''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [PV Mio] La faim justifie les moyens...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Shaaïro Shvaarn

Le Masque de Porcelaine

________________

Shaaïro Shvaarn
________________


Race : Vampire.
Classe : Charmeur.
Métier : Chef d'une bande de mercenaires. (Ex-esclave)
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : Treize ans, en apparence seulement.

Messages : 70

Fiche de Personnage : Le gentil petit vampire...

Histoire de Personnage : En cours:
- Oh un nouveau? (Solo)

Terminés:
Rien pour le moment.

Abandonnés:
- Vermeils. (PV Seiren)
- La faim justifie les moyens. (PV Mio)
- Comme chien et chat (PV Leevo)

[PV Mio] La faim justifie les moyens...  _
MessageSujet: [PV Mio] La faim justifie les moyens...    [PV Mio] La faim justifie les moyens...  EmptyLun 19 Déc 2011 - 16:11

Voilà un peu plus d'une semaine que je m'aventurais dans Madorass. Je n'y venais pas souvent, mais il y avait tellement de choses amusantes...! J'avais trouvé refuge dans une auberge, pour une semaine. Mais il y faisait trop chaud... je n'ai jamais aimé la chaleur, je préferais le vent glacial d'une nuit d'hiver. "Tu es froid" on m'a souvent dit ça. Je n'ai jamais vraiment fait attention à ça. Je me moquais un peu de ce qu'on pouvait bien raconter à mon égard: je n'étais qu'un vampire, après tout. Une créature haïe par les humains. Un danger pour eux. Et ce, malgré mon apparence chétive et juvénile.

Je n'avais encore toucher à personne depuis que j'étais ici. Mais la faim se faisait plus présente chaque jour. Et je devais lutter contre mes instincts pour ne pas égorger le premier venu. Je passais dans une ruelle, plutôt déserte pour un moment de la journée si actif. J'entendis quelques jappements effrayés et des supplications au coin d'une rue, une impasse sombre. Sûrement encore un enfant en difficulté face à un adulte mal intentionné et certainement dérangé, qui n'avait pas vraiment envie de jouer aux cartes ou aux jouets de bois mais plutôt "saute mouton"... Mais les gémissements craintifs se transformèrent bientôt en hurlements de peur. Mais pas un cri d'enfant. Un cri d'adulte. Puis... plus rien. Un petite silhouette sortit de la pénombre, une dague en main, un liquide sombre s'écoulant de la lame. Une odeur de sang frais caressa mes narines et mon odorat sur-développé.

Il l'avait tué. L'enfant avait tué son agresseur.

Son regard se posa sur moi. Je n'en eu cure. Il sourit face à ma nonchalance. Il n'avait certainement pas l'habitude de voir quelqu'un lui tenir tête, qui plus est, quand si il avait commis un meurtre juste sous son nez. Il s'approcha. Je me tenais prêt à attaquer. Sous mes manches amples je sortis mes griffes. Autant être prêt à me protéger. Je feulais, dévoilant mes canines pointues, prêtes à perforé sa fine peau pâle. Il parrut étonné. Je grondais. Puis, son expression changea. Il sembla apeuré. Il regarda simultanément ses mains ensanglantées et le poignard. Il le lâcha, paniqué. Je fronçais les sourcils, étonné. Qu'est-ce qu'il lui prenait? I

J'entendis des bruits de pas. Certainement la garde. Je l'attrapais par la manche et l'entrainais avec moi.

- Viens!
Revenir en haut Aller en bas

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


[PV Mio] La faim justifie les moyens...  _
MessageSujet: Re: [PV Mio] La faim justifie les moyens...    [PV Mio] La faim justifie les moyens...  EmptyJeu 22 Déc 2011 - 2:03

Spoiler:
 


Il était long et éprouvant, le chemin qui menait à Madorass et à ses milles richesses! Mio Raeth avait foulé toutes les principales routes de Feleth pour enfin se retrouver devant les portes somptueuses qui abritaient la cité. Il avait également visité les principales villes: Venill et Béolan. L'hybride avait même fait une halte à son village natal à l'Archipel des îles basses, Aubegrise. Autant dire que la poussière et les courbatures du voyage étaient devenues de vieilles amies, depuis les nombreux mois qu'il menait son périple. Dans chacun de ces lieux de regroupement d'humains, il avait tenté sa chance: trouver le maître idéal, auprès duquel sa malédiction de faux parleur n'importerait plus. Un maître si exceptionnel qu'il aurait, lui simple serviteur, la sensation d'être beaucoup plus que ce que sa condition lui permettait. Redonner à Mio un espoir à vivre encore, ce ne serait pas une tâche aisée il le savait...


·~.. .~·°·~.·~..

Il observait les gardes qui gardaient le portail de la cité, ses yeux de pureté et de malice grands ouverts, émerveillé par les lieux qu'il découvrait pour la première fois. Il s'immergea dans la vague tumultueuse de la foule, espérant ainsi profiter de cette masse de monde pour se faufiler, inaperçu, dans la ville. Autrement, à cause de son apparence singulière, sans doute lui aurait-on poser des questions. Avec toute cette affluence vers la Grande Cité, les soldats postés de chaque côtés de l'entrée principale y allaient au hasard; c'était bien naturel qu'ils repèrent ceux dont la tenue vestimentaire ou l'apparence physique se démarquaient de la populace. Heureusement pour le jeune faux parleur, il se retrouva à l'intérieur de la ville sans problèmes. Planté là, sur la Grande-Rue, l'évidence lui vint à l'esprit qu'il n'avait aucune idée de l'endroit où il comptait se rendre. Il était pour ainsi dire perdu. Où était l'auberge la plus proche? Cette question lui brûlait les lèvre, impatiente d'étancher sa curiosité, et pourtant il ne pouvait se résoudre à attirer l'attention. Il fit quelques pas indécis avant de s'engager pour de bon à son exploration de Madorass.


·~.. .~·°·~.·~..

Frêle silhouette luisant d'un doux éclat rose pâle, Mio finit par repérer l'enseigne d'une auberge. Vivifié par le regain d'espoir que lui procurait cette vision, il pressa le pas, esquivant agilement les habitants et voyageurs qui circulaient en tous sens. Deux marches de pierres donnaient l'accès à la porte de bois légèrement surélevée. L'enfant tourna la poignée en fer de celle-ci et pénétra dans le bâtiment. Le chaos sonore cessa dès son entrée, comme toujours lorsqu'un étranger perturbait le confort des habitués. D'autant plus que l'entrée du serviteur, peu importe le lieu, était généralement remarquée. L'androgyne à la chevelure rose soyeuse se dirigea silencieusement vers l'homme qui tenait le bar de l'auberge et commanda une soupe, essayant comme il le pouvait de ne pas se laisser envahir par le stress qui alourdissait l'air ambiant. Allons, durent penser au bout d'un moment les clients assis autour des tables, le nouvel arrivant ne devait être qu'un orphelin parmi tant d'autres à Madorass. Les voix s'élevèrent peu à peu. Chacun s'ingéniant à se faire entendre par son confrère d'à côté, la pièce fut rapidement envahie d'un capharnaüm de rires, de bruits mats des choppes de bière et de la discussion générale, animée. Mio attendait sagement qu'on lui tende son bol.

* Voilà, le dernier repas que je peux me permettre. Ensuite, si je ne trouves rien, que me restera-t-il? ... Voler? Peut-être devrais-je demander au patron s'il peut me donner un travail, même le temps d'un jour. Et puis il me faut un Maître aussi, c'est ici ma chance, ou bien ce ne sera plus possible nulle part... *

Il récupéra le contenant en bois qui laissait échapper des volutes de fumée. Le parfum qui s'en dégageait promettait un réconfort plus qu'attendu après avoir trainé ses pieds toute la journée contre la terre sèche de la route qui menait à la capitale de Feleth. Il repéra d'un balayage visuel une table possédant une place libre et des gens pas trop louches. Il s'y dirigea, abordant les occupants avec politesse. Un sourire charmeur plus tard, il se retrouvait à discuter avec eux, profitant de leurs réponses aux questions qu'il posait pour savourer sa soupe. Il ne se souviendrait plus par la suite du goût de celle-ci, ni du prénom de ses interlocuteurs. Ni non plus d'ailleurs du nom de l'auberge dans laquelle il se tenait, mais quelle importance au fond? Ce n'était qu'une pause insignifiante face à la quête dont il s'était investit.

Le temps passait, s'écoulant au rythme de la bière qui jaillissait à profusion des barils du comptoir, remplissant inlassablement les choppes des ivrognes. Deux heures étaient passées, car après avoir terminer son repas Mio resta un moment avec ses compagnons temporaires. Cependant, il désirait à présent les quitter pour aller proposer son aide à l'auberge. Il leur fit des adieux assez brefs, voyant bien de toute façon qu'ils étaient passablement soûls, puis se dirigea vers l'homme à qui il avait commandé sa soupe. L'élu lui demanda donc s'il pouvait aider d'une quelconque façon.

" Ma foi, jeune fill... enfant, répondit l'homme d'une quarantaine d'années en frottant les doigts de sa main gauche contre la rugosité de sa barbe. Il avait les cheveux noirs et, somme toute, un physique assez banal. Il paraissait un peu perplexe par l'androgyne qui se tenait devant lui, et pourtant il fit l'effort de compléter sa pensée. Nous aurions besoin d'un coup d'main pour nettoyer les tables, le plancher, ces choses-là. Peut-être aussi aux cuisines, tu peux toujours demander au chef. Mais dis-moi, mon gar...çon. Tu espères quelque chose en retour, j'imagine? "

Mio se retint de pouffer de rire devant lui; il devait garder son sérieux s'il voulait obtenir ce qu'il convoitait... La scène de cet homme perplexe et maladroit était tout de même agréable.

" Oh, pas grand-chose... J'aimerais si possible une chambre pour cette nuit, et un peu d'argent si vous jugez mes services satisfaisants. "

L'innocence de l'enfant... Ce n'était pas si mal, finalement. Tout dépendait pour qui, évidemment. L'homme accepta le marché, et le présenta au chef cuisinier. Mio fit ensuite de son mieux pour accomplir ses tâches, et dans l'ensemble il s'en sortit très bien. L'ange avait l'habitude, depuis le temps qu'il était serviteur. La nuit était fort avancée lorsqu'il eut récupérer ses quelques pièces d'or et qu'il monta retrouver sa chambre, mais malgré la fatigue il était satisfait de sa journée. Le comble de son contentement aurait été d'obtenir plus d'informations sur les événements de Feleth et sur un potentiel Maître, mais on ne pouvait pas tout avoir...


·~.. .~·°·~.·~..

Mio se réveilla un peu avant midi, s'étirant longuement après un sommeil paisible. Il sortit de son lit, et alors qu'il s'apprêtait à faire sa toilette, c'est non sans surprise qu'il constata que les chambres ne possédaient même pas de bassine pour se laver. C'était pourtant la base, ce que n'importe quelle chambre d'auberge contenait, même la moins chère. Bon, il n'avait pas eut à payer pour sa nuit dans ces lieux, mais quand même...

Il sortit respectivement de sa chambre puis de l'auberge, après des remerciements à l'homme du bar, qui s'était révélé être également le patron.

De nouveau dans les rues de la ville, le démon se mit à errer, se perdant totalement après quelques dizaines de minutes. Il faut dire qu'il ne connaissait pas Madorass; il commençait à regretter de ne pas avoir demander d'information sur les points de repères ni aux gardes, ni au patron de l'auberge. Ses pas se faisaient hésitants, se tournant de chaque côtés et n'y voyant là que des boutiques, des gens qui s'attardaient près d'un marché fait de toiles dressées par des troncs de jeunes arbres, sans parvenir à arrêter son choix quelque part. Il continua le long de la rue qui menait à une place circulaire où se trouvait une large fontaine. Il s'assit sur le rebord de pierre de celle-ci, s'accordant un peu de repos et de la fraîcheur que lui procurait la proximité de cette source d'eau. Le soleil de midi réchauffait fortement la place, et cette fontaine était un véritable havre de réconfort parmi la pesanteur qui compressait l'atmosphère. Mio poussa alors un soupir. L'attrait de Madorass lui paraissait moins reluisant, à présent qu'il se trouvait au milieu de nul part.

" Holà, mon garçon? "

Mio leva son visage enfantin vers la provenance de la voix masculine qui l'avait abordé. Un homme dans la trentaine d'année se tenait devant lui. Un air sympathique et sensiblement sincère se dessinait sur son visage. Ses vêtements, sans être d'une facture exceptionnelle, laissait transparaître une certaine aisance. Un marchand, peut-être?

" Tu es perdu? Tu dois être un orphelin, je ne me trompe pas n'est-ce pas? "

Devant la réaction contrariée de Mio qui ne savait pas sous quel angle aborder la situation, l'homme poursuivit, parlant d'un ton pressé.

" Écoutes, j'aurais bien besoin d'un peu d'aide à ma boutique, les affaires vont bien en ce moment et je suis un peu débordé. Que dirais-tu d'être mon assistant? Penses-y bien. Je ne fais pas la charité à tout le monde, mais tu me sembles avoir de la ressource! Au fait, on me nomme Z'Kenyr. "

L'homme lui tendit la main, qu'il serra volontiers. La possibilité d'avoir de l'argent? L'occasion semblait trop belle pour refuser... C'était son jour de chance, qu'on vienne lui proposer un boulot ainsi!

" Euh... Oui, je voudrais bien. Merci pour l'offre! "

" Allons, allons. Mon magasin n'est pas bien loin, suis-moi. "

Mio se laissa guider par l'homme. Celui-ci semblait connaître la ville comme sa poche et empruntait de nombreux passages étroits, des rues et ruelles. Puis, après quelques minutes, il s'arrêta. Et pour cause, ils se trouvaient dans une impasse. Qu'est-ce que ça voulait dire?

" Z'Kenyr? Tu n'as pas de boutique en fait, c'est ça? Et moi, je me suis laissé berner par ta fausse amabilité... "

Tout c'était passé si vite, si facilement... L'homme ricanait, satisfait de la réussite de son traquenard.

" Eh bien, eh bien. Tu es perspicace pour un si jeune garçon! Il fit une courte pause. Eh oui, les apparences sont trompeuses, n'est-ce pas? Puis, détaillant du regard sa victime: Des vêtements d'une telle teinte doivent coûter cher, hum? L'esclave d'un noble, j'imagine. Bah, quelle importance? Je vais m'occuper de toi à présent, mon petit orphelin...! "

Il empoigna Mio qui laissa échapper un cri de surprise. L'homme le poussa contre un mur et l'y maintint. Il commençait à le déshabiller, et ce faisant il avait sortit une dague de fer. Le jeune serviteur étouffait sous l'étreinte de l'homme qui souriait, pervers.

" Lâche m... moi! "

Le démon gémissait, incapable de se défendre et frémissant de peur. Il respirait par saccade sous la violence de l'homme. Son agresseur lui avait retiré son haut et semblait se délecter de voir le corps pâle et délicat du démon. Il le maîtrisait d'une main sur le visage, d'une pression douloureuse appliquée au niveau de la mâchoire. Il approcha sa tête de celle du serviteur et observa ses iris hétérochromes. Assez près pour que l'androgyne sente sur son visage le souffle chaud et fétide de Z'kenyr.

" Et puis, des yeux aussi abjects, il fallait faire quelque chose, ne crois-tu pas? "



·~.. .~·°·~.·~..

" Fuis-donc, mon enfant,
Sur cette route sombre;
Notre voie est celle
De la vision funèbre..."


·~.. .~·°·~.·~..

Mio sortit de la ruelle, chancelant. Il tenait une dague dans sa main droite. Il s'était « réveillé » de sa folie meurtrière à côté du faux marchand qui lui avait proposé d'être son assistant. Il avait encore commis un meurtre... Il ne se souvenait pas des événements qui avaient ravivés son côté faux parleur, ni de la façon dont il avait tuer l'homme. Il était épuisé par le crime qu'il venait de commettre et sentait une douleur à sa mâchoire et à son dos, écorché par la pierre du mur contre lequel il avait été plaqué. Il ne regrettait pas son geste, cela dit. Le bandit avait voulu abuser de lui, justice était maintenant faite...

Mio Raeth avait dû remettre le haut de son habit avant de s'éloigner du corps de Z'Kenyr, et il avait gardé la dague par la même occasion. Autant tenter de se défendre avec, s'il devait y avoir une prochaine fois. Le serviteur ne remarqua qu'au dernier instant Shaaïro, étourdit par les événements qui s'étaient déroulés précédemment. Un enfant, plus jeune encore que Mio, se tenait devant lui. La peau et les cheveux pâles, il prit un air menaçant. Mio fut surprit par cette nouvelle apparition. Une nouvelle embuscade? Le garçon qui faisait face au serviteur dévoila ses crocs, gronda. L'élu comprit, paniqué, qu'il avait devant lui un vampire. Une journée de chance? Un tour de plus que le destin lui jouait, plutôt! Le garçon au cheveux de neige était-il venu venger ce Z'Kenyr? Mio regarda ses mains et la dague, qui trahissaient son acte criminel. Par réflexe, il lâcha l'arme dont le son métallique résonna au moment où elle atteignit le sol.

* Mince, quel crétin je suis! Je ne peux plus me défendre maintenant! *

Shaaïro eut l'air surprit lui aussi par ce geste inconsidéré. Derrière Mio, des bruits de pas se firent entendre. Des gardes? Ils devaient avoir été alertés par ce qu'il avait fait au truand. Ils étaient probablement loin encore, mais avec l'écho qui se prolongeait longtemps entre les bâtisses de la cité, ils paraissaient assez proches des deux enfants. Puis, tout à coup, le vampire saisit Mio par la manche de son habit de lin rose et se mit à courir, entraînant le serviteur dans sa fuite.

" Viens! "
Un simple mot; le serviteur comprit que le garçon qui le tirait était un allié, au moins provisoirement. Il le suivait de près, et après un long moment ils ralentirent le pas. Ils entrèrent dans l'arrière-cour d'une maison ancienne probablement abandonnée, en retrait d'une ruelle. Mio posa une main sur l'épaule du garçon pour l'inciter à se tourner vers lui et à s'arrêter.

" Attends un peu! Pourquoi m'aides-tu de la sorte? Ne suis-je point un criminel à tes yeux?! "

Ses pensées tourbillonnaient en tous sens, excité et confus par sa journée qui s'annonçait chargée et éprouvante. Avait-il bien fait de prononcer ces mots avec tant d'emportement à l'enfant qui venait de lui permettre d'échapper à la garde de Madorass?
Revenir en haut Aller en bas

Shaaïro Shvaarn

Le Masque de Porcelaine

________________

Shaaïro Shvaarn
________________


Race : Vampire.
Classe : Charmeur.
Métier : Chef d'une bande de mercenaires. (Ex-esclave)
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : Treize ans, en apparence seulement.

Messages : 70

Fiche de Personnage : Le gentil petit vampire...

Histoire de Personnage : En cours:
- Oh un nouveau? (Solo)

Terminés:
Rien pour le moment.

Abandonnés:
- Vermeils. (PV Seiren)
- La faim justifie les moyens. (PV Mio)
- Comme chien et chat (PV Leevo)

[PV Mio] La faim justifie les moyens...  _
MessageSujet: Re: [PV Mio] La faim justifie les moyens...    [PV Mio] La faim justifie les moyens...  EmptyJeu 22 Déc 2011 - 11:31

Spoiler:
 


Après avoir réussi à entrer dans l'arrière cour d'une vieille demeure en ruine, sûrement abandonnée depuis longtemps, je regardais si personne ne nous avait suivi. Il valait mieux ne pas se faire repérer par la garde. Ils sont pas fan des vampires, les gardes. Alors que je guettais une venue impromptue, le gamin aux cheveux étranges m'obligea à me retourner et à lui faire face. Il semblait... troublé. Comme si il ne comprenait pas vraiment mon geste salvateur. Quoi, j'allais pas le laisser là-bas non plus! Il m'en voulait pour ça? Finalement, il parla.


- Attends un peu! Pourquoi m'aides-tu de la sorte? Ne suis-je point un criminel à tes yeux?!


Je souris, amer. Il sembla se rendre compte de sa maladresse parce qu'il affichait un visage confus. Je relevais mes lèvres, souriant, dévoilant mes crocs luisants et bien pointus, comme tout bon vampire se doit d'en avoir. Il n'en mena pas large et se mis sur la défensive. Ce n'était pas vraiment la réaction que je désirais mais... Je soupire, abattu par cette peur que j'inspirais aux gens...

- Un criminel? Je me considère moi-même comme un criminel...


Je souris amicalement alors qu'il paraissait encore plus perplexe qu'auparavant. Quoi? J'allais pas le manger, il s'en faisait pour rien! Je soupire.

- Tuer pour se défendre ou se venger, ce n'est pas criminel. C'est de la justice personnelle. Cet homme t'aurait fait je-ne-sais-trop-quoi, je n'ai même pas envie d'y penser. Tu t'es défendu.

Il ne sembla pas convaincu. Je grommelais. Vraiment il culpabilisait pour rien. Je m'attardais sur ses cheveux. Ils étaient étranges... Peut-être que lui aussi il n'était pas humain? Un démon peut-être? Une une créature spéciale? Je souris. J'avais trouvé un non-humain, comme moi ! Je m'assis et cherchais de la nourriture humaine. Peut-être qu'il en mangeait, lui. Moi ça ne calmait guerre ma faim alors autant le lui donner. Je trouvais quelques fruits volés sur le marché et de la viande séchée. J'en avais toujours sur moi. Il ne sembla pas en vouloir, pas vraiment en confiance. J'insistais et il se décida quand même à les prendre.

- ... Tes cheveux...

Il se crispa. Quoi? Qu'est-ce que j'ai dis. Je souris.

- Ils sont bizarres mais ils sont jolis. Moi aussi les miens sont étranges...

Je passais distraitement mes doigts dans ma chevelure argentée en bataille. Je ne passais pas inaperçu avec ça... Il ne su pas vraiment quoi dire. Je souris à nouveau, me voulant rassurant.

- Puis tes yeux sont jolis aussi. Moi ils font peur aux gens, je passe pour un fou... Et quand ils deviennent rouge, la nuit, ça n'est pas mieux...

Je soupire avant d'entendre un bruit. Je tirais l'enfant derrière des barriques et des caisses. Un clochard sorti de la maison. Il nous avait entendu?
Revenir en haut Aller en bas

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


[PV Mio] La faim justifie les moyens...  _
MessageSujet: Re: [PV Mio] La faim justifie les moyens...    [PV Mio] La faim justifie les moyens...  EmptyVen 6 Jan 2012 - 7:33

Mio se sentait balloté en tous sens, ainsi mené dans sa fuite. N'était-il donc qu'un vulgaire jouet d'enfant à être ainsi manipulé? Plus ses meurtres se faisaient nombreux, plus il se demandait si un jour son esprit n'allait pas flancher. Pour l'heure, il était dans cet état nauséeux et bouleversé qu'il ressentait lorsqu'il faisait face à la dure réalité à laquelle il était trop souvent confronté: il venait de tuer quelqu'un...

Puis il repensait à ce que le vampire venait de lui dire. Quel genre d'être se trouvait devant lui pour ainsi peu se culpabiliser de ses actes? Malgré l'étourdissement qu'il sentait naître en lui, il se devait de rester sur ses gardes autant qu'il le pouvait. Sortir de ce pétrin, et oublier.

Oublier, comme les autres fois; comparablement à ces vides qui s'insinuaient en lui lorsqu'il tentait de percer le mystère de sa folie démoniaque.

Oublier, même si tout cela finirait bien un jour par le rattraper.

Une ombre fugitive passa à côté d'eux, silhouette masculine. L'homme était probablement trop soûl pour les avoir remarquer, car il s'éloigna de la bâtisse et on n'entendit bientôt plus ses pas. Le démon voulu ensuit se relever, un peu trop rapidement. Il posa une main sur le mur, cherchant un équilibre qui se dérobait à ses pieds. Le vampire se trouvait toujours sans réponse, et le mutisme n'était pas la meilleure solution à tout dialogue. Il dit donc à Shaaïro, d'un ton bas:


" Penses-tu vraiment ainsi? "

Il fit une pause, réprimant une envie de vomir qui avait juger le moment opportun pour se pointer à l'horizon. Il prit une inspiration avant de continuer.

" Tu est le premier, je crois, à m'avoir fait un compliment à ce sujet. Merci, mais l'un ne camoufle point l'autre: les gens qui m'approchent ont souvent une idée bien précise me concernant, et je viens aujourd'hui d'avoir la preuve que la vilenie domine sur le bien... Comment discerner la manipulation de l'honnêteté? Enfin, je suppose que je te dois une certaine confiance, au vu du sauvetage que du as effectué envers ma personne. Je... "

Alors que le jeune androgyne s'apprêtait à se présenter, il eut un doute. Que venait faire un vampire ici, en pleine journée, pendant cette période où la foule était grande et les gens, nombreux? Peut-être serait-ce préférable de clore cette discussion rapidement; de ne pas laisser le temps au vampire de tisser la toile de son piège autour du serviteur. Sans doute Mio n'avait-il pas suffisamment récupérer, émotionnellement parlant, et pourtant sa seule conviction pour le moment était de retrouver une normalité apaisante, loin des troubles et des duperies.

" En tous les cas, je te suis redevable. Mais il semble que ce soit préférable que l'un n'interfère pas avec la présence de l'autre... Je ne suis pas des plus fréquentable, apparemment. Et je dois poursuivre mes recherches. "

Il n'avait pas une position de force ni l'état de décider de quoi que ce soit, cela ce voyait bien. Il aurait souhaité bien des choses, mais pour l'heure son avenir se trouvait entre les mains du buveur de sang. Aussi ne bougea-t-il pas, malgré ses propos.
Revenir en haut Aller en bas

Shaaïro Shvaarn

Le Masque de Porcelaine

________________

Shaaïro Shvaarn
________________


Race : Vampire.
Classe : Charmeur.
Métier : Chef d'une bande de mercenaires. (Ex-esclave)
Croyances : Aucune.
Groupe : Solitaire.

Âge : Treize ans, en apparence seulement.

Messages : 70

Fiche de Personnage : Le gentil petit vampire...

Histoire de Personnage : En cours:
- Oh un nouveau? (Solo)

Terminés:
Rien pour le moment.

Abandonnés:
- Vermeils. (PV Seiren)
- La faim justifie les moyens. (PV Mio)
- Comme chien et chat (PV Leevo)

[PV Mio] La faim justifie les moyens...  _
MessageSujet: Re: [PV Mio] La faim justifie les moyens...    [PV Mio] La faim justifie les moyens...  EmptyVen 6 Jan 2012 - 12:23


- En tous les cas, je te suis redevable. Mais il semble que ce soit préférable que l'un n'interfère pas avec la
présence de l'autre... Je ne suis pas des plus fréquentable, apparemment. Et je dois poursuivre mes recherches. "


Je soupire. Il ne me faisait pas confiance. Et il n'avait pas à le nier, je le sentais; son odeur était devenue différente. Mais je n'avais pas envie de me retrouver à nouveau seul. J'ai pris mes précautions, après tout. J'avais encore deux ou trois élixirs dans mon sac, si j'avais soif j'en prendrais un. Mais ça m'étonnerait qu'il ne me laisse l'accompagner si je le lui demandais. D'un autre côté, je n'avais pas envie de le laisser seul: il s'était fait avoir comme un bleu. Comment pouvait-il encore avoir un minimum de confiance en ces créatures horribles que sont les humains. Ils sont arrogants, vils et manipulateurs. Ce sont des bêtes. Enfin, la plupart...


La question était : "comment le laisser m'emmener avec lui?"... Je n'avais pas envie d'utiliser mon 'charme', c'était de la triche. Et puis, un enfant non-humain, je n'en croisais pas tous les jours! Je tentais une approche sympathique:


- Sinon tu t'appelles comment? Tu peux me le dire, je ne vais pas te manger!

Son odeur changea à nouveau. Il semblait encore moins rassuré. Aïe, j'ai peut-être choisi la mauvaise expression... C'était tellement difficile de trouver les bons mots pour rassurer quand on a des griffes et des crocs!


- ... Tu n'es pas humain, je me trompe? Enfin, peu importe!

Je me levais, ne prenant pas gare à ses réactions. Je grimpais sur des caisses et allait décrocher deux tissus qui pendaient à une corde à linge, en passant par dessus la palissade qui séparait les jardins. J'en enfilais un autre de ma tête, dissimulant mon visage à la lumière du soleil. Ca faisait du bien... Je redescendis et tendis le deuxième à l'enfant aux cheveux étranges.


- ... Tu me laisserais t'accompagner? J'aime pas être tout seul, les humains m'évitent ou me chassent. Et quand on est à deux, ils nous ennuient beaucoup moins! Tant que tu seras à Madorass, ne crois aucun humain. Ils sont tous plus fous les uns que les autres ici. Et ne fais pas l'erreur d'aller voir les gardes, ils sont encore plus tordus. J'en ai fais les frais, une fois.

Aucune réaction de sa part. Il attendait la suite de l'histoire peut-être?


- ... Ici, c'est tuer ou être tuer. Surtout dans des quartiers isolés comme celui-ci. Y'a des mercenaires, des chasseurs de primes et des assassins en tout genre ici. Si tu commences à errer un peu partout, tu risques de finir vite fais au marché aux esclaves. Si tu savais le nombres de mioches que j'ai vu passer par là... Tu dois te demander ce que je fais ici, dans ce cas, non? Je me nourris, parfois. Exclusivement d'assassins et de mauvais types... Pas des gens comme toi, je te rassure tout de suite. Je supporte pas de les voir trainer dans la nature... Ca tue une femme innocente dans un coin de rue et ça s'en tire sans aucune punition... Alors autant faire d'une pierre deux coups!

Je fis une pause, observant les environs. Ca grouillait de chasseurs de primes. Et les chasseurs de primes étaient souvent des "braconniers" comme je les appelle. Des chasseurs de non-humains. Certains pensent que des éléments de notre corps peuvent servir en sorcellerie, cheveux, dents, plumes, griffes... Bref, vaut mieux pas les croiser.


- ... J'ai réserver une chambre à l'auberge pour une semaine. Tu pourrais loger avec moi, non? Ça t'éviteras de gaspiller ton argent, non? Tu n'as pas l'air richement vêtu... Et les auberges ici ne sont pas toute de confiance.

Il hésitait. Je soupire.

- Et une fois pour toute: arrête de t'angoisser et de te méfier de la sorte; je sens ta nervosité dans ton odeur. Je ne te ferais absolument rien. Et quand bien même j'aurais besoin d'un encas, je te laisserais en plan pour éviter de te blesser. Et t'as l'air de savoir te défendre, non? ... S'il te plait. J'en ai assez de me balader seul.


Je tendis la main vers lui.

- Moi c'est Shaaïro. Enchanté.
Revenir en haut Aller en bas

Mio Raeth



________________

Mio Raeth
________________


Race : Faux Parleur-Élu
Classe : Roublard
Métier : Serviteur
Croyances : Athée
Groupe : Dépendamment de son Maître

Âge : 16 ans

Messages : 70

Fiche de Personnage : La fiche du Serviteur~


[PV Mio] La faim justifie les moyens...  _
MessageSujet: Re: [PV Mio] La faim justifie les moyens...    [PV Mio] La faim justifie les moyens...  EmptySam 11 Fév 2012 - 7:04

Mio doutait toujours d'un bluff lorsqu'il surprit la remarque sur son origine non-humaine. Ainsi, le vampire pouvait le deviner? Mais déjà le petit vampire s'en allait... Ah, non: il était simplement partit prendre un tissus pour se couvrir le visage. Mio sentit une pointe de compassion. Il trouvait sa vie difficile? Celle d'un vampire n'était sans doutes guère mieux... Mais, égoïste ou pas, il devait d'abord songer à clore cette rencontre.

Trouver un maître, trouver un maître...


" ... Tu me laisserais t'accompagner? J'aime pas être tout seul, les humains m'évitent ou me chassent. Et quand on est à deux, ils nous ennuient beaucoup moins! Tant que tu seras à Madorass, ne crois aucun humain. Ils sont tous plus fous les uns que les autres ici. Et ne fais pas l'erreur d'aller voir les gardes, ils sont encore plus tordus. J'en ai fais les frais, une fois. "

Les humains, fous? Allons... Ils sont nombreux à s'abaisser au niveau de crapule, c'est vrai, mais enfin. Voulait-il donc dire qu'il n'y avait aucun espoir qu'un maître acceptable se trouve en ces lieux? Et le garçon d'ajouter quelques phrases. Il expliquait à Mio les conditions urbaines de Madorass, et ce que le vampire fesait en ces lieux. Puis il se mit à observer les environs. Shaaïro craignait la visite de quelqu'un?

" ... J'ai réserver une chambre à l'auberge pour une semaine. Tu pourrais loger avec moi, non? Ça t'éviteras de gaspiller ton argent, non? Tu n'as pas l'air richement vêtu... Et les auberges ici ne sont pas toute de confiance. "

Mio le regarda, incertain. Tout cela semblait si facile! N'était-ce pas ainsi que sa discussion s'était déroulée avec Z'kenyr? Des phrases, douces à l'oreille de celui dans le besoin...

" Et une fois pour toute: arrête de t'angoisser et de te méfier de la sorte; je sens ta nervosité dans ton odeur. Je ne te ferais absolument rien. Et quand bien même j'aurais besoin d'un encas, je te laisserais en plan pour éviter de te blesser. Et t'as l'air de savoir te défendre, non? ... S'il te plait. J'en ai assez de me balader seul. Moi c'est Shaaïro. Enchanté. "

Le jeune serviteur trouvait la situation tellement désespérée qu'elle en devenait drôle. Et justement, il rit un peu, avant de répondre et de justifier ce rire amer:

" Comment deux enfants comme nous peuvent survivre ainsi, sur ces terres souillées ? Oh, la douce surprise qu'est le hasard des rencontres... Mais tu as tords, je ne sais pas me défendre. Tu as deviné juste, sur un point pourtant: je ne suis pas humain, et c'est cet autre « moi » que je ne contrôle pas qui semble me sortir des pires situations. Prendras-tu donc alors le risque de me fréquenter? Je te l'ai dit, sans-doutes devrions-nous éviter tout contact... Enfin, je ne ferai pas mon farouche plus longtemps. Qu'est-ce que je pourrais bien faire, de toute façon? Tel que tu me vois, je suis sans défense. Bon... Autant profiter de ce court instant de répit. J'accepte avec plaisir l'offre, Shaaïro. "

Il reprit son souffle, avant de continuer:

" Je me nomme Mio, de la famille Raeth. Une maison de l'Archipel des îles basses. Une maison, qui n'est plus... Depuis le temps, je suis devenu serviteur, et je cherche d'ailleurs ici un Maître. Mais tout cela ne t'importe probablement pas vraiment. Et concernant ma race, cela n'en vaut pas la peine. Disons que c'est une bien mauvaise blague, comme le disait mon troisième Maître... "
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



[PV Mio] La faim justifie les moyens...  _
MessageSujet: Re: [PV Mio] La faim justifie les moyens...    [PV Mio] La faim justifie les moyens...  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Mio] La faim justifie les moyens...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Ruelles-