''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il y a quelque chose sous l'eau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aï-noh

Le Monstre du Marais

________________

Aï-noh
________________


Race : Mi-Undine / Mi-Ungan (Démon commun).
Classe : Naïade.
Métier : Créature des marais effrayant la populace.
Croyances : Divinités des Eaux.
Groupe : Solitaires.

Âge : 177 ans.

Messages : 4

Fiche de Personnage : Il y a quelque chose sous l'eau.

Histoire de Personnage : Commencée:
Rien pour le moment.

Achevée:
Rien pour le moment.

Abandonnés:
Rien pour le moment.

Il y a quelque chose sous l'eau. _
MessageSujet: Il y a quelque chose sous l'eau.   Il y a quelque chose sous l'eau. EmptyVen 7 Fév 2014 - 19:52




Il y a quelque chose sous l'eau. Poisso10


Nom : Aï-noh
Rang : Le Monstre du Marais.
Âge : 177 ans.
Sexe : Mâle

Race : Mi-Undine / Mi-Ungan (Démon commun)
Spoiler:
 

Classe : Naïade.
Spoiler:
 

Métier : Créature des marais effrayant la populace.
Croyances : Divinités des Eaux.
Groupe : Solitaires.

Équipement :
Presque rien. En réalité il s’habille et s’équipe avec ce qu’il peut trouver. Il a par exemple une épaulière métallique qu’il a retrouvée par hasard, ensevelie sous la boue, dans les marais. Il porte un pantalon court en cuir noir, déchiré jusqu’au milieu des cuisses, pour que ça ne gêne pas ses mouvements. Il porte aussi une sorte de kilt court, constitué de filets de pèches, d’étoles diverses et de décorations telles que des coquillages divers.
Il a pourtant quelques vêtements qu’il garde au cas où il devrait faire une longue route. Dans ces moments-là, il les humidifie pour que sa peau ne s’assèche pas.
Talents de combat physique :
Il se débrouille plutôt bien au corps à corps, de part son agilité. Il se bat autant à mains nues qu’avec une dague ou un objet contondants. Disons qu’il se bat avec les moyens du bord. Mais il ne maitrise aucune arme à distance, et encore moins des armes lourdes.

Talents de magie :
Il ne possède que des talents innés comme la maitrise de l’eau : pouvoir refroidir ou réchauffer un liquide, le modeler à sa guise, le cristalliser, etc, mais rien de bien extravagant, cela n’a qu’une utilité plutôt « ménagère » et seraient totalement inutiles en combat, sauf pour créer une diversion, à la limite.

Pouvoirs particuliers :
La télépathie : Les Undines et les Ungans ainsi que leurs ancêtres ont la possibilité de communiquer par télépathie pour la simple et bonne raison qu’il n’y a aucun autre moyen de communiquer sous l’eau. Ils possèdent tout de mêmes des cordes vocales mais ne s’en servent presque jamais, uniquement lorsqu’ils sont à la surface.
Aï-noh a dû apprendre à parler normalement (mais aussi parfaire sa connaissance du langage d'en haut, avant il parlait un dialecte de son peuple, et ils n'avaient que les bases de la langues humaine), et ne maitrise pas encore bien sa voix. Il lui arrive par exemple de bégayer en cas de stress ou d’agitation.
La vision « nocturne » : Réservée aux Ungans qui vivent dans les Abysses, il s’agit là d’une vision accrue dans l’obscurité, permettant ainsi de se déplacer plus aisément dans les fonds marins. Une deuxième paupière vient se placer sur l’œil, latéralement et permettra ainsi cette vue spéciale. Aï-noh a eu la chance d’en hériter de son côté Ungan.
Mutation aquatique : Une mutation pas vraiment indolore des jambes en longue et puissante queue de poisson. Si cela se fait instantanément, le corps ne pourra pourtant pas supporter deux mutations consécutives, celles-ci étant très douloureuses et éprouvante ; une période d’attente de plusieurs jours peut être nécessaire avant de pouvoir rebasculer de la queue aux jambes.

Apparence physique :
Aï-noh a puisé à la fois dans les gênes des Undines et dans les gênes des Ungans.
Des Undines il prit un joli visage et un corps d’apparence humaine ainsi que de jolies oreilles pointues. Il a également eu droit à la joli couleur à la fois argentée et nacrée de leurs écailles. Une posture droite qui fait la fierté de ce peuple, contrairement aux Ungans qui sont recourbés. Les beaux cheveux soyeux et délicats, d’un blanc perlé sont aussi un cadeau de ce peuple.
Des Ungans il prit ces yeux étranges, au fond noir et à l’iris d’un bleu phosphorescent, parfois effrayants. Ces rayures noires sur ses écailles, parcourues de petits points lumineux, rappelant ses origines abyssales. Le bout de ses oreilles noircies et surmontée d’écailles pointues. Et pour finir, des épines dorsales tranchantes longeant sa colonne vertébrale.

Caractère, personnalité :
Le caractère d’Aï-noh a beaucoup évolué au fil de son histoire :
Alors qu’il vivait une vie paisible parmi les Undines, c’était un garçon charmant, un peu trop timide même mais très gentil. Serviable aussi, toujours là pour aider quiconque aurait besoin de lui. On ne l’entendait pas beaucoup, et il restait à l’écart des autres jeunes, s’enfermant dans une sorte de bulle. Il savait qu’il n’était pas comme eux, et pourtant il les considérait comme sa famille.
Lorsqu’il fut chassé de chez lui, il se sentit plus déboussolé qu’autre chose, et sa timidité l’empêcha de se tourner vers les autres, s’enfermant encore d’avantage dans sa solitude.  Mais la peur se fit plus grande encore et il commença à se méfier de tout le monde. Mais si vous vous montrez sympathique, peut-être que l’homme qu’il était auparavant refera surface.

Histoire :
Aïnoh est né de mère inconnue. C’est ce qu’on lui a dit. On lui a raconté qu’il avait été trouvé sur le pas de la porte de la maison de ses parents adoptifs.
C’est faux. Sa mère n’avait rien d’une inconnue. Elle était même la plus belle et la plus aimable de tous les Undines du village. Mais elle avait fait l’erreur grossière de tomber amoureuse d’un Ungan, lui aussi gentil et serviable. Elle avait « fricoté » avec lui, et elle était tombée enceinte. Lorsqu’Aï-noh vint au monde, elle fut exécutée en place public ; on lui trancha la tête et on jeta son corps aux bêtes affamées des Grandes Eaux. Mais pour toute personne trahissant son peuple, l’Oubli est la plus grande des sanctions. On ne prononça plus jamais son nom, on ne fit plus jamais allusion à elle. Elle n’avait jamais existé.
Aï-noh, bien que différent, fut épargné. Après sa naissance, le couple chargé de l’élevé demanda l’avis des Luns-Dines, les Anciens. Ils décrétèrent que naître d’une mère traitresse ne faisait pas de lui un traitre, et qu’il pourrait donc rester parmi les Undines.
Il grandit donc parmis ses frères et ses sœurs adoptifs dans le plus grand bonheur. Il se savait différent, mais ça ne le dérangeait pas tant que ça. Et ce même si les commérages allaient bon train. Un véritable petit ange qui ne se souciait de rien. Son enfance fut des plus heureuses. Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. Alors qu’il avançait doucement vers l’âge adulte, en passe de devenir un homme, Aï-noh suivait souvent quelques amis casse-cous jusqu’à la surface. Ils s’amusaient à passer la tête hors de l’eau et à observer les alentours. Parfois ils s’éloignaient et guettaient l’arrivée de bateaux humains.
Mais ce jour là, tout bascula. Alors qu’ils étaient cachés sous l’eau, à regarder l’énorme embarcation voguer sur les flots, tranquillement installés sur un rocher, quelque chose tomba dans la mer. Quelque chose de vivant. Une petite humaine. Personne ne bougea pour aller la chercher, alors qu’elle se noyait. Il était interdit aux Undines d’entrer en contact avec les humains. Mais Aï-noh ne put se résoudre à la laisser mourir, il alla la chercher. Il la remonta à la surface et la déposa sur la partie émergée du rocher, avant de replonger. Et se fut le début de la fin. Ses « amis » le dénoncèrent aux Anciens, qui le firent arrêter. La sentence pour avoir sauver cette gamine était l’une des plus lourdes : Aï-noh allait être banni.
Mais être banni chez les Undines n’est pas aussi simple que ça. Remontant jusqu’à une baie non loin de là, ils le trainèrent jusque sur la plage et le marquèrent au fer rouge, sur la nuque, du symbole Aguun, le symbole de la Honte.  Ce n’était pas non plus un simple symbole comme on en voit dans certaines civilisation, noooon ; il empêche quiconque le portant de penser à tout ce qui pourrait avoir un lien avec son village, sa famille, sa race ou même son nom. Les Anciens lui posèrent les questions « Quel est ton nom ? D’où viens-tu ? Qui es-tu ? » durant deux longues semaines, nuit et jour. Aï-noh s’entêta à vouloir répondre, et à chaque fois que les mots approchaient du bout de ses lèvres, une décharge arqua son corps, lui laissant l’impression d’être broyé de l’intérieur. Il tomba inconscient plusieurs fois, son corps ne pouvant plus supporter une telle douleur. Et à chaque fois, on le réveilla. Le soleil brulait sa peau, l’asséchant, à tel point que de longs lambeaux d’écailles pendaient de ça et là de son corps, laissant la chair à vif. Par pitié on daigna lui lancer de l’eau dessus, parfois, afin qu’il n’en meurt pas.
Au bout de vingt jours de torture, les Anciens décidèrent qu’il était temps de le laisser seul, et partirent, l’abandonnant sur cette plage déserte. Ils lui firent bien comprendre que s’il osait revenir parmi eux, ils le tueraient pour de bon cette fois. Seul et abandonné, il alla se réfugier au fond d’une lagune le temps que ses plaies se cicatrisent. Pourtant, il n’arrivait toujours pas à oublier son passé, et la marque le tortura encore d’avantage. Il lui faudra du temps avant que son esprit n’intègre enfin un minimum de réflexe de survie et oublie son nom.
Les années passèrent, épuisantes et longues pour le pauvre Aï-noh dont les plaies physiques s’étaient depuis longtemps résorbées, mais dont le cœur restait écorché. Il éra pendant quelques temps en mer, pour se rabattre ensuite dans des fleuves, moins fréquentés par les créatures gigantesques et hostiles des fonds marins. Un jour il vit un petit garçon humain pêcher sur une rive. Il avait l’air morose, et agitait sa canne avec rage. Pourquoi ne pas l’aider ? Les humains ne l’ont pas banni après tout, eux. Il apporta alors au petit homme un magnifique brochet de plusieurs livres. Le garçonnet eut une réaction des plus exagérée. A peine fut-il sorti de l’eau qu’il s’enfuit, effrayé. Le pauvre démon resta là, avec son brochet. Il se dit que peut-être l’enfant allait chercher de quoi conserver la bestiole ? Mais il était caché dans les buissons et l’observait de loin. Il accrocha alors la prise à la canne à pêche avant de retourner à l’eau.
Mais le lendemain, il revit le petit humain scrutant l’eau, cherchant quelque chose. Ils se rencontrèrent alors, sympathisèrent et conclurent un marché : si le petit lui apprenait à parler, alors Aï-noh lui apporterait tous les jours du poisson. Cela dura une vingtaine d’années. Le petit était devenu un homme, et Aï-noh savait parler, lire et écrire. Il était le plus savant de tout son ex-peuple à présent. Et le petit homme devenu grand devait partir. Il vint dire au revoir à son ami des eaux. Pourtant, à peine fut-il parti que d’autres humains sortirent des buissons et l’attrapèrent dans des filets.
Il l’avait trahi.
Il fut vendu à un cirque itinérant et passe quelques autres années à amuser les humains dans son bocal de verre, attirant beaucoup de monde sur les places. Il se mit alors à détester les humains, tous autant qu’ils furent ; les gamins qui tapaient sur la vitre de sa cage de verre, les femmes qui le regardaient avec dégout, les hommes qui se riaient de lui. Il les détestait tous. Peu importe les enseignements de ses anciens qui interdisaient d’entrer en contact direct avec un humain, il était au dessus de ça. Alors, un jour, lorsque la rage qui grandissait en lui explosa, il tua ses geôliers uns à uns, les noyant dans son bocal. Il se traina jusqu’à un cours d’eau et naga comme il n’avait jamais nagé.
De nos jours, Aï-noh s’est réfugié dans les marais, aux alentours des Ruines d’Ascelnoth. Dans les environs, on dit qu’une créature hante les marais et dévore quiconque s’y aventure. Il n’est pas bon de brusquer une bête… la légende dit peut-être vrai ?


En ce qui vous concerne
A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ?
> Comme d’habitude : aussi souvent que possible !
Comment avez-vous découvert le forum ?
> Comme d’habitude : Je suis Aoi Haandar/Shaairo Shvaarn/Kaai’to Shion \o/
Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ?
> Comme d’habitude : C’cro bow *-*



Test-RP


Les marais étaient silencieux, comme à leur habitude.
Seul le souffle du vent, le murmure des eaux stagnantes et le gargouillis spongieux des plantes berçaient cette nuit sombre. Pourtant, faisant fi de ce silence presque sacré, des bruits de pas percèrent, heurtèrent cette indicible mélodie. D’horribles clapotements provenant sans nul doute de bottes de cuir profanant ce sanctuaire de solitude en posant le pied dans la vase putride. Splotch, splotch, splotch…

L’eau bougea.
Juste un peu, doucement.
Mais elle avait bougé.
Une main en sortit.
Aggrippa la botte fautive.
Et emporta son propriétaire au fond de l’eau noire.

Le silence était revenu. A présent, tout le monde pouvait reprendre sa non-activité et se reposer dans le silence de cette nuit noire. En fin de compte, de la visite de cet importun ne restait qu’une flaque rouge à la surface de l’eau à nouveau endormie.





Avis au staff:

P.S.: Je demande pour Aï-noh de pouvoir conserver uniquement son prénom.
Même si ce n'est pas une amnésie complète, il lui est impossible de penser ou de réfléchir à son nom. De plus, en RP, ça influera grandement sur sa personnalité, son caractère, ses émotions et ses réactions par rapport aux autres. Un nom de famille serait alors totalement inutile, futile.





Revenir en haut Aller en bas

Néro Elem

Administrateur | Doux Seigneur de l'Orage

________________

Néro Elem
________________


Race : Oracle, Faux parleur, Elfe
Classe : Artéfact vivant
Métier : Apprenti du Triumvir "Le Prophète"
Groupe : Les Mages de la Tour de Beolan

Messages : 1323

Fiche de Personnage : Ma Fiche


Il y a quelque chose sous l'eau. _
MessageSujet: Re: Il y a quelque chose sous l'eau.   Il y a quelque chose sous l'eau. EmptySam 22 Fév 2014 - 21:06

Bonjour, bonjour,
Je suis totalement désolée, je viens de remarquer que je ne t'avais pas encore validée. Razz

Alors, je comptais te faire la remarque du fait que la magie de l'eau et la magie d’envoûtement sont trop différentes mais je viens de me rendre compte qu'en réalité, ce n'est même pas de la maîtrise l'eau mais juste des modifications mineures de son état, inoffensives donc et pouvant être rangée au même titre que les capacités en arme non-expertes des classes magiciennes.
Bref tout ça pour dire, pas de problème de ce coté. ^^


Je te valide, n'oublie pas de modifier ton profil et attends une journée pour une seconde validation :
Il y a quelque chose sous l'eau. Valida27

Néro, Elem est venu ici...

Voilà, tu peux te jeter à l'eau ! ^^
Revenir en haut Aller en bas

Juin Belair

Pirate sans navire

________________

Juin Belair
________________


Race : Faux-parleur
Classe : Corsaire
Métier : Pirate bonimenteur
Croyances : Le Saint-Charles
Groupe : L'amicale de Roger l'Heureux

Âge : 32

Messages : 124

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage : Journal de bord

Il y a quelque chose sous l'eau. _
MessageSujet: Re: Il y a quelque chose sous l'eau.   Il y a quelque chose sous l'eau. EmptyDim 23 Fév 2014 - 21:31

Ploups et de nouveau bienvenue !

Je ne vais pas retarder l'échéance plus longtemps et te livre immédiatement ta deuxième validation :

Il y a quelque chose sous l'eau. 211

Tu connais la marche à suivre : ici pour ton rang et par là-bas *désigne une mare avec des canards* pour la suite du voyage Wink

Je te souhaite un très bon jeu avec ce nouveau personnage !! pirat
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Il y a quelque chose sous l'eau. _
MessageSujet: Re: Il y a quelque chose sous l'eau.   Il y a quelque chose sous l'eau. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a quelque chose sous l'eau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-