''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyDim 12 Aoû 2012 - 18:32

" Tu n'as pas tort là dessus, c'est vrai. Ce n'est pas un vêtement que je conseillais de porter tous les jours. À moins de vouloir faire de soi un exhibitionniste dans l'âme. "

Rakell tentait de garder son sérieux, mais là c'était plutôt difficile et elle esquissa un sourire sans éclater de rire tout de même. Les soldats étaient autour, il ne fallait faire exprès pour attirer les ennuis ! Son problème de cape était apparament déjà résolu par Heïan. Elle jeta un oeil sur lui, sceptique sur ce qu'il allait dire, ce qu'il avait trouver. C'est alors que la cape de celui-ci lui envoya sa cape et tira la capine sur sa tête, la décoiffant un peu en même temps !

" Voilà. Tu en as une maintenant. C'est temporaire hein ! Si tu t'enfuis avec, je te traque jusqu'à ce qu'elle me revienne."

Cette fois, blanche ne put s'empêcher de laisser aller un petit ricanement.

"Je n'aime pas porter de capuche, sauf en cas de nécessité. Tu retrouveras ta cape monsieur-capuchon !"

En disant, cela, elle enleva la capuche pour le moment et défit ses deux couettes. Elle arrangerait ses cheveux autrement, juste pour aider à sa non identification. Elle trouvait le geste d'Heïan généreux. Même si la description donner était quelque peu faussé, il finirait sans doute par être repéré. Surtout s'il se tenait avec elle. Sa description à elle était bonne, si on le voyait avec elle, on finirait pas déduire qu'il est probablement son complice et que la description a juste été mauvaise. Un chignon, Rakell c'était fait un chignon en hauteur pour ramasser le plus de cheveux possible pour ne pas les voir dépasser du capuchon. Ça fait, elle mit le capuchon sur sa tête. Maintenant, il ne restait plus qu'à attendre.


Trois heures plus tard....

Le temps était venu de partir et les deux chasseurs de primes étaient descendu au sous-sol dans la cave à vin pour sortir par le même endroit qu'ils étaient entrer. S'ils sortaient par la porte de la boutique en haut, arrivant directement dans la rue, ce serait très louche puisque la boutique....elle était fermée ! Heïan était passé devant encore une fois et il monta les escaliers pour aller ouvrir les trappes de bois qui étaient assez lourde. Rakell attendait en bas de l'escalier, la tête levé pour voir ce qui se passait,

Ils entendirent le même bruit et déjà la seconde suivante Heïan avait descendu en trombe, ramassant son bras du même coup et la tira vers une cachette. À ce moment précis, Rakell eut une image dans sa tête. Une image de son passé dont elle ne se souvenait pas de tout. Avant 8 ans il y avait très peu de choses dont elle se souvenait de son enfance. Sa mémoire ayant surement bloquée certains évènements de son passé par pure protection. L'image était celui de Sloan qui lui tenait le bras également. Heïan n'avait pas serrer fort, mais une douleur au bras lui revint, comme celle de son souvenir presque effacé.

Aussitôt dans la cachette, elle avait tirer sur son bras pour le récupérer. Elle et Heïan se trouvait assez coller dans cette petite cachette et Rakell se tenait le bras qui lui faisait mal. Les soldats ouvrirent les panneaux.

'' Beurk ! oh ... ? AAAAAAAH ! Des rats ! ''

'' Non, mais cesse de crier comme une femme bon sang ! ''

'' Je déteste ces sales bestioles. Elles font sans cesse leurs selles sur mes couvertures, dans ma chambre du baraquement. C'est dégoutant ! ''

Une fois les soldats parti, Rakell avait lâcher son bras comme si de rien n'était et ils sortirent de leur cachette pour une prise deux. Cette fois, la voie était libre et ils purent enfin sortir. Rakell était quand même satisfaite d'être dehors, même s'il mouillait, pour pouvoir inhaler de l'air beaucoup plus rafraîchissante que celle qui sentait le renfermé et la poussière à l'intérieur de la cave à vin !

La capine bien rentrer, Rakell suivait Heïan en serpentant dans les ruelles avant d'atteindre une rue achalandée et beaucoup plus large pour se diriger vers la sortie de la ville. Il y avait beaucoup de soldats et ça rendait Rakell un peu nerveuse. Elle essayait de visualiser dans sa tête des scénarios au cas où ça irait mal. Pour avoir l'air moins louche, elle prit le bras d'Heïan pour qu'ils aient l'air d'un "couple' normal.

Jusque là, tout allait bien. Il ne semblait pas avoir de soucis, car les soldats ne semblaient pas les soupçonner. Ils entendirent ensuite celui qui devait être le capitaine. C'était pas la première fois qu'ils l'entendaient celui-la.

'' ARH ! Si je les trouve, je les étrangle jusqu'à ce que leur nuque se casse dans ma main ! ''

'' Mais monsieur, ils seront introuvables en un tel temps ! ''

'' FERMEZ L'ACCÈS À LA VILLE TEMPORAIREMENT. QUE PERSONNE NE SORTE D'ICI ! FOUILLEZ LA VILLE ET ENLEVEZ-MOI TOUS SES CAPUCHONS DE LA TÊTE DE NOS CITOYENS ILLICO ! ''

Leur évasion ne serait peut-être pas aussi facile que prévu finalement.

*Nous étrangler à main nu ?*

Il se prenait pour qui lui ? Un Dieu ? Croyait-il simplement qu'elle se laisserait étrangler ? Il la connaissait mal !

*Je te tuerais bien avant....*

Seulement, il fallait essayer de ne pas en arriver là. Si elle voulait garder des chances de faire taire ce qui c'était passé depuis deux jours ici, elle devait pas trop faire de remous. Évitant de rencontrer les soldats. elle et Heïan avaient tourner à droite pour prendre une ruelle et continuer tout de même dans des chemins moins fréquentés. De toute façon, passer les portes de la villes seraient sans doute difficile.

Le vent en pleine face et la pluie qui martelait leurs corps, ils marchèrent ainsi une heure de temps avant d'arriver au moulin dont Heïan avait parler. Oui c'était un bon endroit. Elle était déjà aller au moulin pour se cacher il y a un bout de temps. Aussitôt entrer, Rakell soupira de réjouissance. Trempée, elle avait des frissons. Elle ne perdit pas de temps pour enlever la cape à capuchon pour l'accrocher quelque part en espérant qu'il sèche un peu. Ses cheveux étaient un peu mouillé malgré la capuche étant donner que le vent leur avait soufflé au visage. Ébouriffée et mouillée, c'est ainsi qu'elle était. Elle défit son chignon qui lui tirait le cuir chevelu, laissant lousse ses cheveux. Ils avaient un peu plus ondulés avec toute cette pluie.

Elle n'avait pas encore dit un mot. Capuche enlever et cheveux détachés, elle se laissa aller dans le foin comme Heïan, juste un peu plus à gauche de celui-ci. Couchée sur le dos, regardant la hauteur du moulin, elle se mit à se frotter les mains ensemble, elle avait froid elle aussi. Cela lui rappelait la froideur et l'humidité des égouts autrefois ! Après quelques minutes, elle ouvrit la bouche.

"Il faudra sortir vite d'ici, sinon je vais finir par assassiner le capitaine de la garde !"
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyDim 12 Aoû 2012 - 22:33

Vingt-quatre heures sans dormir et des cernes sous les yeux. Une tête qui réfléchissait mal et des paupières tombantes. Voilà ce que ça donnait lorsqu'on se retrouvait enfin au calme, mais pour combien de temps. Là était la question. Il fallait plutôt prier pour ne pas qu'une bande de soldats débarquent à l'improviste dans leur cachette, car là, ça pourrait prendre une très mauvaise tournure. Bref, au moins, bien qu'ils étaient gelés, ils pourraient prendre quelques minutes de répit et souffler un peu.

"Il faudra sortir vite d'ici, sinon je vais finir par assassiner le capitaine de la garde !"

Heïan restait silencieux face aux paroles lancées par la jeune femme et ne laissa qu'un faible sourire amusé lui paraître sur le coin droit des lèvres. Il fallait se l'avouer, le faire taire n'aurait pas été une mauvaise idée sauf que tenter de s'approcher de lui signifiait se lancer dans la gueule du loup. Donc, inévitablement, les deux complices se feraient prendre, mettre au cachot puis torturer, voire même exécuter aussitôt. À moins que ces hommes ne préférassent procéder par pendaison sur la place publique.

" Ce soir nous devrions être sortis d'ici. "

* Enfin ..., je l'espère. *

Abel était habituellement un homme respectueux et faire. Il ne faisait jamais affaire avec des débutants lorsqu'il s'agissait de sale besogne. Il était un des rares employeurs en qui l'on pouvait faire confiance et non une confiance aveugle, il faut le préciser. Si on le mettait dans le pétrin, c'était sa peau avant celle des autres et ça, c'était le crédo d'à peu près n'importe qui.

Sans crier gare, le sommeil emporta le tueur à gages, bien qu'il fût assez léger. Sa tête se penchait vers l'avant, tranquillement, faisant de temps en temps, de petits mouvements vers l'arrière comme s'il allait s'éveiller. Mais ce ne fut pas le cas. Bras croisés sur le torse pour garder ne serait-ce qu'un peu de chaleur, l'homme rejoignit le monde des ombres.

Ce fut le noir total pendant un long moment. Il se tenait debout, seul, au milieu de rien. Pas une once de lumière, pas de bruit, le néant absolu. Où était-il ? Sa question restait sans réponse. Instinctivement, ses pieds se mirent à bouger, avançant sans vraiment savoir où il se dirigeait. Une voix entrecoupée soufflait rapidement, tellement que Heïan entendait à peine ce qu'elle disait. Elle était forte puis descendait brusquement vers le silence. Une fois elle se trouvait derrière, l'autre à sa gauche et ainsi de suite. C'était comme si une ombre passait à côté de lui en courant silencieusement et sans qu'il ne puisse en discerner la forme.

" Qui est là ?! "

'' Heïaaaaaaan ... ''

Il se retournait rapidement, dans tous les sens et la voix ne cessait de faire son manège. Finalement, tout stoppa brusquement. Dans ses oreilles, il n'y avait que le son de son coeur qui battait à un rythme effréné. Soudainement, Heïan eut l'impression que quelqu'un se tenait derrière lui. Un souffle, faible, mais présent était perceptible. Qu'est-ce que c'était ? Se retournant, il ne vit rien, mais une main froide se posa brusquement sur son visage et un cri perçant et strident, presque inhumain, lui brisa les tympans.

Sursautant, le tueur à gages se réveilla les yeux ronds. Il regarda autour de lui et soupira pour se calmer. C'était bien la première fois qu'il faisait un tel cauchemar, aussi étrange fût-il. Le temps s'était écoulé depuis le début de sa sieste. Se redressant sur ses jambes, l'humain s'approcha de la porte du moulin et regarda par la fente. Étrangement, un homme seul s'approchait d'un pas plutôt rapide. L'on ne discernait pas son identité, mais à voir sa cape qui était d'assez grande valeur, on devinait que cet homme était en pleine possession de sa fortune. Prenant l'une de ses dagues par la garde, le criminel se colla contre le mur à côté de l'entrée et attendit. Une minute s'écoula avant que celle-ci ne fasse de la lumière et que la silhouette n'entre dans la ruine du moulin. L'ayant agrippé par le collet, tournée dos à lui en empoignant les bras de l'étranger pour les lui mettre au niveau des omoplates, Heïan menaçait désormais l'invité non apprécié de la lame acérée de son arme.

'' Oh là ! Oh oh oh aïe aïe AÏE ! M-Mais c'est moi ! ''

Ayant reconnu la voix, le tueur à gages le lâcha.

" Il est beaucoup trop tôt. Qu'est-ce que tu fiches là ? "

'' Ma logique m'a apporté ici, mon grand. Il y a des soldats partout, des affiches partout et des soldats partout. De plus, on parle de la mort du duc Courchesnes partout ... Peux-tu me dire ce qui est arrivé et surtout, pourquoi cette femme est avec toi ? ''

Abel l'avait reconnu, bien qu'elle avait changé la manière d'arranger sa tignasse de neige.

" C'est une longue histoire. Je n'aurai pas le temps de tout t'expliquer. "

'' Pas ici du moins, j'en suis pleinement conscient. Je veux cependant savoir ce qui s'est passé alors allons-y. Des soldats sont en route en cette direction et je n'ai pas envie que vous fassiez prendre aussi bêtement. Suivez-moi, s'il vous plait. ''

L'homme, dans la quarantaine, prit les devants en empruntant un chemin différent de celui par lequel il arrivait quelques minutes plus tôt. Cette fois-ci, ce fut par les bois. Heïan hésita un instant puis attendit que Rakell se cache de nouveau avant de suivre son employeur. Ils purent donc suivre celui-ci parmi une foulée de buisson, de grands arbres tout en s'accrochant les pieds dans quelques racines, désirantes de prendre un peu l'air. Le trio déboucha finalement derrière ce qui semblait être un manoir assez ancien, mais somptueux. Ses murs étaient faits de pierres solides, parfaites pour résister aux assauts des intempéries. Abel les invita a entrer une fois qu'il eu déverrouillé le loquet de la porte arrière puis les imita. Une femme assez âgée vint les accueillir.

'' Maître ? ''

'' Mes invités auraient besoin de vêtements secs, femme et homme, ainsi que de quelques provisions pour la route. Pouvez-vous y veiller ? ''

'' Avec plaisir, maître ''

Sans tourner le regard vers l'homme qu'il avait engagé, Abel marcha jusqu'à une pièce où faisait rage un feu. Le foyer était spacieux et de toute beauté.

'' Elle est aveugle, mais connait la maison comme sa poche, mieux que moi-même! '' dit-il en ricanant gaiement. '' Vous pourrez aller vous changer à l'étage, première et deuxième porte. Ce sont les chambres d'invités. Les vêtements seront déposés sur les lits. Venez me rejoindre ici, nous pourrons ensuite discuter. ''

Heïan ne fit qu'un simple hochement de tête puis s'éclipsa, montant l'escalier de marbre qui menait vers l'étage supérieur. La domestique désigna la pièce et il la remercia poliment. Elle en fit de même avec Rakell.

Quelques minutes plus tard, le tueur à gages était descendu, visiblement le premier. Il s'asseya sur une chaise se trouvant autour d'une table de forme ovale, où se trouvait un jeu dont il ne connaissait pas le nom. Abel regardait les flammes danser, debout devant le foyer. Tranquillement, il tourna son regard bleuté pour le poser sur son interlocuteur. Ses cheveux brun foncé liché contre son crâne et les traits de son visage trahissait son âge. Il paraissait plus jeune qu'il n'en avait l'air et sa stature laissait voir qu'il était quelqu'un en pleine possession de sa santé.

'' Tu as eu des complications n'est-ce pas ... ? ''

" Pas à proprement dit. J'ai exécuté ma tâche dans la plus grande facilité. C'est la fuite de la duchesse avant la mort de Courchesne qui a dû alerter ses voisins. "

'' Je vois. Et cette femme ? ''

" Une chasseuse de prime. Elle était sur les lieux, sans savoir qui était ma cible. Voilà pourquoi elle a les soldats aux talons. Moi, ça ne saurait tarder. "

'' Hmmm... situation compliquée, je le confirme. Cependant, vous ne pourrez pas sortir par les voix publiques de la ville. La cité a été barricadée temporairement, le temps qu'on ne vous débusque. ''

" Je n'en doute pas ... les mesures de sécurité ont été prises pendant la nuit. "

'' Je connais cependant un moyen pour vous faire sortir. Peu chaleureux j'en conviens, mais c'est le seul moyen pour vous de vous échapper. ''

Heïan réfléchissait. De quelle manière pouvaient-ils s'enfuir, sans être vus... bien sûr ! Entre temps, Rakell était venue les rejoindre.

" Par les égouts "

'' Voilà ''

Martha, la domestique, apporta des petits biscuits, ainsi que du thé qu'elle déposa sur la table. À la vue de la nourriture, le ventre d'Heïan se mit aussitôt à pousser des cris de famine. Ne pouvant se contenter que de regarder, l'homme se mit à grignoter.

'' Le plus tôt sera le mieux, bien entendu. Sauf que ... ''

" Sauf que quoi ...? "

'' L'entrée des égouts, menant à l'extérieur des fortifications de la cité se trouvent sous le baraquement sud des soldats du Roi. Je vais vous y conduire, mais vous devrez jouer la comédie. Vous vous ferez passer pour un jeune couple. Elle sera ma nièce. Au fait, moi c'est Abel, jeune dame. Bon ... continuons. Vous serez en visite tout simplement. Le reste, je m'en charge. Les soldats me connaissent bien. ''

" Très bien, va comme ça dans ce cas. "

'' Dîtes moi quand vous serez prêt à partir. Pour l'instant, faites comme chez vous. Martha doit être dans la cuisine à préparer vos provisions. Si vous avez un petit creux, en dehors de ces biscuits, faites-le-moi savoir. Réfléchir le ventre vide est dangereux ! Sinon ... des questions ? ''
Revenir en haut Aller en bas

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyMar 14 Aoû 2012 - 23:05

Heïan prétendait qu'ils seraient sorti de Madorass le soir même. Rakell en était pas si sure. La milice avait employé les grands moyens. Elle se mettait en tête de plus en plus qu'ils...ou qu'elle devrait se cacher encore plusieurs jours en attendant que la panique s'estompe. Ce genre de manoeuvre ne durait jamais bien longtemps. On finissait par supposer que les recherchés avaient déjà fuit la ville, ou alors qu'ils étaient trop bien terré pour se montrer. L'être oubliait vite. Les gens du peuple oublieraient très vite les deux massacres qui eux lieu dans le même 24 heures. La nature était ainsi faite. Les affiches resteraient sans doute longtemps encore. Mais on finirait par omettre de se rappeler les traits des meurtriers et ils pourraient leur passé sous le nez sans qu'on ne les démasque.

Les seuls personnes à craindre, seraient peut-être les quelques soldats qui continuerait normalement leur ronde dans la ville, bien que, encore là, ils seraient moins vigilant. Et surtout, les autres chasseur de prime. Plus des criminels étaient afficher longtemps, plus le prix de leur capture augmentait. Quand bien même que les gens du peuple oublieraient, les chasseurs de primes eux, n'oubliaient pas !

L'autre option selon elle à cet instant même, serait d'affronter directement les soldats aux portes et sortir en ayant commis quatre ou cinq autre meurtre. Ça pouvait être une solution de dernier recours. Bien qu'elle avait bien envie de se défouler sur ces soldats, commettre plus de meurtre rendait sa réputation encore plus hostile envers Madorass. Plus elle faisait du soucis dans la cité, moins il y avait de chance qu'on l'oublie. C'était donc une solution à évité.

Elle avait toujours son arme secrète; la comédie par la séduction. C'était pas une arme à toute épreuve, mais ça avait servit plus d'une fois. Le plus compliqué serait de faire passer ensuite Heïan. Il avait voulut s'en sortir avec elle, elle lui devait une certaine dette ! Cependant. peut-être que si les choses devenaient plus compliquées encore, elle devrait aller en solo de son côté. La survie justifie les moyens. Après tout, il restait aussi un rival.

À force de penser, la tête légèrement penchée vers l'arrière et regardant le haut du moulin, les bras croisés à son abdomen, elle n'avait même pas remarquée qu'Heïan c'était endormi. Après un moment, elle se redressa pour s'asseoir, elle regarda Heïan qui était à moins d'un mètre d'elle et elle vit qu'il avait les yeux fermés. Elle agita sa main devant son visage pour en être certaine.

*Ouaiis, il dort*

La jeune chasseuse de prime n'arrivait pas à fermé l'oeil. Silencieuse, elle s'était accoté le dos contre la parois du moulin en pensait vaguement. Il n'y avait aucun son dehors venant de la cité rendu à l'heure qu'il était. La pluie battait trop fort aussi sur le moulin qu'il aurait été difficile de percevoir d'autres sons. Sauf peut-être le faible grincement des ailes du moulin qui tournaient avec le vent.

Le soir avancé, il y eut soudain du bruit qui venait dérranger la pluie battante à un rythme constant. C'était Heïan. Il semblait...marmonner et il était agiter car il avait quelques spasmes. Rakell le regardait sans trop comprendre ce qu'il avait marmonner. Il devait rêver. Soudain, il s'était réveillé d'un bon, sèchement. De quoi faire sursauter Rakell également, qui, par réflexe, avait mit les mains sur ses armes. Elle fit un léger soupir sachant bien qu'il s'était juste réveiller et baissa la garde aussitôt.

"Un mauvais rêve on dirait" Dit-elle simplement alors que celui-ci se levait et se dirigeait vers la porte.

Heïan ne répondit pas, il semblait avoir vu quelqu'un ou quelque chose à l'extérieur et il sortit sa dague. C'était peut-être des soldats, Rakell se dressa rapidement sans faire de bruit pour autant et sorti ses deux dagues aussi, prête à un éventuelle affrontement. Rakell ne voyait pas qui s'en venait et lorsque la menace ouvrit la porte, Heïan l'attrapa pour le mettre dans une position où il le dominait. Rakell pointa aussitôt ses lames vers l'intrus retenu par Heïan.


'' Oh là ! Oh oh oh aïe aïe AÏE ! M-Mais c'est moi ! ''

" Il est beaucoup trop tôt. Qu'est-ce que tu fiches là ? "

*Il le connait...?*

'' Ma logique m'a apporté ici, mon grand. Il y a des soldats partout, des affiches partout et des soldats partout. De plus, on parle de la mort du duc Courchesnes partout ..."

*Mon grand ? C'était son paternel ?!*

"Peux-tu me dire ce qui est arrivé et surtout, pourquoi cette femme est avec toi ? ''

Rakell lui envoya un regard offusquée.

" C'est une longue histoire. Je n'aurai pas le temps de tout t'expliquer. "

'' Pas ici du moins, j'en suis pleinement conscient. Je veux cependant savoir ce qui s'est passé alors allons-y. Des soldats sont en route en cette direction et je n'ai pas envie que vous fassiez prendre aussi bêtement. Suivez-moi, s'il vous plait. ''

Rakell n'avait pas du tout envie de suivre cet homme ! Elle ne le connaissait et elle faisait rarement confiance aux gens. Elle n'hésita pas pour faire les gros yeux à Heïan d'ailleurs ! Mais avait-elle le choix ? Elle aurait pu décidé de partir de son côté à cet instant même, elle y avait beaucoup penser d'ailleurs. En même temps, elle ne savait pas d'où arriverait les soldats dont il parlait, s'il disait vrai ce vieillard. Irritée, elle remit la cape en mettant le capuchon sur sa tête et suivit Heïan pour suivre l'inconnu quand même. Rien ne lui empêchait de prendre son côté plus tard !

Ils arrivèrent à une demeure assez luxuriante. Peut-être pas autant que ceux dans le Centurio, mais tout de même. Elle aurait peut-être la chance de se faire un peut de pièce d'or à cet endroit finalement. Ils entrèrent et une vieille femme s'approchant appelant l'inconnu "maître". Elle en frissonnait tellement elle détestait ce mot. Elle devait appeler Sloan de la même manière autrefois. C'était absolument désagréable à entendre ! L'inconnu leur dit alors d'aller se changer avant de revenir dans le salon le rejoindre. Bien qu'elle ne voulait pas, elle ne se sentit pas capable de protester et Heïan était déjà parti.

La dame la sommait de monter avec elle pour qu'elle lui montre sa chambre à elle et Heïan. Heïan...il ne perdait rien pour attendre. Il lui devait des explication sur cet inconnu ! Rakell entra tout de même dans sa chambre temporaire pour se changer. Les vêtements sorti pour elle était...affreux ! Selon elle du moins ! Elle prit l'ensemble qui était sur le lit et le leva dans les airs pour le regarder.

*Merde...c'est pas vrai !*

Elle n'avait pas trop le choix encore. Rester dans des vêtements trempés était désagréable. Elle se déshabilla alors on complet et enfila les vêtements prêté. Elle avait prit soin de bien étendre son linge pour qu'il sèche et de prendre sa ceinture avec ses dagues pour les mettre sur elle, on est jamais trop prudent !

[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 484905zillollinfiniteart33

Heïan était déjà descendu apparemment quand elle sorti de sa chambre. Elle tenta de descendre les escaliers sans se...planter ! En descendant, elle perçu un peu de la conversation des deux hommes....

" Une chasseuse de prime. Elle était sur les lieux, sans savoir qui était ma cible. Voilà pourquoi elle a les soldats aux talons. Moi, ça ne saurait tarder. "

*Idioot !!!*

'' Hmmm... situation compliquée, je le confirme. Cependant, vous ne pourrez pas sortir par les voix publiques de la ville. La cité a été barricadée temporairement, le temps qu'on ne vous débusque. ''

" Je n'en doute pas ... les mesures de sécurité ont été prises pendant la nuit. "

'' Je connais cependant un moyen pour vous faire sortir. Peu chaleureux j'en conviens, mais c'est le seul moyen pour vous de vous échapper. ''

Encore plus en rogne, elle réussit à arriver en bas avec les talons haut et rejoignit les deux hommes dans le salon, manquant perdre pied quelques fois.

" Par les égouts "

"Voilà"

*Les égoûts...*

Ce mot avait encore irrité la chasseuse de prime. Les égouts !! Elle les éviterait le plus possible ! Au risque de se faire prendre et de devoir se battre même avant de passer par les égouts. Ce qui était illogique vu leur situation bien sure. C'était un moyen très efficace pour l'évasion ! Mais chaque fois qu'elle entrait dans les égouts de Madorass, l'odeur nauséabonde lui était trop familière. Massacre, torture, Sloan... AArh !! Ce Sloan....! Des cris de femmes qui souffres, du sang ! Beaucoup de sang...! Rakell en avait figée sur place et avait perdu une bonne partie de la conversation.

"Sinon ... des questions ? ''

"Oui des questions !!!" s'exclama-t-elle tout d'un coup. Elle était fâchée et ça se voyait. Elle enleva ses chaussure pourris et les lança sur Heïan.

"C'est qui lui d'abord ?! Je sais même qui est ce malade ! J'ai pas confiance du tout !" Elle pointait l'inconnu riche du doigt. Puis, elle se tourna vers Heïan.

"J'aimerais bien qu'on me demande mon avis !!! Je suis pas ta potiche !! T'as vu comment je suis habillé !!?? Je suis complètement ridicule !! Cri sur les toits que je suis chasseuse de prime tant que tu y es !!! Les égouts...c'est une très mauvaise idée !"

Après avoir exploser ainsi, elle rebroussa chemin pour aller vers la chambre qu'on lui avait prêté sans rajouter rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyMer 15 Aoû 2012 - 15:42

"Oui des questions !!!"

La vitesse à laquelle avait rétorqué la jeune femme laissa les deux hommes surpris. Celle-ci semblait plus qu'irritée par la situation, pour une raison qui leur échappait à cet instant présent. Dans un élan de rage apparente, la chasseuse de prime s'était penchée pour ramasser les étranges souliers qu'elle portait et les lança directement sur le tueur à gages qui en reçut une en plein front.

" C'est quoi ton pro ... "

N'ayant pu terminer sa phrase, car Rakell l'avait aussitôt coupé pour continuer telle une hystérique enragée, Heïan se résigna, fronçant les sourcils.

"C'est qui lui d'abord ?! Je sais même qui est ce malade ! Je n’ai pas confiance du tout !"

Abel, pointé du doigt, restait silencieux et complètement impassible. Il trouvait plutôt la crise de cette jeune femme ridicule à vrai dire. Une chasseuse de prime, elle ? Elle s'emportait rapidement pour faire ce genre de boulot.

"J'aimeraisbien qu'on me demande mon avis !!! Je ne suis pas ta potiche !! T'as vu comment je suis habillée!!?? Je suis complètement ridicule !! Cri sur les toits que je suis chasseuse de prime tant que tu y es !!! Les égouts...c'est une très mauvaise idée !"

La chasseuse de prime tourna finalement les talons, après son discours explosif et gravi l'escalier pour aller s'enfermer dans la chambre même où elle s'était changée. En bas, ce fut le silence plat un bon moment. Abel tourna la tête en direction d'Heïan, un sourire en coin amusé aux lèvres. Ce genre de situation était peu courant.

'' Quel caractère, quand même. Elle ne me fait pas confiance et je comprends un peu son point de vu ''

" Mouais ... je vais aller voir c'est quoi son problème. "

Heïan poussa vers l'arrière à l'aide de ses jambes pour reculer la chaise sur laquelle il avait pris place et s'éloigna du salon pour monter à son tour l'escalier. Se postant devant la porte sans toquer, l'homme s'adossa contre le mur et croisa les bras. Il n'avait certainement pas l'intention de recevoir de nouveau un soulier en plein visage parce que madame était en rogne.

" Bel excès de rage, madame la chasseuse de prime. Je peux savoir, c'est quoi ton problème à la fin ? La dernière fois que j'ai vu ça, c'était une enfant gâtée qui hurlait après sa mère pour avoir un jouet..."

Il marqua une pause et continua quelques secondes plus tard ...

" Premièrement, je vais mettre des choses au clair avec toi. Cet homme, je le connais depuis un bon moment déjà. Je ne lui voue pas une confiance aveugle si c'est ce que tu crois et lui non plus d'ailleurs. Je suis tueur à gages, si ça peu éclairé ta lanterne sur le pourquoi nous sommes ici. J'ai une liste d'employeurs respectable et je ne chasse pas les affiches. J'exécute selon ma bonne logique. "

C'était vrai, jamais il ne prenait la vie d'une personne qui était honnête et qui travaillait fort pour vivre. Les règlements de compte, il laissait ça aux autres, tout simplement. Si quelqu'un était assez stupide pour se rabaisser à ce niveau, alors soit, mais tuer seulement pour le bon plaisir de tuer, ce n'était pas pour lui. Déjà que ce boulot était assez merdique ... mais pourrait-il faire quelque chose d'autre s'il laissait tomber. Il en doutait, bien qu'il n'eut jamais réellement le courage d'arrêter. Oui, l'argent le gardait dans cette voie.

" Et puis au lieu de faire ta crise d'hystérie sur les vêtements hideux que tu portes, tu aurais pu proposer autre chose si c'est une si mauvaise idée de s'enfuir par les égouts. Et puis qui t'as dit que tu étais ma potiche hein ? J'essaie de trouver une solution pour nous sortir de cette merde, même si je pourrais sauver ma peau et te laisser te débrouiller. Je n'ai pas obligation de t'aider et vice-versa, mais je le fais, pour une des rares fois où c'est arriver. Alors soit tu te calmes et on tente tous de trouver quelque chose, soit tu te démerdes seule avec tes chers copains soldats. ''

Après tout, qu'est-ce qu'il en avait à foutre ? Ils ne se devaient rien, ou presque. Il s'était seulement cassé la tête pour essayer de faire sortir cette fille sans qu'elle ne se fasse poursuivre par des soldats. À y repenser, il aurait peut-être dû la laisser croupir dans cette cave à vin et prendre la poudre d'escampette si elle était si peu reconnaissante. Si elle préférait agir en solo dans cette situation, elle prenait de gros risques et faire confiance à un ou deux étrangers ne lui ferait pas de tort si sa vie était si précieuse.

Et les égouts, pourquoi ne voulait-elle pas y aller ? Il y avait des malfrats oui, mais rien qui ne pouvait les arrêter dans leur fuite. À moins qu'elle cachât autre chose. De toute manière, il n'avait pas envie de savoir, du moins, pour l'instant. Peut-être finirait-elle par exploser encore une fois.

Heïan se décolla du décor et s'apprêtait à partir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyVen 17 Aoû 2012 - 20:05

Rakell était monté à l'étage. Elle avait prit bien soins de refermer la porte derrière elle et serrait les poings de rage. Elle ne savait pas trop quoi faire. Partir de son côté, elle y pensait fort bien ! Dans on élan, elle se préparait à ouvrir la fenêtre et s'enfuir. Mais soudain elle se rappela son accoutrement... pas question de sortir comme ça !! Elle referma donc la fenêtre pour l'instant et c'est alors qu'elle entendit Heïan qui devait se trouver dans le corridor,

" Bel excès de rage, madame la chasseuse de prime. Je peux savoir, c'est quoi ton problème à la fin ? La dernière fois que j'ai vu ça, c'était une enfant gâtée qui hurlait après sa mère pour avoir un jouet..."

" Premièrement, je vais mettre des choses au clair avec toi. Cet homme, je le connais depuis un bon moment déjà. Je ne lui voue pas une confiance aveugle si c'est ce que tu crois et lui non plus d'ailleurs. Je suis tueur à gages, si ça peu éclairé ta lanterne sur le pourquoi nous sommes ici. J'ai une liste d'employeurs respectable et je ne chasse pas les affiches. J'exécute selon ma bonne logique. "

" Et puis au lieu de faire ta crise d'hystérie sur les vêtements hideux que tu portes, tu aurais pu proposer autre chose si c'est une si mauvaise idée de s'enfuir par les égouts. Et puis qui t'as dit que tu étais ma potiche hein ? J'essaie de trouver une solution pour nous sortir de cette merde, même si je pourrais sauver ma peau et te laisser te débrouiller. Je n'ai pas obligation de t'aider et vice-versa, mais je le fais, pour une des rares fois où c'est arriver. Alors soit tu te calmes et on tente tous de trouver quelque chose, soit tu te démerdes seule avec tes chers copains soldats. ''


Normalement, quelqu'un lui ayant parler sur ce ton, elle aurait grimper en frustration et ça aurait mal fini. En faite ça aurait pu se terminer en meurtre à vrai dire. Rakell voulait chasser des criminelles aussi. Cependant elle avait probablement pas la chance que Heïan semblait avoir. Pendant 20 ans de sa vie elle avait eut aucune relation social, ce qui impliquait sa grande difficulté à se faire connaître dans le métier. Elle s'était laisser aller par des contrats qui passaient et exécutait sans se demander trop si la personne assassiné était innocente ou non. Elle avait juste besoin d'argent pour se nourrir.

Quoi qu'il en soit Heïan l'avait probablement secouée dans le bon sens. C'est vrai après tout il avait accepter qu'ils s'évadent ensemble sans poser de question. Certes elle s'était senti brusquée. Elle n'avait pas su comment réagir, les choses allaient vite aussi et il ne fallait pas perdre de temps. Il fallait qu'elle adresse quelques mots à Heïan. Elle soupira et alla ouvrir la porte juste au moment où Heïan allait s'en aller.

"Entre..." dit-elle pour ne pas à avoir cette discussion dans le couloir. Une fois entré, elle alla s'asseoir sur la table de chevet de son lit et commença.

"Certes je suis hystérique sans aucun doute et je ne suis pas non plus une personne respectable. Je ne sais pas pourquoi tu as voulus que je t'accompagne dans cette évasion. Je n'ai aucune tacte avec les gens. Les évènements sont aller rapidement et j'ai dû suivre un homme que je connaissais pas du tout avec toi...que je connais pas vraiment. En quelques secondes j'ai été confronter à tout ce qui dictait ma vie: Ne jamais faire confiance à personne, ne jamais suivre personne, me débrouiller seule en tout temps ! Et pourtant, je t'ai suivit. Tu as divulguer ma profession à cet homme sans m'en demander rien et vous avez établi un plan d'action sans attendre que je sois là. Je me suis senti étouffée simplement. La robe n'aide pas à respirer non plus... Je ne te raconterai pas pourquoi les égouts je les évite le plus possible. Si c'est là le seul moyen de sortir d'ici, alors j'accepterai le plan avec une seule condition"

Elle marqua une courte pause.

"Je connais les égouts plus que la façon de parler aux gens. S'il y a bien un domaine dans lequel je suis une experte c'est bien ça, à mon grand regret. Les égouts sous cette ville sont un labyrinthe et on peut se perdre et crois-moi il y a certains endroits là-dessous où tu ne voudrais pas te retrouver. Je serai donc le guide, compris ?"

Elle avait eut un air neutre tout le long qu'elle avait parler. Pas question de devenir mélo-dramatique et se plaindre de son passé obscur, non. Mais elle avait dit ce qu'elle voulait dire sans perdre patience cette fois.
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptySam 18 Aoû 2012 - 17:32

Alors que ses pas commençaient à résonner dans le long couloir habillé d'un tapis rouge écarlate, derrière lui, le bruit d'une porte s'ouvrant brisa le silence. Une voix féminine et calme s'éleva, forçant l'homme à tourner le regard en cette direction.

"Entre..."

Revenant sur ses quelques pas, sa main se posa sur le bois massif de la porte qu'il referma d'une faible poussée après avoir pénétré dans la pièce. La chasseuse de prime s'était éloignée pendant ce court laps de temps afin de prendre siège sur une table de chevet se trouvant à la droite d'un imposant lit.

"Certes je suis hystérique sans aucun doute et je ne suis pas non plus une personne respectable. Je ne sais pas pourquoi tu as voulu que je t'accompagne dans cette évasion. Je n'ai aucun tacte avec les gens. Les évènements sont allés rapidement et j'ai dû suivre un homme que je ne connaissais pas du tout avec toi...que je ne connais pas vraiment. En quelques secondes j'ai été confrontée à tout ce qui dictait ma vie: ne jamais faire confiance à personne, ne jamais suivre personne, me débrouiller seule en tout temps ! Et pourtant, je t'ai suivi. Tu as divulgué ma profession à cet homme sans m'en demander rien et vous avez établi un plan d'action sans attendre que je sois là. Je me suis sentie étouffée simplement. La robe n'aide pas à respirer non plus... Je ne te raconterai pas pourquoi les égouts je les évite le plus possible. Si c'est là le seul moyen de sortir d'ici, alors j'accepterai le plan avec une seule condition"

Heïan l'avait écouté attentivement, sans l'interrompre, et comprenait en somme le pourquoi de cette réaction. Avoir été à la place de celle-ci, peut-être aurait-il eu une réaction semblable. Se faire dire quoi faire était quelque chose, qui l'irrité et lui faisait dresser les cheveux sur la tête. De plus, il avait effectivement divulgué la profession de celle-ci à son employeur. Il était vrai qu'il aurait pu parfaitement se taire, mais la situation le pressait et l'empêchait de réfléchir clairement ce qui pourrait le pousser à faire des erreurs d'inattention. Chose qui aurait pu être fatale s'il ne s'était pas retrouvé dans un lieu sécuritaire. De plus, les dires concernant la robe ne manquèrent pas d'atteindre l'homme, qui esquissa un faible sourire amusé. Porter ce genre de truc était une torture physique, mais aussi mentale.

" Je tiens à te faire des excuses pour ça. Ce n'était pas pour être mal intentionné, mais j'aurais tout de même dû y porter attention."

Plaçant ses quelques mots une fois qu'elle marqua une pause, pour ne pas l'interrompre.

"Je connais les égouts plus que la façon de parler aux gens. S'il y a bien un domaine dans lequel je suis une experte, c'est bien ça, à mon grand regret. Les égouts sous cette ville sont un labyrinthe et on peut se perdre et crois-moi il y a certains endroits là-dessous où tu ne voudrais pas te retrouver. Je serai donc la guide, compris ?"

Cette révélation face aux égouts ne manqua pas de l'étonner. On lui avait dit que des criminels s'y trouvait et sans plus, mais la manière dont Rakell les décrivait, était pire que la surface. Peut-être qu'en ces lieux, se produisaient les pires atrocités ? Mais ça, il ne voulait pas le savoir si c'était réellement le cas.

Sans ajouter quoi que ce soit, le tueur à gages hocha tout simplement la tête, acquiesçant à sa condition. De toute manière, ce ne serait certainement pas lui qui ouvrirait la marche, car il ne connaissait que très peu de choses sur cet endroit. Disons qu'il n'était pas le genre de mec à se précipiter vers les égouts pour s'y amuser.

" Ça me va. De toute manière, je suis un piètre guide, même dans les endroits que je connais comme ma poche. Je te
laisse l'exclusivité avec plaisir. "


Sur ce, il lui tourna dos puisque la conversation devait être terminé et retourna vers la porte, posant une main sur la poignée. Heïan allait l'ouvrir, mais s'arrêta dans son élan, muet comme une taupe pendant quelques longues secondes. Il semblait réfléchir. Non ... il réfléchissait.

" Tu disais ne pas comprendre pourquoi je te portais mon aide et ça me fait penser, que je ne le sais pas plus que toi. C'est complètement ridicule. "

Il soupira puis tira la poignée vers lui d'un geste lent afin d'ouvrir la porte. La lumière des torches projetée dans le couloir frappa sur les murs de la pièce, n'offrant qu'une faible lueur orangée.

" Une fois sorti d'ici, tu pourras reprendre ton code de vie et suivre de nouveau ton chemin. Ce n'est qu'une question de temps "

Alors qu'il s'apprêtait à sortir, Martha approchait dans le couloir. Ayant entendu du bruit, elle stoppa son avancée à deux mètres de l'entrée de la pièce. Elle regardait de ses yeux vides et aveugle, en direction du jeune homme.

'' M. Naïlo me fait porter un message pour vous. Il dit qu'il est arrivé hier en matinée par un messager en provenance de Beolan. ''

La femme tendit le bras tout en tenant le papier entre ses doigts fins, mais comportant certaines traces de vieillesse, puis revint sur ses pieds d'une façon presque machinale. Heïan regardait le papier qui avait été roulé avec soin, scellé par un bout de papier rouge et un sceau. Beolan, il y avait si longtemps qu'il n'y avait pas mis les pieds ! Et puis comment ce messager s'adressant à lui avait-il pu se rendre jusqu'ici ? Et ce symbole sur le sceau ... pourquoi lui semblait-il si familier ? Tout d'un coup, le temps disparu tout comme ce qui l'entourait. Il n'y avait que lui et ce message. Le reste était noir. Le bruit du sceau qui se cassait, du papier qui se déroulait et les mots passant par ses yeux.





Mon cher neveu,

Il y a bien longtemps que je n'ai su te voir. Je ne sais pas ce que tu deviens, mais j'aimerais que tu reviennes à ta ville natale, Beolan, pour que nous puissions échanger sur un sujet qui te concerne.

Tu dois te demander pourquoi ce message c'est rendu jusqu'à toi, mais ne soit pas inquiet. Rien ne mettra ta sécurité en jeu. Je t'en fais
la promesse.

Viens dès que possible, je t'en supplie.

Ton oncle,
Berthan

Berthan ... c'était, le frère de sa mère. Le plus jeune à vrai dire. Lui et Naëlyah n'avaient qu'une ou deux années d'écart et se ressemblaient affreusement, autant au niveau du psychique que sur les traits physiques. Bref, on aurait dit des jumeaux, bien qu'ils ne l'étaient pas.

" Qu'est-ce que ... "

L'homme se surprit à penser à voix haute voix et se tut immédiatement, car il prenait conscience qu'il se trouvait toujours dans l'embrasure de la porte menant sur le couloir. De plus, Rakell était non loin, derrière. D'un geste maladroit et pressé, il roula le papier et le rangea dans la bourse où se trouvaient ses pièces.

" Je ... vais dans ma chambre, voire si tout est sec. "

Voyons, rien n'était sec encore! Ce n'était qu'une raison ridicule pour se cloîtrer dans sa chambre temporaire. Il détestait qu'on le voie en train de perdre sa maîtrise de soi...

Ce fut avec l'esprit tourmenté qu'il quitta la pièce pour se rendre un peu plus loin et claquer la porte involontairement derrière lui.

Dans la pièce, tout était sombre. Seule la faible lueur de la lune parvenait à se frayer un chemin au travers des nuages qui achevaient de larguer leurs larmes. L'intensité de la pluie avait grandement diminué depuis leur arrivée au manoir et continuait en ce sens. Peut-être qu'au moment du départ, ils auraient un peu de chance et pourraient s'en tirer sans trop être mouillés. Mais pour l'heure, c'était le cadet de ses soucis ...

Que lui voulait son oncle ? Ses pensées étaient sans cesse tourmentées par les mots écrits à l'encre et à la plume sur ce vieux bout de papier. Que se passait-il pour qu'on lui envoie un message jusqu'à Madorass et qu'on lui demande
Revenir en haut Aller en bas

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyMar 28 Aoû 2012 - 2:18

Cette discussion avait remit les choses en place. Peut-être n'était-elle pas aussi maladroite qu'elle le pensait quant aux relations humaines finalement ? Faut dire qu'il y avait longtemps qu'elle n,avait pas été aussi franche dans ce qu'elle disait. Ça lui faisait même presque peur toute cette ouverture soudaine ! Trop d'un coup peut-être ? Elle ne se sentait pas si coupable et puis, Heïan semblait assez honnête aussi. Malgré que, elle avait peu de preuve pour le prouver. Peut-être qu'elle regretterait toute cette ouverture.

Un soupir intérieur se fit sentir en elle, tant de questions ! Bon, elle n'avait pas divulguer des choses si énorme non plus ! Il ne fallait pas qu'elle s'en fasse trop. Le principale pour l'heure avait été dit et comprit. Heïan comprit sa maladresse et il acceptait d'être guidée dans les égouts sans hésitation. Cette effroyable endroit la rendait tout à coup un brin nerveuse. Oui, toujours quand elle y pensait, surtout quand elle savait qu'elle devrait passer par là en plus ! Tomber sur Heïan avait-il été une chance ou un malheur ?! La ligne était mince entre les deux et la vérité cachée.

Alors qu'Heïan allait s'en aller, il lui avoua qu'il ne comprenait pas non plus pourquoi il voulait coopéré avec elle pour se sortir de là au lieu de la laisser se démerder toute seule. Ce comportement lui était très étrange. Personne jamais auparavant n'avait voulut lui apporter son aide de la sorte. Et puis, elle l'avait suivit et donc accepter de ce fait de coopéré avec lui. Ce qui lui était un comportement tout aussi étrange venant d'elle. Comme elle se connaissait, elle aurait fuit la chambre infiltrée quand les gardes ont cogné à la porte, avec ou sans les vêtement d'Heïan, et aurait prit son chemin sans attendre Heïan et sans lui montrer la cachette dans la cave à vin. Elle aurait effectivement très bien pu le semer et ne plus le revoir jamais.

Quoi qu'il en soit, ils en étaient rendu là et elle était bien ouverte à essayer d'aller pas les égouts pour le guider et se sortir de cette cité. Après, comme il l'avait si bien dit, elle serait libre. Rien ne l'empêcherait plus de prendre son chemin. Et c'est bien ce qu'elle ferait sans doute. Elle avait un contrat à rendre et puis, elle ne pouvait pas être coller à ce mec pour toujours sans raison !

Elle n'avait pas redit un mot encore et n'avait fait que bouger la tête aux paroles du tueur à gage. Celui-ci était sortit, mais s'tait arrêté tout près car la dame lui avait donner un message apparemment. Rakell garda la tête basse, réfléchissant aux chemins qu'ils prendraient dans les égouts, mais regardait et écoutait Heïan qui semblait parler un peu tout seul.

Tout à coup il s'aperçu qu'il parlait tout seul et disait qu'il allait voir si ses vêtements étaient secs dans sa chambre. Rakell se sentit d'abord mal car elle l'avait espionner d'un oeil alors qu'il était rester dans le cadre de porte. Puis, une fois qu'il avait disparu, elle trouvait alors son comportement bien étrange. Le message qu'il avait eut ne devait pas être de bonne augure. Cependant, même si elle était curieuse, elle n'oserait pas aller lui demander, pas maintenant. Il était tard et elle était fatiguée et....cette robe !

Elle pencha la tête pour voir le cordage serrer et elle tira dessus de façon à réduire la tension de celui-ci. Le tissu avait craquer un peu à certains endroits sans être trop apparent et elle avait réussi à rendre l'attache moins... étouffante ! Un grand soupir et elle se laissa tomber dans le lit moelleux. Elle tira sur les collants blancs qui donnait trop chaud et qui piquait ses jambes. Maintenant à l'aise, elle ne perdit pas trop de temps à s'endormir. Même si son sommeil était toujours léger. Habitude d'insécurité partout où elle était !

Le lendemain matin, Rakell dormi longtemps dans son lit. Et même quand elle se réveilla, elle resta flâner dans son lit assez longtemps. Elle avait depuis longtemps pas dormi dans un lit aussi douillet, autant en profiter ! Et puis, il fallait se l'avouer, elle n'avait pas très envie de retourner voir l'homme plus âgé en bas après sa réaction de la veille. Non pas parce qu'elle était gênée de son comportement, mais qu'elle n'avait pas vraiment envie d'échanger avec celui-ci. Cependant, elle savait qu'elle n'aurait pas trop le choix et que, sans lui, ce serait peut-être plus difficile de sortir de là. Autant mieux en profiter quand même.

Après s'être lavé lentement dans la salle de bain et s'être rhabiller de ses vêtements maintenant rendu sec, elle descendit enfin en bas. Il devait déjà être pas loin de midi.
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyMer 29 Aoû 2012 - 17:10

Le bout de papier gisait sur la table de chevet qui se trouvait à la gauche du grand lit. Les yeux rivés sur celui-ci sans vraiment regarder l'objet en tant que tel, l'homme n'arrivait pas à fermer les paupières. Ces mots l'embarrassaient grandement. Pourquoi, l'empêchaient-ils de trouver le sommeil ? Il se passait quelque chose, mais quoi ... cette idée lui titillerait l'esprit jusqu'à ce qu'il sache, qu'il en ait le coeur net. La hâte de sortir de cette maudite ville commençait à le peser.

Son corps tourna de droite à gauche, puis de gauche à droite. Ce mouvement fut fait à quelques reprises. Ce satané sommeil ne se pointait pas et ça commençait légèrement à l'irriter. Décidant de se lever et de se tirer hors du lit, Heïan quitta la pièce dans le plus grand des silences. Marcher un peu dans ce manoir, ou tout simplement bouger, lui libèrerait peut-être l'esprit. Il fallait l'espérer. La porte de bois massive se referma dans un cliquetis derrière lui et ses pas suivirent le long tapis écarlate qui habillait ce long couloir illuminé par des torches disposées à égale distance les unes des autres. Au mur, se trouvaient ici et là des tapisseries et quelques tableaux d'une certaine valeur. Un voleur se plairait certainement à déambuler dans cette demeure, il n'avait aucun doute là dessus. Sa marche continua alors. Ses pas le menèrent jusqu'à un escalier situé tout au fond à gauche du couloir où se trouvaient les chambres. Empruntant ce chemin par simple curiosité, le tueur à gages se retrouva au rez-de-chaussée, dans un étroit passage qui menait vers la cour arrière. Un immense jardin s'y dressait, baigné dans une légère brume nocturne. L'homme se tenait devant cette vue sombre du paysage lorsqu'une main douce se posa sur son épaule.

Dans un sursaut, Heïan s'était retourné brusquement, mais une voix féminine se fit aussitôt entendre. Martha se tenait là, dans la lumière que la lune arrivait difficilement à créer au travers de ces épais amas de nuages.

« Pardonnez-moi, je ne voulais pas vous faire peur »

La femme d'une cinquantaine d'années semblait embarrassée. Ses yeux étaient clairs et ses pupilles presque blanches, signe qu'elle était bel et bien aveugle.

« Ne vous excusez pas pour ça. »

« Je ne croyais pas qu'il y aurait quelqu'un d'autre que moi debout à cette heure-ci. Vous avez du mal à vous endormir ? »

« Quelque peu ... oui »

Cela expliquait donc la présence du jeune homme devant les portes du jardin arrière. D'une main, un sourire maternel en coin, la domestique fit signe à son interlocuteur de le suivre. Ce qu'il fit. Les deux individus débouchèrent donc dans une petite salle à manger. Cette pièce était la plus ordinaire du manoir, à sa plus grande surprise. Une table de petite taille qui n'avait que quatre chaises de bois pourvus d'épais coussins au dossier et sur le banc. Il y avait un plat de fruits, rien de bien extravagant.

« Il mange rarement ici » dit-elle, dos au tueur à gages qui tourna son regard de lavande vers la femme. « La plupart du temps, il est parti en ville pour affaire ou travaille dans son bureau. » disait-elle en parlant bien entendu d'Abel.

Heïan l'écouta en silence, pendant que Martha préparait un breuvage chaud à son insu.

« Voilà. Vous devriez vous détendre avec ça et parvenir à vous endormir assez rapidement. »

« Merci bien, Martha »

La domestique lui souria et s'asseya à son tour, son regard vide fixant un point indéterminé sur la table. Son visage dessinait des traits soudainement tristes sous la lueur de la lanterne qui se trouvait à l'extrémité droite de la table rectangulaire.

« Est-ce que ... je ... peux vous parler de quelque chose ? »

La tasse de métal contre ses lèvres, Heïan s'arrêta et avala sa gorgée avant de déposer le contenant sur la table. Ses sourcils se froncèrent graduellement. Visiblement, il ne comprenait pas pourquoi elle tenait à lui parler, à lui.

« Allez-y »

Martha soupira puis le regarda de ses pupilles vides. Il aurait juré qu'elle voyait à cet instant, qu'elle le regardait, mais ce n'était pas du tout le cas.

« Je veux seulement me faire écouter, mais vous n'êtes pas obligé de le faire cependant. Seulement de savoir qu'il y a quelqu'un ici avec moi, me fait chaud au coeur ... cette solitude aura raison de moi bientôt, je le sens. Et ma vue ... je ne l'accepte toujours pas. »

« Donc vous n'avez pas toujours été aveugle. Que s’est-il passé ? » demanda-t-il, prenant attention à ses dires.

« Oui, autrefois j'avais le pouvoir de voir, mais depuis cet incident, mon univers à basculé » Martha se tut un instant, baissant son regard vers la table. « J'habitais un petit village fermier à l'ouest de Madorass. Il était paisible et rempli de charme. Les gens étaient sympathiques et tout le monde se connaissait. Un soir, alors que je m'occupais du repas, des hommes sont entrés dans notre petite maison et nous ont attaqués. Ils ont tué mon mari devant mes yeux, ainsi que mes deux fils et ma petite fille. On m'a cogné la tête contre le plancher et ... »

Sa gorge venait de se serrer, incapable de dire la suite. Il ne fallait pas être bien stupide pour deviner ce que ces hommes lui avaient fait après avoir lâchement assassiné la famille de cette pauvre femme.

« Ils m'ont laissée pour morte sur le plancher de la cuisine, à côté des corps de ceux qui m'étaient le plus chers au monde ... Abel est arrivé peu de temps après, car il connaissait mon mari. Il venait rendre visite, mais au mauvais moment. Cet homme est bon, car il m'a recueillit pendant toutes ces années, sans m'ordonner quoi que ce soit. Cette demeure est devenue la mienne et je ne suis pas sortie dehors depuis très longtemps. Ici est le seul endroit que je connais. Je le connais mieux que son propriétaire... c'est ironique n'est-ce pas ? »

Heïan ne savait quoi dire. Le passé de cette femme était sombre et très triste. Le deuil de sa famille n'avait jamais été fait et il le voyait dans son visage et sa voix. Son histoire le touchait, bien qu'il tentait sans cesse de contrôler les sentiments qui pouvaient le faire paraître faible. Mais Martha était d'une innocence pure.

« Je peux toujours vous mener à l'extérieur, mais dans le jardin seulement. J'aimerais bien vous faire marcher en ville, sauf que ... »

« C'est risqué ... je sais. Le jardin serait déjà grandiose pour moi. Vous n'êtes pas obligé. Ne vous sentez pas mal pour tout ça ... je vous en prie »


« C'est pour vous faire plaisir, Martha. Aller, allons-y. Un peu d'air frais ne fait jamais de tort, non ? »

Martha eut un sourire radieux et se leva de sa chaise alors qu'Heïan l'imitait, prenant son bras comme un parfait gentleman. L'homme l'accompagna jusqu'à l'extérieur. La pluie avait cessé de tomber et l'air ambiant était humide et frais. La domestique inspira profondément, s'approchant des buissons, des petits arbres et des fleurs.

« Ça faisait ... si longtemps »

Une larme ruisselait sur sa joue alors que ses yeux se fermèrent et que son sourire s'élargissait. Jamais elle n'avait été aussi heureuse en peu de temps. Elle se demandait même pourquoi Abel ne prenait pas le temps de l'accompagner dans l'arrière cours ... le temps lui manquait probablement.

« Vous êtes quelqu'un de bien, Heïan. Pourquoi continuer de suivre cette voie que vous ne semblez guère apprécier ? »

Heïan était pris au dépourvu et ne savait quoi dire. Se renfrognant, il s'éloigna de la femme, baissa la tête et tourna légèrement les yeux. Une main se posa sur sa joue, relevant sa tête par la même occasion.

« Il ne faut pas avoir honte de son passé. Vous devez avoir une raison pour agir ainsi. Je ne voulais pas être grossière, je m'en excuse »

« Non, je ... vous avez raison, mais ... je ne sais pas ... J'ai l'esprit qui tourne en rond aujourd'hui. Je fais des choses que je n'avais pas l'habitude de faire auparavant. »

« Vous prenez conscience, vous ouvrez les yeux ... Pouvez-vous me ramener à l'intérieur, s'il vous plaît ? »

Le tuer à gages s'exécuta et ils retournèrent à l'intérieur. Martha fit quelques pas afin de quitter la compagnie du jeune homme.

« Il n'est jamais trop tard pour rebrousser chemin et prendre la bonne voix, vous savez. Vous êtes encore jeune et vous ne vivrez qu'une seule fois. »

La domestique lui souriait et disparut dans l'ombre du couloir vers lequel elle marchait. Troublé d'esprit, Heïan était resté sur place et ses pensées n'avaient fait qu'empirer. Remontant le couloir ainsi que la série de marche, il rejoint sa chambre.

~ Je n'y comprends plus rien ... qu'est-ce qui m'arrive au juste ? ~

Prenait-il réellement conscience de sa vie, de ses agissements, de la conséquence de ses actes antérieurs ? Il tentait de s'accrocher à il ne savait quoi. C'est alors que le néant l'enveloppa enfin ...






Le lendemain matin ...
Couché en étoile sur le dos dans son lit, un rayon vint réchauffer son visage. Son visage grimaçant à cause de la lumière puis d'un geste lent, l'homme prit position assise au bord du meuble. Se frottant les yeux, il vit que le matin était arrivé et qu'une odeur de nourriture flottait dans l'air. D'un pas nonchalant, Heïan se rendit devant la commode ou se trouvait une bassine d'eau fraîche pour se laver avant de se changer. Ses vêtements avaient amplement eu le temps de sécher depuis la veille. Repliant ceux qui lui avaient été prêtés, il les déposa sur le lit et sortit de la pièce au même moment que Nola

« Bon matin » dit-il simplement

Ensemble, ils purent se rendre à la salle à manger où Abel avait entamé son repas. Martha terminait le petit déjeuner et versait les breuvages dans les tasses sur la table.

« Bon matin vous deux »

« Idem »

« Asseyez-vous, je vous en prie »
Revenir en haut Aller en bas

Rakell Aily'ss



________________

Rakell Aily'ss
________________


Race : Demi-Seirdan
Classe : Rôdeuse
Métier : Chasseuse de Prime
Croyances : Aucune
Groupe : Rebelle

Âge : 24 ans

Messages : 37


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyDim 16 Sep 2012 - 20:48

Rakell avait passé la nuit à faire quelques cauchemars de son passé. Mais ce n'était rien de bien nouveau, elle en faisait toujours un peu chaque nuit. Parfois pire que d'autre. Cette nuit là, elle avait pas mal rêvé aux égouts en réalité. De savoir qu'elle devrait y aller la rendait anxieuse à ce sujet, donc elle en avait fait des cauchemar toute la nuit. Cependant, lorsqu'elle se réveillait le matin, c'était comme si c'était oublié. Peut-être à cause de l'habitude ? Elle y portait peu d'attention.

Fraîchement lavé, habillé, elle était descendu en bas pour rejoindre l'autre chasseur de prime et son employeur. Celui-ci, derrière sa moustache grisonnante, leur avait souhaiter le bon matin et les avaient invité à s'asseoir pour manger, elle et Heïan. La jeune femme regardait l'homme comme on regardait quelqu'un de qui l'on se méfiait encore. Elle n'avait pas sorti un mot de sa bouche encore. Comme il les avaient invité, Rakell s'assoya pour pouvoir être servie et enfin remplir sa panse qui criait famine en silence.

Aussitôt assis la dame qui servait le repas leur avait mit des assiettes généreusement garnis devant eux. Rakell s'était mise à manger en silence, toujours en silence. Après plusieurs bouchées prise, mâchées et avalées, la chasseuse de prime se décida enfin à ouvrir la bouche, sans regarder celui à qui elle parlait.

- Quand est-ce que nous partons pour les égouts ?

Court, simple et droit au but. Tel était la façon de parler de Rakell. Sauf s'il fallait usé de tacte ou de ruse pour déjoué un adversaire. Et beaucoup de gens autour d'elle était ses adversaires. Ne regardant toujours pas le vieil homme, elle continua de manger comme machinalement. Elle espérait que le temps passe rapidement jusqu'au moment d'entrer dans les égouts. Elle réfléchissait déjà au chemin qu'elle emprunterait rendu là ainsi que les possibilités de devoir changer à la dernière minute sa trajectoire si jamais ils croisaient des problèmes.

Outre le repaire de celui qui l'avait élevé où il y avait bon nombre de cadavres de femmes torturées, décapitées ou démembrées, il y avait aussi des vampires qui s'il cachait le jour, des démons craignant également la lumières et parfois même des cannibales. Il fallait toujours resté prudent dans des endroits aussi sombre et caché de la vie normale. Elle espérait ne pas trop rencontrer de problème tout de même, elle avait déjà hâte de sortir de ces catacombes odorantes et elle n'y était même pas entrée encore !

Dans le temps de le dire, la rebelle avait terminé de manger son repas. Le ventre plein, elle se recula contre le dossier de la chaise en laissant sortir un léger soupir. Elle avait pas souvent la chance de manger un si bon repas et en aussi grande quantité, elle devait en profiter !
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 EmptyLun 17 Sep 2012 - 0:50

Les pattes de la chaise qu'Heïan tira vers lui crièrent faiblement sur le plancher pendant un court laps de temps, suite à l'invitation du maître des lieux. Les trois individus se retrouvaient maintenant autour de cette table, où Agathe leur servit un bon petit déjeuner. Toujours aux petits soins, celle-ci avait pris le temps de faire cuire des oeufs, des pommes de terre, quelques petits bouts de porc salé finement coupés et quelques fruits frais venant du marché. Les plats déposés juste devant les invités, la domestique leur souria; ils pouvaient enfin manger à leur faim. Il y avait longtemps que notre jeune homme n'avait pas ingurgité un repas complet comme celui-ci, trop longtemps. Le dernier devait dater du mois dernier ... voire plus que ça. M'enfin bref, ça avait peu d'importance maintenant.

Fumant sa pipe, Abel était très silencieux. D'ailleurs, il ne manqua pas le regard méfiant de la jeune femme qui accompagnait son faiseur de besogne. Quant à Heïan, aucune parole ne sortait de sa bouche, seule la nourriture y entrait et avec appétit. Celle qui brisa fut Rakell, ou plutôt Nola, du nom que lui connaissait le tueur à gages.

« Quand est-ce que nous partons pour les égouts ? »

L'intonation de sa voix était assez ... directe, si l'on pouvait la classifier ainsi. Avec une question ainsi, il était difficile de commencer à tourner autour du pot en ce qui concernait sa réponse.

« Sur-le-champ. Il vaut mieux ne pas perdre de temps, pas vrai ? »

Heïan termina son assiette juste à ce moment et se leva de sa chaise pour ensuite la repousser sous la table, dans le même bruit qu'il ne l'avait tiré un peu plus tôt. Agathe ne perdit pas de temps pour débarrasser la table de toute cette vaisselle sale et leur fit un sourire radieux, son regard dans le vide, mais dans leur direction.

« Faîtes attention à vous en cours de route ... »

« N'ayez pas peur pour nous. Ça ira »

« Je reviens dès que les jeunes seront partis. À tout à l'heure, Agathe. »

« À tout à l'heure, Monsieur. Au revoir à vous deux. Que les dieux puissent veiller sur vous. »

Ouvrant la marche, Abel sortit de la salle à manger pour entrer dans le hall d'entrée qui se trouvait tout près et agrippa sa cape qui était suspendue à une patère, juste à côté de la porte de sortie. Une autre, évidemment pour femme et de couleur pourpre, s'y trouvait aussi à la disposition de la chasseuse de prime. D'une main, Heïan prit l'extrémité de son capuchon en étirant son bras vers la base de sa nuque et la tira sur sa tête. Son visage, hormis la partie bas au niveau de la bouche, se retrouva dans l'ombre du vêtement. L'employeur du tueur à gages se retourna afin de vérifier si les deux fuyards étaient prêts à quitter les lieux, pour constater que oui.

« Si quelqu'un nous approche, soldat ou autre, ne tentez pas la conversation. Sauf en cas de nécessité pour ne pas attirer les soupçons sur nous. »

Heïan n'avait aucunement réagi, car il savait déjà tout ça. Abel agissait comme un parent avec un enfant, leur disant quoi faire et quoi ne pas faire. Il oubliait qu'ils, lui et Rakell, étaient en quelque sorte, des professionnels en matière de supercherie, de tromperie et de ruse. Le seul hic était qu'ils s'étaient mis dans une situation inconfortable par pur hasard.

Le groupe s'éloigna du manoir par la route principale qui descendait en faible pente jusqu'à la place du marché. Leur semelle de botte claquait faiblement sur le pavé de pierre alors qu'ils entamaient leur descente dans le plus grand des silences. Des mares d'eau jonchaient le sol ici et là, alors que les rayons du soleil étaient à peine assez chaud pour procéder à l'évaporation de celles-ci. Heïan était aux aguets, prêt à empoigner sa dague s'il le fallait. Seuls ses yeux se promenaient, alors que sa tête restait parfaitement immobile. C'est alors qu'un groupe de cinq soldats fut en vue ... Sentant ses muscles se contracter, Heïan dut tenter de se détendre, ce qui ne fut pas trop difficile en soit. Une grande respiration suivit d'une expiration et le tour était joué.

« Bon matin, monsieur Naïlo »

« Bon matin à vous messieurs. Comment allez-vous ? »

« Bien merci ... cependant, nous nous rendions à votre demeure. Nous avions des questions à vous poser par rapport au duc Courchesnes, mais je vois que vous êtes accompagné »

« Oh oui, le moment est mal choisit. Vous pouvez cependant revenir ce soir. Je serai chez moi pour sûr ! »

« Très bien, veuillez nous excuser alors. Nous avons des fugitifs à retrouver »

Abel les salua d'un signe de tête alors qu'Heïan avait esquissé un sourire innocent, visible aux hommes. En réalité, il se moquait plutôt du manque d'attention de ces hommes. Aucun d'entre eux n'avait demandé à savoir leur identité ou même de voir leur visage. Quand deux fugitifs se promènent dans une ville, accusés de meurtre sur une personnalité publique, il fallait être attentif et minutieux. Ceux-ci devaient s'en foutre un peu s'ils faisaient leur boulot à moitié. Mais bref, tant mieux ! Ils purent ainsi continuer leur route en toute quiétude. Le baraquement sud des soldats de Madorass fut bientôt visible au dessus des toits d'humbles demeures entourant la place centrale de la cité. À cette heure-ci, il n'y avait que très peu d'effectifs dut au changement de ronde et de personnel. C'était donc le moment idéal pour se faufiler jusqu'à l'arrière de cette imposante bâtisse entièrement faite de brique brunâtre.

Le premier à passer fut évidemment Abel qui s'assura que les lieux étaient sécuritaires avant de faire signe à Heïan et sa complice. Le tueur à gages fut passer la jeune femme en premier, la laissant rejoindre son employeur et fut forcé de se caché derrière le mur où il se trouvait. Un soldat marchait là, regagnant le baraquement apparemment. Une fois disparu, l'homme ne tarda pas à rejoindre les deux autres.

« Nous y sommes. »

Cependant, la grille était solidement ancrée dans le sol et la porte qui permettait d'y pénétrer était verrouillée à l'aide de chaines et d'un énorme cadenas.

« Hum ... poussez-vous »

Lui laissant la place, Abel se recula et le laissa faire. Fouillant dans sa petite bourse située dans son dos et accrochée sur sa ceinture, Heïan sortit deux crochets de métal qu'il enfonça dans la serrure du cadenas. Il approcha alors l'oreille droite afin d'écouter attentivement le moment où il y aurait un cliquetis. Les secondes s'écoulaient rapidement et la voix de soldats s'approchant de leur position les alerta aussitôt.

« Je vais aller faire diversion pour que vous gagniez du temps. Ne revenez pas ici avant un bout de temps ! Au revoir. »

« Merci, Abel »

Celui-ci ne fit qu'un sourire en coin et lui lança une bourse d'or avant de partir dans le sens inverse, faire le tour du baraquement aux pas de course pour arriver derrière les soldats en question. Il se mit à jouer la comédie, disant qu'il avait perdu de vue sa nièce et son époux et qu'il avait besoin de leur aide pour les retrouver.

Le cadenas céda enfin, et ce, juste à temps, car l'un des crochets venait tout juste de se casser en deux. Les jetant dans l'eau des égouts, Heïan tenu sa parole et laissa le loisir à Rakell de prendre les devants et le guider dans ce labyrinthe. Il n'y avait pas à dire, cet endroit était dégoutant. En plus d'empester la mort et d'être dans une noirceur presque totale, il y faisait affreusement humide et froid.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 _
MessageSujet: Re: [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]   [CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLOT] Sale journée ... [ PV Rakell Ayli'ss ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: À la panse repue-