''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mei Lee Huang



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Ninja de glace
Métier : Assassin
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Messages : 53

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   Lun 27 Fév 2012 - 18:59

Une rumeur ? Qu’est ce ? Des mots qui courent dans le temps et l’espace sur des choses en général folle et invraisemblable ! C’est ce qui voguait dans les contrées du monde depuis quelques jours. On raconte qu’un marchand « d’œuvre d’art » a trouvé la statue des rêves ancestraux… Aux crocs pointus, à l’envie de sang et surtout à l’éternelle vie…. On racontait aussi qu’elle valait son pesant d’or mais que pour seulement quelques pièces, on pouvait la voir, et pour un peu plus, la touché… Son nom ? Vampire ! Cette race est assez rare, enfin on en voit que très peu, se cachant plus dans les noirceurs de la nuit que dans les rayons de la foule…

Cette rumeur décrivait son visage comme celui d’un ange, aux longs cheveux noirs, à la peau pâle, aux yeux en amandes d’un vert envoutant… Et son prénom fut comme un numéro dans les oreilles des villageois, car personne ne connaissait son vrai prénom… Ce marchand l’avait donc attrapé par pur hasard une nuit alors qu’elle assise sur un banc… Facilement même. Seulement ce pauvre fou mentit, et souffla à qui voudrait bien l’entendre qu’il avait combattu jusqu’à l’affaiblir, pour finir l’attacher dans sa cave à l’abri du soleil…. Il était fier de lui, cependant si il connaissait la vérité, il fuirait.

Ce vampire se nomme Mei, assassin professionnel, contrat du jour, tué un collectionneur, violeur de jeune fille… Cataloguer de spéciale, rare, et magique… Somme du contrat, un sacré montant plus des informations. Donc, elle décida de jouer les cobayes. Elle avait donc attendu que le plus gros fournisseur de sa cible ne vienne à elle. Elle se laissa faire, lui faisant croire qu’elle était naïve. Elle finit par être attachée dans sa cave. Elle était contre le mur. Ses jambes étaient croisées au niveau des chevilles, attachées par des chaines en acier, de même pour les mains. Elle avait un bandeau sur les yeux, qui lui empêchait de voir. Selon son tortionnaire, ca éviterait qu’elle s’échappe… Seulement, elle ne voit pas qu’avec ses yeux…. Et savait tout mouvement qui s’activait autour d’elle. Elle vêtue d’une simple culotte en toile, laissant sa poitrine à découvert. Mei ne nota aucune importance, vu qu’elle n’était pas pudique. Elle ne disait aucun mot. Cependant un de ses loups sous forme fantomatique surveiller aux alentours pour la protéger.

Elle attendait donc que sa cible se pointe dans cette cave, s’approche d’elle pour qu’elle le tue. C’était si simple. Son client était un homme riche qui avait une fille spéciale… Sa charmante progéniture fut capturée, vendu à sa cible… Elle servit de bonne, de poupée, et défouloir à ses excitations quels soient vulgaires, ou sexuels. Cette fille fut retrouvée enceinte par ce fou… Et finit quelques semaines plus tard pendu…. Morte elle, et son enfant… Le père fut de rage engagea Mei, ayant entendu que la dame Ecarlate n’échoue jamais… Et c’est bien vrai.

Mei vit passer de nombreux gugusse… Attendant que sa cible se pointe… C’est alors qu’une nuit, le marchand lui souffla qu’un gros client, donnant le nom… Venait la regarder, la toucher pour l’acheter… Elle attendit que son tortionnaire parte pour sourire. Sa cible allait vivre sa dernière nuit entre les jambes de Mei, lâchant son dernier souffle. Elle attendait patiemment que le temps passe. C’est qu’au bout de quelques jours comme ça, ca énerve et fatigue… Etrangement le marchand aussi allé mourir… Pourquoi ? Simplement qu’elle avait envie d’une petite vengeance.

Donc elle organisa sa petite fuite, en écartant un peu ses liens. Juste assez pour sortir mais pas trop pour que personne ne le remarque… C’était si facile, mais si long à attendre, qu’elle devait toujours faire attention. De plus son silence agaçait monsieur le marchand, qui commençait à espérer qu’on l’achète au plus vite. Donc il accéléra la rumeur, en affichant des petites affichettes qui implicite qu’il avait quelques choses de rare, et dangereusement belle… Avec une petite description de la belle… Aurait – il peur d’un vampire ?


La ferme attendait calmement que le sang coule, comme Mei attendait tranquillement que son jeu débute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tridd Erogdish

L'orc élevé parmi les hommes

________________

avatar
________________


Race : Demi-Orc
Classe : Archer
Métier : Apprenti menuisier
Croyances : Aucunes
Groupe : Rebelle

Âge : Une vingtaine d'années

Messages : 69

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   Jeu 1 Mar 2012 - 22:41

Tridd était arrivé à Venill quelques semaines plus tôt. À force de voyager, il était plus que fatigué. Il était las d'être tout le temps sur les routes, sans savoir où il allait. Ses recherches avaient en plus été plus qu'infructueuses et le nombre de rencontres positives assez réduit. Au final, il avait vu tellement de choses qu'il ne savait plus ce qu'il cherchait en ce monde. Il ne comprenait pas comment il s'était retrouvé dans de telles situations. Quand il y repensait, il s'estimait très heureux d'avoir survécu à tout ça. Peu pouvait se vanter d'avoir vu tout ce qu'il avait vu. Lorsqu'il parcourrait les allées des marchés ou les petites ruelles, il se demandait combien de ces personnes n'avaient vu ne serait-ce qu'une fois une créature venant d'un autre monde. Lui l'avait fait trop de fois, beaucoup trop de fois selon lui. Bien souvent, il se souvenait de ses aventures, en se demandant même parfois si elles avaient bien été réelles. Il regrettait parfois de ne pas avoir consigné tout ça par écrit. Ça aurait pu faire de belles légendes pour les générations avenirs … si on occultait et enjolivait certains de ses actes évidemment.

Comme d'habitude, Tridd passait son temps entre le marché et la taverne du coin. Il n'y avait pas grand chose à faire en ce moment. De toute façon, il ne voulait rien faire. Il n'avait plus envie. Il ne savait plus pourquoi il se battait. Sa vie lui semblait sans aucun sens en ce moment. Alors, il se réfugiait dans cette taverne miteuse lorsqu'elle était ouverte. Le reste du temps, il errait dans la ville. De par sa toute nouvelle activité de vagabondage, Tridd entendait plein de choses, de rumeurs concernant tout et n'importe quoi, certaines fondées et d'autres non. Peu lui importait au fond. Il les écoutait d'une oreille distraite. Pourtant, une l'intéressa. Une seule. Depuis quelques jours, ils ne parlaient plus que de ça. Certains racontaient avoir été la voir. Le droit d'entrée n'était pas gratuit mais ils étaient arrivés à l'apercevoir quelques secondes en restant devant la porte toute la journée. Ce qu'on racontait d'elle, c'est qu'elle avait la peau pâle, de longs cheveux noirs et surtout, que c'était une vampire. Avec ce dernier point, cette description collait exactement à celle de Mei.

Tridd essayait de ne pas trop penser à elle. Les souvenirs qu'il gardait d'elle était encore trop frais dans sa tête et son absence assez douloureuse. Il était conscient qu'elle était partie seule pour de bonnes raisons, qu'elle ne pensait pas à lui faire du mal mais plutôt à le sauver, à le préserver de son histoire, de sa quête et de sa folie. Tridd lui en était à la fois reconnaissant mais d'un autre côté, ce n'est pas ce qu'il voulait. C'était il y a quelques mois déjà mais il a toujours l'impression que c'était hier. Quand il avait entendu cette rumeur, il avait tout de suite pensé à elle. Il n'y avait aucune confirmation à ce jour … jusque ce soir-là. Une affichette, discrète, sur laquelle il tomba, donnait beaucoup plus de précisions. La description donnée corroborait celle de la rumeur. Tridd trouvait cela outrageux. Elle était exposée comme un animal, ou une décoration. Cela mettait Tridd hors de lui. Même s'il ne savait si c'était vraiment elle ou non, il avait décidé d'agir. Il ne pouvait pas laisser faire ça. C'était inhumain. Il y avait une adresse et des horaires d'ouverture. Parfait …

Tridd se prépara et partit le soir même. Il n'y avait pas de temps à perdre. Si c'était effectivement Mei, il ne pourrait supporter de savoir qu'elle subissait une telle torture. Il fallait qu'il la sauve, qui qu'elle soit. Il se rendit donc aux fermes, le lieu du rendez vous. Les heures à laquelle les visites étaient autorisées étaient assez vagues néanmoins, jusque une heure après le coucher du soleil mais ensuite, l'affiche prétextait que la belle devenait trop dangereuse pour être approché de si près. Tridd savait qu'il n'en était rien. C'était durant cette période qu'il devrait agir, il se savait. C'est ainsi qu'il se retrouva en train de surveiller une des fermes, à guetter les allers et retours, à compter ou estimer le nombre de gens encore à l'intérieur. Il ne devrait pas être surpris par quelqu'un à l'intérieur. Tout devrait se réaliser dans le calme, n'alerter personne était sa priorité. Il ne connaissait pas l'architecture des lieux, ni le véritable nombre de personnes qui gardaient le bâtiment la nuit. Sans savoir cela, son expédition devenait assez risquée, voire même suicidaire.

Au bout d'un moment, il estima que le moment était venu. Il opta pour une approche discrète. Son habitude de se promener en forêt l'aidait beaucoup dans cet exercice. Il parvint jusqu'aux abords d'une grange sans faire le moindre bruit. Il n'y avait apparemment plus grand monde aux alentours. En tout cas, Tridd n'entendait plus personne, ni à l'extérieur, ni à l'intérieur. La porte de devant était fermée mais il n'eut aucun mal à forcer celle de derrière. Le seul garde qui devait empêcher l'entrée d'inconnues était sagement assoupi, une bouteille d'alcool à la main. Tridd en profita pour passer comme s'il n'y avait personne. Il s'enfonça alors plus profondément dans le bâtiment. Il ne savait pas du tout où chercher. Il traversa pas mal de pièces, toutes plus vides les unes que les autres. Tout était en bois, les murs, le plancher, le plafond … Tridd essaya de repérer un sous-sol, car c'était sûrement là qu'était installée la vampire. La moindre interstice pouvait laisser passer un rayon de soleil en journée et tuer l'être vampirique, ce qui n'était pas très malin. Il arriva enfin face à des escaliers.

Il s'empressa de les descendre, tout en prenant garde à ne pas faire de bruit tout de même. Il ne savait pas encore tout à fait s'il elle était seule en bas ou pas. Son bon sens lui soufflait que non mais après tout, il la prenait peut être pour une créature si dangereuse, il la laisserait peut-être seule. Il ne fallait pas trop compter là-dessus mais bon, il pouvait toujours espérer. Malheureusement, c'était trop beau pour être vrai. Là encore, il y avait un garde, mais cette fois, il n'était pas ivre, et paraissait trop bien alerte pour qu'on puisse lui passer devant comme ça. En se faufilant dans le noir et par des passages détournés, il réussit à contourner cette sentinelle en récoltant au passage pas mal de poussière et de trace de suie et autre. Mais en tout cas, il était passé et c'était ce qui comptait. En s'avançant encore d'avantage dans le souterrain, il trouva enfin la pièce qui l'intéressait. Encore assez bien éclairé comparé aux autres qui étaient plongées dans l'obscurité, on voyait au milieu d'elle une femme. Elle était accrochée, les mains attachées par des grosses chaînes en acier, de même que pour ses pieds. On l'avait mise contre le mur et un bandeau sur ses yeux l'empêchait de voir. Elle portait simplement une culotte et tout le reste de son corps était nu et visible par tous. Malgré toute cette mise en scène, Tridd la reconnut aussitôt mais baissa les yeux juste après. Sa nudité le gênait. Il se précipita néanmoins vers elle.

« Mei ! C'est bien toi ? »

À peine avait-il prononcé ces mots qu'il entendit derrière lui des gens arriver tout en parlant à voix haute et très forte. Il ne pouvait pas rester là, il allait se faire prendre s'il ne se cachait pas. Il était tiraillé entre l'envie d'aider Mei tout de suite et aller se planquer. Il finit par choisir la prudence en se disant qu'il pourrait de toute façon revenir tout de suite après que les visiteurs soient partis. Il glissa juste une petite phrase à l'intention de Mei avant de se chercher un coin tranquille.

« Je reviens te chercher tout de suite, ne t'inquiètes pas. »

Il fit un tour sur lui-même et trouva quelque chose qui pourrait convenir à merveille. Une vieille armoire … Il rentra dedans et ferma du mieux qu'il put les portes en se laissant un petit angle de vision quand même. Les hommes rentrèrent immédiatement après, continuant de parler, comme s'ils débattaient sur quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mei Lee Huang



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Ninja de glace
Métier : Assassin
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Messages : 53

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: Re: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   Mer 7 Mar 2012 - 22:54

Dans son enfermement, elle entendait les mouches voler, et l’agaçait par moment. Seulement elle resta calme comme une statue gravée dans le mur. Ses liens la tenaient sans la tenir, elle pouvait facilement en sortir, et s’échapper. Mei trouvait le temps particulièrement long, ainsi contre le mur. Un vampire ne sent pas le froid, donc elle ne ressentait pas le froid sur sa peau nue. Une brise pourtant passa et caressa son visage, la rafraichissant quand même un peu. Elle ne se doutait pas, elle savait que c’était sa dernière nuit dans cette ferme, et qu’avant le couché du soleil, elle serait ailleurs. Elle en avait hâte. Hâte qu’il meurt que sa paye tombe, et qu’elle a surtout ses informations. Elle entendit des pas s’approcher d’elle doucement, légèrement. Elle savait rien qu’à cela, que ce n’était pas son geôlier le marchand… Il y avait un pas plus lourd, et ne manque pas de faire remarquer, en lui criant des surnoms … Comme ma poule, ma bouffonne… Et j’en passe. Mais il n’y avait pas que les pas qu’ils lui disaient cela, il y avait aussi, une odeur… Infime, mais familière … Qui pouvait bien venir en cette cave lugubre en secret ?

Son loup rodait en apparence fantomatique, peu apparent aux yeux des autres. Il fixait tout dans les moindres détails, pour être sur que ce n’est pas un danger… Elle sentit une présence près d’un suivis d’un chuchotement … Elle souffla en fronçant les sourcils. Elle ne bougeait pas, mais savoir que cet inconnu était Tridd, et qu’il voulait l’aider, ne lui plaisait pas du tout… Il risquait d’être plus un poids qu’un allié dans cette histoire… Elle ordonna par la pensée à son loup de le bloquer dans sa cachette… En attendant, qu’elle finisse d’agir. Il ne faut pas qu’il se mêle de sa mission. Des pas plus lourds, nombreux approchaient vers eux, vers elle. Tridd alla donc se cachait suivis de son loup…. Elle soupira fortement aux « t’inquiète pas » En quoi, elle devrait ? Ah si sur le fait qu’il viendrait la « sauver » Mei savait que c’était elle qui le ferait sortir de là.

Les deux hommes s’approchèrent dans la pièce en parlant bien fort. Un était le marchant, l’autre sa cible. Le marchand ne put s’empêcher de la saluer par une insulte… Comme toutes les nuits.

« Bonsoir ma salope… »
« Vous n’avez pas peur qu’elle vous tue en s’échappant ? » Demanda sa cible.
« Non … Sinon elle l’aurait déjà fait ! »

Ils rigolèrent de leur bêtise, alors que mei garda sa tête droite vers eux, comme si elle les fixait. La cible s’approcha d’elle, et la fixa… Puis se retourna vers le marchand comme pour demander l’autorisation de la toucher. Le marchand fit un signe de la tête et l’acheteur exécuta. Il toucha Mei, caressant sa joue, son cou … Il trouvait la peau agréablement douce et en fit par au marchand qui sourit… Puis la cible descendit sa main le long de sa poitrine, la caressant avec insistance, montrant qu’il voulait plus, puis il finit par le ventre…

« Délectable au touché, j’ai bien envie de la voir à l’action sous des draps… » Dit il avec envie.

Puis il s’écarta d’elle, de Mei, et se retourna vers le marchand en criant.

« J’achète ! »

Ils étaient un à un. La cible de dos, le marchand avait sa vue cachait par lui. Un sourire sadique s’afficha sur les lèvres de Mei. Que le jeu commence ! Elle fit glisser un pied après l’autre des anneaux qu’il la retenait, doucement, silencieusement comme le ninja qu’elle est. Puis les posa par terre alors que ses mains suivirent le mouvement, et enlevèrent leur lien de métal doucement. Elle marcha derrière le marchand comme un félin près à bondir sur lui, enlevant son bandeau. C’est là que le marchand la vie. Elle stoppa net en penchant la tête.

« Garde, arrêtez là ! » Cria – t- il.

La cible le stoppa, en insistant qu’il voulait la voir mouvoir un moment, donc pas de garde…

« Ne bougez pas ! »

Les gardes restèrent donc en haut des marches sans voir. La cible s’approcha d’elle, avec un sourire assez pervers…

« Comment tu t’appelles ? » Demanda à Mei
« Elena monsieur ! Comme celle que vous avez engrossée et condamnée au suicide monsieur ! »

La cible tenta de reculer, sous le choc. Il était si blafarde qu’on aurait pu croire qu’il a vu le diable, l’incarnation du mal felethien dans les paroles de Mei, ou dans sa présence… Comme le marchand qui n'y croyait pas ses yeux, Elle parle ! Seulement, il était trop tard. Un pic de glace épais le transperçait de part en par, comme de la viande… Il crachait du sang… Elle retira son arme et le lança dans le corps du marchand en état de choc, commençant à crier pour donner l’alerte… Il tomba à terre, transpercer dans le cœur mais toujours vivant, à cours de souffle. Elle s’approcha de lui et retourna l’arme plusieurs fois dans la plaie.

« Pour tout ces jours, nuits… »

Et le laissa comme ça ! Puis va vers sa cible, et lui arrache le doigt avec l’anneau comme le contrat le stipulait. Et le mit dans le tissu qu’il lui servit de bandeau auparavant. Mei fixa les deux hommes alors qu’un silence pesant se fait ressentir. Dans quelques minutes voir moins, des hommes vont venir pour verifier… Et ou cas ou tuer Mei… Il fallait partir. Elle se dirigea vers la sortir quand elle se souvenait qu’il y avait Tridd. Elle alla vers la porte de l’armoire, et détruisit le blocage que le loup avait mis sous ses ordres. Elle vit Tridd et le fixa bizarrement.

« Bon sois tu restes ici et tu meurs … Sois tu me suis et on s’échappe… J’espère que personne ne t’a vu car tu vas être accusé du meurtre de deux personnes dans se cas là ! »

Elle lui tend la main pour l’aider, alors qu’elle ne s’était pas habillée, et qu’elle était toujours torse nue, en petite culotte quoi. Elle ne lâchait pas son petit trésor… Elle pensait sérieusement à se laver, entre le sang, et les sales mains qu’ils l’ont touché, elle se sentait sale..

« Bon tu te dépêches ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tridd Erogdish

L'orc élevé parmi les hommes

________________

avatar
________________


Race : Demi-Orc
Classe : Archer
Métier : Apprenti menuisier
Croyances : Aucunes
Groupe : Rebelle

Âge : Une vingtaine d'années

Messages : 69

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   Dim 11 Mar 2012 - 16:08

Tridd avait retrouvé Mei. Mais elle était en bien mauvaise posture. Il ne pouvait pas faire grand chose pour l'instant. Elle semblait attachée et des gens commençaient à approcher. Il avait décidé de se cacher dans une vieille armoire, rester sur ses gardes et revenir après. Observer ce que ces gens lui voulaient. Alors qu'il s'était dirigé vers l'armoire, il l'avait vu. Il était très peu visible car presque translucide, mais il était là. Un des loups fantomatiques de Mei. Cela rassura Tridd. S'il était là, c'est qu'il défendait sa maîtresse et qu'elle était encore assez consciente pour l'invoquer. Finalement, elle allait bien, et cela le soulagea un peu. Le loup avait suivi Tridd jusqu'à l'armoire, comme une petite escorte et s'était arrêté devant les portes du meuble, les bloquant ainsi et empêchant Tridd de sortir. Dans l'absolu, ce n'était pas gênant car il ne voulait pas sortir, mais il ne pourrait pas intervenir s'il y avait un souci. Mei devait avoir un plan en tête. Elle devait avoir une raison de faire ça. Elle pourrait s'en sortir seule. Tridd ne pouvait de toute façon plus rien faire. Il lui faudrait attendre. Les hommes arrivaient de toute façon.

Tridd n'y voyait pas grand chose depuis sa cachette. Les portes de l'armoire l'empêchait de pouvoir observer toute la scène mais il pouvait les entendre parler distinctement. Un des hommes apparemment était là pour l'acheter. Acheter Mei … Tridd sentait une certaine colère monter en lui. La rumeur était donc vraie. Il y avait bien une vampire à vendre, et c'était Mei. Il s'en voulait de ne pas pouvoir faire quelque chose. Il entendait la conversation. L'acheteur potentiel et le vendeur. Le vendeur, grossier, essayait de vanter les mérites de Mei. L'acheteur restait méfiant, et il avait bien raison. Tridd vit un des hommes passer devant lui et s'approcher de l'endroit où elle était accrochée. Il s'en suivit alors un long moment de silence. Tridd voulait savoir ce qui était en train de se passer mais le loup était encore là et, malgré son aspect, avait assez de force pour bloquer les portes. Lorsque l'acheteur reprit la parole, ses mots glacèrent Tridd. Mei allait être vendue comme une simple prostituée à un riche bourgeois. Tridd en avait assez entendu. Il voulait agir, maintenant ! Mais la porte ne s'ouvrait toujours pas. Le loup était toujours là.

Puis soudain, tout s'accéléra. Le marchand cria. Mei s'était apparemment libérée et il demandait aux gardes de la rattraper. L'acheteur réagit immédiatement. Par pure folie. Il ne voulait pas que les gardes interviennent. Il voulait rester seul avec elle. Il ne savait pas à quoi il s'exposait. Tridd le savait. Il l'avait vu en action. Mei avait beau avoir l'apparence d'une jeune femme, elle cachait en elle une force insoupçonnable. Plus forte qu'un homme ordinaire, sa part démoniaque faisait d'elle un véritable monstre parfois, mais quand elle contrôlait son pouvoir, elle pouvait être dévastatrice. Elle prétendit s'appeler Elena. Peut-être était-ce son nom, ou son vrai prénom, ou un nom d'emprunt, ou un mensonge ? Qu'en savait-il, et surtout, qu'est ce que ça lui importait ? Tridd ne vit pas le reste de la scène, mais il la devina. Les bruits et les sons étaient assez explicites comme ça. Tridd savait que l'acheteur était mort. Ça ne faisait aucun doute. Le marchand suivit juste après. Les jours et les nuits de mauvais traitement endurés l'avaient poussée à bout. Elle avait envie de sa vengeance, rien d'autre. Finalement, Tridd n'avait pas envie de voir ça.

Tout était fini. Il n'y avait plus un bruit. Les deux hommes étaient morts. Tridd ne voyait toujours la pièce, il ne savait toujours pas ce qui était arrivé au final, mais il s'en doutait. Le loup était encore là, signe que Mei était encore vivante. Ils étaient bien morts donc. Quelques instants après seulement, Tridd sentit sa présence, il entendit des pas s'approcher de sa cachette. Les portes se déverrouillèrent instantanément, comme par magie. La silhouette familière de Mei lui apparut alors. Tridd sourit, mais elle, apparemment, n'était pas de cette humeur-là. Elle avait raison. Il fallait qu'ils s'enfuient à présent. Il était venu pour elle, mais au final, elle n'avait jamais été en danger. Tout ça pour ça. Tridd commençait à croire qu'il était vraiment inutile, quelque soit la situation. Elle lui tendit une main pour l'aider à se sortir de là. Tridd remarqua qu'elle était toujours aussi nue. Il chercha à l'intérieur de l'armoire dans laquelle il était caché. Il vit quelque chose qui l'intéressa. C'était une vieille chemise blanche, un peu trop grande peut-être mais elle ferait l'affaire. Elle lui demanda de se dépêcher. Il prit alors sa main et sitôt sorti de là, il lui mit la chemise sur le dos.

« Recouvre-toi un peu au moins. »

Il regarda alors la pièce avec un peu plus d'attention que tout à l'heure. Il y avait effectivement deux cadavres au sol. L'un semblait avoir était empalé par un énorme pieu qui ne se trouvait plus dans son corps à l'heure actuel. Il avait un trou béant au milieu du corps par lequel s'écoulait encore son sang. L'autre avait le cœur transpercé, à plusieurs reprise, comme si on s'était acharné sur lui. Le premier corps devait être celui de l'acheteur, tandis que l'autre devait être le marchand. Tridd observa le massacre. Tout ce sang. Cela fit remonter en lui d'anciens souvenirs. Des mauvais souvenirs, liés à sa première rencontre avec elle. Du sang et un massacre. Il chassa ces images de sa tête. Il n'avait pas le temps de faire ça pour l'instant. Ils n'en avaient vraiment pas le temps. Ils avaient une fuite à organiser et à effectuer. La mort de ces deux personnes importantes ne resterait pas longtemps caché, on finirait bien par le découvrir, d'une minute à l'autre. Ce n'était qu'une question de temps. D'ailleurs, un des gardes, plus curieux et sans doute intrigué par les bruits puis par le silence pesant, avait descendu quelques marches de l'escalier. Tridd fut prompt à réagir. Il s'était préparé et entraîné pour cette mission. Aucun faux mouvement, aucun geste inutile. Il prit l'arc qu'il avait dans son dos dans les mains et encocha aussitôt une flèche qu'il sortit de son carquois. Si l'homme s'aventurait plus bas dans les escaliers, il se prendrait cette flèche dans un de ses organes vitaux. Il mourrait sur le coup si tout se passait bien. Pas d'alerte donc. S'il ratait sa cible, ils auraient par contre des problèmes.

Malheureusement, une deuxième jambe apparut dans le haut de l'escalier. Deux gardes étaient en train de descendre. Cela compliquait énormément les choses. S'ils voulaient garder une certaine discrétion, il faudrait abattre les deux en même temps. L'esprit de Tridd se mit à bouillonner. Il avait un plan, mais il fallait le mettre en place, et il n'avait pas beaucoup de temps. De plus, ce plan se basait beaucoup sur la chance aussi, le hasard. Les réactions des deux gardes seraient déterminantes. Il devait tenter le coup. Il sentait que Mei, à côté de lui, était prête à aller se battre. Cela ne faisait pas partie de son plan. Il la prit donc par le bras et l'entraîna dans l'ombre, sans lui demander son avis.

« Faites-moi confiance pour cette fois. J'ai un plan. N'allons pas alerter toute la garde tout de suite. »

Allait-elle coopérer ?

Tridd encocha une deuxième flèche. Les deux gardes arrivèrent en bas des escaliers. Ils virent aussitôt les deux corps. C'était là que tout se jouerait. Soit ils criaient et donnaient immédiatement l'alerte, soit, comme Tridd l'espérait, ils se précipitaient d'abord sur les corps pour voir s'ils étaient encore vivant et s'ils avaient besoin d'aide. Quelle réaction ?

Fort heureusement, ils réagirent bien, bien pour Tridd. Chacun se dirigea vers un des corps. Tridd se concentra alors, et sortit de sa cachette. Les deux gardes le virent mais trop tard. Il avait concentré sa magie et combiné deux de ses techniques meurtrières. Deux flèches partirent en même temps, à une vitesse fulgurante. Ils transpercèrent la gorge des deux hommes. Le cri qu'ils allaient pousser resta coincé. Tridd sourit. La voie était libre pour l'instant, et il y avait deux gardes de moins.

« On peut y aller maintenant ! L'escalier semble être sûr à présent. »

Tridd regardait Mei en souriant, en attendant qu'elle fasse quelque chose. Il fallait y aller maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mei Lee Huang



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Ninja de glace
Métier : Assassin
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Messages : 53

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: Re: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   Dim 11 Mar 2012 - 19:31

Mei attendait qu’il agisse, qu’il sorte… Il n’avait plus qu’à partir, fuir ce lieu, disparaitre dans la nuit, et prendre un bain ! Elle se sentait vraiment sale, même si sur le moment, elle n’y pensa pas trop… Sa vie et surtout celle de Tridd comptaient plus que le fait d’être propre ou non… Bien plus. Tridd prit sa main tendu, qu’elle serra pour mieux l’aider à sortir. Tridd sortit avec une chemise blanche sale et la posa sur le dos de Mei. Il voulait qu’elle se couvre un peu… Mei n’est pas pudique et sa nudité ne la dérangeait pas, mais ce n’était pas le cas de tout le monde. Un bref sourire s’afficha sur son visage à cela… Elle trouva sa pudeur amusante, alors que la situation ne l’était pas. Elle décida de lui l’accordé, et donc enfila cette chemise qu’elle ferma, juste par deux boutons en son centre. Elle ne lâchait toujours pas son petit trésor, gage auprès de son patron, qu’elle a bien commis ses meurtres et réussi sa mission. La chemise était bien grande pour elle. Mei trouvait qu’elle ressemblait à un sac à patate dedans, et se dit que être nue était plus confortable pour elle. Cependant, comme réagir l’orc si elle se dévêtit à nouveau devant lui ? Mal ?

Mei n’eut pas le temps d’agir en quoique soit. Son loup fut en alerte, reniflant des présences, des gardes qui descendaient pour voir… Il fallait agir. Elle avait une idée, un plan mais fut pris de court par l’être qui l’accompagnait. Il lui prit le bras, la forçant à aller dans l’ombre. Mei souffla… Il fallait juste les geler…. C’était vite fait, et sans bruit. Non, Tridd a ce qu’elle comprenait, voulait les embrocher avec deux flèches. Bien, à son bon vouloir, elle le laisserait faire… Avec regret, certes car la miss voulait s’amuser, et puis c’était sa mission. Et malgré cette envie enfantin, son visage reflétait le sérieux, le professionnalisme, comme si elle savait la suite, et qu’elle gérait… Ce qui était le cas, il y avait juste un imprévu, et il avait un nom… C’était Tridd. Heureusement pour eux deux, elle savait s’adapter.

Elle fixa la scène calmement, voyant les jambes puis les corps des hommes apparaitre, se figer, pour finalement courir vers les corps sans vie qui trainaient sur le sol. Elle eut un sourire face à leur stupidité puis souffla si faiblement que seul Tridd pouvait entendre.

« Anubis »

Un loup apparut à coté d’elle dans l’ombre. C’était Anubis, un de ses quatre loups. Il lui hocha la tête, et courut vers les deux gardes alors qu’une flèche les tua, et disparut devant un fantôme en les traversa. Anubis monta les escaliers en ignorant totalement ce qu’il se passa en bas… Et des cries violents se firent entendre… Des bruits d’objet… Et un phrase descendit violemment vers Mei et Tridd suivis d’une autre.

« Mais tuez le bon sang ! Tuez-le »
« Chef… Chef… Ca ne marche pas, il est transparent haaaaaaaaaaaa ! »

Mei rigola et finit par se coller contre Tridd dans un câlin éphémère.

« Ils étaient dix… Deux sont descendus, huit nous attendaient… Alors je me suis permise… »

Elle lui fit un bisou sur la joue en soufflant un « merci » puis s’écarta de lui calmement, et s’approcha d’un des morts. Un garde pour être précis. Elle goutta le sang encore chaud qui coula le long de sa gorge. Elle se mit a le fouiller, et lui piqua une sacoche qu’il avait autour de sa taille, avec des petits couteaux, et la mise autour de sa taille, en y mettant le doigt, bien à l’abris.

« Nous sommes tranquille à l’heure actuelle, avant que le prochain et sa petit horde ne viennent pour constater de l’horreur… J’ai bien envie d’un bain ! » Fit –elle par dire avec insouciance.

C’est là qu’Anubis arriva quelques minutes après qu’un silence s’était imposé dans le lieu. Il donnait l’impression de sourire, les babines pleines de sang. Mei s’accroupit et le caressa doucement comme pour le féliciter.

« Tous morts ! » Souffla – t- elle. « Merci Anubis. »

Le loup content disparut comme si rien n’avait eu lieu. Comme ce n’était qu’un cauchemar… Comme si ces cris n’avaient été qu’une mélodie macabre sur une ferme tranquille. Mei commença à monter les escaliers, tranquillement.

« Tu viens ? » Demanda –t-elle à Tridd.

Sa mission ne prendra fin que quand elle aura été payé, mais en cette nuit, elle était libre, et avait le temps pour se laver, et trouver des habiller, enfin récupérer les siennes… d’affaires. Elle s’arrêta à l’entrée de la ferme, et attendit Tridd. Le sol était humide, et boueux pourtant il n’avait pas plu… Aucun corps proprement dit gisait sur le sol… Des bouts d’os, de chair reposaient entre les herbes et les cailloux… Le sang avait fait naitre la boue, salissait encore plus les jambes de Mei ainsi que ses pieds qui étaient nus. Elle fixait l’entrée de la ferme comme si tout était normal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tridd Erogdish

L'orc élevé parmi les hommes

________________

avatar
________________


Race : Demi-Orc
Classe : Archer
Métier : Apprenti menuisier
Croyances : Aucunes
Groupe : Rebelle

Âge : Une vingtaine d'années

Messages : 69

Fiche de Personnage : Ma Fiche


MessageSujet: Re: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   Mer 14 Mar 2012 - 22:00

Tridd était fier d'avoir réussi son coup. Deux morts d'un coup et sans un bruit. Ce n'était pas la première fois qu'il pratiquait ces deux techniques combinées, mais cela lui faisait toujours plaisir et lui donnait de la fierté de voir que c'était efficace. Il n'avait pas travaillé toutes ces années pour rien. Il était un plutôt bon archer. Son père aurait été fier de lui. Mais il n'avait pas le temps de vraiment penser à ça pour l'instant. Alors qu'il avait préparé et lâcher ses flèches, Mei avait également agi. Elle avait apparemment invoqué un autre des ces loups, répondant au nom d'Anubis. Quel nom bizarre … Il avait foncé sur les deux gardes. Tridd avait d'abord eu peur que le loup détourne leur attention, ou qu'il les attaque. Il avait d'abord pensé que Mei avait tellement peu confiance en lui qu'elle se sentait obligé de le faire à sa place. Mais finalement, le loup avait traversé les deux gardes sans même faire autre chose. Les deux gardes étaient finalement morts. Tout s'était bien passé.

Alors qu'il avait suggéré que la voie était libre, des cris se firent entendre. Des cris de terreur et de douleur. Des cris de morts et de blessés. Des cris de panique aussi. Anubis, apparemment, faisait un beau carnage là-haut. Au diable la discrétion. Mei l'avait envoyé en avant-garde, pour nettoyer les lieux. Ça valait le coup d'essayer de ne pas alerter tout le monde. Encore une fois, Tridd se sentait bien inutile et incompétent. Ses pouvoirs ne faisaient pas le poids face aux siens, c'était sur. Même ses paroles semblaient le rabaisser. D'après elle, il y avait en tout dix gardes dans ce bâtiment. Elle en avait tué huit en si peu de temps, sans avoir même à bouger, juste en invoquant une de ses créatures. Tridd n'en avait eu que deux seulement, en prenant beaucoup plus de temps.

Pendant qu'Anubis s'amusait là-haut à faire un petit massacre, Mei et Tridd furent seuls quelques instants. Mei en profita pour se coller contre lui et déposer un baiser sur sa joue avant de repartir tranquillement. Tridd fut un peu gêné mais apprécia néanmoins ce contact éphémère. Sa peau douce, il l'avait un peu oublié, mais cela lui avait manqué. Elle qui était beaucoup plus forte que lui, elle lui avait manqué. Il ne se l'avouerait pas, mais c'était un peu le cas. De plus, elle l'avait remercié. Ce n'était pas grand chose mais cela fit plaisir à Tridd. Enfin une marque de reconnaissance.

Mei annonça qu'ils étaient à présent bien tranquille avant que d'autres gardes arrivent ici pour constater l'étendue du massacre. Anubis revint quelques minutes après. Tridd n'aurait pu vraiment interpréter ses expressions. Il ne savait même pas si les loups fantomatiques de Mei pouvaient ressentir ou non des émotions, s'ils pouvaient être satisfaits de ce qu'ils accomplissaient. Dans tous les cas, celui-ci semblait presque content, fier. On avait l'impression qu'il littéralement baigné dans le sang. On pouvait également presque croire qu'un sourire se dessinait sur ses lèvres. C'était une impression très étrange qui mit Tridd assez mal à l'aise. Il y avait une sorte de perversité malsaine qui se dégageait de cette créature, un goût pour le sang très prononcé. Mei se baissa et félicita sa créature invoquée, en la caressant doucement, affectueusement. Le loup disparut presque aussitôt après.

Tridd fixait encore l'endroit occupé par le loup lorsque Mei le héla. Elle était en train de monter les escaliers. Tridd était encore un peu troublé mais il devait se reprendre. Il avait encore cet endroit à fuir, s'éloigner de cette ferme, lieu du massacre qu'ils avait perpétré. Il monta donc les escaliers, à sa suite. Elle passa dans les pièces du haut sans s'arrêter. Tridd lui ne put s'empêcher d'être un peu plus mal en traversant ses salles. Il y avait du sang un peu partout. Anubis avait apparemment fait du bon boulot, mais s'il s'était un peu lâché et avait fait durer le plaisir pour certains. Certains des corps étaient complètement déchiquetés, la plupart des hommes défigurés. Un véritable massacre sadique. Il voyait de quoi étaient capables les loups invoqués par Mei et cela lui faisait peur. Il ne pouvait rien contre ses pouvoirs. Il était à ce moment heureux d'être plutôt son allié que son ennemi.

Il parcourait les salles une à une, contemplant à chaque fois le même spectacle. Il finit par arriver à la sortie du bâtiment. Là, Mei l'attendait un peu plus loin, à l'entrée de la ferme. Tridd la rejoignit immédiatement. Il s'en était sorti vivant et elle aussi. En fin de compte, c'était une réussite. Sa petite mission avait été couronné de succès. Même si Mei aurait pu s'en sortir seule et bien mieux que si Tridd s'en était mêlé. Il voulait néanmoins s'assurer que tout allait bien.

« Je suis content de te revoir Mei, même si j'avais espéré te recroiser dans une autre situation. Tu-... »

Tridd s'interrompit dans ses propos. Alors qu'il marchait tranquillement, il entendit quelque chose craquer sous sa chaussure. Il baissa les yeux et vit ce sur quoi il avait marché. Il y avait des osselets et des morceaux de chair, au milieu d'une grande flaque de sang. Mei s'était arrêté en plein milieu de celle-ci. Elle ne semblait absolument pas dégoûtée mais Tridd lui avait du mal à avancer plus. Il ne savait pas d'où venait tout ce sang et cela ne lui disait rien qui vaille. Il n'y avait aucunes raisons qu'il y ait tout cela. Cela l'inquiéta un peu.

« Tu- ... tu as vu tout ce sang ? Et ces restes de- … humains ? »

Tridd se sentait mal. Il se sentait observé. La chose qui était responsable de ce massacre était encore là, que ce soit un humain ou une bête féroce. L'intuition de Tridd lui indiquait de ne pas rester ici. Ou de ne pas s'endormir et de rester méfiant. Il sortit donc son arc et encocha directement une flèche, histoire de ne pas être surpris.

« Quelque chose rôde par ici, je le sens ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mei Lee Huang



________________

avatar
________________


Race : Vampire
Classe : Ninja de glace
Métier : Assassin
Croyances : Dieu du sang
Groupe : Solitaire

Messages : 53

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: Re: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   Jeu 15 Mar 2012 - 15:52

Mei l’attendait, s’impatientant un peu. Elle voulait vraiment partir d’ici, s’éloigner, et prendre son bain. Prochaine étape sa cachette ou ses affaires s’y trouvent. Elle fixa l’entrée de la ferme et vit enfin Tridd y sortir. Il était temps, pensa –t- elle. Elle sourit à ses mots. Alors qu’elle jouait avec la chemise trop grande, et qu’il la démangeait. Cela l’énervait, et finit par arracher les boutons qu’ils la fermaient, montrant un peu sa poitrine… et son ventre lisse… Il n’y avait que la ceinture de la sacoche qui faisait tache. Elle le regarda bizarrement puis lui répondit la phrase suivante :

« Je suis aussi contente de te voir, mais j’aurais aimé en dehors de mes missions. Tu ? »

Elle ne comprenait pas pourquoi il s’était arrêté de parler… Puis il reprit, posant deux questions. Elle lui sourit. Mei trouvait qu’il avait mis son temps pour sentir et voir les rivières de sang qui couraient sous leurs pieds, emmenant des os, et de la chair. Bien sur qu’elle avait vu, elle l’avait même senti…Le sang est sa source de vie, alors comment pouvait – elle l’ignorer ? Il parlait ensuite de quelques choses qui rode autour de nous, et qui pouvait le sentir… Elle ne sentait que l’effluve de sang, et rien d’autre… Elle ne savait pas comment lui dire que c’est Anubis le démon qu’il sent… Mais valait mieux qu’elle lui dise, car il avait sortir son arc…. Elle s’accroupit, et plongea son index dans ce sang, puis se releva. Elle s’approcha de lui, et se mit à lécher son index sensuellement devant lui. Elle le narguait. Son coté enfantin voulait jouer avec lui.

« Oui du sang humain… Rien que l’odeur l’indique »

Elle se colla contre lui à nouveau, et posa ses mains sur ses joues. Elle le regarda un bref instant dans les yeux, et ensuite elle approcha ses lèvres de les siennes comme si elle voulait l’embrasser sans pour autant les toucher. Elle souffla un air chaud entre ses lèvres, lui caressant de ses pouces les joues.

« Range ton arc, tu pourrais tuer quelqu’un… Cette chose qui rode, ce que tu sens … Est peut –être l’aura des loups qui m’entourent… Elle est encore palpable car le carnage est frais…. Mais il n’y a rien dans ce lieu qui pourrait causer cela. Depuis déjà quelques minutes, elle n’est plus. C’était Anubis qui créa les rivières de sang sous tes pieds. »

Après avoir dit ses mots, elle s’écarta aussitôt de lui. Sa poitrine presque nue effleurant celle de tridd, alors que ses mains glissèrent le long de son cou, pour finir le long de son torse. Elle se voulait réconfortante, mais n’était pas doué pour cela.

« Bon, il nous faut partir… Me suis tu ? Ou bien changes tu de direction ? » Demanda – t – elle simplement

Mais cependant elle n’attendit pas la réponse. Mei fit un sourire en regardant une dernière fois Tridd. Elle accepterais qu’elle le suive sans souci. Là, ou elle va, ils risquent rien. Mei avait prévu tout cela sauf Tridd. Donc quelques jours avant d’avoir été capturé, elle trouva une grotte près de la ferme. Les tunnels étaient nombreux, mais facile à savoir, enfin pour quelqu’un armé de loup. Au bout d’un, un petit lac peu profond gisait entouré de torche pour l’éclairer. Dans un coin du lac, des affaires étaient posé, des vêtements, des armes, une bouteille de vin, et de sang, ainsi qu’un lit de fortune…Voilà ou Mei voulait aller.

« Si tu veux me suivre, c’est maintenant. »

Elle se mit à courir de façon régulière, ni trop vite, ni trop lent vers ce lieu. Elle slalomait entre les arbres avec facilité. Les pans de sa chemise volaient dans sa course. Elle ne regarda pas en arrière, laissant le libre choix à Tridd de la suivre. Sa course dura bien une quinzaine de minute quand elle arriva devant l’entrée de la grotte. Elle se posa contre la paroi de l’entrée, dos contre le mur. Sa chemise qui montrait tout. Elle invoqua Thanatos qui s’assit à coté d’elle, et elle attendait quelques minutes, ou cas ou Tridd la suivait. Car seul, il serait surement incapable de trouver le lac souterrain. Alors elle patienta sagement, avec son loup qui fixa la pénombre comme un prédateur près à bondir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'oeuvre d'art interdite (PV: Tridd)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Feleth, le monde du milieu :: Venill :: Fermes-