souffle à une oreille conspiratrice... Ces lèvres qui frémisse, craintives des informations qu'elles révèlent!

Voilà ce que Mio cherchait plus que tout dans ces lieux:

Des informations.
Se tenir au courant des dernières nouvelles du Monde, en savoir un peu plus sur les entités vivantes ayant une quelconque valeur, leurs exploits... Que pouvait-il espérer de plus, de toute façon? Depuis son service auprès de son Troisième Maître, Mio ne semblait plus chercher grand-chose de la vie, hormis un Maître.

Mais il y avait également une deuxième raison qui le poussait à descendre:

Le contact humain.
La chaleur réconfortante, la vie qui palpite dans le corps des autres, il éprouvait la nécessité de l'approcher, de ressentir cette effervescence, malgré sa malédiction.

Il se décida finalement. Il regarda une dernière fois l'étendue urbaine, le ciel. Il leva ses yeux si particuliers, ses yeux d'azur et d'obscur, origines de passion et de désastres, vers l'infinité qui se dressait au-dessus de lui, sa chaîne accompagnant son geste d'un tintement semblable à celui d'une clochette.


*Ce n'est pas si mal, en fait. Je reviendrai une fois que ces douces lumières scintilleront au-dessus de la ville. En attendant, allons voir ce que me réserve l'auberge. Prudence toutefois, l'ivrogne ne fait pas figure unique sur le chemin de la perversité. Allons! Il est temps.*



Il entama sa descente mais, rendu à mi-parcours, ce qu'il avait prit pour une crevasse du mur se révéla être aussi peu consistante que du sable. Perdant prise, il finit sa chute dans un fatras d'éboulement de la parois, de cliquetis de chaîne et du cri de surprise qui jaillit de sa bouche. Mio se retrouva à l'endroit escompté, en fin de compte. Avec un ou deux bleus, un peu de poussière de la rue et de la façade, mais avec tous ses morceaux, et en vie.

Il s'assit donc, gémissant un peu, replaçant quelques mèches roses, s'époussetant, réajustant sa chaîne, remontant sa cordelette sur son bras droit...

Un serviteur doit bien paraître, même sans Maître à servir.

Il était à présent tout près de la porte d'entrée de l'auberge. Il eut une hésitation pendant un court moment, repensant à la jeune fille qui était entrée trois heures plus tôt.


*Cette fille... Était-elle perdue? Ou tout simplement une étourdie de plus, semblable à toutes ces femmes sans but précis ni désirs à assouvir...*

Il eut un rire faiblard, légèrement faux.

*Messire Karaan aurait probablement répondu à cela: Et toi Mio? Es-tu bien différent de ces femmes-là? Peut-être... Peut-être pas. À toi de voir, ou d'y remédier!*

Il soupira, secoua un peu la tête, comme pour chasser ces idées néfastes et inutiles.

*Elles et moi sont incompatibles à toute comparaison. Elles n'ont pas ma condition; je n'ai pas leur idiotie!*

Il entra donc, accueilli par le cri furieux de la jeune fille aux yeux de braise qui retentit au même moment.


"Graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! Sale TRICHEUR !!!!!"

Il resta figé sur le portail d'entrée, surpris face à la scène violente qui se déroulait sous ses yeux hétérochromes. De ce fait, ladite demoiselle asséna un coup de poing mémorable sur le nez du truand, nez qui s'en souviendrait effectivement pendant longtemps, tout comme son possesseur. Reprenant rapidement ses esprits, habitué aux bagarres de tavernes, Mio profita de la diversion et s'installa tranquillement sur un banc libre, accompagné du son de grelot de sa chaîne qui complétait le moindre de ses mouvements. Il ne souhaitait pas spécialement converser pour le moment. Prendre le temps d'écouter, de connaître un peu les personnes qui l'environnait, la situation. Une fois de plus, il trouva bien peu son compte dans la populace qui emplissait l'auberge de leurs bruits et de leur présence.

*Enfin, se dit Mio, une auberge en vaut une autre; elles se ressemblent toutes.*

Puis il observa cette inconnue d'une force peu commune, achevant son jeu de cartes contre le riche homme.

*Comme quoi, c'est l'exception qui confirme la règle. Dans les auberges, tavernes et autres lieux de ce genre, ce qu'il y a d'intéressant, c'est qu'on y rencontre soit quelques gens particuliers, soit des informations particulières. Je ne serai pas entré en vain, surtout après le petit imprévu avec le mur. Dommage, elle est un peu jeune pour être ma Maîtresse... Peut-être aurais-je plus de chance avec ce bel homme?*

Il commença à discuter avec quelques personnes à sa table. D'abord mal à l'aise par son androgynité, son apparence d'enfant et ses habits, ils oublièrent bien vite ces détails face à la sociabilité de Mio. Il savait depuis plusieurs années comment s'y prendre avec le peuple: des histoires imaginées, bien placées pour rassurer les sceptiques qui risquaient de le prendre pour un fugitif, un air amical, un rire enfantin, cristallin, par-ci, par-là... Il y avait toujours le problème de ses yeux mi-bleus ciel, mi-lilas, les cas semblables se fesant plutôt rares. Mais il n'était pas dépourvu de charisme, et on finissait par discuter avec lui, invariablement. Ainsi, se mettant à jour des nouvelles de Feleth, il continuait d'observer la demoiselle et son adversaire.

Au bout de plusieurs minutes, l'homme, qui venait visiblement de triompher, quitta la jeune fille après avoir glissé quelques mots et, aparamment, fait grâce à celle-ci d'une part de ses gains. Un galant, s'il en est, se dit Mio. Ses lèvres esquissèrent une moue de dépit. Ainsi, son potentiel Maître se défilait! Autant passer à autre chose. Pour ce qui était des nouvelles, elles restaient aussi lugubres qu'à leur habitude. Mieux valait s'essayer avec les personnes, à présent. Et il n'y en avait qu'une qui en valait la peine.

La jeune fille ne bougeait pas de sa place, peut-être indécise, mais en tous les cas paisible malgré les événements qui avaient eu lieu peu de temps avant.

Mio prit congé de ses compagnions temporaires le plus aimablement qu'il le put et se dirigea calmement vers la jeune fille, la regardant de ses yeux hétérochromes. Il lui dit, de sa voix féminine, sensuelle et cordiale:


"Bonjour. Puis-je prendre place à cette table, gente demoiselle? Vous semblez nouvelle en ces lieux, ou quelque peu perdue, si je ne me trompe. Je m'appelle Mio, et bien que de passage à Beolan, si ma modeste personne a la possibilité de vous être d'une quelconque aide, je suis à votre service. Bien que vous soyez dotée d'une force... particulière, pour une jeune dame, qui je n'en ait doutes sait faire face à l'adversité."

Il adressa un sourire bienveillant à la jeune fille, non sans constater que les yeux de celle-ci était bruns à présent.


Dernière édition par Mio Raeth le Jeu 22 Déc 2011 - 5:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Kirik Silvershield



________________

Kirik Silvershield
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Artiste, Musicien, Masseur, travaux de mains.
Croyances : Indécie
Groupe : Toujours rebelle

Âge : 23 ans

Messages : 18


Une soirée mouvementée [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Une soirée mouvementée [LIBRE]   Une soirée mouvementée [LIBRE] EmptyLun 24 Oct 2011 - 4:54

Trois jours... Trois jour avant que l'homme qu'il traquait ne soit enfin à porté de lame et maintenant que la mission pouvait être rapidement terminé, cela l'ennuya d'avoir à éliminé cet homme. Tout ce traqua pour une capture si facile. Il était dans une taverne quelconque, ne sachant pas que les deux mercenaires qu'il avait engagés étaient déjà hors de combat derrière ce même bâtiment ou il trinquait. Un bourgeois même pas un noble ou un guerrier, mais un bourgeois et même pas un riche en plus. En valait-il vraiment la peine? Ce n'était pas à Kirik de décider, mais maintenant la chose le répugnait. D'après ses sources, le grassouillet assis au contour en savait trop et c'était tout. Devait-il le tuer pour ca? Parce qu'il avait surpris des choses. N'était-ce pas la faute de ceux qui avaient été entendu d'avoir fait preuve d'incompétence et de négligence? Non! Décidément ce petit gros avait de la chance car une des deux brutes qu'il avait recrutées était en fait un criminel recherché et de lui avoir ouvert la traché avait ravi les pulsions meurtrières de l'artiste. Il avait accepté ce travail à cause de son besoin viscéral de mort, mais la pulsion était passé et maintenant, le jeune kleptomane comprenait qu'il avait été engagé comme tueur à gage et il n'aimait pas cela, mieux valait mettre fin à la chasse et affirmé avoir perdu la cible. Sinon il pouvait aussi dire qu'un travail aussi facile ne l'intéressait plus, il avait une assez bonne réputation pour se permettre de se montrer arrogant avec ses employeurs. Cela donnerai quelques jours de plus au condamné. Pourtant il fallait aussi s'occuper d'autre chose. Un autre homme qui celui-là semblait le surveiller pour voir si il accomplirai l'acte. Une sorte d'arbitre du monde souterrain qui s'assurait que les contrats soit bien remplit, il fallait s'en débarrassé, mais on ne fait pas lâcher prise facilement à un rat qui sait d'ou vient sa pitance. Cet alors que le voleur eu une idée. Il vida sa pinte et se leva comme pour aller en commandé une autre directement au bar. Ce faisant il passa juste devant le surveillant sournois et s'arrangea pour le bousculer.
 
-Oh! Désolé, on est coincé ici, je ferai attention quant je repasserai.
 
Il avait lâché au passage le contenue d'un petit tube d'alcool pur dans le breuvage du casse-pied qui le repoussa farouchement. Après avoir fait le plein, Kirik retourna s'asseoir dans son coin et attendit que son produit fasse son effet. Quelques minutes seulement après ce fut-un ivrogne qui tentait plus ou moins subtilement de le dévisager dans le but de connaître ses desseins par rapport à sa cible. Le jeune artiste se plaignit alors à l'aubergiste qu'un homme bizarre n'arrêtait pas de le fixer, ce que le commerçant avait déjà remarqué. Il demanda a l'ébréché de stopper pour ne pas perdre de clientèle. Surpris, l'espion pris très mal le fait de se faire dire quoi faire et repoussa le commerçant à force de hurlement. Deux minute plus tard, il avait été jeté dehors par les clients de la place et hurlait à la porte des insultes particulièrement grossière. Jusqu’a ce que la porte se referme non sans un dernière recommandation de la part du voleur.
 
-Et rentre chez toi. Tu as trop bu, t'a femme ne va pas être contente.

Voila une chose de faite. Le pauvre bougre n'oserait jamais avoué qu'il était trop saoul pour faire son travail et Kirik avait maintenant la paix jusqu'a ce qu'ELLE entre. Un mètre trente-trois, Kirik avait toujours su deviner avec justesse la taille des petites personnes, il n'avait aucune idée pourquoi mais c'était comme sa. Elle était aussi joli ou mignonne plutôt. Il y avait aussi une force en elle qui semblait lui sortir par les pores de la peau, mais ce n'était pas tant son apparence qui attira l'œil du psychopathe. C'était autre chose qu'il reconnu facilement, une autre pulsion qui dépassait même ses crises de violence et c'était la pulsion de l'art. Une feuille, il lui fallait quelque chose pour dessiner. L'artiste sortit ses crayons si vite que le serveur eu un mouvement de recul pensant avoir affaire à une arme. Le dessinateur posa ensuite sur papier tout ce qui lui venait à l'esprit sans quitter Isilra des yeux. Son crayon fila sur le décor jusqu'a stopper net. Avant de continuer, il lui fallait une autre chose sans laquelle il ne travaillait jamais. L'accord de sa nouvelle muse. Réalisé une œuvre était impossible si le dessein en question n'était pas en harmonie avec le but.

Pour le moment, la jeune fille jouait aux cartes avec trois autres personnes. Kirik ne savait pas qui était la femme ni le gaillard qui semblait aimer l'alcool plus que de raison, mais il reconnu facilement le troisième lascar. Jereseth! Le sale lascar semblait s'amuser aussi bien que la dernière fois qu'ils s'étaient rencontrés tout les deux et d'après ce qui se jouait, il ne semblait pas être devenu plus honnête. Tandis que les autres surveillaient leurs jeux, il profitait du fait que le plus éméché buvait pour changer ses cartes et le faire gagner miraculeusement. Alors que l'ivrogne semblait gagner, le bonimenteur déposa quelques cartes sur les genoux du vainqueur. Lorsque celui-ci tomba de sa chaise pour ne question d'équilibre, les cartes le suivirent jusqu'au sol et c'est la que, tel un politicien, le manipulateur poursuivi sa mascarade en accusant le pauvre bougre et en l'agressant histoire de ne pas lui laisser une chance de s'expliquer. Pour ne pas paraître mal il prit lui même bien sur un coup dans la figure. Joliment monté en effet se dit Kirik, il était toujours impressionné par les connaissances sur l'esprit des autres qu'avait son fourbe ami. Il donna même une partie de son argent à Valaina pour bien paraître. Cet homme était vraiment un maître et l'artiste avait eu raison de dessiner son portrait a leurs première rencontre. Il était l'une des seule de ses muses a avoir survécu. Maintenant que le potentiel trouble fête était parti, il fallait penser a un moyen d'approcher son inspiration. Depuis un moment, un gamin attirait l'attention des membres de la taverne par ses propos amicaux et par ses histoires fantastiques. Il était joyeux et rafraîchissant, mais emblait aussi un peu faux. Il fallait savoir ce que pensait réellement quelqu'un pour survivre dans les bas-fonds et Kirik n'était pas dupe, cet homme avait du talent car oui c'était bien un homme et pour que personne d'autre n’ai rien remarqué il fallait un fort charisme. Mio Raeth se rendait justement à la table de la fille qui l'intéressait, car bien sur les gens spéciaux se rencontres toujours. Kirik en profita pour s'incruster dans la conversation du jeune homme souhaitant juste que celui-ci joue le jeu. A deux ils auraient sans doute plus de chance peu importe ce que l'autre voulait.

"Bonjour. Puis-je prendre place à cette table, gente demoiselle? Vous semblez nouvelle en ces lieux, ou quelque peu perdue, si je ne me trompe. Je m'appelle Mio, et bien que de passage à Beolan, si ma modeste personne a la possibilité de vous être d'une quelconque aide, je suis à votre service. Bien que vous soyez dotée d'une force... particulière, pour une jeune dame, qui je n'en aie doutes sait faire face à l'adversité."

- En effet, bien que voyageur, nous connaissons bien les recoins de cette ville et nous pouvons vous montrer les meilleurs échoppes et les plus beaux plateaux pour apercevoir l'horizon. Nous pouvons même vous procurez un bateau ou une monture si vous le désirez.

Quitte ou double, si le jeune lascar jouait la comédie avec lui, les deux pourraient en bénéficier car Kirik connaissaient bel et bien du monde qui était dans la possibilité de leurs procurer ce qu'il voulait, mais il avait besoin du charisme et de la façade amicale du petit. Malgré tout, une légère erreur subsistait, Kirik avait donné son vrai nom, un nom recherché pour un paquet de pièce d'or. Restait juste a la chance de décidé si les deux compères avaient ou non entendu parler de lui en bien ou en mal et si cela les préoccuperaient.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Une soirée mouvementée [LIBRE] _
MessageSujet: Re: Une soirée mouvementée [LIBRE]   Une soirée mouvementée [LIBRE] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée mouvementée [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Auberge des trois lieues-