''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Takamorishima Strauss



________________

Takamorishima Strauss
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Maître de feu
Métier : Commandant des Cape blanches
Croyances : Fléau
Groupe : Royaume

Âge : 19 ans

Messages : 36

Fiche de Personnage : L'âme de Cerberus


De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] EmptyVen 4 Nov 2011 - 14:42

Il marchait fièrement comme toujours, à ces côtés cet enfant. Enfin.. Enfant.. Elle était peut-être à peine moins âgées que la cape blanche.. Mais, est-ce que cela est important ?.. Ils marchaient côte à côte dans les rues de la cité, saluant au passage des civiles, des soldats, la routine en somme. La marche se fit silencieuse, ne sachant pas trop quoi dire.. Takamorishima n'était jamais vraiment à l'aise avec des gens qu'il ne connaissait pas, avec le temps il avait quand même réussit à se faire ce que l'on appelle 'ami', en particulier Drek et Ina, ils étaient un peu comme ces élèves mais passaient beaucoup de temps ensemble en dehors des missions du roi.

Ils arrivèrent devant les grandes portes du château, il fallut quelques secondes pour que ces dernières s'ouvrent. Il salua legardien de la porte qui fit une révérence bien bas pour L'âme de Cerberus et son invité, un simple signe de tête pour rendre le salue au gardien, il s'engouffra dans la cour du château, posant sa main au creux du dos de la demoiselle pour la faire avancer. C'était peut-être la première fois qu'elle mettait les pieds dans un endroit aussi grand, aussi imposant, un château, comme la ville à l'image de l'ego du roi, démesuré..

Ils traversèrent rapidement la cour, s'engouffrant enfin dans la forteresse la mieux garder de tous les temps surement. Des soldats partout, des valets, des capes blanches.. Les couloirs y sont extrêmement grand et beau.. quand on met les pieds dans cet endroit, aussi merveilleux qu'il est, on y vois toute suite la richesse du roi.. Enfin soit. Il continuait d'avancer, la jeune fille toujours à ses coter.. Au détour d'un couloir Takamorishima s'arrêta se tournant vers son invitée.

- Bon.. Euh, moi je dois aller faire mon rapport au Roi dans les plus brefs délais alors, le mieux c'est que je t'emmène dans mes appartements, là-bas tu pourra faire ce que tu veux. J'en aurais pour une heure tous au plus, j'essayerais d'être rapide. Et surtout, évite de te promener dans le château tous seul, personne ne te connait, ça pourrait te porter préjudice.

Il continua le chemin pendant quelques minutes, monta des marches d'escaliers toujours en compagnie de la jeune fille.. Ils tournèrent sur la droite, longèrent le couloir pour arriver devant une simple porte de bois. Takamorishima poussa cette dernière et entra en compagnie de son invitée. Ils venaient de pénétrer dans ses appartements, ils était dans la pièce principale, une grande pièce avec table et chaises, un canapé pour se reposer, divers meubles avec des livres, des objets divers, des armes.. sur les murs, quelques toiles de peinture représentant plusieurs guerriers, des anges, des démons.. Dans la salle sur la droite, il y a une salle d'eau.. Et oui, une salle de bain à l'intérieur de la chambre, ça c'est la classe.. enfin tous ce dont on a besoin se trouve ici, serviette et les vêtements et tout le reste. Sur le coter gauche, sa chambre, un grand lit aux armatures de bois et aux draps de soie... Dans le grand salon, il y avait aussi ce qu'on peut comparer à une cuisine.. Enfin, c'était en gros comme.. un appartement emménager, haha.

Takamorishima se tourna vers Mio.

- Je dois y aller, alors tu restes là et fait comme chez toi. Hum.. Euh, si tu veux te changer, euh.. Je doute que j'ai des vêtements qui t'iront, mais en attendant tu peux toujours fouiller dans mon armoire pour mettre quelque chose de propre, si tu veux et si on a le temps on ira en ville te trouver des habilles plus.. Mieux.. Enfin, tu me comprends hein.

Il se gratta l'arrière de la tête nerveusement, il se trouvait beaucoup trop généreux ses derniers temps.. Enfin soit. Il sourit àson vis-à-vis, lui montrant rapidement l'endroit.

-Je reviens dans une heure et surtout, il vaux mieux que tu ne sorte pas d'ici, pour ta sécurité.

Il sourit sortant de la chambre laissant la jeune fille seule. Pendant ce temps lui, il allait faire son rapport au Roi.. dire que les informations qui leur avait été fourni n'était rien d'autre qu'un piège. Takamorishima dissipa les doutes du Roi quand il lui annonça qu'il avait éliminé la dite source qui leur avait fournis des informations erroné. Et lui avait aussi assuré que tous les rebelles avaient été tués... Une bonne chose de fait avait-il murmuré entre ses lèvres.. Après le rapport du combat, des blessures et le reste, le Roi confia une autre mission à la cape blanche sans oublier de lui dire de prendre une pause de quelques jours, le voyage avait été éprouvant et visiblement la cape blanche avait besoin de repos...

Il s'exécuta, saluant son Roi d'une révérence, puis il tourna les talons pour se rendre dans ses appartements... Il espérait qu'elle n'avait pas bougé de la chambre, même si peut-être que la tentation de découvrir ses lieux était fort.. C'était pour sa sécurité, si jamais elle tombait sur un soldat ou quelqu'un qui ne la connaissait pas elle pourrait être qualifié comme intru et Takamorishima ne donnerait pas cher de sa peau... Il pensait à aller plus tard dans la journée, retrouver le roi pour lui accorder une faveur, qu'il puisse garder la jeune fille quelques temps... Il arriva devant la porte de ses appartements, toujours fermé, il l'ouvra, regarda autour de lui.. Rien... Il soupira, haussant les épaules. Il était fatigué.. Il s'accorda alors quelques heures de pause. Il déboutonna sa chemise de lin, laissant apparaître l'entièreté de son tatouage, le dragon qui naissait sur sa poitrine pour finir sa course sur sa joue.. Il se laissa tomber sur son canapé, ferma les yeux quelques secondes...
Revenir en haut Aller en bas

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: Re: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] EmptyMer 16 Nov 2011 - 21:28

Mio en avait vu, quelques fois, des résidences de nobles. Chez son troisième Maître, et puis lors de divers séjours chez des comtes et des comtesses. Mais jamais décorées avec une richesse qui relevait de l'impossible. Autant d'objets d'une valeur inestimable et de décorations d'or et de joyaux, alors que la pauvreté accueillait de nouveaux mendiants chaques jours, ça ne pouvait être que la demeure d'un excentrique tyrannique... Le repaire de Kaull... Malgré lui, Mio sentit un frisson parcourir son corps, à la fois émerveillé par tant d'objets qu'il aurait aimé posséder ou simplement qu'il n'aurait jamais cru contempler un jour, et aussi perplexe de constater à quel point le roi était puissant.

Ils marchaient donc depuis un moment, parmis les couloirs du château, quand Takamorishima lui addressa la parole:


"Bon.. Euh, moi je dois aller faire mon rapport au Roi dans les plus brefs délais alors, le mieux c'est que je t'emmène dans mes appartements, là-bas tu pourra faire ce que tu veux. J'en aurais pour une heure tous au plus, j'essayerais d'être rapide. Et surtout, évite de te promener dans le château tous seul, personne ne te connait, ça pourrait te porter préjudice."
L'amener dans ses appartements? Mio n'était plus certain de ce que Takamorishima prévoyait faire de lui. Il pensait qu'on le laisserait dans une chambre de domestiques, pas dans les appartements privés du chef des Capes Blanches. Il ne savait pas dans quoi il s'était embarqué à se laisser aller dans le flot de l'action, mais il était trop tard pour reculer. Il répondit de sa voix enfantine:

"D..d'accord, messire. Je serai sage, c'est promit!"

Ils parcourirent encore les dédales du château pendant plusieurs minutes. L'immensité des lieux était proportionnelle à la décadence de son propriétaire, aparamment. Mio était perdu depuis longtemps dans cet endroit qu'il ne connaissait pas. Il n'aurait certainement pas tenté de fausser compagnie à l'âme de Cerberus, ni de s'aventurer dans le château sans lui. Puis, ils arrivèrent aux appartements du chef des Capes Blanches. Rien ne manquait, vraiment. Il suffisait de penser à un élément plausible d'une résidence de noble, il s'y trouvait. Sans doutes même un bain, un lit immense...

"Je dois y aller, alors tu restes là et fait comme chez toi. Hum.. Euh, si tu veux te changer, euh.. Je doute que j'ai des vêtements qui t'iront, mais en attendant tu peux toujours fouiller dans mon armoire pour mettre quelque chose de propre, si tu veux et si on a le temps on ira en ville te trouver des habilles plus.. Mieux.. Enfin, tu me comprends hein."
Le jeune homme semblait un peu gêné, et c'était un sentiment partagé. Il ajouta:

"Je reviens dans une heure et surtout, il vaux mieux que tu ne sorte pas d'ici, pour ta sécurité."
Mio resta donc planté là, indécis. Que devait-il faire? Il n'osait toucher à quoi que ce soit. Allons... un simple serviteur comme lui, revêtir des habits d'une personne d'un tel rang? Il se dirigea vers l'armoire, sans pourtant l'ouvrir. Il l'observa comme si un monstre allait en surgir.
*Messire Strauss... Il ressemble de moins en moins au monstre sanguinaire que l'on s'imaginerait être le chef des Capes Blanches. Est-ce que je ne devrais pas en profiter, prendre un de ces riches vêtements, quitte à devoir le faire ajuster plus tard par un tailleur? Mais je me suis attaché à ceux que je portes, depuis le temps...*

Il soupira. Ses habitudes de serviteur étaient bien ancrées en lui, il n'arriverait pas à prendre quoi que ce soit à Taka. Il ouvrit tout de même l'armoire. Pas pour y prendre un des vêtements qui s'y trouvait; simplement pour contempler. Tout cela était bien trop luxueux pour sa modeste condition! C'était aussi trop grand, Takamorishima le dépassant d'une bonne tête. Puis, une idée lui vint. Et s'il essayait ce bain? C'était un fantasme qui le suivait depuis un moment, mais il n'en avait probablement pas le droit, en tant que serviteur. Mais, après tout, la situation se reproduirait-elle un jour?

Hésitant, il explora un peu les appartements pour finalement tomber dans la pièce qui contenait la baignoire. Il s'approcha de celle-ci, sentant son coeur accélérer. Combien de fois avait-il préparer un bain à ses Maîtres comme celui qu'il allait à présent faire pour lui-même? Il entreprit de chauffer de l'eau et de la déverser dans la baignoire, répétant sa manœuvre à plusieurs reprises jusqu'à ce que le niveau de l'eau lui paraîsse acceptable. Il se défit ensuite de ses habits roses pâles et se glissa dans le bain qu'il avait préparé.

La sensation était encore plus agréable que tout ce qu'il avait imaginé. La caresse des volûtes de vapeur sur ses joue, sur son visage... L'eau presque trop chaude qui le détendait. Il ferma les yeux; son embrouille avec les bandits lui semblait bien loin à présent...

Cela fesait plusieurs dizaines de minutes qu'il était ainsi. Il s'était lavé pendant ce temps, éliminant de ce fait la poussière de la route qui s'était déposée sur sa peau; il avait après tout parcouru la majorité de Feleth avant de trouver un gîte et peut-être, qui sait, un Maître. Puis il avait laissé l'eau à peine tiède relaxer son corps.

Vers l'entrée, un bruit de porte que l'on ouvre retentit. Mio sursauta. Que devait-il faire? Il n'avait pas demander l'autorisation à Taka, bien que celui-ci lui ait permit de faire « comme chez lui ». Il n'avait même pas de chez lui, d'ailleurs... Bref, il s'assit dans la baignoire, se demandant s'il devait sortir et se couvrir d'un linge, et remettre ses habits. C'était sans doute ce qu'il y avait de mieux à faire; il ne pouvait quand même pas rester planté là. Il tendit un bras vers un long tissus pour le bain, se leva et le passa sur lui pour dissimuler sa nudité. Le jeune cape blanche semblait rester vers l'entrée, dans le salon probablement. Mio sortit de l'eau et chercha donc à se saisir de ses vêtements. Tout en se rhabillant, il observait la porte qui menait à la pièce où il se trouvait. Il rougissait, gêné par l'éventualité qu'on le trouve comme ça. Il enfila rapidement ses habits qui lui collèrent un peu à la peau, mais ce n'était pas le moment de rechigner sur ces détails! Il ne prit pas la peine de s'essuyer les cheveux et sortit donc de la pièce, après avoir éteint les braises de la bouilloire et fait se vider la baignoire. Mio rejoignit le salon, s'arrêtant à l'entrée du couloir qui menait à celui-ci. Ses cheveux dégoulinaient le long de son cou et de son visage, encore gorgés d'eau. Il tortillait une mèche de cheveux rose et humide, indécis. Fallait-il qu'il avoue qu'il venait de se servir de la baignoire, malgré sa modeste condition? Il avait le sentiment qu'il valait mieux être franc avec le cape blanche, quitte à en subir les conséquences. Il répondit, sans oser regarder le jeune homme:


"Hum... Je - j'ai prit la liberté d'utiliser la baignoire... Vous avez dit que je pouvais faire comme chez moi, alors... Je suis désolé, c'est bien indigne d'un serviteur tel que moi!"

Il sentit des larmes monter à ses yeux hétérochromes. Il avait le sentiment d'avoir abusé d'un pouvoir qu'il n'avait pas, et maintenant il allait sûrement payer pour cela. Ça ne serait pas la première fois, mais il regrettait son geste.
Revenir en haut Aller en bas

Takamorishima Strauss



________________

Takamorishima Strauss
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Maître de feu
Métier : Commandant des Cape blanches
Croyances : Fléau
Groupe : Royaume

Âge : 19 ans

Messages : 36

Fiche de Personnage : L'âme de Cerberus


De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: Re: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] EmptyJeu 17 Nov 2011 - 23:56

C'était plutôt calme, étrangement calme. Takamorishima appuyait sa tête contre le dossier du canapé, le menton en l'air, il ferma les yeux, s'enfuyant presque dans un sommeil qui peut à peut l'emportait.. Silence calme.. Pas un bruit, pas un mot, seul le souffle régulier de la respiration de la cape blanche était audible mais, pourtant si faible... Ce fut comme un fash, la cape blanche sursauta, regardant autour de lui, avait-il osé s'assoupir sur ce fauteuil ? J'en ai bien peur.. Mais, bon, on ne peut lutter contre Morphée n'est-ce pas. Il se releva, quittant le fauteuil pour le moins confortable, regardant autour de lui.. Au fait où était-elle ?.. Il n'avait pas vraiment fait attention.. Sa futur mission était des plus périlleuses et il devra la réaliser seul.. Il était anxieux, jusqu'à en oublier son inviter.. Il se leva.. Décida d'aller voir si par hasard elle n'était pas aller s'assoupir dans le lit de Takamorishima, bien que cela était loin de le déranger, il voulait avant tous s'assurer qu'elle était encore ici et qu'elle n'avait pas quitté sa chambre.. Comment pourrait-il expliquer au roi d'avoir invité quelqu'un d'extérieur au château sans même son approbation.. Cela pourrait lui porter préjudice et pire à la demoiselle...

Il regarda ici et là, jeta un coup d'oeil dans sa chambre.. Vide.. Il tourna un peu en rond se demandant où elle pouvait bien être. Il pensait qu'elle n'était pas assez stupide au point de sortir de la chambre et de s'aventurer vers sa mort !.. Il sortie de la chambre fixant la porte en face de lui.. La salle d'eau... Il s'avança, posa la main sur la clenche de la porte mais, se ravisa.. Jamais il n'entrerait.. Surtout si elle était bien là, surement en train de se détendre dans un bain chaud, se prélasser dans de l'eau claire et fumante... Se dandinant dans les vêtements doux de la cape blanche peut-être.. Il recula de deux pas avant de retourner dans le salon se laissant de nouveau tomber sur le canapé. Il se gratta le menton du bout des doigts, bailla la bouche grande ouverte, oubliant même la politesse de mettre la main devant sa bouche.. Il faut dire, il était seul et s'en contre fichait de toute façon. Il se gratte ensuite son torse au niveau de son tatouage.. Non, il n'avait pas de puces ou autres bestioles inondes, c'était simplement nerveux... Il gratta doucement sa peau, l'effleurent à peine de ses doigts..

"Hum... Je - j'ai prit la liberté d'utiliser la baignoire... Vous avez dit que je pouvais faire comme chez moi, alors... Je suis désolé, c'est bien indigne d'un serviteur tel que moi!"

.. Oula, oula doucement.. Indigne ? Mais qu'est-ce qu'elle racontait ?.. Takamorishima eut un petit sourire la voyant dégoulinante d'eau et encore un peu fumante.. Il mit ses mains derrières sa tête, la fixant du regard avant d'ouvrir la bouche.

-Il n'y a rien d'indigne à prendre un bain, tout le monde a droit d'être propre et beau, peu importe qui il est..
Il sourit.. Bon ben oui, tout le monde avait le droit de sentir bon, d'être beau et non couvert de poussière et autre saleté.. Il se leva du canapé se dirigeant vers la salle de bain.. Il saisit une serviette blanche puis revient auprès de Mio, il était derrière elle, il posa la serviette sur ses cheveux et doucement il se mit à frotter.

-Et puis si je t'ai dit de faire comme chez toi, ce n'est pas pour que tu t'excuses. Si tu te serais assoupi dans mon lit, j'aurais dormi sur le canapé, haha. Et puis.. Tu aurais pu passer de mes vêtements même s'ils sont visiblement trop grands, tu aurais était plus à l'aise et t'es cheveux, il faut les sécher, sinon, tu risques d'attraper froid. C'est bête mais, c'est vrai !

Il rigola doucement, était-il en train de "s'humaniser ?" Moment des plus mémorables au petit soin avec une inconnue.Gentillesse trop de gentillesse peut-être, Était-ce l'effet de sa mère. Chaque jour, il pensait à elle, rien qu'en étant en présence de Vélona son invocation la plus puissante. Il arrêta au bout de quelques minutes de frotter les cheveux de la jeune fille, il retira la serviette a présent humide et mouillés par endroit pour la mettre dans un bac dans la salle d'eau, bac qui contenait tout ce qu'il y avait à laver. Il revient dans le salon posant sa main sur l'épaule de la fille.

-Je suis épuisé.. Je suis désolé, j'ai vraiment besoin de me reposer un peu. Une petite heure.. Je peux pas te laisser te balader dans le château toute seule de plus j'ai encore un peu de travail à finir.. Hum.. Donc, je vais me reposer sur le canapé, ok ? Toi tu fais comme chez toi. Je suis désolé de t'enfermer comme un oiseau en cage mais, c'est pour ta sécurité, j'irais demander plus tard au roi si je peux te garder ici, au moins quelques jours, il n'était pas de très bonne humeur, je n'ai pas osé lui demander... Enfin soit. Fait comme chez toi si tu veux te reposer, mon lit est tient. Sinon, mon appartement et également tient, fait ce qu'il te plait. Et si tu as besoin de moi, n'hésite pas à me réveiller surtout.

Il lui sourit.. Il s'en voulait un peu, il aurait préféré lui faire visiter les lieux par exemple ou même aller lui chercher des vêtements plus approprier et propre mais, il n'avait pas dormi pendant un moment et Morphée était sans cesse sur son dos.. Il avait besoin seulement d'une petite heure de sommeil pas grand-chose.. Il la regardait en espèrent qu'elle ne se prive de rien, par peur ou par gêne.. Il la contourna et se coucha sur son canapé, collé contre le dossier laissant un espace sur l'avant du canapé, comme à son habitude, étrangement il dormait toujours coller a quelque chose c'est pour ça que le coter droit de son lit était littéralement collé au mur.. Il jeta un dernier coup d'oeil à la demoiselle et lâcha.

-Surtout n'hésite pas et ne te prive pas pour n'importe quelle raison, d'accord ? Tu as le droit de tout toucher et même de mettre la pièce en désordre si tu en à envie. Et il n'y a pas de mais, qui tienne, ou de ce n'est pas indigne ou autre chose, ne te gêne pas. Si je te le dis que tu peux, ce n'est pas pour te blâmer après que se soit fait.

Il sourit une nouvelle fois plaçant l'un des bras derrières sa tête, regardant le plafond, fermant ses yeux et essayant de trouver le sommeil.. Il resta un moment tranquille à écouter ses pas, leurs respirations..

Revenir en haut Aller en bas

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: Re: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] EmptyJeu 1 Déc 2011 - 5:10

"Il n'y a rien d'indigne à prendre un bain, tout le monde a droit d'être propre et beau, peu importe qui il est.."
Mio observa Takamorishima s'éloigner vers la salle de bain où le jeune serviteur se trouvais peu de temps avant. Puis, il contempla l'endroit où s'était allongé le Cape Blanche, le regard dans le vague. Il ne ditsait mot, mais ses pensées fusaient en tous sens, tant de contradictions auxquelles son esprit conditionné à la servitude était confronté.

*Il ignore que je ne suis qu'un serviteur pour dire cela... Et pourtant, réagirait-il de la sorte s'il connaissait ma condition? Un serviteur, rien de moins que le pire métier possible, sans doute. Même un pauvre, un mendiant, sans emplois, peut aspirer à un peu de liberté, alors que moi je reste à jamais esclave de mon état. Ma seule possibilité d'élévation, vraiment, c'est par la servitude d'un être de haut rang. Mais il ne vaut mieux pas que je désire un quelconque statut, de toute façon. En tant que serviteur, en tant que Faux Parleur, en tant que maudit...*

Taka était revenu avec une serviette, avec laquelle il commença à essuyer les cheveux dégoulinants de Mio, lesquels refroidissaient et auraient finis par lui donner des frissons. Il sursauta, bien sûr, il était si absorbé par ses sombres pensées qu'il en avait oublié la présence de son hôte. Il ne pouvait refuser, même si cela le mettait mal à l'aise.

Un serviteur ne doit jamais contredire son Maître, peut importe l'ordre ou le geste donné à son encontre.
Quand même... Mio avait la sensation d'un renversement des rôles, car il faut dire qu'il n'avait jamais été invité à séjourner chez quelqu'un, ayant toujours été jusque là celui qui s'occupe des invités de ses précédents Maîtres. C'était cependant bien agréable ce linge sur sa chevelure, force était pour Mio de le reconnaître, lui qui avait toujours eu un faible envers ce genre de gestes. Qu'on lui caresse la tête, ses mèches roses uniques; aurait-il été un félin qu'il aurait sans doute ronronné de plaisir.


*Tant de soin à mon égart... Ne devrais-je pas lui offrir quelque chose en retour? Le peu que je possède, c'est moi-même, donc -*

Il fut interrompu dans son raisonnement par le jeune homme qui reprenait la parole:

"Et puis si je t'ai dit de faire comme chez toi, ce n'est pas pour que tu t'excuses. Si tu te serais assoupi dans mon lit, j'aurais dormi sur le canapé, haha. Et puis.. Tu aurais pu passer de mes vêtements même s'ils sont visiblement trop grands, tu aurais était plus à l'aise et t'es cheveux, il faut les sécher, sinon, tu risques d'attraper froid. C'est bête mais, c'est vrai !"
Mio n'était pas bien bavard depuis que sa route avait croisé celle de Taka. Ce n'étais pas dans ces habitudes d'être aussi taciturne, mais c'était sans doutes parce que les réponses se formulaient dans sa tête et ne s'échappaient pas de ses lèvres. C'est vrai, il aurait pu se reposer un peu, mais de là à profiter du lit d'un noble... Sauf si cela avait été un ordre, évidemment. Autrement, jamais un serviteur ne commettrait une telle chose, peu importe la permission accordée. Il se sentait un peu idiot d'avoir oublier de se rendre adéquatement présentable devant le jeune homme, aussi esquissa-t-il une moue, une grimace, que l'homme derrière lui ne pouvait pas voir mais qui exprimait mieux que n'importe quelle réponse ce qu'il éprouvait.

Celui qui l'avait mené au palais royal passa alors à côté de lui, alla déposer le linge à présent humide dans un bac prévu à cet effet, puis il revint face à Mio, posant une main sur l'épaule du serviteur. il lui dit:


"Je suis épuisé.. Je suis désolé, j'ai vraiment besoin de me reposer un peu. Une petite heure.. Je peux pas te laisser te balader dans le château toute seule de plus j'ai encore un peu de travail à finir.. Hum.. Donc, je vais me reposer sur le canapé, ok ? Toi tu fais comme chez toi. Je suis désolé de t'enfermer comme un oiseau en cage mais, c'est pour ta sécurité, j'irais demander plus tard au roi si je peux te garder ici, au moins quelques jours, il n'était pas de très bonne humeur, je n'ai pas osé lui demander... Enfin soit. Fait comme chez toi si tu veux te reposer, mon lit est tient. Sinon, mon appartement et également tient, fait ce qu'il te plait. Et si tu as besoin de moi, n'hésite pas à me réveiller surtout."
Toute seule? Ainsi, Mio était selon lui une fille... Ceci dit, le jeune Strauss s'allongea sur le canapé, et ajouta:

"Surtout n'hésite pas et ne te prive pas pour n'importe quelle raison, d'accord ? Tu as le droit de tout toucher et même de mettre la pièce en désordre si tu en à envie. Et il n'y a pas de mais, qui tienne, ou de ce n'est pas indigne ou autre chose, ne te gêne pas. Si je te le dis que tu peux, ce n'est pas pour te blâmer après que se soit fait."
Mio se décida après quelques instant, le silence prolongé serait propice au malaise sinon.

"D'accord, messire, je ferai donc selon votre désir. J'ignore si j'oserai toucher à quoi que ce soit qui vous appartienne, mais cela ne me dérange pas le moins du monde de rester ici. Devrais-je même dire que c'est un grand honneur que vous me faites, à moi simple créature servante. Si je peux me défaire de ma dette envers vous, qui m'avez sauver la vie et permit de trouver un refuge, je le ferai, peu importe le moyen."

Puis, après une hésitation, un pas lent en arrière. Son hôte désirait-elle qu'il le laisse dormir maintenant?

"Peut-être voudriez-vous que je vous laisse vous reposer, à présent? Je trouverai bien comment m'occuper ici. Encore une fois, merci pour tout..."


Dernière édition par Mio Raeth le Ven 16 Déc 2011 - 8:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Takamorishima Strauss



________________

Takamorishima Strauss
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Maître de feu
Métier : Commandant des Cape blanches
Croyances : Fléau
Groupe : Royaume

Âge : 19 ans

Messages : 36

Fiche de Personnage : L'âme de Cerberus


De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: Re: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] EmptyJeu 8 Déc 2011 - 15:17

Takamorishima posa son bras sur ses yeux comme pour cacher la lumière entrant par les grandes fenêtres. Il ne pensait pas dormir trop longtemps. Pour Mio, il fallait bien qu'il demande la permission pour la garder quelques temps, il fallait qu'il la mette plus à l'aise ici. Et c'était visiblement pas en lui disant de faire comme chez elle que celaa l'aider. Il se devait de lui trouver des vêtements plus approprié, plus propre, peut-être plus beau.. Enfin quoi qu'il en soit, étrangement il voulait aider cette fille. Pourquoi ? Il ne savait pas c'était comme si une force invisible le pousser à la prendre sous son aile, était-ce sa mère ? Cette ange de toute bonté qui l'influençait ? Peut-être.. Pourquoi pas ? Après tout dans le monde dans lequel il vivait peut de chosesvenait à l'étonner.

Enfin soit, il retira son bras, posant ses yeux de braise sur la jeune fille.

"Peut-être voudriez-vous que je vous laisse vous reposer, à présent? Je trouverai bien comment m'occuper ici. Encore une fois, merci pour tout..."

Il sourit. En fait il la trouvait vraiment mignonne... Il se redressa un peu. Il avait fait plus trois jours de voyage sans se reposer assez longtemps, la fatigue la gagnait, malgré le sang qui peut couler dans ses veines, même s'il est très puissant, il reste après tout un être humain avec des faiblesses et de la fatigue.. enfin soit, il sourit à Mio en lui répondant d'un ton doux, que ça ne le dérangeait pas qu'il reste dans la même salle tant bien même qu'il fasse du bruit comme bon lui semble, peut importe, cela ne l'empêcherait pas de dormir et de plus c'était dans cette même pièce qu'on pouvait y trouver des choses à faire.. Enfin, par exemple lire un livre.. Takamorishima adore la lecture, il possède une multitude de livre, mais pas autant que la bibliothèque de Madorass. M'enfin, lui cela lui suffisait, il avait même certain ouvrage qu'il n'avait pas eu l'occasion d'ouvrir une seule fois.

Il se recoucha, soufflant à Mio que si elle voulait se reposer, elle pouvait le faire. Entre autre. Le seul truc qui lui avait "interdit' nous allons dire, c'était sortir des appartements de la Cape Blanche.. Enfin, elle pouvait donc faire tout ce qui lui plaisait tant qu'elle ne s'aventurait pas dans les couloirs du château.. Mais bon, assez répéter cela.. Il ferma les yeux, écoutant les bruits environnant, sa respiration, celle de Mio, ces pas dans l'appartement, un sourire sur les lèvres de la cape blanche, il finit bien par s'endormir rapidement.. Peut-être aurait-il du demander à Mio de la réveiller... Pour être sûr qu'il ne finisse pas par dormir toute la journée ?... Peut-être aurait-il pu faire même un effort pour aller voir le Roi au plus vite pour ne pas l'emprisonner comme un oiseau dans une cage ?.. Peut-être aurait-il pu rester encore deux petites heures éveillés pour l'emmener faite un tour dans le plus grand marché de Madorass... ? C'est vrai qu'il aurait peut-être pu faire un effort.. Lui en voudrait-elle de l'avoir laissé seule ? Livré à elle-même ? Certes c'était un simple appartement, mais.. Peut-être aurait-il pu être plus présent ? Où même lui tenir plus compagnie.. Même s'il est loin d'être doué pour les relations humaines, il avait bien réussit à devenir ami avec Drek et Ina, c'est qu'il n'était pas si mauvais que ça...

Une sieste sans même un rêve, noir, comme les ténèbres du Vein.. Un soupire à ses oreilles, il ouvra les yeux.. Se redressant lentement, il leva les bras, s'étira tranquillement, passant une main dans ses cheveux de feu. Il se leva, histoire d'aller se passer un peu d'eau sur le visage.. Une serviette blanche qu'il passa sur son visage avant de balayer la salle des yeux.. Mio.. elle était où ?... Qu'avait-elle fait pendant le sommeil de la cape blanche ? Et lui, combien de temps avait-il dormi, il ne le savait pas trop.. Mais, d'après lui il avait dormi bien trop longtemps, un regard vers la fenêtre la plus proche, il devait être au moins 17 heures passé... Il ne fallait pas trop traîner. Takamorishima voulait emmener Mio au marché avant la nuit et aller voir le Roi avant son repas.. D'ailleurs chose à laquelle il n'avait même pas pensé.. Lui demandé son prénom.. Il était là, il voulait l’appeler mais aucun mot ne sortaient d'entre ses lèvres.. Quel andouille il faisait de l'avoir invité sans même avoir demandé son nom.. Il se sentait crétin sur le coup, mais bon.. Il cherchait un moyen de l'appeler de la faire venir à lui, hésitant même à aller voir ce qu'elle pouvait bien faire pour s'occuper de peur qu'il ne la dérange.. Il s'assit sur le canapé se disant qu'il pouvait bien l’attendre, il se leva du canapé, attendit quelque seconde.. Avant de finalement toussoter et de hausser la voie.

- Hum.. Euh, tu.. Tu es occupée ?



Revenir en haut Aller en bas

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: Re: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] EmptyJeu 15 Déc 2011 - 21:55

Mio observait Taka, qui s'était allongé et cherchait le sommeil. Quelques minutes s'écoulaient, et ses yeux détaillaient minutieusement le physique de son possible maître. Le tatouage surtout, c'était une arcane qui attisait sa curiosité au plus haut point. D'aucuns traitaient Mio d'enfant, et malgré son âge réel, c'était peut-être parfois la vérité. Sa naïveté envers la bienveillance des gens, sa soif d'apprendre et de découvrir le monde. Pour un être comme lui, sans doute fallait-il être fou ou bien innocent.

Peut-être correspondait-il à ces deux critères, après tout. Surtout depuis qu'il avait croisé Karaan; maintenant qu'il connaissait sa véritable origine...

Ses pensées s'égaraient, comme toujours. Il en revint au sujet de son attention.

Takamorishima...

Il se demandait si le jeune homme qui l'avait recueillit éprouvait parfois des tourments, lui aussi. Le chef des Capes Blanches, Mio ne pouvait croire que la moindre hésitation, le moindre regret ou le chagrin puisse l'effleurer, l'espace d'un instant. D'après les rumeurs qui circulaient, relatant les exploits du Cape Blanche, était-il seulement humain?

Il se rendit compte que les battements de son cœur s'étaient accélérés. Qu'est-ce que c'était? Le désir de percer l'aura de mystère qui entourait l'homme? Un autre désir, moins louable? Voilà qui aurait été bien indécent, un serviteur comme lui, distrait par des émotions malsaines!

Mio se décida à s'éloigner le plus silencieusement possible de Takamorishima, afin de ne pas le réveiller, et de songer ainsi plus aisément à ce que l'avenir pouvait lui réserver. Cependant, où aller? Que faire s'il ne pouvait sortir d'ici et qu'il avait déjà sensiblement tout explorer des appartements de Takamorishima? Il lança un regard en biais à la chambre du jeune homme. Peut-être devrait-il dormir, lui aussi? Après tout, il était également épuisé de sa journée, et de sa traversée de Feleth, durant laquelle il avait amassé autant de poussière et de saleté qu'il avait perdu d'argent. Son avenir, conclu-t-il, se résumait pour le moment à ce qu'il lui arriverait ici, au Palais. Ensuite, il verrait bien les choix qui s'offriraient à lui...
Devant le lit somptueux du jeune Strauss, il ne put pourtant franchir la mince distance qui séparait sa position de celle d'un confort tel qu'il n'en avait probablement jamais connu jusqu'alors. Son visage trahissait une déception, une colère contre lui-même. Pourquoi ses habitudes de serviteur, si bien ancrées en lui, se dressaient toujours, mur impénétrable lorsqu'il avait l'occasion de s'accorder un peu d'un bonheur si rare pour lui? Il ne put finalement que se coucher en position fœtale sur le tapis présent à côté du lit.

·~..~· .~·°·~. ·~..~·

Mio fut réveillé, il ne savait combien de temps son somme avait duré, par le bruit de l'eau s'écoulant dans la salle de bain. Il émergea lentement d'un mauvais rêve, qui se déroulait lors d'une mésaventure avec un de ses précédents Maîtres. Le jeune serviteur s'assit, se frotta les yeux, se leva et replaça ses vêtements et sa coiffure comme il le put sans miroir ni reflet. La voix de Takamorishima résonna depuis le salon, l'appelant:


" Hum.. Euh, tu.. Tu es occupée ? "
Mio se dit qu'il aurait dû se présenter à son sauveur. Lui éviter le désagrément de ne pas savoir comment s'adresser à son interlocuteur. Enfin tant pi, pour une erreur de plus; il le ferait dès qu'il en aurait l'occasion. Il répondit, tout en se dirigeant à pas rapides vers la source de la question:

" Messire? J'arrive, je... dormais, j'en ait bien peur. La fatigue a dû me rattraper malgré moi. "

Puis, arrivant dans le salon, il répondit cette phrase si naturelle pour lui, serviteur, mais qui ne convenait peut-être pas lorsqu'on était l'invité:

" Vous m'avez demandé, Messire Strauss? "
Revenir en haut Aller en bas

Takamorishima Strauss



________________

Takamorishima Strauss
________________


Race : Séraphin-Démon Commun
Classe : Maître de feu
Métier : Commandant des Cape blanches
Croyances : Fléau
Groupe : Royaume

Âge : 19 ans

Messages : 36

Fiche de Personnage : L'âme de Cerberus


De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: Re: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] EmptyMer 9 Jan 2013 - 3:29

Il balaya la pièce de son regard de braise, un appartement dans une pièce du château, qui était même bien trop grand pour lui, rien que pour lui, mais a deux, cela semblait convenir, être parfaitement de bonne taille. Il regardait le tapis bêtement en pensant à cela, quand il entendit du bruit dans sa chambre, il se retourna face à la porte de celle-ci, Taka soupira, un soupire rassuré, oui il était rassuré de la revoir dans l'encadrement de la porte avec ses cheveux lilas et ses yeux si magnifique, il avait finalement eu peur que tout cela ne fut qu'un rêve éphémère... Que l'escapade à l'arène n'eut pas lieu, qu'il n'avait pas "sauvé" cette fille des griffes d'idiots et qu'elle n'avait pas fini par accepter de venir avec lui jusqu'à sa propre demeure. Enfin ce n'était pas tout à fait la sienne, mais un jour proche viendra, où il aura sa propre maison, une grande maison sur les abords de Madorass et pourquoi pas de Venill.

" Messire? J'arrive, je... dormais, j'en ait bien peur. La fatigue a dû me rattraper malgré moi. "

Pourquoi souriait-il ? A chaque fois qu'elle parlait un sourire se dessinait sur le visage. Et puis, il trouvait ça drôle et mignon, rien que la perspective de trouver quelque chose de mignon semblait... Totalement bizarre pour le demi-démon mais bon, ne dit-on pas que les gens changent ? En tout cas, si c'était vrai, c'est bien les fréquentations qui font ce que nous sommes, enfin peut-être bien. Avec Mio à ces côtés, Takamorishima semblait plus "gentil", un bon exemple du fait qu'il a pu changer d'une quelconque manière, en temps normal, il ne se serait même pas souciait du sort de cette enfant, mais il avait décidé, comme pousser par une force invisible de la rendre sous son aile et de prendre soin d'elle au possible, mais il continuait d'être une vraie Cape Blanche dans le fond, celui qui n'hésite pas à éliminer ceux qui se mettent en travers de son chemin ou celui de son seigneur mais, avec elle, c'était différent, soit, c'est surement trop compliquer à expliquer et à comprendre, même pour lui.

" Vous m'avez demandé, Messire Strauss? "

Il se gratta l'arrière de la tête, comme bien souvent, c'est machinal. Hm, moui il l'avait appelé, on peut dire cela comme ça.

"Tu peux m'appeler Taka." lui dit-il en souriant, avant de lui tourner le dos une idée lui traversant l'esprit, pourquoi pas l'emmener manger en ville ? Ou même commander un repas et manger tous les deux ici et oh, pourquoi pas aller faire un pique-nique, il avait toujours rêvé d'en faire un mais, il n'en avait jamais eu l'occasion... Où faire un pique-nique sur le tapis du salon ! L'âme de Cerberus ne savait pas trop quoi proposer à Mio, mais peut-être avait-elle aussi faim que lui... Il la laisserait décider, elle était un peu, comme son invitée.

" - Alors, tu préfères manger dans une auberge, au château ou en pleine nature, comme un pique-nique ?"

Lui demanda-t-il, parce que oui, Taka était incapable de choisir lui-même, enfin, il aurait surement fait comme d'habitude, manger dans son petit coin de chez lui, seul... Mais justement ! Il n'était pas seul donc, il laissait le choix à son invitée. Au pire, si Mio ne voulait pas sortir, ils pourraient toujours manger un pique-nique en plein milieu du salon ! Le tapis en guise d'herbe, génial, haha. Enfin bref, c'était ce qui était passé par la tête du jeune homme aux cheveux de feu. Il soupira de nouveau, attendant une réponse de la jeune fille, en se disant que s'ils allaient sortir, il ferait mieux de faire comme elle et de prendre un bain, parce que... Il en avait rudement besoin quand même. Bref, il regardait la jeune fille, en souriant, n'empêche, il ne savait toujours pas son prénom, est-ce qu'elle lui avait dit ? Arg, il était bête, surtout s'il avait honteusement oubliée son prénom... Une vraie honte sur lui, si c'était vraiment le cas ! Où elle ne lui avait peut-être pas dit, c'était tout à fait possible, alors pour essayer de faire le moindre dégâts possible, par dégâts, j'entends, la vexer ou autre, il lui demanda.

"- Hm, je crois, ne pas avoir bien saisit ton prénom"

Lui demanda-t-il en frottant ses cheveux de feu, un sourire timide et les joue légèrement rosie par la honte d'un possible oublie.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] _
MessageSujet: Re: De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]   De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

De retour à Madorass.. Deuxième partie [Mio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Palais royal-