''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trifouiller dans le cimetière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Joev Nevakov



________________

Joev Nevakov
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Escroc, traficant, proxénète, voleur, investisseur
Groupe : Royaume

Âge : 52 ans

Messages : 18

Fiche de Personnage : Ma bio


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyMar 6 Déc 2011 - 20:54

Temps de chien. Un pleuvait, pas des cordes, mais assez pour que ça gène. Encore plus lorsqu'on creusait une tombe. Le Veilleur regardait le trou qui s'agrandissait avec une lenteur infinie à la lumière de sa lanterne. Ses deux manants avaient de plus en plus de mal à creuser avec la terre qui se transformait en boue. Ils pataugeaient, n'osant sans doute pas proposer de faire une pause

La posture de leur chef était droite et ferme mais sa main libre tenait son manteau blanc au niveau du cou pour éviter de laisser passer l'air. La nuit était froide et la seule source de lumière (la lanterne) du cimetière était plutot macabre. Au loin, on entendait des aboiements féroces de chiens qui criaient sur la nuit elle même. Mais personne alentours, il était bien trop tard dans la nuit.

Un cadre de lumière chaude apparut au milieu des tombes au loin. Et Joev se retourna calmement. C'était le prêtre qui observait la scène par la porte entre-ouverte. Une onde de désapprobation flottait en même temps que de la peur, et pourtant l'homme ne se cachait pas du Veilleur.

Lentement, l'homme au chapeau reporta son regard sur la tombe.

- Vite, qu'on en finisse !
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyMer 7 Déc 2011 - 13:41

J'étais épuisé. Je grelotais dans les draps pourtant chauds du lit. Je jetais un oeil à la pièce, à moitié endormi. Le poêle semblait s'éteindre peu à peu. Des buches étaient déposées dans un bac, juste à côté. Je l'alimenterais un peu après. Les rideaux étaient tirés mais une faible lueur due à la lune filtrait entre le tissu défraichi. Je passais distraitement ma main sur les fourrures qui couvraient le lit.. J'entendais les gouttes de la pluie s'écraser contre les vitres. Une douce mélodie en naissait. C'était semblable à une berceuse... Je m'étirais quelque peu avant de jeter un œil au corps étendu à mes côtés. Il dormait encore... je me blottis contre lui, passant son bras autour de mes épaules.. Il grommela. Je souris avant de caresser son torse d'une main distraite et légère, passant à rebrousse poil sur les quelques fins cheveux qui poussaient entre ses pectoraux.

Qu'est-ce que je fais là me direz vous? En réalité, Hynar est un vieil ami. Il est serveur et homme de ménage dans une auberge et il était aussi palefrenier. Il logeait dans une petite maison et m'abritait quand je passais à Venill. Oui, j'ai des amis. Je ne me fais pas systématiquement taper dessus dès que je sors. Bref, j'étais de passage et comme à son habitude, il m'avait ouvert grand sa porte. Notre relation était assez... ambigüe. Je savais qu'il avait des sentiments à mon égard mais il ne m’intéressait pas. Et quelques fois nous... nous égarions, dirons nous. Et ne faites pas comme si vous n'aviez pas compris. Les détails sont privés, merci bien!

Je me levais, courbaturé (on se demande bien pourquoi...) avant de me rendre à sa salle d'eau pour en puiser deux seaux et les mettre à chauffer dans le poêle que je réalimentais en bois. Après un certain temps, je pris les seau et les jetais dans le bain, rajoutant un peu d'eau froide pour ne pas m'ébouillanter. Puis, je pris un bon bain pour me décrasser et allait enfiler mes vêtements, après m'être essoré les cheveux. Je jetais un œil à la fenêtre. La lumière, à l'église, était toujours allumée... Ce n'était pas très loin, je pourrais y aller... A chaque fois que je venais, j'allais faire une offrande pour me porter chance dans ma quête... Je pris mon sac et y allais, après avoir enfilé mes bottes. La pluie ne me gênait pas, j'aimais l'eau après tout...

Par contre, j'aimais beaucoup moins la boue. Je devais faire un effort colossal pour extirper mes bottes du sentier battu. Une fois arrivé prêt de l'église, je remarquais un groupe de personnes dans le cimetierre. Qu'est-ce qu'ils faisaient là à cette heure? Je ne m'y attardais pas et allait essuyer mes chausses pour ensuite me rendre prêt de la fontaine centrale. Après avoir déposer quelques pièces dans la fontaine, je me dirigeais vers la sortie... Le prêtre observait par la porte. Je l'interrogeais du regard mais il semblait beaucoup plus interessé par ragarder ce qui se passait à l'extérieur. Des individus louches peut-être? Je soupirais et me laissais tomber sur un des bancs. Je préférais attendre un peu avant de m'aventurer dehors... Je sortis mon luth et entamais une petite balade, adossé à la fontaine.
Revenir en haut Aller en bas

Joev Nevakov



________________

Joev Nevakov
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Escroc, traficant, proxénète, voleur, investisseur
Groupe : Royaume

Âge : 52 ans

Messages : 18

Fiche de Personnage : Ma bio


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyJeu 8 Déc 2011 - 14:43

Le prêtre se retourna en sursautant, surpris d'entendre de la musique. Il regarda l'inconnu qui était entré dans le lieu de prière sans qu'il ne s'en aperçoive. Bien étrange d'avoir des visiteurs à cette heure de la nuit...
Mais a priori le... (la?) nouveau venu était inoffensif.
Comme apeuré, l'homme de foi vint à grands pas vers Aoi, agitant ses mains vers lui pour appuyer son avertissement :

- Non, vous ne devriez pas rester ici... Partez, partez si vous ne voulez pas d'ennuis ! Au son de sa voix, il était terrifié.

Un grincement de gonds rouillés cassa le silence qui s'était installé suite aux paroles du curé. Joev ne voulait pas qu'on voit sa figure, mais le prêtre ne lui donnait pas le choix...
Il avait trouvé bizarre de le voir disparaitre dans l'encadrement de la porte tout en la laissant ouverte. Alors qu'il avançait vers l'église, une musique s'était intensifiée.

Le grand homme avança dans la lumière, tout en restant relativement prêt de la sortie. Pour une telle nuit, il valait mieux pour lui qu'il reste à l'abri dans les ténèbres. La blancheur macabre qu'il arborait habituellement s'était transformé en un jaune maladif à la lumière tamisée des bougies et lanternes. Et son expression de contrariété n'arrangeait rien. Il effleura Aoi du regard et fusilla le prêtre. Il garda les main le long de son corps, pas besoin de faire de grands gestes au vue de sa carrure.

- Ah... Anton... mon cher Anton...

Sa voix profonde résonnait dans tout l'édifice. Une fausse déception bien simulée.

- N'avons nous pourtant pas un accord ?

Il secoua la tête comme un père qui aurait surpris son enfant à voler dans un tiroir. Un père qui sait qu'il va devoir lui donner une correction pour le punir et regrette d'en arriver la.

Le dénommé Anton recula lentement, le visage figé en une expression de peur.

- Je... je... j'honore notre contrat, messire ! Pitié...


Calme, les mains derrière le dos à présent, Joev se reporta sur le musicien.

- Désolé cher fidèle mais je dois vous garder ici, pour le moment. Anton, attache-le.

Désemparé, le prêtre fit un regard d'excuse à l'inconnu avant d'aller chercher une corde.
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyJeu 8 Déc 2011 - 15:30

Alors que je jouais tranquillement une balade à la gloire des divinités de la pluie et de l'air, le prêtre, tout à coup, se retourna vers moi. Je haussais un sourcil. Qu'avais-je fait? Je continuais ma chanson, j'avais l'habitude d'en chanter dans des lieux comme celui-ci. Mais le prêtre sembla paniqué et se dirigea à grands pas vers moi, aussi pâle qu'un cadavre.

- Non, vous ne devriez pas rester ici... Partez, partez si vous ne voulez pas d'ennuis !

Il semblait vraiment terrifié. Pourquoi? C'était un lieu de culte, un lieu de repos, un lieu... d'asile. Pourquoi devrais-je partir du seul endroit où je suis encore en sécurité? Je m'arrêtais de jouer, interloqué. Puis, la porte émit un son lugubre et grinçant. Elle avait bien besoin d'être huilée... Un autre fidèle était venu à cette heure? C'était étrange... J'allais suivre les conseil du curé - Hynar allait sûrement s'inquiéter si je ne rentrais pas et c'était plutôt... énervant de se faire gronder par son .. ami? Oui, son ami, qui avait la gentillesse de m'héberger. L'homme qui était entré était couvert d'un lourd manteau blanc en fourrure, sûrement un noble. Je me levais, ramassant mes affaires et m’apprêtais à partir. Pourtant, je fus inquiet du regard contrarié et mauvais qu'il lançait au prêtre. Lui voulait-il du mal?

- Ah... Anton... mon cher Anton... N'avons nous pourtant pas un accord ?

Sa voix était profonde et résonnait sur les parois du bâtiment. Qu'est-ce que c'était encore que cette histoire? Le curé fut apeuré et recula, livide.

- Je... je... j'honore notre contrat, messire ! Pitié...


Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il se passait. Enfin si. J'avais compris que j'étais encore dans de beaux draps. Je soupirais, avant que l'inconnu ne me fixe à mon tour. Que me voulait-il?

- Désolé cher fidèle mais je dois vous garder ici, pour le moment. Anton, attache-le.

Le prêtre soupira avant de s'excuser en bredouillant quelques mots presque inaudibles et alla chercher une corde. Je fus pris de panique. Pourquoi m'attacher? Cet homme était louche... que me voulait-il? J'avais mis mon nez dans des affaires qui ne me regardaient pas? Et si il découvrait qui j'étais? Vu son manteau, ce n'était pas le genre d'homme qui refuserait de l'argent si on lui en proposait... Leprêtre revint et m'attrapa par le bras. Je le bousculais avant de sortir mes dagues.

- Ne... Ne me touchez pas! Vous m'entendez! Gardez vos sales mains corrompues dans vos poches!


Il sembla perdu. Je dirigeais mon regard vers l'inconnu blafard, paniqué, tout en pointant mes dagues vers le curé.

- Je.. je ne sais rien de vous. Absolument rien. J'étais venu ici pour me recueillir! Maintenant laissez moi passer!


Il ne sembla pas bouger d'un pouce. Je ne lui faisais pas peur hein? J'aurais dû m'en douter... J'attrapais le curé par derrière, une de mes lames sous sa gorge.

- Laissez moi passer. Ou je l'égorge de suite.

Moi même je ne me croyais pas. Comment ça aurait pu marcher? Le prêtre, conscient de la situation problématique, m'asséna un coup de tête vers l'arrière, m'obligeant à reculer. Je pinçais mon nez, qui commençait à saigner. Il était cassé? Je grommelai avant d'appliquer un sort de soin, tandis que le curé s'éloignait de moi. Je souris à l'homme en blanc.

- J'ai échappé aux gardes de Madorass. Ce n'est pas un curé bedonnant et corrompu qui m'attrapera!


J'essuyais d'un revers de la main le sang qui avait coulé de mon nez, même si je ne parvins pas vraiment à tout enlever. Je jetais un oeil aux éventuelles sorties. Il n'y avait sûrement pas que la porte d'entrée! Si..?
Revenir en haut Aller en bas

Joev Nevakov



________________

Joev Nevakov
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Escroc, traficant, proxénète, voleur, investisseur
Groupe : Royaume

Âge : 52 ans

Messages : 18

Fiche de Personnage : Ma bio


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyJeu 8 Déc 2011 - 17:25

L'inconnu ne se laissa pas faire, contrairement à ce qu'on aurait pu croire au vu de sa faible carrure. Mais Joev resta parfaitement calme. Une crevette !
Il ne savait rien, c'était l'essentiel. Ainsi il ne punirait pas Anton trop sévèrement.

- Laissez moi passer. Ou je l'égorge de suite.

Le veilleur ne le crut pas une seconde. Il resta impassible et croisa ses mains devant lui, comme un père qui attend que son gamin arrête ses enfantillages. Et puis, même si il disait vrai... Quelle différence ? Joev ne donnait aucune valeur à la vie, ni la sienne ni celle d'un autre. Il n'avait pas tué le prêtre avant car il était clément, et qu'un mort sur les bras faisait toujours plus de boulot qu'un homme sous son coude.

Le musicien était une si petite crevette que le bon vieux Anton réussit à le déstabiliser avant que Joev ne réagisse. Décidément, il gagnait des points.
Mais l'inconnu reprit de l'aplomb et sortit ses dagues. Malgré tout, il ne l'impressionnait pas avec son attitude paniquée. Joev déplorait la réaction du jeune homme.

- Chef, on a trouver le...

Un gros-bras déboula dans l'église par la porte d'entrée. Il était temps ! N'avait-il pas entendu tout ce remue-ménage ?
En découvrant la scène, l'homme prit un air mauvais. Trempé, son visage couvert de boue et sa cicatrice le long de la joue gauche ne lui donnaient franchement pas un l'apparence d'un joyeux luron.

- Anton, va le chercher.

Le prêtre comprit tout de suite de quoi il était question et ne se fit pas le dire deux fois. Il sortit d'un pas pressé dehors sous la pluie.

A peine l'homme à la cicatrice avait-il sortit sa hache que le deuxième entra par la porte sur le coté, le gourdin déjà dégainé. Ah ! Il avait toujours été plus intelligent que le premier... Les deux hommes de main s'avancèrent lentement pour encadrer Aoi.

- Bien, alors que proposez-vous ? Si vous coopérez, je vous laisse la vie sauve, sommes nous d'accord ?

Le Veilleur regardait de haut l'homme aux dagues. Fallait-il encore avoir un mort sur les bras ?
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyJeu 8 Déc 2011 - 17:43

Je déglutis. Vraiment, dans quel pétrin m'étais-je fourré cette fois..? Je soupirais, vaincu. Les deux gorilles qui lui servaient d'hommes de main, taillés comme de vrais menhir, semblaient être peu enclin à parlementer. Je rengainais mes dagues, outré par cette fourberie. Il était trop bien pour se débrouiller seul? Lui? Un simple humain? Il parla enfin:

- Bien, alors que proposez-vous ? Si vous coopérez, je vous laisse la vie sauve, sommes nous d'accord ?

Je soupirais. Ce n'est pas comme si j'avais vraiment le choix. Et puis, si je pouvais m'en tirer sans trop d'égratignures... je levais doucement les mains, en signe de résignation, lui lançant un regard mauvais et assassin.

- Je ne sais absolument rien de ce que vous manigancez en ces lieux, ni en quoi ce prêtre est impliqué. Je ne vois pas pourquoi vous me garderiez ici. Je ne suis pas assez idiot pour aller en référer aux forces de l'ordre. De toute manière, ce n'est pas comme si elles étaient d'une quelconque utilité...

Il sembla satisfait et lança un regard à un de ses hommes de mains, qui sembla comprendre le message. J'eus à peine le temps de bouger que l'un d'eux me passa un bâillon sale et ensanglanté, serrant le noeud à l'arrière de mon crâne, alors que l'autre me plaqua au sol, maintenant mes bras dans mon dos, avant de m'attacher avec la corde que ce sale... de prête avait ramenée plus tôt. Il fit un noeud solide, serrant les cordages au maximum. Je pouvais à peine bouger. Avec acharnement, je tentais de me débarrasser du bout de tissu souillé qui entrait dans ma bouche, irritant mes mâchoires. Mais je ne parvins qu'à baver dessus. J'étais pathétique.
Si seulement j'avais eu des ailes! Ils ne m'auraient jamais attrapé! Je grognais, énervé.

Puis je réfléchis à quelque chose. Hynar ne se réveillerait sûrement pas pour le moment. Mais il avait l’habitude d'aller prier, tôt le matin. Avec un peu de chance, si nous restions ici, il me trouvera et me viendrait en aide! Mais il ne ferait pas le poids contre ces deux colosses... Il devrait appeler les forces de l'ordre, les gardes. Et je retournerais au trou, pour avoir voulu la liberté. Je tentais quand même de me lever mais l'un des deux hommes m'en dissuada, posant sa hache contre ma gorge. L'homme en blanc semblait attendre le retour du prêtre.
Revenir en haut Aller en bas

Joev Nevakov



________________

Joev Nevakov
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Escroc, traficant, proxénète, voleur, investisseur
Groupe : Royaume

Âge : 52 ans

Messages : 18

Fiche de Personnage : Ma bio


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyJeu 8 Déc 2011 - 20:17

Il ne voulait donc pas coopérer. Ce petit bavardait trop. Et il prenait manifestement Joev pour un imbécile. Il n'appréciait pas.

- Si tu ne veux pas marchander, ce sera donc la mort. Encore comme un accent de déception. Ses sourcils étaient froncés, et son visage dur.

- Les dagues.

Les deux costaux entreprirent de débarrasser la crevette de ses armes. Chacun en prit une et la glissa dans leur ceinture.

Le Veilleur s'adressa au plus intelligent des deux.

- Je pense que nous avons trouvé de quoi remplir le trou.


L'homme à la hache fut prit d'un puissant rire qui fit écho sous les voutes de l'église. L'homme au gourdin l'accompagna quelques secondes après. Joev esquissa un petit sourire même si donner la mort ne le réjouissait pas autant.

S'en suivit l'arrivée d'Anton, tout trempé et penaud avec un air de chien battu. Il tenait entre ses mains un coffre de taille moyenne qui semblait assez lourd. Loin d'être richement décoré, il était recouvert de boue et sous la couche gluante ne se distinguait aucun relief.

Un claquement de doigts suffit à ce que le prêtre dépose l'objet au pieds du Veilleur.Joev prit pas la peine de vérifier ce qu'il contenait, parut satisfait une fois qu'il le referma.

- Les gars, allons-y.

Les deux colosses attrapèrent le gamin par les bras et sortirent à la suite de Joev qui du donc transporter le coffre. Le curé suivait comme un petit chien.

Sans ménagement, Aoi fut balancé dans la ''tombe'' et les gars commencèrent à le recouvrir avec leurs pelles.

- Messire...

- Oui, tu as été un bon associé Anton. Voila ta récompense.


Joev claqua des doigts. Et le prêtre parut pétrifié, comme s'il avait entendu un coup de tonnerre. Puis ils s'agenouilla dans la boue.

- Oh... merci ! Mes enfants, ma famille... merci, merci messire Le Veilleur !


Anton avait tant souffert pour protéger ce secret...
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyJeu 8 Déc 2011 - 20:47

Je jetais un oeil à l'homme en blanc. Il sembla ennuyer.

- Si tu ne veux pas marchander, ce sera donc la mort.

Comment ça la mort? Ils voulaient me tuer? Ce n'était pas la première fois que ça m'arrivait mais... généralement j'étais en moins mauvaise posture.. Il ordonna aux deux gros balourds de me prendre mes dagues. Ils allèrent même jusqu'à se les approprier, les glissant à leurs ceintures. Ils ne devaient même pas savoir à quel point elles étaient utiles... Il se tourna vers l'homme au gourdin.

- Je pense que nous avons trouvé de quoi remplir le trou.


J'écarquillais les sourcils. Hein?! Ils étaient réellement sérieux cette fois?! J'allais vraiment y passer?! Les deux idiots commencèrent à rigoler, tandis que leur chef semblait satisfait de son petit effet. Le curé entra à son tour. Je tentais de l'appeller à l'aide mais il m'ignora, et déposa le coffre boueux aux pieds du truand. Je lui lançais un regard assassin. Corrompu jusqu'à la moëlle... Même pas capable de protéger ses fidèles.

Il héla ses deux molosses qui me saisirent par les bras et m'obligèrent à me lever, me trainant derrière eux. Je ne me laissais pas faire et fis tout pour les freiner. Dehors, il pleuvait des cordes et le ciel était plus que sombre et nuageux. Allais-je réellement mourir? Sans manière aucune, ils me jetèrent comme un malpropre dans la fosse fraichement creusée et s'emparant de pelles, commencèrent à m'ensevelir. Je paniquais. Enterré vivant?! Moi qui croyais que je finirais par être tué par un vieux mage ou une vieille sorcière... Ou peut-être par un de ces vieux bourges "collectionneurs" qui aimaient avoir un esclave de chaque race pour les maltraiter à souhait. La terre commença à recouvrir mes jambes et il me fallut réfléchir vite et bien.

Il y avait assez d'eau pour que je puisse geler la corde et ainsi la briser. Encore fallait-il que mes mains puissent la toucher et que je puisse parler... Après un effort colossal (et surtout avoir malmené le bout de tissus autant que je le pus), le bâillon fini par céder, alors que la terre recouvrait déjà la totalité de mes jambes. D'une incantation rapide, je modifiais la température de l'eau humidifiant les cordes, gelant les fils entremêlés en même temps. Il fut alors aisé de me débarrasser des cordages. Sans attendre, je commençais à dégager la terre et à grimper hors du trou tant bien que mal, plantant mes doigts dans la boue. Mais ce n'était pourtant pas évident... J’asséchais alors la terre avec une nouvelle formule, sous le regard ahuri des deux brigands. Je me hissais en dehors de la fosse. Je ne cherchais même pas à comprendre, je me mis à courrir. Pas assez vite pourtant car, étant ralenti par mes vêtements rendu lourds par l'eau et la boue, l'un des hommes de mains du pilleur de tombe attrapa mon capuchon, me tirant en arrière. Je pus enlever le capuchon. Mais pas mon dessous, qu'il déchira alors que je tentais de me dégager.

Je heurtais le sol, déséquilibré. Mes cheveux furent couverts de boue, et mon visage aussi, m'empêchant de voir correctement. Ils en profitèrent pour me plaquer au sol. Je sentais la pluie couler sur mon dos nu et les gouttes glacées rendirent douloureuse mes cicatrices. L'homme au gourdin héla son chef, tout excité. Allons bon, il avait compris alors...?

- Messire, on a trouvé un deuxième petit trésor..!


Je ravalais des larmes d'amertume, écoeuré d'avoir été découvert aussi facilement. Espérons juste que je puisse m'enfuir le plus vite possible si ils étaient dans le ..."buisness" des traffics d'êtres vivants. Je sentis des mains froides se balader contre mes cicatrices. Je relevais la tête, furieux, mais on me la maintint au sol, quelques minutes après. Pas de chance...
Revenir en haut Aller en bas

Joev Nevakov



________________

Joev Nevakov
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Escroc, traficant, proxénète, voleur, investisseur
Groupe : Royaume

Âge : 52 ans

Messages : 18

Fiche de Personnage : Ma bio


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptySam 10 Déc 2011 - 21:03

Le gamin ne se laissa pas faire, il avait enfin comprit qu'on ne rigolait pas avec Le Veilleur. Les petits plaisantins à la langue déliée lui tapaient franchement sur le système. Mais au départ, Joev n'en tint pas compte. C'est souvent voyant la mort approcher que les hommes s'épuisent à la fuir. Et pourtant, le bougre réussit à s'échapper de la fosse. Comment ? Connaissant la force de ses hommes de main, Joev voyait difficilement comment il aurait put délier ses cordes. Mais se fut de voir la terre réagir au contact des mains de Aoi que le malfrat comprit qu'il s'agissait la de magie.
Comme quoi, y'en a qui ont du potentiel sans en avoir l'air.

Une fraction de seconde, Joev pensait qu'il allait lui échapper, et c'était très contrariant. Mais ses colosses faisaient du bon travail et ils se chargèrent de rattraper le fuyard. Alors que le musicien s'étalait dans la boue, malmené pas ses fidèles, un des deux le héla.

- Messire, on a trouvé un deuxième petit trésor..!

Joev fronça des sourcils et se dirigea vers le capturé. Ce dernier avait le dos nu, les vêtements arrachés. A la lueur de la lanterne qu'il avait récupéré, le trafiquant distingua nettement de profondes cicatrices, qu'un molosse touchait du bout des doigts. Le Veilleur leva un sourcils devant sa chance et sourit. Il avait fait double affaire cette nuit !

Les deux gardes du corps relevèrent le jeune homme brutalement une fois qu'ils virent que leur chef avait prit connaissance de la découverte. Ils souriaient, couverts de boue. Néanmoins, ne se reposant pas sur leurs lauriers, ils tenaient fermement les mains de leur prisonnier pour limiter au maximum l'utilisation de son pouvoir. L'un des deux lui planta sa grosse patte sur la bouche pour l’empêcher de parler.

- Bien...

Il se frotta les mains comme signe de contentement, et surement pour se réchauffer un peu aussi.

- Je te propose un marché simple : tu collabores avec moi, et je ne te fais aucun mal. Seulement tu ne te mets pas en travers de mes plans, et tu ne me dénonces pas. Pas de blabla, un oui ou un non.

Il avait insisté sur les derniers mots. Joev se trouvait parfois trop clément. Le colosse enleva sa main pour laisser Aoi décider de son sort.
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptySam 10 Déc 2011 - 21:15

J'étais écœuré. Ils me maintenaient debout, bloquant mes mains afin que je ne puisse pas utiliser de magie. Je tentais de me dégager mais ils me coincèrent d'avantage, tordant mes bras en arrière, m'empêchant de bouger. L'un d'eux posa sa main sur ma bouche, afin que je ne puisse pas parler, ou même hurler. En cet instant, cet abjecte truand semblait être aux anges. Normal, il venait d'en trouver un. Il était presque souriant. Presque provoquant frotta les mains, trop heureux d'avoir fait une double affaire ce soir.

- Je te propose un marché simple : tu collabores
avec moi, et je ne te fais aucun mal. Seulement tu ne te mets pas en
travers de mes plans, et tu ne me dénonces pas. Pas de blabla, un oui ou
un non.


Je le dardais d'un regard assassin. Comment pouvait-il me proposer ce genre de marchés alors que j'étais au pied du mur? Bien sûr que je ne pouvais pas refuser! C'était même odieux de me rabaisser à ce niveau. Pas le choix, sinon tu meures. C'est ça la règle. C'est ça le contrat. Et puis, collaborer avec lui ça veut dire quoi? Il va me vendre sur une foire au plus offrant. M'abandonner dans un vieux bordel pour vieux bourges bedonnants? Ou me vendre à un alchimiste, il parait que le sang et les larmes de séraphins ont des vertus cachées dans ce genre de mixtures...

L'homme de main qui m'empêchait de parler ôta enfin sa sale patte de ma bouche et je pus enfin parler. Je pris un air digne et sur. Je n'avais pas envie de m'abaisser face à quelqu'un comme lui. Encore, ça aurait été un troll, j'aurais pris mes jambes à mon cou en pleurant pour qu'il ne me croque pas. Mais là... ce n'était qu'un humain. C'est ce que je devais me dire. Un simple humain. Mais les humains ne sont pas mal dans leur genre, au niveau de la cruauté et de la cupidité. Je murmurais:

- ... De toute manière je pense que je n'ai pas vraiment le choix.

Je soupirais, avant d’acquiescer, résigné.

- Oui... c'est d'accord.. je collaborerais.


Revenir en haut Aller en bas

Joev Nevakov



________________

Joev Nevakov
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Escroc, traficant, proxénète, voleur, investisseur
Groupe : Royaume

Âge : 52 ans

Messages : 18

Fiche de Personnage : Ma bio


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyDim 11 Déc 2011 - 11:04

Le petit ange avait le regard haineux, chose qui détonnait sur son visage enfantin. Au moins, il prenait enfin Joev au sérieux. Pourtant, le trafiquant douta un instant que son prisonnier réponde par la positive, laissant son insubordination déclarer son arrêt de mort. Mais il était manifestement plus malin que ça. On a toujours le choix, mourir ou survivre est un choix. Peu de gens voyaient la mort comme issue, et pourtant s'en était une.

Quand enfin il prononça distinctement un oui, un coup de tonnerre résonna et fit vibrer l'air autours d'eux. Seulement les deux personnes concernées par le présent pacte ne pouvaient l'entendre, ainsi les deux colosses de réagirent pas. Joev, habitué à cet effet de son pouvoir qui était toujours annonciateur de bonnes nouvelles, eut un petit sourire. Il sentit le nouveau ''fils'' s'ajouter à sa collection.

- Vous pouvez le détacher, il est sous serment.


Ses hommes de main connaissaient bien ce système qui permettait au Veilleur de s'assurer la loyauté de ses sujets, eux-mêmes en proie avec un contrat. Dès lors qu'on était lié, on sentait ce lien en soi et on savait que ne pas honorer le contrat entrainerait de graves conséquences.
Ils détachèrent donc l'ange aux ailes coupées, certains qu'il ne prendrait pas le risque de subir une malédiction carabinée.

- Nous allons bien nous entendre j'en suis persuadé.

Le malfrat désigna le trou et ses hommes entreprirent de le remplir rapidement. Il chercha un moment du regard Anton, qu'il avait totalement oublié. Ce dernier avait profité d'un moment de chaos pour s'éclipser. Peu importait maintenant que le trésor avait été trouvé.

Le début du jour arriverait bientot, il ne fallait pas trainer. Déjà les vols des chauves-souris se dessinaient sur le ciel qui s'éclaircissait. Les deux gros-bras finirent leur travail et l'un deux prit le coffre.

- Allons-y maintenant.
lança-t-il faisant un geste de la main à Aoi pour qu'il approche.

Ainsi ils quittèrent discrètement les lieux avant qu'on ne remarque qu'une tombe avait été fouillée.
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière EmptyDim 11 Déc 2011 - 11:36

RP CLOS!

A suivre ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Trifouiller dans le cimetière _
MessageSujet: Re: Trifouiller dans le cimetière   Trifouiller dans le cimetière Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Trifouiller dans le cimetière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Église en ruines-