''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'inattendu [PV Melley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyMer 3 Oct 2012 - 21:17

~> La fuite

'' Je…désolée de m'être endormie et… merci... ''

'' Ne t'excuse pas pour ça. Tu avais tout simplement besoin de te reposer. Il n'y a pas de mal à ça. ''

À un rythme régulier, le cheval avançait toujours. Plus le temps s'écoulait, et plus il commençait à faire sombre. Bientôt, ils ne seraient plus en possibilité d'avancer et il faudrait inévitablement s'arrêter. Ils auraient pu continuer, mais il était préférable de camper et d'éviter au cheval de s'enfarger les sabots sur de possibles obstacles.

Guidant donc la bête, le duo s'écarta pour une seconde fois du chemin, serpentant entre quelques gros feuillus et franchissant quelques buissons. La bête fut arrêtée sous ce qui semblait être un plafond de feuille où seulement quelques rayons de lune arrivaient à traverser par endroits. Melley descendit la première du dos de la bête et Heïan en fit de même juste après.

'' Excuse-moi encore je ne voulais pas m'endormir comme ça…tu as du avoir des crampes toute l'après-midi... ''

Ne répondant pas sur le moment, le tueur à gages avait pris les rênes du cheval et le guidait jusqu'à un arbre encore jeune pour l'y attacher afin qu'il ne fuie pas.

'' Je n'ai pas eu de crampes, si ça peut te rassurer. ''

Elle était légère comme une plume. Ce n'était pas comme s'il avait retenu de tomber une personne de 500 kilos quand même. Et puis, il avait trouvé une manière de la tenir contre lui pour justement éviter d'avoir ces fameuses crampes.

Heïan s'occupait maintenant du cheval alors que sa compagne allumait le feu. La bête s'abreuvait tranquillement et lorsqu'elle en eut assez, se mit à brouter l'herbe qui se trouvait en abondance au pied de l'arbre. Melley semblait avoir un peu plus de difficulté à allumer le feu, mais il la laissa faire, car elle il parviendrait bien assez tôt. Les flammes s'élevaient tranquillement jusqu'à prendre leur pleine maturité, éclairant la forêt qui les enveloppait. L'homme avait pris place de l'autre côté, devant Melley afin de prendre le repas du soir. Sa nervosité grandissait, mais il n'arrivait qu'à en cacher une partie. D'ailleurs, son interlocutrice n'avait pas manqué ce détail et s'empressa de le rassurer

'' tiens. Et n'aie pas peur. Tu n'es pas seul. ''

'' Merci. Disons que ... je suis plutôt nerveux à l'heure qu'il est. Peut-être pour rien après tout. ''

Cela ne pouvait être de mauvaises nouvelles. En fait, il ne savait pas, mais il voulait tenter de trouver une réponse qui pouvait être réelle. Et pourquoi avoir attendu autant d'années avant de reprendre contact avec lui ? Car il ne pouvait pas le localiser, c’était évident. Il était toujours sur la route, en train de fuir, sans domicile fixe et vivant pour la plupart du temps dans la forêt ou dans des endroits abandonnés et/ou miteux. Cela concernait-il sa famille, son père ? Peut-être même ... sa mère ? Ses grands-parents, il y avait des lunes qu'il ne les avait pas vu, pris de nouvelles d'eux d'une quelconque manière. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas mis les pieds à Beolan. Son ancienne demeure, il se demandait à quoi elle pouvait ressembler aujourd'hui, si elle était encore présente et si quelqu'un d'autre l'habitait. Si les parents de sa mère étaient encore vivants, ou ici, ils y étaient peut-être encore établis. Qui sait. Et la ville en elle-même, avait-elle changé depuis son absence ? Questions futiles, mais qui attisaient une certaine curiosité en lui, une envie de voir malgré la nervosité qui le tenaillait.

'' Je saurai très certainement demain ''

Il haussa les épaules d'un geste las et soupira tout en mâchant sa viande avant qu'elle ne refroidisse. Ses yeux couleur lavande s'étaient promenés des flammes, vers le cheval qui tapa du sabot au sol avant de terminer dans le regard bicolore de Melley qui l'observait en silence. Il avait la drôle de sensation qu'elle lisait en lui comme un livre ouvert. Sa carapace de glace était tombée depuis la veille et il n'avait pas caché son visage, deux choses qui avaient très certainement joué en faveur de la jeune femme. Mais il tourna les yeux.

'' Montrer tes failles est un signe de faiblesse ... ''. La seule réelle phrase que son père lui avait dite, mais il s'était fait contredire aussitôt par sa femme et avait quittée le manoir, offusqué et frustré pendant près de deux jours. Naëlyah était morte d'inquiétude, ça se voyait dans ses yeux, mais elle attendait son retour avec le sourire. Un sourire qu'il ne lui avait jamais rendu d'ailleurs. Tout n'était qu'une question d'héritage, de famille alliée et de mariage arrangé.

Ne trouvant pas le sommeil, Heïan sortit ses dagues et commença à les nettoyer, bien qu'elles brillaient déjà pas mal. Elles n'étaient cependant jamais assez affilées pour lui. Une dague devait couper comme un couteau dans le beurre. C'était bien plus efficace. Quant à ses couteaux de lance, ils restèrent à leur place respective.

La nuit avança, Heïan finit par s'allonger sur le dos, un bras sous la tête et celui de gauche sur le ventre avant de fermer les yeux. Se trouvant juste à côté du feu, il y avait suffisamment de chaleur pour qu'il soit confortable. Melley resterait certainement debout un peu plus longtemps puisqu'elle avait dormi une bonne partie de l'après-midi. Il lui avait souhaité la bonne nuit, puis avait fermé les yeux pour dormir d'un sommeil léger. Les heures s'écoulaient et la nuit fut paisible, reposante. Le lendemain matin, ils ne mangèrent que quelques fruits puis se remirent en route, mais à la marche cette fois. Contrairement à la journée précédente, ils croisèrent un chariot de marchands itinérants qui avaient quitté la ville des mages depuis un court moment déjà. Ils virent un grand voyageur portant une lourde masse à deux mains sur le dos et quelques paysans avec leur bagage. En fin d'après-midi, ils mirent pied en ville.

Heïan sembla incertain, l'espace de quelques secondes, et avançait d'un pas plutôt lent parmi cette foule. Le paysage lui était familier, comme s'il n'était pas parti, alors qu'il y avait des années qu'il n'était pas venu. Seuls les visages avaient changé. Les boutiques, les noms d'établissement, tout était là. Ayant pris les devants et s'assurant que l'archère le suivait toujours, Heïan prit un chemin qui les ferait s'éloigner de la foire; il savait très bien où il s'en allait. Ils marchèrent quelques minutes, son regard se posant un peu partout, ne ratant aucun détail. Une foule de souvenirs revenait à la surface et ça lui faisait étrange. Il se revoyait jouer là, près de la fontaine, alors qu'il marchait avec sa mère. Et là, lorsqu'il essayait de se faire des amis. Puis arriva finalement ce qu'il redoutait ...

'' J'habitais ici autrefois ... ''

Les lieux avaient été abandonnés il y avait longtemps. Les fenêtres étaient cassées, la porte de fer forgé de l'entrée avait été forcée. La porte d'entrée avait été fracassée. Inconsciemment, Heïan avait quitté le chemin de pierre pavée pour se diriger vers le manoir en ruine et y entra. Il voulait voir. Plus rien de s'y trouvait, ou presque. Quelques petits meubles gisaient ici et là, à moitié détruits. Ses pas le conduisirent dans la vaste cuisine où il n'y avait que poussière et toiles d'araignées. Ensuite, ce fut vers l'escalier qui menait à l'étage où il s'arrêta brusquement une fois sur la dernière marche. Il revoyait la scène, du point de vue de son père. Il se voyait courir pour s'enfermer dans sa chambre, le cri de Naëlyah qui le pressait de s'enfuir. Et cette porte ... la main d'Heïan s'y posa d'un geste hésitant et elle s'ouvrit dans un grincement strident. Rien mis à part poussière sauf qu'au plancher, il y avait cette marque foncée. Son origine, il la connaissait.

'' Partons, je dois aller parler à mon oncle ''

En réalité, ses mains avaient commencé à trembler légèrement et il se sentait étouffé dans cet endroit. Il revivait le passé et une boule se formait dans sa gorge. Brusquement, Heïan avait fait demi-tour, descendu rapidement les escaliers pour rejoindre l'extérieur. Il inspira profondément, pour se calmer, et ne s'arrêta qu'une fois à quelques mètres des ruines.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyMer 3 Oct 2012 - 22:24

Heïan lui assura qu'elle n'avait pas à s'excuser et qu'il n'avait pas eu de crampes. Cela la calma un peu…

Il était toujours assis devant elle, le feu les séparant puis lui dit, en réponse à sa phrase pour le rassurer :

-Merci. Disons que ... je suis plutôt nerveuse à l'heure qu'il est. Peut-être pour rien après tout.

Elle lui sourit légèrement. Oui, il s'inquiétait peut-être pour rien. Du moins elle l'espérait.

-Je saurai très certainement demain

Elle acquiesça sans rien dire. Cela le minait, quoiqu'il dise. Elle le sentait mais ne dit plus rien, préférant le laisser s'apaiser tout seul. Elle avait peur de dire quelque chose de travers, de le froisser, qu'il se referme comme lorsqu'elle l'avait trouvé, la veille. Il avait adopté lui aussi la carapace de méfiance et du mode "confiance à personne". Elle aussi l'avait fait. Mais avec lui, comme elle se le disait depuis une journée, c'était différent. Totalement. Il lui inspirait confiance, même si elle ne le connaissait que depuis un jour. C'était étrange, ce mélange de sensation qui se battait en elle. Entre celle qui lui disait qu'il avait besoin d'elle, celle qui faisait qu'elle se sentait bien à ses côtés, celle qui lui susurrait qu'il était quelqu'un de bien…

Et, alors qu'elle réfléchissait, il avait aiguisé ses armes et s'était allongé, une main derrière la tête, l'autre sur son ventre pour s'endormir. Elle le regarda plonger dans le monde des rêves tranquillement. Elle décida de rester éveillée le restant de la nuit. Elle avait dormi toute l'après-midi et savait qu'elle tiendrait la nuit et la journée sans soucis. Elle regarda le ciel, les étoiles, la lune, écouta les bruits de la nature. Cette fois, il n'y eut pas de lapin à chasser.

Le soleil se leva paisiblement le lendemain, nimbant les feuilles de magnifiques parures colorées. Le jaune des rayons lui fît penser à son œil. Le rouge qui percutait les rayons lui rappelait son second œil. Elle sourit toute seule alors que le jeune homme se réveillait. Ils mangèrent sur le pouce et repartirent bien vite, menant le cheval par la bride.

Et plus ils approchaient de la ville, plus ils croisaient des gens. Un chariot de marchands, un voyageur avec une arme dans le dos, une arme qu'elle ne pourrait pas porter toute seule et des paysans. Melley observait son nouvel environnement, les murailles de la ville, imposantes, qui l'écrasèrent de leur prestance. Ils entrèrent dans l'enceinte de la ville elle-même en fin d'après-midi. La foule était dense et Melley inspira un grand coup. Elle avait le visage découvert, avec Heïan elle n'avait pas vu la nécessité de la remettre. Lui-même ne s'était pas recouvert. Mais là, elle avait l'impression que tous les regards étaient braqués sur elle. C'était son imagination certes mais même…

Elle restait derrière Heïan, le cheval à ses côtés. Il semblait chercher le chemin, marchant lentement à travers la foule, regardant partout. Puis, finalement, sortant de sa contemplation il reprit sa marche, la guidant, vérifiant qu'elle parvenait à suivre. Ils arrivèrent bientôt devant une ruine de ce qui semblait être une maison et il dit :


-J'habitais ici autrefois ...

Elle ne dit rien et contempla sa demeure d'enfance. Le temps avait fait son office, les ravages étaient nettement visibles. Les portes se balançaient sur un gond, tenant par magie, le fer du portail avait rouillé, les vitres étaient ou cassées ou recouvertes de poussières ou recouvertes de planches clouées, l'herbe avait poussé à vitesse grand V et transformait le terrain en jungle luxuriante.

Comme ailleurs, Heïan s'avança doucement vers le manoir abandonné. Elle le suivit, laissant quelques mètres en eux. C'était son passé, sa vie, son intimité. Elle le suivait, pour le soutenir et être là pour l'aider, mais ne voulait pas s'incruster.

Elle laissa le cheval à l'extérieur, attaché au portail, et suivit Heïan. Dedans, ce n'était pas mieux que dehors. Il n'y avait pratiquement plus de meubles, et ceux encore présents étaient brisés, poussiéreux. Les murs étaient sales, le carrelage recouvert d'une tonne de saleté…elle observait tout, regardant Heïan avancer comme un fantôme au milieu des décombres. Il passa en coup de vent dans la cuisine, mais là ou il s'arrêta net, se fût les escaliers. Il les gravit jusqu'à la dernière marche et là, ce fût comme s'il y avait un mur invisible. Il se stoppa et sa main trembla visiblement tout en serrant la poignée d'une porte. Il n'était plus dans le temps présent, il était revenu dans son passé.


-Partons, je dois aller parler à mon oncle

Aussi vite qu'il était monté, il était redescendu et était sortit du manoir, s'éloignant dans la rue. Melley était restée au milieu du hall, le laissant reprendre sa respiration. Elle gravit à son tour les marches rapidement, pour ne pas le faire attendre. Elle voulait voir si quelque chose était visible. Mais rien. Rien qui puisse lui indiquer à quel point il était blessé au fond de lui. Alors elle redescendit et sortit, le retrouvant avec la monture.
Il était secoué de tremblements, bien qu'il fasse tout pour les masquer ou les contrôler. Elle se stoppa près de lui, frissonna, son cœur accéléra, mais elle ne bougea pas. Elle effleurait son bras et inspira un grand coup avant de se lancer. Elle n'avait jamais fait sa, avait peur de sa réaction, mais il fallait qu'il soit fort pour son oncle.

Sa main glissa le long de son bras et rencontra la main de Heïan. Elle la prit entre ses doigts et la serra fortement en disant :


-Tu vas y arriver. D'accord ?

Puis elle le relâcha. Elle ne voulait pas qu'il soit mal à l'aise ou autre.

-Allez. Viens. Je suis là, je te suis.

Comme dans un songe, il se mit à avancer et elle le suivit. Elle inspira un grand coup avant de lui emboîter le pas. La main d'Heïan était chaude, et un frisson l'avait parcourue, encore plus fort que lorsqu'elle lui avait mis la crème. Elle ne savait pas ce que cela signifiait et espérait ne pas l'avoir contrarié.

Calmant son cœur, elle le suivit dans les ruelles à la rencontre de son avenir, de son oncle. Et elle marchait derrière lui, priant pour qu'il ne soit pas vexé par son geste ou quoique ce soit d'autre. Elle n'avait fait que ce qui lui semblait bon pour lui donner le courage et la force nécessaire.

Elle le suivit donc, la sensation de besoin plus présente que jamais en elle…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyJeu 4 Oct 2012 - 0:06

Le vent soufflait doucement dans le feuillage du grand saule qui se trouvait sur le côté droit du manoir délabré, caressant par la même occasion son visage. Ses feuilles bougeaient doucement et l'une d'elles tomba en virevoltant dans le vide, jusqu'à atterrir au sol. Heïan l'avait regardé dans sa chute tentant de se calmer les nerfs. Il venait de revivre son passé en ne faisant que mettre le pied dans ce maudit taudis. Pourquoi avait-il fallu qu'il décide d'y entrer ? Quel crétin quand même ... maintenant, il ne se pouvait plus et arrivait à peine à garder son sang-froid, ce qui l'irritait fortement.

~ Merde ... merde merde merde ! ~

Se tenant au côté du cheval, l'homme accota son front contre celui de la bête en soupirant. Ses paupières s'étaient refermé un court instant. Cette tache au sol, dans son ancienne chambre, était la marque de la mort de son père. Le liquide pourpre qui coulait dans ses veines, celui de sa famille et de l'homme qu'il avait dû tuer.

Sa mâchoire se crispa et son dos se redressa lorsqu'il entendit les pas de Melley qui s'approchaient. Pivotant pour lui faire face. C'est alors que le bras de la jeune femme glissa le long du sien et que sa main se fusionna à la sienne, l'espace d'un moment.

'' Tu vas y arriver. D'accord ? ''

Un frisson lui avait parcouru l'échine ... ce geste était si rassurant, mais de courte durée, car cette même main se retira. Il ne savait pas quoi lui répondre, comment réagir. Pour une des rares fois, il était en perte contrôle de sa personne. Il y avait trop de choses en même temps et ça le perturbait.

-Allez. Viens. Je suis là, je te suis.

Hochant machinalement la tête, le tueur à gages jeta un dernier coup d'oeil à son passé et s'éloigna de là. Il lui fallait faire face au présent, peu importe les conséquences. Quelque chose de plus important l'attendait chez son oncle et il en était persuadé.

Ouvrant la marche, ses pas les guidèrent dans une série de ruelles. Ils n'étaient pas obligés d'emprunter ces chemins, mais ils étaient plus courts pour se rendre à la demeure de son oncle. Pas comme si ils étaient passés par la Grande Allée. Après une bonne quinzaine de minutes de marche, Heïan s'arrêta au coin d'une rue, regardant une somptueuse maison. Ses murs étaient construire de briques pâles et devant se trouvait un terrain somptueusement aménagé. Sa famille vivait plutôt bien, oui, et était assez riche. Elle faisait partie de la sphère bourgeoise de Beolan depuis quelques années déjà.

Avançant de nouveau pour s'arrêter devant le portail, l'homme leva les yeux. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas vu tout ça. Une étrange mélancolie s'empara de lui ... il allait bientôt revoir son oncle, le frère de sa mère, bien qu'il eut de la misère à le croire à cet instant.

Une porte s'ouvrit et un homme de grande taille apparut dans l'embrasure de celle-ci. Large d'épaules et baraqué, il arborait un habit plutôt simple pour quelqu'un qui résidait dans une telle demeure. Ses cheveux bruns étaient en bataille et ses yeux d'un vert pâle démontrait de l'étonnement. Sa bouche était à moitié entre ouverte alors qu'il regardait en direction des jeunes gens, levant les bras dans les airs et s'élançant à leur rencontre.

'' Heïan ?! Par tous les dieux ..., c'est bien toi ?! ''

Le concerné baissa les yeux vers l'homme qui s'approchait et parut surpris. Restant même figé sur place, littéralement muet, Heïan laissait le personnage d'âge mûr réduire la distance entre eux. Celui-ci dut ouvrir la grille du portail et la première chose qu'il fit fut de le prendre dans ses bras, fortement, et du bout des doigts, agrippa les joues de son neveu pour les étirer et le regarda ensuite droit dans les yeux avec un regard noir.

'' T'as perdu ta langue, le jeune ? J'ai envie de t'engueuler pour ne pas avoir donner signe de vie pendant ses dix années. Tu as disparu sans laisser de trace ! Je n'ai su qu'il y a quelque mois que tu étais en vie ... par Abel. ''

C'était donc Abel qui était derrière toute cette histoire de message ... il aurait dû s'en douter ! Lui et sa famille marchandaient ensemble, alors qu'il était haut comme trois pommes. Heïan se rappela alors qu'il était un cousin éloigné de son père, Liam.

'' Pourquoi as-tu voulu que je vienne à Beolan ? ''

Berthan le lâcha, recula d'un pas et croisa les bras, l'air sévère. Il devait bien faire une tête de plus que son neveu, mais sa posture ne semblait guère l'intimider.

'' ... tu es retourné , n'est-ce pas ? ''

Heïan resta silencieux, n'avouant rien. Cependant, Berthan l'avait vu dans son regard; il n'allait pas bien et tentait de le cacher.

'' Bon ... rentrons. Tu as besoin de te reposer un peu. Ensuite nous pourrons parler. Si ça peut te rassurer, ce n'est en rien quelque chose de dramatique, au contraire. ''

L'homme d'âge mûr souria à son neveu. Un sourire rassurant et réconfortant. Il leur tourna enfin le dos pour retourner à l'intérieur. Heïan était resté cloué sur place, perplexe. Qu'est-ce qui l'attendait ? Ne voulant pas laisser Melley là, il entreprit de lui agripper le poignet doucement et l'obligea à le suivre à l'intérieur. Un majordome sortit et s'approcha du cheval, prenant soin d'avertir sa maitresse qu'il s'occuperait de lui et qu'il serait traité aux petits ognons dans l'écurie.

À l'intérieur, Berthan leur fit face et Heïan le regardait, impatient.

'' Quand vas-tu parler, tonton ? '' légèrement à cran.

'' Une fois que tu te seras reposé et détendu. Je sais que tu tiens absolument à savoir tout de suite, mais ce n'est pas le bon moment encore. ''

'' Je suis parfaitement calme ''

'' Tes yeux disent le contraire, mon grand. ''

Le tueur à gages grommela faiblement alors que son oncle se mit à rire de bon coeur. Il lui mit la main sur l'épaule et le secoua gentiment. Heïan soupira finalement, céda à toute tentative de le faire parler.

'' Monsieur, les chambres sont prêtes ! ''

'' Bien ! '' dit-il, tournant les yeux vers une femme qui semblait être une domestique. Ses yeux émeraude reportèrent ensuite leur attention sur ses invités. '' Le repas sera prêt dans une petite heure. Vous pouvez aller faire une sieste et vous débarbouiller si vous le désirez. Et Heïan ... où sont passées tes bonnes manières ?

'' ... Quoi ? ''

De quelles bonnes manières parlait-il ? Pour l'aider, son oncle fit un signe de tête indiscret en direction de Melley qui s'était fait discrète jusque là et qui se tenait légèrement derrière.

'' Hum ... pardon. Voici Melley, ma compagne de route. Melley, voici Berthan Omarion, mon oncle. ''

'' Enchanté de faire votre connaissance, gente dame. Sur ce, je vous attends dans la salle à manger dans une heure. Sentez-vous libre de faire ce que bon vous semble et faites comme chez vous surtout. ''
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyJeu 4 Oct 2012 - 19:14

Ils marchèrent pendant une quinzaine de minutes en silence, empruntant de petites ruelles. Melley suivait, faisant attention à sa monture, vérifiant qu'elle ne soit pas bloquée par l'étroitesse des rues. Heïan la guidait, s'assurant qu'elle ne le perdait pas de vue. Elle, elle espérait toujours qu'il ne soit pas vexé par son geste. Elle avait été téméraire, certes, mais ne regrettait pas et pensait avoir bien agi malgré tout. Le contact chaud de la main du jeune homme l'avait fait frissonner plus violemment qu'autre chose.
Elle inspira un grand coup lorsqu'il s'arrêta devant une grande maison en briques claires, richement entretenue. Des bourgeois…Melley déglutit. Elle ne connaissait pas les normes, les bonnes manières de cette classe-là, les coutumes…

Cependant Heïan s'était avancé d'un pas et la porte s'ouvrit au même moment sur un homme large d'épaule, baraqué, portant des vêtements simples. Il avait des cheveux semblables à ceux d'Heïan, bruns et en bataille. En revanche il avait les yeux verts pâles.
L'homme restait bouche bée, les observant. Puis ses bras se tendirent vers son neveu et il s'avança en disant :


-Heïan ?! Par tous les dieux ..., c'est bien toi ?!

Son compagnon ne dit rien. Il restait pétrifié sur place, laissant son oncle venir à lui. Melley restait légèrement en retrait, le cheval en main, observant les retrouvailles. Berthan, l'oncle donc, elle avait retenu le prénom de la lettre, serra son neveu dans ses bras avec force et vigueur. Melley fût légèrement soulagée de voir l'accueil plutôt chaleureux offert à Heïan.

Berthan continua à parler, expliquant comment il avait retrouvé sa trace, grâce à un dénommé Abel. Mais Melley ne connaissait rien de cette histoire, elle écoutait, restait en arrière, et était prête à soutenir Heïan. Elle le lui avait dit, elle ne partirait pas. Pas à moins qu'il ne le lui ordonne.
Le vieil homme remarqua tout de suite que son neveu était retourné dans sa maison natale, prenant un regard sévère qui aurait fait pâlir pas mal de monde. Sauf Heïan qui resta de marbre sans rien dire. Alors, décidant que le sujet était pour l'heure clos, il déclara :


-Bon ... rentrons. Tu as besoin de te reposer un peu. Ensuite nous pourrons parler. Si ça peut te rassurer, ce n'est en rien quelque chose de dramatique, au contraire.

Rien de dramatique ? Cela devrait apaiser Heïan. Au moins un peu. Mais autre chose se profilait. Berthan semblait ne pas l'avoir remarquée, bon elle savait se rendre invisible aussi, et avait dit à son neveu d'entrer. Ce qui l'excluait du lot. C'était peut-être confidentiel ce qu'il avait à dire…
Alors que faire ? Le suivre malgré tout, pour l'épauler ou sortir de la propriété et attendre dans une auberge avoisinante qu'Heïan revienne ?

Ce fût lui qui mit un point final à son hésitation intérieure. Il se saisit doucement de son poignet, la tirant derrière lui lorsqu'il se dirigea vers la maison de son oncle. Les fourmillements avaient repris, le frisson aussi. Son cœur battait plus vite et elle ne voulait plus qu'il la lâche, étrangement. Et, au moment de passer la porte, elle se souvint du cheval qui les suivait aussi. Elle voulut poser la question, mais un majordome apparut de nulle part, lui prenant la bride des mains en lui assurant qu'il serait traité de la meilleure manière qui soit. Melley acquiesça et se laissa entraîner par Heïan à l'intérieur.

Lorsque la porte fût refermée et qu'il l'eut relâchée, à son plus grand regret, Heïan fît face à son oncle et lui dit :


-Quand vas-tu parler, tonton ?

-Une fois que tu te seras reposé et détendu. Je sais que tu tiens absolument à savoir tout de suite, mais ce n'est pas le bon moment encore.

Il n'avait pas tort…mais Heïan était paniqué par ce qu'il avait à dire et le faire languir de cette manière devait être un supplice pour le jeune homme qui assura d'ailleurs être calme. Et Berthan n'était pas dupe, il le voyait comme Melley qu'il n'allait pas bien, qu'il n'était pas assez détendu. Heïan devait chasser une nouvelle fois son passé ravivé dans la maison abandonnée avant de pouvoir entendre les paroles de son oncle.

Oncle qui se mit à rire de bon cœur en secouant légèrement son neveu qui soupira de résignation. Melley observait le tout dans l'ombre de la porte, en retrait. Elle vit donc la servante descendre les escaliers avant les hommes. Elle annonça à son Maître que les chambres étaient prêtes et attendit poliment pour les guider.

Berthan lui répondit avant de déclarer à Heïan :


- Le repas sera prêt dans une petite heure. Vous pouvez aller faire une sieste et vous débarbouiller si vous le désirez. Et Heïan ... où sont passées tes bonnes manières ?

Elle fronça les sourcils en même temps qu'Heïan. Les bonnes manières ? Elle ne comprit que lorsque Berthan la désigna de la tête, geste tout sauf discret. Elle se sentit rougir alors que son compagnon de route se rattrapait :

-Hum ... pardon. Voici Melley, ma compagne de route. Melley, voici Berthan Omarion, mon oncle.

L'oncle la regarda et termina :

-Enchanté de faire votre connaissance, gente dame. Sur ce, je vous attends dans la salle à manger dans une heure. Sentez-vous libre de faire ce que bon vous semble et faites comme chez vous surtout.

Elle inclina respectueusement la tête en un salut passable, mais déjà Berthan s'était évaporé dans la bâtisse, les laissant seuls.

Faire comme chez elle ? Cela faisait maintenant cinq ans qu'elle n'avait plus de chez elle et pour Heïan cela allait faire dix ans. Alors…

La domestique leur fît signe et ils la suivirent jusqu'à l'étage. Tout n'était que luxe et richesse et Melley était impressionnée. Déjà le hall, avec son immense tapis, ses tableaux, sculptures, fleurs était magnifique, mais alors l'étage était encore mieux. La domestique ouvrit une porte, s'effaçant pour la laisser entrer. Jetant un dernier regard encourageant à Heïan, Melley entra dans ce qui semblait être sa chambre.
Avant que la domestique ne ferme la porte, elle dit au jeune homme :


-Si tu veux, tu peux venir me voir d'accord ? Et pas la peine de frapper…c'est chez toi ici…pas chez moi…

Elle sourit et laissa la porte se refermer. Les pas s'éloignèrent et elle observa la pièce. Une grande fenêtre donnait sur la ville, un lit double à baldaquin était au centre, en face se trouvait une énorme armoire et une porte donnait sur une pièce salle de bains. Elle n'osa pas bouger de prime abord, se sentant mal placée, comme un grain de poussière à nettoyer et faire disparaître. Ses parents n'avaient pas été pauvres, ils avaient juste de quoi payer la maison et les matières premières pour vivre. Alors se retrouver dans un bâtiment si beau, si bien entretenu…

Retirant son Arc de ses épaules, elle le posa sur le lit et entra dans la pièce d'eau. Si une heure après elle devait dîner avec Heïan et son oncle, elle se devait d'être présentable. Elle détacha sa ceinture contenant sa dague et autres produits de premiers soins et l'accrocha à la patère au mur. Ensuite elle se dévêtit lentement jusqu'à être totalement nue et entra dans la douche. Et, sous l'eau, elle se rendit compte que la porte n'était pas fermée et que rien ne pourrait empêcher un visiteur de la voir ainsi. En plus elle avait dit à Heïan qu'il pourrait entrer comme il veut !

Elle haussa les épaules. Elle n'avait pas honte de son corps, mais elle rougit tout de même en imaginant le jeune homme la trouvant ainsi nue dans la douche…Elle entreprit donc de se décrasser complètement, elle lava ses longs cheveux noirs, les démêlant tant bien que mal avec les doigts, grimaçant à chaque nœud. Elle se dépêcha tout de même, ne voulant pas se faire attendre, aussi retourna-t-elle devant la commode, une serviette enroulée autour de sa taille, une seconde nouée sur ses cheveux. Tout avait été prévu…En se séchant, elle se demanda ce que faisait Heïan. Était-il passé ? Ou non ? Se reposait-il ou bien se morfondait-il, perdu dans ses pensées, dans son passé ravivé par sa visite chez lui ?

Se rhabillant, elle prit le temps d'attacher ses cheveux en une longue natte qu'elle passa par-dessus son épaule. Sa mère lui avait appris à les faire et elle sourit en se regardant dans le miroir. Elle fût d'ailleurs surprise d'espérer que cela plaise à Heïan. Elle souhaitait le voir sourire, au moins légèrement. Jamais encore depuis les deux jours où ils se connaissaient elle ne l'avait vu sourire…et elle était sûre qu'un sourire illuminerait son beau regard…
Elle soupira en sursautant. Le temps défilait ! Elle rattacha sa ceinture et retourna dans la chambre. Il n'y avait pas d'indice de passage, donc s'il était venu il était reparti après l'avoir surprise sous la douche…
Elle hésita à prendre ou non son Arc. Mais qui sait ce qu'il pouvait arriver ? Prudente, elle le remit en travers de ses épaules et sortit de la chambre, se sentant moins crasseuse.
Et ce qui devait arriver arriva…elle se perdit dans le couloir, trop cruche pour retrouver l'immense escalier.
Ce fût une domestique qui la guida jusque dans le hall d'entrée et Melley la remercia timidement, rougissante. De là, Melley se posta dans un coin pour ne pas gêner. Elle était la première et devait les attendre.

Les domestiques faisaient des allées-venues, chargés de plateaux au fumet appétissant, des verres, couverts, boissons…l'oncle d'Heïan leur préparait un vrai festin ! Ce qui la gêna une nouvelle fois.

Alors elle inspira et resta bien sagement dans l'ombre, immobile, guettant la venue d'Heïan ou de son oncle…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyJeu 4 Oct 2012 - 22:20

Berthan était disparu en un clignement de cils. Étant un homme occupé, son temps était bien calculé. Son travail demandait beaucoup et n’avait que très peu d’espace dans son agenda pour prévoir de quelconques activités. Voir sa femme était même parfois assez ... difficile. Oui, sa propre femme, qui d’ailleurs devait être absente du manoir. Cela expliquait l’absence de sa tante à leur entrer.

D’un signe de main, la domestique qui attendait patiemment la fin de la conversation entre les deux hommes les invita à la suivre à l’étage. Marchant devant eux, les mains croisées derrière son dos, elle les guida dans le hall qui était richement décoré de tapisserie, de tableaux et de sculptures. N’importe qui aurait pu s’émouvoir devant de telles choses, car oui, ces objets étaient magnifiques. Les parures dorées, le rouge vif qui faisaient ressortir l’endroit où le blanc était omniprésent. Tout avait été choisi avec soin.

Melley fut la première conduite à ses appartements et on lui ouvrit la porte. Leur guide fit quelques pas de côté pour libérer l’entrée et ainsi laisser l’invitée se mettre à son aise.

‘‘ Si vous avez besoin de quoi que ce soit, Seldah s’occupera de vous. Elle s’occupe de l’étage supérieur. Reposez-vous bien mademoiselle ‘‘

La domestique lui fit un sourire chaleureux puis entama la marche pour conduire le neveu du maître de la maison à sa chambre, mais elle dut patienter, le temps que l’archère ne dise quelques mots à Heïan.

‘‘ Si tu veux, tu peux venir me voir d’accord ? Et pas la peine de frapper…c’est chez toi ici…pas chez moi… ‘‘

Celle-ci lui souria avant de disparaître derrière la porte qui se referma d’un bruit muet pour laisser ensuite échapper un faible cliquetis.

‘‘ Veuillez me suivre, s’il vous plaît ‘‘

Heïan emboita le pas de sa guide qui le conduisit deux portes plus loin, mais du côté opposé à la pièce où résiderait Melley pendant leur séjour. Faisant de même que pour l’invité précédent, la domestique lui ouvrit la porte puis s’effaça, redisant les mêmes paroles, mais en version abrégée puisqu’il avait tout entendu. Les pas de cette femme s’éloignèrent alors qu’il entra dans sa chambre qui était étonnement grand pour rien. Tant qu’il y avait un lit confortable, il était plus qu’heureux. Mais avant de s’étouffer le visage parmi les oreillers du meuble, il avait un besoin urgent d’aller se débarbouiller un peu. Allant dans la salle de bain privé jointe à la chambre, Heïan se débarrassa de ses vêtements et les jeta au sol. Il était grand temps qu’il pense à aller s’en acheter d’autre ou les restaurer, car ils étaient légèrement déchirés à quelques endroits et il y avait encore cette trace de sang, là où il avait été blessé. Bref, ils avaient atteint leur limite de vie, d’après leur porteur du moins. Se lavant enfin, Heïan profita du contact de l’eau chaude pour se détendre. Ça faisait changement des trempettes à la hâte dans les lacs et rivières froides ! Sortant enfin de la pièce, une serviette autour de la taille, il ouvrit les tiroirs de la commode se trouvant dans le coin droit de la pièce, près de la baie vitrée et de son mini balcon. Une chemise et un pantalon noir, justement à sa grandeur ... son oncle avait prévu le coup, finalement. Il devait être certain de sa venue dans ce cas, mais certainement pas accompagnée. M’enfin bref, ce n’était pas bien grave. La place ne manquait pas dans ce manoir trop grand.

La ceinture autour de la taille et les manches roulées jusqu’aux coudes, Heïan sortit de sa chambre une bonne trentaine de minutes avant l’heure du repas. Melley était peut-être prête et si elle voulait faire le tour de la maison, ils auraient le temps. Marchant d’un pas nonchalant jusqu’à ses appartements, le tueur à gages leva le bras et alla cogner avant de se souvenir qu’elle lui avait dit que ce n’était pas nécessaire, qu’il était chez lui. À vrai dire, il ne se sentait pas vraiment chez lui. Il y avait bien longtemps qu’il avait quitté ce style de vie bourgeois pour vivre comme un hors la loi. La richesse lui importait peu à vrai dire, mais au moins, sa famille se fichait bien des bonnes manières, mis à part ses grands-parents, bien entendu. Berthan et sa mère s'amusait à faire à leur tête. Cependant, ils se tenaient bien à table en présence de visiteurs de hauts rangs. Ils voulaient éviter que la honte ne s’abatte sur leurs parents, quand même !

Posant la main sur la poignée, Heïan entama l’ouverture de la porte et allait entrer. Melley n’était pas dans la pièce même, mais dans la salle de bain dont la porte n’était qu’à peine ouverte. Et hop, un bout de peau visible qui le fit sortir sur le champ, rouge comme une tomate. Toujours ... toujours cogné à une porte avant d’entrée. Surtout à la porte de la chambre d’une demoiselle. La couleur pourpre lui montant jusqu’aux oreilles, Heïan parcourut le couloir en un temps record pour percuter son oncle qui sortait de la bibliothèque.

‘‘ Woh ! ‘‘ s’exclama-t-il, se retenant pour ne pas perdre pied. ‘‘ Eh bien ! Tu es drôlement pressé, Heïan. ‘‘

Berthan fronça les sourcils puis un sourire taquin prit forme sur ses lèvres. D’un bras, il entoura les épaules de son neveu et l’approcha de lui en ricanant.

‘‘ Dis donc, qu’est-ce qui t’arrive ? Tu es rouge comme le tapis ... tu veux te camoufler ou t’as surpris ta copine ? ‘‘

‘‘ Arh ! Mais laisse-moi tranquille ! ‘‘

‘‘ Oooooh ! Je vois. Oui, je vois ... ‘‘ Faisant mine de se flatter le menton, pensif. ‘‘ Beau petit brin de femme, non ? Tu ne trouves pas ? ... Hein? ‘

Bien entendu, l’oncle promenait son visage devant celui de son neveu qui était plus mal à l’aise que jamais. À chaque fois qu’Heïan tentait de détourner le regard, Berthan faisait tout pour le forcer à le regarder. Il lui agrippa même le visage d’une seule main, ramenant la peau du tueur à gages vers l’avant pour finalement lui créer une bouche de poisson.

‘‘ Quel impoli ... malgré que. Tu ferais un beau poisson rouge. Il m’en manque un dans ma collection, justement. ‘‘

‘‘ Tonton ! Tu peux me foutre la paix ? ‘‘ Lâcha-t-il d’un ton offusqué, le forçant à le lâcher d’une poussée d’avant-bras.

Berthan ne lâcha pas son étreinte autour de l’épaule de celui-ci et le força à le suivre pour descendre à l’étage principal. Comme ils avaient encore un peu de temps à tuer avant l’heure du repas, faire un tour de maison n’était pas de refus. Heïan soupira puis se laissa entraîner.

‘‘ Tu sais mon grand, tu es en âge de ... ‘‘ Se faisant couper pour la première fois.

‘‘ Stop ‘‘

‘‘ Les femmes sont ... ‘‘ Se faisant couper pour la deuxième fois.

‘‘ Non ! ‘‘

‘‘ Mais ! ‘‘ Se faisant couper pour la dernière fois.

‘‘ La ferme ! ‘‘

Décidément, il n’y avait pas moyen de parler du vrai sujet avec lui; les femmes. Mais quel jeune homme rabajoie quand même. Cependant, le riche bourgeois laissa tomber son air mesquin pour en prendre un plus doux et mélancolique.

‘‘ Je suis heureux de te voir, Heïan ... ça me fait chaud au coeur de te savoir là, et en vie, après toutes ces années. Je n’étais pas certain que tu viendrais après avoir eu cette lettre, mais j’attendais ton arrivée avec impatience. C’est comme si ... tu étais revenu d’entre les morts et je ... ‘‘

Les yeux de l’homme devinrent humides alors qu’il souriait. Levant son regard vers le plafond, Berthan voulut empêcher les larmes de couler. Heïan le regarda, impuissant, ne sachant quoi lui dire. Ses sourcils s’affaissèrent, triste de le voir ainsi.

‘‘ J’aurais du, au moins vous envoyer un message ... mais ... ‘‘

Le regard émeraude de son interlocuteur se posa sur lui. Un silence ... puis un faible sourire, suivi d’une tape sur l’épaule et d’un rire.

‘‘ T’es là ! C’est l’important non ? Allez, allons manger, j’ai faim. Et il ne faut pas faire attendre les jolies dames ! C’est mauvais ... oui ... très mauvais. ‘‘

‘‘ Tonton ... ‘‘

‘‘ Oui, bon. Hum ... pardon. Bref, allons manger, j’ai faim ! Oui ... je me fais vieux. Je me répète ! ‘‘

Terminant cette dernière phrase, les deux hommes étaient arrivés devant la salle à manger où l’odeur emplissait leurs narines. Heïan avait fini par esquisser un faible sourire en coin, voyant son oncle si heureux. Ça lui, faisait chaud au coeur. Les yeux violets du tueur à gages ne tardèrent pas à se poser sur Melley qui se trouvait déjà là, à les attendre, alors que les domestiques terminaient leurs allés et venus, se postant dans un coin de la pièce. Il se remit à rougir et tourna les yeux alors que Berthan se mit à ricaner et lui tapa le dos pour le secouer. Il les invita à s’assoir à table et à se servir.

Cette barrière de glace finirait-elle par fondre ?


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 3:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyJeu 4 Oct 2012 - 22:55

Elle n'eut pas à attendre longtemps, en fin de compte. Ils arrivèrent tous deux, Berthan un fin sourire sur les lèvres, Heïan détournant brusquement le regard en croisant le sien, devenant rouge. Elle ne comprit pas. Il y avait un problème ? Ou…non ?! Il l'avait surprise ! A tous les coups ! Elle retint son sourire rougissant et emboîta le pas aux deux hommes. Ils pénétrèrent dans la salle à manger, resplendissante de luxure. La grande table était ornée de plats, les murs décorés, une immense cheminée sculptée…

Elle se rendit compte qu'elle avait la bouche à moitié ouverte et la referma subitement. Elle était chez les bourgeois, il y avait des manières à respecter ! Berthan leur fît signe de s'asseoir et ils s'exécutèrent, les domestiques tirant les chaises vers l'arrière. Melley se retrouva donc aux côtés de Heïan, tous deux en face de Berthan. Comme s'ils allaient être jugés. Il ne semblait pas vouloir occuper la place du chef de famille en bout de table.

Les plats s'alignaient, et Melley se demandait s'il avait invité toute la ville à manger ou non. Parce qu'elle serait incapable de manger de tout ! Son estomac avait pris l'habitude de manger très peu, voir rien du tout. Elle n'osait pas faire un geste. Berthan se servait, renvoyant les domestiques, riant en disant qu'il n'était pas encore si vieux.

Heïan se laissait servir, et elle aussi. Elle se retrouva avec l'assiette pleine de carottes, de viande, de patates…

Doucement, elle commença à manger, faisant bien attention à ses gestes. Mais elle était déconcentrée. Heïan était tout près d'elle, et il émanait de lui un parfum qui l'envoûtait de la même façon que ses yeux. Il sentait bon…elle frissonna convulsivement et ses jambes tremblèrent sous la table. Son cœur battait comme un fou sans qu'elle en comprenne la raison. Peut-être stressait-elle pour ce que Berthan avait à dire à son neveu. Ou autre…mais quoi ?

Son sentiment était là, celui qui disait que le jeune homme avait besoin d'elle. Le moment approchait, elle le sentait. Elle sentait qu'elle devait être là pour l'aider à encaisser la nouvelle, quelle qu'elle soit. Bonne ou mauvaise. Et il était à côté. Elle continua à manger tranquillement, savourant les mets plus délicieux les uns que les autres.


-Voudriez-vous un peu de vin, mademoiselle ?

Elle sursauta et regarda le domestique penché sur elle, une bouteille en main, prêt à verser dans son verre. Elle répondit :

-Hum…oui…mais juste un fond je vous prie…

Il sourit et remplit son verre de moitié. Elle avait dit un fond ! Elle se retint de soupirer et de lever les yeux au ciel. Pour la bonne forme, elle but une gorgée. Elle n'avait jamais été portée sur l'alcool. Berthan mangeait posément, Heïan picorait, et elle voyait qu'il n'attendait qu'une chose, que son oncle parle.

Elle vida son assiette et aussitôt une servante déboula :


-Dois-je vous resservir, mademoiselle ?

Elle avait déjà les cuillères prêtes pour servir. Melley écarquilla les yeux. Mais…laissez-lui le temps de digérer cinq minutes !

-Volontiers, mais moins qu'avant je vous prie.

Elle était polie, enfin espérait être au niveau des bourgeois. Une nouvelle fois, la servante emplit son assiette presque à ras bord. Jamais elle n'arriverait à tout manger ! Et pourtant elle était forcée. En étant invitée, elle se devait de faire honneur à la cuisine.

Elle recommença à manger, plus lentement, laissant son estomac accepter cette suralimentation soudaine. Heïan mangeait aussi, et Berthan s'était adossé à la chaise, un sourire aux lèvres, repu.

L'odeur du jeune homme lui chatouillait les narines. Une si bonne odeur…une fois elle leva la tête vers lui. Il regardait son assiette, mais même de profil son regard l'hypnotisait… cela lui fît penser que Berthan n'avait rien dit, n'avait esquissé aucun geste de surprise en voyant ses yeux. En général, tout le monde faisait un commentaire, ou haussait les sourcils, ou écarquillait les yeux. Et, après le moment de surprise, ou ils trouvaient cela beau et unique, ou ils fuyaient en la traitant de sorcière. Enfin bon…avec un neveu qui avait les yeux violets, cela ne l'étonnait peut-être pas…Elle commença même à avoir mal dans le bas du dos a force de rester droite comme un piquet. Elle devait montrer qu'elle était bien élevée tout de même. Faire honneur à ses défunts parents.

Elle réussit, par un quelconque miracle, à vider son assiette et le même cirque recommença, le domestique voulut la resservir, elle refusa poliment, remerciant l'homme et s'adressant ensuite à Berthan :


-Merci monsieur, ce fût délicieux.

Il n'avait pas été obligé de l'accueillir. C'était la moindre des choses qu'elle le remercie. L'homme sourit, et la table fût débarrassée lentement. Heïan avait aussi mangé et elle en était ravie.

Les domestiques revinrent avec des plateaux recouverts de pâtisseries, de tasses et de carafes fumantes. Ils disposèrent le tout et s'éloignèrent après avoir servit une tasse de thé aux trois personnes installées.
Melley regarda toutes les viennoiseries. Son estomac refusa déjà d'absorber autre chose.

Et, de toute façon, l'heure n'était pas au dessert. Elle conserva ses mains sur ses genoux, observant Berthan devenu sérieux. Ca y est. Il allait parler. Il allait dire à Heïan le pourquoi de son retour. Melley regarda l'homme, n'osant pas tourner le regard vers Heïan. Les mains sur les genoux, elle attendit la suite, une boule se formant au creux de son estomac surchargé.

Le sentiment de besoin cognait en elle, si fort qu'elle crut un instant qu'il allait transpercer sa poitrine pour sortir et hurler à tout va.

Maintenant, Heïan allait avoir besoin d'elle. Mais pourquoi ? Allait-elle y arriver ? Et l'odeur du jeune homme qui emplissait toujours encore ses poumons…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyVen 5 Oct 2012 - 3:33

Le trio se retrouva autour de la table, ayant pris place sur des chaises aussi confortables qu'un fauteuil rembourré. Elles étaient faites de bois massif et ne comportaient pas de fioriture ou autre décoration du genre, tout comme la table. Sauf que celle-ci n'était pas rembourrée, bien évidemment. Berthan ne s'asseya pas au bout de la table, car il détestait cet endroit. Pourquoi être loin de tout le monde alors qu'il pouvait très bien s'assoir en face de ses invités ? Et puis, le contact visuel était bien meilleur ainsi après tout. Heïan lui, avait pris place aux côtés de sa compagne après avoir repris ses couleurs naturelles.

Les domestiques allaient se lancer sur la distribution du repas lorsque Berthan les arrêta. À ce qu'il savait, il était encore apte à faire des tâches comme celles-ci. Et puis des invités, il n'avait pas l'occasion d'en avoir régulièrement. Celle-ci était spéciale cependant et prendre soin d'eux lui faisait énormément plaisir.

'' Les carottes c'est bon pour les yeux, la viande donne du tonus aux muscles et les patates ... hum ... ça fait fuir les maladies. '' dit-il après avoir servi les jeunes.

Ce fut les seules paroles qu'il dit pendant le souper. Heïan picorait dans son assiette de temps à autre, n'ayant pas vraiment d'appétit. Son estomac était entortillé à cause de l'angoisse et le silence dont faisait preuve son oncle le torturait au fil des secondes. L'impatience le rongeait de plus en plus, mais il finit par avaler son repas. Tranquillement, mais surement. Berthan était adossé contre le dossier de sa chaise et se frottait le ventre à deux mains. Il était plein à craquer, mais bien satisfait.

'' Merci monsieur, ce fut délicieux. ''

‘‘ Pas besoin de me remercier. Ça me fait plaisir puisque je croyais devoir dîner seul ce soir. Ma femme est partie voir sa famille quelque temps. ‘‘

La table fut finalement débarrassée et on leur apporta un thé chaud. Une tasse de porcelaine blanche fut déposée délicatement devant chacun d'eux puis une femme s'occupa de verser le liquide de la carafe dans celles-ci, à tour de rôle. Le plateau de pâtisserie se retrouva au centre de la table, mais pour l'instant, personne ne bougea, le ventre trop plein.

Puis de nouveau le silence. Sur le visage de l'oncle d'Heïan, tout sourire avait disparu et il avait pris un air plus que sérieux, regardant sa tasse de ses yeux pâles. Il cherchait comment annoncer la nouvelle à son neveu sans trop le brusquer, mais ne savait pas de quelle manière l'aborder. Les deux hommes étaient accoudés sur le bord de la table, sauf que Berthan avait une main par-dessus l'autre en dessous du nez. Son regard se porta enfin sur Heïan, sentant sa nervosité alors que pourtant, il paraissait si calme. Et s'il explosait, partait en furie du manoir après avoir entendu ce qu'il avait à dire ? Ce serait la catastrophe ! De son côté, Heïan patientait, sa mâchoire se crispant graduellement ...

‘‘ Je ... ne sais pas de quelle manière te l'annoncer. Avant de parler, j'avais une seule question pour toi. Heïan. ‘‘

‘‘ Je t'écoute. ‘‘

‘‘ Le soir où l'accident s’est produit, que t'est-il arrivé ? ‘‘

Heïan fut pris au dépourvu, et ne sut quoi répondre sur le moment. Il haussa les épaules, ne comprenant pas où voulait en venir son oncle.

‘‘ Je ... ne sais pas. Je ne me souviens plus. ‘‘

Berthan toisa le regard violacé de son neveu pour constater qu'avec les années, il ressemblait étrangement à son père, Liam, point de vue physique plus particulièrement. Cependant, la couleur de ses cheveux était ceux de sa chère soeur, ce qui adoucissait son regard froid ou une lueur commençait à briller. Faible, mais présente.

‘‘ Bien ..., je vois. ‘‘

Il marqua une nouvelle pause et but une gorgée de son thé cette fois, sa bouche devenant sèche. Lui aussi était nerveux, mais certainement moins que son invité et membre de sa famille.

‘‘ Ce soir-là, des voisins ont entendu des cris provenant de ton ancienne demeure. On est venu me prévenir, mais tu avais déjà disparu. J'ai trouvé le corps de ton père, dans ta chambre... as-tu été voir où se trouvait ta mère ? ‘‘

La question lui fit l'effet d'une gifle. Heïan avait les yeux ronds et ses muscles étaient très tendus. Pourquoi lui demander une telle chose ?! Elle était morte !

‘‘ N...non ‘‘

Laissa-t-il échapper d'une voix étonnement basse, ressemblant à un murmure plutôt qu'à une réponse.

‘‘ Je ne comprends pas où tu veux en venir, tonton. ‘‘

‘‘ J'y arrive, jeune impatient ! ‘‘

Berthan lui souria. Heïan le trouvait étrange et s'était tu. Quelque chose lui était caché et ne savait pas quoi. Le thé du tueur à gages commençait à être froid, alors qu'on resservait l'oncle qui remercia sa domestique.

‘‘ Elle se trouvait dans la cuisine, inconsciente. Pas morte ... ‘‘

Alors là, le jeune homme devint blême comme un drap et figea littéralement. Ses sourcils se froncèrent et à ce visage se mêla la colère et la tristesse. Frappant du poing sur la table, Heïan se redressa brusquement de sa chaise alors que son oncle ne broncha pas à ce soudain changement d'aptitude de la part de son neveu.

‘‘ Il y avait du sang sur le couteau que tenait mon p... ‘‘

Ce mot-là, il avait toujours eu de la difficulté à le dire à haute voix. Il avait honte d'avoir eu pour père, un psychopathe sans sentiments, tout simplement. Comment pouvait-il encore le qualifier de ... père, après tout ça ?!

‘‘ Libère ! Allez, crache ! ‘‘

‘‘ Cet enfoiré d'emmerdeur ! ‘‘

‘‘ Encore bien généreux comme paroles ... mais bref. Oui, il y avait du sang. Naëlyah a été gravement blessée, mais pas par ce couteau mon grand. L'arme n'a fait qu'une entaille au niveau de l'oreille droite, jusqu'au dessous du menton. La lame a passé devant l'artère, mais pas assez profondément pour la tuer. Sa tête a violemment percuté la statue de marbre qui se trouvait dans votre cuisine. Ta mère est vivante, Heïan. ‘‘

Les cinq derniers mots résonnaient dans sa tête, alors qu'il reprit place lentement sur sa chaise. Son cerveau tentait d'assimiler l'information autant que possible, mais il était sous le choc. Pâle, il fixa le vide.

‘‘ ... pendant toutes ces années ... ‘‘

‘‘ Elle était en vie, oui. ‘‘

‘‘ Où est-elle ? ‘‘

Demanda-t-il, incertain de vouloir savoir la réponse. Devait-il se réjouir ou craindre tout ça ? Sa mère ... elle était vivante alors qu'il la croyait morte depuis longtemps ! Il avait appris à vivre, à se débrouiller seul. Sa vie venait de basculer, de prendre un autre tournant radicalement.

‘‘ À la campagne, partie voir tes grands-parents. Elle est sencée revenir demain en matinée. ‘‘

Son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine, tellement que ses tympans n'entendaient pas autre chose que ça. Il ne savait même pas comment réagir ... c’en était devenu ridicule.

‘‘ Je vais aller prendre l'air ... excusez-moi. ‘‘

Heïan fila comme une flèche vers le jardin arrière pour aller prendre une bonne respiration. Berthan tourna les yeux vers Melley qui semblait confuse. Il comprit alors qu'elle ne connaissait nullement la situation de son neveu. Cependant, elle ne devrait pas rester dans le doute bien longtemps. Heïan l'avait amené ici, alors c'était à lui de tout lui expliquer, et ce, de A à Z.

Pendant la courte absence du tueur à gages, une domestique entra dans la pièce, s'excusant.

‘‘ Votre soeur vient d'arriver, Monsieur ‘‘

‘‘ Qu-quoi?! ‘‘

Une femme apparue juste derrière, le regard perplexe. Elle était mince et devait être aussi grande que Melley, voire un peu plus petite. Ses longs cheveux bruns descendaient en cascade jusqu'au creux de ses reins, tombant sur ses épaules. Ses yeux étaient du même vert que Berthan et ceux-ci se ressemblaient étrangement au niveau du visage; des jumeaux. Son visage était beaucoup plus angélique que celui de son frère cependant.

'' Mon frère, tu n'es pas content de me voir ? Je suis déçue ! Oh ... tu as de la visite. ''

Elle avait tôt fait de remarquer la présence de Melley à la table.

'' Naëlyah, enchantée ! '' Dit-elle en souriant, penchant légèrement la tête sur le côté. '' Dis, mon frère, vous n'avez pas tout mangé j'espère ... et ... pourquoi fais-tu cette tête étrange depuis que je suis là ? ''

Berthan était resté figé sur place. Le retour de Naëlyah n'était pas prévu avant la veille. Heïan allait lui faire une crise cardiaque dès son retour dans la salle à manger, il en était certain ! Rapidement, il se leva de sa chaise.

'' Rien ! Il n'y a rien ... ! Je ... je reviens d'accord ! ''

Mais il était trop tard. Heïan revenait dans le couloir, regardant le plancher en marchant et se frottant la nuque d'un geste embarrassé. Naëlyah regarda en cette direction, car elle avait cru voir du mouvement du coin de l'oeil. Le sac qu'elle tenait à deux mains, devant elle, tomba aussitôt au sol, alors que son visage arborait la stupeur. Le son alerta Heïan qui leva les yeux sur le sac, puis vers la femme. Ses jambes devinrent molles, mais il resta debout. Ils se toisèrent ainsi du regard, muet, sans bouger.

Mais un sourire se dessinait sur les lèvres de la mère qui retrouvait son seul et unique enfant. Des larmes perlaient sur ses joues alors qu'elle fermait les yeux, remerciant mille fois les dieux de le lui avoir enfin ramené ... vivant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyVen 5 Oct 2012 - 19:28

Spoiler:
 


-Pas besoin de me remercier. Ça me fait plaisir puisque je croyais devoir dîner seul ce soir. Ma femme est partie voir sa famille quelque temps.

Elle se disait bien qu'elle n'avait pas vu la maîtresse de maison…Melley restait droite et immobile sur son siège, regardant l'oncle, n'osant pas tourner la tête vers Heïan. L'attente devait être un supplice pour lui et elle n'arrêtait pas de frissonner et son cœur ne cessait pas d'accélérer à chaque fois qu'elle sentait son odeur. C'était étrange, mais elle se concentra sur les propos de l'oncle.

Il ne savait pas comment annoncer la nouvelle à son neveu et paraissait à son tour nerveux. Et enfin il se lança en interrogeant d'abord Heïan. Melley écoutait, déchiffrait et tentait de déduire ce qu'il s'était produit lors de ce fameux soir.

Berthan parla de la mère d'Heïan. Melley le sentit se tendre à ses côtés. Sa main se crispa sur son genou. Elle sursauta même lorsqu'il se redressa brutalement en frappant la table de toutes ses forces. Il tenta de justifier, d'argumenter…sa voix se brisa au mot "père". Melley ne comprenait plus grand chose et n'arrivait même plus à déduire ce qu'il se passait. Tout allait trop vite…

Ils continuèrent, Heïan insultant son père, avec des paroles trop gentilles selon Berthan. Et le jeune homme se rassit lentement quand il apprit que sa mère n'était pas morte. Que, pendant dix ans, il avait vécu en faisant son deuil. Melley le regarda, vît sa pâleur soudaine. Que devait-elle faire ? Elle voulait l'aider, mais était pétrifiée sur sa chaise, les mains crispées, serrant son pantalon comme pour le déchirer.

Elle tenta une nouvelle fois de rassembler les pièces du puzzle. Un soir, Heïan avait du fuir de chez lui pour éviter de se faire tuer par son père. Père qui avait tué sa mère, enfin c'est ce qu'il avait cru. C'était encore pire que de voir les Capes Blanches à l'œuvre. Son propre père….voulant le tuer…et maintenant ? Ou était-il, son père ?

Elle savait qu'elle avait, dans son raisonnement, des morceaux incorrects et des blancs, mais elle pensait avoir compris le plus gros. Berthan ajouta que la mère du jeune homme était chez les grands parents, et qu'elle devait revenir le lendemain. Là, Melley écarquilla les yeux. Le lendemain ?! Mais…Heïan n'aurait jamais le temps d'encaisser !

Elle stressait, ne savait pas quoi faire. Et, d'un coup, Heïan se leva, s'excusa et sortit de la pièce avant même qu'elle ait pu faire le moindre geste envers lui. Restée seule avec Berthan, elle cacha tant bien que mal sa confusion lorsqu'il la regarda. Elle ne savait ni quoi faire ni quoi dire. Se lever rejoindre Heïan et l'aider ? Non…il avait sans doute envie d'être seul un petit instant…Dire quelque chose à Berthan ? Mais quoi ?
Son questionnement fût interrompu par l'arrivée d'une domestique qui annonça l'arrivée de la sœur de Berthan. La sœur ?

Et le concerné afficha un air surpris, si surpris que Melley comprit. La sœur de Berthan était la mère d'Heïan. Et elle rentrait avec un jour d'avance.

Il n'eut cependant le temps de rien faire qu'une femme entrait à la suite de la domestique. Melley se leva lentement, voulant paraître le plus poli possible. La femme était juste un peu plus petite qu'elle à première vue et avait les mêmes cheveux bruns que son fils ou son frère. Ses yeux étaient également verts et vu la ressemblance des traits, ils devaient être jumeaux, même si la femme avait l'air plus joyeuse que Berthan.


- Mon frère, tu n'es pas content de me voir ? Je suis déçue ! Oh ... tu as de la visite.

Melley se sentit rougir et la femme continua, penchant la tête de côté, souriante :

- Naëlyah, enchantée ! Dis, mon frère, vous n'avez pas tout mangé j'espère ... et ... pourquoi fais-tu cette tête étrange depuis que je suis là ?

L'Archère salua de la tête poliment, mais ne dit rien. Berthan était resté pétrifié jusqu'alors et sembla reprendre ses esprits quand sa sœur s'adressa à lui. Aussitôt il se leva, sans doute pour aller trouver Heïan.

Mais c'était trop tard. Ce dernier avait décidé de revenir, ses pas se faisant entendre dans le couloir. Il apparut dans l'encadrement de la porte et sa mère lâcha son sac de stupeur. Heïan leva alors la tête lentement et aperçut Naëlyah. L'instant sembla figé, chacun se regardant, ne sachant quoi faire. Puis, Naëlyah écourta la distance entre elle et son fils comme l'avait fait Berthan plus tôt dans la soirée, et s'arrêta devant lui. Elle resta quelques instants immobiles, ses larmes de joie coulant le long de ses joues. Et Melley vit une cicatrice, là ou le couteau de son mari était passé, à l'oreille.

N'y tenant plus, elle prit Heïan dans ses bras, murmurant des choses que Melley ne comprit pas. D'ailleurs, elle ne chercha pas à entendre. Elle était émue de la scène qui se jouait là, des retrouvailles entre une mère et un fils séparés depuis dix longues années, se croyant morts mutuellement.

Ils ne se lâchaient plus, et elle crut voir Heïan sourire faiblement, ou pleurer. Ou les deux. Elle n'en était pas sûre. Elle était heureuse pour lui. Finalement, la nouvelle de son oncle n'était pas dramatique, comme il l'avait dit. Lorsque Naëlyah relâcha son fils, elle le tira jusqu'à la table ou ils s'installèrent. Melley laissa sa place à Naëlyah et contourna la table pour se mettre à côté de Berthan qui s'était lui aussi rassit. Les domestiques posaient une assiette et des couverts devant la nouvelle arrivante, ramenant les plats qu'ils avaient débarrassés dix minutes avant. Melley se sentait un peu en trop. Elle n'était pas de la famille, ne connaissait pas tout leur passé, même si elle en avait des bouts. Elle devrait remonter dans sa chambre et les laisser dans la liesse des retrouvailles…

Elle ne put le faire. Naëlyah s'était tournée vers elle et lui dit :


-Vous êtes la femme de Heïan ?

Elle souriait, ses yeux pétillaient et elle serrait la main de son fils de peur de le perdre une nouvelle fois. Mais la question stupéfia Melley qui resta abasourdie quelques instants. Sa…elle pensait que…non, impossible…elle n'osa pas regarder le jeune homme, rougissant encore. Elle avait l'impression de rougir constamment ses derniers temps. Embarrassée, gênée, elle ouvrit la bouche et répondit, reprenant l'expression d'Heïan :

-Euh….non, je…je suis sa compagne de route. Je me nomme Melley. Enchantée.

Elle se mordit la lèvre discrètement. Et encore plus lorsqu'elle se rendit compte qu'une partie d'elle voudrait bien, être la femme du jeune homme. Et elle ne comprenait vraiment pas pourquoi elle se mettait à imaginer cela, à s'imaginer…avec lui…son cœur accéléra encore.
Naëlyah sourit de plus belle et déclara :


-Oh, excusez moi si je vous ais perturbée. Ce n'était pas mon intention.

Melley sourit, montrant qu'elle n'avait pas à s'en vouloir. Les plats revinrent et la jeune femme mangea, souriant toujours. Melley n'osait toujours pas croiser le regard d'Heïan. Puis, alors que la conversation revenait entre la mère et le fils, elle se leva doucement et annonça, timide :

-Excusez-moi mais…je vais vous laisser en famille. Si jamais…je serais dans la chambre que vous m'avez gentiment préparée.

Elle s'inclina de moitié et sortit de la pièce. Remontant les marches, se perdant une nouvelle fois, elle trouva enfin sa chambre et lorsque la porte fût fermée elle s'appuya contre, une main sur le cœur pour le calmer. Mais qu'est-ce qu'elle avait donc ? Elle espérait qu'Heïan ne la juge pas mal. Elle n'était pas partie pour se défiler ou autre. Mais vraiment pour leur laisser l'intimité nécessaire. De toute façon, il savait qu'il pouvait entrer comme il voulait alors s'il avait besoin d'elle il savait quoi faire…

Une fois fait, elle posa son Arc dans un coin de la pièce et alla vers la fenêtre. La ville s'endormait lentement, la nuit prenait la place du jour avec grâce et beauté. Le sentiment de besoin était là, atténué, mais toujours là.

Il avait besoin d'elle, mais cette fois, elle ne savait pas pourquoi. Enfin, la première fois, c'était pour affronter son oncle et la nouvelle qu'il avait à lui annoncer. Mais maintenant…
Elle priait pour qu'il ne soit pas vexé parce qu'elle était partie. Mais il avait besoin de retrouver sa mère.

L'image des deux parents se serrant dans les bras revint se graver sur la rétine de l'Archère. Et c'est là qu'elle se rendit compte que sa mère lui manquait terriblement. Elle aurait voulu l'avoir dans ses bras un peu plus longtemps. La dernière étreinte qu'elle lui avait donnée avait été pour un cadavre sans tête. Elle regrettait de ne pas l'avoir étreinte plus souvent, de ne pas avoir rit avec elle plus longtemps, de ne pas avoir partagé plus de moments de complicité. Son père lui manquait aussi, mais étant toujours absent pour travailler ou en mission pour les Rebelles, chose qu'elle avait appris plus tard, elle avait lié moins d'attaches avec lui. Pas autant qu'avec sa mère et pas aussi forts en tout cas.

Elle s'assit sur son lit, soupirant, les mains tremblant légèrement. Il fallait qu'elle chasse ses pensées de sa tête. Ils étaient morts. C'était trop tard elle ne reviendrait plus en arrière. Cinq ans étaient passés, elle était grande et ils ne voudraient pas la voir ainsi. Ils préféreraient la voir sourire à Heïan et l'aider. Et c'est ce qu'elle ferait. Comment, elle ne savait toujours pas, mais elle le ferait.

Mais pour l'heure, laisser le jeune homme en famille, tenter de se reposer, même si ses yeux ne voulaient pas se fermer. Les draps étaient soyeux sous ses mains et elle était gênée d'avance. Elle n'était pas entièrement propre. Et salir de si beaux draps…

Mais elle sursauta. Elle avait cru entendre des pas approcher. Domestiques ? Heïan ? Autre ? Imagination ? Elle ne savait pas mais fixa la porte, attendant, toujours assise sur son lit. Sa méfiance était loin maintenant et sa main ne se porta pas automatiquement sur sa dague. Ici, elle n'avait rien à craindre. Elle le sentait, comme elle l'avait sentit auprès d'Heïan.

Alors elle inspira un grand coup, attendant patiemment pour voir si c'était son imagination qui lui jouait des tours ou non…

Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 6:00

Naëlyah avait fini par rouvrir les yeux et s'approcher de son fils qui était resté sur place, n'en croyant pas ses yeux. Elle avait entouré le jeune homme de ses bras d'un geste maternel et l'enlaça tendrement, heureuse comme elle ne l'avait jamais été. Heïan se rendait à peine compte qu'il avait sa mère devant les yeux, qu'elle était là, devant lui, et qu'elle le serrait dans ses bras en ce moment même. Son fils fut plus lent lui. Ses bras se soulevaient par saccade puis s'abaissaient pour enfin serrer fortement la femme dans ses bras.

'' Heïan ... mon grand. Les mots me manquent pour te dire à quel point je suis heureuse d'enfin te retrouver. J'attendais ce jour ... avec impatience. ''

Elle relâcha enfin son étreinte, posa ses mains frêles sur les joues de son fil, le forçant ainsi à la regarder droit dans les yeux. Son sourire était toujours présent et ne s'estomperait plus maintenant. Heïan la regardait. Son visage devenant triste, mais un sourire, aussi subtile soit-il, se dessina sur ses lèvres. Ses yeux étaient humides et ne purent retenir la seule larme qui roula sur sa joue. Naëlyah l'essuya et lui prit une main pour l'entrainer avec vers la salle à manger, invitant Berthan à revenir s'assoir lui aussi.

Melley avait changé de place, laissant le loisir à Naëlyah de s'assoir aux côtés de son fils bien qu'elle n'en était pas obligé. Tant qu'il était là, peu importe où dans la pièce, peu lui importait. La mère n'avait pas lâché l'étreinte de sa main sur celle d'Heïan . Après ces retrouvailles inattendues, elle avait bien entendu peur qu'il ne disparaisse à nouveau. Son regard émeraude se posa alors sur la compagne de son enfant.

'' Vous êtes la femme de Heïan ? ''

La question qui était sortie de la bouche de sa mère ne manqua pas de le surprendre, tout comme Melley d'ailleurs. Il était vrai que cela pouvait porter à confusion quand l'on ne savait pas. Une femme et un homme de leur âge, ensemble, pouvaient paraître d'un couple pour bien des gens. Mais l'innocence de cette question n'était que pure curiosité bien qu'il se sentit quelque peu embarrassé. Avant qu'il ne réponde, l'Archère le fit.

'' Euh… Non, je…je suis sa compagne de route. Je me nomme Melley. Enchantée. ''

La teinte légèrement rosâtre des joues de la compagne de route d'Heïan n'était pas passée inaperçue aux yeux de Naëlyah. Après tout, peut-être qu'ils n'étaient pas simplement ça, sans qu'ils ne le sachent vraiment. Rare avait été les fois où son fils s'était attaché aux gens par le passé et n'avait surtout jamais ramené d'individu du sexe opposé. Elle avait ricané puis s'excusa. Son but n'avait pas été de la gêner, loin de là.

'' Oh, excusez-moi si je vous ais perturbée. Ce n'était pas mon intention. ''

Berthan avait demandé à ses domestiques de ramener quelques plats pour sa soeur et elles s'exécutèrent aussitôt. Naëlyah mangea avec appétit. Son ventre criait famine depuis quelques heures déjà. Le remplir ne ferait certainement pas de tort! Pendant qu'elle se nourrissait, Heïan observa Melley qui n'avait pas daigner les yeux depuis la question embarrassante de sa mère. Pourquoi donc ? Il n'y avait ... rien de ... gênant? Après tout, peut-être que si ...

D'ailleurs, Melley se leva doucement de sa chaise, attirant les regards vers elle puis elle s'excusa.

'' Excusez-moi, mais…je vais vous laisser en famille. Si jamais…je serai dans la chambre que vous m'avez gentiment préparée. ''

La pauvre, elle devait se sentir bien à l'écart avec ces retrouvailles et aussi le fait de se retrouver dans une famille qui n'était pas la sienne. Heïan ne connaissait pas non plus le passé, mais il lui semblait que quelque chose n'allait pas, malgré la timidité avec laquelle elle avait parlé. Melley quitta la salle à manger, les laissant entre membres de famille. Leur conversation ne dura cependant pas très longtemps. Heïan commençait à être épuisé après cette surdose d'émotions quotidiennes et Naëlyah avait son voyage dans le corps, elle aussi morte de fatigue. Après une petite heure, la pièce était vide et inanimée. Aucune lumière ne brillait, mis à part celle de la cuisine où on lavait les plats et les ustensiles ayant servir pour le repas. Heïan accompagna sa mère jusqu'à sa chambre et il se quittèrent après une accolade. Continuant dans le couloir suivant, le tueur à gages bâilla et se massa la nuque avant d'arrêter ses pas devant la chambre de sa congénère,

Cogner ou ne pas cogner? Telle était sa question. Peut-être dormait-elle déjà ? Il n'avait pas envie de la déranger, mais ... Son poing frappa le bois de la porte et il attendit avant de poser la main sur la poignée, décidant d'entre-ouvrir celle-ci avant d'entrer. Il n'avait pas envie de surprendre la jeune femme de nouveau. Cela l'embarrasserait au plus haut point.

'' C'est moi. ''

Sa tête se glissa dans l'ouverture et il constata qu'elle était assise sur son lit, regardant en direction de la porte. Heïan entra donc, fermant légèrement la porte derrière lui. Il resta là, ne voulant pas s'attarder si il dérangeait.

'' J'allais me coucher et je ... venais te souhaiter la bonne nuit. '' dit-il simplement pour commencer. '' Est-ce que tout va bien ? ''

Melley semblait perturbé par quelque chose. Son visage comportait des traits tristes qu'il ne lui avait pas vu jusqu'à maintenant. Elle souriait toujours habituellement. Fermant finalement la porte jusqu'à l'entendre cliqueter, le jeune homme finit par faire quelques pas vers elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 11:18

Les pas s'étaient arrêtés, et Melley ne savait pas qui s'était, ou même si elle rêvait. Elle ne parvenait pas à chasser l'image de sa propre mère se faire décapiter. Les retrouvailles entre Heïan et la sienne s'y superposait automatiquement et les remords revenaient. Les remords ne pas l'avoir étreinte plus souvent, les remords de n'avoir rien pu faire pour les sauver, ou même les venger. Elle était avec les Rebelles, mais ne savait rien de ce qu'ils faisaient, ne participait à aucune de leur mission. En fait, elle était Rebelle plus de force que de gré. Ah non, elle l'était pour ses parents. Pour Lyme.

Elle sursauta légèrement lorsque l'on cogna à la porte. Elle redressa la tête, prépara un semblant de sourire et attendit. Une voix se fît entendre :


- C'est moi

Elle sourit légèrement. Il l'avait donc bel et bien surprise, tout à l'heure. Sinon, il ne toquerait pas ni ne préviendrait. La porte s'entrouvrit et sa tête dépassa dans l'ouverture. Il sembla vérifier qu'elle n'était pas…nue…ou qu'il ne dérangeait pas, et la voyant assise sur le lit il entra, ne refermant pas la porte complètement.

-J'allais me coucher et je ... venais te souhaiter la bonne nuit. Est-ce que tout va bien ?

Elle le regarda, baissant légèrement les yeux. Elle n'avait donc pas réussit à masquer sa tristesse soudaine. Il referma la porte derrière lui et s'approcha de quelques pas du lit. Son cœur s'était remis à pulser comme un fou et elle ne savait pas quoi dire. Lui révéler son passé ? Il l'avait fait aussi, à moitié, rien qu'en l'invitant à le suivre chez son oncle. Mais elle ne voulait pas l'embarrasser avec ses histoires. Il venait de retrouver sa mère, il était heureux, cela se voyait tout de même sur son visage déjà plus détendu, et elle ne voulait pas gâcher la liesse des retrouvailles.

Elle lui fît cependant signe de s'asseoir s'il le souhaitait, ce qu'il fît après quelques secondes d'hésitation. Il n'allait tout de même pas rester debout…Elle s'était décalée un peu pour lui laisser de la place, même si le lit était bien assez large pour qu'ils tiennent tous les deux. Son odeur emplit à nouveau ses narines. Elle ne le regardait pas, tentait de sourire comme toujours, de chasser ses images de sa tête, n'y parvenait pas. Et elle ne savait pas quoi lui répondre. Elle avait envie de se blottir contre lui, comme elle le faisait avec Lyme, lorsque les émotions étaient trop dures à contenir pour elle. Mais elle se retint, il avait eu son lot d'émotions pour la soirée, d'ailleurs, il avait dit qu'il irait se coucher…et elle l'empêchait d'aller se reposer…Alors il fallait qu'elle réponde.


-Ta mère a l'air très gentille Heïan. Je suis contente pour toi. Et…oui je…je vais bien…je…des souvenirs c'est tout…je ne veux pas t'ennuyer avec ce genre de choses…tu viens de retrouver ta mère et …

Elle n'arrivait même plus à parler et s'emmêlait complètement les pinceaux. Elle était stressée. D'un côté, elle voulait lui dire d'aller se reposer, qu'il l'avait bien mérité et qu'il faudrait qu'il soit bien en forme pour profiter du lendemain en compagnie de sa mère. Mais de l'autre…elle voulait qu'il reste avec elle…juste deux minutes…le temps qu'elle reprenne contenance…

Il avait besoin d'elle. Elle n'allait pas s'épancher. Il avait vécu pire qu'elle. Il avait besoin d'elle. Elle se répétait tout cela en boucle, reformant les barreaux dans son esprit contre ses images qui étaient revenues la hanter. Le regard terrifié de sa mère qui lui disait de ne pas bouger, que quelqu'un viendrait la chercher…sa mère avait su que c'était la dernière fois qu'elle voyait sa fille, au moment même ou les coups avaient retentis contre la porte. Son père avait voulu la défendre, l'épée l'avait transpercé aussi aisément que du beurre, rompant les os, la chaire, les muscles, libérant le sang de ses geôles, le laissant sortir en une fontaine pourpre. Le visage de sa mère, figé dans la mort, une larme sur la joue. Le cri de son père agonisant…autant de choses qu'elle voulait chasser de sa tête une nouvelle fois, pour Heïan. Il avait besoin d'elle et elle n'avait pas le droit de l'ennuyer avec ça.


Elle osa enfin lever la tête vers lui et croisa son magnifique regard violet. Si beau…rien que le fait de le regarder lui permit d'esquisser un sourire.

-Ne t'inquiète pas pour moi Heïan…profite de tes retrouvailles. Je…je suis heureuse pour toi. Rien n'est plus important que l'amour maternel.

Elle avait voulu lui dire d'aller se coucher, n'en eut pas la force. Elle était bien à ses côtés et voulait encore respirer son odeur, juste le temps de chasser les images.

Et il ne bougeait pas, la regardant. Elle, son cœur battait comme s'il voulait sortir de sa poitrine, ses mains étaient moites et tremblaient imperceptiblement. Elle retint une larme qui voulait s'échapper après l'apparition de cette image atroce. La pire d'entre toutes.

Les Capes Blanches volant et saccageant tout, jetant la tête de sa mère dans les pièces en riant de ses pauvres Rebelles qu'ils venaient de tuer. Et aucun ne s'était imaginé qu'il y avait une fille de quinze ans derrière la porte de la réserve.

Une fille qui avait tout vu. Une fille qui n'oublierait jamais.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 18:05

Une réponse à sa question ne lui fut pas donnée dans les secondes qui suivirent. Les yeux bicolores de sa compagne s'abaissèrent quelque peu, évitant celui du jeune homme. Son sourire s'était dissipé presque aussitôt et aucune parole n'était encore sortie de sa bouche. Elle ne parlait qu'avec signe afin de l'inviter à prendre place à ses côtés, sur le lit. Heïan hésita. Pas que ça ne le dérangeait, mais bien qu'il était mal à l'aise de s'interposer. Il n'y avait bien qu'avec Melley qu'il se sentait ainsi, mais sans réellement en comprendre la raison. Une proximité s'installait entre eux, tranquillement, tout comme la confiance. Melley était une bonne personne, emplie de bonté.

L'archère faisait un sourire dans le vide, n'osant toujours relever les yeux vers lui.

'' Ta mère a l'air très gentille Heïan. Je suis contente pour toi. Et…oui je…je vais bien…je…des souvenirs c'est tout…je ne veux pas t'ennuyer avec ce genre de choses…tu viens de retrouver ta mère et... ''

Ses paroles s'emmêlaient, elle cherchait ses mots, ne sachant pas comment cacher qu'elle n'allât pas si bien qu'elle ne semblait vouloir lui faire croire. Heïan la sentait nerveuse et fébrile. À quoi pensait-elle pour être dans cet état ? Heïan n'ouvrit guère la bouche, se contentant de rester assis à ses côtés. N'ayant guère bronché, il avait bien l'intention de rester jusqu'à ce qu'elle se sente mieux ou qu'elle daigne cracher le morceau. La tête de la jeune femme se releva enfin et ses yeux croisèrent les siens et elle finit par sourire faiblement.

'' Ne t'inquiète pas pour moi Heïan…profite de tes retrouvailles. Je…je suis heureuse pour toi. Rien n'est plus important que l'amour maternel. ''

Ne pas s'inquiéter ? C'était une chose si facile à dire pour tenter de rassurer quelqu'un qui s'inquiétait, justement. Melley cachait le fait que quelque chose la tracassait, mais ses yeux la trahissaient. D'ailleurs, ceux-ci s'humidifiaient. Elle retenait des larmes qui ne demandaient qu'à sortir. Elle empêchait une souffrance longuement contenue de sortir. Heïan se disait qu'il pouvait lui expliquer ce qui s'était passé dans sa vie autrefois, l'histoire complète. Peut-être qu'après, elle voudrait bien parler. Il ne pouvait quand même pas aller dormir en la laissant dans cet état. Son esprit n'en serait aucunement tranquille ...

'' Mon père a toujours été absent et distant envers moi et ma mère. Elle m'avait raconté que ses parents avaient été sauvagement assassinés à cause de leur richesse et que l'assassin avait rendu mon père obsédé par le meurtre. Jamais il ne l'avait aimé, jamais il
n'avait voulu d'enfant. Il avait laissé écouler de longues années, le temps que je grandisse, avant de sombrer dans une profonde folie. Un soir, je me trouvais dans ma chambre et j'avais entendu ma mère m'appeler, puis crier de fuir. J'étais tétanisée. La silhouette de mon père se trouvait en haut des escaliers, un couteau à la main. Il a tenté de me tuer, mais ... j'ai été capable de me défendre ... ''


Il semblait mélancolique en racontant cette tranche de vie qui lui appartenait, qui était gravée dans sa peau à tout jamais.

'' Écoute ... n'aie pas peur de me parler si tu en reçois le besoin. Je le vois que quelque chose te tracasse. Je peux rester avec toi un moment, le temps que je ne partes me coucher.''

Et il était sincère. Il attendrait, le temps qu'il faudrait, mais il attendrait avec patience.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 3:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 18:41

Heïan resta à son tour silencieux, semblant réfléchir, ne la quittant pas des yeux. Elle, elle retenait les larmes, tentait de rejeter les images, de les boucler loin dans son esprit. D'habitude elle y arrivait assez rapidement, mais là…

Puis, d'un coup, il lui raconta tout :


- Mon père a toujours été absent et distant envers moi et ma mère. Elle m'avait raconté que ses parents avaient été sauvagement assassiné à cause de leur richesse et que l'assassin avait rendu mon père obsédé par le meurtre. Jamais il ne l'avait aimé, jamais il n'avait voulu d'enfant. Il avait laissé écoulé de longues années, le temps que je grandisse, avant de sombrer dans une profonde folie. Un soir, je me trouvais dans ma chambre et j'avais entendu ma mère m'apeller, puis crier de fuir. J'étais tétanisé. La silhouette de mon père se trouvait en haut des escaliers, un couteau à la main. Il a tenté de me tuer, mais ... j'ai été capable de me défendre ...

Elle fût éberluée. Il venait de tout livrer d'un coup. Il n'avait pas reçu l'amour de son père…ce même père qui voulait le tuer…et…elle comprit ce qu'il sous-entendait à la fin. Se défendre…il avait tué son père…la nouvelle la laissa bouche bée, même si elle parvint à la garder close, sa bouche. Mais il s'était défendu comme il l'avait dit. Son père avait voulu le tuer, c'était normal qu'il se défende. Il avait pris un ton mélancolique, comme s'il ne l'avait jamais raconté à personne.
Alors elle devait aussi lui raconter son histoire. Lui dire pourquoi elle était dans cet état, soudainement.

Il ajouta :


-Écoute ... n'aies pas peur de me parler si tu en reçois le besoin. Je le vois que quelque chose te tracasse. Je peux rester avec toi un moment, le temps que je ne partes me coucher.

Elle sourit un peu. Elle l'empêchait d'aller se coucher et se reposer...mais elle n'était pas contre qu'il reste un peu, s'il voulait.

Elle inspira un grand coup. Elle devait lui dire. Il l'avait fait. Il l'avait acceptée avec lui, avait accepté de l'emmener, elle lui devait bien ça. Et elle ne tiendrait pas comme ça. Il fallait qu'elle lâche du leste. Une larme coula, mais du côté opposé au jeune homme. Elle espérait qu'il ne le voyait pas…


-Je…je ne sais pas comment te dire…quand je t'ai vu réunis avec ta mère…j'ai repensé à la mienne…je me suis rendue compte qu'elle me manquait…

Elle parvint encore à sourire, mais ses yeux étaient trop humides, en continuant, elle regarda devant elle, perdue dans ses souvenirs :

-Mes parents sont morts, tous les deux. J'avais quinze ans. La journée s'annonçait sous les meilleurs hospices…jusqu'à ce que des coups retentissent à la porte. Là…mon père à paniqué, ma mère m'a emmenée dans la réserve et elle m'a dit d'attendre, de ne pas bouger. Que quelqu'un viendrait pour moi. Et ensuite…ils ont ouvert…et…et…c'était des Capes Blanches.

Elle s'interrompit deux minutes pour reprendre son souffle. C'était la première fois qu'elle racontait tout à quelqu'un. A part Lyme personne ne savait. Mais avec Heïan, c'était plus simple...elle était si bien avec lui et...les mots sortaient plus facilement. Elle poursuivit :

-Ils ont tué mon père qui tentait de défendre ma mère. Ils l'ont tué d'un coup, une épée dans le corps. Je voyais tout, il y avait un trou dans la porte. Je me souviens m'être mordue le poing pour ne pas hurler. Et…ils se sont tournés vers ma mère…ils…ils l'ont décapitée sous mes yeux. J'ai vu le sang gicler et la tête voler…j'ai pleuré en me mordant au sang.

Des larmes coulaient et elle n'arrivait pas à les contenir.

-Ils ont pillé la maison, ils ont joué avec la tête de ma mère ils ont…rit…ils les ont insultés, crachant sur les cadavres…et quand ils sont repartis, je me suis précipitée dehors. Ma dernière étreinte avec ma mère a été à un cadavre sans tête…j'ai pleuré, vomit, je les ais serré contre moi. Je voulais mourir…

Elle osa enfin tourner la tête vers lui. Il regardait sans bouger. Que pensait-il ? Il s'était peut-être attendu à bien pire que ça…mais son regard, son odeur, lui permit de garder la tête levée. De lui sourire un peu plus.

-Et ma mère avait raison. Quelqu'un est bien venu me chercher…mais…enfin…tu as vécu pire…tu n'avais pas l'affection de ton père…moi si…

Elle inspira, lui souriant un peu à travers quelques larmes qui s'échappaient. Il la jugeait peut-être…ou la trouvait faible d'être dans cet état pour ça…ou…elle ne savait pas.

-Merci d'avoir écouté…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 21:31

Rien ne fut dit par la suite. Ce qui brisa le silence commençant à s'installer fut l'inspiration profonde qu'elle prit avant de se lancer dans son récit. Heïan avait pris une chance en lui dévoilant son secret, son passé douloureux, n'ayant pas peur qu'elle ne le juge. Le choix de le faire lui appartenait et elle était assez grande pour savoir ce qui était bon pour elle ou non. Il ne le retiendrait pas si elle voulait partir, s'éloigner, mais il doutait qu'elle le fasse maintenant puisqu'elle l'aurait fait le premier soir où ils avaient fait connaissance.

'' Je…je ne sais pas comment te dire…quand je t'ai vu réunis avec ta mère…j'ai repensé à la mienne…je me suis rendu compte qu'elle me manquait… ''

Jusque là, il n'avait pas vu la larme qui avait coulé de l'autre côté de son visage, à moitié tourné vers lui. La voix de la jeune femme était quelque peu cassée, tremblante, alors qu'elle continuait à parler. Ses yeux devenaient de plus en plus brillants et pas à cause de leur lueur, mais bien à cause des larmes qui se formaient à l'intérieur. Melley regardait ailleurs, fixant un point invisible dans le vide alors qu'elle semblait se perdre dans ses pensées.

'' Mes parents sont morts, tous les deux. J'avais quinze ans. La journée s'annonçait sous les meilleurs hospices…jusqu'à ce que des coups retentissent à la porte. Là…mon père à paniquer, ma mère m'a emmenée dans la réserve et elle m'a dit d'attendre, de ne pas bouger. Que quelqu'un viendrait pour moi. Et ensuite…ils ont ouvert…et…et…c'était des Capes Blanches.''

L'anxiété avait prit Melley au dépourvu. Elle tentait de reprendre son souffle avant de poursuivre ce qui semblait être un horrible récit. Heïan ne parlait pas, ne faisant qu'écouter pour le moment. La jeune femme en avait bien besoin après tout et si ça pouvait l'aider à faire le vide, il resterait.

'' Ils ont tuémon père qui tentait de défendre ma mère. Ils l'ont tué d'un coup, une épée dans le corps. Je voyais tout, il y avait un trou dans la porte. Jeme souviens m'être mordu le poing pour ne pas hurler. Et…ils se sont tournés vers ma mère…ils…ils l'ont décapitée sous mes yeux. J'ai vu le sang gicler et la tête voler…j'ai pleuré en me mordant au sang. ''

Les larmes coulaient désormais à flot de ses yeux, mais malgré ça, elle continua, sa voix se cassant de plus en plus.

'' Ils ont pillé la maison, ils ont joué avec la tête de ma mère ils ont…rit…ils les ont insultés, crachant sur les cadavres…et quand ils sont repartis, je me suis précipitée dehors. Ma dernière étreinte avec ma mère a été à un cadavre sans tête…j'ai pleuré, vomie, je les ai serré contre moi. Je voulais mourir… ''

Il était difficile pour un enfant de perdre ses parents, car cela bouleversait une vie, la brisait dans certains cas. On pouvait parvenir à s'y faire avec le temps ou tout simplement ne pas le supporter et mettre fin à ses jours pour le rejoindre dans l'au-delà.

'' Et ma mère avait raison. Quelqu'un est bien venu me chercher…mais…enfin…tu as vécu pire…tu n'avais pas l'affection de ton père…moi si… ''

Melley avait fini par lever les yeux vers lui, noyé par les larmes qui obstruaient son regard et qui perlaient sur ses joues devenues rosées. Un faible sourire s'était dessiné sur ses lèvres. Heïan secoua alors négativement la tête, la désapprouvant sur ce qu'elle venait de dire. Ils avaient chacun leur passé trouble, mais ne pouvaient se dire que l'un avait vécu pire que l'autre. Ils avaient tous deux perdu un parent, deux dans le cas de la jeune femme. Les évènements n'étaient pas non plus similaires.

'' Merci d'avoir écouté… ''

'' Je n'ai pas vécu pire. Nos passés diffèrent l'un de l'autre et les circonstances font que nous avons vécu des évènements tragiques, mais à notre manière. Nous les avons surmontés de façon différente. Ils sont certes douloureux, nous avons perdons une partie de notre famille, voire une famille complète et je ... comprends un peu comment tu peux te sentir en ce moment. Bien que je détestais mon père, sa présence me manque. J'éprouve une haine profonde envers lui, mais il n'en reste cependant pas moins ... mon père. Te parents veillent sur toi, sans cesse ''

Un rebord de sa bouche se troussa vers le haut, de manière à lui faire son premier sourire en coin. L'une de ses mains s'approcha de la joue droite de la jeune femme pour se coller à elle. Son pouce essuya les larmes qui continuaient de suivre le sillon de celles qui les avaient précédées. Ensuite, il agrippa doucement ses épaules pour la tirer vers lui. Ses bras l'entourèrent alors pour la consoler et l'inviter à laisser aller sa peine. Il détestait voir celles de son entourage pleurer, car ça lui serrait la gorge et bien que Melley était nouvelle dans cette sphère, c'était comme s'il la connaissait depuis bien plus longtemps.

'' Si tu as besoin, je suis là ... alors n'hésite pas si tu reçois le besoin de parler de nouveau. Garder tout pour soi n'est pas nécessairement bon. Je l'ai appris à mes dépens avec le temps. ''
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 21:52

-Je n'ai pas vécu pire. Nos passés diffèrent l'un de l'autre et les circonstances font que nous avons vécu des évènements tragiques, mais à notre manière. Nous les avons surmontés de façon différente. Ils sont certes douloureux, nous avons perdons une partie de notre famille, voire une famille complète et je ... comprends un peu comment tu peux te sentir en ce moment. Bien que je détestais mon père, sa présence me manque. J'éprouve une haine profonde envers lui, mais il n'en reste cependant pas moins ... mon père. Te parents veillent sur toi, sans cesse

Elle l'écouta attentivement, chaque mot, chaque phrase, chaque syllabe s'incrustant en elle, se fichant en elle à jamais. Ils avaient tous deux vécus des choses affreuses…ils s'en étaient tous deux relevés tant bien que mal pour continuer leur route. Ses parents veillaient sur elle. Ils ne l'avaient pas quittée. Jamais. C'était elle qui ne s'en était pas rendu compte avant.

Regardant toujours Heïan, elle vit sa bouche s'étirer, formant le premier sourire qu'elle voyait. Un petit sourire en coin, certes, mais un sourire. Et elle avait eu raison. Sourire le rendait encore plus beau…Ses larmes se tarissaient petit à petit et elle se sentait plus légère. Elle lui avait tout dit. Sauf l'appartenance aux Rebelles. Mais cela importait peu, puisqu'elle était à part de leurs activités.

Puis, sans qu'elle ne s'y attende, il glissa une main sur sa joue et son pouce essuya tendrement les larmes qui coulaient encore. Elle frissonna imperceptiblement et son cœur se calma lentement comme s'il était enfin nourrit. La main chaude d'Heïan sur sa joue lui procurait un bien monstre et elle voulait qu'il la laisse le plus longtemps possible…

Il alla encore plus loin. Doucement, sa main quitta sa joue pour agripper son épaule. Et, avec l'aide de sa seconde main, il l'attira lentement à lui, la collant contre son torse, ses bras l'entourant. Elle ferma les yeux, inspirant son odeur, se calmant. Elle était en sécurité, là, dans ses bras. Elle était…elle était bien, là. Elle sentait chacun de ses muscles contre elle, son torse, et même son cœur qui battait dans se poitrine. Le sien avait de nouveau accéléré sa course et elle frissonnait de plus belle.

Sa voix s'éleva, en un murmure mélodieux à ses oreilles :


-Si tu as besoin, je suis là ... alors n'hésite pas si tu reçois le besoin de parler de nouveau. Garder tout pour soi n'est pas nécessairement bon. Je l'ai appris à mes dépens avec le temps.

Elle acquiesça, toujours contre son torse. Les yeux fermés, elle se calmait, elle reprenait contenance. Hésitant au début, ses mains finirent par se lever et serrer à son tour le jeune homme dans ses bras. Elle les posa sur son dos, exactement comme lui le faisait.

Ils se réconfortaient mutuellement. Comme s'ils s'étaient toujours connus. Elle ne voulait pas le quitter. Pas maintenant. Elle souhaitait une chose, mais n'osait pas le demander. Cela le gênerait et…enfin…ils seraient embarrassés tous les deux…mais elle avait besoin d'une présence près d'elle. Juste pour cette fois.


-Heïan…

Elle murmurait, tête enfouie contre lui. Elle espérait qu'il entende convenablement. Parce qu'elle n'aurait pas le courage de répéter, se sentant déjà rougir.

-Est-ce que…est-ce que tu accepterais de….de dormir avec moi cette nuit ? Le lit est assez grand…enfin…si tu ne veux pas je comprendrais…

Elle rougissait encore, mais au moins il ne la verrait pas. Elle le serra encore plus fort contre elle. Son odeur était délicieuse…ses muscles sous ses doigts, sous sa tête, étaient merveilleux…ses mains sur son dos étaient apaisantes…Elle voulait lui dire que son père veillait aussi sur lui, mais ce serait mentir. De son vivant, il n'avait pas porté la moindre attention envers son fils. Alors pourquoi cela changerait-il une fois mort ?

Elle ne le relâcha pas. L'étreinte lui était bénéfique. Et pour lui aussi, elle le sentait. Ils s'aidaient mutuellement.

Heureusement, personne ne toqua ou n'entra à l'improviste. Qu'aurait-elle dit à Naëlyah, si elle les surprenait ainsi ? Ou Berthan ? Ou même un domestique ? Ils la prendraient pour une profiteuse…ou non. Enfin pour l'heure elle n'y pensait pas. Pour l'heure, son esprit s'apaisait petit à petit dans les bras d'Heïan…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 22:45

La tête de la jeune femme s'accota contre son torse doucement et elle commençait déjà à se calmer. Les bras de celle-ci l'entourèrent à son tour et ses mains se posèrent dans son dos avec douceur. Par la suite, le silence s'installa de nouveau. Heïan n'entendait que la respiration de Melley qui se calmait avec les secondes. Il ne voyait pas son visage puisqu'elle était blottie contre lui, mais il sentait qu'elle allait déjà mieux.

-Heïan…

Sa voix ressemblait à un murmure, étrangement serein, mais clairement perceptible pour l'ouïe.

'' Hm? ''

'' Est-ce que…est-ce que tu accepterais de….de dormir avec moi cette nuit ? Le lit est assez grand…enfin…si tu ne veux pas je comprendrais… ''

La demande de Melley ne tarda pas à le surprendre. Dormir avec elle cette nuit ? Malgré que dans l'état dans lequel elle était, une présence devait lui permettre de se rassurer. Au moins le temps de décompresser et de calmer la foule de mauvais souvenirs qui avaient refait surface. Il se surprit à ne pas hésiter. La jeune femme en avait besoin et s'il pouvait l'aider d'une quelconque manière, il le ferait. Et puis, ça ne le dérangerait pas. Il n'avait pas non plus l'intention de profiter de cette faiblesse psychologique ... il n'était pas comme ça. Heïan respectait Melley et elle l'avait aidé jusqu'à maintenant par sa présence constante. Il lui devait bien cette petite faveur.

L'étreinte de Melley s'était resserrée autour de lui, comme si elle avait peur qu'il ne refuse ou qu'il ne parte après qu'elle lui eut demandé de rester avec elle.

'' Oui, bien sûr. '' Dit-il, dans un presque murmure.

Heïan resserra lui aussi son étreinte. Cette accolade l'apaisait, tout comme elle; c'était réciproque. Jamais il n'avait été aussi calme et serein en présence d'une personne qu'il ne connaissait que depuis peu de temps. Il avait toujours mis un temps fou à faire confiance aux gens qui étaient en dehors de sa famille, de son entourage proche. La peur de se faire trahir avait été omniprésente auparavant. Pourquoi cela avait-il changé avec Melley ? Mais la réponse à sa question, il ne l'aurait peut-être pas. Cela restait à voir.

Dans ses bras, Melley s'éteignait tranquillement. Elle n'avait pas été aussi détendue depuis qu'ils voyageaient ensemble. Dormir après cet échange lui ferait le plus grand bien.

Tranquillement, pour ne pas la brusquer, il s'allongea puis se tourna sur le côté, gardant toujours la jeune femme contre lui. De toute manière, il n'avait besoin d'aller à sa chambre. Ça pourrait attendre au lendemain sans problème.

'' Repose-toi, tu en as besoin besoin toi aussi, finalement. ''

Un bras autour des épaules de la jeune femme, Heïan ferma les yeux puis bâilla légèrement; il était mort de fatigue. L'une de ses mains se posa derrière la tête de l'archère d'un geste doux.

'' Bonne nuit, Melley ... ''
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptySam 6 Oct 2012 - 23:31

Elle fût heureuse lorsqu'il répondit :

-Oui, bien sûr.

Il voulait bien. Cela ne le gênait pas. Et cela lui faisait plaisir. Elle était si calme là, blottie contre lui…jamais elle n'avait ressentie une pareille sensation, même pas lorsque c'était Lyme qui la réconfortait.

Son cœur battait toujours rapidement, mais il était comme abreuvé, comme si quelque chose faisait en sorte de le nourrir. Mais quoi ? Heïan ? Elle ne savait pas…et ne voulait plus réfléchir. Plus maintenant. Ses yeux se fermaient, son esprit divaguait.

Elle le sentit bouger, ne la lâchant pas, pour se coucher. Il se plaça sur le côté, la gardant contre lui et elle ne put s'empêcher de se resserrer un peu plus tout contre lui. Les images s'en allaient, les souvenirs refluaient…rien n'avait jamais pu la calmer aussi vite et aussi bien que cette étreinte. Que cette présence. Elle ne le remercierait jamais assez pour ça.


- Repose-toi, tu en as besoin besoin toi aussi, finalement.

Elle voulut lui répondre, mais, en écho au sien, elle bailla faiblement, les yeux toujours clos. Il avait un bras autour de ses épaules, et sa main vint se poser sur sa tête, doucement, tendrement.

-Bonne nuit, Melley ...

-Bonne nuit…

Ce ne fût qu'un simple murmure, mais elle s'était endormie bien trop rapidement pour vérifier qu'il ait entendu…

******

Le lendemain, Melley se réveilla lentement, un peu perdue. Elle bougea faiblement et sentie quelque chose contre elle. Elle ouvrit alors les yeux et tomba nez à nez avec le torse d'Heïan, qui dormait toujours. Il avait encore son bras autour de sa nuque. Que…? La soirée lui revint en mémoire. Elle revit la scène. Elle se revit tout lui dire, puis revit l'étreinte. Et ça, jamais elle ne l'oublierait. Rien que là, elle n'avait pas envie de bouger. D'abord parce qu'elle-même était magnifiquement bien, dans ses bras, en sécurité, et ensuite parce qu'elle n'oserait jamais bouger de peur de le réveiller. Il avait l'air si détendu, là, endormi. Ses traits étaient doux, paisibles, comme lorsqu'elle avait veillé sur lui le premier soir. Elle chercha sa seconde main et la serra dans la sienne. Elle frissonna une nouvelle fois.

Son sentiment de besoin était toujours là, mais très faible. Il avait encore besoin d'elle, cela était sûr. En plus, elle ne savait pas ce qui allait se passer aujourd'hui. Naëlyah voudrait passer du temps avec son fils, pour rattraper les dix ans de séparation. Il faudra qu'elle s'occupe. Peut-être pourrait-elle visiter la ville…enfin quoique…avec son talent naturel elle risquait de se perdre comme elle s'était perdue dans la maison de Berthan…

De son autre main libre, l'une étant occupée par la main du jeune homme, Melley la leva et caressa distraitement sa joue, suivant le contour de sa mâchoire. Elle ne faisait que le frôler pour qu'il ne se réveille pas. Mais cela l'hypnotisait presque. Elle le détailla pour la première fois. Ses cheveux bruns étaient vraiment en bataille. Son visage avait un côté dur que la vie lui avait donné de force, mais sous ses traits, elle le sentait, le savait, se cachait un homme doux, gentil, protecteur. Descendant de sa joue, sa main se posa sur son torse. Sentir son cœur contre sa main, qui battait régulièrement, la fît sourire.

Perdue dans ses contemplations, parfaitement détendue et calme par rapport à la veille, elle sursauta légèrement lorsqu'il bougea, commençant à se réveiller. Elle se mordit la lèvre et attendit qu'il ouvre les yeux pour lui sourire gentiment.


-Bonjour…bien dormi ?

Elle lui souriait et se perdait dans son regard violet. Leurs visages étaient si proches qu'elle voyait son âme comme si elle faisait partie de lui. Elle voyait chaque reflet de ses yeux, chaque lueur, bonne ou mauvaise. Elle voyait tout. Et lui aussi voyait tout s'il lisait son regard.

-Merci beaucoup Heïan…je ne pourrais jamais te remercier pour ce que tu as fais pour moi…

Elle avait parlé avant qu'il puisse répondre à sa première question, mais elle devait le remercier. Rares étaient les personnes qui auraient acceptés de dormir avec une inconnue. Et encore moins de l'écouter pleurnicher. La plupart s'en fichaient, préférant retourner à leur préoccupation. S'emplissant les narines de son odeur, elle lui sourit franchement une nouvelle fois.

Ils allaient devoir se lever…et elle ne voulait pas quitter ses bras…

Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 5:13

'' Bonne nuit... ''

Ces paroles lui parurent lointaines. Heïan était déjà en train de s'endormir, épuisé de cette journée chargée, mais aussi parce qu'il se sentait bien en ce moment. Maintenant dans le monde des rêves, rien ne se produisit. Les cauchemars qu'il faisait avaient cessé. Sa mère était revenue à la vie, ses craintes et ses doutes s'étaient dissipés ... enfin. Jamais son esprit n'avait été si reposé et si épanoui. Un poids énorme lui avait été enlevé des épaules. Un poids qui l'avait écrasé depuis trop longtemps ... un poids qui aurait pu finir par le tuer, car Heïan brouillait du noir depuis un certain temps. Sa profession, n'avait rien d'intéressant, de prestigieuse. Tuer des gens était tout simplement dégoutant. Son passé était terminé et à partir de maintenant, il devait se tourner vers son avenir et tenter de tout faire pour reprendre sa vie en mains, même s'il devait repartir de zéro. Il n'était plus seul.



Le lendemain matin ...
Le soleil finit par pousser sa soeur et se lever pour éclairer la terre et ses ornements. Le ciel était dégagé, aucune trace de nuage à l'horizon. Le vent lui, était quasi absent et laissait les feuilles d'arbres respirer. La journée s'annonçait être très belle. Les rayons de lumières pénétrèrent dans la pièce et se faufilaient furtivement dans la pièce. L'un d'eux se décida même à taquiner le visage d'Heïan qui se mit à gigoter dans le lit, se réveillant tranquillement. Sa main sentait quelque chose dans la sienne, mais ne sut pas de quoi il s'agissait. Par réflexe purement naturel, ses doigts se refermèrent sur ce qui était la main de Melley. Ses yeux s'ouvraient par saccade, les ouvrant puis les refermant à quelques reprises.

-Bonjour…bien dormi ?

Ce fut la voix de sa compagne qui le ramena dans le monde des vivants et qui l'obligea à enfin ouvrir les yeux. Celle-ci était toujours blottie contre lui, son bras l'enlaçant. Son regard lavande se baissa vers elle alors qu'elle lui faisait un sourire radieux, les yeux dans les siens. Des yeux qui racontaient tant de choses... Heïan lui renvoya son sourire, mais avec un soupçon de '' je suis encore un peu endormi ''. Ses yeux étaient encore à moitié fermés, car il mettait toujours un certain moment avant d'être bien réveillé.

-Merci beaucoup Heïan…je ne pourrais jamais te remercier pour ce que tu as fait pour moi…

'' J'ai dormi comme un bébé ... il y avait longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi reposé après une bonne nuit de sommeil. ''

Il marqua une courte pause pour s'étirer les jambes et bâiller en levant la tête avant de continuer sa phrase, baissant les yeux vers elle.

'' Tu n'as pas à me remercier, voyons. Tant que ... tu souris et que tu vas bien, c'est ... hum ... l'important. ''

Heïan commençait à être légèrement gêné, son regard s'étant littéralement figé dans ses yeux de couleurs différentes. Ils étaient uniques, comme Melley. Une personne si gentille, si douce ... Il se sentait étrange. Quelque chose ... changeait, mais quoi ?

Dans le couloir, les pas commençaient à se faire entendre. Les domestiques s'activaient déjà, tôt le matin. Selhda, celle qui s'occupait de l'étage des chambres, toqua à la porte, mais ne l'ouvrit pas.

'' Bon matin, mademoiselle Melley. Le déjeuner sera servi dans la salle à manger dans trente minutes. ''


Elle s'éloigna juste après. Heïan avait relâché son étreinte de la jeune femme et se tira hors du lit pour enfin s'étirer de tout son long. Comme le repas du matin allait être servi dans quelques minutes, il lui fallait laisser du temps pour que la jeune femme se prépare et lui allait en profiter pour aller se laver puis se changer.

'' Je vais aller me changer et je reviens te chercher avant de descendre. À tout à l'heure ''

S'étant approché de la porte, le jeune homme avait posé la main sur la poignée et avait ouvert la porte d'à peine quelque centimètre. Il lui souria alors avant de sortir de la pièce et la laisser seule. Se dirigeant vers sa chambre, il y entra et sauta sous la douche en vitesse ce qui l'aida à se réveiller. Une serviette sur la tête et une autre autour de la taille, Heïan sortit d'autres vêtements qu'il enfila. Une fois prêt, il fit comme dit; alla chercher. Ensemble, ils descendirent et allèrent rejoindre l'oncle Berthan et Naëlyah qui les attendait, prenant un thé avant de commencer à manger. La mère s'était assise à côté de son frère et ils parlaient ensemble lorsque les jeunes approchèrent.

Les domestiques se firent un plaisir de les servirent et firent attention cette fois concernant les portions pour Melley. Berthan devait les avoir prévenus avant leur arrivée. Ils mangèrent, parlant de tout et de rien. Naëlyah leva les yeux vers Son fils et sa compagne alors qu'on débarrassait la table.

'' Melley, j'aimerais t'emprunter mon fils quelques heures, si ça ne te dérange pas. Je te le laisserai après, promis ! ''

'' Je suis en garde partagée maintenant ? ''

Naëlyah lui souria amusé alors que son fils secouait la tête d'un air faussement découragé.

'' Seulement pour deux heures, ou trois. Sans plus. Je ne voudrais pas que notre invitée ne s'ennuie trop longtemps. ''


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 4:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 10:45

-J'ai dormi comme un bébé ... il y avait longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi reposé après une bonne nuit de sommeil.

Elle sourit de plus belle alors qu'il s'étirait les jambes et baillait. Elle était heureuse qu'il ait pu dormir ! Parce qu'elle avait craint qu'il n'y arrive pas, trop gêné pour…

-Tu n'as pas à me remercier, voyons. Tant que ... tu souris et que tu vas bien, c'est ... hum ... l'important.

Elle était complètement perdue dans son regard violet alors que lui se noyait dans le sien. Personne depuis ses parents n'avait fait attention à comment elle allait. Lyme si, mais c'était une nouvelle fois différent. Lyme n'aurait pas voulu dormir avec elle de cette manière. Il l'avait fait au début, mais plus par obligation. Elle sourit une nouvelle fois pour lui montrer qu'elle allait vraiment mieux. Les images étaient de nouveau enfuies dans sa mémoire et elle était prête à affronter cette nouvelle journée, et les surprises qu'elle réservait.

Soudain, des pas se firent entendre dans le couloir. Melley stressa. Et si c'était Naëlyah ? Ou Berthan ? Et qu'on les trouve ainsi enlacés ? Que penseraient-ils ? Mais pour rien au monde elle se dégagerait des bras d'Heïan maintenant. Elle était même prête à tout dévoiler à sa famille pour qu'ils comprennent, si elle pouvait rester encore quelques instants avec lui.
Mais ce fût une domestique, qui parla, sans ouvrir la porte. Elle annonça que le petit-déjeuner allait être servi une demi-heure après dans la salle à manger.

Une fois les pas éloignés, Heïan sortit doucement du lit, s'étirant de tout son long. Melley s'était redressée aussi, se préparant à se lever. Elle mettait toujours longtemps pour se motiver à sortir d'un bon lit moelleux. Et celui-là portait l'odeur du jeune homme…


-Je vais aller me changer et je reviens te chercher avant de descendre. À tout à l'heure.

Il s'était arrêté à la porte, qu'il avait entrouverte. Elle lui dit :

-A tout à l'heure, Heïan. Et merci encore.

Et il se tourna vers elle, lui souriant franchement pour la toute première fois. Un sourire magnifique, qui illumina son regard et ses traits. Un sourire qu'elle n'oublierait pas non plus.
Restée seule, Melley inspira, sereine, détendue, heureuse. Elle se leva, se disant qu'elle n'avait pas l'éternité devant elle et alla dans la salle de bains. Là, elle se dévêtit, dénoua ses cheveux qui cascadèrent le long de son dos, et entra sous la douche. L'eau tiède la sortit entièrement du sommeil et elle se sécha rapidement. Mais voilà. Elle n'avait que les vêtements qu'elle portait habituellement. Et ils commençaient à être légèrement sales. Si elle les remettait, la douche n'aura servit à rien. C'est là qu'elle aperçut ceux posés sur la commode. Elle haussa les sourcils. Sans doute les domestiques qui les avaient amenés la veille, alors qu'ils dînaient. C'était plausible, puisqu'elle n'était pas retournée dans la salle de bains.

Elle agrippa les vêtements et commença à les enfiler. Ils étaient justes à sa taille. Ils avaient l'œil ! Un pantalon noir, une chemise blanche étincelante. Un tissu très doux, qui glissait sur la peau. Des vêtements magnifiques en somme. Et le blanc de la chemise obscurcissait encore ses cheveux noirs. Cheveux qu'elle noua une nouvelle fois en une tresse avant de sortir de la chambre. L'Arc et les armes étaient restés à côté du lit. Elle n'avait rien à craindre dans cette demeure. Elle le savait.

Heïan était là, comme promis et ensemble ils rejoignirent la salle à manger ou son oncle et sa mère étaient déjà présents, buvant du thé et bavardant doucement. Heïan et Melley s'installèrent alors que les domestiques les servaient, et Melley fût satisfaite de voir qu'ils ne mettaient plus autant dans son assiette. Son estomac n'avait même pas encore digéré le repas de la veille…Elle mangea tranquillement. La famille d'Heïan semblait l'avoir acceptée, comme si elle avait toujours fait partie des leurs. C'était étrange d'être ainsi accueilli. Aussi rapidement. Sans qu'ils ne posent de questions sur les circonstances de leur rencontre…que diraient-ils s'ils apprenaient qu'ils ne se connaissaient que depuis trois jours ? Parce qu'ils pouvaient penser que cela faisait des années et des années qu'ils se côtoyaient. Et, bizarrement, pour Melley, c'était tout comme. Elle avait l'impression de connaître Heïan depuis bien plus longtemps que trois jours.

Alors que la table se vidait, Naëlyah leva les yeux sur son fils avant de les porter sur Melley et dire :


-Melley, j'aimerais t'emprunter mon fils quelques heures, si ça ne te dérange pas. Je te le laisserai après, promis !

L'interpellée haussa les sourcils de surprise. Mais…elle n'avait pas à lui demander ! C'était son fils ! Elle avait le droit plus que quiconque d'être avec lui !

-Je suis en garde partagée maintenant ?

Melley sourit avec Naëlyah à la remarque du jeune homme. Berthan, lui, était resté silencieux et regardait la scène, l'œil pétillant. Naëlyah continua :

-Seulement pour deux heures, ou trois. Sans plus. Je ne voudrais pas que notre invitée ne s'ennuie trop longtemps.

Elle n'avait pas à se justifier ! C'était sa mère ! Melley n'était…que sa compagne de route. Une connaissance.

-Madame, c'est votre fils, et il est normal que vous profitiez d'être avec lui. Ne vous en faites pas pour moi, je trouverai de quoi m'occuper aussi longtemps que nécessaire. La ville m'a l'air magnifique et puis…enfin je verrais mais passez le plus de temps possible avec lui. C'est votre fils.

Melley lui sourit poliment. Franchement, si Naëlyah voulait passer la journée avec lui, qu'elle le fasse ! Ils avaient tout de même dix ans à rattraper. Et en deux ou trois heures, ce n'était pas fait. Il leur faudrait des jours pour cela.

Lorsque la table fût propre, Berthan s'excusa, prétextant du travail, et sortit de la pièce. Melley se leva en même temps que Naëlyah et Heïan et les accompagna dans le hall d'entrée. Là, elle leur souhaita de passer une agréable journée ensemble et remonta les marches menant à l'étage. Elle se disait qu'elle pourrait s'entraîner un peu au tir à l'Arc. Si elle trouvait une cible…Parce que oui la ville semblait magnifique mais elle allait se perdre. Elle en était sûre. Elle prit son Arc et son carquois, sa dague à la ceinture et ressortit de la pièce, redescendit et sortit de la bâtisse. Le soleil inondait le jardin de ses rayons, se reflétant sur les magnifiques fleurs.

Elle contourna la demeure et constata qu'il y avait un énorme jardin encore à l'arrière ! Bien assez dégagé pour tirer sans avoir peur d'endommager quoique ce soit. Elle se fît une sorte de cible, faite de bout de bois avec une planche au centre et s'éloigna de quelques bons mètres avant de bander son Arc, flèche encochée.

Elle visa, fît le vide en elle. Cible, flèche, elle. Rien d'autre. Elle calma les battements de son cœur jusqu'à ce qu'ils ne soient plus qu'un murmure et inspira, bloquant sa respiration, et lâcha. La flèche se ficha au centre de la planche dans un bruit sourd, bien droite.

Elle alla la chercher et s'éloigna encore plus pour recommencer. Elle tira ainsi pendant près d'une heure, toutes ses flèches se plantant au centre ou juste à côté de ce dernier. Fière d'elle, elle s'assit dans l'herbe, pour se reposer quelques minutes et profiter du soleil.

Elle cherchait ce qu'elle allait faire. Il restait au moins deux bonnes heures avant le déjeuner. Voire trois. Et la tentation fût trop forte. La ville l'attirait, elle voulait visiter un peu. Se relevant, elle chercha un domestique pour prévenir qu'elle allait en ville et que Heïan ou Naëlyah ou même Berthan ne devait pas s'inquiéter si jamais.

Elle sortit de la propriété, et regarda autour d'elle pour mémoriser. Qu'elle revienne sans encombre… De toute manière, elle ne comptait pas trop s'éloigner. Juste visiter les alentours, rien d'autre. Les rues se remplissaient et elle déboucha sur une grande place ou des étals étaient éparpillés partout. Elle sourit en ayant une idée. Tâtant sa bourse, elle se dit qu'elle avait sûrement assez. S'avançant, elle trouva un homme qui vendait des livres. Elle avait vu une immense bibliothèque chez Berthan et se disait qu'il devait aimer lire. Elle regarda les ouvrages, et décida d'en prendre un. Assez gros, avec une belle reliure en cuir et des enluminures sur la couverture. Un magnifique ouvrage, qui, elle l'espérait, ferait plaisir à Berthan. Ensuite elle chercha plus longuement. Elle voulait offrir quelque chose à tout le monde. Pour Naëlyah se serait des fleurs, mais elle les achèterait en dernier. Sinon elles seraient fanées trop tôt. Mais pour Heïan…

Elle passa devant tous les étals, cherchant un objet qui lui ferait plaisir. Et enfin elle trouva. C'était une bague, une bague masculine bien évidemment, avec un sillon creusé dedans, de tout son long. Un sillon violet. Aussi violet que ses yeux. Elle craqua dessus en priant pour que cela lui plaise. Et pas qu'il croie qu'elle achetait pour recevoir quelque chose en retour ! Elle le faisait pour le plaisir et parce qu'ils l'avaient tous accueillie gentiment parmi eux. C'était la moindre des choses de sa part. Avisant le soleil, elle constata qu'il était presque l'heure et qu'elle devait se hâter. Elle alla acheter des fleurs, un magnifique bouquet multicolore et, chargée de ses cadeaux, revint sur ses pas, retournant chez l'oncle d'Heïan. Sa bourse était bien plus légère à présent, mais tant pis. Cela lui importait peu. Les voir sourire, leur faire plaisir, était tout ce qui comptait. Lorsqu'elle entra, guidée par un domestique, ils étaient tous installés autour de la table à attendre midi, discutant.

Elle se sentit un peu gênée d'arriver ainsi, en retard, mais elle s'avança en disant :


-Excusez-moi pour le retard…

S'approchant encore, elle tendit les fleurs à Naëlyah, le livre emballé à Berthan, et la boîte contenant la bague à Heïan.
Rougissante, elle s'expliqua devant leur air ahuri :


-C'est pour…pour vous remercier tous de m'accueillir et de m'accepter parmi vous. Et je n'attends rien en retour, cela me fait plaisir !

Elle resta debout à les regarder ouvrir les paquets et se regarder, abasourdis. Naëlyah souriait en humant le parfum des fleurs, observant son frère et son fils. Elle attendit une réaction quelconque, priant pour que tout plaise…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 17:25

En fait, même s'ils avaient des années à rattraper, Naëlyah n'avait besoin que de quelques heures, car elle savait très bien que son fils ne serait jamais bien loin maintenant. Lui parler un peu était tout ce qu'elle désirait. La mère était bien décidée à faire cracher le morceau à son fils en ce qui concernait les évènements passés depuis sa disparition, sa profession et aussi par rapport à cette jeune femme qui l'accompagnait. Sa curiosité avait pris le dessus, de toute évidence. Elle se doutait que Melley savait comment passer le temps, mais lui emprunté Heïan trop longtemps la mettrait mal à l'aise, même s'il s'agissait de son propre enfant.

'' Madame, c'est votre fils, et il est normal que vous profitiez d'être avec lui. Ne vous en faites pas pour moi, je trouverai de quoi m'occuper aussi longtemps que nécessaire. La ville m'a l'air magnifique et puis…enfin je verrais, mais passez le plus de temps possible avec lui. C'est votre fils.''

Naëlyah ricana doucement à ces paroles puis se fit rassurante en lui souriant, terminant sa tasse de thé par la même occasion.

'' Le temps ne me fait plus peur maintenant, ne t'inquiète pas Melley. Et puis, tu as raison. Cette ville est magnifique, mais bien grande. ''

Sur ce, ils se levèrent et quittèrent la table. Berthan s'était excusé et était monté à son bureau pour se remettre au travail. Bien qu'il aurait aimé passer plus de temps avec les membres de sa famille nouvellement réunie, les papiers l'attendaient toujours. De toute façon, Naëlyah et Heïan avaient besoin d'être seuls un moment afin de discuter. La mère était inquiète de son fils et voulait s'assurer qu'il se portait bien.

Ceux-ci s'éloignèrent de la maison après avoir remercié l'archère qui les avait accompagnés jusqu'au hall, puis à la porte et qui leur avait souhaité une bonne journée. Leur pas les mena sur la place du marché qu'ils traversèrent pour aller vers un endroit un peu moins bondé et où ils pourraient s'entendre parler convenablement. Tenant le bras de son fils qui l'avait plié dans un angle de 90 degrés, ils débouchèrent près du jardin central de la ville de Beolan. À cette heure, il n'y avait pas beaucoup de gens, car ils se trouvaient plutôt à la foire pour faire leurs emplettes quotidiennes. Prenant place sur un banc de bois, travaillé à la main par des sculpteurs, Naëlyah tourna enfin son regard émeraude vers Heïan qui regardait autour de lui.

'' Heïan ? ''

Le jeune homme planta son regard dans le sien. Naëlyah était devenue un peu plus sérieuse, toute trace de sourire disparue. Il savait qu'ils auraient une bonne discussion dans les minutes qui allaient suivre. Attentif et calme, son fils attendait qu'elle poursuive.

'' Que ... s’est-il passé, ce soir là ? J'ai ... perdu la notion du temps pendant quelque temps après le coup que j'ai eu sur la tête. On m'a dit que j'avais dormi 2 bonnes semaines et qu'on devait me nourrir comme un enfant pour que je ne dépérisse pas. ''

Dans les yeux de sa mère, il y avait une lueur de tristesse. Heïan mit un moment à répondre se remémorant cette scène qu'il avait si souvent repassé dans sa tête les dernières années.

'' Papa se trouvait en haut des escaliers, un couteau à la main. Le même qui t'as fait cette cicatrice ... il avançait d'un pas lent dans le hall, jusqu'à ce que je fuis dans ma chambre. Il riait, une lueur de folie dans ... son regard, dans sa voix. Il essayait de me poignarder, m'insultant ... disant qu'il n'avait jamais voulu de moi ... ''

La main de Naëlyah se posa sur la joue d'Heïan pour le stopper puis elle lui sourit tendrement en secouant la tête. Elle ne voulait pas en entendre plus sur cette partie de sa vie. Ça lui était trop douloureux, bien qu'une partie d'elle ne voulait pas croire que son époux était ce meurtrier, cet homme malade psychologiquement.

'' Par la suite, après ta disparition, que t'est-il arrivé ? ''

'' J'ai fui Beolan et j'ai erré pendant plusieurs semaines, un peu partout. Je me suis entrainé au maniement des lames courtes. Ensuite ... ''

Heïan stoppa net sa phrase, ne voulant pas dire la dire, mais le regard insistant de sa mère l'y obligea. Elle serait très certainement déçue de la voie qu'il avait choisi de prendre jusqu'à maintenant, mais s'il le fallait pour pouvoir enfin passer à autre chose, il se devait de tout avouer.

'' J'ai suivi les traces de mon père ... j'ai commencé par prendre de petits contrats pour me faire un peu d'argent, de quoi me nourrir au moins. Mes mains ont été souillées à de nombreuses reprises, mais je n'y prenais pas plaisir, ça me répugnait. Je ... je ne veux plus continuer ainsi. ''

Il eut droit à un sourire triste, rempli de remords, de sa mère. Elle laissa une larme coulée sur sa joue gauche.

'' Nous allons t'y aider, mon fils. Je ne veux que ton bien et malgré tout, je suis fière de toi, de l'homme que tu es devenu et que tu seras dans un avenir rapproché. ''

Heïan lui souria, la remerciant silencieusement. Naëlyah fit de même, mais pour une autre raison; la question finale était sur le point d'être dévoilée.

'' Je n'aime pas le sourire mesquin que tu me lances, maman... ''

'' Et tu as raison parce que je crois que tu seras légèrement embarrassé ! ''

L'homme fronça les sourcils, maintenant hésitant à savoir de quoi il en tenait. Cependant, il commençait à se douter de quelque chose et son petit doigt lui disait qu'il était question de sa compagne de route.

'' Allons, je te taquine, mais je suis curieuse ... notre invitée, Melley, elle est ta compagne de route. J'ai l'impression que vous vous connaissez depuis des mois, mais. ''


'' Depuis ... 3 jours, seulement. ''

'' Oh ! J'aurais juré le contraire. Vous semblez bien vous entendre tous les deux. Vous semblez être ... près l'un de l'autre, mais je me trompe peut-être. ''

Heïan eut un choc. Non pas parce que sa mère l'avait offusqué, mais parce qu'il commençait à prendre conscience de quelque chose qui lui avait échappé jusqu'à maintenant et qu'il ne comprenait totalement encore aujourd'hui. Il s'était attaché à Melley, avait violé sa règle d'or, celle qu'il respectait depuis tant d'années.

'' Vous êtes si mignons tous les deux que j'ai cru qu'elle était ta femme ... ta petite amie. ''

'' Je ... non ... mais ... ''

Il ne savait pas quoi dire. Aucune phrase avec du sens ne parvenait à ses lèvres, mais il se sentit rougir et il baissa brusquement les yeux. Ce pouvait-il que ... ? Non ... impossible. Ils se connaissaient à peine ! Mais ... les derniers jours avaient été si chargés en émotions et ils avaient été là, l'un pour l'autre, tout ce temps. Même s'ils se connaissaient à peine, ils se faisaient mutuellement confiance et il le sentait.

'' Tout est possible, Heïan. C'est une bonne fille, mon grand, pleine de bonnes intentions. Elle n'a pas peur de toi malgré tout et personne n'a le contrôle de ses sentiments. On ne choisit pas de qui l'ont tombe amoureux. ''


Quoi ? Est-ce que ça se pouvait ? Franchement, il n'en savait rien, mis à part qu'il se sentait étrangement bien avec elle. Il commençait à redouter le jour où elle déciderait de partir. Naëlyah, lisant dans son regard, souriait. Il était tellement facile à comprendre et à cerner. Tout ce qu'il fallait était de regarder son regard violet et d'y lire comme dans un livre ouvert.

'' Invite là à rester, Heïan. Ne la laisse pas partir ... ''

Heïan regardait sa mère, confus, ne sachant pas quoi penser de tout ça, mais il finit par lui faire un sourire embarrassé et timide. Ils se levèrent ensuite puis s'en retournèrent vers la foire. Ils s'attardèrent devant quelques étals par simple curiosité et ... pourquoi ne pas offrir un petit présent à Melley, pour la remercier ? Mais quoi ? C'est alors que quelqu'un apporta une chaine fine menue d'un pendentif. Le médaillon, de la grosseur du haut du petit doigt, était une pierre sphérique rougeâtre dégradant vers le doré entouré d'une torsade en fer forgé. Naëlyah souriait en la lui montrant.

'' Maman, sors de mon esprit ''

La femme ne put se retenir de rire puis posa le bijou fin dans la paume de main de son fils qui paya le marchand. La chainette fut déposée délicatement dans un boitier de bois fait à la main. Ensuite ce fut le retour au manoir.

L'après-midi avait passé rapidement, Heïan et Naëlyah furent revenus avant Melley. La mère alla rejoindre son frère dans son bureau alors que le fils monta à sa chambre rangée le bijou. Le problème était de savoir quand il pourrait le lui offrir ... il était extrêmement maladroit dans ce genre de situation. Offrir un présent à une femme était loin d'être son point fort. Sa langue finissait par fourcher et sa bouche disait des phrases sans fin qui ne se résumaient souvent qu'à un seul et unique moment, suivi de longues pauses. La famille finit par se retrouver en bas, dans la salle à manger.

'' Excusez-moi pour le retard… ''

Melley venait d'arriver, mal à l'aise d'être en retard, mais personne ne la blâmait. Ça arrivait à tout le monde et puis ils n'étaient pas pressés. Elle pouvait prendre tout son temps. Celle-ci s'approcha d'eux, ses joues rouges et timidement, elle donna à chacun un présent. Naëlyah, Berthan et Heïan furent quelque peu étonnés d'un tel geste, ne demandant pas autant de sa part. Ils n'attendaient rien d'elle à vrai dire, seulement qu'elle se sente comme chez elle parmi eux.

'' C'est pour…pour vous remercier tous de m'accueillir et de m'accepter parmi vous. Et je n'attends rien en retour, cela me fait plaisir ! ''

La mère prit les fleurs, souriant doucement. Elle avait toujours aimé ces plantes, peu importe la sorte. Respirant le parfum de celle-ci, Naëlyah soupira et leva les yeux vers la jeune femme à la chevelure noir de jais.

'' Merci, Melley. C'est très gentil ... merci ''

Berthan lui, resta complètement muet; les yeux ronds, la bouche entre ouverte alors qu'il regardait le livre dénudé de son emballage.

'' Bon ... sang... ''

Et il marqua une première pause.

'' Par tous les dieux ... ''

Et il marqua une deuxième pause.

'' Ça faisait des années que je cherchais ce livre et sans succès. Merci infiniment. ''

Naëlyah regardait la réaction de son frère en souriant puis ses yeux se tournèrent sur son fils qui était resté figé, regardant le boitier que l'archère lui avait donné. Berthan fit de même, attendant de voir sa réaction. Se sentant observé, Heïan leva les yeux. Le silence s'était lui aussi installé jusqu'à ce qu'il le casse.

'' Je me sens ... intimidé présentement ... ''

Les jumeaux se mirent à ricaner et Heïan se décida enfin à regarder le contenu du boitier. À l'intérieur se trouvait une bague magnifique dans laquelle se trouvait un sillon violet de la même couleur que son regard. Celui-ci était creusé dans le métal du bijou.

'' Merci, Melley ''

Là il se maudit d'avoir laissé son présent en haut, dans sa chambre, car il aurait pu le lieu donner. Trop tard, les domestiques commençaient à faire leurs allées et venues dans la salle à manger pour y déposer le repas.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 4:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 18:11

Naëlyah fût la première à se remettre de sa surprise :

-Merci, Melley. C'est très gentil ... merci

Berthan, lui, était totalement figé devant l'ouvrage et balbutia longuement avant de déclarer :

-Ça faisait des années que je cherchais ce livre et sans succès. Merci infiniment.

Là, elle sourit franchement. Elle avait acheté le livre sans savoir s'il l'avait ou non en sa possession. Alors, apprendre qu'il le cherchait depuis longtemps et qu'elle le lui avait offert la rendait heureuse.
Naëlyah, souriante, passa de son frère à son fils qui regardait le boîtier, abasourdi. Le silence s'était installé dans la pièce et il répliqua, gêné :


-Je me sens ... intimidé présentement ...

Sa mère et son oncle ricanèrent gentiment. Puis il ouvrit la boîte. La gorge de Melley se serra. Elle avait tellement peur que la bague ne lui convienne pas…Mais en l'ouvrant, il caressa la bague du doigt puis la regarda en disant :

-Merci, Melley

Elle lui sourit, heureuse d'avoir donné le sourire à toute cette famille nouvellement réunie. Ses parents auraient été fiers d'elle. Fiers de voir qu'elle ne laissait pas la cruauté du monde dans lequel elle vivait l'anéantir. Elle n'arrivait pas à voir le mauvais côté des gens en fait. Elle voyait toujours leurs côtés positifs.

Elle s'écarta vivement lorsque les domestiques commencèrent à entrer dans la pièce, chargés des plats pour le repas du soir. Elle attendit que la famille soit installée pour prendre place. Naëlyah s'était assise à côté de son frère, laissant la place à côté d'Heïan libre. Elle n'était pas obligée. Melley s'installa lentement. Les fleurs furent données à une servante qui les mit dans un joli vase qu'elle posa sur la table près de la cheminée. Berthan demanda à un autre domestique de mettre le livre dans la bibliothèque, en veillant à en prendre soin. Et en regardant du coin de l'œil, Melley vit que le jeune homme avait passé la bague à son doigt et qu'elle lui allait comme un gant. Elle était si ravie d'avoir pu leur offrir tout ça ! Souriante, rougissante par la proximité d'avec Heïan, elle commença à manger tranquillement. Elle n'arrêtait pas de repenser à la nuit qui s'était passée. A cette étreinte qu'ils s'étaient donnée. A ce bien-être qui l'avait envahi en sentant les bras d'Heïan autour de ses épaules, sa main sur sa joue…Jamais elle n'avait ressenti pareille sensation avec quelqu'un. Jamais.

Ils mangèrent en silence, savourant les mets préparés par les cuisiniers. Son estomac n'avait jamais aussi bien mangé depuis…oyé…elle-même ne s'en souvenait plus. Alors elle profitait, parce que…elle devrait bientôt partir. A regret, certes, mais s'en aller et laisser cette famille vivre dans le bonheur. Mais cette pensée la chagrinait. Elle n'avait pas envie de partir, en fait. Alors…oserait-elle le dire à Heïan ? Lui demander quand est-ce qu'il souhaitait qu'elle s'en aille ? Elle l'ignorait. Son sentiment de besoin était encore là, en plus d'un second qui avait fait son apparition lentement et qui s'était ancré la veille, lorsque le jeune homme l'avait consolée. Un sentiment qu'elle ne déchiffrait pas, sur lequel elle ne m'était pas de nom. Mais c'était ce sentiment inconnu qui l'empêchait de partir. Qui ne voulait pas qu'elle s'en aille.

Chassant ses pensées de son esprit, elle termina de manger, recouvrant son sourire. Quatre jours qu'elle connaissait Heïan et pourtant…elle se sentait plus proche de lui que personne. Comme si elle le connaissait depuis bien plus longtemps à vrai dire…

Les domestiques reprirent leur valse d'allées-venues pour débarrasser et apporter des pâtisseries fraîches. Cette fois, l'estomac de Melley accepta volontiers un petit surplus et elle goûta à l'un ou l'autre. Et c'était délicieux. Elle n'avait jamais rien manger de tel !

Puis, les convives digérant, Berthan alla s'installer dans le fauteuil près de la cheminée en compagnie de sa sœur, pour bavarder ensemble. Heïan se leva lui aussi en même temps qu'elle sauf qu'il monta à l'étage. Sans doute pour se laver. Melley n'avait pas encore envie de monter. Lentement, en silence, elle ouvrit la grande porte d'entrée et sortit à l'extérieur. Un petit vent fouetta son visage, faible par rapport aux derniers jours. Elle contourna une nouvelle fois la demeure. Elle avait repéré un banc entre deux arbres, le matin en s'entraînant. S'y installant, elle contempla la lune et les étoiles. Elle avait toujours aimé le faire en compagnie de sa mère. Des fois, elles grimpaient même sur le toit de leur maison pour mieux voir. Mais elle ne le ferait pas ici, la vue était largement suffisante du banc.

Le ciel était clair, sans nuages, juste les myriades d'étoiles qui scintillaient de mille feux. La lune, leur mère protectrice, veillait sur elle toute la nuit avant de pouvoir s'endormir en laissant la place au soleil. Elle inspira un grand coup en regardant les étoiles, en imaginant des formes qu'elles pouvaient prendre, en se remémorant ce que sa mère disait à leur propos. Mais elle avait dit tant de choses que l'Archère ne parvenait pas à s'en souvenir convenablement…

Plongée dans la contemplation du ciel, elle n'entendit pas la porte de derrière s'ouvrir, une porte qu'elle n'avait pas remarqué mais qui évitait de contourner la maison, pas plus qu'elle n'entendit les pas s'approcher…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 20:17

Une fois tout le monde assis autour de la table, le repas leur fut distribué. On leur servit une petite salade et le repas principal se constituait de porc accompagné d'une sauce à la crème douce, de patate douce et de quelques légumes bouillit dans l'eau. Une des domestiques s'occupa de leur servir un vin blanc légèrement fruité et doux pour accompagner le tout. Ensuite, on les laissa manger. Les domestiques s'étaient retirés pour la plupart dans la cuisine alors qu'un homme et une femme restèrent non loin de la table au cas où on aurait besoin d'eux pour quoi que ce soit.

La petite famille et leur invitée mangèrent en silence, dégustant avec appétit leur repas. Pas qu'ils n'avaient rien à se dire, mais parce que tout ça était un délice, comme toujours alors autant en profiter pendant qu'ils le pouvaient. Beaucoup n'avait pas la chance de se remplir aussi bien l'estomac. Heïan mâchait tranquillement, regardant son assiette et laissant ses pensées divaguer. Il se demandait si Melley avait l'intention de partir, si oui, quand. Il espérait que non, mais peut-être se sentait-elle de trop ? Sa mère et son oncle l'avaient accepté comme si elle avait fait partit de la famille depuis longtemps et l'Archère semblait les adorer. Les mots de Naëlyah revenaient dans sa tête comme un écho lancé de la plus haute des montages. Il y avait un fourmillement dans ses mains qu'il n'arrivait à faire partir et qui était pour le moins, énervant.

Et s'il lui demandait de rester, quelle serait sa réaction ? La jeune femme semblait apprécier sa compagnie, comme lui envers elle. Elle lui procurait un bien-être qu'il n'avait pas connu avant ces derniers jours. Heïan se devait de lui parler avant qu'elle ne prenne une décision, histoire d'en avoir le coeur net. Il lui semblerait que son absence lui ferait un immense vide.

Après le repas, Berthan s'était levé de sa chaise puis l'avait glissée sous la table pour la remettre en place. Naëlyah l'imita, suivit d'Heïan et de Melley. La mère alla rejoindre son frère qui s'était installé sur son fauteuil près du feu de foyer qui faisait rage. Sur une petite table de bois, se trouvait un boité contenant une pipe qu'il mit deux bonnes minutes à remplir pour ensuite l'allumer. Assise un peu plus loin, sur un coussin juste devant le foyer, la femme bavardait calmement avec son jumeau. Heïan lui, était monté en haut, au second, pour se rendre à sa chambre alors que Melley resta à l'étage principal.

La pièce était sombre et Heïan dût se rendre à tâtons jusqu'à la commode sur laquelle il avait déposé le boitier de bois contenant le cadeau qu'il voulait offrir à sa compagne de route. Il se cogna les orteils sur le coin du meuble et grogna, se retenant pour ne pas cracher une série d'insultes à voix haute, mettant enfin la main sur la boite. La porte ouverte donnant sur le couloir permettait de voir, mais n'offrait qu'une faible lumière dans la pièce. Sortant, l'homme redescendit les escaliers, cherchant où avait bien pu aller Melley. Ce fut une domestique qui l'arrêta, devinant qu'il cherchait quelqu'un.

'' Cherchez-vous mademoiselle Melley ?

'' Hum ... oui ''

'' Elle se trouve dans le jardin, derrière. Je l'ai aperçu il y a quelques minutes. ''

'' Bien, merci beaucoup ''

La domestique lui fit un sourire puis s'inclina pour s'excuser et retourna à ses occupations alors qu'Heïan passa à côté d'elle, empruntant le couloir qui menait vers le salon arrière. De cette pièce, n'importe qui pouvait ouvrit la porte vitrée qui menait sur ce vaste espace vert bondé de fleurs, de petits arbres et d'une marre d'eau remplit de nénuphars. En effet, la jeune femme se trouvait là. Au fond, assise sur un banc entre deux grands arbres, elle semblait regarder le ciel et ne rien voir d'autre, visiblement perdue dans ses pensées.

D'un pas discret, habitude prise depuis des années déjà, Heïan s'était approché de la jeune femme afin de ne pas la faire sursauter. Il avait pris place à côté d'elle dans le plus grand des silences et avait levé les yeux au ciel lui aussi. Il était étonnement clair et les étoiles y brillaient par millier. Aucun nuage ne cachait la lune qui brillait de mille feux. Le jeune homme ne parla pas tout de suite, devenant un ne peu plus nerveux. Le boitier entre les doigts, il se demandait quoi dire. Sa réaction fut de simplement se retourner vers elle en le lui tendant, cherchant toujours ses mots.

'' Tiens ... j'ai ... hum ... c'est pour toi ... te ... remercier ''

Ce qu'il pouvait être maladroit ! Ce n'était pourtant pas si compliqué d'enligner un mot après un autre pour former une phrase ! Ce que ça pouvait être frustrant de devoir chercher ses mots à cause de cette foutue timidité. Melley regardait la boîte, bouche bée, pendant un petit moment avant de la prendre de ses mains pour l'ouvrir.

Heïan n'avait jamais été aussi nerveux et il espérait au plus profond de lui qu'elle serait aussi satisfaite que lui du cadeau qu'il lui avait offert. Ce n'était pas grand chose, mais après tout, c'était l'intention qui comptait, non ?

Il crut voir un faible sourire lorsque le couvercle fut enlevé alors que l'index droit de la jeune femme se promenait sur la chaine pour s'arrêter sur sa pierre que la lune faisait briller d'une faible lueur nocturne. À son plus grand soulagement, elle semblait adorer le présent et Heïan put enfin se détendre. Sa nervosité était toujours présente, mais moins forte. Melley prit le bijou du bout des doigts puis le souleva délicatement pour le regarder pendre devant son visage.

'' Attend je ... vais te le mettre. ''

Le prenant et attendant que Melley lui tourne le dos, celle-ci leva sa natte, lui permettant de mettre la chaîne autour de son cou et de l'attacher. Heïan dut plisser les yeux et approcher son visage, car il n'y voyait pas très bien avec cette noirceur et l'attache du bijou était minuscule. Il eut même un peu de difficulté à la tenir ouverte avec ses doigts qui n'étaient pas délicats comme ceux d'une femme.

'' Ce n'est pas grand-chose, mais ... ''

Il se tut alors que sa compagne se retournait tranquillement vers lui, attendant qu'il termine ce qu'il avait commencé à dire. Sauf qu'il ne continua pas sa phrase...

'' Si ... si tu veux ... rester ... tu peux ... tu peux rester. Enfin ... seulement si tu veux ... ici ... la bienvenue ... tu es ... tu sais ... ici ... ''

Eh voilà ! Il s'enfargeait dans ses propres mots ! Tout était mélangé comme ses pensées.

Spoiler:
 


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 31 Déc 2012 - 4:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 21:27

Elle sentit Heïan s'asseoir à ses côtés avant de le voir. Il avait été silencieux, sans doute pour ne pas l'effrayer. Elle détourna le regard du ciel pour tourner son visage vers le jeune homme qui semblait nerveux, d'un coup.
Pourtant, la nuit était calme, rien ne donnait lieu d'être nerveux. C'est alors qu'il se tourna à son tour vers elle et qu'elle remarqua la boîte qu'il tenait en main. Il la lui tendit en disant :


-Tiens ... j'ai ... hum ... c'est pour toi ... te ... remercier

Elle regarda Heïan puis la boîte, bouche bée. Il…c'était un …un …cadeaux ?! Pour…pour elle ? Elle n'arrivait pas à y croire. Elle n'en avait plus eu depuis la mort de ses parents…Toujours bouche bée, elle prit lentement la boîte entre ses mains et l'ouvrit.

Le couvercle retiré, la boîte laissa apparaître un collier au bout duquel pendait un médaillon rougeâtre irisé de traits dorés, entouré d'une magnifique torsade. Melley le caressa lentement du doigt en souriant. Il était beau…tellement beau…Heïan avait très bien choisi. Et, comme elle, c'était ses yeux qu'il mettait en avant. Le médaillon avait les couleurs des siens, tout comme la bague avait le violet des yeux d'Heïan.

Délicatement, elle leva la chaîne, le médaillon tournoyant à la lumière de la lune.


-Attend je ... vais te le mettre.

Elle lui sourit, lui tendant le médaillon. Il resta immobile, comme s'il attendait qu'elle lui tourne le dos. Mais elle, au lieu de cela, leva sa natte, la tenant entre ses doigts, penchant la tête vers lui. Il s'approcha et lui enfila la chaîne autour du cou, avec difficulté, à cause de l'obscurité et le fermoir devait être petit. Elle le laissa faire, souriante, heureuse comme jamais elle ne l'avait été.

-Ce n'est pas grand-chose, mais ...

Elle se releva vers lui, penchant légèrement la tête, attendant qu'il termine sa phrase. Le médaillon était posé contre sa poitrine, froid sur sa peau. Mais il n'acheva pas. Il devint encore plus nerveux, et balbutia en parlant, à tel point qu'il s'emmêlait lui-même :

- Si ... si tu veux ... rester ... tu peux ... tu peux rester. Enfin ... seulement si tu veux ... ici ... la bienvenue ... tu es ... tu sais ... ici ...

La phrase n'avait plus grand sens, mais elle avait compris. Et elle trouvait cela si mignon ! Il était complètement perdu et elle lui sourit. Ses doutes étaient loin. Si lui acceptait qu'elle reste, elle serait ravie de le côtoyer lui et sa famille si gentille envers elle. De toute manière, elle était seule, n'avait nulle part où aller. Il faudrait juste qu'elle envoie un message à Lyme pour qu'il ne s'inquiète pas…s'il pensait encore à elle…

Une de ses mains toucha le médaillon sur sa peau, si beau et qui allait merveilleusement bien avec ses yeux. L'autre se leva et caressa la joue d'Heïan lentement, comme lui l'avait fait. Elle souhaitait chasser sa nervosité. Au moins un instant. Elle savait ce qu'était la timidité, pour en faire elle-même les frais. D'ailleurs là, sa main tremblait sur la joue d'Heïan, elle tentait de la contrôler. Il devait sans doute attendre une réponse, et son silence l'inquiétait sans doute. Alors elle lui répondit :


-Merci Heïan. Le collier est magnifique. Je n'ai jamais eu un présent de la sorte.

Elle lui sourit et, baissant légèrement la tête en rougissant.

-Et…je serais ravie de rester avec toi…je me sens bien ici…ta famille est merveilleuse et…

Elle se tut, n'osant pas continuer. Alors elle murmura plus qu'autre chose :

-Toi aussi…

Sa main descendit de la joue d'Heïan pour retourner le long de sa jambe, serrant le poing pour masquer ses tremblements. Son cœur battait comme un malade dans sa poitrine. Heureusement qu'il faisait sombre, cela cachait le rouge de ses joues.
Elle releva la tête vers Heïan, les yeux brillants. Qu'est-ce qu'elle était heureuse…et l'autre sentiment prenait de plus en plus de place en elle…

Sans qu'elle ne parvienne à le définir…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 22:25

Heïan se frustrait intérieurement contre lui même à balbutier de la sorte. Pourquoi n'était-il donc pas capable de faire une phrase avec du sens dans ce genre de situation ? Il n'y avait pas de quoi être timide pourtant ... m'enfin, oui, quand même. Son coeur battait comme un fou dans sa poitrine et pendant le court instant de silence, il n'entendait que son pouls battre dans ses oreilles. Tout ce qu'il attendait était d'entendre Melley dire quelque chose. Il ne savait pas si elle voulait partir ou si elle accepterait de rester parmi eux ... avec lui surtout.

C'est alors qu'une main douce, mais tremblotante se posa sur l'une de ses joues et la caressa avec douceur. Un frisson lui parcourut la nuque et une vague de chaleur l'envahit. Ce contact le calma quelque peu, sa nervosité diminuant graduellement avec les secondes. Heïan voulut lever sa main pour prendre celle de la jeune femme dans la sienne, mais il n'arriva pas à bouger.

'' Merci Heïan. Le collier est magnifique. Je n'ai jamais eu un présent de la sorte. ''

Melley souriait, ses yeux pétillants d'une lueur qu'il n'arrivait pas à discerné, à comprendre. Cependant, elle était plus qu'heureuse, satisfaite de son cadeau et ça lui faisait chaud au coeur. En lui offrant ce présent, il ne voulait que lui faire plaisir et la remercier pour ce qu'elle avait fait pour lui. Ce n'était qu'un bien matériel et rien qui ne pouvait vraiment rivalisé avec la gratitude qu'il avait à son égard.

'' Et…je serais ravie de rester avec toi…je me sens bien ici…ta famille est merveilleuse et…''

Sur les lèvres du jeune homme se formait un sourire en coin alors qu'il n'attendait pas vraiment une réponse à la suite de la phrase de son interlocutrice.

'' Toi aussi…''

Lui ... aussi ? Heïan resta bouche bée sur cette révélation qui le flatta. Mise à part sa mère, lors de sa jeunesse, personne ne lui avait fait un tel compliment. La main de l'archère quitta alors sa joue, à son plus grand regret, pour se placer à côté de sa jambe. La tête de celle-ci était légèrement baissée, évitant son regard. Était-elle en train de ... rougir ? Les poings serrés, Melley était devenue muette, tout comme lui. Cherchant un moyen de débloquer, Heïan réfléchissait. Maintenant qu'elle avait accepté de rester sans hésitation, que pouvait-il faire ou dire d'autres.

Heïan se leva du banc et fit face à Melley, lui bloquant ainsi la lumière de la lune. Il lui tendit la main, attendant qu'elle la prenne. Chose faite, le jeune homme l'entraina avec lui, serrant doucement sa main dans la sienne. Contournant le manoir pour se retrouver dans une partie plus sombre, Heïan grimpa agilement dans les haies puis prit pied sur le premier toit qui n'était pas bien haut. Il se pencha, demandant les deux mains de la jeune femme pour ensuite la soulever comme si elle ne pesait rien.

'' Je connais un endroit où tu pourras observer les étoiles sans que les arbres ne t'obstruent la vue. Je venais ici lorsque j'avais envie d'être seul quelques heures. ''

Prenant les devants, Heïan la guida sur le toit du manoir, l'aidant à grimper quand l'occasion se présentait. Ils se retrouvèrent au sommet de la somptueuse demeure. Non seulement elle donnait vue sur une partie du ciel, mais aussi sur la ville qui brillait de mille feux. À l'horizon, un paysage époustouflant était visible. Beolan étant construite dans les montagnes, le paysage externe était de toute beauté.

L'homme prit place sur le bord du toit, les jambes dans le vide et il invita Melley à prendre place à ses côtés.

'' Voilà, mon coin secret ... et ... le tient à partir d'aujourd'hui, si tu le désires. ''

Tournant la tête vers elle, Heïan lui souria doucement.
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyDim 7 Oct 2012 - 22:49

Quelques instants s'écoulèrent dans le plus beau des silences. Melley tentait en vain de calmer sa nervosité, ses tremblements et son cœur qui battait la chamade.

C'est alors que le jeune homme se leva et se posta devant elle, masquant la lune. Elle releva la tête, interrogative. Il lui tendit une main qu'elle regarda sans comprendre. Que…? Mais elle s'en fichait au fond. Il était là, elle était heureuse, la nuit était belle…elle prit sa main, frissonna au contact chaud qu'elle procura dans son corps. Elle le suivit lorsqu'il s'éloigna, se faufilant dans l'ombre de la demeure, serrant sa main tendrement.

Il la lâcha d'un coup et sauta dans les haies souplement, s'agrippant, se hissant sur la première partie du toit. Elle hésita à le suivre ou non. Elle avait déjà grimpé, mais elle ne voyait pas grand chose et ne connaissait pas l'endroit…

Deux mains se tendirent vers elle et elle aperçut Heïan penché sur le bord du toit, attendant qu'elle s'en saisisse pour la hisser à ses côtés. Elle serra ses mains dans les siennes et il la souleva de terre, comme si elle ne pesait rien. Elle émit même un faible cri de surprise tant il allait vite. Perchée à ses côtés sur le premier toit, il lui dit :


-Je connais un endroit où tu pourras observer les étoiles sans que les arbres ne t'obstruent la vue. Je venais ici lorsque j'avais envie d'être seul quelques heures.

Curieuse, heureuse, elle le suivit sur le toit, grimpant avec lui, le jeune homme l'aidant pour les endroits les plus difficiles d'accès. Ils se retrouvèrent donc bien vite sur le toit, tout en haut. Le vent soufflait légèrement plus fortement qu'en bas, n'étant freiné par aucun obstacle du style mur, arbre ou maison.

Debout sur le toit, elle écarquilla les yeux en contemplant le paysage qui s'offrait à elle. Les étoiles étaient toutes là, par milliers, si proches que Melley crut un instant pouvoir en attraper une au creux de sa main. La lune semblait avoir doublé de volume d'un coup. Tournant sur elle-même, Melley observa la ville, visible seulement grâce aux lumières des rues. Et, plus loin encore, la nature, les arbres. Beolan étant construite sur une montagne, le paysage qui défilait au loin était celui de la gorge qui délimitait l'enceinte de la ville.

Pendant qu'elle observait les alentours, Heïan s'était assis sur le bord du toit, laissant ses jambes dans le vide. Il lui fît signe de le rejoindre et elle s'exécuta, balançant aussi ses jambes dans le vide. Elle n'avait pas peur de tomber comme lorsqu'elle était plus jeune. Heïan était là. Elle ne risquait rien tant qu'il était près d'elle. Tant que son odeur emplissait ses narines. Que sa voix résonnait au creux de ses oreilles…


-Voilà, mon coin secret ... et ... le tient à partir d'aujourd'hui, si tu le désires.

Elle le regarda en même temps que lui et vit son sourire illuminant la lueur qui brillait dans ses yeux. Une main de Melley agrippa sa natte et, comme toujours lorsqu'elle était trop nerveuse, elle se mit à jouer avec, la tournant entre ses doigts. La nuit était magnifique. Jamais elle n'oublierait cela. Jamais. Il lui offrait tout de même un lieu intime pour lui.

-C'est splendide Heïan. Vraiment. C'est un lieu apaisant, je peux comprendre que tu venais ici…

Elle inspira un grand coup, oxygène mélangé entre l'odeur du jeune homme et l'air pur de la nuit. Ils n'avaient même pas besoin de parler. Le silence faisait lieu de toutes paroles et elle sentait que lui aussi était détendu. Déjà moins nerveux que tout à l'heure lorsqu'il lui avait demandé de rester.

Elle se rapprocha de lui à le coller et posa sa tête contre son épaule, profitant de la vue fantastique que leur offrait la lune et ses enfants les étoiles.


-Je ne me suis jamais sentie aussi bien qu'avec toi Heïan…

Elle sentait le médaillon contre sa poitrine, et elle aurait juré qu'il battait au même rythme que son cœur, qu'il était lui aussi vivant. Levant la tête, elle admira le visage du jeune homme, mais d'en-dessous. La lune l'éclairait en partie, et le jeu d'ombres et de lumières lui donnait un charme mystérieux auquel elle ne sut résister…

Sa main, une nouvelle fois, vint trouver celle d'Heïan. Elle la serra fortement, fermant les yeux contre son épaule.

Elle ne voulait plus partir. Plus du tout. Parce qu'elle savait que, loin de lui, elle ne serait plus elle-même. Qu'elle ne serait plus entière. Heïan comptait à ses yeux, bien plus qu'elle ne l'avait cru. Et même s'ils ne se connaissaient que depuis trois jours.

Pour elle, c'était l'éternité…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] EmptyLun 8 Oct 2012 - 2:58

Deux paires de jambes se balançaient maintenant dans le vide alors que la douce brise caressait le visage du duo qui se regardait. D'un geste nerveux, la jeune femme avait attraper sa tresse et s'était mise à la tourner entre ses doigts fins et délicats. Son sourire ne s'estompa pas, au contraire, il trouvait même ça rigolo.

'' C'est splendide Heïan. Vraiment. C'est un lieu apaisant, je peux comprendre que tu venais ici ... ''

partager ce lieu avec elle lui faisait plaisir et lui permettait de le connaître encore un peu plus. Déjà en très peu de jours, ils avaient appris beaucoup l'un de l'autre. Alors que d'autres mettaient beaucoup plus de temps à y arriver. Cela pouvait se compter en semaine, en mois, voire en années.

Les jeunes gens observaient l'horizon dans une absence totale de discussion. Le besoin n'était pas là. Ils profitaient tout simplement de la présence de l'autre et de la vue que la nature leur avait offerte. Peu importait le reste, tant que Melley était là, à ses côtés.

Le regard d'Heïan était rivé vers l'horizon alors qu'il sentit la chaleur de sa compagne contre son épaule. Délicatement, elle avait apposé sa tête et les paroles qui sortirent de sa bouche lui semblaient être comme le doux murmure de la brise.

'' Je ne me suis jamais senti aussi bien qu'avec toi Heïan ... ''

Ces paroles eurent l'effet d'un baume sur son esprit. Son coeur ne se mit pas non plus à battre la chamade dans sa poitrine à son plus grand étonnement. Non. Heïan se sentait étrangement apaisé et il ne ressentait nullement de nervosité, de stress ou quoi que ce soit d'autre s'y apparentant. Son regard violacé se baissa vers la jeune femme et il lui souria doucement, alors qu'il croisa le regard rougeâtre et doré de celle-ci. La lune éclairait son visage en partie, faisant briller ses yeux emplis de douceur.

Sa main fusionnait maintenant avec celle de Melley, un geste qui démontrait beaucoup. Elle la serra fortement, en faisant de même après avoir croisé ses doigts avec les siens. La regardant, il la vit fermer les yeux tranquillement, ce sourire aux lèvres. Un sourire qui était contagieux. Un sourire qui ne devait pas disparaître et qu'il voulait protéger aujourd'hui, et pour les jours à venir. Cette femme avait changé sa vie sans qu'il ne l'ait remarqué, au début du moins. Penser à son départ éventuel était désormais impensable pour lui ... il ... voulait qu'elle reste. Autant qu'elle le voudrait, tant qu'elle le voudrait.

Aussi ridicule que cela pouvait paraître, seulement 4 jours leur avaient permis de se rapprocher, de développer un sentiment que ni l'un ni l'autre ne comprenait vraiment, puisqu'il leur était encore inconnu jusqu'à maintenant. Naëlyah avait mis Heïan sur une piste et il se doutait qu'elle avait raison, car plus il y pensait, plus il se disait que Melley occupait ses pensées. À chaque fois qu'elle se trouvait près de lui, il oubliait les horreurs qu'il avait commises par le passé et aussi celles vécues. Cette femme était sa motivation pour sortir du chemin dans lequel il avait marché, seul, depuis trop longtemps. Il était encore jeune et avait encore la chance de faire quelque chose de sa vie ... quelque chose pour la rendre heureuse et voir son sourire qui ensoleillait ses journées.

Mais voilà qu'il voulait parler et que sa langue fourcha. Les mots qu'il avait en tête s'entremêlaient à leur sortie.

'' Moi aussi ... tu ... avec toi ... bien je suis ''

De sa main libre, Heïan se frappa le front et soupira de découragement.

'' Tout se déforme à tous les coups. C'est pénible à la fin ! ''

Il grogna, mais finit par rire de lui car il se répétait les mots qu'il venait tout juste de dire. Il valait mieux en rire qu'en pleurer après tout ! Et puis, il y avait tellement longtemps qu'il n'avait pas ri. Peut-être que la fatigue ne l'aidait pas non plus, mais l'envie d'aller dormir n'était pas présente pour l'heure. S'il pouvait éteindre le temps pour en profiter au maximum et rester avec Melley, il le ferait.

Une heure, puis deux s'écoulèrent. La brise se faisait un peu plus fraîche, voire frisquette. Avant d'attraper froid, Heïan jugea qu'il était peut-être temps de retourner à l'intérieur.

Sans parler, Heïan se redressa et aida Melley à se lever, sans pour mettre fin à l'étreinte de leur main. Il l'entraîna avec lui dans leur descente jusqu'au sol et ils entrèrent par la porte arrière. Marchant dans le long couloir qui répétait l'écho de leur pas, Heïan l'apporta dans le salon, près du foyer où le feu brûlait toujours. Berthan et Naëlyah devaient être retournés à leur chambre respective depuis un moment déjà alors ils seraient tranquilles.

'' Attend moi ici, je reviens ''

L'homme disparu du champ de vision de la noirette dès qu'il entra dans la cuisine. Il mit une dizaine de minutes avant de revenir avec deux tasses où se trouvait un liquide chaud. Prenant place aux côtés de Melley qui s'était assise sur le grand coussin se trouvant devant le plancher, Heïan lui en tendit une.

'' Du lait chaud au miel. Fais attention, c'est chaud. ''
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



L'inattendu [PV Melley] _
MessageSujet: Re: L'inattendu [PV Melley]   L'inattendu [PV Melley] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'inattendu [PV Melley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Foire et marché-