''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyVen 10 Mai 2013 - 21:23

La face de Madorass avaut bien changé ces derniers temps. Maintenant Hendenmark hors circuit, la liberté allait-elle afflué chez les habitants de Feleth, allaient-ils connaître cette paix si espérée qu'elle en devenait une utopie?
Pour Marius, rien n'avait trop changé depuis le trépas du roi, si ce n'est l'afflux qui augmenta dans le commerce des ouvrages traitant de médecine et de biologie. La mort du roi avait ébranlé la ville en entière, et la rumeur d'une maladie délétère se répandait à la vitesse du vent, si bien que le Libraire avait vu passé, dans les dernières semaines, bien plus de clients qu'il n'en avait vu depuis l'ouverture de sa librairie. Toute sorte de gens venaient lui quémander ces livres médicinaux, des soldats, des nobles de la cour de Hendenmark, de pauvres mendiants prêts à sacrifier tout une semaine de pitance pour l'espoir d'un remède, des prostituées prêtes à offrir leur corps en échange d'un remède, d'une potion, d'une incantation. Les affaires marchaient si bien que plusieurs tablettes des Livres d'Avant et de Maintenant étaient vides pour la première fois. Marius eut beau insisté auprès de son fournisseur, ce dernier fut catégorique: les imprimeurs mêmes peinaient à assurer la production de ces ouvrages, allant parfois jusqu'à couper dans l'impression d'autres volumes.
Pour sa part, Marius ne s'inquiétait pas outre mesure de cette maladie fatale et inconnue. Il avait été si souvent le cobaye de son ancien mentor, le Maître des Corbeaux, que son système immunitaire s'était renforcé radicalement. Pour ainsi dire, il n'avait jamais été malade depuis plus de onze ans, et continuait à s'injecter quotidiennement des virus, poisons et autres toxines, afin de garder sa vigueur surhumaine.
La journée s'annonçait tranquille. Il était déjà près de deux heures de l'après-midi, et à force d'y passer le balai par ennui, la boutique étincelait. Le Libraire s'en retourna dans l'arrière-boutique afin de mettre du thé à infuser, dans lequel il ajouta ce qui lui restait en épices: un bâton de cannelle broyé, trois graines de cardamomes et un clou de girofle. Soupir. Les temps étaient réellement durs si son armoire à épice était ainsi vidé, lui qui s'assurait toujours d'en garder une bonne quantité. Les prix, toutefois, étaient si exorbitant qu'on se ruinait à en acheter, et ce depuis que la mort du roi était survenue. Cela faisait partie, imaginait Marius, des conséquence de la mort d'un tyran.
Si les rebelles avaient espéré un monde démocratique à la suite du règne dictatorial du roi, ils n'avaient certainement pas imaginé que celui-ci crèverait de l'intérieur, sans leur intervention. Cette mort inopinée survenait à un moment où les Capes Blanches, ces méprisables serviteurs royaux, étaient encore très puissants, et donc apte à diriger le royaume. Toutefois, il était plus courant, ces temps-ci, de voir un nobliau royaliste égorgé au fond d'une ruelle. Toutefois, pour chaque mort du camp des royalistes, une dizaines de citoyens, innocents la majorité du temps, étaient mis à mort, selon le bon plaisir des soldats d'élites de feu Hendenmark. Certes, la mort du roi avait changé bien des choses. Toutefois, elle les avait changé d'une mauvaise façon. La paranoïa, ces jours-là, était presque vertueuse.
Pendant qu'infusait le thé, Marius reprit le livre occulte qu'il tentait vainement de lire depuis un moment, étant toujours dérangé. La métamorphose. En voilà un pouvoir qui l'intéressait. Il imagina un instant les possibilités que lui donnait ce pouvoir, et en frissonna. Prendre la forme de quelqu'un d'autre était la forme parfaite d'illusion à ses yeux. Prenant un moment pour lire les prérequis permettant l'accès à ce pouvoir, il fut ravi de voir qu'il possédait chacun d'entre eux, excepté un plus complexe: il devait préparer et consommé une concoction emplis de toxine, qui permettrait un meilleur «traitement» de sa peau lorsqu'il se transformerait. Cette étape était cruciale, car ceux qui utilisèrent ce pouvoir sans avoir, au préalable, pris cette potion, virent leur peau se fendre et s'arracher au moment de la métamorphose, et beaucoup moururent de l'atroce douleur qu'apporta ce changement. Marius disposait de tous les ingrédients nécessaire à la préparation de la concoction, mais nota intérieurement que celle-ci prenait trois jours à se fabriquer. Il aurait donc amplement le temps de préparer un antidote par la même occasion, antidote qui neutraliserait les toxines les plus importantes et le préserverait. Un simple coup d’œil au mode de préparation lui suffit pour le mémoriser en entier.
Marius transféra le thé fin prêt de sa bouilloire dans sa théière de porcelaine blanche, en prenant bien soin de filtrer le liquide à la couleur bien cuivrée. Puis, s'emparant encore une fois de deux tasses (car son fournisseur devait passé plus tard), il revint dans la boutique, puis posa le tout sur une table à cet usage. S'asseyant sur un banc de bois gris très bancal, il prit un livre au hasard sur une étagère et en commença la lecture, attendant un futur client.
Revenir en haut Aller en bas

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptySam 11 Mai 2013 - 16:51

Ce jour-là, Fearghas était en train de retourner toute sa bibliothèque. Elle qui était d'ordinaire très bien rangée, là voilà maintenant les étagères vides. Il trônait au centre de la pièce une monticule de livres où les plus jeunes coutoyés les plus anciens sans que leurs sujets respectifs ne soient vraiment en accord. Accoudant une échelle contre l'une des nombreuses et bien trop haute bibliothèques, car faute de place il fallait tout empiler, il grimpa dessus, grognant contre les efforts qu'il faisait pour tout déranger.

- Mais c'est pas possible ça ! Il doit bien y en avoir un ici !

Dit-il en s'attaquant aux quelques rescapés qui vivaient reclus dans le plus sombre recoin. Il les attrapait par le dos, un à un, prenant rapidement connaissance de leur contenu puis, quand il n'y trouvait pas ce qu'il cherchait, il le balançait derrière son dos et le livre finissait sa course avec les autres, au milieu de la pièce.

- Non ! Non ! Non ! Non non non non et encore non !

Dit-il en jetant le dernier. Il se retourna et s'asseye à même l'étagère, regardant désespérément la pile de livres. Il retira son chapeau à pointe et s'essuya le front, c'était du sport mine de rien.

- Oh mais, je ne vais quand même pas aller retourner la bibliothèque de la tour ?

S'interrogeait-il en pensant à voix haute. Lola, qui était restée assez en retrait, se décida à l'interpeller.

- De toutes les façons, Professeur, ce genre d'ouvrages ne fait pas parti des fournitures de la tour. Ça ne servira à rien d'aller tout mettre par terre si ce n'est à passer un mauvais quart d'heure dans le bureau du directeur.
- Certes mais, si ça ne fait pas parti de leurs fournitures, pourquoi une telle décision ?!
- Je vous signale que c'était vous le souteneur officiel du mouvement ! Vous n'allez pas vous plaindre maintenant ?
- Mais ...
- Il n'y a pas de mais, vieux bouc !
- Je voudrais bien t'y voir toi ! Au lieu de me réprimander comme ça, tu n'aurais pas une idée plutôt ?
- Une idée ? Euh bah ...


La fée réfléchissait, cela se voyait non seulement à son attitude mais aussi à sa couleur qui virait vers l'orange. Fearghas attendait, cherchant sa pipe dans barbe.

- Je sais ! Vous pourriez vous rendre à cette librairie de Madorass qui est connue, entre autre, pour vendre des livres pas très ... Correct quoi. Elle s'appelle " Les livres d'avant et de maintenant ".
- Ça ne me dit rien du tout.
- Mais vous êtes coupé du monde, ma parole !
- ...
- Pardon, j'avais oublié que vous l'êtes vraiment.

Dit-elle en se retenant de rire. Forrester fronça les sourcils.

- Non je ne le suis pas, Madame ! Simplement, ce monde ne m'intéresse pas !
- C'est bien ce que je dis.
- Non, c'est totalement différent !
- Mais le principe reste le même.

- Mais le principe ... Le principe ... Ah bah oui tiens, le principe est le même.

Dit-il en se surprenant.

- Vous voyez bien ! Vous voulez que je accompagne ?
- Oui, ça serait mieux.
- Dans ce cas allons-y ! Et n'oubliez pas le certificat.

- Merci ! Je ne suis pas aussi vieux que ça pour oublier de prendre le certificat ! Où est-ce que je l'ai mit d'ailleurs ?

La vieillesse, ça n'avait pas que des avantages en fin de compte mais, qu'importe, c'était inévitable de toutes les façon. Après avoir retourné tout son appartement et récupéré le certificat qu'il avait tout simplement oublié dans sa barbe, il se mit en route pour Madorass, accompagné par Lola qui semblait bien connaitre la boutique, chose qui était étonnante d'ailleurs. La route en elle-même ne fut pas difficile, bien que fatigante pour un vieil homme comme lui, mais, l'arrivée à Madorass était une toute autre paire de manches. Depuis la mort du roi, les choses avaient changé ici et le trouble avait prit place. Bien qu'il empruntait les quartiers les plus tranquilles, il ne pouvait pas faire un pas sans que quelqu'un ou quelqu'une ne l'interpelle. Était-ce si évident que ça qu'il était un mage blanc ? Il fallait croire que les stéréotypes avaient une bonne place ici. Résultat, il fut obligé de pratiquer et pas qu'un peu avant d'atteindre la librairie. Entre les malades qui cherchaient des soins, les pauvres qui cherchaient des soins, les suspicieux qui cherchaient des soins, les femmes de joie qui cherchaient des cli ... Des soins et même les quelques animaux égarés qui venaient le renifler en quête de nourriture, sa patience avait été mise à rude épreuve.

Il poussa finalement la porte de la boutique, sobre mais encastrée entre deux échoppes, et s'aventura à l'intérieur. Les étagères étaient presque vides. Quelle bien mauvaise surprise, il y avait de fortes chances qu'il n'ait plus ce qu'il était venu chercher. Cela dit, il n'y avait personne sur le moment, fort heureusement pour lui. Il se rapprocha du comptoir et appuya sur la sonnette.

- Il y a quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptySam 11 Mai 2013 - 19:20

Marius avait eu la main heureuse, car le livre qu'il avait aléatoirement pris sur une tablette s'avéra si intéressant qu'il n'entendit pas la porte de sa boutique s'ouvrir et se refermer. Ce fut le tintement de la petite sonnette en cuivre qui le tira hors de sa lecture avec un petit sursaut. Devant le comptoir se tenait un homme âgé, blanc de poil et dont les vêtements camouflaient mal la maigreur. Ses vêtements ne laissaient d'ailleurs aucun doute quant au métier de l'homme, particulièrement le chapeau en pointe. Mentalement, Marius fit un inventaire complet des ouvrages occultes dont il disposait, soit une vingtaine de reliures.
Le Libraire prit le temps de refermer son livre et de le remettre à sa place, se leva, puis s'approcha tranquillement du nouveau venu, le sondant du regard. Dans les yeux du vieil homme, il lut de l'impatience, sentiment qu'il expliqua par l'agitation de la ville ces derniers temps. Koako croassa bruyamment, mais se tint coi; Marius lui interdisait de parler en public, histoire de ne pas attirer l'attention de curieux trop envahissants. Et puis, les corbeaux parleurs n'étaient pas issue d'un mélange naturel d'oiseau, mais bien de l'esprit tordu d'un puissant sorcier. Il valait mieux garder ses distances dans ces cas - surtout si le dit sorcier est un ancien mentor. Garde le silence, Koako, je doute qu'il s'agisse d'un client ordinaire, transmit-il mentalement à l'oiseau, qui se mit à bouger d'un bout à l'autre de son perchoir, signal qu'il avait bien comprit le message.
En approchant, Marius observa davantage l'apparence du client. Il lui paraissait plus vieux qu'au premier coup d'oeil, chose qui se reflétait dans sa posture, mais aussi dans son regard: le regard de l'expérience, si caractéristique des aînés. Cet homme avait vécu.
Marius toussa un peu à l'intérieur de son coude, puis prit poliment la parole, sans toutefois perdre son regard neutre, voire inexpressif:

- Bienvenue aux Livres d'Avant et de Maintenant, monsieur. Cherchez-vous un ouvrage en particulier?

Bien entendu, le Libraire se doutait fort bien que son interlocuteur ne cherchait pas à lire sur l'art de la broderie. Marius chercha à identifier le type de magie que pouvait bien faire cet homme, et ne put s'arrêter sur aucun genre. Les magiciens en général sont parfois marginaux et aiment à tromper les sens des gens qu'ils rencontrent - et ce même si cet homme ne semblait pas du tout cacher son appartenance aux arts occultes. Marius devait rester sur ses gardes - sans le laisser paraître, toutefois.
Revenir en haut Aller en bas

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyLun 13 Mai 2013 - 15:10

Le libraire ne remarqua sa présence qu'à l'entente de la sonnette, plongé dans sa lecture qu'il était, il ne l'avait pas vu arriver. Il referma son livre et prit malgré tout le temps d'aller le ranger, en toute quiétude, puis, il se dirigea enfin vers le comptoir et donc, vers le vieux mage. Alors qu'il le dévisageait tout en discrétion, Fearghas en fit de même mais, avec un peu moins de retenue. Vieil archimage qu'il était, cet homme ne lui inspirait étrangement pas confiance, il semblait y avoir une part d'ombre en lui, même si les apparences laissaient plutôt entrevoir un homme sobre et bien éduqué. En fait, il était à l'image de sa boutique, ou l'inverse, car les lieux aussi lui laissaient cette même impression. En temps normal, il serait déjà repartit mais, puisque Lola connaissait l'endroit, autant voir ça de plus près. La fée, en parlant d'elle, s’intéressa plus au corbeau qu'au libraire. Elle volait autour de lui sans trop l'approcher cependant, attirée par son comportement étrangement obéissant mais, repoussée par sa sombre apparence, comme à l'image de son maître et de son échoppe, une fois de plus.

- Bienvenue aux Livres d'Avant et de Maintenant, monsieur. Cherchez-vous un ouvrage en particulier ?
- Hum ...

Fearghas se pencha légèrement en avant, prenant une voix basse.

- En fait, je suis professeur à la tour des mages et dans le cadre de ... L'exercice de mes fonctions, j'aurai besoin d'un livre ou plutôt, d'une encyclopédie à propos du processus de reproduction chez les Hommes. C'est un peu spécial mais, on va dire que c'est une nouvelle matière qui a été rajoutée à mon emploi du temps. Il me faudrait un ouvrage très complet, qui traite de ce sujet en commençant par le tout début d'une relation " affectueuse " pour en finir soit à la rupture soit à l'officialisation de l'union. Il me faudrait des explications assez simples pour que mes élèves comprennent vite et des images surtout, beaucoup d'images. Alors, des images très nettes, avec des légendes et des explications à même ... Et puis, surtout sur la reproduction et les différentes méthodes possibles, beaucoup de dessins. Donc si vous aviez quelques livres dans le genre ... C'pas que j'ai pas une base de connaissances dans le domaine mais, comme on va surtout axer sur le côté scientifique de la chose, avant le côté sentimental, il me faudrait un ouvrage dédié ... Et puis des gros seins aussi, ça c'est pas pour la tour mais, c'est pour moi, question de mise à l'aise, si vous me comprenez.

Il mit ensuite la main à sa barbe et en ressortit une sorte de papier roulé.

- Et ça, c'est en quelques sortes l'autorisation de la tour. Je vous raconterai l'histoire si vous voulez l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyLun 13 Mai 2013 - 19:33

Marius écouta la demande que lui faisait Fearghas sans ciller, tout en faisant mentalement l'inventaire des ouvrages qui pourrait intéresser son interlocuteur. Bien entendu, il ne croyait pas du tout à cette histoire de nouvelle matière à enseigner, car, bien qu'il ne soit jamais aller lui-même à la Tour, il avait vu bien des mages provenant de cet endroit lointain, et tous (ou presque) affichait un air de dédain à l'égard d'un simple libraire. Quoiqu'il en soit, le Libraire se ferait un point d'honneur à répondre à la demande de son client. Que cet ouvrage serve réellement à ce dernier de point d'étude où qu'il s'agisse d'un besoin plus intime, Marius n'en avait que faire. Il ne se mêlait pas des affaires d'autrui et il espérait, qu'en retour, les gens en feraient autant.
Fearghas était un livre ouvert quant à ses désirs charnels, car il avoua publiquement au Libraire aimer les fortes poitrines. Question de goût, se dit-il avant de reprendre ses recherches quant à l'ouvrage idéal pour le magicien devant lui. Il disposait bien d'ouvrages traitant de la reproduction humaine et du sexe, mais rien de bien grand, le sujet étant encore soumis à quelques tabous. Il disposait néanmoins d'un unique exemplaire prenant la poussière sur son étagère et traitant métaphoriquement des aléas de l'amour, par le biais de contes narrant l'histoire d'anciens dieux et d'anciennes déesses lubriques et de mortels. Bien qu'il s'agisse également d'un livre très imagé, tant dans sa littératie que dans ses superbes enluminures, la forme qu'empruntait son auteur n'était pas simple, et laissait place à plus de frivolités qu'à une rigueur scientifique. Toutefois, si Marius avait vu juste, les élèves de son client ne verrait jamais même la reliure ouvragé de l'oeuvre.

- Et ça, c'est en quelques sortes l'autorisation de la tour. Je vous raconterai l'histoire si vous voulez l'entendre.

Le Libraire tendit la main pour jeter un oeil sur le rouleau de parchemin, mais au même moment, un croassement bruyant rugit dans la boutique en entier. Marius se retourna rapidement pour voir Koako, irrité par la petite fée lui tournant autour, tenter de l'intimider à l'aide de cris cassant et en ébouriffant ses ailes noires de manière menaçante. Les yeux de l'oiseau, cernés de rouge, exprimait clairement sa fureur. Cette fée... Marius l'avait déjà vu, mais où?

- Calme-toi Koako! ordonna son maître, il n'y a pas de danger ici!
- Petite fille volante! caqueta l'oiseau! La petite fille volante irrite Koako! Va-t-en! Va-t-en! Va-t-en!
- Koako, à l'étage, et vite!

Marius avait parlé si impérieusement que l'oiseau disparut dans un bruissement d'aile et un autre croassement. Il a parlé. Tranquillement, Marius pivota pour observer Fearghas, qui ne devait rien avoir manqué de la scène. D'un œil, il tenait toutefois la fée bien en vue. Il ne pouvait dire d'où il sembla la reconnaître, mais elle l'avait mise dans l'embarras, car quelqu'un savait maintenant qu'un libraire de Madorass possédait un corbeau ayant la faculté de parler. Maîtrisant prodigieusement ses émotions, le Libraire se dirigea vers une étagère sans prendre le rouleau des mains du magicien, pris le livre auquel il avait pensé, puis revint vers le comptoir, déposant l'ouvrage de cuir rouge devant Fearghas. Un titre en lettres dorées et incrustées dans la couverture indiquait BNAITH ALTROR.

- Prenez un temps pour le feuilleter, c'est le meilleur ouvrage en la matière que je tiens, dit lentement le Libraire. Il lui fallait un moment pour penser à la suite des choses.
Revenir en haut Aller en bas

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyMar 14 Mai 2013 - 15:27

Le libraire était pensif, il réfléchissait sans doute à l'ouvrage qu'il pourrait lui proposer mais, Fearghas voyait bien, d'un autre côté, qu'il ne le croyait pas. Qu'importe, après tout, ce n'était qu'un homme qu'il ne recroiserait peut-être jamais, même si pour un magicien de sa classe, une telle demande pouvait paraître honteuse. En même temps, cet homme ne semblait pas enclin au commérage, au contraire même, c'était quelqu'un qui parlait peu et bien, du moins, à ce qu'il laissait transparaître. Alors que le libraire avança s'apprêtait à saisir la certification, son animal de compagnie, un corbeau, se mit à croasser bruyamment et à s'agiter sur son perchoir, de façon tout à fait menaçante à l'égard de la fée.

- Calme-toi Koako ! Il n'y a pas de danger ici !
- Petite fille volante ! La petite fille volante irrite Koako! Va-t-en! Va-t-en! Va-t-en!

Cette dernière, surprise par sa faculté à parler, ne demandé pas son reste s'écarta bien vite de lui pour retourner se nicher dans le chapeau du vieux mage, qui, quant à lui, était tout étonné de la réaction de ce sombre oiseau et de sa faculté à parler.

- Koako, à l'étage, et vite !

Lui ordonna son maître. Le corbeau s’exécuta et disparu rapidement. Le libraire se tourna ensuite vers le professeur, l'air de rien, et, tout en jetant un coup d'oeil discret à sa fée, s'en alla près d'une étagère chercher le livre qu'il lui avait demandé. Cela dit, il avait oublié de prendre le certificat, ce qui montrait bien qu'il essayait de se contenir. Tout en silence, il le déposa ensuite sur le comptoir et l'orienta vers le magicien. Un épais et vieux livre couvert de cuir rouge et au titre fait de lettres dorées et incrustées.

- Prenez un temps pour le feuilleter, c'est le meilleur ouvrage en la matière que je tiens.

Lui dit-il avec un certain calme. Il enfila ses lorgnon et se rapprocha de la couverture, pour le lire.

- " BNAITH ALTROR " ... Je n'ai aucune idée de ce que ça peut vouloir dire.

Puis il ouvrit le livre et feuilleta rapidement les pages. Effectivement, il y avait pas mal d'images mais, il s'agissait plus d'un livre de contes qu'une véritable encyclopédie. Le problème, c'est que même si cela reposait sur une base de vérité, les divergences et exagérations étaient nombreuses. Fearghas réfléchissait à voix basse.

- Oh bah si j'aborde le sujet avec philosophie, ça me permettrait de donner une place à la rationalité tout en leur expliquant que le coeur à ses raisons que la raison ne peut comprendre. Ça sera très ... Métaphorique, mais, c'est ça l'amour après tout. Bon bah, je pense que je vais le prendre.
- Et sinon Professeur, pour ce qui est des oiseaux qui parlent, il y a une base de rationalité là aussi ?
- Ah bah ça ...


Fearghas releva la tête. Même si cela l'avait étonné au début, ce n'était plus le cas maintenant. Les animaux qui parlent n'avaient rien de bien étonnant en terme de magie mais, ce qui était étrange, c'était que ce simple libraire en possédait un.

- Koako, c'est un nom assez exotique pour un corbeau. Comment l'avez-vous obtenu, jeune homme ?
Revenir en haut Aller en bas

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyMar 14 Mai 2013 - 16:34

« Bnaith Altror signifie Amour Sacré, répondit Marius au vieil homme penché sur l'oeuvre qu'il venait de lui tendre. Il s'agit d'une ancienne dérivation de notre langue, un jargon un peu lointain. » Le Libraire se tut un instant, pensif. « En fait, reprit-il, la traduction littérale du nom serait Amour Béni, mais les législateurs officiels du Felethien ont jugé mieux d'aborder le sujet par la sacralisation plutôt que par sa bénédiction. Sans doute avaient-ils des inquiétudes quant à la non-laïcité de l'oeuvre, je ne pourrais dire. »

En quelque part, Marius était soulagé que le vieux magicien ne s'enquiert pas au sujet de Koako, car il détestait avoir à discuter des origines de son meilleur ami et de leur passé commun. Malgré tout, si quelqu'un pouvait bien comprendre que l'origine d'un oiseau parleur n'avait rien de naturelle, c'était bien un magicien. En quelque part, son client devait se douter des origines de l'oiseau.
Que faire dans ce cas? pensait le Libraire. Bien entendu, il était hors de question qu'il avoue toute son histoire au magicien. Il ne s'agissait pas là de remords du passé, chose que Marius n'avait jamais connu, mais bien de se préserver, ainsi que Koako. Avoir été l'apprenti d'un savant fou dont la vivisection humaine constituait le principal passe-temps, ça n'avait rien de respectable - au contraire, ces derniers temps, on finissait sur le gibet pour moins que ça à Madorass. Ou bien quitter Madorass? Ce serait une option. Le Libraire pensait déjà depuis quelques temps à aller s'installer à Venill, où le climat était plus paisible - mais les ragots plus présents.
De ses grands yeux inexpressifs, Marius sonda magiquement les émotions du vieil homme penché devant lui. D'après ce qu'il découvrit, il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, son client semblait même avoir oublié l'incident entre sa fée et le corbeau. Quant à la fée, Marius ne pouvait lire ses pensées, car le mode de pensée des fées étaient radicalement différent de celui des hommes. Il avait quitté son maître avant que celui-ci ne s'attarde aux êtres féeriques. Savoir que le magicien ne s’enquérait pas de l'oiseau parleur soulagea toutefois Marius, qui laissa le mage lire pour aller se servir une tasse de thé épicé, à quelques mètres de là. Politesse obligeant, il en versa également une tasse pour son client, étant donné que son fournisseur n'était toujours pas arriver.

« Voici pour vous, dit le Libraire en posant la tasse de thé cuivrée à côté du magicien. Sentez-vous à l'aise d'en prendre ou non, de toute façon, je ne bois jamais la théière en entier. »

Prenant lui-même une gorgée de thé, Marius se plongea dans ses pensées. Déménager à Venill, était-ce une bonne idée? D'un côté, il serait plus près de son fournisseur qui habitait cette ville, mais surtout, l'endroit était beaucoup plus tranquille que les rues bruyantes de Madorass. Par ailleurs, il sentait que les citoyens se méfiaient davantage de lui, et il ne voulait pas non plus finir avec à tête au bout d'une pique. Y-avait-il une clientèle pour les livres à Venill? Probablement davantage qu'ici, pensa le Libraire, en songeant à la quantité phénoménale d'illettrés qui se trouvait dans son quartier. Toutefois, il y avait beaucoup moins d'habitants à Venill, et les rumeurs s'y propageraient sans aucun doute plus rapidement.

- Koako, c'est un nom assez exotique pour un corbeau. Comment l'avez-vous obtenu, jeune homme ?

La question de Marius l'arracha à ses pensée comme on arrache une gale de sa plaie. Marius observa le vieux magicien un moment. Ainsi, il en était revenu à s'interroger au sujet de Koako. Il fallait le faire. Il avait refermé le Bnaith Altror sur le comptoir. Était-il acheteur ou non? Mais le plus urgent, que répondre à sa question? Autant y aller pour une demi-vérité, et jauger après.

« Je l'ai trouvé, il y a onze ans de cela, puis je l'ai nourri et élevé. Il ne me quitte plus depuis. » Le Libraire marqua une pause. « Êtes-vous intéressé par ce livre? » demanda-t-il, signifiant ainsi poliment, mais fermement, qu'il n'avait pas l'intention de lui révéler toute la vérité concernant Koako. Faites qu'il le comprenne, pensa-t-il.
Revenir en haut Aller en bas

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyJeu 16 Mai 2013 - 11:46

- Je l'ai trouvé, il y a onze ans de cela, puis je l'ai nourri et élevé. Il ne me quitte plus depuis.

Dit-il en marquant une pause. Visiblement, la question du magicien ne lui plaisait pas, même si son calme n'en fut pas perturbé, il y avait comme un éclat dans ses yeux, aurait-il quelque chose à cacher ?

- Êtes-vous intéressé par ce livre ?

Reprit-il tout aussi calmement mais avec plus de fermeté. Il déviait le sujet, il ne voulait pas en dire plus. Forrester était perplexe, d'un côté ce n'était pas ses affaires et il n'avait rien à lui demander mais, de l'autre, en tant qu'archimage, il ne pouvait pas non plus laisser une pareille incertitude pour compte, d'autant plus que tout ici était paradoxal. Imaginons un seul instant qu'il ait affaire un sorcier chamaniste vouant un culte aux démons et pratiquant des sacrifices humains ? Certes, ça serait vraiment un cas extrême mais, s'il s'agissait d'un simple alchimiste mal intentionné, c'était suffisant pour approfondir le sujet. Forrester attrapa la tasse que lui avait apporté le libraire et but une partie de son contenu. Il fit la grimace tout en avalant, c'était très ... Fort comme thé même s'il devait avoué que c'était fort bon.

- Oui bien sûr, ce livre m’intéresse. De toutes les façons, je n'ai pas d'autres choix donc je vais vous l'acheter.

Il détacha sa bourse de sa ceinture et l'ouvrit, s'apprêtant à en sortir la somme que lui demanderait le libraire. Mais, le nez dans son argent, il reprit en marmonnant.

- Vous savez que les animaux sont formellement interdits dans l'enceinte de Madorass ?

S'il lui disait cela, ce n'était pas vraiment pour le menacer mais, plus pour l'inciter à lui en dire sur ce qui pouvait bien le pousser à conserver un corbeau ici malgré l'interdit car, après tout, si des gardes venaient à s'en apercevoir, il passerait un mauvais quart d'heure, alors il valait mieux que ce soit un vieux mage qui le lui fasse remarquer plutôt qu'une autorité même s'il devait sans doute déjà le savoir.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyJeu 16 Mai 2013 - 16:33

Un silence tendu régnait dans la petite librairie. Entre les questions indiscrètes du magiciens et les réponses évasives du Libraire, on pouvait entendre une mouche voler paresseusement. Appuyé sur son comptoir, l'index passé dans l'anse d'une tasse de thé, Marius attendait de savoir si le vieil homme allait acheter l'ouvrage qu'il était en train de consulter, tout en espérant qu'il ne l'harcèle plus de questions au sujet de son corbeau parleur. Aux yeux de Marius, Koako était bien plus qu'un oiseau, c'était un ami, qu'il avait sauvé et qui le sauvait tour à tour. Car sans les cabrioles que pouvait faire par moment son ami à plume, la vie du Libraire serait bien plus terne et maussade qu'elle ne l'était. Cette pensée renforça la volonté de Marius de défendre Koako. Espérons simplement que le vieil homme comprendrait l'importance de l'oiseau pour son maître.

- Oui bien sûr, ce livre m’intéresse. De toutes les façons, je n'ai pas d'autres choix donc je vais vous l'acheter.

Parfait, une chose de réglée! Marius acquiesça à l'annonce du vieux magicien, heureux d'avoir pu faire au moins une vente dans sa journée. Ces derniers temps, les ventes avaient ralenties, à l'exception des ouvrages traitant de médecine. La populace de Madorass semblait en effet être trop occupée pour s'instruire auprès des écrits des anciens. Quoiqu'il en soit, certains, comme le vieil homme, suffisait à Marius pour lui redonner l'illusion que l'homme était assoiffé de culture et de savoir.

« Je suis sûr que les écrits renfermés dans cette oeuvre sauront vous plaire » dit-il simplement. «Cela vous coûtera donc trente-sept pièces d'or. C'est un très bon prix, considérant la rareté et la valeur de cet ouvrage. Les connaisseurs vous jalouseront.»

Ce n'était pas faux. Les livres anciens traitant d'amour et d'érotisme se vendait à des prix exorbitants chez les amateurs du genre. Marius ne faisait toutefois pas partie de ce clan hétéroclite, et il ne ressentait aucun pincement au cœur à l'idée de se débarrasser d'un oeuvre du genre. Et puis, l'idée qu'il avait en tête lorsqu'il fonda sa librairie était de vendre à prix modeste. Et le Libraire n'avait qu'une parole. Pendant que le magicien comptait son or, Marius prit un large morceau de tissu dans lequel il enveloppa soigneusement le livre, puis déposa le tout devant son client. Ce dernier, le nez dans la bourse marmonna soudainement:

- Vous savez que les animaux sont formellement interdits dans l'enceinte de Madorass ?

Les animaux interdits dans la ville? À cette question, Marius ne put s'empêcher d'arquer un sourcil, perplexe. L'homme était-il sérieux? Certes, il ne sortait pas beaucoup, mais le Libraire n'avait jamais entendu parler d'un règlement interdisant la possession d'un animal dans l'enceinte de la ville. Était-ce une nouvelle loi dictée par les Capes Blanche tout récemment? Cela expliquerait la hausse du nombre de chats de ruelles qui fouinaient aux quatre coin de la ville. Ou bien, plus plausible, était-ce une nouvelle tactique du magicien pour sortir les vers du nez de Marius?

«Je n'ai jamais entendu parler d'un tel règlement, déclara-t-il. J'ai cru remarquer que la population de chats de gouttière a augmenté ces derniers temps, il doit donc s'agir d'une nouvelle invention des Capes Blanches. Quoiqu'il en soit, je n'ai pas l'intention de me défaire de Koako. Vous l'avez bien vu tout à l'heure, il parle. Ce n'est donc pas un animal comme les autres. S'il le faut, je quitterai Madorass pour pouvoir le garder, mais personne ne m'empêchera d'en prendre soin. Pas même le roi , dussé il revenir d'entre les morts pour me l'ordonner.»

Son regard n'avait aucun reflet, comme s'il était vide de l'intérieur. Néanmoins, Marius ne plaisantait pas. Si qui que ce soit tentait de lui ôter son meilleur ami, il subirait les foudre d'un sorcier en colère.
Revenir en haut Aller en bas

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyJeu 16 Mai 2013 - 17:21

Trente-sept pièces d'Or pour un livre du genre et aussi ancien qu'il en avait l'air, effectivement, c'était une affaire. Malheureusement, pour ce qui était de la jalousie des connaisseurs, ce n'était pas vraiment à l'ordre du jour, ce livre ne sortirait probablement jamais de la tour des mages et ne connaîtrait pas d'autres possesseurs que le vieux magicien. Il ne s'agit vraiment pas du genre d'ouvrages que l'on pouvait se permettre d'exhibé, surtout là-bas. Rien que d'imaginer la réaction du directeur en apprenant son existence suffirait à l'enfermer quelque part à ne plus le sortir de là. D'un autre côté, c'était justifié mais, est-ce qu'ils avaient bien compris qu'on ne pouvait pas enseigner une pareille matière sans de solides connaissances ? Ce n'était pas le cas de tous les professeurs et surtout pas de Fearghas !

Suite à la question qu'il lui avait posé, il déposa l'argent demandé sur le comptoir, tout en écoutant la réponse du libraire qui se voulait pour le moins ... Très sérieuse.

- Je n'ai jamais entendu parler d'un tel règlement. J'ai cru remarquer que la population de chats de gouttière a augmenté ces derniers temps, il doit donc s'agir d'une nouvelle invention des Capes Blanches. Quoiqu'il en soit, je n'ai pas l'intention de me défaire de Koako. Vous l'avez bien vu tout à l'heure, il parle. Ce n'est donc pas un animal comme les autres. S'il le faut, je quitterai Madorass pour pouvoir le garder, mais personne ne m'empêchera d'en prendre soin. Pas même le roi , dussé il revenir d'entre les morts pour me l'ordonner.

Cela surprit le professeur, pourquoi une réaction aussi dure ? Il ne l'avait quand même pas insulté ... Ou alors, il avait prit ça pour une menace ? Il plissa des yeux, derrière ses lorgnons, cherchant à comprendre pourquoi. En fait, il semblerait que cet oiseau est beaucoup de valeur à ses yeux, pas une valeur matérielle mais, sentimentale.

- C'est un décret qui a été passé récemment. Quoi qu'il en soit, ne le prenez pas pour vous, je n'avais pas l'intention de vous offenser. En revanche, le fait qu'il parle n'en fait pas un corbeau parmi les corbeau, certes, et c'est bien pire encore car, si jamais les autorités venaient à apprendre son existence, vous n'auriez pas qu'un simple problème d'infraction aux lois. Les corbeaux sont déjà considérés comme porteurs du mal, alors les corbeaux qui parlent, c'est encore pire et vous aurez beaucoup de mal à justifier sa présence ici si vous vous contentez de leur dire que vous voulez prendre soin de lui.

Dit-il en ramassant le livre et en le glissant dans une grande sacoche en cuir, qu'il avait emporté avec lui.

- Et puis entre nous ...

Dit-il en portant la tasse de thé à sa bouche et en finissant son contenu.

- On apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces. Je n'ai pas envie de m'introduire dans vos affaires mais, c'est évident que tout est fait pour dissimuler quelque chose, tant au niveau de votre boutique, que de votre oiseau ou que de votre personne. Alors, soyez-franc, vous ne pratiquez pas la magie noire sous quelque forme que ce soit ? Et ne mentez pas, ça ne servirait vraiment à rien.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyVen 17 Mai 2013 - 0:12

Apparemment, Marius avait vu juste quant à cette loi que le magicien venait de citer, elle venait tout juste d'être décrété, sans doute dans l'un de ces discours patriotiques sans substance que les Capes Blanches déclamaient un peu partout dans la ville. Ils affectionnaient toutefois, le libraire l'avait remarqué, les lieux symboliques du règne de Hendenmark, tel que le seuil du château, ou encore à la Panse Repue, où le jeune roi allait encore prendre ses repas avec sa suite de matamores. Comme le Libraire sortait plus rarement ces derniers jours, il avait manqué ce dernier décret. Ce n'était pas lui qui allait toutefois s'en plaindre, lui qui fuyait la foule comme on fuit un lépreux. Ainsi donc, il était désormais interdit de posséder un animal domestiqué. Quel motif saugrenu pouvait-il justifier pareille loi? Les Capes Blanches eux-même se déplaçaient quotidiennement avec de gros molosses dressés pour le combat, soit une bête plutôt dangereuse si on la comparait avec le chat couard de la voisine de soixante-treize ans qui logeait l'appartement en face de la librairie. Le Libraire n'eut pour réponse au magicien qu'un simple hochement de tête à propos de la loi. Il prit toutefois note de la menace que pouvait représenter la possession d'un corbeau parleur, menace qui augmentait au fil du temps. Marius se rappela alors que les voisins semblaient plus méfiant à son égard. L'un deux avait-il été témoin de quelque chose? Si cela se trouvait, peut-être que la garde attendait le bon moment pour pouvoir le coincer, cette bande de brutes corrompues en était bien capable, et, bien que puissant dans son domaine, Marius ne pourrait tenir tête à cinq hommes musclés et armés jusqu'aux dents. Il observa pendant un long moment le magicien devant lui. Peut-être avait-il eu tort d'être aussi rustre avec lui, son conseil était judicieux. Le vieil homme récupéra son livre et le fourra dans une sacoche de cuir pendant à son épaule gauche. Il semblait en avoir fini avec le Libraire, mais, après avoir bu le reste de son thé, ébranla Marius par ses paroles:

- On apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces. Je n'ai pas envie de m'introduire dans vos affaires mais, c'est évident que tout est fait pour dissimuler quelque chose, tant au niveau de votre boutique, que de votre oiseau ou que de votre personne. Alors, soyez-franc, vous ne pratiquez pas la magie noire sous quelque forme que ce soit ? Et ne mentez pas, ça ne servirait vraiment à rien.

Le chat sort du sac, comme disent les limiers. Le regard inexpressif de Marius sembla se glacer soudainement. Les yeux du magicien brillait, il savait qu'il avait visé juste, car pendant un moment, une ombre d'inquiétude voila le regard du Libraire. Celui-ci ironisa:

«N'écoutez-vous pas les ragots du coin? Je suis de la Confrérie des Ombres.»

Le sarcasme, c'était plaisant, mais ce n'était pas tout, Marius devait réfléchir, et vite. Que peut vouloir un homme qui a déjà tant vécu et tant vu? L'or est le prix des faibles, et cet homme était peut-être tout, mais pas faible. Au contraire, sa volonté devait être faite d'acier trempée, ce qui empêchait la corruption. Au fond de lui-même, il le savait: son interlocuteur ne s'en irait pas tant que le Libraire ne lui aurait pas dit la vérité. Ce dernier eut un soupir, puis, sans avertissement, il déballa son histoire, sur le ton le plus détaché du monde:

«Il y a plusieurs années de cela, je fus l'apprenti d'un puissant sorcier, le Maître des Corbeaux. Inutile de chercher à connaître sa véritable identité, je ne l'ai moi-même jamais connu. Je n'ai jamais même su pourquoi il me prit pour apprenti. Sans doute a-t-il vu en moi du potentiel pour lui succéder. (Marius eut, chose rare, un sourire sinistre, comme adressé à sa propre âme). Quoiqu'il en soit, je suis demeuré à ses côtés durant, oh! bien des années en somme. À expérimenter, à étudier de sombres arcanes, à la différence que moi, je ne cherche pas à trafiquer avec le diable, comme... lui. Allez, riez, un sorcier se souciant de la vie d'autrui. (Il marqua une pause, cherchant ses mots.) Il y a onze ans, je me suis enfui de lui, écoeuré que j'étais des vicissitudes de la vie en compagnie de ce sorcier fou, en emportant avec moi un oisillon tout ratatiné, l'un des fruits de ses expériences. La vie m'a conduit à ouvrir cette librairie et à continuer de mon côté à tenter de maîtriser la magie noire. Mais là où beaucoup voient une source immonde de malveillance, moi, j'y vois plutôt une source de connaissances infinie, à condition de savoir ce que l'on cherche, et aussi de savoir se retenir. Certes, il s'agit d'une magie étrange et bien souvent effrayante, mais croyez-le, j'ai pu aidé bien des gens grâce aux pouvoirs que j'ai appris et que je continue à apprendre. Là où la magie blanche peut être destructrice, la magie noire peut être bienveillante. Sa bienveillance est simplement plus insidieuse, moins ostentatoire.»

Le Libraire se retourna, prit la théière et remplit à nouveau les deux tasses. Bien qu'il fasse des efforts pour le contrôler, il tremblait légèrement. C'était la première fois qu'il parlait de son passé, et ne savait où arrêter. Marius eu à nouveau un faible sourire. Ce magicien voulait la vérité, toute la vérité? Il allait être servi.

«Suis-je un sorcier, donc? renchérit le Libraire. Oui, je suis un sorcier. Puissant? Je dirais que j'ai mes forces à des sources que beaucoup ne peuvent imaginer. Mais contrairement à beaucoup d'autres, je ne cherche pas à contrôler le monde, où à tuer. Je veux aider les gens, pas leur nuire. Je suis un humain avant d'être sorcier. Pas le contraire.»

Sur ces mots, il but sa tasse de thé brûlant d'un trait, ignorant sa gorge criant à l'agonie. Elle avait déjà subi pire traitement. Lorsqu'il eut fini sa tirade, Marius reposa sur le magicien un regard vide, sans expression.

«Avez-vous d'autres questions?»
Revenir en haut Aller en bas

Fearghas Forrester



________________

Fearghas Forrester
________________


Race : Humain
Classe : Archimage
Métier : Alchimiste
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 75 ans

Messages : 90

Fiche de Personnage : Ma fiche


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptySam 18 Mai 2013 - 16:03

Le vieux magicien avait vu juste, la réaction du libraire le sous-entendait clairement et l’inquiétude qui s'était tracé sur son visage le temps d'un court instant ne faisait que le confirmer.

- N'écoutez-vous pas les ragots du coin ? Je suis de la Confrérie des Ombres.

Fearghas s'étonna un peu de cette question. Etant donné qu'il n'était pas de Madorass et qu'il ne sortait que rarement de chez lui, c'était évident qu'il n'était au courant de rien en matière de rumeurs. Quant à la Confrérie des Ombres, cela ne lui disait presque rien, vaguement un groupuscule de malfaiteurs, ce qui n'était pas pour le rassurer. Le libraire, après un moment d'hésitation, reprit sur un ton plus désinvolte.

- Il y a plusieurs années de cela, je fus l'apprenti d'un puissant sorcier, le Maître des Corbeaux. Inutile de chercher à connaître sa véritable identité, je ne l'ai moi-même jamais connu. Je n'ai jamais même su pourquoi il me prit pour apprenti. Sans doute a-t-il vu en moi du potentiel pour lui succéder. Quoiqu'il en soit, je suis demeuré à ses côtés durant, oh! bien des années en somme. À expérimenter, à étudier de sombres arcanes, à la différence que moi, je ne cherche pas à trafiquer avec le diable, comme... lui. Allez, riez, un sorcier se souciant de la vie d'autrui. Il y a onze ans, je me suis enfui de lui, écoeuré que j'étais des vicissitudes de la vie en compagnie de ce sorcier fou, en emportant avec moi un oisillon tout ratatiné, l'un des fruits de ses expériences. La vie m'a conduit à ouvrir cette librairie et à continuer de mon côté à tenter de maîtriser la magie noire. Mais là où beaucoup voient une source immonde de malveillance, moi, j'y vois plutôt une source de connaissances infinie, à condition de savoir ce que l'on cherche, et aussi de savoir se retenir. Certes, il s'agit d'une magie étrange et bien souvent effrayante, mais croyez-le, j'ai pu aidé bien des gens grâce aux pouvoirs que j'ai appris et que je continue à apprendre. Là où la magie blanche peut être destructrice, la magie noire peut être bienveillante. Sa bienveillance est simplement plus insidieuse, moins ostentatoire.

Il se retourna ensuite et s'en alla remplir de nouveau les deux tasses. Forrester l'écoutait sans parler et sans réfléchir. C'était un exercice mental assez difficile, il fallait enregistrer toutes les informations et attendre qu'il ait finit de parler pour dégager son avis sur la masse de données. De cette façon, il restait neutre sur toute la durée de la conversation et pourrait baser sa réflexion sur des informations qui l'étaient tout autant, sans être influencé par ses préjugés.

- Suis-je un sorcier, donc ? Oui, je suis un sorcier. Puissant ? Je dirais que j'ai mes forces à des sources que beaucoup ne peuvent imaginer. Mais contrairement à beaucoup d'autres, je ne cherche pas à contrôler le monde, où à tuer. Je veux aider les gens, pas leur nuire. Je suis un humain avant d'être sorcier. Pas le contraire.

Rajouta-t-il avant de boire la sienne d'une seule gorgée malgré le fort caractère de la boisson et sa température pour le moins élevée. Il devait vraiment être perturbé pour se laisser aller à un tel geste, signe d'une certaine perte de contrôle. Il regarda le magicien, le regard vide.

- Avez-vous d'autres questions ?

Ce qui marquait donc la fin du tour. Un jeune homme qui avait été le disciple d'un magicien noir connu sous le nom de " maître des corbeaux ", un nouveau nom qui ne disait rien au professeur. Il s'était ensuite enfuie, ne supportant plus la vie avec son maître, et avait emporté ce corbeau avec lui. Il avait ouvert une bibliothèque ici et avait continué à étudier la magie noire mais, dans le but d'aider plutôt que de nuire ... Une formule qui en somme n'était pas nouvelle, du moins, pour le vieux magicien. La magie noire n'était pas synonyme de malfaisance mais, plutôt, de toute puissance. Hors, le problème, c'est que rien ni personne n'était en mesure de la contenir et ceux qui cherchaient à l'asservir devenait inévitablement ses esclaves, corrompus par la puissance et perdus par la folie. Personne ne peut s'approcher d'elle sans y laisser son âme, comme il le disait à ses élèves, et même si à l'origine, il ne s'agissait que de bonne volonté, ce n'était qu'une pente glissante qui menait irrémédiablement à l'abîme. Forrester but le contenu de la tasse, lentement.

- C'est fort louable de votre part, jeune homme, que de chercher à utiliser la magie noire pour aider plutôt que pour nuire mais, sachez que vous n'êtes pas le premier à s'y être essayé et que vous ne serez pas le dernier. Beaucoup d'hommes ont péris en s'approchant d'elle, ils sont devenus fous et se sont retournés contre eux-même, après s'être retournés contre les leurs. Certes, vous avez eu un maître qui vous appris beaucoup de choses mais, ne croyez pas en être ressortit indemne. Même si n'avez jamais cautionné ce qu'il faisait, vous y avez participé et vous vous êtes tâché, que vous le vouliez ou non. Je ne chercherai pas à vous arrêter, vous n'avez encore rien fait de mal mais, il viendra un jour ou vous ne pourrez plus résister à la tentation et, ce jour-là, je crains que si nous nous revoyons, je ne sois pas aussi compréhensif avec vous. En attendant, et si vous voulez mon conseil, changez de voix. Il existe bien d'autres façons d'aider les gens et elles sont bien moins dangereuses, aussi bien pour vous que pour les autres.

Il remit en place la sacoche en cuir, remontant la bandoulière.

- Quoi qu'il en soit, je vous remercie de votre franchise et je vous souhaite une bonne continuation.

Dit-il en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas

Marius Azelan

Le libraire

________________

Marius Azelan
________________


Race : Humain
Classe : Sorcier
Métier : Libraire
Croyances : Athée
Groupe : Rebelles

Âge : 34 ans

Messages : 59

Fiche de Personnage : Fiche de lecture


Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] EmptyMar 21 Mai 2013 - 15:16

Marius encaissa la réponse du vieux magicien sans broncher. Un moralisateur. Marius avait craint de n'avoir relaté sa vie à un être vil empli de malveillance, mais il s'agissait finalement d'un homme bon, qui ne jugeait point les actions passées du Libraire et ne cherchaient guère à le confronter, mais simplement à ce qu'il puisse finalement s'ouvrir. En cela, il était soulagé. Quant au sermon sur les dangers de la magie noire, Marius ne pouvait que s'y attendre. Le magicien avait toutefois raison sur un point: bien des sorciers s'étaient perdus au nom de la puissance absolue, et n'en était pas ressorti psychologiquement indemne. Le Maître des Corbeaux en était bel et bien un exemple, bien qu'il n'eut jamais divagué ou encore vu des chimères. Cependant, Marius ne recherchait pas la puissance et le contrôle par la magie noire, ce qui serait, certes, facile, mais bien peu réfléchi comme choix. Simplement, il ne connaissait rien d'autre. Il pourrait apprendre néanmoins les bases des autres grandes arcanes existantes.
Changer de voie... sur papier, l'idée avait son intérêt, mais elle le perdait entièrement en pratique. Ce que Marius avait appris depuis des années, il le devait à l'Art Sombre, y renoncer le rendait légèrement nauséeux.

- Quoi qu'il en soit, je vous remercie de votre franchise et je vous souhaite une bonne continuation.

Sur ce, le mage lui tendit une main fripée, mais vigoureuse, que le Libraire serra.

«Non, c'est moi qui vous remercie, dit-il. Je méditerai sur vos paroles. Et si vous avez besoin de livres à l'avenir, sachez que je m'établirai sous peu à Venill. Passez, si vous cherchez quelque chose.»

(HRP: Désolé du délai d'attente pour la réponse, mais j'ai été très occupé en fin de semaine et hier, au point où je n'ai pas eu une minute à pouvoir simplement me connecter. Merci pour la belle session RP. Wink )
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] _
MessageSujet: Re: Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]   Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nouvelle journée aux Livres d'Avant et de Maintenant [Privé Fearghas Forrester]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Boutiques-