''L’enfant voulait répondre. Mais sa gorge lui fit comprendre que ses mots ne seraient jamais à la hauteur du silence.''
               
Eto Hachiro
 
''La mort, c’est elle qui vous fait tenir debout. C’est elle qui dicte les actes. C’est elle qui peint le monde. Et elle vous emportera tous.''
               
Querel Sentencia
 
''Je ne ressens que soif et tristesse, la mort est futilité. Je la cherche, peut-être suis-je elle.''
               
Nagate Zetsubō
 
''Udyr, quand tu seras mort, on se souviendra de ton nom. Moi je n'en ai pas, car je ne mourrai pas aujourd'hui. Mais le tien restera gravé dans ma mémoire, et dans celle de tous ceux qui t'ont connu, comme celui d'un homme fort, et digne. Alors va, et éteins-toi avec grandeur, devant tous ces vautours.''
               
Darn Butcher
 
''La nature revivait là où les hommes mourraient, le cycle reprenait son cours normal grâce à l’albinos.''
               
Aikanaro Myrrhyn
 
''Ils ne se battaient pour rien qui n’en vaille la peine. Ils étaient incapables de distinguer ce qui avait de la valeur de ce qui n’en avait pas. Alors pourquoi tant de vigueur à la tâche ? Pourquoi risquer sa vie aussi vainement ?''
               
Alcofrybas Grincebrume
 
''Son regard, depuis toutes ces années, avait appris à parler.''
               
Etan Ystal
 
''Un monde de chaos, de destruction et de malheur, un monde impartial et magnifique, le seul en tout cas, où faire l’expérience de la vie prendrait un sens véritable.''
               
Edwin Gwendur
 
''L’enfer, ce doit être l’enfer : courir pour l’éternité dans un paysage sans fin, sans début. Sans possibilité de repos ou de mort.''
               
Tyrias Marchemonde
 
''Mais sans risque on n'obtient rien, voici ma devise mes amis. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains, il ne faut pas avoir peur de la mort…''
               
Dimitri Morteury
 
''Tomber... Ceci est si abstrait. L'on pourrait se relever plus grand que l'on était.''
               
Yozora Adragnis
 
''Il passa des semaines dans le cachot ayant décidé de s'y enfermer lui-même. Puis, au terme de trois semaines, vous êtes venu le voir et vous lui avez dit : «Les larmes ne sont qu'une faiblesse qu'il te faudra masquer... Si tu veux t'apitoyer, libre à toi, mais, si tu souhaites voir les choses changer, tu le peux toujours. Suis-moi... Mon ami.»''
               
Haar Wilder
 
''Le brin d'herbe ne se soucie guère de ce que font les feuilles des arbres. Mais à l'automne venu, les feuilles ne se suffisent plus entre elles. Elles s'assombrissent, se nourrissant des nuages noirs d'orage. Et alors, elles se laissent tomber sur nous.''
               
Le Peintre
 
''S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est immobile, allongée, rigide, puante à en faire vomir, en décomposition, transportant des milliers de maladies, la peau arrachée et les os jaunes. S'il y a bien quelque chose que l'on oublie, lorsqu'une personne est à six pieds sous terre, devenue la proie des corbeaux, et ses yeux mangés par des fourmis... C'est qu'elle a un jour été orgueilleuse et avide. C'est qu'elle a un jour voulu devenir riche et grande, ou bien qu'elle l'est devenue. Cela ne change rien.''
               
Le Violoniste
 
''La pensée est la liberté, la liberté... Alors, le corps est la prison, le corps est la prison... Il faut casser les barreaux.''
               
Sill
 
''Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.''
               
Setsuna Hendenmark
 
''Fais ce que tu veux avec ces villageois, sauf les laisser en vie.''
               
Kaull Hendenmark
 
''La fuite vers la religion peut être une réponse pour certains. Pour d'autres elle n'est que la simple évidence que l'homme est faible et instable.''
               
Astryl Panasdür
 
''La mort ne cherche pas à s’expliquer, elle ne fait qu’agir, monsieur. Les cadavres ne racontent pas grand-chose, mais vivant, un homme peut en avoir long à dire.''
               
Sanaki Hearthlight
 
''Alors, telle une marionnette cassée que l’on tente en vain d’animer, il se releva, restant digne malgré ses blessures.''
               
Dolven Melrak
 
''Quand le sang coule, il faut le boire. La mort ne frappera pas à votre porte mais s'invitera par vos fenêtres !''
               
Andreï Loknar
 
''Personne ne peut capturer une ombre, personne ne peut la dresser ni se l’approprier.''
               
Jazminsaa Alsan
 
''De la même façon, à l'idée qu'un abruti de scribe puisse teinter ses parchemins de calomnies religieuses, ou pire, me faire porter le titre de héros, je vais préférer m’occuper de l'écriture de ma propre histoire.''
               
Alexandre Ranald
 
''La mort... Si belle et terrible à la fois, elle l'appelait, et l'appelle toujours.''
               
Adam Moriharty
 
''Par nature, j’aime tout. Par conséquence, je me hais…''
               
Samaël Apelpisia
 
''C'est sordide et cruel, mais c'est hélas la réalité de ce monde.''
               
Liam Gil' Sayan
 
''Aujourd’hui sur les terres de Feleth les pensées ne sont plus les bienvenues. Le temps de la renaissance spirituelle est terminé. Le temps où les grands penseurs avaient aidé le monde est révolu.''
               
Héra Calliope
 
''La mort était séductrice ; elle ne montrait que ses bons côtés. La sérénité et le calme absolu : pour toujours et sans violence.''
               
Eurybie Pourrie
 
''J’ai atteint cette espèce de vanité qu’apporte l’ancienneté. Je ne crois plus qu’on puisse m’apprendre quelque chose, et si jamais quelqu’un essaye ou y arrive seulement, je me bloquerais et deviendrais hermétique à tout contact.''
               
Dante Waanig
 
''Je devrais t'attacher, tu deviens dangereux pour toi même !''
               
Jeyra Frozeñ
 
''La beauté des êtres n'était rien. La beauté des choses oui. Mais pas forcement celle que l'on voit avec une paire de rétines.''
               
Akira Satetsu
 
''Le noir. Une étendue sombre en perpétuel mouvement.''
               
Melpomène d'Ambre
 
''Il est des oreilles invisibles qui peuvent entendre jusqu'à nos moindres soupirs et des secrets aux allures anodines peuvent se révéler instruments de destruction et de tourments sans fin...''
               
Cassandre Ombrelune
 
''Le "rien" est tellement plus unique que la peur ou n'importe quel autre sentiment...''
               
Meryle Nightlander
 
''Ce n'est pas le nombre ni la force qui compte, c'est l'envie, la cause.''
               
Luyak Salamya
 
''L'innocence d'un enfant est la plus grande peur de l'homme.''
               
Clause Vaneslander
 
''Quand il lui manque une marionnette pour ses spectacles. Il verrait en vous la chose qu'il cherche.''
               
Jack D'enfer
 
''Il n'a pas de notion réelle du bien et du mal, personne ne lui ayant jamais défini ces mots.''
               
Jim Stocker
 
''Je n'ai vu aucune lumière, aucun goulet, pour sortir du boyau infini et obscur que nous empruntons tous, jusqu'à la promesse d'une nouvelle vie, de la transcendance et de la connaissance. Alors, mes yeux se sont adaptés aux ténèbres.''
               
Shaquîlah Dresdeïorth
 
''Le pouvoir ronge l'homme.''
               
Balthazar Bel
 
''Visiblement, la sérénité n'avait de valeur que si on connaissait également, en comparaison, des moments de troubles.''
               
Dranek Barth
 
''Le faible se faisait tuer, le fort vivait un jour de plus.''
               
Rodany Bleinzen
 
''Le soleil se couchait sur le monde du milieu. Les ténèbres se paraient de leurs plus somptueux apparats pour enfin faire leur entrée.''
               
Rin Mephisto
 
''Et alors il vit le chaos, la désolation, la souffrance le désespoir ambiant. Il rit.''
               
Elrog Aniec
 
''Perdu quelque part, marche vers nulle part.''
               
Kyle Wate
 
''La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir.''
               
Karin Yzomel
 
''- Je peux vous prédire le genre d'homme qui vous convient !
- Je connais déjà mon genre d'homme.
- Vraiment... Et quel est-il ?
- Les hommes morts.''
               
Naladrial Delindel
 
''Utilise tes pouvoirs seulement quand le noir deviendra invivable.''
               
Zedd McTwist
 
''Tes cauchemars m'ont déjà donné l'encre... À présent, ta peau me donnera les pages !''
               
Conrart Crowlore
 
''Bien des gens se font enfermer dans un cercueil une fois mort, mais rares sont ceux qui naissent dedans.''
               
Dassyldroth Arphoss
 
''Le corbeau frénétique qui vous nargue de sa voix perchée, agite ses ailes damnées, où le reflet d'un mort se penche sur votre âme.''
               
Lust Aseliwin
 
''La vie est un mensonge, la destruction une délivrance.
Passent les marées, soufflent les vents, en vain...''
               
Le Passant
 
''Fauche, tranche et avale, gouffre des âmes. Que se dresse devant toi mille fléaux, et que l’enfer se glace devant ta noirceur.''
               
Lloyd Vilehearth
 
''Des charognards pour la plupart, comme ces corbeaux à deux têtes, venant dévorer le valeureux mort.''
               
Meneldil Tristelune
 
''Nous sommes les bourreaux de la justice et de la paix. Même si ce rôle n'est pas agréable à endosser, nous nous devons de le faire, pour le bien du peuple.''
               
Ezekiel Le Sage
 
''Il me tarde de retourner au combat pour finir empalé sur une pique.''
               
Karl Von Morlag
 
''Montre-moi le chemin de la victoire. Ou guide-moi alors dans les tréfonds de la mort...''
               
Aznan Lauréano
 
''Comment peux-tu supporter ça ? C'est assourdissant ! Tue-le ! Qu'est-ce que ça te coûte ? Tu ne l'entendras plus. Tu seras en paix... Tue-le !''
               
Aïden Sochlane
 
''- Faites taire votre cabot !
- Je ne suis pas votre servante !
- Alors je le ferai taire moi-même !''
               
Rosaly Von Gregorius
 
''Le seul présent que la justice a à vous offrir, est votre mort.''
               
Mirage Morteury
 
''Laissez-moi vous conduire aux carnages.... Tant d'âmes ne demandent qu'à succomber.''
               
Idryss Leeverwen
 
''Le soleil est un bourreau. D'une simple caresse, sa langue enflammée peut calciner n'importe quel être.''
               
Seïren Nepthys
 
''C'est une nuit sans lune. Ou bien était-ce un jour sans soleil ?''
               
ShuiLong Zhang
 
''La vie est un rouage lent et grinçant. Il ne tourne que dans un sens. Celui où tu tombes.''
               
Camelle Elwhang
 
''Et un jour, sur vos lits de mort, bien des années auront passé et peut-être regretterez-vous de ne pouvoir échanger toutes vos tristes vies épargnées à Feleth pour une chance, une petite chance de revenir ici et tuer nos ennemis, car ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté !''
               
Edouard Neuman
 
''Le temps est la gangrène de l'homme, elle apparait puis vous ronge à petit feu. Pour finir il ne vous reste plus que le présent pour vivre ; le passé s'évapore peu à peu et le futur ne vous intéresse guère.''
               
Asgeïr Aslak
 
''Cueillir la fleur de la déchéance et croquer dans la pomme de la faucheuse, nos vies se résument à cela car après tout, nous finissons à une moment où un autre, tous sous terre.''
               
Violette Dellylas
 
''Le pire n'est pas de mourir, mais de se faire oublier.''
               
Erwan Daermon Do'Layde
 
''Tenter d'oublier, même si c'était impossible. Il aurait aimé se jeter à la mer avec la preuve de son acte immonde. Laver tout ce sang qu'il sentait sur lui. Peut-être même s'y noyer, simplement. Sombrer dans les abysses et les ténèbres, pour toujours.''
               
Mio Raeth
 
''La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère.''
               
Aeli Seoriria
 
''Si la vie n'a qu'un temps, le souvenir n'a qu'une mesure. Le reste est silence.''
               
Valt Horn
 
''Dans le noir le plus complet, l'aveugle est la meilleure personne à suivre. Dans un monde de folie, qui mieux qu'un fou pour nous guider ?''
               
Ledha Borolev
 
''Je ne crois pas en la force d'un absent. Celle qui ferait de vos dieux ce que vous pensez qu'ils sont.''
               
Gigantus Corne
 
''Une limite qui n'a été créée que pour être dépassée ? C'est simple, imaginez !''
               
Goudwin Didrago
 
''Voir grouiller tous ces gens, connaître leurs désirs et leurs rêves, voir comment évoluent les sociétés, leurs aspirations et leurs défauts. Comprendre que donc rien n'est éternel, et que tous ces rêves et toutes ces folies disparaîtront de la surface du monde. Se laisser aller, indolent, parce que tout cela ne servira à rien, et qu'au bout du compte le monde reste le monde, seule éternité immuable.''
               
Uridan Sangried
 
''L'Inquisition vous remettra sur le droit chemin. Même s'il faut vous briser les jambes pour ça.''
               
Leevo Shellhorn
 
''N'oublie pas d'avoir peur des morts. Ils sont toujours plus nombreux que les vivants, et un jour, tu les rejoindras.''
               
Moira Brawl
 
''J'avais l'habitude avec ce genre d'individus... Moins vous bougerez, moins vous leur parlerez... et moins ils vous cogneront dessus.''
               
Aoi Haandar
 
''Je souhaite voir votre sang se répandre mollement à la surface d'une eau rendue trouble par les masses de cadavres vidés de leur substance, marcher dans les champs de vos ossements éparpillés, me remémorant à chaque pas votre mort absurde et pathétique, que vos noms ne soient pas contés, que votre souvenir s'éteigne comme s'éteint votre vie fade et misérable, qu'à travers les années, seuls subsistent vos ossements tels de tristes traces blanchâtres dans un paysage noir de guerre, de sang et de folie.
Et que telles cette phrase, vos morts n'aient aucune importance, aucune signification pour quiconque.''
               
Nargheil Eoss
 
''Bénie soit la haine que tu porteras à ton prochain, lave l'Homme des péchés qu'il a commis.
Sois l'épée du jugement qui s'abattra sur cette race impure, souillée par la vengeance et la corruption.''
               
Meiro Fuuchiuse
 
''Notre futur exprime nos actes passés.''
               
Terence Ripper
 
''Rencontre les ténèbres et tu admireras la lumière, dit le voyant.
Contemple la lumière et tu provoqueras les ténèbres, dit l'aveugle.''
               
Tekian Varis
 
''Un général courageux et fier, est celui qui exécute en premier l'ordre qu'il donne à ses hommes.''
               
Danarius Kyrarion
 
''L'art est le sentiment obscur de l'appropriation de l'étrange.''
               
Leroi-Gourhan
 
''La mort nous sourit à tous, et tout ce que nous pouvons faire, c'est lui sourire en retour.''
               
Marc-Aurèle
 
''L'art est la mystérieuse présence en nous, de ce qui devrait appartenir à la mort.''
               
Malraux
 
''L'art est une profondeur creusée dans le visage du monde.''
               
Weischedel
 
''Le néant après la mort ? N'est-ce pas l'état auquel nous étions habitués avant la vie ?''
               
Schopenhauer
 
''Les avocats d'un malfaiteur sont rarement assez artistes pour tourner à l'avantage de leur client la belle horreur de son acte.''
               
Nietzsche
 
''Ôte-toi de mon soleil.''
               
Diogène le cynique
 
''Il y a pas d’œuvre d'art sans collaboration du démon.''
               
André Gide
 
''Ce n'est pas le lieu mais son cœur qu'on habite.''
               
John Milton
 
''Nous sommes les histoires que nous vivons.''
               
Auteur inconnu
 
''La mort est terrible pour n'importe qui. Bons ou mauvais, anges ou démons, c'est la même chose. La mort est impartiale. Il n'y a pas de mort particulièrement horrible. C'est pourquoi la mort est effrayante. Les actes, l'âge, la personnalité, la richesse, la beauté... Tout ça n'a aucun sens face à la mort.''
               
Fuyumi Ono
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Moira Brawl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Moira Brawl



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Maitre d'arme
Métier : Cape Blanche
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 26 ans

Messages : 7

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: Moira Brawl   Ven 10 Aoû 2012 - 15:51

Bonjour inconnu, bonsoir inconnue. Je vous souhaite bonne et agréable lecture.

* * *

Personnage

Nom : Brawl
Prénom : Moira
Rang : Cape grise

Âge : 26 ans
Sexe : Femme
Race : Humaine

Classe : Maitre d’arme.

Le maitre d’arme est un expert de l’armement conventionnel et non-conventionnel. Il s’aura se servir d’une hache, d’une épée, d’un bâton, d’un arc etc. Mais ne le croyez pas moins dangereux si il choisit comme arme une chope ou encore une fourche voire une marmite. Sans connaitre toutes les passes et technique d’une catégorie d’arme, il surpassera tous de même le guerrier moyen. Il peut avoir une catégorie de prédilection, par exemple la maitrise de l’épée ou encore la maitrise de l’effet de surprise, surprenant ses adversaires par les armes ou l’utilisation qu’il va en faire. Il connaitra souvent les armes conventionnelles presque à la perfection, pouvant donc les démonter et les remonter sans problème dans le but de la réparer par exemple.

Métier : Cape Blanche
Croyances : aucune
Groupe : Royaume

Équipement : Des bottes de cuir simple, le haut étant simplement rabattu. Un pantalon marron, lui aussi en cuir assorti à l’armure de cuir portée plus haut. Cette dernière est renforcée comme toutes les armures, un peu plus aux point vitaux et dotée d’épaulière de cuir également. Elle est également entourée de plusieurs ceintures en bandoulière portant moult poche et permettant l’accroche de moult sacoche ainsi que de lanière de cuir pour quelque arme placée dans le dos, à l’instar de la double-ceinture placée sur ses hanches. Des gantelets complet assure la protection de ses mains et la plaque d’acier placée dessus assure celle de ses avant bras. Sa cape blanche, bien sur, un peu moins blanches en bas, à force de trainer dans la poussière (Oui, Moira aime les grandes cape qui traine par terre) et avec peut être une ou deux taches de sang sur le coin supérieur gauche. Bien qu’elle possède un nombre conséquent d’arme, elle se baladera surtout avec son sabre long porté dans le dos.

Talents de combat physique : Maitrise global de toutes les armes.
Talents de magie : Invocation mineur de feu (juste de quoi faire un feu de camp, et encore)
Talents divers : Une résistance physique plus élevée que la moyenne, une capacité de survie en milieu hostile. Une très bonne connaissance de l’anatomie des corps humanoïdes.
Pouvoirs particuliers : aucun

Apparence physique :
Moira fait dans le bon mètre soixante quatre, pour un poids correct pour sa taille. (Ps : C’est bien connu, le poids d’une femme ne peut se donner en chiffre). Un teint de peau clair, de blonds cheveux ondulés descendant jusque sous ses épaules, attaché souplement à mi-longueur. Des yeux d’un vert perfide mais brillant et un visage assez agréable à regarder, comme le reste de son corps d’ailleurs. Elle porte aussi de sombres peintures sur le visage. Une poitrine pas très importante, des muscles aux contours dessinés mais sans plus, de quoi duper les plus crédules sur sa force, mais pas les plus annaliste des guerriers. Bien sur, son corps porte les séquelles de plusieurs combats déjà fait, c'est-à-dire un nombre de cicatrice et autre marque un peu plus élevé que la moyenne. Elle ne recouvre pas tout sont corps, mais les plus grosses sont proche des points vitaux, ce qui tend à montrée qu’elle en a vu des vertes et d’autre pas mure.

Caractère, personnalité :
Moira est une personne calme. Elle a acquis un certain sang-froid venant d’une vie malheureuse ainsi qu’un sens de l’humilité étrangement développé. Sa plus grande qualité (ou sont pire défaut, cela dépendra du coté de la lame que vous êtes) est sa loyauté envers la personne ou le groupe auquel elle est lié. Cela ne l’empêche pas d’avoir son libre arbitre et de parfois rompre son contrat, mais cela est très rarement arrivé. Il s’agit d’une personne agréable à vivre, quoiqu’un peu silencieuse et peu souriante. Docile, elle exécutera bien plus les ordres qu’elle n’en donnera.

Histoire :
Fille de bandits, Moira vécu tout de même assez paisiblement, quoique qu’entourée de violence et de sang. Son enfance fut protégée par des parents protecteurs qui bien souvent hésitait à prendre leurs retraites dans une fermes au calme, mais qui souvent se rappelaient de la misère qui était la leur. De cette vie, elle comprit deux choses malgré son frêle âge. Qu’être une femme était plus souvent gage d’insécurité, et que la mort pouvait se trouver à touts les tournants de porte. Ses parents lui furent arrachée à ses quatorze ans, tués par un groupe de mercenaires auquel elle échappa. Assez intelligente, elle se fit passer pour un garçon, sachant bien qu’une jeune fille comme elle serait rapidement envoyé à la maison de passes du coin si elle était découverte. Elle s’engagea comme garçons d’écurie un temps et enchaina ensuite les travails dans les tavernes, forge et autre ferme pour gagner sa vie comme elle put. L'été de ses dix-neuf ans fut pour elle la chance de trouver une voie. Pensant le secret de sa sexualité découvert, elle préféra fuir la forge où un vieil homme l'avait engagé. Le vieil homme s'appelait Jilles. Tout le monde savait qu'il avait été soldat il y a longtemps, beaucoup savait qu'il était clément et généreux, quelques-uns savait qu'il était féroce combattant, peu qu'il était ce qu'on pourrait appeler un maître d'arme, à peine quelque bardes chantaient encore l'histoire de cet homme qui tua plus de cent bandits armée d'une chope, d'une louche et d'une souffleuse. Aucun ne savait qu'il avait autrefois perdu sa femme et ses trois filles, tué par des bandits. Il prit en pitié cette jeune femme, dont il avait percé le secret dès le premier jour. Il la retrouva, vu combien elle était frêle et fragile et décida de la prendre sous son aile, décidant qu'au moins une femme de plus ne mourrait pas par faiblesse. Il lui prit cinq ans de sa vie, en échange de sa force et de ses connaissances. Elle en sortie plus forte, décidant de devenir mercenaire, mettant à profit cette nouvelle force. Ensuite vint son admission parmi les capes blanches et une année se déroula ensuite, ou son nom ce fit modérément connaitre.

En ce qui vous concerne


A quelle fréquence serez-vous présent sur le forum ?
Pour le moment, ce sont les vacances, alors j’essayerai d’écrire souvent. En revanche, une fois les cours repris, l’internat risque de me bridée pas mal. En gros, deux a trois fois pas semaine pendant le reste des vacances, et une à deux en périodes de cours.

Comment avez-vous découvert le forum ?
Il s’est agit d’une simple pancarte plus appréciable que les autres sur le chemin que peut nous proposer google quand on recherche ce genre d’endroit.

Quelles remarques pouvez-vous formuler à propos de l’apparence du forum ?
Oppressant, glauque, sanglant et fantastique. Agréable.


Test-RP


Dans les bas-fonds de Madorass, quelques affiches traînaient ça et la sur les murs ou par terre, certaine ayant visiblement servi de torchons pour les ivrognes des bars mal famé et d'autre de torche-cul pour les miséreux clochards vivant là. Parmi les rescapées, l'une d'entre elles proposais une forte récompense à la suite d'une mission proposée. Parmi les détails n'étaient donnés qu'un nom, celui de Jior Cry, un endroit où le retrouver, c'est-à-dire une bâtisse dans les quartiers populaires de la ville et la marque des capes blanches. Une femme prit attention de cette affiche et l'arrachant de son mur sans trop de précaution, pris la direction des quartiers populaires. Moira n'avait pas réfléchie longtemps, pensant qu'elle ne serait pas la seul à se présenter affiche en main pour ce travail. Travail qui offrait une récompense agréable et nécessaire, au vu de la maigreur de sa bourse et peut-être une base de réputation parmi ce qui semblait être un bon parti, dangereux, mais influent. Bien sûr, l'elle n'entendit pas le vieillard avachi contre le mur, visiblement clochard depuis longtemps, qui, après un crachat bien brouillant, lâcha que cette affiche avait eu une durée de vie supérieure aux autres en restant la plus d'un mois.
...
« Alors tu viens pour cette affiche. Oui, j'ai toujours un travail à proposer. Il va s'agir de tuer des sales rebelles dans leur ferme ! Un des leurs nous a gentiment indiqué leur emplacement, après qu'on lui ait rappelé avec persuasion quel côté choisir entre notre bon roi et ses chiens de rebelles. »

Presque gros, bien gras et très puant, Jior Cry n'en restait pas moins une cape blanche, véritable langue de vipère aux mots de poison. Il s'agissait du genre de personne à rire en voyant sa mère servir de jouet à un gladiateur, avant et après l'entrée dans l'arène. Tout cela en dégustant un maximum de viandes grasses baignées dans la sauce et autre condiment tout aussi délicieux. Des trois personnes présentes dans la pièce qui lui servait de pièce à vivre, il s'agissait du seul qui ne portait pas sa cape blanche, mais qui l'exhibait volontiers au-dessus de sa cheminée. Les deux autres personnes, qui eux la portait, restaient silencieuse et légèrement en retrait, équipé au complet, ressemblant plus à des gardes du corps qu'autre chose. Tout cela inquiétait Moira. L'image de l'agneau dans la tanière du loup était la plus représentative de sa situation, mais elle tenait bon, ne montrant que peu sa peur, enfin elle l'espérait.

« D'accord, j'accepte le travail.

-Parfait ! Parfait ! Voilà maintenant tout ce que vous aurez à savoir, répondit-il en donnant à Moira une lettre écrite. Maintenant sortez de chez moi et hâtez vous de nous débarrasser de ces sales rebelles ! »

Moira sortie avec empressement, avide de quitter cet endroit qui lui inspirait plus de dégout qu'autre chose et pris la direction des écuries en lisant son ordre de mission.

« Vous ne lui avez pas dit que tous les autres avant elle étaient mort…

-Pourquoi lui aurai-je dit ? Au mieux elle réussit la mission, au pire elle y passe aussi alors aucun problème. Mais ces rebelles me désappointent. Vous ferez seller mon cheval demain et nous irons nous en occuper si cette femme ne revient pas. J’espère qu’elle ne reviendra pas. Je n’ai pas envie de lui donner la moindre piécette. Je m’en occuperais le cas échéant. Et faites préparer mon repas ! »

La ferme fut en vue avant le couché du soleil. Moira pris la prudence pour amie et décida de laisser son cheval à quelques lieues et décida de poursuivre à pied. L'endroit avait l'air simple, loin d'imaginer que cela pourrait être le repaire mortel de rebelle à couteau-tiré. Border par un champ de bonne taille dont le blé ne devait pas être loin d'atteindre maturité, l'endroit était composé de deux bâtiments. Une grange et la maison, rattachée à l'étable. Une petite cour de terre les séparait et offrait l'accès à un petit chemin rejoignant la route principale plus loin. Visiblement, tout le monde devait être à l'intérieur car personne n'était dehors. Moira décida de s'approcher et toute discrétion, dague en main. Elle poursuivit jusqu'à la maison, restant contre son mur et se rapprochant d'une ouverture repérée précédemment. Risquant un coup d'oeil dans l'ouverture, elle ne vit que l'éclair blanc provoqué par un violent coup contre son crane.

Son réveil fut accompagné d'une conversation et de l'inconfort que provoque le fait d'être solidement attachée sur une chaise, pied et poing lié. Ouvrant les yeux, elle découvrit deux hommes et une femme visiblement en train de jouer au dé dans une petite salle, apparemment souterraine. L'un deux remarqua le réveil de Moira et en avertit ses compagnons. Le plus grand d'entre eux, un homme musclé à la peau noir pris la parole :

« Enfin réveiller. C' n'est pas trop tôt. Bon maintenant tu vas nous dire qui t'envoie et tu auras le droit de repartir en vie.

-Je ne trahirai pas mon contrat, rebelle, répondit-elle sur le ton de calme de l’angoisse.

-Un mercenaire loyal et a cheval sur les principes. C'est louable et pas courant. Sauf que nos ordres étaient simplement de tuer quiconque approchais l'endroit avec des intentions hostiles. Tu dois la vie a Cléa, qui en a marre d'avoir des vagues d'imbéciles dans ton genre qui viennent sans frapper à notre porte. Alors ne fait pas l'idiote et donne-nous vite le nom du type qui a signé ton contrat. »

Moira garda le silence, défiant du regard cet homme qui la menaçais. Elle jugeait la loyauté au-dessus de tout et préférait mourir plutôt que de briser un contrat. Krolak, puisque c'était le nom de l'homme noir, pris une chaise et s'installa devant Moira, plongeant ses yeux sombres dans ceux vert d'en face. Il commença par parler. Un bon moment. Bien qu'il n'était pas fin orateur, il expliqua comment on voyait la situation du côté des rebelles. Moira écoutait, se forgeant sa propre opinion sur l'histoire et ne laissant transparaitre que peu de sentiment à l'égard du récit de Krolak. Celui-ci, d'abord calme, commença à s'emporter en racontant son histoire, revenant sur le souvenir douloureux de la mort de sa femme et de son fils à cause des hommes du royaume. Il se leva brutalement, renversant la chaise sur la quelle il était assis et regarda Moira d'un regard habité par le malin.

« Et puis peu importe ce que tu en as à foutre de l'histoire du royaume, tu vas parler ou je te jure que je te brise !» Dit-il, lui prenant la mâchoire dans une poigne de fer.

Pétrifié plus par la peur que par sa volonté de garder le silence, Moira ne souffla mot, et acheva le semblant de retenu de Krolak. Ce dernier la gifla violemment, la renversant au sol.

« Si demain à l'aube tu n'es pas la plus bavarde des filles de ce royaume, tu seras la plus ravagé. »

Il s'approcha d'elle, l'air mauvais. Elle chercha du secours, un regard aux camarades du rebelle, une supplication silencieuse. Elle n'eut en retour que des rires et des railleries soutenant l'action de son tortionnaire. La nuit fut longue pour tout le monde et cette cave cachée sous la ferme fut le théâtre d'actes sordides.

Krolak pris plaisir à faire ce qu'il fit, torturant encore et encore cette pauvre femme qu'il pensait être mercenaire de longue date du royaume. Elle ne pouvait être que cela pour ne lâcher aucun nom malgré les coups de poings et de pieds. Elle allait craquer, il savait qu'elle allait craquer, après ce coup dans l'estomac, après cette coté brisé, après cette épaule déboîté et remise en place, après ce viol, ou celui-ci, et encore celui-là... Aucun nom ne venait, souvent l'inconscience à la suite d'une douleur trop vive. Ces camarades était en déjà remontée depuis un moment. Le jour devait être levé. On perd facilement la notion du temps durant ce genre de choses, surtout sous terre et sans vis-à-vis sur l'extérieur. Des bruit de pas rapide ce font entendre. Soudainement, la trappe qui servait d'accès à la cave vola en éclat dévoilant une, deux capes blanches sautant dans la pièce. Krolak n'eut que le temps de les voir avant d'être neutralisé. Mis à terre et une lame sous la gorge. La nuit était finie.

Une troisième cape blanche descendit :

« C'est poussiéreux ici ! Bon on fini vite et... Ho ? Qu'est-ce que cela, notre mercenaire ! Dans un piteux état cependant. Tient, dans ma bonté je vais te laisser tuer ton tortionnaire. Qu'on lui donne une épée tout de suite ! Allez ! »

Jior prenait un malin plaisir à voir tout cela, souriant, riant presque. L'une des deux autres capes blanches lui tendit une épée par la garde, une lueur compatissante dans le regard. Elle la prit, la soutenant comme elle le pouvait malgré ses blessures et s'approcha lentement de Krolak. Celui-ci la regarda, ou plutôt semblais regardait au-delà d'elle, suppliant une quelconque force de lui venir en aide. Adoptant soudainement un air abattu, il mit longtemps à mourir sous les coups sans force de Moira, le tailladant sans cesse, le tranchant sans précisions. Sous les applaudissements et les gloussements sans retenu de Jior, riant sans cesse, raillant sans retenu. Il fini par succomber vider de ses fluides, par endroit de ses tripes et d'autre de sa chair.

« Bien, bien, bien ! Divertissant ! Très marrant ! Maintenant tuez-la elle, pas trop vite, je veux voir son regard désespéré avant »

Il gloussa en terminant sa phrase et ce gloussement mua en ricanement et ce ricanement muta en rire sadique et ce rire sadique changea en râle rauque. Un râle de mort qui suivait le bruit de l'acier qui pénètre la chair grasse, transperçant les os, les poumons et le cœur. Moira avait lancé son épée dans un geste désespéré dont elle savait qu'elle avait la précision mais doutait de sa force. L'attaquante et l'attaqué churent au sol. L'un mort, l'autre inconsciente.

Le réveil se fit dans la douleur, ses membres endoloris lui prouvant que la vie ne l'avait pas quitté. Elle ouvrit les yeux, observant le lit dans lequel elle était. Un lit simple, mais un très bon lit. Aussi simple que la pièce dans laquelle elle était. De taille modeste, carrée et occupée par une simple commode en plus du lit. Le coup d'oeil par la fenêtre lui offrit la vu d'un ciel grisonnant. Elle n'esquissa aucun geste plus important que celui de bouger légèrement la tête, doutant même de pouvoir marcher après le traitement qu'elle avait subi. S'en remettrait-elle un jour ? Son esprit et son corps avait été brisés. Aucun sentiment ne l'habitait. Ni la colère, ni la tristesse ou le dégout, pas même la haine... La porte s'ouvrit, dévoilant une des précédentes capes blanches. Moira le détailla entièrement pour la première fois. Un peu plus grand qu'elle, d'au moins dix ans son ainé, il avait des cheveux courts, noirs, bouclés, contrastant avec une peau pâle. Ses yeux marron la fixèrent et l'espace sembla se figer à ce moment. Aucun des deux ne bougea, elle attendant une mort rapide, lui se demandant s'il devait finalement la tuer.

« Jior était de mèche avec ces rebelles. Une lettre a été découverte où il disait en soutenir financièrement la cause. Il a dû trouver que ces plants mettaient trop de temps à germer et qu'il était temps de les couper. J'enquêtais dessus depuis un moment. Tu m'auras évité d'avoir à me salir les mains sur sa graisse. Cependant... Tu as tué une cape blanche. Ce crime ne devrait pas rester impuni... »

Il prit le silence et le laissa durer un moment, posant ses yeux sur l’extérieur avant de les poser à nouveau sur Moira.

« Mais je serais idiot de priver le royaume d'une telle recrue. Soit les rebelles ont été plus zélé que je ne l'aurais cru, soit tu n'as soufflée aucun mot à tes tortionnaires malgré les souffrances qu'ils ont bien pus t'infliger. Alors que tu n'étais qu'un simple mercenaire... Je t'offre deux choix immédiat. Soit je te tue maintenant, sans souffrance pour abréger ces dernières, soit tu prends la place de Jior, Je t'en offre la cape et tu en endosseras le rôle, tel un contrat à vie. Si tu te lies au royaume, tu lui devras obéissance, mais ne t'en fais pas, je t'expliquerais cela plus en détail suivant ton choix. Alors, la mort ou la vie ?

-L…l-la vie…

-Alors bas-toi pour. Je m’occuperais de toi jusqu'à ton rétablissement. Quelque information avant que je te laisse au pays des songes. La mort de Jior sera connue, sa meurtrière aussi, mais je ne dévoilerais pas sa trahison. Il était assez influent, cela t’accordera ami et ennemie alors prend garde. Je te demanderais personnellement de tuer le plus de rebelle que tu le pourras tout en restant en vie bien entendu. Enfin, je réponds au nom de Cyro et te ferais connaitre au nom de Cape Grise, car après tout, tu n’as eu le choix de prendre cette cape déjà sale. Mais nous ne serons que deux à connaitre le pourquoi de cette histoire. »

Il termina sa phrase sur un petit rire puis se tourna vers la porte, l’ouvrit. Sur son pas, il tira cette dernière phrase :
« Tuer, c’est comme tout. Au début c’est excitant, mais au final ça devient lassant. »

* * *

Voila, en espérant vous avoir convaincu, ou tout du moins plu. N’étant pas grand écrivain, quelque fautes seront peut être ça et là et vous m’en verrez navré. Sur ceux, merci de votre lecture et a bientôt peut être.


Dernière édition par Moira Brawl le Sam 11 Aoû 2012 - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kara Bawen



________________

avatar
________________


Race : Demi-Élu
Classe : Guerrière
Métier : Aucun de stable
Messages : 310


MessageSujet: Re: Moira Brawl   Sam 11 Aoû 2012 - 9:15

Brrrr grand Dieu quelle histoire, quelle histoire ! Shocked J'ai suivi Moira dans tout ces émois ,tu as une façon d'implanter chaque scène, d'enchaîner le tout, de n'assener que la dose de détail et impressions nécessaires d'une façon délicieuse. J'ai véritablement adoré, la façon (images très fortes ) comme l'histoire en elle même, si j'ai tiqué au début sur le fait que des capes blanches fassent appel a des mercenaires, le reste du déroulement de l'histoire suffit pour moi à justifier ce procédé des plus inhabituels . Une mention particulière à la justification de la Cape grise... qui reflète bien ce qui se dégage de ton récit des plus réalistes, une parfaite maitrise des tenants et aboutissants, sans qu'on te vois venir pour autant.

Seul bémol à mon sens, il est vrai qu'il y a un nombre non négligeable de fautes, notamment des fautes simples, de pluriels, qui mériteraient d'être corrigés car elles peuvent heurter la lecture, ce qui est bien frustrant au vu de l’imprégnation suscitée par ton récit, qui nous en ferait presque oublié autrement qu'on est entrain de lire justement.

*Cherche un truc négatif à dire, parce qu'il faut pas déconner quand même*

J'aimerais que tu nous détailles un peu dans ton histoire auprès de qui/comment elle a acquis sa maîtrise faisant d'elle une Maître(sse) d'arme, car si je veux bien concevoir que l'on apprenne parfaitement le maniement des armes non conventionnelles et le rudiment des passes d'épées and co "sur le tas", il y a un réel pas entre cette compétence possiblement acquise au gré des combats et l'expertise technique forcément rattachée à la classe d'un Maître d'arme, à mon sens, qui se transmet difficilement en de longues années d'entraînement auprès d'un Maître reconnu.

Sans faire tout une litanie, y faire une petite allusion dans ton histoire, en parachèverait la crédibilité

Bon bon ... j'ai beau chercher je ne vois rien, a priori, ah, si ... Dis si je crée un homme rien que pour toi tu l'épouses ? J'suis namoureu(x)se (Beuh quoi tout le monde sait comme j'aime les guerrières qui ont la classe *-* )


Je te valides et de ce fait tu me dois ton premier rp (impose t elle en ayant 2 réponses de retard [sifl] ) , BIENVENUEEEEEEEEEE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Moira Brawl



________________

avatar
________________


Race : Humaine
Classe : Maitre d'arme
Métier : Cape Blanche
Croyances : Aucune
Groupe : Royaume

Âge : 26 ans

Messages : 7

Fiche de Personnage : Ma fiche


MessageSujet: Re: Moira Brawl   Sam 11 Aoû 2012 - 16:22

Merci pour ces compliments et cette validation. J'ai fait quelque rajout dans l'histoire pour le côté maître d'arme et j'ai corrigé quelques fautes à l'aide de quelque outils informatique. Rien n'étant infaillible et surtout pas moi, je pense qu'il en reste et j'espère qu'il n'en reste pas trop, voir que je n'en ai pas rajoutée... Je trouve le rajout que j'ai fait un peu cliché et facile, mais les clichés des photographes font des chef-d'oeuvre, pourquoi pas ceux des écrivains ?

Pour ce qui est de mon premier RP Kara, je ne refuse pas de t'y inscrire, après tout, une histoire seul et souvent moins intéressantes qu'une histoire à plusieurs. Discutons en par mp, je pense que ce serait le mieux Wink

Ps: Au moment ou j'écrit ces mots, je ne vois que ta réponse à mon post, alors soit il y a une image que je n'ai pas compris quand tu dis que tu es deux réponse en retard, soit je ne suis pas a même de voir les autres réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kara Bawen



________________

avatar
________________


Race : Demi-Élu
Classe : Guerrière
Métier : Aucun de stable
Messages : 310


MessageSujet: Re: Moira Brawl   Dim 12 Aoû 2012 - 12:21

Et bien ça me va parfaitement ton rajout, encore une fois tu as eu des tournures de phrases qui compensaient largement le "manque" d'originalité ( car j'ai la même vision que toi, parfois il faut bien en revenir aux clichés à vouloir faire trop original on sombre souvent dans l'improbable ) :)

PS: 100 bandits VS 1 Maître d'arme n 'ayant que des ustensiles de cuisine, ça fait gros... mais bon c'est une histoire donc une légende, donc no souci

Concernant le " dit elle alors qu'elle a deux réponses de retard" je trahis mon manque de sérieux puisque je te suggères un rp alors que je suis plutôt lente à répoondre en ce moment ... J'fait mon mea culpa quoi, mais c'est tentant... On peut toujours en discuter en mp en attendant qu'un autre admin vienne poser son royal sceau (ou pas XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Querel Sentencia

Fondateur | L’engendreur

________________

avatar
________________


Race : Démon commun
Classe : Tourmenteur
Métier : Aucun
Croyances : Aucune
Groupe : Solitaire

Âge : 63 ans

Messages : 474

Fiche de Personnage :

Histoire de Personnage :

MessageSujet: Re: Moira Brawl   Lun 13 Aoû 2012 - 14:01

Bien le bonjour Moira !

J'aime ton histoire, en fait j'aime surtout le Test-RP (qui finalement est un bout de l'histoire x)). Je l'aime beaucoup car premièrement tu écris très bien, comme le soulignait Kara (malgré les quelques fautes qui à mon sens ne gênent pas du tout la lecture), mais surtout car il montre à quel point les rebelles sont pourris, eux aussi. Trop d'histoires, et trop de personnages voient les rebelles comme une sorte de bien, une lumière face au royaume tyrannique. Mais en fait pour la plupart ils sont juste des hommes et femmes détruits, violents, animés de désirs de vengeance, sans aucune noblesse, ni même aucun courage.
Enfin bref, j'ai aimé, cette dégradation de l'image du rebelle héroïque !

Sinon pour entrer plus dans le détail, je n'ai vu aucune faute de contexte, ni aucun détail gênant à modifier, c'est vraiment bien =)

Je déplore juste que tu n'aies pas d'avatar Razz essaye DeviantArt, si tu n'arrives pas à en trouver (y'a beaucoup de trucs moisis là bas, mais parfois un bon mot-clé peut dévoiler des trésors xD). Et si jamais ce n'est toujours pas fructueux, n'hésite pas à demander de l'aide, dans les demandes graphiques par exemple ^^

Voilà, bon, sans plus attendre je te valide !



Je te souhaite un bon RP parmi nous !
N'oublie pas de remplir ton profil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



________________


________________



MessageSujet: Re: Moira Brawl   

Revenir en haut Aller en bas
 

Moira Brawl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feleth :: Prologue :: Registre des personnages :: Fiches validées-