''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un nouveau départ [PV Melley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 20 Oct 2012 - 17:56

-> L'inattendu

Pendant que les femmes vaquaient à leurs occupations, que Melley et Eldah étaient allées en ville et que Berthan fumait la pipe dans le salon avec Daryl, Heïan était sorti prendre l'air un moment, histoire d'aller se dégourdir seul dans le boisé qui bordait leur quartier. Il y avait longtemps qu'il n'avait grimpé dans les arbres pour sauter de branches en branches, courir en serpentant entre les vieux saules ou encore pour tout simplement reposer son ouïe de tout ce bruit provenant de la ville. Il était rare qu'il passe autant de temps dans une demeure ou un établissement et ca lui faisait étrange de ne pas passer des semaines entières sur la route à la recherche de contrats. Tout allait changer maintenant ... Non ... tout avait déjà changé et pour le mieux. Sur cette réflexion, le jeune homme se surpris à esquisser un sourire en coin alors qu'il s'aérait l'esprit. D'un autre côté il espérait trouver quelqu'un chose qui pourrait remplacer sa profession de tueur à gages qui était désormais de l'histoire ancienne ... Quelque chose qu'il aimerait, sans tomber dans la redondance et la routine. Ses choix commençaient à être limités, mais bon.

Une heure s'écoula, puis une deuxiéme. Heïan était revenu au manoir et s'était rendu au salon où son grand-père se trouvait. Celui-ci avait été peu bavard depuis leur arrivé car son épouse, Eldah, prennait souvent beaucoup de place ou prennait plaisir à jouer la maîtresse de maison. Ils avaient maintenant l'occasion de discuter tous les deux et ce, au plus grand plaisir du vieil homme qui n'attendait qu'aprés ce moment avec son petit-fils. Ils parlèrent de tout et de rien, revenant sur certains moments du passé tels que ce qui c'était après la disparition d'Heïan, comment la famille avait réagit à toute cette suite d'évenements difficiles. Ils terminèrent sur des rires et des anecdotes rigolotes alors que les domestiques commençaient déja à s'activer dans les cuisines car on y entendait des bruits de casseroles. Cependant, le jeune homme n'eut jamais connaissance du retour de sa douce et sa grand-mère. Ce ne fut que lorsque Melley entoura son cou de ses bras qu'il sursauta pour se rendre compte qu'elle était rentrée. Les lèvres de celle-ci se posèrent contre la peau de son cou pour y déposer un baiser, arrachant un sourire au jeune homme.

" Je suis de retour… "

Enfin ... Sa présence lui avait manquée, mais il avait surtout espéré que tout s'était bien passé avec Eldah et il semblait que oui. Lorsqu'il s'était retourné pour lui faire face, Melley souriait, était très détendue et l'embrassa doucement afin qu'il soit rassuré. Il était donc évident que la vieille femme avait baissée les armes et laissée une chance à Melley de faire connaissance avec elle.

Le repas du midi était venu et tous se mirent à table. L'heure était à la rigolade car Berthan et Daryl se mirent à deux pour charier Heïan qui essayait de manger. Il avait tout de même rendez-vous dans quelques minutes avec le chef des soldats du quartier de l'est de Beolan. D'ailleurs, il lui fallait se dépêcher s'il ne voulait pas trop se faire attendre! Son repas terminé, Heïan se leva de sa chaise et s'excusa de devoir partir aussi rapidement. Melley n'avait pas tardé à l'imiter, s'excusant elle aussi et faisant comprendre à son fiancé qu'elle désirait l'accompagner jusqu'au point de rencontre. Le jeune homme n'objecta pas cet intention, au contraire, il en était même ravi. Chaque instant passés avec elle était la bienvenue. La famille les laissa partir, souhaitant bonne chance au plus jeune de hommes ici présent.

Main dans la main, Heïan et Melley ne manquèrent pas de faire des envieux et de s'attirer des sourires sur leur passage dans le quartier; les nouvelles circulaient rapidement quand Eldah était dans les parages! Le couple marcha une bonne quinzaine de minutes, rvoyant le haut-gradé qui parlait avec ses hommes à l'extérieur, un peu plus loin. Avant d'aller à sa rencontre, Heïan vola un baiser à sa douce et la regarda en souriant, un peu nerveux soudainement.

" Ça ira ? Je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur pendant mon absence ... "

Il ne pouvait s'empêcher d'être iinquiet quant au fait de la laisser se promener seule dans la ville. Elle la connaissait un peu maintenant, certes, mais Beolan était une grande cité et s'il lui arrivait quelque chose, il s'en voudrait pour le restant de ses jours. Melley lui souriait, se blotissant contre lui pour lui montrer qu'il s'inquiétait pour rien et que tout irait bien. Ils s'embrassèrent et se quittèrent lorsque le chef des soldats lui envoya la main, l'invitant à le rejoindre.

Les deux hommes entrèrent après s'être salué convenablement et Heïan le suivit dans son bureau qui ressemblait plus à un mini dépot d'arme mixé à une bibliothèque. L'homme l'invita à prendre place, voyant l'interrogation dans les yeux de son invité.

" Vous devez vous demander pourquoi je vous ai convoqué ici, monsieur Kreiss. À moins que je ne me trompe. "

" Vous pouvez m'appeller par mon prénom et ... Me tutoyer. J'ai un peu de mal avec toute cette politesse de bourgeois. "

Le soldat se mit à rire de bon coeur alors qu'il s'accoudait contre son bureau en bois de cerisier massif. Heïan souria d'amusement avec la réaction de son interlocuteur qui ne semblait guère se refuser les formules de vouvoiement.

" Parfait dans ce cas, Heïan. J'avoue que c'est un cadeau que tu me fais là. Tu peux m'appeller Dart. "

Les présentations finales faites, Dart inspira et fusionna ses mains ensemble au niveau de son menton. Cette posture lui donnait des allures d'homme sévère alors qu'il devait avoir 4 ou 5 ans de plus qu'Heïan. Ses cheveux noirs étaient long et constamment attachés à l'aide d'une lanière de cuir contre sa nuque. Ses yeux vert étaient percants et analysaient constamment ce qui l'entourait. Un sourie se dessina alors sur ses lèvres alors qu'il s'adossa contre le dossier de sa chaise.

" Je t'ai fait venir ici aujourd'hui car j'ai quelque chose à te proposer ... "

" Je t'écoute "

" J'ai cru remarqué que tu détenais de bonnes habilités au combat. Pas que j'ais vu quoi que ce soit, mais plutôt car tu t'es superbement bien défendu contre notre violeur de jeune femme il a quelques jours. De plus, je crois que tu aurais le potenciel de devenir un bon soldat. "

Est-ce qu'il était en train de lui offrir de rejoindre ses rangs ? Non ... Impossible. Heïan était un hors-la-loi, pas une personne qui la respectait ou la faisait respecter !

" Je ne crois pas que ... "

" Avoir le profil pour devenir l'un des nôtres? Détrompe toi ... J'ai un sixième sens lorsqu'il s'agit de trouver des hommes de ton potenciel. J'ai entendu dire que tu avais un passé trouble et peu glorieux, mais je m'en contre fiche. "

Les rumeurs allaient vite, mais rien de bien concret. Seule sa famille proche et Melley était au courant pour le sang qu'il avait fait coulé par le passé. Cependant, il avait toujours prit soin de se renseigner sur ses cibles, de les espionner, afin de savoir s'ils'agissait là d'honnête gens ou non. Dart se fit silencieux, attendant une réponse de la part de son interlocuteur qui ne savait pas réellement quoi dire puis reprit.

" Bien entendu, il te faudra passer par le même chemin que nos recrues, mais j'ai la certitude qui tu graviras rapidement les échelons, Heïan. Ma proposition t'intéresse t'elle ? "

Passer de tueur à gages à soldat de Beolan; pourquoi pas. Les dieux auxquels ils n'avaient plus cru depuis des années lui tendaient la main de nouveau, lui donnant une autre chance afin de rendre sa vie meilleure. Pourquoi ne pas la prendre et tenter le coup? Le jeune homme en connaissait une qui sauterait de joie en apprenant cette nouvelle: Melley.

" J'accepte "

" Voilà une réponse comme je les aime ! Si ça ne te fait rien, je vais tester des habiletés tout de suite, pendant que j'ai un peu de temps libre. Suis-moi "

Dart se lev de sa chaise, contourna son bureau et prit les devants dans un long et étroit couloir qui débouchait sur une court d'entrainement arrière. Une dizaine de mannequins de bois entaillés s'y trouvaient. À part une recrue qui s'entrainait, il n'y avait qu'Heïan et le haut-gradé sur place.

" Quelle type d'arme ? "

" Légères, deux épés courtes feront amplement l'affaire. "

Dart acquiessa d'un signe de tête et empoignant les armes d'entrainement qu'il lança au jeune homme. Celui-ci les attrapa aussitôt alors que son instructeur prit une lance d'entrainement. Sans crier garre, Dart attaqua pour tester les réflexes d'Heïan et fut surpris de voir à quel point il était rapide sur ses esquives et ses ripostes. Comme il le pensait cet homme était aussi agile qu'un félin. Avoir un homme de ce calibre dans ses rangs ne serait qu'avantageux. Les autres étaient fort comme des boeufs et grand comme des géants. Heïan leur permetterait d'ajouter un plus avec sa rapidité et son agilité, quelque chose qui leur manquait dans les rangs. Les voleurs qui fuyaient sur les toits ne pourraient plus leur échapper très longtemps maintenant.

Une série de tests d'aptitudes s'en suivirent et Heïan les passaient sans trop de difficulté. D'autre plus facile et d'autres moins évident. Il fallait dire que le poid d'une arme enlevait la fluiditié d'un mouvement et sa discrétion. Sans oublier qu'elle était lourde ... Dart finit par libérer Heïan pour le restant de la journée, se donnant rendez-vous pour commencer sa nouvelle profession dans deux jours. Le jeune homme ne fit que sauter par dessus la clôture, saluant son futur employeur avant de se lancer à la recherche de sa douce qui ne devait pas être bien loin.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 22 Oct 2012 - 13:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 20 Oct 2012 - 20:42

Heïan se leva lorsque tout le monde bougea pour aller à table. Melley suivit et tout le monde paraissait de bonne humeur en cette belle journée. Berthan et Daryl rirent en charriant Heïan, l'empêchant de manger correctement. C'était la première fois que Melley voyait le vieux monsieur rire et parler autant en fait. Eldah lui faisait de l'ombre le reste du temps. D'ailleurs, celle-ci riait avec Naëlyah et Serra, ne se préoccupant plus du tout de l'Archère, comme la veille. Ayant finit de manger, Heïan se leva, prêt à aller à son rendez-vous avec le haut gradé de Beolan, s'excusant auprès de tout le monde. Melley l'imita, bien décidée à l'accompagner jusque là-bas. Il n'y vit aucun inconvénient et, ensemble, ils sortirent du manoir, main dans la main.

Ils commencèrent à marcher, attirant les regards et les sourires des passants. Tout le monde était au courant pour eux ? Comment ? Aussi vite ?!
Elle ne prit pas garde et continua sa route avec Heïan, jusqu'à ce qu'ils aperçoivent le haut gradé, plus loin, discutant. Ils se stoppèrent et le jeune homme se tourna vers elle, lui volant un baiser et la regardant en souriant. Elle le sentit devenir nerveux. A cause de son rendez-vous ou parce qu'il devait la laisser seule ?


-Ça ira ? Je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur pendant mon absence …

Elle sourit et le serra contre elle, pour lui donner un peu de sa force, mais surtout pour lui signifier qu'il n'avait pas à s'inquiéter et que tout irait bien pour elle.
Se détachant, ils s'embrassèrent lentement avant qu'elle ne le laisse aller vers le haut gradé qui tendait déjà la main vers eux, faisant signe à Heïan d'approcher.

Elle resta immobile, les regardant entrer dans le poste, jusqu'à ce que la porte soit refermée. Puis, elle tourna le dos et commença à marcher. En fait, elle ne savait vraiment pas ou elle se rendait. Elle comptait vagabonder, découvrir les recoins de la ville. Ne pas trop s'éloigner du poste surtout.

La foule était dense, tout le monde se précipitant sur les meilleurs articles des marchands. Melley se glissait entre eux, s'excusait lorsqu'elle en bousculait un par mégarde et continuait sa route. Il y avait tant de fragrance ici…là, les fleurs en pot de la fleuriste, plus loin l'odeur du poisson fraîchement pêché, ici le parfum de la viande prête à être rôtie. Elle voudrait offrir un cadeau à Heïan aussi, mais ne savait pas quoi, et devait regarder le prix maintenant jusqu'à ce qu'elle trouve un emploi. Un emploi…oui mais quoi ? Comme Heïan, elle ne s'était jamais penchée sur la question, avait toujours aidée ses parents. Tout ce qu'elle faisait c'était tirer à l'Arc.

Elle marchait, perdue dans ses pensées, au milieu d'une petite rue presque déserte. Comment était-elle arrivée là ? Super…il fallait qu'elle retourne sur ses pas avant de se perdre complètement.
Elle se retourna en soupirant et entra en collision avec…un torse.

Elle fronça les sourcils, prête à s'excuser, lorsqu'elle reconnut l'homme de la dernière fois. La "connaissance" d'Heïan.


-Tiens…je te connais toi…

-Mais moi pas.

Il rit et s'approcha encore.

-Sans lui je n'ai pas à avoir peur de toi je crois hein ?

Elle soupira, éloignant la peur qui voulait s'infiltrer en elle. Seule avec un homme qui avait de mauvaises intentions…

-Je crois qu'au contraire tu devrais avoir peur…

-Et pourquoi donc ? Explique-moi ce qu'une minette comme toi pourrait me faire ?

Elle sourit, sa main caressant le manche de la dague qui ne la quittait jamais lorsqu'elle sortait. Son Arc, lui, était dans sa chambre, chez Berthan.
L'homme s'approchait toujours, la forçant à reculer pour l'acculer contre un mur. S'il croyait qu'elle allait se laisser faire il se trompait.


-Tu portes un joli collier…je crois que je vais le prendre aussi

Il tendit une main, dans le but évident de lui arracher son médaillon. Sauf que cela l'énervait. Malgré la peur qui venait, malgré le fait qu'elle cherchait un moyen de sortir de la ruelle, elle s'énervait. Attirait-elle les ennuis ou quoi ??
D'une main, elle repoussa celle de l'homme qui attrapa son poignet au passage. Ses yeux se posèrent alors sur la bague qui ornait son doigt.


-Ainsi le grand Heïan Kreiss va épouser une pouffiasse des rues ? La rumeur se confirme. Et que dit grand-maman Kreiss de tout ça ?

Elle fronça les sourcils. Il insultait Heïan ! Et elle aussi mais elle s'en fichait. Et comment était-il au courant pour Eldah ?

-Tu veux un secret de la pouffiasse ?

-Vas-y je suis curieux…

-Tu ressembles à un orang-outan mal baisé.

Puis elle lui cracha au visage. Elle avait horreur de faire cela, mais elle ne voulait pas faire couler le sang et elle ne savait pas se battre au corps à corps. Pas correctement en tout cas et surtout pas face à cet homme bien plus lourd qu'elle et Heïan réunis. Sur le coup, il l'avait relâchée, se frottant le visage, ce qui lui permit de se faufiler derrière lui et de commencer à courir vers la sortie.

-Reviens ici !

Flute il s'était vite remis en selle. Elle se maudit et analysa le lieu. Un fin sourire étira ses lèvres et elle allongea le pas, sautant sur la caisse retournée, s'élançant dans les airs et agrippant le rebord du toit de ses doigts. Elle se hissa tant bien que mal sur les tuiles et se retrouva à plat ventre, observant la rue en contre bas et le voyou qui la cherchait des yeux. Elle ricana et se releva lentement. Et il l'entendit.

-Ahh…l'oiseau tente de s'envoler…

Elle commença à courir sur le toit, augmentant sa vitesse pour sauter sur le suivant. D'un bond, elle s'envola, comme il l'avait dit, battant l'air de ses bras, atterrissant en roulé-boulé sur le prochain toit. Se relevant, essoufflée, elle se retourna, espérant intérieurement que la corpulence de l'orang-outan l'empêche de grimper. Oui mais…un orang-outan sait escalader. Le voilà qui apparaissait au loin, un sourire sadique aux lèvres. Étrangement, elle n'avait pas ou plus peur. C'était comme si elle était revenue dans le passé. Lorsqu'elle courrait ainsi pour fuir les voyous qu'elle avait énervés en tirant mieux qu'eux avec son Arc. Sauf que là, s'il la rattrapait, il la violerait et la tuerait. Comme si elle était un aimant à problèmes ses derniers temps.

Se remettant à courir, elle chercha un point de repère pour savoir ou elle se situait dans la ville. Le marché était là en bas, à attendre le bruit de la foule. Il fallait qu'elle se rapproche du poste de garde. Pas pour réclamer de l'aide, mais pour retrouver Heïan avant qu'il ne s'inquiète trop. Elle ne savait pas quand est-ce que le haut gradé le lâcherait, et une bonne heure et demie s'était déjà écoulées. Derrière elle, elle entendait les pas lourd de son poursuivant et elle se tourna sans s'arrêter pour évaluer la distance. Mon dieu il gagnait du terrain ! Elle se retourna une nouvelle fois et se stoppa brutalement, manquant tomber dans le vide. Il n'y avait plus de toit là.

Elle était bloquée sur le toit donnant sur la grand-rue. La maison en face du poste de garde ! Il fallait qu'elle redescende ! Hin hin…par ou ? C'était trop haut pour sauter, elle se casserait les jambes. Il n'y avait pas de charrettes de foin pour amortir sa chute.


-Tu…..m'as…pff…fait courir…pouffiasse…

L'autre était arrivé, se penchant, les mains sur ses genoux pour reprendre son souffle. Elle n'avait pas vu Heïan, en bas, devant le poste de garde.

-Pauvre petit. Il faut manger moins et bouger plus.

-Tu vas me le payer, sale garce !

Elle rit, se moquant clairement de lui. Puis elle s'approcha et le poussa en arrière. Il tomba, roulant sur lui-même, tombant dans le vide, se raccrochant au toit avec ses doigts.

-Aide-moi ! Je t'en prie !

Melley s'accroupit au-dessus de lui. Elle avait perdu son sourire et était parfaitement sérieuse. Elle était fière d'avoir réussi à se contrôler et s'en sortir seule. Pour le moment du moins.

-Je ne vois pas pourquoi je devrais t'aider.

-S'il te plaît ! Je…j'arrêterais de vous chercher !

-Oui il vaudrait mieux. Fiche nous la paix et retourne avec ta bande de copains. Maintenant donne-moi ta main.

Il la regardait, complètement terrorisé, et il lui tendit une main tremblante. Elle la prit et la serra, calant ses pieds sur les tuiles pour ne pas glisser elle-même et commença à tirer. Sauf qu'il était bien plus lourd qu'elle.

-Mais aide-moi ! Hisse-toi pendant que je te tire !

Il serrait sa main à lui bloquer le sang, ne faisant rien pour l'aider à le remonter. Elle tirait de toutes ses forces, mais rien à faire. Sa main glissait dans la sienne et elle allait lâcher prise sous peu.

-Aide-moi ne me laisse pas tomber !

-Non tu ne tomberas pas ! Mais aide-moi à te hisser !

-J'y arrive pas !!

-Tu n'essayes pas !

Elle tirait, tirait, mais rien. Ses pieds glissaient, elle voyait le vide se rapprocher d'elle lentement. L'homme paniquait complètement et gigotait bêtement.

En fait, c'est là qu'elle souhaitait avoir une aide quelconque. N'importe qui. Mais qui se promenait sur les toits à part eux ?

Elle priait, glissant lentement, entraînée par le poids du voyou qui ne faisait rien pour se redresser…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 20 Oct 2012 - 22:21

Scrutant les environs de son oeil de lynx, Heïan ne voyait pas celle qu'il cherchait et n'osait pas non plus s'aventurer sur la place du marché au risque de ne pas la retrouver. Peut-être était-elle en chemin pour venir le rejoindre ? Ou elle s'était perdu quelque part ... À moins qu'elle soit en mauvaise posture. Peut-être qu'il aurait dut l'amener avec lui au quartier général finalement. À force de se poser des questions comme celles-là, Heïan se mit à se faire des scénarios mentaux et à devenir anxieux. Croisant les bras, il attendit quelques minutes, regardant un peu partout jusqu'à ce que quelque chose sur un toit attire oeil. Tournant la tête en cette direction, le jeune homme n'aperçut que deux silhouettes; l'une se tenant dans le vide par un bras alors qu'une autre semblait tirer pour l'aider à remonter. Que ce passait-il là bas ?

D'un pas plutôt rapide, Heïan s'approcha alors que les silhouettes devenaient de plus en plus clair. L'un des hommes qui les avait tabassé la veille se retrouvait suspendu dans le vide alors que ... Melley ?! Une expression de stupeur se dessina sur son visage et aussi rapidement qu'il le put, le jeune homme s'approcha du lieu et dut contourner le commerce afin de trouver un endroit où il pouvait se hisser. Il devait faire vite avant que sa douce ne lâche prise et qu'elle soit entrainée dans la chute de ce gros lourdeau. Grippant sur un tonneau de vin vide, Heïan sauta et s'accrocha sur le bord d'un toit pour s'y hisser en toute hâte. Courant, l'homme s'approcha de Melley qui commençait à être à bout de force et du crétin qui la suppliait de le remonter, de ne pas le laisser tomber.

Arrivant derrière l'archère, Heïan alla prendre le poignet de l'homme qui faillit tomber, mais qui fut rattrapé juste à temps. Celui-ci hurlait comme un enfant.

'' Mais tu vas la fermer, bon sang ! Donne moi ton autre main qu'on puisse te hisser ! ''

'' J'y arrive pas ! M'laissez pas par pitié ! ''

'' Tu veux finir en crêpe au sol ? ''

'' NON ! ''

'' Alors donne moi cette fichue main qui pend dans le vide depuis tout à l'heure et arrête de geindre ! ''

Le ton brusque et froid qu'avait emprunté Heïan l'avait secoué et le voyou avait put prendre ses dernières forces pour se donner un élan et étirer son bras vers le haut alors que le tueur à gages le tenait à bout de bras en le tirant vers eux avec l'aide de Melley. Heïan prit la seconde main et il fut plus aisé de le hisser sur le toit.

'' M-m-merci ... et p-p-pardon pour ce qui s'est passé ... ''

Fronçant les sourcils, Heïan tourna les yeux vers Melley, puis les reposa vers lui qui se sentit soudainement petit dans ses pantalons. Le regard que lui jetait Kreiss voulait tout dire et il sut que s'il avait osé touché à cette femme, qu'il ne s'en serait pas tiré entier.

'' Je vais vous laisser tranquille ! C'est ... c'est promis ! Je ne vous causerai plus d'ennuis ! ''

'' Je l'espère ... file avant que je ne change d'avis '' cracha t-il.

L'homme prit ses jambes à son cou alors qu'Heïan le suivait du regard jusqu'à ce qu'il disparaisse descendant du toit. Il se reposa ensuite vers Melley qui semblait ne rien avoir de cassé, mais à bout de force. Une chance qu'il avait été dans le coin parce que quelques minutes plus tôt, il aurait été trop tard. D'une main, il caressa sa joue remontant jusqu'à ses cheveux pour replacer quelques mèches dans sa fine chevelure. Un baiser fut déposé sur son front avant qu'ils ne se décident de descendre et de mettre le pied au sol.

Ce fut d'un pas non-chalant qu'ils empruntèrent le chemin qui menait vers le manoir. Heïan avait croisé ses doigts entre ceux de Melley et sans la regarder, il lui annonça la nouvelle qu'elle devait attendre avec impatience.

'' Je serai un peu moins présent dans deux jours ... j'espère que tu ne m'en voudras pas. ''

Il avait sentit le regard inquiet de sa fiancée, alors que lui arborait un faible sourire en coin.

'' Tu auras un tas de ferraille comme homme ''

Finalement, Heïan tourna les yeux vers la jeune femme qui était plus qu'heureuse. Lui, n'arrivait pas encore à le croire. Il allait enfin laissé son lourd passé de tueur à gages pour exercer un emploi honnête à Beolan. Finit le vagabondage, finit la vie de sans abris. Il ne creverait plus de faim, n'aurait plus à économiser pour se payer une chambre à l'auberge et n'aurait plus à se les geler lorsqu'il se lavait dans les lacs et rivières glacées. C'était un nouveau tournant dans sa vie, une nouvelle page ... un nouveau livre dans lequel allait être écrit son histoire, leur histoire. Et la femme de sa vie pourrait avoir sa famille, celle qu'elle désirait tant et il la lui donnerait.

Entre temps, ils arrivèrent au manoir où Berthan les acceuillit, passant par là.

'' Tiens ! On dirait qu'il n'y a que des bonnes nouvelles à voir vos figures, les jeunes ! ''

'' En effet oui ''

'' C'est bien ça ! Ah et ... après le repas, ne comptez pas aller trop loin, j'ai ... quelque chose pour vous. En fait, c'est de la part de toute la famille. Ça vous plaira, j'en suis certain ! ''

L'homme leur fit un clin d'oeil suivit d'un sourire malicieux. Heïan ricana, connaissant cet air; Berthan avait fait le cachottier pendant tout ce temps. Qu'avait-il donc de si intéressant pour eux ?


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 22 Oct 2012 - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 20 Oct 2012 - 23:16

Melley fermait les yeux comme si cela allait lui donner plus de forces. L'autre balourd gesticulait toujours, ne faisant rien pour l'aider ! Il gémissait, suppliant les dieux d'être cléments. Elle avait juste envie de lui en foutre une ! C'est là qu'elle entendit des bruits de pas derrière elle, puis une silhouette se poster à ses côtés et agripper le poignet de l'orang-outan qu'elle lâchait dangereusement.

-Mais tu vas la fermer, bon sang ! Donne moi ton autre main qu'on puisse te hisser !

Heïan ! Elle fût tentée de soupirer de soulagement. Tentée. Parce que si elle le faisait, elle relâcherait ses efforts et entraînerait la chute du voyou, mais aussi d'Heïan et d'elle-même.
L'autre prétextait ne pas y arriver, pleurait comme un bébé. Melley était exaspérée et elle sentait bien qu'Heïan aussi. Il le prouva par le ton tranchant qu'il employa, un ton qui fît comprendre à l'autre que c'était maintenant ou jamais. Ébranlé, le voyou parvint à donner sa main et Heïan comme Melley purent le hisser sur le toit, le laissant s'affaler à plat ventre sur les tuiles, essoufflé.


- M-m-merci … et p-p-pardon pour ce qui s'est passé …

Melley sentit le regard de son chéri sur elle et le soutint, gardant un visage neutre. Heureusement il ne posa aucune question et reporta son attention sur le voyou qui se relevait tant bien que mal. Melley reprenait son souffle, ses bras lui faisant mal. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus rien tracter d'aussi lourd ! Il fallait qu'elle se réhabitue.
Après avoir promis qu'ils ne les embêteraient plus, l'orang-outan s'éloigna, descendant gauchement du toit, laissant le couple seul.


Heïan s'approcha d'elle alors qu'elle cherchait encore son souffle et lui caressa la joue, replaçant les mèches de cheveux en arrière, dégageant son visage tendrement. Elle frissonna, souriante, et il lui déposa un doux baiser sur le front avant de l'entraîner vers le bord du toit pour redescendre sur le plancher des vaches.

Ils se dirigèrent lentement vers le manoir, la main d'Heïan entremêlée à la sienne. Melley était heureuse qu'il soit arrivé à temps. Une minute de plus et elle aurait lâché prise, chutant avec le voyou. Et, maintenant que c'était passé, elle voulait savoir ce qu'il s'était passé de son côté. Ce que le haut gradé lui avait dit. Il annonça, sans la regarder :


-Je serai un peu moins présent dans deux jours ... j'espère que tu ne m'en voudras pas.

Elle le regarda, soudain inquiète. Qu'est-ce qu'il lui chantait ? Elle voulait qu'il continue ! Tout de suite ! Elle allait pour rouspéter, mais il continua, un mystérieux sourire aux lèvres :

-Tu auras un tas de ferraille comme homme.

Un tas de ferraille ? Son cerveau mis quelques secondes à comprendre, et une fois fait elle sourit, plus qu'heureuse ! Il avait un emploi ! Un emploi honnête ! Garde de Beolan…elle fantasmait déjà, l'imaginant dans une somptueuse armure…
Elle se mordit la lèvre, serrant sa main dans la sienne. Elle était heureuse…passer de tueur à gages à représentant de l'ordre…quel revirement…quel beau revirement…

Ils arrivèrent au manoir, ou Berthan les accueillit, tout sourire. Il remarqua leurs visages radieux, Heïan s'empressant de confirmer les bonnes nouvelles. Ensuite, l'oncle leur dit quelque chose d'assez mystérieux :


-C'est bien ça ! Ah et ... après le repas, ne comptez pas aller trop loin, j'ai ... quelque chose pour vous. En fait, c'est de la part de toute la famille. Ça vous plaira, j'en suis certain !

Elle fronça les sourcils alors que Berthan leur faisait un clin d'œil malicieux. Qu'est-ce qu'il leur préparait ? Il est vrai qu'il était mystérieux ces derniers jours…Heïan ricana, mais Melley était sûre qu'il ne savait rien. Il connaissait juste son oncle sur le bout des doigts.

Melley suivit le jeune homme et son oncle à l'intérieur du manoir, ou tout le monde discutait au salon, tasse de thé en main. Ils entrèrent et saluèrent tout ce petit monde avant de remonter doucher, pour être plus présentables pour le repas et pour…ce que Berthan voulait leur montrer.

Ils douchèrent rapidement et, alors qu'elle séchait le merveilleux dos d'Heïan, l'embrassant partout sans pouvoir se retenir elle lui dit :


-Félicitation, mon preux chevalier…

Il se retourna et elle lui vola un long baiser avant de lui permettre d'aller s'habiller pour le repas du soir.

Elle laissa ses cheveux libres, pour qu'ils puissent "respirer" et revêtit une petite chemise bleue ciel, sur un pantalon noir. Elle rejoignit Heïan qui était tout aussi élégant, quoique même nu il était élégant [ok je sors…], et ils descendirent prendre leur repas. Melley avait l'impression de ne faire que ça, prendre des repas. Matin midi et soir. Normal me direz-vous. Mais pour quelqu'un qui s'était habitué à sauter pas mal de repas, c'était étrange de reprendre le cours normal de la chose.

C'est pour cela aussi qu'elle mangeait moins, déjà. Son estomac n'en pouvait plus et elle ne voulait pas profiter. Avisant la bague, Eldah déclara :


-Toutes mes félicitations. Il va falloir l'organiser à présent. Avez-vous déjà songé à l'église, aux fleurs, aux invités et tout ce qui s'ensuit ?

Melley ouvrit la bouche, ne trouva rien à dire et la referma. L'organiser ? Oui, mais elle pensait d'abord prendre le temps de se trouver un chez-eux avant d'y penser…d'économiser de l'argent pour tout payer aussi…

-Euh…nous n'en avons pas encore parlé…

En même temps, la demande datait de la veille, et la nuit avait été surbookée…rien qu'en y repensant Melley se sentit frissonner.

-Je prendrais les choses en main, tu n'as pas de soucis à te faire !

Melley se mordit la lèvre, ne sachant que répondre. De l'aide, elle voulait bien en recevoir, mais qu'Eldah fasse tout, non…Heïan comme elle avait leur mot à dire et elle était sûre qu'ils avaient des goûts différents de ceux de la vieille femme. Heureusement, Naëlyah mit fin à tout cela :

-Ils ont encore le temps pour y penser…et je suis sûre qu'ils s'y prendront comme des chefs !

Melley lui sourit, reconnaissante. Elle n'avait pas trouvé quoi dire pour ne pas vexer Eldah. Maintenant que la vieille dame lui laissait sa chance, elle n'allait pas la gâcher…
Heïan n'avait rien dit et elle tourna la tête vers lui, mâchant une nouvelle bouchée de son repas. Il semblait perdu dans ses pensées. Mais quelles pensées ? Elle espérait rien de grave…

Ne pouvant quitter la table à cause de ce que Berthan avait à leur montrer, Melley écouta les conversations, sans pour autant comprendre de quoi il s'agissait. Elle stressait un peu, bien qu'elle se doutât que la surprise allait leur plaire, comme l'avait dit l'oncle du jeune homme.

Et justement, ledit oncle semblait vouloir faire durer le suspens…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyDim 21 Oct 2012 - 21:28

Berthan se dirigea vers le salon où presque toute la famille se trouvait. Seule Naëlyah était absente car elle était en train de s’occuper de ses fleurs à l’extérieur et en récoltait pour se rendre ensuite à la foire. La fleuriste et elle travaillait étroitement et gagnait plutôt bien leur vie de cette manière. Heïan et Melley les saluèrent tous avant de monter à l’étage afin de se préparer pour le repas du soir. Ils se lavèrent, sans prendre autant de temps qu’à l’habitude. Ils se séchèrent ensuite, sa bien-aimée lui embrassant le dos et le faisait frissonner.

'' Félicitation, mon preux chevalier… ''

Preux chevalier ? Lui ? Il n’allait être qu’un simple soldat parmi tant d’autres, un tas de ferraille qui ferait le ménage à Beolan. Et pour une des rares fois, il ferait parti des hommes les plus petits des troupes. Au moins, il s’agissait là d’un travail honnête et beaucoup plus prestigieux que … tueur à gages. Se retournant alors vers elle pour la remercier, Melley le coupa en lui volant un long et doux baiser. Ils se sourièrent puis purent aller se vêtir. Heïan ne mit que quelques minutes à se préparer, ayant enfilé un pantalon noir agencé à une chemise de la même couleur, laissant quelque peu ouverte au niveau du poitrail. Il roula les manches jusqu’à la moitié de ses avant-bras, détestant avoir l’air d’un bourgeois. Malgré cet arrangement, il semblait décontracté. Melley fut prête dans les mêmes temps, laissant ses cheveux noir de jais légèrement ondulés descendre dans son dos et ses épaules. Sa crinière épousait parfaitement son visage, mettant en évidence ses magnifiques yeux. Elle était si belle ainsi, bien qu’elle l’était toujours, mais bon.

Ils descendirent alors en bas, prenant place autour de la table pour le repas. Les domestiques posaient déjà les plateaux devant chacun d’eux, les laissant manger à leur rythme. Heïan ne faisait qui picorer, son estomac ne réclamant aucune nourriture. Tout comme sa douce, il avait apprit à se nourrir que lorsqu’il en avait réellement besoin. Lorsqu’on voyageait, rare étaient les occasions d’avoir un bon repas chaud devant soit, surtout en forêt. Eldah désigna alors des yeux l’anneau que portait Melley à son annulaire gauche et dit :

'' Toutes mes félicitations. Il va falloir l'organiser à présent. Avez-vous déjà songé à l'église, aux fleurs, aux invités et tout ce qui s'ensuit ? ''

'' Euh…nous n'en avons pas encore parlé… ''

Non, ils n’en avaient pas encore parlé et n’en avait pas ressentit le besoin jusqu’à maintenant puisqu’ils avaient été occupé à … autre chose de bien mieux. La demande datait quand même de la veille, était encore toute fraîche. Alors pourquoi se hâter ?

'' Je prendrais les choses en main, tu n'as pas de soucis à te faire ! ''

Heïan ne suit quoi dire, prit au dépourvus. Il ne fallait pas que sa grand-mère s’en mêle car si elle le faisait, toute la classe bourgeoise de Beolan se trouverait à leur mariage et l’idée était très loin de lui tenter ! Alors non … il avait toujours été discret et détestait être exposé aux yeux de tous de cette manière. Une simple cérémonie avec la famille proche lui convenait amplement et il était persuadé que Melley partagerait cet idée.

'' Ils ont encore le temps pour y penser…et je suis sûre qu'ils s'y prendront comme des chefs ! ''

~ Merci, maman … ~ pensa t-il alors que Naëlyah lui jeta un coup d’œil, tout sourire.

Après le repas, Heïan se leva de table, Melley l'imitant. Ils décidèrent d’aller marcher un peu afin d’aider leur corps à digérer cette quantité de nourriture qui se trouvait dans leur estomac depuis le début de la journée. La lune amorçait déjà son ascension et l’air se faisait froid au fil des jours. Signe que l’hiver s’approchait de plus en plus. L’automne déjà là, les feuilles des arbres prenaient des teintes rougeâtres et orangés alors que la brise frisquette de cette saison en faisait frissonner plus d’un. Ils marchèrent ainsi une petite heure, à déambuler dans les rues et à admirer la vue nocturne de la ville de Beolan et ses magnifiques lumières. Le jeune couple s’en retourna au manoir par la suite alors que presque toute la famille se trouvait dans le salon à discuter. Heïan et sa bien-aimée se rendirent donc au second étage, empruntant le grand escalier qui les conduirait jusque là. Ils firent un détour à la bibliothèque où la jeune femme se prit un livre et ils s’installèrent de la même façon que la première fois et cette fois-ci le canapé ne versa pas. La lecture favorisant le sommeil, les jeunes gens décidèrent de se mettre au lit et se bécotèrent avant de s’endormir l’un contre l’autre sous les couvertures qui gardaient jalousement la chaleur de leur corps. La nuit était maintenant assez avancée et tout le monde dormait profondément lorsque soudain, il y eut un faible bruit de fracas. Le sommeil, léger, Heïan se réveilla et ouvrant brusquement les paupières. Que ce passait-il ? Se tirant doucement hors du lit pour ne pas réveiller Melley qui dormait à point fermé, le jeune homme empoignant son pantalon qui trainait par terre et l’enfila. D’une main, il ouvrit le seul tiroir de la table de chevet qui se trouvait à côté de leur lit et sortir ses dagues qui n’avaient pas servit depuis un moment déjà. Ce fut alors dans la discrétion la plus totale qu’il se mouvait jusqu’à la porte de la chambre et l’ouvrit. Sortant la tête avec prudence, Heïan regarda et écouta; rien. Le bruit ne venait donc pas d’ici alors … d’où venait-il ? De la bibliothèque … sans aucun doute.

Le jeune homme quitta donc la chaleur de la chambre, refermant délicatement la porte derrière lui et, torse et pieds nus, se dirigea en silence jusqu’à l’arche qui délimitait la bibliothèque du couloir. Collé contre le mur, Heïan étira le cou et observa d’un seul œil à l’intérieur, tentant de voir ce qui se passait.

Les rideaux de soie rouge volaient doucement au rythme de la brise nocturne qui s’échappait de la fenêtre cassée. La lune elle, éclairait les débris de verre qui jonchaient le sol de l’immense pièce emplit d’objets antiques. En vitesse, Heïan se glissa dans la pièce, restant caché dans l’ombre et observant de ses yeux perçants l’endroit. Jusque là, il ne voyait rien, mais entendait quelque chose. Son regard se posa alors sur une silhouette qui se détachait de l’ombre, postée devant une vitrine où se trouvait une petite sculpture de grande valeur. Ce qui semblait être un homme, ouvrit la porte de cette même vitrine et prit l’objet qu’il rangea délicatement dans un large sac de cuir. Sac qu’il commençait tout juste à remplir … Brusquement, l’homme tout de noir vêtu se retourna en direction d’Heïan qui l’observait depuis quelques secondes déjà, prenant soin de tirer une longue dague de son fourreau. Ce voleur n’était pas un amateur. Sa posture, sa prestance, son énergie et sa prudence faisait de lui un professionnel, une personne qui savait clairement ce qu’elle faisait. Venant de se faire prendre la main dans le sac, le criminel se devait d’éliminer son témoin afin de prendre la fuite, ce qu’il fit. Agile et rapide, le voleur courrait en direction d’Heïan, sautant pour prendre appuis sur le dossier du canapé et fonçant l’arme levée. Heïan leva aussitôt ses dagues et les plaça en croix devant son visage afin de bloquer le premier assaut de l’assaillant. Il le repoussant, pivota sur sa jambe droite et lui donna un coup de pied rapide dans le ventre, faisant voler le criminel à la renverse. Celui-ci se redressa, posa son sac par terre et retroussa ses manches, un sourire sadique se formant dans l’ombre de son capuchon. Les hommes se lancèrent dans un combat acharné où se trouvait coups de pied, de poings et entailles ici et là. Essoufflés, aucuns des deux ne voulait abandonner et ils faisaient un vacarme fou. Heïan fit preuve d’imprudence à laissant une faille dans sa défense lorsqu’il vit, du coin de l’œil, la lumière d’une lanterne dans le couleur et les bruits de pas qui s’approchaient de la bibliothèque.

'' N’approche pas plus ! ''

'' Heïan !? Que ce passe t-il non des dieux ?! ''

'' Va t’en ! Tout de suite ! '' criait-il pour ne pas que son oncle soit blessé.

Le voleur en profita pour planter sa longue dague dans la cuisse gauche d’Heïan qui retint un hurlement de douleur en se mordant la langue. Prit de rage, le jeune homme poussa son assaillant dans une étagère alors que celui-ci l’entraina dans sa chute. L’étagère tomba lourdement contre le plancher, faisant trembler le second étage dans un bruit sourd. Le voleur, serrant toujours solidement sa lame, commença à tourner la lame dans la chair qui fit hurler Heïan de douleur. Le jeune homme lâcha et il se mangea une bonne droite juste en dessous du menton, finissant sur le dos sur une pile de livres. Le bandit lui sauta dessus, enleva son arme de la cuisse du nouveau soldat et la lui enfonça dans les côtes de droite. Rapidement, le voleur revint sur ses pas, prit son sac de cuir et courut jusqu’à la fenêtre. Il grimpa sur le balcon et sauta dans les branches sur grand saule qui se trouvait à un mètre devant lui puis disparut dans l’ombre de la nuit avec son butin. Heïan s’était relevé avec difficulté, grimaçant sous la douleur en prenant appuis contre le mur. Bien décidé à se lancer à sa poursuite, le blessé s’approchait de la fenêtre lorsque Berthan entra en tromble dans la pièce et l’empêcha en lui tirant durement le bras.

'' Stop ! Heïan ! Regarde moi ! ''

'' Mais ! ''

'' Pas de mais ! Regarde moi par tous les dieux ! ''

De force, l’oncle le prit par les épaules et le força à lui faire face. Heïan semblait fiévreux, blême. C’est là qu’il vit la lame enfoncée dans sa chair et … tout ce sang qui s’en échappait. Mais qu’est-ce qui c’était passé ?! Heïan, prit de faiblesse, tomba sur les genoux, son oncle n’ayant pas lâché son étreinte. Il accota le front de son neveu sur son épaule et redressa la tête.

'' SERRA ! ''

Berthan avait hurlé comme jamais il ne l’avait fait et des bruits de pas se firent entendre dans le couloir. Serra arriva au pas de course, suivit de Naëlyah qui était essouflée. Les deux femmes furent horrifiée et la mère poussa son frère pour prendre le relais avec son fils.

'' Il faut aller quérir l’aide d’un mage supérieur ! ''

'' Heïan à le temps de se vider vingt fois de son sang avant qu’un mage guérisseur ne vienne jusqu’ici ! ''

'' J’y vais tout de même, sinon tu n’auras plus de neveu au levé du jour ! ''

Serra partit comme une flèche, dévalant les escaliers et courant comme elle le pouvait dans les rues, un domestique à ses trousses.

'' Je … vais bien… ''

'' Espère de petit idiot ! Si tu vas bien, j’ai une poignée dans le dos ! Tu mériterais que je te gifle ! ''

'' Berthan ! La ferme ! '' Cracha Naëlyah, la voix tremblante alors qu’elle caressait les cheveux de son fils qui sombrait peu à peu dans l’inconscience.

'' Cessez … de crier, bon sang … '' murmura t-il d'une voix faible.

'' Chhhhh… garde tes forces, mon chou. Tu en auras besoin ''

'' Pardonne moi … je … ''

Naëlyah se mit à trembler et sa gorge se serra alors qu’elle sentait que son fils devenait de plus en plus mou. Berthan déchira une manche de sa chemise et s’en servit en guise de bandage qu’il mit autour de la taille de son neveu et il le prit dans ses bras pour le soulever. L’homme descendit les escaliers et l’apporta sur le canapé du salon qui était d’un blanc immaculé… pas pour bien longtemps.

'' Apportez moi de l’eau, du fil, une aiguille et des bandages, vite ! ''

'' Oui, maître Omarion ! ''

Les domestiques s’activèrent aussitôt alors qu’Heïan tomba dans les vapes.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Lun 22 Oct 2012 - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyDim 21 Oct 2012 - 22:38

La fin du repas se déroula dans le calme, et les fiancés décidèrent par la suite d'aller se promener, s'oxygénant de l'air pur que la ville dégageait en cette période automnale. Les arbres revêtaient leurs parures d'or et de rouge, comme ses yeux, le vent se faisait plus frais, la nuit arrivant de plus en plus vite. Les lumières miroitaient, et Melley était émerveillée par tout ça. Elle serrait la main d'Heïan, souriante. La vie leur souriait à nouveau, Heïan avait un emploi plus qu'honnête, ils allaient se marier…les seuls points à régler étaient l'acquisition de leur chez-eux et qu'elle-même se trouve un emploi pour économiser de l'argent.

Au bout d'une heure, ils retournèrent au manoir, commençant à avoir froid. Ils montèrent à l'étage, laissant leurs aînés discutant au salon tranquillement, pour se rendre à la bibliothèque. Elle s'installa contre le jeune homme, un livre en main. Ils lurent ainsi quelques minutes, le canapé restant bien sur ses pieds et Heïan l'aidant pour les mots compliqués. Elle lisait mieux, reprenant ses mécanismes d'antan. Quelques heures encore et elle lirait sans difficulté.
Fatigués, ils se mirent au lit, s'embrassant et caressant leurs corps en guise de bonne nuit, avant de s'endormit, blottis l'un contre l'autre…

Melley dormit à poings fermés, et lorsqu'Heïan se leva, elle ne fît que se tourner de l'autre côté, replongeant dans ses rêves…


- Va t’en ! Tout de suite !

La voix d'Heïan était nette. Melley fronça les sourcils, ne sachant pas si c'était réel ou rêverie. Mais le bruit sourd qui s'ensuivit le fît sursauter. Elle se redressa brusquement dans le lit, et constata avec stupeur qu'elle était seule. Heïan ! Tout de suite, son cœur fît un bond et elle rejeta les draps qui la couvraient pour se lever. Elle enfila à la hâte un pantalon et une chemise qu'elle ne boutonna pas entièrement, tremblant trop pour. Elle ouvrit la porte de sa chambre au moment ou Berthan passait dans le couloir, Heïan dans les bras. Son sang ne fît qu'un tour et elle mit ses mains sur sa bouche, horrifiée.

Le sang coulait, se répandant sur le tapis. Elle suivit le mouvement, arrivant dans le salon ou Berthan déposait son neveu sur le canapé qui, bien vite, se tâchant de sang. Heïan était faible, pâle, sans forces.


- Apportez moi de l’eau, du fil, une aiguille et des bandages, vite !

Les domestiques partirent au pas de course, pour chercher les objets demandés. Naëlyah tenait la main de son fils qui venait de sombrer dans l'inconscience. Berthan avait confectionné un bandage de fortune autour de sa taille, perforée d'un large trou. Sa cuisse n'était pas mieux, la chaire sanguinolente jaillissant de la plaie. Melley s'approcha, comme dans un songe. Comme dans un cauchemar plutôt. Elle tremblait, inspirait et expirait profondément. Il fallait qu'elle soit forte. Qu'elle les aide. Un domestique arriva en courant avec une bassine d'eau et un nécessaire de couture, alors qu'un autre suivait avec des rouleaux de bandages. Naëlyah prit les aiguilles en disant :

-Je vais m'en charger. Berthan tu n'as pas le doigté qu'il faut.

Mais Berthan n'était pas de cet avis :

-Tu n'es pas en état, voyons ! Tu risques juste d'accélérer sa mort !

Melley écarquilla les yeux et dit, plus fort que voulu :

-Je vais le faire !

Tous se tournèrent vers elle, réalisant enfin qu'elle était là. Elle s'approcha, bien déterminée. Elle prit l'aiguille et le fil et poussa Berthan doucement, s'agenouillant à côté d'Heïan, toujours inconscient et de plus en plus pâle.

-Mais tu ne sais pas coudre ! Et Serra qui n'est pas là…

Melley fixa Naëlyah.

-Vous allez me guider. J'ai aidé ma mère à l'époque à repriser les pantalons de mon père…

Berthan se leva et déclara :

-Bien. Occupez-vous de lui, je vais avertir les autorités et voir pour trouver la piste de notre voleur.

Il partit, deux domestiques sur les talons, laissant le blessé et les femmes seuls. Melley s'agenouilla, enfilant le fil dans l'aiguille et, par miracle, sans trembler. Elle rejetait ses émotions, ignorant son inquiétude grandissante en voyant tout ce sang qui s'échappait.

D'une voix tremblante, serrant la main de son fils dans la sienne et dégageant ses cheveux de son visage, Naëlyah débuta :


-Il faut ressouder les bords de la plaie. Cautérise bien ton aiguille pour que la blessure ne s'infecte pas.

Melley désinfecta son instrument et retira le bandage de fortune. Elle grimaça en voyant le trou béant qui ornait les côtes de son fiancé. Elle inspira et approcha l'aiguille de la plaie.

-Maintenant, prend la peau entre tes doigts et pique un bord pour le relier à l'autre…

Melley écoutait la voix de Naëlyah, plongée dans sa bulle, suivant les instructions, rejetant tant bien que mal son inquiétude. De temps en temps, la mère prenait le pouls de son fils, et la rassurait en lui disant que son cœur battait régulièrement. Elle recousît, chaque point la faisant grimacer en imaginant la douleur que cela devait être, jusqu'à ce que le sang cesse lentement de couler. Pas en un flot continue comme auparavant en tout cas. Elle nettoya la plaie, les mains pleines de sang et éloigna son aiguille.

-Tu t'es débrouillée comme une chef, Melley, bravo…

Naëlyah était admirative et Melley ne se connaissait pas ce talent pour la couture. Puis elle s'attaqua à la cuisse ou ce fût bien plus dur. Elle fît du mieux qu'elle put, peu satisfaite du résultat. Les domestiques faisaient boire Heïan, toujours inconscient. Naëlyah lui épongeait le front, perlé de sueur causée par la fièvre. Melley se mordit la lèvre, ne pouvant pas le toucher avec ses mains pleines de sang.

-Il va s'en sortir ? Demanda-t-elle en fixant Naëlyah.

-Bien sûr…il n'a pas d'autres choix…

Puis la porte d'entrée s'ouvrit sur Berthan, avec Serra et une troisième personne. Grand, vêtu d'une robe, il avait un air sévère.
Et, derrière lui, une quatrième personne, le haut gradé de la garde. En voyant Heïan, il ne put s'empêcher de dire :


-Je doute qu'il soit en forme d'ici deux jours…il commencera une fois entièrement rétablit. Montrez-moi les lieux je vous prie M. Omarion.

Berthan l'invita à le suivre et tous deux disparurent à l'étage. L'autre homme, accompagné de Serra, poussa Melley qui se releva en se tenant de côté et examina la plaie.

-Qui a cousu ? Demanda-t-il.

Melley répondit, tremblante :

-M…moi.

-Bravo petite. C'est du beau travail.

Melley ne réussit pas à sourire. Elle laissa l'homme agir. Il devait être guérisseur, elle ne savait absolument pas. Les domestiques lui présentèrent une bassine d'eau claire et elle se lava les mains, les remerciant. Ses larmes venaient maintenant. Elle ne voulait pas qu'il s'en aille…pas alors que son histoire commençait ! Pas maintenant qu'il avait trouvé le bonheur ! Elle priait les dieux pour qu'ils le lui rendent, en pleine forme.

L'homme se releva et annonça :


-J'ai écarté les risques d'infection. Il aura encore un peu de fièvre dans les deux jours, mais cela devrait aller. Il doit rester au lit, forcez le, attachez le si jamais, et boire. Boire beaucoup et manger. Son corps devra reprendre des forces.

Tous acquiescèrent et deux domestiques entreprirent de soulever Heïan pour le porter sur son lit. Une fois fait, Melley s'assit sur le lit à ses côtés, un pied par terre. Naëlyah le recouvrit avec les draps délicatement puis lui donna encore à boire, posant le verre d'eau sur la table de chevet.

-Dors Melley.

-Non…je vais veiller sur lui. Allez vous reposer…essayez du moins.

Naëlyah lui sourit faiblement.

-Sans toi il serait mort, Melley…

L'Archère se mordit la lèvre rien qu'en y pensant.

-Donne lui à boire toutes les heures. Je viendrais te voir. Je vais parler avec le soldat et Berthan. Aider Serra aussi.

Melley acquiesça, la laissant s'en aller, refermant la porte derrière elle. Naëlyah avait besoin de s'occuper, de ne pas rester inactive, et Melley le comprenait très bien.

Elle caressa la tête d'Heïan, repoussant les cheveux qui tombaient sur son visage. Elle l'observait, souriant faiblement devant son air paisible. L'homme leur avait également donné des sortes de plantes qui atténuaient la douleur et ils en avaient fait ingurgiter au blessé, pour qu'il se repose convenablement. Ce serait sans doute la douleur qui le réveillerait. Mais quand ? Melley était bien décidée à ne pas bouger jusqu'à ce qu'il revienne. Jusqu'à ce qu'il lui soit rendu. Elle veilla sur lui le restant de la nuit, lui donnant à boire, épongeant son front ruisselant de fièvre, le berçant, chantonnant, serrant sa main dans la sienne.

Il ne pouvait pas la quitter. Pas maintenant…pas comme ça…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyLun 22 Oct 2012 - 2:22

Les heures s'écoulaient lentement ... Très lentement. Le calme était revenu dans le manoir alors que dans les environs, l'alerte avait été sonnée. Les soldats s'étaient déployés et recherchaient le criminel qui était entré dans le manoir des Omarions pour voler. Dans le boisé derrière le manoir on entendait les hommes de Dart qui passaient l'endroit au peigne fin. Berthan les avait accompagné, bien décidé d'étriper lui même ce scélérat dès qu'on mettrait la main dessus. Il avait osé lever la main sur son neveu et l'avait gravement blessé alors, il en baverait autant, si ce n'est pas plus que lui. Dans la bibliothèque, les domestiques nettoyaient déja ce foutoir avec rapidité et efficacité alors que d'autre nettoyait le chemin de sang frais qui se rendait jusqu'au salon. Le canapé blanc devait être brûlé car de toute manière le sang d'Heïan l'avait taché. Serra et Naëlyah les aidait cherchant à s'occuper et à se changer les idées après cette nuit bouleversante.

Dans la chambre, Heïan était toujours inconscient et ne semblait pas souffrir de ses blessures grâce aux plantes qu'on lui avait fait ingurgiter. Celles-ci diminuaient les douleurs de manière efficace, mais temporairement. Sa respiration était courte et saccadé à cause de la blessure qui se trouvait à ses côtes. Elle avait été profonde, mais au moins il ne courrait pas de risque. Une faible fièvre et rien de plus. Le reste, ce serait le temps qui le réparerait.

Le jour se leva et personne n'avait vraiment dormit. Les yeux injectés de sang, les cernes en dessous de ceux-ci, un teint pâle ... La famille semblait revenir d'un enterrement. Dart était venu voir Berthan pour le prévenir qu'il n'avait pas trouver de trace de l'agresseur de son neveu et qu'il était toujours en liberté. Par la même occasion, il prit des nouvelles du jeune en s'informant sur son état et celle de ses blessures. L'oncle le rassura et il avait bien l'intention de mettre à exécution les recommandations du guérisseur. Il connaissait son neveu et celui-ci refuserait catégoriquement de rester cloitré dans une chambre et surtout confiné au lit pour plusieurs jours. Si Heïan bougeait trop, sa convalescence serait bien plus longue ... Et dire qu'il devait leur montrer sa surprise aujourd'hui même. Domage, mais les ouvriers pourraient ainsi finaliser la maison en entier en ne négligeant rien.

Heïan ne se réveilla que le lendemain en après midi car il sentait son côté droit en entier qui brûlait et l'élançait. Ses paupières s'ouvrir avec difficulté... Ce qu'il pouvait se sentir mal. Qu'est ce qu'il avait à la fin ? Reprennant tranquillement conscience des évènements de la nuit passée, le jeune homme allait s'assoir, mais étouffa un gémissement de douleur qui le garda couché. En plus, cette saloperie de couverture lui donnait affreusement chaud avec cette fièvre. Alors qu'il tentait de s'en débarasser d'une main, on la lui remit dessus pour ensuite lui caresser la joue ... Melley. Sa vue s'ajustait tranquillement et il vit enfin son visage, mais sur son visage était peint une affreuse inquiétude. Elle finit par lui esquisser un faible sourire en coin alors qu'il revenait parmis eux. À cet instant, Naëlyah entra avec un plateau qui contenait une tisane infusée avec l'herbe médicinale qu'on leur avait laissé pour lui. La mère s'asseya sur le fauteuil qui se trouvait maintenant à côté du lit et elle lui souria à son tour.

" Qu'est ce qu'il y a ...?" Demande t-il d'une voix si faible qu'il en fut étonné.

" Tu as perdu beaucoup de sang cette nuit et tu as sombré dans l'inconscience ... Si Melley n'avait pas gardé son sang froid et recouse tes blessures, tu ... nous aurais certainement quitté. "

La voix de Naëlyah s'était étranglée soudainement et elle posa un baiser sur le front bouillant de son fils. Elle mit une main sur l'épaule de la fiancée de son fils et les laissa seul, rassurée qu'il soit conscient de nouveau.

" Melley je ... Suis navré ... "

Et tout ça pour empêcher un voleur de partir avec une statuette, une pierre sculptée. Il aurait put y laissé sa peau ... Laissé Melley, sa famille derrière. Cette pensée le fit déglutir. Portant une main à la joue de sa douce avec ce qui lui restait de force, Heïan la caressa doucement.

" Merci ...j'aurais dut réfléchir. J'aurais dut le laisser fuir au lieu de chercher à l'arrêter. Peut-être que je ne serais pas dans cet état lamentable sinon... "

Sa voix était basse, ressemblait d'avantage à un murmure qu'à autre chose. Il était vidé de toute son énergie, mais Melley lui releva la tête et l'invita à boire le thé qu'avait apporté sa mére. L'odeur était infecte comme le goût provocant aussitôt une grimace de dégout. Il tourna la tête après la première gorgée, toussotant puis termina le liquide quinse trouvait en petite quantité dans la tasse. Ce fut ensuite l'heure du changement de bandage et ce qu'Heïan apperçu le fit de nouveau grimacer. Sous ses côtes droites se trouvait une blessure béante, mais qui commençait son processus de cicatrisation. Elle avait la largeur d'une lame ... D'une dague bien affilée. L'autre, celle à sa cuisse gauche était plus ronde, signe que le voleur avait tourné la lame dans sa chair. La douleur qu'il avait ressentit le faisait encore frissonner ... C'était affreux ... Sa fiancée, qui avait été silencieuse jusque là s'occupait de lieu avec la plus grande des délicatesse. Une pommade fut appliquée avec soin sur les blessures puis il y eut de nouveau bandage. Heïan dut cependant aider Melley en se redressant avec son aide pour qu'elle puisse entourer sa taille d'un nouveau bandage.

" Ça me rapelle étrangement la nuit où tu es venu soigner mon épaules près des ruines ... "

Heïan se risqua à lui faire un sourire en coin tenant la main de celle-ci dans la sienne. Il était désolé de l'avoir autant inquiété, mais il allait bien maintenant.

" Je t'aime ... Mon ange "

Elle veillait toujours sur lui, peu importe la circonstance; elle était sa Gardienne ailée ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyLun 22 Oct 2012 - 19:28

L'agitation retombait au fil des heures. Il n'y avait plus que les bruits de rangement provenant de la bibliothèque et ceux du rez-de-chaussée. Vaguement, Melley entendait les bruits de l'extérieur, des gardes qui fouillaient la propriété. Berthan s'était joint à eux, déterminé à tuer lui-même le voleur et agresseur de son neveu.

Melley était toujours assise à côté d'Heïan, caressant son front lentement, son front bouillant de fièvre. Il avait toujours un teint trop pâle à son goût et sa respiration était souvent saccadée et elle n'avait de cesse de s'inquiéter. Les bandages étaient déjà rouges, et elle avait peur que sa "couture" avait lâchée. Si seulement elle avait su…elle aurait peut-être pu tirer et toucher l'homme de sa fenêtre…

Elle s'assoupissait quelques minutes, d'un sommeil plus que léger, juste pour pouvoir tenir par la suite. Elle savait très bien qu'elle n'allait plus dormir pendant quelques jours et préférait se préparer. Eldah était venue en courant, suivie de Daryl, et avait manqué défaillir en voyant l'état de son petit-fils. Melley avait dû joindre ses forces à celles du grand-père pour raccompagner sa femme en bas, ou elle serait peut-être plus utile.
Elle s'était ensuite rassise sur le lit, prenant la main d'Heïan dans la sienne, la caressant du pouce. La nuit défilait, et chaque heure elle lui donnait à boire, essuyant l'eau qui coulait sur son menton, fredonnant des musiques sans grand sens mais qui, elle l'espérait, le maintiennent parmi eux. A un moment, prise d'une sorte de folie causée par l'inquiétude, elle lui avait dit, sachant pertinemment qu'il n'entendait pas :


-Si tu oses partir, je te jure que je te ramènerais avec un coup de pied aux fesses…

Elle avait rit toute seule, de nervosité. Naëlyah passait de temps en temps, prendre des nouvelles, demander si elle devait remplacer Melley. Mais cette dernière refusait, assurant qu'elle pouvait le faire et que c'était à elle de se reposer.

Le lendemain arriva lentement, les rayons du soleil éblouissant la jeune femme qui cligna des yeux. Elle s'étira, enlevant les mèches de cheveux qui barraient le front d'Heïan, contente de voir que la fièvre avait diminuée. Pas de beaucoup, mais c'était toujours sa. Sa respiration se faisait plus régulière aussi. Ce fût Serra qui arriva, apportant un plateau repas pour Melley.

Celle-ci la remercia et picora dans son assiette lentement, se demandant s'il ne fallait pas nourrir le blessé aussi. Mais tant qu'il était inconscient c'était chose difficile à réaliser…

Elle alla se laver, pour avoir meilleure mine surtout. Pour que, lorsqu'il ouvrirait ses paupières, libérant ses magnifiques yeux, il n'ait pas d'elle une vision désastreuse.

Allant à la fenêtre, elle vit les gardes patrouiller en masse dans la rue et aux abords du manoir. Melley soupira. C'était trop tard maintenant. Le voleur était loin avec son butin. Puis elle retourna sur le lit, reprenant sa place initiale, attendant avec impatience le réveil de son fiancé.

Réveil qui n'arriva que dans la fin d'après-midi. Melley s'était assoupie légèrement, la tête contre le dossier en bois du lit pour être sûre de ne pas s'endormir profondément. Elle sentit du mouvement et se redressa, la nuque endolorie. Et là elle aperçut Heïan qui voulait retirer sa couverture. C'est vrai qu'il devait avoir chaud avec sa fièvre, mais il fallait qu'il la laisse sur lui.

Elle la prit délicatement et la reposa sur le jeune homme, sa main allant ensuite caresser sa joue. Ses paupières ne s'ouvraient pas encore complètement et il semblait complètement perdu, lorsque Naëlyah entra avec la tisane médicinale.

Elle s'installa sur le fauteuil et regarda son fils, une tension disparaissant de son visage en voyant qu'il était éveillé. Il parla, demandant ce qu'il ce passait, d'une voix si faible que Melley sentit ses larmes revenir. Larmes de joie à l'entendre parler, de remords de n'avoir pas pu l'aider avec le voleur, de tristesse en le voyant aussi faible…

Naëlyah répondit calmement, expliquant la situation puis déposa un baiser sur le front de son fils et s'éloigna après avoir posé sa main rassurante sur l'épaule de Melley. Une fois la porte fermée, Heïan la regarda et dit :


-Melley je … Suis navré …

Pourquoi disait-il ça ? Il n'avait pas à être navré…enfin elle ne voyait pas pourquoi c'est tout…Elle le regardait réfléchir, lorsqu'il leva sa main et la porta sur sa joue, la caressant lentement avec ses maigres forces. La main d'Heïan était gelée sur sa joue, signe qu'il avait encore de la fièvre, mais Melley profita de cette caresse, comme si ça aurait pu être la dernière. Ce qu'elle n'était pas. Il y aurait encore des myriades, des milliers, des milliards de caresses avant qu'elle ne songe ne serait-ce qu'à le laisser partir. C'est-à-dire…lorsqu'ils seraient vieux, ridés, à l'aube de leur prochain voyage ensemble. Lorsque leurs enfants, s'ils en avaient, devraient s'occuper d'eux, qu'ils deviendraient grincheux et lunatiques. Pas avant. Là, ils étaient jeunes et avaient leur avenir devant eux, à tracer. Un avenir qui clôturait un passé chaotique pour eux deux. Un avenir ensemble.

-Merci ...j'aurais dut réfléchir. J'aurais dut le laisser fuir au lieu de chercher à l'arrêter. Peut-être que je ne serais pas dans cet état lamentable sinon...

Elle sortit de ses pensées en entendant son fiancé reparler. Ce n'était qu'un murmure, et il grimaça de douleur. Alors elle prit la tasse sur le plateau et mit sa main derrière la nuque du jeune homme pour redresser sa tête afin de l'aider à boire convenablement. Le goût devait être infect, malgré le mélange avec la tisane d'Eldah. Il fît la moue en tournant la tête de côté, mais avala et but la totalité de la soucoupe comme un grand.

Ensuite, puisqu'il était éveillé, elle décida de lui changer ses pansements. Elle n'aurait pas réussi à le bouger pour faire le tour de sa taille s'il avait été inconscient. Elle s'absenta juste pour chercher les rouleaux et entreprit de défaire ceux mis la veille. Elle fit extrêmement attention, ne voulant pas lui faire plus de mal. Il observa lui aussi, lorsqu'elle mit de la pommade. La plaie de son ventre commençait déjà sa cicatrisation, le pourtour était moins rouge et elle saignait pratiquement plus. Les fils tenaient bien en place, et Melley ne voyait aucun défaut. Et c'était elle qui l'avait fait ?! Impossible…
Elle étala la crème, lentement, veillant à ce que toute la plaie reçoive sa dose. Puis elle remit un bandage frais et propre autour de sa taille, le jeune homme se redressant pour qu'elle puisse en faire le tour.

Et, alors qu'elle finissait le nettoyage de sa cuisse, il déclara :


-Ça me rappelle étrangement la nuit où tu es venu soigner mon épaule près des ruines ...

Elle se rapprocha de lui, souriante. Oui, la situation était similaire. Enfin, non. Près des ruines, il n'avait que son épaule de touchée et la blessure n'était pas grave comme celles-ci. Près des ruines, il n'était qu'un inconnu pour elle, alors que maintenant il était son fiancé. Le plus beau de tous les fiancés.

Il serra sa main dans la sienne et esquissa un faible sourire alors qu'elle lui rendait son étreinte. Puis il ajouta :


-Je t'aime ... Mon ange.

Elle le regarda, émue par ces mots. Son…ange ? C'était si beau, si touchant…Elle lui sourit, embrassant sa main, puis lui donna à boire lentement. Ce ne fût qu'après qu'elle ouvrit la bouche pour la première fois de la journée :

-Je serais toujours là pour toi Heïan…je te le promets…

Elle caressait ses cheveux, heureuse de voir les couleurs orner à nouveau ses joues. Elle aurait aimé l'embrasser, mais il respirait trop mal encore pour qu'elle risque de l'étouffer. Alors elle alla vite dans la salle de bains, cherchant une serviette humide et revint, rafraîchissant son visage.
Puis, avant le dîner, Berthan arriva, sourire aux lèvres en voyant son neveu réveillé.


-Ils ont une piste pour retrouver le saligaud qui a osé te faire ça. J'espère qu'ils le trouveront ! Mais pour l'heure, repose-toi !

Puis il repartit, aussi vite qu'il était venu. Melley rit légèrement en regardant Heïan. Un rire plus nerveux qu'autre chose…Naëlyah arriva quelques minutes plus tard, un plateau-repas en main. Elle le déposa et vérifia l'état de son fils avant d'aller elle-même se sustenter. Melley prit le bol de soupe et s'approcha d'Heïan. Il fît la moue, ne voulant pas manger. Elle eut alors l'impression de se revoir elle, après Lyme…

-Mange…au moins une cuillère…

Il hésita, mais finalement ouvrit la bouche et ingurgita ladite cuillérée. Elle sourit et le laissa tranquille niveau nourriture. Elle mangea un peu elle-même, pour que son ventre ne fasse pas trop de bruit par la suite.

Elle lui changea encore une fois de bandage et le laissa s'endormir, épuisé par la douleur comme par les soins. Une nouvelle fois, elle veilla sur lui, le faisant boire toutes les heures, fermant les yeux quelques minutes pour ne pas avoir une mine de déterrée le lendemain. Quoique…elle l'avait peut-être déjà. Bah tant pis. Heïan d'abord. Elle ne comptait que très peu pour l'heure.

Il dormit paisiblement, sa respiration se faisant bien plus régulière, la fièvre tombant au fil des heures. Au petit matin, elle était partie.

Lorsqu'il fût éveillé, avec une bien meilleure mine que la veille, elle lui donna sa tisane, de l'eau, lui changea les bandages. Mais au moment ou elle revint après avoir rangé les bandes, elle le vit en train de tenter de se lever.

Aussitôt, elle accouru et le rallongea délicatement mais fermement.


-Il faut que tu restes couché chéri…sinon tu ne guériras pas…

Elle lui sourit, le convainquant du regard. C'était pour son bien. Les aînés venaient à tour de rôle, aussi bien pour lui tenir compagnie que pour prendre des nouvelles d'Heïan ou tout simplement lui donner les dernières nouveautés.

Elle ne s'absenta qu'une fois, juste avant midi, pour besoins naturels, et écarquilla les yeux en le voyant essayer une nouvelle fois de se lever. Le rallongeant encore, elle lui dit :


-Heïan…

Elle lui fît un sourire mystérieux et alla dans le couloir, demandant à voix basse ce qu'il lui fallait à un domestique.

Revenant dans la chambre, elle le regarda, souriante, alors que lui ne comprenait pas.

Le domestique toqua et elle alla chercher son "matériel". En voyant les yeux d'Heïan s'agrandir en comprenant, elle se retint de rire. Entre ses mains gisait une longue corde.


-Puisque tu ne restes pas allongé…je vais être forcée d'appliquer ce que le guérisseur à conseillé…

Elle s'approcha alors qu'il commençait à s'agiter pour ne pas se faire attacher. Mais elle était dominante pour l'heure, vu son état et l'attacha au lit, lui laissant du mou pour mettre ses mains le long de son corps, mais pour ne pas se lever.

-Voilà….désolée mon cœur…c'est pour ton bien…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyLun 22 Oct 2012 - 22:51

Un sourire orna de nouveau ce visage ravissant qui arborait des traits tristes quelque temps auparavant, celui-ci se posa sur la main qu’elle tenait. Une main gelée, malgré le fait qu’il mourrait de chaud sous cette épaisse couverture, mais c’était le meilleur moyen de faire baisser sa fièvre : combattre la chaleur par la chaleur.

‘‘ Je serais toujours là pour toi Heïan…je te le promets… ‘‘

Melley passa une main dans ses cheveux, dégageant son front qui bouillait encore. Son corps commençait à peine à se remettre de cette perte de sang et la couleur de sa peau reprenait lentement du poil de la bête. Cela prendrait un certain temps, mais il s’en remettrait bientôt et sans trop de difficulté. Du moins, il l’espérait puisque les blessures étaient assez mal situées. Une dans la cuisse qui supportait le poids de son corps, alors que celle dans les côtes affectait ses mouvements ainsi que sa respiration. Cela l’ennuierait dans les jours à venir... le jeune homme le sentait.

Puis sa bien-aimée se leva en vitesse pour se rendre à la salle de bain pour ensuite revenir au même endroit, tenant dans ses mains une serviette qu’elle avait plongée dans l’eau froide et tordue. Elle s’approcha, épongeant son visage. Cette petite vague de fraîcheur lui affreusement de bien. Un peu plus et il la prenait pour s’enrouler dedans ... mais c’était une mauvaise idée. De toute manière, le tissu se réchaufferait en un temps record. Peu de temps après, des bruits de pas s’arrêtèrent devant la porte puis on toqua avant d’entrer. Berthan apparut dans l’embrasure de la porte, un sourire se formant aussitôt en voyant l’état de son neveu. Il prenait du mieux et c’était bien temps mieux ! Celui-ci resta au pas de la porte et lança :

‘‘ Ils ont une piste pour retrouver le saligaud qui a osé te faire ça. J'espère qu'ils le trouveront ! Mais pour l'heure, repose-toi ! ‘‘

L’oncle était reparti comme s’il n’avait été qu’une simple apparition. Et bien ..., il semblait drôlement occupé aujourd’hui. Se reposer. Il n’aurait que ça à faire, se reposer. Dans l’état qu’il était, il ne pouvait même pas se tourner de côté ou sortir du lit sans souffrir le martyre, sans que sa chair lui donne l’impression qu’elle se déchirait à chaque respiration. Melley ricanait nerveusement, sans qu’il ne comprenne vraiment pourquoi. Puis ce fut le tour de Naëlyah de lui rendre visite, celle-ci leur apportant leur repas. Elle déposa le plateau juste devant Melley et posa une main dans son front, puis dans son cou et souria légèrement. L’état de son fils s’améliorait, son visage reprenait des couleurs. D’ici demain, sa fièvre devrait avoir complètement disparu. La mère leur souria doucement de nouveau puis quitta les lieux afin de rejoindre le reste de la famille qui se trouvait déjà dans la salle à manger. Lorsque vint le moment de le faire manger, lui, Heïan tourna légèrement la tête. Il était loin d’avoir faim, au contraire. Il avait un mal de coeur et l’estomac en bouillie ... comment pourrait-il manger en se sentant mal à ce point?

‘‘ Mange…au moins une cuillère… ‘‘

Heïan regarda le liquide dans la cuillère, semblant peu invitant vu qu’il n’avait pas faim. Son regard se posa ensuite sur la jeune femme qui insistait, le suppliait du regard pour au moins cette bouchée. Cet air piteux le fit craquer ... et après hésitation, il ouvrit la bouche. Le bouillon faisait un tour dans celle-ci et il finit par avaler sans avoir trop le choix. Melley fit de même, picorant dans son assiette à quelques reprises puis laissa le reste de côté, déposant le plateau-repas sur la table de chevet.

Ce fut ensuite l’heure de changer ses bandages et celui du repos. Cela n’en prenait pas beaucoup pour épuiser Heïan vu son état lamentable. Lever un bras lui demandait un effort considérable ... c’en était frustrant. Enfin... pour lui ! Le sommeil l’avait enveloppé de son doux manteau et Heïan dormit profondément et beaucoup plus longtemps qu’à l'accoutumée, se réveillant facilement en début d’après-midi. Au petit matin, la fièvre avait complètement disparu et le teint de sa peau était revenu à la normale. Il dut boire la tisane infecte qu’il fut capable de tenir entre ses mains qui tremblaient légèrement puis sa douce changea de nouveau ses bandages. Elle disparut dans la salle de bain pour ranger le tout et Heïan en profita pour essayer de se tirer hors du lit histoire de voir comment il se porterait sur ses jambes. Il était à peine assis que Melley accourait vers lui, le forçant délicatement à se coucher pour ne pas le brusquer et risquer de lui faire mal.

‘‘ Il faut que tu restes couché chéri…sinon tu ne guériras pas… ‘‘

Fronçant les sourcils, détestant rester à ne rien faire trop longtemps, Heïan allait rouspéter, mais dut s’abstenir lorsqu’il croise le regarde de l’archère qui était à la fois suppliante et convainquant. Le restant de la matinée, il dut rester allongé sur le dos, comme un mort dans son cerceuil alors que sa famille faisait des allées et venues dans la chambre pour venir lui rendre visite et lui faire passer le temps. Mais avant midi, sa fiancée s’absenta quelques minutes dans la salle de bain et il tenta encore une fois de se relever. Oui, il était très têtu ! Il voulait se lever, se dégourdir les jambes. Il se sentait ... enkilosé ... et détestait. Encore une fois, la jeune femme dut le forcer à rester au lit.

‘‘ Heïan… ‘‘

Le jeune homme la regardait, frustré. Pas envers elle, mais parce qu’il ne pouvait même pas poser l’orteil sur le plancher ! Ce que ça pouvait être frustrant ... !

Melley lui avait fait un étrange sourire, sourire qui le fit douter soudainement. Elle avait une idée derrière la tête, mais il n’arriverait pas à la cerner. Qu’est-ce qu’elle avait ? Qu’est-ce qu’elle allait faire ? Sans rien dire, elle se rendit dans le couloir, arrêta le domestique qui passait et lui parla à voix basse. Heïan n’arrivait pas à comprendre les paroles qu’ils s’échangèrent ... une chose était sûre, il n’aimerait pas. Il le sentait ...

Elle souriait, le plongeant dans le néant de l’incompréhension. Pourquoi est-ce qu’elle lui souriait comme ça ? Derrière elle, une ombre se posta devant la porte et on toqua. La jeune femme ouvrit la porte et prit ce qu’on lui tendait. Ce ne fut qu’une fois qu’elle fut tournée qu’il vit ... une .... une ... une corde ?!

‘‘ Puisque tu ne restes pas allongé…, je vais être forcée d'appliquer ce que le guérisseur a conseillé… ‘‘

Non ... elle rigolait ... elle rigolait ?! Non, elle ne rigolait pas ! Mais qu’est-ce que ça voulait dire tout ça ? Juste parce qu’il avait essayé de se lever deux fois pour se dégourdir les jambes ? Parce qu’il voulait mettre, ne serait-ce qu’un orteil au sol ? Bon sang ... il rêvait. C’était un cauchemar non ? Non, ce n’en était pas un, car Melley s’approchait avec la corde. Heïan commença à s’agiter, voulant s’enfuir du lit pour ne pas y être cloué pour de bon, mais la douleur de ses blessures le stoppa net et il retint un gémissement de douleur. Le temps que cela ne s’estompe, il avait déjà les pieds attachés au lit. Ce fut en soupirant et en faisant la moue qu’il se laissa attacher les mains.

‘‘ Voilà…! Désoler mon cœur…c'est pour ton bien…’’

‘‘ C’est complètement ... ridicule .... ‘‘

Oui, il était frustré, car on l’empêchait de bouger. Pour son bien ? Foutaise ! Il s’en remettrait très bien, attacher ou non. Enfin ... non, mais bon. Ils avaient raison ... mais sa tête voulait que son corps bouge. Berthan arriva par la suite, se mettant à rire en voyant la tronche que piquait son neveu qui fixait le plafond, littéralement insulté.

‘‘ Il fallait bien trouver un moyen de te garder au lit ! ‘‘

‘‘ J’y serais resté sans ça ! ‘‘ Cracha-t-il en levant le bras dans l’air, désignant la corde et lançant un regard noir à son oncle.

‘‘ Tu en es certain ? Melley m’a dit que tu avais déjà tenté de te tirer hors du lit une fois. J’en déduis donc que tu as essayé une deuxième fois ... jamais deux sans trois ! ‘‘

‘‘ Tu m’énerves, tonton ... ‘‘

‘‘ Moi aussi je t’adore, mon grand. Allé ! Bon repos ‘‘

L’oncle quitta les lieux, Heïan soupirant profondément, grimaçant à cause de sa blessure aux côtes. Quel merdier quand même ... foutu statuette !

Les jours s’écoulèrent et Heïan commençait à reprendre du mieux. Les plaies cicatrisaient plutôt bien et les équimozes avaient pratiquement toutes disparu. Melley avait pu détacher Heïan seulement le sixième jour, bien qu’il avait tenté une vingtaine de fois de se défaire de ses liens, sans succès. Il put enfin se mettre à marcher, prendre garde de ne pas trop forcer sa jambe. Il devrait y aller graduellement afin de bien se rétablir. On l’aida en le soutenant à ses premiers essais de marche, boitant de sa jambe gauche et grimaçant sous la douleur que cela lui prodiguait. Le dixième jour, il était capable de marcher suffisamment longtemps pour se rendre à l’extérieur, avec de l’aide. Le treizième jour, Berthan décida de sortir avec le jeune couple, pouvant enfin leur dévoiler son énorme secret. Ils marchèrent à peine cinq petites minutes et ils arrivèrent devant l’ancienne manière des Kreiss. Le manoir, plus petit que celui des Omarion, avait été refait à neuf, jardins compris. C’était comme si on avait construit une nouvelle demeure et que l’autre n’avait jamais existé.

‘‘ Voilà, c’est un cadeau de toute la famille. ‘‘

‘‘ Tonton ... Je ne peux pas ... ‘‘

‘‘ La ferme ! ‘‘

Heïan eut les yeux ronds, regardant son oncle qui lui fit un large sourire. Il posa doucement ses mains sur les épaules de son petit fils et regarda aussi Melley.

‘‘ C’est votre présent de mariage, symbole d’une vie passée, votre chance de repartir à zéro, votre petit nid d’amour, le foyer de vos futurs enfants ... la maison où nous logerons tous lorsque nous ne serons plus autonomes, car vous serez les seuls assez jeunes pour vous occuper de nous et ... ‘‘

‘‘ Stop ! ‘‘

‘‘ Mais ! ‘‘

‘‘ Non ! Arrête ... j’ai compris ‘‘

Un large sourire se dessina sur les lèvres de l’oncle qui se mit à rire de bon coeur. Il serra son neveu dans ses bras, fortement, mais avec prudence pour ne pas éveiller les faiblesses de sa blessure aux côtes.

‘‘ Merci ... ‘‘ Dit-il en le serrant fortement, tellement ému qu’il n’arrivait même pas à sourire.

'' Baaaaah ! Ce n’est rien ... voyons ! Je vous adore tous les deux, et puis ça, ce n’est rien par rapport à votre valeur, les jeunes. Soyez heureux tous le deux ‘‘

Il serra aussi Melley dans ses bras, qui retenaient des larmes de joie qui ne tardèrent pas à tomber.


Dernière édition par Heïan Kreiss le Mer 24 Oct 2012 - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyMar 23 Oct 2012 - 20:47

-C’est complètement … ridicule …

Melley se mordit la lèvre, en proie à sa culpabilité. Elle s'en voulait de lui imposer cela, vraiment. Devoir l'attacher, l'emprisonnant encore plus…mais c'était réellement pour son bien. Il guérirait plus vite et serait plus vite libéré. Berthan arriva en trombe, riant joyeusement en voyant la tête frustrée de son neveu. Il le charria comme à l'accoutumée, Melley serrant les poings pour ne pas détacher Heïan dans la minute. Il était fâché contre elle et cela la culpabilisait encore plus…

Elle regardait son fiancé, n'osant pas aller le toucher. Il pouvait lui en vouloir au point de la repousser…alors elle resta assise sur le fauteuil à côté, lui parlant de temps en temps, aussi bien pour combler le silence que pour lui faire oublier les liens qui l'entravaient.

Et les jours défilèrent, apportant par la même occasion la voie de la guérison. Chaque jour Heïan allait mieux. Les couleurs avaient repris possession de son corps, la force petit à petit aussi. Il tenait maintenant son verre ou sa tasse tout seul, mangeait plus, était moins fatigué. Melley veillait sur lui, s'en occupait comme un d'un roi. Pas comme. Il était un roi. Son roi. Elle continuait à lui changer les bandages, souriant à chaque fois en voyant les plaies se résorber. Celle de la jambe était presque partie, laissant à Heïan la douleur et le boitillement. Celle de sa hanche mettait plus de temps par contre, mais était en bonne voie.

Elle ne put le détacher qu'une semaine après, bien qu'il ait tenté de se libérer tout seul une bonne vingtaine de fois. Melley souriait à chaque fois qu'elle le voyait faire du coin de l'œil. Elle savait qu'il n'y parviendrait pas. Lyme lui avait appris à nouer des liens impossibles à défaire si l'on ne connaissait pas la bonne façon de procéder.

A partir de ce moment, il commença à marcher, lentement, boitant, s'appuyant sur quelqu'un pour le soutenir. La plupart du temps Berthan lui faisait office de béquille, Heïan refusant que Melley le fasse, et elle restait à côté, pour aider son oncle au cas où. Il avançait lentement, sa jambe gauche refusant catégoriquement de le porter convenablement, mais chaque jour il s'améliorait. Il s'appuyait de moins en moins sur l'épaule de son oncle, marchait plus longtemps avant d'être complètement exténué. Melley en était ravie. Tout le monde l'était. Naëlyah l'encourageait avec ses sourires et ses regards, Eldah avec des sortes d'ovations qui résonnaient dans toute la maison, Serra en lui murmurant de douces paroles aux oreilles.

Deux semaines après, environ, Berthan décida de les accompagner alors qu'ils allaient se promener. Vu son air malicieux, il allait leur dévoiler quelque chose…Ils avançaient au rythme d'Heïan, aussi les cinq minutes en temps réel leur parut être plus longues…Mais Melley s'en fichait, le soleil était de la partie, le vent frais s'était tut, Heïan était là, respirant une meilleure forme que deux semaines avant…

Berthan les fît s'arrêter devant une énorme bâtisse. Bâtisse que Melley ne reconnut pas de prime abord. Puis elle fît le lien. Ils se trouvaient devant l'ancienne demeure d'Heïan. Sauf que ce n'était plus du tout la même.
Les murs avaient été repeints, les lézardes rebouchées, les fenêtres remplacées, la mauvaise herbe coupée. De magnifiques fleurs automnales parsemaient les parterres longeant l'allée qui menait du portail en fer forgé à la porte d'entrée.
Melley ne comprenait pas la raison d'une telle réfection, jusqu'à ce que Berthan lance :


-Voilà, c’est un cadeau de toute la famille.

Un…de la famille ?! Un cadeau ?! Non…impossible. Pas ça. Pas un si beau cadeau. Melley regardait la maison, la voyant soudain sous un autre angle. Heïan commença à "rouspéter" gentiment, se faisant rabrouer par son oncle. Melley sentait la joie l'envahir, les larmes pointer le but de leur nez. Elle mit sa main en travers de sa bouche, pour l'empêcher de s'ouvrir béatement, complètement sous le choc.

-C’est votre présent de mariage, symbole d’une vie passée, votre chance de repartir à zéro, votre petit nid d’amour, le foyer de vos futurs enfants … la maison où nous logerons tous lorsque nous ne serons plus autonomes, car vous serez les seuls assez jeunes pour vous occuper de nous et …

Leur nid…à eux…rien qu'à eux…Melley avait sourit à la fin de sa tirade, bien sûr qu'ils s'occuperaient d'eux une fois qu'ils seraient vieux. Mais ce n'était pas encore le moment. Heïan et son oncle se charrièrent encore, mais elle ne fît plus trop attention. Sa vue se brouillait tant les larmes approchaient dangereusement. C'était bien trop…bien trop pour un cadeau de mariage…jamais elle ne s'était imaginée recevoir un manoir en cadeau…

Il était d'une taille plus petit que celui de Berthan, mais imposait tout autant par sa magnificence. Elle avait du mal à imaginer que c'était son nouveau chez-soi.


-Baaaaah ! Ce n’est rien … voyons ! Je vous adore tous les deux, et puis ça, ce n’est par rapport à votre valeur, les jeunes. Soyez heureux tous le deux

Melley se tourna vers Berthan qui souriait, les yeux pétillant, et il la serra dans ses bras affectueusement. C'est là que ses larmes coulèrent le long de ses joues pour se perdre sur le sol chauffé par les rayons de soleil. Des larmes de joie, d'un bonheur immense. C'était peut-être aussi un peu de fatigue puisqu'elle n'avait pas dormi une nuit complète et réparatrice depuis l'accident d'Heïan, mais elle savait que c'était surtout de la joie.
C'était un cadeau merveilleux. Berthan la relâcha et elle se mordit la lèvre, ses larmes coulant toujours.

Elle déclara à l'attention de Berthan, la voix modifiée par ses pleurs :


-Merci Berthan, c'est…c'est trop….

Elle s'approcha ensuite d'Heïan et entremêla ses doigts aux siens, le regardant en souriant. Berthan se recula d'un pas et termina, après lui avoir répondu d'un clin d'oeil :

-Je vais vous laisser visiter. Certains de mes domestiques transfèrent en ce moment-même vos affaires par la porte arrière. Si vous le souhaitez, vous pouvez emménager de suite. Et vous n'aurez pas à vous soucier du ménage et de la cuisine, une dizaine de mes domestiques sont ravis de travailler pour vous dès à présent.

Il s'éloigna ensuite, se retournant une fois en souriant toujours. Des domestiques pour eux ? La aussi c'était de trop…

Les fiancés inspirèrent un grand coup et Melley poussa la porte en fer forgée. Elle bascula vers l'intérieur sans un bruit. Serrant la main d'Heïan dans la sienne, elle s'avança, aidant le jeune homme qui boitait légèrement encore. Pour lui cela devait faire drôle. Revenir dans sa maison natale…elle espérait que les souvenirs n'allaient pas ressurgir en bloc. Ou que sa peur ne reviendrait pas au travers de ses murs. Ils marchèrent le long de l'allée, se rapprochant de la bâtisse.

Ce fût Heïan qui ouvrit la grande porte, la laissant passer avant lui. Elle retint un cri de stupeur en arrivant dans le hall. C'était…superbe. Luxueux. L'escalier rutilant, les tapis, les meubles…Les ouvriers avaient fait un travail extraordinaire. En plus, ils avaient changé l'agencement des pièces. La ou se trouvait la cuisine, était maintenant le salon, avec une grande cheminée, une immense table, canapé, fauteuils…la cuisine était de l'autre côté, tout en carrelage brillant. Avaient-ils tout changé pour justement éviter qu'Heïan ne pense trop à son passé ? Si oui c'était une merveilleuse idée…

Ils avancèrent, admirant les décorations en silence, comme s'ils avaient peur de briser un moment solennel. Melley touchait du regard tout ce qui lui tombait dessus. Jamais elle ne s'était imaginée vivre dans un endroit si beau. D'un regard, ils se mirent d'accord et commencèrent à gravir l'escalier lentement, Melley aidant Heïan à cause de sa jambe. Il commençait à être essoufflé, mais tenait le coup. En haut, un long tapis recouvrait le sol. La première porte, celle sur laquelle Heïan s'était arrêtée lors de leur première visite, s'ouvrit sur un bureau, un grand bureau ou chacun d'eux pourrait travailler à son aise sans être déranger. Les autres portes donnèrent sur des chambres, d'amis pour la plupart, vides pour d'autres, prêtes à accueillir…leurs enfants. La leur était la plus grande, avec un immense lit double, une grande baie vitrée donnant sur le petit bois à l'arrière, une pièce d'eau jouxtant la pièce, comme chez Berthan.

Il y avait également une bibliothèque, bien moins grande que celle de Berthan, mais qui plut à Melley, ravie de pouvoir continuer à lire. Des salles de bains se trouvaient à l'étage comme au rez-de-chaussée. En somme, elle était prête à les accueillir. Retournant dans leur chambre, Melley aida Heïan à se coucher, allongeant sa jambe.

Aucune parole n'avait été échangée, mais elle voyait le pétillement de son regard violet. Il était heureux aussi. Ses larmes avaient cessées, laissant de fins sillons sur ses joues. Lentement, elle vérifia les bandages, jugea qu'il n'était pas nécessaire de les changer dans l'immédiat, puis ouvrit la bouche :


-C'est…magnifique Heïan. Ils…n'étaient pas obligés…il faudra les remercier…

Elle caressa sa joue, souriante et heureuse comme jamais. Si elle n'avait pas eu peur de lui faire mal et de l'étouffer alors qu'il reprenait son souffle, elle l'aurait embrassé pour ne plus le relâcher…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyMer 24 Oct 2012 - 4:00

Dès que Melley fut dans les bras de l’oncle de son fiancé, les larmes se mirent à couler doucement sur ses joues et finirent leur chute par terre. Il riait doucement, fier de ce qu’il avait accompli et de la surprise des jeunes lorsqu’ils avaient vu la maison. Ou plutôt en sachant que ce manoir leur appartenait ! Heïan les regardait, un sourire au coin des lèvres. Berthan relâcha la jeune femme, la considérant déjà comme un membre de la famille et lui souria doucement. L’eau qui se formait dans ses yeux ne cessait de couler tellement elle était émue. La voix cassée, Melley lui avait dit:

‘‘ Merci Berthan, c'est… c'est trop… ‘‘

Heïan avait baissé les yeux vers leurs mains, alors que leurs doigts s’entrecroisaient ensemble pour ne former qu’un. Son regard se posa ensuite sur le visage rougi par les larmes de sa bien-aimée. Essuyant quelques larmes, le jeune homme lui rendit son sourire puis porta son attention vers Berthan. Il haussa les épaules, comme si ce n’était rien pour lui de leur offrir un tel palais. De toute manière, il était riche et ne savait pas quoi faire de toute cette richesse qu’il accumulait. Heïan était comme un fils pour lui, car jamais il n’avait eu d’enfants, sa femme incapable de créer la vie. Et comme il était revenu, c’était le moment de le gâter, tout comme la nouvelle venue.

‘‘ Je vais vous laisser visiter. Certains de mes domestiques transfèrent en ce moment même vos affaires par la porte arrière. Si vous le souhaitez, vous pouvez emménager de suite. Et vous n'aurez pas à vous soucier du ménage et de la cuisine, une dizaine de mes domestiques sont ravis de travailler pour vous dès à présent. ‘‘

‘‘ A-attend ! Tu plaisantes, j’espère ?! ‘‘

Berthan s’éloignait déjà, se refusant de répondre à son neveu qui semblait complètement bouche bée. Il leur offrait une demeure en ruine refaite à neuf, meubles et tout le tralala compris, en plus de domestiques pour les aider dans leurs tâches quotidiennes... non, mais ... il était cinglé ou quoi? L’homme leur fit un clin d’oeil puis leur tourna définitivement le dos, avançant avec les mains dans les poches de son pantalon et sifflotant un petit air jovial.

En simultané, le jeune couple inspira profondément pour se préparer mentalement à visiter ce qui, apparemment, était leur chez eux. Ils se tournèrent, regardèrent la maison puis leurs pieds se levèrent pour ensuite se diriger vers la porte faite de fer forgé. Melley la poussa et elle glissa en silence, sans une once de grincement. Tout lui semblait ... si différent. C’était comme si son ancienne demeure n’avait jamais existé que les ruines qu’il avait vues il y a plus de deux semaines s’étaient évaporées en un claquement de doigts. Serrant la main de sa douce qui l’aidait dans son avancée boiteuse, Heïan voyait la porte d’entrée se faire de plus en plus près. Son pouls lui, s’accélérait et il sentit la nervosité lui serré la gorge. L’intérieur, avait-il changé ? Reverrait-il cette foule de souvenirs du passé lui revenir telle une vague en pleine figure ? C’est ce qu’il allait voir alors qu’il posa sa main sur la poignée de la porte.

Tout en douceur, l’homme laissa s’ouvrir le seul obstacle qui les empêchait d’entrer et laissa Melley entrer la première. Lui emboitant aussitôt le pas, se trouvant juste derrière elle, Heïan fut surpris de voir un tel changement. Ce n’était pas la même maison ... c’était absolument impossible. Aucune pièce ne se trouvait au même endroit. Le salon, la cuisine, l’escalier. Rien du rez-de-chaussée ne ressemblait à ce qu’il avait en tête, rien. C’était à couper le souffle, tout simplement. Il ... ne savait pas quoi dire, comment réagir et bien qu’il était moins expressif que la femme ici présente, intérieurement, Heïan était tout aussi fébrile de cette découverte. Jusqu’à maintenant, c’était cet immense foyer qui l’avait frappé. C’était gravé dans le béton qu’il passerait le plus clair de son temps, les soirs d’hiver, devant un bon feu avec un chocolat chaud manqué dans les mains!

Le travail des ouvriers était extraordinaire. En plus, ils avaient changé l'agencement des pièces. Là où se trouvait la cuisine, était jusque là, Heïan et Melley avaient été plus que silencieux. Ils observaient tout dans les moindres détails et avec admiration, ne croyant toujours pas que tout ceci leur appartenait désormais. Ça relevait de l’impossible ... ça ne se pouvait tout simplement pas. Ils devaient rêver. Berthant devait leur avoir fait une horrible blague ... oui... ce devait être ça. Leurs premières paroles furent par un simple regard alors qu’ils décidèrent de gravir l’escalier qui menait à l’étage supérieur qui était grandement éclairé par toutes ces fenêtres vêtues de longs rideaux couleur terre, s’agençant parfaitement avec le beige qui ornait le tapis du couloir. Là où se trouvait son ancienne chambre avait été aménagé un bureau, endroit où ils pourraient travailler tout en étant tranquilles. Il y avait une bibliothèque, moins grande que celle de Berthan, mais qui ferait parfaitement l’affaire puisque lui n’était pas un partisan de la lecture. Cependant, Melley pourrait continuer ses leçons de lecture jusqu’à les maîtriser complètement. Ce fut ensuite la visite des chambres qui ne manquaient pas. La chambre des maîtres était de loin la plus grande. Tellement qu’Heïan était en train de se demander s’il pourrait finir par s’y perdre ... Un grand lit de bois foncé et massif s’y trouvait, accoté au mur du fond et donnée vu sur une immense baie vitrée. L’autre côté de cette grande fenêtre se trouvait un balcon sur lequel ils pourraient prendre l’air et s’aérer l’esprit. Il y avait une salle de bain annexe à la chambre, comme celle qui se trouvait chez son oncle et derrière un paravent, à même la chambre, se trouvait une baignoire sur pattes; idéal pour relaxer une petite heure dans l’eau sans bouger.

Ils avaient continué leur visite qui s’acheva bien rapidement. Sentant la fatigue dans sa jambe presque guérie, Heïan s’en retournant vers la chambre principale avec Melley qui l’aida à s’allonger sur leur lit. Sa jambe était droite sur la surface moelleuse du matelas; elle pouvait enfin souffler et lui aussi. Ce qu’il avait hâte d’être en meilleure forme ... on aurait dit un petit vieux qui n’était pas au summum de sa force. Heïan tourna enfin les yeux vers elle, croisant son magnifique regard aux couleurs automnales et lui souria. Melley fit de même et vérifia si les bandages avaient besoin d’être changés, mais cela pouvait attendre pour l’heure. Ouvrant la bouche, le silence qui les entourait depuis leur entrée dans la maison fut brisé.

‘‘ C'est…magnifique Heïan. Ils…n'étaient pas obligés…il faudra les remercier… ‘‘

Les remercier, tous, serait la moindre des choses en effet, mais il n’en revenait toujours pas que son oncle ait eu le culot de leur offrir une demeure alors qu’ils n’étaient même pas unis par les serments du mariage. Oui, ce serait pour bientôt puisqu’ils avaient leur chez eux, mais ... mais .... il ne savait même pas. Heïan avait envie de le secouer, mais aussi de le serrer fortement dans ses bras et de le remercier du fond du coeur, lui et toute sa famille. Ils faisaient tant pour eux, alors qu’il ne faisait rien en retour .... Ce fut la caresse que lui donna Melley qui le ramena sur terre, le sortant de ses pensées. Sa main sur sa joue lui apportait du réconfort et de la chaleur. Il lui semblait que ça faisait une éternité qu’il n’avait pas senti son touché contre sa peau, qu’il n’avait pas lui-même caressé sa peau. Sa main se posa sur la sienne, croisant ses doigts entre ceux de la jeune femme puis se redressa pour s’assoir tranquillement. Il relâcha son étreinte puis porta cette même main sous le menton de sa fiancée afin d’approcher son doux visage du sien et y déposer son premier baiser depuis quelques jours. Il savait qu’elle n’avait pas osé le faire à cause de sa respiration difficile des derniers jours, encore aujourd’hui parce qu’il cherchait un peu son souffle, mais il allait bien et ce n’était certainement pas un baiser qui l’étoufferait après tout ... enfin, peut-être pas.

Au final, il dut chercher son souffle à quelques reprises, car ils ne voulaient plus se lâcher. Il aurait dû savoir que ça aurait tourné ainsi, il le savait ! Mais ce n’était pas de sa faute ... enfin si ... c’était aussi celle de Melley. Elle n’avait qu’à être plus hideuse, pas aussi attirante autant de l’extérieur que de l’intérieur. Bref ..., c’était ça. Rien ne l’empêcherait de la garder sur lui, prisonnier de ses bras, allongés sur leur lit. Cependant, ils durent cesser leurs mamours, car une domestique toqua à leur porte pour leur apporter des tonnes de vêtements que Serra leur avait confectionnés à temps perdu et aussi des trucs qu’ils ne portaient plus. Ainsi, ils auraient de quoi remplir leur commode. Par la même occasion, on remplit la baignoire d’eau chaude. Ordre de Naëlyah envers son fils. Cela l’aiderait à détendre ses muscles et à se reposer un peu. La porte fut refermée et le couple se retrouva de nouveau seul. Melley l’aida à se garder en équilibre alors qu’il passait une jambe par-dessus la baignoire pour mettre un premier pied dans l’eau. Il se faufila sous les bulles de savon et lança de l’eau sur sa fiancée qui avait approché un tabouret du bain. Elle fut bientôt assez trempée qu’elle fut obligée de venir le rejoindre pour une bataille de mousse en guise d’inauguration de la maison et qui finit bien rapidement en une période de bécottage. Au soir, après leurs enfantillages, ils retournèrent chez Berthan pour le souper et pour remercier tout le monde par la même occasion. La soirée fut haute en émotion et en rigolade et au soir, un feu de foyer, une couverture de laine, un large coussin et deux tasses de chocolat chaud les attendaient dans le salon. Ça tombait bien, car le temps était froid à l’extérieur et les jeunes gens étaient frigorifiés. Ils restèrent un bon deux heures là, Heïan assit derrière Melley et lui servant d’accotoir alors qu’il entourait sa taille de ses bras. Son menton contre son épaule gauche, ses paupières s’étaient refermées sur ses yeux sans qu’il ne dorme ou somnole pour autant. Il ne faisait que profiter de sa présence, de sa chaleur, de son odeur ...

Une autre petite semaine s’écoula et Heïan reprenait du poil de la bête. Son boitillement était pratiquement disparu, tout comme la douleur. Sa douleur aux côtes de droite avait grandement diminué et la blessure était plutôt belle. Oui, belle ... même si c’était dégoutant une plaie cicatrisée. Il n’y avait que lorsqu’il faisait un mouvement brusque qu’il grimaçait, mais sinon, tout allait pour le mieux. La famille venait leur rendre visite de temps à autre, passant la soirée avec eux puis les quittes. Il n’y avait pas à dire, le jeune couple était plus qu’heureux.

Le lendemain matin, Heïan avait dû se lever assez tôt et avait embrassé sa belle sur le front avant de se tirer hors du lit et de se rendre dans la salle de bain pour la routine matinale et vitale. Il se débarbouilla, plongeant son visage dans l’eau froide de la bassine de pierre lisse qui ornait le comptoir de l’annexe de la chambre puis sortit pour aller vers la commode d’un pas discret pour se vêtir. Aujourd’hui, c’était le premier jour de travail pour notre homme et ce serait le bon cette fois. Melley semblait un peu confuse, à moitié endormie, les cheveux en bataille et se frottant les yeux pour les aider à s’ouvrir.

‘‘ Tu peux rester couché, tu sais. Je dois partir travailler. ‘‘

Heïan grimpa sur le lit à quatre pattes et approcha son visage du sien pour lui voler un baiser, souriant, la forçant à se recoucher, en califourchon sur son bas ventre. Il lui embrassa le front, le nez, la bouche puis le cou alors qu’elle entourait son cou de ses bras, voulant qu’il reste.

‘‘ Je dois y aller ... ‘‘ Murmura t-il.

Ils ricanèrent, se bécotant encore un petit peu, puis Heïan du se sauver avant de changer d’avis et de rester au lit avec elle.

‘‘ À plus tard, mon ange. Je t’aime ‘‘

Puis il disparut derrière la porte qui se referma derrière lui, le bruit de ses pas s’éloignant de plus en plus.

Dehors, le soleil mettait du temps à faire son ascension. Au fil des jours, les journées se réduisaient forçant ainsi la noirceur à faire son apparition plus tôt le soir et disparaissant plus tard le matin. Une fumée blanche s’extirpait de la bouche du nouveau soldat alors qu’il se rendait au quartier général d’un pas régulier. Dart fut heureux de le revoir en pleine forme et l’invita à le suivre afin qu’il puisse vêtir l’uniforme; la fameuse armure des soldats de Beolan.

Spoiler:
 


Une fois que ce fut fait, on lui donna ses armes qui avaient été fraîchement forgées de la veille puis ils partirent faire leur ronde à la foire du marché pour commencer. Le haut gradé en profitait pour lui expliqué en détail leur rôle et que pour le moment, il devrait faire ce genre de tournée de sécurité tous les jours. Il ne manqua pas de lui dire que de temps à autre il aurait à courir après des voyous, des voleurs, etc., et Heïan acquiesça d’un signe de tête en guise de compréhension. Le restant de la journée, ils marchèrent puis retournaient au quartier général, parlaient avec les citoyens, résolvaient de petits problèmes entre commerçants ici et là. Une heure avant l’heure du repas, le jeune homme s’en retournait vers le quartier riche et passa devant la maison de son oncle. Naëlyah s’empressa de sortir, Berthan la talonnant et le siffla.

‘‘ Hey, beau soldat ! Tu viens souvent par ici ? ‘‘

Berthan se mit aussitôt à rire alors que sa jumelle le frappa sur l’eau en lui tirant la langue puis approcha de son fils pour lui faire l’accolade et admirer ce qu’il devenait.

‘‘ En tout cas, tu as fier allure là dedans ! ‘‘

‘‘ Dans ce tas de ferraille ? Merci, c’est gentil ‘‘

‘‘ C’est tout naturel. Allé file, fiston. Ta bien-aimée doit t’attendre à l’heure qu’il est. Je viendrai vous voir demain soir. ‘‘

Heïan acquiesça d’un hochement de tête et lui souria, la saluant tous les deux avant de continuer sa route jusqu’à sa demeure. Sur les lieux après quelques minutes de marche, Heïan ouvrit la porte de fer forgé puis allait ouvrir la porte lorsqu’une domestique s’en chargea.

‘‘ Rebienvenue chez vous monsieur Kreiss ‘‘

La jeune femme se poussa pour le laisser entrer alors qu’il la remerciait.
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyMer 24 Oct 2012 - 18:09

Melley continuait de caresser la joue d'Heïan, lorsque celui-ci déposa sa main sur la sienne, mêlant ses doigts aux siens et se redressant en position assise. Heureusement, sa blessure aux côtes ne le gênait plus énormément pour ce genre de mouvements. Puis, lentement, cette main se porta sous son menton, l'obligeant à approcher son visage de celui du jeune homme. Il l'embrassa, un doux baiser qui lui avait manqué depuis ses dernières semaines ou il avait été allongé et trop faible. Elle frissonna, comme à chaque fois, savourant ce lien qui les unissait l'un à l'autre. Il dut cependant la relâcher pour reprendre une goulée d'air et retrouver son souffle avant de reprendre. Elle ne lui en voulait pas, attendant patiemment qu'il recommence. La seconde fois qu'il la lâcha fût non pas à cause de sa respiration mais à cause de l'arrivée d'une domestique qui déposa des vêtements dans leur armoire, la remplissant à ras bord d'un coup. En même temps, elle fît couler de l'eau chaude dans la baignoire de la salle de bain, expliquant que c'était une consigne de Naëlyah pour son fils. L'eau permettrait à ses muscles de se détendre et donc de mieux guérir.

Une fois seuls, Melley aida Heïan à se lever et à aller jusque dans la pièce adjacente, ou l'eau mousseuse et fumante l'attendait. Elle s'amusa à le faire frissonner en le déshabillant puis l'aida à entrer dans la baignoire, puisqu'il n'avait pas un bon appui sur sa jambe pour le moment. Elle s'installa sur un tabouret à côté et il commença à l'éclabousser, lui jetant de l'eau à la figure, de la mousse, tout ce qu'il trouvait sous la main. Elle fût surprise au départ puis se mit à rire avec lui, ses vêtements devenant aussi mouillés que s'ils avaient été dans la baignoire même. Elle décida donc de le rejoindre, la baignoire étant largement grande pour eux deux, et elle se déshabilla, entrant et prenant sa revanche. Ils s'amusèrent comme des enfants, s'éclaboussant et riant dans la salle de bain. Mais ils s'en fichaient, ils étaient heureux, tout simplement…
Une fois leur bataille terminée, elle se colla contre lui et ils s'embrassèrent longuement dans l'eau, leurs mains respectives allant caresser la peau de l'autre, faisant grimper l'envie sans pour autant aller plus loin pour l'heure…

Ils décidèrent, une fois secs et propres, d'aller souper chez Berthan, pour les remercier principalement. Tout ce passa merveilleusement bien, le rire étant au rendez-vous. Ils terminèrent leur soirée par un bon chocolat chaud, emmitouflés dans une couverture de laine devant la cheminée, le vent s'étant rafraîchis au-dehors. Melley était bien, Heïan l'entourant de ses bras, sa tête posée sur son épaule. Elle savourait chaque instant vécu à ses côtés, car…qui sait ce qui pouvait arriver ? Si elle n'avait pas réussit, et elle ne savait toujours pas comment, à conserver son sang-froid, cette nuit-là, il ne serait plus parmi eux…

Les jours suivants, ils s'installèrent petit à petit, entrant dans leur nouvelle vie commune, s'habituant à cette somptueuse demeure qui était la leur. Les blessures d'Heïan disparaissaient, celle de sa hanche ne le faisait plus souffrir à moins qu'il ne fasse un geste brusque, une belle cicatrice prenant place sur sa peau. Celle de sa jambe avait presque disparue, laissant aussi une marque mais plus de douleur. Il marchait à nouveau convenablement et n'avait plus besoin d'aide pour quoique ce soit. Ils profitaient, discutaient, se découvraient encore et toujours. Ils étaient heureux, entourés, puisque la famille d'Heïan venait leur rendre visite régulièrement et surtout, en paix. Leur passé était derrière, à tous les deux. Derrière, enfermé à vie.

Une semaine plus tard donc, au matin, Melley dormait encore lorsqu'elle sentit un baiser se déposer sur son front et du mouvement à ses côtés. Elle entendit vaguement un bruit de pas et se motiva pour ouvrir les yeux. Ses paupières ne voulaient décidément pas ! Mais elle se redressa tout de même, frottant ses yeux et vit Heïan, prêt à partir. Partir ou ?


-Tu peux rester couché, tu sais. Je dois partir travailler.

Travailler…jusqu'à ce que l'information accède à son cerveau Heïan était apparu au-dessus d'elle, l'enjambant souplement, la forçant à se rallonger et l'embrassant. Oui il devait aller travailler…c'était vrai…elle l'avait presque oublié…
Il l'embrassa sur le front, le nez, le cou, les lèvres, tant et si bien qu'elle sentit son envie venir au galop et qu'elle encercla son cou de ses bras, bien décidée à le retenir aussi longtemps que possible. Elle avait tant envie de lui ! Près d'un mois sans le sentir en elle ! Et là il ne faisait qu'alimenter le feu de son désir. Elle l'embrassa longuement, fougueusement, et il murmura en se détachant, souriant :


-Je dois y aller ...

Elle ricana en même temps que lui. Il devait y aller et elle ne l'aidait pas vraiment…elle recolla ses lèvres contre les siennes, goûtant sa saveur qui allait lui manquer toute la journée avant de le laisser enfin sortir du lit.

-À plus tard, mon ange. Je t’aime

-Fais attention à toi surtout…Murmura-t-elle alors que la porte se refermait sur son dos, le bruit de ses pas s'atténuant dans le couloir.

Elle resta encore sur le lit, souriante béatement toute seule dans la chambre. Elle s'en voulait un peu de ne rien faire alors qu'il allait travailler dur pour qu'ils aient de l'argent, aussi se leva-t-elle et alla se laver et s'habiller, décidée à occuper sa journée efficacement.

Elle descendit prendre son petit-déjeuner rapidement, buvant un bol de chocolat et mangeant quelques tartines. Ensuite, elle demanda aux domestiques si elle pouvait leur être utile à quoique ce soit et ils lui répondirent tous non, en souriant poliment. Résignée, elle remonta dans le bureau, se demandant à quoi il lui servirait. Pour leurs enfants, si jamais, oui, ils pourraient étudier tranquillement, mais elle ? L'écriture était comme la lecture. Elle n'avait que les bases. Elle marcha dans la pièce, effleurant du bout des doigts les murs, comme pour s'en imprégner, lorsqu'elle rencontra un obstacle. Fronçant les sourcils, elle se stoppa et regarda le mur. Il y avait, un interstice, une fente, qui montait, et en suivant son tracé, elle comprit que c'était une porte. Cherchant le moyen de l'ouvrir, elle l'actionna sans le vouloir, mais retenant l'endroit. La porte s'ouvrit vers l'extérieur, donnant sur un petit placard sombre. Une cordelette tombait du plafond et elle tira, allumant une petite lumière. Elle fît un pas, légèrement méfiante. La pièce était minuscule et remplie de cartons. Elle en ouvrit un et tomba nez-à-nez avec des papiers. Des tonnes de papiers jaunis par le temps. Elle en prit un délicatement. L'écriture était enfantine, tremblante et hésitante. Et le même mot était inscrit sur les lignes, inlassablement. Ou plutôt un nom.

"Heïan"

C'était lui qui avait écrit ! Lorsqu'il était enfant ! Elle reposa la feuille et referma le carton, ouvrant le second. Celui-ci dévoila des photos. Des photos de la famille. Sur la première elle reconnut Naëlyah, qui avait conservé son sourire au fil du temps, tenant dans ses bras un bébé. Heïan…et…derrière, en retrait, le visage fermé, un homme. Sans doute son père…

Melley déglutit. Elle ne devrait pas regarder. Ce n'était pas sa vie. C'était les souvenirs de son fiancé. Berthan avait dû les conserver pour qu'il ait une trace de son enfance, des moments joyeux qu'il avait vécus. Devait-elle le lui dire ? Lui montrer le placard ? Oui mais elle ne voulait pas lui faire mal…elle ne voulait pas que son passé ressurgisse…mais si elle le lui cachait, il le verrait et ce serait pire…

Tremblante, elle reposa la photo. Les autres étaient identiques ou presque. Sur certaines, tout le monde était là, des grands-parents à Naëlyah en passant par Berthan et Serra. Ils y étaient tous, en bien plus jeune. Et toujours cet homme, en retrait, sans sourire. Et, au fil des photos et de la croissance d'Heïan, cet homme devenait de plus en plus distant. Heïan qui souriait sur pratiquement toutes les photos souriait de moins en moins en grandissant. Seule Naëlyah conservait le sien, gravé sur ses lèvres, comme un espoir que son couple ne sombrerait pas. Souvent elle tenait son fils entre ses bras, comme pour le protéger. Le protéger de son mari. Même sur les photos il avait l'air fou. Melley comprenait pourquoi Heïan avait tant peur d'avoir un enfant avec elle. Il avait peur d'être comme son père…mais elle le lui avait dit et assuré. Il ne l'était pas et ne le serait pas. Elle le lui avait même promis.

Absorbée par sa découverte, Melley n'entendit pas la porte du bureau s'ouvrir sur Naëlyah et Serra, accompagnées d'une domestique.


-Tu as trouvé…

L'Archère sursauta et reposa vivement les photos, refermant maladroitement le carton et se retournant, gênée.

-Je…euh…je ne voulais pas désolée…

Naëlyah s'avança et mit sa main sur son épaule.

-Tu n'as pas à t'excuser. Lorsque Berthan m'a dit ce qu'il voulait faire je lui ais demandé d'aménager cette pièce. C'était la chambre d'Heïan avant…je lui ais demandé de conserver ses documents.

Melley la regarda, baissant les yeux. La mère lui releva la tête et lui dit :

-C'est son passé, mais son passé…heureux encore. Avant les événements dramatiques qu'il t'a sûrement racontés.

Melley hocha simplement de la tête.

-Mais…est-ce que je dois lui montrer ? Il va avoir mal…

- Je serais d'avis de lui montrer oui. Le plus tôt possible. Il te remerciera peut-être de lui redonner son passé. Et tu seras là pour le soutenir si jamais.

-Oui mais…il va m'en vouloir d'avoir fouillé ou…il…ne va plus vouloir rester ici…

-Je le connais Melley. Il ne t'en voudra pas. Il saura que cette pièce existe c'est tout. Il saura que son passé est là, mais le bon passé. Et non celui qui nous a fait souffrir, lui et moi.

-Je lui montrerais lorsqu'il rentrera alors…

Naëlyah acquiesça en souriant et éteignit la lumière, entraînant Melley au centre du bureau après avoir refermé la porte et l'avoir camouflée. Serra attendait, un sac posé à ses pieds. Après un salut de la tête, elle déclara :

-Bien, déshabille-toi Melley. Garde juste tes sous-vêtements.

Elle écarquilla les yeux. Se…elle était sérieuse ?! Mais pourquoi ?! En voyant son air, Serra se mit à rire puis répliqua :

-Ne fais pas cette tête voyons ! Je sais ce qu'est un corps de femme ! J'ai le même, en plus vieux, mais j'ai le même!

Melley sourit et retira donc chemise et pantalon alors que Serra sortait de son sac un mètre, un crayon et un cahier qu'elle tendit à Naëlyah.

-Bien, maintenant, tiens-toi bien droite et lève les mains à l'horizontale.

Melley s'exécuta et elle s'approcha. Avec son mètre, elle lui prit le tour de taille, le tour des bras, des épaules, elle prit sa poitrine entre ses mains, faisant monter le rouge sur les joues de Melley, pour prendre les mesures. Elle fît de même avec chaque partie de son corps, cuisses, jambes, pieds…tout y passa. Naëlyah notait dans le cahier les mesures que Serra énonçait à voix haute avec minutie. Une heure avant le repas de midi, elle lui permit enfin de se rhabiller et lui donna une explication :

-Je tiens à coudre ta robe de mariée moi-même. Le costume d'Heïan aussi d'ailleurs. Mais il me faut sa taille aussi donc je reviendrais les prendre lorsqu'il sera là. Ne lui dis rien je veux aussi le prendre par surprise comme je l'ai fait pour toi !

Elle lui fît un clin d'œil et Melley lui sourit alors qu'elle continuait :

-Et…je voudrais que tu m'aides à les coudre Melley. J'ai entendu dire que tu savais coudre.

-Euh…je ne sais pas coudre…

-Pourtant Heïan est encore en vie je crois non ? Grâce à ton talent de couture.

-Oui mais…enfin, ce n'est pas pareil…

-Si crois-moi. Je t'apprendrais. Allez allons manger, je meurs de faim moi !

Aussitôt dit aussitôt fait. Les trois femmes descendirent manger, laissant délibérément le pauvre Berthan en compagnie des grands-parents Kreiss. Après le repas, elles s'en allèrent pour le rassurer, laissant Melley seule pour l'après-midi.

Elle espérait que tout se passe bien pour Heïan. Que ses blessures ne le gênent pas surtout. Pour digérer, elle sortir de la maison et se rendit dans le bois à l'arrière, se mettant à courir en petites foulées. Elle revoyait les photos et les lettres du placard. Le soir, après avoir mangé, elle l'y emmènerait. Elle ne pouvait tout simplement pas lui cacher une telle chose. Ou même le laisser le découvrir seul. Elle avait certes peur de sa réaction, mais il fallait qu'elle le fasse.

Et aussi…elle avait une furieuse envie de lui faire l'amour. Elle avait envie de lui comme lorsqu'il était revenu du poste de garde, la même envie que pour leur Première Fois. Mais après une découverte pareille, il serait refroidit pour la nuit et elle le respecterait.

Elle couru ainsi trois heures, rentrant essoufflée et trempée de sueur. Elle monta dans la salle de bains, devant se laver avant le retour de son fiancé. Elle se lava donc, correctement, et était en train de s'habiller lorsqu'elle entendit une domestique accueillir Heïan. Elle se dépêcha donc et sortit, apparaissant dans l'escalier. Et, au milieu des marches, elle se stoppa net. Il était là, au milieu du hall, un grand sourire aux lèvres, vêtu de l'armure de la garde.

Et quelle armure ! Il était…magnifique. Elle lui allait comme un gant, dessinant ses muscles, lui conférant une aura d'autorité. Elle se mordit la lèvre et se retint de lui sauter dessus tout de suite. A la place, elle descendit et le serra contre elle, sentant le métal réchauffé par son corps contre sa joue. Le regardant, elle l'embrassa passionnément, lui disant :


-Bonne journée ?

Elle attendit qu'il réponde avant de l'entraîner dans la salle de bains du rez-de-chaussée. Elle l'aida à retirer toutes les pièces de l'armure, les assemblant joliment sur une chaise, puis le laissa doucher tranquillement, évacuant sa journée de labeur.

Ils s'installèrent à table et mangèrent tranquillement. Ils finissaient lorsque Melley prit un air sérieux et lui dit :


-J'ai quelque chose à te montrer.

Elle le regarda et croisa son regard interrogateur. Son cœur battait trop vite et ses mains tremblaient. Elle avait réellement peur de sa réaction. Ils se levèrent en silence, laissant les domestiques ranger, et Melley le conduisit lentement dans le bureau. Elle longea la tapisserie jusqu'à retrouver la fente et y glissa ses doigts pour actionner le mécanisme et ouvrir la porte.

-Cela ne va peut-être pas te plaire…

Elle avait murmuré tout en agrippant la cordelette et tirant pour éclairer le placard. Puis elle s'écarta, le laissant passer. Elle se mordit la lèvre au sang, fermant les yeux et priant pour qu'il n'ait pas trop mal…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyJeu 25 Oct 2012 - 4:15

Heïan venait à peine de mettre le pied dans le hall d’entrée lorsque Melley fit irruption en haut de l’escalier. Elle n’avait pris le temps de lever les yeux, pressée de venir l’accueillir à son tour. Cependant, une fois à la moitié de son trajet, sa fiancée stoppant nettement sa course. Une lueur d’admiration brillait soudainement dans ses yeux alors qu’il se tenait là, en bas, à lui sourire. Elle finit par bouger, vint l’enlacer et colla sa joue contre le métal de l’armure qu’il portait. Leur regard se croisa enfin puis un baiser rempli de passion lui fut donné alors que les bras de l’homme entourèrent sa taille pour ne plus la lâcher.

‘‘ Bonne journée ? ‘‘

‘‘ Plutôt, oui. Dans les grandes lignes, nous avons fait le tour de la ville et mon supérieur m’a expliqué quelques rudiments du métier ... comme écouter certains citoyens geindre pour un rien. ‘‘

Haussant les épaules, il garda le sourire puis relâchant son étreinte. Sa douce en profitant pour prendre sa main et l’entrainer dans la salle de bain qui se trouvait tout au fond du large couloir du rez-de-chaussée. Celle-ci était plutôt grande, mais ne servirait certainement pas souvent puisque toutes les chambres se trouvaient à l’étage supérieur. Comme c’était elle la plus près et que l’odeur de nourriture flottait déjà dans les airs, faisant grogner son ventre qui criait famine, Heïan ne rouspéta pas. L’eau commençait à couler alors que Melley l’aida à se départir des pièces de son armure qu’elle posait délicatement sur une large chaise se trouvant dans le fond gauche de la pièce et il lui semblait qu’il était plus léger sans toute cette ferraille. Mais bon ... peut-être qu’après quelques jours à la porter, il finirait par s’y habituer après tout. Ses muscles purent enfin se détendre sous l’eau chaude qui caressait son corps. Ce n’était pas une grosse journée, mais certainement celle où il avait été actif depuis le vole chez son oncle. Il devrait donc se remettre dans le bain au fil des jours afin de se remettre en forme.

Mettant peu de temps pour se nettoyer et se laver, Heïan vint rejoindre Melley, une serviette sur la tête qu’un domestique ne manqua pas d’attraper au vol alors qu’il s’apprêtait à entrer dans la salle à manger. Le jeune homme s’était demandé où elle s’était envolée jusqu’à ce qu’il voit le voleur s’incliner et lui sourire avant de disparaître pour laver le tout. S’installant enfin à table, son ventre fut enfin comblé et aux anges. Les grondements avaient cessé pour de bon et se retrouvèrent bien vite au maximum de sa capacité. Se frottant le ventre, Heïan leva les yeux vers sa bien-aimée qui avait pris un air trop sérieux ... c’était bien la première fois qu’il la voyait ainsi.

‘‘ J’ai quelque chose à te montrer. ‘‘

Quelque chose ... à lui montrer ? Qu’était-ce donc pour qu’elle ait un air si sévère sur son visage habituellement angélique ?

Sans chercher à comprendre de quoi il en ressortait, Heïan se leva de sa chaise, contournant la table pour rejoindre Melley et la suivit en silence. Il avait glissé ses doigts entre les siens, tenant l’une de ses mains qu’il avait senti tremblante. L’inquiétude commençait à l’envahir peu à peu, alors qu’ils gravissaient les marches de l’escalier sous un silence pensant. Une fois dans le bureau, il laissa Melley prendre les devants. Les doigts de celle-ci caressaient doucement la tapisserie jusqu’à ce qu’elle s’arrête, glissant ceux-ci dans une fente qu’il n’avait jamais remarquée jusque-là. Il y eut un déclic puis une porte s’ouvrit, à même le mur. Une petite pièce sombre s’y trouvait, mal éclairée ... qu’est-ce que ... c’était ?

‘‘ Cela ne va peut-être pas te plaire… ‘‘

Le murmure qu’elle avait laissé s’échapper de sa bouche ne le rassura guère. Il croisa son regard qui semblait désolé, qui souffrait pour une raison qu’il ignorait encore. L’archère leva alors un bras, tirant sur une cordelette qui provoqua l’illumination du placard. Au plancher, il n’y avait que deux boîtes de format moyen. Melley s’écarta alors qu’il s’approcha, fronçant les sourcils, craignant de voir ce qui se trouvait à l’extérieur. C’est alors qu’il s’asseya en tailleur à même le sol, ouvrant la première boîte qui contenait des lettres écrites de sa propre main, main d’enfant. Il y avait si longtemps ... certaines de ces lettres étaient adressées à son père, Liam, et qui ne lui avaient jamais été données. Continuant de feuilleté, il trouva de vieux dessins remplis de couleurs. Le dernier qui se trouvait dans ce carton avait été son préféré lors de son enfance et il était un peu plus déchiré que les autres, car il aimait le trimbaler avec lui pour le montrer à tout le monde. C’était le premier sur des vingtaines auquel son père avait participé avec sa mère, qui l’avait forcé, et il s’agissait du plus coloré, du plus expressif. Tenant le bout de papier à deux mains, Heïan le regarda un long moment puis ferma les yeux un faible sourire, bien que triste, au coin des lèvres.

Ce fut ensuite le tour de la deuxième boite, qui allait être la pire de toutes. Les lettres et dessins rangés dans la première, elle fut poussée puis l’autre tiré vers lui. L’ouvrant, sa gorge se serra en voyant qu’il s’agissait là de photos des années passées... de son ... passé. Dans ce temps-là, la famille Omarion et la famille Kreiss étaient très proches puisque leurs uniques enfants venaient tout juste de s’unir et d’avoir un enfant. La première était aussi la seule où il n’y avait que lui, bébé, avec ses parents. Son père était en retrait sur chacune d’elles, cette lueur de folie toujours grandissante dans son regard, alors que le sourire de sons seul fils s’effaçait à au fil de sa croissance.

Heïan avait pris le temps de bien regarder chacune des images, la gorge serrée par les émotions et la seule qu’il garda dans ses mains avait été celle de son huitième anniversaire, alors que ses parents l’aidaient à souffler toutes les bougies qui se trouvaient sur ce gâteau. Liam avait l’air surpris sur celle-ci, ses traits durs et froids presque disparurent. Naëlyah riait en le regardant alors que lui avait les bras dans les airs, la bouche ouverte et les yeux ronds. Maintenant assit, les jambes de chaque côté de la boite, Heïan resta silencieux. Ses mains se mirent à trembler légèrement, sa tête se baissa et la photo glissa de ses mains pour se déposer doucement au sol. Il avait un faible sourire en coin, mais ne put, pour la première fois, retenir ce flot d’émotion qui le prit de court. Ses yeux se brouillèrent et le soldat essuya du revers de la main les larmes qui coulaient le long de sa joue droite avant de poser son front sur l’un de ses genoux.

Pleurer ... c’est pour les faibles, et tu seras toujours faible, lui avait dit son père un jour. Avait-il raison ? Car en ce moment, jamais il ne s’était senti aussi vulnérable. Il revoyait une foule de souvenirs des plus merveilleux moments de son enfance, car même s’il n’avait eu qu’un père peu souvent là, il avait une famille formidable et qu’il adorait plus que tout au monde.

Une main caressa doucement sa chevelure en bataille alors que l’autre vint chercher son menton pour le forcer à lever la tête et plonger son regard dans autre chose que ses souvenirs. Melley se trouvait à ses côtés, triste pour lui, culpabilisant pour le voir dans un tel état par sa faute, mais ce ne l’était pas. Si elle n’aurait pas décidé de lui montré cette pièce cachée ce soir, il aurait fini par la trouvé et qui sait comment il aurait réagit. Son ange était là, l’entourant de ses bras bienveillants. Heïan lui fit un faible sourire en coin et laissa échapper un merci silencieux, ne parvenant pas à faire entendre sa voix. Remettant la photo à son endroit, le carton fut refermé, la lumière disparut pour plonger le tout dans l’obscurité à nouveau et les pas s’éloignèrent du bureau où la pièce secrète avait été refermée.

Leur pas les conduisit jusqu’à leur chambre, le seul endroit où ils pouvaient être réellement tranquilles, entre eux et il en avait besoin après tout ce qu’il venait de voir et de revivre. Heïan s’asseya sur le bord du lit, soupira un bon coup puis ouvrit la bouche pour la première fois depuis sa découverte et surtout une fois qu’il avait repris la pleine maîtrise de ses émotions.

‘‘ Je ne croyais pas que ces choses existaient encore ... c’est ma mère qui les a fait entreposer là, pas vrai ? ‘‘

Melley le regardait, ne lui répondant que par un sourire alors qu’elle prenait place à ses côtés, posant une main sur son genou. Le regard violacé du jeune homme se posa alors sur ces doigts, dont l’un portant l’anneau de leur union. Il prit sa main dans la sienne et la serra doucement.

‘‘ Ça ... m’a fait du bien de revoir tout ça, même si c’est un peu difficile. J’avais commencé à oublier le visage de mon père avec les années, bien que nous nous ressemblions. ‘‘

Il marqua une pause, fermant les paupières pour ne voir que le néant. Un sourire, aussi petit fût-il, se forma au bord de ses lèvres.

‘‘ ... merci. ‘‘

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyJeu 25 Oct 2012 - 19:13

Heïan s'avança dans le placard et s'assit en tailleur tout en ouvrant la boîte contenant les lettres. Il lut rapidement et passa aux dessins. Un seul retint réellement son attention, un dessin fragile et usé. Melley ne voyait pas l'expression de son visage et tentait de contrôler ses tremblements. Puis il ouvrit la seconde boîte. Elle avait mal pour lui et voyait les tremblements des photos qu'il tenait. Elle ne regardait pas les images sur lesquelles il s'arrêtait, respectant son passé.

Mais lorsqu'elle aperçut le haut de son corps s'affaisser et la photo glisser au sol, elle se rapprocha pour être là. Il remonta ses genoux contre lui et posa sa tête dessus, secoué de sanglots. Elle s'en voulait, mais pleurer ne lui ferait que du bien. Elle imaginait bien toutes les émotions qui devaient le traverser et voulait le soutenir. Elle mit sa main sur sa tête, caressant doucement ses cheveux. De l'autre main, elle prit délicatement son menton entre ses doigts, lui relevant le visage. Elle l'obligea à la regarder. Et à travers elle, voir son avenir et plus son passé. Heïan savait qu'il était là, dans ce placard et pourrait y venir quand il voulait. Elle culpabilisait toujours de l'avoir mis dans cet état. Il lui sourit faiblement, les yeux humides de larmes. Elle les essuya du bout des doigts et l'aida à se relever. La pièce fût plongée dans le noir et la porte refermée, se camouflant dans le mur.

Ils retournèrent dans leur chambre et Heïan s'installa sur le bord du lit en soupirant puis déclara :


-Je ne croyais pas que ces choses existaient encore … c’est ma mère qui les a fait entreposer là, pas vrai ?

Elle ne lui répondit que par un sourire pour confirmer ses dires. Elle s'installa à ses côtés, mettant sa main gauche sur son genou. Il baissa les yeux vers celle-ci, s'attardant sur la bague de fiançailles puis il la serra dans la sienne et elle sourit en coin.

-Ça ... m’a fait du bien de revoir tout ça, même si c’est un peu difficile. J’avais commencé à oublier le visage de mon père avec les années, bien que nous nous ressemblions.

Elle expira profondément, à moitié rassurée. Il avait fermé les yeux, souriant également en coin.

-… merci.

Son visage semblait serein, il ne lui en voulait apparemment pas.

Lentement, elle s'approcha et l'embrassa doucement, avec force pour qu'il ait du courage pour avancer. Son désir revint au galop et son baiser s'intensifia alors qu'elle l'entraînait sur le lit, l'enjambant pour se retrouver à califourchon sur lui. En fait, elle avait envie de lui, oui, mais elle voulait lui redonner le sourire.


-Laisse-moi te donner de la force…

Elle remonta son haut, embrassant son torse. Elle faisait attention à sa blessure et, délicatement, le mis à nu. Avant de retirer le dernier sous-vêtement, sa main se fît audacieuse et frôla ses parties intimes. Elle se mordit la lèvre et sourit en voyant ses yeux s'écarquiller et sentant son corps réagir brutalement.
Assise sur lui, elle se déshabilla à son tour, avant de le "chevaucher". Ce fût elle qui donna les coups de reins, du haut vers le bas, hésitante les premières minutes, ne retenant plus les quelques gémissements. Il parcourait son corps, caressant sa poitrine, son visage de plus en plus détendu et ses yeux violets pétillants de mille feux.
Puis, la prenant par surprise, il bascula, allant sur elle et donnant à son tour des coups puissants qui les emmenèrent réellement au paradis…

******

Le lendemain, Heïan était parti au travail lorsqu'elle se réveilla. Elle dut réfléchir pour se rappeler ou il était et s'en voulut de ne pas s'être réveillée pour lui dire au revoir et bonne journée. Elle se leva et s'habilla, coiffant ses cheveux et se lavant. Elle espérait qu'il ne soit pas trop fatigué. Ils avaient été unis la moitié de la nuit, ne semblant plus vouloir ni pouvoir se lâcher.
Mangeant en quatrième vitesse, elle déclara aux domestiques de ne rien faire pour midi. Pour elle seule, ils n'avaient pas à se décarcasser, elle se ferait un sandwich rapide. Sortant, elle décida de tirer à l'Arc. Cela lui permettrait de mieux réfléchir à ce qu'elle pouvait faire comme métier.

A midi, comme prévu, elle grignota, et venait de s'asseoir près de la cheminée lorsque Serra entra, escortée d'un domestique. Elles se saluèrent et s'installèrent à table. Serra déballa ses affaires, posant des échantillons de tissus sur toute la nappe.


-Il nous en faut un qui mette en valeur ta peau et surtout tes yeux. Je ferais pareil pour Heïan.

Melley acquiesça et elles passèrent l'après-midi à déblatérer sur les tissus, jusqu'à en trouver un parfait, ni trop blanc, ni trop écru, il allait parfaitement. Serra dessina une esquisse du résultat final et Melley écarquilla les yeux devant cette merveille, ne s'imaginant pas du tout dedans.

Le soir, Heïan eut droit au même coup du "déshabille-toi et garde les sous-vêtements", et en voyant sa tête, Melley fût prise d'un fou-rire qui la laissa avec les côtes en feu. Serra prit toutes les mesures, Melley les notant dans le cahier. Serra avait sous-entendu que ce serait elle qui coudrait le costume du marié.

Les jours suivants furent donc consacrés à cela, Serra lui apprenant les bases, lui tenant compagnie alors qu'Heïan travaillait. A deux, elles envisageaient de coudre pour les autres, contre de l'argent bien sûr. Parce que cela semblait être la seule chose que Melley sache faire en-dehors du tir à l'Arc. Elle ne tremblait pas et ses points étaient quasis-parfaits. On aurait dit qu'elle avait fait sa toute sa vie !
Deux semaines plus tard, environ, Melley tomba malade. Enfin, elle ne savait pas si c'était réellement une maladie. Les symptômes étaient étrange…Chaque matin, après le départ de son fiancé ou lorsqu'elle priait pour qu'il n'entende pas, elle courrait dans la salle de bains et vomissait le peu qu'elle mangeait encore. Elle se sentait nauséeuse et ne savait pas pourquoi. En plus, elle ne supportait plus le chocolat chaud, l'odeur la faisait détaler, alors qu'elle avait toujours adoré cette boisson. En revanche, elle avait envie de pomme. Elle n'en avait jamais raffolé, mais elle pouvait à présent en manger toute la journée. Elle n'en parlait pas à Heïan, se disant que cela allait passer et ne voulant pas l'inquiéter.

Une après-midi, allongée sur le canapé une main sur son ventre qui faisait des siennes, elle maudissait l'hiver de la priver de pommes lorsque Naëlyah apparut.


-Je viens prendre de tes nouvelles, cela fait quelques temps que je ne t'aie plus vue. Ca va ?

Elle s'était rapprochée et avait vu la pâleur de l'Archère.

-Oui, je vais bien…

Naëlyah s'assit à ses côtés et la regarda sérieusement.

-Dis-moi ce que tu as.

-Je…

Melley inspira et se lança dans l'énumération de ses symptômes. A la fin, elle vit que Naëlyah souriait.

-A quand remonte votre dernière fois ?

Melley fût prise de court par la question mais répondit :

-Deux semaines…après lui avoir montré le placard…je voulais lui rendre le sourire…

Enfin…entre temps ils l'avaient refait, mais pas aussi intensément que cette fois-là…

-Et je suis sûre qu'il a apprécié…Tu ne vois toujours pas ?

Melley la regarda, puis son ventre et le puzzle s'assembla. Non…pas maintenant ! Elle réalisait et, soudain, sans savoir pourquoi, elle se redressa et se mit à pleurer. Naëlyah la prit dans ses bras et dit :

-Chut…pourquoi pleures-tu ? C'est une bonne nouvelle non ?

-Mais…c'est trop tôt ! Nous ne sommes même pas encore mariés ! Il n'est peut-être pas prêt ! C'est un accident…il va me jeter dehors…

Elle divaguait complètement, une petite voix lui assurant qu'il ne la rejetterait pas, mais ses hormones en ébullition lui dictant l'inverse.
En plus, Eldah la renierait. Pas mariée et…


-Ne raconte pas de bêtises…

Cette fois, Melley eut une bouffée de colère, contre elle-même.

-J'aurais dû faire attention…

-Il est tout autant responsable que toi et il doit assumer. Je le connais, il ne te mettra pas à la rue dans cet état. Il t'aime. Et s'il venait à en avoir envie malgré tout, je serais sur sa route.

Melley acquiesça légèrement. Elle avait confiance en Heïan, le connaissait, mais avait tout de même peur…

-Il n'y a pas moyen de…un guérisseur ou quelque chose…

-Non. Ce serait la plus belle erreur de ta vie, crois-moi. Serra n'aura qu'à élargir la robe et nous accélérerons le mouvement pour que cela ne se voie pas trop…

Melley ne savait plus quoi penser ou dire. Enceinte, elle était enceinte…C'était une bonne nouvelle, avoir un enfant avec Heïan était un rêve, mais si tôt…elle avait tellement peur, d'un coup…Peur qu'il la rejette, peur qu'il se fâche, peur du déroulement de la grossesse, peur d'être mère…

-Annonce-le lui ce soir, mets-y un sous-entendu…nous sommes là pour t'aider, ne panique pas et savoure cette nouvelle.

-Merci…

Naëlyah lui sourit et repartit, Berthan étant venu la chercher, non sans avoir promis à Melley de ne rien dire. Ce serait à Heïan et elle de l'annoncer au restant de la famille.

Alors, quand Heïan rentra le soir, elle lui sourit et l'embrassa, retenant son envie de vomir et le fît s'asseoir su le canapé après qu'il se fût lavé. Elle inspira, une main mêlée à celle du jeune homme, cherchant ses mots. Elle leva les yeux vers lui et lui annonça, un petit sourire crispé aux lèvres :


-Heïan…j'ai quelque chose à te dire…

Elle ne put garder son regard dans le sien, la peur du rejet et même de sa réaction la rongeant et elle acheva, tête légèrement baissée :

-Tu vas être papa, Heïan. Je suis enceinte.

Elle ne releva pas la tête, inspirant profondément, serrant la main du jeune homme plus fort que nécessaire, comme si elle craignait qu'il la retire définitivement et tourne les talons…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyVen 26 Oct 2012 - 2:14

La nuit avait été courte et ... mouvementée. Le lendemain était là, les rayons ce faisaient moins matinaux et le soleil prenant son temps pour se positionner dans le ciel; l’hiver approchait de plus en plus. La pièce gardait tout de même sa chaleur, malgré la fraîcheur qui les épiait à l’extérieur, grâce à un petit feu de foyer qui crépitait tout au fond. C’était la seule source qui leur prodiguait de la chaleur, hormis lorsque leurs corps étaient fusionnés comme ils l’étaient en ce moment. Depuis ce moment, deux semaines s’étaient écoulées.

Les paupières du jeune homme arrivèrent de peine et misère à s’ouvrir alors qu’il se devait de se tirer hors du lit pour se rendre à son travail. Tentant d’être discrets pour ne pas réveiller Melley qui dormait comme une souche à ses côtés, ses pas le menèrent jusqu’à la salle de bain où il se faufila sous l’eau pour se laver en vitesse. Séché et habillé, Heïan sortit dans le plus grand des silences et se rendit au rez-de-chaussée où il alla casser la croute. Sur la table se trouvait déjà son petit-déjeuner qu’il ingurgita sans avoir pris même le temps de s’assoir. Il but son jus d’oreille d’un seul coup alors qu’il commençait à enfiler son armure d’une main. Il dut se battre avec toute cette ferraille, un domestique l’aidant pour le morceau du torse et lui souhaita une bonne journée. Ce fut aux pas de course qu’Heïan se rendit jusqu’au quartier général où l’attendait Dart et trois autres hommes. Essoufflé, le jeune homme les salua d’un signe de tête.

‘‘ Pardon ... j’ai eu un peu de difficulté à me réveiller ce matin ‘‘

‘‘ Ça nous arrive à tous. Et puis la noirceur qui commence à s’installer le matin n’aide personne. ‘‘

‘‘ Oui, en effet. ‘‘

C’était plutôt parce qu’il n’avait pas voulu quitter la chaleur de son lit et celle de sa bien-aimée pour sortir dans le froid matinal de Beolan.

‘‘ Allons-y, je commence à me les geler ! ‘‘

Les soldats se mirent à ricaner puis commencèrent leur ronde habituelle. Ils rasèrent les remparts, se promenaient parmi la foule qui se faisait de plus en plus grande avec les heures sur la place du marché. En avant-midi, les soldats avaient eu du fil à retordre, car un marchand était venu les voir en criant tellement fort qu’une masse de gens curieux se forma autour d’eux. Le haut gradé lui avait alors dit de se calmer et de leur expliquer la situation, mais l’homme paniqué pointait une direction, son doigt tremblotant.

‘‘ Là bas ! Cet homme m’a volé ! Poursuivez-le ! ‘‘

Heïan avait tourné les yeux en même temps que l’homme désignait la direction et avait posé une main sur l’épaule gauche de son supérieur qui croisa son regard. Dart acquiesça d’un signe de tête en guise d’accord. Le nouveau soldat lui répondit de la même manière et se faufila avec rapidité au travers de la foule, les poussant doucement. Ses pas le menèrent dans la ruelle qui se trouvait derrière la boulangerie et Heïan grimpa sur une série de caisse de bois, empilée les unes sur les autres. Il se hissa finalement sur le toit, repéra le voleur qui le vit et qui commença à fuir en sautant sur les toits. Le jeune homme eut un sourire en coin et se lança à sa poursuite et malgré la lourdeur du métal qui l’enveloppait, il n’eut aucun mal à le rattraper. Un petit saut dans le vide, atterrissant sur le dos du voleur qui était descendu du toit pour retrouver la terre ferme et il se retrouva plaqué un sol. Le criminel eut rapidement les bras croisés dans le dos, ne pouvant plus bouger et ses collègues de travail arrivèrent bien rapidement.

‘‘ Eh bien ! Plutôt pratique d’avoir ce genre d’habilité ‘‘ S’exclama le plus grand d’entre eux.

‘‘ J’avais hâte de te voir à l’oeuvre, Heïan. Je crois que j’en ai eu pour mon argent. ‘‘

Heïan leva les yeux vers l’un d’eux qui tendaient des bouts de corde suffisamment longue pour attacher le voleur. Maintenant, ils devaient le ramener au quartier général pour l’interroger et lui rendre sa sentence.

‘‘ J’étais sceptique lorsqu’on m’avait dit qu’un homme comme lui apporterait quelque chose dans nos rangs, mais j’avoue que je n’ai pas autant de faciliter à grimper sur les toits que lui ! ‘‘

‘‘ J’ai fait ça une bonne partie de ma vie aussi ... à la longue, j’ai fini par m’y habituer et puis c’est plus rapide par là haut qu’en empruntant les rues et ruelles de la ville ‘‘

‘‘ Je n’en doute même pas, le jeune ! ‘‘

Ils se mirent à rire de bon coeur puis Dart donna une tape sur l’épaule d’Heïan pour le féliciter. Le voleur fut jeté dans une cellule pour l’heure et le reste de la journée fut plutôt calme. Le ciel était maintenant couvert d’épais nuages gris et le vent s’était levé; un orage était en vue. Espérons qu’il serait à la maison avant que le déluge ne s’annonce ! Et comble de malheur, la pluie se déversait depuis déjà une bonne heure lorsqu’Heïan sortit du quartier général. Le capuchon se sa cape sur la tête, le jeune homme fit le trajet du retour aux pas de course, arrivant chez lui trempé de la tête au pied et frigorifié. Il n’y avait rien de plus dégoutant qu’un froid d’automne et une pluie torrentielle.

Melley l’avait accueillit, lui souriant et l’embrassant doucement. Son teint était plus pâle qu’à son habitude, mais il ne posa pas de question. C’était peut-être ses yeux qui lui jouaient des tours après tout. Une domestique lui apporta des vêtements secs puis il fila se laver avant de rejoindre sa fiancée qui l’invita à s’assoir sur le canapé avant l’heure du repas.

Quelque chose n’allait pas ... il le savait ...

Sa main douce serrait la sienne alors que son regard semblait un peu perdu, préoccupé par quelque chose. Une inspiration profonde se fit entendre et son regard se planta dans le sien. Un sourire en coin forcé se forma sur ses lèvres, comme si elle venait de commettre une bêtise.

‘‘ Heïan…j’ai quelque chose à te dire… ‘‘

Heïan arqua un sourcil, interrogateur. Il ne savait pas ce qui se passait et l’apprendrait dans les secondes qui allaient suivre, mais de quoi s’agissait-il ? L’inquiétude s’installa alors.

‘‘ Tu vas être papa, Heïan. Je suis enceinte. ‘‘

Qu-quoi ... ? Le mot papa résonnait dans sa tête comme une cloche, comme un écho dans de hautes montagnes et lui fit l’effet d’une gifle. Est-ce que c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Comment était-il sensé réagir face à cette annonce ? Melley portait maintenant la vie en elle et elle allait s’accroître au fil des mois. Un petit être allait se former dans ses entrailles ... lui, papa ? Une route inconnue se formait devant lui, une route qu’il hésitait toujours à prendre bien que sa douce lui garantissait qu’il serait à la hauteur. Aucun mot ne sortit, tentant encore d’acheminer l’information, de digérer la nouvelle et surtout de se rendre compte que ce n’était pas une blague ... ils n’avaient pas fait attention lors de leurs ébats amoureux, alors il n’avait pas à lui en vouloir, car c’était aussi sa faute et il avait une part de responsabilité dans tout ça.

La main de Melley se resserrait sur la sienne, ne voulant pas qu’il ne s’éloigne. Pourquoi le ferait-il ? Il n’allait tout de même pas la jeter après l’avoir engrossé ? Ça ne se faisait pas et puis il l’aimait sincèrement et profondément. Melley et lui étaient ensemble dans cette épreuve, et le resteraient.

Heïan s’approcha un peu plus d’elle, reprenant sa main à la plus grande surprise de Melley qui fut prise d’un soudain mal aise. Sa belle devait croire dans la seconde qu’il était en train de la rejeter alors qu’il l’entourait de ses bras, posant une main dans sa douce chevelure et posant un baiser sur son front. Il la força à lever les yeux et à croiser son regard lavande qui n’avait rien d’hostile. La nouvelle l’avait choquée, certes, mais pas d’une mauvaise manière. Le jeune homme avait peur, oui. Il ne pouvait se le cacher ni à lui, ni à elle, car ils étaient tous les deux dans le même bateau.

‘‘ Je suis mauvais pour trouver des noms ... mais je ferai une liste, c’est promis. ‘‘

Ce fut la seule chose qu’il trouva à dire pour remonter le moral de son ange qui retrouva le sourire, finissant même par laisser échapper un doux rire. Heïan lui rendit son sourire et l’embrassa avant de se lever du canapé. Sur le moment, son estomac s’était tordu, mais maintenant, il avait une faim de loup. Le jeune couple finit par s’installer à table, Melley ayant une soudaine envie de manger des trucs étranges. Heïan la regardait faire, confus, et se disant que ce devait être dégoutant bien qu’un sourire amusé lui fut arraché.

Le soir, alors que la noirceur s’était déjà installée, le vent frappait avec force contre les murs de la villa alors que le tonnerre se mit à faire rage. La pluie n’avait cessé de tomber et elle s’était même intensifiée. Heïan et Melley s’étaient installés sur le canapé, devant le feu qui faisait rage dans le foyer du salon. À moitié allongé, la jeune femme confortablement installée contre son torse, Heïan tira une couverture de laine par-dessus ses épaules et lui caressait les cheveux doucement alors qu’elle fermait les yeux, serrant faiblement sa chemise entre ses doigts fins. Elle souriait ... et lui aussi, dans ce silence qui ne les dérangeait pas le moins du monde. D’ici neuf mois, ils seraient trois ... à moins de tomber sur des jumeaux. Mais bref, ils seraient une famille. D’ailleurs ...

‘‘ J’y pensais aujourd’hui et je me demandais ... ‘‘

Melley ouvrit les yeux et leva la tête pour le regarder, alors qu’il allait terminer sa phrase.

‘‘ Je me demandais quand tu voudrais faire les préparatifs pour le mariage. Nous n’avons pas eu l’occasion d’en parler encore ... enfin oui, mais bon. ‘‘

Le jeune homme roula les yeux, en soupirant. C’était surtout parce qu’il n’avait pas pris le temps d’en parler avec elle.

‘‘ Autant en profiter nous voulons éviter de subir le courroux d’Eldah Kreiss. Et puis ... il y a de fortes chances que tu te retrouves avec une cérémonie digne de la royauté si tu la laisses faire. Avais-tu quelque chose de particulier en tête ? J’avoue que j’aimerais éviter que n’importe qui soit là, si ça ne te fait rien. Et puis ma grand-mère est si potineuse que Beolan en entier sera au courant à minuit lors de cette journée ... ‘‘

Eldah était et serait toujours une grande potineuse. Elle avait fait partie de cette classe de femmes qui se rassemblaient, lors de sa jeunesse, pour parler des autres et de leur vie. Bref, elle n’avait pas changé avec les années et la vieillesse !

Ils discutèrent de leurs choix sur les différentes parties de l’organisation de leur mariage le restant de la soirée , jusqu’à ce que le sommeil les gagne. Il était préférable de monter de suite à leur chambre avant de s’endormir sur le canapé. Rapidement, ils se lavèrent puis sautèrent dans le lit pour se glisser sous leur couverture. Heïan l’embrassa, posa ses lèvres sur l’une de ses joues jusqu’à ce qu’elles descendent dans son cou. La taille de la jeune femme fut prisonnière de son bras gauche alors que l’épaule du jeune homme reposait sur son ventre. Son visage resta enfoui au creux de son cou, laissant son souffle s’écouler doucement sur la peau de sa bien aimée. Ses paupières étaient fermées et le sommeil commençait déjà à le gagner.

‘‘ Si c’est un garçon, j’aimerais ... l’appeler Liam ... ‘‘

Sa voix était devenue un murmure endormi alors que sa conscience le quittait peu à peu pour un autre monde. Ce nom était bel et bien celui de son défunt père, mais il voulait lui mettre une connotation positive et ne plus l’associer au drame de sa vie.

Il était temps de changer le passé, de vivre pour le bon autant que le mauvais et ils le feraient ... ensemble.
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyVen 26 Oct 2012 - 14:02

Heïan resta un moment silencieux, la main toujours dans la sienne. Melley paniquait littéralement, son ventre faisant des sauts de cabris en elle, la peur la rongeant lentement. Elle le laissa digérer l’information, qui était de taille tout de même…

Puis, d’un coup, il relâcha sa main, s’approchant un peu d’elle. Elle paniqua de plus belle, le voyant déjà se lever et partir, à jamais. Elle avait déjà envie de pleurer lorsqu’il l’entoura de ses bras, la serrant contre lui et déposant un doux baiser sur son front. Son cœur se calma aussitôt, profitant de la main d’Heïan sur ses cheveux.

Il prit ensuite son visage et le redressa, la forçant à le regarder dans les yeux. Plongeant dans le violet de ses iris, elle constata qu’il n’y avait aucune trace de colère ou quoique ce soit d’autre, bien au contraire, ils pétillaient encore plus si possible.


-Je suis mauvais pour trouver des noms ... mais je ferai une liste, c’est promis.

Melley sourit faiblement, jusqu’à ce que la liesse qui l’envahit la fasse rire. La réaction d’Heïan était plus qu’elle ne l’espérait. Il restait et acceptait ce changement. Il…il serait là pour l’aider. Elle sentait bien qu’il avait tout autant qu’elle peur, mais ensemble ils y arriveraient…
Il l’embrassa puis, ayant faim, ils s’installèrent et mangèrent à leur faim. C’est sûr qu’après une journée de labeur, son fiancé devait avoir les crocs. Elle mangeait, mais vraiment étrangement. Elle sentait les regards d’Heïan qui observait le contenu de son assiette en souriant. En effet, elle avait mélangé des aliments qui, d’ordinaire, n’allaient pas ensemble…

Plus tard, alors qu’ils étaient allongés sur le canapé, Melley dans les bras d’Heïan, une couverture sur eux, elle écoutait vaguement les mugissements du vent à l’extérieur et la pluie tambourinant sur les volets. Et dire qu’il allait devoir se lever demain…fallait juste espérer que le temps soit plus calme. Elle avait la tête contre son torse et avait fermé les yeux, bercée par le battement de son cœur, régulier, serrant sa chemise machinalement entre ses doigts. Il caressait ses cheveux et elle profitait, tout simplement. Ils étaient si bien, ensemble, avec pour seuls bruits la météo et le crépitement du feu…Elle était heureuse qu’Heïan ait bien pris la nouvelle. Enceinte…elle n’arrivait toujours pas à y croire et surtout à imaginer qu’un être humain allait grandir en elle durant neuf mois…


-J’y pensais aujourd’hui et je me demandais …

Elle rouvrit les yeux et se redressa pour le regarder, écoutant la suite :

-Je me demandais quand tu voudrais faire les préparatifs pour le mariage. Nous n’avons pas eu l’occasion d’en parler encore ... enfin oui, mais bon.

Oui il faudrait organiser en effet…ils n’avaient pas eu l’occasion, mais avec le chamboulement, entre l’emploi d’Heïan et l’emménagement, ils n’avaient pas trouvé le temps.

-Autant en profiter nous voulons éviter de subir le courroux d’Eldah Kreiss. Et puis ... il y a de fortes chances que tu te retrouves avec une cérémonie digne de la royauté si tu la laisses faire. Avais-tu quelque chose de particulier en tête ? J’avoue que j’aimerais éviter que n’importe qui soit là, si ça ne te fait rien. Et puis ma grand-mère est si potineuse que Beolan en entier sera au courant à minuit lors de cette journée ...

Elle sourit. Non elle ne voulait pas non plus que tout Beolan soit là. Elle préférait un petit mariage avec les gens connus et appréciés. Si Eldah commençait à inviter toute la bourgeoisie, Melley n’y arriverait pas. Elle savait qu’elle serait déjà nerveuse le jour même, mais si elle se retrouvait devant des centaines de personnes inconnues, ce serait pire.
Elle lui en fît part et ils poursuivirent le restant de la soirée, discutant des moindres détails. Serra cousait déjà leurs tenues, elle-même s’occuperait de celui d’Heïan. Melley ne souhaitait qu’une chose en particulier : le trajet entre l’église et le lieu de réception, probablement chez eux, elle voudrait le faire en calèche. Tirée par une jument blanche et un étalon noir…c’était un rêve d’enfant qu’elle avait mis loin dans sa tête, puisqu’à l’époque, elle c’était persuadée que jamais ses parents ne pourraient payer une telle fantaisie. Mais là, peut-être qu’Heïan serait d’accord…
Ils étaient déjà d’accord pour un mariage simple. Le repas ne serait pas bourratif et il n’y aurait pas trop d’invités. Il y aurait des musiciens, tout de même, et le traditionnel lancer de bouquet.

Mais il fallait qu’ils se dépêchent…Melley ne tenait pas à avoir un ventre énorme lors du mariage. Déjà que Serra allait devoir modifier la robe pour qu’elle rentre…

Éreintés, ils se glissèrent sous les draps après s’être lavés et Heïan l’embrassa tendrement, descendant dans son cou, son bras se posant sur son ventre. Elle frissonna et, en un murmure endormi il dit :


-Si c’est un garçon, j’aimerais ... l’appeler Liam ...

D’une main, elle caressa sa tête alors qu’il partait déjà dans le monde des rêves, murmurant, mais pas sûre qu’il l’ait entendue :

-Bien sûr…tout ce que tu veux mon cœur…

Elle savait que Liam était le prénom de son père et avait de la signification à ses yeux. De toute manière, sa mère lui avait toujours dit que, dans un couple, le père choisissait pour un garçon et la mère pour une fille.

Elle l’écouta dormir, souriante dans le noir. Parents, ils allaient être parents…Elle n’arrivait réellement pas à y croire…

Finalement, elle s’endormit, le souffle du jeune homme dans son cou, se sentant plus rassurée.


******

Melley s’éveilla juste avant Heïan. Pour…courir dans la salle de bains, fermant la porte au nez de son fiancé, lui lançant un regard désolé. Elle n’en avait pas pour longtemps, juste le temps de tout régurgiter, une nouvelle fois. Cinq minutes après elle ressortit, l’estomac un peu plus tranquille et après s’être brossée les dents, et embrassa Heïan qui attendait patiemment. Elle l’attendit et lui souhaita une bonne journée. Il avait de la chance : la pluie s’était calmée. Il faisait toujours frais, mais au moins il ne pleuvait plus. Elle lui donna même une veste supplémentaire au cas où. Puis elle mangea un peu, surtout des pommes que les domestiques avaient pu dénicher au marché. Pas de première qualité, mais Melley en réclamait sans cesse.

Elle s’installa sur le canapé, devant le feu, et reprit le pantalon de marié qu’elle avait commencé avec Serra. Elle ne savait pas si celle-ci allait venir dans la matinée, et elle devait s’occuper. Il fallait qu’ils l’annoncent. Le plus vite possible. Elle pensait même qu’ils pouvaient inviter tout le monde le soir même et le leur dire. Oui mais Heïan n’était pas là pour donner son accord…alors ils devaient eux-mêmes ce déplacer. Elle avait peur d’Eldah et de sa réaction…

La matinée se déroula tranquillement, ponctuée de course vers la première salle de bains venue, à coudre avec amour ce que son fiancé allait revêtir à leur mariage. A midi, elle ne mangea pas beaucoup non plus. Si c’était pour tout vomir ensuite…

Mais l’après-midi, Serra arriva avec Naëlyah. Melley lui montra son avancée, faisant l’admiration de Serra tout comme Naëlyah. Puis, assises, l’Archère regarda Serra et dit :


-Il va falloir agrandir la robe...

Serra la regarda étrangement, Naëlyah retenant un léger rire.

-Je suis…enceinte…

Serra écarquilla les yeux puis se leva, Melley l’imitant, et la serra dans ses bras en disant :

-Toutes mes félicitations…c’est merveilleux ! Vous ferez de très beaux parents !

-Merci…

Souriante, elles se rassirent et Serra ajouta :

-J’agrandirai la robe, il n’y a pas de soucis.

Puis ce fût Naëlyah qui prit la parole :

-Nous sommes aussi ici pour te dire que le mariage aura lieu d’ici trois semaines.

Melley écarquilla les yeux. Trois semaines !? Mais…rien n’était prêt !

-Laisse-moi t’expliquer. Nous sommes allées voir le prêtre pour convenir d’une date. Enfin de plusieurs et vous auriez choisis. Heïan n’étant plus là la journée, c’est plus simple. Malheureusement, il n’avait plus que deux dates. Dans trois semaines et l’autre…dans trois mois.

Ah oui. Melley comprenait mieux.

-Et dans trois mois ta grossesse sera trop visible…et tu veux garder ton secret encore.

-Oui…trois semaines alors…mais et les préparatifs ?

-Venez ce soir et nous organiserons tout ensemble. Cela peut être vite fait. Vos tenues sont pratiquement achevées, les cartes d’invitations sont prêtes, il suffit juste d’inscrire le nom.

Tout allait bien trop vite. Heïan allait stresser, comme elle. Mais trois semaines, c’était juste bon. Son ventre aura déjà pris une forme, mais encore assez discrète. Naëlyah lui fît alors un clin d’œil. Melley comprit le sous-entendu. Venir le soir pour organiser, mais aussi pour annoncer la nouvelle.
Elles continuèrent toute l’après-midi à faire des brouillons, notant ce qu’il fallait pour le mariage, la cérémonie, les invités, les décorations, tout. Et ce serait à faire valider par Heïan, principal concerné.

Elles repartirent en fin d’après-midi, une demi-heure avant le retour d’Heïan. Melley alla dans la salle de bains, encore, et lorsqu’elle ressortit il était là, souriant, mais frigorifié. Elle le serra contre elle en l’embrassant, pour lui transmettre sa chaleur. Elle attendit qu’il se douche et se réchauffe et lui dit, une fois assis dans le canapé :


-Ce soir on mange chez ton oncle pour…organiser le mariage. Il aura lieu dans trois semaines. Je sais que c’est tôt mais sinon il aurait fallut attendre trois mois…

Elle le laissa assimiler l’information pour continuer :

-Et…ce sera le bon moment pour l’annoncer non ?

Elle se tut pour lui laisser le temps de réfléchir et donner son avis. C’était Naëlyah qui avait emmené les papiers de l’après-midi, elle ne pouvait donc pas lui montrer. L’essentiel était qu’ils étaient ensemble. Stressant ensemble et paniquant ensemble pour l’avenir. Elle avait remis sa main sur son ventre, tentant d’imaginer l’enfant qui allait grandir en elle...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 27 Oct 2012 - 3:26

‘‘ Bien sûr…tout ce que tu veux mon cœur… ‘‘

Lointaines furent ses paroles qui le firent sourire une dernière fois avant que l’autre monde ne l’attire. Au matin, Heïan ne fut pas le premier à se réveiller, mais bien le dernier. En vitesse grand V, Melley s’était tiré hors du lit pour courir vers la salle de bain alors qu’Heïan s’asseya dans le lit en se demandant ce qu’il se passait. Contrairement aux autres fois, les nausées de la jeune femme furent parfaitement perceptibles et il se sentit mal pour elle. Cela ne devait pas être agréable à vivre du tout et dire que les symptômes n’étaient qu’à leur commencement. Il ne restait plus qu’à espérer que son mal s’estompe au fil de la grossesse.

La jeune femme finit par sortir après quelques minutes et vint l’embrasser après s’être rafraîchie et lavé la bouche. Ce fut ensuite à son tour de monopoliser la petite pièce, mais pour se préparer afin d’aller travailler. Ils descendirent et Melley l’aida à revêtir son armure après qu’il eut pris quelque chose à grignoter en chemin. Se souhaitant une bonne journée, le jeune couple se bécota à nouveau puis le soldat partit pour le restant de la journée. À l’extérieur, le sol était encore humide, quelque peu gelé. L’air était froid et humide, mais au moins, il ne pleuvait pas malgré les nuages qui flottaient dans le ciel et qui ne laissaient aucune chance au sol de percer. Une fine fumée s’échappait de sa bouche alors qu’il avançait dans les rues pour se rendre au quartier général, prenant soin de rester bien au chaud sous son épaisse cape. Le métal n’aidait en rien à garder sa chaleur puisque le matériel ne comportait pas cette caractéristique. Une fois sur les lieux, D’autres soldats furent attitrés pour la ronde en ville. Heïan, Dart et d’autres soldats allèrent dans la cour arrière qui servait à l’entrainement pour s’exercer à quelques activités. Réchauffés, les hommes retournèrent à l’intérieur après une bonne heure afin de relaxer, de se remplir l’estomac pour certain puis se fut enfin l’heure de sortir voir ce qui se passait avec les citoyens de Beolan. Cette journée-là, rien de bien spécial ne se produisit. Ce fut même extrêmement calme à leur plus grande surprise. Des enfants étaient venus tourner autour d’eux, leur posèrent des questions alors qu’un, plus jeune, serrait la jambe d’Heïan comme s’il s’agissait de sa mère.

‘‘ Kiran, viens ici ! ‘‘

Un peu plus loin, la mère appelait son fils qui ne se détacha pas. Au contraire, il s’agrippait un peu plus fort. Le regard de la mère devint un peu plus sévère alors qu’Heïan baissa les yeux vers le petit qui lui, planta son regard dans le sien. Une lueur d’admiration brillait dans ses yeux et il fut subjugué par le regard du soldat qui était assez peu commun.

‘‘ Maman ! Je veux des yeux comme ça moi aussi ! ‘‘

‘‘ Kiran ! Laisse ce monsieur tranquille. Il travaille ! ‘‘

Heïan eut un sourire en coin et se pencha à la hauteur du petit rouquin qui se recula, croisant ses mains derrière son dos avec un air gêné. Le soldat posa une main sur sa tête, lui ébouriffant les cheveux.

‘‘ Tu ferais mieux d’écouter ta mère, petit. ‘‘

‘‘ Oui, m’sieur ! ‘‘ Dit-il en le saluant de manière plutôt militaire.

Le petit garçon détala jusqu’à sa mère qui lança un regard désolé à Heïan. Celui-ci haussa les épaules, lui assurant que ce n’était rien. L’enfant lui envoya la main puis disparut dans la foule, tenant la main de la femme qui l’avait mis au monde. Un faible sourire en coin se dessina sur les lèvres du soldat qui fut ramené à l’ordre par son supérieur qui l’avait perdu en chemin, se rendant compte qu’il avait parlé seul pendant un bon moment.

Le soir arriva et Heïan avait fait le chemin du retour en marchant plutôt rapidement. Le froid s’était intensifié avec la venue des ténèbres. La grille de fer forgé s’ouvrit après qu’il l’eut poussé rapidement d’une main et ses pas s’accélérèrent alors que la villa s’approchait. Cette fois, la porte ne s’ouvrit pas par elle-même, mais un domestique le salua avec le sourire, Heïan lui rendant la pareille. Melley sortit au même moment de la salle de bain du rez-de-chaussée qui se trouvait plus loin dans le couloir. Lui souriant, elle s’approcha pour l’embrasser alors qu’il grelottait. Le jeune homme porta même ses mains gelées dans le cou de sa bien-aimée qui frissonnant à ce touché. Pour se réchauffer, il alla se glisser dans l’eau chaude qui lui donna un effet de picotement aux orteils vu la différence de température entre celle-ci et son corps. En sortant pour rejoindre Melley qui l’attendait dans le salon, l’homme s’asseya dans le canapé. À sa plus grande surprise, il n’y avait aucune odeur de nourriture dans l’air. C’est là qu’elle lui annonça :

‘‘ Ce soir, on mange chez ton oncle pour…organiser le mariage. Il aura lieu dans trois semaines. Je sais que c’est tôt, mais sinon il aurait fallu attendre trois mois… ‘‘

Entre trois semaines et trois mois, il y avait une sacrée différence, surtout dans le cas de Melley. Sa grossesse serait évidente et elle s’attirerait sans nul doute les foudres des grands-parents. Bien que c’était tôt, car rien n’était organisé encore, c’était la meilleure solution qui s’offrait à eux.

‘‘ Et…ce sera le bon moment pour l’annoncer non ? ‘‘

Pour annoncer qu’elle était enceinte à toute la famille ? Oui, mais ... non en même temps. Eldah allait être furieuse, il le savait. Et puis ... ah et au diable. Ce n’était pas sa grand-mère qui leur dictait leur vie, ni quoi faire alors qu’elle râle si elle en avait envie. De plus, elle serait certainement la seule à le faire.

‘‘ C’est surement la meilleure solution, mais annonçons-la nouvelle une fois le repas terminé. Je n’ai pas envie de voir des assiettes volées dans toute la pièce. ‘‘

Heïan lui fit un sourire en coin, posant sa main sur celle de son amour qui l’avait posé sur son ventre, réalisant à peine ce qui prenait vie en elle. Il l’incita alors à se lever, l’aida à revêtir un épais manteau et enroula une écharpe de laine autour du cou de sa douce, la forçant à s’approcher pour lui voler un baiser. Il fit de même, puis s’entoura le cou d’une écharpe afin de se garder bien au chaud. Ils sortirent alors dehors, main dans la main, et comme ils avancèrent sur les dalles de pierre qui menait à la rue de petits flocons scintillants se mirent à tomber du ciel. Il n’y a en avait peu, mais ils étaient bien présent.

‘‘ L’hiver qui approche ... déjà ‘‘

Oui, l'hiver ... et son anniversaire aussi approchait. Son regard violacé fixant les cieux, l’homme se mit à sourire doucement puis soupira avant de baisser les yeux vers Melley qui le regardait avec des yeux brillants. Ensemble, ils se rendirent jusque chez Berthan qui les attendait déjà depuis quelques minutes. Il leur ouvrit la porte, les invita à rejoindre tout le monde autour de la table.

‘‘ C’est frisquet dehors ... brrrr ‘‘

‘‘ Il faut bien que l’hiver fasse son oeuvre ! Rien n’est plus beau que ce vaste manteau blanc recouvrant les toits et le sol ‘‘

Naëlyah souriait, voyant toujours le positif à chaque situation. Son frère jumeau acquiesça, tout à fait d’accord avec elle. L’hiver était une magnifique saison si l’on oubliait son froid. Les domestiques ne tardèrent pas à déposer les couverts devant chacune des personnes assises autour de la grande table et ils se mirent à manger tranquillement, parlant par la même occasion des préparatifs du mariage, annonçant par la même occasion qu’il aurait lieu dans trois semaines. Eldah fut ravie pour cette première nouvelle, mais voulut mettre son grain de sel encore une fois.

‘‘ Inviter les grandes personnalités de Beolan pourrait vous attirer des gloires, vous savez. Ce ne serait pas une mauvaise idée de ... ‘‘

Heïan dut l’arrêter avant qu’elle ne s’avance trop dans son discourt.

‘‘ Grand-maman ... pas que ce que tu proposes soit une mauvaise idée, mais moi et Melley ne désirons pas de grande cérémonie où toute la ville assisterait. La famille proche est amplement suffisante. ‘‘

‘‘ C’est une bonne idée, ma mère et mon père, enfin ... tes grands-parents Omarion, pourraient se déplacer pour venir à votre mariage et ils seront certainement heureux de te revoir, ainsi que ta fiancée. ‘‘

Les deux hommes se sourirent et Daryl ouvrit la bouche pour la première fois à table.

‘‘ Il y a bien longtemps que nos familles n’ont pas été réunies! ‘‘

‘‘ Oui, en effet ... ‘‘ Dit-elle, faisant évidemment la moue.

Puis Heïan et Melley se regardèrent, se mettant d’accord par un seul regard. Sous la table, leur main se serra l’une dans l’autre puis ce fut lui qui l’annonça à sa famille, car sa bien-aimée ne se sentait pas totalement à l’aise encore, en présence d’Eldah. Prenant une profonde respiration, le jeune homme se lança alors.

‘‘ Il y aura bientôt un nouveau membre dans la famille ‘‘

Naëlyah, Berthan et Serra se regardèrent en souriant, accueillant cette nouvelle comme un vent de fraîcheur, réellement content pour eux deux. Et puis, un petit nouveau ou une petite nouvelle, ne leur ferait pas de tord. Le rire d’un enfant était toujours si doux pour les oreilles et sa présence si apaisante. Daryl lui, n’osant pas dire quoi que ce soit, regardant sa femme qui bouillait déjà de rage sur sa chaise, au bout de la table. Heïan tourna les yeux dans sa direction, attendant qu’elle n’explose.

‘‘ Vous avez déjà pensé à des noms ? ‘‘

‘‘ En fait je ... si c’est un garçon, j’avais pensé l’appelé par le prénom de mon père. ‘‘

Sa mère fut tellement émue et triste à la fois que les larmes envahirent ses yeux avec force. Elle était ... tellement contente. Prise de sanglots à table, Naëlyah cacha son visage dans ses mains et Heïan se leva de sa chaise, contournant la table pour se rendre jusqu’à elle. La femme se leva, serrant son fils dans ses bras alors qu’il en faisait de même. En murmurant, elle dit :

‘‘ Je suis si heureuse ... si tu as un fils, soit fier de lui et aime le. Ramène le soleil vers ce nom qui nous a fait si mal par le passé. C’est la seule chose que je te demande. Aime ton enfant, Heïan. ‘‘

Sa voix se cassait alors que Naëlyah cherchait son air, tentant de calmer ses soubresauts. Elle souria alors qu’Heïan lui embrassa le front, le lui promettant dans un murmure silencieux. Essuyant ses larmes, s’excusant de cette prise soudaine d’émotions, la mère du soldat se rassoit sur sa chaise. C’est là qu’Eldah explosa, ne laissant pas le temps à son petit fils de s’assoir.

‘‘ Je suis outrée ! Comment avez-vous pu engendrer un enfant avant même de vous être unis ?! C’est impensable ! N’avez-vous donc aucune fierté, aucune valeur ?! ‘‘

Ses joues rougies par la rage et ses yeux violets passant de Melley vers Heïan, la grand-mère se leva à son tour de sa chaise, frappant du poing contre la table.

‘‘ À cause de vos folies de jeunesse, de vos ébats amoureux et de votre imprudence, cet enfant sera né du mal ! Il sera maudit ! ‘‘

‘‘ Eldah, laisse-les... ‘‘

‘‘ Daryl, ne te mêle surtout pas de ça ! ‘‘ Hurla t’elle, hystérique.

Heïan fut choqué par une telle réaction. Pourquoi ne pouvait-elle pas se contenter de les féliciter, d’être heureuse pour eux, tout simplement ?! Il fallait qu’elle gâche tout, une fois de plus, mais là, s’en était trop et il ne supporterait pas qu’on l’insulte lui, encore moins Melley.

‘‘ ÇA SUFFIT ! ‘‘ Cracha t’il, élevant la voix.

Autour de la table, tout le monde fut surpris en entendant cette voix soudainement si puissante qu’elle les fit sursauter. La seule qui le soutenait fut sa grand-mère, le poignardant du regard.

‘‘ Mêle-toi de tes affaires, bon sang ! Nous féliciter est trop te demander ?! ‘‘

‘‘ Tu as du culot, Heïan ! Cesse de me parler sur ce ton ! ‘‘

‘‘ Je te parlerai sur un autre ton lorsque tu seras un peu plus respectueuse à notre égard ! ‘‘

Les joues de la vieille femme se gonflèrent alors que la mâchoire d’Heïan se crispait, signe qu’il enrageait petit à petit. Bientôt, tout exploserait et ce ne serait pas bien beau à voir ...

‘‘ Respectueuse ?! Vous deux, vous croyez être respectueux ?! HAH ! Ne me faites pas rire ! Tout nouveau, tout beau ! Vous vous connaissez à peine et voilà que vous avez un enfant ensemble et une maison. Tu es le seul qui sache faire quelque chose de sa vie ! ‘‘

‘‘ Insulte une fois de plus Melley et je te jure que ... ‘‘

‘‘ Que quoi ?! Tu m’égorgeras ?! ‘‘

Celle-là était de trop ... vraiment de trop ... Les mains d’Heïan étaient prises de tremblement alors qu’il serrait la nappe dans ses mains, ses phalanges devenant blanches comme le tissu de celle-ci. Son regard c’était obscurcit soudainement et il sortit d’un pas rapide de la cuisine, claquant la porte qui menait vers le jardin arrière après quelques secondes, le temps de s’y rendre. Il n’avait même pas pris le temps de prendre son manteau...

‘‘ C’était de trop ! ‘‘

‘‘ Ce petit insolent je ... ARH ! ‘‘

Eldah aussi quitta la salle à manger pour se rendre à sa chambre, le bruit de la porte se fermant avec force résonnant dans tout le manoir. Naëlyah soupira profondément et prit d’une main son front, son bras accoudé contre la table. Berthan était irrité par une telle réaction alors que Serra se leva pour apporter sa belle-soeur et et Melley jusqu’au salon. Daryl se leva à son tour, se rendant à la chambre pour tenter de raisonner sa femme. Eldah était en train de se mettre à dos un membre de la famille important à ses yeux et aussi le seul souvenir qu’il lui restait de son propre fils. Les propos qu’elle avaient lancés étaient pires qu’une blessure physique.

On disait souvent que les paroles blessaient plus que les armes ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 27 Oct 2012 - 12:05

-C’est surement la meilleure solution, mais annonçons-la nouvelle une fois le repas terminé. Je n’ai pas envie de voir des assiettes volées dans toute la pièce.

Melley lui sourit. Oui valait mieux. Elle redoutait déjà suffisamment la réaction d'Eldah…elle avait peur que la vieille femme ne la renie de la famille, au final, et ne la jettes dehors. Et elle ne voulait pas qu'Heïan souffre…elle ne savait pas du tout comment tout ceci allait se passer…mais elle souhaitait que ce soit lui qui l'annonce…elle n'y arriverait pas. Pas avec le regard d'Eldah posé sur elle.
Il posa sa main sur la sienne, toujours sur son ventre, souriant en coin. Ils étaient ensemble…
Puis il se leva, l'entraînant avec lui, et lui fît enfiler un gros manteau qu'il referma complètement, l'étouffant de moitié, pour ensuite lui mettre une écharpe autour du cou. Une écharpe qu'il tira vers lui pour lui voler un doux baiser qui la fît frissonner malgré la couche de vêtements sur elle.
Elle l'aida à faire de même, ne voulant surtout pas qu'il tombe malade, et ils sortirent, main dans la main, dans la fraîcheur nocturne.

Mais à peine arrivés au portail de fer, de petits flocons percèrent les nuages bas et dégringolèrent sur la terre ferme, lentement et sans bruit.


-L’hiver qui approche ... déjà.

Melley leva les yeux vers le ciel, avant de porter son regard sur Heïan qui souriait en soupirant. Il la regarda ensuite et lui rendit son sourire, les yeux tout autant brillants que les siens. Ils se remirent à marcher et accédèrent bien vite au manoir Omarion, ou Berthan les accueillit, grelottant.
Naëlyah était juste à côté, souriante comme à son habitude et trouvant toujours le positif de la situation. Entrant dans la chaleur du hall, ils se découvrirent, les domestiques allant accrocher leurs manteaux, et Berthan les conduisit à table ou tout le monde était déjà installé. Les domestiques posèrent les couverts et les plats, et les discussions débutèrent, principalement pour le mariage. Eldah, comme on s'y attendait, commença :


-Inviter les grandes personnalités de Beolan pourrait vous attirer des gloires, vous savez. Ce ne serait pas une mauvaise idée de ...

Melley cherchait une phrase correcte pour lui expliquer que tel n'était pas leur désir, ni à Heïan, ni à elle, lorsque son fiancé la devança :

- Grand-maman ... pas que ce que tu proposes soit une mauvaise idée, mais moi et Melley ne désirons pas de grande cérémonie où toute la ville assisterait. La famille proche est amplement suffisante.

Berthan approuva, disant que les grands-parents Omarion seraient plus qu'heureux de venir y assister et rencontrer l'Archère. Même Daryl, si silencieux depuis le début, corrobora les dires de Berthan, ce qui força Eldah à se rendre à l'évidence.

Tournant la tête vers Heïan, Melley y lut la question muette. Elle hocha légèrement la tête, stressant déjà et serrant la main du jeune homme dans la sienne, sous la table. C'était le moment. Les assiettes étaient vides, les estomacs pleins, peut-être Eldah serait-elle plus…gentille. Peine perdue et Melley allait très vite le voir…


-Il y aura bientôt un nouveau membre dans la famille.

Melley se mordit la lèvre en regardant les réactions. Berthan, Serra et Naëlyah souriaient, ravis pour eux, acceptant la nouvelle comme le point qui marquerait la fin de leur passé chaotique et la majuscule de l'avenir clair et dégagé. Daryl n'osa rien dire ou faire, mais Melley voyait dans ses yeux toutes les félicitations nécessaires.

En revanche, le silence d'Eldah l'inquiétait au plus haut point…


-Vous avez déjà pensé à des noms ?

Melley fût surprise par cette question. Cela signifiait-il qu'elle…acceptait sans broncher ?

-En fait je … si c’est un garçon, j’avais pensé l’appelé par le prénom de mon père.

Oui, il avait émis le souhait d'appeler le bébé Liam si c'était un garçon, et Melley était tout à fait d'accord avec lui.
L'annonce fît monter les larmes aux yeux de Naëlyah, qui se cacha le visage entre ses mains, comme si elle avait honte. Liam était tout de même le prénom de son mari…il avait aussi de la signification pour elle. Heïan lâcha la main de Melley et se leva, se mettant près de sa mère pour la réconforter. Elle se leva et le serra contre elle, les sanglots secouant toujours ses épaules. A table, tous se regardaient, Berthan souriant et lui faisant un clin d'œil, Daryl ayant un petit sourire aussi. Se rasseyant en s'excusant, Naëlyah essuya ses larmes et ce fût à cet instant que tout bascula. Eldah choisis ce moment pour exploser et cracher toute sa haine :


-Je suis outrée ! Comment avez-vous pu engendrer un enfant avant même de vous être unis ?! C’est impensable ! N’avez-vous donc aucune fierté, aucune valeur ?!

Melley baissa la tête, inspirant profondément. Puis, la faisant sursauter, la vieille femme se leva, frappant du poing la table avant de continuer, pétrifiant tout le monde :

-À cause de vos folies de jeunesse, de vos ébats amoureux et de votre imprudence, cet enfant sera né du mal ! Il sera maudit !

Melley serra les dents, inspirant et expirant profondément. Ses hormones lui jouaient des tours et là elle était partagée entre s'énerver ou pleurer…Heïan comme elle était insultés par cette verve, mais Melley avait mal pour lui. C'était de sa faute…elle aurait du faire attention à son cycle, à sa période avant de…Heïan n'y était pour rien, vu que c'était elle qui avait pris les devants, deux semaines auparavant…
Daryl tenta bien de calmer son épouse, mais celle-ci le fît taire d'un ordre sec et sans appel.

Et là, Heïan éleva la voix, surprenant tout le monde, Melley comprit, qui leva la tête vers lui.


- ÇA SUFFIT !

Il avait un regard…terrifiant. Il s'énervait petit à petit et Melley ne voulait pas…elle…ne voulait pas tout ça…il fallait qu'elle le calme…mais comment ?

-Mêle-toi de tes affaires, bon sang ! Nous féliciter est trop te demander ?!

Eldah haussa un sourcil et la phrase de son petit-fils sembla décupler sa colère :

-Tu as du culot, Heïan ! Cesse de me parler sur ce ton !

- Je te parlerai sur un autre ton lorsque tu seras un peu plus respectueuse à notre égard !

Eldah gonfla les joues, devenues rouges de colère. Comme une bombe qui allait exploser. Heïan aussi. Melley voyait ses mains trembler de plus en plus fort. Berthan, Serra, Naëlyah et Daryl étaient cloués, ne sachant quoi faire pour calmer les deux protagonistes.

Puis elle lâcha la phrase ultime :


-Respectueuse ?! Vous deux, vous croyez être respectueux ?! HAH ! Ne me faites pas rire ! Tout nouveau, tout beau ! Vous vous connaissez à peine et voilà que vous avez un enfant ensemble et une maison. Tu es le seul qui sache faire quelque chose de sa vie !

Melley se mordit la lèvre de plus belle. Voilà…Eldah avait bien résumé la situation, avait bien résumé ce qu'était Melley. Rien. Une moins-que-rien qui profitait d'Heïan. Selon elle. Heïan tenta bien de la défendre mais sa grand-mère le coupa, le prenant de haut.

Du coin de l'œil, Melley voyait les mains de son fiancé serrer la nappe à s'en blanchir les phalanges, de plus en plus en colère. Puis, d'un coup, il sortit, claquant la porte donnant au jardin arrière, se réfugiant dans le froid de l'hiver. Sans manteau…Berthan commença à parler pour raisonner Eldah, mais celle-ci s'évapora à son tour, allant dans sa chambre, suivie de Daryl qui était le seul à pouvoir la calmer un tant soit peu.

Naëlyah s'était pris la tête entre les mains, et semblait d'un coup…fatiguée.

Serra se leva alors et entraîna sa belle-sœur et Melley dans le salon. Melley marchait d'un pas machinal, retenant ses larmes. Ses hormones lui dictaient de pleurer, mais il y avait déjà trop de souffrance pour qu'elle en rajoute…
Berthan sortit, prenant avec lui un manteau, pour aller voir Heïan et être sûr qu'il ne fasse aucune bêtise et surtout pour qu'il n'attrape pas froid.

Les trois femmes restantes s'étaient installées sur le canapé, et le silence s'installa longtemps dans la pièce, ou le seul bruit était le crépitement des flammes.
Melley baissait les yeux, une main sur son ventre. Elle s'en voulait…elle ne voulait pas qu'Heïan et sa grand-mère se fâchent…elle ne voulait pas qu'ils se tournent le dos alors qu'ils venaient de se retrouver. Elle avait tout gâché…Elle se sentait si mal, là en ce moment.

Les mots de la vieille femme tournaient en boucle dans son esprit, bien plus douloureux qu'un coup de couteau en plein cœur. "Vous vous connaissez à peine et voilà que vous avez un enfant ensemble et une maison"."Tu es le seul qui sache faire quelque chose de sa vie !"

Elle tremblait, ne savait pas quoi faire. Une partie d'elle avait envie de fuir, de retourner dans la maison d'Heïan et de s'enfermer quelque part, à jamais…aussi discrète qu'une souris, ne faisant rien de plus que ce que l'on attendait d'elle…

Elle se leva même, surprenant tout le monde. Elle commença à marcher vers la sortie lorsque Serra l'interpella :


-Ou vas-tu ?

Le ton était inquiet, comme si elle craignait que Melley ne fasse une quelconque bêtise, du style retirer l'enfant qui grandissait en elle.

-Je…je rentre chez Heïan. J'ai causé assez de souffrances ici…excusez-moi…

Puis, les larmes au bord des yeux, elle sortit en courant, ne laissant aucune chance de réplique pour les deux femmes. Enfilant son manteau tout en dévalant l'allée, les cheveux se recouvrant de flocons de neige, ses larmes gelant sur ses joues, elle marcha à grands pas, glissant de temps en temps, et rentra vite dans le manoir Kreiss, un domestique prenant son manteau. Ignorant sa question, elle gravit les marches quatre à quatre et alla dans la bibliothèque. Elle avait hésité entre le bureau et cette pièce, mais le bureau contenait le passé d'Heïan. C'était privé. S'enfonçant entre les étagères, Melley s'installa à même le sol, les yeux dans le vide.

Elle aimait tellement Heïan…mais lui avait fait tant de mal d'un coup…Naëlyah était persuadée que ce serait une erreur que d'avorter. Mais là…peut-être était-ce tout de même la meilleure solution…Ce n'était pas chez elle…elle n'était rien…ne savait rien faire de sa vie…Eldah n'avait pas tort…mais elle aimait Heïan. Elle appréciait sa mère, Berthan, Serra…et même Daryl avec qui elle n'avait pratiquement pas parlé.

Elle avait cru être acceptée et avoir une nouvelle famille. Mais non. Elle pleurait, ses hormones l'empêchant de réfléchir posément. Elle aurait dû faire attention. Elle aurait dû savoir que ce n'était pas la bonne période ou alors ce protéger. Elle n'en avait fait qu'à sa tête. Heïan n'avait répondu qu'à son invitation. Il n'était pas responsable et elle n'accepterait pas que lui et sa grand-mère ne se parlent plus.

Elle ricana, prise de folie. Lyme devait bien rire, de là ou il était. Elle l'entendait dire : "tu vois ? Un coup de couteau dans le dos…les bourgeois sont tous comme ça."

Oui mais seulement Eldah. Pas Heïan. Ni Naëlayh. Ni Berthan. Ni Serra. Melley se souvenait avoir dit à la vieille femme qu'elle ferait tout pour ne pas entacher le nom de leur famille. Et là, qu'avait-elle fait ? Bientôt, tout Beolan serait au courant qu'elle était enceinte alors qu'elle n'était pas mariée. Bientôt, Eldah serait la risée de la haute bourgeoisie, raillée par ses amis et les haut placés. A cause d'elle. A cause d'une fille des rues qui ne correspondait pas à Heïan…

Remontant ses genoux contre sa poitrine, posant la tête dessus, elle mit ses mains sur sa tête, comme si elle pouvait disparaître. Elle espérait qu'Heïan soit au chaud. Qu'il n'ait rien fait. Que Berthan ait réussi à le calmer un peu. En plus, elle était prête à le laisser se défouler sur elle. S'il avait envie de l'insulter et la frapper, il pouvait. Heïan la possédait comme personne ne l'avait jamais fait. Il avait tous les droits sur elle, sur son corps…tout ce qu'elle voulait, c'est qu'il ne souffre pas. Elle voulait que la souffrance de cette famille s'arrête. Et elle ne faisait que l'amplifier à chaque fois. Agrippant sa dague qui était toujours dans sa ceinture, elle fît tourner la lame devant elle. Son reflet apparaissait vaguement dans le noir de la pièce. Un noir qui s'accentuait de plus en plus.

Allongeant les jambes, elle posa la pointe sur son ventre. Son cœur battait vite et elle tremblait. Elle pleurait et éloigna d'un coup le couteau. Non…elle ne pourrait pas le faire…elle ne pouvait pas demander à ce qu'on lui retire l'enfant. Parce que…si jamais elle devait s'en aller, si jamais Eldah décidait d'annuler le mariage et de la jeter dehors, ce serait le seul souvenir d'Heïan…surtout si le bébé avait ses yeux…

Les mots faisaient mal. Horriblement mal. Et pour Heïan, ce devait être pareil. D'autant plus qu'ils provenaient de sa propre grand-mère. Donc, il devait avoir encore plus mal. Et elle n'était même pas à ses côtés pour le réconforter. Elle s'était enfuie lâchement.

Maintenant, elle avait envie de hurler. Pourquoi à chaque fois qu'elle voulait donner le sourire aux gens il fallait qu'elle engendre une souffrance supplémentaire ? Pourquoi faisait-elle souffrir les gens ainsi alors que son intention était toute autre ?

La culpabilié la rongeait, tout comme l'inquiétude pour Heïan et les autres. Et Eldah ? Qu'allait-elle faire ? Elle eut soudain peur que la vieille femme débarque dans la maison et la jette dehors. Elle en était capable. Et Melley ne résisterait pas. Elle prendrait ses affaires et partirait, faisant encore souffrir Heïan. Dans cette branche de bourgeois dont Eldah était la reine, Melley n'était qu'une souris. Un vassal qui se devait d'obéir. Le feu étant éteint dans la bibliothèque, il faisait de plus en plus froid et Melley frissonna. Mais elle ne bougerait pas. Au moins les livres ne lui feraient rien…


-Pardonne-moi Heïan…je ne voulais pas te faire autant souffrir…murmura-t-elle dans le vide, les larmes reprenant de plus belle.

Elle se coucha sur le sol, en position fœtale, comme lorsqu'il avait passé la nuit au poste de garde. Elle se protégeait de cette manière, elle comme son enfant qui prendrait forme en elle. Elle ne savait pas si quelqu'un était dans la maison hormis les domestiques. Si quelqu'un la cherchait. Elle espérait que non. Ils devaient rester en famille et se réconcilier. Eldah devait se réconcilier avec son seul et unique petit-fils. Elle ne venait qu'après…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 27 Oct 2012 - 17:49

À l’extérieur, une vague de froid le prit de court, mais il était tellement en furie que ça l’importait peu. Son souffle sortait en une vague de fumée de sa bouche alors que son coeur battait à un rythme effréné. S’éloigner de sa grand-mère pour se calmer avait été la meilleure solution. Loin avait été son but de la faire souffrir avec des propos blessants, mais Eldah ne s’était pas gêné pour le faire ... Les paroles qu’elle lui avait dites, les dernières, avaient été comme un coup de poignard dans le dos. Heïan avait cru qu’elle compatissait, qu’elle le soutenait, mais elle lui avait remis un passé douloureux sur le nez. Un passé qu’il avait laissé de côté pour devenir un homme honnête. Pourquoi avait-elle craché ça, à voix haute et devant toute la famille ?

Ses pas l’avaient mené dans le boisé, assez loin du manoir, ne tenant aucunement compte du froid qui rongeait sa peau et qui avait rafraîchit ses vêtements. Dans un élan de rage, il frappa le tronc d’un arbre de son point puis pivota pour s’y coller le dos et se laisser glisser jusqu’au sol, le regard complètement vide. Il en vint à se demander pourquoi il était revenu ici, à Beolan. Peut-être que l’idée n’avait pas été si bonne au final, ou plutôt celle de s’y installer ... Heïan ne fut seul que quelques minutes, son corps commençant à frissonner sans qu’il en prenne vraiment conscience. Ce fut le bruit de branches qui craquaient et de feuilles qui se brisaient qui l’obligea à lever les yeux tranquillement. Berthan se trouvait maintenant devant lui et posa un genou par terre, obligeant son neveu à revêtir son manteau. L’oncle ne parla pas, ne sachant quoi lui dire, mais le serra plutôt dans ses bras. Se laissant faire, Heïan garda ses bras contre lui pour tenter de se réchauffer et il fut forcé de se remettre sur pied pour revenir vers le manoir. Les deux hommes se rendirent jusqu’au salon où se trouvaient Serra et Naëlyah, tous deux inquiète. La mère tenait même son manteau dans ses mains, provoquant le doute dans l’esprit de son fils.

‘‘ Où est Melley ? ‘‘

Berthan inspecta au même moment les environs et ne la vit pas, c’est là que la voix inquiète de sa jumelle s’éleva pour aviser ceux-ci.

‘‘ Elle ... est partie en courant, chez vous, à ce qu’elle a dit. ‘‘

Dans le regard émeraude de Naëlyah se lisaient la peur et l’inquiétude. Ces sentiments grandissaient en force, obligeant le jeune homme à détaler comme un lapin vers sa demeure, laissant la porte grande ouverte. Il n’avait même pas pris le temps de bien camouflé son cou à l’aide de son écharpe, ni même de fermer son manteau qu’il s’apprêtait à enlever lorsqu’il avait remis les pieds dans la villa de son oncle, revenant du jardin arrière.

La neige se faisait de plus en plus présente; la première de la saison. Les rues commençaient à peine à en être recouvertes et il n’y avait qu’une seule piste qui avait marché dessus. Il espérait seulement que Melley s’était bel et bien rendu chez eux et qu’elle n’avait pas décidé de se promener en ville dans cette noirceur et ce froid. Aux pas de course, Heïan fut rendu en moins de deux et poussa la grille de fer, enjamba l’escalier en poussant la porte d’entrée qui claqua contre le mur. Essoufflé, il tourna les yeux vers le domestique qui terminait de laver le hall avant de se rendre à l’endroit qui leur était réservé pour la nuit, lui et ses collègues qui n’avaient pas de famille, ni autre endroit pour vivre.

‘‘ Elle est à l’étage, monsieur ... ‘‘ Dit-il, se doutant que quelque chose clochait, car rares étaient les fois où mademoiselle Melley revenait seule et en toute hâte.

Heïan ne prit même pas le temps de le regarder, ni même d’enlever ses bottes et ses vêtements d’extérieur, qu’il enjambait déjà les marches de l’escalier pour partir à la recherche de sa fiancée. Le premier endroit qu’il vérifiait fut bien entendu leur chambre qui fouilla dans le moindre racoin. Le souffle court à cause de sa course, il ne parvenait pas à prononcer son nom à haute voix et il sortit de la pièce pour se retrouver dans le couloir; le bureau. Mais encore une fois, personne ne s’y trouvait. Pas même dans le placard ... elle ne pouvait pas être dans les autres chambres alors il ne restait que la bibliothèque où il faisait affreusement noir.

‘‘ ... Melley ? ‘‘

D’un pas pressé, il entra dans l’immense pièce qui était silencieuse. Se taisant et réduisant sa respiration, l’homme écouta afin d’entendre ne serait-ce qu’un soupir. Ce fut des sanglots silencieux qui l’alertèrent, mais il ne sut d’où cela provenait. Heïan dut donc passer devant toutes les rangées avant de se rendre jusqu’à celle qui était la plus obscure. Par terre, une silhouette couchée en position foetale...

‘‘ Melley ... ‘‘

Le jeune homme s’approcha doucement d’elle et s’agenouilla à même le sol qui était froid. Une main se posa sur sa tête, la sentant frissonner. Se départissant alors de son manteau, Heïan força sa bien-aimée à ne serait-ce que s’assoir et l’attira contre lui. C’est là qu’il vit qu’elle tenait une dague dans sa main droite ... Heïan fronça les sourcils et le lui enleva brusquement. Elle avait voulu se blesser pour se débarrasser de l’enfant qui grandissait en elle, il le savait ... ça sautait aux yeux ! Mais qu’est-ce qui lui avait traversé par la tête à la fin ?!

Le manteau lui fit donc office de couverture pour la réchauffer et dans le plus grand des silences, il l’entoura de ses bras, posant une main sur le ventre de la jeune femme et ses lèvres contre sa joue humide. Tous les deux, ils avaient mal l’un pour l’autre, mais Melley se jetait tous les blâmes dessus alors qu’il ne fallait pas. C’est lui qui s’était énervé contre sa grand-mère, lui qui n’avait pas non plus fait attention lorsqu’ils s’étaient unis dans l’amour et la passion après la découverte du placard. Heïan était tout aussi responsable qu’elle de la tournure qu’avaient prise les évènements et il s’en voulait de faire subir à sa fiancée le calvaire dans lequel Eldah les plongeait.

‘‘ Regarde-moi, mon ange ‘‘

Ces paroles furent douces et rassurantes, mais pas suffisantes pour que l’archère se sente apaiser avec ce qui venait de se passer. Heïan dut lui relever la tête, car elle n’osait pas croiser son regard. Les yeux pleins de larmes de sa douce lui serraient la gorge et lui nouait l’estomac ... il déglutit en voyant la détresse dans ses yeux, ne pouvant que compatir et être présent pour elle.

‘‘ Elle a toujours été comme ça, même avec ma mère, avec mon oncle ... elle l’a été avec moi par le passé. Ses principes sont importants pour elle, oui, mais ne te laisse pas abattre. Ce n’est pas elle qui nous dictera comment vivre notre vie. ‘‘

Sa main essuya les larmes qui perlaient toujours sur les joues de Melley et il déposa un baiser sur son front alors qu’elle fermait les yeux, secouée de soubresauts.

‘‘ Je t’aime ... et cet enfant aussi je l’aimerai. Je me fiche de ce que la famille peut penser de nous. Je veux t’avoir à mes côtés, aussi longtemps qu’il sera possible. ‘‘

Son regard devint soudainement plus triste alors que ses sourcils s’affaissèrent.

‘‘ Rien n’est de ta faute. J’ai ma part de tort dans tout ça aussi ... Mais ... je ne veux pas te faire vivre ce calvaire tous les jours. Si ... si tu désires partir, je ... je ne te retiendrai pas. Je respecterai ton choix ... je t’aimerai toujours, malgré ce que tu choisiras ... ''

Sans elle, il savait qu’il retomberait, qu’il deviendrait une coquille vide, un corps sans âme ... une âme errante sans but précis. Mais son bonheur primait avant toute chose. Ici, elle serait toujours chez elle ... elle était chez elle.

‘‘ Tu vaux ... bien plus que tous les trésors de ce monde, Melley. Tu n’es pas rien ... tu ... es ma raison de vivre. ‘‘

Il colla son front contre le sien, fermant les yeux alors que Melley continuait de laisser couler les larmes sur sa peau pâle, les mains serrant ses vêtements comme s’il allait s’évaporer dans les secondes qui allaient suivre.
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 27 Oct 2012 - 18:58

Toujours au sol, Melley tentait de calmer les battements de son cœur et surtout elle se retenait de vomir. Elle voulait se raisonner et aller soutenir Heïan. Mais elle lui avait fait trop mal…
Elle n'entendit pas la porte s'ouvrir et encore moins le premier murmure de son fiancé. Puis elle entendit les pas. Des pas rapides et qui se voulaient silencieux. Elle ne bougea pas et contint légèrement ses larmes. Si c'était un domestique, il ne comprendrait pas…Mais elle sentit une présence s'agenouiller à ses côtés et une voix s'élever :


-Melley ...

La voix lui réchauffa le cœur, tout comme la main qui se posa sur sa tête alors qu'elle frissonnait. Elle le sentit bouger et il la força à se redresser pour qu'elle s'asseye, la mettant contre lui. Et, d'un coup, il retira le couteau qu'elle tenait toujours inconsciemment dans sa main. Et il n'était pas bête, il avait compris ce qu'elle avait imaginé…

Il l'entoura de son manteau lentement, puis la pris entre ses bras, une main ce posant lentement sur son ventre qui faisait des siennes encore et toujours, les lèvres du jeunes hommes s'approchant de sa joue pour lui donner un baiser au goût humide des larmes qui coulaient toujours sur ses joues. Là, contre lui, elle se sentait en sécurité, comme à chaque fois. Elle voulait parler, lui demander s'il n'avait pas trop mal, s'il avait besoin de quelque chose, mais rien ne venait. Plus loin sur le sol gisait sa dague. Elle avait voulu tuer son enfant alors qu'il n'était même pas formé. Alors qu'il n'avait pas de forme humaine encore.


-Regarde-moi, mon ange

Elle ne redressa pas la tête, malgré les paroles rassurantes et pleines de douceur. Alors il la lui redressa délicatement, plongeant son regard violet dans le sien, toujours baigné de larmes qu'elle ne parvenait pas à arrêter.

-Elle a toujours été comme ça, même avec ma mère, avec mon oncle … elle l’a été avec moi par le passé. Ses principes sont importants pour elle, oui, mais ne te laisse pas abattre. Ce n’est pas elle qui nous dictera comment vivre notre vie.

Oui mais même…elle ne savait pas quoi dire…Heïan essuya les larmes avant de déposer un baiser sur son front, avec la plus grande de toutes les douceurs. Elle ferma les yeux, son corps secoué de soubresauts involontaires, profitant de ce baume dont lui seul connaissait la recette.

-Je t’aime ... et cet enfant aussi je l’aimerai. Je me fiche de ce que la famille peut penser de nous. Je veux t’avoir à mes côtés, aussi longtemps qu’il sera possible.

Elle rouvrit les yeux et le regarda, les larmes mourant dans son regard. Et soudain il devint triste. Son regard afficha une tristesse sans nom et il dit :

- Rien n’est de ta faute. J’ai ma part de tort dans tout ça aussi ... Mais ... je ne veux pas te faire vivre ce calvaire tous les jours. Si ... si tu désires partir, je ... je ne te retiendrai pas. Je respecterai ton choix ... je t’aimerai toujours, malgré ce que tu choisiras ...

Qu'est-ce qu'il lui chantait ? Mais non ! Ce n'est pas ce qu'elle voulait ! Elle ne partirait que si lui la mettait dehors, ce qu'il ne ferait jamais, ou si lui décidait de partir avec elle. Ou irait-elle sinon ? Et lui que deviendrait-il ? Il replongerait, redeviendrait le Heïan de leur rencontre. Et elle ne le voulait pas. Elle aussi voulait rester avec lui jusqu'à leurs vieux jours…il fallait juste qu'elle se construise une carapace face aux paroles d'Eldah…

-Tu vaux ... bien plus que tous les trésors de ce monde, Melley. Tu n’es pas rien ... tu ... es ma raison de vivre.

Ses larmes reprirent alors qu'il collait son front contre le sien et elle serra sa chemise, ne voulant surtout pas qu'il disparaisse. Elle cherchait sa respiration, pour lui parler. Pour lui enlever ses idées saugrenues du cerveau. Quoique, elle n'avait pas été mieux en voulant se couper volontairement le ventre…

Elle inspira un grand coup et, se collant davantage contre lui, elle prit son visage entre ses mains et lui dit :

-Ne raconte pas de bêtise Heïan. Je ne partirais pas. Pas sans toi en tout cas. J'ai fait assez de mal pour te faire ça…et je t'aime…je t'aime tellement...tu es tout pour moi aujourd'hui...absolument tout.

Elle lui sourit en coin, pour le rassurer et ajouta :

-Excuse-moi pour…pour la dague je…

Elle fronça les sourcils en baissant légèrement la tête avant de reprendre :

-J'ai failli faire une bêtise moi-même…mais je ne veux pas que toi et ta grand-mère soyez en froid…vous venez de vous retrouver. Promet moi que tu te réconcilieras avec elle. Et moi je ferais en sorte de garder mieux mon sang-froid la prochaine fois.

Il ne répondit pas. Ses yeux s'étaient brièvement enflammés de la colère qu'il ressentait pour sa grand-mère en ce moment. Alors elle n'insista pas. Ils devaient tous deux se calmer d'abord. Elle caressa sa joue longuement et acheva :

-Mais avec ma grossesse…mes hormones vont faire des folies…ne sois pas surpris si je me fâche puis rit d'une seconde à l'autre…ou même si je pleure pour rien…ce n'est pas…entièrement volontaire…

Autant le prévenir. Ses hormones fragilisaient sa carapace et elle résisterait moins aux attaques verbales d'Eldah. Parce qu'elle savait que la vieille femme repasserait à l'attaque. A chaque fois qu'elle la verrait et ce jusqu'au terme de la grossesse.

-Viens…tu seras mieux dans un lit et demain tu travailles…

Elle se releva après l'avoir embrassé tendrement et l'entraîna dans la chambre. Ils se changèrent et se glissèrent dans les couvertures, pour s'endormir l'un contre l'autre, prêts à affronter le lendemain et l'avenir.

******

Le lendemain, se fût exactement le même schéma que la veille. Elle courut dans la salle de bains avant de lui permettre de s'habiller. Vivement que ça s'arrête ! Elle le regarda partir après l'avoir aidé à revêtir son armure qui avait dormi près de la cheminée, pour qu'elle soit bien chaude et lui avoir donné un sac qui contenait de quoi manger et boire pour qu'il tienne. Avec ce temps, il allait en avoir besoin. La neige n'avait pas cessée, loin de là, et le sol était maintenant recouvert d'une fine couche blanche. Les épines des sapins se cristallisaient et les toits revêtaient leurs plus beaux manteaux blancs…

Seule pour la journée, Melley mangea tranquillement. Au moins son envie de pomme s'était calmée. Elle repensait à la veille, à tout ce qui s'était passé. En plus elle avait laissé Naëlyah et Serra en plan. Elle devait aller s'excuser. Leur apporter quelque chose aussi. Mais quoi ? Sortir par ce temps était impensable. Et si elle sonnait chez Berthan et qu'Eldah ouvrait, que dirait-elle ? La peur lui nouant l'estomac, lui donnant même mal au ventre, elle mit ça de côté et s'installa sur le canapé pour coudre. Au moins cela la calmait tout comme le Tir à l'Arc en été. Et comme elle s'en doutait, les deux femmes vinrent lui rendre visite juste après le repas de midi. Melley avait achevé le pantalon du marié, et s'était attaqué au haut. Serra fût émerveillée, puis, redevenant sérieuses, une tasse de thé en main devant la cheminée, Naëlyah dit :


-Nous sommes désolées pour hier soir.

Melley secoua la tête et riposta :

-Non. Ce n'est pas à vous d'être désolées. Mais à moi. Je suis partie comme une voleuse. Je n'aurais pas du. Mais…il le fallait et…

Serra la coupa :

-Nous comprenons pourquoi tu es partie. Mais nous sommes désolées pour ce qu'à dit Eldah. Elle ne le pense pas, j'en suis sûre. Elle était juste énervée.

-Si elle le pensait, Serra. Ce n'est pas le genre de femme qui lance des phrases au vent.

Naëlyah sourit faiblement et dit :

-Nous avons eu peur que tu…que tu veuilles avorter…

Melley baissa la tête, repensant à la pointe de sa dague posée sur son ventre.

-J'ai voulu. Mais je me suis ravisée. Je n'aurais pas pu.

Les deux femmes avaient écarquillées les yeux puis avaient poussé un soupir de soulagement.

-Le mariage est toujours prévu, n'est-ce pas ? Elle ne va pas vouloir…

-L'annuler ? Non, ne t'en fais pas. Et encore moins maintenant que tu es enceinte. Je la connais, Melley, elle viendra s'excuser. Il lui faut juste du temps.

L'Archère acquiesça puis elles dérivèrent sur des sujets plus légers. Elles parlèrent du gâteau de mariage, de leurs expériences, plaignant Heïan qui devait avoir froid, dehors, jusqu'à ce que la nuit commence à tomber et que les deux femmes décident de partir, avant qu'il ne fasse trop sombre. Melley les raccompagna à la porte, les saluant et leur assurant qu'elle ne tenterait rien en étant seule. Puis elle retourna dans la salle de bains pour tout régurgiter avant de revenir dans le salon ou elle attendit son fiancé qui devait avoir hâte de se réchauffer.

Lorsque ce fût le cas, juste avant qu'ils ne s'asseyent à table, un domestique annonça la venue d'Eldah Kreiss. La gorge de Melley se noua et son estomac reprit ses sauts de cabris. Elle inspira, conservant un visage neutre pour affronter la grand-mère, alors qu'Heïan se rendait auprès du domestique, qui avait spécifié que c'était lui que la vieille femme venait voir.

Debout au milieu du salon, Melley n'entendit rien à ce qu'ils dirent, mais lorsqu'ils apparurent, Heïan avait la mine fermée et déterminée, alors qu'Eldah s'avançait vers elle, comme si elle était forcée de faire une corvée qui n'était pas de sa classe sociale.

Elle s'arrêta devant l'Archère et la regarda de la tête aux pieds, la toisant de haut. Melley se sentit bien petite, face à elle, et elle ne savait pas quoi dire…Derrière Eldah, Heïan se tenait appuyé contre le mur, bras croisés, attendant quelque chose.


-Melley je…enfin n'y allons pas par quatre chemins n'est-ce pas ? Heïan m'a…ordonné…de te présenter mes excuses pour hier soir. Alors je suis là, et je m'excuse sincèrement pour ce que j'ai dit.

La vieille femme la regarda encore, s'attardant sur son ventre avant de terminer :

-Toutes mes…félicitations.

Cela lui avait coûté de dire cela et Melley lui dit calmement :

-Vos excuses me vont droit au cœur, Madame. Merci.

Eldah renifla de dédain et retourna vers son petit-fils pour s'éloigner avec lui. Sans doute pour que Melley n'entende rien. Malgré le ton rêche et froid employé, Eldah s'était excusée. Ce qui était un bel effort de sa part.

Les domestiques préparaient la table, passant comme des fantômes dans la pièce, ressortant le plus vite possible. Melley s'installa, attendant son fiancé. Son estomac se tournait dans tous les sens…
L'angoisse sans doute…ce ne pouvait être que ça.

Elle entendit la porte d'entrée se refermer et bientôt Heïan fût là, l'embrassant avant de s'asseoir à son tour.

Son visage était plus détendu. Avait-il fait la paix avec sa grand-mère ? Elle l'espérait et lui posait la question du regard, ne sachant comment le formuler par des mots…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 27 Oct 2012 - 21:06

Les poumons de la jeune femme s’emplirent d’air dans un bruit facilement auditible. Le corps de celle-ci se fit plus près, voulant ne faire qu’un avec le sien pour se réchauffer alors que ses mains délaissèrent l’étreinte du vêtement pour se poser avec douceur sur ses joues. Ses yeux lavande s’ouvrirent de moitié, se plantèrent dans ceux de Melley qui semblait désolée. Sa bouche s’ouvrit et il put enfin entendre sa voix, faible, mais bien là.

‘‘ Ne raconte pas de bêtise Heïan. Je ne partirais pas. Pas sans toi en tout cas. J’ai fait assez de mal pour te faire ça…et je t’aime…je t’aime tellement...tu es tout pour moi aujourd’hui...absolument tout. ‘‘

Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres rosées, brisant toute cette tristesse et elle continua dans un murmure:

‘‘ Excuse-moi pour…pour la dague je… ‘‘

Ah oui, la dague ... signe qu’elle était prête à se meurtrir pour faire plaisir à la seule personne qui n’arrivait pas à l’accepter pleinement dans la famille. La seule qui était dérangée par le fait que Melley soit une fille ordinaire qui avait grandi dans la rue et non parmi la classe bourgeoise.

‘‘ J’ai failli faire une bêtise moi-même…mais je ne veux pas que toi et ta grand-mère soyez en froid…vous venez de vous retrouver. Promets-moi que tu te réconcilieras avec elle. Et moi je ferais en sorte de garder mieux mon sang-froid la prochaine fois. ‘‘

À cette demande, Heïan resta muet. Il ne pouvait rien lui promettre bien qu’il adorait sa grand-mère comme le reste de sa famille. Mais tant et aussi longtemps qu’Eldah s’entêterait à rejeter sa fiancée, la traitant comme une moins que rien devant tout le monde, il était hors de question pour lui de se réconcilier. C’était elle qui devait faire les premiers pas et ce n’était pas seulement à lui qu’elle devait des excuses, mais aussi à Melley. Pour l’heure, tout était trop frais et il était définitivement en rogne contre elle. Melley n’insista pas à le faire promettre, caressant plutôt sa joue d’un geste lent et délicat qui lui permit de se laisser tomber l’ardeur de sa colère dans la minute qui suivit.

‘‘ Mais avec ma grossesse…mes hormones vont faire des folies…ne sois pas surpris si je me fâche puis ris d’une seconde à l’autre…ou même si je pleure pour rien…ce n’est pas…entièrement volontaire… ’’

Ne lui faisant qu’un sourire en guise de réponse, Heïan finit par acquiescer d’un signe de tête. Il était patient et jamais il n’oserait lever le ton, encore moins la main, sur elle. Et puis Naëlyah l’avait prévenu à la va-vite, la journée où les femmes avaient pris ses mesures pour le costume de mariage, qu’une grossesse engendrait un gros déséquilibre hormonal chez certaines femmes. Qu’il ne fallait pas prendre tout au pied de la lettre et qu’il fallait qu’il soit patient et tolérant pendant cette période, mais surtout présent.

‘‘ Ne t’en fais pas pour moi ... je te traiterai aux petits ognons s’il le faut. ‘‘ glissa-t-il ensuite.

D’une main, il avait repoussé une mèche de cheveux derrière son oreille.

‘‘ Viens…tu seras mieux dans un lit et demain tu travailles… ‘‘

Un tendre baiser fut déposé sur ses lèvres puis ils se levèrent, quittant la bibliothèque pour rejoindre la chaleur de leur chambre où brûlait un feu qui leur apporta réconfort. Il fallait dire que se glisser sous les couvertures, dans le calme de la pièce, leur faisait affreusement de bien. Pas de guerre, de moue ... seulement eux et la douce odeur qui se dégageait de la peau de celle qui deviendrait bientôt sa femme. Ils s’endormirent bien assez tôt, laissant le feu mourir à petit peu sous la cheminée.

Le lendemain matin se trouva à être sensiblement similaire à celui de la veille. Melley lui avait fermé la porte au nez avec ce besoin de dégobiller ce qu’il lui restait dans l’estomac; rien. Lorsqu’elle ressortit, il put se débarbouiller et se vêtir un peu plus chaudement que la journée d’avant, car la neige continuait de tomber à l’extérieur. Ce fut ensuite au tour de l’armure qui lui semblait être une fournaise, mais qui faisait du bien à son corps qui ne tarderait pas à geler pendant la journée. Melley attendit qu’il quitte leur petit nid d’amour, lui ayant préparé un petit encas pour la journée, pour vaquer à ces occupations. Ses pas creusaient la neige au fil de son avancé et lorsqu’il arriva au quartier général, Heïan eut droit à une boule de neige en plein front en guise de bonjour. Sur le coup, il avait froncé les sourcils, puis se mit à rire en voyant le plus grand d’entre eux lui faire un petit salut de fillette, pliant le bout des doigts.

‘‘ Pardon, je ne t’avais presque pas vu. ‘‘

‘‘ Permets-moi d’en douter, Omar. ‘‘

Ils se saluèrent en s’agrippant les poings avec force puis Dart vint les rejoindre pour entamer la ronde du quartier, comme à leur habitude puis des ordres leur parvint d’un autre supérieur. Ces ordres consistaient à mener une enquête dans la taverne du coin, où se trouvait une bande de voyous notoire. Les soldats étaient souvent venus le remettre à l’ordre, mais cette fois, ils avaient pour but de les expulser du lieu dans qu’ils ne foutent la merde dans l’établissement remplit de voyageurs. Sur les lieux, la bande ne fut pas bien difficile à trouver et le silence tomba dès que les soldats de Beolan se pointèrent dans l’embrasure de la porte du commerce. Le chef de la bande se leva, un os de poulet dans la bouche qu’il recracha par terre.

‘‘ Chef ... ‘‘

‘‘ Encore toi ... il me semblait que vous aviez reçu des instructions claires le mois dernier ? ‘‘

‘‘ Pas assez clair apparemment, puisque nous sommes là. ‘‘

‘‘ Sortez d’ici, immédiatement ... Ce n’est pas un avertissement cette fois. ‘‘

‘‘ Oh ! Une menace ? ‘‘

Le voyou se leva, s’approcha de Dart et le contourna pour maintenant faire face à Heïan qui se tenait à quelques pas derrière son chef. Le haut gradé, main sur le pommeau de son épée, regardait le brigand du coin de l’oeil, prêt à réagir.

‘‘ Ce n’est certainement pas ta recrue qui va me faire peur ... Nous resterons ici. Vous ne nous faites pas peur, vous savez. ‘‘

Il allait lever la main vers Heïan lorsque celui-ci lui prit brusquement le poignet, stoppa un poing à quelques centimètres de son visage et qui allait s’écraser sur son nez. Rapidement, il lui fit une torsion du bras, le força à se retourner puis lui cloua le bec au sol. Le voyou se retrouvait maintenant au même niveau que l’os de poulet qu’il avait craché au sol quelques minutes plus tôt.

‘‘ Tu disais ? ‘‘

‘‘ Très bien ... sortez ! Allons ailleurs. Je ne veux pas d’ennuis ! ‘‘

La bande contourna les soldats, les lançant des regards remplis de haine et de dégoût. Heïan relâcha le chef du groupe qui détala pour rejoindre ses confrères. Les hommes de loi, heureux de ne pas avoir eu besoin de sortir les armes, retournèrent dans le froid hivernal qui débutait à peine pour retourner au quartier général est et faire leur rapport. Le reste de la journée se passa plutôt bien.

Au soir, Heïan emprunta le même chemin qu’à son habitude, passant devant la demeure de son oncle et levant la main lorsque Serra lui fit signe par la fenêtre. Comme une fillette, sa mère vint la pousser et le salua à son tour, lui arrachant un sourire. Il quitta enfin le froid du dehors pour se glisser dans la chaleur de l’intérieur. Melley était venu l’enlacer et lui donner un baiser alors qu’il grelotait. Ils se rendirent devant le foyer où Heïan se réchauffa, assis par terre, avant que le souper ne soit prêt. On toqua à la porte et un domestique apparut sous l’arche du salon. Qui cela pouvait-il bien être, surtout à cette heure ?

‘‘ Monsieur Heïan, madame Kreiss souhaite vous parler. Elle patiente dans le hall ‘‘

Le visage de Melley était devenu pâle soudainement, mal à l’aise par la présence d’Eldah. Surtout qu’ils ne savaient aucunement les raisons de sa présence. Surtout juste avant l’heure du repas. Heïan se rendit donc jusqu’à elle, laissant sa fiancée dans le salon. Devant la porte d’entrée, dans son épais manteau en fourrure blanche, Eldah regardait Heïan, ses rides lui donnant un air sévère.

‘‘ Je viens pour m’excuser pour mon comportement d’hier ... ‘‘

Croisant les bras sur son torse, Heïan fronça les sourcils. La vieille femme voyait bien qu’il lui en voulait toujours et c’était tout à fait normal après ce qu’elle avait dit hier.

‘‘ J’ai explosé ... parlé sans réfléchir. Je ne pensais pas tout ce que j’ai dit ... ‘‘

‘‘ Va voir Melley, après nous parlerons. C’est à elle que tu dois le plus gros des excuses. ‘‘

Eldah ne parla pas, regardant son petit-fils qui ne semblait pas vouloir négocier. Melley ne comptait que peu pour elle, contrairement à Heïan, et elle avait toujours de la difficulté à accepter le fait qu’ils auraient un enfant bientôt. Elle était à cheval sur ses principes et n’y pouvait rien ... en fait si, mais elle ne voulait pas changer, étant trop têtue.

‘‘ Bien ... ‘‘

La concernée se tenait dans le salon, en son plein milieu, nerveuse. Eldah avait pris les devants alors qu’Heïan était resté prêt de l’arche, s’y adossant les bras croisés. Tout ce qu’il attendait était que sa grand-mère présente ses excuses à sa fiancée et qu’ils puissent enfin repartir sur de bonnes bases. Cependant, rien de tout ça ne faisait l’affaire de la vieille femme. Elle se sentait forcée de le faire, forcée pour que son petit-fils puisse enfin lui pardonner son comportement déplacé de la veille. Celle-ci s’avança puis s’arrêta à un bon maître de la future maman et la regarda de la tête aux pieds avec ce regard hautain, celui qu’elle avait toujours eu. Elle soupira finalement et se lança.

‘‘ Melley je…enfin, n’y allons pas par quatre chemins n’est-ce pas ? Heïan m’a…ordonné…de te présenter mes excuses pour hier soir. Alors, je suis là, et je m’excuse sincèrement pour ce que j’ai dit. ‘‘

La vieille femme la regardait encore et toujours, ses yeux violets s’attardant sur le ventre de la jeune femme avant de terminer :

‘‘ Toutes mes…félicitations. ‘‘

Sa gorge s’était serrée après qu’elle eut dit ses mots. Étrangement, elle savait que cette petite était une bonne fille, mais c’était sa classe sociale qui la dérangeait énormément.

‘‘ Vos excuses me vont droit au cœur, Madame. Merci. ‘‘

La grand-mère la regarda, reniflant avec dédain puis lui tourna le dos pour s’approcher d’Heïan qui se décolla du mur pour la suivre dans le hall afin de se parler en privé. Une fois certaine que Melley n’entendrait rien, Eldah se tourna vers le jeune homme et poursuivit.

‘‘ J’aurai de la difficulté à l’accepter, mais je le ferai. Laisse-moi seulement un peu de temps. Serra aussi en a bavé avec la mère de Berthan et moi-même. Melley est une fille bien, mais ... ‘‘

‘‘ Mais ? ‘‘

‘‘ Je suis de la vieille école et j’ai de la difficulté à comprendre ce qu’il vous passe par la tête en ce moment. Vous allez ... tellement vite tous les deux ! J’ai ... seulement peur qu’on ne te perde une seconde fois. ‘‘

‘‘ C’est pour ça que tu la détestes, parce que tu as peur qu'on ne me vous enlève à vous une seconde fois ? ‘‘

Eldah acquiesça d’un signe de tête, laissant tomber sa carapace de vieille femme hautaine et haïssable pour devenir un peu plus douce.

‘‘ Je regrette ce que je t’ai fait enduré hier ... j’ai honte de t’avoir dit ces dernières paroles. Je t’ai profondément blessé et je te demande de me pardonner, Heïan. Je ne déteste pas ta fiancée, au contraire. Elle t’a ramené vers nous, sans réellement que ce ne soit son intention. Mais comme je te disais, laisse-moi le temps de tout digérer. Je suis plus lente que vous tous à m’habituer à quelque chose qui me dérange ... ‘‘

‘‘ Ne t’en fais pas ... mais je ne veux plus que tu lui manques de respect. C’est bien compris ? ‘‘

La vieille femme acquiesça d’un signe de tête puis quitta la villa sans avoir fait d’accolade à celui-ci, trop honteuse encore de ce qu’elle avait fait. Eldah était une femme fière, et pouvait être plus orgueilleuse que le plus orgueilleux des hommes. Heïan alla ensuite rejoindre sa moitié qui s’était installée à la table, les yeux levés vers lui alors qu’il entrait dans la salle à manger pour s’assoir à son tour. L’angoisse qui transparaissait sur le visage de Melley se dissipa bien rapidement, en voyant qu’il était plus détendu.

‘‘ Ça ne se reproduira plus ... elle s’est excusée pour hier et ... elle ne te déteste pas, contrairement à ce qu’elle laisse voir à tous. ‘‘

Le jeune homme leva son regard violacé vers elle, lui faisant un sourire rassurant qui la fit soupirer de soulagement. Il poursuivit alors qu’on leur servit le repas.

‘‘ Laisse-lui du temps pour s’habituer. À l’avenir, elle va te respecter et faire attention à ce qu’elle dira. ‘‘
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 27 Oct 2012 - 21:50

-Ça ne se reproduira plus ... elle s’est excusée pour hier et ... elle ne te déteste pas, contrairement à ce qu’elle laisse voir à tous.

Il lui sourit, un grand sourire rassurant et elle soupira, relâchant du leste. Les plats furent servis alors qu'il poursuivait :

- Laisse-lui du temps pour s’habituer. À l’avenir, elle va te respecter et faire attention à ce qu’elle dira.

Melley acquiesça tout en mangeant lentement. Son ventre n'arrêtait décidément pas de la rendre chèvre…Elle fronça les sourcils en reculant son assiette. Elle ne pouvait plus rien avaler pour l'heure…Heïan la regarda, inquiet, mais elle tenta de le rassurer :

-Ce n'est rien…mon ventre c'est tout…

Il ne sembla pas rassuré le moins du monde mais elle lui sourit et l'incita à manger de la tête. Il devait prendre des forces pour tenir le coup à son travail par ses journées froides et hivernales. Ils discutèrent encore du mariage, qui approchait à grands pas à présent, les stressant tous les deux.

Tout était prêt, les tenues, les invités, le repas…Melley et Heïan devaient encore essayer leurs vêtements, bien sûr, pour être rassuré de la taille. Sa vie avait basculée si vite…deux mois auparavant, elle vagabondait en se perdant un peu partout, et maintenant elle allait se marier et devenir mère…mais elle préférait tout de même ça à avant !

Ils ne veillèrent pas tard, allant se doucher ensemble, puis se coucher, après que Melley ait une nouvelle fois tout régurgité. Pour le peu qu'elle avait encore dans le ventre…Elle se colla tout contre lui, cherchant sa chaleur, s'enivrant de son odeur, et ils discutèrent encore au lit, ne s'imaginant pas du tout mariés et parents…

Melley dormit comme un loir, malgré son ventre, bercée par la respiration d'Heïan contre elle…

Les jours suivants défilèrent bien trop vite au goût du couple. Les journées, Heïan travaillait dur pendant que Melley aidait aux préparatifs. Ses hormones fonctionnaient parfaitement bien et une fois sur deux elle s'énervait pour des prunes ou pleurait pour un rien. Heïan en faisait aussi les frais et elle s'en voulait, mais ce n'était pas volontaire. Serra était venue pour lui faire essayer la robe et elle s'était trouvée…magnifique. Les petites formes de son ventre ne se voyaient pas et s'était parfait. Lorsqu'Heïan l'avait vue, il avait ouvert la bouche béatement, bavant presque et lui sautant dessus pour l'embrasser. Alors, lorsqu'il fût à son tour vêtu de sa tenue, Melley tira la même tête que lui et tout le monde partit dans un fou-rire collectif.

Ils fermèrent la grande salle à manger, pour préparer les tables et tout le reste, sans être dérangés. De belles nappes avaient été commandées, avec de magnifiques arrangements floraux à disposer tout le long. Melley avait aidé à placer les gens, dont elle ne connaissait pas les trois quarts. Ils avaient placé les plus vieux ensemble, puis avaient remonté de plus en plus jeune, jusqu'à finir par les petits.

Une semaine avant, tout était prêt. Les grands-parents Omarion devaient arriver le jour même et rester quelques jours avec eux par la suite. Tous les coupons réponse étaient revenus, la plupart positifs. Pratiquement tous les invités seraient là. Quatre jours avant, Heïan pris congé pour le restant de la semaine, pour être là et aider tout le monde.

Et surtout pour s'occuper. Melley comme lui stressaient de plus en plus. Mais pour elle, il n'y avait pas que le mariage…non. Son ventre se tordait en tout sens. Elle n'était plus nauséeuse, mais avait de violentes douleurs. Elle ne disait rien, se retenait de grimacer. La seule chose qui témoignait de son mal intérieur était le fait qu'elle ne mangeait pratiquement plus. Mais ça, elle le rejetait sur le mariage, excuse pitoyable mais la seule plausible.

Trois jours avant, le couple dormait au petit matin, lorsque Melley sentit quelque chose de…bizarre. Elle fût réveillée par une atroce crampe. Les mains sur le ventre, elle se redressa, et à la lumière du jour, elle vit ce qu'il y avait. Les draps, blancs, devenaient rouges sous elle. Affreusement rouges.

Elle secoua Heïan, inquiète comme jamais.


-Heïan ! Heïan réveille-toi ! Il…il y a un problème !

Le jeune homme tourna enfin la tête vers elle, endormi, et elle lui montra les draps, ce qui le réveilla d'un coup. Ce n'était pas beau tôt le matin, elle le savait, mais avait peur de ce que c'était.

-Heïan j'ai peur…fais quelque chose…cherche quelqu'un…

Elle le suppliait, les yeux s'humidifiant déjà. Le bébé…elle ne voulait pas imaginer ce que cela pouvait être…elle n'osait pas bouger, assise sur le lit, contemplant ses jambes camouflées par les draps qui s'emplissaient de sang. Elle avait mal au ventre, c'était horrible, et la sensation en bas était pire. Comme si quelqu'un ou quelque chose tirait ses organes vers l'extérieur. Organes ou bébé.

Le jeune homme la regardait, semblant réfléchir. Elle le pressa davantage :


-Vite !! Il y a quelque chose qui cloche avec le bébé…

Elle se mordit la lèvre, attendant qu'il fasse quelque chose. Elle se recoucha, son ventre lui faisant trop mal lorsqu'elle était assise…elle voulait savoir ce qu'elle avait....
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptySam 27 Oct 2012 - 23:20

Ils avaient à peine entamer le repas que Melley repoussait déjà son assiette afin de l’éloigner d’elle. Les sourcils froncés, elle regardait ce qui se trouvait à l’intérieur comme s’il s’agissait de quelque chose d’horrible. Se demandant ce qu’il se passait, Heïan cessa de mâcher et leva, les yeux vers sa fiancée en lui lança un regard inquiet. Elle lui assura que ce n’était que son ventre, mais n’en fut pas plus rassuré. Si elle n’essayait pas de se remplir l’estomac, même si elle finissait par tout vomir une heure plus tard, elle n’aurait bientôt plus de force et encore moins de nutriment pour nourrir le bébé qui allait continuer sa croissance au creux de ses entrailles. Heïan fut donc le seul à terminer son assiette alors qu’ils bavardaient de leur union qui aurait lieu dans les semaines à venir.

Tous les préparatifs avaient été finalisés et il ne manquait plus qu’à dresser les tables puis décorer leur salle à manger quand viendrait le temps. Il ne manquait que quelques cartons d’invitation, mais rien de bien grave. Le plus gros avait été fait et il fallait maintenant attendre que les trois semaines s’écoulent. Le couple se rendit donc plus tôt à leur chambre pour prendre le temps de se nettoyer, puis alla se coucher. Ils prirent le temps de relaxer en bavardant avant de s’endormir. Melley collé contre lui, lui prodiguant sa chaleur ... il ne pouvait espérer mieux.

Les matins et les nuits furent nombreux au fil des jours qui s’écoulaient rapidement. Heïan quittait à chaque levé du soleil pour se rendre à son travail et y passer les journées ... en se les gelant. Melley elle, aida à finaliser les préparatifs avec sa mère et Serra bien qu’elle avait des sautes d’humeur parfois incontrôlables. Bien que ça lui tombait dessus, le jeune homme restait toujours calme et parvenait à la calmer par la suite. Sinon, il la laissait tout simplement faire et elle y parvenait seule. Un soir, la femme de son oncle était passée avec Naëlyah pour faire essayer la robe de mariée à l’archère qui mourrait d’impatience de se voir dedans. On avait jeté Heïan en dehors de la pièce, le temps qu’elle se change et qu’on l’arrange un peu puis on lui avait permis d’entrer. Il n’avait même pas franchi le seuil de la porte que sa bouche s’était ouverte, restant là béat un long moment. Ce ne fut pas bien long qu’il s’approchât d’elle pour la bombarder de baisers, lui murmurant pour lui dire à quel point elle était magnifique. Lorsque ce fut son tour, le soldat s’était cloîtré dans la salle de bain. Se changer devant ces trois femmes le mettait affreusement mal à l’aise et une fois le costume enfilé, il n’osa même pas sortir. Ce fut Serra qui dut aller le chercher pour le tirer hors de là, alors qu’il était gêné, les joues rouges. La future mariée avait eu la même réaction et ils se mirent tous les quatre à rire par la suite. Tout allait si bien ...

Le lendemain, la salle à manger avait été fermée temporairement, le temps qu’on monte les tables et tout le tralala qui venait avec. Les places avaient été assignées par des cartons où le nom des invités était inscrit, par ordre d’âges. Ainsi, les enfants ne se retrouveraient pas parmi les vieillards à s’ennuyer. Il ne restait plus que quatre jours avant le grand jour et Heïan avait demandé la permission à son supérieur de prendre quelques jours de congé. Ceux-ci lui firent accorder sans hésitation ... un jour comme celui qui approchait n’était que chose rare dans une vie, alors il valait mieux qu’il en profite. De plus, ses grands-parents du côté de sa mère étaient sensés arriver dans la soirée et logeraient chez son oncle, tout comme la grande famille de Serra qui devait arriver, pour sa part, le lendemain au courant de la journée.

Le stress grandissait sans arrête, alors qu’on tentait de les rassurer en leur disant que tout ce passerait bien. C’était peine perdue...

Il ne restait plus que trois jours avant que le jeune couple ne s’unisse l’un à l’autre. Ce matin là, Heïan dormait profondément, son visage enfoui entre le bras de sa bien-aimée et le matelas, la tête sous son oreiller afin de se cacher des rayons du soleil. Le mouvement de Melley le fit gigoter et Heïan ne fit que se tourner de l’autre côté alors qu’il se fit serrer le bras et qu’on le secoua.

‘‘ Heïan ! Heïan réveille-toi ! Il…il y a un problème ! ‘‘

Se tournant, et ouvrant tranquillement les yeux pour la regarder, Melley lui désigna les draps blancs maculés de ...sang ?! Heïan se redressa d’un seul coup dans le lit, alors que sa fiancée était prise de panique.

‘‘ Heïan j’ai peur…fais quelque chose…cherche quelqu’un… ‘‘

Son regard était suppliant alors que des larmes se formaient dans ses yeux. Faire quoi ? Aller chercher qui ? Il arrivait à peine à se réveiller ! En plus, il ne savait même pas ce qu’il se passait là. Pourquoi y avait-il tout ce sang sur les jambes de Melley ... se pouvait-il que ce soit ... le bébé ? Melley gémissait de douleur, ce qui la força à rester clouée au lit alors qu’elle le pressait d’agir vite. Se tirant hors du lit en cinquième vitesse, Heïan enfila ses vêtements puis descendit aux pas de course.

‘‘ Occupez-vous de Melley. Je reviens dès que possible ! ‘‘

La domestique qui tenait une pile de serviettes ne posa pas de question et s’empressa de se rendre dans la chambre où croupissait Melley, fiévreuse à cause de la douleur provoquée par ses crampes. Elle pâlit en voyant le sang qui s’était incrusté dans les draps. En bas, Heïan avait déjà sauté dans ses bottes, agrippé son manteau et son écharpe pour s’en aller en courant jusque chez son oncle. Il toqua comme un déchainé jusqu’à ce qu’on déverrouille la porte. Le domestique se poussa pour le laisser entrer et Heïan hurla dans le hall :

‘‘ MAMAN ! VIENS VITE ! ‘‘

Naëlyah, déjà réveillé, courut dans le couloir pour se pointer en haut de l’escalier alors que son fils cherchait son souffle, les mains sur les genoux, plié en deux.

‘‘ Mais que ce passe-t-il Heïan ?! ‘‘

‘‘ C’est ... Melley. Il ... ouf ... il y a du sang partout ... ! ‘‘ Réussit-il à dire entre trois respirations.

La mère se mit à blêmir aussitôt, mettant aussitôt les mains devant sa bouche. Serra descendit à ce moment, une domestique sur les talons.

‘‘ Serra, je pars avec Heïan ... Melley ne va pas bien. ‘‘

‘‘ Je vous accompagne, dame Naëlyah. Je sais ce qu’il se passe et il faut faire vite. ‘‘

Aussitôt rapidement qu’il était arrivé, Heïan ressortit, suivi de sa mère et de la domestique d’un certain âge. Il arrivèrent à la villa en moins de deux et ils montèrent avec empressement en haut. On demanda cependant à Heïan de rester en dehors de la chambre. Ce fut à contre-coeur qu’il accepta, son coeur battant la chamade dans sa poitrine, tant il était inquiet. Dans la chambre, Naëlyah lança son manteau par terre et alla dans la chambre de bain chercher une bassine d’eau tiède et quelques serviettes. Elle en mouilla une pour éponger le front de Melley et d’une voix douce, elle lui dit :

‘‘ Chhhh ... respire, Melley, respire ... calme toi. Nous sommes là ... ‘‘

La domestique de Berthan leva les yeux vers Naëlyah, la mine triste et secoua négativement la tête. Il s’agissait là d’une fausse couche... Naëlyah ferma les yeux, baissant la tête, triste. Elle posa un baiser sur le front de Melley qui avait de moins en moins de douleur alors que la femme de ménage de la maison Omarion se rendit dans le couloir pour parler à Heïan. Celui-ci avait pâli, pétrifié par la nouvelle. Il avait tourné tranquillement les yeux vers l’intérieur, vers le lit où se trouvait la jeune femme qui pleurait toutes les larmes de son corps. Elle hurlait sa peine, un cri déchirant qui lui serrait le coeur. Un pas après l’autre secoué, Heïan entra. Naëlyah se leva du lit après s’être fait repousser par la jeune femme et approcha de son fils, posant une main sur sa joue.

‘‘ Je ... serai en bas. ‘‘

Le jeune homme hocha faiblement la tête, croisant le regard de sa mère puis la porte de la chambre se referma derrière elle. Il avança et vint s’assoir le bord du lit, du côté où dormait sa bien-aimée.
Revenir en haut Aller en bas

Melley Nesahlt



________________

Melley Nesahlt
________________


Race : Humain
Classe : Archer
Croyances : Solstice
Groupe : Rebelle

Âge : 43 ans

Messages : 156

Fiche de Personnage : Mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyDim 28 Oct 2012 - 0:23

Son ventre était un enfer. Elle grimaçait, se le tenait d'une main, les douleurs bien trop présentes. Heïan était parti depuis maintenant quelques minutes et elle espérait qu'il fasse vite. Elle avait si peur. Sa respiration était saccadée, son cœur faisait des saltos incontrôlables dans sa poitrine. Et le sang continuait à s'écouler, entre ses jambes…Une domestique était arrivée et tentait de la calmer, en vain.

Puis, d'un coup, la porte s'ouvrit sur deux femmes. Naëlyah et une plus vieille…une domestique qu'elle avait vu dans le manoir Omarion. Ou était Heïan ? Pourquoi ne venait-il pas ? Elles lui avaient sans doute dit de rester dehors…mais elle voulait serrer sa main…Naëlyah revint de la salle de bains, épongeant son front brûlant avec une serviette humide et lui disant :


-Chhhh … respire, Melley, respire … calme toi. Nous sommes là …

Respirer, c'était vite dit. Melley n'y arrivait pas. Pas convenablement du moins. Elle ferma les yeux, grimaçant alors qu'une nouvelle décharge se propageait dans son ventre.
Puis elle redressa la tête vers la domestique qui avait pris place devant, soulevant les draps. Elle avait sans doute été médecin ou sage-femme…Alors…lorsqu'elle releva la tête vers Naëlyah, la secouant négativement avec un air triste, Melley mit quelques secondes à comprendre. Quelques secondes ou le temps était comme figé. Quelques secondes qui lui parurent être l'éternité.

Alors que Naëlyah déposait un baiser sur son front, les douleurs s'affaiblirent en elle en même temps que la lumière se faisait dans son esprit, la laissant dans le brouillard des larmes.

Elle entendit Heïan entrer et Naëlyah voulut la prendre dans ses bras mais Melley la repoussa. Non…elle hurla. Hurla comme jamais. Pourquoi ?! Pourquoi elle ?! Qu'avait-elle fait ?!

Naëlyah sortit, en même temps que la domestique qui avait nettoyé ses jambes du mieux qu'elle pouvait, retirant le reste de ce qui aurait dû être leur enfant. Heïan s'assit à ses côtés, sur le bord du lit. Elle pleurait, hurlait, couchée sur le lit, serrant les draps entre ses mains. Elle leva la tête vers lui, vit son regard tout aussi triste, ses yeux humides à leur tour. Elle se redressa lentement, tiraillant son ventre qui protestait légèrement et se colla à lui, pleurant contre son torse. Son bébé…mort avant de s'être formé…

Qu'avait-elle fait de travers ? Qu'avait-elle omis, ou que n'avait-elle pas respecté ? "Il sera maudit"….Eldah avait-elle eu raison ? Une prémonition ? Melley se sentait à nouveau mal. Mal au ventre, mal dans son cœur, mal dans son âme.


-Notre enfant…Heïan…j'ai tué notre bébé…

Elle murmurait, tentant d'aligner des mots entre deux hoquets. Elle n'arrivait pas à se calmer. Pas du tout. Heïan non plus d'ailleurs. Il embrassait sa tête, ses bras autour d'elle, mais cela ne la calmait pas comme les fois précédentes…Ils allaient se marier…et avaient perdu leur enfant…

Melley pleurait toujours. Pourquoi était-il mort ? Est-ce que cela avait une signification ? Elle s'était détachée d'Heïan et lui tournait le dos, ne voulant pas qu'il la voie ainsi. Il était toujours assis près d'elle, elle le sentait, s'en voulait de lui tourner le dos de la sorte, mais pour l'heure la tristesse était trop profonde en elle. Peut-être n'était-elle pas faite pour être mère…

Elle hurlait, la tête enfouie dans l'oreiller pour assourdir son cri. Mais c'était la seule façon qu'elle avait trouvé pour déverser sa peine…

Finalement, se sentant vulnérable, elle revint dans les bras de son fiancé, qui pleurait aussi, se sentant impuissant face aux événements.


-Pourquoi Heïan ? Pourquoi ? Qu'ais-je fais ?

Elle serra sa chemise déjà trempée de larmes jusqu'à manquer la déchirer. Elle inspira un grand coup, se remplissant les poumons de son odeur. Un mois. Elle était enceinte d'un mois et maintenant…plus rien…juste du sang sur des draps. Son ventre la laissait en paix, à part quelques coups faiblards. A choisir, elle aurait préféré continuer à vomir tous les jours durant neuf mois. Elle serrait les jambes, les repliant sous elle, malgré la douleur de sa féminité. Elle hurla une nouvelle fois, contre le torse du jeune homme, ne parvenant pas à se calmer…


En bas, Naëlyah était anéantie, assise sur une chaise avec Serra. Berthan était venu en courant et sa femme lui avait appris la nouvelle, le laissant vide, lui aussi.


-Que pouvons-nous faire ? Demanda-t-il, refusant de rester bras croisés.

-Rien, Berthan. Il faut les soutenir et les aider à s'en remettre. Répondit sa sœur, tête baissée.

-Ils ne le méritaient pas…c'est comme si le sort s'acharnait contre eux. Ajouta Serra.

Les autres ne firent qu'acquiescer et Berthan se mit à faire les cent pas, ne parvenant pas à y croire.

-Et le mariage ? demanda-t-il une nouvelle fois.

Naëlyah leva la tête vers lui et lui répondit :

-On le reporte. Ils ne sont pas en état de faire la fête. Et Melley ne bougera pas du lit avant quelques jours.

Ils acquiescèrent et redevinrent silencieux. Seuls les cris de l'Archère se faisaient entendre, leur glaçant le sang et ébranlant les murs.

La porte s'ouvrit une nouvelle fois, sur Eldah et Daryl.


-Que se passe-t-il ? Un domestique nous a prévenu que vous étiez tous ici…demanda Eldah

Serra s'approcha de la vieille femme et lui dit :

-Melley a fait une fausse couche, Eldah. Ils ont perdu leur enfant.

Sous le choc, Eldah pâlit, serrant la main de son mari qui écarquillait les yeux.

-Mon dieu…

Elle ne savait pas quoi dire d'autre. Ni quoi faire, comme toutes les personnes présentes. Ils attendaient juste qu'Heïan descendent pour leur dire quelque chose…

Naëlyah se mordait la lèvre, prise de court par cet événement soudain. Serra s'était assise à ses côtés, entourant ses épaules d'un bras.

******

Quelques jours plus tard, la situation avait empirée. Les invités étaient tous venus. La famille Omarion était logée chez Berthan, et compatissait après avoir appris la raison du report. La famille à Serra était avec, plongée dans le désarroi de ce sort funeste. La salle à manger était restée fermée à clé, les tables et tout en place, pour le jour-J qui viendrait…un jour.

Chez les Kreiss, l'ambiance n'était plus au rendez-vous. Naëlyah restait vingt-quatre heures sur vingt-quatre, pour épauler son fils qui en avait plus que besoin. Melley s'était refermée, l'avait repoussé et s'était enfermée dans la chambre depuis deux jours, sans donner signe de vie. Les rares fois ou Heïan avait tenté de lui parler, à travers la porte, elle lui avait hurlé dessus, lui ordonnant de dégager.
Et Naëlyah ne voulait pas qu'ils se séparent. Elle parlait à Heïan, lui assurant que cela allait s'arranger. Qu'il fallait juste que sa fiancée se redresse. C'était un coup bien plus dur à surmonter que la tentative de viol…

Dans la chambre, Melley était en boule au fond de son lit, les yeux gonflés et rouges, le ventre se tordant à cause de la faim, la gorge sèche à force de ne rien boire depuis deux jours. Elle ne s'était pas levée, ne s'était pas lavée, rien. Elle était vraiment sale. Mais elle s'en fichait. Elle voulait être seule, dans le noir. Elle s'en était voulu d'avoir rejeté Heïan et de s'être fâchée après lui, mais avait vite oublié sa culpabilité. Elle ne comprenait toujours pas la mort de son enfant. De ce bébé qui ne demandait qu'à vivre…elle ne l'acceptait pas. Son cœur refusait de croire à sa mort alors que son cerveau lui disait que si, qu'il fallait qu'elle l'accepte pour aller de l'avant.

En fait, elle ne voulait pas d'Heïan pour une bonne raison…parce qu'elle avait tué son enfant. Comment pourrait-il encore l'aimer après ? Alors…s'ils se séparaient, cela ferait moins mal…mais elle ne voulait pas le quitter…elle l'aimait…c'était trop dur…

Elle n'en pouvait plus…elle ne dormait plus, ne mangeait plus, ne buvait plus…rien. Elle se laissait dépérir lentement. Elle entendait vaguement l'activité de la maison, ne s'en souciait pas.

Que faisait Heïan ? Lui en voulait-il ? La détestait-il ? Elle l'avait fait souffrir…en tuant l'enfant, en le repoussant de la sorte…elle priait pour qu'il ne fasse aucune bêtise. Plusieurs fois elle avait voulu se lever et aller à sa rencontre pour s'excuser. Mais ses jambes tremblaient une fois à terre, par manque de forces. Comment avait-elle réussi à fermer à clé ? Elle ne savait même plus. En tout cas, si elle mourrait ici, personne ne le saurait avant longtemps. Elle voulut hurler pour prévenir quelqu'un, que quelqu'un vienne ouvrir, mais sa gorge était trop sèche. Elle voulait s'excuser auprès de lui…

Elle n'arrêtait pas de penser à lui, à son visage triste lorsqu'il avait appris pour le bébé, à ses larmes qui avaient coulées le long de ses joues. Elle avait tué leur enfant…
Comment réparer ? Il fallait qu'elle se redresse…et cela commençait par accepter la mort du bébé. Mais non…elle ne pouvait pas…elle enfouie sa tête dans l'oreiller, hurlant une nouvelle fois. Elle voulait Heïan. Mais l'avait repoussé. Il ne viendrait pas. Il était fâché contre elle. Triste. Tout ce que l'on veut. Elle était seule…par sa faute, sa faute à elle…
Revenir en haut Aller en bas

Heïan Kreiss



________________

Heïan Kreiss
________________


Race : Humain
Classe : Roublard
Métier : Ex tueur à gages
Croyances : Athé
Groupe : Solitaire

Âge : 47 ans (25 irl)

Messages : 110

Fiche de Personnage :
Ma vie, mon histoire


Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] EmptyDim 28 Oct 2012 - 2:16

Que pouvait-il faire ? Elle pleurait, hurlait sa douleur qui provenait du plus profond de son être ... ce qui était censé devenir leur enfant était sortit de ce corps dans une marre de sang. Ses mains secouées de tremblement serraient les draps comme si sa vie entière en dépendait et enfin, leur regard se croisèrent. La tristesse qu’ils ressentaient était si profonde qu’aucune parole ne pouvait exprimer leurs sentiments en ce moment même. Pourquoi leur était-ce arriver ? Les dieux s’acharneraient-ils encore sur eux ? La malchance finirait-elle par les laisser respirer une bonne fois pour toute ?

Les yeux d’Heïan se mirent à se brouiller par les larmes qui montaient, sans qu’il ne le veuille et se mirent à couler toute seule, à sa grande surprise. Portant une main à sa joue droite, il regarda la larme qui se trouvait sur le bout de son doigt, voyant que celle-ci tremblait légèrement. Son cœur battait la chamade à cause des évènements et il n’entendait que ça dans ses oreilles ... rien d’autre. Le corps de sa fiancée se colla alors au sien, ses mains serrant sa chemise sans vouloir la relâcher. Les larmes qu’elle n’avaient put arrêtées jusqu’alors humidifièrent le tissu. D’une voix étouffée, Melley réussit à parler, hoquetant sans arrêt.

‘‘ Notre enfant…Heïan…j’ai tué notre bébé… ‘‘

Que racontait-elle là ? Balivernes ! Comment aurait-elle put tuer leur enfant ? Elle avait fait fausse couche, rien n’avait été volontaire ! Et quand bien même il voulait le lui dire, il n’arrivait même pas à placer un seul mot. Rien ne voulait sortir de sa bouche, sa gorge s’étant littéralement nouée sous lorsqu’il avait apprit pour l’enfant. La voix de l’archère était cassée par les hoquets et elle n’arrivait pas à reprendre le contrôle de ses émotions. Même s’il la serrait contre lui, lui caressait et embrassait sa tête pour la calmer, il n’y avait rien à faire ... il n’arrivait plus à l’apaiser, pas plus qu’il arrivait à calmer sa conscience.

Les pleurs de celle-ci continuaient, semblant ne jamais vouloir s’arrêter et, à sa plus grande surprise, Melley se détacha de lui pour lui tourner le dos. Le cris étouffé qu’elle lâcha lui glaça le sang ... il se sentait tellement impuissant... bon à rien de ne pas savoir quoi faire, de ne pas être capable de lui remonter le moral. Il était ... perdu, mais il resta à ses côtés malgré tout et attendit qu’elle ne revienne vers lui par elle-même. Ce qu’elle fit après un moment qui lui parut être une éternité. Il pleurait avec elle, mais en silence, serrant son étreinte autour d’elle et colla sa tête contre la sienne en fermant les yeux.

‘‘ Pourquoi Heïan ? Pourquoi ? Qu’ais-je fais ? ‘‘

Elle n’avait rien fait. Elle n’avait pas à demander pourquoi. L’on avait pas été clément envers eux ... peut-être était-ce le karma de sa vie passée qui le rattrapait, lui infligeant les pires épreuves qu’une personne pouvait vivre. Sa vie était peut-être seulement un enfer et le serait toujours ? Les mains de l'archère serraient tellement fort son vêtement que les coutures émirent des craquements. Melley prenait une grande inspiration, manquant d’air tellement elle était secouée par ses sanglots. À nouveau, elle hurla toute sa peine contre son torse qui le fit frissonner d’horreur. Juste par se cris, il ressentait toute sa douleur, sa peine ... il était si faible maintenant. Tellement qu’il s’en voulait de ne rien pouvoir faire. Rien mis à part la serrer contre lui. Puis une nouvelle fois, elle lui tourna le dos, lui faisant savoir qu’elle désirait être seule. Dans le plus grand des silences, il déposa un baiser sur son épaule puis sortit de la chambre d’un pas lent et le cœur lourd.


Inspiration: ~ New air ~

Les yeux rougit et enflés, il descendit après l’heure passée avec sa bien-aimée, dans leur chambre de l’étage supérieur. Berthan et Serra était là tout comme Daryl et Eldah qui étaient arrivé il y avait à peine quelques minutes. Naëlyah attendait avec eux, dans une silence pesant. Dès qu’ils eurent entendu des bruits de pas se diriger vers le salon, ils levèrent la tête pour voir Heïan qui ne faisait que regarder le plancher. Il s’avança au milieu de la pièce, marchant machinalement jusqu’à ce qu’il arrive devant le foyer, comme s’il avait été seul. Naëlyah était déchirée et se mit à pleurer, Serra l’imitant. Eldah ne put, retenir ses larmes elle aussi, regardant son petit-fils se laisser tomber à genoux devant le feu, se repliant sur lui-même, le front au sol et les mains sur la tête. Il se mordit la langue jusqu’au sang, étouffant un sanglot qui sortit comme un gémissement. Naëlyah vint le rejoindre, s’agenouilla et entoura ses épaules de son bras. Elle déposa son front non loin de sa nuque et partagea sa souffrance.

‘‘ Pourquoi ?! ‘‘

Heïan se redressa brusquement, dardant sévèrement sa mère du regard, ne voyant rien à cause de ses larmes. Elle ne sut quoi lui dire, caressant sa joue. La tristesse revint à l’attaque et Berthan ne put retenir sa larme de couler. Lui qui pleurait rarement ... il s’approcha alors que son neveu levait les yeux vers lui. Le grand homme s’agenouilla, compatissant, et il le prit dans ses bras pour le serrer fortement contre lui. Les mains d’Heïan agrippèrent à son dos, serrant le tissu de son tricot de laine, ne voulant pas tomber plus profond.

‘‘ Ce sont des choses qui peuvent arriver à n’importe qui ... mon grand. Vous vous en sortirez... n’aie pas peur, nous serons là pour vous. ‘‘

‘‘ M... merci ... ‘‘ dit-il dans un murmure étouffé.

Plusieurs heures s’écoulèrent et la seule qui resta fut Naëlyah. Serra était venu lui porter quelques effets personnels par la suite, retournant de nouveau chez elle en cette froide journée d’hiver. Midi sonnait et Heïan n’avala rien. Il était allé voir Melley qui pleurait son âme, ne lui adressant pas la parole, ni même un regard ... elle voulait toujours qu’on la laisse seule, qu’on ne l’approche pas. Son cœur se serra, son regard se vida de toute lueur ... elle souffrait et il souffrait aussi ... la seule question qu’il se posait était: Pourquoi ?

Le soir, ses grands-parents Omarion étaient en ville, désirant le voir, mais il ne fut pas en état de les recevoir. Ses yeux étaient rouge et bouffi en plus d’avoir une tête d’enterrement. Ce fut Berthan qui s’occupa de leur apprendre la nouvelle, évitant à son neveu de devoir le faire, évitant ainsi la visite de débarquer chez lui. Le mariage avait été repoussé pour une nouvelle date qui était inconnue de tous jusqu’à maintenant, même des futurs marié. L’heure n’était plus à la fête. De ce fait, la salle à manger déjà décoré fut scellé et les habits rangés dans un placard pour ne pas risquer d'être abimé par inadvertance. Tout avait été stoppé, même le temps.

Quelques jours s’écoulait et rien ne s’arrangeait. Au contraire, tout empirait et allait de plus en plus mal. Heïan ne parvenait pas à approcher Melley qui avait cessé de hurler, de pleurer. À chaque fois, elle se refermait comme une huitre, l’ignorant, le chassant de la chambre. N’insistant pas, il sortait à chaque fois, son moral s’évanouissant avec ses espoirs. Une chance que Naëlyah était là car il arrivait avec difficulté à supporter la situation, ne comprenant pas pourquoi sa fiancée se faisait aussi distante alors qu’il tentait de l’aider. Ils avaient dut s’assoir et sa mère avait dut lui expliquer certaine chose, tentant de l’épauler comme elle pouvait, souffrant de le voir dans cet état de détresse. En soirée, l’archère avait même décidé de s’enfermer à clé dans la chambre, ne laissant entrer personne. De l’autre côté de la porte, Heïan avait essayé de la raisonner, de lui parler, de lui apporter de quoi se nourriture, mais il se faisait soit ignorer soit crié après. Résultat : il partait ou se laissait glisser le long du mur, fixant le plafond en espérant qu’elle se décide à ouvrir la porte après avoir changer d’avis. Mais rien ...

Découragé, Heïan avait laissé tomber ses jours de congés et était partit travailler en plein après-midi, ne pouvant plus supporter de rester cloîtrer dans la villa à se morfondre et se faire crier dessus. Naëlyah avait tenté de l’arrêter, mais il avait reprit son bras sans la regarder, marchant d’un pas rapide, tirant son capuchon sur sa tête. Elle le regarda partir sous les flocons qui tombaient, se cachant à l’aide de ses bras sur le pas de la porte. Il n’en pouvait plus ... allait devenir fou si ça continuait et Melley qui ne s’aidait pas avec tout ça... La porte se referma doucement derrière son dos, lequel y était adossé. Ses yeux émeraudes se posèrent sur le bout de ses pieds, les regardant longuement puis elle se dirigea vers la cuisine pour préparer un bouillon de poulet, bien décidé à entrer dans la tanière de l’archère coute que coute. Elle devait se faire secouer avant qu’il ne soit trop tard ... car ce serait bientôt le cas si elle ne remontait pas la pente tout de suite.


~~~

Au quartier général, Dart fut plus que surpris de voir Heïan arriver dans son bureau. Le regard vide, il le salua simplement, son supérieur lui rendant la pareille, fronçant les sourcils en voyant que quelque chose n’allait pas.

‘‘ Tu devrais être chez toi, Heïan, n’étais tu pas censé profiter de ton mariage et de passer un peu de temps avec ta femme ? ‘‘

‘‘ Plus maintenant ... je ... j’ai besoin de me changer les idées ‘‘

Dart fut hésitant, mais voir le regard suppliant de sa recrue lui fit pitié et il acquiesça d’un signe de tête, l’invitant à le suivre dans la ronde qu’il s’apprêtait à faire.


~~~

Pendant ce temps, à la nouvelle villa des Kreiss, Naëlyah était parvenu à entrer dans la chambre après avoir trafiqué la poignée de porte à l’aide de pince à cheveux. C’était bien le seul truc pour lequel elle était douée, hormis les plantes. La porte s’ouvrit et l’odeur de renfermé lui vint soudainement au nez. Le plateau-repas fut déposé sur la table de chevet et la femme se dirigea aussitôt vers la salle de bain où elle fit couler de l’eau. Sa prévenir, elle ouvrit les rideaux pour laisser entrer la lumière qui éblouit Melley, couché en boule dans son lit.

‘‘ Allé, sa suffit jeune fille ! Debout et hop dans le bain ! ‘‘

Ce ne fut pas sans protestations, au contraire. Naëlyah avait été obligé de quérir l’aide d’une domestique de l’étage pour trainer la jeune femme jusqu’à la salle de bain où elles la dépouillèrent de ses vêtements avant de la mettre dans le bain, l’obligeant à s’assoir. Naëlyah referma la porte de la pièce d’eau et s’asseya sur le tabouret qui se trouvait à côté de la baignoire. Son regard dardait sévèrement Melley, plongeant dans ses iris de couleur différente. Jamais elle n'avait dut agir de la sorte avant aujourd’hui ... on la connaissait toujours comme étant une femme douce et joviale, mais aujourd’hui, c’était différent ... tout se jouait en cet instant et le couple de l’archère ainsi que leur mariage était en danger.

‘‘ Tu veux le perdre, Melley ? Je ne crois pas ... mais il est temps de te reprendre en main et tout de suite. ‘‘

Le ton de sa voix était toujours doux, mais tranchant alors qu’elle lavait ses cheveux noir délicatement pour ne pas lui faire de mal. Elle lui frotta ensuite le dos, Melley silencieuse jusqu’ici.

‘‘ Heïan est en train de lâcher prise. Il est patient, certes, mais ... tu t’éloignes de plus en plus, tu te fermes et il sera bientôt trop tard. Ne le vois tu pas, ma belle ? ‘‘

Son visage devint alors triste ... très triste. Cela lui venait droit au cœur car jamais elle n’avait vu son seul et unique enfant aussi heureux depuis si longtemps. Ses yeux se remplirent soudainement de larmes qui ne coulèrent pas.

‘‘ Je le vois dans ses yeux, tous les jours, à chaque minutes ... il sombre à petit feu. Cet enfant que vous avez perdu, n’est en rien votre faute, n’est en rien TA faute. Tu ne l’as pas tué, tu m’entends ? Tu peux avoir des enfants, et tu finiras par en avoir. Tu as de la chance ... Serra n’en est pas capable et elle mord dans la vie comme elle le peut, bien qu’elle aimerait un jour que la chance lui sourit. Tu es forte ... tu traverseras cette épreuve avec brio, si tu t'en donne enfin la peine.‘‘

Un sourire, faible mais présent, se dessina sur les lèvres de Naëlyah qui caressait la tête de la jeune femme comme s’il s’agissait de sa propre fille. Elle l’aida à se lever, se sécher et à vêtir un peignoir avant de retourner vers le lit où elle la fit manger. Melley dévorait la soupe, affamée, et en réclamait d’avantage, buvant même en entier le pichet d’eau qui se trouvait sur le plateau. Elle lui demanda même où était Heïan, car habituellement, il était déjà rentré à cette heure ... mais il ne l’était toujours pas.

Ce ne fut que tard en soirée que l’homme de la maison revint, ne trouvant personne dans le salon où il alla s’assoir, se départissant de son armure qu'il posa près du feu qui crépitait doucement. Son regard violet se perdait maintenant au travers de ces flammes qui dansaient, sous le rythme absent de la musique...

‘‘ Monsieur Heïan ... ? ‘‘

Perdu dans ses pensées, Heïan n’avait pas bronché, jusqu’à ce qu’on s’agenouille à ses côtés. Une domestique lui tendait une tasse où fumait un lait chaud au miel, qu’il prit en la remerciant. Celle-ci posa une main sur son épaule, se voulant réconfortante, puis elle retourna dans les cuisines, le laissant seul de nouveau. Lentement et prenant garde pour ne pas se brûler, Heïan en but une gorgée et en profita pour s’adosser contre le canapé, toujours assit par terre. Qu’allait-il faire maintenant ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête en ce moment ... et à chaque instant il sentait que Melley se faisait loin, apportant avec elle, une partie de lui ...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Un nouveau départ [PV Melley] _
MessageSujet: Re: Un nouveau départ [PV Melley]   Un nouveau départ [PV Melley] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouveau départ [PV Melley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Beolan :: Foire et marché-