''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arcas Deucalion



________________

Arcas Deucalion
________________


Race : Humain
Classe : Ensorceleur
Métier : Philosophe ( avant Kaull) , puis professeur et écrivain
Croyances : Athée
Groupe : Solitaire (idées rebelles)

Âge : 72

Messages : 9


Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] _
MessageSujet: Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE]   Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] EmptyDim 6 Nov 2011 - 2:18

alinéaLe ciel était nuageux et l'air humide. Une averse s'abattrait.

alinéaIl s'était autorisé une journée de repos. L'écriture de fables innocentes l'ennuyait suffisamment pour qu'il se permette ce temps de divertissement. Il s'était enfin décidé à sortir de son atelier pour prendre l'air, même par ce temps plus qu'inquiétant. C'est dans une longue robe noire de mage qu'il s'empressa de sortir. Une capuche en cuir lui cachait le sommet du crâne, cela pourrait lui être profitable. Il verrouilla sa porte d'entrée, enterra la clé près d'un buisson banale, qui sera facilement identifiable toutefois. Après une brève inspection quant à ses affaires personnelles, il conclut qu'il n'avait rien oublié. Aussi, il possédait une sacoche avec quelques ustensiles d'utilité premières : un agrume, quelques pièces d'or pour un éventuel achat, et ses poignards attachés à sa ceinture, dissimulés sous une large cape qui allait du bas de la capuche jusqu'à ses genoux. Fin prêt, il détacha son cheval du petit abri qui lui était alloué et l'enfourcha. Direction les boutiques.

alinéa
Arrivé sur un marché bourgeois du centre ville de Madorass, Arcas errait, à la recherche d'une vieillerie qui attirerait ses yeux. Il descendit de son cheval, prit dans ses vieilles mains le licol et fit suivre derrière lui son cheval attentif. Les sabots claquaient violemment sur le pavé terne de la ruelle. Cette dernière était étroite, et Arcas scrutait souvent de gauche à droite, par peur absurde que les murs ne s'approchent l'un de l'autre pour l'écrabouiller comme un insecte. Il accéléra sa marche à travers la foule agglutinée devant un vendeur de légumes. Debout sur une estrade, il vantait les mérites de ses aliments, en prenant littéralement les gens de haut. Arcas soupira et écarta la foule, le cheval aidant.

alinéaIl s'arrêta finalement devant une librairie. Il s'était souvenu, en marchant sous ce ciel encore plus terrifiant, que l'encre lui manquait. Il attacha son cheval à un arbre disposé près du seuil de la boutique. Il repoussa la capuche en arrière et s'essuya consciencieusement les pieds. La librairie était petite mais fournie, de longues rangées de livres couvraient les murs. Au centre, un étalage circulaire proposait les nouveautés et la presse. Évidemment, il méprisait ces livres dont il était, pour quelques uns, auteur. Sous la direction du régime tyrannique en place, ces livres ne faisait qu'agiter le drapeau de la patrie dans la tête du lecteur. Il n'en fallait pas plus à Arcas pour les mépriser. Il s'adressa à la charmante vendeuse d'un ton rauque, même après s'être éclairci la voix :

"Bonjour. Auriez-vous de l'encre ? Deux grands flacons me conviendraient, mademoiselle. Je suis auteur pour des histoires enfantines."


alinéa
Fondamentalement, la vendeuse se fichait pas mal de ses activités, mais un récent traité obligeait les artistes à exprimer officiellement leurs intentions. La vendeuse se retourna, ouvrit une armoire, plongea la tête dans l'une d'elles et en sortit deux grands flacons. Elle les posa sur le comptoir, et exigea vingt-cinq pièces d'or. Que c'était cher ! Arcas se rendait bien compte de la catastrophe économique que vivaient les habitants de Madorass. Il se résigna à payer ce prix fort et, par curiosité, commença à scruter les différentes "œuvres" proposées sur l'étalage circulaire. La presse était vraiment sotte, elle contait les récits, chaque jour à la dernière page, d'une Cape Blanche vaillante, neuve et fraîche qui mettait son âme à défaire les rebelles perfides et sournois. Il haïssait cette rubrique, et regrettait même d'en savoir son existence. Pourtant, il n'avait d'autres choix, il en était l'auteur regretté.

[HRP : A toi Gigantus ! Je ne savais pas comment introduire ton perso', à toi de voir :) ]
Revenir en haut Aller en bas

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] _
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE]   Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] EmptyLun 7 Nov 2011 - 8:25

Le ciel était aussi sombre qu'à l'accoutumée. On attendait la pluie depuis quelques heures.

Il faisait comme à peu près tout les jours, errant ainsi dans diverses ruelles de villes et de villages, aujourd'hui dans Madorass. La vie ne le gâtait pas vraiment en activités palpitantes. Quoi que les différentes aventures auxquelles il avait déjà pu participer lui vaudrait peut-être d'être envié par bien des expéditeurs et des individus en quête d'action, de sensations fortes. Mais pour sa part, Gigantus n'était pas satisfait, il s'ennuyait la plupart du temps. Aujourd'hui était donc bel et bien une journée comme les autres. Il avait quitté son squat pour se balader, seul, sans se faire remarquer. Ainsi s'était-il vêtu d'un long tissu de couleur sombre qu'il avait fait avec les moyens du bord, c'est-à-dire quelques sacs à patates et de vieux tissus trouvés ci et là. Ainsi drapé, il ne ressemblait pas à grand chose. Il n'avait plus de formes ni même de visage.

Mais malgré son apparence, il n'attirait pas l'attention. Les humains étaient réglés comme des horloges. Ils ne prenaient pas le temps de regarder autour d'eux, ne remarquaient pas l'inhabituel, le laissant sur le coté de leur esprit comme pour éviter de rendre leurs vies trop compliquées. Il sortait de la ruelle pour pénétrer le marché. Un amas de gens, tous rassemblés là pour acheter des choses souvent peu utiles, ou que l'on trouvait pour moins chère dans des lieux plus isolés. Gigantus s'enfonça dans cette masse impressionnante, bruyante et pressée par la pluie qui arrivait. Malgré sa taille et son allure étrange, les visiteurs du marché n'hésitaient pas à le bousculer. L'animal se faisait donc ainsi guider comme par le vent. Parfois ces inconnus se montraient tellement brusques que même Gigantus désirerait leur rendre la monnaie de leurs pièce. Se retenant ainsi de meugler, de frapper, alors que les premières gouttent tombèrent sur son vêtement.

À ce signal, tout le monde se pressa à nouveau, jusqu'à exclure le monstre musculeux. Celui-ci finit, dos contre un mur, à regarder tout ce monde doucement s'échapper de ce qui ressemblait à un piège. Entre les crieurs qui harcelaient chacun d'entre eux avec leurs prix "ahurissants" et les divers voleurs qui se mêlaient aisément parmi eux, tout ceux qui se trouvaient dans ce marché à cette heure ne pouvaient être décris comme des plus chanceux. Gigantus soupira de satisfaction en réalisant qu'il n'en était plus.

La pluie frappait frénétiquement le bâtiment sur lequel il avait le dos posé, c'est en entendant son bruit sur la vitrine qu'il se retourna sur la façade. C'était là un magasin des plus communs, pour quiconque passerait par ici. Le guerrier cornu se pencha sur la vitrine, sans pour autant la toucher, et observa les vitres d'un regard vide. Celle-ci lui rappela son ami Seauri, assassiné par une vile damoiselle. Sur le coup, il ne savait trop pourquoi, il ne se rappelait plus vraiment de ce qu'il avait fait subir à cette femme ensuite, mais peu importait. Quoi qu'il en soit, ce vieux fou avait admis Gigantus parmi ses proches amis et ce malgré son apparence. Même si le rhinocéros comprenait qu'il y avait maints avantages à avoir un tel compagnon, il se sentait redevable envers le vieux sans abris. En échange de son amitié, l'animal était sensé le protéger face à la plupart des dangers de la ville. Mais comme sa mort l'indique, le garde du corps avait échoué. Gigantus soupira sur la vitre, y faisant apparaître un peu de buée.

Seauri avait tenté de lui apprendre à lire et écrire sans jamais vraiment y arriver. Alors que le mastodonte appréciait l'écriture tout particulièrement, la décrivant comme une des seules richesses de l'homme pour laquelle il n'était pas sensé avoir à se battre. Il se laissa donc embarquer dans la boutique, faisant sonner la clochette en ouvrant et fermant la porte. Il s'avança vers le centre du magasin sans s'adresser à la vendeuse qui ne leva pas même la tête pour savoir à quoi ressemblait le client. Elle ne prenait pas attention à l'inhabituel, elle non plus. Soit, Gigantus s'empara d'un ouvrage qui avait un instant attiré son regard dans la vitrine. Il semblait récent, et y figuraient des images qui illustraient une sorte d'idéal à suivre. Sans même le lire, on pouvait avoir envie de devenir comme les divers personnages représentés. Surtout comme les différents héros, servant un roi parfait dans un monde qui tendait vers un futur prometteur. Le rhinocéros tourna les pages et se redit compte que les gens comme lui n'y figuraient pas. Jusqu'à qu'il tombe sur l'une des dernières pages...

Un démon, une forme noire, le mal. Sans savoir trop pourquoi, il se reconnaissait en cette illustration-ci. Il soupira en refermant le livre et se rendit compte de la présence d'un autre "lecteur". Cet inconnu était plus âgé que lui, mais venait de poser un exemplaire de l'ouvrage qu'il avait lui même consulté. Il le posa aussi, et en prit un autre du même genre. Tout en observant par moment l'inconnu qui semblait érudit. Le rhinocéros pourrait rougir de la situation, là, dans une bibliothèque et faisant semblant de lire...
Revenir en haut Aller en bas

Arcas Deucalion



________________

Arcas Deucalion
________________


Race : Humain
Classe : Ensorceleur
Métier : Philosophe ( avant Kaull) , puis professeur et écrivain
Croyances : Athée
Groupe : Solitaire (idées rebelles)

Âge : 72

Messages : 9


Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] _
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE]   Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] EmptySam 12 Nov 2011 - 14:17

alinéaArcas feuilletait plusieurs ouvrages, son esprit errant entre les pages. Son regard errait lui aussi, il tournait les pages sans les voir, s'arrêtait au nom de l'auteur, notifiait en murmurant le nom du bouquin et le reposait tout aussi vite. Il n'était pas surpris de voir que les deux tiers des livres étaient écrits soit par lui, soit par un fanatique du Royaume. Il s'assit alors sur une chaise en bois modeste qui se trouvait ici et entreprit une brève lecture; la vendeuse le surveillait. Il fallait acheter, ou sortir. Les temps étaient durs. Pour tous.

alinéaAprès quelques livres de plus, Arcas s'aperçut que, derrière la rangée, une corne étrangère apparaissait. Il se releva douloureusement - le dos étant âgé -, et aperçut un rhinocéros bipède bien bâti. Celui-ci tenait un livre minuscule dans ses mains énormes. Arcas jetait un œil à la lecture du rhinocéros. "Les aventures d'Alver !". Il s'agissait d'un recueil d'histoires pour enfants, toutes parlant de la Cape Blanche fraîchement nommée. C'était le même héros que celui de la presse, sauf qu'il s'agissait là d'un recueil plus littéraire encore. Bien entendu, il était l'auteur.

alinéaAprès avoir contourné une rangée, l'écrivain fut près du mastodonte. Il posa sa main sur l'épaule du rhinocéros, qui se tourna naturellement vers l'auteur, et se présenta.

alinéa"Bonjour. Je suis Arcas Deucalion, l'auteur du livre que vous lisez actuellement. Cela peut paraitre dérisoire vu le succès qu'engendre mes écrits, mais qu'en pensez-vous, monsieur ?"

alinéaFondamentalement, Arcas s'en foutait royalement, seul l'impact qu'avait le livre était important. Si son interlocuteur aimait le livre, il n'était alors qu'un passant idiot qu'Arcas mépriserait pour sa passivité face à la tyrannie Hendenmark. S'il mettait encore plus d'entrain à avouer son amour pour le livre, il était rebelle. Comment pouvait-on avouer son désaccord politique autrement que par le mensonge ? Le livre aurait pu être nul selon le rhinocéros. Mais la vendeuse aurait pu l'entendre et il serait alors fiché.

alinéaAborder des étrangers n'était pas dans l'habitude d'Arcas, mais il aurait bien vite besoin de renforts. Une quête l'attendait. De grande ampleur, et en plus, avec un mystère à la clé ! Il était trop vieux pour jouer les aventuriers, et avait besoin d'aide. Quelle chance il avait de tomber sur une force de la nature pareille ! Une musculature imposante, une corne efficace et une peau de roc, le rhinocéros pourrait lui être de grand secours. Voilà pourquoi il tentait une approche fantasmée qui pourrait lui couter une discussion ennuyeuse et banale, finalement.

[HRP : pardon pour le retard, cette semaine était trop occupée !]
Revenir en haut Aller en bas

Gigantus Corne



________________

Gigantus Corne
________________


Race : Semi-Rhinocéros
Classe : Rôdeur
Métier : Mercenaire
Messages : 151


Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] _
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE]   Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] EmptyJeu 17 Nov 2011 - 21:58

Le vieil homme qui semblait érudit se rapprocha de lui de manière assez subtile. D'abord, il le controurna en l'observant du coin de l'oeil comme pour partir plus loin voire sortir de la boutique sans même demander son reste. Il se ravisa et se rapprocha de la bête, dont il avait l'air d'avoir compris l'apparence impressionnante malgré les artifices déployés par le rhinocéros. Il le fixe un moment, comme un enfant que l'on grondait. Un de ces gamins à qui l'ont poserait une énigme si toute fois il venait à ne pas respecter les règles. On voulait lui imposer une réflexion pour lui apprendre ses erreurs. Ainsi, Gigantus s'accusa d'être entré et d'avoir ouvert ce livre. Devrait-il tout avouer sur ce qu'étaient ses lacunes ? Il ne montra aucun signe de ses différentes peurs et doutes, cela dit. Mais il était clair et net qu'il était en mauvaise posture, d'une nature inconnue pour lui.

Il fronça les sourcils et fixe l'inconnu, l'air idiot. Il allait dire qu'il n'appréciait pas du tout le fait que l'on vienne lui parler ainsi. Mes ses sourcils se détendirent lorsque l'animal se rendit compte de la chance qu'il avait. On le savait animal mais l'on ne lui en rattachait guère tout les stéréotypes. Arcas lui posait même une question, ce qui prouvait le fait qu'il le considère comme son égal. C'était là une chance car cette personne lui rappelait son ami défunt, Seauri. Un vieillard cultivé mais seul, qui avait su voir en ce rhinocéros un ami serviable, agréable et avant tout... un ami tout court.

Cela avait duré quelques secondes, il décevait probablement l'écrivain par son mutisme. Et il fut déçu de sa propre prestation, de son manque de répondant. Il balbutia, encore une fois comme un enfant. "Je... J'aime assez..." Il baissa les yeux, honteux et entre-ouvra l'ouvrage du vieil homme. Il marqua un moment de pause en s'écartant de manière naturelle et sans intention particulière de cet inconnu qui s'adressait à lui... Il fut donc obligé de retirer sa main de son épaule, naturellement. Arcas était probablement gêné de la brièveté de sa réponse, il baissa peut-être les yeux, peu importe. Le rhinocéros avait à nouveau les yeux plongés dans une illustration.

Mais le silence ne pouvait durer plus longtemps, comme toujours lorsque Gigantus levait la voix, il fallait qu'il réfléchisse de trop. Ainsi, il ne pouvait plus s'arrêter. "Je ne sais pas lire." fit-il donc, d'un ton triste. La pluie faisait son tintamarre sur les frêles vitres de la boutique. La femme au comptoir vivait sa vie, sans rien vivre. Les passant passaient, sans rien dire. Il faisait gris, et l'animal de -très- grande taille était là, tête penchée en guise de demande de pardon. Il était un inculte, stupide et gras animal. Il n'avait rien d'un de ces humains qui couraient sous pluie et cherchaient à se couvrir. Gigantus n'avait rien en commun avec quel citoyen que ce soit de cette imposante ville. Il ne savait rien à rien et ne saurait rien à rien. Le monde des hommes était fermé, et celui du guerrier cornu se fermait doucement.

Il ne relevait pas la tête, il ne s'attendait à rien de l'humain qui lui faisait face. Un des membres du "gratin". Il était surement riche, cultivé... Il était assez probable qu'il ait bien des relations au milieu de ce peuple, vu qu'il écrivait des livres et que ceux-ci étaient édités. L'index qui ressemblait tant à un pouce de la grosse bête se posa sur une nouvelle illustration, belle et rayonnante. "J'aime les images." marmonna-t-il, comme pour se le dire à lui-même. Mais Arcas qui était resté là pendant ce temps -qui semblait pourtant bien long- n'avait pas perdu une miette de ses dires. Il était désormais à l'homme d'âge mûr de juger...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] _
MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE]   Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre inattendue. [pv Gigantus Corne, mais LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Boutiques-