''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptySam 18 Juin 2011 - 15:45



Pour une vie
meilleure



« Un forgeron ça peut être très utile ! Mais vaut mieux réfléchir à deux fois avant de demander de l’aide à une forgeronne suceuse de sang et de mauvaise volonté… »


Il faisait froid… J’avais faim aussi. Cela faisait bien trois jours que je n’avais à moitié rien mangé, hormis peut-être un simple morceau de pain et bu un peu d’eau. Ce régime là, je l’avais commencé il y déjà deux semaines. Régime forcé s’entend : mon ancien maitre m’avait revendu à un marchand d’esclaves et j’étais de nouveau « sur le marché » comme ils disent. Au début, j’étais peut-être mince et avec une fine musculature. Là j’étais plutôt maigre voire squelettique. Rapide me direz vous ? Oui. Trop même. La cage dans laquelle je logeais, je la partageais avec six autres esclaves, toutes races confondues : des humains, des elfes, des anges même ! Le soir, le marchand recouvrait les cages d’épaisses fourrures pour que nous n’ayons pas trop froid. Pas qu’il s’inquiétait pour nous mais il ne tenait pas à perdre sa marchandise si il se mettait à neiger ou autre chose.

Plusieurs clients m’avaient déjà observé et avaient fait un prix. Mais le marchand avait refusé, décrétant que je valais bien plus que ça. Comment se passe la vente d’un esclave ? Exactement comme la vente d’un cheval ou d’un quelconque animal de bétail ; on vous tripote dans tous les sens histoire de voir si tout est correctement à sa place, on regarde vos dents, la manière dont vous marcher, si vous êtes malades, etc. Je déteste ça. Alors j’ai tout simplement décidé de m’en aller pour de bon.

Voilà plusieurs nuits déjà que je prépare ce coup là : J’avais réussi à attraper un fil de la brosse en fil de fer que le commerçant utilisait pour récurer le fond des cages, il avait du tomber de la brosse. Il était assez épais pour passer dans la serrure. J’avais déjà crocheté des serrures auparavant mais celle-ci semblait particulièrement difficile. Alors, discrètement, quand tout le monde dormait, j’essayais d’ouvrir le cadenas. J’avais déjà essayé de voir comme faire avec mes fer mais le système était beaucoup trop fin pour pouvoir les ouvrir, il m’aurait fallu la clé originale. Alors je verrais pour ça en sortant. Il parait qu’il y a plusieurs forgerons prêts des arènes, peut-être m’aideraient-ils ? Même si les gens du Royaumes sont louches, si je leur dis que je suis des leurs, avec un peu d’espoir, ils se montreront compréhensifs ?

En tout les cas, ce soir était le bon, j’en étais certain. Alors que le marchands venait à nouveau recouvrir la cage, je faisais semblant de dormir, alors que les autres dormaient sûrement déjà. Quand il fut totalement parti, je m’emparais de mon crochet et tentais d’ouvrir le cadenas. J’entendis plusieurs petits « clic » et priais pour que ce soit bon. Mais j’entendis des bruits de pas dehors. Figé, j’attendais avec angoisse que cet inconnu parte le plus vite possible. Quand il fut assez éloigné, j’essayais de déverrouiller le dernier loquet. J’y passais plusieurs minutes quand j’entendis enfin un « clic ». J’écarquillais les yeux. J’y étais arrivé ? Vraiment ? Sans attendre et sans faire de bruit, je me glissais à l’extérieur de cette prison, tenant mes chaines afin qu’elles ne fassent pas trop de bruit. Comme une ombre, je me remontais le quartier commerçant de l’arène, afin de pouvoir me trouver un forgeron qui pourrait peut-être m’aider à me débarrasser de ces menottes encombrantes et peu discrètes.

Je remarquais une forge où la porte était ouverte. J’entrais à l’intérieur. Pour seule lumière, il n’y avait qu’une bougie. On avait sans doute oublié de l’éteindre… Je me mis alors en quête d’un marteau ou d’une pince quelconque avec laquelle je pourrais briser mes entraves. Mais bientôt, un grognement a peine audible parvint à mes oreilles. Il y avait quelqu'un? Je ravalais ma salive, la gorge serré, et bredouillais:

- .. I... Il y a quelqu'un...?


Dernière édition par Aoi Haandar le Mer 3 Aoû 2011 - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Karin Yzomel



________________

Karin Yzomel
________________


Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Forgeron
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 21

Messages : 6


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: Re: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptySam 18 Juin 2011 - 17:25

« Il n'y a pas meilleure cachette que celle qui se trouve devant le nez de celui qui vous cherche »

Karin avait été très surprise en apprenant que son maître, vampire lui aussi, tenait son échoppe au beau milieu de la capitale. Il lui affirmait qu'on ne le trouverait jamais ici, juste qu'on le trouverait étrange à ne sortir que la nuit ou que pendant les jours ou l'orage frappait de ses foudres la région. Cependant il avait un alibi, la journée, il travaillait à sa forge. C'était un rythme difficile à tenir... Si l'on est humain. Les deux vampires assuraient cette tâche avec une assez grande facilité, le plus dur, dans cet art, c'est d'aller chercher les composants à la fabrication des différents objets, et aussi les composants à leurs enchantements. C'était d'ailleurs les plus difficiles à trouver. Il fallait souvent faire bien du chemin. C'était pour cela que Karin et son maître se trouvait plus souvent sur les routes que dans l'atelier.

Elle avançait d'un air nonchalant, non contente de revenir sur des lieux qu'elle ne connaissait que trop bien. Elle était partie le jour d'avant, afin d'aller chercher quelques matériaux, qui lui serviront sans doute plus tard. Le métal allait arriver dans son atelier, il fallait qu'elle reçoive les porteurs.
Elle avait commandé beaucoup de matières première, elle avait beaucoup de demandes ces temps-ci. Que se soit pour des armes, des chaînes, des armures... Elle avait l'impression qu'elle ne faisait que ça, travailler, travailler, tout le temps. Prendre l'air frais d'une soirée qui ne commençait à peine lui faisait le plus grand bien. Surtout, que le temps était splendide. Nuages noirs, éclairs à l'horizon. On ne pouvait demander mieux, à part ces grognements, qui sortaient de son ventre. Elle avait faim. Il est vrai qu'elle s'était privé de sang humain depuis deux jours. C'est atroce à tenir, vous savez? C'est comme si vous étiez privé d'eau, et que vous vous trouviez en plein désert, alors que votre corps se désèche. Le moindre petit humain aurait fait l'affaire. Il est vrai que marcher sur les routes non principales n'aidait pas à la rencontre d'un repas sur pattes. Elle décida donc de rejoindre son lieu de travail par la route commerçante. Bien que le temps était noir, et que la nuit allait étendre son manteau sur l'environnement, il devait bien avoir quelques humains qui croquent sous la dents?

Effectivement, un homme était sur la route, et titubait, dans un état végétatif. Proie facile.

« Oooooh ma bonne dame...Hips. Vous vous êtes perdue? »
Il commença à rire d'un rire bourru, et chancela. Karin s'approcha, et planta ses crocs dans son cou, elle les retira d'ailleurs bien rapidement.
- … Ton sang, il a trop le goût d'alcool, abruti d'humain, et ceci est impropre à la consommation... »

Alors que le pauvre homme tenait son cou, plein de sang, Karin dégaina sa lame, et le planta le plus simplement du monde dans son cœur, en le retournant, puis le sortant de sa poitrine. L'homme s'effondra, mort. Elle planta sa lame dans l'herbe, pour la nettoyer. Habituellement, elle léchait même jusqu'au sang qu'il y avait sur la lame... mais celui-ci était trop pollué. Boire une choppe d'alcool fort aurait eu le même effet. Il fallait maintenant se débarrasser du corps. Elle le balança, non sans peine, dans un précipice, un peu plus loin. On pourrait penser qu'il fut attaqué par des loups. Bref. Elle reprit son chemin, sans pourtant croiser qui que se soit.

Elle arrivait devant son atelier, avec toujours la faim au ventre. Elle s'exaspéra de la porte, qui était ENCORE une fois ouverte. Elle avait une de ses manies de la laisser ouverte, c'était presque pitoyable. Un jour elle se fera dérober tout ce qu'elle a. D'ailleurs, elle sentait une présence, chez elle. Un humain, d'après l'odeur de son sang...Très bonne odeur d'ailleurs. Sa voix retentit dans la pièce sombre.

- Il...Il y a quelqu'un...?

Effectivement. Il avait du entendre Koya... Elle riait intérieurement. Koya était un tigre spécial, d'une couleur noire, appartenant au maître de l'arène, qui lui avait confiée le temps d'une lune. Large sourire sur le visage, l'enfant, car c'était UNE enfant ( xD ) qui était entré, sans la permission de qui que se soit pour entrer. Elle avait de la chance, cette petite, Karin ne boit le sang que d'homme. Pas que son courroux en soit moindre pour cette petite chose, qui ne l'avait pas encore vue, sur le pas de la porte. Elle était maintenant encerclée par un tigre, et un vampire. Sa réaction l'amusera sûrement, quand la petite fera volte face, pour s'échapper, et se cognera contre la jeune vampire. Karin reste pour l'instant qu'une spectatrice de la scène, totalement passive. Elle sait très bien que Koya ne fera pas le moindre mal à la petite. Le maître de l'arène lui avait donné justement car il ne se battait pas, trop peureux, surement, mais usait de ses crocs et griffes pour intimider l'adversaire, pour ne pas qu'il s'approche. Avoir un tigre de trois-cents livres devant soi n'était jamais plaisant, c'est féroce, un tigre...
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: Re: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptySam 18 Juin 2011 - 18:03

"Sauve qui peut ! ... Ou pas?"



Je grommelais, ne trouvant pas de marteau. Un grognement se fit entendre alors. Je me retournais mais, ne voyant rien, continuais mes recherches. Alors qu'un deuxième grognement se fit entendre, je demandais si quelqu'un était sur les lieux. Aucune réponse.

Je fixais dans l'obscurité mais ne distinguais rien de particulier. Mes yeux s'étaient peu à peu habitués à l'obscurité de la pièce et je distinguais différents éléments sur l'établi. Je m'y précipitais mais une énorme ombre noire vint se poster devant moi avant de rugir. Pétrifié, je fixais le félin. C'était quoi ça?! Un lion? Une panthère? Un tigre? Aucune idée mais ça a des crocs, des griffes et ça n'a pas l'air de bonne humeur: ça me suffit largement pour m'enfuir en toute hâte.

Paniqué, je me dirigeais vers la porte d'entrée (servant également de porte de sortie, comme n'importe quelle porte non?) mais me stoppais net en voyant la silhouette postée dans l'encadrement de la porte.


- ... C'est votre forge...?


L'ombre ne dit rien et je regardais autour, guettant les réaction du tigre. Mais il semblais enchainé... La silhouette inconnue s'avança et je pus enfin distinguer l'étranger qui était en fait une étrangère. Je ravalais ma salive, mal à l'aise, étant l'intrus dans cette histoire.

- ... Je... Je cherchais juste un marteau ou quelque chose dans euh.. dans ce genre pour pouvoir me débarasser de euh...

Je commençais à avoir froid. Après tout, j'étais torse nu. Et puis si c'était une femme elle ne devait pas être très méchante, hein? Avec un peu de chance elle m'offrirait à boire et à manger !

- Pourriez vous... m'aider à briser mes fers?


Je lui tendais mes poignets enchainés. Le bruit des chaines s'entrechoquant fit fuir le tigre qui alla se cacher dans un coin de la pièce. Je fronçais les sourcils. Il était étrange cet animal...
Revenir en haut Aller en bas

Karin Yzomel



________________

Karin Yzomel
________________


Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Forgeron
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 21

Messages : 6


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: Re: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptySam 18 Juin 2011 - 19:38

La jeune fille cherchait apparemment quelque chose, dans la forge. Elle n'avait pas l'air d'avoir vu Koya, qui pourtant la regardait fixement, suivant ces mouvement un par un, sans moufeter d'un poil. Ses quatre pattes étaient prêtes à bondir sur sa proie sans défense, pour l'impressionner, et la faire partir. Elle grogna tout d'abord. La jeune fille fouillant dans les affaires de Karin n'avait rien entendu. Serait-elle sourde? Ou plutôt naïve, en fait. C'est alors que le félin quitta sa position de sieste, et vint rugir devant l'invitée non désirée. Celle-ci fut prise d'une panique tellement grande que Karin n'a pu retenir un rire, quelque peu étouffé. Il est vrai que les humains sont des créatures peureuses, ayant peur de l'inconnu... Ou tout du moins, la plupart était comme tel, formaté au bon train de la vie, sans s'écarter du monde dans lequel ils se trouvent, sans nouveauté, … dans le cycle éternellement ennuyant de leur vie jusqu'à ce que cette dernière prenne fin. Karin aimait beaucoup les humains, leurs peurs, leurs désirs, leurs souffrances, elle aimait créer ces sentiments à l'intérieur de leurs esprits, faciles à corrompre. La peur chez un humain est facile à créer. Il suffit de montrer les crocs, le menacer, le mettre dans une situation qu'il ne contrôle pas le moindre du monde. Après la peur, pourquoi ne pas leur faire goûter la souffrance? Se servir de ses crocs, par exemple, ou user de sa lame, pour la planter où que se soit dans leurs corps... Après cela, généralement, ils crient à la pitié. La pitié est bien une chose que Karin ne connaît pas. Tuer, sentir le sang d'un être qui va bientôt s'en faire déposséder... Que de régal, me direz-vous. Elle fit volte face, donc, comme l'avait si facilement prévu la vampire, et couru vers la sortie -la seule et unique, dit en passant- croyant qu'elle allait se faire dévorer par un terrible tigre, et qu'elle allait finir sa vie dans ce petit atelier. C'est très amusant, ce genre de réaction. Cependant, Karin lui barrait le chemin, et demandait bien une excuse à cette intrusion non désirée dans sa forge. Ceci dit, en parlant, l'intruse se révélait être un intrus. Voilà qui était intéressant.
« C'est votre forge?
- À ton avis? Tu sais ce que l'on fait aux voleurs, n'est-ce-pas? Cela permettrait de te libérer des chaînes qui t'entravent... /sourire/
Effectivement, le jeune... homme, avait des chaînes qui liaient ses mains. Cela devait être un esclave. En même temps, qui aurait-il pu être d'autres? Un amoureux des jeux sadomasochistes? Elle le regarda droit dans les yeux, et en conclut très vite que non. Il avait l'air trop naïf, trop jeune. Elle le jugea de la tête au pied. Il était torse nu. N'est-ce pas un affront à un vampire qui n'a pas mangé depuis deux jours? Libérer son corps d'une telle manière, on a forcément l'envie de croquer. C'est comme une pomme, nettement astiquée. On a pas d'autres envies que de croquer dedans, surtout quand la faim nous ronge de l'intérieur. Une pomme bien rouge... Vous savez?
-...Je...cherchais juste un marteau ou quelque chose dans...euh...ce genre...pour pouvoir euh...
Elle resta là, planté sur le seuil de la porte,croisant ses bras, et jouant avec la nourriture.
- Pourriez-vous... m'aider à briser mes fers?
- Et pourquoi ferais-je cela, petite chose? Tu es un esclave en fuite, que gagnerais-je?
Elle sourit, assaisonnant de peur son plat principal, qu'est l'esclave. Un esclave voulant briser ses fers, n'est autre qu'un fuyard, autrement dit, un lâche. Elle se retourna, puis ferma la porte. Les lieux étaient maintenant submergés par le noir. Les vampires, vous vous en doutez surement, eux, sont largement habitués au noir, et voit comme si c'était le jour. Les moindres mouvements de l'esclave seraient observés, et parés s'il le faut. Koya était un peu plus loin, apeuré par le bruit des chaînes. Ce pauvre tigre connait bien ce bruit, autant avec la torture que la mise en cage. Il n'avait aujourd'hui retrouvé qu'une partielle liberté, étant avec Karin, mais il était plus heureux qu'avant. Son regard se déporta à nouveau sur l'intrus.
- Je pourrais tout aussi bien te tuer. N'est-est-ce pas une excellente option?
Elle sourit de plus belle, dévoilant à présent ses crocs, montrant sa vraie nature.
- Tu te tais, sinon je te croque sans poser la moindre question. J'ai faim, et tu m'as l'air bien croquant.... Tu as une minute pour te justifier. Alors? Pourquoi t'aiderais-je? »

Tic...tac...tic...tac...
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: Re: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptySam 18 Juin 2011 - 19:59


- Et pourquoi ferais-je cela, petite chose? Tu es un esclave en fuite, que gagnerais-je?

Je déglutis. Je savais que cela ne serait pas facile de me débarrasser de mes fers mais cette femme n'avait pas l'air de vouloir m'aider. Je soupirais mais continuer à la fixer, ayant peur de ce qu'elle pourrait faire. Après tout, elle, avait l'air d'être en forme alors que moi, je n'avais plus que la peau sur les os. Elle se retourna. Au début j'avais cru qu'elle allait aller chercher quelque chose pour m'aider. Naïf que je suis. Mais elle ferma la porte. La pièce fut bientôt plongée dans la pénombre alors que la petite bougie s'était éteinte depuis un moment déjà.

Mes yeux n'étant pas fait pour voir dans le noir, je ne distinguais que sa silhouette se déplaçant autour de moi. Le tigre n'avait pas bougé, il restait caché dans son coin. D'un côté, je le comprenais. Moi non plus je n'aimais pas les chaines et les fers en tout genre. Il avait dû vivre à peu prêt ce que moi j'avais vécu. Je grimaçais à cette pensée, d'avoir été traité comme un animal. La femme s'avança alors vers moi. Je pus distinguer son visage.

- Je pourrais tout aussi bien te tuer. N'est-est-ce pas une excellente option?


Je me figeais. Elle n'étais pas sérieuse tout de même? Son visage se déforma alors que ses lèvres formaient un rictus pervers, dévoilant des canines aiguisées. Je déglutis. C'était un vampire?! Alors que je tentais de reculer, elle attrapa mes chaines et me releva le visage, une main sous mon menton. Je sentais ses ongles pointus, tels des griffes, s'enfoncer quelque peu dans la peau fine de mon cou.

- Tu te tais, sinon je te
croque sans poser la moindre question. J'ai faim, et tu m'as l'air bien
croquant.... Tu as une minute pour te justifier. Alors? Pourquoi
t'aiderais-je?

Je me figeais. Elle comptait vraiment me dévorer? Moi? L'idée de me faire vider de mon sang par une créature de la nuit m'enchanta peu et je la regardais, apeuré. Qu'allais-je bien pouvoir dire moi? Je n'avais rien de valeur sur moi, je n'étais qu'un esclave après tout. Et elle le savait, la perfide créature qu'elle était le savait très bien. Sournoise, elle avait posé la question en sachant très bien que je n'avais rien à offrir.

Je me mordillais la lèvre inférieure, empêchant les larmes de couleur de mes yeux. Je n'étais pas sorti de ce calvaire pour me mettre à pleurer, et encore moins pour mourir maintenant. Quoi que... mourir me permettrait de pouvoir prendre un peu de repos. Je fermais les yeux, cherchant une solution à cette impasse.

- C'est que... je n'ai que la peau sur les os et je doute avoir bon goût. Vous... vous pourriez peut-être me laisser juste partir cette fois, non?

Son sourire pervers s'élargit. Ça devait vouloir dire non.

- ... Alors vous...vous... pourriez me... euh... m'en prendre un peu mais... me laisser en vie? Ca serait bien ça, non...? Et je vous aiderais pour votre forge...

Revenir en haut Aller en bas

Karin Yzomel



________________

Karin Yzomel
________________


Race : Vampire
Classe : Lame Noire
Métier : Forgeron
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 21

Messages : 6


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: Re: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptyLun 20 Juin 2011 - 0:16

La fente de ses yeux sombres s'étaient élargis, la couleur, changeante. Le sang bouillant dans ce corps, juste devant elle, lui donnait l'envie, une envie irrépressible, de mordre, boire son sang jusqu'à ce que la moindre goutte de ce liquide si précieux ne soit épuisée. Elle regarda l'être de toute sa hauteur, un sourire narquois sur le visage. Une réponse à la question qu'elle avait posé n'allait pas être évidente à trouver. Ses doigts, longèrent la surface du cou de l'enfant, en griffant un temps soit peu la surface, de laquelle coula une goutte de sang. Karin se déplaça avec une vitesse ahurissante derrière sa victime, et cueilli, telle une fleur fraichement ouverte, la larme sanglante du corps du garçon. On pouvait ressentir la peur de celui-ci à des lieues à la ronde. Son cœur battant à folle allure, ne faisant qu'agrandir le désir frénétique du sang que ressentait la vampire à ce moment précis.
« - C'est que... je n'ai que la peau sur les os et je doute avoir bon goût. Vous... vous pourriez peut-être me laisser juste partir cette fois, non? »
Son sourire s'élargit grandement; un non catégorique. La pitié ne rentrait pas en compte, ou peut-être que si, finalement. Lui, sortant de cette forge, croiserait l'un des gardes, qui remarquerait immédiatement ses chaînes. Il serait alors directement ramené de là où il vient. Donc, si l'on en suit ce raisonnement tout à fait logique, il en tiendrait de la pitié que de lui offrir la seule condition d'un refuge, dont jamais il ne sortirait, et ne serait en danger: La mort. Il pourrait de ce même fait nourrir une vampire assoiffée. N'est-est-ce pas un contrat équitable? Elle scruta attentivement les yeux de l'enfant. Il y avait quelque chose d'anormal, en ceux-ci. Anormal... Mais pas assez important pour qu'elle y fasse attention pour le moment. Son visage était l'exemple de la peur même. Il n'avait donc pas envie de mourir... Les humains sont des êtres qui ne sont jamais contents de leur sort, apparemment.
- ... Alors vous...vous... pourriez me... euh... m'en prendre un peu mais... me laisser en vie? Ça serait bien ça, non...? Et je vous aiderai pour votre forge...
La jeune vampire éclata d'un rire clair. ''M'en prendre un peu'' C'était vraiment une des meilleures blagues qu'elle avait entendu. Les vampire n'avaient pas pour particularité de s'arrêter au plein milieu de leur soif. Laisser une victime avec du sang frais dans les veines leur étaient pratiquement impossible, à moins que leur volonté soit gigantesque, et que la boisson en vaille la peine. La '' poule aux œufs d'or '' serait un très bon exemple d'une victime qu'on laisserait en vie. C'est à dire, une victime dont le sang correspondrait vraiment aux attentes du vampire, un peu comme votre plat préféré. Il ne faudrait le boire d'une seule traite, mais plutôt, en profiter chaque jour... N'est-ce-pas?
- Tu es vraiment distrayant, comme nourriture. Mais ne te fais pas de fausse joie, tu ne resteras en vie que bien peu de temps... »
Après avoir esquissé ces mots du bout des lèvres, elle prit les bras du garçon, les croisa entres eux derrière son dos, puis lui fit plier les genoux d'un coup de jambe. Il se retrouvait à genoux, et elle, derrière lui, prête à planter ses crocs dans son tendre cou. Elle ne tenait ses frêles bras que d'une main, à présent, et avec l'autre, pencha la tête de l'enfant sur le côté, puis planta ses crocs dans son cou, dont la peau tendre ne témoignait que de la jeunesse de l'être qu'elle savourait. D'un coup d'un seul, elle se stoppa dans son élan, retirant ses crocs de la peau du garçon.
- Tu ne m'avais pas dit que tu n'étais pas humain. Ta forme ne le présumait pas, d'ailleurs, cracha-t-elle, mauvaise.
Elle se releva, sortit sa dague de sa ceinture, et la pointa sur le cou de l'être, encore sanglant. Si, en plus d'avoir le pouvoir de se nourrir du sang des humains, ou autres êtres qu'ils croisent, les vampires savent différencier le sang de chaque race avec distinction. Ici, le sang qu'elle avait goûté n'avait rien d'humain, c'est d'ailleurs ce qui la répugnait, sur le moment, avoir bu le sang d'un être du dessus, un séraphin, ou un oracle, un être qu'on dit ''supérieur''. Sornettes. Ils ne meurent pas mieux que d'autres. Doutant du fait que cet être naïf à souhait soit un oracle, et en fit le constat que c'était un séraphin, qui se tenait, à genoux, devant elle. Elle s'accroupit parcourut son dos nu de la pointe de sa dague, juste là où aurait du se trouver une paire d'ailes blanches.
- Étrange, chuchota-t-elle, d'une voix inaudible pour le séraphin.
Plus loin, elle se saisit d'une chaise, puis s'assit, nonchalant, en pointant toujours le garçon de sa dague.
- À quoi joues-tu, en venant en Feleth, créature du monde du dessus? Quel est ton but? »
Ce...séraphin, était un esclave. Pourquoi ne se libérait-il pas de ses fers lui-même? Il en a la force, normalement, de plus, les séraphins restent jeunes éternellement. Celui qu'elle croyait gamin depuis le début avait peut être quelques centaines d'années, qui sait? Cela la faisait rire intérieurement. Mais les séraphins sont des guerriers, grands, forts. Tout le contraire de cette...petite chose. Étrange.
Perplexe, la vampire ramena sa lame jusqu'à ses lèvres, croisant ses jambes, pensive. Le sang qui coulait le long du cou du séraphin, ne l'attirait plus, n'étant pas humain. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: i   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptyLun 20 Juin 2011 - 9:33

Alors que j'espérais qu'elle allait considérer ma proposition un peu mieux que la précédente, elle éclata cette fois de rire. Elle sembla réfléchir.

- Tu es vraiment
distrayant, comme nourriture. Mais ne te fais pas de fausse joie, tu ne
resteras en vie que bien peu de temps...


Je voulus ajouter quelque chose mais elle m'en empêcha, s'approchant à une vitesse incroyable. Saisissant mes bras, elle les croisa dans mon dos, m'empêchant de bouger. Ca m'était arriver tellement souvent ces derniers temps... Je tentais de me débarrasser de sa prise monstrueuse mais elle donna un coup à l'arrière de ma jambe, me faisant tomber à genou au sol. Elle s'accroupit derrière moi et passa une main dans mes cheveux, rendus poisseux par mon séjour en cage. Elle les saisit sans ménagement et tira afin de pencher ma tête sur le côté. Je pouvais maintenant sentir son souffle chaud dans mon cou. Je serrais les dents, grimaçant. J'allais y passer!

Elle planta d'un coup sec ses crocs dans mon cou. Je pensais réellement que j'allais mourir là, servant de repas à une créature de la nuit. Pourtant, comme un miracle, elle retira ses crocs de ma gorge et se releva, étonnée et semblant être de mauvaise humeur... Je pressais la blessure qu'elle m'avais faites de ma main gauche, cherchant à stopper l'écoulement de sang. Discrètement, je psalmodiais quelques formules basique afin d'essayer d'arrêter l'hémorragie. Mais mes réserves d'énergies étaient à plat...

- Tu ne m'avais pas dit que tu n'étais pas humain. Ta forme ne le présumait pas, d'ailleurs !

Je la regardais, perplexe. Mais de quoi parlait-elle cette folle? Je suis un humain!

- ...Je... Je suis humain !

Elle ne prêta pas attention à mes paroles et sortis une dague qu'elle posa sous ma gorge, menaçante. Je déglutis et me décidais à ne plus rien dire tant qu'on ne me l'avait pas dit. Elle tourna quelque peu autour de moi, les sourcils froncés dans une colère noire. Elle n'avait pas aimé mon sang? Quand elle eut terminé son petit tour, elle s'accroupit derrière moi. Quelque instants plus tard, je pouvais sentir la pointe de sa dague se balader le long de mes omoplates. J'en frissonnais. Mais à quoi jouait-elle?

Alors que je pensais que son petit jeu allait encore durer un moment mais elle se leva et s'installa sur une chaise qu'elle avait tirer vers nous auparavant. Elle me jaugea d'un air méprisant et je baissais les yeux, fixant le sol. Que me voulait-elle encore? Elle dirigeait toujours son arme vers moi.

- À quoi joues-tu, en venant en Feleth, créature du monde du dessus? Quel est ton but?

J'écarquillais les yeux. Qu'est-ce qu'elle racontait là? Était-elle devenue complètement folle? Moi? Une créature du monde du dessus? Elle m'a bien regardé? C'est plutôt le genre d'hommes musclés et montés comme des maisons qui sont là-haut non? Avec les ailes et tout ça non? Hors je n'avais rien de tout ça! L'envie d'éclater de rire se fit de plus en plus présente mais je me retenais, j'avais vraiment peur de la contrarier encore plus. Elle s'étira et attendit une réponse, me menaçant toujours de sa dague. Je déglutis et lui souris brièvement. Le sang coulait toujours à ma gorge et je commençais à fatiguer... Mais après tout, elle ne s'intéressait plus à mon sang, c'était une bonne chose non?

- Sans vouloir vous vexer, je ne vois pas vraiment de quoi vous parlez... Je suis un humain absolument comme les autres, Dame Vampire...


Enfin, elle ne dit rien, se contentant de me fixer, comme attendant une réponse. Je me mordillais la lèvre inférieure et cherchait à lui procurer une réponse qui la satisferait.

- ... Il est vrai que je n'ai jamais connu ma famille, ils m'ont abandonné dans une pension. Et que je vieillis plus lentement que les autres. Mais ça existe les gens qui ne font pas leur âge, non? Et puis pour les cicatrices dans mon dos, il paraitrait que ce soit un ours qui me les a faites quand j'étais petit...

Revenir en haut Aller en bas

Aoi Haandar

l'Alouette aux ailes brisées

________________

Aoi Haandar
________________


Race : Séraphin aux ailes coupées
Classe : Guérisseur
Métier : Esclave fugitif, chanteur de rue
Croyances : Divinités de la Pluie et de l'Air
Groupe : Solitaire

Âge : 17 ans physiquement (une cinquantaine d'année en vérité)

Messages : 306

Fiche de Personnage : Ils le paieront tous...


-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: Re: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] EmptyMer 3 Aoû 2011 - 13:28

RP CLOS pour non-activité.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



________________


________________



-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] _
MessageSujet: Re: -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]   -CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

-CLOS!- Pour une vie meilleure... [PV Karin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Madorass, cité royale :: Arène et marché aux esclaves-