''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Goudwin Didrago

♘ | L'homme que l'on appelait Dragon.

________________

Goudwin Didrago
________________


Race : Humain
Classe : Mage-guerrier
Métier : Mercenaire/Chasseur de prime/Explorateur
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres / Alliance / Lame d'Argent

Âge : 30

Messages : 180

Histoire de Personnage : Passé :

.Histoire de dragon

Après Kaull :

.Épopée Albanesque I
.Épopée Albanesque II
.Épopée Albanesque III

Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] EmptyMer 29 Aoû 2012 - 13:48

Goudwin tapotait frénétiquement sur le rebord de la fenêtre. Cela faisait maintenant deux heures qu'il attendait le chef de la Lame d'Argent. Après l'épisode du démon et de la faille, lui et Alban avaient regagné Madorass. D'après l'elfe, il serait difficile d'obtenir un délai de la part du nécromancien qui leur avait donné la mission de retrouver ce qui devait être un cadavre, mai qui s'est avéré être un démon du Vein bien vivant, disposant de surcroît d'une pierre-prison d'un élémentaire de foudre. Bref, la situation était pour le moins embarrassante. Mais ce qui intriguait le plus Goudwin, s'était le pourquoi du comment ce démon avait obtenu cette pierre, et ce que le nécromant comptait en faire.

-Cette histoire est vraiment étrange. T'es sûr que c'était une bonne idée de se fourrer là dedans?

-Les ordres sont les ordres Fiérlus. Et puis il nous reste toujours une chance d'aller dans le Vein, vu que notre "ami" est retourné s'y cacher.

-Tu as sans doute raison Dragon...

-Ne m'appel pas comme ça!

-Au fait, tu crois que je pourrais bouffer l'élémentaire.

-Je croyais que tu n'aimais pas le goût de la foudre.

-Peut être, mais ça fait un bail que j'ai pas mangé un de mes semblables.

-Désolé mon grand, mais à mon avis, notre commanditaire veux certainement récupérer le démon ET la pierre qui va avec.

La porte du bureau s'ouvrit soudain, laissant apparaître Alban, son habituelle sourire malin au visage. Goudwin le regarda sans rien dire, se collant contre le mure de la vaste pièce.




Dernière édition par Goudwin Didrago le Ven 4 Jan 2013 - 13:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Re: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] EmptyMer 29 Aoû 2012 - 14:39

Le Centurio, par le dieu des athées, m'avait manqué! C'était chez moi après tout, le lieu où tout avait commencé: ma nouvelle vie, ma renommée et mes plus grands combats. J'allai voir mes serveuses préférées dans les cuisines pour "m'amuser" un peu avec elles, puis allai discuter avec mes plus fervents admirateurs dans la salle principale. Pour tout avouer, ils n'admiraient pas vraiment Alban Chaos l'elfe-orc, mais la réputation qu'on avait de lui. Je rencontrai même quelques orcs qui venaient en apprendre un peu plus sur le "désavoué" qui les avait quitté plusieurs années plus tôt. Bien évidemment, ils étaient surpris de constater ma totale réussite. Tous parièrent sur ma mort. Ils pensaient que je mourrais avant même d'atteindre l'âge de tenir correctement une massue.

"Bon les amis, je vous laisse à vos fadaises, j'ai quelques petites affaires à régler plus haut.
- Oh, excusez- nous messire Important, nous ne voulions pas accaparer votre précieux temps.
- ça va pour cette fois, je ne suis pas rancunier."

Et je m'en allais en démarrant un rire tonitruant jusqu'à gravir les escaliers les larmes aux yeux.

"Toujours aussi de bonne humeur mon très cher gourin"

Son air renfrogné m'avait manqué, tous les membres de ma guilde était particulier à mes yeux. Je fermai la porte derrière moi et allai m'assoir à ma place. Nous étions arrivé le soir même et étions séparés depuis. Il devait m'attendre depuis longtemps car il semblait être dans le même état d'esprit qu'aux îles basses, quand je l'ai observé à l'auberge.

"Comment ça va? J'espère que tu t'es bien reposé car la journée va être longue! Tout d'abord, parlons des détails de l'opération. Je connais ce vieux bougre, il ne voudra jamais me recevoir. Il va donc falloir se la jouer fin et rusé: nous irons mais c'est toi qui va frapper à sa porte et t'annoncer à son domestique. Quand tu y seras, fais très attention car ce vieux renard te prépareras sûrement quelques coups fourrés, sa magie est très puissante. J'espère pour toi qu'il n'a aucun cadavre dans les placards, car chez lui, l'expression est synonyme de danger. La plus part de ses domestiques sont des corps inertes qui bougent selon la volonté du mage, leurs forces n'a donc pas de limite ni leur vitesse. Et bien évidemment, les simples attaques ne leur fait rien. Je te dis ça au cas où il y aurait un piège. En tout cas, si tu arrives enfin devant le Nécromancien, appelle- le par son prénom car seuls les mages en ont le droit et j'aimerais m'assurer qu'il sache que t'en es. Il s'appelle Alfred Radioga. Pendant ce temps, je resterai dehors à attendre le dénouement. Je ne doute pas que tu sauras argumenter avec lui, j'ai confiance en ton pouvoir de persuasion..."

Je m'arrêtai un instant pour réfléchir à ce que j'allais dire, si je devais lui donner le conseil que j'avais envie de lui donner. Mais finalement, sachant à quel point Goudwin était professionnel, je doutais fortement qu'il se vexe pour si peu. Je le regardais de nouveau sans ciller.

"Montre lui à quel point cette pierre est précieuse et puissante, miroite- lui ton indispensable expérience de ce genre de magie. Il faut absolument qu'il te croit le seul apte à récupérer son bien, je compte sur toi."

Ce n'était pas dans le tempérament de Goudwin de faire ce genre de démonstration, mais nous n'avions pas beaucoup de choix. Il était la seule personne pouvant approcher le client et lui parler. Le nécromant le testera peut- être une fois dans la maison, mais sa mort ne lui apportera rien. Alors que moi, je n'avais pas grand chose à lui offrir, mes talents n'étaient en aucun cas uniques et primordiaux.
Revenir en haut Aller en bas

Goudwin Didrago

♘ | L'homme que l'on appelait Dragon.

________________

Goudwin Didrago
________________


Race : Humain
Classe : Mage-guerrier
Métier : Mercenaire/Chasseur de prime/Explorateur
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres / Alliance / Lame d'Argent

Âge : 30

Messages : 180

Histoire de Personnage : Passé :

.Histoire de dragon

Après Kaull :

.Épopée Albanesque I
.Épopée Albanesque II
.Épopée Albanesque III

Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Re: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] EmptyMer 29 Aoû 2012 - 16:05

Goudwin écouta patiemment les explications d'Alban. Quand il eut finit, le mage prit un instant pour réfléchir. Son plan était risqué mais l'elfe avait raison sur un point : Goudwin était bien mieux placé que lui pour argumenter avec le nécromant. Il accepta donc.

-Très bien. J'irais le voir. Lui prouver ma valeur ne devrais pas être trop compliqué.

Il quitta la pièce et commença à descendre.

-On se retrouve là bas dans une ou deux heures.

Une heure après, Goudwin arriva enfin à la maison du dénommé Alfred Radioga. Elle était placée sur une colline au dessus de Madorass. L'édifice de pierre grise datant d'au moins deux siècles était des plus sinistre. Mais il ne prêta pas attention au lieu et alla directement frapper à la porte. Un vieil homme à la peau grise, un crâne dégarnit et à la voix suave vint lui ouvrir.

-Que voulez-vous? On ne donne pas au vagabonds ici.

*Sympathique...*

-Je suis un pyromancien de la Lame d'Argent. Je viens à propos de la mission que messire Radioga nous a confié.

-Ah je vois... Entrez je vous prit.

Goudwin pénétra dans la demeure. Le bâtiment était encore plus lugubre à l'intérieur. Le parquet craquait, des toiles d'araignée infestaient les mures, et une odeurs de mort gouvernait l'air des lieux.

-Cette guilde de débauchés recrute des mages maudits à présent? grogna le major d'homme.

Goudwin serra son gant métallique mais ne fit rien.

*Ne le tue pas! Pas tout de suite...*

*De toute façon, je crois que c'est déjà fait. Il n'y a pas une once de vie en lui.*

Ils empruntèrent un escalier qui descendait sous la maison. Il arrivèrent dans une cave ou régnait une odeur de vin moisit, ainsi que les relents de mort qui s'intensifiaient. Goudwin aperçut alors une homme en robe noire debout devant ce qui semblait être une table d'expérimentation. Un tas d'ustensiles magique que le mage reconnut plus ou moins était entassés dessus, autour d'un cadavre d'orc.

-Ah! Voici donc l'envoyé de ce cher Alban. J'imagine que vous m'amenez ma... commande.

-Pas vraiment non.

-Comment?!

-Il semblerait, messire Radioga, que vous ayez omis de nous dire que "l'objet" que possédait votre cadavre ambulant était une pierre-prison d'un élémentaire de foudre. Il a donc prit la fuite dans la faille où vous l'aviez laissé. Nous n'avons pas put le poursuivre.

Le nécromant regarda Goudwin d'un air hautain et méprisant.

-Et puis-je savoir, mon jeune ami, ce qui vous permet de m'appeler par mon nom et de me parler de pierre-prison?

Goudwin posa alors son arme au sol. D'un geste, il pointa du doigt le major d'homme. En un instant, le cadavre ressuscité prit feu et disparu dans un tas de cendres. La surprise laissa place à un sourire sur le visage de Radioga.

-Je possède moi même une pierre-prison messire.

-Je vois. Je ne pensais pas que vous étiez un mage lorsque je vous ai vu pour la première fois. Il est rare que je rencontre l'un de mes congénères avec un tel caractère. Vous me plaisez jeune homme. Et ne vous en fait pas pour Sulius, sa compagnie commençait à m'insuporter ces temps-ci.

Le nécromant s'assit sur une chaise placée près de son poste de travail.

-Puisque nous sommes entre mages, nous pouvons parler sans tabou. Vous n'avez donc pas put le rattraper à temps?

-Il avait l'effet de surprise pour lui. je ne m'attendait pas à tomber sur un mage...

-Ce n'en est pas un. Ce démon ne fait que profiter des pouvoirs que lui donne cette pierre-prison. Mais je dois absolument avoir ce démon vivant avec sinon...

-Sinon l'élémentaire mourra avec lui, à moins qu'on ne les sépare ou qu'on le libère de sa pierre.

-En effet! Vous êtes un connaisseur jeune homme, j'apprécies.

-J'ai quelques années d'expérience dans ce domaine.

-Et en plus vous possédez un élémentaire primordial, ce qui est bien plus impressionnant. Mais revenons à nos affaires, que comptez vous faire pour me ramener le démon?

-Je pense pouvoir le repérer dans le Vein grâce à la magie dégagée par sa pierre. Le démon ne sait exploiter ses pouvoirs que dans leur ensemble. Le battre sera facile.

-Bien! Dans ce cas je vous laisse vous en charger! Prenez le temps qu'il vous faudra, mais ramenez le moi avant la prochaine lune. J'ai bien plus confiance en vos capacités qu'en celles de votre... chef.

-Je vous ramènerais le démon messire.

Goudwin le salua, reprit son épée et quitta la cave. Il sortit de la maison, heureux de quitter cette demeure de mort. Il aperçut Alban et alla le rejoindre.

-Nous avons jusqu'a la prochaine lune. Un délai d'un mois te convient? dit il en souriant.
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Re: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] EmptyJeu 27 Déc 2012 - 19:25

Goudwin entra sans la moindre hésitation, son assurance me redonna confiance moi- même. Une fois la grande porte fermée, j’entrepris quelques exercices à l’épée pour passer le temps. *Tu crois que ton nouveau compagnon de chasse à une chance de revenir ? – Sans doute plus que moi.* Et nous ne parlâmes plus durant cinq longues minutes pendant lesquelles on n’entendit que le son de la lame fendant l’air ainsi que mon souffle qui devint de plus en plus bruyant à force d’enchaînement. Soudain, très légèrement, comme-ci on la remuait, le sol trembla. Et en un instant, une créature sordide sortie de terre dans un bond prodigieux, laissant sous lui un trou de la taille d’un ventre plein. *Oh oh, on a de la compagnie… J’ai toujours rêvé de dire ça !* Le rire de Melchior emplit mes pensées pendant que je les organisais en un éclair. D’autres créatures humanoïdes sortirent du sol mais plus mollement que leur précédent. Je me mis en garde et ne quittait plus du regard le premier venu. Ce dernier marchait en chancelant vers moi, craquant les jointures de ses mains… *Mais elles sont nues de toute peau… Merde !* En effet, un corps en décomposition entamait une longue marche à la fois lente et saccadée, puis sauta dans ma direction, le poing en arrière, pour frapper de toutes ses forces. Instinctivement, ma lame se leva et bloqua le coup qui renvoya mon assaillant en arrière. Il revint à la charge en hurlant comme une caverne millénaire traversée par un vent démoniaque.

« Bordel de bordel de bordel de bordel ! Cette fichue magie de mes c… oups ! »


Une main jaillie du sol à côté de mon pied droit et agrippa ma cheville. Je la coupai d’un geste et plongeai vers un buisson pour éviter un lancer de fémur. Je me relevai rapidement et hurlai à plein poumon vers mes ennemis espérant les impressionner, même un petit peu. D’autres lancers de fémurs me dissuadèrent de continuer.

« Qu’est ce que fait Gourdin ?... A-t- il échoué ? »

Une main squelettique se posa doucement sur mon épaule, me saisit et me souleva de terre comme un orc des montagnes le ferait à un enfant yak enragé. Sans attendre l’embrassade fatal, j’enfonçai Melchior dans le ventre du bougre immortel d’une fois et demi ma taille qui ne donna même pas signe de douleur. Il me projeta vers le mur de la demeure, me coupant le souffle instantanément. Ma douleur fut telle que je me tenais les côtes en crachant sang et salive. On me souleva de nouveau, mais par la gorge cette fois, et me plaqua contre ce même mur. Enfin, la lame de mon adversaire se leva en même temps que son bras. Le temps ralentis, le monde devenait ténèbres sous mes yeux engourdis. Je regardais la partie tranchante prête à s’abattre, tout était fini pour moi. Puis… rien, le squelette tomba en morceau pour me laisser atterrir lourdement sur le sol. *Bon sang de bonsoir, qu’est ce qu’on se fend la poire si je peux me permettre !* Et Melchior rit de plus belle en se trémoussant dans mon esprit.

« Crétin d’épée, tu sers soit à que dalle, soit à dalle que. »

Doudwin quitta la demeure du magicien aussi tranquillement qu’un troubadour sort d’un bordel après une nuit pluvieuse.

-Nous avons jusqu'a la prochaine lune. Un délai d'un mois te convient? dit il en souriant.

Assis par terre dos au mur, je donnais certainement l’impression de prendre du bon temps, mais je souffrais en réalité énormément.

« Bon boulot ! Je crois que ce plan fut le plus prometteur de tous. Retournons immédiatement à la taverne de la guilde, il faut qu’on discute de la suite.

Trois heures plus tard, nous étions assis sur ces chaises si familières, dans une ambiance qui me manquait sans cesse dans mes longs et trépidants voyages. Des bagarres avaient lieux dans chaque partie de l’établissement, en même temps que des disputes qui finiraient par dégénérer de la même manière. On buvait, on dansait, on chantait et tout cela dans une atmosphère tout à fait exécrable. *On dirait l’une des tavernes des docks de Venill, tu sais celles où il y a trois fois plus de rats que de clients ? – Je me rappelle de ce coin là, et ça n’avait rien à voir. – Parce que y a moins de rat, mais tu verras qu’ils quitteront leur ancien tas de poubelle pour venir ici dès qu’ils apprendront que t’y es.*
Après avoir bu ma troisième chope de bière, je posai mon regard sur Goudwin de « bonne humeur » et lui lançai un clin d’œil coquin.

« Allez mon ami ! Profite de l’instant, ce sera peut- être la dernière bière de notre vie tu ne crois pas ? »

Un jeune garçon arriva. Il était pieds nus, portant un sac en bandoulière bien fourni. Il s’arrêta à l’entrée, le spectacle sus- dit devant les yeux et analysaient tout le beau monde pour repérer le chemin le plus rapide et le plus sûr vers sa destination. Il n’était pas bien grand le garçon, mais d’une intelligence rare. Il souffla d’un coup sec et se précipita vers une table en zigzagant devant les obstacles et évitant les coups ainsi que les clients les moins attentifs. Entier et sûr de lui, l’enfant se posta à côté de moi sans perdre son sérieux. Il me tendit un parchemin avant de disparaître aussitôt. Un sourire satisfait sur le visage au moment de lever ma chope, j’étalais la carte, car s’en était une, sur la table en écartant vivement tout autre objet. Ensuite, je pointai du doigt un point.

« Ceci est une faille mon ami Dragon ! Il paraît qu’elle disparaisse avant même d’en faire une carte complète, et bien non, je ne me laisse pas démonter, j’en fais une pour les grandes occasions. HAHAHAHAHAHA. »

De l’index, j’invite Goudwin à se rapprocher en faisant de même. C’étai la carte du Feleth connu, avec des portails dans les lieux les plus hostiles.

« Je pense qu’une grande partie d’entre ces failles ont disparu, celles qui sont les plus éloignées pour commencer. Mais à ton avis, avec ta puissante magie, tu ne peux pas trouver celles qui se rapproche le plus de notre « proie » ? »
Revenir en haut Aller en bas

Goudwin Didrago

♘ | L'homme que l'on appelait Dragon.

________________

Goudwin Didrago
________________


Race : Humain
Classe : Mage-guerrier
Métier : Mercenaire/Chasseur de prime/Explorateur
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres / Alliance / Lame d'Argent

Âge : 30

Messages : 180

Histoire de Personnage : Passé :

.Histoire de dragon

Après Kaull :

.Épopée Albanesque I
.Épopée Albanesque II
.Épopée Albanesque III

Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Re: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] EmptyVen 28 Déc 2012 - 0:06

Après avoir annoncé les nouveaux horizons de leur mission à Alban, les deux chasseurs de primes retournèrent au Centurio afin préparer leur prochaine expédition. L'auberge était très animée ce soir. D'après ce qu'avait put entendre le Dragon, un groupe de leur confrère était revenu d'un fructueux voyage, les poches cousues d'or. Le Mage souri en pensant à la désillusion que ces pauvres bougres allaient subir quand il faudrait passer à la caisse de la guilde, car trois quarts de la somme leur serait prélevé, et ils ne pourraient rien y faire.

Après avoir but sa troisième chope de la soirée, Alban fit venir un gosse qui lui donna une vieille carte poussiéreuse, sortie tout droit de la réserve personnelle de l'hybride d'après ce qu'il avait comprit. Il s'agissait de la cartographie complète du Feleth connu, avec par endroit, symbolisés par de petites croix rouges, les emplacements des différentes failles aperçues ces dernières années. Comme le fit remarquer Alban, la plus part avaient sans doute déjà été utilisées, et il y avait peu de chance qu'elles soient réapparues au même endroit. Goudwin promena un instant son regard sur la carte, puis releva son regard rougeoyant vers l'orc-elfe.

-Je peux repérer les failles oui, mais seulement quand je suis dans où à proximité de la zone où elles apparaissent, car ces saletés drainent la magie. Mais je n'ai pas le pouvoir de les repérer sur de grandes distances. De plus, si on en trouve une, nous ne sommes pas sûr qu'elle nous enverra dans le bon monde. Je te rappelle que nous avons deux choix possibles : le Vein ou Adiryl. Mais tu as raison sur un point : si je pouvais ressentir l'énergie de notre "ami démon", je pourrais le traquer, mais pas si il est dans un autre monde. Ce qui nous ramène à notre premier problème : trouver une faille et s'assurer qu'elle nous enverra dans le Vein.

Il fit tourner sa chope pleine sur la table tout en réfléchissant à une solution. C'est alors qu'une idée lui vint. Il attrapa son arme et l'appuya contre la table en bois, le rubis au dessus de la carte.


-Mais lui peut le faire.

-Quoi donc? résonna la voix aigu et rocailleuse de Fiérlus.

-L'être qui était enfermé dans la pierre-prison du démon était un élémentaire de foudre. Il vit donc dans la même dimension que toi.

-En effet.

-Alors tu peux le repérer grâce à son énergie magique.

-Tu sais depuis le temps, je l'ai perdu...

-Allons Fiérlus! Tu n'avais qu'un désir l'autre jour, c'était de le dévorer. Je sais bien que lorsque tu as faim, tu ne perd jamais la trace d'une proie.

L'élémentaire ricana. Dragon connaissait très bien les réactions de son gardien, depuis le temps. Une fumée brunie s'échappa alors de la pierre et se promena sur la carte. Après quelques secondes, elle s'immobilisa et prit la forme d'une main très instable qui pointa un graffitis de rochers à la gauche de Madorras.

-Il est là.

La fumée disparu alors. Goudwin regarda Alban, un air satisfait sur la visage. Attrapant sa chope, il trinqua avec l'hybride et lui souri.

-J'espère que tu est prêt compagnon, car nous partons dans le Vein.

--------------

Une demi-heure plus tard, les deux chasseurs de prime arrivèrent dans une petite crique à deux kilomètres de la capitale. Lorsqu'il y descendirent, Goudwin commença à ressentir la même sensation d'épuisement que dans les Îles Basses. Ils avancèrent jusqu'au centre de la crique. L'endroit était totalement désert, mais la sensation de Dragon elle, était à son paroxysme. Se tournant vers Alban, il désigna le centre de l'amas rocheux.

-Elle est là. Il n'y a plus qu'a sauter dedans. Je ne sais pas où nous atterrirons, mais ce qui est sûr, c'est que nous ne serrons pas loin de notre proie.
Revenir en haut Aller en bas

Alban Chaos



________________

Alban Chaos
________________


Race : Orc-Elfe
Classe : Lame noire
Métier : Chasseur de primes
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 28 ans

Messages : 103


Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Re: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] EmptyVen 4 Jan 2013 - 13:13

Goudwin avait de bons amis, j’en avais à présent conscience. La pierre couleur rubis parla et nous indiqua sans trop de protestation où était son congénère. Mon sang ne fit qu’un tour, la chance nous souriait enfin ! Le temps de boire à la santé de notre petite équipe que déjà nous partions pour la faille qui devait nous mener vers le Vein, là où nous attendait patiemment notre proie.

-Elle est là. Il n'y a plus qu'a sauter dedans. Je ne sais pas où nous atterrirons, mais ce qui est sûr, c'est que nous ne serrons pas loin de notre proie.

Je hochai la tête en lançant un sourire complice à Goudwin. Nous étions dans une crique de dimension convenable et bien entendu, vide de toute vie. Moi qui n’y connaissait rien à la magie ni sur ce qui s’y rapporte, la chaire de poule commençais à me prendre et un vent glacial pénétra mon corps par tous les pores. Si ce n’était pas une faille vers le Vein, c’était obligatoirement vers pire. Alors que je cherchais une quelconque force dans le regard de Goudwin, je fus intrigué de remarquer qu’il semblait tendu, ou alors légèrement épuisé. N’avait- il pas dit que les failles absorbaient l’énergie magique ? Etant magicien, il doit être bien plus affecté que moi par la présence d’une telle anomalie. *Je crois plutôt que la bière lui remonte par le nez si tu veux mon avis. – Mais qui te l’a demandé saleté de dégénéré !? – Hey ! Un peu de respect, sans moi tu serais six pieds sous terre depuis longtemps saleté d’anomalie génétique !* Et c’était encore ce bon vieux Melchior qui me donna le courage nécessaire pour avancer, un pied après l’autre. J’avançais doucement, l’épée dégainée et tenue à deux mains, jetant régulièrement des regards circulaire dans les alentours. Il n’était plus question que la créature nous prenne à nouveau par surprise comme la dernière fois. Je fis signe à Goudwin de sauter en premier dans la faille d’un mouvement de tête pendant que je couvrais ses arrières en cas d’attaque.

« Quand il faut y aller… »
Soufflai-je en rengainant ma lame sanglante.

Et je sautai à mon tour dans ce tourbillon de ténèbres et de lumière, sachant pertinemment qu’il y a une chance sur dix millions de revenir sur Feleth. *Héhé ! On rentre à la maison !*
Revenir en haut Aller en bas

Goudwin Didrago

♘ | L'homme que l'on appelait Dragon.

________________

Goudwin Didrago
________________


Race : Humain
Classe : Mage-guerrier
Métier : Mercenaire/Chasseur de prime/Explorateur
Croyances : Aucune
Groupe : Alliance des Ombres / Alliance / Lame d'Argent

Âge : 30

Messages : 180

Histoire de Personnage : Passé :

.Histoire de dragon

Après Kaull :

.Épopée Albanesque I
.Épopée Albanesque II
.Épopée Albanesque III

Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Re: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] EmptyVen 4 Jan 2013 - 20:22

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] _
MessageSujet: Re: Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]   Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux mercenaires dans la capitale (PV Alban) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Le Centurio :: Étage supérieur :: Bureau d'Alban et Clause-