''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Meneldil Tristelune



________________

Meneldil Tristelune
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyJeu 21 Oct 2010 - 21:27

Suite à son aventure dans le Vein, Meneldil Tristelune le démon à l’âme de glace, avait décidé de revenir dans le monde du milieu. Il n’était pas homme à vouloir rester au même endroit trop longtemps, même lorsque celui ci s’avérait être son lieu de naissance. Ainsi, ayant repéré une faille, le guerrier lame noir c’était jeter dedans pour atterrir peut loin de la grande ville de Madorass, de ce fait l’albinos s’y était tout bonnement diriger, sans réfléchir d’avantage. Evidement, avant de franchir les portes, le grand démon abandonna sa terrible armure qui n’avait rien de discret pour revêtir des habits de voyages fort banale. Non pas qu’il craignait les humains, cependant le démon au visage de craie préférait passer inaperçu. Etrange qu’une personne aimant tellement l’isolement se dirige tout droit vers une ville, néanmoins il savait exactement ou il voulait aller : L’arène ! Cet endroit, même s’il se trouvait être bourré de monde, était intéressant. Les combats, l’odeur de sangs, de sueurs et de désespoirs, l’attirait comme un papillon vers une lueur. Gardant sur lui son épée, il cacha son attirail de guerrier dans un endroit ou il savait qu’il le retrouverait, gare à celui qui tenterait de le lui voler. Lorsqu’il passa les portes, personne ne fit attention à ce grand homme aux cheveux de neiges. Evidement, vêtu entièrement de noir, son visage cacher par une capuche, il ressemblait à n’importe quel voyageur venu de loin afin d’admirer les spectacles de l’arène.

Au début la foule dans les rues l’agressa quelques peut, l’on ne peut s’acclimater aussi facilement aux gens, quand on est le roi de l’insociabilité ; cachant encore plus son visage dans la capuche, Meneldil marchant droit devant, sans faire attention s’il bousculait des gens ou pas, ce qui entraîna certains coûts de colères de citadins. Fort heureusement ceux-ci ce calmèrent bien souvent, lorsque le démon se retournait vers eux, comment résister à un tel masque de pure folie ? La plupart n’étaient que des marchants et étaient facilement impressionnable. Les voix dans sa tête, amies immuables et désincarnées de Tristelune, éclatèrent en cris et en paroles sans aucuns sens. Le guerrier lame noir les écouta comme si elles existaient réellement, comme si elles lui fournissaient de précieux conseils, ce qui n’était aucunement le cas. Sachant parfaitement ou se trouvait l’arène, le démon ne se perdit à aucuns moment, suivant un groupes de fêtards qui semblaient aller dans la même direction que lui. Arriver tout prés, les cris ainsi que les odeurs se firent intenses, réveillant quelque peut le démon qui c’était presque endormi en marchant perdu dans ses pensées brouiller. Enfin, au bout de qui lui sembla être un temps interminable, Menel arriva à destination et fut tout à fait enchanté, un sourire dément apparut alors sur son visage si blanc. Il ne savait combien de temps il resterait ici, ou s’il allait participer à un combat, ce qui ne lui déplairait pas, tuer pour le plaisir étant son amusement favori. Encore fallait il trouver un bon adversaire ! Jamais encore le guerrier lame noir avait participé aux combats de l’arène, ce serrait donc une première pour lui si cela s’avérait être possible.


Dernière édition par Meneldil Tristelune le Dim 21 Nov 2010 - 19:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sam Loyd



________________

Sam Loyd
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Archer
Métier : Forgeron-cordelier de dépanage
Croyances : Déesse d'Equinoxe
Groupe : Rebelle

Âge : 22 ans

Messages : 14


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyMar 26 Oct 2010 - 11:56

Sam s'était levée aux aurores ce matin-là. La veille, elle avait été remarquée par un maître forgeron qui travaillait à l'arène. Un homme à qui on ne peut pas dire "non". Cela l'avait particulièrement énervé mais, le pain et le logis ne tombe pas du ciel. Et depuis qu'elle se trouvait dans cette ville la vie lui paraissait plus dure.

Après tout on lui demandait que des épées et des lances, ce n'est pas la mer à boire. Et cela lui permettrait de se faire un nom dans l'arène, de voir de beaux mecs torses nus et luisant de sueur. Manque de pot la sueur était là mais, l'odeur aussi ainsi que celle du sang et de l'urine, des plus trouillards. Une vraie infection !

Enfin de matinée lorsque les douze coups sonnèrent et que le rythme s'était largement calmé, un marchand d'esclaves lui demanda un service. L'estomac dans les talons elle accepta et se mit au travail pendant que l'autre partait manger. Une simple paires de chaîne et quelques fers, rien de bien sorcier.

Le plus ironique dans l'histoire c'est qu'au moment de la remercier, le marchant lui payât que la moitié de la somme convenue, en prétextant que le reste lui avait servi à payer son repas. Et pour finir il la remercia de ce geste en rigolant. Très énervée et morte de faim elle l'assomma, en lui cognant la tête contre la roue de sa cage à esclaves et l'enferma dedans. A voir leur état il n'était pas très difficile d'imager la fin de cet homme.

L'après-midi se fut les casques et les armures à réparer, des trous ou des lanières qui cassent.... Le boulot ne manquait pas. Alors qu'elle sortait chercher de l'eau au puits, elle percuta un homme étrange. Un air de voyageur venu de loin avec la posture d'un noble. Quel étrange bonhomme !

"Oh pardon !"

Revenue à son établie elle recroisait l'inconnu.

"Tiens ? Alors, vous venez combattre ? Je vous répare quoi ? Une épée ? Un casque ? Une armure ?"

Sam était vraiment très intriguée par cet individu.

[Pardon pour le retard j'ai eut un problème d'ordinateur !]
Revenir en haut Aller en bas

Meneldil Tristelune



________________

Meneldil Tristelune
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyJeu 28 Oct 2010 - 23:42

Alors qu’il marchait tranquillement dans la rue, Meneldil fut percuté par une jeune femme. Il n’y prêta guère attention seulement, lorsqu’il la croisa une deuxième fois, le démon fut bien obliger de l’observer. Celle-ci lui demanda s’il voulait participer à un combat, pourquoi pas mais ce n’était certainement pas elle son adversaire. Quoiqu’il puisse très bien se tromper et se rendre compte que l’humaine était à sa taille. Bon, pour le moment le guerrier lame noire ne faisait que déambuler, l’idée d’un combat lui donnait envie c’est sur, cependant il y avait encore le temps avant le soir, n’est ce pas ? En tout cas, la jeune femme avait posé une question et l’albinos se sentait obliger de lui répondre. Tristelune aurait bien pensé à passer son chemin ou simplement l’écorcher sur place néanmoins il ne se voyait pas faire ça en plaine ville ; trop de risque de se faire pourchasser par la garde et le démon était loin d’être invincible (malheureusement). Rejetant sa capuche en arrière, relevant ainsi son visage d’une blancheur de craie, l’illuminé répondit :

« Je me battrais bien oui »

Se racla la gorge puis ajouta :

« Faut que je me trouve un adversaire ... »

Puis il se rendit compte que la jeune femme lui avait proposer diverses choses : casques, armures, épées. Malheureusement pour elle, le démon n’en avait nullement besoin ! En fait il ne c’était arrêter devant son établi que parce qu’il ... Il n’en savait rien en fait ! Parfois Meneldil avait de pur moment d’absence et se retrouvait à des endroits sans trop savoir comment. Bien mais apparemment l’humaine était en mesure de créer des armes, peut être que pour cette fois il pouvait combattre avec autre chose que sa maléfique épée. Le démon se voyait bien avec une lance. Empaler des petits humains au bout d’une lance serrait une réjouissante activité ! Ainsi l’albinos se décida :

« Tu pourrais me forger une lance ? »

Tristelune espérait ne c’être tromper, que la femme était bien capable de fabriquer des armes. Sinon, le démon risquait fortement de se mettre en colère ! Le guerrier lame noire était bien du genre à s’énerver à la moindres petites étincelles, cela résultant de son mental déficient. Fouillant dans ses poches, se rappelant en avoir mis là, Meneldil chercha des pièces d’or. Il en gardait constamment sur lui au cas ou, même si la plupart du temps le démon évitait le plus possible le monde civilisé. Les trouvant enfin, il tendit alors sa main vers la jeune femme, main tout aussi blanche que son visage et cheveux. Dans le creux de sa paume, l’on pouvait voir alors quelques pièces d’ors, d’argents et bien entendu de bronze. Le guerrier grommela :

« Ça suffira ? »

Autour d’eux, les passants continuaient à marcher sans vraiment faire attention au démon ou à l’humaine. Evidement dans ce genre de ville l'on avait l'habitude de voir toutes sortes d'étrangers et créatures non humaines. Du moins dans cette partie de la ville et puis personnes ne voulaient se mélés d'affaire qui ne les concernaient pas, afin de ne pas s'attiré d'ennuies. C'était une question de bon sens et ce n'était pas totalement idiot finalement. Au loin des cris se fiirent entendre, une bagare sûrement, le démon lui n'en fut aucunement perturber, tout concentré qu'il était sur la jeune femme et ce qu'il venait de lui donner. N'y connaissant vraimenr rien, il se demanda s'il en fallait plus ou moins, à comme c'était compliquer la vie dans les zones habitées !
Revenir en haut Aller en bas

Sam Loyd



________________

Sam Loyd
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Archer
Métier : Forgeron-cordelier de dépanage
Croyances : Déesse d'Equinoxe
Groupe : Rebelle

Âge : 22 ans

Messages : 14


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyDim 7 Nov 2010 - 18:48

Ce qui frappa Sam s'était le sourire, qui a présent, illuminait le visage de l'inconnu. Un sourire démoniaque !
La voix de ce qui rapprochait d'un homme la fit revenir à la réalitée :

Oui je viens pour combattre !

Elle supposa que s'était surtout pour tuer.

Il faut que je trouve un adversaire...

Un adversaire ! Mais vous êtes au royaume des adversaires volontaires désignés ! En désignant un du doigt un homme. Vous voyez cette crapule là-bas et bien donnez-lui 2 pièces et il vous trouve un adversaire !

Tout en parlant elle finissait un casque, la matinée avait été lourde en crânes pulvérisés et les casques manquaient.

Tu pourrais me forger une lance ?

Une lance et de une !

A peine avait elle finit sa phrase qu'elle choisissait le métaux qui lui servirait. Quand elle se retourna le démon lui tendait une main avec des pièces

Ca suffira ?

Comprenant que l'individu n'était pas très sûr de lui, elle accepta avec un grand sourire.

Merci beaucoup mon seigneur ! Votre lance sera prête dans...Disons 1h ?!

Elle vit que l'homme tournait des talons et se noyer dans la populas du marché aux esclaves.

[Je suis plus que désolée mais ma wifi me pose de gros problèmes !]
Revenir en haut Aller en bas

Meneldil Tristelune



________________

Meneldil Tristelune
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyDim 7 Nov 2010 - 19:45

Bon il devait s’occuper pendant une heure avant de pouvoir retourner voir la dame forgeron. Heureusement qu’il ne c’était tromper sinon ça aurait fini mal, mais bon pour une fois il ne c’était comporter comme une bête sauvage, ce qui changeait un peut. Se noyant avec un peut d’appréhension dans la foule, le démon repéra l’homme que la jeune femme lui avait désigner, ainsi il pourrait trouver un combattant pour lui ? S’approchant du grand gars, l’albinos n’y alla pas par quatre chemin : Il avait envie d’un bon adversaire, quelqu’un d’assez solide pour le défier, quelqu’un d’assez fou afin d’oser affronter un être démoniaque. Evidement, Meneldil n’oublia pas de refiler des pièces à la crapule qui, souriant de toutes ses dents, accepta de chercher. Bon mais désormais que faire ? Il ne connaissait les rudiments de la vie sociale d’une ville et se sentait plutôt mal à l’aise à l’idée d’aller boire un verre dans une taverne, trop de monde confiner dans la même pièce. Cela mettrait bien trop ses nerfs à l’épreuves or, le guerrier lame noire n’avait aucune envie de peter un plomb. Certes, ça pourrait être fort amuser que de faire couler le sang en abondance ou encore faire voler les tripailles. Cependant trop d’ennemis lui tomberaient dessus à la fois et il ne portait plus son armure, d’ailleurs il la regretta.

Bref, il décida tout bonnement de revenir chez la forgeron, histoire d’observer la façon dont elle allait forger son arme.D’habitude Tristelune n’était vraiment pas du genre curieux, néanmoins il ne voyait vraiment pas quoi faire d’autre. Une petite voix dans sa tête lui murmura que ce serrait pas mal également de faire la conversation, grands dieux étaient ce si indispensable ? Revenu donc à son point de départ, le démon albinos plongeant son regard rouge dans la forge de la jeune humaine. Il se contenta pendant un petit moment d’être là sans rien dire, son visage n’exprimant rien d’autre qu’une profonde rêverie, jusqu’à ce qu’il en soit tiré par l’homme qui l’avait aborder. Celui-ci était accompagné d’un grand gaillard, qui devait mesurer dans les 1m90, tout en muscle. Oh, l’intelligence ne brillait pas forcément dans ses yeux, seulement il paraissait fort. Meleldil hocha la tête en signe positif, oui cet homme là ferrait un bon adversaire, il le combattrait donc dans la journée. De ce fait les deux humains repartirent, laissant le démon à nouveau seul avec la femme forgeron. Ne sachant trop quoi dire ou faire, il marmonna :

« Vous avez déjà combattu dans l’arène ? »

Ah oui, comme c’était dure de ce monter sociable, mais n’était il pas obliger ? Dans d’autres circonstances, le guerrier lame noir n’aurait pas réfléchi et l’aurait tuer sur place. Néanmoins il ne se trouvait pas dans une contrée sauvage loin de tout, ce qui était fort dommage finalement. En tout cas, elle semblait bien s’y connaître en ce qui concernait la fabrication des armes, Tristelune trouvait même que ça ressemblait à de l’art (bien que sa conception de la beauté artistique soit faible). Lui par exemple ne savait pas faire grande chose de ses dix doigts, à part bien sur manier sa lourde lame noire. Mais dans une ville ce n’était pas un talent très utile, à moins de vouloir travailler dans la garde. Ce qui n’était pas du tout son cas, heureusement non ? Personne ne voudrait d’un garde instable, ayant l’envie constante de sauter à la gorge de n’importe qui, n’est ce pas ? Soudainement l’idée que cette jeune femme puisse faire un adversaire lui traversa l’esprit, ne serrait ce pas une bonne idée ?
Revenir en haut Aller en bas

Sam Loyd



________________

Sam Loyd
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Archer
Métier : Forgeron-cordelier de dépanage
Croyances : Déesse d'Equinoxe
Groupe : Rebelle

Âge : 22 ans

Messages : 14


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyMer 10 Nov 2010 - 15:20

Sam choisit une barre de fer, avant de la mettre dans le feu et les cendres, elle réanima la flamme. Elle trempa la lame une première fois dans un seau d'eau, seulement cela ne suffisais pas, elle dût recommencer trois ou quatre fois. Après l'avoir passer dans le seau, elle frotta l'acier avec du sable.

Elle jettait un regard discret vers l'inconnu, il était en pleine conversation avec le bougre qui lui présentait son adversaire, un grand type environ 1m90 et tout en muscle, cette vision donna la chair d'ampoule à Sam.

Alors qu'elle commençait à frapper son fer blanc, le démon se rapprocha et engagea pudiquement la conversation.

Vous avez déjà combattu dans l'arène ?

Moi ?...Oui une ou deux fois mais je...Je ne pense pas être à la hauteur.

Son visage se ferma d'un coup, de mauvais souvenirs lui revinrent en pleine face, cela ne fit que rouvrir ses blessures au coeur.

Elle remettait la lame dans le feu, souffla sur les cendres. De grosses gouttes coulaient dans ses yeux et lui piquaient ses lèvres sèches.

Au bout d'une demi-heure le fer était fini de travailler il fallait choisir le pommeau. Elle jettait un regard à la lame noire et pris sa main.

Et vous ?

Elle sortie ensuite un petit bâton cylindrique et mesura sa main. A la réaction de son interlocuteur elle devina que personne ne lui adresser d'attention. Elle se retourna et choisit un pommeau massif, certes pas très beau mais, très solide.

Une heure plus tard larme fut prête à être utilisé. Elle s'attendait à ce que le démon s'en ailles directement larme en mains pour trancher de la chair mais, se fut le contraire il resta placide face à elle.
Revenir en haut Aller en bas

Meneldil Tristelune



________________

Meneldil Tristelune
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyMar 16 Nov 2010 - 3:04

Il avait une lance désormais, la jeune femme forgeron venait de faire un très bon travail ! Que faire que dire ? N’étant pas vraiment douer dans les relations civilisées, le démon resta là sur place tout placide puis s’éloigna sans rien dire. Meneldil pouvait maintenant aller combattre avec plaisir, restait seulement à trouver les arènes. Cela ne serrait bien difficile, elles devaient constitués un édifice assez grand. Autour du démon la foule se pressait également vers le lieu des sanglants spectacles, sûrement que des paris se tramait déjà. Le guerrier lame noire ne se sentait pas particulièrement stresser par cette rencontre qu’il allait faire. Ce ne serrait qu’un adversaire de plus et déjà les arènes se firent voir dans toutes leurs splendeurs ! Il n’y avait donc pas le temps de réfléchir, il fallait juste foncer droit devant en guerrier conquérant. Tristelune n’était pas sur de gagner, il pouvait se faire tuer ou gravement blesser. Mais cela n’avait aucunes importances, ses voix dans sa tête semblaient contentes du massacre à venir. Perdu dans ses pensées, le guerrier lame noire entra dans l’antre des fabuleux combats sanglants. Bien vite il fut au centre de la scène, autour de lui une foule hurlante, prête à voir des tripes volées en tout les sens. Pour la première fois de sa vie, le démon albinos se senti exalter par cette foule qui semblait former qu’un seul être vivant. Créature aux milles visages à la fois effrayante et captivante. Cependant de n’était guère le moment de s’y perdre car, son adversaire fit, à son tour, son entrée. A l’instar de Meneldil, l’humain n’était protégé d’aucune armure, rendant le combat bien plus intéressant. Ainsi, ils ne pouvaient compter que sur leurs forces respectives et non sur d’inutile protections. Evidement, le démon avait laissé son épée, ne gardant que sa lance. Son adversaire avait visiblement préféré une masse d’arme en bois ornée de piques de métal ; pas une mauvaise arme, c’était quelque chose qui pouvait faire très mal.

Les hostilités commencèrent lorsque l’humain s’approcha dangereusement du démon. Celui-ci pouvait aisément planter sa lance dans le ventre du grand jeune homme mais le combat en serrait vite fini et ce n’était pas ce que cherchait Tristelune. Ainsi, évitant de justesse un coup du terrible bâton, le guerrier tenta-t-il de casser les côtes de son adversaire avec le bout de sa lance opposée à la lame. Il rate le coup de peut, n’arrivant qu’à faire une égratignure et se reçu la masse sur l’épaule qui déclancha une vive douleur irradiant tout son bras. Cependant, au grand malheur de l’humain, l’albinos de poussa aucuns cris de douleurs, normal car il ne desserrait pas les dents. Le combat dura un long moment, les deux combattants offrant un spectacle particulièrement sanglant à la foule en délire. Néanmoins, Meneldil en arriva à un stade ou il ne se rendait même plus compte de ce qui l’entourait, usant de ses forces pour ne pas se faire réduire le crâne en bouillie. L’humain était lui aussi dans un état lamentable, blessé de partout, finalement personne n’était en mesure de dire avec certitude qui allait gagner. Encore un coup, atteignant le ventre de l’être démoniaque ; il était tout même amusant de voir que les multiples blessures donnaient des couleurs à sa peau de craie. En effet, son visage était violacé, ses cheveux rouges du sang versé et il ne valait mieux pas parler du reste de son corps. La vue brouiller par les gouttes de sueurs, son corps transformer en une plaie géante ainsi que sa raison prête à défaillir, le guerrier lame noire finie par achever son adversaire ! La lame de sa lance allant se planter dans la gorge, en un bruit écoeurant, dans la gorge de l’humain. Le combat était enfin terminé, Meneldil Tristelune le démon albinos, ressentait alors une sensation de flottement le prendre tout entier. Il parti de la scène sans trop savoir ou aller, récupéra sa lance ainsi que son épée tout en ayant l’impression d’être dans un songe. Il revint chez la femme forgeron. Souriant d’un air carnassier, le guerrier déclara :

« C’est une sacrée bonne lance que vous m’avez forgé là ! »

Puis il sombra dans l’inconscience ...
Revenir en haut Aller en bas

Sam Loyd



________________

Sam Loyd
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Archer
Métier : Forgeron-cordelier de dépanage
Croyances : Déesse d'Equinoxe
Groupe : Rebelle

Âge : 22 ans

Messages : 14


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptySam 20 Nov 2010 - 20:08

Sam détourna sonne regard de son interlocuteur, elle ne souhaitait pas croiser son regard. Trop de souvenir, trop de blessures, trop de larmes et de colère ! Elle sentie que le démon la fixa pendant un moment puis cette présence s'éloigna pour se noyer dans la foule. Quand elle releva les yeux elle ne pût que distinguer le dos de la silhouette et la longue cape noire. Elle n'eut pas le temps de souffler qu'un jeune garçon d'une dizaine d'années vînt au nom de son maître, avec lui, une lourde épée brisée.

"Aller au boulot ! Dit à ton maître que son épée sera prête dans 30 minutes. Tiens prends ses pièces et va te balader !"

"Oh ! Merci madame !"

Cela a peut-être été la pire demie heure que Sam est passé, rien à faire chaque fracas de lames, chaque cries de douleurs, chaque hurlement de la foule était amplifiée, tous ses sens étaient en alerte. Chaque personne qui sortaient de l'arène elle les dévisageait, sur de voir la mort.

Au bout d'un moment et après avoir rendu l'épée reforgée, elle ne pût s'empêcher de fermer son atelier pour se rendre à l'arène. Une fois là-bas une foule monstre, les gens se poussaient pour voir les gladiateurs centre- tuer. Elle réussit à se faire un chemin, à ce moment-là Meneldil de se prendre un coup violent dans l'estomac, d'aussi loin son adversaire paraissait beaucoup plus fort mais, elle percevait une grande ressource en Meneldil. Elle regarda bouche bée le sang giclé, les os craqués. Quand elle en a eu pour son dégoût personnelle elle retourna vers son étale, dans un moment de faiblesse elle s'arrêta dans un coin pour vomir son déjeuné et repartie.

Alors qu'elle planchait sûr qu'elle acier elle prendrait pour une dague une voix familière vint lui chatouiller l'oreille et là, en face d'elle, un sourire carnassier:

"C'est une sacrée bonne lame que vous m'avez forgez là !"

Puis il sombra, là dans la poussière, les plaies ouvertes et tachant le sol de sang. Sam se précipita en hurlant de l'aider, un des esclaves qu'elle avait aidés se souviens d'elle et lui apporta un sceau d'eau puis il partis appelé ses camarades. A dix ils l'amenèrent dans une grange qu'un des logeurs de Sam lui avaient prêté. Elle fit venir un médecin qui examina les blessures fit des points et repartie avec son dût. Les esclaves restèrent avec Meneldil pendant que Sam retourna travailler.
Tard dans la nuit ou tôt dans la matinée Sam retourna dans la grange et s'endormit comme une masse.

[désolée !]
Revenir en haut Aller en bas

Meneldil Tristelune



________________

Meneldil Tristelune
________________


Race : Démon Commun
Classe : Lame noire
Métier : Aucun
Croyances : Athée
Groupe : Démoniaque

Âge : 100 ans

Messages : 52


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyDim 21 Nov 2010 - 19:26

Meneldil se réveille le lendemain matin, tel une délicate fleur de printemps, à l’intérieur d’une grange. En fait il ne ressembla pas tout à fait à une jolie fleur mais bien plus à une sorte d’ours enragée, particulièrement de mauvaise humeur. Le démon n’aimait pas ne pas savoir ou il se trouvait, ne pas savoir ce qui lui était exactement arriver et comment il en était arriver là. Cependant il tenta de garder son calme car, se défouler sur les jeunes gens se trouvant avec lui ne servirait à rien. Il se releva alors, son corps lui rappelant douloureusement que hier il c’était amuser à jouer les gladiateurs. Par tous les démons du Vein, il c’était évanoui à cause de ça non ? C’était tout à fait possible et cette constatation lui fit échapper un léger rire, sans blague il avait tuer cet humain or celui ci avait tout de même réussi à lui faire perdre connaissance. Bon, ce n’était pas bien grave et désormais le démon albinos ne ressentait que l’envie de partir de cette ville de dingue, retrouver des zones bien plus saines. Enfin saine de son point de vus, les lieux les plus délirants de son monde d’origine lui paraîtraient bien plus sains que la ville humaine.

De ce fait, Tristelune se mit en marche, récupérant au passage son épée mais laissant la lance, elle ferait désormais le bonheur de quelqu’un d’autre. De toute façon il n’avait pas besoin de deux armes qui, l’encombrerait plus qu’autre chose. Cela ne lui mit que peut de temps avant de sortir enfin du quartier de l’arène puis carrément de la grande citée. Marcher alors que son corps le faisait atrocement souffrir n’était pas simple, quelqu’un de plus réfléchi se serait poser afin de se reposer seulement, le guerrier lame noire n’était pas connu pour être une personne logique en toute circonstance. Quel grand plaisir ce fut lorsqu’il remit sa lourde armure faite de pique, il se sentait moins mis à nu, moins vulnérable et bien plus redoutable. Manquait plus maintenant que de trouver une faille, ce qui ne serrait pas difficile n’est ce pas ? Une faille pour aller n’importe ou, enfin tous mais pas le monde d’en haut, domage domage hein. En même temps les anges eux même ne pouvaient posé pied sur le sol sacré des démons, encore heureux pour eux car, ils ne ferraient long feu.

Se sentant enhardi, le démon parcouru le tour de la ville afin de trouver une porte de sortie, a moins qu’il ne reste en ce monde et hante les zones sauvages. Il s’y trouvait des endroits pas mal, surtout du coté des montagnes. Prenant donc la décision de rester encore un petit moment dans les terres de Feleth, Meneldil s’éloigna peut à peut de la ville ou un humain assez fou pour l’avoir affronter devait reposer au fond d’une tombe. Une petite voix dans sa tête lui indiqua qu’il n’était aller dire adieu à la jeune femme forgeron, tant pis, de toute façon il n’avait qu’un client de plus pour elle finalement. Ils ne se reverraient certainement jamais, quoique la vie parfois réservait de curieuses surprises.


[HJ : Post clos pour moi]
Revenir en haut Aller en bas

Sam Loyd



________________

Sam Loyd
________________


Race : Demi-Elfe
Classe : Archer
Métier : Forgeron-cordelier de dépanage
Croyances : Déesse d'Equinoxe
Groupe : Rebelle

Âge : 22 ans

Messages : 14


Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] EmptyDim 21 Nov 2010 - 19:50

[Hj finit galement pour moi ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] _
MessageSujet: Re: Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]   Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Des cris, du sang, des humains et un démon [PV Sam Loyd][Post clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Arène et marché aux esclaves-